Version classiqueVersion mobile

Du « Migrant nu » au citoyen différé

 | 
Victorien Lavou Zoungbo

Deuxième partie. Études

Les blancs de l’histoire : la fable des noirs du Costa Rica dans Cocorí1

À Sonia Marta Mora

Texte intégral

  • 1 Publiée pour la première fois dans Tigre II, CERHVIS (ILCE), Grenoble, 2001, pp. 109- 124.

Cocorí, deliciosa novela para niños que tanto gusto nos da también a los adultos, tiene ya una larga historia: ganó en 1947 el Premio Rapa Nui, en Chile, y con los años, vuelta a editar por Zig Zag, saltó el océano y comenzó para ella, por sus méritos intrínsecos y calidad universal, una emocionante cadena de traducciones: al francés, alemán, ucraniano, checo, eslovaco y holandés. La edición ucraniana la hizo el propio Ministerio de Educación de esa república, y la holandesa fue declarada texto auxiliar de lectura. En Checoslovaquia hicieron, tomándola de guión, una película de marionetas. Las reediciones españolas de Cocorí son ya numerosas, contando las chilenas, cinco; las argentinas, tres; y otras cuatro costarricenses.
En total de
Cocorí se han hecho ya más de un cuarto millón de ejemplares y este éxito colosal, en distintos países y lengua, es sólo una prueba más de sus cualidades: su capacidad de entretener, de deleitar y de educar, que la han convertido en un clásico de la literatura infantil del siglo XX.

  • 1 Joaquin Gutiérrez, Cocorí, Editorial Costa Rica, San José, Costa Rica, 1975. Pour notre travail nou (...)

1Ce point de vue qui figure sur la quatrième de couverture de Cocorí1 permet de mesurer le succès scolaire et de librairie du texte de Joaquín Gutiérrez. Il s’agit là très certainement d’un phénomène unique dans l’histoire de la littérature du Costa Rica. Sans présumer de la qualité de son auteur on peut au moins avancer quelques hypothèses permettant d’expliquer le succès incontestable de Cocorí.

2Tout d’abord l’attrait, le goût ou la fascination pour l’exotisme. Même pour le Costa Rica de l’époque Puerto Limón (espace représenté dans Cocorí) était encore une autre réalité, une réalité autre. En outre il s’agit d’une région caractérisée par la richesse de son milieu naturel mais aussi de son folklore. Elle a aussi la particularité d’être la région où vivent les Noirs du Costa Rica.

3Il y a aussi une écriture propre à la fable ou à ce qui est reconnu comme tel : des personnages archétypes (dans leur fonction et dans leur dénomination) : le malin, le sage, le méchant, le plus fort, le plus intelligent, etc. une situation de communication particulière basée souvent (comme dans le texte qui nous intéresse) sur un jeu de questions et de réponses ou une mise en rapport d’un enfant avec des adultes ou avec le monde fascinant des animaux ; le recours aux topiques : la quête, l’initiation, le loecus amoenus, etc.

4Mais, outre ces éléments, l’écriture de la fable convoque surtout des schèmes de perception et d’appréciation largement diffusés et internalisés : l’"ordre naturel" dans lequel chacun est une fois pour toutes à sa place. Toute transgression de cette loi transcendante entraîne toujours des châtiments ou de dures épreuves dont l’issue dépend de l’économie générale de la fable ; la séparation du monde des enfants et celui des adultes et le processus d’identification ou de rejet qui la fonde ; l’immuabilité de dame Nature ; la frontière ténue entre la vie et la mort ; le devenir humain des animaux (ils parlent et agissent comme des hommes, portent des noms) ; l’articulation polémique entre l’oralité et l’écriture, etc.

5Ce dernier point semble être particulièrement important pour le Costa Rica. C’est ce que souligne Sonia Marta Mora, l’une des critiques littéraires les plus reconnues de son pays :

  • 2 Sonia Marta Mora, « El elogio a Colón o la conciencia de la oligarquía ; un texto escolar costarric (...)

En cuanto al prestigio de la "palabra escrita" es evidente que éste sobrepasa el ámbito escolar y constituye hoy un factor no despreciable de la eficacia de algunos medios de comunicación de masas. El pasaje del código oral al código escrito parece ser percibido como el pasaje de la subjetividad a la objetividad, de lo verosímil a lo verdadero. Es probable que este prestigio sea un efecto, entre otros factores, de años de acción de la dinámica y expansiva escuela costarricense. Por el momento resulta oportuno señalar sus posibles consecuencias, en tanto fenómeno generalizado, sobre el proceso de producción y/o recepción de textos2.

6L’articulation de tous ces éléments que nous avons partiellement évoqués fait que toute fable est presque toujours déjà proche, familier, universel. La fable crée ou produit en quelque sorte un processus d’identification multiple.

7En dépit de son succès Cocorí n’a pas moins suscité des polémiques, des controverses. On lui a reproché son paternalisme, sa complaisance mais surtout son invraisemblance :

  • 3 Alvaro Sánchez M., "El negro en la literatura costarricense", publié dans El Negro en Costa Rica de (...)

