Version classiqueVersion mobile

La glace et ses usages

 | 
Aline Rousselle

Inventaire des glacières des Pyrénées-Orientales

Denis Fontaine

Note de l’éditeur

En collaboration avec Michel Martzluff, Université de Perpignan.

Texte intégral

Introduction

  • 1 La ville compte environ 10000 habitants à la fin du XVIIIe siècle. La plupart des familles aristocr (...)

1L’usage de la glace s’est répandu dans les pays riverains de la Méditerranée occidentale dans le courant du XVIe siècle et au début du siècle suivant. La glace était alors obtenue soit à partir de la neige récoltée sur les massifs et conservée dans des glacières d’altitude, soit à l’aide de bassins de congélation aménagés en plaine et en moyenne montagne (ces structures étant approvisionnées en eau par des canaux d’irrigation). Ce système mixte d’approvisionnement était utilisé en Roussillon ainsi qu’en Catalogne espagnole. Les conditions étaient réunies pour produire et consommer de la glace et de la neige : la situation géographique tout d’abord, avec une plaine littorale relativement étendue et dominée par des massifs montagneux culminant à plus de 1000 et 2000 m (Albères, 1256 m, Roc de Frausa, 1450 m, Canigou, 2784 m). La situation climatique ensuite, caractérisée bien sûr par les fortes chaleurs estivales du climat méditerranéen, mais aussi par les variations thermiques induites par le relief, occasionnant des baisses de température et des précipitations neigeuses en altitude. Le peuplement jouait également un rôle important, principalement les villes, premiers lieux de consommation et parmi elles, Perpignan, capitale où se concentrait une partie de la population de la province, notamment les grandes familles nobles et marchandes1. Il faut enfin signaler l’existence d’un réseau de canaux d’irrigation en plaine et dans les vallées. Ce réseau, qui avait déjà permis l’installation d’établissements préindustriels tels que les forges, les moulins à farine, à huile ou à foulons, fut utilisé pour approvisionner en eau les bassins de congélation des glacières.

État des recherches antérieures

  • 2 Le commandant Eugène Devaux leur consacre un article dans la revue Tramontane en 1943 : « Une ancie (...)
  • 3 Prats de Mollo était au XVIIIe siècle la deuxième ville la plus peuplée de la province.
  • 4 Eugène Devaux, art. cit., Anny de Pous : « Quelques documents concernant les puits à neige », Confl (...)
  • 5 Fernand Poirot, Artisanat catalan d’hier et d’aujourd’hui, Toulouse, 1973. Les interprétations avan (...)
  • 6 Jean Tocabens, Thérèse Gibert, Francis Manent, Roger Rull, Les puits à glace, dossier d’éveil pour (...)
  • 7 Ada Acovitsioti-Hameau, L’artisanat de la glace en Méditerranée occidentale, supplément n° 1 au Cah (...)
  • 8 Pierre Ponsich, René Marty, « Le puits à glace de Canet », Etudes roussillonnaises, tome XIII, 1994 (...)

2Ces édifices, dont certains ont probablement été utilisés jusqu’à la fin du XIXe siècle, ont été redécouverts par les archéologues après 19402. Depuis, les études consacrées aux glacières ont permis de localiser un certain nombre d’édifices, principalement en plaine, dans les Albères, sur le Roc de Frausa, les contreforts du Canigou. Si certaines régions ne sont pas citées dans ces études, telles que le Haut-Vallespir, le Capcir et la Cerdagne, cela ne signifie pas qu’elles aient été dépourvues de glacières. Le cas de Prats-de-Mollo, situé en Haut-Vallespir, en est un bon exemple, puisque cette ville possédait au moins un puits à neige3. Ces études ne couvrent donc pas l’ensemble du département. Elles ont, en outre, évolué vers une approche plus scientifique en raison des progrès de la recherche. Les articles du commandant Eugène Devaux et d’Anny de Pous, parus en 1943 et 1969-1970, fournissent ainsi les premières listes de glacières, mais ne font pas la distinction entre puits à neige et puits à glace. Les auteurs semblaient ignorer l’utilisation des bassins de congélation4. Ces listes signalent les glacières les plus connues, celles localisées lors de prospections ou mentionnées dans les répertoires analytiques des Archives départementales (séries C, G et Q, archives communales de Thuir). L’ouvrage de Fernand Poirot sur l’artisanat catalan, publié en 1973, consacre un chapitre aux puits à glace, mais il reprend, dans l’ensemble, les termes de l’article d’Eugène Devaux5. Le dossier pédagogique élaboré, en 1984, par des professeurs de l’Ecole Normale de Perpignan s’inspire des publications précédentes et complète la liste des glacières grâce à de nouvelles prospections et à des recherches en archives6. Enfin, dans les années 1990 apparaissent des études à caractère scientifique, permettant notamment de mieux comprendre le fonctionnement des glacières : l’ouvrage d’Ada Acovitsioti-Hameau sur l’artisanat de la glace en Méditerranée occidentale7, et l’article de Pierre Ponsich et de René Marty sur le puits à glace de Canet8. Ce dernier article recense au moins trente édifices conservés ou disparus.

  • 9 Jérôme Kotarba, Christian Dones, Florent Mazières, Olivier Passarius, Annie Pezin, Bernard Rieu, In (...)
  • 10 Un patrimoine méconnu : les glacières en Roussillon, Vallespir, Confient et Fenouillèdes, enquêtes (...)

