Version classiqueVersion mobile

L'Internet et la démocratie numérique

 | 
Philippe Ségur
, 
Sarah Périé-Frey

L'Internet, un complément de la démocratie ?

La promotion de l’opinion individuelle : les blogs

Marlène Fraysse

Texte intégral

  • 1 « Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 », Ministère de la justice, [en ligne] http (...)

1L’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948 dispose que « tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit à ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen que ce soit »1.

2Le concept de liberté d’opinion germa en France sous l’Ancien Régime et il fut l’une des premières conquêtes de la Révolution française. Aujourd’hui, cette liberté fait partie du domaine des libertés fondamentales dont la « libre communication des pensées et des opinions » apparaît comme la première des libertés2. Cette liberté est la possibilité pour tout individu de penser comme il l’entend, d’affirmer des opinions divergentes à celles du plus grand nombre, et de les exprimer3. La liberté d’opinion fait l’objet de travaux de sociologues comme Dominique Cardon, Patrice Flichy, Thierry Vedel dont le but est de trouver le meilleur moyen pour la mettre en œuvre. La protection de ce droit est importante car il est également garanti par la Convention Européenne des Droits de l’Homme entrée en vigueur le 3 septembre 19534. Néanmoins, ce droit n’est pas absolu, la loi interdisant toute propagande en faveur de la guerre, l’apologie de la haine et l’incitation à la violence ou au délit5. La liberté d’opinion est le corollaire à la liberté d’expression, ainsi qu’à la liberté de la presse, qui est la faculté de diffuser l’information par le biais de moyens de communication sociale sans le contrôle préalable des pouvoirs de l’État6. La démocratisation repose sur la liberté de chaque citoyen d’exprimer ses opinions, ses idées dans le but de convaincre les autres, d’échanger et de s’exprimer. La démocratie est donc la base de la liberté d’opinion dont le but est d’accorder la faculté à chacun, de faire la promotion de son opinion individuelle c’est-à-dire, d’exprimer des opinions politiques tout en respectant la diversité d’autrui7.

  • 8 N. Vanbremeersch, De la démocratie numérique, Coll. Médiathèque, Seuil, 2009, p. 15.
  • 9 N. Vanbremeersch, 33 ans, fondateur du publius.fr, pivot du débat européen en ligne. Il a également (...)
  • 10 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 106.
  • 11 Ibid., p. 36.
  • 12 A. Dahmani, La démocratie à l’épreuve de la société numérique, Coll. Hommes et Sociétés, Karthala, (...)
  • 13 T. Vedel, « Blogs politiques : vraie ou fausse révolution ? » [en ligne] http://www.constructif.fr/ (...)
  • 14 « [Infographie] 3 millions de blogs sont créés chaque mois dans le monde », French Web, [en ligne] (...)
  • 15 «Ce système est très utilisé pour diffuser les nouvelles des sites d’information (actualité, scienc (...)

3Internet est aujourd’hui un moyen planétaire de promotion et de diffusion de l’information qui se trouve renforcé par le Web social constitué pour l’essentiel des blogs. En effet, le Web qui signifie « toile » en français, est un espace formé par des millions de sites liés entre eux par leurs liens et il représente pour Nicolas Vanbremeersch « une toile d’araignée gigantesque, faite de liens et de points de rencontre de ces liens, les sites et pages qui forment le réseau »8. Nicolas Vanbremeersch9, diplômé des Hautes Études Commerciales, est une figure emblématique de la blogosphère politique française, et dans son ouvrage De la démocratie numérique10 dont le titre rappelle l’ouvrage de Alexis de Tocqueville intitulé, De la démocratie en Amérique ; il recense trois sortes de Web. Effectivement, il y a le Web documentaire composé par exemple, de sites institutionnels, le Web de l’information dont Wikipédia fait partie, et enfin le Web social regroupant en ce qui nous concerne les blogs. Dans cet espace, l’ensemble des internautes sont reliés et produisent une multiplicité d’informations. Cet univers d’échange, de partage, de communication a considérablement pris de l’importance aujourd’hui, et pour caractériser cette évolution, on parle de « Web 2.0 »11. Cette transformation du Web social se distingue par de nouveaux services centrés sur l’individu dont le blogueur est la figure emblématique. C’est le 17 décembre 1997 que John Barger a contracté les mots « web » et « log » en Weblog pour décrire son journal en ligne12. Ils sont apparus en France vers la fin de 2003, et ils sont aujourd’hui l’une des applications les plus populaires de l’Internet13. Ce succès peut s’expliquer par le nombre de blogs qui s’élève à 300 millions dans le monde, avec une hausse de 3 millions tous les mois14, ainsi que par l’intérêt que les médias leur portent. Le blog possède quelques caractéristiques du phénomène de journalisme participatif ou citoyen. De fait, il fait partie du domaine de l’autopublication défini comme étant l’endroit où une ou plusieurs personnes publient de manière régulière des billets, c’est-à-dire des articles assez courts enrichis de liens hypertextes. L’affichage des billets est effectué de manière anté-chronodaté, c’est-à-dire des plus récents aux plus anciens et, il est fréquemment possible pour le lecteur de s’abonner à un flux RSS15 (Really Simple Syndication) afin de s’informer sur les actualisations sans s’y rendre. Le blog permet aux individus de contribuer à un discours de façon instantanée et par une diversité de contenus : photos, vidéos, commentaires, liens…

  • 16 A. Dahmani, op. cit., p. 209-210.
  • 17 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 40-41.
  • 18 Ibid.
  • 19 T. Vedel, op. cit.

