Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le métier de la politique sous la IIIe République

 | 
Yves Billard

Introduction

Texte intégral

1Dans sa célèbre conférence « La politique en tant que métier » (« Politik als Beruf »), Max Weber distingue ceux qui font de la politique occasionnellement, ceux qui en font secondairement et ceux qui la pratiquent professionnellement. Les électeurs se déplaçant pour voter, les curieux venus écouter un tribun font de la politique occasionnellement. La majorité des conseillers municipaux de petites communes, une partie de l’entourage des dirigeants, voire certains élus nationaux un peu dilettantes, en font secondairement : ils y consacrent du temps, y donnent parfois le meilleur d’eux-mêmes, mais pas autant qu’à la profession qu’ils exercent principalement. Ceux qui font de la politique un « métier » la font passer au premier plan de leurs activités.

2Ils ne sont pas si faciles à distinguer des autres. En France, sous la IIIe République, seuls le président de la République et les ministres sont rémunérés. Les parlementaires perçoivent une « indemnité » supposée couvrir les frais liés à leur mandat ; longtemps notoirement insuffisante, l’indemnité, portée en 1907 à 15 000 francs-or annuels (environ 46 000 euros), remplit tout juste son office. De même, les maires perçoivent une prime pour « frais de représentation ». Tous les autres, et donc les plus nombreux, font de la politique bénévolement. Le plus souvent, ils pratiquent un autre métier. Les plus fortunés vivent de rentes. Quelques-uns ont si bien réussi dans une activité antérieure qu’ils peuvent la délaisser. Une majorité exerce en réalité deux professions, celle qui rapporte de l’argent et celle qui en fait le plus souvent perdre : la politique.

3La politique occupe principalement ou secondairement une minorité de Français. On ne rencontre pas de membres cotisants et actifs des partis politiques au début de la IIIe République, car les partis n’existent pas encore, mais ils représentent près de 1 million de personnes dans les années 1930. Parmi les élus, on dénombre plus de 400 000 conseillers municipaux dans les années 1870 et près de 460 000 à la fin des années 1930. En majorité élus dans de petites communes, ils sont à ranger parmi ceux qui font secondairement de la politique. Parmi eux, les maires sont davantage engagés dans une pratique quasi professionnelle. Les maires de toutes petites communes arrivent à ne consacrer qu’une demi-journée par semaine en moyenne à leur mandat. Maire d’une grande ville peut être en revanche un véritable métier. On recense plus de 39 000 maires en 1871 et tout juste 38 000 en 1940. Nombre d’entre eux sont parallèlement conseillers d’arrondissement ou conseillers généraux. Parmi les élus nationaux, députés et sénateurs, près de la moitié exercent en même temps la fonction d’élus locaux. Ce phénomène de cumul des mandats s’est accentué tout au long de la IIIe République au point de déterminer une sorte de cursus honorum fréquent, sans être impératif. C’est là un facteur important de la professionnalisation du métier de la politique.

4Aussi le nombre des conseillers généraux (environ 2 800 en 1871, plus de 3100 en 1940) donne-t-il une meilleure idée du nombre de quasi-professionnels de la politique. Parmi eux, les sénateurs (300) et les députés (entre 529 et 727) nous intéressent plus particulièrement. Encore compte-t-on en leur sein quelques dilettantes, tandis que de multiples maires ont voué leur vie à leur commune. Beaucoup détiennent des responsabilités dans une organisation politique. À défaut d’un parti, ils animent un comité, un groupe, et par ce biais s’adonnent davantage encore à cette activité.

5Ces chiffres sont à rapporter au total de la population adulte masculine, et donc au corps électoral : 10 à 12 millions d’hommes de 1871 à 1940. Le métier de la politique occupe donc à cette époque une minorité de Français.

6Cette minorité représente cependant une élite. Tout d’abord, ils sont plus intelligents que la moyenne de leurs concitoyens. Certes, à en croire certains d’entre eux, les imbéciles abondent, surtout parmi les adversaires. « Je vote pour le plus bête ! » avait annoncé Clemenceau en vue de l’élection du président de la République. En réalité, pour s’imposer dans ce milieu, se faire élire, assumer sa fonction et se faire réélire, il est indispensable de posséder quelques facultés intellectuelles.