3Les informations fournies par ces diverses publications ont permis de constituer une amorce d’inventaire. Il s’agissait dès lors de compléter ce travail par de nouvelles prospections et de nouvelles recherches en archives. Ces enquêtes ont été menées, d’une part, en 1989 et 1993, par des archéologues membres de l’Association archéologique des Pyrénées-Orientales, dans le cadre d’un inventaire des sites archéologiques de la basse vallée du Tech et des Albères9, et, d’autre part, en 1996-1997, par nous-mêmes, dans le cadre d’un D.E.A. d’Etudes catalanes10. Les prospections effectuées dans la basse vallée du Tech et dans le massif des Albères ont ainsi permis de localiser les glacières situées dans ces deux zones et d’en décrire certaines avec précision. Quant au dépouillement des archives, il a permis de dater certains édifices, mais aussi de trouver des mentions de glacières aujourd’hui disparues ou non encore localisées. La présente communication a pour objet de présenter les résultats de ces enquêtes.

Méthodologie

Complémentarité entre l’archéologie et la recherche en archives

4Les glacières suscitent toujours chez le public, mais aussi chez l’historien, de nombreuses interrogations. A quelle époque sont-elles apparues ? comment fonctionnaient-elles ? existaient-elles partout ? Ces questions traduisent assez bien les problèmes soulevés par l’étude des glacières : localisation, identification, datation, et évaluation.

  • 11 Ce sont principalement le Haut-Vallespir, le massif du Canigou, le Confient, le Capcir, la Cerdagne (...)

5Pour localiser des glacières la principale méthode utilisée jusqu’à présent a été la prospection archéologique, comme en témoignent les études citées précédemment. Cette prospection peut néanmoins prendre trois formes. Il peut s’agir d’une découverte fortuite, d’une recherche ponctuelle (à partir des données fournies par la tradition orale, la bibliographie ou les archives), mais aussi d’une prospection systématique à l’échelle d’un massif, comme cela a été fait dans les Albères et la basse vallée du Tech. Il reste encore beaucoup à faire dans ce domaine puisque le département n’a pas été prospecté entièrement. Le recours aux textes d’archives peut aussi aider à découvrir de nouveaux vestiges de glacières (cela a été le cas pour celle de Saint-Féliu-d’Avall) (fig. 1) ou à localiser des édifices disparus (par exemple, à Thuir). A contrario, les prospections ont permis de connaître des glacières non mentionnées dans les textes. Cette complémentarité entre prospection et recherche en archives contribue à établir un recensement plus complet des glacières existantes ou disparues. Les recherches actuelles ont permis de localiser des édifices situés dans la partie orientale du département : depuis le littoral jusqu’à la moyenne vallée de la Têt, des Albères aux premiers contreforts du Canigou ainsi que dans le Fenouillèdes. De nouvelles prospections et le dépouillement de nouveaux fonds d’archives feront connaître probablement d’autres glacières dans les zones non étudiées ou non prospectées systématiquement11.

6Pour dater, il fallait soit effectuer des fouilles sur place, soit mener des recherches dans les archives. La seule datation à partir des techniques de construction n’était pas suffisamment fiable, ces édifices ayant été réalisés à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), et maintes fois remaniés. A ce jour aucune fouille archéologique n’a encore été faite dans une glacière des Pyrénées-Orientales. La décou verte de mentions écrites est en fait le moyen de datation le plus sûr. Il est possible ainsi de connaître les différentes étapes qui marquent l’histoire d’un édifice : projets de construction, réalisation, réparations successives, destruction... etc.

Fig. 1 – Voûte et conduit de remplissage du puits à glace de Saint-Féliu-d’Avall (Cliché D. Fontaine).

  • 12 C’est pourquoi on a longtemps cru que les glacières roussillonnaises avaient été seulement approvis (...)

7Cette complémentarité entre prospection et recherche en archives apparaît utile aussi pour identifier des structures. S’agit-il d’un puits à glace ou d’un puits à neige ? les textes bien souvent le signalent, soit par le terme utilisé pour désigner l’édifice (pou de glas, pou del gel, pou de neu), soit par des éléments de description, en particulier la mention des bassins de congélation (les vasses) qui indique avec certitude qu’il s’agit alors d’un puits à glace. Ces bassins, réalisés en terre, sont des structures fragiles, et pour cette raison ont généralement disparu12.

8La combinaison de ces deux méthodes de travail contribue à une meilleure connaissance de ces édifices. Elle permet d’en compléter l’inventaire et d’en évaluer l’importance.

Présentation des données

9Après avoir été recueillies, les informations ont été classées puis présentées de manière à mieux les analyser. L’inventaire des glacières des Pyrénées-Orientales se présente donc principalement sous deux formes : des tableaux et des cartes.

  • 13 Sébastien Vernet, « puits de glace (Els pous de glass) », Le fil à soi, n° 6, Catllar, avril 1994.
  • 14 « Joch, un village, une histoire », D’Ille et d’ailleurs, n° 7, juillet 1987.
  • 15 Pierre Ponsich et René Marty, op. cit., p. 124.