4Ce nouvel outil ne sert pas uniquement à diffuser de l’information, c’est également un instrument de communication16. La société connaît donc une révolution car désormais, chaque citoyen lambda grâce à l’Internet, et plus particulièrement aux blogs, a conscience de sa faculté de donner son opinion sur un sujet, de pouvoir en débattre. Parmi les millions de blogs qui existent en France, on peut repérer différents types en fonction de leurs contenus et des relations qu’ils engendrent avec les internautes. Cette typologie des blogs a été faite par Dominique Cardon et Hélène Delaunay-Tétérel qui distinguent quatre genres17. Il y a les blogs centrés sur les récits de soi (journal intime), les blogs concernant la description d’un environnement familier (blogs familiaux), les blogs développant des hobbies ou des thèmes particuliers, et pour finir, les blogs permettant l’échange d’opinions politiques. Dans ce sujet, ce sera le dernier type de blog qui sera étudié, dans lequel on distingue trois groupes : il y a les blogs de responsables politiques qui relèvent essentiellement d’une logique de modernisation de la communication politique dont le but est d’instaurer une relation plus directe avec les citoyens ; ensuite il y a les blogs d’experts émanant de journalistes, d’universitaires, de consultants ou de professionnels de l’Internet dont l’objet est de proposer un éclairage original sur l’actualité ; enfin il y a les blogs qui feront l’objet de notre analyse qui sont les blogs dits « citoyens »18. Ces derniers sont créés par des individus sans lien professionnel et institutionnel à la politique. Il est difficile de caractériser sociologiquement ces blogueurs car ils écrivent assez souvent de façon anonyme et ne donnent que peu d’informations sur eux. Néanmoins, en analysant les rencontres qui sont parfois organisées entre blogueurs citoyens, on constate qu’il s’agit essentiellement d’hommes, entre 25 et 45 ans, et plutôt urbains19.

  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.
  • 22 D. Réguer, Blogs, Médias sociaux et Politique, Coll. Sciences humaines, Les 2 Encres, 2009, p. 16.
  • 23 Dominique Cardon et Marie-Carmen Smyrnelis, « La démocratie Internet. Entretien avec Dominique Card (...)

5Composer un blog politique demande une certaine maîtrise de la rédaction et c’est pour cette raison qu’il y a beaucoup plus de blogs d’étudiants, de professeurs ou de cadres d’entreprise que de blogs d’ouvriers par exemple20. La plupart des blogs citoyens se consacrent essentiellement au commentaire de l’actualité politique. D’autres informent sur la vie politique d’une ville et plus récemment, la campagne électorale de 2007 a donné lieu à des blogs de soutien ou d’opposition à des candidats21. Aux États-Unis, ces supports ont connu un essor à la suite des attentats du 11 septembre 2001, ainsi qu’au moment de l’élection présidentielle de 200422. L’usage de ces blogs permet l’implication des citoyens dans la démocratie et ainsi, de détenir un rôle dans les prises de décision. En effet, comme l’explique Dominique Cardon, l’Internet offre « une forme nouvelle d’action collective, opportuniste, sans centre, volatile et puissante. »23. À la différence des médias traditionnels qui ont pour fonction de diffuser des informations, les nouveaux instruments que constituent les blogs citoyens, permettent d’interagir grâce à l’implication individuelle de chaque personne.

6En permettant un renouveau du débat public, il est intéressant d’étudier comment les blogs citoyens revitalisent la démocratie. Doivent-ils être considérés comme des supports favorisant l’exercice de la citoyenneté ? Pour travailler sur cette problématique, il est indispensable de recourir aux travaux de sociologues qui sont les pionniers en la matière, ainsi qu’aux témoignages de citoyens blogueurs qui sont les mieux placés pour expliquer le phénomène du « blogging ».

7Afin de pouvoir répondre à ce questionnement, il convient de s’intéresser à la place qu’occupent les blogs, et notamment à leur succès en tant que nouvelles interfaces de communication promouvant la démocratie (I) ; pour ensuite constater un succès indiscutable certes mais également perfectible en pratique (II).

I. Les blogs citoyens : le succès de nouvelles interfaces de communication promouvant la démocratie

8La blogosphère citoyenne apparaît comme un nouvel espace d’exercice de la citoyenneté où l’individu peut lui-même diffuser sa pensée (A), et cette transformation de la démocratie se concrétise par un succès universel (B).

A. La promotion de l’opinion individuelle par une médiatisation personnelle : vers une citoyenneté 2.0

  • 24 J. Bourdon et V. Schafer, « Présentation », Le Temps des médias, 2012/1 (n° 18), p. 5-14.
  • 25 Ph. Ségur, L’individu face à l’action publique, Cours de Master 1 Administration publique, Universi (...)

9Les nouveaux instruments que constituent les blogs appartiennent à la deuxième révolution dans le développement de l’Internet. En effet, certains historiens comme Jérôme Bourdon et Valérie Schafer 24 ont essayé de périodiser l’histoire de l’Internet et ils ont identifié quatre phases principales25. La première correspond au Web 1.0 ou Web « statique », il est apparu dans les années 1990, il se caractérise par une mise en ligne et une consultation des données. C’est un réseau qui est marqué par une séparation entre ceux qui publient et ceux qui regardent, autrement dit, l’internaute détient la propriété de ce qu’il écrit. La seconde phase dans le développement de l’Internet est caractérisée par le Web 2.0 ou Web dynamique et participatif, il est né dans le début des années 2000. C’est une interface simplifiée mais ce qui la caractérise est l’apparition des réseaux sociaux qui permettent d’effacer le clivage entre l’acteur et le spectateur. Ensuite, il y a l’étape du Web 3.0 ou Web sémantique, c’est un espace de données massives qui possède la compétence pour analyser le comportement des usagers afin d’en identifier leurs besoins. Enfin, la dernière grande évolution de l’Internet aura lieu en 2020, elle sera dénommée le Web 4.0 ou Web symbiotique. Il y aura l’émergence d’une machine connectée où tous les individus utiliseront en permanence la toile. La société sera submergée sous l’Internet et les machines seront capables de s’auto-organiser pour exécuter des opérations diverses et complexes. Les blogs citoyens s’inscrivent dans le Web 2.0 qui permet d’unir les individus afin de partager des idées, des connaissances dans le but de pouvoir en débattre.

