Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le métier de la politique sous la IIIe République

 | 
Yves Billard

Troisième partie. La pratique du métier

4. Professionnalisation du métier de la politique

Volltext

1En 1920, le professeur Mario Roustan fait valoir ses droits à la retraite. Il n’est pourtant âgé que de 50 ans. Désormais, il ne se nourrira plus que de politique (sénateur de 1920 à 1941, conseiller général de 1920 à 1924, maire de 1929 à 1941, sept fois ministre entre 1925 et 1935). En pratique, il n’avait plus mis les pieds dans une salle de classe depuis 1917, date à laquelle il était devenu le chef de cabinet du ministre Louis Lafferre. Ce dernier avait déserté son premier métier de professeur de collège dès 1898 (à 37 ans !), lorsqu’il avait été élu député, pour faire de la politique à plein temps.

2L’ancien collègue (et grand ami) de Roustan, Édouard Herriot, lui avait cédé son poste de professeur de lettres en khâgne au lycée Ampère de Lyon lorsqu’il était devenu maire de la ville ; Herriot n’avait alors que 33 ans...

3Certes, ce sont des professeurs : il n’est pas étonnant qu’ils s’empressent d’abandonner leur premier métier. On observe pourtant dans tous les milieux cette tendance à renoncer à une première profession pour faire de la politique à plein temps. Les ouvriers Jean Allemane, Frédéric Brunet, Gustave Delory, Jacques Doriot, Arthur Rozier ou Maurice Thorez ne mettent plus guère les pieds à l’usine dès qu’ils atteignent un certain statut politique. Le médecin Georges Clemenceau n’a jamais tant exercé que lorsqu’il vivait aux États-Unis (sous le second Empire) ; député, puis sénateur de 1871 à 1920, longuement ministre et président du Conseil, il n’ausculte plus que les majorités parlementaires. Le chirurgien Victor Augagneur n’opère plus après 1900, alors qu’il n’a que 45 ans ; heureusement, d’ailleurs, car sa main souffre d’un léger tremblement chronique. Léon Blum a eu deux carrières professionnelles, toutes deux brillantes mais successives : jusqu’à l’âge de 47 ans, il siège au Conseil d’État sans exercer le moindre mandat politique (il milite toutefois au sein du parti socialiste), puis il est constamment député (voire président du Conseil), mais se tient à l’écart du Conseil d’État. Il est vrai que dans son cas il y avait incompatibilité légale, tout comme pour les anciens préfets (obligatoirement sortis de charge) ou les militaires (tous « cadres de réserve », retraités ou démissionnaires). Parfois même, certaines premières professions agréables ou lucratives sont abandonnées au profit d’une activité politique à plein temps.

4Les journalistes, avocats et autres représentants des professions libérales s’arrêtent souvent à mi-chemin. Ils mettent en sommeil l’exercice de leur premier métier pour davantage se consacrer à la politique, sans tout quitter pour autant. Ministre de 1899 à 1902, Alexandre Millerand ne ferme pas son cabinet d’avocat mais en laisse les affaires à ses principaux collaborateurs, dont Maurice Viollette (lui-même futur député, futur maire et futur ministre). Certains médecins agissent de même, certains journalistes écrivent moins souvent, etc.

5Tout « lâcher » pour la politique est en effet difficile et très risqué. La politique est un métier, mais plus rarement une profession. Ainsi, peu de fonctions politiques sont correctement rémunérées, à l’exception des ministres. De surcroît, les mandats sont de courte durée : quatre ans le plus souvent (les députés, les maires avant 1929), rarement plus (six ans pour les conseillers généraux ou les maires après 1929, neuf ans pour les sénateurs) et souvent moins (la durée de vie moyenne d’un gouvernement est de sept mois ; certains n’ont été ministres que l’espace de quelques semaines).

6Pour faire de la politique sa profession, il faut donc réunir deux conditions : réussir à gagner de l’argent et savoir durer.

Réussir à gagner sa vie

De maigres rémunérations...

7En règle générale, les mandats politiques ne sont pas rémunérés : les conseillers municipaux, généraux et d’arrondissement ne gagnent rien. Seuls les ministres sont suffisamment bien payés pour (bien) vivre du métier de la politique : 60 000 francs-or annuels avant 1914 (environ 180 000 euros) et 25 000 francs-or pour les sous-secrétaires d’État. Cette rémunération n’a pas suivi l’inflation ayant sévi de 1914 à 1926 : en 1928, un ministre perçoit 180 000 francs-Poincaré (soit seulement 36 000 francs-or ou tout de même 110 000 euros). Ils font donc partie des traitements les plus élevés du secteur public. Cependant, les ministres sont peu nombreux (vingt mille fois moins que les conseillers municipaux qui, eux, sont bénévoles) et, surtout, ils occupent un emploi très précaire. Compte tenu de l’instabilité gouvernementale et malgré la plus grande stabilité de chaque ministre pris individuellement, il est hasardeux de compter gagner plusieurs fois ces 60 000 francs-or annuels en faisant de la politique. Notons tout de même que des hommes comme Barthou et Briand, venus de milieux modestes et sans aucune fortune personnelle, ont été si souvent et si longuement ministres qu’ils ont pu ainsi atteindre une indéniable aisance.

