Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héros voyageurs et constructions identitaires

 | 
Ghislaine Jay-Robert
, 
Cécile Jubier-Galinier

II. 1 Appropriations du héros voyageur dans les constructions identitaires sociales et politiques

La légende italienne de Diomède dans la Cronica istoriale di Tremiti : connaissance des textes anciens et construction identitaire1

Sébastien Barbara

Résumé

Les liens légendaires de Diomède avec les Tremiti ont été revivifiés aux XVIe – XVIIe siècle sous l’influence d’un ordre d’augustiniens installé sur ces îles : le traitement de la légende du héros dans la Cronica istoriale di Tremiti rédigée en 1508 par Cocarella et publiée en 1604, témoigne de ce mouvement de réappropriation des données antiques et montre l’importance, dans ce processus, de deux éléments clés : un passage d’Augustin et les réalités zoologiques des Tremiti.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’archipel des Tremiti qui se trouve dans l’Adriatique, non loin du Gargano, – le massif qui constitue l’éperon de la « botte italienne » –, est formé de trois îles et de quelques rochers secondaires. Le cœur historique des Tremiti est l’île San Nicola qui abrita un monastère jusqu’en 17822, avant de devenir, à partir de 1792, une colonie pénitentiaire3. Connu de longue date comme les « Iles de Diomède », l’archipel a été associé aux pérégrinations occidentales et au culte du fils de Tydée dont les exploits, comme chacun sait, enflamment les chants V et VI de l’Iliade. La tradition posthomérique racontait qu’après la guerre de Troie Diomède avait dû quitter la cité d’Argos et qu’il était arrivé en Apulie où le roi Daunos l’avait assassiné. Ses compagnons éplorés avaient alors emmené son corps dans des îles voisines où ils avaient eux-mêmes été métamorphosés en oiseaux marins. Par conséquent, à cet endroit comme d’ailleurs en d’autres lieux de l’Adriatique, on rendait un culte à ce h...

© Presses universitaires de Perpignan, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540