Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le métier de la politique sous la IIIe République

 | 
Yves Billard

Première partie. L’engagement

3. Enjeux et ambitions

Texte intégral

1Divers par leurs origines, par les voies qui les ont menés au métier de la politique, ces hommes le sont aussi par leurs desseins. Le cadre institutionnel défini entre 1871 et 1884 a toujours eu des contestataires radicaux. Par exemple les réactionnaires, les monarchistes, défaits depuis 1879. Nombre d’individus, qui pourtant se vouent corps et âme à la politique, n’ont pas pour premier objectif d’être élus. Ainsi les révolutionnaires de toutes sortes. Les mandats électifs ne sont pas pour eux les enjeux du métier de la politique. Le cursus honorum parcouru par les dirigeants les plus célèbres, ceux que nous mentionnons le plus souvent, n’est accessible qu’à quelques milliers d’hommes par génération. Des dizaines de milliers d’autres ont eu des ambitions différentes. Il s’agit parfois d’aspirations déçues : certains éternels candidats cumulant les défaites électorales reportent leur désir de réussite sur les instances d’un parti. Il s’agit aussi d’ambitions uniquement locales. Elles peuvent être le refuge d’ambitions nationales déçues, mais ne sont pas nécessairement modestes : la mairie d’une grande ville est rarement un pis-aller.

Hors du système et contre le régime

L’Action française

2En 1905 est créée la ligue d’Action française à partir de la revue L’Action française qui existait depuis 1899. Par cette origine, l’Action française s’inscrit dans la continuité de la droite nationale antidreyfusarde, et notamment de la Ligue des patriotes de Déroulède dont sont issus ses fondateurs, Charles Maurras et Henri Vaugeois en tête. En s’affirmant monarchiste, en se réclamant d’un retour à un Ancien Régime largement mythifié, l’Action française tend d’autre part à se substituer à la vieille opposition monarchiste parlementaire. Depuis la fin des années 1870, les monarchistes n’ont presque jamais cessé de perdre des suffrages. Pendant longtemps, la certitude d’avoir raison contre les circonstances et le goût des orléanistes pour le parlementarisme, même dans l’opposition, les empêchaient de prendre conscience de ce déclin. Un regain temporaire (en 1885, par exemple) ou un répit (en 1898) faisaient croire à la vitalité du courant monarchique. Après 1902, on ne recense plus qu’une vingtaine de députés monarchistes à la Chambre. En 1908, lorsque L’Action française devient un journal quotidien, tout se passe comme si ce nouveau mouvement politique venait remplacer une opposition monarchiste traditionnelle presque défunte.

3Cependant, à l’Action française, on ne fait pas de la politique de la même manière que les monarchistes des débuts de la IIIe République. Pour commencer, on refuse complètement les institutions démocratiques et le suffrage universel. Avant 1919, l’Action française s’interdit de présenter des candidats à des élections. Les seules interventions de la ligue dans les élections sont des mots d’ordre négatifs destinés à faire battre des candidats trop républicains au second tour (Théodore Reinach en 1910 et Joseph Paul-Boncour en 1914 en ont fait les frais). En 1919, à la faveur du scrutin de liste et grâce à des accords avec d’autres groupes des droites, quelques députés d’Action française, notamment Léon Daudet, sont élus. Un peu plus homogènes mais comportant beaucoup d’autres éléments monarchistes ou nationalistes, les listes d’Action française en 1924 emportent 328 000 voix, soit 4 % des suffrages. Hormis ces deux élections, dont les résultats mettent d’ailleurs à mal les espoirs de succès par voie électorale, les militants d’Action française se refusent à faire de la politique à la manière des républicains. En règle générale, ils ne se présentent pas aux élections et n’appellent à voter pour des candidats que pour troubler le jeu démocratique. Dès lors qu’ils ne cherchent guère à être élus, qu’ils ne fournissent aux assemblées que des orateurs, ou plutôt des imprécateurs (Léon Daudet a excellé dans ce rôle), et qu’ils n’exercent jamais de mandats exécutifs, on est tenté de dire qu’ils ne pratiquent pas le « métier » de la politique.

4Plus exactement, ils le pratiquent autrement, hors et contre le système. La ligue d’Action française a compté jusqu’à 40 000 militants actifs, semble-t-il, à son apogée en 1926. Les chiffres avancés par la ligue elle-même sont fantaisistes et il faut se fier, à la suite d’Eugen Weber, au chiffre des abonnés du journal en le minorant légèrement. Ces militants étaient regroupés en sections (jusqu’à 173 en 1927) d’au moins 40 membres qui se réunissaient presque toutes les semaines. En outre, la ligue se décomposait en Fédération des étudiants, Dames et Jeunes Filles royalistes, Comités d’études, Service de main-d’œuvre civique, Union des corporations françaises, Nouvelle Librairie nationale (sa maison d’édition) et sa force paramilitaire : les Camelots du roi. Ces derniers, très actifs, violents et donc visibles, ont acquis une notoriété sans commune mesure avec le petit nombre de leurs membres (de 1 200 à 2 000, selon des sources policières crédibles). Les principaux orateurs de la ligue, bien pourvue en intellectuels renommés, faisaient des conférences : entre 1925 et 1930, on en compte quelque 300 par an ! On ne peut pas dire que ces militants ne faisaient de la politique qu’«  occasionnellement ». Ils en font au moins « secondairement », voire, pour les dirigeants de la ligue, « professionnellement ». Ils constituent un exemple du métier de la politique pratiqué dans une autre optique que celle des institutions de la IIIe République et à d’autres fins que celles des républicains – un exemple parmi d’autres.