8On mettra à part le cas, à tous égards exceptionnel, du président de la République, dont le traitement (1,2 million de francs-or annuels avant 1914 et « seulement » 3,6 millions de francs-Poincaré en 1928) doit être comparé aux listes civiles des monarques européens à la même époque. Rappelons qu’une partie des constituants de 1875 espéraient bien replacer un roi à la tête de l’État. Le cas de l’hôte de l’Élysée n’est vraiment pas significatif : il est seul et son mandat dure sept ans. Personne n’entame une carrière politique en comptant sérieusement succéder un jour à Mac-Mahon, Grévy, Carnot, etc.

9Beaucoup ne gagnent rien, tandis qu’une poignée de hauts dirigeants bénéficient de traitements élevés. Députés, sénateurs et maires occupent une situation intermédiaire : ils reçoivent une « indemnité » supposée couvrir les frais occasionnés par l’exercice de leur mandat.

10Les maires touchent une indemnité pour « frais de représentation » le plus souvent dérisoire et toujours très insuffisante. Elle varie bien sûr selon la taille de la commune. En admettant qu’elle réussisse à couvrir les frais engendrés par la fonction, elle ne permet certainement pas en plus de gagner sa vie. On cite toutefois le cas de Millet, ouvrier bonnetier élu maire de Romilly (dans l’Aube) en 1894 et aussitôt licencié par son patron (l’entreprise textile Bellemère-Giroux), qui est parvenu à vivre de sa seule indemnité de maire. Il a en fait continué de vivre aussi modestement qu’avec son salaire d’ouvrier, soit environ 1 200 francs-or annuels ou l’équivalent de 300 euros par mois... À moins d’accepter de telles conditions, l’indemnité d’un maire ne lui permet pas de gagner sa vie.

... pour éponger de multiples frais

11L’indemnité parlementaire qui s’élevait à 9 000 francs-or annuels depuis 1849 ne suffisait pas à couvrir les frais de la majorité des députés et des sénateurs. Lorsqu’on a voulu l’augmenter (en vain en 1899, puis avec succès en 1907), on a longuement débattu du montant des frais que l’« indemnité » était destinée à couvrir. Les parlementaires doivent en effet faire face à des dépenses, en premier lieu celles de secrétariat. Nous avons évoqué la très grande importance des interventions. À raison de quatre lettres pour chacune, en comptant le timbre à 0,15 franc-or (les parlementaires n’ont eu droit à la franchise postale qu’en 1924), le papier, les enveloppes, etc., on atteint 1 000 francs par an selon le budget du député moyen établi par Chaussier lors du débat de 1906-1907. Peut-être exagérait-il ? Jean Bernard, dans La Vie de Paris, parle de 547,50 (sic) francs par an. En dehors des bienheureux députés parisiens, tous doivent posséder un double secrétariat (à Paris et au « pays »), et donc rémunérer au moins un secrétaire. Si, en outre, l’élu a des ambitions nationales, il a tout intérêt à ne pas passer toutes ses matinées à son courrier et embaucher deux secrétaires. Soit 500 à 4 000 francs-or annuels, selon qu’on emploie à temps complet, partiel ou très partiel et en tenant compte de ceux qui mobilisent leur épouse, un frère ou s’y adonnent beaucoup eux-mêmes. Un parlementaire doit garder le contact avec sa circonscription. Certes, il bénéficie de la gratuité du chemin de fer, moyennant l’achat d’une carte annuelle de 120 francs. Néanmoins, les fréquents allers-retours impliquent la double résidence. Le moindre pied-à-terre à Paris revient à 1 500 francs annuels et pour ce prix on est très modestement logé. Il y a en outre toutes sortes de frais de « représentation » qu’il est impossible d’ignorer : l’élu « en tournée » pendant les « vacances » parlementaires organise des réunions publiques, des banquets, des vins d’honneur et dépense dans toutes ces occasions des centaines de francs-or. Sans parler, bien sûr, des campagnes électorales dont nous avons vu le coût élevé, mais qui, heureusement, ne se déroulent que tous les quatre ans pour un député.

