Version classiqueVersion mobile

La glace et ses usages

 | 
Aline Rousselle

Antoni et Nicolau Dotres, entrepreneurs de la glace à Villelongue-dels-Monts (1623-1673)

Denis Fontaine

Texte intégral

Introduction

1Le village de Villelongue-dels-Monts est situé au pied du versant nord du massif des Albères. Son territoire relativement peu étendu (comparé à d’autres communautés voisines telles que Laroque-des-Albères, Sorède ou Argelès-sur-Mer), se compose de zones boisées – pour la partie montagneuse- ou cultivées, voire irriguées, en plaine.

  • 1 A.D.P.O. (= Archives Départementales des Pyrénées-Orientales), H216.
  • 2 Le plus connu est Mossen Curp, curé de 1645 à 1686. Cf. Emmanuel Coste : « Memorias de Mossen Curp, (...)

2Ce territoire était divisé à l’origine (c’est-à-dire, au moins depuis le début du XIIe siècle) en deux communautés : Villelongue et le Vilar, chacune ayant son église et son seigneur. Au XVIIe siècle, le seigneur de Villelongue appartenait à la plus vieille noblesse catalane : les Oms. En 1634, don Berenguer d’Oms était aussi baron de Montesquieu1. Le village avait un curé qui célébrait les sacrements dans l’église de Villelongue2.

  • 3 Catalunya romanica, vol. XIV, Rosselló, Enciclopèdia catalans, Barcelona, 1993, pp. 440-444.
  • 4 Emmanuel Coste, art.cit, 1919, p. 117, note 2.
  • 5 Idem.

3La communauté du Vilar était regroupée autour d’une église située aux abords de la montagne, à deux kilomètres de Villelongue-dels-Monts. Cette église consacrée à la Vierge était occupée par une communauté de chanoines augustins. En 1142, cette dernière fut rattachée au prieuré de Lledó (en Haut-Empurdan), qui devint dès lors seigneur du territoire du Vilar3. Vers le milieu du XVIe siècle, l’église fut abandonnée par les chanoines, un « préposé » de la collégiale de Lledó venant régulièrement visiter la chapelle et régler les questions concernant son domaine4. La communauté séculière du Vilar qui possédait encore ses consuls à la fin du XIVe siècle fut réunie à celle de Villelongue, et le 17 juillet 1611, le vicaire général Onuphre Compter unit les deux cures5.

  • 6 A.D.P.O., 3E1/6972, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, conseil général de la communauté de V (...)
  • 7 Cette expression désignait avant l’annexion au royaume de France toute la partie de la Catalogne si (...)

4Dans la première moitié du XVIIe siècle, le village comprenait une trentaine de familles6. Cette population était essentiellement agricole. Les produits de la terre fournissaient à Villelongue-dels-Monts, comme dans d’autres communautés rurales des Comtés7, les éléments nécessaires à la subsistance : céréales, légumes secs et plantes irriguées, olives et huile d’olive, vigne, bétail. Il ne semble pas que des familles nobles aient résidé au village. Les familles les plus fortunées appartenaient de fait à la paysannerie : des propriétaires terriens qui exploitaient eux-mêmes leurs biens, désignés par le terme catalan pagesos (sing. : pages). Ils pouvaient, éventuellement, être assez riches pour se lancer dans le commerce ou occuper de hautes fonctions au sein de la communauté, comme dans le cas de la famille Dotres.

Les membres de la famille Dotres

Quelques données généalogiques

  • 8 Josep Iglesies, El fogatge de 1497, estudi i transcripciô, vol. 2, Barcelona, Fundaciô Salvador Viv (...)

5Le recensement des feux (fogatge) effectué en 1497, dans lequel figurent les noms des habitants des villes et de certains villages des Comtés, donne une liste incomplète pour Villelongue-dels-Monts et Le Vilar (il manque quatorze feux). Les Dotres ne sont pas cités8.

6Les registres paroissiaux conservés de Villelongue-dels-Monts ne commençant qu’en 1639, seules les archives notariales (principalement les testaments et les contrats de mariage) permettent de reconstituer la généalogie des Dotres.

Généalogie simplifiée de la famille DOTRES au XVIIe siècle

Généalogie simplifiée de la famille DOTRES au XVIIe siècle
  • 9 A.D.P.O., 178EDtl, f°91, ces informations sont données à l’occasion de la fondation d’une messe ann (...)
  • 10 A.D.P.O., 3E1/5243, Gaspar Pi, notaire à Collioure, répertoire.
  • 11 A.D.P.O., 3E1/6979, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, f°114v : Geronima-Francisca était tou (...)
  • 12 A.D.P.O., 3E1/6117, Matheu Casademont, notaire à Perpignan, testament d’Antoni Dotres (19 juin 1632 (...)
  • 13 A.D.P.O., 3E1/5664, Pau Jalech, notaire à Perpignan, minutes, inventaire après décès d’Antoni Dotre (...)
  • 14 A.D.P.O., 112EDtl, le 19 novembre 1639.
  • 15 A.D.P.O., 3E1/3492, Antoni Colom y Companyo, notaire à Perpignan, testament de Nicolau Dotres (16 f (...)
  • 16 A.D.P.O., 112EDtl, le 21 septembre 1653.
  • 17 A.D.P.O., 3E1/6523, Pere Prunet, notaire à Perpignan, testament de Maria Dotres y Roig (11 janvier  (...)
  • 18 A.D.P.O., 3E1/3492, Antoni Colom y Companyo, notaire à Perpignan, testament de Nicolau Dotres. A.D. (...)
  • 19 A.D.P.O., 112EDtl, 16 décembre 1660.
  • 20 Idem.
  • 21 Ibidem. Le 7 novembre 1683.
  • 22 A.D.P.O., 3E1/5840, Blasi Canta, notaire à Perpignan, testament de Thomas Sobrepera (25 avril 1637)
  • 23 A.D.P.O., 112EDtl, 30 janvier 1647.

7Le premier membre de cette famille dont il est fait mention, fut Joan Dotres, pages du dit lieu et oncle paternel d’Antoni Dotres. Il vécut dans la seconde moitié du XVIe siècle, son neveu Antoni héritant de ses biens9. Ce dernier, dont nous ignorons l’année de la naissance, épousait en 1596 une dénommée Lluisa10, avec laquelle il eut au moins un enfant : Antoni. Après le décès de sa première épouse, il se remariait avec Geronima-Francisca qui lui donna un autre fils : Nicolau. Cette deuxième épouse mourut également après 162111 ; il épousa alors Geronima-Magdalena, dont il eut deux enfants : Maria et Joseph-Francisco. Il faut ajouter à cette liste Clara, née du premier ou du deuxième lit12. Antoni Dotres père mourut en 163313. Ce décès fut suivi, six ans plus tard, par celui de son premier fils et homonyme qui ne semble pas avoir eu de descendance14. Nicolau, né du second lit et désigné comme héritier universel par le testament de son père, hérita de l’ensemble des biens. Il épousa, en premières noces, en 163415, Anna Mallol, décédée en 165316 puis, en secondes noces, entre 1653 et 1655, Maria Roig17. De ces deux unions naquirent au moins six enfants : Carlos, Joseph, Maria, Theresa, Tomasa, et Maria-Angela. A cette troisième génération, Carlos, capitaine au régiment Royal d’Infanterie Roussillon fut désigné comme héritier universel18. Parmi les six enfants, notons que Theresa épousa en 1660 un notaire de Perpignan, Honorât Sunyer19 ; quant à Joseph, il s’unit, en 1671, avec Maria Reig, veuve et fille d’un pagès de Laroque-des-Albères20. Nicolau Dotres décéda en 1683 et fut enterré dans le cimetière de Villelongue-dels-Monts21. Au sein des branches collatérales, ses deux soeurs, Clara et Maria étaient aussi mariées, l’une en 1617, à un pagès de Villelongue-dels-Monts, Thomas Sobrepera, dont elle eut cinq enfants : Maria, Esteve, Joseph, Margarida et Francisca22, l’autre en 1647, à un habitant de Vinça, Antoni Bordas23.

Le statut social

8Au début du XVIIe siècle, la famille Dotres appartenait déjà à la paysannerie aisée, Joan, Antoni et Nicolau étant désignés comme pagesos. Il semble même que ce soit une des familles les plus importantes de la communauté, tout au moins le devenait-elle dans la première moitié du siècle.

