Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le métier de la politique sous la IIIe République

 | 
Yves Billard

Deuxième partie. La carrière

1. Les campagnes électorales

Texte intégral

1Entrer dans la carrière signifie se présenter tôt ou tard à des élections. Avoir fait de brillantes études, s’être engagé préalablement dans un parti, une loge, un syndicat ou quelque association ne sont que des préliminaires. En régime démocratique, on doit affronter le verdict du suffrage universel. Il existe certes des carrières dans l’ombre : on peut travailler dans les cabinets ministériels de nombreuses années sans jamais apparaître au premier plan. Il est possible de gravir des échelons du pouvoir dans les instances des partis politiques les mieux organisés. Il ne s’agit là que de carrières périphériques, vouées à plafonner à plus ou moins long terme. Celui qui pratique vraiment le métier de la politique est amené à se faire élire, et donc, pour commencer, à célébrer le rituel républicain des campagnes électorales.

Être candidat

2Rien n’est plus simple que de déposer une candidature. On est vraiment très loin, alors, des procédures chicanières que la Ve République a imposées. En 1871, il n’est même pas nécessaire d’être candidat pour être élu, et ce tant à l’Assemblée nationale en février qu’aux municipales en mars. Des hommes sont élus sans l’avoir recherché vraiment. Ainsi des notables deviennent-ils maires de communes rurales, plébiscités par une population désorientée par la défaite militaire, l’effondrement de l’Empire et, parfois, l’occupation prussienne. Aux élections législatives de février, l’absence d’obligation relative aux candidatures favorise les élections multiples : Thiers est élu dans 26 départements sans avoir fait acte de candidature, ni même mis les pieds, dans la plupart d’entre eux. Gambetta est élu neuf fois. En tout, on a dû organiser 78 élections partielles pour annuler l’effet des élections multiples. Cette absence de règles posait donc des problèmes pratiques. On s’en est souvenu en 1889, quand la crainte des nombreux succès du général Boulanger a incité le législateur à définir quelques obligations. Elles sont simples à remplir : pour être élu, il faut avoir déposé officiellement sa candidature au moins cinq jours avant l’élection.

3Il est donc très facile d’être candidat, du moins un candidat qui sera aussi facilement battu. Être candidat pour gagner est moins aisé.

L’avantage du candidat sortant

4La position la plus sûre pour être élu, c’est d’être le sortant. L’équipe municipale, le conseiller général ou le député sortants sont donnés favoris. Une statistique élaborée par Jean-Paul Jourdan, dans le cadre d’une enquête dirigée par Sylvie Guillaume et Bernard Lachaise sur les parlementaires de cinq départements d’Aquitaine, montre que 70,2 % des députés sortants qui se représentent sont réélus. Dans seulement 20 % des cas, la cessation du mandat d’un maire s’explique par sa défaite aux élections ; la probabilité est quatre fois plus grande de voir sa carrière interrompue par sa mort, son retrait volontaire ou son déménagement dans quelque commune lointaine. À défaut de véritables statistiques, on a toutes raisons de penser que les conseillers généraux ou d’arrondissement sortants sont eux aussi des candidats difficiles à battre. Des renseignements fragmentaires le confirment : seulement 22 hommes se sont succédé sur les 17 sièges du conseil général des Basses-Pyrénées en... vingt-cinq ans (1889-1914) !

5Cela n’est pas très encourageant pour ceux qui font leurs débuts dans le métier de la politique. Heureusement, il y a des retraits volontaires, des décès et même des sortants battus. Pour leur succéder, il faut avoir fait connaître sa candidature largement et longtemps à l’avance. Charles Benoist, dans la Revue des Deux-Mondes, a indiqué quelques recettes suivies par d’audacieux candidats individuels.

LA PRÉCAMPAGNE : COMMENT SE FAIRE CONNAÎTRE ?
« Cependant, voici que les élections sont annoncées, vaguement d’abord, pour la fin d’avril ou le commencement de mai ; on est à la fin de février ou au commencement de mars, et déjà l’on s’inquiète des candidats futurs. Il y en a de connus et de déclarés. L’un d’eux a posé des affiches huit ou dix mois à l’avance, comme avertissement au public : il s’est collé son étiquette ; il a pris ses positions. Il est allé se faire raser successivement chez tous les coiffeurs de la circonscription, de préférence les “jours de presse”, et en sortant, il a tiré de la serviette bourrée qu’il avait sous le bras de petites brochures qu’il a distribuées : sa biographie, avec gravure, proclamation et explications ; toutes les raisons qu’il y a de “prendre son ours”. Il a monté infatigablement un nombre considérable d’étages, à l’heure des repas, où l’on est sûr que les gens sont rentrés ; il a forcé les portes qui ne faisaient que s’entrebâiller, il s’est imposé ; il est assis ; et les dernières giboulées ne sont pas tombées qu’il en est au-delà de quatre mille visites. « Un autre s’y prend différemment ; tout à coup, on a vu reparaître un journal : Le Progrès ou L’Avenir ou L’Écho du..., dont c’est en cinq ans la quatrième série, ce qui veut dire que, dans l’intervalle, le titre seul existe. Le numéro 2 de cette quatrième série se fait attendre cinq ou six semaines après le numéro premier ; puis le numéro 3, un mois après le numéro 2, le numéro 4 quinze jours après le numéro 3 ; et ainsi le temps s’avance. Dans chacun de ces numéros, l’article de tête est du citoyen Z... ; l’article de fond est un dithyrambe en l’honneur du citoyen Z... ; la deuxième page est remplie par le compte-rendu in extenso d’une conférence du citoyen Z... sur “l’émancipation de la femme” ; tous les filets ramènent plus ou moins ingénieusement le nom du citoyen Z... ; les nouvelles à la main rapportent ses traits d’esprit, et les faits divers ses actions d’éclat ou ses bonnes œuvres. Et comme la feuille se vendrait peu, on la répand à profusion, par poignées, une douzaine d’exemplaires à la fois, dans les cafés et chez les commerçants. »
Charles Benoist,
« Mœurs électorales. Comment se fait une élection en 1898 », in Revue des Deux-Mondes, octobre-décembre 1898.

6Les pratiques dépeintes par Charles Benoist peuvent être généralisées, du moins pour les villes, et restent valables jusque dans les années 1930 pour les candidats spontanés et isolés. Il y en a toujours eu et leur nombre n’a guère baissé à la fin de la IIIe République. Ce qui a changé, c’est que leurs chances d’être élus ont diminué au profit de candidats présentés et épaulés par des organisations.

La sélection des candidats

7Dès les années 1880, les candidats républicains les mieux à même de gagner sont ceux désignés par un « congrès » et soutenus par un « comité ». Parmi les monarchistes, et malgré l’initiative des légitimistes en 1877 et 1881, l’organisation de comités a été longtemps moins systématique, pour des motifs politiques (la mort du comte de Chambord en 1883, l’exil du comte de Paris après 1886), mais aussi en raison du comportement aristocratique de nombre de ces hommes. L’émergence des partis politiques a renforcé ce mode de sélection. Les partis les mieux organisés (Parti socialiste-SFIO, Parti communiste, Parti démocrate-populaire, Parti social français, etc.) sélectionnent les candidats dans le cadre de leurs propres instances. L’Alliance démocratique, la Fédération républicaine ne sont pas organisées dans ce but : au mieux, elles consacrent le choix d’un de ces comités. Le Parti radical-socialiste ou le Parti républicain-socialiste ont parfois eu recours à des comités ouverts (ou composites) ou à l’action des organisations du parti, là où ils étaient suffisamment présents. La difficulté du Parti radical à imposer des hommes « du parti » explique parfois la multiplicité des candidats « radicaux » dans certains départements du Midi : celui choisi par le parti, celui du parti qui n’a pas été sélectionné mais se présente quand même, et un ou deux autres qui ne sont pas membres du parti, mais néanmoins radicaux.