  • 26 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 51.
  • 27 Ibid., p. 53.
  • 28 D. Réguer, op. cit., p. 15.
  • 29 A. Dahmani, op. cit., p. 210.
  • 30 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 38.
  • 31 Ibid., p. 42.

10Nicholas Vanbremeersch compare les blogs aux cafés du XIXe siècle et les nomment les « néo-cafés »26. En effet, ces différents lieux permettent aux individus de se rencontrer, d’échanger sur l’actualité en créant leur propre opinion. La différence entre ces deux espaces de communication est que le blog est accessible de chez soi. L’accessibilité constitue l’un des avantages de ces supports car n’importe quel individu quel que soit son statut social peut en bénéficier. Il existe une certaine neutralité qui est défendue par les blogs, ce qui permet une interaction plurielle, par exemple un citoyen lambda peut échanger avec une personnalité politique, ce qui est improbable dans la vie réelle. L’existence des blogs donne ainsi naissance à la blogosphère qui forme un « grand café multiforme »27. Effectivement, les blogs sont connectés entres-eux grâce à des liens sortants et entrants, ce qui forme un réseau28. À la différence des médias traditionnels que sont la presse, la télévision et la radio, qui produisent de l’information centralisée et pyramidale, c’est-à-dire du haut vers le bas, de l’un vers le plusieurs (one to many) sans retour d’information ; le blog lui diffuse l’information de manière décentralisée, c’est-à-dire du plusieurs vers le plusieurs (many to many), et peuvent donc faire remonter de l’information (bottom up)29. C’est au sein de ce réseau que s’affrontent les opinions des individus et que se crée de la sociabilité30. En effet, ce qui caractérise un blog est la rencontre et l’échange qui permet de donner naissance à des « communautés »31.

  • 32 C. Vandendorpe, « Internet, le média ultime », Le Débat, 2/ 2006 (n° 139), p. 139.

11Les blogs politiques forment un réseau entre eux car l’existence seule d’un blog est impossible. Ce type de blogs a comme principal intérêt le débat sur la société. Les blogs citoyens font partie de ce réseau où les individus peuvent militer pour leur opinion, critiquer le pouvoir en place, autrement dit s’exprimer personnellement sans l’autorisation de qui que ce soit. En effet, les internautes disposent d’une grande liberté « sans être à la merci d’un rédacteur en chef, d’un éditeur ou d’un imprésario »32. Ce sont de nouveaux espaces sociaux où chaque citoyen peut s’approprier un sujet de discussion de son choix. Ce n’est donc plus l’État qui détient le monopole de l’exercice de la parole politique mais bel et bien les citoyens en produisant leurs propres discours grâce au Web social.

12Pour David Abiker qui est un blogueur, journaliste, auteur33 : « tous les verrous sont en train de sauter », ce qui signifie que l’exercice du pouvoir détenu par les internautes se manifeste par un partage de l’information et non par l’unique détention34. La société connaît un profond bouleversement en raison d’un renversement de valeur de l’autorité. Les mentalités des citoyens se sont transformées, les individus sont moins impressionnés par l’autorité ce qui leur permet d’acquérir une certaine confiance. Par leur activité de « blogging », les citoyens ont désacralisé le pouvoir et les hiérarchies tendent à disparaître35. Les blogs citoyens constituent donc un nouvel espace qui revitalise le débat démocratique car le principe même d’une démocratie consiste en l’implication du citoyen dans la prise de décision. Ces nouvelles interfaces de communication semblent être des moyens privilégiés des individus permettant de répondre à leurs attentes ; en promouvant une totale liberté de leur opinion et facilitant l’accès à la participation de la vie politique. Les individus qui ces dernières années n’ont manifesté que très peu d’attention envers la politique, semblent avoir renoué avec cette dernière, par l’intermédiaire des blogs citoyens. Effectivement, l’accès à l’information est facilité par ces nouveaux instruments qui ont modernisé le débat politique ainsi que la citoyenneté qui peut être qualifiée de « e-citoyenneté »36.

  • 37 C. Vandendorpe, op. cit., p. 135-145
  • 38 D. Rousseau, « La démocratie continue », Le Débat, 4/1997 (n° 96).

13Les blogs citoyens ont considérablement augmenté suite à la guerre en Irak et ne cessent de s’accroître au regard des grands thèmes portant sur la politique comme par exemple, le référendum sur le projet de Constitution européenne37. Ce phénomène caractéristique du Web 2.0 peut-être qualifié d’« agora virtuelle » au sein de laquelle les citoyens sont les acteurs du débat démocratique. Les formes traditionnelles de la démocratie représentative sont touchées par une crise de légitimité et ne semblent plus efficaces aux yeux du citoyen. De fait, les instances de représentation telles que les partis politiques, les politiciens, les administrations publiques, chargées de jouer un rôle d’intermédiaire entre le peuple et les représentants de l’État semblent en voie d’extinction. Tout cela ne signifie pas que la démocratie va disparaître, bien au contraire, elle est en train de se transformer vers une forme plus moderne où la participation du citoyen devient un impératif. Pour caractériser cette nouvelle forme de démocratie, le professeur de droit constitutionnel Dominique Rousseau, parle de « démocratie continue »38. Les blogs citoyens sont donc des supports de communication favorisant le débat démocratique en consacrant l’individu comme un acteur de la vie politique. Cette ascension spectaculaire de ces nouveaux instruments se traduit par une reconnaissance universelle de leur succès.

B. La reconnaissance universelle de l’impact direct des blogs citoyens sur la démocratisation

  • 39 I. Pledel, « Les blogs, les promesses d’un média à travers ses représentations collectives : illusi (...)
  • 40 T. Vedel, op. cit.
  • 41 Isabelle Veyrat-Masson, « Les recherches sur les campagnes électorales à la télévision », Le Temps (...)
  • 42 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 8.
  • 43 A. Dahmani, op. cit., p. 214.

