Version classiqueVersion mobile

La glace et ses usages

 | 
Aline Rousselle

Les névières et les glacières de la Méditerranée espagnole : usages et signification

José Quereda Sala, E. Obiol Menero, E. Montón Chiva et J. Escrig Barberá

Texte intégral

Introduction

1Les habitants de la Méditerranée espagnole ont utilisé neige naturelle et glace comme moyen de réfrigération jusqu’à la production industrielle du froid, à partir du début du siècle actuel. Neige et glace s’obtenaient plus ou moins régulièrement selon la conjonction de composantes météorologiques et orographiques sur des espaces élevés. Une activité qui, avec le chevalier valencien Luis de Castellón ou Luis de la Nieve, comme on le surnomme, connut son premier personnage à stocker de la neige dans des glacières en 1591 (Escolano, 1879).

2Cette utilisation de la neige donna lieu à un commerce de la neige remarquable, ainsi qu’à tout un système de stockage, d’organisation et de distribution. Une activité remarquable qui mobilisait, de façon très irrégulière dans l’espace et dans le temps, une importante population active rurale qui s’occupait du ramassage de la neige jusqu’à sa commercialisation. Cette activité de la neige était commune à tout le bassin méditerranéen. Une même configuration géographique, cuvette entourée de hauts sommets, et une densité traditionnellement élevée de population à proximité du littoral où se trouvaient les centres de consommation importants, tels étaient les facteurs favorables à l’apparition de cette activité (Planhol, 1968).

Traces de l’activité « glacière »

3Nous pouvons retrouver aujourd’hui dans l’espace rural les traces de ces activités disparues et de cette exploitation qui, proche de sommets, de cols, de buttes ou de hautes plates-formes, est caractérisée par :

  • Puits à neige, (Pozos de nieve), dolines en forme de fosses coniques ou creux à neige aménagés pour recueillir et conserver la neige dans des endroits élevés et accessibles (fig. 1). Les puits à neige prédominent au sud de la Méditerranée espagnole, dans la région de Murcia et Alméria à 37°-38°N (Gil y Gómez, 1987).

  • Névières, (Neveras), ou « grenier à neige », bâtiment destiné à stocker et compacter la neige. Les névières sont les bâtiments les plus spectaculaires et intéressants de toute l’archéologie glacière méditerranéenne (fig. 2).

  • Glacière, (Glaçera), maison ou bâtiment destiné à conserver la neige compactée, encore plus dense, sur les lieux de sa consommation.

  • Congères d’accumulation, (Ventisquero ou Arremolinador), lieu où les bourrasques de vent entretiennent le froid aussi bien qu’elles contribuent à la suralimentation neigeuse.

4Les toponymes, étudiés sur différentes cartes topographiques, l’information orale, les restes des constructions et la recherche « archéologique » ont été nos principales sources d’information pour étudier cette relation. Les toponymes se référent à tout le processus suivi par la neige, depuis son ramassage jusqu’à la fin de son trajet en milieu urbain.

5Dans un premier temps, le toponyme désigne la construction et le lieu le plus immédiat. Sous le toponyme de « nevera » (névière) sont indiqués divers lieux à Sorita, à Castillo de Villamalefa, à Castellfort, à Matet, à Benassal. De même, dans la toponymie urbaine : différents villages de la province ont des rues ou des places de la « nevera » ou de la « nieve » : Sarratella, Serra d’En Galceran, Ares del Maestrat, Villafranca et Useres. La localisation de la glacière sur la place centrale est une constante dans toutes ces localités où le commerce de la neige fut fondamental. Ceci est caractéristique de la région de Morella. Presque tous les villages de la bordure montagneuse occidentale de la région méditerranéenne, qui jadis était constituée par les hameaux de la région de Morella, de Sorita à Castellfort, possèdent une glacière dans leur périmètre urbain. Nous les trouvons entre 800 et 1.000 m d’altitude et de préférence tournées vers le Bas Aragon. Les principales villes de cette région, Cantavieja, Aguaviva, Trochon, Bordon et Iglesuela assuraient ce petit commerce sporadique.