10Notre premier souci a été de veiller à ne pas mélanger les données archéologiques avec les données archivistiques, de façon à ne pas perdre de vue la source de l’information. Ainsi, avons-nous élaboré trois séries de tableaux. Dans un premier temps, sont présentés ceux qui regroupent les données tirées des archives, mais aussi de la tradition orale. Dans ce dernier cas, les informations, ensuite véhiculées dans des publications (pour les communes de Catllar13, Joch14, Terrats15) ou signalées par un témoin (Cases-de-Pène), ne concernent que des glacières disparues (tableaux n° l à 3). Figurent ensuite des tableaux relatifs uniquement aux données fournies par la prospection sur le terrain. Ces données sont issues des notices rédigées par des membres de l’Association archéologique des Pyrénées-Orientales ou des publications déjà citées (tableaux 4 à 6). Enfin, une dernière série propose une synthèse des tableaux précédents, permettant ainsi de mettre au point une seule liste de glacières (tableaux n° 7 et 8). C’est à partir de cette liste que sont construits des tableaux statistiques (tableaux n° 9 à 11). Au sein de ces trois grandes catégories, les informations ont été classées de façon thématique pour permettre des approches multiples (ex : par commune, par espace géographique, par ordre chronologique, selon l’altitude).

  • 16 Les communes ont été réparties de la façon suivante : Roussillon (plaine) : Perpignan, Cabestany, S (...)
  • 17 Les indications toponymiques « personnelles » sont issues soit de textes d’époque, soit de la tradi (...)

11Les termes utilisés dans ces tableaux appellent quelques précisions. La colonne « Espace géographique » regroupe les régions concernées par cette étude, c’est-à-dire, celles correspondant à la partie orientale du département, depuis le littoral jusqu’au Conflent. Les limites entre ces régions n’étant pas faciles à déterminer, nous avons choisi de préciser, en même temps les « pays » traditionnels (Roussillon, Vallespir, Confient et Fenouillèdes), les sous-ensembles géographiques, c’est-à-dire les massifs montagneux (Albères, Roc de Frausa, Aspres, Corbières) et les parties bien individualisées de la plaine (Salanque, Riberal)16. Dans la colonne « Lieu-dit », les expressions en italique sont les citations originales, celles entre guillemets ont été traduites du latin, et celles entre crochets sont des annotations personnelles17. Les colonnes « Neige » et « Glace » servent à distinguer les puits à neige des puits à glace. Cette distinction a pu être faite, comme nous l’avons dit précédemment, grâce aux textes, mais aussi en fonction de l’altitude où se trouvent les glacières. On conçoit aisément que les puits à neige se situent là où les chutes de neige sont les plus fréquentes, c’est-à-dire, au-dessus de 900 et 1000 m. Cependant, cette question n’ayant pas été suffisamment étudiée, il est possible qu’il ait existé des types intermédiaires de glacières (puits-relais, glacières remplies indifféremment de glace ou de neige, etc...?).

12Les données recueillies ont été aussi présentées sous forme de cartes : une carte générale de la zone étudiée, signalant toutes les communes ayant eu une ou plusieurs glacières (carte n° 1) ; une carte de la majeure partie des Albères (carte n° 2) ; une carte d’une partie des contreforts du Canigou (carte n° 3) et une carte du réseau hydrographique (carte n° 4).

Carte n° 1 : répartition par commune des glacières du Roussillon, Vallespir, Confient et Fenouillèdes

Carte n° 1 : répartition par commune des glacières du Roussillon, Vallespir, Confient et Fenouillèdes

Carte n° 2 : partie du massif des Albères (Laroque-des-Albères, Sorède, Argelès-sur-Mer)

Carte n° 2 : partie du massif des Albères (Laroque-des-Albères, Sorède, Argelès-sur-Mer)

Carte n° 3 : contreforts du Canigou (Aspres)

Carte n° 3 : contreforts du Canigou (Aspres)

Carte n° 4 : réseau hydrographique des Pyrénées-Orientales

Carte n° 4 : réseau hydrographique des Pyrénées-Orientales

D’après Baudrillart (A.), Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, Paris, 1963, art. « Elne»

Résultats des enquêtes

Évaluation du nombre de glacières

  • 18 Par exemple, sur le territoire de Laroque-des-Albères, la glacière autrefois située à La Serra pour (...)
  • 19 Le meilleur exemple est celui de Thuir où trois glacières sont localisées dans la même zone, au lie (...)
  • 20 Par exemple, à Canet où un puits à glace est cité en 1660 et un second construit entre 1688 et 1690 (...)

13Ces enquêtes ont permis d’établir une liste comprenant 84 à 92 glacières. Il n’a pas été possible d’obtenir un nombre définitif en raison des difficultés rencontrées pour faire correspondre les données entre elles. De nombreux problèmes se sont posés pour identifier les édifices. Tout d’abord, la difficulté à synthétiser des données aussi variées (archéologiques, archivistiques, bibliographiques ou orales), notamment lorsque les toponymes ont changé avec le temps18. Ensuite, l’imprécision des informations recueillies (essentiellement dans les archives et les publications) amène à citer des mentions pouvant faire double emploi19. Il arrive aussi que des édifices utilisés pendant une période ne soient plus cités dans les textes, comme s’ils étaient abandonnés. Nous les avons néanmoins comptabilisés dans l’inventaire, au risque d’allonger la liste20. Malgré ces incertitudes, des états statistiques ont été réalisés pour tenter de déterminer des composantes générales, notamment du point de vue de la répartition géographique des glacières.

