Version classiqueVersion mobile

L'Internet et la démocratie numérique

 | 
Philippe Ségur
, 
Sarah Périé-Frey

L'Internet, un complément de la démocratie ?

L’Internet et la démocratie numérique. L’individualisation de la propagande

Olivier Saly-Rousset

Texte intégral

  • 1 E. Klien, Extrait du discours du 31 décembre 2009 à l’occasion de la remise du Lifeboat Foundation’ (...)

« Tirons les leçons du succès du passage informatique à l’an 2000 en appliquant sa méthode de mobilisation mondiale aux problèmes futurs, sans croire que tous les problèmes futurs se résoudront d’eux-mêmes alors même que nous pourrions les ignorer. » Eric Klien président de la Lifeboat foundation1

1Le développement du réseau internet a provoqué un bouleversement encore jamais vu auparavant en matière de diffusion d’idées. L’imprimerie avait en son temps créé une magnifique avancée dans ce domaine, mais il ne s’agit plus là d’une simple révolution technologique. L’humanité jouit désormais d’une toute nouvelle manière de percevoir le monde qui est le sien. Actuellement, un simple téléphone portable peut permettre de transmettre des images dans le monde entier, transformant ainsi le regard d’un individu lambda. L’Internet possède désormais la capacité de stimuler l’esprit humain en le soumettant à tout un lot d’images et d’idées nouvelles. Un tel phénomène a bien entendu des conséquences sur le développement psychologique moral et social des personnes. Plus important encore l’Internet a su influer sur la structure et le fonctionnement des sociétés, la culture a trouvé de nouvelles formes pour s’exprimer, les idées préconçues sur l’étranger ont changé grâce à la rapide diffusion d’images venant de partout dans le monde. Les valeurs d’aujourd’hui ne sont également plus les mêmes, qu’il y a vingt ans encore. La Terre s’est ainsi transformée en un vaste réseau de communication aux transmissions électroniques ininterrompues. Comme tout phénomène, celui-ci n’est pas sans provoquer certaines inquiétudes notamment sur le développement de la personne humaine et ses chances de créer des idées qui lui sont propres. En même temps que la facilité de transmettre des idées augmente, il devient également plus facile, d’influer ou même de manipuler autrui. Il s’agit là du revers de la médaille.

  • 2 2. « Individualisation », Dictionnaire de français Larousse, [en ligne], http://www.larousse.fr/dic (...)
  • 3 C. Beraud, « Individualisation », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, PUF, coll. (...)
  • 4 Il est possible de citer des auteurs comme Alexis de Tocqueville, Emile Durkheim ou encore Georg Si (...)

2Paradoxalement, alors que la volonté d’unification du monde s’accroit par le prisme de la mondialisation, l’individu est confronté au culte de l’individualisation. Ce dernier se définit comme étant l’action de s’individualiser, d’être individualisé ou bien personnalisé2. L’objet est ainsi adapté afin d’être rendu individuel. D’un point de vue purement sociologique, Céline Béraud nous apprend que l’individualisation permet de désigner un processus de long terme qui verrait la construction de l’individu comme sujet3. Ce processus peut être relié à la démocratie et au marché. De nombreux auteurs classiques ont étudié ce point4. Les théories sur le sujet s’articulent autour d’un récit de la modernité. L’individualisation apparaît comme étant un véritable phénomène qui aurait tendance à s’accélérer depuis ces dernières décennies, débouchant même sur une forme d’accomplissement.

  • 5 C. Beraud, op. cit., p. 73-74.

3Ainsi l’individu libéré des carcans collectifs et des assignations statutaires serait dorénavant soumis à l’injonction sociale d’ « être soi ». Ce fameux « soi » serait authentique et singulier. Là où certains insistent sur l’aspect émancipateur qui découle de cette notion, d’autres sont préoccupés par les formes de fragilité et d’insécurité qui l’accompagnent. Les questions qui reviennent régulièrement sont celles d’autonomie, de subjectivité et de réflexivité mais également celles de risque et d’isolement5. Cette fameuse volonté de l’individu de s’affirmer comme étant lui-même peut soulever certaines inquiétudes. Le fait qu’il veuille se transformer ou évoluer est plutôt une bonne chose et peut être associé à la continuelle remise en question de l’homme. Le problème est de savoir, en quoi il va se transformer. Si ses influences sont néfastes, le nouvel individu risque de devenir plus mauvais que l’original. L’Internet est devenu un outil incontournable dans le monde occidental actuel, c’est lui qui va fournir des éléments de réponse à cette fameuse individualisation. Parfois ces pistes vont prendre la forme de propagande.

4Pour commencer il est important de savoir que la propagande en elle-même n’est pas quelque chose de forcément partial. Elle apparaît comme étant finalement une arme sans réelle allégeance. Du fait des usages mutuels faits par les différents camps qui la propagent, les effets qui en découlent s’annulent. En conséquence la propagande revêt une forme neutre. Comme tous les outils elle dépend de celui qui la manie. Ainsi le dictionnaire de français Larousse en donne la définition suivante : « action systématique exercée sur l’opinion pour lui faire accepter certaines idées ou doctrines, notamment dans le domaine politique ou social »6. Par la suite l’Oxford English rajoute que la propagande est émise pour « promouvoir une idée politique ou un point de vue »7. Au sens large il s’agit d’influencer l’opinion publique8. Cela vise ses idéaux, en modifiant sa perception d’évènements, de personnes ou de produits. La propagande peut également s’opérer dans la perspective de convertir, de mobiliser ou rallier des partisans. Le sens négatif du terme « propagande » est intervenu surtout durant la seconde guerre mondiale à travers l’utilisation qu’en ont faite les nazis contre leurs cibles à savoir les peuples juifs et tziganes ou encore leurs adversaires politiques. Dans son utilisation, la propagande prend souvent la forme de campagnes de diffusion d’informations toujours partiales et déformées à grande échelle, parfois de manière insidieuse.

  • 9 La convention d’Aarhus signée le 25 juin 1998 au Danemark, porte sur l’accès à l’information, la pa (...)
  • 10 Afin de diffuser ses idées, et d’être vu sur les scènes publiques et médiatiques, Attac se sert d’u (...)