Fig. 1. Puits à neige du mont Turmell à Xert, 1.240 m. Plan et vue extérieure des ruines de la voûte et du puits à neige ovale avec capacité de 385 m3.

Fig. 2. Névière de Ares à 1.280 m entourée par la congère d’accumulation neigeuse. Vue extérieure et maison pour protection des personnes et montures pendant le gros temps.

Fig. 3. Névière de Catí, « butte de la névière ». Bâtiment à 1.170 m. Vue extérieure des ruines de la maison pour protection des personnes et montures, avec la bouche de charge du puits rectangulaire d’une capacité de 400 m3

6Dans les villes et capitales de province apparaissent les noms d’une maison de la Neige. C’est le cas de Castellón de la Plana, avec une place de la Neige détruite en 1851 (Gimeno, 1926). D’autres constructions rurales portent aussi cette appellation. A Atzeneta, à Fredes, des « rues de la Nevera », le mas de la « névière », le chemin de la « névière », à Cati, ou même le seuil de la « névière », dans les remparts de Morella, qui orienté au NW indique les régions qui approvisionnent la ville. De même, à Villamalur, les sillons de la « névière » ou, à Villahermosa, le sentier de la « névière ». Quelques cimes élevées portent aussi ce nom et ne font que confirmer nos données : la butte de la « névière » à Cati (fig. 3), à Benassal, à la Fondeguilla, à Atzeneta ou à Portell de Morella.

7De même le toponyme « ventisquero » ou son synonyme Valencien « arremolinador », est fréquent dans les campagnes. Le « ventisquero rojo », la glacière rouge, à Sacanet, appelé ainsi pour la couleur rouge de sa construction, ou « l’arremolinador dels frares », dans le Boixar, désignant ses propriétaires, en sont quelques exemples. Ailleurs, le toponyme fait référence à la personne qui l’exploitait, que ce soit le propriétaire ou son employé, comme la glacière du Père Zorio dans le Toro.

8Le travail et le commerce de la neige ont donc donné naissance, surtout dans les montagnes de ramassage, à bon nombre de toponymes qui semblent une image fidèle de cette importante activité. Pourtant, il semble que ces toponymes pourraient même être plus nombreux puisque ceux qui se rapportaient exclusivement au commerce et au transport ont disparu. Le réaménagement des chemins, la démolition des glacières pour la construction de mas, de fermes ou même de maisons de villages comme à Villafranca, et le défrichement intense de l’espace rural, autour du XIXe siècle, semblent avoir contribué à la disparition de la toponymie relative au monde de la neige.

9La distribution des névières et des glacières dans l’espace rural est très irrégulière selon les régions. Ainsi, alors qu’elles se situent dans la périphérie urbaine de Morella dans le Alt Maestrat, les névières sont déjà sensiblement éloignées des villages, bien qu’elles existent toujours, dans les villages les plus élevés, tels Culla ou Ares del Maestrat. Le commerce les fait se rapprocher le plus possible du versant est de la plate-forme orographique du Maestrat où sont réunis les principaux centres de consommation, ce qui obligeait à les installer le plus haut possible, pour faciliter tant un ramassage plus important qu’une durée de conservation plus longue. Des exemples comme Cati, Benassal ou Benafigos le confirment. Dans le Baix Maestrat, nous avons localisé deux fronts de ramassage de neige. Le plus à l’est est représenté par le Turmell, le front méridional par la Serra d’En Galceran. Dans les deux cas, on essaie de combiner proximité des villages et altitude maximale. La fonction des névières était mixte puisqu’elles servaient aussi bien au commerce interrégional du Turmell au littoral de Vinaros et de la Serra d’En Galceran à la Plana, qu’à la consommation dans les communes proches. Dans le voisinage de Penyagolosa, et surtout au sommet du même nom, le plus haut du pays, les congères d’accumulation artificielle apparaissent déjà. Les municipalités de Xodos, de Villahermosa, de Llucena et de Vistabella, possèdent des névières, mais dans les environs immédiats du sommet principal, ces congères sont abondantes. Dans les deux cas, les dépôts débouchent sur des sentiers ou des chemins, comme par exemple le « Cami dels Nevaters » qui de Sant Joan de Penyagolosa descend jusqu’à la Plana, traversant le Castillo de Villamalefa, Llucena, Figueroles et l’Alcora, ou même sur des drailles.

