Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le métier de la politique sous la IIIe République

 | 
Yves Billard

Troisième partie. La pratique du métier

3. Les métiers de l’exécutif

Texte intégral

1Ces métiers sont le but, avoué ou secret, de la plupart des carrières politiques. Ils ont d’abord fait rêver ceux qui y étaient parvenus, ainsi d’ailleurs que ceux ayant échoué en cours de route. Écoutons Max Weber qui, à l’évidence, ne parlait pas par expérience :

« Quelles sont maintenant les joies intimes que la carrière politique donne à celui qui l’embrasse et quelles conditions faut-il lui supposer ? Eh bien ! Elle procure d’abord le sentiment de la puissance. La conscience d’exercer une influence sur les autres humains, le sentiment de participer au pouvoir et surtout la conscience d’être du nombre de ceux qui tiennent en main un nerf important de l’histoire en train de se faire, peuvent élever l’homme politique professionnel, même celui qui n’occupe qu’une position modeste, au-dessus de la banalité du quotidien. »

2Cette vision du pouvoir a la naïveté d’une image d’Épinal. Elle ne correspond guère à la réalité vécue par les hommes politiques de la IIIe République (ni de la république de Weimar, contexte de cette citation de Weber), même si leurs témoignages exagèrent dans l’autre sens. À en croire certains, ils n’ont eu que de lourdes charges et pas le moindre sentiment de puissance quand ils étaient maire, ministre, président du Conseil ou président de la République.

3Le jeu des institutions de la IIIe République, qui multiplient les contre-pouvoirs, diminue sensiblement le pouvoir exécutif. Certaines habitudes prises sans rapport avec le texte constitutionnel de 1875 ont encore affaibli l’exécutif. Le cas d’école est celui du président de la République qui, depuis l’instauration d’un président du Conseil en 1876, a en fait presque perdu son « pouvoir » exécutif. D’autres facteurs, ni juridiques ni constitutionnels, interviennent pour priver les ministres de ces « joies intimes » et de ce « sentiment de puissance » imprudemment évoqués par Max Weber.

4Les métiers de l’exécutif n’existent qu’aux niveaux national (le gouvernement) et municipal (le maire et ses adjoints). Rappelons que l’exécutif départemental est assuré par un fonctionnaire nommé (le préfet) et que ces instances de taille intermédiaire que constituent l’arrondissement et le canton ne possèdent pas d’exécutif propre.

Un pouvoir surveillé et contrôlé

5Le long chemin parcouru par un projet de loi depuis son dépôt par un ministre jusqu’à son vote montre la prépondérance du Parlement dans le travail législatif. Celle-ci s’exerce à d’autres niveaux du travail des ministres, à tel point qu’un gouvernement apparaît davantage comme un aréopage d’exécutants qu’un exécutif.

6Avant qu’un gouvernement ne se mette en place, on doit s’assurer qu’il est soutenu par une majorité. Dans le cas contraire, il serait balayé à la première interpellation. Dès sa conception, donc, un gouvernement est considéré comme l’émanation d’une volonté majoritaire des chambres. Cette préprogrammation d’un nouveau gouvernement est évidente à chaque fois que la chute du précédent a eu une cause manifeste. En janvier 1905, le gouvernement Combes est tombé en raison des excès de son anticléricalisme ; par conséquent, avant même que l’on sache qui va lui succéder (un gouvernement Rouvier, en l’occurrence), on sait déjà que le nouveau gouvernement sera plus accommodant ou moins maladroit avec la France catholique. En décembre 1921, le gouvernement Briand est renversé par une majorité qui lui reproche une série de concessions faites au gouvernement britannique (et en fin de compte, une attitude trop indulgente pour l’Allemagne vaincue) ; avant même que l’on ait songé à Poincaré pour le remplacer, on sait déjà que la politique étrangère de ce gouvernement sera moins conciliante. Ainsi, nombre de gouvernements sont voués à une certaine politique avant même d’avoir été formés.