Les anarchistes

5Les anarchistes des années 1880 et 1890 représentent sans doute les militants politiques les plus radicalement opposés aux institutions républicaines. Eux, la seule chose qu’ils aient envoyée à la Chambre des députés, c’est une bombe, celle lancée, en pleine séance, par Auguste Vaillant le 9 décembre 1893 qui a blessé de nombreuses personnes. Il va sans dire qu’ils ne présentent jamais de candidats à une élection, dont d’ailleurs ils refusent le principe. Ainsi Jean Grave avait-il déclaré en 1879 :

« [...] au lieu d’aller bêtement à l’Hôtel de Ville y proclamer un gouvernement quelconque, il faut que [le peuple] y aille pour fusiller celui qui tenterait de s’y établir [...] ».

6Leur refus des institutions s’étend même aux organisations politiques, de telle sorte qu’il n’y a jamais eu de « parti » anarchiste, et surtout pas avec des « chefs », mot abhorré entre tous. Dans les années 1880 et 1890, ils forment des « groupes » d’une moyenne de 15 militants (mais celui des Antipropriétaires en compte 50) qui se réunissent une fois par semaine environ. Les noms de certains sont évocateurs : la Panthère des Batignolles, la Ligue des Antipatriotes, les Indignés (à Vienne), la Haine (à Bordeaux), la Guerre sociale (à La Ciotat), etc. Se refusant à tout contrôle, ils étaient très souvent infiltrés par des indicateurs de police, de telle sorte que les historiens détiennent, à travers les sources policières, une masse documentaire appréciable. Jean Maîtron estime à 1 000 militants actifs (on n’ose écrire « réguliers ») et 5 000 sympathisants l’effectif total de ces groupes au milieu des années 1880. Tous ces hommes, assurément, font de la politique, et pas seulement « occasionnellement ». Outre leurs réunions, ils écrivent et publient beaucoup : des tracts (ainsi, lors du scandale de Panama : « Les Dynamitards aux Panamitards »), des affiches, des chansons (par exemple Le Chant des Antipatriotes ou La Dynamite), mais aussi des journaux : Le Père Peinard, L’Insurgé ou Le Droit social. Le Révolté, qui compte parmi ses rédacteurs les anarchistes les plus connus (Jean Grave, le prince Kropotkine ou Elisée Reclus), atteint un tirage de 8 000 exemplaires. En outre, certains d’entre eux pratiquent le vol qui, appelé « reprise individuelle », est considéré comme un acte politique. Quelques-uns, enfin, et c’est le plus célèbre, pratiquent le terrorisme politique : assassinats individuels (de juges, de policiers, mais aussi du président de la République Sadi Carnot le 24 juin 1894) ou attentats collectifs (contre des institutions, mais aussi des attentats aveugles destinés à tuer des innocents au hasard, comme la bombe lancée par Émile Henry au café Terminus de la gare Saint-Lazare le 12 février 1894). Le cas de ces hommes qui sont allés jusqu’au sacrifice (des autres, certes, mais aussi d’eux-mêmes, car tous ont été arrêtés, jugés et condamnés) est évidemment extrême et d’ailleurs très minoritaire. Il nous montre néanmoins que le militantisme de ces adversaires des institutions républicaines n’est pas plus tiède, ou moins actif, que celui des républicains. Les anarchistes font eux aussi de la politique, et passionnément.

7Dans la mesure où l’offensive terroriste lancée par certains anarchistes au milieu des années 1890 était destinée à détruire l’État républicain en rendant ses institutions policières et judiciaires odieuses, on peut parler d’un échec complet de ce mouvement. Il n’est pas même certain que les anarchistes aient réussi à s’opposer aux institutions au point où ils le souhaitaient. Lancer une bombe dans la Chambre des députés, c’est déjà lui reconnaître de l’importance : qui se serait soucié d’attenter à l’une des assemblées législatives fantoches de l’Empire ? De même est-il intéressant de constater que chaque campagne électorale correspond à un pic de l’activité militante des anarchistes. Ils multiplient alors tracts, affiches et bulletins polycopiés qui, bien sûr, appellent à l’abstention. Diffuser des tracts pour appeler à l’abstention ou pour inciter à voter pour Untel ne sont pas deux actions de nature si différente. Le fonctionnement des institutions républicaines est un cadre qui s’impose à tous, à ceux qui en jouent le jeu, mais aussi à ceux qui s’y opposent.

L’adaptation du Parti communiste et des Croix-de-Feu

8La République résiste à ses adversaires successifs tout au long de la période. Ils sont marginalisés ou, parfois, s’adaptent aux institutions. Le Parti communiste a été fondé en décembre 1920 avec un programme explicitement révolutionnaire, « bolchéviste », comme on disait alors. Les ambitions et les enjeux des militants de ce parti sont donc assujettis à cet objectif essentiel. Faire de la politique dans ce parti ne signifie pas avant tout courir après des mandats électifs. Les réunions publiques, les manifestations de rue, la participation aux grèves à travers la CGTU (le syndicat communiste) sont autant de manières de faire de la politique qui prennent le pas sur les campagnes électorales. Certes, le parti présente systématiquement des candidats à toutes les élections nationales et parfois aux élections locales, là où il est présent. Il s’agit alors de prolonger l’effort de propagande à la faveur de la campagne électorale. Le résultat lui-même, de toute évidence, ne compte guère. De 1921 à 1934, le parti s’installe dans une stratégie d’isolement vis-à-vis des autres forces politiques qui lui assure des scores électoraux catastrophiques. En 1924, on dénombre 25 députés communistes ; en 1932, ils ne sont plus que 11, alors que le parti a obtenu 7 % des suffrages. Une stratégie d’alliance avec d’autres partis de gauche lui aurait permis d’obtenir entre 40 et 50 sièges.

