Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Internet et la démocratie numérique

 | 
Philippe Ségur
, 
Sarah Périé-Frey

L'Internet, une transformation de la démocratie ?

Cyberdémocratie et démocratie participative

Jocelyn Ziegler

Texte intégral

  • 1 M. C. Roques-Bonnet, Internet, machine à voter et démocratie, L’Harmattan, 2011, p. 142.
  • 2 Recommandation CM/Rec (2009).

1Depuis les années 1990, l’utilisation d’Internet est en pleine croissance. Ce nouvel outil va-t-il favoriser le débat démocratique ? « L’équation de la démocratie plus Internet est-elle égale à la démocratie participative »1 ? En octobre 2009, une recommandation du Comité des Ministres du Conseil de l’Europe est adoptée sur la cyberdémocratie, elle est nommée démocratie « électronique »2. L’objectif de la démocratie électronique est d’utiliser les technologies d’information et de communication (TIC) pour améliorer la démocratie et les institutions démocratiques. De ce fait, la démocratie électronique permet au citoyen de participer à cette démocratie avec les dirigeants.

  • 3 P. Levy, Cyberdémocratie, Odile Jacob, 7 janvier 2002, p. 36.
  • 4 Ibid., p. 29.

2Pour P. Levy, la cyberdémocratie annonce l’avènement d’une démocratie nouvelle, généralisée. Il parle d’une véritable « société civile planétaire »3. Que signifie finalement « cyberdémocratie » ? Le mot « cyberdémocratie » est un terme très récent qui a pour origine le terme américain cyberdemocracy. Il renvoie à l’idée que l’utilisation des Technologies d’information et de communication (TIC) comme l’Internet peut améliorer la démocratie grâce à la participation directe et active des citoyens au processus décisionnel démocratique. Son application peut être étendue au niveau planétaire, comme le pensait P.  Levy qui parle d’« un nouvel espace de communication, inclusif, transparent et universel, qui est amené à renouveler profondément les conditions de la vie publique dans le sens d’une liberté et d’une responsabilité accrue des citoyens »4.

  • 5 P. Flichy, « Internet, un outil de la démocratie ? », La Vie des idées, 2105-3030, 14 janvier 2008 (...)
  • 6 Dictionnaire Le nouveau Petit Robert, Le Robert, 2009, p. 671.
  • 7 Ibid., p. 671.

3La cyberdémocratie apparaît donc comme un nouvel espace pour la démocratie. Dans les années 1990, elle est présentée comme une nouvelle « agora électronique »5. La démocratie est un système qui diffère des systèmes où le pouvoir est détenu par un seul homme, c’est-à-dire la monarchie, ou par un groupe d’hommes, c’est à dire l’oligarchie. Étymologiquement, « démocratie » vient du grec ancien « dêmokratia », composé de « dêmos » : le peuple, et de « kratos » : le pouvoir. Il signifie donc « souveraineté du peuple »6. Au Ve siècle avant J-C, « démocratie » signifie « gouvernement de tous les citoyens »7. Ainsi la démocratie apparaît comme le choix politique dans lequel les citoyens détiennent la souveraineté de la cité.

  • 8 C. Polère, Démocratie : de quoi parle-t-on ?, Millénaire, Le Centre Ressources prospectives du gran (...)
  • 9 M. Gauchet, L’avènement de la démocratie, Gallimard, 2007, p. 12.
  • 10 A. Delcamp, Nouvelles questions sur la démocratie, Dalloz, 2010, p. 67.

4Pour Périclès, homme politique d’Athènes de 495 à 429 avant J-C, « la démocratie, c’est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple »8. Dans cette définition, l’intérêt général prime sur les intérêts individuels. Marcel Gauchet définit la démocratie par trois éléments : « le politique, c’est à dire le cadre dans lequel une collectivité d’hommes s’inscrit et maîtrise son destin, le droit qui fournit le principe de légitimité de ce cadre, l’histoire qui exprime le souci du devenir de cette collectivité »9. Pierre Rosanvallon écrivait sur la démocratie qu’elle était à la fois une promesse et un problème. Une promesse, dans le sens où elle ne peut jamais être satisfaisante. Et un problème, parce qu’il faut toujours trouver des réponses nouvelles pour répondre à l’idéal qu’elle incarne10. Dans De la démocratie en Amérique (1835), A. de Tocqueville soulignait que la démocratie correspondait au culte quasi religieux du public. Le public serait au cœur de la démocratie. Le public serait la clef de voûte du phénomène de la démocratie.

  • 11 E. Forey et C. Geslot, Internet, machines à voter et démocratie, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 7.
  • 12 B. Loveluck, « Internet, vers la démocratie radicale ? », Le Débat, 2008/4 n° 151, p. 150-166.

5La démocratie est avant tout représentative, c’est à dire que le citoyen délègue sa souveraineté à des représentants élus qui défendent l’intérêt général. Mais à partir de 1990, les réflexions sur la démocratie changent. Les nouvelles potentialités ouvertes par l’Internet changent les interrogations et les points de vue sur la démocratie. De ce fait, la démocratie ne pouvait pas rester à l’écart de l’évolution du réseau Internet qui a transformé les quotidiens, professionnel et privé. « La dématérialisation et l’instantanéité, caractéristiques du support électronique, sont de nature à bouleverser certaines pratiques démocratiques, à faire entrer peut-être la démocratie dans une nouvelle ère »11. Pour Benjamin Loveluck, dans Internet vers la démocratie radicale ? 12, l’Internet renoue de plusieurs façons avec la démocratie. Il sacralise la parole de façon nouvelle, promeut le dogme de l’égalité, valorise la participation directe des citoyens et la transparence.

  • 13 P. Flichy, « Internet et le débat démocratique », Réseaux, 2008/4 n° 150, p. 159-185.
  • 14 M. Cartier, Les groupes d’intérêts et les collectivités locales : Une interface entre le citoyen et (...)

6De plus, l’apparition des applications Web 2.0, comme par exemple les blogs ou encore les forums, permet à l’internaute d’exprimer plus facilement son point de vue. « Internet, contrairement à la radio ou à la télévision, met en situation d’égalité l’émetteur et récepteur, c’est donc à première vue l’outil idéal pour une démocratie participative où le citoyen pourrait intervenir très régulièrement dans le débat public »13. Pour M. Cartier, « la démocratie électronique est le terme le plus englobant, le plus souvent employé pour désigner, dans son sens le plus large, un moyen d’exercice de la démocratie participative par le biais des NTIC (nouvelles technologies d’information et de communication). La démocratie électronique n’est en aucun cas une nouvelle forme de démocratie en elle-même, il ne s’agit que de l’application de la démocratie participative à l’aide des outils offerts par la technologie »14.

  • 15 M. C. Roques-Bonnet, Internet, machine à voter et démocratie, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 141.

