Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le métier de la politique sous la IIIe République

 | 
Yves Billard

Conclusion

Texte intégral

1L’évolution du métier de la politique entre 1871 et 1940 est marquée par une modernisation des pratiques. Au « temps des notables », dans les premières années de la IIIe République, bien des comportements restaient ceux de la première moitié du xixe siècle, malgré l’instauration du suffrage universel en 1848. L’origine sociale d’une grande partie des hommes politiques y était pour beaucoup, indépendamment même de la coloration politique de certains d’entre eux. Mais il y avait bien plus : les campagnes électorales, les réunions publiques, les rapports entre les élus et leur mandat, toute une mentalité collective continuaient de refléter une conception déjà ancienne du métier de la politique. Le duc de Broglie, président du Conseil en 1877, fait de la politique de la même manière que son père, Premier ministre de Louis-Philippe en 1835-1836. Certes, c’est un « réactionnaire » qui rêve de restaurer une monarchie constitutionnelle. Néanmoins, Charles de Freycinet, trois fois président du Conseil sous la présidence de Jules Grévy (1879-1887), ou Pierre Tirard et Alexandre Ribot (deux fois chacun présidents du Conseil sous la présidence de Sadi Carnot en 1887-1894) exercent le métier de la politique de la même façon, bien qu’ils soient résolument républicains. Députés et sénateurs, toutes tendances confondues, ont également conservé des comportements anciens bien au-delà de la victoire définitive des républicains en 1879.

2Dans les départements, la loi de 1871 n’a guère changé les mœurs politiques héritées de tous les régimes précédents depuis la création des préfets en 1800. À la fin de la IIIe République, en revanche, la pratique du métier de la politique a bien changé sans que la Constitution de 1875 ait été modifiée.

3Certaines évolutions du métier de la politique s’expliquent classiquement par celle de la société française pendant ces soixante-cinq années. L’urbanisation est l’une de ces transformations sociales qui bouleversent irrémédiablement la pratique politique : une réunion électorale dans un village n’a rien à voir avec un « meeting » (comme on se plaît déjà à le nommer) dans une grande ville. L’élévation du niveau de vie, et notamment l’alphabétisation de masse, change davantage encore les rapports entre élus et électeurs, et cantonne désormais les notables traditionnels à quelques terroirs économiquement attardés. Jules Ferry avait pressenti que l’instruction primaire obligatoire modifierait la pratique du suffrage universel (trop ?) précocement introduit en 1848.

4L’exemple de la loi Ferry de 1882, qui rend l’enseignement primaire obligatoire, nous montre comment la politique elle-même a induit des transformations durables de sa pratique. La loi de 1884 sur l’organisation des communes, en introduisant la démocratie municipale, a plus profondément encore enraciné une pratique politique plus « républicaine ». Au règne des notables traditionnels a succédé celui de « monsieur le maire ». Des réformes législatives ou simplement réglementaires, apparemment anodines, ont également contribué à cet enracinement républicain. Ainsi, la loi de 1913, trop peu souvent mentionnée, qui rend obligatoires l’enveloppe et le passage par l’isoloir, concourt fortement à atténuer certaines pratiques politiques archaïques comme le patronage, voire l’intercession.

5Le métier de la politique a enfin été modifié par le renouvellement du personnel politique et l’évolution de ses mœurs. En juin 1899, Pierre Waldeck-Rousseau est le premier président du Conseil à faire sa « déclaration ministérielle » en costume de ville et non plus en « habit » comme tous ses prédécesseurs. Détail anecdotique, certes ! Il a l’intérêt de presque coïncider avec le passage du xixe au xxe siècle et de refléter toute une évolution sociale et comportementale de la classe politique. Parmi les changements politiques ayant induit une évolution de la pratique, l’émergence puis la prépondérance des partis politiques semblent avoir constitué des phénomènes majeurs. Au début de la IIIe République, les élus sont tous des notables de fait, en ce sens qu’ils ne rendent de comptes qu’à leurs électeurs, eux-mêmes tenus à un rôle passif. Croupes, loges ou autres engagements collectifs ne contraignent guère des hommes politiques très individualistes. Les principaux partis apparaissent au tournant du siècle : le Parti radical-socialiste et l’Alliance démocratique en 1901, le Parti socialiste-SFIO en 1905, la Fédération républicaine en 1907. À la fin de la IIIe République, ils jouent un rôle important. La démission des ministres radicaux du gouvernement Poincaré à la suite du congrès du parti à Angers en novembre 1928 nous montre leur rôle désormais prépondérant, même dans une famille politique qui passait pour chroniquement réfractaire à cette discipline.

6Sans doute ne faut-il pas exagérer la portée de toutes ces transformations du métier de la politique. On risque facilement de s’égarer en voyant dans toute évolution une « modernisation ». Ainsi du rôle des partis : en accroissement constant sous la IIIe République, il atteint un apogée sous la IVe (le « régime des partis », assurément) et trouve sa consécration dans l’article 4 de la Constitution de 1958. Qu’observe-t-on au-delà ? Un déclin de ce rôle tout au long de la Ve République qui nous ramène aux années 1900. La présence de deux candidats (MM. Balladur et Chirac) issus du même parti politique à l’élection présidentielle de 1995 a ridiculisé jusqu’à l’idée même de discipline de parti. Dans d’autres domaines et pour d’autres raisons, on a vu resurgir des attitudes anciennes. L’intercession, le comportement de notable des élus locaux avaient régressé presque tout au long du xxe siècle. Ainsi les élections municipales de 1977 ont-elles été les plus « politiques » et les moins « locales » de ce siècle. Un certain désenchantement à l’égard des grandes doctrines politiques et surtout la loi de décentralisation de 1982 ont permis aux maires de retrouver vis-à-vis de leurs administrés des rapports semblables à ceux des années 1880.

7La modernisation du métier de la politique qui s’est opérée pendant la IIIe République a donc été plus durable encore qu’on ne l’aurait soupçonné au milieu du xxe siècle. Des pratiques et des comportements nés entre 1871 et 1940 sont restés valables, pour l’essentiel, jusqu’au xxie siècle.

© Presses universitaires de Perpignan, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540