Version classiqueVersion mobile

L’histoire et le patrimoine de la société industrielle en Languedoc-Roussillon - Catalogne

 | 
Esteban Castañer Muñoz
, 
Nicolas Marty

Introduction

Esteban Castañer Muñoz et Nicolas Marty

Texte intégral

1L’étude du patrimoine industriel est née, dans le courant du 20e siècle, comme une « archéologie » ayant comme objectifs premiers la mise en place de l’inventaire et la sauvegarde matérielle ou documentaire du patrimoine bâti et technologique. Cette vocation de sauvegarde des friches industrielles et des machines n’a cessé d’évoluer vers une approche de plus en plus intégrale des paysages, des cadres de vie, des objets, du patrimoine iconographique, et même de l’imaginaire des sociétés industrielles. Comme l’archéologie traditionnelle, l’archéologie industrielle s’est livrée, à partir de l’étude des vestiges et des témoignages, à une tâche d’interprétation du territoire et du tissu socio-économique et culturel.

  • 1 DOREL-FERRÉ, Gracia, Les colonies industrielles en Catalogne : le cas de la Colonia Sedo, Paris, Ar (...)

2Dans cette perspective, le patrimoine industriel, nécessairement lié à l’histoire économique et sociale et à l’histoire culturelle apparaît alors dans sa vraie dimension d’élément historique de transformation du paysage. À cet égard, l’étude de Gracia Dorel Ferré sur de la colonie industrielle Sedó en Catalogne est exemplaire. Elle réuni dans son analyse l’histoire sociale et de l’habitat, l’histoire économique, l’évolution des structures et des espaces de production et la transformation du territoire en fonction des nécessités énergétiques du site industriel1.

3Mais l’importance de l’étude de ces patrimoines dépasse l’intérêt du chercheur et la curiosité de l’érudit. Comme le rappelait encore une fois l’exposition Working héritage, présentée en 2005 au MNACTEC de Terrassa, l’archéologie industrielle, cette branche des sciences humaines si profondément impliquée dans la réalité, cherche à connaître de mieux en mieux le passé pour préparer l’avenir. Car ce patrimoine « intégral » interpelle non seulement les professionnels et les décideurs, mais aussi la société toute entière, à l’heure de faire des choix en matière de sauvegarde, d’intervention, de destruction ou de réaménagement. Sans renoncer aux objectifs culturels et patrimoniaux, toute gestion intelligente de ce patrimoine « élargi » doit tenir compte de la réalité économique, de la reconversion des secteurs d’activité et de l’aménagement des territoires concernés, ainsi que de la durabilité des dispositifs de sauvegarde et d’exploitation culturelle des sites. La réflexion sur ces questions s’impose à l’heure actuelle par deux raisons : la fragilité du patrimoine industriel et la nécessité d’en assurer la continuité des tâches d’étude, de sauvegarde.

  • 2 DE ROUX (E) Patrimoine industriel, éd du patrimoine- Scale, Paris, 2000, p. 13.

4D’une part, la dynamique économique s’approprie à un rythme accéléré des territoires pour imposer un paysage post-industriel homogène, standardisé où, dans le meilleur des cas, la référence au passé industriel est ponctuelle et anecdotique. Le patrimoine industriel est encore à l’heure actuelle un patrimoine à haut risque. Emmanuel de Roux le rappelait, « le patrimoine industriel cumule les handicaps puisqu’il occupe de larges espaces convoités, au centre des villes, et qu’il ne possède pas, ou pas encore, le caractère « pittoresque » ni celui de l’esthétique en vogue »2.

  • 3 SLOTTA (R.) : « La situation en Allemagne », l’Archéologie industrielle en France, n° 45, 2004, p.  (...)