10Le commerce très intense de la neige à partir de Penyagolosa, qui était la grande réserve de La Plana, était assuré par une autre réserve plus ou moins importante : le Prado de la Cruz de Alto de Valdevacas, c’est-à-dire Mosqueruela, Valdelinares, Linares de Mora, Puertomingalvo et Castelvispal, qui forment la plate-forme élevée, dominée par le sommet du Penyagolosa, 1.819 m (fig. 4). Cette grande réserve contiguë de neige susceptible de favoriser la suralimentation éolienne pourrait sans doute expliquer la prolifération des congères au détriment des névières.

Fig. 4. Névière de Penyagolos a. Spectaculaire bâtiment à 1.380 m, avec capacité de 500 m3 pour stockage et conservation de la neige. Vue intérieure avec voûte croisée et bouche de charge.

11D’un autre côté, la montagne d’Espadan englobe les névières et les puits les mieux construits et les plus perfectionnés de toute la province. Les informations disponibles (Gispert, 1980), établissent que leur fonction principale, pour ne pas dire la seule, était commerciale. Le relief de la montagne, bien qu’il soit raide et accidenté, n’offre pas les conditions morphostructurales favorables des montagnes ou des hautes plates-formes du Maestrat. On ne trouve pas non plus les conditions thermiques et pluviométriques propices à la neige. Aussi, dans cet environnement défavorable, il fallut recourir aux grandes « névières », bien construites et bien situées dans les hauteurs maximales, et c’est pour cette raison qu’elles sont loin des villages : Algimia de Almonacid, Matet, etc. ; 900 m est l’altitude la plus courante dans la région.

12La plus grande concentration d’installations à neige se trouve sans aucun doute dans le Alto Palancia, de la Bellida à Sacanet. Une multitude de névières s’étagent du sommet de la Bellida jusqu’à son pied, favorisés par un relief tourmenté de talwegs et d’escarpements rocheux. La concentration de névières sur ce versant de la Bellida est déjà mentionnée au XVIIIe siècle : « ... ici, c’est l’endroit où l’on ramasse la neige pour Valence, et pour beaucoup d’autres endroits » (Ponz, 1789, t. IV). De même, pendant le XIXe siècle, ce versant continue à être le plus grand pourvoyeur de neige des principales zones agricoles qui l’entourent. La Bellida est célèbre par son versant qui fournit de la neige à Valence, à Sagonte et à Segorbe (Madoz, 1845, p. 183).

La neige et ses usages

13Tout cela nous amène a croire que, dans le cadre de la région considérée -la Méditerranée espagnole- le commerce de la neige avait sans doute un rôle remarquable jusqu’au début du XXe siècle. La référence la plus ancienne que nous avons pu trouver date de 1571. Le conseil du village d’Ares del Maestrat (fig. 5) autorise la construction d’une glacière pour assurer les besoins sanitaires de la population ainsi que ceux du bétail des habitants de la commune (A. M. XVI). Cela n’empêche pas d’affirmer que les névières et glacières étaient déjà connues antérieurement avec leurs deux applications fondamentales : Thérapeutique et Alimentaire.

Fig. 5. Névière de Ares à 1.280 m. Coupe et vue intérieure avec voûte en berceau. Capacité 600 m3.

Thérapeutique

14Les pratiques médicales de la Renaissance, qui suivent la doctrine d’Hippocrate fondée sur les oscillations du métabolisme, perdurèrent jusqu’au XVIIe siècle. Elles furent une de les causes de la popularisation de la neige considérée comme le principal médicament. La neige avait été jusqu’alors un article de luxe et par conséquent réservé aux classes les plus privilégiées ; ainsi à Vilareal était-elle exclusivement réservée au gouverneur. Mais elle devint progressivement un produit très commun dans toute la société. Fièvres et pestes furent, entre autres, les maladies qui bénéficièrent le plus de la diffusion de ces pratiques qui ont développé la consommation de la neige. Les documents nous illustrent cela :

  • Le village de Almenara décida, à la fin du XVIIe, en 1682, que « per les grans calors y basques que fa i per les febres que maten, séria bo de provehir de neu bastant », « À cause du temps chaud et lourd qu’il fait et à cause des fièvres qui tuent, il serait nécessaire de fournir suffisamment de neige ». L’utilisation thérapeutique de la neige était toujours prioritaire et elle était fournie à toute heure du jour ou de la nuit, entièrement gratuite, après un bref examen ou sur certificat de maladie (Archives municipales, Almenara, sect. approvisionnement municipaux, document 118).