Cocorí, otra obra de Gutiérrez Mangel, ha sido considerada como cuento o como novela corta. Todo lo que acontece al negrito Cocorí, sobre todo al final, es muy poético, pero sin verosimilitud, y la vida nos ha enseñado que no todo lo poético es verdadero ni todo lo verdadero es poético. Y esto, que podría pasar en otras circunstancias, en un tema sobre la vida del negro no puede pasar. El negrito Cocorí, el Negro Cantor y mamá Drusila, como fueron negros pudieron haber sido chinos sin variar la moraleja con que cierra la obra. Por otra parte, se nos hace duro aceptar las congojas de un negrito que camina días y días, en busca de alguien que le explique el motivo por el cual la Rosa que le regaló la niñita rubia que venía en el barco duró tan sólo un día. Una cosa es querer que un niño negro piense en rosales y muy otra es que le hayamos dado la oportunidad de pensar en ello. Pero ¿se nos ha olvidado que al hombre negro lo hemos hecho esclavo desde que nace?3.

8D’autres critiques ont mis l’accent, au grand désespoir semble-t-il de Gutiérrez, sur les résonances racistes de Cocorí. En effet certains passages ou situations narratives de ce texte tendraient à accréditer un tel constat. Il en est ainsi de la scène du miroir qui ouvre la fable (En el barco viene una rosa) :

En el agua tranquila de la poza, las copas de los árboles se reflejaban reproduciendo una selva submarina. Cocorí se agachó para beber en el hueco de las manos y se detuvo asombrado al ver subir del fondo del agua un rostro oscuro como el caimito, con el pelo en pequeñas motas apretadas. Los ojos de porcelana de Cocorí tenían enfrente otro par de ojos que lo miraban asustados. Pestañeó, también pestañearon. Hizo una morisquete y el negrito del agua le contestó con otra idéntica (11).

  • 4 Marta Gallo, Reflexiones sobre espejos, Universidad de Guadalajara, 1993, p. 75.

9À première vue ce passage insisterait sur la peur du miroir chez l’enfant lorsque celui-ci découvre son image dédoublée ou démultipliée. Cette peur irrationnelle s’originerait dans la sensation ou l’impression de dilution ou de perte de soi. Comme dans ce passage de Borges (El hacedor) que cite Marta Gallo4 :

Yo conocí de chico ese horror de una duplicación o multiplicación espectral de la realidad, pero ante los grandes espejos [...] Temí, una veces, que empezaran a divergir de la realidad ; otras, ver desfigurado en ellos mi rostro por adversidades extrañas ("Los espejos vedados")

10Mais à côté de cet ancrage subjectif du rapport au miroir (la formation du moi) il en est un autre, social. À ce propos il faut remarquer le glissement intéressant de "un rostro" (l’indéterminé) a "el negrito" (le distinct). La métonymie sert ici à caractériser la stupeur de Cocorí mais elle indique surtout les différents modes de désignation du Noir au Costa Rica.

11Par ailleurs avoir peur de soi-même c’est, en l’occurrence, intégrer et reproduire les représentations imaginaires et fantasmatiques qui tendent, en Amérique Latine et ailleurs, à faire du Noir un repoussoir, l’Autre par antonomase. Cette révélation de l’étant Noir de Cocorí par l’eau qui tient ici lieu de miroir s’inscrit dans un contexte doxique qui lui donne un sens. Le texte insiste en effet sur la reproduction à l’identique du personnage et non sur une quelconque diffraction ou démultiplication. Il ne s’agit donc pas d’un miroir déformant.

12Toute infantile qu’elle apparaisse la réaction de Cocorí pointe un certain discours social qui surdétermine le Noir au Costa Rica. L’eau de source de ce point de vue reflète moins certains traits physiologiques caractéristiques de Cocorí qu’il ne révèle le discours disqualificateur dont ils sont l’objet. C’est, en outre, ce même discours qui est à la base de l’identification par la "niña rubia" de Cocorí à un singe ou à un macaque lors de leur première rencontre sur le pont du bateau :

– ¡Mamá, mira un monito!
Cocorí buscó alrededor. ¿Dónde está el mono? No veía ninguno, y entonces se dio cuenta de que hablaban de él. La cara se le puso morada como una berenjena. Miró enfurruñado a la niña que lo había insultado, pero el asombro le disipó el mal humor.
– Pero si es un niño, como yo...-y se abalanzó hacia él- Pero está todo tiznado Pasó un dedito curioso por la mejilla de Cocorí.
– ¡Oh mamá, no se le sale el hollín! (17-18).

13La réaction donnée à voir comme spontanée de la petite fille illustre bien que nous sommes effectivement dans le cadre de la reproduction d’un discours qui disqualifie ou nie l’altérité du Noir. Celle-ci est ici réduite à sa dimension (aux yeux de la doxa) la plus étrange, la plus inquiétante : la noirceur : "tiznado", "hollín". Le Noir est perçu comme le Blanc en négatif, comme une tache sur laquelle on peut ou doit agir.

14Au reste, il existe aussi bien en Amérique centrale que dans le reste de l’Amérique latine des dispositions visant à occulter, à "gommer" les traits physiques ou somatiques qui rappellent l’héritage biologique du Noir ou, ce qui revient au même, à les "blanchir". Ces dispositions sont marquées par des expressions telles que el blanqueo ou mejorar la raza.

15Par ailleurs cette même réaction de la niña va, dans le déroulement de la fable, assigner Cocorí à faire preuve de son humanité en se démarquant du singe, du macaque. Tel est le sens profond de la promesse que fait le personnage à la "niña rubia" : "... Yo te traeré uno- le prometió impulsivo" (20). Cette promesse fera l’objet du chapitre "Un negrito cumple su promesa".

16Les controverses autour de Cocorí soulignent au moins deux choses. D’une part, une conception de la littérature en générale et en particulier celle dite infantile (destinée aux enfants) dont le but, comme l’affirme la quatrième de couverture, ne serait que de divertir, de dépayser et voire même d’éduquer. Pour cette raison elle ne saurait être (ou elle ne l’est que malgré soi) porteuse de contradictions, génératrice de sens.