5D’autre part, comme il était signalé dans le Congrès du CILAC de 2004 qui célébrait les 30 ans d’archéologie industrielle en France, l’heure est à la relève générationnelle de ceux qui veillent à la survie et à la connaissance du patrimoine industriel. Les protagonistes directs ouvriers, techniciens, cadres – et porteurs de la mémoire vivante d’un monde industriel disparu ou profondément transformé, sont de moins en moins nombreux. Leur activité, qui a tant fait pour la sensibilisation, la découverte et la sauvegarde ainsi que pour la mise en place d’un tissu associatif spécialisé, nécessite le concours de jeunes chercheurs, animateurs et conservateurs. Le même constat peut être dressé à l’égard du milieu « professionnel ». Après trois décennies d’essor lent mais progressif de l’archéologie industrielle, grâce à un certain effet de mode, elle nécessite d’être consolidée à l’université et dans les institutions chargées du patrimoine. Dans des pays de longue tradition industrielle et de grande sensibilité envers ces questions comme par exemple l’Allemagne, la situation paraît inquiétante : Rainer Slotta signale qu’en Allemagne il n y a pas « à une seule exception près, des filières universitaires relatives au patrimoine industriel » alors que les services de l’administration pour la conservation des monuments sont progressivement démantelés et cette responsabilité confiée aux responsables des planifications des villes, moins soucieux de la conservation ou de la restauration que les historiens3.

  • 4 DUGRAND (R), Villes et campagnes en Bas-Languedoc, le réseau urbain du Bas-langue-doc méditerranéen(...)

6Le Languedoc Roussillon est-il concerné par ces problématiques ? L’image de cette région n’est guère liée à l’industrie. Cela s’explique par des réalités évidentes. La région a connu une forte désindustrialisation au milieu du siècle dernier4. Elle apparaît aujourd’hui comme un espace dont l’économie est essentiellement tertiaire et agricole. Le tourisme balnéaire et montagnard y est très développé depuis les années 1960. Il dispose, outre des atouts naturels de premier plan, d’un patrimoine culturel exceptionnel. Ces réalités expliquent donc une image globale dans laquelle l’industrie n’a pas sa place. Tout semble converger pour que chacun pense que l’entrée de la région dans la société industrielle ne s’est faite qu’à la marge : la spécialisation agricole, la consommation de produits fabriqués ailleurs, la domination d’autres espaces par l’investissement capitalistique etc. Il n’y aurait donc aucune place pour un hypothétique patrimoine de nature technique ou industriel qui, de toute manière, ne pourrait être que marginal.

  • 5 L’usine de Salindres (Gard), berceau de Péchiney ; l’usine Nobel de Dynamite à Paulilles (Port-Vend (...)
  • 6 Cf. CAZALS (R) LARGUIER (G) et. Al., L’industrie de la laine en Languedoc depuis la préhistoire jus (...)
  • 7 Source : Visitys.com, site du tourisme de découverte économique, technique et scientifique (comités (...)

7Cette représentation fait bien peu cas d’espaces qui ont compté parmi les plus importants de l’industrie textile française aux XVIIIe et XIXe siècles (Carcassonne-Lodève-Ganges), de bassins industriels d’envergure nationale comme le bassin mino-métallurgique d’Alès-la Grand’Combe, ou d’industries urbaines diversifiées à Nîmes (chaussures, bonneteries etc.), mais aussi à Sète (chantiers navals, industries chimiques), Lodève (textile), Béziers (construction réparation ferroviaire), ou Perpignan (papier à cigarette), sans oublier les importantes activités agro-alimentaires (conserveries, Source Perrier, Salins du Midi, Byrrh etc.). C’est omettre aussi que le Languedoc-Roussillon compte parmi les entreprises pionnières de l’énergie électrique ou de l’industrie chimique au début de la seconde industrialisation5. L’histoire économique régionale l’a largement démontré et continue de le faire6. De ce fait, le Languedoc Roussillon dispose sans aucun doute possible d’un patrimoine industriel et technique qui mérite d’être mieux connu. D’ailleurs, à regarder les chiffres du tourisme scientifique, technique et industriel, on constate que la région comptait il y a une dizaine d’années plusieurs sites parmi les plus visités de France : le site de production de Byrrh à Thuir (Pyrénées-Orientales), le « spectacle industriel » de la Source Perrier à Vergèze (Gard), la station météorologique du Mont Aigoual, sans parler du Musée Haribo à côté d’Uzès (Gard) etc7.

  • 8 Signalons que l’inventaire du patrimoine industriel a été initié dans la région par Michel Wiénin s (...)

8En somme, si la réalité actuelle de l’industrie peut effectivement apparaître comme secondaire dans les activités régionales, il ne faut cependant pas oublier cette riche histoire qui s’étale depuis le XVIIIe (parfois même avant) jusqu’au XXe siècle. Osons affirmer que la région dispose donc d’un patrimoine industriel dont l’inventaire mérite d’être poursuivi8, et surtout mis en valeur. Le partenariat entre les structures officielles chargées de l’inventaire du patrimoine et l’université, source de recrutement de jeunes chercheurs et de futurs professionnels de la conservation patrimoniale est à développer.