5En tant que stratégie de communication d’un parti, d’un pouvoir politique ou militaire, la propagande est à la puissance publique civile ou militaire ce que la publicité est au secteur des biens marchands. La propagande a évolué ainsi, sa forme moderne exploite les connaissances et les techniques de la psychologie plus celles de la communication. Elle favorise la manipulation des émotions au détriment des capacités de raisonnement et de jugement. L’idée populaire veut que les techniques de propagande soient l’apanage des dictatures mais il n’en n’est rien. Il est également possible de les retrouver dans les démocraties sous le nom de communication politique où elles sont fondées sur la persuasion. L’Internet peut jouer un rôle très important pour la mobilisation des citoyens, en ce qui concerne des questions de responsabilité sociale mais aussi de développement durable par exemple. Ce nouvel outil informatique apparait comme étant un réseau de vigilance nourri par les associations, les ONG et les gouvernements. Il est accessible à tous les citoyens, surtout en ce qui concerne les pays les plus développés. Il est possible pour les médias de s’en servir comme source d’information. En 1998 la convention d’Aarhus9 est ratifiée par trente-neuf États. Elle prévoit l’accès à l’information et la participation du public au processus décisionnel. L’Internet est désormais utilisé comme un outil de mobilisation et se retrouve souvent employé par les organisations non gouvernementales et altermondialistes tel que par exemple Attac10. L’Internet peut aussi être utilisé comme un canal de sensibilisation et de propagande. En France, depuis quelques années, il est possible de se rendre compte de l’articulation qui subsiste entre l’usage offensif de l’Internet qui s’opère par le biais des réseaux sociaux qui appellent aux manifestations et à l’expression publique dans la rue qui en découle. La propagande est devenue plus simple à réaliser. Désormais, un individu seul, muni d’un ordinateur et des bons programmes informatiques est capable de propager son idéologie à l’échelle mondiale sans avoir à sortir de chez lui et dans un temps record. Il y a encore vingt ans il s’agissait d’un véritable travail de groupe pour un périmètre extrêmement moindre, tout au plus s’agissait-il d’un État.

6Au milieu de ces nouveaux éléments, surgit la volonté que possède l’individu de se construire un « soi à part entière » c’est-à-dire qui se distingue totalement de la masse dans ce siècle, qui est celui de tous les changements. Cela concerne à la fois le plan des relations sociales, susceptibles d’être aliénées par l’autre et celui touchant à nos rapports propres à la technologie, qui se révèle sombre par bien des aspects. Tout cela nous amène à nous interroger sur la question suivante ; l’être humain, dans sa quête d’individualisation constitue-t-il une cible plus évidente pour les adeptes de la manipulation par la propagande, au sein de la société numérique actuelle ?

7Pour répondre à cette question il est nécessaire de voir comment les mécanismes de la propagande ont par certains de leurs aspects su s’adapter au monde actuel. Le propre d’une bonne propagande est qu’elle ne se fait pas remarquer tout en parvenant à modifier la perception que nous possédons de notre environnement. En cela il apparaît que les nouvelles technologies ont su relancer les méthodes de fonctionnement de cette pratique avec l’appui des puissances commerciales.

8L’Internet apparaît finalement comme une institution revêtant plusieurs casquettes, les actions qu’il permet sont multiples et peuvent mettre l’utilisateur mal informé en péril (I). Il ne faut cependant pas s’écarter du fait qu’il s’agit d’un objet au service du pouvoir, notamment celui économique mais sa capacité d’être utilisable par tous, lui confère un aspect finalement assez intéressant (II).

I. L’Internet, un média paradoxal

9L’Internet est un vecteur d’uniformisation de la culture réduisant l’individualisation des influences (A). L’Internet apparaît comme un outil, dont le but était à l’origine de servir la connaissance, mais son utilisation par des mains incertaines peut mener à l’individualisation (B).

A. L’Internet, un outil permettant l’uniformisation de la culture

  • 11 Loi n° 2014-779 du 8 juillet 2014 encadrant les conditions de la vente à distance des livres et hab (...)
  • 12 I. Ramonet (dir.), « Internet, el mundo que llega », Alianza editorial, 1998.

10Quoi que l’on puisse penser de l’Internet, il est clair qu’il a su, en une vingtaine d’années bouleverser notre conception de la société et qu’il est amené à jouer un rôle fondamental, dans le développement du monde de demain. Du statut d’objet mal compris à l’utilité à débattre, l’Internet se trouve désormais être l’instrument, qui a transformé le champ entier de la communication. Les différents réseaux sociaux qui ont su conquérir l’ensemble de la société constituent une preuve formelle de ce phénomène. L’économie est également touchée, le commerce de vente en ligne a ainsi su s’imposer au point qu’une loi dite « anti-Amazon » a dû être créée, afin de réduire l’impact du e-commerce sur les librairies11. Il y a cependant peu de chances que le raz-de-marée de l’Internet s’arrête là puisqu’il reste de nombreux pans de notre société, susceptibles d’être atteints encore aujourd’hui12. Il est possible de comparer le phénomène de l’Internet à une véritable révolution industrielle, signifiant là un réel bouleversement fondamental dans notre façon d’appréhender le monde. C’est notamment le cas dans notre façon de produire et de consommer.

  • 13 I. Ramonet, Propagandes silencieuses, Saint-Amand, Galilée, 2 août 2013, p. 18 et s.

11Une telle technicisation n’est pas neutre, c’est ce que soulignent des auteurs comme Ignacio Ramonet13. Pour preuve, il décrit la mégafusion annoncée le 10 janvier 2000 entre la firme America Online (AOL) qui, pour rappel, est à l’époque le leader mondial de l’accès à l’Internet et le conglomérat Time-Warner-CNN, premier groupe de communication planétaire. Beaucoup pensaient que logiquement, ce dernier groupe absorberait l’autre, ne serait-ce qu’en termes de chiffre d’affaires, 26,6 milliards de dollars contre 5,2 milliards pour AOL. En outre Time-Warner apparaissait comme étant le mastodonte des médias, avec son milliard de téléspectateurs dû au contrôle de la chaine informations CNN. À ces chiffres il convenait d’ajouter, la chaine cinéma câblée HBO et ses 13 millions d’abonnés par l’intermédiaire de Time-Warner Cable faisant figure de deuxième réseau câblé des États-Unis. À cela, il y avait encore, ceux des abonnements aux revues et magazines détenus par la firme, 120 millions, pour des revues comme Time ou Life par exemple. Il était possible de trouver aussi 5700 films et 135000 dessins animés possédés par la Warner Bros qui fait partie des grands noms d’Hollywood. Il fallait aussi mentionner le millier d’artistes ayant passé un contrat avec le Warner Music Group. Malgré tout AOL a pu intégralement absorber Time-Warner grâce à une valorisation boursière bien plus importante que celle de son partenaire, 165 milliards de dollars pour le premier contre seulement 111 milliards pour le second.

  • 14 I. Ramonet, op.cit., p. 21-22.

12Avant cette fusion, l’Internet apparaissait comme étant un agent plus ou moins indépendant, mais à partir de ce moment-là, il devient un élément pleinement intégré dans le système médiatique. En effet le problème avec cette technologie, vient du fait qu’elle a tendance à vouloir intégrer sous sa tutelle les différentes pièces qui constituent l’ensemble de la culture, notamment populaire. Officiellement il s’agit de rendre l’accès plus simple et plus pratique. En réalité, il est question de tenter d’obtenir un monopole tout en enrayant la concurrence représentée par les médias classiques d’autrefois. C’est ainsi que l’Internet possède des plateformes pour différents domaines, tel le cinéma, la documentation, l’économie, l’information, les jeux vidéos, le sport ou encore la télévision. L’arrivée du haut débit continue de renforcer le pouvoir du groupe AOL-Time-Warner puisqu’elle constitue, la première entreprise ayant la capacité d’offrir en temps réel et sans discontinuité, des informations ainsi que des distractions. Cette fusion indique que les médias de masse possèdent désormais une fonction commerciale plus puissante qu’auparavant favorisant par la même occasion l’offensive culturelle américaine. Ce nouveau média est ainsi animé par trois grands principes, selon Ignacio Ramonet, annoncer, vendre mais aussi surveiller14. Tout cela s’effectue, sous le contrôle et la maîtrise des groupuscules commerciaux qui renforcent de plus en plus leur influence sur le consommateur qui n’a plus besoin de venir à eux. Les grandes enseignes peuvent directement venir à la personne sans les coûts causés par la traditionnelle vente en porte à porte.

