Version classiqueVersion mobile

L'Internet et la démocratie numérique

 | 
Philippe Ségur
, 
Sarah Périé-Frey

Conclusion : Internet, numérique : quel horizon pour la démocratie ?

Christophe Euzet

Texte intégral

1Les outils informatiques, loin de se limiter à leur rôle instrumental, ont investi depuis quelques années la vie courante des sociétés humaines, jusqu’à en affecter profondément la nature même. Le phénomène, d’une exceptionnelle rapidité, ne devait durablement manquer d’interpeller les systèmes politiques dans le cadre desquels il trouve à se déployer.

2Prenant acte de cette réalité, de son actualité indéniable et de ses enjeux cruciaux, le Professeur Philippe Ségur a mobilisé la promotion du Master en « transformations de l’action publique » afin d’en aborder, justement, à la fois les dimensions et les implications au regard de la démocratie.

3L’investissement, que n’a pas manqué de fournir le plus grand nombre, investissement dont le présent ouvrage constitue un fidèle recueil, est le témoignage de l’intérêt intrinsèque du questionnement dont il a été l’objet, mais aussi du caractère intergénérationnel des problématiques qu’il contient en germe : internet et le numérique, en ce qu’ils « impactent » fondamentalement le système démocratique, passionnent les plus jeunes comme les plus anciens.

  • 1 V. l’introduction d’Elsa Forey
  • 2 V. l’Avant-propos de B. Mocquet.

4L’opportunité remarquable offerte aux étudiants de la promotion par Philippe Ségur, de faire la preuve de leur aptitude à l’analyse et à la réflexion de haut niveau à travers des outils pédagogiques réellement innovants, aura honoré toutes ses promesses. Soutenus dans leur démarche par Sarah Perié-Frey (ATER en droit public à la Faculté de droit), encadrés et portés pas son investissement sans faille, les jeunes chercheurs ont par ailleurs bénéficié de l’appui de l’équipe doctorale en droit public, qui a su leur transmettre le souci de rendre hommage à la confiance qui leur était accordée. La légitimité et l’exigence de rigueur scientifique ne furent ainsi jamais en reste. La professeure Elsa Forey1, en mettant l’accent sur les dimensions essentielles du sujet dans sa précieuse introduction d’une part, puis en recadrant avantageusement les débats tout au long de la journée de conférence d’autre part, a permis à l’ensemble du colloque de tenir tous ses engagements en ouvrant, au surplus, des perspectives d’avenir intellectuellement vivifiantes. Le Vice-président Bertrand Mocquet2, porté par sa solide expérience en matière numérique, a tout autant contribué à favoriser la hauteur de vue des réflexions.

5La promotion du Master a fait preuve, dans son ensemble, de grandes qualités analytiques et, très souvent, d’une éloquence remarquable. Le lecteur du présent ouvrage se sera fait juge de l’aptitude à la recherche dont elle a collectivement fait montre, attestée par le riche contenu et la portée appréciable des contributions. L’auditeur de la journée aura, en outre, immanquablement apprécié la fraîcheur et l’enthousiasme dans lesquels a pu baigner l’amphithéâtre toute la journée durant ; comme pour mettre en communion, au-delà des générations, les deux dimensions fondamentales du droit public, embrassées l’une comme l’autre par la manifestation. Normative, technique et résolument juridique à certains égards ; humaine, sociétale et profondément réflexive, à d’autres. Comme pour rendre risquée, aussi, toute prétention à conclure.

*

  • 3 V. supra J. Lespagnol, « L’influence de l’internet sur les candidats ».

6C’est fort à propos que Dominique Cardon a pu écrire qu’« internet n’est pas un outil comme les autres »3. La généralisation du numérique et du réseau internet ne constitue pas simplement, il est vrai, un progrès parmi d’autres, une amélioration de plus des techniques et des vecteurs de communication. Elle a déjà accouché d’un processus de mutation sociétale bien plus puissant même qu’une révolution, car sans retour en arrière possible pour les sociétés humaines. A n’en point douter un seul instant, l’avènement de l’outil internet provoquera inexorablement le basculement vers une post-humanité.

  • 4 Naguère, la cybernétique était encore l’étude des systèmes d’organisation du pouvoir. Provenant du (...)