7À peine le gouvernement a-t-il été photographié en rangs serrés sur les marches de l’Élysée qu’il entreprend son premier acte politique : la « déclaration ministérielle », discours prononcé par le président du Conseil devant la Chambre des députés, dont le texte est lu simultanément par l’un des ministres devant le Sénat. Étant donné la solennité de cette double lecture simultanée, étant donné que l’on vote aussitôt après sur une série d’« ordres du jour » déposés par les chefs des groupes politiques, cela ressemble beaucoup à ce que l’on a appelé sous la IVe République un « vote d’investiture », même si c’est moins formel. La « déclaration ministérielle » établit une sorte de contrat moral entre le nouveau gouvernement et la nouvelle majorité qui se forme ce jour-là. D’une certaine manière, le programme du gouvernement est donc soumis au contrôle préalable du Parlement. Certes, certaines déclarations sont plus riches en omissions qu’en précisions, plus lyriques que fermes et plus allusives que contraignantes, mais aucune n’est complètement vide. Par avance, ce jour-là, l’exécutif se soumet à la volonté du législatif.

8Sous la Ve République, la plus grande partie de la législation passe par des décrets, voire des règlements ou des circulaires, pour lesquels le Parlement n’est pas consulté. Seuls les sujets les plus importants continuent de relever de la loi (votée par le Parlement). Rien de tel sous la IIIe République, surtout avant 1914 : presque toute législation relève de la loi, décrets et circulaires ne portant que sur des détails d’application des lois. L’action des ministres ne s’exerce donc que sur des problèmes d’intendance ou des questions de personnes (nominations, promotions), tandis qu’ils dépendent du Parlement pour toute décision importante.

9Le harcèlement incessant des ministres par le Parlement s’exerce quasi quotidiennement, du moins quand siègent les assemblées. Nous avons déjà évoqué le contrôle étroit pratiqué par les commissions parlementaires. Nous avons vu aussi à quel point les interpellations étaient nombreuses. Un ministre doit être prêt chaque après-midi à venir à la Chambre ou au Sénat pour répondre à une interpellation concernant plus particulièrement son département ministériel. À travers ces deux mécanismes, c’est toute l’action du ministre qui est surveillée par le Parlement. Même des actes gouvernementaux qui, en droit, ne relèvent que de l’exécutif (une nomination, le texte du décret d’application d’une loi, l’engagement de crédits déjà votés par le Parlement, etc.) peuvent déclencher une interpellation en séance ou une série de questions malveillantes des membres d’une commission.

10Un ministre ne risque pas d’être hanté par la « solitude du pouvoir ». Il est même certain qu’il aimerait être un peu plus solitaire avant, pendant et après avoir accompli son travail.

11Les agendas des ministres s’en ressentent. Ils se lèvent tôt même s’ils se sont couchés tard. Les matinées sont les seules véritablement consacrées au métier de ministre – du moins siègent-ils dans leur bureau. Trois fois par semaine (en général le mardi, le jeudi et le samedi), ils se réunissent en conseil. Si cela se passe à l’Élysée, en présence du président de la République, on parle de « Conseil des ministres », cadre officiel dans lequel peuvent être signés tous les décrets ayant besoin du contreseing du président. Moins solennels sont les « conseils de cabinet », où le président du Conseil justifie son nom en présidant lui-même, mais à l’époque il existe un flottement de vocabulaire entre ces deux types de conseils des ministres. Les autres jours, une bonne partie de la journée est consacrée aux audiences : leur nombre élevé (une dizaine par jour) prouve au moins qu’aux yeux des solliciteurs le ministre est le vrai patron de son département ministériel... L’après-midi est bien souvent (près de six mois sur douze, en fait) consacrée aux séances des deux chambres du Parlement. Même si chaque ministre n’a pas besoin de siéger à chaque séance, la fréquence des interpellations, des questions orales qu’on lui adresse ou des textes débattus concernant son département ministériel le tient mobilisé. Il est à la disposition du Parlement plutôt que dans son bureau. En outre, il faut compter les cérémonies, les inaugurations, les remises de médailles, les voyages en province, les réunions politiques, etc. Lorsque aucune séance de nuit ne le retient à la Chambre ou au Sénat, il lui arrive de dîner avec ses collaborateurs, mais, plus souvent encore, la soirée est gâchée par des obligations protocolaires : réception, dîner officiel, bal, représentation de gala, etc. Avec un peu de chance et d’organisation, il lui reste la fin de la soirée pour sa vie privée. Celle-ci est le plus souvent discrète ou familiale, mais parfois aussi celle d’un homme public, suivi par les journalistes : c’est Aristide Briand qui dîne avec l’actrice Berthe Cerny, Mme Steinheil aperçue au bras de Félix Faure ou Mary Marquet à celui d’André Tardieu.