17D’autre part, et c’est sans conteste l’aspect qui intéresse le plus notre propos, ces controverses portent en creux la question des modalités selon lesquelles la littérature nationale costarricaine a enregistré et répercuté la présence-histoire des Noirs, leurs pratiques sociales, culturelles, linguistiques, etc. Tout porte à croire qu’il s’agit là d’un champ fécond de recherche qui reste encore à explorer.

18Notre objectif est cependant autre. Il s’agit de montrer que, même si Cocorî joue indéniablement le rôle de divertissement et de dépaysement qu’on lui attribue ou qu’elle suppose, la fable de Gutiérrez ne porte pas moins les traces de ses conditions de production et de publication. Notre étude visera donc à interroger ces traces en les mettant en rapport avec la formation idéologique du Costa Rica.

Cocorí ou le récit d’une quête frustrée

19Le texte de Joaquín Gutiérrez est articulé autour d’un personnage central, Cocorí (qui donne par ailleurs son nom à la fable), un jeune garçon noir de sept ans et que la trame situe à Puerto Limón (Port situé sur la côte atlantique nord, Costa Rica). Toute la trajectoire de ce personnage est marquée par le désir de découvrir des secrets, de débrouiller des énigmes, en un mot, par une volonté de savoir.

20À plusieurs endroits le texte insiste sur cette caractéristique, ce trait massivement définitoire du personnage. Nous n’en reproduirons que quelques exemples :

Acuclillado en el ruedo de hombres escuchó una vez más al Pescador viejo – sus barbas blancas bailaban con los vientos salinos- contar de los hombres rubios que vivían al otro lado del mar, de la dentellada fugaz del tiburón, de las anguilas eléctricas y de la iguana acorazada con su lengua de siete palmos (13).
... Cocorí, disimulando su ignorancia en los secretos de la selva... (20).
Está bien, te lo regalo, Cocorí, pero te prevengo que nada bueno va a aprender con este picaronazo (28).
Volvió el rostro hacia la selva. Quizás si la selva, poseedora de tantos misterios, podría revelarle el secreto del barco perdido. Pero la selva le contestó con la voz incomprensible del viento que pasó bramando con fuerza por entre el follaje (32).
Anda a preguntarle al viejo Pescador. Yo soy una negra ignorante y no entiendo tus preguntas (39).

21Si ces quelques références témoignent bien de la présence dans Cocorî d’un texte de l’apprentissage ("escuchar", "contar", "secretos", "ignorancia", "contestar", "revelar", "preguntar", "preguntas", etc.) elles présupposent en même temps l’existence d’une instance de légitimation du savoir et de la parole dans la société de la fable.

22De ce point de vue la quête ou la volonté de savoir opère donc comme la médiation que choisit le texte pour mettre l’enfant au contact des détenteurs de ce savoir autorisé, de cette parole légitime. L’objet privilégié (car il y a aussi la capture d’un singe Tití) de la quête de Cocorí consiste à découvrir ou comprendre pourquoi la Rose a une si courte durée de vie.

23¿ Por qué la Rosa había huido tan luego ? ¿ Por qué no lo había acompañado hasta que fuera grande ? (36).

24Cette Rose majuscule est la seule relique que Cocorí conserve de sa rencontre avec la "niña rubia" du bateau. On remarquera par ailleurs que cette interrogation, qui deviendra obsessionnelle chez le personnage, ouvrait déjà à proprement parler la fable qui nous intéresse sous la forme d’un épigraphe de Quevedo :

"A breve vida nace destinada, sus edades son horas en un día " "Soneto ofreciendo a Velisa la primera Rosa que abrió el Verano"

25Cocorí investit d’entrée une topique très féconde non seulement en littérature mais aussi dans les imaginaires sociaux : brièveté ou fugacité de la vie dont la Rose serait le symbole par excellence. Cet étrange objet de quête inscrira dans la fable un jeu de questions et de réponses. D’un point de vue de l’écriture littéraire ce jeu permet à Gutiérrez de prendre de la distance vis à vis de son jeune personnage ; il crée aussi, mais cette fois-ci du point de vue de la lecture, une impression d’authenticité qu’instaure la naïveté de Cocorí.

26Comme dans les fables ou contes populaires Cocorí va commencer un parcours initiatique à travers la forêt afin, espère-t-il trouver une réponse au secret de la Rose, pour ainsi dire. Mais en réalité ce parcours initiatique était déjà programmé par une transgression liminaire et ce bien avant sa rencontre avec la "niña rubia" :

Cruzó los primeros matorrales en los límites de la selva. Se apresuró, receloso, porque el sol comenzaba a ocultarlse en el horizonte y se iniciaba el concierto nocturno (11).

27La transgression de Cocorí permet aussi de se rendre compte de l’existence d’une frontière entre le monde des humains, des hommes et la forêt (avec son règne animal et sa flore extraordinaire). Il y a d’ailleurs dans le texte une insistance sur l’idée de frontière :

Cruzaron el río, y en el bosque de bambúes se encontraron al Negro cantor (30).
Salieron de madrugada, cruzaron los primeros matorrales y el bosque de bambúes, y poco después caminaban con gran dificultad por la selva enmarañada (47).
La selva se abrió de pronto y apareció ante ellos el agua barrosa de la laguna del Caimán, orillada de mangles. Las raíces de los mangles se abrían como dedos que se hundían en el agua, formando múltiples canales bajo el follaje (55).
Pasaron un riachuelo y, por un enorme tronco inclinado, vieron arrastrarse majestuosa, luciendo su piel jaspeada, la culebra más grande que hasta entonces habían visto. Durante un largo rato desfilaron sus anillos... A Cocorí se le fue el estómago a la garganta (72).