7Il ne s’agissait toutefois nullement, dans le cadre du présent ouvrage, de s’approprier toutes les dimensions problématiques liées au phénomène. Car c’est avant tout la transformation du système d’organisation politique et sociale que nous connaissons qui interpelle la pensée des analystes du droit public4. Or la démocratie constitutionnelle et représentative, organisée par le droit, ne manque pas d’ores et déjà d’être travaillée en profondeur par les évolutions plus globales en cours.

  • 5 J.-J. Rousseau, Discours sur les progrès des sciences et des rats par un citoyen de Genève, 1750.

8Cette transformation en marche, parfois idolâtrée, souvent décriée, convoque la pensée du droit public et lui intime d’organiser sa réflexion de façon à saisir sa vraie mesure. Ernest Renan avait lu dans l’avènement de la civilisation hellénistique « un miracle grec » dont tout laisse à penser aujourd’hui qu’il est sur le point de se reproduire. Mais la dimension des progrès actuels et leur portée potentielle invitent cette fois à raison garder. L’adoubement sans recul de l’internet et de ses possibilités illimitées pourrait en effet féconder, si l’on n’y prenait garde, un purgatoire sans retour pour la démocratie, dans une version devenue exclusivement numérique. Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, écrivait déjà Rabelais. Rousseau avança plus tard l’idée que le progrès, dans le domaine des arts ou des sciences, ne faisait pas à coup sûr une avancée pour l’Homme5.

9Il ne s’est certes jamais agi, au long cours des investigations, de rejeter en bloc le Progrès technologique majeur que constitue l’avènement de l’ère numérique. Les communications qui se sont succédées n’ont pas manqué de souligner, avec force, les apports du numérique et de l’internet à la démocratie. Ils sont nombreux il est vrai et donnent au système pluraliste et représentatif classique une dynamique nouvelle qu’il était important de mettre en relief (I). Néanmoins, les travaux n’ont pas pour autant manqué de cibler un certain nombre de menaces et de dangers liés à ces nouveaux outils, que la puissance publique s’attèle désormais à prendre en charge (II). Souvent efficaces, mais d’une portée limitée dans le temps, les dispositifs juridiques initiés sont continuellement appelés à se renouveler et exposent les pouvoirs publics à des contraintes et des enjeux normatifs inédits. En tout état de cause, l’internet et le numérique qui lui sert de conducteur, semblent porteurs de périls plus diffus encore, qui suggèrent une réflexion en profondeur sur le système démocratique d’organisation sociale que nous pratiquons (III).

I. Renouveau démocratique et revivification inachevée du modèle

10Il ne fait aucun doute que la mutation communicationnelle provoquée par l’internet et son support numérique a revivifié un modèle démocratique longtemps figé dans une version mélangeant la théorie de la représentation et l’apport résiduel des mécanismes semi-directs de souveraineté populaire, de type référendaire notamment (A). Aux yeux des promoteurs du numérique et du réseau mondial toutefois, les transformations en cours se heurtent encore à des obstacles qui, lorsqu’ils seront dépassés, accoucheront d’une nouvelle forme de gouvernance sociétale (B).

A. Les dynamiques régénératrices

  • 6 V. supra M. Fraysse, « La promotion de l’opinion individuelle : les blogs ».
  • 7 J. Lespagnol, déjà citée.

11Le rythme politique s’est d’abord considérablement accéléré à la faveur de nouveaux vecteurs de diffusion de l’information. L’apparition de générations novatrices de médias6 numériques, et bientôt, la prolifération du procédé du « twitt »7, jusque dans les rangs de la représentation nationale et de ses instances, ont profondément transformé la façon même d’aborder la gestion de la Cité politique.

  • 8 V. supra C. Bordes, « L’essor d’un idéal de partage : les projets contributifs ».

12Les projets constitutifs et les forums numériques de type « think tanks », ont contribué, dans le même mouvement, à redynamiser le débat démocratique, souvent dénoncé comme déclinant, tant en intensité qu’en contenus8. L’omniprésence de l’échange d’idées politiques sur « la toile » n’a pas manqué, concomitamment, donner un nouvel élan aux campagnes électorales, régulièrement stigmatisées pour leur manque de vitalité intellectuelle.