  • 24 A.D.P.O., 3E2/1602, Miquel Roig, notaire à Elne, manuel, f°31 (1627) et H216 (1635).
  • 25 Cette fonction, par les pouvoirs qu’elle conférait, ne pouvait que susciter le respect. Dans l’égli (...)

9Ses membres ne paraissaient pas avoir été consuls. Antoni et Nicolau participaient aux délibérations municipales en tant que batlles24. Ce terme désignait un officier de la justice seigneuriale qui, au sein de la communauté, servait d’intermédiaire et parfois d’arbitre dans les litiges opposant les villageois entre eux ou la communauté et son seigneur. Ce personnage était également chargé de veiller à la bonne application des décisions seigneuriales annoncées lors de « criées »25.

  • 26 A.D.P.O., 3E1/6979, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, f°114 v.
  • 27 Emmanuel Coste, art.cit, 1919, p. 121, note 1. Il participa à la cérémonie de fondation de la confr (...)
  • 28 A.D.P.O., 3E1/5837, Blasi Canta, notaire à Perpignan, minutes. Ce titre accompagne aussi, au XVIIe  (...)

10Antoni Dotres occupait déjà cette charge en 162126 et probablement jusqu’en 1633, année de son décès27. L’acte de 1621, ainsi que la plupart des actes suivants le désignaient sous le titre d’honor (« honorable »). Ce titre fut également ajouté au nom de son fils, Nicolau, qui assura les fonctions de batlle dès 163428.

  • 29 Le 27 août 1634, Nicolau Dotres trouva sur la « devèse » de la grange appartenant au seigneur (la g (...)
  • 30 A.D.P.O., 3E1/6986, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, ff°353-354.
  • 31 A.D.P.O., 3E1/6990, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, f°418.

11Parmi les quelques textes retrouvés qui concernent l’exercice de cette fonction par Nicolau Dotres, trois font référence à des délits de pacage survenus en 1634 et 1635 et apportent un témoignage intéressant sur son rôle au sein de la communauté29. Nicolau Dotres était alors intervenu pour défendre les intérêts de son seigneur, don Berenguer d’Oms, mais aussi ceux de son village. C’est donc en toute confiance que don Berenguer d’Oms lui donna en fermage, le 16 septembre 1635, la « grange d’Oms » et le moulin à farine de Villelongue, pour une durée de quatre ans30. Cette marque de confian ce apparaissait à nouveau dans un acte de 1638, où Nicolau Dotres intervenait non pas comme batlle mais comme « procureur » de don Berenguer d’Oms31. Ses compétences dépassaient donc le cadre de la simple police seigneuriale.

  • 32 A.D.P.O., 3E1/6117, Matheu Casademont. notaire à Perpignan, testament d’Antoni Dotres (19 juin 1632 (...)
  • 33 A.D.P.O., 3E1/5846, Blasi Canta, notaire à Perpignan, minutes, Concordia entre Francisco Pellisser (...)
  • 34 A.D.P.O., G163.

12Son influence s’exerçait également dans la sphère religieuse. Le registre de la confrérie du Rosaire de Villelongue ainsi que le testament d’Antoni Dotres montrent que ce dernier avait participé activement à la fondation de cette confrérie32. Ses legs pieux contribuèrent, après sa mort, à financer la construction d’une nouvelle chapelle. Ces données confirment, s’il était nécessaire, que la famille Dotres faisait partie des notables du village. Enfin, un acte de 1644, indiquait qu’Antoni et Nicolau Dotres étaient des « familiers du Saint-Office », c’est-à-dire, des représentants locaux de l’inquisition33. Cette fonction donnait à ses détenteurs le droit de porter des armes et les exemptait du logement des gens de guerre34.

  • 35 A.D.P.O., 1B394, ff°45-46.

13Dans la première moitié du XVIIe siècle, la famille Dotres apparaissait donc comme faisant partie des notabilités du village, autant par son poids économique que par les multiples privilèges que lui procuraient ses fonctions de batlle et de familier du Saint-Office. Cette réussite sociale s’expliquait aussi par les diverses activités commerciales d’Antoni et de Nicolau Dotres, la plus connue, et probablement la plus importante, étant la vente de la glace et de la neige. Les glacières qu’ils possédaient à Villelongue-dels-Monts puis à Sorède leur fournissaient la glace qui était ensuite vendue dans les localités voisines et dans les villes de la plaine, notamment Perpignan. L’approvisionnement, pendant de nombreuses années, de la capitale des Comtés, permit à Nicolau Dotres de s’établir dans cette ville. Sa position sociale évolua alors de pagès à négociant, et le 3 octobre 1643, il obtenait le titre nobiliaire de « bourgeois honoré » (burgès honrrat) de Perpignan35.

Le patrimoine familial

Etat général en 1633

  • 36 A.D.P.O., 3E1/5664, Pau Jalech, notaire à Perpignan, minutes.

14L’inventaire des biens d’Antoni Dotres, dressé en 1633, suite à son décès, permet de juger de l’importance de ce patrimoine36. Il possédait avec son épouse des terres à Villelongue-dels-Monts, Saint-Génis-des-Fontaines et Montesquieu. L’ensemble comprenait deux maisons avec leurs dépendances (une bergerie, une grange, une aire de battage et deux jardins), ainsi qu’un autre jardin, trois oliveraies, vingt et un champs, deux vignes, huit autres terrains en pré ou plantés d’oliviers, de noyers ou de chênes, et cinq glacières (trois à Villelongue-dels-Monts et deux à Sorède).

  • 37 Ces chapelles ne pouvaient être édifiées qu’après autorisation des autorités religieuses. La chapel (...)

15La maison principale était un mas situé à proximité du village. Elle n’appartenait pas à Antoni Dotres mais à sa troisième épouse. La présence d’une chapelle privée, privilège réservé aux familles aisées, atteste de son rang social élevé37. Témoignage de son activité économique particulière, dans l’étable et le cellier étaient entreposées vingt comportes utilisées habituellement pour transporter la glace et la neige (portar neu). La maison appartenant en propre à Antoni Dotres, qui devait être l’habitation de ses parents, se trouvait aussi en dehors du village ; elle était occupée par un « granger ». Dans cette bâtisse se trouvait une écurie de six mulets équipés de leurs bâts. Ces animaux servaient à transporter la glace depuis les glacières jusqu’aux lieux de consommation. Deux charrettes, dont l’une pouvait être tirée par deux mulets, étaient également citées.

  • 38 A.D.P.O., 3E1/6117, Matheu Casademont, notaire à Perpignan, 19 juin 1632.
  • 39 La monnaie utilisée alors était la livre de Perpignan, correspondant à deux livres de France. Une l (...)

16Le testament d’Antoni Dotres, rédigé en 1632, permettait enfin d’évaluer sa fortune38. Les divers legs qui s’y retrouvaient mentionnés, sans tenir compte des clauses annexes, atteignaient la somme énorme de 7000 livres39. Ses enfants pouvaient recevoir le jour de leur mariage, 2000 livres pour les garçons et 1500 livres pour les filles.

  • 40 A.D.P.O., 3E1/5840, Blasi Canta, notaire à Perpignan, minutes.
  • 41 A.D.P.O., 3E1/6380, Honorat Sunyer, notaire à Perpignan, répertoire, en association avec Jaume Priv (...)

17Après le décès de son père, Nicolau Dotres continua d’augmenter le patrimoine familial en achetant de nouvelles terres. En 1637, par exemple, il acquit deux oliveraies, l’une à Montesquieu, et l’autre à Villelongue-dels-Monts40. Il multipliait également les sources de revenus, comme en 1647, lorsqu’il prit en fermage les rentes de la seigneurie de Notre-Dame du Vilar41.

Les glacières

18Également mentionnées dans l’inventaire de 1633, au nombre de cinq, elles formaient deux ensembles : tout d’abord trois puits à glace à Villelongue-dels-Monts, situés aux environs de la chapelle du Vilar ; ensuite, deux puits à neige sur le territoire de la petite communauté de Lavall de Sant-Marti de Montbran (à présent commune de Sorède).

  • 42 A.D.P.O., H28, « unum puteum de neu o glas cum suis balssis oportunis et necessaris per omplir lo d (...)

