Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le métier de la politique sous la IIIe République

 | 
Yves Billard

Première partie. L’engagement

1. Diversité des voies

Full text

1Menuisier dans le bâtiment à Paris, Frédéric Brunet a 17 ans en 1885 lorsqu’il adhère à la Fédération des travailleurs socialistes de France, un parti d’obédience socialiste fondé trois ans plus tôt. La même année, il devient membre d’un syndicat d’ouvriers menuisiers. Peu après, il est initié par une loge maçonnique du Grand Orient. En 1907, il devient conseiller de Paris, soit l’équivalent d’un conseiller municipal et d’un conseiller général pour le reste de la France. En 1914, il est élu député de la Seine. En 1923, il devient président du conseil général de la Seine, en 1926, vice-président de la Chambre des députés, et enfin, en 1930, il entre dans un gouvernement en tant que sous-secrétaire d’État à l’Enseignement technique.

2Son cas est à tous égards exemplaire. D’abord l’engagement dans un parti politique et presque en même temps dans des groupements qui mènent souvent à des carrières politiques (un syndicat, la franc-maçonnerie), ensuite seulement les premières candidatures. D’abord des mandats locaux (un seul ici, mais double, celui de conseiller de Paris), ensuite un mandat national, la députation. D’abord des mandats législatifs et ensuite seulement des fonctions exécutives (sous-secrétaire d’État) ou honorifiques (la présidence d’un conseil général), voire prestigieuses (la vice-présidence de la Chambre).

3En raison même de son exemplarité, l’itinéraire de Frédéric Brunet n’est représentatif que d’une petite minorité de cas sous la IIIe République. Commencer par militer dans un parti est rarissime avant 1900, peu fréquent avant 1914, à peine banal dans les années 1930. Au début de la IIIe République, les partis n’existent pas. Dans l’esprit des institutions, ce sont des hommes qui s’offrent au choix des électeurs et non des groupements. La plupart des élections se déroulent d’ailleurs au scrutin uninominal.

4Suivre un cursus honorum aussi régulier est beaucoup plus fréquent, mais nullement obligatoire. Certains commencent par la fin : le premier mandat de Léon Blum a été celui de député, ce qui est déjà peu courant, et il est aussitôt devenu président de son groupe parlementaire, ce qui est exceptionnel. Le maréchal Pétain est entré en politique comme... ministre, une manière de bousculer soixante années d’habitudes politiques qui aurait dû alarmer. Des centaines de milliers d’autres ont eu des carrières avortées et des dizaines de milliers des cursus irréguliers.

5En réalité, prétendre décrire un cheminement typique, et celui de Frédéric Brunet le serait, c’est méconnaître sa très grande variété. De ce point de vue aussi, l’homme politique de la IIIe République est plus divers, plus singulier que ceux des IVe et Ve Républiques, souvent sortis des mêmes moules. Dès l’engagement, à l’orée de la carrière, cette diversité est manifeste.

Le militantisme politique

6Pour les élections législatives de 1877 et de 1881, les légitimistes s’étaient donné une organisation centralisée qui annonce par plus d’un trait le parti politique moderne. Dans tous les départements où ils le pouvaient, candidats et sympathisants à la cause avaient formé des comités départementaux. À Paris, un comité national envoyait des directives et coordonnait les programmes. Les principales directives, enfin, venaient de Frohsdorf, exil du comte de Chambord, candidat au trône de France. Voilà définies les principales caractéristiques d’un parti politique : une organisation rationnelle et hiérarchisée, des objectifs clairs à court terme (faire élire le maximum de députés en vue de réviser la Constitution) et à long terme (la restauration monarchique). Par la nature même de leur entreprise, les légitimistes s’épargnaient ces luttes intestines pour la place de chef ou pour le contenu du programme ayant miné presque toutes les autres formations politiques.

7En revanche, il manque à cette pyramide de comités informels presque tout ce qui permet de « militer » dans un parti. On ne risque pas, par exemple, d’y adhérer formellement et d’y cotiser, car cette organisation n’a aucune existence juridique. Elle ne possède ni budget, ni locaux, ni statut. La loi sur les associations du 1er juillet 1901 a souvent fourni aux partis le cadre juridique approprié. Ces comités légitimistes sont des organes étroitement liés à une fonction précise et limités à la durée d’une campagne électorale. Que l’on sache, ils ne sont à l’origine d’aucune carrière politique mais simplement un moment dans l’itinéraire politique du personnel légitimiste. Que ces candidats, presque tous des nobles, se soient laissé encadrer ainsi est déjà remarquable. Après la mort sans descendance du comte de Chambord en 1883, ces aristocrates ont souvent continué à faire de la politique, mais hors de toute contrainte partisane. Désormais, quand M. de X sollicitait les suffrages des humbles électeurs du village de X, il n’entendait plus qu’on lui dictât sa conduite.

8À peu près à la même époque, en 1879, des socialistes ont formé un parti qui, après deux changements de nom et deux scissions en trois ans, s’est appelé Parti ouvrier français. Ce POF est lui aussi, mais d’une autre manière, un prototype du parti politique moderne. Ici, les élections ne sont certes pas sa raison d’être. Au début des années 1880, « candidat » est presque considéré comme une insulte parmi les socialistes. Ils ne comptent d’ailleurs qu’un seul député (Clovis Hugues) et un seul maire (Léon Thivrier à Commentry). Ce type de parti est essentiellement un regroupement de militants. On s’y réunit fréquemment en « sections » ou « groupes » pour y parler politique. En règle générale, les variantes étant nombreuses, ces groupes forment des fédérations départementales qui se rassemblent au moins annuellement en vue d’un congrès national, lui-même annuel ou bisannuel. Chaque échelon de cette organisation type est le lieu de controverses doctrinales, voire de luttes de pouvoir. Ainsi les militants de ces partis font-ils de la politique, sinon professionnellement, du moins secondairement. Le temps passé à débattre, à voter des motions, à élire des délégués n’y est pas moins important que dans les comités des formations électoralistes.