13La publicité sur l’Internet est une des nombreuses formes de la propagande. Elle est d’ailleurs primordiale puisqu’il s’agit du revers de la médaille se cachant derrière la gratuité de l’Internet. Ses revenus sont donc de nature publicitaire, les annonceurs assument de cette manière les coûts de fonctionnement du système qui retombent ainsi sur les achats des internautes. La vente est d’ailleurs plus facile, puisque l’utilisateur convaincu par la publicité d’un produit peut l’acheter directement en ligne sans prendre un temps de réflexion. Ce phénomène renforce les achats impulsifs sans que le besoin de sortir de chez soi soit nécessaire. Le dernier point nous ramène à l’individualisation qu’a su créer l’Internet dans ses recherches mais cette fois-ci par le prisme de la surveillance. Chaque fois que l’internaute tape un mot sur l’Internet, ce dernier laisse une trace. L’utilisateur, tel un peintre adepte du pointillisme, va ainsi sans le savoir dessiner son autoportrait en termes de centres d’intérêts. Ces derniers vont aussi bien traiter de l’idéologie et de la culture, comme nous le savons déjà mais également du ludique et de la consommation. Le procédé est simple et fait appel aux cookies, il ne s’agit ni plus ni moins que d’un petit fichier texte au format alphanumérique. Le serveur visité par l’internaute, le place sur son disque dur afin de pouvoir reconnaître le visiteur lorsque celui-ci reviendra mais pas seulement.

14Sur le plan technique, il permet plus de reconnaître l’ordinateur que l’utilisateur en lui-même affilié à la machine. Son utilisation permet d’accéder de manière automatique à des pages personnalisées sans qu’il y ait besoin de s’identifier. Les données comportementales enregistrées sont reliées au numéro de cookie et stockées au niveau des serveurs qui les ont placés. Son utilisation, constitue un élément capital dans les actions et l’analyse du marketing sur l’Internet. Le cookie est crucial pour permettre d’effectuer du marketing et du ciblage comportemental des différents usagers15. Lorsque le portrait est bien dessiné, l’utilisateur n’a plus aucun secret pour les grands « pontes » de l’Internet qui connaitront parfaitement ses goûts et ses inclinations en matière de lecture, de musique de film ou de nourriture. À partir de là, la manipulation leur devient extrêmement facile et ils pourront guider l’individu au travers de ses choix selon leur volonté.

  • 16 A. Huxley, Le Meilleur des mondes, nouvelle préface, Pocket 2002.
  • 17 I. Ramonet, op. cit., p. 32.
  • 18 C. Pardo, « Marketing contre cinéma d’auteur », Le Monde diplomatique, mai 1998.

15La crainte d’une culture américaine écrasant toutes les autres n’a plus lieu d’être puisqu’elle a déjà eu lieu. Déjà en 1931, dans Le Meilleur des mondes, Aldous Huxley16 mettait en garde ses lecteurs contre le temps des technologies avancées puisque la propagande secrète possèderait mille atouts ultrasophistiqués pour influencer les peuples. De ce fait le plus gros risque ne vient pas d’un ennemi sinistre, qui renvoie à nos peurs les plus enfouies mais d’un individu souriant aux traits amicaux qui fait la fascination et l’admiration des foules. Ce fait permet que l’on accepte tout de lui, sans la moindre hésitation même si pour cela nous devons laisser de côté nos libertés fondamentales. Grâce à la révolution numérique, il est facile de tromper l’opinion générale. En ayant su devenir les maitres des codes et des symboles grâce aux différents accès à la culture qu’ils sont désormais capables de contrôler en tous points, les États-Unis possèdent une force manipulatrice hors norme. Il suffit pour cela de se concentrer sur l’exemple d’Hollywood qui inonde les pays étrangers de ses productions, pendant que les États-Unis n’achètent que 1 % de film étranger tous les ans17. Dans notre propre pays un film en provenance des États-Unis dispose en général de deux fois plus d’écran qu’un film français18. Ce point démontre la prédominance de la culture américaine sur celle de l’Europe occidentale. Les États-Unis sont ainsi capables, contre diverses informations, sur la vie, les relations, l’idéologie des utilisateurs de l’Internet, de donner les loisirs et les objets de désirs des consommateurs. À ce titre, il est possible de donner l’exemple de l’entreprise Netflix, qui distribue ses films et séries en flux continu sur l’Internet. Le groupe a pour particularité de se servir de l’Internet pour déterminer quel type de programmes ses consommateurs aiment regarder, afin de choisir le genre des séries futures à produire. La manipulation par ordinateur est parfaite car cette forme de contrôle ne donne pas, une sensation d’oppression mais de joie puisque l’internaute pense avoir obtenu, la satisfaction matérielle qu’il désirait tant au départ et ce, comme par miracle. Dans l’ombre, des décideurs ont choisi où et quand il obtiendrait l’euphorie qu’il espérait tant.

16Cette ombre planante au-dessus de nos têtes, sans exprimer ses véritables intentions nécessite donc, une extrême vigilance. Tout le monde n’en est cependant pas capable, la faute à d’habiles systèmes qui dissimulent leur véritable nature.

B. L’Internet, un outil pouvant mener à l’individualisation

  • 19 S. Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Mesnil-sur-l’Estrée, Gallimard, 2 j (...)
  • 20 A. Moatti, « Internet et l’accès à la connaissance : quel rôle pour les pouvoirs publics ? », INA E (...)
  • 21 À ce titre il est possible de citer le site Legifrance qui permet d’avoir accès au droit et à la ju (...)

17La culture humaine au sens général, pousse l’homme à évoluer vers son émancipation, sa libération devant les dangers matériels. L’homme est donc un être en quête de liberté dont les désirs ne sauraient être comblés par les seuls bienfaits matériels de la culture19. À ce niveau-là, l’Internet, s’il est correctement utilisé, représente un outil remarquable d’efficacité qui a su créer des pratiques nouvelles d’accès au savoir, comme le souvent critiqué Wikipedia20 mais également bien d’autres sites d’informations ou de documentation plus largement appréciés ayant tendance à faciliter l’accès à la connaissance21. Cette dernière est tout de même un vecteur de liberté qui n’est pas suffisant seul. Il s’agit d’un cercle vertueux puisque la connaissance permet d’obtenir la liberté, qui permet à son tour d’obtenir plus de connaissance. Le problème réside dans le fait de proposer une connaissance volontairement erronée dans le but de manipuler l’esprit et lui faire espérer une liberté fondée sur de mauvaises bases, de mauvaises valeurs et aux dépens d’individus ciblés. L’homme se retrouve donc enfermé dans un cercle vicieux qui l’asservit par des idées fausses auxquelles il croit, renforçant ainsi davantage sa soumission. Ainsi l’Internet est devenu, pratiquement à son insu, le transmetteur de courants d’idées proclamant divers mensonges, au travers de propagandes plus ou moins bien faites.