9Il en va également ainsi parmi les élus locaux, même dans la banlieue parisienne où, pourtant, ce sont souvent les communistes qui obtiennent le plus de voix au premier tour, mais ils restent isolés au second tour. Au gré des mots d’ordre successifs (« Bloc ouvrier et paysan », « Bolchévisation », « Classe contre classe »), le PCF s’est de plus en plus isolé des autres partis. Les socialistes sont désormais tenus pour les pires ennemis. Dans les assemblées où ils siègent, les rares élus communistes s’éloignent encore des autres par leur attitude négative. Ainsi le développement de l’enseignement technique, fierté du Cartel des gauches, est-il dénoncé comme un « moyen d’exploitation renforcée des travailleurs » ; la loi sur les assurances sociales de 1930, sans aucun doute le principal progrès social de la période, est appelée « loi fasciste » par les élus du parti, qui ont voté... contre ! Enfermé dans un discours autiste, le parti s’est coupé de la réalité sociale. Bien évidemment, cette stratégie provoque une hémorragie des effectifs militants : si l’on en comptait 180 000 lors de sa fondation et encore 120 000 au début de 1922, ils ne sont plus que 60 000 en 1925, 39 000 en 1930 et 29 000 en 1933. À cette date, le parti est marginalisé, sinon en voie de disparition. Avec quelque 30 000 membres, il pèse moins que les groupes d’extrême droite comme les Jeunesses patriotiques, Solidarité française ou même l’Action française, qu’il affronte occasionnellement dans des bagarres de rue.

10La même stratégie de renfermement dans un discours révolutionnaire de moins en moins crédible a donné des résultats encore plus catastrophiques en Allemagne. En faisant là aussi des socialistes leurs « pires » ennemis, les communistes allemands ont considérablement facilité la tâche d’Adolf Hitler. Ce résultat tragique est en partie, et avec retard, à l’origine du changement de stratégie de l’Internationale communiste, bien qu’officiellement on ait joué sur le sens du mot d’ordre « front unique » et nié ce revirement. À partir de 1934, les communistes doivent rechercher des alliances avec d’autres partis de gauche. Ils doivent participer aux élections pour avoir des élus et plus seulement pour faire de la propagande. Cette capacité du mouvement communiste à s’adapter et à réagir le distingue nettement du millénarisme sans espoir des anarchistes ou de l’agitation sans horizon d’Action française. En 1936, à la faveur de l’alliance dite de « Front populaire », le PC obtient 72 députés, sept fois plus qu’en 1932 avec seulement 1,6 fois plus de voix. Aux élections municipales de 1935 commence à se former la « ceinture rouge » de banlieues à maires communistes qui entoure Paris : 26 maires dans le département de la Seine, contre 11 auparavant. Les effectifs militants remontent dans les mêmes proportions : 87 000 membres en 1935, 235 000 fin 1936 et jusqu’à 320 000 à la fin de 1938. Certes, rien n’est alors acquis : en août 1939, le nouveau virage à 180 degrés de l’Internationale communiste, le pacte germano-soviétique, entraîne le départ de près de la moitié des militants.

11Pour s’en tenir à la période 1934-1939, le PCF est un cas intéressant d’adaptation aux institutions républicaines. Aussi longtemps que les communistes ont refusé de faire de la politique de la même façon que d’autres partis de gauche, ils ont dépéri. Le changement de stratégie de 1934 n’est pas tant un changement d’objectif (le parti reste « révolutionnaire », au moins en paroles) qu’un changement de méthodes. Désormais, les communistes pratiquent le métier de la politique presque de la même manière que dans les partis légalistes : on colle des affiches, on fait des discours, on se présente aux élections pour être élu et des maires communistes s’enthousiasment pour des réalisations concrètes (ainsi Jean-Marie Clamamus à Bobigny).

12La transformation de la ligue des Croix-de-Feu en Parti social français en 1936 représente un cas plus spectaculaire encore de transformation d’un groupe d’agitateurs extrémistes en un parti jouant le jeu des institutions républicaines.

DE LA LIGUE AU PARTI : LES GAINS DE LA RESPECTABILITÉ
Sous la forme des Croix-de-Feu, de 1929 à 1936, c’était une de ces « ligues » d’extrême droite qui remuaient beaucoup d’air au milieu des années 1930. Certes, comme l’ont montré les historiens de l’extrême droite, les Croix-de-Feu n’étaient pas à proprement parler une ligue « extrémiste » ou « révolutionnaire » et certainement pas une organisation de type « fasciste », son chef, le colonel de La Rocque, s’étant, en des circonstances importantes (notamment le 6 février 1934), montré résolument légaliste. Néanmoins, la manière d’y faire de la politique était bien celle des bandes extrémistes comme les Camelots du roi ou les Jeunesses patriotiques : défilés de groupes paramilitaires, manifestations de masse, combats de rue, etc. Les Croix-de-Feu faisaient de la politique hors et contre les institutions républicaines. Devenue le Parti social français le 10 juillet 1936, cette formation politique s’engage peu à peu dans la voie de la politique républicaine. Désormais, le PSF présente des candidats à toutes les élections. Le discours resté très antirépublicain en 1936-1937 (à l’époque du Front populaire) devient de plus en plus modéré par la suite : dorénavant, il apparaît plutôt comme celui d’un parti de droite conservateur et catholique, proche de la Fédération républicaine mais plus jeune et plus populaire. Le PSF participe aux 34 élections législatives partielles qui se déroulent de septembre 1936 à juin 1939. Il n’obtient que deux sièges, mais ses scores progressent de 3 à 4 % en 1936-1937 à 9 % des suffrages en 1938-1939. Ses dirigeants attendaient avec espoir les élections législatives de 1940 que la guerre a empêchées. En s’adaptant au cadre des institutions républicaines, les anciens Croix-de-Feu sont sortis de la marginalité. Là aussi, les effectifs militants ont suivi la progression électorale. Les seuls chiffres connus sont hélas ceux avancés par les dirigeants du parti eux-mêmes, et ils sont délirants : 600 000 militants dès la fin de 1936, 2 millions en 1939 ! Sans doute faut-il diviser ces chiffres par six, huit ou dix (mais pas plus) pour avoir une idée réaliste de ces effectifs ; même dans la pire hypothèse, le Parti social français se range, en 1938-1939, parmi les trois ou quatre plus grands partis de France.