9Le militantisme dans ce type de parti relève bien du « métier » de la politique, quand bien même il est bénévole. Assister à des réunions fréquentes, distribuer des tracts, coller des affiches et soutenir par ses applaudissements (ou huer et insulter) les orateurs des réunions publiques occupent une grande partie de la vie des militants de base. À un niveau supérieur, le délégué aux congrès départementaux ou nationaux doit voyager, voter d’innombrables « motions », éventuellement prendre lui-même la parole, diriger le parti, etc.

10Au milieu des années 1890, on recense quatre partis socialistes qui ne regroupent que 12 députés, les élus socialistes les plus nombreux (ils sont 21) et les plus connus (Jaurès, Millerand) n’appartenant à aucun parti. Pourtant, ils rassemblent entre 20 000 et 30 000 militants plus ou moins actifs. Avec un peu de paranoïa policière, un rapport confidentiel de la Direction de la sûreté générale (quatrième bureau) de 1898 les estime à 40 000, mais certains de ces chiffres partiels sont impossibles. Il existe donc dans ce milieu des milliers d’hommes qui font de la politique sans pour autant convoiter quelque mandat législatif ou exécutif.

11Dans beaucoup de formations politiques nées après 1900, le parti (ou « alliance », « fédération », « union ») est une organisation à but principalement électoral. Ses militants sont avant tout liés au comité électoral d’un candidat ou candidats eux-mêmes. C’est le cas du plus important d’entre eux, le Parti républicain-radical et radical-socialiste, fondé en 1901. Certes, on y rencontre des militants, ils possèdent une carte de membre, ils cotisent, et les congrès donnent aussi lieu à des débats de doctrine. Mais l’objectif de ces formations est de participer aux luttes électorales. Pour ceux dont la carrière politique commence par l’adhésion à ce type de parti, celle-ci doit constituer une première étape précédant souvent une candidature, parfois une élection, voire une vraie carrière d’élu.

12Les comités légitimistes de 1877 et 1881 étaient de purs instruments électoraux. Nonobstant leur participation peu fructueuse aux luttes électorales, les quatre partis socialistes des années 1890 n’ont pas besoin d’enjeu électoral pour exister. Trois d’entre eux prônent d’ailleurs la conquête du pouvoir par la révolution plutôt que par voie électorale. Au premier type se rattachent tous les grands rassemblements d’élus (ou de candidats) tels que l’Alliance démocratique, fondée en 1901, ou la Fédération républicaine, créée en 1907, regroupant les républicains modérés. Au second type appartiennent toutes les formations trop extrémistes pour promettre à leurs adhérents une carrière d’élu. Il en va ainsi par exemple des partis, groupes ou groupuscules d’extrême droite dans les années 1930.

13Le métier de la politique passe souvent par l’affiliation à un parti. Elle peut constituer une entrée en politique : un engagement. Elle peut être une étape intermédiaire : on adhère à telle formation politique alors qu’on est déjà élu local ou proche collaborateur d’un dirigeant. Nous avons vu que dans certaines familles politiques elle est autant une fin en soi, les confrontations d’idées, les rivalités de personnes, les carrières ascendantes ou descendantes (exclusions et scissions y sont courantes) se déroulant à l’intérieur du parti.

D’autres engagements militants mènent à la politique

Diversité des organisations

14Avant 1900, à une époque où les partis sont encore rares et faibles, c’est plus souvent à un autre type d’organisation qu’adhère en premier lieu le futur homme politique. Il en est de toutes sortes, religieuses, syndicales, professionnelles, apparemment sans vocation politique. Quelques-unes, toutefois, sont dès l’origine une manière de faire de la politique sans se rallier à un parti ni briguer un mandat électif. Fondée en 1866 par Jean Macé, réorganisée en 1881, la Ligue de l’enseignement a toujours mené un combat hautement politique en faveur d’un enseignement laïque et démocratique. Bon nombre de professeurs venus à la politique y ont d’abord milité. L’un de ses présidents, Arthur Dessoye, a plus tard occupé la fonction de député, puis de ministre. La Ligue des patriotes, créée en 1882, dirigée jusqu’en 1914 par Paul Déroulède, a dès le départ une vocation politique : la « Revanche » sur l’Allemagne et le retour de l’Alsace-Lorraine à la mère patrie. Ce n’est donc pas une « dérive » si elle s’engage fortement aux côtés du général Boulanger à la fin des années 1880, puis dans l’affaire Dreyfus (parmi les antidreyfusards, bien sûr) une dizaine d’années plus tard. Dans le camp dreyfusard, c’est lors de l’Affaire que naît la Ligue des droits de l’homme. À travers les causes qu’elle défend, c’est bien de politique qu’elle se mêle. Des intellectuels, des enseignants et surtout des avocats y ont milité sans pour autant adhérer à un parti ou briguer un mandat. D’autres sont venus à la politique par cette voie, ainsi l’un de ses fondateurs, l’historien de la Révolution française Alphonse Aulard, qui a été candidat radical-socialiste à la députation vingt-cinq ans plus tard. La Libre Pensée, la Jeunesse ouvrière chrétienne, la Fédération des vins de France, l’Union nationale des combattants, le Comité des forges ont apparemment un rapport moins évident avec la politique. Dans chacun de ces groupements, pourtant, de futurs hommes politiques ont commencé leur vie militante.