8Le recours au scrutin de liste départementale aux législatives de 1885 a amené à organiser des congrès républicains dans la France entière. Par la suite, le retour au scrutin uninominal a fait éclater ces congrès départementaux en autant de circonscriptions, puis d’arrondissements ou de cantons, pour d’autres élections. Dans ce cas, on parle plus souvent de « comités », ce qui a l’inconvénient de confondre sous le même mot le comité qui choisit le candidat et le « comité électoral » du candidat désigné, qui n’ont pas la même fonction, même s’ils sont souvent peuplés des mêmes personnes. André Siegfried a raconté comment se déroulaient ces congrès en Ardèche dans les années 1880. Des hommes qui s’estiment ardents républicains (ou monarchistes pour l’« autre » comité) se rendent à Privas, la préfecture du département (d’où le terme « congrès », dont l’étymologie suggère la convergence vers un chef-lieu), si le scrutin est départemental, ou dans quelque bourg plus modeste si le scrutin est plus limité. Ces congrès ou comités sont ouverts : pas d’adhésion formelle, de cotisation, de liste close ou de présélection. Sur ce point, l’émergence des partis au xxe siècle a tout changé en réservant ce type de réunion à des adhérents-cotisants. Dans les années 1880, ceux qui viennent à ces congrès ou comités sont plutôt des notabilités – des élus locaux, des hommes à la position sociale assurée-, sinon des notables. On a, là aussi, assisté à une démocratisation de la pratique politique pendant la IIIe République qui, sans doute, a suivi l’élévation du niveau moyen d’instruction. Ce petit monde réuni, on débat, parfois longuement, des problèmes de l’heure, tant généraux que locaux. Ensuite, les candidats sont appelés à se déclarer, à se montrer et à prendre la parole. On passe au vote, le plus souvent à main levée et dans une improvisation parfois désordonnée, mais il faut rappeler que l’on est entre hommes « du même bord ». Le ou les candidats (s’il s’agit d’un scrutin de liste) sont désignés. Et là, nous dit avec malice André Siegfried pour l’Ardèche, on s’aperçoit avec horreur que l’on n’a sélectionné que des protestants et il faut recommencer pour mettre au moins un ou deux catholiques-alibis en bonne place sur la liste. Ailleurs, on est gêné de n’avoir choisi que des francs-maçons, mais on ne recommence pas pour autant. Plus souvent, on n’a désigné que des candidats venus du Sud (du Nord, de l’Est, etc.), de la montagne (ou de la plaine) ou de la ville, et il faut aussi recommencer pour ne pas ruiner les chances de ces candidatures. La procédure n’est donc pas bien au point, mais c’est un exercice de démocratie presque directe qui a sans doute donné à bien des citoyens le goût de la politique. L’apparition de comités restreints à des groupes sociaux ou à des sensibilités politiques puis la captation par les partis du choix des candidats n’ont pas forcément constitué un progrès de la démocratie.

9Les partis qui sélectionnent leurs candidats doivent prendre en considération les mêmes critères que les comités ouverts : représentativité, notoriété, charisme et, éventuellement, prime au sortant. En outre, des exigences proprement politiques interfèrent : respect par le candidat du programme du parti ou équilibre entre les différentes tendances présentes au sein du parti, par exemple. Il peut exister des contradictions entre ces critères. On a vu la direction de certains partis (ou leurs fédérations départementales) imposer des candidats contre le vœu des comités (ou « sections », « groupes », « cellules », etc.) locaux. Au Parti communiste, ces cas fréquents d’éviction de militants populaires et bien implantés, sous prétexte d’un nouveau changement de la « ligne du parti », ont provoqué des hémorragies successives de militants et suscité des candidatures de dissidents. Il est alors arrivé que le candidat ex-communiste l’emporte sur son concurrent du parti. L’exemple le plus célèbre est celui de Jacques Doriot, maire communiste de Saint-Denis : exclu du parti en 1934, il est néanmoins facilement réélu maire en 1935 face à un communiste. De telle sorte que « Saint-Denis la rouge » (pour reprendre un titre de Jean-Paul Brunet) s’est retrouvée avec un maire fasciste en 1936 lorsque Doriot a fondé le Parti populaire français.

10La capacité d’un parti à imposer ses choix de candidats à ses comités locaux constitue une bonne mesure de sa véritable force. Dans une majorité de cas, le Parti socialiste-SFIO a réussi à faire battre ses exclus, même candidats sortants. La mésaventure survenue à Albert Willm en témoigne : le 4 juin 1913, il est blessé dans un accident de voiture, celle d’Aristide Briand qui a versé dans un fossé. L’affaire révèle à tous que Willm continuait de fréquenter en privé le « traître », le « renégat » Briand, d’ailleurs son ami de longue date. Willm est exclu du parti sur-le-champ. En mars 1914, candidat sortant à l’élection législative dans la Seine (circonscription de Clichy et Levallois), il est battu par le nouveau candidat socialiste officiel, Jean Bon. Il se peut que cette anecdote soit révélatrice du sectarisme effarant qui régnait alors dans ce parti. On doit plutôt en l’occurrence souligner l’efficacité de cette organisation qui a réussi à faire battre un candidat sortant si faiblement discrédité.

11Le Parti radical-socialiste n’a pas eu cette force. Être le candidat « officiel » du parti n’a jamais été un atout suffisant pour vaincre des adversaires mieux implantés. C’est pire au Parti républicain-socialiste : son secrétaire général au milieu des années 1920, Maurice Viollette, constamment réélu maire de Dreux (depuis 1908) et député de l’Eure-et-Loir (depuis 1902), a toujours été le candidat d’un « comité républicain démocratique et social ». Dans ce comité, typique des comités ouverts ou composites nés dans les années 1880, on trouvait des sympathisants radicaux-socialistes, radicaux indépendants, quelques républicains modérés, mais on ne risquait pas d’y rencontrer des républicains-socialistes, car le secrétaire général (et président du groupe parlementaire) de ce parti ne s’était jamais donné la peine de l’implanter dans son propre département ! À l’Alliance démocratique ou à la Fédération républicaine, on ne présentait pas de candidats « officiels » ; bien souvent, leur appartenance à ces organisations n’était même pas mentionnée dans les professions de foi des candidats.

12Une fois sélectionné par un congrès, un comité ou un parti, un candidat peut en outre être adoubé par des organisations qui interviennent donc en second lieu. Le Comité républicain pour le commerce et l’industrie, fondé en 1901 par Alfred Mascuraud, recommandait des candidats à ses adhérents, petits commerçants et artisans. Il a longtemps été la providence des candidats radicaux. Son choix en faveur du Bloc national en 1919 a joué un rôle dans la victoire de cette coalition. À Béziers, où les élections municipales ont toujours été très disputées, la chambre de commerce manquait rarement de faire connaître ses préférences et était parfois suivie. En 1924, les loges maçonniques ont publiquement affirmé leur choix des listes du Cartel des gauches.

13Parmi ces organisations qui n’intervenaient qu’en second lieu en faveur des candidats, la plus importante, dans les années 1920 et 1930, était la Fédération nationale catholique, fondée par le général de Castelnau. Comme elle n’était pas à proprement parler un parti politique, elle ne présentait généralement pas de candidats sous son nom. En revanche, elle adoubait les candidats les mieux à même de défendre la cause de la France catholique. Son énorme importance, révélée par Corinne Verrax, est à la mesure de l’influence qu’elle exerçait sur près de 15 % du corps électoral.

Comités et agents électoraux

14S’il a réussi à être choisi dans les conditions que nous venons de voir, le candidat n’est plus un homme seul. Il bénéficie de l’aide d’agents électoraux et du soutien de son comité électoral.

Un informateur précieux : l’agent électoral

15L’agent électoral est d’abord un agent de renseignement, l’honorable correspondant du candidat dans un village, un bourg ou le quartier d’une grande ville. Connaissant bien son petit monde, il peut donner des indications et des conseils fort précieux au candidat. En travaillant pour d’autres raisons sur les archives de Paul Painlevé, nous y avons trouvé son arme secrète pour les élections législatives de 1928 dans l’Ain : des dizaines de fiches « bristol », de couleur jaune, remplies grâce aux indications de ses agents électoraux. Pour le moindre village figurent des informations sur le contexte politique local, les problèmes locaux à propos desquels il a tout intérêt à avoir son mot à dire, et des noms de personnalités locales influentes (les « relais d’opinion », dirait un politologue), avec parfois des commentaires à leur sujet. Avec une tournée aussi bien préparée, la campagne du candidat Painlevé était déjà à moitié faite. Il a d’ailleurs obtenu 43,39 % des voix au premier tour et l’a emporté dans un fauteuil au second. Certes, cette circonscription, de tradition plutôt radicale et un peu modérée, était peu dangereuse pour Painlevé, tout à la fois ministre de Poincaré et ancien dirigeant du Cartel des gauches, mais il souffrait de deux lourds handicaps. D’abord, celui d’être « parachuté » dans un département où il n’avait aucune attache. En outre, il s’est lancé très tard. En janvier encore, il était annoncé comme candidat dans les Alpes-Maritimes ; il n’a donc eu que deux mois pour conquérir le pays de Gex. C’est là que le rôle des agents électoraux est indispensable : renseigner sur le milieu local celui qui le connaît mal ou, dans notre exemple, pas du tout.