  • Tout le long du XIXe siècle, la distribution de la neige et de la glace est autorisée à tous les malades touchés par l’épidémie de choléra et même lors de la dernière grande épidémie cholérique, à la fin du XIXe siècle, elle était encore appliquée, mélangée avec de l’huile.

  • Dans les principaux établissements thermaux de la région méditerranéenne, Avellá à Catí, Benasal, sont représentées des baigneuses qui se baignent dans des eaux où, pour soigner les infections de la peau, on versait une émulsion connue, « oli de neu » ou « Huile de neige », composée de neige, d’eau de source et de quelques herbes.

  • La neige était aussi un des remèdes les plus utilisés pour soigner diverses affections : maladies de l’abdomen et de l’appareil buccal que la neige soulage et soigne. Dans l’Alto Palancia, on raconte encore que son application servait à arrêter les hémorragies de l’accouchement et des extractions dentaires.

Alimentaire

15Mais si la consommation de la neige comme remède était importante et prioritaire, son utilisation pour les aliments et les boissons fut aussi remarquable. Dans toute la région méditerranéenne espagnole, durant les journées très chaudes de l’été, on se souvient que l’on rafraîchissait le vin avec de la neige. De même, les pêcheurs du littoral rapportaient de la neige pour conserver le poisson et le vendre ensuite dans d’autres régions.

Fermages et modèles d’approvisionnement

16La grande popularité de la neige dans la région méditerranéenne espagnole, qu’établissent les documents des différentes archives laisse supposer l’existence d’un commerce important de ce produit depuis les régions intérieures de ramassage jusqu’aux régions littorales de plus grande consommation.

17Des lieux d’accumulation aux marchés, la neige était transportée à dos de chevaux ou de mules, dans de grands paniers et caisses de bois avec couverture de zinc. Les blocs de neige étaient enveloppés dans des couvertures ou des sacs et couverts de paille de riz pour éviter fusion et évaporation. Chaque cheval ou mule portait 120 à 150 kg. Les transports mobilisaient le plus souvent des convois de plusieurs bêtes, surtout pour les trajets longs, qui étaient accomplis à une vitesse de 4 ou 5 km à l’heure. Presque tous les transports étaient nocturnes et la neige parvenait aux lieux de consommation au matin. Pendant ces trajets, et malgré les précautions prises, la neige transportée souffrait de pertes plus ou moins importantes suivant la distance et le temps de transport et suivant le type de temps : les pertes pouvaient atteindre le tiers ou la moitié du poids de neige chargée, en particulier à cause du vent.

18Ce commerce, fondé sur un produit indispensable pour les malades, entraîne une intervention de l’administration municipale et même de la « Generalitat », ou gouvernement, puisqu’à l’intérieur même de celle-ci la neige occupait une place importante parmi les taxes municipales. En 1604, les « Corts Valencianes » ont établi un impôt sur la neige le « Gavellot » (Cruz, 1985).

19Dans ce contexte, les municipalités deviennent les principales organisatrices du commerce de la neige, de sorte que les classes qui détenaient le pouvoir économique profitent d’un approvisionnement de neige privé, assuré par l’organisation mise en place par elles-mêmes ; ceci ne faisait que prolonger ce qui se passait auparavant, quand eux seuls pouvaient utiliser la neige à cause de son prix élevé : il y a ainsi beaucoup de glacières dans les châteaux nobiliaires pour leur usage exclusif. De même le clergé était-il approvisionné pour sa propre consommation. Les monastères de Benifassa, de Vall de Crist et du Désert des Palmas avaient des glacières à proximité pour amasser la neige qu’ensuite ils utilisaient lors des festivités religieuses, comme la fête du Corpus ou pour garder le vin au frais (Balbas, 1892). Mais le clergé louait très fréquemment aussi ses glacières ou ses installations particulières destinées à faciliter l’accumulation de la neige. Avec les bénéfices ainsi obtenus ont été rénovés plusieurs églises et monastères (Miralles, 1974).