  • 9 P. Bourdieu, Architecture gothique et la pensée scholastique, 1967.
  • 10 V. supra O. Bernad, « La recomposition de l’espace privé et de l’espace public ».
  • 11 M. Fraysse, déjà citée.

13L’habitus politique démocratique9 s’est, de la même façon, rapidement et substantiellement reconfiguré. La transparence du réseau internétique10 (qui rend l’information accessible directement au plus grand nombre), doublée à son instantanéité (qui permet une accélération de l’échange sans précédent au regard de l’Histoire), y a contribué pour beaucoup. Elle a surtout favorisé l’éclosion de l’individu comme acteur permanent de la vie politique : le blog alimenté par le simple citoyen cohabite désormais avec celui du militant politique, de l’opposant déterminé ou encore celui de l’élu en charge de responsabilités11. Cette éclosion a parfois été favorisée par l’anonymat, qu’offrent, à de multiples égards, les modes d’expression rendus possibles par « la toile ». En facilitant l’émission d’opinions personnelles non assumées, internet libère et alimente, il est vrai, des champs idéologiques qui restaient contenus à la sphère privée avant son apparition.

  • 12 J. Lespagnol, déjà citée.
  • 13 V. supra J. Laviers, « Un renouvellement du système représentatif ? Les partis pirates ».
  • 14 V. supra S. Fougère, « L’internet comme outil de marketing politique ».

14Les nouveaux modes d’interaction ont enfin stimulé la régénérescence du modèle démocratique représentatif traditionnel. Les sites, les blogs, les forums, les nouveaux médias et les twitt notamment, ont considérablement enrichi la réflexion politique, précisément en nourrissant abondamment celle des hommes et des femmes politiques eux-mêmes12. Mieux encore, des partis politiques dits « pirates » ont investi le champ de l’offre politique en se structurant autour d’une contestation systématique du référent démocratique entendu dans son acception classique, toujours dans la perspective de sa redynamisation13. De nouvelles formes de marketing politique ont fait irruption sur le réseau numérique dans le double objectif d’aspirer les idées nouvelles, d’une part, et de socialiser les courants de pensée émergents14.

  • 15 V. supra O. Saly-Rousset, « L’individualisation de la propagande ».
  • 16 V. supra J. Ziegler, « Cyberdémocratie et démocratie participative ».

15Dans le cadre de ce que l’on pourrait appeler une certaine « effervescence démocratique », les deux décennies d’internet ont ainsi introduit d’innovants processus de socialisation culturelle et politique15 et ouvert la voie à un formidable espoir de démocratie participative16.

B. Les obstacles provisoires à l’aboutissement du renouveau démocratique

16Les avancées du monde numérique et du réseau internet se heurtent toutefois, lorsque l’on prend le parti de les observer de façon résolument positive, à un certain nombre de limites matérielles, que l’on peut raisonnablement considérer comme ayant vocation à se dissiper dans le temps.

  • 17 V. supra C. Trilha, « La fracture numérique : les inégalités d’accès ».

17D’une part, il existe à ce jour une fracture numérique ou, en d’autres termes, une inégalité d’accès manifeste à l’outil internétique, qui fait que chacun n’a pas les moyens matériels, selon sa localisation géographique ou son milieu social, d’intégrer avec la même facilité le réseau mondial. Une ligne de partage s’établit clairement entre les pays, plus ou moins avancés technologiquement, mais aussi, à l’intérieur des frontières étatiques, entre les différentes catégories sociales, qui ne disposent pas des mêmes ressources17. Les écarts sont ainsi véritablement significatifs entre les sociétés occidentales et les pays en développement, mais aussi entre les classes supérieures de ces mêmes Etats, peu nombreuses, et la grande majorité des populations déshéritées.

  • 18 J. Laviers, déjà cité.

18D’autre part, les avancées constatées en matière de renouveau démocratique, comme le développement des partis pirates examinés plus haut par exemple, peinent en s’enraciner dans la durée. Lesdites formations, comme tous les vecteurs inédits de dynamisation, ne dépassent pas, jusqu’à présent, le stade du « phénomène de mode », ce qui leur permettrait de s’inscrire dans des processus temporels plus durables18.