19Antoni Dotres avait un certain âge quand il s’engagea dans la construction de ces glacières. Son entreprise débuta en mai 1623, lorsqu’il obtint de Francesc Bas, prieur de Notre-Dame de Lledó et préposé (prepositus) à la chapelle du Vilar, l’autorisation d’édifier un puits « à neige ou glace » avec ses bassins de congélation42. Le terrain concédé était situé aux abords de la montagne sur le territoire de cette petite seigneurie ecclésiastique. Le bail était de type emphytéotique, c’est-à-dire, quasiment perpétuel, puisqu’il dépassait la durée de vie d’un homme. Ce contrat prévoyait de livrer annuellement au prieur deux charrettes de glace et un cens d’une paire de chapons à chaque changement de propriétaire et à chaque renouvellement de bail. Il stipulait par ailleurs qu’Antoni Dotres verserait ce cens dès l’été 1624, si la construction de la glacière était terminée et si celle-ci était remplie de glace.

  • 43 A.D.P.O., 3E2/1602, Miquel Roig, notaire à Elne, manuel, ff°30-32.
  • 44 En effet, l’acte cité est dit avoir été passé devant le notaire Antic Frou de Collioure (date non p (...)

20Trois ans plus tard, le 4 mai 1627, le même prieur renouvelait la concession du terrain où avaient été édifiés non pas un mais trois puits à glace43. C’est probablement en raison de ces deux nouvelles constructions que le bail avait été révisé. L’acte précisait que ces deux glacières se trouvaient au lieu-dit Las bassas (« les bassins »). La parcelle était composée d’un pré clos par des murs, avec un emplacement réservé aux bassins de congélation et un autre destiné à recueillir de la neige. Ce dernier détail indiquerait que cet emplacement devait être situé en altitude, peut-être à proximité des crêtes (1000 m). Il est en tout cas intéressant de noter que ces glacières pouvaient être approvisionnées aussi bien en glace qu’en neige. La même parcelle confrontait avec un autre puits à glace et ses bassins, appelé le « vieux puits » (lo pou vell). A la lecture de la suite du texte, on conclut que ce « vieux puits » correspondait en fait à la glacière prévue en 1623, car l’acte cité comme référence pour sa fondation semble être celui trouvé dans la série H44. Le texte de 1627 précisait ensuite au sujet de cette glacière : in quo quidem puteo est edifficata quedam domus, ce qui signifie : « dans ce même puits est construite une maison » ou « sur ce même puits est construite une maison ». La traduction du terme in est donc importante. Si le « vieux puits » fut transformé en habitation cela voudrait en effet dire qu’il ne servait plus à stocker de la glace. L’inventaire des biens après le décès d’Antoni Dotres, dressé quelques années plus tard, signalait cependant l’existence de trois glacières en état de fonctionner (tots paredats apunt de posar neu o glas) au Decimari del Vilar. Le « vieux puits » aurait donc continué à fonctionner, à moins qu’une nouvelle glacière n’ait été construite à proximité entre 1627 et 1633.

  • 45 A.D.P.O., 3E1/3461, Antoni Colom y Companyo, notaire à Perpignan, manuel, ff°135-138.
  • 46 A.D.P.O., 1E667, afferme, « per retirar las cabalcaduras qui traginaran la neu y glas ». L’inventai (...)

21Des actes de la seconde moitié du XVIIe siècle apportent quelques éléments supplémentaires quant à la localisation et à la description de ces édifices. Un acte de 1664 indiquait que deux de ces puits étaient situés « à la cime ou près de la montagne » et qu’à leur proximité était construite une maison. Il situait le troisième puits « près de l’église de dite Notre-Dame du Vilar »45. Un autre texte de 1665 localisait deux glacières « au pied de la montagne » et une autre « devant la chapelle de Notre-Dame du Vilar ». Il était alors aussi question d’une maison et de ses dépendances utilisées lors de l’exploitation des puits pour abriter les animaux transportant la glace et la neige46.

  • 47 A.D.P.O., 3J358, extrait du registre du Conseil Souverain (1692). Les actes originaux n’ont pas été (...)
  • 48 Michel Brunet, op.cit., pp. 87 et suivantes. Mais certains seigneurs possédaient encore, au XVIIe s (...)

22Moins documentés, les deux puits à neige de la vallée de Sant-Marti de Montbran avaient été, semble-t-il, construits à partir de 1629 et 1631. Le premier fut inféodé, le 17 mars 1629, par don Berenguer d’Oms (qui était aussi seigneur de Sorède) à Antoni Dotres et à un habitant de Lavall, Joan-Pere Cadena. Le second fut également inféodé par le même seigneur à Antoni Dotres, le 12 octobre 163147. Ce système d’inféodation, dont on a ici plusieurs exemples, rappelle qu’à l’origine la fourniture de la glace était un privilège seigneurial qui fut ensuite cédé à des particuliers et aux communautés séculières en échange du versement d’un cens souvent réduit48. L’inventaire de 1633 semble indiquer que ces deux glacières n’étaient pas éloignées l’une de l’autre car il précise à leur sujet qu’une maison était en cours de construction. Cette bâtisse devait servir d’atelier lors du remplissage des puits ou de l’extraction de la glace, comme celle construite à Villelongue-dels-Monts.

La question du four à verre du Vilar

  • 49 L’artisanat du verre en Roussillon a été en partie étudié par l’archiviste Bernard Alart dans un re (...)
  • 50 A.D.P.O., 1B443, f°28r„ 26 janvier 1626.
  • 51 Ces deux hommes habitaient déjà à Laroque en 1633, cf. ALART (Bernard) : art.cit., p. 321. A.D.P.O. (...)
  • 52 A.D.P.O., 3E1/5837, Blasi Canta, notaire à Perpignan, minutes, Acta de companya entre lo honor nico (...)

23Selon la chronologie précitée, « un vieux puits à glace » avait été construit au Vilar après le mois de mai 1623. Une maison avait ensuite été bâtie dans ou sur ce puits avant 1627. Le territoire bénéficiait également d’autres ressources, à savoir, depuis plus d’un siècle, d’un artisanat du verre, d’ailleurs solidement implanté dans la zone des Albères49. En 1626, Pere Pau Sala, vitrierus habitator in loco del vilar, reconnaissait approvisionner en verre, depuis un an, Guillem Mallabou, verrier de Perpignan50. Le 23 novembre 1634, deux verriers de Laroque-de-Albères, Baldiri Roura et Pere Sabater, associés à un autre verrier originaire de Mataró, Barthomeu Colomer – installé depuis peu à Laroque51, s’entendirent avec Nicolau Dotres pour exploiter (fer treballar) le four à verre du Vilar52. Le contrat stipulait que cette entreprise devait durer quatre ans, à compter de la Noël 1634. La production pouvait être vendue à deux endroits différents : soit aux abords du four, par les verriers, soit dans une boutique ou une maison située à Villelongue-dels-Monts, probablement par Nicolau Dotres.

  • 53 A. D. P. O., 3E2/1612, Miquel Roig, notaire à Elne, manuel, ff°151-154.

24Le 16 août 1637, Nicolau Dotres achetait à son beau-frère, Thomas Sobrepera, le four à verre que ce dernier possédait au terroir du Vilar53. Celui-ci l’avait reçu en héritage de son père Anthoni Sobrepera. Le terrain où se trouvait le four était situé non loin de la rivière, et confrontait avec des champs dénommés les fontetas, la vinya den sales et lo camp del rey. Le prix de la vente s’élevait à deux cents soixante livres, monnaie de Perpignan. Nicolau Dotres s’engageait à livrer gratuitement de la glace ou de la neige à la maison de Thomas Sobrepera, sa vie durant, dans la mesure où les glacières ne seraient pas vides. Il devait également donner au « préposé » de Notre-Dame du Vilar trois mesures de noix (nuus) et una grossa de vidra de censive, soit une production en verre d’une quantité de douze douzaines.

25De ces indications peuvent être tirées plusieurs conclusions. D’une part, la multiplicité des activités de Nicolau Dotres, à la fois producteur de glace et négociant en verre ; d’autre part, l’alliance, depuis un temps indéterminé, entre cette famille et celle des Sobrepera, laquelle appartenait, semble-t-il, à une ancienne lignée locale de maîtres-verriers.

  • 54 A.D.P.O., 3E1/3461, Antoni Colom y Companyo, notaire à Perpignan, manuel, f°136 v.
  • 55 A.D.P.O., 3E1/6009, Miquel Rovira, notaire à Perpignan, Relatio d’experts, 11 janvier 1686.