20Malgré tout, les municipalités furent les principales organisatrices du commerce de la neige ; c’est pourquoi ce sont elles qui ont fixé les éléments de base des contrats de fermage qui, sous forme d’enchères publiques, selon que les communes avaient ou n’avaient pas leur propre neige, attribuaient selon les cas le droit de ramasser, de stocker ou de vendre la neige ou, simplement, le droit de la fournir à la municipalité intéressée.

21En 1870, à Castellón de la Plana, on consommait 360 chargements à peu près, soit environ 43.200 kg ; ce qui, réparti entre 23.393 habitants, représentait 1,8 kg/hab./an, ce qui aurait mis Castellón sur un pied d’égalité avec d’autres villes, telles Malaga (379 chargements) ou Tolède (413 chargements en 1839) (Capel, 1970). Chiffres pourtant minimes puisqu’à cette époque, le conseil de la ville de Castellón de la Plana demande aux marchands qu’ils s’engagent à rapporter plus de neige car il y en a tout juste assez pour soigner les malades. Il s’agirait donc d’une baisse qui coïncide avec la deuxième moitié du XIXe siècle ou, autrement dit, avec la baisse des températures de la fin du « petit âge glaciaire ». Diminution de la neige qui s’observe même dans les chargements livrés dans les villes où « chaque fois, on aperçoit davantage la terre, les pierres et l’herbe et de moins en moins la neige ».

22Nous sommes ainsi parvenus à une autre question intéressante : les névières et glacières de la Méditerranée espagnole constituent-elles des indicateurs paléoclimatiques ?

Les névières et glacières de la Méditerranée espagnole : Indicateurs paléoclimatiques ?

23Il est surprenant de découvrir que dans le domaine méditerranéen semi-aride espagnol, les provinces maritimes disposent de tant d’informations du XVIe au XIXe siècle relatives au mode de vie et au commerce complexe organisés autour de la neige et de la glace, alors que le gel et les précipitations neigeuses n’interviennent dans la région qu’un jour de neige par an, en moyenne, à partir de 700-800 m d’altitude.

Fig. 6. L’aspect de la Rambla de Carbonera pose une question clé : Où sont l’eau et la neige ?

24Et encore, plus que le nombre de jours de précipitations neigeuses, il est intéressant de connaître le nombre de jours durant lesquels le sol reste enneigé, la période d’enneigement. Dans les montagnes de la région de Valence, la durée moyenne annuelle d’enneigement pour tout l’intérieur est seulement de deux à trois jours (fig. 6).

25Face à cette pauvreté de jours de neige que montrent les relevés actuels, les 6.750 km2 de la province de Castellón ne comptent pas moins de 77 constructions destinées à la neige et à la glace. Ce sont des constructions pour lesquelles la documentation existante se situe entre 1571 et 1750, aussi bien pour leur édification que pour leur entretien et leur conservation. On ne peut manquer, d’autre part, d’être frappé par la fréquence de moulins à eau construits ici sur des rivières, des ramblas, absolument sèches aujourd’hui ou ne connaissant guère que des écoulements sporadiques (fig. 7).

Fig. 7. Distribution des névières et des glacières dans l’espace rural de la province de Castellón, durée moyenne annuelle d’enneigement et trajets principaux des convois de neige.

26A cet égard, la question posée n’est pas autre que : la construction de ces moulins et névières a-t-elle correspondu à une époque où les écoulements étaient soutenus par des chutes de neige plus abondantes, avec des températures plus basses ?