13Les scores atteints aux élections partielles de 1938-1939 par le Parti social français sont à comparer avec ceux du Parti populaire français fondé par Jacques Doriot, en 1936 également. Le PPF est alors, comme l’a montré Pierre Milza dans maintes études, le parti le plus proche du modèle fasciste en France. Il n’a certes pas évolué vers une acceptation des institutions républicaines entre 1936 et 1939. Ses scores électoraux, pendant la même période, ne montrent aucune progression : ils stagnent à moins de 2 % des suffrages exprimés.

14Tout au long de la IIIe République, ses institutions ont triomphé de ceux qui les refusaient. Ces derniers ont été marginalisés (les monarchistes ou les anarchistes) ou s’y sont adaptés en participant à leur fonctionnement (les communistes ou le Parti social français). La IIIe République n’a jamais été davantage menacée qu’à sa naissance, en 1875-1879. Ni l’offensive terroriste des anarchistes en 1893-1894, ni les grèves « révolutionnaires » aux accents bolchévisants de 1919, ni le happening des ligues le 6 février 1934 ne l’ont véritablement mise en péril. Enfin, l’évolution politique à la fin des années 1930 n’annonce en rien la fin du régime en 1940 ; beaucoup moins, par exemple, que l’agitation des années 1932-1936. Pour venir à bout des institutions républicaines, il a fallu le séisme de la défaite de 1940, catastrophe générale d’une ampleur presque sans précédent. C’est ce qu’a voulu dire Charles Maurras, le chef d’Action française, en parlant de la défaite de 1940 comme d’une « divine surprise ». Elle l’a été pour tous ces groupes d’extrême droite qui, à la veille de la guerre, étaient en perte de vitesse.

15Tous les hommes qui se sont consacrés à la politique entre 1871 et 1940 n’avaient pas les mêmes ambitions et ne se donnaient pas les mêmes enjeux. Certains participaient à la course aux mandats, se présentaient aux élections, se faisaient élire, voire, de mandat en mandat, s’inscrivaient dans une sorte de cursus honorum. D’autres, au contraire, refusaient le système. Ils faisaient de la politique en vue de la restauration monarchique ou de la révolution. Leur pratique du métier de la politique était différente : manifester bruyamment pour ses idées, tenir le pavé, importaient plus que les résultats électoraux.

16Il faut toutefois relativiser cette diversité des enjeux et des ambitions. Ceux qui ont voulu faire de la politique hors et contre le système ont échoué : ils n’ont réussi ni révolution ni restauration. Ils ont le plus souvent vu leurs troupes diminuer, jusqu’à presque disparaître parfois, ou ont dû jouer le jeu des institutions républicaines pour remonter le courant. C’est pourquoi nous nous attacherons davantage à décrire le métier de la politique tel que l’ont pratiqué ceux qui ont accepté le « système », celui de la IIIe République.

Les « purs » contre les « souples »

17En novembre 1928, se tient à Angers le congrès du Parti radical-socialiste. Une fois de plus, il donne lieu à un affrontement doctrinal entre une salle pleine de militants, sans responsabilités politiques mais forts de leurs convictions, et des ministres, des députés et des sénateurs nettement suspects de modérantisme, voire de compromission. Il est vrai que, depuis 1926, les ministres radicaux Édouard Herriot, Albert Sarraut, Henri Queuille et Léon Perrier font partie d’un gouvernement d’«  Union nationale », celui de Poincaré, dont le centre de gravité se situe plutôt au centre droit de la Chambre des députés.

18D’un côté, les « purs », prompts à défendre la doctrine du Parti radical : laïque et à gauche. Hormis le cas du revenant Joseph Caillaux, qui donne un peu l’impression de chercher une revanche, ces « purs » sont des hommes n’ayant pas encore été ministres ou même parlementaires : ainsi Édouard Daladier, le nouveau président du parti, Gaston Bergery, Jean Montigny ou l’obscur Albert Garnier, militant « de base » de l’Yonne qui a atteint le sommet de sa carrière en devenant maire de Joigny. Les autres, les « politiques », sont ministres du jour, ministres de la veille et ministrables pour l’avenir. Leur chef de file est à l’évidence Edouard Herriot, ministre de l’Instruction publique, ancien et futur président du Conseil, maire de Lyon, ancien et futur président de la Chambre des députés, et donc homme de pouvoir s’il en est. Dans une bonne intrigue de cape et d’épée ou de western, les protagonistes du duel final se connaissent de longue date : Édouard Herriot a été le professeur de lettres d’Edouard Daladier au lycée Ampère de Lyon un quart de siècle auparavant, et Gaston Bergery le chef de cabinet du ministre Herriot quelques années plus tôt. Leur assaut a donc des allures de trahison (pour Bergery), sinon des accents freudiens. L’affrontement a commencé une semaine auparavant, le 28 octobre, lors de l’inauguration d’un monument à la mémoire d’Émile Combes à Pons. Édouard Herriot y a évoqué la laïcité avec des accents de « laïcité ouverte » (comme on ne disait pas encore) très poincaristes : « tolérance mutuelle » et « fraternité nationale ». Modérantisme inadmissible aux yeux d’Édouard Daladier qui s’en est pris dans son discours aux articles 70 et 71 de la future loi de finances accusés d’être « un coup de hache porté dans nos lois de laïcité ». Ces deux articles, dont l’un permet d’attribuer des biens mobiliers ou immobiliers à des « associations culturelles » (en pratique, donner au clergé des églises dont il est resté seul occupant depuis la Séparation en 1905) et l’autre autorise des ordres religieux missionnaires à s’installer en France, auraient presque pu passer inaperçus. Cependant, les militants radicaux les plus « laïcards », désireux de critiquer le gouvernement Poincaré, ont trouvé là deux prétextes. Tout cela est typique d’un affrontement entre purs et pragmatiques : le débat tactique (ici, pour ou contre la présence de radicaux dans le gouvernement) est souvent masqué par un débat d’idées à forte résonance symbolique (en l’occurrence la laïcité, fonds de commerce du parti radical depuis toujours).