16Les agents électoraux peuvent être des élus locaux eux-mêmes. Conseillers généraux et maires peuvent aider un candidat aux législatives. Les candidats aux cantonales ont recours à des maires. Ces derniers, si leur commune est grande et peuplée, possèdent des agents dans chaque quartier. Les instituteurs font très souvent office d’agents électoraux de candidats républicains ou « de gauche ». Contrairement au mythe, ils sont rarement candidats eux-mêmes, mais cela ne veut pas dire qu’ils soient politiquement passifs. Les curés ne se portaient presque jamais candidats. Avant la Séparation de l’Église et de l’État, cela constituait un manquement au devoir de réserve de ces fonctionnaires ; même après la Séparation, ce n’était guère apprécié des évêques. En revanche, les curés étaient souvent des agents électoraux. La profession la mieux placée pour fournir des agents électoraux efficaces était sans doute celle de limonadier, ou « cafetier ». Ils étaient tout à la fois fournisseurs, confesseurs, psychanalystes prélacaniens et modérateurs des débats dans la France profonde. Quelques-uns ont franchi le pas et poursuivi une carrière politique, tels Camille Lenoir, député de la Marne de 1905 à 1928, ou Charles Siffert, maire de Besançon de 1925 à 1940.

Le comité électoral

17Bien renseigné par ses agents électoraux, le candidat est en outre soutenu pendant toute sa campagne par son « comité électoral ». Celui-ci comprend en général quelques dizaines de personnes, du moins pour une élection importante. Les élus locaux, conseillers municipaux, voire maires et conseillers généraux pour une élection législative, y sont nombreux, mais on y rencontre aussi de simples sympathisants qui ne sont ni élus ni candidats. Le comité électoral de Louis Barthou, député des Basses-Pyrénées de 1889 à 1922, est bien connu grâce à Jean Bousquet-Mélou. En 1903, il compte 88 membres, dont 58 maires parmi les 79 de la circonscription, 6 des 8 conseillers généraux et 7 conseillers d’arrondissement sur 9. Le comité de Barthou a évolué dans le temps vers un élargissement (bientôt plus de 100 membres) et s’est démocratisé : moins de notabilités et de plus en plus de simples citoyens. Dans son cas, cela s’explique un peu par le virage à gauche qu’il a effectué entre 1896 et 1906. Néanmoins, il s’agit d’une tendance générale : les comités électoraux enflent et se démocratisent entre les années 1870 et 1914. L’émergence des partis après 1900 se traduit parfois par la constitution de comités uniquement peuplés de militants.

18Les comités électoraux prennent en charge tous les aspects matériels de la campagne. Les salles de réunion sont louées, prêtées ou réservées par des hommes du comité. Ils organisent ces réunions : le président de séance est alors un de leurs membres. Ils jouent un rôle dans le financement de la campagne, non seulement en donnant (ou en récoltant) de l’argent, mais souvent par des aides pratiques : tel ouvre les colonnes de son journal, tel autre obtient des tarifs préférentiels de l’imprimeur. Pour sa première campagne électorale dans le Gard en 1893, Gaston Doumergue est transporté en tout lieu gratuitement par des habitants d’Aiguës-Vives. En déplacement, si la circonscription est vaste, le candidat est reçu à déjeuner ou à dîner, éventuellement pour dormir, chez un membre du comité.

19Tous ces hommes « font » la campagne électorale au même titre que le candidat. Une campagne est une œuvre collective. Ils peuvent coller des affiches et distribuer les bulletins de vote préimprimés (ceux-ci ne sont envoyés systématiquement par la poste que depuis 1919). On peut se payer les services de quelques pauvres hères, mais cela coûte plus cher et ces supplétifs sont peu sûrs : ils mangent souvent à plusieurs râteliers. Rien ne vaut des partisans motivés.

20Les hommes du comité font la propagande du candidat en toutes circonstances. Au dire des monarchistes de Haute-Loire en 1885, les instituteurs ont fait la campagne des républicains :

« À Jax, l’instituteur s’est emparé du tambour municipal, a parcouru les rues du village en battant le rappel et a procédé ensuite à une distribution publique de bulletins de vote [...] ; à Vernassoul, l’instituteur s’est transformé en afficheur public. »

21À Barges, il a fait retarder l’ouverture du bureau de vote et à Retournac ils ont réuni les hommes du village au cabaret pour leur donner des consignes. Auguste Rivet a noté que les curés du même département n’étaient pas en reste. En 1876, celui de Montregard dit en chaire :

« Je n’ai pas besoin de vous dire de voter pour celui qui vous a fait tant de bien, je n’ai pas besoin de vous le nommer, vous le connaissez. Ne vous laissez pas tromper par un étranger que nous ne connaissons pas. »

22Au moins celui-là est-il allusif. Celui de Saint-Martin-de-Fugères, en 1892, est plus explicite :

« Les élections approchent ; dans deux mois, vous vous trouverez en face de l’urne. Si vous votez encore pour ces hommes, ce serait un péché grave... Le parti conservateur est celui du bon droit. Suivez-nous, ce sera pour vous une grâce de Dieu. »

23Il appartient toutefois aussi au candidat lui-même de faire sa propre propagande.

Le matériel électoral

24Pendant une période d’une durée moyenne de deux mois précédant l’élection, la campagne s’accélère. L’activité du candidat et de ses partisans est alors intense et quotidienne. Il faut faire connaître ses idées, parfois se faire connaître soi-même, expliquer les enjeux de l’élection et, au besoin, dénigrer un peu ses adversaires. L’écrit et l’oral sont également sollicités.

Les premières affiches

25Les périodes d’élection sont pain bénit pour les imprimeurs : on leur demande des affiches, des « circulaires » au format in-quarto, des brochures, plus tardivement des tracts. L’affiche constitue le véhicule privilégié de la propagande. De format « colombier » (environ 80 centimètres de haut et 60 de large) ou, à la demande, demi-colombier ou double-colombier, elle est rédigée en noir sur une couleur franche (bleu, jaune, rouge, vert, orange, etc.), le blanc étant réservé à l’affichage officiel. Elle comporte invariablement un texte et même, à une époque où bien des adultes ne savent pas lire, seulement du texte. À partir des années 1890, on y voit parfois une gravure représentant le candidat. Les photographies des candidats fleurissent à partir de 1910. Même à la fin de la IIIe République, l’image, en noir et blanc d’ailleurs, occupe une faible place. Le coût élevé et (avant les années 1900) la mauvaise qualité de la reprographie l’expliquent en partie. Le contre-exemple spectaculaire du général Boulanger (cf. encadré ci-après) indique une autre raison : pour les hommes politiques de la IIIe République, seul le texte est sérieux ; les dessins ou les photographies révèlent le fantaisiste ou le démagogue. Nous n’épiloguerons pas sur l’aspect des affiches politiques au début du xxie siècle : d’immenses photographies en couleurs avec un nom et, au mieux, un court slogan... Pour une élection municipale ou au conseil d’arrondissement, une seule affiche suffit. Si la commune est petite, on peut même se contenter d’un seul lot de 100 affiches. Pour une élection législative, on aura utilisé trois à six affiches successives reproduites en plusieurs milliers d’exemplaires. Le marquis de Solages, candidat dans le Tarn en 1898, en a fait fabriquer 10 400. On a vu dans des circonscriptions vastes et peuplées les imprimeurs tirer 200 000 à 250 000 affiches pendant la campagne. Le général Boulanger, en janvier 1889 à Paris, fait publier 1 300 000 affiches de 30 modèles différents ! Néanmoins, il n’est pas représentatif.