7De ce fait, Internet et les nouvelles technologies d’information et communication sont devenus le moyen d’échange privilégié par les particuliers, les associations, les partis politiques, les élus... La cyberdémocratie est devenue « le lieu d’échange incontournable pour l’expression démocratique »15. Peut-on dire que la cyberdémocratie va être la solution pour une démocratie représentative en perdition ? Avec la cyberdémocratie va-t-on tout droit vers une démocratie participative ? Ou encore, la démocratie participative, grâce à la cyberdémocratie, est-elle une réalité ou juste une fiction ?

8La démocratie participative désigne l’ensemble des procédures, instruments et dispositifs qui permettent aux citoyens d’être replacés au cœur du débat politique. De ce fait, le citoyen est directement impliqué dans le gouvernement des affaires publiques. La cyberdémocratie devient la solution, pour le citoyen, à la participation à la démocratie participative (I), mais est-elle réellement la solution ou juste une utopie(II) ?

I. La cyberdémocratie, une solution pour la démocratie participative

9La cyberdémocratie semble être le nouvel espace qui permet au citoyen (A) de participer au phénomène de mode qu’est la démocratie participative (B).

A. La cyberdémocratie, un espace virtuel qui favorise la démocratie participative

10La cyberdémocratie offre un espace favorisant la participation citoyenne (1) grâce aux outils des technologies d’informations et de communications (2).

1. Un cyberespace favorisant la participation du citoyen

  • 16 W. Gibson, Burning Chrome, Omni, 1982, p. 53.
  • 17 P. Flichy,« Internet, un outil de la démocratie ? », 2008, op.cit.
  • 18 R. Howard, Les communautés virtuelles, Addison-Wesley, France, 1995, p. 6.
  • 19 P. Flichy, Internet et le débat démocratique, op.cit. p. 258.

11Le terme cyberespace est utilisé dans les années 1980, notamment par W. Gibson. Il définit le cyberespace comme un « ensemble de données numérisées en un milieu d’information et de communication, lié à l’interconnexion mondiale des ordinateurs »16. Dans les années 1990, la cyberdémocratie est en pleine évolution, l’Internet est souvent présenté comme un nouvel « agora électronique »17. Howard Rheingold, écrivain américain spécialiste des rapports entre l’homme et les nouvelles technologies, compare l’Internet à un « espace public habermassien »18. Cet espace favorise les échanges et les débats en ligne des internautes. La théorie de Rheingold sur cet espace inspire d’autres auteurs, comme Cass Sunstain ou Patrice Flichy, quant à l’idée de démocratie participative qui pourrait s’affranchir des médias traditionnels. Les informations pour les citoyens seraient directement sur espace numérique. Chaque débat pourrait se passer sur un espace ouvert à tous. Steven Schneider, par exemple, constate qu’il y a un débat ouvert sur l’avortement et que ce débat est contrôlé par les participants eux-mêmes19.

  • 20 B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Champ Flammarion, 1996, p. 259.
  • 21 Ibid., p. 299.
  • 22 E. Forey, Nouvelles questions sur la démocratie, Dalloz, 2010, p. 88.
  • 23 http://www.vie-publique.fr [en ligne] (consulté le 11 février 2015).

12En 1995, B. Manin publie un livre où il remarque l’émergence d’une nouvelle forme de démocratie : « la démocratie du public »20. Les affaires publiques n’y sont plus discutées qu’au seul Parlement, elles sont portées devant la population. Pour Manin, « la forme du gouvernement représentatif qui émerge aujourd’hui se caractérise par l’apparition d’un nouveau protagoniste de la délibération publique, l’électeur flottant et informé, et d’un nouveau forum de cette délibération, les médias »21. Quand B. Manin fait référence aux médias, il pense surtout à la télévision. Cette théorie peut concerner aussi l’Internet qui est devenu le nouveau lieu pour informer la population, échanger sur les affaires publiques. Encore plus que la télévision, l’Internet encourage cette « interactivité entre les élus et les électeurs, et ce jusque dans les enceintes parlementaires où l’accès à Internet est permis »22. Les citoyens ne peuvent venir assister aux séances de l’Assemblée nationale ou du Sénat, mais ils peuvent les suivre en direct sur l’Internet où à la télévision sur les chaînes parlementaires. Les deux chambres permettent le suivi en direct les séances publiques. Cette initiation permet de rapprocher l’élu et l’électeur sur l’espace numérique. Même l’Administration a son propre site Internet qui permet aux citoyens de suivre l’actualité parlementaire, de connaître les différentes institutions ainsi que les débats publics en cours23.

  • 24 T. Vedel, Political Communication in the Age of the Internet, Political Communication in a New Era, (...)

13Ce cyberespace offre de nombreux avantages. C’est un lieu de liberté, car chaque internaute peut s’exprimer librement, participer à n’importe quel débat, créer sa propre image (notamment grâce à l’anonymat). C’est aussi un lieu qui fait disparaître les frontières, car la cyberdémocratie met en relation tous les internautes du monde sur un même espace où ils peuvent participer, débattre... L’Internet permet de créer une société internationale. C’est enfin un lieu de partage, car cet espace permet de partager les connaissances, les informations, et cela crée un lien social entre les internautes24.

2. Les outils de la cyberdémocratie pour une démocratie participative

14L’utilisation des technologies de l’information et de la communication permettent le contact entre tous les internautes du monde. Sur cet espace virtuel, les individus utilisant l’Internet peuvent échanger et participer à tous les débats qu’ils veulent. Les outils du web 2.0 (messageries instantanées, blogs, forums...) facilitent encore plus cette participation et l’intervention de tous les citoyens. Le web 2.0 permet d’écrire, commenter, copier-coller, mixer, publier, partager ou échanger des photos, vidéos, liens et tags, sur des sites de présentation de soi et de ses univers relationnels, développer des expérimentations cartographiques ou de moblogging articulant le Web et le mobile dans un « espace augmenté ». La dimension massive de l’usage des technologies sociales est frappante. Ces dispositifs et agencements machiniques, ces pratiques et expérimentations forment désormais un continuum socio-technique appréhendé actuellement sous le terme discutable et discuté du Web 2.0, désignant le deuxième âge d’Internet et du Web et son tournant « expressiviste »25.

  • 26 http://www.dailymotion.com/group/questions#video=x8tdhi, [en ligne] (consulté le 11 février 2015).
  • 27 « Barack Obama, un véritable président high-tech », http://www.lepoint.fr, 6 novembre 2008, [en lig (...)
  • 28 « L’e démocratie, lien d’Obama avec ses concitoyens », Libération, 27 mars 2009, p. 7.