Répartition géographique

14La région que nous avons étudiée regroupe 197 communes, soit près de 85 % de l’ensemble des 232 communes du département. Dans l’état actuel des recherches, sur ces 197 communes, 46 ont été dotées de glacières, soit 23 %.

  • 21 Comparer avec la carte n° 4.
  • 22 Voir la carte n° 3.
  • 23 Voir la carte n° 2.
  • 24 « Glacières et puits à neige dans région de Castellò de la Plana : indicateurs paléoclimatiques phé (...)

15La localisation des glacières dépend en premier lieu des possibilités d’approvisionnement. Dans le cas des puits à glace, les sites choisis sont situés à proximité de canaux d’arrosage (ruisseau de Las Canals, canal de Corbère, etc...) ou de cours d’eau (par exemple, dans les Albères et en Fenouillèdes), eux-mêmes disposés aux abords des vallées fluviales et de leurs affluents. La carte n° 1 fait ainsi apparaître un alignement de communes, d’ouest en est, correspondant au cours de la Têt (pour l’essentiel, communes n° 33, 45, 18, 28, 27 et 8). Les tracés des vallées de l’Agly, et du Tech apparaissent également, mais de façon moins évidente (ex : communes n° 23, 15, 9 et 34 pour l’Agly)21. Pour les puits à neige, l’altitude et l’exposition au nord des versants sont déterminants dans le choix des emplacements. Les prospections et les archives ont permis de préciser à partir de quelles altitudes ils apparaissaient : dès 900 m, pour le massif du Canigou (la glacière de la Collada del Pou, sur le territoire de Saint-Marsal, est située à 896 m)22 et 1000 m, pour le massif des Albères (le puits à neige du Col Pragun, à Sorède, se trouve précisément à 1000 m)23. Ces altitudes sont identiques à celles relevées en pays valencien par José Quereda Sala et Emilio Obiol Menero24.

16L’étude de la répartition de ces édifices a été effectuée à plusieurs échelles : en premier lieu, les pays traditionnels (Roussillon, Confient, Vallespir, Fenouillèdes), puis ces mêmes pays, mais en tenant compte aussi des sous-ensembles géographiques, enfin, les communes.

Les « pays » traditionnels (tableau n° 9, col. 3)

17Dans les régions traditionnelles, l’étude de la répartition des quarante-six communes comportant une ou plusieurs glacières, montre que près de la moitié d’entre elles (vingt-deux communes, soit 47 %) sont situées en Roussillon. Le terme est pris ici dans son sens large, à savoir la plaine, les Albères, les Corbières, le Riberal et la Salanque. Viennent ensuite le Vallespir (c’est-à-dire, les Aspres, le Vallespir et le Roc de Frausa) : 32 %, le Confient (17,3 %) et le Fenouillèdes (4,3 %). Ces chiffres sont, bien sûr, à relativiser dans la mesure où des régions ont été plus étudiées que d’autres.

Les « pays » traditionnels et les sous-ensembles géographiques

Les « pays » traditionnels (tableau n° 9, col. 3 et 4)

18Sur un nombre de 46 communes recensées, on compte 84 à 92 glacières, soit deux glacières par commune. Avec 46 à 50 glacières, pour un total de 22 communes, le Roussillon (au sens large) comprend un peu plus de 2 glacières par commune. La situation du Vallespir est comparable : 28 à 32 glacières pour 15 communes soit près de 2 glacières par commune. Le Confient et le Fenouillèdes, où seulement 10 communes (8 en Confient et 2 en Fenouillèdes) ont été répertoriées, comprend une glacière par commune. Dans le détail des sous-ensembles géographiques, la répartition du nombre de glacières par commune est cependant contrasté.

Les sous-ensembles géographiques (tableau n° 9, col. 5)

19Les trois sous-ensembles géographiques qui concentrent le plus grand nombre de glacières par commune (environ trois), sont les Albères, les Aspres et la plaine du Roussillon, comptant 49 à 56 glacières sur un total de 84 à 92 édifices recensés. Elles comprennent donc plus de la moitié des glacières répertoriées. Les Albères comptent 14 glacières pour 4 communes, soit 3,5 glacières par commune ; la plaine roussillonnaise en compte 18 à 22 pour 7 communes, soit une moyenne de 2,8 par commune. Ces deux sous-ensembles totalisent 32 à 36 glacières pour 11 communes, soit une moyenne de 3 glacières par commune, chiffre identique à celui des Aspres (17 à 20 glacières pour 6 communes). Il faut cependant probablement tenir compte du fait que le massif des Albères a fait l’objet d’une prospection archéologique systématique, qui pourrait expliquer la plus forte moyenne de glacières par commune (3,5).

20A l’opposé, le nombre minimal de glacières dans les Corbières, le Confient, et le Fenouillèdes (une par commune) devrait être révisé à la lumière de nouvelles recherches, seules huit communes en Confient ou deux en Fenouillèdes ayant été répertoriées pour cette étude.

Typologie des communes possédant des glacières (tableau n° 10)

  • 25 Par exemple pour Prats-de-Mollo, Arles-sur-Tech, Céret, Prades, Vinça, Olette et Villefranche-de-Co (...)