La franc-maçonnerie

15Parmi toutes ces organisations plus ou moins en marge de la politique, c’est sans aucun doute de la franc-maçonnerie qu’est issu le plus grand nombre de futurs maires, députés, ministres ou présidents de tout rang. La victoire définitive d’une majorité républicaine après 1877 a porté au pouvoir toute une génération de francs-maçons : Léon Bourgeois, Henri Brisson, Sadi Carnot, Charles Dupuy, Félix Faure, Jules Ferry, Charles Floquet, Léon Gambetta, Émile Loubet, Jules Méline ou Pierre Tirard, pour ne citer que des hommes ayant été au moins présidents du Conseil ou présidents de la République entre 1877 et 1898. Le tournant politique de 1902 (la « République radicale ») renforce la présence maçonnique aux commandes de l’État : le gouvernement Combes, de 1902 à 1905, apparaît à ses adversaires comme une excroissance politique du Grand Orient. Encore faut-il ne pas en voir partout, à l’instar de l’abbé Tourmentin dans son Répertoire de 1908 : contrairement à ce qu’on lit parfois, ni Georges Clemenceau ni Aristide Briand n’en faisaient partie.

16Ce rôle de la franc-maçonnerie dans la formation d’hommes politiques, dont c’est souvent le premier engagement, tient à l’activité même des loges. Les loges maçonniques sont des lieux de débat. Si l’on passe en revue les thèmes retenus annuellement pour les « planches » (nom donné aux discours des « frères » devant leur « loge »), on y retrouve des prises de position transformées peu après en projet politique, puis, souvent, en législation : l’école primaire obligatoire, la Séparation de l’Église et de l’État, la suppression des congrégations, le Code du travail, les retraites ouvrières et paysannes, les habitations à bon marché, la réglementation sur les accidents du travail, etc. Même les aspects rituels, presque sectaires, de la franc-maçonnerie (la hiérarchie, le secret, l’initiation graduelle) constituent une formation à la vie militante, politique ou non. À la fin du xixe siècle, les loges regroupent plus de 30 000 frères. À la même époque, la totalité des partis politiques existants n’atteignent pas ce chiffre de militants. Pour certaines familles politiques (républicains modérés, radicaux surtout), l’appartenance à une loge maçonnique est un substitut aux partis. Le déclin relatif du rôle des francs-maçons après 1905 est d’ailleurs symétrique de l’essor des partis : on en dénombre 50 000 vers 1930 (dont 33 000 au Grand Orient, la première obédience), alors que les militants des partis sont alors au moins quinze fois plus nombreux. Ils sont désormais minoritaires, même au sein des radicaux : à peine 15 % des parlementaires radicaux dans les années 1930, contre 47 % en 1908. Au Parti socialiste-SFIO, leur présence a toujours été contestée, le Parti communiste les exclut systématiquement et on n’en rencontre toujours pas dans les partis catholiques ou réactionnaires.

Les organisations catholiques

17L’offensive anticléricale du gouvernement Combes en 1902-1905 apparaît d’autant plus comme un apogée de l’influence maçonnique que l’« autre camp » est alors faiblement présent sur le terrain politique. La première réaction des milieux catholiques à l’enracinement de la IIIe République après 1875 a été le refus et le repliement. C’est l’une des raisons de la faible présence d’anciens activistes catholiques parmi les élus, même longtemps après le « ralliement » à la République dans les années 1890. Néanmoins, certaines organisations catholiques ont constitué le premier terrain de l’engagement de futurs hommes politiques. L’Association catholique de la jeunesse française, fondée en 1886, a formé plusieurs générations de jeunes catholiques à l’action sociale. Ces jeunes gens, souvent de bonne famille, qui avaient décidé d’« aller au peuple », ont dû trouver en eux un dévouement, une conviction et parfois un charisme très proches des qualités d’un homme politique. On dénombrait 5 000 militants en 1891 ; en 1914, Gérard Cholvy estime à quelque 140 000 les sympathisants plus ou moins actifs de l’ACJF, ce qui en fait, et de loin, la première organisation de jeunesse en France. La vocation originelle de l’ACJF n’est pas politique ; il est toutefois arrivé que ses membres soient entraînés sur ce terrain par leurs adversaires anticléricaux. Ainsi, en 1905, l’ACJF diffuse la brochure Les Hésitations de monsieur le curé, qui dispense des conseils pratiques de lutte contre les mesures prises par le gouvernement Combes. Jean Lerolle, par exemple, l’un des présidents de l’ACJF, est devenu plus tard (de 1912 à 1919) député de Paris, puis, à partir de 1924, vice-président du Parti démocrate-populaire et de nouveau député en 1928. La création de la Jeunesse ouvrière chrétienne en 1926, suivie (sous d’autres auspices) de la Jeunesse agricole catholique et de la Jeunesse étudiante chrétienne en 1929-1930, a constitué une pépinière de militants actifs, dont quelques-uns sont ensuite entrés en politique. Cependant, compte tenu de la fondation tardive de cette « action catholique spécialisée » et du jeune âge des membres, c’est sous la IVe République que cette génération de catholiques militants a littéralement déferlé sur les instances de pouvoir : ministres et députés MRP, syndicalistes CFTC, lobbyistes agricoles, dirigeants du patronat, etc.

Le syndicalisme

18Que l’action sociale puisse mener à l’engagement politique paraît, à tort, aller de soi. L’activité militante y requiert les mêmes qualités et l’on entretient un peu les mêmes rapports avec des hommes qui sont par ailleurs des électeurs. Dans la plupart des pays européens, le militantisme social, et plus précisément syndical, précède très souvent le militantisme politique dans une carrière publique. C’est un itinéraire banal pour un homme politique allemand, Scandinave ou néerlandais, ainsi que partout où le parti social-démocrate local est lié à la principale centrale syndicale du pays. En Grande-Bretagne, c’est plus simple encore : le Parti travailliste a été créé en 1899 par les syndicats et, jusqu’à une réforme fondamentale intervenue près d’un siècle plus tard, il est resté sous leur tutelle. Rien de tel en France, bien au contraire. Dès la loi de 1884 ayant permis l’essor des syndicats, leurs relations avec le monde politique ont été fort médiocres. On peut parler de condescendance de la part des premiers dirigeants socialistes qui soupçonnaient les syndicalistes de tiédeur doctrinale. Jules Guesde, le chef de file du Parti ouvrier français, voyait dans le syndicalisme « l’école primaire du socialisme ».