  • 22 X. de la Porte, « Le risque de l’individualisation de l’internet », Internet actu.net, 13 juin 2011 (...)

18Le journaliste Xavier de la Porte nous apprend ainsi que des auteurs américains ont fait une découverte assez marquante et inquiétante pour la société concernant l’Internet et son apport à la connaissance. Dans un ouvrage intitulé, The Filter Bibble : What the Internet Is Hiding from You, Eli Pariser rapporte que depuis décembre 2009, Google tend à donner à toute requête effectuée sur son moteur de recherche un résultat allant de pair avec le profil de la personne qui effectue cette recherche22. Personne n’est épargné par cette pratique, puisque cette correspondance s’applique automatiquement à tous les usagers de Google. Pour être pleinement effectif, il est cependant nécessaire que l’algorithme Google ait enregistré plusieurs recherches, le temps d’évaluer les goûts de l’usager. Il apparait donc que le processus de recherche est devenu personnalisé sans que personne ne soit mis au courant. En soi, cela répond à un aspect pratique, une personne a ainsi plus de chance de recevoir des résultats qui correspondront à ses attentes. D’un point de vue plus philosophique ce phénomène n’est pas sans poser certains problèmes. Désormais le processeur n’est plus universel puisqu’il est devenu idiosyncrasique et impératif. Eli Pariser explique ainsi que les utilisateurs pensent tous avoir les mêmes résultats. L’algorithme de Google, PageRank, les a sélectionné car il les considère comme faisant autorité, du fait que ces liens soient le plus souvent consultés. Le problème de la recherche personnalisée vient du fait que l’algorithme de Google a sélectionné des résultats qu’il pense les mieux adaptés à l’individu en particulier. Pendant ce temps-là, une autre personne verra apparaitre d’autres réponses qui seront différentes. C’est ainsi que le standard Google a disparu.

  • 23 23. Ibid

19En d’autres mots, il n’existe plus désormais une vérité mais des vérités. Sans rentrer dans le débat de savoir laquelle prévaut sur les autres, la connaissance est adaptée au groupe communautaire auquel la personne appartient tout en excluant la possibilité de voir différentes théories se confronter. Ce phénomène risque de renforcer les chances de voir l’intolérance se perpétrer entre différents groupes. Chacun sera persuadé d’avoir raison puisque l’ordinateur lui aura dit la vérité. L’information sera donc devenue individualisée. La recherche internet ne permet donc pas la remise en question. L’exemple offert par Eli Pariser à la suite est assez significatif du problème. Une recherche sur les preuves du changement climatique proposera des résultats différents et variera selon si, la recherche est lancée par un militant écologiste ou bien par le cadre d’une compagnie pétrolière. Dans les débats qui les opposeront les deux lanceront leurs arguments de bonne foi, puisque Google aura fait voir aux deux ce qu’ils voulaient tout en leur mettant des œillères pour dissimuler le reste. Plus intriguant encore, l’utilisateur aura un résultat différent selon l’appartenance politique supposée par l’algorithme, qui va déterminer si la personne appartient au parti républicain ou au parti démocrate à partir des recherches menées. La journaliste Sue Halpern rappelle que l’Internet n’est pas la presse, pourtant il joue un rôle semblable en informant mais il sélectionne les informations. Il protège l’utilisateur des opinions contradictoires ou de tout point de vue susceptible d’entrer en conflit avec les siens, le tout en prenant des allures de neutralité et d’objectivité23. L’Internet agit ainsi en se débarrassant de tous les détails idéologiques freinant le traitement de l’information tel que véhiculé par la presse classique.

  • 24 A.M. McCright et R.E. Dunlap, « The Politicization of climate change and polarization in the americ (...)
  • 25 S. Halpern, « Mind Control and the Internet », New York Review of Books, 2011.
  • 26 X. de la Porte, op. cit.
  • 27 T. Berners-Lee, « Long Live the Web: A Call for Continued Open Standards and Neutrality », Scientif (...)

20Pour continuer sur l’exemple du changement climatique les premiers effets d’une telle manipulation se font déjà ressentir. Sue Halpern se sert d’une étude menée entre 2001 et 201024 pour illustrer son propos25. Cette recherche a su démontrer qu’en 9 ans, bien qu’un consensus scientifique s’établisse sur le changement climatique, les républicains imaginant que la terre se réchauffait, étaient passés de 49 % à 29 %. Les démocrates pour leur part sont passés de 60 % à 70 %. Ces statistiques laissent à suggérer que les différents groupes ont reçu des messages scientifiques différents rendant de ce fait, le débat public totalement impossible. L’utilisateur de Google voit ses propres idées lui revenir en guise de réponses lorsqu’il effectue une recherche. Ce dernier risque de s’auto-influencer avec sa propre idéologie, anéantissant ainsi toute possibilité de cheminement intellectuel. À la suite de cela, Eli Pariser fait remarquer que pour qu’une démocratie existe pleinement, le citoyen doit voir le problème du point de vue de l’autre. De ce fait, une certaine forme d’empathie est nécessaire. Le problème dans le cas présent c’est que l’utilisateur de l’Internet se retrouve enfermé dans sa propre bulle. Pour que la démocratie soit effective, il est nécessaire qu’elle repose sur des faits partagés par l’ensemble de la communauté. Le problème est qu’actuellement l’Internet a contribué à créer des univers numériques parallèles séparés les uns des autres. En conséquence, pour Sue Halpern, la situation est grave, puisque désormais l’Internet permet à toute organisation tel les lobbies, les partis politiques, les entreprises ou même les États de noyer la chambre d’écho grâce à l’information qu’elle veut diffuser sans que personne ne s’en rende compte26. Il est évident à présent que l’Internet s’est éloigné de son objectif initial qui le voyait comme l’unificateur des mondes, capable de donner à tous la connaissance. Il nous donne le savoir, oui, mais de manière fragmentée en n’offrant que les éléments que nous sommes sûrs de pouvoir accepter. L’évolution par la connaissance se trouve de ce fait bloquée car nous sommes ainsi sûrs d’être dans le vrai avec une petite élite pensant de la même manière que nous. Tim Berners-Lee faisait ainsi un constat glaçant lorsqu’il affirmait que le web que nous avions toujours connu était menacé car certains se mettaient à pervertir ses principes fondamentaux. Il visait aussi bien les États totalitaires que démocratiques, personne n’étant épargné. Les comportements en ligne sont désormais régis et contrôlés, ce qui aboutit à la mise en danger des droits de l’homme27.

21L’Internet offre ainsi une propagande plus subtile que tout ce qui avait bien pu être fait auparavant, il s’agit là d’une propagande qui ne se voit pas qui se dissimule, qui cache la vérité car elle fait appel à ce que l’individu qui pense avoir raison, croit savoir. L’Internet joue un rôle nouveau dans notre développement mais il pré-oriente l’individu vers un être qu’il pense être le bon. Il est possible de craindre que l’Internet ne laisse pas l’opportunité de faire demi-tour pour s’orienter vers un autre chemin que celui initialement souhaité par l’internaute.