  • 9 BALSAMO I. : « 30 ans de patrimoine industriel au ministère de la culture. Bilan et questions », L’ (...)

9En effet, le patrimoine industriel, comme tout autre patrimoine, nécessite de la reconnaissance sociale. Comme le signale Isabelle Balsamo, « la protection seule ne suffit pas, si elle n’est pas portée par la reconnaissance sociale et par le désir de s’y reconnaître »9. Dès lors, l’enjeu de l’historien et du conservateur est de taille : veiller à la sauvegarde du patrimoine industriel à partir des critères objectifs de la démarche scientifique, dans une quête contre l’oubli collectif mais aussi contre toute tentative de récupération idéologique du passé.

  • 10 La présence d’Olivier Raveux comme président de séance marque notre volonté de nous mettre dans le (...)

10Pour cela, il apparaît naturel d’intégrer la région Languedoc Roussillon dans l’espace dans lequel elle s’insère : la méditerranée occidentale. La mise en perspective par rapport au Principal catalan est logique : cet espace voisin dispose d’un savoir-faire très avancé dans l’histoire économique et dans la mise en valeur d’un patrimoine industriel de premier ordre. En Catalogne, comme en Espagne, l’archéologie industrielle est née tardivement : les Journées d’archéologie industrielle de 1982 à Bilbao et de 1984 à Terrassa et à Barcelone constituèrent le point de départ. Depuis, la Catalogne a fait de l’industrialisation un élément identitaire majeur avec le soutien de ses institutions et avec une reconnaissance sociale croissante. L’exposition « Catalunya, la fàbrica d’Espanya » (1985, Ajuntament de Barcelona), constitua une première présentation publique de cette identité collective redécouverte. Cette revendication du passé industriel trouve tout son sens dans le contexte politique de la réinstauration du gouvernement autonome de la Catalogne et de l’affirmation de la spécificité catalane dans le contexte espagnol. L’industrie constitue un argument en faveur de cette spécificité. Le patrimoine industriel, associé aux moments forts de la création artistique et architecturale de la Catalogne, devient un élément emblématique du pouvoir de la bourgeoisie barcelonaise. La colonie Güell, site industriel et lieu phare de l’architecture de Gaudí et de son école en témoigne. De même, une autre région voisine, la Provence, dispose depuis plusieurs années d’une équipe très ouverte à ces thèmes au sein de l’UMR Telemme (programme Entreprises en Méditerranée) d’Aix-Marseille. Cette activité scientifique de haut niveau est relayée par des associations œuvrant pour la sauvegarde et la mise en valeur d’un patrimoine économique et industriel original, comme l’association « Mémoire, industrie, patrimoine en Provence »10.

11Les objectifs du colloque dont les actes sont publiés ici étaient d’en faire d’abord un point de rencontre. Rencontre entre les différents chercheurs qui travaillent à une meilleure compréhension de l’édification de ce patrimoine (historiens, sociologues, architectes) et ceux qui jouent le rôle de premier plan dans sa valorisation : conservateurs de musées industriels, collectivités territoriales, entrepreneurs ou organisations professionnelles. Le colloque a reçu d’ailleurs le soutien de la Fondation EDF et de l’entreprise FECSA. En même temps, l’objectif de cette publication est d’être un point de départ. Un point de départ pour jauger la place que peut prendre le patrimoine industriel et technique dans l’image de la région Languedoc Roussillon, pour initier une nouvelle dynamique de recherches dans le domaine de l’histoire économique, de l’histoire des entreprises et des entrepreneurs et de leurs salariés.

12La première partie de l’ouvrage renvoie à ce que fut la première session du colloque, qui concernait quelques aspects de l’histoire de la société industrielle. Les trois premières traitent directement d’histoire économique. Jean Louis Escudier et Gregorio Nunez font le point sur les entreprises de production et de distribution d’électricité, un secteur innovant très présent dans les régions méditerranéennes, tandis que Gracia Dorel-Ferre évoque les liens économiques importants qui existent entre la France, l’Espagne et l’Angleterre au XIXe siècle à travers la correspondance commerciale de la España Industrial. Deux articles insistent plus sur la société industrielle. Cécile Hurtado Borell analyse l’implication de la bourgeoisie catalane dans l’industrialisation à travers l’exemple littéraire du roman de Narcís Oller La febre d’or tandis que Sébastien Escande se penche sur la remise en cause de la société industrielle que semble proposer le corporatisme de Vichy et son accueil dans le département des Pyrénées-Orientales.