19Par ailleurs et surtout, la perspective d’une nouvelle accélération démocratique, qui passerait par la consultation référendaire systématisée et instantanée sur la toile, ainsi que par la généralisation du vote électronique, afin d’améliorer significativement les taux de participation et d’implication des populations, ne trouve pas à se concrétiser efficacement dans l’immédiat. Il est vrai que les difficultés techniques persistantes, les questions liées à la sécurité des suffrages et à la fidélité des votes, insurmontables à ce jour, font peser sur les procédés envisagés des menaces sérieuses de falsification, qui diffèrent pour un moment encore leur généralisation.

II. Dégénérescence du modèle et contraintes régulatrices

20L’indéniable dynamisation démocratique et les espoirs qu’elle soulève pour l’avenir, ne sauraient cependant masquer les menaces que font peser le réseau internet et son support numérique sur le système pluraliste et libéral (A). Internet donne lieu, aussi, à une multitude de comportements déviants qui contraignent la puissance publique à prendre en charge sa régulation (B).

A. Comportements déviants

21Les facilités offertes par les nouveaux outils numériques sont accompagnées d’un cortège d’agissements incivils provenant des administrés, mais aussi et de façon plus surprenante a priori, des dirigeants politiques eux-mêmes.

  • 19 J. Habermas, Morale et communication, Conscience morale et activité communicationnelle, 1983.
  • 20 V. supra V. Espiago, « Désinformation, subversion, hacking : les actions antidémocratiques ».
  • 21 Ibid.
  • 22 V. supra G. Forgtiba Sourma, « Cybercriminalité, ordre public économique et déstabilisation de l’Et (...)

22Aux antipodes de l’entente communicationnelle prônée par Jürgen Habermas19, les comportements incivils des gouvernés n’ont pas manqué d’investir massivement le réseau internet. Le « spyware » et le « trollage » y sont désormais pratique courante et parasitent notablement la fluidité des échanges qui se nouent sur le web. La propagande, tant politique, qu’économique et culturelle, s’est rapidement fait jour au cœur du réseau numérisé. Le hacking et la désinformation de masse y sont tout autant monnaie courante20. De fait, la délinquance numérique, qui s’entend du petit méfait (intrusion communicationnelle non désirée) au détournement de fonds et peut aller jusqu’au cyber-espionnage ou au cyber-attentat21, pose des problèmes multiples tant en matière sécuritaire qu’en matière économique et financière22. Les implications sont nombreuses en effet, et contraignent la puissance publique à aborder sans détour la question de l’indispensable régulation.

  • 23 P. Ricœur, Le Juste, I, Esprit, 1995.
  • 24 R. Girard, La violence et le sacré, 1972.

23Pourtant, les décideurs publics eux-mêmes, comme l’ensemble des prétendants et des acteurs politiques d’ailleurs, ne sont pas à l’écart des comportements décriés. Loin de l’éthique chère à Paul Ricoeur23, on constate en effet des utilisations déviantes du réseau pendant les périodes de campagnes électorales et, en définitive, bien au-delà. Des armées de bloggeurs, de snipers numériques et de twitters, mandatés ou non par leur hiérarchie politique, entretiennent en effet au quotidien une déferlante d’information, de réponses et de contre-réponses et de rumeurs de toutes natures destinées à socialiser à leur bénéfice la pensée politique du réseau. L’instantanéité et l’illusion de l’interaction perpétuelle établissent ainsi une proximité de façade entre les gouvernés et leurs gouvernants qui n’est rien d’autre, en réalité, que ce que René Girard aurait pu qualifier de « médiation externe24 ».

  • 25 M. Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, 1976.

24Il en résulte néanmoins des perceptions nouvelles quant à la nature même des fonctions de représentation. On constate d’une part que l’avalanche informationnelle ininterrompue sur le réseau tend à désacraliser les hommes et femmes politiques et, plus encore la pensée et l’action politiques elles-mêmes. D’autre part, et alors que l’on pensait pouvoir trouver dans les outils numériques un gage de dynamisme collectif, de cohésion sociétale redéfinie, on constate à l’opposé des comportements attestant d’une individualisation exacerbée ainsi que des mouvements de désocialisation massifs d’individus de plus en plus coupés de leur société d’appartenance, qui inspireraient sans doute à Michel Foucault une Histoire de la Folie à l’âge numérique25.