22L’Internet peut s’apparenter à une véritable cyber boite de Pandore qui vient d’être ouverte. Sa portée reste encore mystérieuse. Il n’en demeure pas moins qu’elle se révèle extrêmement intrusive dans notre vie privée, il est encore difficile à l’heure actuelle de percevoir l’ensemble des tenants et aboutissants de cette nouvelle technologie.

II. L’Internet, une cyber boîte de Pandore ?

23Par les différents programmes qui jalonnent l’Internet, nos envies et même nos désirs ne sont désormais plus totalement secrets. Le client devient un individu dont les goûts et les envies sont étiquetés afin de permettre une meilleure propagande publicitaire (A), mais la propagande peut également faire office d’arme de guerre (B).

A. L’Internet, un champ infini pour la publicité

  • 28 Entre autre il a été le cofondateur, directeur général et président du conseil d’administration d’A (...)
  • 29 Informaticien, pionnier dans le domaine de la micro-informatique, fondateur de la société Microsoft
  • 30 J-M. Stern, Jobs, film américain, 2013.
  • 31 D. Fincher, The Social Network, film américain, 2010.

24Nous l’avons vu l’Internet n’est pas un outil neutre. Sa gratuité qui fait sa force, constitue par la même occasion sa principale faiblesse. L’Internet et l’histoire de l’informatique en général, constituent le résultat d’une véritable success story à l’américaine. Il suffit de voir le traitement de certaines personnes élevées au rang d’icônes tel par exemple Steve Jobs28 ou son concurrent Bill Gates29. Il est possible aussi de citer Mark Zuckerberg l’inventeur de Facebook. Ces hommes font partie de la légende. Ce facteur explique la fascination du public pour ces individus. La mort de Jobs est d’ailleurs le symbole de cette adulation de par les nombreuses réactions qu’elle a suscité, la mise en chantier immédiate d’un film sur sa vie illustre ce fait30. De la même manière, la création de Facebook racontée par le cinéma et le succès qui en a découlé31, démontre la fascination du public pour ceux qui ont su se servir de l’Internet à leur profit, pour changer, d’une part la face du monde, mais aussi leur destin. C’est du moins la manière par laquelle la plupart de ces gens, ainsi que leurs proches, choisissent de les présenter. Le charisme de ces personnages a su jouer un rôle primordial dans la pérennité de l’Internet.

  • 32 S. Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Mesnil-sur-l’Estrée, Gallimard, 2 j (...)

25Il n’est donc plus surprenant de voir dans le monde occidental le succès de l’Internet de par son nombre d’utilisateurs. L’Internet est devenu un point commun imposé à la masse. À ce sujet, Serge Tchakotine reprenait les travaux de Gustave Le Bon, qui distinguait « le peuple » et « la foule », le milieu ainsi que l’hérédité, susceptibles d’imposer à tous les individus d’un peuple tout un lot de caractères communs. Ces derniers sont censés être stables car provenant d’origines ancestrales32. Ici la garantie de l’ancienneté est désormais remplacée par celle de la modernité et l’assurance de s’inscrire dans l’avenir pour marquer son nom dans l’histoire. La foule, selon Le Bon, n’est pas bonne conseillère. Il fait d’ailleurs retomber sur elle tous les méfaits de son époque.

  • 33 Chiffre Internet 2015, Blog du Modérateur, 5 janvier 2015, [en ligne] http://www.blogdumoderateur.c (...)
  • 34 I. Ramonet, Propagandes silencieuses, Saint-Amand, Galilée, 2 août 2013, p. 23-25.

26L’omniprésence de l’Internet a conduit les médias à revoir leurs prérogatives concernant la diffusion de l’information. Comme nous l’avons vu, la publicité est le contre coup à la gratuité de l’Internet. Sa résonance n’est pas des moindres puisqu’en France, sur 66 millions de personnes, 83 % constituent des internautes. À l’échelle mondiale on recense 3,025 milliards d’internautes ce qui correspond à 42 % de la population mondiale33. Autrefois, les médias se contentaient de vendre de l’information à des citoyens mais l’arrivée de l’Internet a modifié leur commerce, ils vendent désormais des consommateurs à des annonceurs, l’information servant juste de produit d’appel. Ignacio Ramonet nous explique que, dans la tête des grands noms des médias, il est inutile de dépenser trop, pour un produit qui constituera ensuite une valeur marchande dérisoire voire inexistante. La qualité de l’information a donc régressé, au point de s’intéresser plus à créer l’évènement qu’à le couvrir tout simplement. Il s’agit de la volonté de faire primer le sensationnalisme comme par exemple lorsqu’un journal écrit à propos du Président de la République et de sa relation avec une actrice. De ce fait, cette attitude peut conduire à de toutes nouvelles manipulations psychologiques. Tout cela renvoie à la logique de Joseph Goebbels sous l’Allemagne nazie qui voyait dans la communication, non pas l’art de dire quelque chose, mais de produire un certain effet34.

27Ainsi donc, comme nous l’avons dit, il apparaît que la domination fonctionne mieux si le dominé ne se rend compte de rien et mieux s’il aime son dictateur, ce qui nous ramène entre autres au culte de la personnalité. La propagande a pour objet de s’introduire de manière subversive dans deux sphères d’abord dans les groupes puis les individus. En ce qui concerne la dernière sphère, l’Internet y parvient donc merveilleusement. Il n’est pas nécessaire pour la propagande de choisir l’un ou l’autre de ces cercles dans les sociétés modernes. Pour Ignacio Ramonet, la propagande doit désormais atteindre l’individu, c’est un fait, mais également la masse dans le même temps. Pour qu’il puisse en être ainsi, il est nécessaire que celle-ci soit sophistiquée afin de faire passer un message de manière subtile tout en étant hautement scientifique. La propagande est présente et nécessaire à tous les régimes ne serait-ce que dans sa forme visant les human and public relations (les relations publiques et humaines) car elle permet dans son individualisation d’adapter l’humain à la société. Grâce à la connaissance de l’être humain, de ses manies, de ses habitudes, de ses envies, de ses mécanismes psychiques ou encore de ses automatismes, le propagandiste est donc capable d’affiner ses techniques et d’améliorer ses moyens d’actions.

  • 35 B. de Volontat, « Comment la pub sur Internet vous suit à la trace », 20 minutes, 22 novembre 2012, (...)