12En réalité, c’est la vie de tous les jours qui revient le plus cher à tout parlementaire. Ces hommes, le plus souvent célibataires de circonstance, courent assidûment les brasseries et les restaurants. On les invite beaucoup, mais ils doivent aussi recevoir à leur tour. Un budget annuel de 6 000 francs pour ces dépenses constitue une estimation plutôt faible. Dans les années 1870 et 1880, la fréquentation des cafés et des brasseries était surtout le lot des radicaux et des gambettistes du groupe de l’« union républicaine ». Les aristocrates et les représentants de la haute bourgeoisie qui peuplaient les groupes monarchistes, du « centre gauche » ou de la « gauche républicaine », avaient conservé des habitudes gastronomiques plus conformes à leur rang : ils recevaient. Thiers (pourtant par ailleurs client assidu du Grand Véfour) tenait table ouverte en son hôtel de la place Saint-Georges. Les ducs de Broglie, Decazes, d’Audiffret-Pasquier, mais aussi les républicains Ferry ou Freycinet recevaient beaucoup, du moins leur épouse, selon l’étiquette. On ne chiffrera pas la dépense annuelle de ces amphitryons de la vieille école... À ces postes de dépenses difficilement compressibles, il faudrait ajouter tous les petits gaspillages et faux frais de la vie quotidienne si l’on possède deux maisons, deux bureaux et une activité qui vous prend tout votre temps. Au cours du long débat parlementaire de l’hiver 1906-1907, on a estimé à 15 000 francs-or annuels (45 000 euros environ) les frais d’un député ou d’un sénateur, et l’on a voté ce montant comme « indemnité ». À raison de 75 000 francs-Poincaré en 1928, elle a conservé son pouvoir « d’achat », c’est-à-dire, en réalité, le pouvoir de ne pas s’appauvrir en étant parlementaire.

13Le métier de la politique a été conçu par les pères de la Constitution de 1875 pour des rentiers ou du moins de prospères notables. Nous avons vu que ces « propriétaires » étaient les plus nombreux dans les premières années de la IIIe République et combien la « démocratisation » du recrutement des élites politiques avait été lente et limitée. L’analyse des frais et des indemnités liés aux différents mandats politiques que nous venons d’effectuer contribue à expliquer ce règne durable des notables.

Les solutions : du cumul des mandats... à la corruption

14Peut-on alors faire professionnellement de la politique si l’on ne fait pas partie de ces prospères rentiers ?

15Le cumul des mandats (du moins ceux de maire et de député ou de sénateur) permet de sensibles économies d’échelle : les frais de secrétariat restent les mêmes si l’on accomplit deux ou trois mandats à la fois ; les frais de représentation et les dépenses électorales augmentent un peu, mais ne doublent pas. Le député-maire conseiller général est perçu comme plus efficace (notamment dans ses interventions) par les électeurs que l’élu d’un seul mandat. La volonté des électeurs et l’intérêt des élus coïncident donc idéalement...

16Ceux qui réussissent à durer et à réaliser une véritable « carrière » au niveau national finissent par mieux gérer leur budget, voire à sortir complètement des difficultés pécuniaires s’ils sont – au moins de temps à autre – ministres. Savoir durer est aussi la clé de l’aisance financière.

17Restent tous les autres moyens de gagner sa vie en faisant de la politique à temps plein, y compris les moins avouables.

18Quelques-uns ont usé d’expédients parfaitement légaux : Jules Ferry a vécu aux crochets de son frère, André Tardieu a dilapidé un ancien et important patrimoine familial, et 79 % des ministres étudiés par Jean Estèbe ont épousé une femme plus riche qu’eux et en moyenne deux fois plus aisée. Ce ne sont là, après tout, que des variantes des cas de tous ceux jouissant de fortunes de notables. Les autres, ceux demeurés décidément pauvres, sont soumis à des tentations.

19Nous avons vu que les mauvaises tentations des élus locaux étaient limitées par la tutelle financière des préfets. Maires et conseillers généraux de la IIIe République n’auraient même pas osé rêver des possibilités de corruption offertes par la loi de décentralisation de 1982 ou par l’étonnante loi Royer de 1973. En revanche, qui, sous la Ve République, s’embêterait à essayer d’acheter les faveurs des députés et des sénateurs au rôle si diminué ? On a assisté à une complète inversion dans ce domaine : sous la IIIe République, les « affaires » compromettaient le plus souvent des parlementaires. Le scandale de Panama a été la plus importante de toutes les affaires de corruption.