14Le blog citoyen fait partie intégrante de la culture de l’Internet. Les internautes à travers ce média, ont trouvé la possibilité d’exercer un pouvoir personnel en contournant les médias traditionnels. De ce fait, « tout citoyen est un reporter en puissance, un capteur en temps réel. Aucune agence de presse ne peut poster un journaliste à chaque coin de rue. L’émergence de citoyens reporters est inéluctable, et les tragédies du tsunami, des attentats de Londres ou des cyclones aux États-Unis ont démontré la portée réelle du phénomène »39. Les individus ont la capacité de s’informer sans recourir à la presse, à la télévision qui opèrent une sélection de l’information par manque de temps, par des influences politiques, nommée par les sociologues le « gatekeeping »40. De fait, « le journaliste gatekeeper choisit en effet certaines nouvelles dans la masse d’informations dont il dispose et en exclut d’autres »41. Le citoyen peut ainsi diffuser par le biais des nouveaux médias, une information et une argumentation totalement inédite sans subir les contraintes qui s’imposent aux médias classiques. En effet, pour le célèbre blogueur Nicholas Vanbremeersch, son blog politique lui a permis d’ « accéder à un autre niveau de compréhension […], beaucoup plus riche et actif que celui qui m’était offert par le paysage médiatique […] »42. Les grands médias semblent être touchés par une crise de légitimité au sein de laquelle l’Internet, et plus particulièrement les blogs citoyens constituent un véritable contre-pouvoir43.

  • 44 C. Panassier, « Internet permet-il de nouvelles formes d’exercice démocratique ? » [en ligne] http: (...)

15La force et le succès de ces nouveaux supports de communication a été analysé par Loïc Le Meur, Directeur Général Europe de Six Apart, leader mondial des logiciels de weblogs qui héberge plus de douze millions de blogs dans le monde, en comparaison aux « anciens » médias44. Ces nouveaux médias sont plus indépendants et donnent ainsi un aspect plus personnel et populaire à la politique. Contrairement aux médias traditionnels qui diffusent seulement des messages, les blogs citoyens permettent de démarrer des conversations. Cela est possible grâce aux commentaires laissés par les lecteurs qui revitalisent la critique mais dont le danger est de s’éloigner de la réalité en produisant leurs propres représentations. Cela est impossible avec les médias de masse dont leur activité est d’affirmer une vérité sans laisser la possibilité au peuple de s’exprimer, et cela crée un sentiment d’isolement chez les citoyens. Les blogs citoyens peuvent produire de l’actualité nouvelle car les blogueurs ne sont pas soumis à l’obstacle de l’audience. Ainsi, l’information peut-être plus riche que celle produite par la presse ou la télévision par exemple, car les internautes ne sélectionnent pas une actualité en fonction de son impact sur la population, mais en fonction de leurs choix personnels.

  • 45 T. Vedel, op. cit.
  • 46 D. Réguer, op. cit., p. 71.
  • 47 Ibid., p. 106.
  • 48 Ibid., p. 105.
  • 49 Ibid., p. 95.
  • 50 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 11.
  • 51 D. Réguer, op. cit., p. 94.

16Généralement, les blogs politiques reprennent l’actualité diffusée par les médias de masse et font un travail de critique45. Ces supports connaissent un véritable succès qui concurrence celui des grands médias en raison de la diversité qu’ils procurent au sein du discours démocratique. Les blogs politiques tenus par de simples citoyens sont considérés comme étant les plus influents et devancent les blogs politiques tenus par des spécialistes. On peut citer le blog « Versac » dont le but était d’animer le débat politique lors de la campagne de 2007 avec le sujet des retraites, toute comme un blog créé par l’Association Régionale pour l’Amélioration des Conditions de travail avec la contribution d’organisations patronales et des syndicats salariés46. D’autres blogueurs citoyens animent le débat politique en faisant part de leurs expériences personnelles. Par exemple, le blog d’un professeur d’histoire-géographie exerçant dans un lycée dit « difficile », commente les effets produits par les réformes politiques sur l’école47. Également, le blog de Marc Vasseur, informaticien et ancien assistant parlementaire d’un député européen et conseiller municipal à Villeneuve-d’Ascq dans lequel il démontre l’inexactitude d’un article publié dans Libération48. On peut remarquer que le discours concernant le Président de la République fait partie des sujets favoris des citoyens blogueurs. De ce fait, le blog « Sarkofrance » est un parfait exemple de critique politique49. L’existence de tous ces blogs politiques alimentés par les citoyens crée de l’interaction qui parfois peut se concrétiser dans la vie réelle. Effectivement, des blogueurs organisent des rassemblements pour pouvoir se rencontrer et continuer à débattre. Le rendez-vous organisé par Nicolas Vanbremeersch, nommé « La République des blogs » illustre parfaitement la rencontre entre les blogueurs50, tout comme le rassemblement des « lefblogs » qui se tenait lors du Congrès du Parti Socialiste51. Les citoyens français détiennent un nouveau rôle au sein de la société grâce au succès considérable de leurs blogs. D’un statut de citoyen passif caractérisé par l’unique réception de l’information, à un statut de citoyen actif permettant l’implication directe dans le débat démocratique, les blogs politiques ont réussi à s’imposer au sein du paysage médiatique français.

  • 52 C. Vandendorpe, op. cit., p. 137.
  • 53 A. Dahmani, op. cit., p. 213.
  • 54 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 79.
  • 55 C. Vandendorpe, op. cit., p. 138.

17Cette prospérité de ces nouveaux supports est également visible à l’étranger. En effet, de nombreux exemples témoignent de cette réussite notamment aux États-Unis comme l’affaire du 8 septembre 2004 où un groupe de blogueurs suite à la diffusion du magazine 60 minutes sur CBS (Columbia Broadcasting System) a contraint la chaîne américaine à présenter des excuses car la déclaration mettant en cause la conduite de George Bush pendant la guerre du Vietnam était fausse52, ce qui a provoqué la démission du journaliste politique Dan Rather53. Également, le blog « DailyKos » d’un citoyen « ordinaire » est devenu ces dernières années l’un des blogs politiques les plus importants et influents pour les militants démocrates54. L’importance de ces blogs politiques amène la Commission américaine des élections à s’interroger sur leur éventuelle règlementation55.