15La plupart des outils du Web 2.0 sont en open-source c’est à dire qu’ils sont en libre-service, comme les blogs, les wikis, les forums. Tous ces outils facilitent la démocratie participative. Pendant la campagne des primaires du PS en 2006, Ségolène Royal a fait une innovation en matière de meeting politique. Elle a utilisé la démocratie du Web 2.0 pour faire participer les citoyens à son meeting. Les citoyens envoyaient des vidéo-questions sur le site de Dailymotion, sur la page « Poser votre question vidéo à Ségolène Royal »26 et Madame Royal répondait directement par vidéo aux questions des internautes, toujours sur le site Dailymotion. Aux USA, Barack Obama, surnommé le « président high-tech »27, pousse encore plus loin l’expérience. Le jeudi 27 mars 2009, le Président répond en direct à la Maison Blanche aux questions via Internet des citoyens américains. Le Président court-circuite les médias classiques (télévision, radio...). Monsieur Obama déclare que « l’une de mes priorités en tant que président est d’ouvrir la Maison Blanche au peuple américain »28. Les outils de la cyberdémocratie rapprochent de plus en plus la politique des citoyens. Les partis s’ouvrent à tous, les citoyens se rassemblent et manifestent sur des réseaux sociaux. Les citoyens participent directement aux campagnes politiques grâce à ces outils. L’utilisation des réseaux sociaux transforme le dialogue politique. Le dialogue entre les politiciens et les citoyens a changé, ce n’est plus un dialogue vertical mais horizontal.

  • 29 B. Amor-Samy, G. Lucia, L’identité numérique, Les Cahiers du numérique, 1/ 2011 (Vol. 7), p. 103-11 (...)

16Les outils du Web 2.0 sont devenus une arme aux mains des citoyens du monde. Comme par exemple dans les révolutions arabes, où les indignés ont posté des vidéos sur l’Internet pour montrer la crise aux yeux du monde entier. Les revendications se font sur l’Internet, les manifestations se créent sur l’Internet. L’internaute n’est plus seul, il fait partie du « web citoyen »29. De plus en plus de blogs ou de forums sont créés par les internautes pour exprimer leur indignation. Cet esprit de contradiction favorise la démocratie participative.

B. La cyberdémocratie phénomène de mode pour une démocratie participative

17La France utilise la cyberdémocratie comme outil pour développer la démocratie participative (1), quelques exemples étrangers montrent d’autres avantages de la cyberdémocratie (2).

1. L’utilisation de la cyberdémocratie pour une démocratie participative en France

18Les élus français développent la politique de la cyberdémocratie pour rapprocher l’État et les citoyens en donnant accès à l’information à toute la population30. La plupart des sites publics sont centrés sur la diffusion de l’information sur la politique nationale. Quelques sites publics locaux permettent aux citoyens de s’exprimer sur les forums de discussion31. Mais au niveau national, peu de sites permettent « la participation active des citoyens ». La politique de « la participation active des citoyens » est plus développée au niveau local. Ainsi par exemple le site http://www.gouvernement.fr qui est le site du gouvernement français, informe l’internaute sur les dossiers politiques en cours, l’agenda du premier ministre, le compte rendu du conseil des ministres... Il y a une réelle volonté de la part des élus de faire circuler l’information politique. La stratégie en matière de cyberdémocratie est surtout axée sur l’accessibilité de l’information politique. Deux objectifs sont notés sur le portail : « encourager les échanges entre le visiteurs du site sur les grands sujets de la société » et « fournir à tous une tribune d’expression citoyenne sur les sujets dont relève l’action gouvernementale ». Tout ceci favorise la participation numérique des citoyens à une démocratie participative. Le réseau Internet casse peu à peu les barrières entre les gouvernants et les gouvernés.

19En novembre 2014, une grande avancée se produit en matière de cyberdémocratie : le président de l’Assemblée nationale annonce que le Palais Bourbon se mettra à l’Open Data, c’est à dire à plus de transparence. Les citoyens pourront avoir accès à plus d’informations gratuitement sur l’Internet. Claude Bartolone déclare que « cette évolution technologique constitue une avancée démocratique majeure pour notre pays ». De fait, « l’ouverture des données améliore la transparence de l’action parlementaire et favorise la participation des citoyens à la vie publique »32. Au niveau local, les élus locaux utilisent les outils de la cyberdémocratie pour communiquer à propos de leurs actions et faire participer les citoyens à leur politique. Les maires ont pour objectif de soigner leur image en vue des prochaines élections, alors ils imposent une image de « profil participatif » en apparaissant comme « les médiateurs du lien social local »33. Depuis 1992, plusieurs lois ont renforcé la participation de la population à la vie locale. Par exemple, une de ces lois autorise la consultation des citoyens sur des thèmes relevant de la compétence de la commune. La loi d’août 2003 ajoute, en plus de la consultation des citoyens, le référendum décisionnel local34.

  • 35 « Étude sur La gouvernance européenne et la cyberdémocratie », p. 1, 30 janvier 2001[en ligne] http (...)

20L’Union Européenne a demandé à un groupe d’experts de faire une étude sur la « gouvernance européenne et la cyberdémocratie »35. Cette étude constate « l’encouragement des villes virtuelles et de la cyberdémocratie locale, développement des agoras et des parlements virtuels, planification du passage au vote par Internet, gouvernement électronique et mutation de l’administration, favorisent la démocratie participative ». De ce fait, les nouvelles technologies sont un enjeu important pour les maires. Elles leur permettent d’être plus proches du citoyen et ainsi de développer la démocratie participative locale.

21En 2001, Monsieur Douste-Blazy – maire de Toulouse – déclarait : « Toulouse veut être le laboratoire de la refondation citoyenne et de la démocratie participative ». Le lendemain, le député-maire de Toulouse estimait que : « aux dernières municipales, les électeurs ont jeté (sic) les maires qui n’étaient pas proches de leurs concitoyens et ils ont élu ceux qu’ils sentaient proches des gens, au-delà des étiquettes politiques »36. Les médias traditionnels comme la télévision ont très bien compris l’intérêt de la participation des citoyens : la plupart des émissions de divertissement ou de télé-réalité font participer les spectateurs à leurs émissions par les moyens technologiques de communication. Par exemple, lors de la finale de Loft story sur M6 en 2001, plus de trois millions de spectateurs ont voté pour éliminer un locataire du Loft37. La mairie de Bordeaux a bien compris l’intérêt de la cyberdémocratie pour une démocratie participative : son site permet à la mairie de communiquer directement via un chat avec les internautes. Elle communique sur différents sujets de la vie politique locale. Les séances du conseil municipal sont retransmises en direct sur le site. Depuis novembre 2010, une plate-forme sur l’Internet a été créée pour faciliter la participation des citoyens aux questions d’intérêt commun38.

  • 39 L. André, Villes et cyberculture, Sociétés, 1/ 2003 (no 79), p. 123-132.

22La démocratie participative est devenue en quelque sorte un objectif de bonne gouvernance locale, les nouvelles technologies de communication permettant de diffuser une bonne image de l’élu, proche de ses co-citoyens. André Lemos nomme « cyberville »39, la ville actuelle qui se transforme grâce aux technologies de communication et d’information.