LE MÉTIER DE LA DÉMAGOGIE LE GÉNÉRAL BOULANGER EN CAMPAGNE
Candidat à toutes les élections législatives partielles à partir de février 1888, le général Boulanger a expérimenté de nouvelles méthodes. Son bras droit, Arthur Dillon, qui avait vécu à New York, y avait observé les pratiques de la redoutable « machine électorale » du Parti démocrate. Cultivant l’ambiguïté, sériant les promesses selon ses publics, utilisant pleinement le discrédit qui pesait alors sur les républicains modérés, Boulanger compte des partisans venus de tous les horizons : radicaux, socialistes, bonapartistes et même royalistes, longtemps abusés par les perspectives de « révision constitutionnelle » offertes par Boulanger C’est la forme prise par les campagnes électorales du général qui nous intéresse ici. Il est le premier à utiliser l’image et le fait sans retenue. Plus de 100 types de gravures ou photographies diffusés le montrent en buste, à cheval, en civil, en militaire, combattant les Prussiens, passant les troupes en revue le 14 Juillet, ou en géant donnant un coup de balai sur la Chambre des députés. L’affiche n’est qu’un support parmi d’autres : on le trouve sur des fonds d’assiettes, des tasses, des épinglettes (on ne disait pas encore des « pin’s ») ou des pipes. Pour ses réunions publiques, il recrute des dizaines (jusqu’à 100) de « camelots » payés (2 francs la journée) pour crier au bon moment, juste à point pour entraîner la foule : « Vive Boulanger ! », « À bas Ferry ! » ou « Révision ! Révision ! » Ils ne sont pas seulement là pour crier : en cas de bagarre, il est prévu 2 francs supplémentaires de prime et le remplacement des vêtements déchirés. Des dizaines de chansons différentes sont diffusées à sa gloire dans toute la France. Partout, on fait chanter : « C’est Boulange, lange, lange, c’est Boulanger qu’il nous faut. » Le coût de ses campagnes est hors norme. En Charente-Inférieure, cas moyen, il fait tirer 60 000 brochures, 40 000 photographies et 40 000 gravures à sa gloire, là où les candidats habituels font imprimer quelque 20 000 affiches et 5 000 brochures ! L’élection partielle qui lui a le moins coûté est celle de l’Aisne : 25 000 francs (environ 76 000 euros), ce qui est déjà plus que les autres candidats. Dans la Seine, en janvier 1889, c’est-à-dire dans une circonscription très peuplée (le scrutin est départemental) où un candidat ambitieux pouvait difficilement dépenser moins de 100 000 francs, il aurait dépensé... 3 millions de francs-or (plus de 9 millions d’euros). Son traitement de général CR (cadre de réserve) s’élevant à 10 500 francs annuels, on mesure l’importance des dons qu’il a reçus d’origines les plus diverses : des ouvriers se sont cotisés pour donner 100 francs, le patron de presse Arthur Meyer a mis ses journaux La Lanterne et Le Gaulois à sa disposition, le prince Napoléon a offert 300 000 francs, Victor Bonaparte 90 000 et la stupide duchesse d’Uzès 3 millions. La coalition de modérés, de radicaux enfin lucides et d’orléanistes aux yeux tardivement ouverts (le comte de Paris lui avait d’abord promis des millions) qui a fait échouer Boulanger voyait en lui une menace pour la démocratie. Son programme, la révision constitutionnelle et le projet fou de « Revanche » sur l’Allemagne (qui eût débouché sur un désastre pire que 1870), leur paraissaient dangereux. C’était en effet le plus grave. Nous voulons souligner ici que la forme même des campagnes électorales de Boulanger constituait déjà un péril pour la démocratie. Nous l’avons relevé plus haut : les ennemis de la République ne font pas le métier de la politique de la même manière que ceux qui acceptent les institutions républicaines.

26À travers les affiches ou brochures successives, le candidat précise son profil. La première série d’affiches est souvent consacrée en partie à se présenter soi-même. On vante ses origines familiales si l’on est porphyrogénète, on fait étalage de ses diplômes si l’on en possède. Le nouveau venu doit absolument montrer la profondeur de ses racines locales, surtout, bien sûr, s’il est parachuté. La brochure électorale de Mario Roustan, candidat aux cantonales dans l’Hérault en décembre 1919, commence par : « Et d’abord, M. Roustan est bien notre compatriote, un héraultais rattaché à notre sol par de nombreuses et puissantes racines. » Il n’avait pas mis les pieds dans l’Hérault depuis 1896 et nous savons que sa seule adresse était alors au 5, rue de Vienne à Paris, mais de cela les électeurs sétois n’ont pas été informés. Le riche notable fait comprendre qu’il pourra combler de bienfaits la circonscription. L’impécunieux met plutôt en valeur ses mérites : le même Roustan, docteur ès lettres, inspecteur d’académie, chef de cabinet du ministre de l’Instruction publique, est d’abord et avant tout devant ses électeurs « le petit boursier d’autrefois, le petit-fils du cantonnier, le fils de l’employé de la gare ». La manière dont Charles Talensier, candidat aux cantonales en Lozère en 1910, cité par Yves Pourcher, se présente aux électeurs, nous semble un modèle du genre. Tout y est : porphyrogénète, enfant du pays et notable.

« Je suis candidat, comme vous le savez, à l’élection qui aura lieu dimanche prochain pour le conseil général dans le canton de Saint-Amans. La plupart d’entre vous me connaissent déjà ou ont connu mon parent, M. Charles de Larque, qui a été autrefois votre conseiller général. Enfant du pays, j’habite votre canton, et ma famille y est elle-même suffisamment connue pour que je n’aie pas besoin de vous dire davantage qui je suis. Vous pouvez être assurés de trouver en moi un énergique défenseur des principes d’ordre et de liberté qui vous sont chers, en même temps que je saurai prendre soin de tous les intérêts matériels du canton. Ma situation personnelle me permettra sans doute de vous rendre quelques services, je pourrai notamment, en ma qualité d’ingénieur, m’occuper utilement de tout ce qui intéresse vos villages au point de vue des chemins à créer ou à améliorer. La tâche me sera d’autant plus facile que je suis heureux de compter beaucoup d’amis sincères et dévoués au sein de la nouvelle majorité du conseil général. »

27Les sortants consacrent moins de place à se présenter eux-mêmes. En revanche, une part importante de leurs premiers textes diffusés est consacrée à vanter leur bilan : ce qu’ils ont réalisé s’ils étaient maires, ce qu’ils ont obtenu s’ils siégeaient dans un conseil ou une assemblée et leurs votes sur les sujets principaux.

La « profession de foi »

28Passés ces préliminaires, le candidat fait part de sa « profession de foi ». Elle peut être résumée sur une affiche ou s’étaler dans une brochure, mais, stricto sensu, c’est un texte d’une à quatre pages de format in-quarto que la loi Barodet de 1882 oblige les candidats aux législatives à publier. C’est là, bien sûr, le plus important politiquement : tout à la fois le programme et la doctrine du candidat. Les partis se sont tous efforcés de s’affirmer en uniformisant les programmes de leurs candidats. Après 1905, les candidats officiels du Parti socialiste-SFIO présentent des professions de foi en grande partie identiques sur des affiches tirées en grande série. La possibilité laissée aux candidats aux municipales d’avoir un programme adapté aux situations locales a été l’objet d’une scission du Parti ouvrier français en 1882, les dirigeants du parti (Jules Guesde, Paul Lafargue) leur refusant toute liberté. Dans d’autres familles politiques (radicaux, modérés), un tel caporalisme n’a jamais existé, mais les organisations nationales fournissent des thèmes, des idées, parfois des slogans que les candidats reprennent volontiers dans leur profession de foi. Ainsi les radicaux évoquent-ils individuellement mais presque unanimement la Séparation de l’Église et de l’État avant 1905, l’impôt sur le revenu avant 1917, l’École unique, etc. Le style des professions de foi tend à éviter la monotonie, même si quelques-unes sont une énumération indigeste de projets alignés de haut en bas de l’affiche. Aussi trouve-t-on ces questions rhétoriques dont l’abus peut prêter à sourire : « N’ai-je pas toujours... ? », « Jusqu’à quand... ? », « Qui contestera que... ? », etc. Faute d’interlocuteurs, on peut toujours se poser des questions à soi-même, tel Maurice Viollette, candidat aux législatives en Eure-et-Loir en 1906 : « Où et quand ai-je jamais menacé la propriété privée ? », question incongrue qu’un autre aurait sans doute oublié de poser...

29Enfin, bulletins, affiches et brochures se terminent généralement par l’énoncé de l’étiquette politique. La formule « candidat du comité... » (« républicain », « conservateur » ou « républicain, démocrate et socialiste », etc.) est la plus fréquente avant 1914. Dans les années 1880, nombre d’affiches sont présentées comme émanant du comité et non du candidat lui-même. Peu à peu, les étiquettes « candidat du parti X », ou même la signature « Parti Y », qui ignore presque l’individualité du candidat, se répandent.

L’affiche comme instrument de polémique

30Toutes les affiches ne sont pas ainsi clairement étiquetées. Au fil de la campagne, on voit parfois fleurir des affiches courageusement signées « Des électeurs prévoyants », « Un groupe de contribuables » ou encore « Un groupe de vieux républicains ». Allusivement ou clairement, un candidat s’y voit contester telle ou telle prise de position polémique. Il peut s’y voir reprocher son passé : renégats d’une cause ou d’un parti, commerçants faillis, rescapés d’une affaire judiciaire (même s’ils ont été blanchis) sont souvent rattrapés par d’anciennes affaires. Quelquefois, ces affiches anonymes sont franchement diffamatoires ou calomnieuses. Adrien Marquet, maire de Bordeaux de 1925 à 1944, s’était constitué un imposant fichier de personnalités locales dont la vie privée aurait souffert d’être étalée en public : fréquentation assidue des maisons closes, mœurs « contre nature », etc. Notons qu’il n’avait fait qu’étoffer et développer un fichier créé par ses prédécesseurs.