28Une première lecture paraît s’imposer d’elle même : les peines, les difficultés et les "fascinations" sont inhérentes à toute quête ou parcours initiatique. Il est significatif que Cocorí ne soit pas seul dans son entreprise, dans sa quête. Il est accompagné par le singe et "doña Modorra", la tortue.

29Mais ce premier niveau de lecture que convoque le texte de Gutiérrez n’est cependant pas totalement apte à rendre compte du sens profond de la systématique de la frontière que nous venons d’établir. Dans la mesure où la frontière s’exprime aussi sous d’autres modalités. Elle passe aussi bien par une distance entre les hombres rubios et les noirs, que par une séparation entre un ici (Puerto Limón) et un ailleurs (indéterminé). C’est ce que du reste la venue du bateau souligne très bien :

– Un barco.
– Que viene un barco.
– Llegan los hombres rubios.
(El Pescador Viejo sentenció) :
– Hacía veinte lunas que no venía ninguno (14).

30La quête de Cocorí, comme nous l’avons déjà signalé, le mettra successivement au contact d’autres personnages (humains ou animaux) présents dans la fable. Ceux-ci sont donnés à voir comme les porteurs légitimes d’un savoir autorisé. Dans cette chaîne des ayants droit à la parole le plus important (de par sa longévité) étant sans aucun doute le Caiman, don Torcuato :

Y una rebeldía iba fermentándose en su corazón. Que su Rosa hubiera vivido un día y en cambio otros, que de nada servían sino para hacer daño, vivieran tantísimos años! Y al pensar en esto recordaba al Caimán, el viejo Caimán del lago al cual ya le habían tenido miedo los abuelos de los abuelos de Cocorí (36).

31Le texte instaure un rapport de continuité entre la parole, le savoir légitime et l’age : "el viejo Pescador", la tortue qui se revendique comme centenaire : ¿ y qué te has figurado ? -Doña Modorra se pavoneó coqueta-. Si tengo solo ciento cincuenta años, lo que no es nada para nosotras, que vivimos trescientos" (23).

32Mais c’est Cocorí qui met réellement en évidence le rapport dont nous parlons lorsqu’il s’est retrouvé en face du Caiman :

– Por eso vengo a hacerle una pregunta: ¿Por qué mi Rosa vivió tan poco y otros se cansan de contar las lunas? (59).

33En d’autres termes la production et la circulation du discours légitime est rattachée à l’age, à la durée chronologique. On peut être tenté d’y voir, comme le texte lui-même nous y invite, la topique (très présente dans les fables ou contes populaires, de l’age comme vecteur de la sagesse ou de la connaissance.

34Pour légitime qu’elle soit cette lecture reste réductrice. Il nous semble beaucoup plus opératoire de reposer le rapport en question en termes d’antériorité (historique) et de parole autorisée. De ce point de vue c’est donc dans la frustration de la quête de Cocorí qu’il conviendrait de situer les enjeux socio-historiques du rapport que nous proposons désormais.

35Au terme de son aventure dans la forêt Cocorí n’a pu entrer réellement en contact avec les détenteurs légitimes de la parole que sont le Caiman et la couleuvre, Talamanca la Bocaracá. Cette frustration, inhabituelle chez les héros des fables ou contes populaires, resémantise les deux éléments fondamentaux que nous avons mis en lumière à savoir la systématique de la frontière et l’antériorité posée dans le texte comme condition exclusive de prise de parole et d’accès à l’ordre symbolique, à l’histoire.

  • 5 Dans notre thèse de doctorat nous avons établi aussi comment le discours de l’antériorité était mob (...)

36C’est l’existence de cette frontière qui est responsable de la faillite de la rencontre entre "el Negrito" Cocorí et de la "niña rubia". Le discours de l’antériorité quant à lui sert à légitimer le monopole du pouvoir symbolique, de la représentation (politique) et des privilèges sociaux. Il sert aussi dans le même temps à délégitimer toute revendication d’accès à cet ordre, à ces privilèges5.

37L’attente angoissée du "réveil" de la couleuvre donne lieu à ce commentaire éloquent de doña Modorra, la tortue :

¿Y si después de esperar nos resulta como don Torcuato? -terminó, ya que desde esa aventura había quedado muy escéptica acerca de la sabiduría de los grandes y algunos prestigios injustos que reinaban en el bosque...
En el interior del Negrito se produjo una batalla. ¿Irse, quedarse. Si se iba, quién podría resolverle su pregunta? Talamanca había sido la última esperanza. ¿Qué hacer, ay! (78).

38La quête de Cocorí était déjà en quelque sorte vouée à ‘échec à cause du malheur généalogique qui le surdétermine. Sa généalogie n’est pas vécue, représentée comme légitime. Le couplage savoir ou discours (légitime, autorisé) et antériorité révèle en fait l’enjeu social du discours des origines (abolengo ou linaje). En effet l’histoire des Torcuato se confond apparemment avec celle du Costa Rica, elle remonte aux origines, elle est première :

Los ojos del caimán parpadearon extrañados: ¿Cómo podía nadie interesarse por una flor, algo tan insignificante? ¿Para qué servían las flores? No se podían comer! Había que ser tan tonto como una mariposa para quererlas. El había esperado que le preguntaran algo respecto a sus gustos culinarios, a su última pelea con el Toro salvaje, o algún recuerdo de su padre, don Torcuato el Viejo, tan venerable que tenía el recuerdo de cuando llegaron las carabelas de Colón. Pero ¿una flor? Puah! (60).