19À rebours, la principale confédération syndicale française (la CGT, organisée en 1895) a longtemps été dirigée par des anarchistes qui n’avaient nulle estime pour les hommes politiques socialistes (et moins encore pour les autres), et se méfiaient de la démocratie représentative, du bulletin de vote et surtout des élus. Ainsi les premiers dirigeants de la CGT, Fernand Pelloutier, Émile Pouget et Victor Griffuelhes (secrétaire général de 1902 à 1909), rejetaient-ils toute compromission dans la politique. La charte adoptée en 1906 à Amiens par la CGT proclame que « les organisations confédérées [n’ont pas] à se préoccuper des partis et des sectes qui, en dehors et à côté, peuvent poursuivre en toute liberté la transformation sociale ». En pratique, tous les socialistes n’étant pas guesdistes (marxistes) et tous les syndicalistes n’étant pas anarchisants, cette séparation n’a pas été si nette. Dans les autres partis socialistes avant 1905, au sein du Parti socialiste-SFIO par la suite, et surtout après 1914 (la CGT étant alors menée par des sympathisants socialistes), il y a toujours eu des hommes qui entraient en politique par le biais de l’action syndicale, à l’instar d’Émile Basly.

LE « TSAR » DES MINEURS DU NORD ET DU PAS-DE-CALAIS
Fils d’un couple d’ouvriers de Valenciennes, Émile Basly débute sa vie active à l’âge de II ans. Dès l’année suivante, il devient mineur et va ainsi travailler dix-huit ans au fond de la mine. Il reçoit une instruction en suivant des cours du soir Hyperactif, meneur d’hommes né, il ne tarde pas à devenir un syndicaliste. En 1884, il est à la tête des mineurs d’Anzin, en grève pendant trois mois. Ayant organisé un syndicat dans le cadre de la loi de 1884, il entame désormais une carrière de dirigeant syndical. Il organise une grève presque générale des mines du Nord et du Pas-de-Calais en 1889. Entre-temps, en 1886, il a fait le voyage de Decazeville pour y soutenir les mineurs aveyronnais en grève. Chef de file peu contesté des mineurs du Nord et du Pas-de-Calais, il maintient « son » syndicat à l’écart de la CGT jusqu’en 1908, car il est en complet désaccord avec la ligne révolutionnaire anarchisante de la centrale. Sa carrière politique est directement le fruit de son engagement syndical : il devient maire de Lens à partir de 1900, député et conseiller général du Pas-de-Calais à partir de 1901 ; il est constamment réélu dans les trois cas jusqu’à sa mort en 1928. Dans chacun de ses mandats, tant syndicaux que politiques, il manifeste une énergie et un tempérament autoritaire qui lui ont valu le surnom de « tsar ».

20Cet itinéraire n’est pas généralisable : il y a toujours eu beaucoup plus de militants syndicaux que de militants politiques. En 1906, les adhérents à la CGT sont au nombre de 200 000, contre 40 000 au Parti socialiste-SFIO ; en 1920, on en recense 1,6 million à la CGT, contre 180 000 à la SFIO (à la veille de la scission communiste). La disproportion est plus grande encore entre syndicalistes chrétiens, regroupés dans la CFTC en 1919, et militants politiques issus de ce courant de pensée. Le syndicalisme en France n’a pas été la voie la plus banale d’accès à la politique.

Les groupements professionnels

21La défense des intérêts de groupes sociaux ou professionnels, comme le syndicalisme, n’a pas nécessairement de prolongements en politique. Dès lors que l’homme politique prétend s’adresser à tous les électeurs (ce qui n’est pas toujours le cas), son rôle n’est plus la défense d’intérêts catégoriels. Nombre d’entre eux ont pourtant fait de la politique au nom d’intérêts sociaux ou professionnels avoués et même affichés. Certaines professions ont toujours réussi à envoyer siéger dans les palais nationaux des élus pour les y représenter : les notaires, les pharmaciens, les sucriers du Bassin parisien ou les viticulteurs du Midi. Ainsi Édouard Barthe, dont Jean Sagnes a décrit l’itinéraire.

ÉDOUARD BARTHE, L’ÉLU DU VIGNOBLE LANGUEDOCIEN
Bien que son père ait été lui-même régisseur d’un domaine viticole, Edouard Barthe aurait pu mener une tout autre carrière : il avait fait des études de pharmacie à Montpellier et avait exercé cette profession. En cela, il rappelle ces porte-parole du Midi viticole que furent avant 1914 Ernest Ferroul, député-maire de Narbonne et médecin de profession, ou le limonadier Marcellin Albert, héraut du soulèvement de 1907. Mais dès sa première candidature (malheureuse) au Sénat en 1906, il se réclame d’une « liste de la viticulture ». Il est élu député de Béziers en 1910 et le reste jusqu’en 1940. La même année, il est élu conseiller général de l’Hérault et le demeure (à Pézenas puis à Saint-Gervais) aussi longtemps. Enfin, en 1925, il devient maire du village de Montblanc, jusqu’à son internement par les autorités du régime de Vichy en 1941. Il a accompli toute sa carrière comme porte-parole des vignerons du Midi. Il a été président du Comité national de propagande en faveur du vin, du Conseil supérieur des alcools, de l’Institut national des appellations d’origine, de la Fédération nationale des stations uvales, de l’Office international du vin, de la Commission interministérielle de la viticulture et de la Ligue des petits et moyens viticulteurs (LPMV), qu’il a créée. Dans son cas, l’engagement en faveur d’un milieu professionnel l’emporte clairement sur l’étiquette politique : membre du parti socialiste (qu’il finit d’ailleurs par quitter en novembre 1933), il a toujours été élu sur une base plus large. En 1910, il bénéficie du report des voix royalistes contre le député sortant radical ; en 1928, il est le candidat du Parti socialiste-SFIO, mais aussi des radicaux et des républicains-socialistes, en complète contradiction avec les directives nationales de son parti. C’est qu’avant tout il est l’élu du monde viticole : de 1919 à 1940, il préside à la Chambre des députés la Commission des boissons, organe parlementaire du lobby viticole. Efficace dans cette fonction, il est directement à l’origine d’une abondante législation destinée à soutenir (et à subventionner) la viticulture.