19Le congrès d’Angers est dominé par cette controverse tout à la fois tactique et doctrinale. On y trouve les éléments habituels de ces conflits ayant traversé l’histoire de bon nombre de partis politiques : des militants « de base » (encore sont-ils déjà délégués au congrès national du parti) remettent en cause la pratique trop indépendante des élus parlementaires, accusés d’oublier le programme du parti pour participer à une majorité gouvernementale. Ces extraits, sélectionnés par Serge Berstein, de l’ordre du jour Montigny voté par le congrès d’Angers sont hautement significatifs :

« La confiance du parti à tout gouvernement sera subordonnée à l’exécution de ce programme [...]. Aucun acte d’indiscipline ne sera toléré sur ces différents points au sein des groupes parlementaires [...]. Aucun élu radical ne pourra participer à un gouvernement qui n’appliquera pas ce programme. »

20Bien évidemment, les ministres et les parlementaires présents se sont défendus avec opiniâtreté (« Ne tirez pas sur le pianiste ! » a plaidé Herriot) et ont montré que c’était ce gouvernement Poincaré qui avait réalisé la politique sociale que le Cartel des gauches, empêtré dans la crise financière, n’avait pas été capable de mener à bien. Comme souvent lors d’un congrès radical, on en est venu, le dimanche soir, à l’issue du rassemblement, à voter un texte ménageant la chèvre et le chou : une « motion nègre-blanc », disait-on alors parmi les radicaux. Aujourd’hui, en souvenir de ces plaisantes saynètes des congrès annuels du Parti radical, on dit parfois une « solution radicale-socialiste », hommage mérité de la langue française à ces maîtres de la rhétorique politique. Une fois ladite motion votée, les quatre ministres et une majorité de congressistes ont pris le train pour retourner à leurs tâches professionnelles. Daladier a saisi l’occasion pour faire se tenir une séance dans la nuit du dimanche au lundi, présidée par Joseph Caillaux, avec à peine 500 délégués sur plus de 2 000. Dans ces conditions un peu particulières, le congrès radical d’Angers a voté une motion intransigeante qui, en pratique, a obligé les quatre ministres radicaux à quitter le gouvernement Poincaré quelques jours plus tard.

21Tous les partis de gouvernement ont connu de tels affrontements. En sont exempts les partis extrémistes d’une part : quand on campe dans l’opposition, voire en marge des institutions, on n’a pas de mal à rester « pur ». En sont indemnes d’autre part, pour des raisons inverses, des groupes parlementaires comme ceux de la Gauche radicale ou des Républicains-de-gauche qui rassemblent des élus et non des militants. En revanche, le Parti radical, le Parti socialiste-SFIO, le Parti républicain-socialiste, voire, dans une moindre mesure, l’Alliance démocratique ou la Fédération républicaine, ont été le théâtre de ces controverses opposant les doctrinaires aux pragmatiques.

22Le PSF (Parti socialiste français) a eu sa courte existence (de 1902 à 1905) empoisonnée par un conflit chronique, structurel même, entre son groupe parlementaire et son comité interfédéral. Les députés du parti (parmi eux, Jean Jaurès, Alexandre Millerand, Aristide Briand, René Viviani...) étaient engagés dans une alliance de « Bloc des gauches » avec les radicaux et soutenaient le gouvernement Combes. C’est à leur présence dans la majorité gouvernementale que, par exemple, Jaurès doit d’avoir été vice-président de la Chambre des députés. La politique du gouvernement Combes, essentiellement anticléricale, n’ayant guère été « sociale », encore moins socialiste, leur soutien supposait de la patience, de la retenue, sinon de l’abnégation. Ils en ont surtout eu besoin face au comité interfédéral de leur propre parti. Ce comité était constitué de délégués élus par les fédérations départementales du parti, d’où son nom. Il ne faut pas imaginer pour autant un comité de provinciaux : le train coûtait alors proportionnellement plus cher qu’aujourd’hui, les trajets pouvaient être très longs, alors que le comité se réunissait souvent. Eugène Fournière l’a expliqué dans la Revue socialiste en mars 1905 :

« Les Fédérations régionales sont donc à peu près abandonnées à elles-mêmes. Pour leur représentation au Comité interfédéral, elles ne peuvent envoyer un de leurs membres siéger à Paris dans ce contreparlement à séances fréquentes qu’il est devenu. Elles désignent donc ceux qui s’offrent ou qu’on leur offre, parmi les socialistes parisiens, tout entiers en théories et en formules, traditionalistes à l’excès, conservateurs de légendes, amoureux de dictature collective à l’imitation de la Commune de 1793. En sorte que le Comité interfédéral, qui est censé représenter les fédérations socialistes, représente deux ou trois mille révolutionnaires parisiens. »

23On aura compris que les réunions de ce « contreparlement à séances fréquentes » tournaient le plus souvent à la mise en accusation du groupe parlementaire. Les trois années d’existence du PSF ont été trois années de querelles. Certes, deux projets politiques se faisaient face : les députés étaient en majorité fidèles à l’alliance de Bloc des gauches avec les radicaux, tandis que le comité interfédéral était plus soucieux d’un rapprochement avec l’autre parti socialiste (le PSdeF : Parti socialiste de France) au programme strictement révolutionnaire. Mais surtout, deux conceptions irréconciliables du métier de la politique s’affrontaient : celle toute « en théories et en formules » des purs, et celle, plus souple, plus adaptée aux circonstances parlementaires, des élus.