31En réponse à ces dernières affiches surgissent presque aussitôt de nouveaux placards où il est question de « manœuvre de dernière heure », d’« infâmes calomnies », d’« ignoble procédé » ou d’« agissements écœurants ». Quelques-uns comportent des démentis argumentés. C’est un art difficile : démentir risque d’attirer l’attention sur ce qu’il eût peut-être été préférable d’ignorer. Aux législatives de 1928, Louis Antériou fait insérer dans nombre de journaux diffusés en Ardèche ce démenti :

« Pour mettre un terme à la campagne de diffamation et de chantage dont il est à nouveau l’objet, notre ami Louis Antériou, ancien ministre député de l’Ardèche, nous prie de démentir qu’il ait acheté ou acquis des châteaux, des maisons, des concessions, des propriétés de quelque importance qu’elles soient. Il déclare formellement n’avoir jamais eu, dans aucune affaire industrielle ou commerciale, ni actions, ni obligations, ni aucun intérêt quelconque, ni touché un seul jeton de présence et présidé une seule séance de conseils d’administration d’affaires. Il enregistre la carence de ses détracteurs qui n’ont jusqu’à ce jour apporté aucune preuve de leurs insinuations et de leurs calomnies et les met au défi de justifier leurs allégations. »

32Voilà un démenti bien composé, car il amalgame habilement des accusations délirantes propres à discréditer leurs auteurs (il n’a jamais possédé de « château » et c’est facile à vérifier) avec des faits avérés (il a présidé le conseil d’administration d’une compagnie pétrolière pendant quelques semaines) sur lesquels il jette ainsi le doute : si ses adversaires mentent au sujet du château dans la Nièvre, sans doute mentent-ils sur le reste. Il a d’ailleurs été réélu.

33Ce sont là des cas peu fréquents. Les affiches polémiques évoquent rarement la vie privée et s’en tiennent le plus souvent à des attaques contre le programme, la doctrine ou le positionnement idéologique des candidats : « franc-maçon » est une insulte en Lozère, « candidat des curés », « des patrons » ou « de l’étranger » l’est ailleurs. Il y a enfin des campagnes qui demeurent courtoises et d’une grande tenue, mais les contemporains se plaignaient plus volontiers des excès constatés çà et là que des confrontations paisibles où l’on restait entre hommes de bonne volonté.

34Quelle que soit la forme donnée à la campagne, celle-ci ne peut se contenter d’écrits. Le candidat doit sillonner, voire quadriller, sa circonscription pour y tenir des réunions publiques. Rappelons que, dans les années 1870 et jusque dans les années 1910, beaucoup d’électeurs ne savent pas lire. Même à la fin de la IIIe République, les électeurs sont nombreux à préférer voir et écouter les candidats plutôt que de les lire. En outre, dans maints villages et bourgs, les réunions électorales animent une vie publique parfois monotone.

Réunions et discours de campagne

Les réunions de la France rurale

35Les réunions ont été organisées par le comité électoral. Tout maire doit fournir une salle municipale gratuitement si la demande lui a été faite longtemps à l’avance, mais certains font preuve d’une mauvaise volonté sélective. Aussi nombre de réunions ont-elles lieu dans des halles, des granges, des salles de spectacle ou des arrière-salles de café qu’on a louées. Parfois, des associations prêtent un local. La « salle municipale », dans les petites communes, est bien souvent l’école primaire. L’expression « discours de préau d’école » est d’ailleurs passée dans le langage courant. Au début de la réunion, on élit un « président de séance ». Son rôle se limite à introduire le candidat en quelques mots, puis à lui donner la parole. On élit parfois un premier, voire un second suppléant du président de séance. La réunion ne durant qu’une paire d’heures, ils ne servent jamais à rien, mais cela permet d’honorer des membres dévoués du comité électoral. Arrive enfin le candidat, qui parle aussitôt après y avoir été invité par le président de la réunion.

36Le contenu du discours est évidemment aussi variable que celui des affiches et des brochures. Il diffère en outre selon que le candidat est déjà connu, s’il est le sortant et selon la conjoncture politique. Il contient presque toujours au moins deux chapitres : les grands problèmes de l’heure et les questions d’intérêt local (quel que soit d’ailleurs l’enjeu de l’élection, locale ou nationale). Les grands problèmes seront : république ou monarchie, la révision constitutionnelle, la Séparation de l’Église et de l’État, l’impôt sur le revenu, le traité de Versailles, le franc, etc., selon les époques. On a observé que, dans cette partie du discours, le candidat ne cherche pas systématiquement à se mettre au niveau de son auditoire, parfois rustique et modeste. Il n’hésite pas à employer un vocabulaire qui dépasse les facultés de compréhension du public. Il montre ses compétences, ses connaissances, sa « capacité », disait-on alors. Si tout le monde ne comprend pas tout ce qu’il dit, ce n’est pas bien grave. La messe en latin n’a jamais été dite pour être comprise. On touche là à la définition même de la démocratie représentative : les électeurs ne tendent pas à élire leurs égaux ; leurs suffrages se portent plus volontiers sur ceux qui parlent mieux qu’eux, ont plus de présence, plus d’assurance, plus de connaissances, même relatives à des sujets complexes. Et ce, même si l’élu est issu du même milieu social : il est alors à la fois égal et supérieur. En revanche, et c’est de plus en plus vrai au fil du temps, l’orateur doit rester de plain-pied, accessible, « d’abord facile », disait-on alors. Il faut savoir serrer franchement une main qui se tend, regarder droit dans les yeux un interlocuteur et ne pas le faire avec réticence. Supérieur, mais « pas fier ». L’autre partie du discours est d’ailleurs plus proche de l’auditoire : les problèmes locaux. Dans certaines provinces, les candidats prononcent quelques mots en dialecte régional, surtout s’ils sont châtelains comme Las Cases ou Chambrun en Lozère, ou agrégés de lettres comme Barthou en Béarn ou Roustan dans l’Hérault. Cette seconde (parfois première) partie du discours n’est pas moins technique. Dans certaines circonscriptions du Calvados, il faut tout savoir sur l’élevage des chevaux ; dans l’Aude, ne rien ignorer des tarifs douaniers sur les vins ; dans le bassin minier, bien connaître son droit du travail, etc. À ce moment-là, les experts font partie du public et le candidat doit s’élèver à leur niveau de compétence.

37Après le discours du candidat, viennent les questions du public. En réalité, elles ont pu commencer pendant le discours sous forme d’interruptions. Elles portent souvent sur des questions d’une brûlante actualité : Panama, l’affaire Dreyfus, les impôts, la baisse des cours du vin (du blé, du bois ou de la laine), Stavisky, etc. Le candidat a pu répondre au fur et à mesure ou compter sur le président de séance qui remet les importuns à leur place par des formules intimidantes comme : « Vous pourrez prendre la parole tout à l’heure, à votre tour. » Cela suffit souvent, ce qui montre bien que le métier de la politique n’est pas à la portée de tous les tempéraments : parler en public avec assurance et autorité n’est pas donné à tous. Si le candidat répond aux questions avec compétence, en sachant convaincre et en donnant l’impression à ses interlocuteurs qu’il parle d’égal à égal, il peut estimer avoir gagné la partie. Observateur pertinent de la vie politique française, le journaliste austro-hongrois Theodor Herzl (mieux connu pour d’autres raisons) voyait dans ces réunions les bases mêmes de la démocratie.

38Il s’agit là des réunions telles qu’elles se déroulent dans cette France rurale devenant minoritaire dans les années 1920. On peut dire que ce sont des réunions « ouvertes », car elles accueillent une grande partie des électeurs de la commune sans distinction de sensibilité politique ou même d’intentions de vote. On y trouve aussi des femmes, qui pourtant ne votent pas.

En ville, les désagréments des réunions de militants

39L’urbanisation a changé le sens de ces réunions. Dans une grande ville, le public présent est le plus souvent déjà convaincu, en grande partie composé de militants. Le « candidat des travailleurs », le « défenseur de l’ordre public » ou de « la liberté du commerce » ont un auditoire presque homogène. Ces réunions, que nous sommes tentés de qualifier de « fermées », constituent au mieux une perte de temps pour le candidat : il aura prêché des convaincus. On ne peut pourtant pas en faire l’économie vis-à-vis des hommes du comité électoral ou des sympathisants. En plus, on y court deux risques.

40Le premier est électoral. Dans l’ambiance surchauffée d’une salle où la claque est complaisante, le candidat peut être grisé par son succès facile et déraper. Le radical « bouffe du curé » un peu trop méchamment, le socialiste « révolutionnaire » annonce le Grand Soir pour plus tôt que prévu, le conservateur soi-disant rallié à la République révèle son mépris pour « la Gueuse ». Ces déclarations reprises le lendemain dans la presse locale (il y a presque toujours des journalistes dans l’assistance) sont montées en épingle par les adversaires. En faisant fuir l’électorat centriste ou indécis, on peut perdre une élection.