13L’industrialisation constitue non seulement un domaine capital de la connaissance historique du monde contemporain mais aussi, un élément fondamental du renouvellement de la muséologie et du patrimoine culturel dans le dernier tiers du XXe siècle. Les nouvelles typologies de musée, à commencer par l’écomusée, mais aussi le musée de site, les centres d’interprétation, les musées de plein air, doivent beaucoup à la mouvance d’étude, de conservation et de mise en valeur du patrimoine industriel désaffecté. Née comme un courant alternatif, la muséologie industrielle, reconnue à échelle internationale depuis les années 1980, est à l’heure actuelle un secteur très dynamique. Le tourisme dit culturel, s’est vu enrichi par une nouvelle branche -le tourisme industriel-, d’abord très minoritaire, puis de mieux en mieux acceptée socialement. Les sites industriels, et de manière plus large, les vestiges du monde industriel constituent des lieux de mémoire collective susceptibles d’intéresser un public bien plus vaste que celui des érudits. C’est dans cet optique que la deuxième session des Journées, consacrée aux enjeux de la conservation, à la muséographie et aux dispositifs du tourisme industriel a permis de confronter les expériences des musées publics à celles des entreprises privées. Le réseau catalan du MNACTEC -constitué par le siège Central de Terrassa, et par une vingtaine de musées thématiques – par exemple, le musée de la mine de Cercs – distribués dans tout le territoire catalan. Dans le domaine des entreprises privées les expériences vont du dispositif muséographique de petite entreprise locale – par exemple, les Poupées Bella à Perpignan – jusqu’aux politiques patrimoniales des grandes corporations qui font de la connaissance de leur patrimoine historique un devoir de mémoire en même temps qu’un outil de communication sociale. Dans ce chapitre, Nicolas Marty a présenté la stratégie de tourisme industriel déployé par la Source Perrier à Vergèze, dans le Gard ; les architectes Antoni Vilanova et Susana Moya, ont présenté le projet muséographique et de conservation du paysage industriel de La Vall Fosca des centrales hydroélectriques catalanes de la compagnie FECSA.

14Cette richesse d’initiatives appelle à une coordination de plus en plus étroite entre les agents – administrations publiques et secteur privé - et les territoires - Languedoc-Roussillon et Catalogne-, L’heure est, paraît-il à l’euroregion. Ce projet politique, mais aussi social et culturel implique, parmi beaucoup d’autres, le devoir de rendre lisible le passé industriel, dans toute sa diversité historique, aux habitants des territoires concernés.

15Loin de rester circonscrit au domaine de l’usine-espace de production, l’étude du patrimoine industriel concerne chacun des aspects du cadre de vie de la nouvelle société née du mécanicisme et des relations de production du monde industriel, comme par exemple, les réseaux de communication, les équipements, l’habitat, l’architecture utilitaire ou les cités industrielles. David Lamoureux a fait une contribution à l’un des grands domaines de la recherche sur le patrimoine industriel, celui de l’habitat du monde du travail : il a présenté l’étude historique et typologique de l’habitat des travailleurs dans les cités méditerranéennes de la compagnie des chemins de fer PLM. Jean Claude Bosc aborde un autre aspect : celui du patrimoine technique de la vallée de Têt, issu de l’hydroélectricité. Esteban Castañer Muñoz a analysé la construction d’un équipement urbain, la halle métallique au grain de Figueres, dans le contexte de la transformation générale de la ville à la fin du XIXe siècle.

16Ces études montrent qu’il existe des enjeux patrimoniaux qui passent par la mise en place de dispositifs de mise en valeur. Dans cette quatrième partie consacrée à ces projets, Michel Wienin traite cette problématique pour un territoire industriel de premier plan à l’échelle du Languedoc : le bassin minométallurgique du Gard. Johanna Peeters et Michel Cotte présentent l’exploitation patrimoniale et la démarche lancée initialement pour le classement du Train Jaune dans le Parc Naturel des Pyrénées Catalans. Enfin, Edwige Praca évoque le cas difficile de l’ancienne usine de dynamite Nobel, au cœur d’un espace protégé par le Conservatoire du Littoral.