28C’est notamment le cas en ce qui concerne l’information publicitaire, qui a su totalement se recréer grâce à l’Internet. Désormais l’Internet permet d’envoyer instantanément à l’internaute des publicités basées sur des articles qu’il vient de regarder en lui faisant croire à la coïncidence. Dans un entretien pour 20 minutes, Edgar Baudin, le directeur général et associé fondateur de Gamned, une société qui s’est spécialisée dans le ciblage des internautes, ainsi que la publicité intelligente sur la toile, s’est exprimé sur ce phénomène. L’homme explique ainsi que, sur Google la publicité en bannière ne fonctionnait plus aussi bien qu’auparavant. Ce facteur a favorisé la naissance de la publicité ciblée. En 2012, ce marché représentait 100 millions d’euros35 et était en forte croissance. Comme nous l’avons vu précédemment, tout commence avec les cookies placés sur les sites marchands. Ils permettent d’indiquer les produits observés ainsi que la durée du regard. Pour la suite, il s’agit d’acheter les pages de publicités appropriées afin de les replacer sur des espaces publicitaires vendus par des sites. Lorsque la personne trouve la publicité d’un produit qu’elle vient de regarder, il est le fruit d’un travail complexe, affirme Edgar Baudin, puisqu’il s’agit d’analyser les données recensées afin de savoir si elles viennent d’un ordinateur ou d’un téléphone portable mais aussi pour découvrir quels sont ses points de curiosités. En affinant la recherche, l’internaute est de mieux en mieux individualisé et n’a plus de secret pour les enseignes du e-commerce qui vendent les informations le concernant. L’internaute conserve cependant son anonymat, affirme Edgar Baudin, mais son historique complet sur l’Internet est révélé via son numéro d’adresse IP. La vente des encarts publicitaires, la géolocalisation de l’internaute ainsi que ses envies afin de déterminer la publicité adaptée, tout cela se fait en 100 millièmes de secondes. L’Internet est donc vraiment un outil publicitaire performant éclipsant tout ce qui avait pu se faire auparavant dans le domaine de la publicité.

  • 36 Ibid.
  • 37 A. le Gonidec, « Qu’est-ce que le retargeting ou le reciblage publicitaire ? », Le journal du net, (...)

29Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’internaute en général n’a pas vraiment de problème avec le fait de savoir que ses besoins et envies sont espionnés. Il lui est d’ailleurs possible en quelques clics de disparaitre pour quelques temps ou pour toujours. Dans le dernier cas, il ne verra plus jamais de publicité pour un produit, placé sur la page d’un site Internet. On ne recense pour l’instant que 3 % des internautes qui optent pour cette option36. À la base, l’utilisateur de l’Internet ne pensait pas que de tels procédés étaient matériellement possibles. La pratique et l’information lui ont permis de mieux comprendre son environnement numérique. Cette publicité sur le long terme a même pu l’aider à mieux consommer. Chaque internaute reçoit ses propres annonces, mais comme l’explique Edgar Baudin, il est nécessaire de ne pas l’étouffer avec un matraquage publicitaire lourd. Si l’internaute n’a pas cliqué sur le lien proposé au bout d’un certain nombre de fois où la page apparaîtra, celle-ci sera remplacée par une publicité pour un produit de catégorie identique, mais moins coûteux. Dans le même genre, il est possible de trouver une autre pratique appelée retargeting37. Cette dernière permet aux sites commerciaux d’inciter leur client, sur un autre site, à acheter un produit qu’ils ont consulté sur leur page sans avoir pris la décision d’effectuer un achat.

30L’Internet est donc devenu un outil idéal pour la propagande à titre commercial, puisqu’elle permet quasiment de rentrer dans la tête de l’individu pour savoir ce qu’il veut exactement. Il ne s’agit plus d’imposer au client un produit dont il n’a pas véritablement besoin mais de répondre le mieux possible à ses attentes en trouvant le bien le plus approprié à ce qu’il recherche. Sur le plan commercial, le nouvel outil de communication fait donc des émules puisqu’il sait susciter l’envie de dépenser. Grâce à l’Internet, les vendeurs en ligne sont capables d’identifier les envies de leurs acheteurs afin de les assigner à assouvir leurs désirs matériels. Il ne faut cependant pas oublier que l’Internet peut être également un objet susceptible d’être utilisé comme une arme de guerre. La propagande qui en résulte est difficilement contrôlable.

B. L’Internet, un renouvellement de la propagande de guerre

  • 38 Loi n° 2014-1353 du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le ter (...)

31Arrêter la propagande sur l’Internet, n’est pas une affaire aussi facile que de retirer des affiches placardées aux murs. Ce problème se fait particulièrement ressentir en temps de troubles ou de conflit. C’est un fait auquel les sénateurs ont dû s’exposer lors de la révision du projet de loi anti-terroriste, qui est devenu la loi du 13 novembre 201438. Ce texte a la particularité de prévoir le retrait des vidéos de djihadistes sur l’Internet. Ces films, tournés comme de véritables blockbusters américains, font l’apologie du terrorisme et encouragent l’embrigadement des jeunes qui quittent leur pays pour rejoindre des filières terroristes. Les films prônent l’islam radical et la nécessité de le défendre face à ceux qui ne partagent pas ce culte. L’objectif de la loi est d’empêcher la radicalisation de ces individus, mais les élus se sont rendus compte qu’il s’agissait d’une volonté difficile à mettre en œuvre.

  • 39 Rédaction de France Info, « Peut-on vraiment lutter contre la propagande djihadiste sur internet ?  (...)
  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid.

32En octobre 2014, le souhait de l’Assemblée Nationale était d’effectuer une action rapide et efficace au travers d’une procédure accélérée pour pouvoir voter et lancer le plus rapidement possible le dispositif permettant d’empêcher les départs de français vers la Syrie et l’Irak. À ce moment-là, on recensait 350 départs depuis le début de l’année, ce qui correspondait à une hausse de 80 % en moins d’un an39. Parmi les amendements prévus par les sénateurs, l’un d’entre eux concernait l’Internet et le retrait des vidéos de propagande djihadiste. Ainsi, l’article 9 du projet de loi anti-terroriste prévoyait, pour empêcher la diffusion de ce type de vidéos, le blocage administratif des sites sous 24 heures. Les sénateurs dans un souci de liberté publique, souhaitaient un délai de 48 heures. Si cette volonté peut paraitre compréhensible pour éviter d’éventuels abus, la mesure apparait comme trop difficile à mettre en œuvre. Pour Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, ce fameux délai de 48 heures est trop important car il permet de dupliquer à l’infini ces vidéos40. Dans sa démarche, le ministre s’appuie sur un évènement ayant eu lieu le lundi 13 octobre 2014. Il s’agit d’une vidéo, postée sur l’Internet, plus précisément sur Youtube et émanant de l’État islamique. Sur ce film, il est possible de voir un français à visage découvert en train de menacer la France. L’individu est déjà connu des services de renseignements et fait déjà l’objet d’une procédure judiciaire menée par la section anti-terroriste du parquet de Paris. Moins de douze heures plus tard, la vidéo est retirée par Youtube. Le problème vient du fait qu’entre-temps la même vidéo a déjà été postée sur Dailymotion ainsi qu’une dizaine de comptes Facebook41. Le blocage n’empêche pas les propagandistes d’étendre leur influence sur le Net. Dans ce combat, le temps est un ennemi susceptible de faire des dégâts irréparables à grande échelle et très rapidement. La difficulté avec une vidéo unique réside dans le fait qu’elle peut très rapidement se dupliquer sans qu’aucune restriction ne soit possible. Plus vite elle se multiplie en étant copiée ou envoyée à quelqu’un, plus elle a de chance d’influencer les esprits.

  • 42 J. Colombain, « Cyberdjihadisme et cyberrésistance », France info, 13 janvier 2015, [en ligne] http (...)
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid.

