Version classiqueVersion mobile

La glace et ses usages

 | 
Aline Rousselle

Descriptif concernant le puits à neige de Roque-Rouge et le puits à glace de Corbère-les-Cabanes

Régis Pruja

Texte intégral

Puits à neige de Roque-rouge (fig. 1, 2, 3)

Situation

1Sur la commune de Boule-d’Amont, à l’ouest du prieuré de Serrabone, sur la crête du Roque-Rouge, à 930 m d’altitude environ.

Historique

  • 1 Denis Fontaine, Un patrimoine méconnu : les glacières en Roussillon, Vallespir, Confient et Fenouil (...)

2La première mention des puits de Serrabone date de 1727. Il était alors question de trois glacières, appartenant à la famille Serradell de Bouletemère1. Actuellement seuls deux de ces puits ont été localisés. Le premier est situé en haut du sentier qui longe la crête, au lieu dit Pic Ambrosi, et à 970 m d’altitude. Sa voûte est malheureusement effondrée et l’intérieur est envahi par les broussailles. Son diamètre intérieur est d’environ 8,70 m. La seconde glacière, située non loin de la première, à 930 m d’altitude, est parfaitement conservée. C’est elle qui fera l’objet de notre relevé.

Orientation

3Le puits est construit sur le flanc est de la montagne, à proximité de la crête. Il est entièrement enterré. Son entrée est orientée au nord-est, conformément aux instructions du Dictionnaire historique de l’architecture (1832).

Description

4La porte d’entrée (fig. 4) : On accède au puits par une petite porte extérieure non couverte mais protégée par deux petits murets latéraux. Elle présente la particularité d’avoir trois linteaux constitués de grosses pierres locales. Celles-ci sont utilisées dans leur état brut et se retrouvent dans l’ensemble de l’édifice. Elles peuvent mesurer jusqu’à 1,40 m de long, 90 cm de large et 30 cm d’épaisseur. Les chambranles ont été réalisés à l’aide de petites pierres liées à la chaux.

5Le couloir d’accès :c’est un sas de 1,44 m de haut et de 1,15 m de large qui assure la transition entre l’intérieur et l’extérieur. Ses parois verticales sont constituées de pierres sèches de petite taille liées au mortier de chaux. La paroi supérieure horizontale, quant à elle, se compose, sur 4,40 m, de grosses dalles de pierre identiques à celles des linteaux. Sur les derniers 90 cm du sas, les dalles laissent place à une légère voûte en épi cintrée menant ensuite à la porte donnant sur le puits lui même.

Fig. 4 – Entrée du couloir d’accès du puits à neige de Roque-Rouge (Serrabone).

(cliché D. Fontaine)

Fig. 5 – Couloir d’accès et porte intérieure du puits à neige de Roque Rouge (Serrabone)

(Cliché D. Fontaine)

6La porte d’accès au puits (fig. 5) : sur le montant droit de cette porte, on peut apercevoir l’emplacement des anciens gonds ancrés dans un des chambranles. Les chambranles ont été réalisés avec des morceaux de briques et de pierres liés et coffrés à la chaux. Les linteaux de dalles superposés utilisent le même procédé que la porte extérieure. Le seuil de cette seconde porte est intact, et se compose d’une grosse pierre de taille épaisse de 20 cm.

7Le puits : c’est un cylindre voûté de 5,75 m de diamètre et de 8,30 m de hauteur, du bas de la margelle jusqu’au niveau des gravats (un remblai occupe en effet le fond de l’édifice). Au-dessus de la porte d’accès et dans son axe, apparaissent deux objets métalliques scellés dans le mur. L’un est situé à 1,40 m au-dessus du linteau, l’autre à 1,00 m. Le premier a la forme d’un crochet de 40 cm de long alors que le second ressemble à un anneau. Ce système devait servir probablement au levage des morceaux de glace, soit à l’aide d’une poulie fixée au crochet, soit à l’aide d’une corde passant dans le crochet puis dans l’anneau créant ainsi un système de blocage. L’appareillage des parois du puits a été soigneusement réalisé avec des pierres de taille moyenne minutieusement positionnées en alternance avec de grosses dalles. Le tout est lié à la chaux. Les parois apparaissent comme parfaitement régulières et en excellent état. Depuis l’intérieur on remarque également deux orifices de 50 cm sur 50 cm. Ils servaient probablement à l’aération ou au remplissage. Le premier est positionné au nord, le deuxième au sud. Ils sont situés à 70 cm environ au-dessus du niveau de la porte d’entrée. Ces orifices mènent directement sur l’extérieur par de petits couloirs ascendants de faible taille et mesurant 1,30 m de long. En raison du comblement intérieur, il n’a pas été possible de relever des traces de supports de grille ni de trou d’évacuation des eaux de fonte.

8La voûte (fig. 6) : elle a probablement été réalisée suivant la méthode du « pied de voûte » (couche après couche, à l’exemple d’un orri, cette cabane de berger que l’on trouve en montagne). Cette technique donne une voûte irrégulière. Celle-ci débute à 90 cm au dessus de la porte d’accès pour se terminer par une margelle ou oculus, positionnée exactement au centre du puits. Cette margelle est parfaitement réalisée de pierres sèches de même taille (55 cm de long, 17 cm de large et 5 cm d’épaisseur) qui viennent s’inscrire suivant les rayons d’un cercle parfait, de 1,40 m de diamètre sur la partie haute à 85 cm sur la partie basse. Les charges de la voûte viennent s’appuyer et se répercuter sur la margelle.