21Le nombre variable de glacières par commune et la répartition inégale qui s’ensuit conduisent à aborder à nouveau la question de l’approvisionnement en glace et en neige. Ces différences montrent en effet que les besoins et les « moyens de production » étaient variables suivant les régions et les communes. Les agglomérations les plus peuplées ont ainsi été les plus demandeuses de cette denrée. C’est pourquoi la seule ville de Perpignan avait sur son territoire ou à proximité pas moins de sept puits à glace. On peut d’ailleurs supposer que ce nombre était proportionnel à l’importance de la commune. Parmi les communes qui possèdent au moins deux glacières figurent ainsi des petites villes ou de gros bourgs comme Thuir, Argelès-sur-Mer, Ille-sur-Têt, Millas, Rivesaltes, et peut-être Elne. La découverte de nouvelles mentions pour des villes de même importance pourrait confirmer cette hypothèse25.

  • 26 Voir le tableau n° 11.

22En analysant toujours les données du tableau n° 10 on remarquera que d’autres communes possèdent au minimum deux glacières. Il s’agit là non pas de villes mais de villages de montagne ou de piémont, situés au pied des Albères et du Roc de Frausa, ou dans les Aspres. Ces communes regroupent d’ailleurs plus de 40 % de l’ensemble des glacières. Etant donnée la disproportion existant entre le nombre d’édifices et le nombre d’habitants, il ne peut s’agir que de zones de production destinées à approvisionner en glace et en neige les communes de la plaine, notamment Perpignan. Notons que ces mêmes zones concentrent 90 % des puits à neige inventoriés, elles étaient donc les grandes pourvoyeuses de neige lorsque les hivers trop doux ne permettaient pas de récolter de la glace en plaine et en moyenne montagne26.

  • 27 A Boule-d’Amont (Roque-Rouge) et à Saint-Marsal (Collada-del-Pou). Voir la carte n° 3.
  • 28 Alors que les puits à neige des Albères ne sont construits qu’au dessus de 1000 m. Comparer les car (...)
  • 29 La glacière du Boulet (1560 m) est une ancienne mine de fer.

23Ces communes ne présentent cependant pas toutes le même profil. Dans les Albères, par exemple, Villelongue-dels-Monts, malgré des montagnes culminant à 1000 m (Pic Saint-Christophe et Pic d’Aureille) ne semble pas avoir eu de puits à neige. La commune voisine, Laroque-des-Albères, quant à elle, comprenait sur son territoire quatre glacières : deux dans la plaine, une en moyenne montagne (420 m) et un puits à neige sur la crête (1020 m)27. Dans les Aspres, les communes ayant plus de deux glacières semblent n’avoir utilisé que des puits à neige, dont certains se trouvaient entre 900 et 1000 m d’altitude28. Le cas de La Bastide (fig. 2), avec ses neuf ou dix édifices, est particulier. Il s’agit, semble-t-il, de la concentration de glacières la plus importante du département. Le site devait être en effet très favorable à l’accumulation de la neige : une altitude élevée (1400 à 1600 m), une exposition au nord, et l’existence de nombreux trous de mines abandonnés29.

L’ancienne mine du Boulet (commune de La Bastide) utilisée comme puits à neige depuis le début du XVIIe siècle (cliché : D. Fontaine)

Chronologie de l’implantation des glacières30

  • 30 Se référer pour ce chapitre au tableau n° 2.

24L’ensemble des données recueillies lors de cette étude couvre une période assez longue, depuis la fin du XVIe siècle jusqu’à l’époque contemporaine. Une datation précise est difficile lorsqu’il s’agit d’utiliser uniquement les données archéologiques. Les documents des XVIIIe et XIXe siècles, eux mêmes, peuvent correspondre à des édifices dont la construction est beaucoup plus ancienne. Sur les 92 glacières recensées (chiffre maximum), 72 sont datées par des textes. Le XVIIe siècle regroupe à lui seul plus de 60 % des mentions, cette prédominance du XVIIe siècle est la conséquence d’une recherche presque exclusivement centrée sur cette période. 38 % des documents datent de la période 1592-1641 et 29 % de 1660 à 1692. 25 % des mentions ont été trouvées dans des documents des XVIIIe et XIXe siècle.

  • 31 Certaines références des répertoires des archives laissaient supposer que ces constructions avaient (...)

25Il s’agissait, en second lieu, de remonter jusqu’aux dates de construction des édifices31. Le choix des sources du XVIIe siècle a permis de remonter à ces dates de construction et de découvrir de nombreux textes fondateurs : concessions par les seigneurs, projets des communautés séculières, contrats de construction. Cette recherche bien qu’incomplète (les archives des siècles suivants ayant été peu consultées) fournit ainsi les premiers jalons d’une histoire des glacières en Roussillon.

Les vagues successives de construction

26Les puits à neige de La Bastide et de Saint-Marsal, situés près de la Tour de Batère (appelée aussi Tour du Col de la Porte) et au lieu-dit Le Boulet, sont jusqu’à présent les plus anciennes glacières des Pyrénées-Orientales, puisqu’elles datent des dernières années du XVIe siècle (1592-1599) et du tout début du XVIIe (1603-1604). Nous avons là un ensemble très cohérent, réalisé sur une période assez courte (les mentions s’étalent sur une période de treize ans) et à deux emplacements bien déterminés (pas moins de six glacières à proximité de la Tour de Batère, quatre sur le versant du Boulet).