33La question de la surveillance de l’Internet demeure en France et ressurgit de plus belle au lendemain des attentats contre Charlie Hebdo. Les chiffres sont clairs 95 % de l’embrigadement djihadiste se ferait par le biais de l’Internet42. Des voix s’élèvent cependant pour protester contre la tentation d’instaurer un éventuel Patriot Act à la française, sur le modèle de ce qui avait été fait aux États-Unis après le 11 septembre et qui avait conduit à une surveillance accrue des communications électroniques. De la Quadrature du Net au Conseil National du Numérique, on met en garde contre ce qui est qualifié de « dérive sécuritaire »43. Le gouvernement français n’a cependant pas attendu pour agir et est déjà intervenu auprès de Bruxelles. Moins d’une semaine après les évènements du 7 Janvier 2015 survenus à Paris, il réclamait en urgence l’autorisation du blocage administratif des sites terroristes sans avoir à passer par un juge44.

  • 45 S. Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Mesnil-sur-l’Estrée, Gallimard, 2 j (...)
  • 46 Ibid., p. 301-302.

34Une propagande pour être efficace doit avant tout être ciblée sur la jeunesse. Ce procédé comporte plusieurs avantages. Tout d’abord les jeunes d’aujourd’hui sont les anciens de demain, s’ils sont « éduqués » suffisamment tôt, ils pourront ensuite enseigner à la prochaine génération. Ainsi, la doctrine sera parfaitement assimilée et acceptée dans la culture populaire. De plus, le cerveau d’un enfant ou d’un jeune adolescent est plus facilement influençable et donc modelable. Le phénomène n’est pas nouveau et existe depuis l’Antiquité45, l’Internet a seulement su le réadapter à notre société. Serge Tchakhotine nous apprend, qu’autrefois en Crète, au moment de la domination du monde égéen, il était possible de trouver des confréries d’enthousiastes qui avaient pour habitude de provoquer l’exaltation collective par des exercices violents46. Ces derniers se faisaient aux sons de divers instruments comme la cithare et la flûte. Les individus les scandaient en entrechoquant leurs armes et en poussant des cris. Des processions, dont la marche et le chant rythmés par des sistres, étaient également organisées. Le personnel de ces confréries était recruté parmi des jeunes gens qui aspiraient au métier des armes. Ce phénomène d’exaltation est appelé fait « De Felice ». Il profite de l’instabilité qui s’opère à la fois sur les plans physiologique et psychologique qui accompagne et qui suit la crise de la puberté. Son exploitation a toujours existé et a été utilisée de manière plus ou moins consciente dans les sociétés anciennes et modernes. Le phénomène ne s’est pas tari et plusieurs organisations utilisent aujourd’hui encore l’extrême sensibilité des jeunes aux suggestions et aux excitations collectives.

  • 47 J. Colombain, « Cyberdjihadisme et cyberrésistance », op. cit.

35Nous le savons maintenant, la guerre contre le terrorisme ne passe plus exclusivement par les armes, elle passe aussi par les ordinateurs dès qu’il s’agit du combat des idéologies. Il est ainsi possible de parler de cyber guerre. Galvanisés par les actes atroces survenus pendant et après les attentats contre Charlie Hebdo, des hackers djihadistes s’en sont pris à des sites français afin d’y faire passer leurs messages. Ce phénomène a été massif puisque plus d’une centaine de sites ont été touchés, ceux de mairies, de conseils généraux, d’établissements scolaires, d’entreprises ou même d’églises47. Tous ont été victimes d’une technique appelée défaçage ou défacement. Ces deux termes signifient ici que les radicalistes ont pris le contrôle d’un site, dans le but de modifier son contenu.

  • 48 S. Tchakhotine, op. cit., p. 303.

36Leur page d’accueil a été remplacée par un message de propagande émanant de différents groupes djihadistes, qui ont par la même occasion clairement revendiqué leurs actes et manifesté leur fierté par rapport aux tueries survenues auparavant. Ils usent ainsi de techniques de détournement assez simples pour afficher des messages idéologiques. Tout commence avec un fond noir comme page d’accueil puis par des slogans comme « Mort à la France » ou « Mort à Charlie ». Ces éléments démontrent encore une fois l’utilité d’une propagande visant la jeunesse. Elle permet de grossir les rangs de jeunes recrues, plus fortes sur le plan physique mais également plus à l’aise sur le plan technologique. Leurs pratiques et leurs connaissances des coutumes, des tendances du monde actuel servent ainsi d’atouts majeurs pour leur camp qui est ainsi sûr de ne pas être dépassé. L’Internet est donc devenu le lieu privilégié de la guerre des idéaux, où chaque camp essaye de déstabiliser l’autre par des attaques de propagande visant à démoraliser l’autre et lui faire accepter son infériorité. Nous pouvons considérer qu’il s’agit là d’une reprise moderne du fameux cri de guerre de la Grèce antique employé comme stimulant psychologique lors des batailles48. Ce dernier exaltait la volonté d’attaque et le courage des troupes tout en apeurant les ennemis.

  • 49 Le Web 3.0 renvoie à ce qui se fera après le web 2.0 que nous connaissons actuellement. Le web 3.0 (...)

37Nous le voyons, la propagande ne peut plus être évitée comme auparavant où il était encore possible d’avoir une certaine forme de contrôle sur elle. Aujourd’hui, une nouvelle dimension s’est créée puisque cette propagande se fait désormais de manière plus subversive et peut même « attaquer l’internaute par surprise » à son domicile. Le simple fait de tomber dans un piège tendu par les représentants de certains idéaux, peut suffire à instiguer la peur dans l’esprit de l’utilisateur de l’Internet. Ceci l’amène à penser que l’adversaire est peut être vraiment bel et bien plus puissant que ce qu’il imaginait. Bien que l’internaute ne le voit pas, l’adversaire affecte pourtant nos machines et parvient à s’introduire dans nos ordinateurs contenant une grande partie de notre vie intime. Nos pensées lui sont alors accessibles. L’individualisation menée par l’informatique à partir de nos recherches selon nos goûts et nos envies a conduit l’ordinateur à devenir une extension de notre être. Le fait d’y voir à l’intérieur des messages de propagande justifie le chamboulement psychologique provoqué de force et la déstabilisation qui en résulte. Avec l’Internet, est également arrivée la propagande de guerre 3.049.

38En conclusion, l’Internet est devenu l’instrument technologique indispensable à notre société. En ce qui concerne le développement des idées personnelles, il est évident qu’il influence nos croyances et nos choix. Il en ressort malgré tout une dimension pratique, puisque la forme de contrôle opérée par l’Internet, permet à l’utilisateur d’obtenir plus facilement ce qu’il désire. Lorsqu’il effectue une recherche, il arrive directement à ce qui est essentiel à ses yeux, ce qui constitue un gain de temps considérable. L’Internet peut effrayer, de par sa préconception des idées, mais il est nécessaire de ne pas oublier un facteur, celui contenu dans l’esprit libre qui n’est sujet à aucun préjugé. L’Internet de par ses points de vue multiples sur l’ensemble des questions qui taraudent l’esprit humain, permet à l’internaute de s’affranchir d’une vision unique en confrontant les différents aspects d’un même problème. Enfin, la surveillance accrue érigée par l’Internet oblige désormais à une certaine retenue, puisque tout peut être enregistré et diffusé devant des milliards d’utilisateurs. Les comportements incivils, délictueux ou irrespectueux sont désormais analysés par les internautes qui sont devenus de par leur influence, les juges, les jugés, les victimes, les bourreaux.