Fig. 6 – Voûte et margelle du puits à neige de Serrabone

(cliché G. Barnades)

9Abords extérieurs du puits : l’aval du puits est maintenu, du sud-est au nord-est, par des murs de soutènement réalisés en terrasses successives (cf. coupe B.-B.). A proximité immédiate (à 5,00 m à droite de l’entrée), se trouvent les ruines d’une ancienne maison aux dimensions relativement modestes : 6,20 m de large pour 3,60 m de profondeur. Elle ne comprenait qu’une seule ouverture, une porte large de 70 cm. Cette bâtisse était sans doute utilisée comme abri par les hommes qui venaient remplir la glacière ou débiter la glace.

Puits à glace de Corbère-les-Cabanes (fig. 7, 8)

Situation

10Sur la commune de Corbère-les-Cabanes, à l’est du village, et à 170 m d’altitude environ.

Historique

  • 2 Denis Fontaine, op. cit., p. 70.

11Cette glacière est citée pour la première fois en 1689. Elle devait alors servir de puits-relais entre le Confient et Perpignan2.

Orientation

12L’édifice est construit sur le flanc nord-est d’une colline. Son entrée suit la même orientation.

Description

13Le couloir d’accès (fig. 9) : son état de délabrement a rendu difficile le travail de relevé. Le tracé général est en zigzag. Il se compose donc de trois couloirs – probablement quatre à l’origine. Tous sont en partie comblés et n’excèdent pas 1,20 m de haut et 95 cm de large. Ils présentent trois coudes à 90 degrés environ. L’entrée elle-même n’existe plus mais des éléments permettent encore de l’imaginer. Le premier coude du couloir est maintenant à découvert car la voûte s’est effondrée. Ces couloirs sont délimités verticalement par des murs constitués de petites pierres et de briques entières ou brisées liées à la chaux. Leur partie supérieure est voûtée. Ces voûtes ont été réalisées en pierres enduites en sous-face de chaux. Chaque coude donne lieu à des chambranles utilisant les mêmes briques que celles placées au niveau des linteaux. Ces briques font toutes 42 cm de long, 21 cm de large et 5 cm d’épaisseur. Cette succession de couloirs conduit à l’entrée du puits.

14La porte du puits : celle-ci mesure 1,25 m de haut et 65 cm de large. Les chambranles ont été réalisés à l’aide des mêmes briques que précédemment. Le linteau est fait de dalles de pierres superposées de 1,10 m de long. Le seuil est, quant à lui, réalisé en pierre. Cette porte donne directement sur le puits.

15Le puits : il mesure 5,50 m à 5,60 m de diamètre et atteint une hauteur de 5,94 m, du remblai à la base de la margelle. Un fer de levage figure encore au-dessus de la porte d’accès. L’enduit de chaux des parois est encore en grande partie conservé. Les murs du puits ont été réalisés avec un appareillage de pierres de faible taille et de taille moyenne, disposées plus grossièrement que dans la glacière de Roque-Rouge. La finition est dès lors beaucoup moins nette. On y trouve également deux orifices de 55 cm de large et de 45 cm de haut, servant de conduits de remplissage ou d’aération. Le premier est orienté à l’est, le second à l’ouest. Ces orifices traversent le mur extérieur épais de 80 cm par une petite pente ascendante. Ils sont situés à 1,00 m au-dessus du niveau de la porte.

16La voûte (fig. 10) : elle débute à 1,30 m au-dessus de la porte et vient se terminer par une margelle carrée de 60 cm par 60 cm et de 24 cm d’épaisseur. La technique de construction de cette voûte est certainement la même que celle de la glacière de Roque-Rouge.

Fig. 9. Coupole et entrée du couloir d’accès du puits à glace de Corbères-les-Cabanes (cli

ché D. Fontaine)

Fig. 10. Coupole et orifice de remplissage du puits à glace de Corbère-les-Cabanes

(cliché D. Fontaine)

17Extérieur du puits : ce puits possédait une couverture de tuiles canal encore visible sur la partie supérieure de la coupole. Cette couverture semblait se composer de quatre pentes.

Comparaison entre les deux glacières

18Le puits à neige de Roque-Rouge et le puits à glace de Corbère-les-Cabanes sont semblables par leur volumétrie intérieure et par leurs ouvertures. La différence principale se situe au niveau des accès. Celui de la glacière de Corbère-les-Cabanes est plus complexe (succession de coudes), probablement pour éviter les entrées d’air chaud et humide plus fréquentes à cette altitude. Le puits à neige de Roque-Rouge est beaucoup mieux conservé, même si ses matériaux sont moins variés et leur mise en œuvre plus simple.

Notes

1 Denis Fontaine, Un patrimoine méconnu : les glacières en Roussillon, Vallespir, Confient et Fenouillèdes. Enquêtes historiques et archéologiques, mémoire de D.E.A. d’Etudes catalanes, Université de Perpignan, C.R.E.C., 1997, p. 177.

2 Denis Fontaine, op. cit., p. 70.

Table des illustrations

Légende Fig. 1
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 2
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 3
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Fig. 4 – Entrée du couloir d’accès du puits à neige de Roque-Rouge (Serrabone).
Crédits (cliché D. Fontaine)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26792/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 5 – Couloir d’accès et porte intérieure du puits à neige de Roque Rouge (Serrabone)
Crédits (Cliché D. Fontaine)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26792/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Fig. 6 – Voûte et margelle du puits à neige de Serrabone
Crédits (cliché G. Barnades)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26792/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 7
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26792/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 8
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26792/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 9. Coupole et entrée du couloir d’accès du puits à glace de Corbères-les-Cabanes (cli
Crédits ché D. Fontaine)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26792/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 10. Coupole et orifice de remplissage du puits à glace de Corbère-les-Cabanes
Crédits (cliché D. Fontaine)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26792/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Auteur

© Presses universitaires de Perpignan, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search