B. Obligation de régulation pour la puissance publique

25Face aux comportements déviants provoqués par la déferlante numérique et le réseau mondial, l’autorité en charge de la régulation de la Cité politique est invitée à chercher, à expérimenter, puis à mettre sur pieds, des arsenaux juridiques de nature à les maîtriser.

  • 26 C. Bordes, déjà citée.

26Mais en amont de la régulation proprement dite, des activités d’autocontrôle instantané des échanges qui se déroulent sur la toile ont déjà vu le jour. Les « modérateurs », ainsi que les « administrateurs » des différents réseaux communicationnels, se sont multipliés et accompagnent désormais de façon systématique les discussions numériques pour en policer les contenus avant même tout intrusion de la puissance publique26.

  • 27 O. Saly-Rousset, déjà cité.
  • 28 V. Espiago, déjà citée.

27Au-delà de cette autocontrainte, que s’imposent les acteurs internétiques, ce sont aussi des dispositifs juridiques de plus en plus étoffés qui prennent en charge les abus de toutes sortes constatés sur le web. La lutte contre le « spyware » (vol numérique) et le « trollage » (intrusion non désirée dans une communication) font aujourd’hui notamment l’objet de la préoccupation normative. Les dispositifs de surveillance, voire d’enregistrement des communications privées tendent ainsi à se développer à des fins de lutte contre la cybercriminalité27. La lutte contre le « hacking » (piratage numérique) s’est elle aussi amplifiée, compte tenu des enjeux multiples qui se nouent autour de cette pratique illicite28.

  • 29 V. supra A. Novaro, « Une menace pour l’Etat ? Liberté d’expression et censure ».

28Les arsenaux juridiques, mis à la disposition des institutions habilitées à lutter contre les comportements déviants, s’accompagnent de nouvelles normes pénales, qui durcissent sensiblement les conditions d’exercice des libertés publiques relatives à l’expression. La pénalisation de plus en plus marquée des propos racistes, négationnistes, antisémites, xénophobes, homophobes, sexistes, ou encore des crimes d’apologie du terrorisme et autres atteintes aux principes fondamentaux reconnus au bénéfice de la personne humaine, tend à instaurer progressivement une sorte de « police de l’expression » qui se démarque sensiblement de la toute-liberté de principe longtemps invoquée comme argument majeur à l’égard du développement de l’internet29.

  • 30 F. Forgtiba Sourma, déjà cité.

29La multiplication des institutions publiques spécialisées dans la surveillance et la poursuite des comportements numériques déviants, tant au niveau national, qu’européen ou international, atteste du changement majeur qui tend à se faire jour en la matière30. La zone de liberté, parfois dite de « non droit » que semblait préserver le réseau mondial, voit aujourd’hui la puissance publique se reconstituer pour en reprendre le contrôle aux niveaux décisionnels et opérationnels pertinents.

  • 31 M. Foucault, Surveiller et punir, 1975.

30Néanmoins, la lutte engagée, classique en ce qu’elle est relative à la surveillance et à la punition des actions répréhensibles31, emprunte des chemins inédits et se heurte à des obstacles qui le sont tout autant. D’abord parce les inégalités de moyens entre les pays ne permettent pas aux plus démunis de mener avec efficacité l’effort contre la cybercriminalité, qui impacte pourtant bien au-delà des frontières sur le réseau mondial. Ensuite, parce que la société des Etats charrie ses rivalités et ses oppositions, qui font que la volonté de lutter contre les comportements déviants n’est nullement homogène. Certains Etats, au ban de la scène internationale, ou simplement guidés par des intérêts égoïstes, peuvent au contraire œuvrer à rendre plus opaque et délicat encore le front ouvert contre la cybercriminalité. Par ailleurs, et quand bien même les volontés concorderaient-elles pour faire face aux périls internétiques, la perception, l’évaluation, le chiffrage et les moyens d’action ne vont jamais sans difficultés majeures : les techniques de commission des irrégularités, sont par nature évolutives et peu aisées à contenir. Les volumes de triche, de fraude et plus généralement d’actes répréhensibles sont tels, qu’ils rendent toute velléité de répression systématique vaine avec les moyens actuels. Leur localisation, difficile, ne permet que rarement d’en retrouver les auteurs, surtout lorsque ces derniers ont agencé leur action aux fins de se dissimuler. Enfin, la dématérialisation du « crime » permet toujours à son auteur, lorsque la puissance publique parvient à le déceler puis à le sanctionner, de se reconstituer dès l’instant d’après sous une forme nouvelle.