Notes

1 E. Klien, Extrait du discours du 31 décembre 2009 à l’occasion de la remise du Lifeboat Foundation’s 2009 Guardian award à Peter de Jaeger.

2 2. « Individualisation », Dictionnaire de français Larousse, [en ligne], http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/individualisation/42658 (consulté le 1er février 2015).

3 C. Beraud, « Individualisation », in Paugam Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, PUF, coll. « Que Sais-Je ? », p. 73-74.

4 Il est possible de citer des auteurs comme Alexis de Tocqueville, Emile Durkheim ou encore Georg Simmel.

5 C. Beraud, op. cit., p. 73-74.

6 V. Larousse, [en ligne], http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/propagande/83579 (consulté le 24 mai 2015).

7 V. Oxford Dictionaries language matters, [en ligne], http://en.oxforddictionaries.com/definition/propaganda (consulté le 10 janvier 2015).

8 V. Dictionnaire de français Larousse, [en ligne], http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/propagande/64344 (consulté le 11 janvier 2015).

9 La convention d’Aarhus signée le 25 juin 1998 au Danemark, porte sur l’accès à l’information, la participation du public au processus décisionnel mais aussi à l’accès à la justice en ce qui concerne l’environnement.

10 Afin de diffuser ses idées, et d’être vu sur les scènes publiques et médiatiques, Attac se sert d’une grande variété d’outils de communications, notamment sur l’Internet, avec des listes de diffusions de courriers électroniques ou des sites internet.

11 Loi n° 2014-779 du 8 juillet 2014 encadrant les conditions de la vente à distance des livres et habilitant le Gouvernement à modifier par ordonnance les dispositions du code de la propriété intellectuelle relatives au contrat d’édition.

12 I. Ramonet (dir.), « Internet, el mundo que llega », Alianza editorial, 1998.

13 I. Ramonet, Propagandes silencieuses, Saint-Amand, Galilée, 2 août 2013, p. 18 et s.

14 I. Ramonet, op.cit., p. 21-22.

15 B. Bathelot, « Cookie », Définitions Web-Marketing, 17 octobre 2011, [en ligne] http://www.definitions-webmarketing.com/definition-cookiedefinitions-webmarketing.com/Definition-Cookie (consulté le 19 janvier 2015).

16 A. Huxley, Le Meilleur des mondes, nouvelle préface, Pocket 2002.

17 I. Ramonet, op. cit., p. 32.

18 C. Pardo, « Marketing contre cinéma d’auteur », Le Monde diplomatique, mai 1998.

19 S. Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Mesnil-sur-l’Estrée, Gallimard, 2 juin 2012, p. 14.

20 A. Moatti, « Internet et l’accès à la connaissance : quel rôle pour les pouvoirs publics ? », INA Expert, 14 février 2008, [en ligne] http://www.ina-expert.com/e-dossier-de-l-audiovisuel-patrimoine-numerique-memoire-virtuelle-memoire-commune/internet-et-l-acces-a-la-connaissance-quel-role-pour-les-pouvoirs-publics.html (consulté le jeudi 15 février 2015).

21 À ce titre il est possible de citer le site Legifrance qui permet d’avoir accès au droit et à la jurisprudence entre autres.

22 X. de la Porte, « Le risque de l’individualisation de l’internet », Internet actu.net, 13 juin 2011, [en ligne] http://www.internetactu.net/2011/06/13/le-risque-de-lindividualisation-de-linternet/, (consulté le 15 janvier 2015).

23 23. Ibid

24 A.M. McCright et R.E. Dunlap, « The Politicization of climate change and polarization in the american public’s views of global warming 2001-2010 », The Sociological Quarterly, [en ligne] http://news.msu.edu/media/documents/2011/04/593fe28b-fbc7-4a86-850a-2fe029dbeb41.pdf (consulté le 15 janvier 2015).

25 S. Halpern, « Mind Control and the Internet », New York Review of Books, 2011.

26 X. de la Porte, op. cit.

27 T. Berners-Lee, « Long Live the Web: A Call for Continued Open Standards and Neutrality », Scientific American, décembre 2010, [en ligne] https://www.scientificamerican.com/article/long-live-the-web/ (consulté le 16 janvier 2015).

28 Entre autre il a été le cofondateur, directeur général et président du conseil d’administration d’Apple Inc mais également le président des studios Pixar.

29 Informaticien, pionnier dans le domaine de la micro-informatique, fondateur de la société Microsoft.

30 J-M. Stern, Jobs, film américain, 2013.

31 D. Fincher, The Social Network, film américain, 2010.

32 S. Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Mesnil-sur-l’Estrée, Gallimard, 2 juin 2012, p. 139.

33 Chiffre Internet 2015, Blog du Modérateur, 5 janvier 2015, [en ligne] http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-internet/ (consulté le 20 janvier 2015).

34 I. Ramonet, Propagandes silencieuses, Saint-Amand, Galilée, 2 août 2013, p. 23-25.

35 B. de Volontat, « Comment la pub sur Internet vous suit à la trace », 20 minutes, 22 novembre 2012, mis à jour le 23 novembre 2012, [en ligne], http://www.20minutes.fr/economie/1048138-20121122-comment-pub-internet-suit-trace (consulté le 31 janvier 2015).

36 Ibid.

37 A. le Gonidec, « Qu’est-ce que le retargeting ou le reciblage publicitaire ? », Le journal du net, 29 avril 2009, [en ligne] http://www.journaldunet.com/ebusiness/publicite/dossier/qu-est-ce-que-le-retargeting- ou-reciblage-publicitaire/qu-est-ce-que-le-reciblage-publicitaire.shtml (consulté le 31 janvier 2015).

38 Loi n° 2014-1353 du 13 novembre 2014 renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme.

39 Rédaction de France Info, « Peut-on vraiment lutter contre la propagande djihadiste sur internet ? », France Info, 15 octobre 2014, [en ligne] http://www.francetvinfo.fr/politique/peut-on-vraiment-lutter-contre-la-propagande-djihadiste-sur-internet_1701771.htmllutter-contre-la-propagande-djihadiste-sur-internet-584829 (consulté le 14 janvier 2015).

40 Ibid.

41 Ibid.

42 J. Colombain, « Cyberdjihadisme et cyberrésistance », France info, 13 janvier 2015, [en ligne] http://www.franceinfo.fr/emission/nouveau-monde/2014-2015/cyberdjihadisme-et-cyberguerilla-13-01-2015-06-50 (consulté le 14 janvier 2015).

43 Ibid.

44 Ibid.

45 S. Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Mesnil-sur-l’Estrée, Gallimard, 2 juin 2012, p. 300.

46 Ibid., p. 301-302.

47 J. Colombain, « Cyberdjihadisme et cyberrésistance », op. cit.

48 S. Tchakhotine, op. cit., p. 303.

49 Le Web 3.0 renvoie à ce qui se fera après le web 2.0 que nous connaissons actuellement. Le web 3.0 constitue la prochaine étape, inévitable, de développement de l’Internet.

© Presses universitaires de Perpignan, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search