12En pratique, donc, moins de la moitié d’une journée de ministre est consacrée à ce que l’on appelle pompeusement l’« action gouvernementale ». Celle-ci est par conséquent limitée en intensité et placée sous le contrôle permanent des élus parlementaires. Elle n’est toutefois pas si insignifiante. Les ministres, individuellement ou collectivement, possèdent une certaine marge de manœuvre, un certain pouvoir de décision, et en premier lieu le pouvoir de nommer. Tous les fonctionnaires sont nommés par décret ministériel. Les nominations les plus importantes se déroulent en Conseil des ministres : ainsi les préfets ou les ambassadeurs ; elles résultent donc d’une volonté collective, même si le ministre de l’Intérieur (pour le préfet) ou celui des Affaires étrangères ont le privilège de soumettre des candidats à l’approbation du Conseil. À l’autre bout de la hiérarchie des emplois publics, on trouve ces dizaines de milliers de petits et moyens fonctionnaires nommés par un décret que le ministre aura signé sans même lire les noms concernés. À ce niveau-là, le ministre a délégué son pouvoir de choisir. Entre les deux, il y a des centaines d’administrateurs assez importants dont le ministre contrôle les nominations, les promotions, parfois aussi les décorations ou les disgrâces. Certes, nous avons vu le poids immense des interventions des élus dans ce domaine ; justement, ce sont eux les solliciteurs, tandis que le ministre est décisionnaire. En l’occurrence, le pouvoir se trouve bien entre les mains de l’exécutif et non du Parlement ou des élus locaux.

13On se rend mieux compte également du rôle dirigeant des ministres à chaque fois que l’attention du public se tourne vers l’action d’un département ministériel en particulier. Une catastrophe ferroviaire ? Le ministre des Transports est attendu sur les lieux. Un conflit armé dans quelque lointaine contrée ? C’est le ministre des Affaires étrangères qui est pressé de questions. La hausse des impôts ? Le ministre des Finances est tenu pour responsable, même si ce sont les parlementaires qui l’ont votée. La mévente du blé ? Que compte faire le ministre de l’Agriculture ? Il n’y a jamais personne pour considérer que la France est gouvernée par les députés et les sénateurs, membres des commissions permanentes.

14À tort ou à raison, les ministres sont perçus comme les véritables patrons de leur département ministériel. Qu’en est-il vraiment ?

Pouvoir et bureaucratie

15Selon les théories classiques de la Décision alors en vogue, pour bien décider, il faut d’abord être parfaitement informé (« préparation » de la décision), ensuite formuler clairement et enfin contrôler les effets (« exécution » de la décision). À chacune de ces étapes, le ministre est entièrement dépendant de l’administration qu’il est supposé diriger. Dans la pratique, la capacité à diriger a varié d’un extrême à l’autre. Certains ont véritablement refaçonné le ministère qu’ils dirigeaient en quelques années. Théophile Delcassé, ministre des Affaires étrangères de 1898 à 1905, a imprimé sa marque sur le Quai d’Orsay pour au moins les dix années suivantes. André Maginot a littéralement « construit » le ministère des Pensions. Il est vrai qu’il avait été créé pour lui, mais on peut en dire autant de Jules Méline au ministère de l’Agriculture, qui existait pourtant avant son passage. D’autres ministres, dont on cite rarement les noms, n’ont été que les jouets de leur administration, signant ce qu’on leur faisait signer, ne « décidant » que ce qu’on avait déjà conçu pour eux.