Notes

1 DOREL-FERRÉ, Gracia, Les colonies industrielles en Catalogne : le cas de la Colonia Sedo, Paris, Arguments éd, 1992.

2 DE ROUX (E) Patrimoine industriel, éd du patrimoine- Scale, Paris, 2000, p. 13.

3 SLOTTA (R.) : « La situation en Allemagne », l’Archéologie industrielle en France, n° 45, 2004, p. 60

4 DUGRAND (R), Villes et campagnes en Bas-Languedoc, le réseau urbain du Bas-langue-doc méditerranéen, Paris, PUF, 1963.

5 L’usine de Salindres (Gard), berceau de Péchiney ; l’usine Nobel de Dynamite à Paulilles (Port-Vendres, Pyrénées-Orientales) etc.

6 Cf. CAZALS (R) LARGUIER (G) et. Al., L’industrie de la laine en Languedoc depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, APALR – les Audois, 1995. MARQUIE (G.), L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIème siècle, étude d’un groupe social, les marchands fabricants, Carcassonne, 1993, Société d’études scientifiques de l’Aude ; MARTY (N), « L’histoire économique contemporaine des départements méridionaux (Aude et Pyrénées-Orientales) du Languedoc Roussillon : acquis historiographiques et nouvelles approches », dans MARTY (N), Dir, Domitia V, Acteurs, tendances, contestations de l’économie contemporaine en méditerrannée occidentale, Perpignan, PUP, 2004, p 7-23, JALLATTE (P), L’Évolution industrielle du Gard aux XIX et XXe siècles, 412 p., Th. sciences économiques, Montpellier I 1992 ; MARTY (N), Perrier, c’est nous ! Histoire de la Source Perrier et de son personnel, Paris, Editions de l’Atelier, 2005 ; PIERCHON (M), L’évolution récente de l’industrie dans le Languedoc-Roussillon (1954-1974), 541 p., th. Géographie, Montpellier, Université Paul Valéry, 1977, 541 p ; SAVEY (S), « structures industrielles et industrialisation en Languedoc-Roussillon », Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, 1972 – 4, p 390 – 410, SOULIER (A), Le Languedoc pour héritage : les paysages économiques du Bas Languedoc de la fin de l’Ancien régime aux années trente, Montpellier, Presses du Languedoc, 1993, 194 p., SOULIER (A), « Le Rôle de la révolution industrielle dans la réorganisation de l’espace languedocien », Bulletin de la société languedocienne de géographie, 1986-20, p 120-131, TREMPE (R), « Les industries d’un pays rural », in CHOLVY (G.) (dir.), Histoire du Languedoc de 1900 à nos jours, Toulouse, Privat, 1980, p 82-145, VERLAQUE (C), « L’industrie en Languedoc-Roussillon », Bulletin de la Société Languedocienne de Géographie, 1971-2, p 201-215.

7 Source : Visitys.com, site du tourisme de découverte économique, technique et scientifique (comités régionaux du tourisme, chambre de commerce et d’industrie), enquête de 1998.

8 Signalons que l’inventaire du patrimoine industriel a été initié dans la région par Michel Wiénin sous l’égide de la DRAC. Deux ouvrages ont été publiés : WIENIN (M) et PERRIN (JM), Le patrimoine industriel de l’Aude, Montpellier, image du patrimoine, 1998, 99 p. ; WIENIN (M) et PERRIN (JM), Le patrimoine industriel de la Lozère, Montpellier, association pour la connaissance du patrimoine en Languedoc-Roussillon, 2000, 108 p.

9 BALSAMO I. : « 30 ans de patrimoine industriel au ministère de la culture. Bilan et questions », L’Archéologie industrielle en France, n° 45, 2004, p. 49

10 La présence d’Olivier Raveux comme président de séance marque notre volonté de nous mettre dans le sillage de ce genre de travaux. Olivier Raveux est membre de l’UMR TELEMME et ses thèmes de recherches sont centrés sur Marseille et sur l’industrialisation catalane.

© Presses universitaires de Perpignan, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search