LE PAROXYSME DE LA CORRUPTION LE SCANDALE DE PANAMÁ
Enlisée, au sens propre du mot, dans des travaux dont nul ne pouvait plus prévoir l’achèvement et le coût, la Compagnie universelle du canal de Panama avait dû, à de nombreuses reprises, lancer des emprunts supplémentaires. Comme il devenait de plus en plus difficile d’attirer l’épargne publique, on corrompait les banques par des commissions généreuses, et surtout la presse, chargée de berner les épargnants. Ce scandale, comme tous les autres, l’atteste : la presse, sous la IIIe République, est bien plus vénale que le monde politique.
En 1888, un emprunt « à lots » est lancé, qui nécessite une autorisation votée par le Parlement. Cornélius Herz et Jacques de Reinach achètent alors les parlementaires. Au moins 104 députés et sénateurs auraient reçu un chèque (la presse parlera des « chéquards »). Quand le scandale éclate, en 1892, on retrouve les talons de 26 chèques rédigés par le baron de Reinach (qui s’est suicidé) à « Roch » (Jules Roche), « Pro » (Antonin Proust) ou encore « Rouv » (Maurice Rouvier). Les sommes varient de 20 000 à 50 000 francs par chèque (l’équivalent de 60 000 à 150 000 euros environ). Les 26 chèques totalisent 3 390 475 francs, dont 2 335 475 francs sans ordre et sans doute redistribués par Herz. Par ailleurs, l’ancien président du Conseil Floquet a reçu plus de 300 000 francs convertis en fonds secrets pour les campagnes électorales des adversaires de Boulanger en 1889. Clemenceau et Freycinet sont compromis, car leurs journaux étaient aidés ou financés par Cornélius Herz. Clemenceau, Ranc et Rouvier étaient en outre intervenus en faveur de ce dernier. Sur le plan judiciaire, l’emploi d’un code (pourtant transparent) au lieu du nom sauve les bénéficiaires. Seul l’ancien ministre Baïhaut (qui a avoué) est condamné parmi les hommes politiques. La sanction par l’opinion publique est bien plus dure : le discrédit est jeté sur l’ensemble de la classe politique, sinon sur la République. Même Clemenceau et Rouvier, pourtant plus coriaces que les autres, sont tenus à l’écart de tout mandat pendant des années.
Scandale hors du commun par les sommes engagées comme par le simplisme des moyens mis en œuvre, l’affaire de Panama a eu des effets curateurs sur les mœurs politiques de la IIIe République. Aucune affaire ultérieure ne concerne un aussi grand nombre d’élus ni ne met en jeu de pareilles sommes. « Paradoxalement, a pu conclure Jean-Yves Mollier, le scandale, l’antiparlementarisme qu’il a sécrété, ont protégé la France de l’organisation d’un système qui a pu s’implanter aux États-Unis mais avait moins de chances d’effectuer une percée durable dans notre pays [...]. Les représentants du peuple devraient admettre la nécessité de la pureté des mœurs et mettre en harmonie pratiques individuelles et discours publics. Marianne, ébranlée par les péripéties politico-financières de l’affaire, demeurerait une fiancée exigeante. »

20Les scandales qui défraient la chronique au début des années 1930 sont bien moins faciles à décrire et, quand ils compromettent un homme politique, c’est indirectement. Ainsi, en 1930, l’affaire Oustric amène le garde des Sceaux Raoul Péret à démissionner. Avocat d’Oustric, il était intervenu plusieurs années auparavant pour lui obtenir une procédure dérogatoire aux règles fixées pour l’introduction d’une valeur en bourse de Paris. La faute était plutôt légère et ses honoraires d’avocat avaient constitué sa seule rétribution. C’est peut-être d’ailleurs là que réside la principale source de la corruption : la confusion entre le métier d’avocat et celui de la politique. Les avocats sont le groupe professionnel le plus représenté au Parlement et il est rare qu’ils abandonnent complètement leur premier métier pour celui de la politique. La confusion des deux est génératrice de tentations, parfois davantage... Le problème est posé en 1907 lorsque Ferdinand Rabier, député du Loiret, est entraîné dans le scandale suscité par son client Henri Rochette, ou encore pour Albert Dalimier (l’un des avocats de Stavisky) et Pierre-Étienne Flandin au début des années 1930. Parce qu’ils passent pour influents, les hommes politiques avocats sont souvent sollicités par les affairistes. Du conseil juridique à l’intervention, il n’y a qu’un pas, et lorsque le client se nomme Oustric ou Stavisky, un élu de la République est compromis. Le député-maire de Bayonne Joseph Garat est autant une victime (de sa sottise) qu’un complice de Stavisky dans l’affaire du Crédit municipal de Bayonne : ce dernier l’avait placé à la direction de cette banque au fonctionnement crapuleux de laquelle il ne comprenait rien. Si l’affaire Stavisky est si justement célèbre, c’est plutôt parce que l’on n’a jamais su l’ampleur des compromissions. Ce maître parmi tous les escrocs des années 1920 et 1930 (il a d’abord bénéficié de... 19 renvois ou non-lieux avant de « tomber » en 1933) pouvait être en mesure de compromettre nombre de dirigeants politiques s’il parlait. Toutefois, il s’est opportunément « suicidé » d’une balle de revolver (ayant parcouru 3 mètres ! « Ce que c’est que d’avoir le bras long », ironisa Le Canard enchaîné) juste avant son arrestation ; d’ailleurs, son dossier, ainsi que le conseiller Prince qui le détenait, ont mystérieusement disparu peu après. Le procureur était le beau-frère du président du Conseil Chautemps, etc. Trop de miracles et de coïncidences pour l’opinion publique déchaînée par cette affaire. Tous les avocats qui peuplaient les assemblées n’ont heureusement pas eu des Stavisky pour clients. Se défendant lui-même d’avoir été l’avocat-conseil d’une affaire douteuse, Flandin rappela l’exemple d’un procès opposant les deux industriels du textile Paul Lederlin et Marcel Boussac, où les deux dirigeants socialistes Léon Blum et Joseph Paul-Boncour s’étaient retrouvés face à face. Tous ces scandales dans lesquels des avocats ont été compromis (Péret, Dalimier) ou simplement couverts de reproches (Flandin) et tous ceux auxquels on n’a rien trouvé à redire (Blum, Paul-Boncour) posent plus généralement la question de la frontière entre les activités professionnelles et le mandat des élus.