39Le privilège généalogique qui légitime ou fonde le monopole de l’ordre symbolique est ici lié à un évènement historique : la soi-disant découverte de l’Amérique par Christophe Colomb et ses hommes. Et ce d’autant plus que le Costa Rica actuel a été aussi le théâtre du passage de Colomb en Amérique Centrale (1502-1504).

40Anne Demazière rappelle que ce voyage fut ponctué de revers et de péripéties. C’est au cours de l’une d’elles que Colomb et ses quatre caravelles débarquèrent dans l’une des régions du Puerto Limón :

  • 6 Eve Demazière, Les cultures noires d’Amérique centrale, Karthala, 1994, p. 21.

... Cap au sud, le long de la côte du Nicaragua, jusqu’au Costa Rica: Colomb décide de mouiller quelques jours près d’une petite île -peut-être Uvita, au large de Limón- pour que ses hommes s’y reposent. Là, ils rencontrent les indiens Talamancas, qui vivent sur le continent, et lors d’une expédition de reconnaissance, les espagnols sont frappés par l’abondance des variétés végétales et animales bien supérieur à celle qu’ils connaissent dans les îles antillaises6.

41Faut-il aussi rappeler que le personnage de la couleuvre s’appelle précisément Talamanca la Bocaracá ? Le fait qu’elle soit plongée dans un sommeil centenaire, au niveau anecdotique pour cause de digestion, n’est-il pas révélateur de ce que, pour la formation sociale et idéologique du Costa Rica, les indiens (en tant que présence-histoire) ont cessé de fonctionner comme une instance de légitimation ?

42Cette interrogation n’est pas dépourvue de sens car, au contraire de certains pays comme le Mexique, le Costa rica ne privilégie pas, ne serait qu’au niveau officiel, ses origines indiennes. Le sort qui est fait aux quelque 20 000 indiens qui vivent dans ce pays en dit assez long.

43Sonia Marta Mora met l’accent sur l’importance symbolique et idéologique que représente l’aventure coloniale de Colomb pour les latino-américains :

  • 7 Sonia Marta Mora, art.cit. p. 1.

Los hechos de 1492 y el conjunto de acontecimientos que se desencadenaron en esta fecha y que la historia ha guardado bajo el nombre de por sí revelador de "El Descubrimiento de América", no representan para un hispanoamericano un mero dato del pasado. Como todo elemento decisivo de la historia de un pueblo, este hecho es un factor vivo y actuante en la conciencia colectiva de los hispanoamericanos. En este sentido, no "es", es decir, no tiene una existencia en sí mismo, acabada y definida de una vez por todas, sino que se construye y reconstruye continuamente desde diferentes puntos de vista, determinados por las condiciones de la formación socio-histórica en el seno de la cual su capacidad significativa resulta reactivada7.

44La mise au point de la critique costaricaine est particulièrement importante en ce sens qu’elle indique que la "Découverte” est ou peut être l’objet de spéculations diverses, c’est à dire finalement qu’elle représente un enjeu. La classe dominante (l’oligarchie du café) du Costa Rica a ainsi récupéré la figure et la geste de Colomb à des fins de légitimation politique et sociale.

45En effet ce groupe se représente comme l’héritier exclusif d’une aventure pourtant coloniale et néfaste à bien des égards. Néanmoins la prégnance d’une telle représentation est d’autant plus marquée qu’elle en arrive même à informer les manuels scolaires utilisés au Costa Rica. Cela s’opère au moyen de réductions, de déplacements (y compris des indiens), d’oublis, de déconstruction, d’occultation dont Sonia Marta Mora analyse le processus dans son étude magistrale.

46Nous sommes fondés à postuler que Cocorí se situe au cœur d’une problématique identitaire qui surgit du fait de certaines circonstances historiques bien précises. C’est par rapport à ces circonstances que la quête frustrée de Cocorí prend tout son sens. De notre point de vue la trajectoire du jeune personnage, son aventure sort du cadre de la topique pour symboliser la quête de la reconnaissance, par la société costaricaine, des Noirs de Puerto Limón dont il est le signe.

47La brève analyse que nous venons de conduire et les enjeux qu’elle a mis en exergue nous autorise à penser que Cocorí transcrit une période de crise de représentation (politique) et de légitimité. En effet, la couleuvre qui se trouve à la fin de la chaîne de la quête de Cocorí et qu’on donne aussi à voir comme détentrice d’un savoir reconnu, légitime est plongée dans un sommeil léthargique bien avant même sa rencontre avec le jeune personnage. En outre elle est proprement méconnaissable :

Pero la Talamanca no se movía [...]
– Pero, ¿qué le pasa a la Bocaracá?
– ¿No estará dormida? -sugirió doña Modorra [...]
El Tití comenzó a darse importancia, hasta que por fin declaró solemnente:
– La cabeza de Talamanca reposa dormida. Por la boca abierta le salen dos cuernos.
Ay, dos cuernos!
– Una culebra con cuernos!
Debe ser un dragón.
– Vámonos.
– Corramos

48Pero el tití había tenido buen cuidado de preguntar a la reina de un hormiguero de los alrededores, la cual le había explicado :

– No son cuernos de Talamanca. Es que ayer se comió un toro a la hora de la merienda. Se lo tragó de un solo bocado y, como los cuernos no le cupieron por la boca, le quedaron de fuera (74-75).

