Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le métier de la politique sous la IIIe République

 | 
Yves Billard

Préface

Jean-Marie Mayeur

Texte intégral

1Yves Billard m’a fait l’amitié de me demander de préfacer ce livre, et j’ai accepté volontiers, me souvenant de nos conversations sur la vie politique de la IIIe République lorsqu’il préparait sa thèse sur les socialistes indépendants et les républicains socialistes, si longtemps oubliés dans l’histoire du socialisme français. Dans cet ouvrage de synthèse sur la vie politique de la IIIe République, j’ai retrouvé les qualités d’Yves Billard : information sûre et sobre, sens des problèmes, limpidité de l’expression – non dénuée d’humour, vivante, mais étrangère aux facilités empruntées au journalisme. Ce livre, qui doit intéresser un large public, aborde sous trois angles – l’engagement, la carrière, la pratique – un ensemble de questions toujours actuelles sur le métier politique.

2La période envisagée est celle de la IIIe République, des grandes heures, mais aussi de la crise de la République parlementaire. Soucieux de comparatisme, Yves Billard indique justement au passage les différences avec notre Ve République, même si le poids des héritages reste plus fort qu’on ne le croit volontiers et si la « tradition républicaine » demeure une référence, du reste pas toujours invoquée à bon escient... De cette IIIe République, l’auteur se garde de faire un bloc : sa démarche, nécessairement thématique, est, dans le détail, très attentive à la chronologie. Elle suggère notamment fort bien ce qui sépare le monde politique du dernier quart du xixe siècle, si proche encore du « temps des notables », de celui du xxe siècle marqué, malgré ses limites, par une certaine démocratisation.

3Quelques analyses méritent particulièrement d’être relevées, par exemple le poids relativement faible des partis et le fait que d’autres engagements militants, en dehors des partis, mènent à la politique. On appréciera aussi l’évocation des campagnes électorales, de leur financement, de la fraude, du patronage, du rôle de l’élu en tant qu’intercesseur auprès des pouvoirs. Nos contemporains pourront aussi méditer sur l’importance, alors, de la délibération, des assemblées locales au « Parlement de l’Éloquence », pour reprendre la formule de Nicolas Rousselier. Longue élaboration de la loi votée sans hâte, sens des compromis, par-delà les divisions idéologiques : on est loin des décisions technocratiques imposées à des assemblées disciplinées.

  • 1 Le colloque sur le personnel parlementaire de la IIIe République tenu en 2001 à l’Assemblée nation (...)

4Ce livre aide à réfléchir à la pratique des institutions et aux mœurs politiques, mais il faut surtout dire sa vertu majeure, une admirable connaissance des hommes fondée sur des investigations personnelles et l’apport des recherches prosopographiques sur le monde parlementaire entreprises depuis bientôt vingt ans par nombre de chercheurs1. Loin de s’associer aux lieux communs de l’antiparlementarisme, présents de façon récurrente depuis les débuts du régime, Yves Billard est sensible aux qualités humaines, intellectuelles, et à la compétence de cette minorité qui, des conseils municipaux au Parlement, est engagée en politique. Ce livre vrai est une contribution à l’éducation du citoyen.

Notes

1 Le colloque sur le personnel parlementaire de la IIIe République tenu en 2001 à l’Assemblée nationale et au Sénat a voulu faire le point sur ces recherches.

© Presses universitaires de Perpignan, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540