41Le second risque consiste au contraire à se heurter à l’opposition organisée de perturbateurs venus dans ce but. Interruptions, insultes, « bruits divers » ne sont pas faciles à affronter si leurs auteurs sont nombreux. Au début des années 1920, les députés socialistes-SFIO de la Seine se retrouvaient parfois face à des militants socialistes (ou à des communistes venus délibérément pour jeter le trouble) de tempérament plus révolutionnaire qui leur faisaient passer une mauvaise soirée. Léon Blum (qui en plus avait du mal à parler fort sans monter dans les aigus) s’est trouvé plusieurs fois en grande difficulté. Joseph Paul-Boncour (positionné à l’aile droite du Parti socialiste) paraissait avoir trouvé une solution :

« Moi, j’étais de droite, résolument de droite ; c’était entendu, réglé ; je le proclamais ; je prévenais en même temps que j’étais patriote et défense nationale. C’était même quelquefois un moyen de me faire entendre ; il arrivait que cette affirmation préliminaire, inhabituelle et déconcertante en de tels milieux, piquait les curiosités de la salle et on me laissait parler pour entendre mes blasphèmes. »

42Dans certaines circonstances, la réunion dégénère en bagarre entre militants et perturbateurs. Jeunesses communistes, Camelots du roi, agitateurs de tous bords réussissent parfois à empêcher un orateur de parler. Les échauffourées entre partisans et adversaires du candidat restent généralement dans certaines limites. La France de la IIIe République n’est pas la république de Weimar. Toutefois, le 9 février 1925, à Marseille, une réunion du général de Castelnau, le président de la Fédération nationale catholique, a été interrompue plus violemment que d’ordinaire par des nervis socialistes et communistes venus dénoncer les « provocations cléricales et fascistes ». De la rixe qui a suivi avec des Camelots du roi présents dans la salle, on a relevé trois morts (deux « blancs », un « rouge »). C’était assez exceptionnel pour qu’on en parle à la Chambre des députés.

Un véritable parcours du combattant

43Le candidat doit enchaîner les réunions publiques pendant la campagne, surtout, bien sûr, si ce sont des réunions ouvertes et assez paisibles. En moyenne, on programme trois réunions par jour : une vers 14 heures (parfois précédée d’un banquet), une vers 18 heures et la dernière à partir de 21 heures. Néanmoins, un candidat zélé ou électoralement en difficulté peut faire plus. Grâce à une automobile (complète nouveauté) qu’on lui a prêtée pour sa campagne électorale de 1906, Louis Barthou arrive à tenir cinq ou six réunions par jour, et pourtant il doit sillonner une circonscription fort étendue car en partie montagneuse (celle d’Oloron-Sainte-Marie). Rolande Trempé a décrit une journée de la campagne du marquis de Solages en 1898 dans le Tarn : il part de chez lui à 6 heures, à 9 heures il est à Narthouse, à 10 heures et demie à Saint-Christophe (réunion et banquet), il en part à 13 heures pour Salles, puis Virac ; rentré dîner chez lui à Monestier avec ses proches collaborateurs, il ressort le soir pour rencontrer des électeurs aux cafés Bosc et Alaix. Il est vrai qu’il doit reprendre à Jean Jaurès une circonscription perdue en 1893.

44L’enchaînement de ces réunions est épuisant. Il y faut une santé de fer et notamment un appareil digestif d’exception. Une journée de campagne comprend souvent un repas qui ressemble plutôt à un banquet. La mode culinaire, sous la IIIe République, n’est pas à la nouvelle cuisine : on s’attable fréquemment pour des repas de cinq ou six plats successifs. Tout au long de la journée, le candidat en zone rurale se voit offrir des produits du terroir, notamment des boissons alcoolisées. Tout le monde n’a pas la chance d’être candidat en Gironde ou en Côte-d’Or ; certaines piquettes locales sont d’autant plus difficiles à avaler qu’il n’est pas question de goûter du bout des lèvres ou, pis, de dédaigner. Parler haut et fort plusieurs fois par jour fatigue la voix. Pire que tout, il y a la lassitude née de la répétition des mêmes arguments auprès de publics assez semblables. Une élection se mérite.

45Ces orateurs acharnés ont curieusement raté la révolution radiophonique. Il y a là un trait de mentalité collective qui doit être souligné. La France compte déjà 1 million d’auditeurs en 1930 et 4 millions en 1936. À quelques exceptions près, cette importance a échappé aux hommes politiques. Les ministres du gouvernement Tardieu, Paul Reynaud, Pierre-Étienne Flandin et André Tardieu lui-même, sont les premiers à parler à la radio pour la campagne électorale des législatives de 1932. Gaston Doumergue est le premier président du Conseil à s’adresser aux Français, en tant que chef de gouvernement, en 1934. L’année suivante, son successeur Pierre Laval se voit reprocher d’être allé trop loin en annonçant d’abord à la radio – avant de se présenter devant le Parlement, donc – la nouvelle politique qu’il a engagée. Ce genre de réactions montre la suspicion dans laquelle reste tenu ce média. Les hommes politiques de la IIIe République utilisent peu la radio, ils l’emploient tard et assez mal. Pour les législatives de 1936, Léon Blum fait radiodiffuser le discours qu’il prononce au balcon de l’hôtel de ville de Narbonne. Il parle avec le ton qu’on emploie en face d’une foule distante de quelques mètres, comme il l’aurait fait de toute façon. La possibilité de se servir de la radio pour s’exprimer plus directement, d’un ton plus proche, est peu utilisée, alors qu’elle l’est par exemple par Roosevelt, à la même époque, dans ses « conversations au coin du feu ». Laval a compris l’importance de la radio plus tôt que les autres. Déjà patron de presse, il a acheté Radio-Lyon en avril 1928. Homme d’affaires plus qu’avisé, il a su transformer une antenne locale qui perdait de l’argent en une station très écoutée qui en gagnait. Mais Radio-Lyon doit ses abondantes recettes publicitaires à ses émissions légères, grand public, dont la bonne humeur de commande n’est guère troublée par le « magazine sonore quotidien » qui ne sert pas aux campagnes électorales du propriétaire.

46Ne parlons pas de la télévision. Les hommes de la IIIe République ont des excuses : les premières émissions datent de 1936 et, en 1939 encore, ne s’adressent qu’à quelques milliers de téléspectateurs. Le premier journal télévisé ne date d’ailleurs que de 1949. Gageons que, si son développement avait concerné cette période, les hommes politiques de la IIIe République s’y seraient adaptés avec le même retard que leurs successeurs de la IVe : François Mitterrand, alors ministre de l’Intérieur, est le premier à participer à une émission de télévision, et seulement en 1954.

Le financement des campagnes électorales

Un budget proportionné à V ampleur de la campagne

47En 1874, le marquis de Latour-Maubourg se présente aux élections cantonales. Il ne fait distribuer nulle affiche, nulle brochure, nulle circulaire. Il ne fait rien publier dans les journaux. Il n’organise aucune réunion publique. Il se contente d’écrire quelques lettres à des maires et à des curés du canton qui lui tiendront lieu d’agents électoraux. Le coût de sa campagne est facile à évaluer : une vingtaine de francs-or. Bien entendu, il est élu.

48Ce cas, bel exemple du « temps des notables », n’est pas si exceptionnel. Les candidats sortants n’ayant pas à se faire connaître, pourquoi se ruiner en affiches ? Si la circonscription considérée est petite (un canton, un arrondissement, une commune rurale), la « sillonner » de réunion en réunion ne coûte presque rien. Le cas des notables comme Latour-Maubourg est transposable de bien des manières : le mineur syndicaliste candidat dans son bassin, l’ouvrier dans une petite ville industrielle, le militant socialiste dans son quartier parisien sont, à cet égard, placés dans la même situation. On les connaît et ils n’ont pas besoin de porter la bonne parole à des dizaines de kilomètres.