21La faible rémunération directe des mandats politiques constitue un obstacle à la professionnalisation du métier. Dès lors que ces hommes conservent, même partiellement, une autre activité professionnelle, la confusion des genres prête à suspicion. Les avocats sont les plus nombreux dans ce cas, mais pas les seuls.

22Que n’a-t-on pas dit de la double carrière de Maurice Rouvier, sans cesse accusé de mêler la politique et les affaires ? Né dans une famille assez modeste (son père était restaurateur), Rouvier a bâti une fortune imposante dans la finance : à sa mort, la Banque française pour le commerce et l’industrie (communément appelée « Banque Rouvier ») avait un actif de 307 millions. Il n’est d’ailleurs pas le plus bel exemple d’ascension sociale : Paul Doumer, fils d’un ouvrier et d’une femme de ménage, modeste professeur de collège à ses débuts, a fini multimillionnaire et président de la République. Néanmoins, dans le cas de Doumer, il est assez facile de distinguer, ne serait-ce que chronologiquement, sa carrière politique et sa carrière dans la finance. C’est impossible pour Rouvier, qui a mené les deux de front. Ministre dans le gouvernement Gambetta en 1881, il l’a été si souvent jusqu’en 1892, puis de 1902 à 1906 (entre-temps il y a eu Panama), qu’il a été huit fois ministre des Finances en l’espace de dix ans. Il a été président du Conseil en 1887 et en 1905. Simultanément, il est passé de la direction d’une maison de commerce marseillaise à la troisième banque d’affaires de la place de Paris (rang occupé par la BFCI derrière la Banque de Paris et des Pays-Bas et la Banque de l’Union parisienne).

23Tout au long de cette double carrière, il a été accusé de se servir de la politique pour ses affaires. Dans les années 1880, la presse de droite affirmait qu’il faisait circuler des rumeurs, depuis le ministère des Finances, pour spéculer sur les emprunts d’État. Cela n’a pas été prouvé ; est-ce inimaginable ? Il a évidemment été compromis dans le scandale de Panama : il avait reçu 50 000 francs directement et 40 000 indirectement. En sens inverse, toutefois, Jean Estèbe a observé que la BFCI souffrait de sa présence au gouvernement en 1902-1906 (de bonnes affaires lui échappaient, tandis qu’elle était engagée dans de plus mauvaises au Maroc, à l’instigation du Quai d’Orsay), alors qu’elle prospérait quand il n’était plus ministre, de 1906 à 1911. C’est encore plus net pour Paul Doumer qui a bâti l’essentiel de sa réussite dans la haute finance pendant la période 1906-1914 où il n’était plus ni ministre (il l’a été en 1895-1896, puis de nouveau en 1917, 1921-1922 et 1925-1926), ni gouverneur d’Indochine (il l’a été brillamment de 1897 à 1902), ni même président de la Commission des finances (de 1902 à 1904) ou candidat à la présidence de la République (il a justement été battu en 1906), à laquelle il a été élu en 1931, à 74 ans, alors qu’il s’était retiré des affaires depuis longtemps.