26Cette double activité produit cependant à terme une difficulté dans la localisation et la chronologie des glacières. Ainsi, le texte de 1664 qui mentionnait trois glacières, indique en note que le « vieux puits » (puteus antiquus’) -celui dans lequel ou sur lequel avait été construite une maison avant 1627 (?)– était un four à verre (erat forn de vidra)54. Un autre texte de 1686 mentionnait par ailleurs un casai (une maison) devant l’église du Vilar, étant entendu que « dans les temps passés il était un four à verre »55. Sans savoir si ce dernier four correspondait au précédent, il demeure paradoxalement difficile de localiser les glacières. En tout état de cause, l’une d’entre elles pouvait être située devant l’église. La même (?) pouvait aussi avoir cessé de fonctionner avant 1627, étant alors remplacée par une autre construite à proximité. Plus sûrement, la concomitance des artisanats était avérée.

  • 56 Marie-Anaïs-Marguerite Carrère, Monographie de Laroque-des-Albères, Imprimerie de Prades, Prades, 1 (...)

27La présence d’un artisanat du verre à proximité de glacières ne concernait pas uniquement le territoire de Villelongue-dels-Monts. Il existait un cas similaire pour la communauté voisine de Laroque-des-Albères, au lieu-dit la Ballanouse, appelé autrefois Fourn del Vidre56. Nous ne savons pas exactement pour quelles raisons ces deux artisanats étaient associés. Quelques minces hypothèses peuvent être avancées. Les fours à verre avaient besoin de bois pour fonctionner, or celui-ci était plus abondant en montagne qu’en plaine. Les chemins aménagés pour le transport de la glace étaient praticables et souvent bien entretenus. Les verriers pouvaient donc faire voyager sans trop de dommages leur marchandise si fragile. L’approvisionnement en eau jouait peut-être aussi un rôle ?

Le commerce de la glace-neige

Les débuts (1626-1633)

28L’activité commerciale d’Antoni Dotres débuta dans les années 1626-1627, alors que deux ou trois glacières avaient déjà été construites sur le territoire du Vilar. Son ambition était d’approvisionner les villes et les villages de la plaine, y compris et surtout Perpignan qui représentait le marché le plus important.

  • 57 A.D.P.O., 3E1/2584, Antich Frou, notaire à Collioure, minutes.
  • 58 Une charge (carrega) était une unité de mesure correspondant à environ 121 litres. Elle désignait l (...)
  • 59 Un quintar représentait 41,75 kilos.
  • 60 Cf. note 39.

29Dès le début du mois de mars 1626, il passait contrat avec deux habitants de Collioure, Francesc et Antoni Desclaus, afin de leur fournir toute la glace ou neige dont ils auraient besoin57. Elle devait être livrée à leur maison depuis le 1er mai jusqu’au 31 octobre 1626. La glace serait alors pesée et payée au prix de trois livres la charge (carrega)58. Francesc et Antoni Desclaus s’engageaient à ne pas se fournir chez un autre producteur de glace. Pour assurer les livraisons, Antoni Dotres, s’adressait à un muletier de Collioure, Antoni de Bohe alias Llanssolot. Le père et le fils Desclaus devaient prévenir le muletier un jour à l’avance. La glace et la neige seraient fournies bien sûr par les glacières d’Antoni Dotres, mais aussi par celle de Sorède. Chaque charge pèserait trois quintars59. Enfin, le salaire du muletier était fixé à six reals par charge de glace bien propre et devait être payé à la fin de chaque mois60.

  • 61 A.D.P.O., 3E1/6989, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, f°182 v. La fourniture de la glace, c (...)
  • 62 Idem, ff°182-183.

30Toujours au mois de mars 1626, Antoni Dotres obtenait l’affermage de la fourniture de la glace et de la neige à Perpignan61. Pour mener à bien cette entreprise, il s’associait dès le 1er avril suivant avec un habitant de cette ville, Antoni Cases, dont la profession n’est pas précisée62. Les deux hommes s’entendirent pour partager les frais et les bénéfices, et organiser l’approvisionnement. Aussitôt que la réserve en glace de la ville de Perpignan serait épuisée, des muletiers apporteraient de la glace ou de la neige tirée des puits d’Antoni Dotres ou de la montagne de la baronnie de Montesquieu. La glace devait être pesée sur le lieu de déchargement et payée cinq reals par quintar. Pour assurer le succès de cette association, un boutiquier de Perpignan, Hyeronim Steve Bosch, se portait caution. Le document attestait par ailleurs qu’Antoni Dotres avait déjà vendu ou promis de vendre de la glace à Argelès, Collioure et Villelongue-dels-Monts.

  • 63 A.D.P.O., 3E1/4, Andreu Bosch, notaire à Perpignan, minutes, Pactas y conventionis fetas entre lo m (...)
  • 64 Idem.

31L’année suivante, il était encore désigné comme fermier du « droit de glace et neige » de Perpignan, mais avec de nouveaux associés : Hieronim Perarnau, seigneur de Laroque, et Joseph Bellmon, potier de Perpignan. Ensemble ils passaient contrat, le 13 avril 1627, avec plusieurs détaillants dans le but d’ouvrir quatre points de vente à Perpignan63. La glace et la neige leur seraient livrées au prix de neuf reals et demi par quintar et revendues au public quatre deniers la livre. Les livraisons seraient faites et pesées soit aux boutiques des revendeurs, soit à la glacière de Perpignan. La glace proviendrait principalement de cette dernière, mais lorsque celle-ci serait vide, Antoni Dotres et Hieronim Perarnau apporteraient la glace et la neige issues de leurs propres puits. Pour effectuer tous les transports, un accord fut conclu avec l’un des détaillants, Domingo La Fora64. Ses mulets porteraient les chargements au prix de quatre reals la charge de trois quintars. Ce texte décrit aussi avec précision les emplacements intramuros où devaient être situés les points de vente. La première boutique était prévue à proximité de la Place Neuve et de la Place du Blé ; la seconde, près de la cathédrale Saint-Jean, dans la maison del triquet dit den aniol. La troisième devait se trouver près de la Place du Blé, mais pas du côté de la Place Neuve. La dernière boutique, quant à elle, devait se situer au Pont d’en Vestit, en haut du carrefour donnant sur la paroisse Saint-Mathieu. Les quatre revendeurs devaient disposer de glace ou de neige jour et nuit et étaient les seuls à pouvoir vendre à Perpignan de l’eau et du vin rafraîchis à la glace. L’obligation de vendre de la glace la nuit répond à deux nécessités : assurer l’approvisionnement des auberges ouvertes aussi le soir et fournir de la glace à toute heure pour soigner les malades.

  • 65 A.D.P.O., 1E668, Capitolatio feta entre me Antoni dotres pages de Vilallonga del mont y los sors Pe (...)
  • 66 Six mulets seront également signalés dans l’inventaire des biens d’Antoni Dotres, en 1633.

32La concession obtenue probablement au début de l’année 1627 par Antoni Dotres, fut renouvelée le 30 octobre suivant, mais pour une durée de dix ans. Le contrat de bail prévoyait un versement annuel de 1000 livres. Pour assurer un bon approvisionnement de la ville – la consommation de glace devant être de plus en plus importante – et avoir les moyens financiers suffisants, Antoni Dotres devait à nouveau s’associer avec d’autres personnes. Le 15 novembre 162865, il choisit encore Hieronim Perarnau, seigneur de Laroque, et Pere Llobet, un bourgeois honoré de Perpignan, propriétaire d’une glacière située près de la ville de Thuir. Le contrat stipulait que chacun d’entre eux apporterait cinquante charges de glace lorsque les puits de la ville de Perpignan seraient vides. Cette clause était très importante pour ces propriétaires de glacières, car elle leur permettait d’utiliser la glace et la neige de leurs puits. Celle-ci, une fois arrivée à Perpignan, était pesée et les associés recevaient cinq reals par quintar. Le texte prévoyait l’achat de six mulets pour assurer le transport66.

33Les différents chiffres fournis par ce contrat permettent d’évaluer la quantité de glace ou de neige qui était consommée à Perpignan à cette époque. Sachant qu’une charge équivalait à cent vingt et un kilos, le volume total issu des glacières des trois associés avoisinait les dix-huit tonnes. La consommation de glace à Perpignan était donc nettement supérieure, soit près de vingt-quatre tonnes, si on suppose que les glacières communales fournissaient, elles aussi, cinquante charges de glace. Ce chiffre peut paraître énorme pour une ville qui comptait alors moins de 10000 habitants (2,4 kg/habitant/an).