2. Quelques exemples à l’étranger

23L’ancien conseiller fédéral Moritz Leuenberger, lors d’un débat avec le parti conservateur autrichien (OVP) à Vienne, le 25 juin 2007, déclare « que les technologies de l’information ont permis à la société civile d’être la véritable gardienne de la démocratie dans le monde entier, que les oppresseurs ne peuvent plus se retrancher derrière leurs frontières nationales, mais aussi qu’une société civile forte reliée au monde qui l’entoure grâce aux moyens de communication modernes, ne permettra plus que cela se produise »40. De ce fait en Suisse, il y a une réelle politique des nouvelles technologies d’information et de communication. L’Internet est devenu un espace incontournable pour exercer la démocratie participative. En 2013, des statistiques faites par l’Office fédéral de la statistique en Suisse (OFS) sur l’accès des ménages à Internet, ont montré que 91 % de la population ont accès à l’Internet. Ce qui est intéressant, c’est de comparer cette statistique avec les statistiques de tous les pays de l’Union européenne réunis. Le tableau de ces statistiques montre que 79 % des ménages de l’UE ont accès à l’Internet. La Suisse est donc nettement plus avancée dans la politique du développement des nouvelles technologies de communication et d’information en vue d’une démocratie participative électronique, que la majorité des États de l’UE.

24L’utilisation de la cyberdémocratie en vue d’une démocratie participative des citoyens est basée sur trois axes :

  • 41 RS 152.3, loi fédérale du 17 décembre 2004 sur la transparence.
  • 42 http://www.admin.ch/org/polit/00083/?lang=fr, [en ligne] (consulté le 13 février 2015).

25Information et transparence. La loi de décembre 2004 sur le principe de transparence donne droit, aux citoyens suisses, au libre accès aux informations. La plupart des presses privées sont en accès libre (et gratuit) sur l’Internet, pour les citoyens suisses41. Les autorités de la Suisse utilisent l’Internet pour informer directement la population, sans passer par les médias traditionnels. À l’instar des autorités, le Parlement a recours aussi aux technologies d’information et de communication pour diffuser les débats en direct. La constitution fédérale de la Confédération suisse du 18 avril 1999 est en ligne et en plusieurs langues42.

26Participation et formation de l’opinion. Quand un projet politique se met en place, il est d’abord publié sous forme virtuelle, sur l’Internet, par la Chancellerie fédérale pour pouvoir être consulté par la population et avoir son avis. Par exemple, le Canton de Vaud permet la consultation des citoyens, sur son site Internet, des différentes actualités du Canton43.

27Vote et élection par voie électronique. Cette procédure permet aux citoyens de voter via Internet. Ils ne sont donc pas obligés de se rendre dans un bureau de vote. La Suisse nomme cette procédure le e-voting44. Cette procédure est mise en place d’abord pour les Suisses de l’étranger. Mais de nombreux Cantons permettent aux électeurs suisses de voter par Internet, comme les Cantons de Genève ou de Neuchâtel.

28La Corée du Sud, dont Séoul est la capitale, compte 50,22 millions d’habitants. Elle est une république constitutionnelle. En matière de développement des technologies de l’information et de communication, elle a une politique très avancée par rapport aux États européens. En 2013, lorsque Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME et au numérique, rend visite à son pays d’origine la Corée du Sud, le journal Le Monde, titre « La Corée du Sud, pays le plus connecté au monde »45. Pour développer la cyberdémocratie, le gouvernement coréen met en place plusieurs mesures pour développer une stratégie volontariste. Ces stratégies sont étudiées par P. Levy : « implantation de centres d’accès à Internet dans les services publics ; prêts à faibles taux pour l’équipement public dans les régions rurales et les quartiers pauvres ; baisse des prix de matériel et prêt à faible taux pour les familles à bas revenus ; campagnes publiques pour récupérer et distribuer aux étudiants et familles pauvres des ordinateurs de seconde main ; formation gratuite à la navigation pour les milieux défavorisés ; multiplication des points d’accès à Internet dans les écoles »46. Toutes ces mesures favorisent le raccordement de la population à l’Internet. Selon les chiffres de Ubifrance à Séoul, le pays compte 18,9 millions d’abonnés à la fibre sur 50 millions d’habitants47. En Corée du Sud, l’Internet devient une arme pour lutter contre la pauvreté, donner une voix même aux plus pauvres, essayer de faire participer la population à la démocratie. Le gouvernement multiplie sur l’Internet les initiatives en matière de politique, pour développer le cyberespace et ainsi favoriser la démocratie participative.

II. La cyberdémocratie, un outil réellement idéal pour une démocratie participative ?

29La cyberdémocratie favorisant la démocratie participative : un mythe (A) et un mensonge (B).

A. Le mythe de la cyberdémocratie en faveur de la démocratie participative

30L’utilisation de la cyberdémocratie en faveur d’une démocratie participative montre des failles (1) et apparaît plus comme une fiction que comme une réalité (2).

1. Les failles de la cyberdémocratie en faveur de la démocratie participative

31En 2011, le European Centre for Collective Intelligence a fait une étude préliminaire sur « l’introduction à un processus de décision par l’intelligence collective en cyberdémocratie ». L’utilisation des technologies de communication et d’information pour participer à la démocratie participative, requière un certain nombre d’exigences. Les premières conditions sont de « savoir lire et écrire » et d’avoir « accès aux technologies d’informations et de communications »48. Si ces conditions ne sont pas remplies, cela exclut certains citoyens de la démocratie participative. D’après l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture, en 2014 le pourcentage d’analphabètes était de 17 % de la population adulte mondiale. Soit un peu plus de 1/5 de la population mondiale (située principalement au Brésil, Inde, Chine ou encore au Nigéria) qui ne sait ni lire, ni écrire49. En France, une étude a été menée par le journal Le Monde sur l’illettrisme. Elle montre que l’illettrisme en France concerne 2,5 millions de personnes. De ce fait, il y a de fortes disparités au niveau de l’égalité de l’utilisation de la cyberdémocratie pour une démocratie participative. Une démocratie participative qui exclurait une partie de la population est-elle envisageable ? N’est-ce pas là une des fragilités de la cyberdémocratie en vue d’une démocratie participative ? La cyberdémocratie fait apparaître « la fracture sociale numérique »50 de notre société, où tous ne sont pas égaux sur l’espace Internet. Cette fracture montre un clivage dans la démocratie participative, entre d’une part les citoyens intégrés à la cyberdémocratie et d’autre part ceux qui sont, ou se sentent, exclus de la cyberdémocratie et donc de la démocratie participative.

32L’antenne du CNRS, le Correspondant Informatique et Libertés (CIL), a publié en 2014 les statistiques d’accès à l’Internet dans le monde. Seulement 41 % de la population mondiale a accès aux informations sur Internet. Ces statistiques prouvent la réelle « fracture numérique »51. Pierre Rossel et Olivier Glassey disent de la fracture numérique qu’elle est un fossé dû aux différences entre États industrialisés et États en voie de développement. Ce fossé correspond aux inégalités sociales et démocratiques dans une population donnée52.

  • 53 B. Youssef-Adel, Les quatre dimensions de la fracture numérique, Réseaux, 5/ 2004 (n° 127-128), p.  (...)
  • 54 Technologie d’information et de communication.