7Ils sont plus cultivés que la moyenne de leurs concitoyens. Là encore, les jugements contraires ne manquent pas. Alfred Sauvy dénonçait l’« analphabétisme économique » des hommes politiques de la IIIe République. On a pu se gausser de voir des parlementaires « suivre » un débat relatif à quelque conflit diplomatique et militaire si distant qu’ils auraient eu parfois du mal à le situer sur un planisphère. Dans les assemblées locales, nombre de débats sont très techniques. Évidemment, avoir été pharmacien à Ollioules, instituteur à Murianette ou viticulteur à Nuits-Saint-Georges (et ce sont là d’authentiques exemples de députés) ne prédispose pas à l’omniscience. Mais ils tendent à se spécialiser dans des domaines connus et à se reposer sur l’avis de spécialistes issus du même groupe politique. Enfin et surtout, ils apprennent plus et plus facilement que la moyenne. La durée de leurs études et le niveau de leurs diplômes, en moyenne sensiblement plus élevés que dans l’ensemble de la population, l’indiquent assez.

8Car c’est là ce qui sans doute les sépare le plus nettement du commun : ils sont très travailleurs. Le militant socialiste qui distribue des tracts à l’entrée de l’usine s’est levé plus tôt que les autres. Le candidat aux cantonales qui organise des réunions publiques le soir se couchera plus tard que les autres. Les élus nationaux utilisent les week-ends et les « vacances » parlementaires pour sillonner leur circonscription. Tous ou presque prennent sur leur temps de loisir pour la politique. Hormis quelques cas de rentiers ou d’élus dilettantes, la politique est faite par des hyperactifs.

9Ils puisent leur énergie dans une volonté, une ambition et une opiniâtreté si évidentes qu’elles contribuent parfois à les éloigner de leurs électeurs ou adhérents. Besoin désespéré d’être reconnus (ou aimés) chez ceux briguant des mandats électifs ? Volonté de puissance de la part de ceux désirant assumer des fonctions exécutives ? Les ressorts psychologiques de l’ambition politique sont divers ; ses manifestations plus uniformes. On est notamment fasciné par la volonté de ceux qui surmontent des échecs, et non des moindres. Aristide Briand a été battu, et avec de faibles scores, à quatre reprises aux législatives à Saint-Nazaire et à Paris avant d’être élu à Saint-Étienne. Pierre Delboy, conseiller général de la Gironde de 1871 à 1913, a été battu cinq fois consécutives aux législatives. Joseph Caillaux, condamné à trois ans de prison et dix ans d’inéligibilité en 1920, a trouvé l’énergie, après avoir été amnistié en 1924, de redevenir ministre et sénateur. Peu de métiers requièrent un tel tempérament.

10On hésite beaucoup à écrire qu’ils étaient plus beaux que la moyenne. Les nombreuses photographies qui nous sont parvenues nous montrent généralement des hommes mûrs, au physique quelconque, vêtus à la mode de la veille ou de l’avant-veille. D’ailleurs, la télévision est quasi inexistante (elle fait de modestes débuts en 1935) et les photographies sont beaucoup moins utilisées qu’aujourd’hui sur les affiches, les tracts ou dans les journaux, car leur reproduction en série est trop coûteuse. Ainsi ne trouve-t-on pas de personnages qui aient aussi clairement construit leur carrière politique sur leur physique que, disons pêle-mêle, John Kennedy, Jean-Jacques Servan-Schreiber ou Jörg Haider plus tard. Et pourtant, il faut du « charme » (étymologie de charisme) pour être élu. De nombreux témoignages abondent même en indications sensuelles sur ces hommes. On évoque la « prestance » du général Boulanger, on insiste sur la séduction de la « voix de violoncelle » de Briand. On décrit volontiers la gestuelle passionnée et la transpiration abondante de Jaurès pendant ses discours. De presque tous on vante la « présence ». À croire que leur succès auprès du peuple n’est pas seulement celui d’une argumentation intellectuelle convaincante.

11Il y a toutefois une qualité qu’ils ne possèdent presque jamais : la modestie. Certes, il est convenu qu’ils « se sacrifient » pour la communauté quand ils sont élus. Thiers qui, renvoyé par Louis-Philippe, avait osé se dire heureux de « pouvoir retourner à ses chères études », a été paraphrasé par des milliers de Tartuffe. En 1940, le régime a été enterré par un vieux maréchal ayant fait « don de sa personne » au pays. Par convention, ils ne tenaient pas tant que cela à être élus, ils sont surpris de l’être et c’est presque par abnégation qu’ils remplissent leur mandat S’ils aiment la France, leur village ou leur département selon les cas, ils s’aiment au moins autant eux-mêmes. Le métier de la politique n’est pas fait pour les modestes, les timides ou les grands angoissés.

12En privilégiant dans ce livre ceux qui ont connu quelque réussite dans ce métier, c’est à la description d’un métier d’élite que nous convions le lecteur.

© Presses universitaires de Perpignan, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540