49Représentation surcodée du Diable, de Satan car en plus d’être un serpent Talamanca est affublée de cornes. Le savoir qu’elle pouvait transmettre ne saurait être que diabolique. De ce point de vue il est disqualifié. Finalement on note aussi que la parole légitime est impuissante et inapte à dire le monde (symbolisée par le secret de la Rose).

50Cette incapacité figure explicitement dans la déclaration suivante de "el Pescador Viejo", même si dans son cas son impuissance entre dans un autre registre de signifiance sur lequel nous reviendrons :

– Ah!, Cocorí, cuando somos tan viejos como yo, ya no nos hacemos esas preguntas! cada pregunta que yo me hice me dejó una arruga en la frente. Cada misterio que quise comprender me dejó con un diente menos. Ahora tengo más arrugas que las olas tiene el mar, y mira cómo me quedaron las encías [...]: Ahora espero que el océano y el bosque me cuenten lo que me quieran contar. Yo no les pregunto nada (39).

51Le texte semble du reste valoriser le savoir pratique (et non spéculatif) que doña Modorra dispense à Cocorí lors de leur parcours à travers la forêt. Il s’agit là d’une authentique initiation. Par ailleurs la familiarité entre la tortue et le jeune personnage noir ne tient pas que de la fable, elle constitue un véritable point d’ancrage historique :

  • 8 Eve Demazière, op. cit., p. 169.

... Quel est le point commun entre une tortue, le canal de Panama et une banane ? C’est toute l’histoire des Noirs d’origine caribéenne installés sur les côtes centraméricaines, en particulier celles du Costa Rica et du Panama. Chassés de leur île natale par la misère, à partir du milieu du XIXe, ils partent chercher fortune dans les caraïbes péninsulaires. Les premiers arrivants y pêchent la tortue avant de s’installer sur la côte de Talamanca au sud-est du Costa Rica. Puis viennent les légions d’ouvriers, creusant la montagne pour y installer les rails du chemin de fer et les digues du canal, au Panama. Enfin des milliers vendront leurs bras aux compagnies fruitières nord-américaines, dans les plantations de bananes8.

52Le déracinement et la quête sont liés à l’histoire des Noirs d’Amérique Latine. Mais le constat que dresse Eve Demazière nous permet de dire que le rapport privilégié entre le jeune Cocorí et doña Modorra est une autre modalité d’inscription du texte des origines dans Cocorî.

Cocorí ou le récit d’une crise

  • 9 Michel de Certeau, La Fable mystique I, XVIe-XVIIe siècle, Éditions Gallimard, 1982, 23.

53On peut parier sur la place qu’occupe la trajectoire-présence-héritage des Noirs dans l’historiographie (dans son acception la plus large) du Costa Rica. C’est dans ce sens que Cocorí vient confirmer une hypothèse naguère formulée par M. de Certeau au sujet de la fable : "ce terme est relatif d’abord aux récits chargés de symboliser une société et donc concurrentiels par rapport aux discours historiographiques9.

54Nous choisissons quant à nous de nous intéresser au pouvoir de symbolisation de Cocorí. Cette fable a été publiée dans les années 40 au moment où le Costa Rica connaissait une des plus graves crises de son histoire. Une crise économique nationale sans précédent due aux répercussions de la seconde guerre mondiale et de la concurrence régionale. Le prix des produits destinés à l’exportation, comme le café, chute terriblement.

55Mais aussi une crise de représentation politique profonde : le pays est plongé dans une violente et sanglante guerre civile :

  • 10 Marcos Roitman, « Política y mitos políticos en Costa Rica », in Cultura y política en América Lati (...)

La crisis que se abriera con el descenso de las exportaciones del café y que restó capacidad política a la burguesía cafetalera fue lentamente desarticulando y resquebrajando el orden de dominación tradicional-racional, disminuyendo su poder de imposición hegemónica sobre las clases subalternas, que accedían con inusitada fuerza al escenario político. Los cambios en la estructura social, sobre todo el desarrollo de los sectores medios ligados al aparato del Estado y del proletariado urbano y rural, acabaron por romper el bloque histórico dominante, iniciándose un proceso de recomposición interna que comienza con el gobierno de Calderón Guardia (1940-1944) y que culmina con la fundación de la II República, tras la promulgación de la Carta Constitucional de 194910.

56Cette crise à donc mis un terme à une certaine conception de la politique qui avait jusque là cours au Costa Rica : élitiste, basée sur les origines, la caste, la richesse ainsi que le capital symbolique qui en découle et qui assure aussi le monopole de l’ordre du discours. Le Costa Rica va s’orienter vers une modernisation de la politique et la recherche d’un consensus national autour de l’État providence qui se propose de garantir et de faire respecter les intérêts de tous, de toutes les composantes du Costa Rica.

57C’est à cette période là que les Noirs de Puerto Limón naissent à l’histoire officielle du Costa Rica. Mais cette naissance, qui intervient après que des générations de Noirs se soient succédé à Limón, est assez contradictoire. En tous les cas elle ne signifie pas l’acceptation des Noirs par l’imaginaire social du Costa Rica :

  • 11 Quince Duncan, "El negro antillano : inmigración y presencia", op. cit., p. 142.

Si con el gobierno del Partido Liberación el negro alcanzó a partir del 49 status legal de ciudadano, sigue sin disfrutar plenamente de sus derechos y sin ser reconocido realmente por el resto de los costarricenses, como ciudadano de primer orden11.

  • 12 Sur cette question nous renvoyons à, Victorien Lavou (coordinateur), Les noirs et le discours ident (...)