33Quant à Abdel Ben Youssef, en 2001 il a distingué quatre « dimensions de la fracture numérique »53. La première dimension est celle des « fractures numériques liées aux équipements en TIC »54. La mondialisation a permis le développement des TIC. Mais elle a fait apparaître un clivage entre d’une part « les connectés » qui bénéficient de tous les avantages procurés par l’Internet, que ce soit socialement ou économiquement, et d’autre part les « non connectés » qui sont exclus de l’information procurée par l’Internet, et de ce fait ne sont pas intégrés à la cyberdémocratie. L’équipement des TIC procure un avantage certain en ce qui concerne la participation sociale ou économique. Committed to connecting the world a fait des statistiques dans le monde entier sur les TIC. Une de ces statistiques, datée de 2012, affiche que 94 % de la population de la Suède a un ordinateur personnel, alors que seulement 5 % de la population du Kenya en a un.

34La deuxième dimension est celle des « fractures numériques liées aux usages des TIC ». Cette fracture est la conséquence de la première fracture. En effet le fait de ne pas avoir assez d’équipement TIC, entraîne le manque d’individus compétents dans l’utilisation de ces TIC. Cette méconnaissance entraîne à son tour le non développement de la culture, et le non développement économique puisque le pays n’a pas accès au marché universel.

35La troisième dimension est celle des « fractures numériques sous l’angle des performances induites par l’usage des TIC ». Cette fracture concerne d’une part les individus et les inégalités de salaires entre travailleurs. Les TIC ont accéléré le fossé des inégalités de salaire d’autre part, le niveau concernant les performances macro-économiques des États. En 1990, l’utilisation des TIC au niveau économique s’est accélérée, notamment sous l’impulsion des USA. Les pays du sud ont commencé à copier les procédés des pays du nord grâce aux TIC, sans respecter les droits de propriété intellectuelle et donc sans redevances (royalties). Les pays du nord ont donc commencé à incorporer des connaissances de plus en plus complexes dans l’utilisation des TIC, obligeant l’emploi de travailleurs qualifiés. Or, les pays du sud (les pays en voie de développement) n’ont pas de travailleurs qualifiés dans l’utilisation des TIC.

36La quatrième dimension est celle des « fractures numériques liées aux processus d’apprentissage des TIC ». Il y a une inégalité au niveau des capacités à apprendre et à utiliser les TIC. La cyberdémocratie fait apparaître encore plus les écarts entre les sociétés et les individus sur leur niveau d’instruction et les modalités d’apprentissage. La conséquence en est l’intégration, ou non, à l’espace virtuel de la démocratie participative.

  • 55 Ph. Ségur, L’individu face à l’action publique, Cours de Master 1 Administration publique, Universi (...)

37L’impact des fractures numériques agrandit encore plus le fossé des inégalités entre les sociétés et les individus. Il fait apparaître une frontière. D’un côté de cette frontière, se trouvent les internautes connectés sur l’espace numérique, qui ont accès aux informations et peuvent échanger, débattre et de ce fait participer à la démocratie participative. De l’autre côté de la frontière, se trouvent les non connectés, ceux qui n’ont pas accès aux avantages que procure Internet et sont de ce fait exclus de la cyberdémocratie. Ceci rappelle la démocratie à Athènes, dans laquelle seule une petite partie de la population avait accès à la démocratie sur la place de « l’Ecclésia ». Les femmes, les métèques, les esclaves, les citoyens pauvres n’avaient pas accès à cette démocratie. Seulement 10 % de la population avait le privilège d’y participer55.

2. La fiction de la cyberdémocratie en faveur de la démocratie participative

  • 56 H. Rheingold, The Virtual community. Homesteading on the Electronic frontier, Harper Parennial, New (...)
  • 57 R. Oldenburg, The great good place, Marlowe and CO, 3rd Revised edition, 28 juillet 1999, p. 336.
  • 58 M. Poster Cyberdemocracy: The Internet and the Public Sphere, David Holmes, Virtual Politics, Ident (...)

38En 1994, le journaliste Howard Rheingold publie un livre sur les nouvelles technologies. Il compare Internet à « l’espace public habermassien »56 – un espace capable de revitaliser la démocratie. Ray Oldenbourg, professeur de sociologie urbaine en Floride, publie en 1999 un livre dans lequel il qualifie l’Internet de « troisième place ». Cette « troisième place »57 est importante pour la société civile, la démocratie et l’engagement civique. Mais rapidement, des études prouvent que le cyberespace est un lieu d’accès pour les insultes, les extrémistes : tout ce qui ne se dit pas dans l’espace public est dit ouvertement sur l’espace numérique. Pour Mark Poster, la participation aux débats ne correspond pas à un débat sur l’espace public car il n’y a aucune argumentation, chaque internaute reste sur sa position. De plus, chaque internaute utilisant une fausse identité, un pseudonyme qu’il peut changer quand il veut, le débat ne peut être démocratique58. Sur l’espace public, l’individu n’a qu’une seule identité, une opinion propre qui peut changer au gré des arguments avancés par les autres. Sur l’espace virtuel, l’internaute peut avoir plusieurs identités, plusieurs avis qu’il va défendre sans argumentation.

39Le cyberespace peut offrir aux extrémistes un lieu d’échange et de propagande de leurs idées. L’anonymat leur permet de se cacher des autorités publiques. L’espace numérique apparaît comme un lieu de publicité pour les idées extrêmes. Par exemple, Al-Quaïda utilise des pseudonymes sur cet espace pour diffuser ses vidéos et ainsi distiller la peur. Lors des attentats de Charlie Hebdo et du magasin Hyper Cacher, l’un des terroristes – Coulibaly – est apparu le lendemain de sa mort sur une vidéo de revendication. Selon le journal Le Monde, la vidéo a été postée sur la plateforme américaine « www.archive.org  », sous le pseudonyme du « Soldat du Califat »59. Aucune autorité n’a pu identifier l’auteur de la diffusion de la vidéo car il a utilisé un procédé pour cacher son identité numérique : il a faussé son adresse Internet Protocol (IP)60. La cyberdémocratie est aussi l’espace privilégié des extrémismes puisqu’il n’y a pas de modération, ni de droit d’entrée. Le message envoyé peut toucher le monde entier.

40L’objectif du gouvernement français sur la cyberdémocratie est de mettre en place des mesures de transparence. Une bonne transparence sur la vie politique engage réellement une démocratie participative. C’est pourquoi les déclarations de patrimoine des élus61 sont affichées sur la toile numérique, chaque citoyen peut aller les consulter. « Mais ces mesures du gouvernement sur la transparence servent-elle réellement la démocratie participative62 » ? Connaître le nombre de propriétés de son élu n’a jamais fait progresser la démocratie participative. T. Vedel parle de « mythe de la transparence »63. Si l’Internet ne lève pas les obstacles de la fracture numérique vue précédemment, même dans un pays développé comme la France, il peut y avoir des inégalités d’accès à l’information et de compréhension. Laure de Raudière, députée UMP, tweete64 par exemple ce message : « je défie quiconque n’est pas assistant parlementaire de trouver la loi Paquet Télécom sur le site de l’Assemblée nationale. Ce n’est pas normal, tout citoyen devrait pouvoir trouver facilement un texte de loi en cours d’examen »65.