  • 67 A.D.P.O., G190, ff°16-17.

34L’année suivante, Antoni Dotres concluait un nouveau marché, mais en collaboration avec dona Paula Taqui y Reguer, propriétaire d’un puits à glace à Bages. Il s’agissait d’approvisionner une autre ville de la plaine : Elne. Dès le 23 avril 1629, un accord était passé avec la communauté des prêtres de cette ville67. Comme pour les précédents contrats, les vendeurs devaient veiller à assurer un approvisionnement régulier. La durée était fixée, comme pour Perpignan, à dix ans. La glace ou la neige devait être « bonne, propre, sans terre ni cailloux » (bona neta sens terra ni pedras) et être vendue deux deniers la livre. Les livraisons seraient faites depuis le jour de Pâques (sauf la première année où elles commenceraient le 1er mai) et s’achever à la fin du mois de novembre. Ces livraisons étaient destinées, en premier lieu, aux membres de la communauté des prêtres, mais tous les habitants de la cité pouvaient aussi en bénéficier.

  • 68 A.D.P.O., 1E854, Capitulacio fermada entre Anthoni dotres y dona Paula taqui y reguer sobre la prov (...)

35Afin de régler les détails de leur association, Antoni Dotres et dona Paula Taqui y Reguer passaient le 19 juin suivant un nouveau contrat devant notaire68. Il était prévu qu’en l’absence de gelée dans la plaine, la ville serait fournie en glace et en neige à partir des puits d’Antoni Dotres ou des puits à neige de La Bastide appartenant aussi à dona Paula Taqui y Reguer. Cette dernière clause montre qu’un approvisionnement régulier sur une longue période (ici dix ans), ne pouvait être assuré qu’en associant puits à glace et puits à neige. L’absence de grands froids pouvait compromettre la fourniture en glace. Cet élément a probablement conduit Antoni Dotres à faire construire deux puits à neige sur les montagnes dominant la vallée de Sant-Marti de Montbran en 1629 et 1631. Ces deux nouvelles constructions confirment par ailleurs que le commerce de la glace et de la neige était véritablement lucratif.

36Le contrat commercial de 1629 est le dernier que nous ayons trouvé concernant Antoni Dotres. Il mourait en 1633, deux ans après la construction d’une cinquième glacière. En l’espace de moins de dix ans, de 1623 à 1631, ce pagès avait fait édifier trois puits à glace et deux puits à neige dont l’exploitation devait servir à approvisionner plusieurs villes du Roussillon, notamment la capitale, Perpignan. Les contrats qu’il avait conclus – pour les plus importants, il est vrai, avec des associés – lui avaient assuré un large monopole de la fourniture de la glace et de la neige et l’avaient enrichi, ainsi que sa famille, comme en témoignent les sommes importantes léguées par son testament. Son fils et héritier, Nicolau Dotres avait suivi le même chemin puisqu’il était devenu également batlle, familier du Saint-Office et entrepreneur de la glace.

Prospérité et déclin de l’entreprise commerciale (1633-1673)

37Nicolau Dotres poursuivit l’œuvre engagée par son père, ayant déjà probablement appris à ses côtés les principes du commerce et la gestion le patrimoine familial. L’association pour l’exploitation du four à verre du Vilar, dès 1634, en est un bon exemple.

  • 69 A.D.P.O., 1E668, Capitolatio fêta entre me Antoni dotres pages de Vilallonga del mont y los sors Pe (...)
  • 70 A.D.P.O., 3E1/5840, Blasi Canta, notaire à Perpignan, minutes, Arrendament fet p nicolau dotre a ju (...)

38Il avait probablement remplacé son père dans la société commerciale chargée d’approvisionner en glace et en neige la ville de Perpignan. En 1637, il parvenait à renouveler l’ancien contrat, moyennant toujours un versement annuel de 1000 livres. La durée du bail était encore de dix ans, et devait donc prendre fin en 164769. Les associés cités à cette occasion étaient à peu près les mêmes que ceux de son père : Hieronim Perarnau, et Onofre Llobet, fils de Pere Llobet. C’est semble-t-il à partir de 1637 qu’il résida plus fréquemment à Perpignan. Le 12 décembre de cette année, il affermait pour quatre ans l’ensemble des propriétés qu’il possédait à Villelongue-dels-Monts, Montesquieu et Saint-Génis-des-Fontaines. Il conservait néanmoins un jardin pour nourrir les siens lorsqu’il séjournerait à Villelongue70. On peut supposer qu’en raison de ce changement de résidence il n’exerçait plus la fonction de batlle.

  • 71 A.D.P.O., 3E1/6990, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, f°200 (27 avril 1638). D’après Alcove (...)

39En avril 1638, il s’engageait à fournir quotidiennement, depuis le 1er mai jusqu’à la fin novembre, à un musicien de Perpignan, Esteve-Joan Camps, un costal de neu, c’est-à-dire une demie charge de neige71. Le prix fixé était de quatre deniers la livre. Cette neige serait vendue au détail ou utilisée pour rafraîchir du vin ou de l’eau (vi y aygua fresch ). A l’occasion de ce contrat, Nicolau Dotres était désigné comme étant un négociant de Perpignan. Ce texte confirme qu’en tant que fermier de la glace, il était le seul habilité à autoriser l’ouverture de débits de glace et de boissons glacées.

  • 72 A.D.P.O., 3E1/6971, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, ff°158-159. Dans cet acte Nicolau Dot (...)

40Mais Perpignan ne devait pas être le seul marché desservi par l’entrepreneur. D’autres villes et villages de la plaine, comme Elne, devaient continuer à s’approvisionner à ses puits, les baux étant dans certains cas renouvelés tous les ans. Pour cette période, un seul texte a été retrouvé, il s’agit de la fourniture de la glace à Canet. Le contrat date du 9 mai 163972. La personne chargée de la vente dans cette localité était un chirurgien, Jaume Gibem. Ce détail renvoie bien sûr à l’usage médical de la glace. Cet exemple, et ceux cités précédemment, montrent que les vendeurs pouvaient appartenir à des milieux socio-économiques différents : artisans, musiciens, chirurgiens.

41Nicolau Dotres devait livrer la glace depuis le 11 mai jusqu’au 15 octobre et celle-ci serait payée par le vendeur huit reals par quintar. Jaume Gibern la vendrait ensuite aux habitants de Canet, quatre deniers la livre. Quant à la glace vendue aux étrangers, c’est-à-dire à ceux qui ne demeuraient pas dans cette ville, il serait libre d’en fixer le prix.

  • 73 A.D.P.O., 112EDt362, Concordia entre los sors consuls de la universitat de la vila de Perpinya de u (...)

42En raison du conflit opposant la France et l’Espagne, les Comtés furent engagés, dès le mois de juin 1639, dans une période troublée. Nous manquons de documents pour connaître les conséquences exactes de ces événements sur l’activité commerciale de Nicolau Dotres. Il semble que le commerce de la glace ait été perturbé, voire interrompu par ce conflit. Celui-ci affecta surtout les villes qui avaient soutenu des sièges, comme Perpignan et Collioure. Le siège de Perpignan avait duré du 4 novembre 1641 au 9 septembre 1642, laissant la ville exsangue. Les fermiers de la glace, accusés de ne plus approvisionner la cité, se plaignirent d’avoir subi un trop grand préjudice (molta perduca). En effet, beaucoup d’habitants avaient fui la capitale des Comtés (per la molta falta de gent hi ha en la present vila) et ils n’avaient pas pu faire de commerce. Ils refusaient donc de poursuivre l’approvisionnement, malgré les engagements pris en 1637. Le 30 octobre 1642, les consuls avaient légiféré pour obliger Nicolau Dotres et ses associés à livrer régulièrement leur glace. La non-application de cette ordonnance entraînait une amende de vingt-cinq livres. Nicolau Dotres, pour sa part, souhaitait abandonner l’affermage, ou bien en diminuer le prix. Le 22 juin 1643 -donc moins d’un an après le siège- il passait une convention avec les consuls de Perpignan, par laquelle il acceptait, malgré les pertes subies, de mener l’affermage à son terme, c’est-à-dire, jusqu’en 1647. Il obtenait en échange une augmentation du prix de vente de la livre de glace, soit six deniers au lieu de quatre. Il renonçait également à toute poursuite devant les tribunaux73. Ses associés étaient alors Hieronim et Joseph Perarnau, Francisco Cerinyana, un marchand (mercader) d’Elne, et Thomas Sobrepera, son beau-frère.