16François Bloch-Lainé, haut fonctionnaire sous les IVe et Ve Républiques, a raconté comment les nouveaux ministres étaient testés dès les premières semaines par les différents chefs de service des ministères. Son témoignage est valable pour tous les régimes. Alors que les ministres passent, les hauts fonctionnaires (le secrétaire général, les directeurs de service) restent en place pendant des années. Pour peu qu’il s’agisse d’un ministère très technique, on comprend que certains nouveaux ministres ne réussissent pas à s’imposer. Joseph Caillaux, devenu ministre des Finances à 36 ans, et Raymond Poincaré, son prédécesseur, à 34 ans, ont impressionné durablement les fonctionnaires des finances en assimilant immédiatement les dossiers complexes qu’on leur avait obligeamment préparés pour leurs premiers pas... Combien d’autres ont échoué à cet examen sans appel des premières semaines ? Ceux-là, on ne cite jamais leur nom. Ceux n’ayant pas su s’imposer sont voués à rester des ministres porte-plume qui signent chaque jour des textes sans grande conséquence ; ils expédient les affaires courantes. Dans les années 1930, Alexis de Saint-Léger Léger (le poète Saint-John Perse), secrétaire général du Quai d’Orsay, passait pour conduire la politique étrangère de la France à la place des ministres. C’était très exagéré (la signature des accords de Munich en 1938 l’a montré), mais il fallait quand même savoir s’imposer à lui.

17Seul celui ayant réussi à faire accepter son autorité dès les premiers mois est suffisamment bien informé pour prendre de véritables décisions. En pratique, l’information remonte hiérarchiquement des services du ministère jusqu’au « cabinet » (le proche entourage, les hommes de confiance) du ministre. Ce dernier se voit communiquer des « notes », c’est-à-dire des synthèses ou des résumés, seules assimilables en quelques heures de bureau par jour. Il y répond le plus souvent par des annotations dans la marge (Painlevé, dont les papiers sont conservés, se servait d’un crayon rouge ou bleu pour griffonner dans les marges) ou plus rarement par une note complète.

18Correctement informé, maître de ses subordonnés, peut-il alors agir, prendre de véritables décisions ? Rappelons de nouveau que toute décision politique importante sous la IIIe République passe par la voie parlementaire. Au mieux, donc, le ministre aura eu l’initiative, l’idée de la décision.

19En pratique, l’organisation gouvernementale a transformé nombre de ministères en organes d’exécution plutôt qu’en agents de l’exécutif. Un cas évident est celui du ministère de la Guerre. Presque tous ses titulaires ont été simplement les porte-parole d’une politique de défense conçue par l’État-major. Le cas d’Adolphe Messimy, ministre de la Guerre de juin 1911 à janvier 1912, est un contre-exemple remarquable et isolé. Depuis l’époque de Méline, le ministère de l’Agriculture a été celui des agriculteurs ; les deux grands syndicats d’exploitants agricoles (« la rue d’Athènes » et « le boulevard Saint-Germain », les appelait-on d’après leur adresse) y faisaient la pluie, le beau temps et la carrière du ministre. Dès sa création en 1925, le ministère de l’Air a été une machine à faire financer par le contribuable une ruineuse « politique du prototype » qui a fait la richesse des avionneurs (Henry Potez, Pierre Latécoère ou Marcel Bloch, le futur Marcel Dassault) ; les nationalisations de 1937 n’y ont pas changé grand-chose. Le ministère des Pensions, créé en 1920, est très clairement au service du lobby des anciens combattants et plus précisément de leurs principales associations (l’Union fédérale, l’Union nationale des combattants, voire la Fédération nationale fondée par Maginot lui-même) ; Édouard Bovier-Lapierre, ministre en 1924-1925, a voulu les ignorer et s’y est cassé les dents.