  • 66 T. Vedel, L’idée de démocratie électronique, origines, visions, questions, paru dans Le désenchante (...)
  • 67 J. Leca, Pour(quoi) la philosophie politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2001.
  • 68 T. Vedel, La démocratie électronique en question, Analyses, 2007, p. 42.

41Pour arriver à une réelle démocratie participative sur l’Internet, il faudrait un réaménagement des rapports entre l’État et les citoyens sur l’espace numérique. Pour T. Vedel, l’État s’oppose à ce réaménagement pour mieux agir sur la société : pour arriver à ce contrôle, l’État devient « une machine complexe » et il est difficile pour le citoyen d’intervenir dessus66. Cette complexité de l’État entre en contradiction avec la recherche sur l’espace numérique d’une démocratie participative. Seuls les spécialistes peuvent comprendre la complexité de l’État. Jean Leca, en 2001, écrit que la transparence de l’action publique est une vision naïve67. T. Vedel résume l’idée de Leca en une phrase : « jouer de l’ombre et de la lumière a été de tout temps un moyen de l’action politique, et peut-être encore plus aujourd’hui dans des sociétés où les médias exercent un empire important »68.

42La cyberdémocratie peut servir non pas à la démocratie participative, mais aux États ou aux individus dans le vol des informations ou dans la surveillance de la population mondiale. Edward Snowden, ancien informaticien de la NSA69, révèle en juillet 2013 l’existence de l’outil Prism. C’est un système dont l’objectif est la surveillance de milliers d’ordinateurs dans le monde, au nom de la sécurité intérieure. Snowden divulgue des éléments montrant que les États-Unis auraient également espionné les dirigeants européens. Le 10 septembre 2013, lors d’un rassemblement organisé à Paris par Amnesty International pour la journée internationale des Droits de l’Homme, Edward Snowden donne sa première conférence en France, via la visioconférence. Il déclare que « la surveillance de masse est pratiquée dans tous les pays »70. Ainsi, le cyberespace est le lieu de la peur, de la surveillance. Les informations volées dans ce lieu sont devenues des éléments de pression pour le voleur.

B. La cyberdémocratie favorisant la démocratie participative : un mensonge

43La cyberdémocratie apparaît à certains auteurs comme un danger pour la démocratie (1), pouvant être utilisée comme un outil de contre-démocratie (2).

1. La cyberdémocratie, un danger pour la démocratie participative

44« Nous voyons ce que nous voulons voir, entendre seulement ce que nous voulons entendre, lire seulement ce que nous voulons lire »71. C’est une phrase de Cass R. Sunstein, juriste et philosophe américain, en 2001 dans son œuvre Républic.com. Il s’y demande si Internet est bon pour la démocratie ? Effectivement, qui dit démocratie dit débat contradictoire, rencontre entre les citoyens qui n’ont pas tous la même opinion. Sur le Web, la différence fait fuir, l’internaute peut changer de page web comme il change de chemise. C’est lui qui choisit les idées sur lesquelles il veut débattre, et avec qui débattre. S’il a des idées proches du nazisme, il trouvera facilement des pages web ou des forums de groupes d’internautes qui ont la même opinion que lui. Il est très facile de trouver sur Internet un forum de discussion faisant l’apologie du nazisme72. Il suffit de taper les mots « forum pour le nazisme » sur Google pour tomber sur un forum de discussion pour ados sur le nazisme et Hitler. La plupart des internautes de ce forum sont pour un retour du nazisme. De ce fait, c’est l’internaute qui décide avec qui il veut échanger. Il se regroupe par affinité avec d’autres internautes qui ont la même opinion que lui. Et dans ce sens, comme dit Benjamin Barber « le web nous dépolitise ! »73. Aucun avis contraire n’existe.

  • 74 J. L. Missika, La fin de la télévision, Seuil, 2006, p. 15.

45Jean-Louis Missika, sociologue des médias, analyse le phénomène Internet. Il parle de « multiplication des mondes propres »74. Pour lui, l’Internet donne l’illusion d’échanger avec différentes opinions, différentes personnes. Mais c’est juste une utopie, car les internautes se parlent surtout à eux-mêmes. L’Internet fait disparaître le débat contradictoire. Si un internaute met un commentaire contraire à l’opinion des autres internautes sur la page web, il se fera insulter, aucun argument rationnel ne sera utilisé dans la discussion. On préférera l’exclure plutôt qu’essayer de comprendre son opinion.

  • 75 Fichier texte particulier dont le contenu est produit automatiquement en fonction des mises à jour (...)
  • 76 P. Flichy, « Internet, un outil de la démocratie ? », 2008, op.cit.
  • 77 C. Sunstein, op.cit.
  • 78 Ibid.
  • 79 E. Morozov, To Save Everything, Click Here: The Folly of Technological Solutionism, Hardcover, 2013 (...)

46La cyberdémocratie offre même la possibilité aux internautes de choisir les actualités qu’ils veulent suivre. Le Flux RSS permet au citoyen de paramétrer les informations qu’il veut recevoir et d’actualiser ces informations75. Il peut ainsi concevoir son propre monde virtuellement, faire sa propre actualité, et n’avoir ainsi qu’une seule pensée : la sienne ! L’intérêt général disparaît au profit de l’intérêt individuel. Sur le cyberespace, le citoyen devient un client consommateur qui choisit l’opinion qu’il veut suivre ou la nouvelle qu’il veut avoir. Sur le web le citoyen est le maître car c’est lui qui décide de ce qu’il veut consommer ou filtrer76. Cass Sunstein analyse l’Internet comme un danger pour la démocratie où le citoyen devient égocentrique, replié sur lui-même77. Il met en garde contre les « cocons de l’information » et les « écho chambres »78 où les gens évitent les nouvelles et les opinions qu’ils ne veulent pas voir et de ce fait vivent dans un monde imaginaire, inventé par eux. La cyberdémocratie favorise le « web centrisme »79, une notion développée par Evgeny Morov dans son livre Pour tout sauver cliquez ici ! : l’internaute vit dans son monde et sa croyance principale est qu’Internet est à la fois le progrès et la solution à tous les problèmes.

2. La cyberdémocratie favorise une « contre-démocratie » selon Rosanvallon

47Le 4 octobre 2014 à 3 h 20, Manuel Valls, sur son twitter, poste le message suivant : « je souhaite porter, avec vous tous, une véritable ambition pour le numérique. La parole est à vous ! »80. Il poste ce message pour faire la publicité du site contribuez.cnnumerique.fr. Ce site annonce que le gouvernement souhaite davantage concerter les citoyens sur les enjeux sociétaux et économiques liés aux transformations numériques. Ainsi, le numérique va devenir une interface de communication entre le citoyen et le gouvernement. Le Conseil national du numérique81 contrôlera les avis et les recommandations sur les questions relatives à l’impact du numérique sur la société et sur l’économie. C’est donc un contrôle subjectif : si l’avis ne plaît pas, il ne pourra pas être lu par les autres internautes.

