Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héros voyageurs et constructions identitaires

 | 
Ghislaine Jay-Robert
, 
Cécile Jubier-Galinier

I. 1 Quel voyage, pour quel héros ?

Dans l’Hélène d’Euripide, comment l’eidôlon rejoint l’héroïne, au firmament

Jacqueline Assael

Résumé

Dans l’Hélène, les indications de lieu sont nombreuses : après avoir traversé l’éther, l’héroïne se trouve à Pharos d’où elle s’enfuira par mer pour regagner Sparte ; les Dioscures annoncent dans un avenir lointain son départ parmi les immortels. D’autre part, son eidôlon revient de Troie avant de s’envoler dans les étoiles. Euripide produit ainsi une étrange vision poétique. Il dessine, en fait, les étapes d’un cheminement initiatique conduisant vers l’avènement d’une Hélène égale aux dieux, après les épreuves profondément humaines d’un déchirement tragique.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Hélène d’Euripide est un texte littéraire qui illustre de la manière la plus éclatante les interrogations et la réflexion des Grecs de l’Antiquité classique sur la nature et la consistance de la personne humaine. En effet, le poète représente une héroïne divisée, avant d’être divinisée. Dans une perspective moderne, la mise en scène paraît ainsi fantastique, fantasmagorique, puisque le sens du drame repose sur l’évocation de deux formes d’être attribuées au même personnage : l’une est présentée dans le prologue et ensuite reconnue comme la « véritable » reine de Sparte, tandis que l’autre est disqualifiée en tant qu’eidôlon, silhouette fantomatique livrée aux étreintes de son ravisseur troyen1.

Cette dramaturgie pourrait être considérée comme marquée par une fantaisie légère, si ces aventures déconcertantes ne s’inséraient pas dans le contexte meurtrier de la Guerre de Troie, dont Hélène est rendue responsable2. Mais dans cette situation, laquelle des deux créatures portant son nom...

© Presses universitaires de Perpignan, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540