20C’est seulement en théorie que l’on distingue aisément l’auteur d’une décision de ses exécutants. La décision gouvernementale est trop complexe et trop composite. Le ministre en est un élément parmi d’autres : les groupes de pression, l’administration et surtout le Parlement. Bien qu’il n’en soit pas toujours la composante la plus effective, il en est au moins la plus prestigieuse. Parmi les signes qui ne trompent pas : l’éponymie des grandes réformes. On parle des « lois Méline » sur le commerce, des « lois Jules Ferry » sur la scolarité obligatoire et laïque, des Habitations à bon marché de la « loi Loucheur », du « chemin de fer Freycinet », de la « ligne Maginot » ou du « franc-Poincaré ». Les hauts fonctionnaires, les représentants d’associations ou le rapporteur de la commission de la Chambre ou du Sénat qui y ont contribué ont été vite oubliés.

Maire : le plus beau ou le plus ingrat des métiers ?

21À lire le florilège cité par Jocelyne George dans son Histoire des maires, ce « métier » est un sacerdoce, une charge, un sacrifice de soi. L’abbé Lemire (maire de Hazebrouck de 1914 à 1928), pour qui être maire est un « martyre obscur et quotidien », se situe presque dans la moyenne des témoignages. Les récriminations les plus fréquentes portent sur le poids accablant des nombreuses tâches du maire, sur la lourdeur et la mesquinerie de la tutelle (des préfets et sous-préfets), et enfin sur l’ingratitude des concitoyens envers celui qui leur a fait cet admirable don de soi. Bien évidemment, tout cela est exagéré. On peut déjà noter que l’« ingratitude » publique est une légende : rappelons que, sur quatre maires sortants qui se représentent aux élections, trois sont réélus. Les deux premières plaintes sont moins imaginaires, d’autant que l’on constate une contradiction majeure dans les lois de 1871 et 1884 sur les communes entre l’ampleur des tâches imposées aux maires et la liberté limitée qu’on leur concède. Métier difficile, métier ingrat peut-être, mais tout de même pas « martyre ». René Millet notait d’ailleurs en 1888 :

« J’ai vu des maires quinteux et récalcitrants qui donnaient leur démission tous les huit jours ; j’ai vu des communes où les rivalités personnelles suspendaient la vie municipale ; mais je n’ai jamais vu de mairie qui fût vacante par indifférence ou défaut d’ambition. »

22Le nombre et la variété des tâches du maire résultent en partie de son triple statut politique : il est tout à la fois exécutif de la commune (avec ses adjoints), président du conseil municipal et représentant de l’État à l’échelon de la commune (tout comme un préfet à celui du département). C’est ce dernier aspect de son travail qui crée les obligations les plus nombreuses et les plus ingrates. On ne citera que quelques exemples de ces dernières : tenir à jour l’état civil, les listes électorales, les listes de la conscription, recevoir les déclarations de résidence des étrangers, des propriétaires de chiens, de bicyclettes, de billards (sic), délivrer des certificats de résidence, de vie, de moralité, dresser les états des vaccinations, établir des mercuriales, parapher les registres des commerçants, des receveurs des postes, des buralistes, viser les saisies et assister les huissiers dans les ouvertures de portes, inspecter les poids et mesures, organiser les convois funéraires, voire (article 27 de la loi de décembre 1905 sur la Séparation de l’Église et de l’État) régler l’usage des cloches des églises de la commune. Cet inventaire pourtant incomplet d’obligations trop nombreuses et parfois difficiles est l’objet d’incessantes récriminations. Les plus véhémentes portent sur les pouvoirs et les devoirs de « police » du maire. Celui-ci doit assurer l’ordre public, la sécurité, la moralité et l’hygiène publique sur le territoire de sa commune. En pratique, une commune de moins de 5 000 habitants ne compte qu’un garde-champêtre. Certes, tout maire peut faire appel à la gendarmerie (au moins une brigade par canton), mais il y a tout de même contradiction entre ce qu’on lui demande et les moyens dont il dispose. Dans les plus grandes villes, les maires ont perdu progressivement toute autorité sur la police nationale ; c’est le cas à Lyon dès 1871 (et évidemment à Paris où il n’y a pas de maire), à Marseille dès 1908 et finalement dans dix grandes villes en 1939.