48Tangui Morlier, cofondateur de l’association « Regards citoyens » et créateur du site www.nosdeputes.fr, estime que « sur le site de l’Assemblée nationale, tout citoyen est invité à donner son opinion sur les études d’impact. Mais comme l’institution ne veut pas héberger des points de vue qui pourraient être litigieux, elle ne les met pas à disposition. Le citoyen peut contribuer, mais sa contribution n’est pas visible, et il ne sait pas ce qu’on en fait »82. Cette absence de retour sur la contribution des citoyens est une manipulation du citoyen, car on lui fait croire qu’il peut participer au débat, contacter les élus. Mais comme il n’a aucun retour, c’est comme si son avis ne comptait pas. Ne jamais savoir si son message a été lu, ou même reçu n’est pas très encourageant pour inciter le citoyen à vouloir participer au débat. C’est donc une utopie de croire à la démocratie participative. La cyberdémocratie n’est pas une démocratie participative mais plus une « contre-démocratie »83. Pierre Rosanvallon englobe dans cette notion l’ensemble des instruments qui affaiblissent la démocratie. Les technologies de l’information et de communication révèlent la distance réelle qui sépare les gouvernants des gouvernés. L’Internet apparaît comme un outil qui permet la prise de parole, mais cette prise de parole est individuelle et organisée de façon à ne pas être entendue. Cette prise de parole n’a pas de réelle influence sur la prise de décision des gouvernants. La cyberdémocratie devrait favoriser le débat ? Qui dit débat dit confrontation des idées. Or le cyberespace est un lieu échappatoire du débat. Et chaque internaute reste sur sa position. L’Internet serait un lieu de rassemblement ? Le cyberespace apparaît comme un lieu de division, un lieu d’insultes où l’étranger aux idées du groupe n’est pas accepté, pas écouté et rejeté.

49De plus, les débats lancés ne sont connus que par certains, c’est à dire les internautes désirant y participer. Toute une partie de la population est donc mise à l’écart. Et pour entrer dans la démocratie participative sur l’Internet, il faut payer un droit d’entrée, et donc encore une fois, une sélection se fait. Le critère de participation à la démocratie n’est pas d’avoir l’âge requis ou la nationalité adéquate, c’est un tout autre critère : le critère financier ! Seuls les individus qui ont les moyens d’acheter les technologies d’information et de communication, et en plus de payer un abonnement pour pouvoir avoir accès à l’Internet, ont la capacité de participer à la démocratie numérique.

50Pierre Rosanvallon, dans un entretien avec le journal Le Monde 84, explique que les nouvelles technologies de l’information et de communication renforcent la défiance entre les citoyens et les gouvernants. La mondialisation a fait entrer le citoyen dans un monde « plus incertain », « plus mobile », « plus diffus » donc plus « inquiétant ». De ce fait, c’est bien la démocratie qui en pâtit le plus.

Notes

1 M. C. Roques-Bonnet, Internet, machine à voter et démocratie, L’Harmattan, 2011, p. 142.

2 Recommandation CM/Rec (2009).

3 P. Levy, Cyberdémocratie, Odile Jacob, 7 janvier 2002, p. 36.

4 Ibid., p. 29.

5 P. Flichy, « Internet, un outil de la démocratie ? », La Vie des idées, 2105-3030, 14 janvier 2008 [en ligne] http://www.laviedesidees.fr/Internet-un-outil-de-la-democratie.html (consulté le 11 février 2015)

6 Dictionnaire Le nouveau Petit Robert, Le Robert, 2009, p. 671.

7 Ibid., p. 671.

8 C. Polère, Démocratie : de quoi parle-t-on ?, Millénaire, Le Centre Ressources prospectives du grand Lyon, avril 2007, p. 2.

9 M. Gauchet, L’avènement de la démocratie, Gallimard, 2007, p. 12.

10 A. Delcamp, Nouvelles questions sur la démocratie, Dalloz, 2010, p. 67.

11 E. Forey et C. Geslot, Internet, machines à voter et démocratie, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 7.

12 B. Loveluck, « Internet, vers la démocratie radicale ? », Le Débat, 2008/4 n° 151, p. 150-166.

13 P. Flichy, « Internet et le débat démocratique », Réseaux, 2008/4 n° 150, p. 159-185.

14 M. Cartier, Les groupes d’intérêts et les collectivités locales : Une interface entre le citoyen et l’État, L’Harmattan, Québec, 2002, p. 40.

15 M. C. Roques-Bonnet, Internet, machine à voter et démocratie, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 141.

16 W. Gibson, Burning Chrome, Omni, 1982, p. 53.

17 P. Flichy,« Internet, un outil de la démocratie ? », 2008, op.cit.

18 R. Howard, Les communautés virtuelles, Addison-Wesley, France, 1995, p. 6.

19 P. Flichy, Internet et le débat démocratique, op.cit. p. 258.

20 B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Champ Flammarion, 1996, p. 259.

21 Ibid., p. 299.

22 E. Forey, Nouvelles questions sur la démocratie, Dalloz, 2010, p. 88.

23 http://www.vie-publique.fr [en ligne] (consulté le 11 février 2015).

24 T. Vedel, Political Communication in the Age of the Internet, Political Communication in a New Era, London, 2003, p. 41-59.

25 L. Allard, MediaMorphoses, n° 21, Armand Colin/INA, septembre 2007 [en ligne] http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/23355 (consulté le 11 février 2015).

26 http://www.dailymotion.com/group/questions#video=x8tdhi, [en ligne] (consulté le 11 février 2015).

27 « Barack Obama, un véritable président high-tech », http://www.lepoint.fr, 6 novembre 2008, [en ligne] (consulté le 11 février 2015).

28 « L’e démocratie, lien d’Obama avec ses concitoyens », Libération, 27 mars 2009, p. 7.

29 B. Amor-Samy, G. Lucia, L’identité numérique, Les Cahiers du numérique, 1/ 2011 (Vol. 7), p. 103-115, [en ligne] http://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2011-1-page-103.htm, (consulté le 11 février 2015).

30 http://www.gouvernement.fr/action/le-numerique-instrument-de-la-transformation-de-l-etat, [en ligne] (consulté le 13 février 2015).

31 http://www.bordeaux.fr/p64007/bordeaux-debats [en ligne] (consulté le 13 février 2015).

32 http://www.franceculture.fr/2014-11-13-l-assemblee-nationale-va-ouvrir-ses-donnees, [en ligne] (consulté le 13 février 2015).

33 C. Prémat, L’usage des nouvelles technologies par les maires français, Bordeaux, vol 11, n° 1, p. 65, http://www.commposite.org, [en ligne] (consulté le 14 février 2015).

34 Loi n° 2003-705 du 2 août sur le référendum local décisionnel.

35 « Étude sur La gouvernance européenne et la cyberdémocratie », p. 1, 30 janvier 2001[en ligne] http://www.youscribe.com/catalogue/tous/actualite-et-debat-de-societe/etude-sur-la-gouvernance-eu-ropeenne-et-la-cyberdémocratie-535688 (consulté le 13 février 2015).

36 http://www.ladepeche.fr/article/2001/05/12/175492-la-democratie-de-proximite-remede-contre-la-mefiance-politique.html, [en ligne] (consulté le 13 février 2015).