Le Petit âge de glace

27Tout semble confirmer qu’il s’agit là d’une période plus froide que l’actuelle et qui, d’après la documentation existante, aurait duré du XVe au XIXe siècle. Cette période, caractérisée par un refroidissement, a reçu l’appellation de « Petit âge de glace ». Peut-être cela est-il exagéré parce que les différents indicateurs phénologiques ne constatent que des paroxysmes climatiques, ou des refroidissements périodiques sans tendance prolongée. A cet égard, dans la Méditerranée espagnole, l’Ebre a gelé dix fois entre 1500 et 1800.

28Pourtant, l’accumulation de mentions dans les chroniques et spécialement les récentes méthodes isotopiques sur les « cores » de glace polaire et les méthodes dendroclimatiques sur les « cores » des conifères méditerranéens (fig. 8) est telle qu’il semble aujourd’hui que ce soit faire preuve d’une prudence excessive que de douter des tendances froides pendant la période XVI-XIXe siècle.

Fig. 8. Moyennes dendrochronologiques. Moyennes annuelles des indices de croissance des arbres d’après la chronologie de Penyagolosa, Maestrat.

29A partir de cette date, fin du XIXe siècle, le refroidissement a cessé. Il semble qu’ensuite on note une hausse sensible des températures. Toutes ces altérations concorderaient avec le modèle thermique établi pour l’Hémisphère Nord, selon lequel la hausse des températures entre 1900 et nos jours, a été de 0,7 ou 0,8°C. En effet, l’évolution de la température moyenne annuelle à partir des longues séries disponibles des principaux observatoires de l’Espagne Méditerranéenne met en évidence une tendance au réchauffement climatique (J. Quereda y E. Montón, 1997) (fig. 9).

Fig. 9. L’évolution de la température moyenne annuelle à partir des longues séries disponibles des principaux observatoires de l’Espagne Méditerranéenne met en évidence une tendance de réchauffement climatique.

Conclusion

30Une grande activité a été développée autour de la conservation, du transport et de l’utilisation de la neige du XVIe au XIXe siècle dans les montagnes espagnoles du versant méditerranéen. Les archives et les observations archéologiques témoignent de la fréquence des névières, glacières et puits à neige en même temps que de l’importance et de la variété des usages de la neige conservée hors saison. Un usage fondé prioritairement sur la considération de la neige principalement comme médicament.

31Cependant à côté de la découverte de ces témoignages archéologiques sur la neige et ses usages nous pouvons nous poser une autre question intéressante : les névières et glacières de la Méditerranée espagnole constituent-elles des indicateurs paléoclimatiques ? C’est-à-dire s’il faut y voir un argument supplémentaire des effets du Petit Age Glaciaire observé ailleurs en Europe et, au-delà, un argument relatif aux fluctuations du régime des températures.

Bibliographie

– J.A. Balbas Cruz, El libro de la provincia de Castellón, Castelló, J. Armengot, 1982.

– H. Capel Saez, « Una actividad desaparecida de las montañas mediterráneas el comercio de la nieve », Revista de Geografia, IV, 1, Barcelona, 1970, pp. 5-42.

– A.J. Cavanilles, Observaciones sobre la historia natural, Geografia... del Reyno de Valencia, Madrid, lmp. Real, 1795.

– J. Cruz Orozco, El comercio de la nieve en Valencia, Valencia, Inst. Allons el Magnánim, Dip. Valéncia, 1985.

– D. Damajoux, « Caractéristiques climatiques des saisons froides en France jusqu’à la fin du XIXe siècle », La Météorologie, 8, 1977, pp. 171-186.

– J. Dettwiller, « Évolution séculaire du climat de Paris », Météorologie nationale, 52, 1970, 79 p.

– J.M. Doñate Gimeno, « Vila-real en el comercio de la nieve », Centre d’estudis de la Plana, 3, 1985, pp. 43-53.

– G. Escolano, Década Primera de la Historia de Valencia, 1610 (universidad de Valencia, 1972).

– Gil Meseguer, E. y Gomez Espin, J. Ma. « Los pozos de nieve en la Régión de Murcia », Academia Alfonso el Sabio, 1987, pp. 643-645.

– V. Gimeno Michavila, Del Castellón Viejo, Castelló, imp. Armengot, 1926.