23Les tâches relevant de l’exécutif communal sont plus gratifiantes, mais tout aussi nombreuses et astreignantes. Le maire (aidé de ses adjoints) est le véritable gestionnaire de sa commune. Il a l’exécution des dépenses votées par le conseil. Il dirige effectivement les services municipaux, dont la liste, bien sûr proportionnée à la taille de la commune, peut être longue : certaines communes gèrent des régies de transports en commun, un opéra, des théâtres, une importante voirie, des écoles, des crèches, des logements sociaux, des musées, etc. Évidemment, il n’administre pas tout lui-même : certaines villes emploient des milliers d’agents municipaux. Dans ce domaine, un maire détient un pouvoir bien supérieur à celui du gouvernement à l’échelon national : toutes les nominations et révocations d’agents municipaux sont à sa discrétion. C’est seulement en 1952 qu’une loi est venue limiter le pouvoir des maires en créant un statut général des personnels communaux. Bien sûr, quand une grande ville change de majorité municipale, on ne remplace pas tous les cantonniers, tous les conducteurs d’autobus et tous les éboueurs, mais le « système des dépouilles » s’exerce largement sur les emplois importants et bien rémunérés ; à Marseille, en 1931 puis en 1935, des centaines d’emplois ont changé de titulaire juste après les élections.

24La présidence du conseil municipal augmente les pouvoirs du maire et entretient une grande confusion entre « exécutif » et « législatif » communaux. Le conseil vote le budget et décide donc des dépenses. La passation de marchés publics nécessite un vote du conseil, de même que la création de régies ou de services municipaux, ou au contraire leur concession à des sociétés privées. En pratique, un maire qui « tient » bien sa majorité municipale oriente ses votes sans grande difficulté. Là encore, la rumeur publique ne s’y trompe pas, qui crédite le maire des travaux entrepris ou des services créés et ignore le rôle de l’impersonnel « conseil municipal ».

25En revanche, le préfet exerce sa tutelle sur les finances des communes. Jugée tatillonne par les maires, elle n’a pas empêché une grande ville comme Marseille de s’enfoncer dans le surendettement à partir des années 1890. Pourtant, les communes ne maîtrisent guère leurs recettes : un tiers provient des « centimes additionnels » et un huitième de subventions de l’État. En fait, la commune fixe moins de la moitié de ses recettes. En revanche, le détail des dépenses est bien voté par le conseil et l’équilibre entre dépenses et recettes ne peut être maintenu strictement par la tutelle. Lutter contre la corruption est un autre but implicite de la tutelle de l’État. Celle-ci semble avoir été assez efficace en matière d’aliénation du domaine municipal. On n’a jamais vu dans la France de la IIIe République d’affaires aussi spectaculaires que celle du maire de New York, Tweed, qui a vendu en 1869... l’hôtel de ville pour une poignée de dollars à une société qu’il contrôlait, l’a fait racheter à prix d’or à la même société et a triplé la dette de la ville. La tutelle était peut-être moins efficace en matière de contrôle des marchés publics. Souvent, lors des élections municipales, on accusait la municipalité sortante d’avoir favorisé une entreprise amie lors d’une adjudication ; on laissait parfois même entendre que le maire avait ensuite reçu des dons suspects pour sa campagne électorale. Bien sûr, c’est arrivé. Toutefois, l’exercice de la tutelle a sans doute limité l’ampleur de ces trafics d’influence. Les affaires connues sont justement celles ayant débouché sur des sanctions pénales. Paul Vergnes, maire de Carcassonne de 1885 à 1887, a réussi à établir un petit catalogue des possibles turpitudes municipales : il a sensiblement augmenté les tarifs du gaz, cédé à vil prix des terrains communaux à des comparses et concédé, contre une commission occulte, le service d’assainissement à une entreprise qui n’a réussi qu’à empuantir l’air de Carcassonne, le tout en deux ans. Mais, justement, en 1887 il a été battu aux élections municipales, puis inculpé et jeté en prison. Jusqu’à la loi de décentralisation de 1982, la tutelle financière assurée par les préfets limitait réellement le pouvoir des maires.

