Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le parler « melandjao » des immigrés de langue espagnole en Roussillon

 | 
Christian Lagarde

Conclusion. Le ‘Melandjao’, outil linguistique instable et éphémère

Texte intégral

  • 1 cf. supra, Introduction, et Lagarde, Les immigrés... pp. 413-417.
  • 2 Sur le recours compensatoire à la pureté linguistique et nationale, cf. Lagarde, op. cit.. pp. 307 (...)

1Le fait que la dénomination du parler hybride ait été donnée par ses propres locuteurs a été souligné dès le début de ce livre1. Cet acte revêt à nos yeux une double signification : il en admet à la fois l’origine diverse, et partant le caractère composite, qui en fait un mode d’expression sans réelle cohérence ; il en pose l’impureté originelle2, et en quelque sorte la bâtardise. Chacune de ces significations porte en elle une clé, et ces deux clés sont paradoxales, voire contradictoires.

  • 3 Bourdieu (P.), Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982
  • 4 L’adaptation provient de la société englobante, soit par l’exercice d’une compétence passive à l’é (...)

2En premier lieu, le locuteur du melandjao reconnaît être mu par le pragmatisme : il tient là un outil linguistique nécessaire à son quotidien, à l’exercice de l’acte de communication. Le melandjao n’existe que parce qu’il est toléré par son environnement, qu’il trouve à être décodé, et par là même validé, par la société englobante, ou, pour reprendre la terminologie de Bourdieu, sur le marché3 sociolinguistique rousillonnais, et c’est pourquoi celui qui le possède s’en contente4.

  • 5 cf. Martinet (A.), Economie des changements phonétiques, Berne, Francke, 1955, et Eléments de ling (...)
  • 6 La compétence communicative englobe la compétence linguistique, mais la dépasse par l’adjonction d (...)

3L’utilitaire est étroitement lié à la notion d’économie, telle que Martinet a pu la mettre en avant pour ce qui est de l’évolution des systèmes de la langue5, et qui rejoint celle, plus prosaïque, du moindre effort. La compétence linguistique de l’individu se réduit à sa compétence communicative6, qui s’avère un outil efficace.

  • 7 Le maître-mot chez nos informateurs est alors defenderse (me defiendo, se defiende...) analysé de (...)
  • 8 Sur les retournements des déficiences de la compétence linguistique, cf. Lagarde, op. cit., pp. 25 (...)

4L’habileté, la débrouillardise7, y compris sur le plan linguistique, sont des atouts pour l’immigré qui se meut dans un univers étranger et hostile, où il n’a pas a priori sa place. L’efficacité du mélange suppose certes, de sa part, des concessions à la société réceptrice, mais il conserve avec lui une part de ce qui est sien : sa langue première. C’est pour l’allogène une source de satisfaction et de fierté que de n’avoir pas, en fin de compte, abdiqué ce qui relève de son identité culturelle8.

  • 9 Sur la pureté, cf. note n°2, supra. Sur le rapport enquêteur-informateur, cf. Lagarde, op. cit. "M (...)

5En second lieu, l’immigré adepte du melandjao n’ignore en rien l’impureté de son mode d’expression, qu’il peut à loisir comparer aux langues standard ou dominantes qui l’environnent. Il a parfaitement intégré la hiérarchisation des codes et connaît la marque infâmante de la bâtardise. C’est pour cela que, d’une certaine façon, il s’en excuse auprès de l’enquêteur curieux et réputé compétent, ou dresse devant lui nombre d’obstacles discursifs ou para-discursifs. Il nourrit en cela un complexe d’infériorité basé sur un sentiment d’inconformité, d’incomplétude : celle (socio-politique) de l’étranger face à l’autochtone, celle de l’être (socio-économiquement et socio-culturellement) dominé face au dominant ou réputé tel9.

6On voit donc le caractère contradictoire, ambivalent de la dénomination même de melandjao et des motifs qui la sous-tendent. Le pragmatisme l’emporte sur la représentation ; la compétence communicative occulte l’incompétence linguistique avouée à mots couverts.

  • 10 cf. supra, chap. IV, chap. V et 1° partie du chap. VI, respectivement pour l’expression en françai (...)
  • 11 Pour la variation entre idiolectes, les schémas consacrés à la "Répartition de l’erreur dans la du (...)