22Certains milieux professionnels se situent en effet aux confins de la politique et il arrive qu’ils soient à l’origine d’un engagement politique. Dans beaucoup de départements, par exemple, les chambres de commerce et d’industrie prennent ouvertement position dans le débat politique. Il arrive qu’il en sorte des élus, notamment locaux. Toutefois, ces élus « consulaires », commerçants ou industriels, soutiennent des candidats beaucoup plus souvent qu’ils ne sont eux-mêmes candidats à des mandats politiques. La politisation de certaines organisations professionnelles est parfois manifeste. Ainsi les sociétés d’agriculture de l’Isère, département étudié par Pierre Barrai. En principe, elles s’occupent de distribuer des semences, de procurer des étalons, de diffuser des méthodes modernes et d’organiser des concours annuels. Tout cela ne paraît pas très politique, et pourtant, d’un canton à l’autre, on décèle de franches oppositions entre sociétés de notables « conservateurs » ou « républicains ». On se trouve là à la rencontre de deux types d’engagements associatifs : le professionnel et le politique.

23Certains hommes ont pu passer de l’un à l’autre. Encore faut-il qu’il n’existe pas de solution de continuité entre ces deux engagements successifs : l’industriel Louis Loucheur, le banquier Maurice de Rothschild et le négociant international Louis Louis-Dreyfus ont accompli des carrières politiques nationales, mais pas au nom du bâtiment, de la haute banque ou du commerce du blé. Députés, ils ne prolongeaient pas leur engagement professionnel. Plus caractéristique est le cas de Claude-Joseph Gignoux. Professeur d’économie et journaliste, il a réalisé toute une carrière dans les instances syndicales du patronat français, couronnée par la présidence de la CGPF (Confédération générale de la production française) à partir de 1936. Député de 1928 à 1936, membre très actif de la Commission des finances de la Chambre, il se fait clairement le porte-parole des organisations patronales au Parlement. Son engagement politique est bien le fruit de son engagement professionnel.

24Militer dans une association, une loge, un syndicat ou une organisation professionnelle précède souvent l’engagement politique. On y acquiert des qualités qui servent ensuite à cette seconde carrière. Mais cela ne suffit pas toujours. Qui, en dehors d’Auguste Rivet, l’historien de la Haute-Loire, se souvient d’Alphonse Vidil, instituteur à Brioude ? Il était si impliqué dans la vie politique et associative locales qu’entre 1920 et 1950 il a milité dans l’Association des familles nombreuses, l’Amicale laïque, l’Union fédérale des combattants, le Crédit agricole, le Secours national et la Société omnisports, et pourtant il n’a jamais été élu !

25En effet, pour faire de la politique un métier, il faut des circonstances politiques favorables, ainsi que d’autres talents.

Les prédestinés : jeunes ambitieux et porphyrogénètes

26À Byzance, on appelait « porphyrogénètes » (littéralement : nés dans la pourpre) les enfants qui, dès leur naissance, avaient été élevés pour succéder un jour à l’empereur. Nombreux sont les hommes politiques de la IIIe République n’ayant pas eu à s’interroger longuement sur leur future profession tant leur naissance l’indiquait. Et pourtant, en régime de démocratie représentative, le pouvoir passe par l’élection par le peuple et non par l’hérédité.

Quelques grandes lignées politiques

27Le Parlement a toujours compté des élus qui avaient succédé à leur père ou grand-père, parfois à leur beau-père ou oncle. Camille Chautemps, député de 1919 à 1940 et président du Conseil en 1933-1934, est le fils d’Émile Chautemps, député de 1889 à 1905, le neveu d’Alphonse Chautemps, député de 1902 à 1919, et le frère de Félix Chautemps, député de 1906 à 1914. On peut vraiment affirmer qu’il est porphyrogénète : à 17 ans, il était secrétaire de son oncle lors de la campagne électorale de 1902 et il est devenu lui-même adjoint au maire de Tours à 27 ans. Édouard Bovier-Lapierre, député de l’Isère de 1919 à 1928 et ministre en 1924-1925, est le fils de Pierre Bovier-Lapierre, député de 1881 à 1899, élu à La Tour-du-Pin où le grand-père faisait déjà de la politique. Outre les dynasties qui réussissent à s’inscrire dans la durée de la IIIe République, il y a toutes celles qui transcendent les changements de régime : le président de la République Sadi Carnot (de 1887 à 1894) est le fils d’un ministre de 1848 et le petit-fils du « Grand Carnot », membre du Comité de salut public pendant la Révolution ; le duc de Broglie, président du Conseil en 1876, est le fils d’un ministre de Louis-Philippe, l’arrière-petit-fils d’un ministre de Louis XVI et l’aïeul d’un ministre de la Ve République. La présence de frères dans certaines assemblées confirme qu’il existe des familles prédestinées : les frères Sarraut, Maurice et Albert, dont le père fut maire de Carcassonne, sont tous deux députés (Albert a même été ministre et président du Conseil) dans les années 1920 et 1930 ; en 1902, la Chambre des députés compte trois frères de Castellane, celle de 1924 deux Hennessy, mais d’opinions politiques opposées.