  • 56 D. M. Faris, « La révolte en réseau : le « printemps arabe » et les médias sociaux », Politique étr (...)
  • 57 « Zuola, pionnier du journalisme citoyen en Chine », Les Observateurs, [en ligne] http://observers.(...)
  • 58 D. M. Faris, op. cit., p. 103.
  • 59 Ibid., p. 106.
  • 60 Les Observateurs, op. cit.

18Certains auteurs comme David M. Faris56, ou encore le blogueur Zhou Shu-guang57 défendent la thèse selon laquelle les blogs politiques des citoyens auraient un impact conséquent dans certains pays autoritaires. En effet, ces derniers ont permis de dénoncer une multitude d’atrocités pendant la Révolution égyptienne. Par exemple, Wael Abbas a posté sur son blog une vidéo dans laquelle les policiers commettaient des actes de tortures et des abus sexuels contre un homme ; un autre exemple est celui du blog « Torture in Egypt » qui regroupe des témoignages de victimes de torture et qui prend le risque de diffuser les noms ainsi que les portraits des officiers responsables. Toutes ces actions citoyennes via les blogs ont permis de dénoncer le gouvernement et ont contribué au mouvement de révolte58. Il en est de même en Tunisie où les blogs ont réussi à s’imposer en tant qu’armes contre le régime autoritaire malgré les limites exercées par le gouvernement59. En Chine, les blogs citoyens prennent de l’importance dans un pays où la liberté d’expression et la liberté de la presse sont strictement encadrées et contrôlées. Par le biais de ces outils, les citoyens peuvent s’émanciper en exprimant leur opinion sur le régime et en divulguant des informations inédites60.

19Ces nouveaux supports d’expression connaissent un succès indiscutable partout dans le monde quel que soit le régime politique en place. Effectivement, ils ont réussi à s’ériger comme de véritables remparts contre la tyrannie en contournant les médias traditionnels. Les blogs citoyens prennent de plus en plus d’ampleur dans la vie des citoyens en leur permettant de s’exprimer et de détenir un pouvoir au sein de la société. Malgré l’efficacité notoire de ces médias modernes, celle-ci doit être nuancée en raison de la survenance d’aléas dans la pratique.

II. Le blog citoyen : un succès indiscutable, perfectible en pratique

20La blogosphère citoyenne s’est incontestablement imposée dans la sphère médiatique en tant que support totalement inédit, mais ce dernier comporte des défectuosités auxquelles il doit faire face. De ce fait, les blogs citoyens sont contraints au « déluge informationnel » qui est l’une des caractéristiques de l’Internet (A), ainsi qu’à une balkanisation de la société (B).

A. L’univers des blogs citoyens face à un nouveau combat : le « déluge informationnel »

21Pour Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne, « le drame de l’Occident c’est qu’il est surinformé »61. En effet, la société a connu un profond changement dans le domaine de l’information qui s’illustre par le passage d’une pénurie à l’abondance de l’information. Cette transformation est apparue avec l’émergence de l’Internet puis s’est accentuée avec le Web 2.0. où il est plus facile de produire de l’information. De ce fait, ce nouvel espace se distingue par un phénomène de masse. Pour certains, ces interfaces ont permis de créer un réseau fondé sur une « intelligence collective »62 ; pour d’autres au contraire elles sont un danger pour le droit de l’information caractérisées par une « communication sauvage »63.

22L’individualité est la caractéristique même du blog car son utilisation a pour but de défendre la promotion de l’opinion individuelle, c’est donc une presse d’humeur. Comme il en a été fait le cas précédemment, l’activité du blogueur est de publier des réflexions personnelles dans le but d’en faire part aux lecteurs et éventuellement de donner lieu à un débat. La blogosphère, notamment la blogosphère politique, regroupe énormément de blogs ce qui engendre une pluralité d’informations. Le Web 2.0 a contribué à la transformation de l’information et par la même du savoir. Effectivement, aujourd’hui le domaine du savoir n’est plus le monopole des scientifiques, des experts ; des individus lambdas peuvent se l’approprier via les blogs, il y a donc une déprofessionnalisation de l’information. La quantité de l’information n’est pas toujours synonyme de qualité et cette abondance peut amener à une redondance de l’information.

  • 64 L. Quoniam et C-V. Boutet, « Web 2.0, la révolution connectique », Document numérique, 2008/1 vol.  (...)

23En effet, les blogs politiques citoyens sont créés et gérés par des amateurs et non des professionnels ce qui remet en question la qualité de l’information. Contrairement aux médias classiques, les blogs citoyens reprennent des sujets d’actualité mais de façon plus originale ; et parfois, traitent de sujets totalement inédits. Mais, par cette activité, ils dénaturent l’information en produisant leur propre représentation. « Trop d’information tue l’information », car l’abondance propre au Web social et aux blogs citoyens est un obstacle pour les internautes qui se perdent au sein de cette avalanche d’information. Les individus sont paralysés face à cette multitude de données et sont dans l’incapacité d’effectuer un tri. L’abondance est créée par les connexions entre les blogs citoyens et cette interactivité instantanée que l’on nomme la relation de « peer-to-peer »64 délaisse la réflexion. Le blog politique citoyen comme les autres types de blogs a pour spécificité d’être un espace non seulement de diffusion mais également de communication. Les blogueurs interagissent immédiatement entre eux, mais aussi avec les lecteurs, instantanéité qui éloigne parfois le débat du sujet initial. En effet, au lieu d’avoir une analyse, on a des blogueurs qui débattent ce qui engendre la suppression de l’évènement au profit de la parole. Ce qui s’impose en tant qu’un savoir n’est rien d’autre que l’opinion d’un blogueur plus ou moins expert. L’information à travers les blogs politiques citoyens est modifiable à l’infini et, de ce fait, peut conduire à une rumeur ou à une fausse information.