27La série suivante est postérieure de plus de dix ans à celle de La Bastide et de Saint-Marsal. Il s’agit de cinq mentions datant de 1615 et de 1616. Elles concernent des puits à glace du Roussillon (Riberal : Ille-sur-Têt, Bouleternère ; abords des Aspres : Thuir).

  • 32 La glacière est mentionnée lors du décès de son propriétaire qui l’avait lui-même obtenue de la com (...)

28Les mentions de glacières se succèdent ensuite de façon assez régulière de 1623 à 1635 (1623, 1627, 1628, 1629, 1631, 1633, 1634, 1635). Cette chronologie semble donc correspondre à un mouvement général de construction, principalement en Roussillon ; puisque les communes concernées sont situées dans la plaine (Perpignan, Bages, Thuir), en Salanque (Rivesaltes), dans les Albères (Villelongue-dels-Monts, Sorède) et dans le Riberal (Pézilla-la-Rivière, Saint-Féliu-d’Avall). Plus de 80 % de ces édifices sont des puits à glace. Les deux seuls puits à neige construits à cette époque sont situés dans les montagnes dominant la vallée de Sant-Marti de Montbran, sur le territoire de la commune de Sorède. Après cette série, nous trouvons une date isolée (1641, à Argelès-sur-Mer), mais elle doit être rattachée au dates précédentes, car ce puits à glace existait probablement bien avant 164032.

29Après une interruption de près de vingt ans, de nouvelles glacières sont citées dès 1660. Ce silence correspond aux années de guerre et à la période difficile qui s’ensuivit. Les événements militaires, avec leur lot de destructions, ont sans doute arrêté l’expansion du commerce de la glace. La reprise (?) apparaît dans les années 1660, et surtout après 1666 (sept mentions de puits à glace pour les années 1666 et 1667). Les mentions sont ensuite relativement fréquentes et régulières de 1671 à 1692.

30Le XVIIe siècle apparaît donc comme divisé en deux périodes : 1600-1640 et 1660-1690. Les données ne sont pas suffisantes pour dire si l’une d’elles a été plus favorable au développement des glacières. On remarquera cependant que les années 1592-1630 ont été marquées par de nombreuses créations. La suite des recherches permettra peut-être de trouver des dates de nouvelles constructions pour les XVIIIe et XIXe siècles.

Conclusion

31L’inventaire des glacières du département des Pyrénées-Orientales, commencé il y a plus d’un demi siècle est loin d’être achevé ; les difficultés rencontrées pour découvrir les édifices et les textes les concernant expliquent probablement ce retard. Cette étude devrait ouvrir de nouvelles pistes de recherches et aider à mieux faire connaître et protéger ces éléments remarquables du patrimoine architectural bordant la Méditerranée occidentale.

Inventaire des glacières

Tableau n° 1 : classement alphabétique des communes (sources : archives et tradition orale*)

Tableau n° 1 : classement alphabétique des communes (sources : archives et tradition orale*)

Tableau n° 2 : classement chronologique (sources : archives et tradition orale*)

Tableau n° 2 : classement chronologique (sources : archives et tradition orale*)

Tableau n° 3 : classement par zones géographiques (sources : archives et tradition orale*)

Tableau n° 3 : classement par zones géographiques (sources : archives et tradition orale*)

Tableau n° 4 : classement alphabétique des communes (sources : prospections)

Tableau n° 4 : classement alphabétique des communes (sources : prospections)

Tableau n° 5 : classement suivant l’altitude (sources : prospections)

Tableau n° 5 : classement suivant l’altitude (sources : prospections)

Tableau n° 6 : classement par zones géographiques (sources : prospections)

Tableau n° 6 : classement par zones géographiques (sources : prospections)

Tableau n° 7 : essai de synthèse (classement par communes)

Tableau n° 7 : essai de synthèse (classement par communes)

Tableau n° 8 : essai de synthèse (classement par zones géographiques)

Tableau n° 8 : essai de synthèse (classement par zones géographiques)

Tableau n° 9 : Répartition géographique des glacières

Tableau n° 9 : Répartition géographique des glacières

Tableau n° 10 : nombre de glacières par commune

Tableau n° 10 : nombre de glacières par commune

Tableau n° 11 : Nombre de puits à neige et de puits à glace par zones géographique

Tableau n° 11 : Nombre de puits à neige et de puits à glace par zones géographique

Notes

1 La ville compte environ 10000 habitants à la fin du XVIIIe siècle. La plupart des familles aristocratiques (nobles, bourgeois honorés) et marchandes (mercaders) y possèdent des hôtels particuliers ou d’autres habitations.

2 Le commandant Eugène Devaux leur consacre un article dans la revue Tramontane en 1943 : « Une ancienne coutume du Roussillon : les puits de neige » n° 243-245, pp. 92-95.

3 Prats de Mollo était au XVIIIe siècle la deuxième ville la plus peuplée de la province.

4 Eugène Devaux, art. cit., Anny de Pous : « Quelques documents concernant les puits à neige », Conflent, 1969-1970, n° 51, pp. 123-127. Anny de Pous différentie cependant les puits à neige de montagne des glacières de village.

5 Fernand Poirot, Artisanat catalan d’hier et d’aujourd’hui, Toulouse, 1973. Les interprétations avancées par l’auteur au sujet des origines des glacières et du commerce de la glace en Roussillon seraient à démontrer.