26Les maires n’en sont pas moins les hommes politiques qui ont le plus de « pouvoir exécutif » véritable sous la IIIe République. Cela rend-il leur tâche écrasante ? En réalité, dilettantes et bourreaux de travail existent, quelle que soit la taille de la commune. Dans les très petites communes, la très faible importance des « services municipaux » allège évidemment le devoir de la municipalité. Parfois, le seul bâtiment municipal consiste en une école-mairie d’un étage pour 200 mètres carrés au sol ! Heureusement, car, dans ces très petites communes de moins de 500 habitants, on ne trouve ni adjoint au maire, ni employés municipaux. Auguste Rivet a décrit pour la Haute-Loire la tâche administrative (souvent accomplie avec l’aide précieuse de l’instituteur) de ces maires ruraux qui pouvait se limiter à une demi-journée par semaine. Dans les villes, les services municipaux exigent une force de travail autrement plus considérable, mais il existe bien sûr des services et des agents. L’exemple de l’une des obligations légales du maire selon les lois de 1871 et 1884 nous renseigne : tenir les registres de l’état civil. Dans une petite commune, c’est facile, car on dénombre peu de naissances et de décès ; une grande commune est dotée d’un service municipal ad hoc qui emploie plusieurs agents. C’est ainsi que des maires de grandes villes comme Édouard Herriot (maire de Lyon de 1905 à 1957), Maurice Viollette (maire de Dreux de 1908 à 1959, avec deux interruptions de quelques années) ou Jules Siegfried (maire du Havre pendant quarante-deux ans en trois fois) semblent avoir beaucoup travaillé à... bien d’autres choses durant la période de leurs mandats municipaux.

27Il est intéressant de constater que ces trois hommes ont néanmoins été souvent réélus et que leur nom est aujourd’hui honoré dans leur cité. La réussite d’un maire réside sans doute dans une relation spéciale entre ses administrés qui ne se mesure pas en heures de travail ou en mètres carrés sortis de terre au cours de son mandat. Le premier magistrat d’une ville jouit d’un prestige particulier. C’est traditionnellement lui qui célèbre les mariages. Dans les communes rurales, il supplée un peu le juge de paix en arbitrant des conflits de voisinage ou en réconciliant des époux. C’est vers lui que l’on converge en cas de catastrophe. Un accident ? La grêle ? Une inondation ? On se réunit autour de « monsieur le maire ». Plus proches des habitants en raison de la petite taille des communes, les maires sont des notables envers qui la population retrouve les réflexes féodaux : en cas de péril, on se tourne vers eux.

28En 1870, dans les départements envahis par les troupes prussiennes, alors que l’État impérial s’était effondré (empereur prisonnier, ministres en fuite, préfets démissionnaires), la population avait retrouvé un réflexe féodal en se tournant vers les notables sociaux : ces propriétaires fonciers, parfois nobles, souvent vainqueurs des élections de 1871. Au cours des décennies suivantes, ces notables hérités des régimes précédents ont peu à peu perdu leur influence. Les institutions démocratiques de la IIIe République, et en l’occurrence la loi du 5 avril 1884 sur les communes, ont mis en avant une nouvelle sorte de notables dont l’influence était moins fondée sur le statut social que sur leur rôle politique.

29Les maires sont ces notables de la République par excellence.

© Presses universitaires de Perpignan, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540