31En définitive, la cybercriminalité invite la puissance publique à réguler, à surveiller et à punir de façon exponentielle, en l’obligeant qui plus est, à chercher concomitamment de nouveaux modes de régulation, de surveillance et de sanction. Elle pose donc la question plus globale du devenir du système.

III. Horizon incertain et dépassement du modèle

32Le devenir du modèle démocratique se jouera, immanquablement, autour de sa virtualité croissante (A). La dématérialisation amorcée suggère une réflexion de fond sur ses devenirs possibles (B).

A. La perspective d’une démocratie virtuelle

33Internet porte en lui des menaces moins visibles à court terme pour la démocratie que ne le sont les comportements incivils contre lesquels se mobilise aujourd’hui l’action publique.

  • 32 J. Habermas, Théorie de l’agir communicationnel, 1981.
  • 33 S. Fougère, déjà cité.
  • 34 J. Laviers, déjà cité.

34Très éloignée de l’échange non médiatisé, vital à la démocratie, qu’appelle de ses vœux Jürgen Habermas32, la numérisation de la communication tend au contraire à faire naître une sorte d’Agora virtuelle, une plateforme discursive coupée de tout lien avec le réel social. La politique virtuelle qui en découle, faite d’échanges internétiques, construit un rapprochement factice entre gouvernants et gouvernés, qui se prêtent au jeu d’une promiscuité tout aussi immatérielle33. Les partis politiques pirates, qui sont l’unique interface de concrétisation du renouveau prétendu de la démocratie politique peinent, d’ailleurs, à dépasser le stade de la mobilisation éphémère et n’obtiennent qu’à la marge des personnels politiques élus. En réalité, internet n’a aucunement provoqué une quelconque amélioration des taux de participation aux élections34. En d’autres termes, la dynamisation virtuelle du modèle n’a eu aucune prise sur son fonctionnement réel.

  • 35 G. Debord, La société du spectacle, 1967.
  • 36 Berger et Luckmann, La construction sociale de la réalité, 1996.
  • 37 M. Fraysse, déjà citée.
  • 38 C. Bordes, déjà citée.

35La prolifération du marketing politique sur la toile, semble au contraire affaiblir davantage encore jusqu’au contenu du discours politique. L’image et la formule, substituent de plus en plus le slogan communicationnel à l’émission d’idées de fond. Le message politique ainsi appauvri, se dilue dans le spectaculaire35, laissant entrevoir à certains égards une consécration posthume de l’internationale situationniste des années soixante portée notamment par Guy Debord. Face à la disparition de toute contrainte sociale réelle de nature à façonner sa réalité36, l’individu devait être invité à se construire lui-même en fonction de ses propres aspirations. Or il se trouve que le déluge informationnel véhiculé par la toile ne saurait militer en faveur d’une prééminence du politique sur les autres champs sociaux. Internet est en effet avant tout porteur de contenus sportifs, pornographiques et ludiques ; il est au premier chef l’outil de déballage de vies privées qui s’affichent sans pudeur sur les écrans reliés au réseau et ne contribue qu’à la marge à bâtir les convictions politiques37. Il est donc à redouter que le vivre ensemble démocratique ne devienne tout autant virtuel et qu’il peine de plus en plus à se concrétiser dans la réalité38.

  • 39 J. Ziegler, déjà cité.