6 Jean Tocabens, Thérèse Gibert, Francis Manent, Roger Rull, Les puits à glace, dossier d’éveil pour le catalan (texte bilingue), Perpignan, Centre Départemental de Documentation Pédagogique, 1984, 46 p., 16 diapositives.

7 Ada Acovitsioti-Hameau, L’artisanat de la glace en Méditerranée occidentale, supplément n° 1 au Cahier de l’ASER, édition augmentée, Méounes-les-Montrieux, 1991, 116 p.

8 Pierre Ponsich, René Marty, « Le puits à glace de Canet », Etudes roussillonnaises, tome XIII, 1994-1995, pp. 113-124. Notons que de nombreuses glacières citées dans cet article et dans celui d’Anny de Pous ont été découvertes par Jean Abelanet.

9 Jérôme Kotarba, Christian Dones, Florent Mazières, Olivier Passarius, Annie Pezin, Bernard Rieu, Inventaire des sites archéologiques de la basse vallée du Tech et des Albères, notices, Perpignan, Association archéologique des Pyrénées-Orientales, 1989 et 1993 (non publié).

10 Un patrimoine méconnu : les glacières en Roussillon, Vallespir, Confient et Fenouillèdes, enquêtes historiques et archéologiques, D.E.A. d’Etudes catalanes, Université de Perpignan-C.R.E.C., 1997, 262 p.

11 Ce sont principalement le Haut-Vallespir, le massif du Canigou, le Confient, le Capcir, la Cerdagne et le Fenouillèdes.

12 C’est pourquoi on a longtemps cru que les glacières roussillonnaises avaient été seulement approvisionnées en neige. Cf. Fernand Poirot, op. cit., pp. 193-196.

13 Sébastien Vernet, « puits de glace (Els pous de glass) », Le fil à soi, n° 6, Catllar, avril 1994.

14 « Joch, un village, une histoire », D’Ille et d’ailleurs, n° 7, juillet 1987.

15 Pierre Ponsich et René Marty, op. cit., p. 124.

16 Les communes ont été réparties de la façon suivante : Roussillon (plaine) : Perpignan, Cabestany, Saleilles, Saint-Nazaire, Canet, Alénya, Saint-Cyprien, Théza, Elne, Latour-Bas-Elne, Corneilla-del-Vercol, Villeneuve-de-la-Raho, Montescot, Bages, Pollestres, Ortaffa, Brouilla, Palau-del-Vidre, Saint-André-de-Sorède, Argelès-sur-Mer (pour la partie située en plaine), Saint-Génis-des-Fontaines, Banyuls-dels-Aspres, Tresserre, Le Boulou, Passa, Fourques, Villemolaque, Saint-Jean-Lasseille, Trouillas, Terrats, Sainte-Colombe, Llupia, Ponteilla, Thuir, Toulouges, Canohès ; Albères : Cerbère, Banyuls-sur-Mer, Port-Vendres, Collioure, Argelès-sur-Mer (pour la partie montagneuse), Sorède, Laroque-des-Albères, Montesquieu, L’Albère ; Riberal : Ille-sur-Têt, Bouleternère, Saint-Michel-de-Llotes, Corbère, Corbère-les-Cabanes, Néfiach, Millas, Corneilla-La-Rivière, Saint-Féliu-d’ Amont, Saint-Féliu-d’ Avall, Pézilla-la-Rivière, Villeneuve-de-la-Rivière, Baho, Saint-Estève, Le Soler ; Salanque : Salses, Saint-Hippolyte, Saint-Laurent-de-la-Salanque, Le Barcarès, Torreilles, Sainte-Marie-la-Mer, Villelongue-de-la-Salanque, Bompas, Claira, Pia, Rivesaltes, Peyrestortes, Baixas, Espira-de-l’Agly ; Corbières : Calce, Cases-de-Pène, Estagel, Montner, Tautavel, Vingrau, Opoul ; Fenouillèdes : Latour-de-France, Maury, Planèzes, Cassagnes, Bélesta, Rasiguères, Lansac, Caramany, Montalba-le-Château, Trévillach, Trilla, Ansignan, Saint-Arnac, Lesquerde, Saint-Paul-de-Fenouillet, Prugnanes, Caudiès-de-Fenouillet, Saint-Martin-de-Fenouillet, Fosse, Fenouillet, Vira, Le Vivier, Felluns, Pézilla-de-Conflent, Prats-de-Sournia, Campoussy, Sournia, Rabouillet ; Conflent : Rodés, Tarérach, Arboussols, Vinça, Rigarda, Joch, Finestret, Baillestavy, Valmanya, Estoher, Espira-de-Conflent, Marquixanes, Eus, Los-Masos, Prades, Catllar, Molitg-les-Bains, Campôme, Mosset, Urbanya, Conat, Nohèdes, Ria-Sirach, Codalet, Clara-Villerach, Taurinya, Fillols, Vernet-les-Bains, Casteil, Corneilla-de-Conflent, Villefranche-de-Conflent, Fuilla, Sahorre, Pi, Mantet, Serdinya, Jujols, Olette, Oreilla, Escaro, Souanyas, Nyer, Canaveilles, Taiau, Thuès-Entre-Valls, Ayguatébia, Caudiès, Railleu, Sansa, Sauto-Fetges, Fontpédrouse ; Aspres : Casefabre, Boule-d ’ Amont, Caixas, Camélas, Castelnou, Montauriol, Tordères, Vivès, Llauro, Oms, Taillet, Calmeille, Taulis, Saint-Marsal, Prunet-et-Belpuig, La Bastide, Glorianes ; Vallespir : Prats-de-Mollo, Le Tech, Lamanère, Serralongue, Coustouges, Saint-Laurent-de-Cerdans, Montferrer, Corsavy, Montbolo, Arles-sur-Tech, Amélie-les-Bains, Reynès, Saint-Jean-Pla-de-Corts, Maureillas, Riunoguès, Les Cluses, Le Perthus ; Roc-de-Frausa : Amélie-les-Bains, Reynès, Céret, Las-Illas. La superposition des régions historiques (Roussillon, Vallespir, Confient, Fenouillèdes) avec les sous-ensembles géographiques (Corbières, Salanque, Riberal, Albères, massif du Roc de Frausa, Aspres) amène des redites, une commune pouvant se trouver à la fois dans deux ensembles qui se chevauchent. Cela concerne les communes de Glorianes (Confient, glacière dans les Aspres), Céret (Vallespir, glacière sur le Roc-de-Frausa), Las-Illas (idem), ainsi qu’une grande partie des communes des Aspres qui, à l’époque moderne, faisaient partie du Vallespir. Enfin, trois communes possèdent des glacières dans plusieurs sous-ensembles géographiques : Argelès-sur-Mer (deux en Roussillon, une dans les Albères), Amélie-les-Bains (une en Vallespir, une sur le Roc-de-Frausa), Reynès (idem), aussi n’ont-elles été comptabilisées qu’une fois dans le nombre total des communes (voir tableau n° 9).

