Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héros voyageurs et constructions identitaires

 | 
Ghislaine Jay-Robert
, 
Cécile Jubier-Galinier

II. 2 Reprises et détournements dans les arts littéraires et figurés

La vaine navigation d’Habrocomès ou la nécessité du voyage romanesque

Claire Vieilleville

Résumé

À la fin des Éphésiaques, Habrocomès se lamente : « je m’apprête à effectuer une vaine traversée [...] à faire des récits qui ne seront sans doute pas crus » (V, 10, 4). Le héros semble confirmer les critiques qui ont souligné l’absence d’évolution des personnages de Xénophon : une étude des déclarations au discours direct contribue à vérifier que le voyage participe à la construction des héros du roman. Il n’est pas qu’un prétexte topique à la narration romanesque mais participe d’une entreprise d’affirmation identitaire telle qu’on en lit chez les auteurs de la Seconde Sophistique.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le roman de Xénophon d’Éphèse, Les Éphésiaques, met en scène Anthia et Habrocomès, deux jeunes gens magnifiques à qui le destin réserve de très nombreuses épreuves avant de les réunir dans le bonheur pour le restant de leur vie. Ils quittent Éphèse au livre I et parcourent la Méditerranée avant de revenir dans leur cité natale à la toute fin du récit, effectuant un « douloureux mais nécessaire voyage », comme l’envisage déjà Mégamédès, le père d’Anthia, le jour de leur départ1.

Nous avons très peu d’informations au sujet de Xénophon et de la date de composition des Éphésiaques. L’on s’accorde actuellement à en faire un roman de la première phase (avec celui de Chariton), du Ier ou du IIe siècle après J.-C.2. Il n’appartient donc pas stricto sensu au mouvement de la Seconde Sophistique dont les œuvres rhétoriques font la promotion de l’hellénisme et placent la paideia grecque au cœur de la formation, et par conséquent de la culture des élites impériales.

L’identification de phénomènes ...

© Presses universitaires de Perpignan, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540