43Le 3 octobre de la même année, Nicolau Dotres obtenait le titre de bourgeois honoré de Perpignan. Cette nomination faisant suite à l’accord conclu avec les consuls de la ville, y-avait-t-il eu un lien de cause à effet entre ces deux événements ? S’agissait-il d’un témoignage de reconnaissance pour des services rendus à la ville ? Il est difficile de l’affirmer, sans connaître le rôle exact joué par Nicolas Dotres dans la vie économique et sociale de la cité. Son anoblissement représentait néanmoins une consécration, étant donnée la progression sociale de la famille depuis le début du XVIIe siècle. Le développement du commerce de la glace fut probablement à l’origine de cette réussite.

  • 74 A.D.P.O., 3E1/5966, Joseph Costa, notaire à Collioure, répertoire, contacta de neu fet entre lo Sr (...)
  • 75 A.D.P.O., 3E1/6530, Pere Prunet, notaire à Perpignan, minutes, Vendu feta per lo magch nicolau Dotr (...)

44Pour les années postérieures à 1643, il n’a pas été trouvé de contrats de commerce engageant Nicholau Dotres. Deux mentions seulement ont été relevées. Elles confirment que celui-ci continuait à vendre de la glace et de la neige à différents endroits de la plaine roussillonnaise. Il est ainsi question, en 1662, d’un contrat passé avec un habitant de Collioure, Ramon Casanovas74. Nicolau Dotres obtint aussi, quelques années plus tard, en 1666, l’afferme de la glace à Perpignan. La fourniture était prévue pour plusieurs années, puisqu’il vendit provisoirement son droit, le 16 juin 1669, à son gendre, Honorat Sunyer, pour le prix de quarante-deux doubles d’or (environ 462 livres)75. Cette vente semble indiquer que Nicolau Dotres se retirait progressivement du commerce de la glace. D’autres faits confirment cette hypothèse.

  • 76 A.D.P.O., 3E1/6525.
  • 77 Idem.
  • 78 A.D.P.O., 3E1/6526.
  • 79 A.D.P.O., 3E1/6527.
  • 80 A.D.P.O., 3E1/6528.

45Ainsi, dès l’année 1658, Nicolas Dotres commençait à vendre ses biens, comme en témoignent les minutes du notaire de Perpignan, Pere Prunet, qui instrumentait alors beaucoup à Villelongue-dels-Monts. Plus de dix actes de vente y figurent entre 1658 et 1664. On note tout d’abord la cession d’un ancien moulin à huile en 165 876, puis celles d’une oliveraie et d’un champ en 165 977, enfin, celles de trois vignes et d’un jardin en 166078. De nouvelles ventes eurent lieu aussi en 1663 et 1664 : une oliveraie, un pré, un censal et un jardin en 166379 ; une oliveraie en 166480. Cette liste pourrait sans doute être allongée après consultation de toutes les archives notariales de cette période, notamment les manuels.

  • 81 A.D.P.O., 3E1/5581, Joan Albafulla, notaire à Perpignan, minutes, Procura fêta per lo magch nicolau (...)
  • 82 A.D.P.O., 3E1/6528, Pere Prunet, notaire à Perpignan, minutes, Arrendament fet per lo magch nicolau (...)
  • 83 A.D.P.O., 3E1/3461, Antoni Colom y Companyo, notaire à Perpignan, manuel, ff°135-138.

46Le 5 mars 1663, Nicolau Dotres confiait à son gendre, Honorat Sunyer, le soin de vendre « n’importe quelles propriétés tant rustiques qu’urbaines »81. Ces ventes de biens immobiliers ne tardèrent pas à concerner les glacières. Le 16 août 1664, le terrain des puits à glace du Vilar était affermé à un habitant de Saint-Jean-de-l’Albère, mais Nicolau Dotres se réservait toujours l’usage des glacières et de la maison voisine82. Cependant, à la fin de la même année, il décidait de céder à l’un de ses associés, Joseph Peramau, les trois glacières qu’il possédait à Villelongue-dels-Monts83.

  • 84 A.D.P.O., 3E4/33, Joseph Vilaroja, notaire à Perpignan, minutes, Arrendament de dos pous de neu fet (...)
  • 85 A.D.P.O., 3E4/15, Joseph Vilaroja, notaire à Perpignan, manuel, ff°351-352.

47La même procédure fut employée, quelques années plus tard, pour les deux puits à neige de Sant-Marti de Montbran. Le 29 juin 1670, Nicolau Dotres les afferma à don Francisco de Foix y Bearn, seigneur de Sorède, pour une durée de quatre ans et au prix de douze doubles d’or (132 livres)84. Puis il les lui vendit le 1er août 1673 pour 1050 livres85. Dès lors, il ne possédait plus de glacière. Cette dernière vente marquait la fin de l’entreprise familiale jadis fondée sur l’exploitation et le commerce de la glace et de la neige. Nicolau Dotres se retira dans la propriété familiale de Villelongue-dels-Monts et y mourut en 1682.

  • 86 A.D.P.O., 3E1/6440, Honorat Sunyer, notaire à Perpignan, minutes.
  • 87 Son testament ne détaille pas la destination de ses propriétés immobilières.

48L’inventaire de ses biens, réalisé le 9 mars 1685, ne mentionnait que des propriétés à Villelongue-dels-Monts ou Saint-Génis-des-Fontaines86. L’ensemble comprenait le mas qui appartenait autrefois à Antoni Dotres, une quinzaine de champs dont certains étaient plantés d’oliviers ou de chênes et entouraient le mas, un ancien jardin au bas du Vilar, et une tuilerie. Un seul champ se trouvait sur le territoire de Saint-Génis-des-Fontaines. Si cet inventaire établit exactement la liste des biens possédés par Nicolau Dotres à son décès, il indique que ce dernier n’avait conservé que les biens situés à proximité de la maison de ses ancêtres (la casa pairal), les autres biens ayant probablement été vendus à des tiers ou bien légués à ses autres enfants87. Les activités commerciales de Nicolas Dotres lui avaient peut-être permis, ainsi qu’à ses descendants, d’obtenir un titre nobiliaire, elles n’avaient cependant pas entraîné la conservation d’un patrimoine foncier important. Reste à savoir si le numéraire familial représentait alors une fortune ou si la famille s’était réellement appauvrie.

Conclusion

49Cette étude a permis de découvrir l’itinéraire de deux générations de paysans aisés d’un petit village roussillonnais. En moins de vingt ans, un père et son fils ont connu la réussite économique et la notoriété, au point de se hisser au rang des privilégiés de la société roussillonnaise. Cette réussite provenait du fait qu’ils avaient su profiter du développement de la consommation de la glace en Roussillon, au début du XVIIe siècle. L’approvisionnement de la capitale les avait probablement enrichis. Cependant, l’analyse des contrats les plus importants a montré que les fermiers s’associaient toujours à d’autres pour diminuer les dépenses et assurer la régularité des approvisionnements. Il fallait donc une entreprise solide pour répondre aux besoins croissants de la population, mais aussi pour résister aux ambitions d’autres producteurs de glace. Cette première monographie demeure insuffisante pour évaluer l’histoire économique de la glace en Roussillon, mais pose un certain nombre de jalons relatifs à ce sujet.

Notes

1 A.D.P.O. (= Archives Départementales des Pyrénées-Orientales), H216.

2 Le plus connu est Mossen Curp, curé de 1645 à 1686. Cf. Emmanuel Coste : « Memorias de Mossen Curp, rector de Vilallonga del Mont », Ruscino, 1919-1920.

3 Catalunya romanica, vol. XIV, Rosselló, Enciclopèdia catalans, Barcelona, 1993, pp. 440-444.

4 Emmanuel Coste, art.cit, 1919, p. 117, note 2.

5 Idem.

6 A.D.P.O., 3E1/6972, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, conseil général de la communauté de Villelongue-dels-Monts (1636). A cette assemblée participent trente-trois personnes, chacune représentant une maisonnée.

7 Cette expression désignait avant l’annexion au royaume de France toute la partie de la Catalogne située au-delà des Pyrénées.

8 Josep Iglesies, El fogatge de 1497, estudi i transcripciô, vol. 2, Barcelona, Fundaciô Salvador Vives i Casajuana, 1991, p. 43.