49Un lot de 100 affiches au format « colombier » est facturé 12 francs-or (environ 37 euros) avant 1914. Très curieusement, ces prix ont peu changé au cours du xxe siècle. L’industrie de l’imprimerie n’aurait-elle pas enregistré des gains de productivité ? C’est que, pour le même prix (en monnaie constante), on peut obtenir de splendides photographies en couleurs sur de grandes surfaces. La journée de travail d’un colleur d’affiches revient à 3 francs-or, mais certains candidats les font coller gratuitement par des militants dévoués. Pour une élection sur une petite circonscription faiblement peuplée (une commune, un canton ou un arrondissement en zone rurale), 1 000 francs-or (environ 3 000 euros) suffisent largement, même si le candidat n’est ni un notable, ni un sortant. À l’échelle d’une commune urbaine ou d’une circonscription législative, il faut débourser plus. Dufour, dans l’Isère en 1898, a dépensé 4 000 francs, Zévaès, dans le même département en 1902, 6 000 francs. En moyenne, Pierre Barrai a estimé à 9 000 francs-or (environ 27 500 euros) les frais d’imprimerie (affiches, mais aussi brochures et circulaires) des candidats aux législatives dans l’Isère sous la IIIe République. Ces chiffres sont extrapolables dans d’autres départements et valables également pour une campagne municipale ou cantonale dans une circonscription urbaine peuplée.

50Dès que l’on sort du village et du bourg, et si l’on doit mener une campagne un peu intense pour se faire connaître ou parce que l’élection est disputée, on a d’autres frais. En 1887, en Haute-Loire, le marquis de Miramon a dépensé 39 452 francs, dont un tiers pour la propagande (il se situait donc dans la moyenne) et deux tiers pour le reste. D’abord, il faut se déplacer : beaucoup de circonscriptions législatives mesurent plus de 2 000 kilomètres carrés, voire 3 000 (la taille moyenne est de 900 à 950 kilomètres carrés, mais, dans cette moyenne, on compte des circonscriptions urbaines de moins de 10 kilomètres carrés). Il y a donc des frais de transport. Qu’ils soient souvent masqués parce que le candidat a été véhiculé par des hommes de son comité électoral n’y change rien : de l’argent est sorti de quelque poche. Il faut parfois louer les salles de réunion : jusqu’à 500 francs la soirée dans une grande ville. Heureusement, elles sont souvent prêtées ou beaucoup moins chères. Le comité organise régulièrement des banquets ou, à défaut, des vins d’honneur, des collations. Tout cela coûte aussi.

51Un candidat fortuné et/ou en difficulté peut facilement dépasser 20 000, 30 000 francs ou davantage. Le marquis de Solages, à Carmaux en 1898, a employé 24 000 francs pour battre Jaurès, son tombeur en 1893. Le marquis de Chambrun, en Lozère en 1932, ne se trouve quant à lui pas du tout en difficulté, mais cet homme très fortuné (grâce à son mariage avec une riche Américaine) dépense pourtant 150 000 francs-Poincaré (soit l’équivalent de 30 000 francs-or ou encore de 91 000 euros). Nous avons évoqué le cas aberrant du général Boulanger, qui a déboursé des millions. Certains, nous verrons comment, dépensent des centaines de milliers de francs-or, mais justement pas d’une manière habituelle.

52Raymond Huard estime le coût moyen d’une campagne législative à 35 000 francs-or. La moyenne arithmétique a l’inconvénient d’être tirée vers le haut par les cas minoritaires de ceux qui déboursent beaucoup plus que les autres. Elle est même faussée par ces évergètes, dont nous reparlerons, qui dépensent des centaines de milliers de francs par des méthodes originales et controversées. La médiane, donnée plus parlante, doit sans doute tourner autour de 20 000 francs-or (environ 61 000 euros) pour une élection législative ou pour conquérir la mairie d’une grande ville. C’est d’ailleurs le chiffre avancé par le député Louis de Belleval en 1885.

53De 1 000 à 20 000 francs-or, donc, selon l’importance de l’élection, la taille de la circonscription et sa population, en écartant les cas de ceux qui ne dépensent presque rien ou de ceux qui y dilapident des millions.

54Qui paie ? La fortune personnelle ? Les cotisants du parti ? Le Grand Capital ? Moscou ? La dot de l’épouse ?

L’autofinancement et les dons

55Du statut social de notable de nombre de ces hommes, surtout dans les premières décennies de la IIIe République, on aura déduit que le premier moyen de financement des campagnes électorales, c’est l’autofinancement. C’est d’ailleurs la seule méthode conforme aux préjugés de beaucoup d’élus des années 1870 ou 1880 : un candidat vraiment libre ne l’est que s’il ne dépend pas financièrement de quelque « officine ». Le déclin relatif des notables, l’émergence des « couches nouvelles » et la démocratisation du métier de la politique ont amené à développer d’autres sources de financement.

56Aucune législation ne s’oppose à ce que les candidats reçoivent de l’argent de personnes gagnées à leur cause. La pratique est courante et répandue : il suffit de faire un chèque au candidat. L’argent peut être versé au comité électoral plutôt qu’au candidat lui-même, mais en pratique, cela ne change rien. Les comités n’ont pas la personnalité juridique ; on rédige donc le chèque à l’ordre de quelqu’un. Même les partis, lorsqu’ils se sont organisés, se sont, dans le meilleur des cas, donné un statut « association-loi de 1901 ». Et encore : le Parti radical-socialiste fondé en 1901 n’a déposé ses statuts selon cette loi qu’en 1915. D’ailleurs, un chèque à ce type d’association doit être rédigé à l’ordre de son trésorier. Les ratiocinations pudibondes de juges d’instruction des années 1990 cherchant à distinguer « enrichissement personnel » et financement de l’activité politique se seraient donc heurtées à une impossibilité pratique. Ceux qui donnent de l’argent font confiance aux candidats pour le dépenser en frais de campagne, et ils ont généralement raison de le faire.

Le financement par les partis

57Le financement par les organisations ou partis politiques joue un rôle mineur, presque marginal. Même dans les dernières décennies de la IIIe République, un parti tirant des ressources importantes pour son fonctionnement et pour le financement des campagnes électorales de ses membres reste chose rare. Ainsi, le plus important d’entre eux, le Parti radical-socialiste, ne fonctionne pas de cette manière. Ses ressources financières propres sont dérisoires. Telle une construction pyramidale, la direction nationale du parti a des moyens financiers plus faibles que les fédérations départementales, elles-mêmes moins riches que les comités électoraux des candidats du parti. Le radicalisme est financé par les radicaux, et non par le Parti radical. Parmi les modérés, l’Alliance démocratique et la Fédération républicaine sont moins encore des « partis » capables de jouer un rôle financier important. On sait par exemple qu’aux élections législatives de 1928, 1932 et 1936, les candidats de la Fédération républicaine ont reçu de celle-ci entre 5 000 et 15 000 francs-Poincaré chacun (soit 1 000 à 3 000 francs-or ou 3 000 à 10 000 euros). C’était donc nettement en dessous de leurs besoins et il s’agissait d’ailleurs d’argent reçu d’organisations patronales simplement redistribué par la Fédération. De même pouvons-nous affirmer que le Parti républicain-socialiste n’a jamais payé la moindre affiche, la moindre brochure ni la moindre location de salle à aucun de ses candidats.

58Le Parti socialiste-SFIO est la principale exception à ces pratiques de financement décentralisées et même atomisées. Il est, dès sa fondation en 1905, un parti discipliné qui dicte une ligne politique à tous ses candidats. Le financement des campagnes électorales y est un des moyens d’imposer cette discipline. Il correspond aussi à une nécessité pécuniaire plus grande qu’ailleurs : 47 % des députés socialistes-SFIO, de 1906 à 1936, sont issus du milieu ouvrier, employés ou fonctionnaires subalternes. Tout d’abord, le Parti socialiste dispose de ressources. Les adhérents cotisent et, comme ils sont 68 900 en 1913 ou 137 700 en 1932, par exemple, la masse de ces cotisations, mêmes modiques, constitue une ressource importante. Les membres fortunés du parti (Vaillant, Lafargue, Sembat) sont davantage mis à contribution. Après 1907, les députés du parti reversent 3 000 des 15 000 francs de leur indemnité. Enfin, cette famille politique compte aussi de riches donateurs. Étaient multimillionnaires, et néanmoins soutiens financiers du socialisme, Alfred Edwards et Eugène Péreire (dans les années 1890), Lucien Lévy-Bruhl (principal actionnaire de L’Humanité à sa création en 1904) ou Marcel Boussac (qui aidait à financer Le Populaire dans les années 1930). Ces ressources étaient centralisées par le parti et redistribuées pour le financement des campagnes électorales. C’est bien là un ciment du parti. Dès lors que, par exemple, des affiches identiques, tirées à des centaines de milliers d’exemplaires, sont fournies gratuitement aux candidats, on comprend comment ce financement par le parti aide à y imposer une ligne politique monolithique. Quant à ceux qui auraient mordu la main qui les nourrissait, on leur opposait un candidat officiel du parti aux élections suivantes et, souvent, ils étaient battus.