58Nous sommes à nouveau confrontés à la problématique de l’antériorité ("primer orden") qui suppose dans ce cas une hiérarchie disqualifiante (mais assumé) parmi les composantes sociales et ethniques du Costa Rica. Dans la représentation qu’elle se fait d’elle même la société costaricaine n’intègre pas la présence-histoire-héritage des Noirs. Ceux-ci restent largement perçus comme étrangers et donc comme étranges. C’est là une représentation qui n’est pas exclusive du Costa Rica, on en retrouve les traces dans d’autres formations sociales et idéologiques de l’Amérique Latine12.

Cocorí ou une quête identitaire et de reconnaissance

59Il apparaît désormais assez clairement que la quête du personnage Cocorí n’est pas qu’une construction poétique, imaginaire. La trajectoire du "Negrito” ou son parcours dans la fable décrit aussi celui des Noirs de Puerto Limón au moment d’une période de rupture ou de transition au Costa Rica.

60Outre la phase inaugurale du miroir un autre indice signifiant de la fable autorise notre hypothèse concernant la quête identitaire : Cocorí n’a pas de Père. Il vit avec sa mère que le texte représente, à maintes reprises, comme autoritaire et possessive. En somme l’archétype de la mère mauvaise selon une certaine grille d’interprétation et de lecture autorisée.

61La figure du Père (et son absence ici n’en deviendrait que plus éloquente) est, à en croire Sonia Marta Mora, fondamentale en Amérique Centrale. Tout ou presque y renverrait :

  • 13 Sonia Marta Morta, art.cit, p. 13.

... La idea de identidad ligada a la de padre merece un estudio más detenido, escialmente si pensamos en su dimensión psicoanalítica y, dentro del terreno particular de la formacióón discursiva centroamericana, en numerosos sintagmas fijos, formas familiares y núcleos semánticos altamente rentables desde el punto de vista semiótico13.

62La démarche que suggère la critique costaricaine à savoir la lecture des phénomènes identitaires en Amérique Centrale à partir de la grille psychanalytique est sans doute intéressant. Il reste que on assiste parfois à des simplifications ou de schématisations caricaturales qui n’apportent aucun éclairage au phénomène en question.

63Paradoxalement elles ne donnent que l’impression d’être obnubilées par la démonstration de l’opérativité ou de l’efficace (à bien des égards discutable) du discours psychanalytique. Nous tenons à rappeler, pour notre part, que l’absence du Père est un trait de l’histoire de la traite et de l’esclavage des Noirs en Amérique.

64Dans la structure d’exploitation et d’aliénation à laquelle ils étaient soumis la femme noire était le seul point fixe de "la famille" (si l’on peut raisonner ainsi). Pour des raisons de rentabilité le Père noir était revendu ou prêté à d’autres propriétaires afin de servir d’étalon. Comme dans le fameux roman de l’écrivain péruvien López Albujar, Matalaché.

65Mais cette absence du Père dans Cocorí devrait être lue comme un indice de l’insertion des Noirs dans le marché du travail du Costa Rica. En effet les Noirs de Limón sont la plupart du temps obligés d’immigrer vers d’autres terres (Panama, Jamaïque, États Unis, etc.) pour chercher du travail. Autrement dit l’insistance complice et complaisante d’une certaine critique sur l’absence du Père se sert qu’à occulter la présence active de la Mère particulièrement significative dans les communautés noires d’Amérique.

66Dans la fable c’est en effet mmamá Drusia qui par son acharnement a ressuscité la Rose. En somme c’est elle qui a permis à Cocorí d’entrer dans l’histoire par un acte de fondation : planter un rosier :

Cocorí podría decir más tarde con orgullo:
– Yo tenía siete años cuando este rosal fue plantado.
Sus grandes rosas rojas se abrían bajo el candente sol del trópico. Y tenían también los estambres del más fino cristal, y esparcían alrededor un aroma sutil, como una nube rosada de encanto (86).

67Il ne s’agit plus d’une Rose majuscule d’autant plus abstraite qu’elle était vouée au dépérissement. L’acte de mamá Drusila est fondamental car il signifie une territorialisation (G. Deleuze), un acte de civilisation. La fin de la fable n’est pas aussi banale qu’elle paraît. Il s’agit là aussi d’un ancrage historique majeur.

68En effet Limón tient son nom d’un acte similaire à celui de mamá Drusila. C’est ce que rappelle Ève Demazière :

  • 14 Eve Demazière, op. cit., p. 179.

Jusqu’alors, les bateaux jetaient l’ancre dans la baie de Moín, un petit hameau distant de quelques kilomètres du port actuel. La côte est pratiquement inhabitée lorsque les travaux (du chemin de fer reliant la capitale à la côte atlantique) commencent, mis à part les petits villages de la côte de Talamanca, plus au sud. Il ne reste plus rien à Matina des plantations de cacao du XVIIe siècle [...] Quelques familles de pêcheurs noirs sont installées sur la plage de Moín, depuis dix ou vingt ans. L’un d’eux a planté des citronniers dans son jardin, et le fruit, en espagnol limón, donne son nom à la nouvelle ville portuaire14.

69L’acte fondateur de mamá Drusila réactive la problématique des origines qui fonde la fable de Cocorí. Un discours de revendication se dessine dans le texte de Gutiérrez. Celui des Noirs qui sont, comme le dit E. Demazière, les véritables pionniers dans cette partie du Costa Rica. Mais ils ne sont cependant pas reconnus en tant que tels.