28Ces phénomènes de lignées politiques sont encore plus marqués parmi les élus locaux. Louis Durand-Dégrange, conseiller général de Gironde et maire de Libourne, est le petit-fils de Jean Durand-Dégrange, conseiller général et maire de Gensac, l’arrière-petit-fils de Gaston Lacaze, conseiller général et maire de Libourne, et même l’arrière-arrière-petit-fils de Jacques Lacaze, député de la Gironde à la Convention en 1792-1793 ! Au conseil général de la Haute-Loire, on a recensé neuf générations de Romeuf de 1833 à 1928. Dans ce département, 19,4 % des conseillers généraux comptent au moins un prédécesseur parmi leurs ascendants. Plus modeste est le mandat, plus l’avantage familial est sensible : on a plus facilement un nom prestigieux à l’échelle d’une commune ou d’un canton que dans une circonscription législative tout entière. De même est-il plus visible dans les communes et cantons ruraux que dans les très grandes villes où l’exode rural a amené des populations sans mémoire politique locale. Les banlieues de Paris constituent un cas extrême (essentiellement après 1900) de populations déracinées. Enfin, mais il est difficile de le quantifier et de le démontrer, cette transmission héréditaire des mandats a sans doute eu tendance à diminuer avec le temps. En allant au-delà des limites chronologiques du régime, on peut affirmer qu’il y a moins d’élus de la IVe ou de la Ve République descendant d’élus de la IIIe, qu’il n’y avait d’héritiers d’élus de régimes précédents sous la IIIe République.

La formation des jeunes ambitieux

29Aux héritiers, il faut mêler tous ceux qui se sont destinés à la politique dès leur plus jeune âge, ont suivi des études dans ce but, sont entrés très tôt dans cette carrière et, parfois, n’en ont jamais eu d’autre. À des degrés divers, Louis Barthou, Joseph Paul-Boncour, Raymond Poincaré, Paul Reynaud ou André Tardieu (pour ne citer encore que des présidents du Conseil) ont à peine eu de première vocation, sinon une occupation professionnelle qui les menait tout droit à la politique.

30Jeunes ambitieux et porphyrogénètes sont placés à l’aube de leur entrée en politique devant les mêmes problèmes : s’éduquer, se former en vue de la carrière qu’ils ont choisie ou qui s’est imposée à eux. Sous la IIIe République, l’École nationale d’administration n’existait pas. Heureusement, il y avait des succédanés.

31L’École libre des sciences politiques (rapidement appelée « Sciences-Po »), fondée en 1872, a pour vocation de préparer aux concours de la haute fonction publique débouchant sur les emplois aujourd’hui proposés aux énarques : le Conseil d’État, la Cour des comptes, l’Inspection des finances et le Quai d’Orsay. Des méthodes de travail alors originales (le système des « conférences » a un petit siècle d’avance sur celui des TD dans les universités) forment à l’excellence en même temps qu’elles façonnent la sociabilité des futures élites. Pour préparer les concours, les élèves se groupent en « écuries », système efficace qui renforce certainement le caractère socialement élitaire du recrutement (l’école, est payante et d’ailleurs chère). Toutefois, et l’ÉNA a donc aggravé les choses, on ne trouve qu’une petite minorité d’hommes politiques issus des grands corps de l’État sous la IIIe République. Citons néanmoins Léon Blum, Charles Pomaret, André Maginot ou Georges Bonnet qui ont passé le concours du Conseil d’État, le porphyrogénète (fils de ministre) Joseph Caillaux qui a passé celui de l’Inspection des finances et le jeune ambitieux André Tardieu celui du Quai d’Orsay.

32À partir de 1877, on enseigne dans les facultés de droit l’« économie politique ». Pourquoi et pour qui ? Un futur notaire étudie le droit civil, un futur magistrat le droit pénal, mais on ne voit pas beaucoup d’autres débouchés que la politique ou... l’enseignement de l’économie politique à ceux qui entreprennent cette spécialisation. Les jeunes ambitieux Paul Forgeot, Paul Reynaud et Pierre Mendès France, le porphyrogénète Édouard Bovier-Lapierre ont opté pour ce cursus très formateur pour qui songe à une carrière politique.

33Toutefois, et c’est là, sous la IIIe République, la voie royale, il existe depuis toujours pour l’élite des étudiants en droit, quelle que soit leur spécialisation ou leur carrière (le barreau, la magistrature ou la politique), une consécration : le secrétariat de la conférence du stage des avocats du barreau de Paris.