9 A.D.P.O., 178EDtl, f°91, ces informations sont données à l’occasion de la fondation d’une messe anniversaire.

10 A.D.P.O., 3E1/5243, Gaspar Pi, notaire à Collioure, répertoire.

11 A.D.P.O., 3E1/6979, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, f°114v : Geronima-Francisca était toujours en vie le 22 août 1621.

12 A.D.P.O., 3E1/6117, Matheu Casademont, notaire à Perpignan, testament d’Antoni Dotres (19 juin 1632).

13 A.D.P.O., 3E1/5664, Pau Jalech, notaire à Perpignan, minutes, inventaire après décès d’Antoni Dotres. La date exacte de ce décès n’est pas connue, en raison de la disparition des registres paroissiaux concernant cette période. Néanmoins, l’ouverture du testament ayant eu lieu le 2 octobre 1633, on peut penser qu’Antoni Dotres mourut en septembre 1633.

14 A.D.P.O., 112EDtl, le 19 novembre 1639.

15 A.D.P.O., 3E1/3492, Antoni Colom y Companyo, notaire à Perpignan, testament de Nicolau Dotres (16 février 1680).

16 A.D.P.O., 112EDtl, le 21 septembre 1653.

17 A.D.P.O., 3E1/6523, Pere Prunet, notaire à Perpignan, testament de Maria Dotres y Roig (11 janvier 1655).

18 A.D.P.O., 3E1/3492, Antoni Colom y Companyo, notaire à Perpignan, testament de Nicolau Dotres. A.D.P.O., 3E1/6440, Honorat Sunyer, notaire à Perpignan, inventaire des biens de Nicolau Dotres (9 mars 1685). Ainsi que les actes de mariages cités dans les notes suivantes.

19 A.D.P.O., 112EDtl, 16 décembre 1660.

20 Idem.

21 Ibidem. Le 7 novembre 1683.

22 A.D.P.O., 3E1/5840, Blasi Canta, notaire à Perpignan, testament de Thomas Sobrepera (25 avril 1637).

23 A.D.P.O., 112EDtl, 30 janvier 1647.

24 A.D.P.O., 3E2/1602, Miquel Roig, notaire à Elne, manuel, f°31 (1627) et H216 (1635).

25 Cette fonction, par les pouvoirs qu’elle conférait, ne pouvait que susciter le respect. Dans l’église de Villelongue-dels-Monts, le batlle était assis sur le même banc que les consuls, probablement aux premiers rangs, comme en témoigne un testament de 1631 : le révérend Rafel Maseras, de passage à Villelongue, souhaitait être enterré « entre lo banch ahont se assentan lo balle consols y lo que immediatament li esta detras en aquell espay ahont se passa per anar a la capelle de na sa de dita iglesia » (A.D.P.O., 3E1/2591, Antic Frou, notaire à Collioure). Concernant les rapports entre les seigneurs et les communautés séculières voir l’ouvrage de Michel Brunet : Les pouvoirs au village, aspects de la vie quotidienne dans le Roussillon du XVIIIesiècle, Perpignan, 1998, 223 p.

26 A.D.P.O., 3E1/6979, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, f°114 v.

27 Emmanuel Coste, art.cit, 1919, p. 121, note 1. Il participa à la cérémonie de fondation de la confrérie du Rosaire de Villelongue-dels-Monts, le 3 août 1633 : « Antoine Doutres, baille ».

28 A.D.P.O., 3E1/5837, Blasi Canta, notaire à Perpignan, minutes. Ce titre accompagne aussi, au XVIIe siècle, les noms des consuls et anciens consuls.

29 Le 27 août 1634, Nicolau Dotres trouva sur la « devèse » de la grange appartenant au seigneur (la granja de Oms) un troupeau de « bêtes à laine » et de chèvres pâturant sur ces terres en défens. Ce troupeau (ramat) appartenait à Angel Tarrats, un pagès de Banyuls-dels-Aspres. Il comprenait trois cent quarante bêtes, parmi lesquelles s’étaient mêlées dix-huit autres « bêtes à laines » appartenant à un habitant de Tresserre. Le batlle confisqua les bêtes et les conduisit à Villelongue-dels-Monts. Angel Tarrats avait un délai de trois heures pour récupérer son bien, moyennant une amende de cinquante reals et la perte d’un mouton et d’une chèvre égorgés pour l’exemple. Les dix-huit autres « bêtes à laine » furent vendues aux enchères sur la place du village (A.D.P.O., 3E1/5837, Blasi Canta, notaire à Perpignan, minutes, Actas de penyoras del salitar de sanch de cadell so es del bestiar de llana de Angel tarrats de banyuls). Le 4 février 1635, Nicolau Dotres surprit seize juments et deux ânes pâturant sur la même « devèse ». Les animaux furent également confisqués et vendus à Villelongue (A.D.P.O., 3E1/5838, Blasi Canta, notaire à Perpignan, minutes, Penyorament fet en la granja de oms per lo balle de vilallonga de unes eugues de St genis). L’abbé de Saint-Génis-des-Fontaines, seigneur de Brouilla et probable propriétaire de ce troupeau, donna une autre version des faits. Selon lui, le batlle de Villelongue aurait mené une expédition contre le village de Brouilla situé au-delà du Tech, et il aurait dérobé les seize juments et les deux ânes dans la saulaie appartenant au monastère (A.D.P.O., H216, 17 février 1635, le texte précise : ab molt gent armat ab armes de foch y altres). Don Berenguer d’Oms prit la défense de son batlle, mais consentit à restituer le troupeau au plaignant. Nous ne savons pas qui avait tort et qui avait raison. Il reste que cet épisode est un bon exemple des querelles opposant les villages entre eux et peut-être même les seigneurs.

30 A.D.P.O., 3E1/6986, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, ff°353-354.

31 A.D.P.O., 3E1/6990, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, f°418.

32 A.D.P.O., 3E1/6117, Matheu Casademont. notaire à Perpignan, testament d’Antoni Dotres (19 juin 1632). Emmanuel Coste, art.cit, 1919, p. 121, note 1.

33 A.D.P.O., 3E1/5846, Blasi Canta, notaire à Perpignan, minutes, Concordia entre Francisco Pellisser y Nicolau Dotres..

34 A.D.P.O., G163.

35 A.D.P.O., 1B394, ff°45-46.

36 A.D.P.O., 3E1/5664, Pau Jalech, notaire à Perpignan, minutes.

37 Ces chapelles ne pouvaient être édifiées qu’après autorisation des autorités religieuses. La chapelle de ce mas était ornée d’un grand tableau représentant la Vierge de l’Immaculée Conception avec saint Antoine de Padoue, saint François (d’Assise ?) et saint Joseph. Ces dévotions très franciscaines avaient connu un grand essor dans le diocèse d’Elne au début du XVIIe siècle. L’inventaire signale également un portrait du défunt.

38 A.D.P.O., 3E1/6117, Matheu Casademont, notaire à Perpignan, 19 juin 1632.

39 La monnaie utilisée alors était la livre de Perpignan, correspondant à deux livres de France. Une livre de Perpignan équivalait donc à 40 sols et 800 deniers. Un real valait six sols et huit deniers.

40 A.D.P.O., 3E1/5840, Blasi Canta, notaire à Perpignan, minutes.

41 A.D.P.O., 3E1/6380, Honorat Sunyer, notaire à Perpignan, répertoire, en association avec Jaume Privât.

42 A.D.P.O., H28, « unum puteum de neu o glas cum suis balssis oportunis et necessaris per omplir lo dit pou ».

43 A.D.P.O., 3E2/1602, Miquel Roig, notaire à Elne, manuel, ff°30-32.

44 En effet, l’acte cité est dit avoir été passé devant le notaire Antic Frou de Collioure (date non précisée). Après recherche, ce document a été retrouvé dans la série H. Il avait été extrait de sa liasse d’origine pour compléter la série lors de son élaboration. Cette hypothèse est confirmée par un texte de 1664 concernant ces trois glacières. Les actes donnés alors comme références, pour l’origine des propriétés, sont ceux du 2 mai 1623 (chez le notaire Antich Frou) et du 4 mai 1627 (chez le notaire Miquel Roig), (A. D. P. O., 3E1/3461, Antoni Colom y Companyo, notaire à Perpignan, manuel, f°136v).