24Il convient de ce fait, de s’interroger sur la désinformation engendrée par la sur-information. La désinformation est un processus, « utilisable à tous les niveaux dans toutes les sphères de la communication, et qui consiste à présenter : une information fausse comme vraie, une partie d’information vraie comme une totalité indépendante et vraie pour elle-même, une partie d’information fausse comme une totalité indépendante et vraie pour elle-même, une information vraie comme fausse »65. Certains blogueurs citoyens transforment l’information principale en la dénaturant de son origine. Pour le premier spécialiste de la désinformation, Vladimir Volkoff écrit dans son livre, Petite histoire de la désinformation, que la désinformation, « ce n’est pas du tout ôter l’information, c’est manipuler l’opinion par des informations quelquefois fausses, quelquefois vraies d’ailleurs, mais présentées sous un certain jour »66. Ce phénomène est accentué avec les blogs politiques car les blogueurs citoyens peuvent agir sous couvert de l’anonymat ce qui permet une meilleure désorganisation de l’information. La désinformation peut prendre de multiples formes à travers ces nouveaux moyens de communication notamment la circulation de rumeurs, de buzz, ainsi que l’apparition d’une nouvelle forme de manipulation sur les blogs, l’ « astroturfing ».

  • 67 C. Rod, « Le phénomène d’astroturfing ! » [en ligne] http://www.droitnumerique-sorbonne.fr/phenomen (...)

25Certains citoyens peuvent ainsi être amenés à publier des fausses rumeurs pour manipuler et accroître la popularité du blog. L’ « astroturfing » est apparu en Amérique et c’est une variante de la désinformation qui vise à une usurpation de représentativité. C’est une manipulation qui a pour but de simuler la sincérité d’un « effet de foule » dans le but de légitimer une prise de décision correspondant a priori à la majorité. Il est tout à fait surprenant de voir qu’en Chine des individus sont payés par l’État pour accomplir ce genre de tâches sur l’Internet67.

26Le Web social et plus particulièrement les blogs citoyens peuvent être néfastes à la démocratie. Certains blogueurs traitent l’information comme un divertissement et lui font donc perdre toute son importance. Parfois, le blogueur involontairement va publier une information pas toute à fait vraie par exemple par manque de temps, par manque de maîtrise du sujet ; mais d’autres vont agir en toute conscience afin de manipuler l’internaute. En plus d’être submergés par ce déluge d’informations, les cybernautes sont aussi victimes de manipulation. Comme nous venons de l’étudier, il existe de nombreuses pratiques visant à tromper le lecteur en agissant sur la nature même de l’information. Le blogueur en tant qu’acteur au sein du débat démocratique se trouve ainsi en position de force en se réappropriant l’actualité et ce pouvoir se trouve renforcé par l’absence d’identification qu’offrent les blogs. Il convient de se montrer vigilant sur les publications des blogueurs citoyens ainsi que sur les commentaires qui sont postés. L’opinion majoritaire n’est pas forcément source de vérité et les internautes doivent prendre un certain recul sur les informations diffusées. Toute information est à vérifier même si elle correspond à notre opinion, et il faut développer un sens critique pour ne pas succomber à l’influence majoritaire. L’abondance de l’information présente donc un risque pour les acteurs et spectateurs du « blogging » et remet en question la légitimité de cette nouvelle action citoyenne. Mais, il existe un autre problème tout aussi important causé par cette même activité et qui correspond à une balkanisation de la société.

B. Une « agora virtuelle » entraînant une balkanisation de la société

27Les blogs politiques des citoyens semblent être le support idéal pour pouvoir partager des informations et débattre sur la vie politique de la société. Il a été analysé précédemment que ce type d’interface avait comme avantage, mais aussi comme inconvénient, la surabondance d’information. Il y a également la coexistence d’un phénomène toujours lié à l’avalanche d’information mais qui a pour conséquence d’engendrer des disparités sociales et une polarisation au sein de la société. L’un des atouts du blog citoyen est qu’il permet la rencontre, la confrontation entre diverses opinions plus ou moins contradictoires. Mais, cela est à relativiser car il y a l’apparition de petites communautés partageant les mêmes convictions et non l’émergence d’une seule et même communauté souhaité au sein du processus démocratique. Par le biais des commentaires laissés, des liens hypertextes, se créent des affinités entre les internautes et cela participe à la construction de leur identité sociale. La balkanisation est donc la conséquence du caractère technique de ces nouveaux médias qui est contraire à la volonté de perfectionnement de la démocratie, et qui fractionne cette dernière en de petites unités politiques autonomes68.

  • 69 D. Cardon et H. Delaunay-Téterel, « La production de soi comme technique relationnelle » Un essai d (...)
  • 70 A. Dahmani, op. cit., p. 215.

28Des spécialistes se sont intéressés à ce phénomène de « balkanisation »69 au sein des débats politiques menés par les citoyens blogueurs. On voit apparaître avec ces nouveaux outils de communication une forme de désintégration de la société qui se caractérise par le regroupement d’individus en communauté partageant les mêmes intérêts. Pour caractériser ce phénomène, plusieurs auteurs utilisent l’expression de « clôture informationnelle »70.

  • 71 Ibid., p. 216.
  • 72 Ibid.
  • 73 D. Cardon et H. Delaunay-Téterel, op. cit., p. 64.