LE SECRÉTARIAT DE LA CONFÉRENCE DU STAGE L’ÉNA AVANT L’ÉNA
Au terme de leurs études de droit et à la veille d’exercer pleinement la profession d’avocat, les jeunes diplômés effectuent leur « stage ». Le concours du secrétariat de la conférence du stage est destiné à distinguer l’élite des stagiaires. C’est un concours d’éloquence et d’érudition qui se déroule salle des colonnes et consiste à débattre d’une question de droit choisie cinq jours plus tôt par le lauréat de l’année précédente. Les 12 meilleurs sont reçus au secrétariat de la conférence, parmi 500 à 600 stagiaires. En faire partie est déjà le gage d’une future belle carrière ; de surcroît, ils sont classés. Louis Barthou, Léon Bourgeois, Jules Ferry, Charles Floquet, Léon Gambetta, Jules Grévy, Jules Méline, Joseph Paul-Boncour, Raymond Poincaré, Alexandre Ribot et René Viviani, tous futurs présidents du Conseil, furent lauréats.
À la rentrée annuelle du barreau de Paris qui suit le stage, le premier et le deuxième ont l’honneur de faire un discours en présence du président de la République, du premier président de la Cour de cassation, du président de la Cour d’appel et, bien sûr, du bâtonnier de l’ordre qui prend initialement la parole. Le premier secrétaire doit faire l’éloge d’un grand avocat du passé. Henri Lémery (futur ministre) choisit Jules Grévy en 1899 et Pierre Goujon (futur député de l’Ain) honore la mémoire de Jules Ferry en 1903, ce qui témoigne de leur part d’un intérêt précoce pour la politique. Le deuxième secrétaire doit ensuite évoquer un procès célèbre du passé ; thème qui peut lui aussi être politique, comme le montre Paul Reynaud choisissant le procès de Charles Ier d’Angleterre.
En majorité, les 12 secrétaires de la conférence du stage accomplissent réellement une carrière au barreau, mais c’est également la clé d’une réussite rapide pour ceux qui visent une carrière politique : Joseph Paul-Boncour et Paul Reynaud ont à peine exercé avant d’entrer en politique, tandis que Paul Forgeot (reçu troisième au concours de 1912) n’a jamais plaidé la moindre affaire : dès 1914, il devient député de la Marne (et ministre en 1928). Dès leur concours, en effet, les secrétaires de la conférence ont été repérés : Waldeck-Rousseau, Poincaré, Millerand (tous trois avocats en même temps qu’hommes politiques) se tiennent informés des concours. Lauréat en 1898, Paul-Boncour est immédiatement recruté par le cabinet d’avocat de Waldeck-Rousseau et reste son secrétaire quand celui-ci devient président du Conseil quelques mois plus tard. Poincaré, ministre, recrute pour son cabinet quatre récents secrétaires de la conférence : André Paisant, Maurice Colrat, Léon Bérard et Charles Reibel, qui deviendront à leur tour ministres.
Les anciens secrétaires de la conférence du stage ayant réussi en politique sont trop nombreux pour être tous cités : pour la seule période 1919-1940, Gilles Le Béguec en a dénombré 53 parmi les députés, dont 24 ont été ministres ou sous-secrétaires d’État et 5 présidents du Conseil. Sous la IIIe République, le secrétariat de la conférence du stage joue le même rôle que l’ÉNA sous la Ve : ses anciens étudiants « dévoyés » se consacrent souvent à la politique où ils tendent à accaparer les premières places.

34Pour se préparer au concours du secrétariat de la conférence du stage, beaucoup d’étudiants s’entraînent à l’éloquence : ainsi dans ces « parlotes » privées où l’on s’exerce à discourir sur des questions de droit, telles les conférences Demolombe, Harlay, Tronchet ou Berryer. Il est difficile d’évaluer le nombre de ceux ayant disserté en public dans ces conférences. Il est en effet plus prestigieux d’avoir été reçu à la conférence du stage sans préparation, et si l’on n’a même pas été reçu, on le passe encore plus volontiers sous silence.

35Tout autre est la conférence Molé-Tocqueville. Elle est également privée, mais explicitement destinée à la formation politique. Fondée en 1832, la conférence Molé (du nom d’une rue et non du ministre) s’était donné pour but « l’examen des institutions françaises ». En 1876, elle a fusionné avec la conférence Tocqueville, sa principale concurrente. Même si 80 % des jeunes gens qui la fréquentent sont des étudiants en droit, elle est ouverte à tous les jeunes ambitieux rêvant de politique. À chaque séance, un conférencier doit présenter un projet de loi, qui est ensuite discuté en groupe. Il s’agit bien d’une simulation du travail législatif, et donc d’un apprentissage de la politique. En moyenne, on y entre à l’âge de 22 ans, avec le plus souvent déjà une licence, et on y présente son premier « projet de loi » à 24 ans. Ainsi, en 1884, le futur président de la République Alexandre Millerand y présente un projet de Séparation de l’Église et de l’État. Élu député dès l’année suivante (à 26 ans), il devra attendre vingt ans de plus pour assister à la discussion d’un véritable projet de loi sur le même thème à la Chambre.

Premiers pas dans la carrière

36Arrivés au terme de telles études, jeunes ambitieux et porphyrogénètes entrent parfois directement en politique : Jacques Doriot, Abel Ferry, Pierre-Étienne Flandin, Pierre Mendès France, Charles Savary et Alexandre Zévaès sont élus députés à 25 ans. Ils ne pouvaient pas être élus encore plus jeunes, car la loi électorale du 30 novembre 1875 avait fixé l’âge minimum à 25 ans. Les futurs ministres Maurice Dutreil, Paul Forgeot, Alexandre Millerand, Paul Reynaud, Pierre Dupuy et Raymond Poincaré siègent à 26 ans. Le futur secrétaire général du Parti socialiste Paul Faure, les futurs ministres Georges Leygues et Pierre Dignac sont maires à 25 ans. Pierre Tricard-Graveron, élu député à 26 ans, devient à l’âge de 29 ans le plus jeune ministre de la IIIe République en décembre 1930. Ce sont tout de même des cas exceptionnels. En règle générale, la première élection intervient après 30 ans, mais il est vrai que ces prédestinés sont élus plus jeunes que la moyenne et souvent directement à un mandat national. Habituellement, il s’écoule quelques années d’apprentissage supplémentaires entre les études et les premiers mandats.

