Version classiqueVersion mobile

Héros voyageurs et constructions identitaires

 | 
Ghislaine Jay-Robert
, 
Cécile Jubier-Galinier

II. 1 Appropriations du héros voyageur dans les constructions identitaires sociales et politiques

Patientes… ou pas. Les épouses des héros voyageurs dans les Héroïdes d’Ovide et dans l’iconographie romaine

Mireille Courrént et Martin Galinier

Résumé

Au cours de leurs voyages, les héros grecs laissent souvent derrière eux une épouse ou une amante, qui consume alors ses jours dans l’attente de leur retour. C’est à la solitude de ces amoureuses, à leur impatience ou à leur colère, qu’est consacrée cette communication. Nous nous intéresserons non à leur traitement dans le monde grec, mais à la réception de ces récits à l’époque romaine, dans un contexte socio-culturel bien éloigné de celui de la Grèce archaïque ou classique qui en a initié la diffusion. Plus particulièrement, nous croiserons deux sources romaines afin de comparer les représentations qu’elles proposent des mêmes mythes : Ovide et le recueil des Héroïdes, et les peintures domestiques de Pompéi.

Entrées d'index

Géographique :

Pompéi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la mythologie et la littérature grecques, la trajectoire des héros voyageurs est motivée, facilitée ou entravée par une ou plusieurs présences féminines : ces rencontres participent des étapes nécessaires à l’accomplissement du voyage. Ainsi, la patiente ténacité de Pénélope aide Ulysse à se retrouver chez lui, la précieuse coopération d’Ariane permet à Thésée de s’échapper du labyrinthe et la jalousie de Déjanire met fin aux exploits terrestres d’Héraclès : même si les héros sont solitaires, leurs déplacements génèrent l’existence de couples, parfois éphémères, tel celui formé par Hypsipyle et Jason à Lemnos. Au cours de leurs voyages, ils laissent souvent derrière eux une épouse ou une amante, qui consume alors ses jours dans l’attente de leur retour. C’est à la solitude de ces amoureuses, à leur impatience ou à leur colère, que nous voudrions consacrer, en contrepoint, cette communication. Nous nous intéresserons non à leur traitement dans le monde grec – le sujet serait gig...

© Presses universitaires de Perpignan, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search