17 Les indications toponymiques « personnelles » sont issues soit de textes d’époque, soit de la tradition orale.

18 Par exemple, sur le territoire de Laroque-des-Albères, la glacière autrefois située à La Serra pourrait correspondre à celle conservée au Col del Poou.

19 Le meilleur exemple est celui de Thuir où trois glacières sont localisées dans la même zone, au lieu-dit La Trancada.

20 Par exemple, à Canet où un puits à glace est cité en 1660 et un second construit entre 1688 et 1690, et à La Bastide où ont été comptabilisés neuf ou dix puits à neige, sans qu’on puisse affirmer que tous ces édifices aient fonctionné en même temps. Dans ce dernier cas, notons également que des contrats de construction de glacières ont pu ne pas être honorés.

21 Comparer avec la carte n° 4.

22 Voir la carte n° 3.

23 Voir la carte n° 2.

24 « Glacières et puits à neige dans région de Castellò de la Plana : indicateurs paléoclimatiques phénologiquees », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 61, fasc. 2, pp. 285-304.

25 Par exemple pour Prats-de-Mollo, Arles-sur-Tech, Céret, Prades, Vinça, Olette et Villefranche-de-Conflent.

26 Voir le tableau n° 11.

27 A Boule-d’Amont (Roque-Rouge) et à Saint-Marsal (Collada-del-Pou). Voir la carte n° 3.

28 Alors que les puits à neige des Albères ne sont construits qu’au dessus de 1000 m. Comparer les cartes 2 et 3.

29 La glacière du Boulet (1560 m) est une ancienne mine de fer.

30 Se référer pour ce chapitre au tableau n° 2.

31 Certaines références des répertoires des archives laissaient supposer que ces constructions avaient été faites dans la première moitié du siècle (ex : archives communales de Thuir, séries G et H).

32 La glacière est mentionnée lors du décès de son propriétaire qui l’avait lui-même obtenue de la communauté d’Argelès-sur-Mer.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Voûte et conduit de remplissage du puits à glace de Saint-Féliu-d’Avall (Cliché D. Fontaine).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Carte n° 1 : répartition par commune des glacières du Roussillon, Vallespir, Confient et Fenouillèdes
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Carte n° 2 : partie du massif des Albères (Laroque-des-Albères, Sorède, Argelès-sur-Mer)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Carte n° 3 : contreforts du Canigou (Aspres)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Carte n° 4 : réseau hydrographique des Pyrénées-Orientales
Crédits D’après Baudrillart (A.), Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, Paris, 1963, art. « Elne»
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende L’ancienne mine du Boulet (commune de La Bastide) utilisée comme puits à neige depuis le début du XVIIe siècle (cliché : D. Fontaine)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Tableau n° 1 : classement alphabétique des communes (sources : archives et tradition orale*)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Tableau n° 2 : classement chronologique (sources : archives et tradition orale*)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Tableau n° 3 : classement par zones géographiques (sources : archives et tradition orale*)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau n° 4 : classement alphabétique des communes (sources : prospections)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Tableau n° 5 : classement suivant l’altitude (sources : prospections)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Tableau n° 6 : classement par zones géographiques (sources : prospections)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Titre Tableau n° 7 : essai de synthèse (classement par communes)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Tableau n° 8 : essai de synthèse (classement par zones géographiques)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Tableau n° 9 : Répartition géographique des glacières
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Tableau n° 10 : nombre de glacières par commune
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau n° 11 : Nombre de puits à neige et de puits à glace par zones géographique
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26787/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Presses universitaires de Perpignan, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search