24Pour un Doumer ou un Rouvier, combien de dizaines d’élus ont perdu de l’argent au cours de leur carrière politique et combien de milliers d’autres n’ont pas entrevu de lien entre les affaires et l’argent ? Ceux n’ayant pas d’activité lucrative en plus de leurs mandats politiques n’ont guère la possibilité de s’enrichir. Au mieux la succession des mandats leur permet-elle de mener un train de vie modeste mais convenable.

25Après 1902 et jusqu’en 1940, quand la « République radicale » succède à la « République des hommes d’affaires », un style de vie simple, ostensiblement modeste, s’impose au point de devenir un conformisme. Il est repérable dans les vêtements : afficher un certain négligé vestimentaire (Jaurès spontanément, des dizaines d’autres avec préparation), sans aller jusqu’à paraître crasseux (Camille Pelletan), est devenu une pose obligée en même temps qu’une mode. À rebours, ceux qui affichent une trop grande élégance (André Tardieu, « le mirobolant », ou Joseph Caillaux et son monocle aristocratique) font jaser. Ils détonnent. Boni de Castellane, l’arbitre des élégances à la Chambre, y introduit même peut-être une nuance de mépris à l’égard des mœurs républicaines. Il en va de même pour le logement : la bohème affairée devient la norme. Voici une description tirée des Souvenirs d’Emmanuel de Las Cases, sénateur de Lozère, en visite chez Aristide Briand, au 52, avenue Kléber, le 20 octobre 1917 :

« Appartement très simple [...]. Le maître de céans apparaît en pyjama kaki en grosse laine très paysanne n’était son coloris. Il me fait traverser deux ou trois piécettes où travaillaient des secrétaires et me reçoit dans une salle à manger où, sur une petite table que pourrait chanter Manon, d’un éparpillement de journaux surgit une tasse de chocolat en partie avalée. Meubles très ordinaires, papiers modem style, le tout sans liaison. On semble entrer dans la “Vie de Bohème”. Mais il ne sied point à un politicien qui fut lancé, sans fortune, dans les plus hautes situations de s’inspirer en la modifiant de l’épitaphe grecque et de faire dire aux visiteurs surpris : “Aristide vit pauvre.” Très aimablement, M. Briand s’excuse de son négligé. »

26On possède également une description authentique de l’appartement parisien de Jean Jaurès par Jules Romains (dans Les Hommes de bonne volonté), Léon Daudet dépeint celui de Jules Simon, Julien Benda celui d’Eugène Spuller, etc. Tous égrainent les mêmes clichés : désordre artiste, ambiance affairée et surtout « très simple ». Là aussi, ceux qui s’éloignent de ce conformisme détonnent. Ayant reçu à déjeuner ses collègues de la Fédération républicaine (pourtant rarement issus des couches les plus défavorisées...) dans son somptueux hôtel de la rue de Clichy en décembre 1927, François de Wendel, cité par Jean-Noël Jeanneney, remarque :

« Le faste des salons second Empire intimide plus mes collègues que les appartements du second étage. C’est trop différent de leurs intérieurs. »

27À défaut de s’enrichir, ce que le seul métier politique ne permet pas, il est donc possible d’atteindre une honnête aisance, un train de vie « très simple » mais confortable en se consacrant à plein temps à la politique. Le cumul des mandats y aide. Les passages dans les ministères le facilitent beaucoup. Les réélections successives davantage encore : nous avons vu que, si une campagne électorale peut être ruineuse, celle d’un candidat sortant l’est toujours moins.

28La véritable clé de la professionnalisation du métier de la politique, c’est donc la capacité à durer.

Savoir durer...

29Une enquête conduite par des historiens de l’université de Bordeaux, portant sur les 337 députés ou sénateurs qui ont représenté les cinq départements formant l’actuelle Aquitaine, établit la durée moyenne de la carrière parlementaire à 10,8 ans. Une enquête comparable menée par les historiens de l’université de Lille pour les parlementaires du Nord et du Pas-de-Calais aboutit à un résultat très proche : 10,1 ans. On peut présumer que d’autres données confirmeraient cet ordre de grandeur : environ dix ans, soit deux ou trois mandats de députés (quatre ans) ou plus d’un mandat de sénateur (neuf ans).

30En réalité, ces moyennes générales ne permettent pas de mesurer le degré de professionnalisation des carrières politiques, car elles confondent en une moyenne arithmétique les ratés, les amateurs, les défaits n’ayant obtenu qu’un seul mandat et les vrais professionnels en ayant accompli plus de trois : cinq, huit et jusqu’à... douze. Ainsi, parmi les 436 députés et sénateurs de la Seine en 1871 et 1940 (enquête dirigée par Jean-Marie Mayeur), on en compte 173 ayant siégé moins de six ans, mais 105 dont la carrière dépasse seize ans. De même, en Aquitaine, environ 40 % des députés n’ont réalisé qu’un mandat de quatre ans, 22 % en ont accompli au moins quatre, et ceux ayant été députés puis sénateurs (ou l’inverse, mais c’est très rare) ont siégé vingt-trois ans en moyenne.