29La nature même de ce média de masse peut amener à la balkanisation dû à la présence de liens hypertextes, ce qui le distingue des médias traditionnels, et augmente la « clôture spatiale »71. Ces liens hypertextes permettent au blogueur de montrer sa préférence envers les sites, les blogs dont il partage les mêmes opinions. Cet ensemble de préférence qui s’affiche sur le blog est appelé « blogroll »72 et participe à renforcer la clôture spatiale informationnelle. La blogosphère politique n’est donc pas uniforme car les citoyens blogueurs ont tendance à se regrouper autour d’une même cause. Des communautés distinctes apparaissent et n’entretiennent pas de liens entre elles. Par exemple, cela s’est avéré au sein de la campagne référendaire pour la constitution européenne où un clivage s’est opéré entre les défenseurs du « oui » et du « non »73. La structure technique qui constitue la spécificité de cette « agora virtuelle » nuit à l’information car les lecteurs et acteurs du « blogging » n’ont pas entre leurs mains toutes les informations nécessaires à leur réflexion. Cette situation est paradoxale car comme on l’a vu auparavant, les blogs citoyens sont au cœur d’un déluge informationnel dans lequel les individus s’égarent, mais d’un autre côté, des « clans » se forment et gravitent autour d’informations succinctes. Il semblerait que les citoyens tenant un blog n’ont pas forcément l’intention de créer cette clôture spatiale, mais le font de manière naturelle en partageant et en dialoguant avec des profils analogues. Ce fait observé parait ainsi inhérent au dialogue virtuel et structure l’exercice du débat démocratique.

  • 74 A. Dahmani, op. cit., p. 218.
  • 75 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 42.
  • 76 A. Dahmani, op. cit., p. 220.

30La « clôture spatiale » coexiste avec la « clôture cognitive »74 qui elle, est inhérente à la personne même du blogueur. L’anonymat qui semble a priori être un moyen de neutralité permettant de mettre à distance les caractéristiques sociales, s’avère au contraire favoriser la polarisation de la société. En effet, le blogueur exprime plus facilement des positions radicales ce qui accentue la balkanisation. Les internautes qu’ils soient acteurs ou lecteurs opèrent un tri entre eux et ne sélectionnent que ceux avec lesquels ils partagent les mêmes idées. Ainsi, le « blogging » n’est pas seulement une activité personnelle mais également commune. Pour accroître la force de son blog, le citoyen doit acquérir de la part des internautes une certaine confiance afin d’acquérir de la crédibilité75. Un choix va être fait et va donner naissance à une communauté regroupant des individus intellectuellement semblables. Un blog tenu par un citoyen défendant une tendance politique par exemple, va se lier avec des personnes partageant la même tendance. Ce regroupement en petites communautés est dangereux pour la démocratie car les citoyens campent sur leurs opinions, idées sans chercher à débattre de manière pertinente. L’hostilité ressentie envers des groupes différents nuit à l’exercice de la citoyenneté en oubliant et en passant à côté des sujets essentiels de la vie en société. Il semblerait donc que ces nouveaux supports de communication fragmentent la société et ne revitalisent pas le débat démocratique. Néanmoins, la clôture cognitive serait moins accentuée par le phénomène de « serendipity »76 qui est le fait pour l’internaute de trouver par hasard un blog, un site totalement à l’opposé de sa recherche initiale. Cela faciliterait la rencontre entre des opinions différentes et permettrait aux individus de sortir de leur cloisonnement idéologique. Les clôtures informationnelles sont à dédramatiser car même si elles peuvent aboutir à une radicalisation, elles peuvent être considérées comme des moyens permettant le débat au sein de ses micro-communautés.

31En définitive, les blogs citoyens sont de nouveaux médias offrant de nouvelles possibilités aux individus de participer à la démocratie. Ils contribuent à l’émergence de nouvelles formes démocratiques dans lesquelles, le citoyen n’est plus seulement un spectateur comme c’était le cas avec les médias classiques, mais devient un acteur de la vie politique. Grâce à ses nouvelles interfaces, le blogueur tout comme le lecteur peuvent faire partager leurs opinions personnelles, en débattre de manière instantanée. Comme tout média, ils ont des contraintes techniques, mais cela ne remet pas en doute leur succès universel dans la revitalisation de la citoyenneté. La démocratie se trouve renforcée avec l’implication plus directe des citoyens au débat politique et cela offre la capacité aux citoyens de dénoncer des pratiques illégales exercées par les gouvernements. Mais peut-on dire que la blogosphère citoyenne a entamé une transformation dans la nature même de la démocratie ? Il serait intéressant d’étudier la notion de « démocratie participative », notamment avec les blogs tenus par des personnalités politiques qui ont pris de l’ampleur au sein de la société.

Notes

1 « Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948 », Ministère de la justice, [en ligne] http://www.textes.justice.gouv.fr/textes-fondamentaux-10086/droits-de-lhomme-et-libertes- fondamentales-10087/declaration-universelle-des-droits-de-lhomme-de-1948-11038.html (consulté le 21 février 2015).

2 Ibid.

3 « Qu’est-ce que la liberté d’opinion ? », Vie publique, [en ligne] http://www.vie-publique.fr/ decouverte-institutions/citoyen/citoyennete/definition/droits/qu-est-ce-que-liberte-opinion.html (consulté le 10 mars 2015).

4 « Liberté d’expression », Conseil de l’Europe, [en ligne] http://www.coe.int/fr/web/human-rights-convention/our-rights sont-nos-droits-et-nos-libertes/expression/ ?lang =fr (consulté le 10 mars 2015).

5 « Liberté d’expression en France », Le monde politique, [en ligne] http://www.lemondepolitique.fr/ cours/libertespubliques/libertes/liberte_expression.htm (consulté le 21 février 2015).

6 Ibid.

7 Ibid.

8 N. Vanbremeersch, De la démocratie numérique, Coll. Médiathèque, Seuil, 2009, p. 15.

9 N. Vanbremeersch, 33 ans, fondateur du publius.fr, pivot du débat européen en ligne. Il a également créé la « République des blogs », qui fédère plusieurs centaines de blogueurs politiques en France et en Europe, et il a tenu le blog versac.net.

10 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 106.

