Version classiqueVersion mobile

Stratégies de l’illisible

 | 
Ricard Ripoll

En guise de conclusion : vers le palimpseste

Texte intégral

1 Le subversif est un espace. L’illisible est son excès.

2Espace créé par le voyage des actes ou des mots. Dès qu’à l’horizon l’on voit le moindre mur qui prétend couper la voie du désir, le susversif s’affirme comme une arme qui libère nos voix intérieures. Nous créons l’espace de notre désir, nous prenons la clé des chants – clé du sol sur lequel nous inscrivons notre lettre symbolique, cette écriture qui est un cri poussé contre les voix qui s’élèvent dès que surgit l’illisible. Clé également du champ imaginaire où tout texte prend appui.

3Le subversif est le désir d’imaginaire qui, en fuyant le réel, traverse le symbolique. C’est la traversée d’une conscience de plaisir au fond du corps. C’est la Parole devenue Acte. C’est l’autre qui nous attend de l’autre côté du miroir. Lorsque nous aurons osé le briser.

4Le subversif, c’est cet horizon de violence qui traverse notre présent et qui se dirige vers ce qui adviendra lorsque nous oserons agir au-delà des mots quotidiens. C’est la folie qui nous ébranle et d’où jaillit un feu éternel.

5Le subversif est un appel urgent à n’importe qui. Un appel au loin, une bouteille à la mer, un désir d’encre qui traverse notre cœur, une plume qui écrit avec le sang de notre vie. C’est l’océan qui naît dans notre écriture : un nouveau monde sur l’écran de notre vie où navigue la mémoire du tragique.

6Le subversif se manifeste par l’excès, laissant pointer de l’illisible :

  1. Les mots semblent créer une nouvelle langue. Guerre à la syntaxe. Un style inconnu prend forme. Il faut lire au-delà des mots et reconnaître la trace individuelle d’un sujet en création. Ce n’est plus la langue de tous les jours, cette langue maternelle qui nous accompagne jusque dans les rêves, mais une langue en déroute qui cherche son inscription, qui joue sur le corps des mots, contre toutes les Normes.
  2. Un sujet traversant le texte et imposant son sexe, comme une identité par dessus son propre nom. Contre l’histoire familiale – production contre reproduction – qui sans cesse surgit. Il apparaît comme un désir inassouvi qui cherche l’extase des lettres. C’est une conscience qui oublie sa voie pour s’accrocher aux sens qui frétillent sous le manteau du texte. Anonyme, brisé par le vacarme, toujours autre et insaisissable, le sujet devient le centre de tous les discours... Il est là et sans cesse ailleurs. Il est partout, il est caché, il est en partance.
  3. Et l’Histoire devient l’espace de ses excès. Plus de petites anecdotes, de petits personnages qui s’agiteraient autour d’une identité médiocre, mais bien l’assomption d’un réel énorme, d’une Histoire qui frappe chaque mot du texte qui se développe. Le Temps traverse le sujet. Quelque chose, depuis longtemps, ne cesse d’arriver, bouge ; c’est le mouvement qui crée le sujet ; c’est l’Histoire qui parle de sa présence. Il s’agit d’un combat entre le discours, qui fuit sous les sens mosilisés, et le Temps qui prétend gommer le mouvement. Ainsi le texte repose sur le fragmentaire qui rompt la chronologie.
  4. L’espace cherche son inscription. Une structure émerge qui rompt la linéarité d’un temps dépassé par l’Histoire qui jaillit des mots. Ni débute ni fin, mais un éternel recommencement. La lettre prend forme, devient dessin. Le mot évoque des espaces éloignés où brillent des cataclysmes vocaliques. Au-delà de tout système, l’écriture impose sa présence qui est le lieu.
  5. Enfin, le Sujet se construit dans cet espace. Il fuit le Réel pour atteindre l’Imaginaire. Il a besoin de Symbolique. Le subversif, c’est le symbolique du Sujet qui se construit comme sujet pluriel. Le susversif, c’est la mort du sujet unique, du sujet inique, du sujet qui se cache sous les traits de l’Auteur, l’Autre incapable de traverser le miroir. C’est la polyphonie qui décentre la tradition et la convention, la norme et le quotidien.

7Le subversif, c’est la construction d’un espace capable d’expulser les moindres traces de la doxa. C’est le mot qui, comme ancre au fond de l’amer, trace la con-naissance d’écrits.

8La censure peut s’attaquer au subversif, mais elle n’a aucune prise sur ses excès. Elle interdit des sens qui circulent sous des formes. Mais la « sensure » prend le relais. La société du spectacle atteint le livre. Pour l’écrivain, l’illisible devient une clé pour ouvrir l’essence d’un impossible. L’écriture montre l’absence de ce qui se dit et crée ainsi le monstre d’un sens en perpétuel fuite : ab-sens de l’Autre où un je simule le discours d’une vie.

9Toutes les expériences décrites dans ce livre exhibent l’impossibilité d’une jouissance dégagée du corps, de la lettre, de l’écriture de l’instant. Elles mettent en scène la rupture d’une conception du Livre : littérature et texte s’opposent par cet illisible qui renvoie la première à une histoire cursive, où priment le social et le « neutre », et le second à une expérience infinie où s’impose le palimpseste.

© Presses universitaires de Perpignan, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search