31On trouve donc d’un côté ceux qui n’ont pas réussi à faire un vrai métier de la politique, qui n’ont obtenu au mieux qu’un seul mandat. Ils n’ont pas leur place dans ce livre. De l’autre, les professionnels ayant siégé des dizaines d’années. Le record absolu est détenu par Gaston Thomson, qui a siégé cinquante-quatre ans et trois cent vingt jours à la Chambre des députés de 1877 à 1932. Proche de ce sommet, Georges Leygues a été élu ou réélu douze fois député du Lot-et-Garonne et a siégé quarante-huit ans. Il faut dire qu’il avait commencé tôt : maire de Villeneuve-sur-Lot à 25 ans, élu député à 28 ans. Sa carrière ministérielle a en outre été parmi les plus brillantes : il a été nommé ministre vingt fois, soit treize ans et sept mois. Ce ne sont pas là des records, mais si on réfléchit de nouveau en termes de professionnalisation, on comprend aisément pourquoi un homme ayant cumulé quarante-huit ans d’indemnités parlementaires et quelque quatorze années de traitement de ministre est mort millionnaire. La longévité ne constitue peut-être pas le meilleur critère de la réussite professionnelle en politique, mais on constate que les principaux dirigeants de la IIIe République ont accompli de longues carrières : Méline a siégé quarante-huit ans, Barthou quarante-cinq ans, Freycinet quarante-quatre ans, Poincaré quarante-deux ans, Caillaux quarante et un ans et Clemenceau quarante ans. Si Herriot n’a siégé que vingt-huit ans (du moins sous la IIIe), c’est parce qu’il a débuté tard (en date : en 1912), tandis qu’Aristide Briand a entamé sa carrière à un âge avancé (40 ans) et n’a siégé que vingt-neuf ans ; quant à Léon Blum, il a commencé trop tard en âge (47 ans) et en date (1920) pour durer plus de vingt ans et demi.

32La même longévité s’observe dans les mandats locaux. L’enquête sur les maires codirigée par Maurice Agulhon, Louis Girard, Jean-Louis Robert et William Serman montre que la durée moyenne du mandat est d’environ dix-sept ans. Elle tend à s’allonger pendant la IIIe République : quinze ans pour la génération des maires des années 1880, dix-huit ans pour ceux des années 1930. Là aussi, il s’agit d’une moyenne entre des étoiles filantes ayant raté leur carrière politique (un seul mandat) et des institutions municipales comme Edouard Herriot à Lyon, Maurice Viollette à Dreux (mais tous deux débordent sous la IVe République) ou Jules Siegfried au Havre, demeurés maires plus de quarante ans, voire plus de cinquante. Les réélections multiples (quatre en moyenne) éclairent ce lien entre réussite et durée : les trois quarts des maires qui se représentent sont réélus, et ce sont les réélections qui permettent de véritablement professionnaliser une carrière d’élu.

33Il n’existe pas d’étude aussi complète pour les conseillers généraux, et les conseillers d’arrondissement attendent toujours leur historien. On ne court néanmoins pas grand risque à présumer que la durée moyenne des carrières est proche de celle des maires. La durée de chaque mandat (six ans) tire sans doute la moyenne vers le haut. D’autre part, ces élus sont déjà en immense majorité conseillers municipaux (voire maires) dans le canton où ils se font élire conseillers. Que les deux carrières, municipale et départementale, aient une durée voisine paraît donc probable.

34Les réélections multiples constituent donc une première condition nécessaire à la professionnalisation du métier de la politique, et ce à tous les niveaux, municipal, départemental ou national. On constate là une évidence rassurante : en démocratie, c’est le vote populaire qui permet les carrières politiques.

35Cependant, pour accéder – et surtout se maintenir – aux sommets, il faut une seconde sanction : la reconnaissance par les pairs. On devient – et surtout on redevient – ministre grâce au choix des autres hommes politiques. Rappelons que le « métier » de ministre, si épisodique et précaire soit-il, est le seul suffisamment rémunéré pour permettre de vivre confortablement de la seule activité politique. La reconnaissance par ses pairs est donc la seconde condition nécessaire à la professionnalisation du métier politique.