45 A.D.P.O., 3E1/3461, Antoni Colom y Companyo, notaire à Perpignan, manuel, ff°135-138.

46 A.D.P.O., 1E667, afferme, « per retirar las cabalcaduras qui traginaran la neu y glas ». L’inventaire de 1633 précisait déjà : « ab una casa y stabla ».

47 A.D.P.O., 3J358, extrait du registre du Conseil Souverain (1692). Les actes originaux n’ont pas été retrouvés.

48 Michel Brunet, op.cit., pp. 87 et suivantes. Mais certains seigneurs possédaient encore, au XVIIe siècle, des glacières dont ils dirigeaient eux-mêmes l’exploitation (par exemple, à Laroque-des-Albères).

49 L’artisanat du verre en Roussillon a été en partie étudié par l’archiviste Bernard Alart dans un remarquable article de 1873 (« L’ancienne industrie de la verrerie en Roussillon », Bulletin de la Société Agricole, Scientifique et Littéraire des Pyrénées-Orientales, XXe volume, 1873, pp. 307-322). La période couverte par cette étude correspond surtout au Moyen-Age (XIIIe-XVe siècles), mais l’auteur donne quelques mentions qui permettent de faire le lien avec les textes de la première moitié du XVIIe siècle.
Après un développement important au cours du XVe siècle, principalement sur le territoire de Palau-del-Vidre (« le palais du verre »), les centres de production semblent se déplacer en direction du massif des Albères. On trouve ainsi, au XVIe siècle, des verriers à Saint-André-de-Sorède, Laroque-des-Albères, Villelongue-dels-Monts et à la Junquera. Bernard Alart suppose que cette activité s’était arrêtée à Palau-del-Vidre après 1540. En 1542, il est fait mention de mestre Johan Sajus, de Sevinyach, vedrier, habitant en lo loch del Vilar (art.cit., p. 321). Il semble donc qu’avant le milieu du XVIe siècle un four à verre ait fonctionné au Vilar. En 1573, un verrier de Villelongue-dels-Monts, Galderich Sobrepera, est dit habiter au « four à verre du lieu de Laroque », ce qui laisserait supposer que celui du Vilar n’était plus utilisé (A.D.P.O., 3E1/2711, Anthoni Joli, notaire à Perpignan, minutes, contrat de mariage de Pera Tallada et de Speransa Sobrepera de Villelongue-dels-Monts, « ..mestre galderich sobre pera vidrier del lloch de vila llonga del mont vuy dia présent abitant en lo forn del vidre del lloch de la rocha.. », le 14 décembre 1573).

50 A.D.P.O., 1B443, f°28r„ 26 janvier 1626.

51 Ces deux hommes habitaient déjà à Laroque en 1633, cf. ALART (Bernard) : art.cit., p. 321. A.D.P.O., 3E1/6976, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, ff°9- 11 (31 décembre 1633).

52 A.D.P.O., 3E1/5837, Blasi Canta, notaire à Perpignan, minutes, Acta de companya entre lo honor nicolau dotres balla de vila llonga baldiri roure barthomeu colomer y joan pere sabater del arrendament del forn del vidre.

53 A. D. P. O., 3E2/1612, Miquel Roig, notaire à Elne, manuel, ff°151-154.

54 A.D.P.O., 3E1/3461, Antoni Colom y Companyo, notaire à Perpignan, manuel, f°136 v.

55 A.D.P.O., 3E1/6009, Miquel Rovira, notaire à Perpignan, Relatio d’experts, 11 janvier 1686.

56 Marie-Anaïs-Marguerite Carrère, Monographie de Laroque-des-Albères, Imprimerie de Prades, Prades, 1892, p. 28 : « à Fourn del Vidre où il y a les ruines d’une ancienne glacière ».

57 A.D.P.O., 3E1/2584, Antich Frou, notaire à Collioure, minutes.

58 Une charge (carrega) était une unité de mesure correspondant à environ 121 litres. Elle désignait le volume de marchandise que pouvait transporter une bête de somme.

59 Un quintar représentait 41,75 kilos.

60 Cf. note 39.

61 A.D.P.O., 3E1/6989, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, f°182 v. La fourniture de la glace, comme d’autres commerces alimentaires, était cédée, après des enchères, au plus offrant pour une ou plusieurs années. Cf. Michel Brunet, op.cit., pp. 87-116.

62 Idem, ff°182-183.

63 A.D.P.O., 3E1/4, Andreu Bosch, notaire à Perpignan, minutes, Pactas y conventionis fetas entre lo magch Hyeronim Perarnau donzell ant. Dotres de vilallonga arrendadors del dret del gel y neu de una part y Pera anthoni Taulera jauma cardona y altra de la part altra.

64 Idem.

65 A.D.P.O., 1E668, Capitolatio feta entre me Antoni dotres pages de Vilallonga del mont y los sors Pere llobet y geronym Perarnau a cerca del pou del gel.

66 Six mulets seront également signalés dans l’inventaire des biens d’Antoni Dotres, en 1633.

67 A.D.P.O., G190, ff°16-17.

68 A.D.P.O., 1E854, Capitulacio fermada entre Anthoni dotres y dona Paula taqui y reguer sobre la provisio de neu fahedora p spai de deu anys a la ciutat d’elna.

69 A.D.P.O., 1E668, Capitolatio fêta entre me Antoni dotres pages de Vilallonga del mont y los sors Pere llobet y geronym Perarnau a cerca del pou del gel (1628).

70 A.D.P.O., 3E1/5840, Blasi Canta, notaire à Perpignan, minutes, Arrendament fet p nicolau dotre a juan barata tots de vilallonga del mont de la sua heretat situada en los termens de dit lloch y altres circumehins.

71 A.D.P.O., 3E1/6990, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, f°200 (27 avril 1638). D’après Alcover i Moll, Diccionari català-valencià-balear, Palma de Mallorca, 1930, vol. 3, p. 653, un costal est la càrrega que porta una bistia a cada banda de bast.

72 A.D.P.O., 3E1/6971, Blasi Canta, notaire à Perpignan, manuel, ff°158-159. Dans cet acte Nicolau Dotres est appelé « pagès de Villelongue-dels-Monts ».

73 A.D.P.O., 112EDt362, Concordia entre los sors consuls de la universitat de la vila de Perpinya de una part y lo s nicolau dotras arrendador del dret de la neu y gel de dita vila de part altra.

74 A.D.P.O., 3E1/5966, Joseph Costa, notaire à Collioure, répertoire, contacta de neu fet entre lo Sr Dutras y ramon Casanovas.

75 A.D.P.O., 3E1/6530, Pere Prunet, notaire à Perpignan, minutes, Vendu feta per lo magch nicolau Dotres burges al honor Honorat Sunyer mr Del dret de vendrer neu en la pnt vila de Perpna durant lo pnt any. Le bail de 1666 est cité à l’occasion de cette vente.

76 A.D.P.O., 3E1/6525.

77 Idem.

78 A.D.P.O., 3E1/6526.

79 A.D.P.O., 3E1/6527.

80 A.D.P.O., 3E1/6528.

81 A.D.P.O., 3E1/5581, Joan Albafulla, notaire à Perpignan, minutes, Procura fêta per lo magch nicolau dotras burges de ppa de pnt en lo lloch de vilallonga del mont habitant al discret honorât sunyer scrivent de ppa son gendre.

82 A.D.P.O., 3E1/6528, Pere Prunet, notaire à Perpignan, minutes, Arrendament fet per lo magch nicolau Dotres burges a Joseph Buix de una heretat sit al terme del vilar.

83 A.D.P.O., 3E1/3461, Antoni Colom y Companyo, notaire à Perpignan, manuel, ff°135-138.

84 A.D.P.O., 3E4/33, Joseph Vilaroja, notaire à Perpignan, minutes, Arrendament de dos pous de neu fet per lo magch nicholau Dotras burges del lloch de vilallonga dels mons al noble don franco de Bearn per quatre anys.

85 A.D.P.O., 3E4/15, Joseph Vilaroja, notaire à Perpignan, manuel, ff°351-352.

86 A.D.P.O., 3E1/6440, Honorat Sunyer, notaire à Perpignan, minutes.

87 Son testament ne détaille pas la destination de ses propriétés immobilières.

Table des illustrations

Titre Généalogie simplifiée de la famille DOTRES au XVIIe siècle
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/26782/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Presses universitaires de Perpignan, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search