24Aristide Briand, qui avait été secrétaire général de ce PSF, en avait conservé un mauvais souvenir. Il y voyait la lutte mesquine des « candidats » contre les « élus ». Cette interprétation est réductrice : les purs ne sont pas forcément d’éternels candidats aigris par leurs échecs répétés. Quelques-uns ne se sont jamais portés candidats. D’autres ont été élus sans concessions ou compromis. Ils ne pratiquent simplement pas le métier de la politique avec les mêmes ambitions et dans le même but que la plupart des élus. Il se peut néanmoins que la rigueur doctrinale ait été pour certains « ratés » un moyen commode de sauver la face. Avec quelque malice, on serait tenté de dire qu’Aristide Briand parlait en l’occurrence de son propre itinéraire. De 1889 à 1898, il a été battu à plate couture à toutes les élections auxquelles il s’est présenté ; il était alors un socialiste révolutionnaire, un homme de convictions. Élu député en 1902, il l’est demeuré jusqu’à sa mort en 1931, a été vingt-six fois ministre et onze fois président du Conseil (record de toutes les républiques), ce qui ne s’est pas fait sans manifester une très grande capacité d’adaptation et une habileté hors pair. Maurice Barrès l’a qualifié de « monstre de souplesse », le mot s’est propagé et cette réputation lui est restée.

25Deux conceptions du métier de la politique paraissent s’opposer, et ce au sein des mêmes partis. Globalement, ces hommes qui s’affrontent partagent la même doctrine : Herriot et Daladier en 1928, le groupe parlementaire et le comité interfédéral du PSF en 1902-1905 ou encore Paul Faure et Pierre Renaudel au Parti socialiste-SFIO en 1924-1934 ont fondamentalement les mêmes idées. Néanmoins, les enjeux et les ambitions diffèrent. Les purs, les doctrinaires, les militants « de base » combattent leurs adversaires à coup de motions, de votes dans le cadre d’un parti (d’un comité, d’un club, d’une loge, etc.). Les pragmatiques, les souples, élus ou cherchant à l’être, se placent dans un cadre plus large : devant les électeurs ou vis-à-vis des autres forces politiques.

26À en croire les accents passionnés pris par les protagonistes de ces querelles, on toucherait là à la définition même de la politique. Lutte pour le pouvoir ou lutte d’idées ? Cette dichotomie est trop simpliste. Il n’est heureusement pas nécessaire de se renier pour réussir en politique. Nombre d’hommes, élus ou nommés à des mandats importants, l’ont fait sans se renier. Savoir composer avec un électorat, accepter des alliances sont autant de compromis qui ne supposent pas fatalement des compromissions. Léon Gambetta, Pierre Waldeck-Rousseau ou Léon Blum, présidents du Conseil, peuvent difficilement passer pour des girouettes.

27Les positions des uns et des autres évoluent parfois. Tous les doctrinaires ne restent pas fermés au compromis pour l’éternité. Daladier a été lui aussi, après 1928, ministre et même président du Conseil. En 1938-1940, il se trouve à la tête d’un gouvernement de large coalition incluant des groupes de droite, car il lui semble que la gravité de la situation internationale commande ce type d’alliance, pourtant très proche de l’Union nationale de Poincaré qu’il avait combattue dix ans auparavant. Parmi la minorité révolutionnaire du PSF en 1902-1905, l’un des plus véhéments était le jeune Pierre Renaudel. Trente ans plus tard, on le retrouve, au sein du Parti socialiste-SFIO, chef de file des partisans de la participation ministérielle qui s’opposent à la ligne « sectaire » du secrétaire général Paul Faure. D’autres n’ont jamais changé, n’ont jamais composé avec les circonstances. Peut-être convient-il d’admirer ces parangons de fidélité doctrinale. Mais quelles carrières politiques ont-ils faites ? Celles d’éternels candidats, comme le suggérait Aristide Briand ? Des carrières limitées à des positions d’opposants irréductibles dans quelque assemblée, parfois ; une succession d’échecs électoraux, plus souvent.

28La quête du pouvoir pour le pouvoir, à l’inverse, est une abstraction. « Pouvoir » est la substantification du verbe pouvoir, qui appelle un objet : « Pouvoir quelque chose. » On chercherait en vain, sous la IIIe République ou tout autre régime, le cas d’un maire, d’un député ou d’un ministre qui, ivre de la béatitude d’être au pouvoir, n’aurait rien entrepris, voté ou administré. La métamorphose d’Aristide Briand dans les années 1920 constitue un bel exemple de position de pouvoir mise au service d’un idéal. Président du Conseil pour la huitième fois en 1921, habitué aux changements de majorité et aux intrigues, il affichait alors volontiers en privé un certain cynisme. Jacques Millerand, le fils du président de la République, alors adolescent, en a témoigné :

« Au temps où je l’ai connu le mieux, entre 1920 et 1922, il était de plain-pied, facile. Non pas du tout vulgaire, mais un peu gamin, un peu Milord l’Arsouille. Il avait un grand art du récit, il racontait très bien. Et, dans ces moments-là, je dois dire qu’il prenait vraiment la figure d’un sceptique total. Il n’était pas indifférent aux choses de l’État, non, mais les changements d’opinion, les convictions, tout ça lui paraissait de peu de poids. »

29Au milieu des années 1920, le même homme, ministre inamovible des Affaires étrangères de 1925 à 1931, devient le « pèlerin de la paix ». Sa politique de réconciliation franco-allemande lui vaut le prix Nobel de la paix en même temps que son homologue allemand Gustav Stresemann. Elle est suivie d’une politique de renforcement du rôle de la Société des Nations et d’un projet d’Union européenne. Le pacte Briand-Kellog, signé en août 1928 par 60 États, met la guerre « hors la loi ». « Arrière les canons ! Arrière les mitrailleuses ! » s’était-il exclamé peu auparavant dans un célèbre discours devant l’assemblée générale de la SDN, à Genève. Il n’y a plus trace de scepticisme, encore moins de cynisme, dans cette politique. Bien au contraire, ses détracteurs lui ont reproché son idéalisme, facilement abusé par le talent manœuvrier de Stresemann. Transfiguré par les nouveaux enjeux et les nouvelles ambitions de sa carrière d’homme d’État, Aristide Briand a même changé d’allure : « À la fin de sa vie, il avait pris tellement au sérieux son personnage de pèlerin de la paix que cela lui avait donné une certaine solennité », a complété Jacques Millerand.