11 Ibid., p. 36.

12 A. Dahmani, La démocratie à l’épreuve de la société numérique, Coll. Hommes et Sociétés, Karthala, 2007, p. 209.

13 T. Vedel, « Blogs politiques : vraie ou fausse révolution ? » [en ligne] http://www.constructif.fr/bibliotheque/2007-2/blogs-politiques-vraie-ou-fausse-revolution.html ?item_id =2763 (consulté le 21 février 2015).

14 « [Infographie] 3 millions de blogs sont créés chaque mois dans le monde », French Web, [en ligne] http://frenchweb.fr/infographie-3-millions-de-blogs-crees-chaque-mois-dans-le-monde/106032 (consulté le 21 février 2015).

15 «Ce système est très utilisé pour diffuser les nouvelles des sites d’information (actualité, sciences, informatique, etc.) ou des blogs, ce qui permet de consulter ces dernières sans visiter le site, ou bien de les formater à sa guise, etc. » Lexique Informatique et Internet, Définition RSS [en ligne] http://www. anthonyharmant.com/67-glossaire-definition-rss.html (consulté le 21 mai 2015).

16 A. Dahmani, op. cit., p. 209-210.

17 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 40-41.

18 Ibid.

19 T. Vedel, op. cit.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 D. Réguer, Blogs, Médias sociaux et Politique, Coll. Sciences humaines, Les 2 Encres, 2009, p. 16.

23 Dominique Cardon et Marie-Carmen Smyrnelis, « La démocratie Internet. Entretien avec Dominique Cardon », Transversalités 2012/3 (N° 123), p. 68.

24 J. Bourdon et V. Schafer, « Présentation », Le Temps des médias, 2012/1 (n° 18), p. 5-14.

25 Ph. Ségur, L’individu face à l’action publique, Cours de Master 1 Administration publique, Université de Perpignan Via Domitia, 2015, notes personnelles.

26 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 51.

27 Ibid., p. 53.

28 D. Réguer, op. cit., p. 15.

29 A. Dahmani, op. cit., p. 210.

30 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 38.

31 Ibid., p. 42.

32 C. Vandendorpe, « Internet, le média ultime », Le Débat, 2/ 2006 (n° 139), p. 139.

33 « D. Abiker », L’Express, [en ligne] http://communaute.lexpress.fr/journaliste/david-abiker (consulté le 12 mars 2015).

34 D. Réguer, op. cit., p. 42.

35 Ph. Ségur, op. cit.

36 « Pour un concept de l’« e-citoyenneté - Sens Public », Université de Montréal [en ligne] http:// www.sens-public.org/spip.php ?article129 (consulté le 8 février 2015).

37 C. Vandendorpe, op. cit., p. 135-145

38 D. Rousseau, « La démocratie continue », Le Débat, 4/1997 (n° 96).

39 I. Pledel, « Les blogs, les promesses d’un média à travers ses représentations collectives : illusions ou réalités à portée de clic ? », Les cahiers du journalisme, 2006, p. 4.

40 T. Vedel, op. cit.

41 Isabelle Veyrat-Masson, « Les recherches sur les campagnes électorales à la télévision », Le Temps des médias, 2006/2 (n° 7), p. 294.

42 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 8.

43 A. Dahmani, op. cit., p. 214.

44 C. Panassier, « Internet permet-il de nouvelles formes d’exercice démocratique ? » [en ligne] http://www.millenaire3.com/(consulté le 11 février 2015).

45 T. Vedel, op. cit.

46 D. Réguer, op. cit., p. 71.

47 Ibid., p. 106.

48 Ibid., p. 105.

49 Ibid., p. 95.

50 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 11.

51 D. Réguer, op. cit., p. 94.

52 C. Vandendorpe, op. cit., p. 137.

53 A. Dahmani, op. cit., p. 213.

54 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 79.

55 C. Vandendorpe, op. cit., p. 138.

56 D. M. Faris, « La révolte en réseau : le « printemps arabe » et les médias sociaux », Politique étrangère 2012/1, Printemps, p. 99-109.

57 « Zuola, pionnier du journalisme citoyen en Chine », Les Observateurs, [en ligne] http://observers.france24.com/fr/content/20130704-zuola-zola-pionnier-journalisme-citoyen-chine-blog (consulté le 14 février 2015)

58 D. M. Faris, op. cit., p. 103.

59 Ibid., p. 106.

60 Les Observateurs, op. cit.

61 V. Volkoff, « Petite histoire de la désinformation » [en ligne] https://books.google.fr/books?id=FEe4AAAAIAAJ&hl (consulté le 16 février 2015).

62 A. Dahmani, op. cit., p. 211.

63 Ibid., p. 212.

64 L. Quoniam et C-V. Boutet, « Web 2.0, la révolution connectique », Document numérique, 2008/1 vol. 11, p. 134.

65 « Désinformation », Techno-Science, [en ligne] http://www.techno-science.net/?onglet=glossaire&definition=4207 (consulté le 16 février 2015).

66 V. Volkoff, op. cit.

67 C. Rod, « Le phénomène d’astroturfing ! » [en ligne] http://www.droitnumerique-sorbonne.fr/phenomene-astroturfing.html (consulté le 16 février 2015).

68 « Balkanisation : Définition dans le dictionnaire », L’internaute, [en ligne] http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/balkanisation/ (consulté le 23 mai 2015).

69 D. Cardon et H. Delaunay-Téterel, « La production de soi comme technique relationnelle » Un essai de typologie des blogs par leurs publics, Réseaux, 2006/4 no 138, p. 63.

70 A. Dahmani, op. cit., p. 215.

71 Ibid., p. 216.

72 Ibid.

73 D. Cardon et H. Delaunay-Téterel, op. cit., p. 64.

74 A. Dahmani, op. cit., p. 218.

75 N. Vanbremeersch, op. cit., p. 42.

76 A. Dahmani, op. cit., p. 220.

© Presses universitaires de Perpignan, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search