37 http://www.ladepeche.fr/article/2001/05/12/175492-la-democratie-de-proximite-remede-contre-la-mefiance-politique.html, [en ligne] (consulté le 13 février 2015).

38 http://jeparticipe.bordeaux.fr/, [en ligne] (consulté le 13 février 2015).

39 L. André, Villes et cyberculture, Sociétés, 1/ 2003 (no 79), p. 123-132.

40 http://www.moritzleuenberger.net/index.php/reden/reden-2007/wozu-brauchen-wir-parteien/, [en ligne] (consulté le 13 février 2015).

41 RS 152.3, loi fédérale du 17 décembre 2004 sur la transparence.

42 http://www.admin.ch/org/polit/00083/?lang=fr, [en ligne] (consulté le 13 février 2015).

43 http://www.vd.ch/actualite/consultations/, [en ligne] (consulté le 13 février 2015).

44 https://www.ch.ch/fr/e-voting/, [en ligne] (consulté le 13 février 2015).

45 http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/25/la-coree-du-sud-pays-le-plus-connecte-au-monde_1853902_3234.html, [en ligne] (consulté le 15 février 2015).

46 P. Levy, Cyberdémocratie, Odile Jacob, 7 janvier 2002, p. 146-148.

47 http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/25/la-coree-du-sud-pays-le-plus-connecte-au-monde_1853902_3234.html, [en ligne] (consulté le 15 février 2015).

48 http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/25/la-coree-du-sud-pays-le-plus-connecte-au-monde_1853902_3234.html, [en ligne] (consulté le 15 février 2015).

49 http://www.unesco.org/new/fr/education/themes/education-building-blocks/literacy/resources/statistics/, [en ligne] (consulté le 15 février 2015).

50 L. Vodoz, « Fracture numérique, fracture sociale : aux frontières de l’intégration et de l’exclusion », Sociologies, Dossier Frontières sociales, frontières culturelles, frontières techniques, 27 décembre 2010 [en ligne] http://sociologies.revues.org/3333 (consulté le 16 février 2015).

51 http://www.cil.cnrs.fr/CIL/spip.php?article2572, [en ligne] (consulté le 16 février 2015).

52 P. Rossel et O. Glassey, « La fracture digitale dans les pays du sud et les pistes possibles de sa remédiation » [en ligne] http://cooperation.epfl.ch/files/content/sites/cooperation/files/shared/publications/cahiers/Cah%20coop%201-Rossel-Glassey%20.pdf (consulté le 16 février 2015).

53 B. Youssef-Adel, Les quatre dimensions de la fracture numérique, Réseaux, 5/ 2004 (n° 127-128), p. 181-209, [en ligne] https://www.cairn.info/revue-reseaux1-2004-5-page-181.htm (consulté le 16 février 2015).

54 Technologie d’information et de communication.

55 Ph. Ségur, L’individu face à l’action publique, Cours de Master 1 Administration publique, Université de Perpignan Via Domitia, 2015, notes personnelles.

56 H. Rheingold, The Virtual community. Homesteading on the Electronic frontier, Harper Parennial, New York, 1994, p. 21.

57 R. Oldenburg, The great good place, Marlowe and CO, 3rd Revised edition, 28 juillet 1999, p. 336.

58 M. Poster Cyberdemocracy: The Internet and the Public Sphere, David Holmes, Virtual Politics, Identity and Community in Cyberspace, Sage, Londres, 1997, p. 212-228.

59 http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/02/17/de-la-realisation-a-la-mise-en-ligne-itineraire-de-la-video-de-coulibaly_4578131_3224.html, [en ligne] (consulté le 17 février 2015).

60 Internet Protocol est « une adresse attribuée à toutes les machines utilisant une connexion Internet », [en ligne] http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/adresse-ip/ (consulté le 17 février 2015).

61 http://www.hatvp.fr/consulter-les-declarations/, [en ligne] (consulté le 17 février 2015).

62 https://www.regardscitoyens.org/la-transparence-democratique-nest-pas-la-transparence-totale-nos-10-propositions-pour-des-mesures-concretes-et-non-gadgets/, [en ligne] (consulté le 17 février 2015).

63 T. Vedel, L’idée de démocratie électronique origines, visions, questions, paru dans Le désenchantement démocratique, Aube, 2003, p. 12.

64 Un tweet est un court message publié sur une plate-forme qui est twitter.

65 http://www.lesinrocks.com/2011/03/06/medias/Internet/la-cyberdémocratie-un-ideal-qui-se-fait-attendre-1118906/, [en ligne] (consulté le 17 février 2015).

66 T. Vedel, L’idée de démocratie électronique, origines, visions, questions, paru dans Le désenchantement démocratique, Editions de l’Aube, 2003, p. 8, [en ligne] http://www.researchgate.net/profile/ Thierry_Vedel/publication/237750289_L %27IDEE_DE_DEMOCRATIE_ELECTRONIQUE_ORIGINES_VI-SIONS_QUESTIONS/links/00b4952e137dd3183e000000.pdf (consulté le 18 février 2015).

67 J. Leca, Pour(quoi) la philosophie politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2001.

68 T. Vedel, La démocratie électronique en question, Analyses, 2007, p. 42.

69 National Security Agency.

70 http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/12/10/suivez-en-direct-la-premiere-intervention-d-edward-snowden-en-france_4537750_4408996.html, [en ligne] (consulté le 17 février 2015).

71 C. Sunstein, Républic.com, 2001 [en ligne] http://press.princeton.edu/chapters/s7014.html (consulté le 18 février 2001).

72 http://forum.ados.fr/actu/discussions/hitler-nazisme-sujet_34481_1.htm, [en ligne] (consulté le 18 février 2015).

73 http://www.cles.com/enquetes/article/une-democratie-mondiale-l-horizon/page/0/1, [en ligne] (consulté le 18 février 2015).

74 J. L. Missika, La fin de la télévision, Seuil, 2006, p. 15.

75 Fichier texte particulier dont le contenu est produit automatiquement en fonction des mises à jour d’un site web.

76 P. Flichy, « Internet, un outil de la démocratie ? », 2008, op.cit.

77 C. Sunstein, op.cit.

78 Ibid.

79 E. Morozov, To Save Everything, Click Here: The Folly of Technological Solutionism, Hardcover, 2013, p. 16.

80 https://twitter.com/manuelvalls/status/518344831056498688, [en ligne] (consulté le 19 février 2015).

81 Organisme consultatif indépendant chargé des questions posées par le développement du numérique, [en ligne] http://www.cnnumerique.fr/ (consulté le 19 février 2015).

82 http://www.lesinrocks.com/2011/03/06/medias/Internet/la-cyberdémocratie-un-ideal-qui-se-fait-attendre-1118906/, [en ligne] (consulté le 19 février 2015).

83 P. Rosanvallon, La contre-démocratie, Seuil, 2006, p. 2.

84 http://www.lemonde.fr/idees/article/2010/09/20/le-pouvoir-contre-l-interet-general_1413562_3232.html, [ en ligne ] (consulté le 23 février 2015).

© Presses universitaires de Perpignan, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540