Version classiqueVersion mobile

Héros voyageurs et constructions identitaires

 | 
Ghislaine Jay-Robert
, 
Cécile Jubier-Galinier

II. 2 Reprises et détournements dans les arts littéraires et figurés

« Les larves que j’entrevis errantes au bord du Cocyte ». Constructions identitaires du héros voyageur dans les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand

Anne-Sophie Morel

Résumé

Grâce à la médiation du voyage et des figures de héros voyageurs, Chateaubriand reconstruit l’identité niée par la Révolution et édifie son mythe littéraire, en empruntant motifs et structures aux grandes épopées de l’histoire de la littérature, et en s’identifiant à leurs héros et leurs auteurs. Les Mémoires d’outre-tombe sont notamment conçus comme une nouvelle Énéide, le mémorialiste étant à la fois un nouveau Virgile et un nouvel Énée.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Si j’étais destiné à vivre, je représenterais dans ma personne, représentée dans mes mémoires, les principes, les idées, les événements, les catastrophes, l’épopée de mon temps, d’autant plus que j’ai vu finir et commencer un monde, et que les caractères opposés de cette fin et de ce commencement se trouvent mêlés dans mes opinions. »1

Dans cette déclaration liminaire des Mémoires d’outre-tombe, Chateaubriand se présente à la fois comme le poète et le héros meurtri d’une Histoire contemporaine tragique, marquée par la coupure et l’impossible retour. La Révolution française est le « site historique du partage », cette « ligne de crête divisant les temps – et avec eux les pensées, les mœurs, les curiosités, les lois, les langages mêmes – en un avant et un après absolument antagonistes, et apparemment inconciliables »2. « Fleuve de sang » tranchant l’histoire, elle « sépare à jamais le vieux monde dont tu sors, du monde nouveau à l’entrée duquel tu mourras » (I, 286). Le thème de l’en...

© Presses universitaires de Perpignan, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search