70Au terme de notre étude nous pouvons affirmer que Cocorí transcrit au moins deux périodes dans le processus historique de construction d’un sujet Noir au Costa Rica. La première semble marquée par la médiation de l’ordre du discours dominant du Costa Rica. C’est ainsi que nous avons lu la quête de Cocorí. Une quête qui aboutit à une frustration, à un échec.

71C’est échec prend cependant un tout autre sens si nous nous appuyons sur l’analyse suivante de Pierre Bourdieu :

Lorsque les dominés appliquent à ce qui les domine des schèmes qui sont le produit de la domination, ou, en d’autres termes, lorsque leurs pensées et leurs perceptions sont structurées conformément aux structures mêmes de la relation de domination qui leur est imposée, leurs actes de connaissance sont, inévitablement, des actes de reconnaissance, de soumission. Mais pour étroite que soit la correspondance entre les réalités ou les processus du monde naturel et es principes de vision et de division qui leur sont appliqués, il y a toujours place pour une lutte cognitive à propos du sens des choses du monde.

72Sauf à être victime de l’« effet de théorie » (confondre la théorie et ce sur quoi elle s’applique) contre lequel P. Bourdieu lui-même n’a de cesse de mettre en garde il nous semble que son analyse s’applique à la trajectoire de Cocorí. Au moins sur un point fondamental à savoir la volonté de savoir ou de connaissance qui le caractérise. Celle-ci l’amènera, son parcours initiatique aidant, à reconnaître le légitime monopole de la parole autorisée de ceux qui la détiennent du fait de leur antériorité ou de leur privilège généalogique (don Torcuato, le Caiman et Talamanca Bocaracá, la couleuvre).

73Mais, ainsi que nous l’avons montré, cet ordre était en crise. En tous les cas il s’avérait incapable de satisfaire l’obsession de Cocorí. C’est finalement dans sa propre communauté que le jeune personnage trouvera une réponse crédible à l’objet de sa quête. Il s’agit donc d’une rupture qui inaugure la deuxième période que symbolise Cocorí. Les Noirs se posent et se revendiquent comme des sujets connaissants et non plus comme un objet de connaissance(s).

74De ce point de vue la fable Cocorí peut être considérée comme une violence symbolique exercée sur les pratiques populaires et culturelles des Noirs de Limón. En effet elle les déshistorise et les fige dans une atemporalité ou une universalité que suppose la fable en tant que modélisation littéraire.

75N’est-ce pas aussi cette déshistorisation qui a assuré (et assure encore ?) le succès tant célébré de Cocorí ? L’effet de reconnaissance que le texte de Joaquín Gutiérrez a suscité ou induit en dit, de notre point de vue, assez long sur l’imaginaire qui y est convoqué. Il serait donc légitime de s’interroger sur la réception de Cocorí non plus du point de vue du Costa Rica, des autres pays d’Amérique Latine ou de l’Europe mais de Puerto Limón.

Notes

1 Joaquin Gutiérrez, Cocorí, Editorial Costa Rica, San José, Costa Rica, 1975. Pour notre travail nous avons utilisé cette édition. Toutes les citations y renvoient.

2 Sonia Marta Mora, « El elogio a Colón o la conciencia de la oligarquía ; un texto escolar costarricense », Imprévue (1492. La découverte comme événement interdiscursif, I) 1989-1, p. 10.

3 Alvaro Sánchez M., "El negro en la literatura costarricense", publié dans El Negro en Costa Rica de Carlos Meléndez et Quince Duncan (editores), Editorial Costa Rica, 1972, p. 187.

4 Marta Gallo, Reflexiones sobre espejos, Universidad de Guadalajara, 1993, p. 75.

5 Dans notre thèse de doctorat nous avons établi aussi comment le discours de l’antériorité était mobilisé dans le conflit qui, durant l’époque du desarrollismo au Mexique, opposait la bourgeoisie mexicaine à l’oligarchie terrienne du Chiapas. Menacée par les réformes capitalistes de Cárdenas e la transformation des rapports sociaux dans les campagnes l’oligarchie mettait en avant sa "proximité naturelle et historique" avec les indiens pour délégitimer le projet de transformation capitaliste de l’économie mexicaine. La bourgeoisie quant à elle se prévalait de l’antériorité des indiens pour délégitimer le rôle de "guides naturels" des indiens que l’oligarchie mettait en avant. Cf. Victorien Lavou, "Mujeres e indios, voces del silencio : estudio sociocrítico de Balún Canán de Rosario Castellanos", Ph. D, University of Pittsburgh, 1991.

6 Eve Demazière, Les cultures noires d’Amérique centrale, Karthala, 1994, p. 21.

7 Sonia Marta Mora, art.cit. p. 1.

8 Eve Demazière, op. cit., p. 169.

9 Michel de Certeau, La Fable mystique I, XVIe-XVIIe siècle, Éditions Gallimard, 1982, 23.

10 Marcos Roitman, « Política y mitos políticos en Costa Rica », in Cultura y política en América Latina, Hugo Zemelman (coordinador), Siglo XXI editores, 1990, p. 333.

11 Quince Duncan, "El negro antillano : inmigración y presencia", op. cit., p. 142.

12 Sur cette question nous renvoyons à, Victorien Lavou (coordinateur), Les noirs et le discours identitaire latino-américain, Marges. 18, CRILAUP, Dpt. Espagnol, Université de Perpignan, 1997.

13 Sonia Marta Morta, art.cit, p. 13.

14 Eve Demazière, op. cit., p. 179.

Notes de fin

1 Publiée pour la première fois dans Tigre II, CERHVIS (ILCE), Grenoble, 2001, pp. 109- 124.

© Presses universitaires de Perpignan, 2003

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search