30Une carrière aussi longue et aussi souvent proche des sommets que celle de Briand nous montre comment le même homme a donné à sa pratique politique des ambitions et des enjeux fort différents. Il est successivement un révolutionnaire abonné aux défaites électorales en 1889-1901, le maître des combinaisons ministérielles et même un théoricien de la « conjonction des centres » entre 1906 et 1925, et finalement le prix Nobel de la paix, l’apôtre de la sécurité collective, le père de l’unité européenne, le « pèlerin de la paix ».

31Un autre exemple nous est donné par la carrière non moins importante ni moins longue de Georges Clemenceau. Député de 1871 à 1893, on le considère avant tout comme le « tombeur de ministères », l’orateur redouté dont les assauts ont mis fin à des gouvernements comme celui de Gambetta en 1882 ou de Jules Ferry en 1885. S’il occupe, dès cette époque, une place de premier plan au Parlement, son dessein politique est surtout négatif : critiquer, blâmer, dénoncer les manquements au credo républicain des gouvernements « opportunistes ». Cet homme qui a peu d’amis, dont tout le monde redoute l’ironie mordante et les mots d’esprit méprisants, est un « pur », assurément. Sénateur en 1902, ministre en 1906 et président du Conseil en 1907-1909, il assigne alors à sa pratique politique une nouvelle ambition : il gouverne. Redevenu président du Conseil en novembre 1917, il est totalement investi de sa nouvelle mission : « Je fais la guerre !, lance-t-il aux députés, et je la ferai jusqu’au jour de la victoire. » Le « Tigre », bientôt le « Père la Victoire », ne se préoccupe plus du tout des joutes parlementaires qu’il affectionnait tant auparavant, le grand journaliste qu’il fut muselle la presse, l’ancien dreyfusard est devenu militariste. Le grand dessein qu’il envisage alors donne un nouveau sens à sa pratique politique.

32On trouverait sans grande difficulté dans les carrières de Freycinet, de Méline, de Barthou, de Poincaré, de Doumer ou d’Herriot plusieurs ambitions successives. Tous ces hommes ont en commun d’avoir conduit des carrières politiques longues et prestigieuses. « Purs » à certains égards et dans certaines circonstances, ils ont aussi été assez « souples » pour durer, et c’est parce qu’ils ont su durer qu’ils ont véritablement fait de la politique un métier.

Gloires locales et carrières écourtées

33Si l’on en croit Plutarque, Jules César, alors jeune questeur, traversant un pauvre village des Alpes dont les habitants s’épuisaient en rivalités acharnées pour une primauté locale bien dérisoire, aurait affirmé à ses compagnons que la situation amusait :

« Je préférerais être le premier dans ce village que le second à Rome ! »

34Les mairies, les conseils d’arrondissement et les conseils généraux, sous la IIIe République, sont littéralement peuplés de ces grandes âmes, modèles de renoncement, ayant préféré être premier à Clochemerle que député ou sénateur (ou ministre, qui sait...) à Paris.

35L’arithmétique suffit à expliquer ce phénomène : les maires sont douze fois plus nombreux que les conseillers généraux, ces derniers trois fois plus nombreux que les parlementaires, eux-mêmes soixante fois plus nombreux que les ministres. Seule une minorité peut donc accomplir une carrière nationale jusqu’aux sommets. S’y ajoutent les cas, minoritaires mais pas si rares, de ceux qui réalisent une carrière uniquement nationale. Il faut donc qu’à un niveau ou à un autre le cursus honorum de ceux menant une carrière en bon ordre soit interrompu. L’échec aux élections est l’explication la plus simple à ces carrières écourtées. Toutefois, certains élus locaux, surtout des maires, ont réellement préféré être premiers devant leur conseil municipal que simples soldats à Paris.

36Il est impossible de démêler ce qui relève d’un choix et ce qui résulte d’une déception dans la plupart des cas. Il faudrait avoir exploré le secret de l’âme de ces maires sans trait d’union, ni députés ni sénateurs, ni parfois même conseillers généraux. Les apparences, auxquelles on est bien obligé de se tenir, sont souvent trompeuses. Eugène Pic-Paris, maire de Tours pendant vingt et un ans (de 1896 à 1917), pourrait passer pour cet élu local exemplaire qu’aucun mandat parisien n’a distrait de son travail d’édile. Mais c’est parce qu’il a été battu quatre fois consécutives aux élections législatives. Si la notoriété du maire représente un avantage dans n’importe quelle élection, elle n’est pas une garantie de succès. Certaines situations locales solides ne s’exportent pas au-delà des limites de la commune. Gustave Guillon a réussi à demeurer maire d’Angoulême pendant seize ans, au prix de contorsions politiques inconfortables : élu sur une liste de Cartel des gauches en 1925, il est réélu deux fois, mais avec des combinaisons à géométrie variable. En cela, il était un « homme politique typique d’Angoulême », a écrit Claude Albert Bouhours, ce qui lui aurait aussi valu des déconvenues électorales s’il avait visé un mandat national. On en est donc réduit à présumer que les maires n’ayant jamais convoité d’autres mandats l’ont fait pour illustrer la phrase de César plus que par crainte d’un échec. Qu’ils soient rarissimes parmi les maires des 50 plus grandes villes et nombreux parmi ceux des communes rurales (uniquement connus des électeurs de leur village) ajoute à la difficulté : tous les élus municipaux n’auraient-ils pas au moins caressé l’espoir d’un mandat départemental ou national ? Pas tous, certes : ceux élus pour la première fois à l’âge de la retraite (et leur nombre a constamment augmenté) ont probablement borné sincèrement leur ambition politique.