36Parmi les ministres aussi, la plus grande inégalité règne. Sur 631 ministres ou sous-secrétaires d’État, 360 n’ont accédé à cette fonction qu’une ou deux fois. Ce sont les étoiles filantes du ministériat dont les passages au pouvoir se comptent en mois, souvent en semaines. En revanche, 35 hommes ont été 516 fois ministres ou sous-secrétaires d’État à eux seuls (14 fois chacun en moyenne). Ce sont les professionnels de la carrière ministérielle. Aristide Briand arrive en tête avec 25 nominations, suivi par Albert Sarraut (22), Georges Leygues (20), Édouard Daladier (18), Henri Queuille, Camille Chautemps et Louis Barthou (17 nominations chacun). La durée de vie d’un gouvernement allant de quatre jours à trois ans, sans doute est-il plus juste de comptabiliser la durée en temps. Albert Sarraut arrive alors premier (dix-huit ans et deux mois), suivi par Aristide Briand (seize ans et cinq mois), puis Louis Barthou (quatorze ans et deux mois) et Georges Leygues (treize ans et sept mois). Ces durées imposantes (tous dépassent la durée d’existence de la IVe République, sans parler de régimes éphémères comme la IIe République, le Directoire, le Consulat, etc.) révèlent un fait passé inaperçu jusqu’à la thèse de Jacques Ollé-Laprune publiée en 1952 : s’il y a instabilité gouvernementale, il y a stabilité ministérielle. Nombre de changements de gouvernement sont à peine plus que des remaniements et, quand on remplace complètement une équipe, on choisit chaque ministre parmi un petit nombre d’individus supposés aptes, de telle sorte que ce sont les mêmes hommes qui se suivent ou alternent pendant dix ou quinze ans dans les ministères. Mattei Dogan a même montré que la stabilité ministérielle était aussi grande en France qu’en Grande-Bretagne où pourtant chaque gouvernement dure cinq fois plus longtemps. Des spécialisations individuelles sont confortées par le rôle des commissions parlementaires. Aristide Briand a été dix-sept fois ministre des Affaires étrangères pour une durée de neuf ans et deux mois ; en outre, entre 1920 et 1931, quand il n’est pas ministre il siège à la Commission des affaires étrangères de la Chambre des députés. Henri Queuille a été douze fois ministre de l’Agriculture pour une durée de onze ans et dix mois ; de 1920 à 1940, quand il n’est pas ministre, il siège à la Commission de l’agriculture de la Chambre où il est en mesure de terroriser les ministres « de passage » venus défendre des dossiers qu’ils connaissent souvent moins bien que lui. On atteint au même degré de professionnalisation achevée avec Rouvier et Caillaux aux Finances, Daladier à la Guerre, Georges Leygues à la Marine ou Clémentel au Commerce. À ce niveau, ministre est un vrai métier et une véritable profession.

37La plus importante des fonctions, la présidence du Conseil, ne permet pas la même spécialisation. La « compétence » en ce domaine cède le pas aux considérations politiciennes. On y observe pourtant l’habituelle inégalité, valable pour tous les emplois politiques, entre les éphémères (le record est détenu par Frédéric François-Marsal : quatre jours en juin 1924) et les habitués. Aristide Briand arrive largement en tête avec onze présidences du Conseil, suivi par Charles Dupuy, Alexandre Ribot et Raymond Poincaré (cinq fois chacun). Aristide Briand est décidément l’homme de bien des records : vingt-cinq fois ministre, onze fois président du Conseil... mais aussi, last but not least, le personnage le plus souvent cité dans ce livre. Il faut également prendre en considération la durée des présidences du Conseil plus encore que leur nombre. Georges Clemenceau n’a été que deux fois président du Conseil, mais pendant presque cinq ans, ce qui le place en deuxième position derrière Raymond Poincaré (six ans et un mois) et devant Aristide Briand (quatre ans et huit mois), Charles de Freycinet (quatre ans et deux mois) et Pierre Waldeck-Rousseau (trois ans, mais en une seule fois). Évidemment, on arguera qu’additionner des mois ne rend pas bien compte de l’importance des hommes et des politiques : le gouvernement Léon Blum de 1936-1937, qui n’a duré que douze mois, a bien sûr laissé une plus grande trace dans l’histoire que celui de Jules Méline qui, en 1896-1898, a passé vingt-six mois en immobilisme et en frilosités. Observons que l’« importance », les effets à long terme ou la postérité historiographique ne se quantifient pas.

38Quantitativement, donc, Raymond Poincaré, ministre durant huit ans et huit mois, député vingt-cinq ans, sénateur huit ans, président de la République pendant sept ans et surtout plus de six ans président du Conseil (le record), a sans doute été le plus professionnel des professionnels de la politique sous la IIIe République.

© Presses universitaires de Perpignan, 2003

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540