59Le Parti communiste, dans les années 1920, n’a pas réussi à reproduire ce modèle. L’effondrement du nombre de militants (de 121 000 en 1922 à 29 000 en 1933) le prive de cette ressource essentielle. En 1932, 70 à 80 % des ressources du parti proviennent du Komintern, en clair : « l’argent de Moscou ». Ce mode de financement particulier constitue lui aussi un élément de discipline. On ne s’étonne pas de voir le PCF suivre aveuglément les changements de ligne les plus électoralement dommageables de la IIIe Internationale, si l’on sait à quel point il est financièrement dépendant de ladite Internationale communiste. C’est un peu l’éternelle sophistique de la poule et de l’œuf : est-ce la stratégie maladroite du Komintern qui a fait fuir tant de militants ou est-ce cette hémorragie de cotisants qui a rendu le PC si dépendant de Moscou ? Cette situation s’améliore électoralement et financièrement, selon un cercle désormais vertueux, de 1934 à 1939. Elle était surpassée sous la IVe République, époque à laquelle le PCF aurait pu ne pas dépendre de Moscou si, du moins, ses dirigeants l’avaient voulu...

Les financements secrets

60Avec le Parti communiste dans les années 1920, on a un premier cas de financement secret, non pas clandestin ou illégal, mais certainement pas publiquement avouable. Selon une symétrie manichéenne que les dirigeants du Komintern auraient adorée, il en va de même du financement des campagnes par le patronat, l’argent du « Grand Capital ». Dans ce cas aussi, on agite des mythes, fort répandus dans l’opinion publique.

61Ce mythe a connu une réalité qu’il n’est pas inutile d’évoquer, même si elle est ultérieure, puisqu’il s’agit de la IVe République. Un mécanisme simple existait alors : une officine du CNPF, officiellement dénommée « Centre d’études administratives et économiques » (mais souvent appelée, d’après son adresse, le Comité de la rue de Penthièvre), centralisait les dons des entreprises et des patrons et les redistribuait à tous les partis politiques au prorata de leurs résultats électoraux antérieurs. Tous, à l’exception bien sûr du Parti communiste, promu ennemi commun unique de tous les patrons français. Ce système de financement très simple suppose une organisation centralisée (le CNPF, fondé en 1946) et une identification claire des alliés et de l’adversaire, ce qui est le cas à l’époque de la guerre froide.

62Rien de tel sous la IIIe République. Tout d’abord, il n’existe pas d’équivalent du CNPF (ou du MEDEF). Il y a bien une CGPF (Confédération générale de la production française) à partir de 1919, mais ce n’est qu’un pâle succédané de confédération patronale. En 1935 encore, la CGPF emploie en tout et pour tout quatre personnes. Tel journaliste qui s’est rendu au siège, un simple appartement transformé en bureaux, s’est vu ouvrir la porte par l’un des vice-présidents... On imagine les ressources financières de cette organisation. Les véritables associations patronales, et le pluriel est indispensable, sont organisées par branches. Là se trouvent les hommes, les réseaux et l’argent. Certaines d’entre elles sont fort bien pourvues : le Comité des forges, le Comité des houillères, l’Union des industries textiles ou la Chambre syndicale des raffineurs de sucre. Leur principale vocation n’est pas le financement de la politique : présenter un front uni face aux syndicats ou fausser les lois de la concurrence, par des méthodes de concertation dangereusement proches de l’entente illicite et des cartels, passent bien avant. Il arrive toutefois que ces organisations aident des candidats. Si notoire soit-il, le rôle des associations patronales dans le financement de la politique n’est connu ni précisément, ni exhaustivement. Les indications dont on dispose, tant sur les bénéficiaires que sur les donateurs, sont fragmentaires. Le fonctionnement du Comité républicain du commerce et de l’industrie, cette association de commerçants et de petits patrons longtemps proche des radicaux, est symptomatique. Convoqué en 1924 devant une commission d’enquête, Alfred Mascuraud explique :

« Voulez-vous me permettre de vous dire que je n’ai fait aucune écriture [...]. Vous ne trouverez pas trace d’une élection, il n’existe rien. Quand les élections sont faites, tout est terminé chez nous [...]. Soyez convaincus, Messieurs, que ce que nous avons fait, personne ne l’a jamais su. »

63En 1910 a été fondée l’Union des intérêts économiques (UIE) par Ernest Billiet. Très active après la Grande Guerre, elle semble être devenue le principal intermédiaire entre ce patronat si peu organisé et les candidats dans le besoin. On sait par exemple (grâce aux travaux de Jean-Noël Jeanneney) que 76 % des dépenses électorales de la Fédération républicaine en 1936 ont été financées par l’UIE (87 % en 1928 ou encore 75 % en 1932). En 1936, par exemple, l’UIE a versé 1 million de francs-Poincaré (soit 200 000 de francs-or ou 600 000 euros). Les candidats soutenus par l’Alliance démocratique bénéficiaient eux aussi, à l’occasion, des grâces de l’UIE, et de manière générale de fonds venus du patronat. On peut supposer que pour chaque élection importante et/ou indécise, un candidat était aidé de cette manière. On ne court pas grand risque à présumer que les candidats socialistes et communistes ne l’étaient pas, et que les républicains modérés l’étaient souvent. Mais la frontière entre ceux qui bénéficiaient de cette aide et les autres n’est pas aussi nette que sous la IVe République. Il n’y a pas un patronat unique et la division capital/travail ne résume pas tout le débat politique : que l’on songe par exemple au rôle de l’opposition entre cléricalisme et laïcité dans les choix du comité Mascuraud. Certains cas restent à jamais incertains. Ainsi, Anatole de Monzie, éphémère ministre des Finances en avril 1925, se réclamant du socialisme, a préparé un projet d’impôt sur le capital, ce qui n’est pas le meilleur moyen de s’attirer les sympathies patronales. Le même homme a pourtant été, en tant qu’avocat, le conseil du Comité des forges. Sa rémunération par le Comité est-elle allée au-delà de ses honoraires ? Pour avoir un peu étudié sa carrière, nous pensons qu’on ne le saura jamais.

64Les chiffres que nous venons de voir pour la Fédération républicaine concernant les élections de 1928, 1932 et 1936 indiquent assez l’insuffisance de ces versements patronaux. Le million de francs-Poincaré versé en 1936 représente moins de 3 000 francs (600 francs-or) par candidat ! Eux aussi devaient donc avant tout s’autofinancer. Nous savons en outre qu’en 1932, François de Wendel, l’un des dirigeants de la Fédération, a dû solliciter auprès du président du Conseil André Tardieu une aide gouvernementale, sur fonds secrets, pour ses candidats.

65Voilà la dernière source notable de financement des campagnes : les « fonds secrets ». Chaque année, le budget de l’État inclut des « fonds secrets » et, sous la IIIe République, on appelle ces chats des chats et non des « fonds spéciaux » ou même des « dépenses diverses » (sic) comme sous la Ve. Leur montant n’a rien de mystérieux, puisqu’il est voté par le Parlement. En revanche, leur emploi est toujours demeuré un secret que l’on se transmettait éventuellement d’un gouvernement à l’autre avec une scrupuleuse opacité. En 1937, ayant prétendu lever une partie du voile sur les versements de 1930 et 1932, André Tardieu se l’est vu unanimement reprocher par ses anciens collègues. Proportionnellement au budget de l’État, ces fonds secrets sont plus importants sous la IIIe République que sous la Ve. Ils sont moins utilisés par les ministres eux-mêmes pour, par exemple, payer, par des « enveloppes », de proches collaborateurs misérablement rémunérés par leur administration d’origine (ce qui semble être souvent le cas au début du xxie siècle). Les montants employés pour les campagnes électorales étaient donc supérieurs. Il ne faut pourtant pas imaginer une manne : en 1932, François de Wendel a royalement reçu 200 000 francs-Poincaré pour tous les candidats de la Fédération républicaine : de quoi leur payer 1 000 affiches chacun... Ce coup de pouce gouvernemental était souvent donné par l’intermédiaire du préfet. Il bénéficiait en priorité aux candidats gouvernementaux. Après 1902, ce sont donc les radicaux qui ont le plus reçu, mais aussi, à l’occasion, les modérés de l’Alliance démocratique, de la Fédération républicaine ou hors de ces regroupements. Avant 1902, les principaux bénéficiaires étaient les républicains modérés, mais les radicaux étaient aussi aidés de temps à autre, par exemple en cas de second tour contre un monarchiste.

66À travers cette diversité des sources de financement, on a vu l’éventail des forces politiques : les socialistes sont aidés par leur parti, les modérés le sont parfois par des dons d’organisations patronales et les radicaux ont souvent été les bénéficiaires des fonds secrets. Il ne faut pas oublier le principal financement de la plupart des campagnes électorales : les propres ressources des candidats.

© Presses universitaires de Perpignan, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540