36Plus précisément encore, la cyberdémocratie ou la démocratie cyber-participative risque bien, pour reprendre les termes de Pierre Rosanvallon39, de devenir contre-démocratie. Une sorte de réseau de Babel dans lequel chacun s’adresserait à tout le monde sans que chacun n’écoute plus personne…

B. L’indispensable conscientisation en vue du dépassement du modèle

37La post-humanité est pour demain au plus tard. Le phénomène enclenché ne manquera d’emporter le modèle d’organisation sociale que nous connaissons. Ce qui en résultera sera en toute hypothèse le produit de notre capacité à maîtriser intellectuellement les évolutions technologiques en cours. Internet et la numérisation de la démocratie exposent le référent démocratique à des réflexions majeures sur lesquelles un débat de fond, ouvert au plus grand nombre, n’a pas encore eu lieu.

38Cela tient sans nul doute au fait que, comme dans la société de Rousseau jadis, on s’est remis à croire, sans vraiment y penser, que tout progrès des sciences est un progrès pour l’Homme. Il règne en la matière une sorte de systématicité qui ringardise l’opinion critique avant même qu’elle n’ait pu se constituer. De façon surprenante, il ne s’agit pas pour autant d’un retour en force du scientisme, qui pensait pouvoir tout expliquer, mais d’un phénomène nouveau, auto-légitimant, qui se justifie par lui-même sans avoir besoin d’une finalité idéologique de support. Le questionnement sur ce point, loin de devoir être laissé en pâture aux extrémistes et aux moralistes de tous bords, gagnerait à être pris en considération par le grand nombre.

  • 40 F. Poché, Penser avec Jacques Derrida, Comprendre la déconstruction, 2007.

39Dans ce contexte, jusqu’ici peu favorable à la « déconstruction constructive 40 », le seul horizon qui se profile pour les démocraties pluralistes semble être celui de la société numérique. Il règnerait ainsi une loi de « l’obligatoriété », équivalent à une impossibilité de fait d’emprunter une voie différente, qui invite à revoir avec intérêt le premier volet de la trilogie du film Matrix, réalisé par les frères Wachowski, dans lequel la vie virtuelle finit par rendre esclaves les Hommes devenus les prisonniers inconscients de leurs écrans.

40Le contrôle de plus en plus étendu, rendu impératif par les dérives constatées sur la toile, ne nous conduit-il pas, en effet, vers un modèle d’organisation où la Liberté ne serait plus qu’un mot creux, une pétition de principe complètement dépourvue de portée concrète ? Les atteintes multiples portées à la liberté d’expression qui, par la voie du réseau et du brouillage entre sphère publique et sphère privée, tendent à façonner les bases d’une véritable « police de la pensée », suggèrent tout autant de relire parmi les plus grandes œuvres de la littérature fiction portées par notre civilisation. Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley, tout comme 1984 de George Orwell, prophétisaient, chacun à leur manière, les dérives communicationnelles et politiques que nous entrevoyons aujourd’hui. La nouvelle de Philipp K. Dick, Minority Report, avait déjà percé la logique de l’investigation pro-active, qui permet aujourd’hui aux autorités d’anticiper les comportements déviants en contribuant, parfois, à les faire éclore. Tous avaient pointé, en leur temps, les menaces totalitaires réelles qui pèsent sur toute société elle-même tentée par le contrôle total.

  • 41 F. Ost, Van de Kerchove, De la pyramide au réseau, 2002.
  • 42 G. Timsit, L’archipel de la norme, 1997.

41L’avènement de la société du réseau soulève enfin une question plus fondamentale encore, plus délicate à appréhender aussi. La fluidité du net est en effet par nature une forme non finie, dans laquelle se diluent le temps et l’espace, et qui tend à transformer au plus profond tous les objets, peut-être jusqu’à la disparition même de toute forme finie. L’Etat que nous connaissons encore se dilue, depuis son sommet, dans un réseau institutionnel européen et international, comme il se fond, à sa base, dans un tissu institutionnel de plus en plus perméable. Les institutions dans leur ensemble se dissolvent dans leur environnement structurel, de plus en plus complexe. Le droit, instrument de régulation sociale, mute lui-même tout autant, passant de la pyramide au réseau41, de la norme finie à l’archipel diffus de la norme42. Les gouvernants se mêlent aux gouvernés, les gouvernés se mêlent de gouvernance, diluant ainsi les frontières entre les premiers et les seconds, effaçant les contours entre espace public et espaces privés. L’individu même, comme personne finie, se dissipe progressivement, en renonçant à établir des limites claires entre vie publique et vie privée, entre intimité et publicité.