37Les autres cumulent les mandats – ou tentent de le faire.

38Il s’agit en premier lieu du cumul des mandats locaux, pratique coutumière à la fin de la IIIe République. Tous les maires ne peuvent pas être conseillers généraux ou conseillers d’arrondissement pour les raisons arithmétiques que nous avons évoquées. Mais, à l’inverse, une majorité de conseillers généraux et la quasi-totalité des conseillers d’arrondissement sont maires, adjoints au maire (notamment dans les conseils d’arrondissement) ou, au minimum, conseillers municipaux. Les mandats départementaux sont perçus comme des compléments et non comme des concurrents des mandats municipaux. Dans un conseil général, on se réunit autant pour débattre des problèmes locaux que pour voter des décisions, le préfet (nommé en Conseil des ministres) représentant l’exécutif départemental. Les conseils d’arrondissement possédaient déjà de faibles prérogatives avant 1917 ; passé cette date, ils constituent essentiellement des lieux de délibération entre élus locaux d’un même voisinage. Dans ces deux types de conseils, les sujets de débat concernent souvent la vie municipale et réciproquement. En outre, ces deux mandats ne peuvent être accusés de trop absorber l’énergie d’un maire ; ainsi siège-t-on au chef-lieu du département ou du canton, et par conséquent jamais bien loin de sa mairie.

39Le cumul de mandats nationaux et locaux est moins fréquent et même rare au début de la IIIe République. Il était exceptionnel sous les monarchies censitaires : aurait-on imaginé le prince de Polignac maire de Versailles ou le comte de Molé maire de Champlâtreux ? Peu à peu, il se banalise : en 1897, on ne compte que 12 % de parlementaires parmi les maires des 50 plus grandes villes, mais 40 % en 1936. Si l’on ajoute à ces maires à trait d’union ceux ayant été députés ou sénateurs après avoir été maires, voire avant (cas très rare), on arrive à la conclusion qu’un maire de grande ville sur deux a exercé un mandat national. Ces chiffres sont très inférieurs parmi les maires de petites communes, mais c’est mathématiquement inévitable : 900 parlementaires quand il y a 38 000 maires. À l’inverse, à la fin de la IIIe République, la plupart des députés et l’immense majorité des sénateurs étaient pourvus d’un mandat local.

40Le cumul de mandats locaux et nationaux pose de nouveau la question des ambitions et des enjeux du métier de la politique. Les parlementaires siègent à Paris et il est impossible de ne pas y voir un obstacle à une gestion locale attentive. Édouard Herriot, maire de Lyon pendant... cinquante-deux ans, qui, de 1924 à 1940, est la plupart du temps président du Conseil, président de la Chambre des députés ou ministre, représente un cas extrême. Autant dire qu’il a laissé tout le travail de maire à ses adjoints. Les Lyonnais ne lui en ont pas tenu rigueur, puisqu’ils l’ont réélu jusqu’à sa mort en 1957 et que, depuis lors, on a donné son nom à un hôpital, un lycée, un port fluvial, etc. Malgré cet exemple, on est tout de même amené à penser qu’être un bon maire et un bon parlementaire représente deux entreprises non pas incompatibles mais distinctes. Être « seulement » maire est une ambition concevable, un enjeu possible d’une carrière politique.

41Que des maires limitent volontairement leur ambition politique aux mandats locaux ne suffit toutefois pas à les abstraire de la politique nationale. Les sénateurs sont en effet essentiellement élus par les maires. Selon la Constitution, le collège électoral sénatorial est formé, dans chaque département, des députés (une poignée d’hommes), des conseillers d’arrondissement et conseillers généraux (souvent maires eux-mêmes) et des délégués des communes, à raison d’un seul pour les plus petites (presque toujours le maire) ou de quelques-uns selon la taille de la commune. En pratique, cela signifie qu’environ neuf électeurs sénatoriaux sur dix sont des maires. C’est en ce sens que Gambetta a pu dire du Sénat qu’il était « le grand conseil des communes de France ». À travers l’élection des sénateurs, la quasi-totalité des maires fait de la politique nationale. Ne serait-ce que pour cette raison, les affirmations de magistrats municipaux prétendant avoir borné leur ambition à l’échelon local sont à prendre avec précaution. Tous n’aspiraient pas à un destin national, mais tous ont été amenés à faire de la politique nationale.

42Jules César, on s’en souvient, n’a pas terminé sa carrière dans ce village des Alpes. Il est revenu à Rome avec de bien plus vastes ambitions.

43Les extrémistes et ceux qui acceptent les institutions de la République ont des objectifs différents. La politique n’a pas les mêmes enjeux pour des doctrinaires que pour les plus pragmatiques. L’ambition du maire d’une petite commune n’est pas du même ordre que celle d’un député ou d’un sénateur. Diversité des enjeux et des ambitions.

44Toutefois, parmi cette diversité, ce sont les hommes ayant accepté la Constitution de 1875, ceux ayant cherché à conquérir des mandats et ceux ayant poursuivi leur cursus honorum le plus haut possible dont la pratique relève le mieux d’un « métier » de la politique. Ils occupent donc une plus grande place dans ce livre.

© Presses universitaires de Perpignan, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540