– L. Gispert Macian, Caminando por la Sierra de Espadán, Valencia, Mari Montañana, 1980. Gran Enciclopedia de la région valenciana, Valencia, 1973.

– J.-P. Legrand, « Fluctuations météorologiques, vendanges et activité solaire », La Météorologie, 9, 1977, pp. 73-90.

– Le Roy Ladurie E., Histoire du climat depuis l’an Mil, Paris, Flammarion, 1983.

– P. Madoz, Diccionario Geografico... de España, 1845 (Valencia, Inst. Alfons el Magnánim, 1985).

– G. Manley, « Central England températures : monthly means, 1659 to 1973 », Q.J.R.M.S., 100, 1974, pp. 389-405.

– V. Meseguer, et al. « Pozos de nieve o neveres del Maestrat », Centra de Estudios del Maestrazgo, 1993, pp. 97-122.

– J. Mirailles Sales, La villa de Salsadella, B.S.C.C. (Obras Investigación Histórica, XLIX), 1974.

– X. de Planhol, « Le commerce de la neige en Afghanistan », Revue de géographie alpine, LXII, 1974, pp. 267-276.

– X. de Planhol, « L’ancien commerce de la neige en Corse », Méditerranée, 1968, pp. 5-22.

– A. Ponz, Viage de Espña, 1789 (Imp. Viuda de Ibarra, 1972).

– J. Puig, Historia breve y documentada de la Real Villa de Catí, Dip. Prov. Castellón, 1970.

– J. Quereda, et E. Obiol, « Glacières et puits à neige dans la région de Castellò de la Plana : indicateurs paléoclimatiques phénologiques ? », Revue Géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1990, tome 66, volume 2.

– J. Quereda, et E. Montón, « L’élévation de la température en Espagne Méditerranéenne : tendance naturelle ou effet de l’urbanisation ? », Publications de l’Association Internationale de Climatologie, 1996, Volume 49, pp. 487-496.

– J. Sanchez Adell, « Noticias documentales para la historia de Llucena », B.S.C.C., XLVIII, 1972, pp. 73-102.

– A. Sanchez Gozalbo, « Bojar, Fredes y Corachar », B.S.C.C., XXXVIII, 1962, pp. 349-370.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Puits à neige du mont Turmell à Xert, 1.240 m. Plan et vue extérieure des ruines de la voûte et du puits à neige ovale avec capacité de 385 m3.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26802/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 2. Névière de Ares à 1.280 m entourée par la congère d’accumulation neigeuse. Vue extérieure et maison pour protection des personnes et montures pendant le gros temps.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26802/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Fig. 3. Névière de Catí, « butte de la névière ». Bâtiment à 1.170 m. Vue extérieure des ruines de la maison pour protection des personnes et montures, avec la bouche de charge du puits rectangulaire d’une capacité de 400 m3
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26802/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 4. Névière de Penyagolos a. Spectaculaire bâtiment à 1.380 m, avec capacité de 500 m3 pour stockage et conservation de la neige. Vue intérieure avec voûte croisée et bouche de charge.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26802/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Fig. 5. Névière de Ares à 1.280 m. Coupe et vue intérieure avec voûte en berceau. Capacité 600 m3.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26802/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 6. L’aspect de la Rambla de Carbonera pose une question clé : Où sont l’eau et la neige ?
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26802/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Fig. 7. Distribution des névières et des glacières dans l’espace rural de la province de Castellón, durée moyenne annuelle d’enneigement et trajets principaux des convois de neige.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26802/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 8. Moyennes dendrochronologiques. Moyennes annuelles des indices de croissance des arbres d’après la chronologie de Penyagolosa, Maestrat.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26802/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 9. L’évolution de la température moyenne annuelle à partir des longues séries disponibles des principaux observatoires de l’Espagne Méditerranéenne met en évidence une tendance de réchauffement climatique.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26802/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

Auteurs

Estación de Climatología, Universitat Jaume I, Castellón

Estación de Climatología, Universitat Jaume I, Castellón

Estación de Climatología, Universitat Jaume I, Castellón

Estación de Climatología, Universitat Jaume I, Castellón

© Presses universitaires de Perpignan, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search