37Ces années précédant le premier mandat sont parfois consacrées au militantisme au sein d’un parti. Dans les années 1920 et 1930, les partis les mieux structurés sont dotés d’organisations de jeunesse où les jeunes gens pressés peuvent goûter précocement aux joies des meetings, des discours, des motions, des conflits de doctrine et des luttes de pouvoir qui y sont liés. Jean Mistler, Pierre Cot, Jean Zay et Pierre Mendès France ont livré leurs premiers combats au sein de la LAURS, organisation estudiantine du Parti radical ; tous sont devenus ministres dans les années 1930. Le Parti socialiste-SFIO avait mis sur pied des Jeunesses socialistes dès avant 1914. En milieu ouvrier, on rentre tôt dans le monde du travail, alors que la majorité civique est à 21 ans ; pour les adolescents précocement attirés par la politique, les organisations de jeunesse représentent un exutoire. C’est l’une des raisons pour lesquelles elles sont surtout présentes dans les partis de gauche. En 1937, les Jeunesses socialistes culminent à 54 000 membres. Ainsi, François Blancho, qui dirige ce mouvement à Saint-Nazaire à l’âge de 17 ans en 1910, devient député en 1928 et sous-secrétaire d’État dans plusieurs gouvernements de 1936 à 1940. Les Jeunesses communistes, nées en même temps que le Parti communiste, y ont occupé une place plus importante que dans n’importe quel grand parti. Jacques Doriot, qui prend la tête de ce mouvement en 1923, à 24 ans, est élu député dès 1924 et compte parmi les dirigeants du PCF entre 1928 et 1934. Mais ces organisations de jeunesse des partis sont trop tardives pour avoir vu éclore beaucoup d’hommes de la IIIe République, d’autant qu’elles concernent surtout des partis de gauche qui ne parviennent au pouvoir que tard dans la période (le premier gouvernement à direction socialiste est bien sûr celui de Léon Blum en 1936) ou pas du tout (aucun ministre communiste avant 1944 et peu de députés avant 1936).

38Tout au long de la période, le cabinet d’un ministre (ou à la rigueur du maire d’une grande ville ou d’un préfet) constitue le moyen le plus sûr de côtoyer le pouvoir pour un jeune homme ambitieux ayant achevé de brillantes études, et trop jeune pour briguer un mandat. Le « cabinet » regroupe le proche entourage du ministre. Au contraire des hauts fonctionnaires du ministère (ou de la préfecture, ou des directeurs de service des mairies), leur présence est liée à celle du grand homme : en règle générale, ils ne restent pas en fonction quand leur mentor quitte la sienne. Quelques membres du cabinet sont choisis pour leurs compétences techniques : le ministre des Finances s’entoure d’inspecteurs des finances, celui de la Guerre d’officiers, celui de l’Instruction publique d’inspecteurs d’académie, celui des Travaux publics d’ingénieurs, etc.

39Mais les dirigeants ont avant tout besoin d’une petite équipe d’hommes de confiance en présence desquels ils peuvent par exemple dire tout haut ce qu’ils pensent (délassement rare pour un ministre). C’est pourquoi certains choisissent des hommes sur qui ils peuvent vraiment compter : Edouard Herriot, ancien professeur au lycée Ampère de Lyon, ministre pour la première fois en 1916, prend à son cabinet Mario Roustan (futur ministre lui-même), son ancien collègue de lettres et ami. Quelques-uns recrutent des membres de leur famille : neveu, cousin, voire fils ou même fils naturel (Charles Billiau, collaborateur d’Aristide Briand en 1925-1931, lui ressemble beaucoup). Il n’est pas nécessaire de s’entourer d’hommes professant les mêmes opinions politiques que soi, mais on évite tout de même de futurs adversaires. Louis Lafferre, ministre en 1910-1911 puis en 1917-1919 et ancien grand maître du Grand Orient, sélectionne exclusivement des francs-maçons. Le plus fréquemment, on emploie de jeunes et brillants diplômés n’ayant pas encore d’attaches politiques. Nous avons vu comment Raymond Poincaré raflait de récents secrétaires de la conférence du stage. En 1899-1901, Waldeck-Rousseau s’est entouré de Joseph Paul-Boncour, d’André Tardieu (deux futurs présidents du Conseil), d’Henri de Jouvenel et d’Albert Dalimier (futurs ministres aussi), tous quatre âgés de moins de 27 ans et sans passé politique. De cet engagement précoce d’un très jeune homme auprès d’un chef charismatique ont pu naître des fidélités durables : Georges Mandel, au cabinet de Clemenceau en 1917-1920, a gâché sa carrière (il aurait pu devenir ministre bien avant 1934) en s’érigeant en gardien de la mémoire de son ancien patron. Des dizaines de futurs ministres sont entrés ainsi en politique : tout à la fois au sommet et dans l’ombre. De Jules Dufaure, président du Conseil des années 1870 qui avait été le collaborateur de Thiers, à André Tardieu et Joseph Paul-Boncour, présidents du Conseil des années 1930, le passage par le cabinet d’un grand homme est resté un moyen d’accès privilégié aux plus grandes carrières politiques. Sans que l’on puisse le quantifier et le prouver, il nous semble que le phénomène s’est accentué sous les IVe et Ve Républiques.

40Les itinéraires de ces prédestinés sont souvent proches et ressemblent aussi un peu à ceux de leurs successeurs. On ne peut s’empêcher de penser que, s’ils avaient eu 20 ans après 1946, ils seraient tout simplement entrés à l’ÉNA. Ainsi, le groupe des jeunes ambitieux et des porphyrogénètes paraît relativement homogène. En cela, ils ne sont pas représentatifs de la masse des hommes politiques de la IIIe République, de tous ceux qui ont dû attendre bien plus longtemps avant de faire de la politique leur métier. Tous ceux-là, au contraire, témoignent de la très grande diversité de ces hommes.

© Presses universitaires de Perpignan, 2003

Terms of use: http://www.openedition.org/6540