  • 43 L. Jaume, L’individu effacé, 1997.

42La post-humanité sera donc, vraisemblablement, celle de l’individu, non pas effacé43, mais réticulaire, déterritorialisé et nourrissant son esprit de plus en plus indépendamment de son corps.

43Quel avenir pour la démocratie dans tout cela ? Représentative ? Directe et numérique ? Sui generis ? Il serait bien hasardeux de se risquer à tout pronostic conclusif. Il est en revanche tout à fait primordial d’en conscientiser les enjeux, au lieu de se limiter à les subir. Comme il est essentiel aujourd’hui d’en enseigner les promesses et les risques du numérique et de l’internet. Afin de dresser d’ultimes palissades entre la science et l’idéologie, entre le savoir et les croyances aveugles.

44Ce n’est pas le moindre des mérites de cet ouvrage que d’y avoir résolument contribué.

Notes

1 V. l’introduction d’Elsa Forey

2 V. l’Avant-propos de B. Mocquet.

3 V. supra J. Lespagnol, « L’influence de l’internet sur les candidats ».

4 Naguère, la cybernétique était encore l’étude des systèmes d’organisation du pouvoir. Provenant du terme grec kubernân, gouverner, elle s’attelait à analyser les différents modes de gouvernance politique. Quelques décennies plus loin, c’est désormais le nom donné à la discipline qui étudie les systèmes de communication, au premier rang desquels se situe l’internet.

5 J.-J. Rousseau, Discours sur les progrès des sciences et des rats par un citoyen de Genève, 1750.

6 V. supra M. Fraysse, « La promotion de l’opinion individuelle : les blogs ».

7 J. Lespagnol, déjà citée.

8 V. supra C. Bordes, « L’essor d’un idéal de partage : les projets contributifs ».

9 P. Bourdieu, Architecture gothique et la pensée scholastique, 1967.

10 V. supra O. Bernad, « La recomposition de l’espace privé et de l’espace public ».

11 M. Fraysse, déjà citée.

12 J. Lespagnol, déjà citée.

13 V. supra J. Laviers, « Un renouvellement du système représentatif ? Les partis pirates ».

14 V. supra S. Fougère, « L’internet comme outil de marketing politique ».

15 V. supra O. Saly-Rousset, « L’individualisation de la propagande ».

16 V. supra J. Ziegler, « Cyberdémocratie et démocratie participative ».

17 V. supra C. Trilha, « La fracture numérique : les inégalités d’accès ».

18 J. Laviers, déjà cité.

19 J. Habermas, Morale et communication, Conscience morale et activité communicationnelle, 1983.

20 V. supra V. Espiago, « Désinformation, subversion, hacking : les actions antidémocratiques ».

21 Ibid.

22 V. supra G. Forgtiba Sourma, « Cybercriminalité, ordre public économique et déstabilisation de l’Etat ».

23 P. Ricœur, Le Juste, I, Esprit, 1995.

24 R. Girard, La violence et le sacré, 1972.

25 M. Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, 1976.

26 C. Bordes, déjà citée.

27 O. Saly-Rousset, déjà cité.

28 V. Espiago, déjà citée.

29 V. supra A. Novaro, « Une menace pour l’Etat ? Liberté d’expression et censure ».

30 F. Forgtiba Sourma, déjà cité.

31 M. Foucault, Surveiller et punir, 1975.

32 J. Habermas, Théorie de l’agir communicationnel, 1981.

33 S. Fougère, déjà cité.

34 J. Laviers, déjà cité.

35 G. Debord, La société du spectacle, 1967.

36 Berger et Luckmann, La construction sociale de la réalité, 1996.

37 M. Fraysse, déjà citée.

38 C. Bordes, déjà citée.

39 J. Ziegler, déjà cité.

40 F. Poché, Penser avec Jacques Derrida, Comprendre la déconstruction, 2007.

41 F. Ost, Van de Kerchove, De la pyramide au réseau, 2002.

42 G. Timsit, L’archipel de la norme, 1997.

43 L. Jaume, L’individu effacé, 1997.

Auteur

© Presses universitaires de Perpignan, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search