7Après avoir assez longuement décrit l’interlecte dans sa double (voire triple) modalité10, convenons que nous serions bien en peine d’en donner une image véritablement précise. Sa caractéristique première est en effet sa très grande instabilité : il varie selon l’idiolecte, c’est-à-dire selon la manière propre à chaque individu de s’exprimer, et il varie également au sein du discours d’un même individu, selon la combinaison des éléments discursifs, ou bien encore, par exemple, selon le mode intonatif dont il est l’objet11.

  • 12 En fait, nous l’avons dit, l’interlecte comporte autant de versants qu’il met de langues à contrib (...)
  • 13 cf. supra chap. II
  • 14 cf. supra chap. VI. 1. et chap. VI.3.
  • 15 cf. supra chap. VI. 3. Le fait même d’employer le terme lâche semble opportun au plan métaphorique (...)

8Cependant, nous avons tenté de montrer que le flot de la variété des formes se trouvait endigué par les nonnes et les normes d’usage correspondant à l’ensemble des langues mises en contact12. À la confluence des trois langues (dans le cas du Roussillon), et en fait des six modalités linguistiques que nous avons présentées13, l’espace est considérable, et il justifie tout autant la variété que l’instabilité, chaque norme pouvant être convoquée selon la nécessité communicative du moment. Mais, à aucune occasion, les limites de l’ensemble configuré ne sont véritablement transgressées14. C’est en ce sens que, si l’on doit constater et admettre l’instabilité et la variété, il n’est pas concevable de parler d’expression chaotique, absolument anarchique, mais régulée, bien que de manière très lâche15.

  • 16 Le parler, au sens dialectologique, repose sur une assise topographique (commune, canton ou “pays” (...)
  • 17 cf. supra chap. II. 3.
  • 18 Notre analyse repose sur des performances individuelles, mais en aucun cas nous n’envisageons l’ét (...)

9Si le melandjao est difficilement réductible à l’échelle d’un parler ordinaire16, il n’est tout de même pas insaisissable. C’est la raison pour laquelle nous avons procédé, à son sujet, à l’inverse de notre présentation des langues en contact. Nous avions alors opté pour la description des traits divergents, qui singularisent ces codes linguistiques en évacuant, en quelque sorte, l’immense tronc commun roman qui les unit17. En revanche, le melandjao n’est pas réductible à une fraction d’idiolecte : s’il est très largement divergent, il présente des traits de convergence, non seulement dans l’idiolecte, chez un même individu, mais aussi au niveau du groupe des immigrés castillanophones18.

  • 19 En d’autres termes, la compétence linguistique potentielle des individus est relativement similair (...)

10En effet, les individus qui le composent ont connu, certes, des trajectoires de vie fort variées, mais qui fréquemment se recoupent. De plus, les informateurs de l’enquête ayant été sélectionnés en fonction de leur langue première -le castillan- et de leur lieu de résidence actuel -le Roussillon, la confrontation chez eux des codes linguistiques est relativement homogène, si bien que, selon des ‘dosages’ divers, leurs outils linguistiques potentiels convergent sans exception vers le triptyque : castillan-catalan-français, sur lequel repose le melandjao19.

  • 20 Au sein de la communauté castillanophone, les échanges sont régulés par des codes sociaux très str (...)

11Enfin, nous l’avons juste évoqué, ces individus, compte-tenu de la situation frontalière du Roussillon, de leur nombre, et de divers facteurs sociaux concourant à leur regroupement dans l’espace -habitat, lieu de travail, éventuellement loisirs-, forment une véritable communauté. Celle-ci tend à la fois à maintenir la pratique de la langue première20 et à homogénéiser la pratique du melandjao. En effet, la part d’interférence de la langue première sur le discours en langue seconde n’est pas susceptible de s’amenuiser, puisque sans cesse réactivée, et les altérations que les langues secondes provoquent sur le discours en langue première sont en circulation, également active, au sein de la communauté.

  • 21 Sur la fossilisation, cf. Selinker (L.), “Interlanguage” in IRAL n° 10,1972, pp. 209-231, cité par (...)
  • 22 Certains informateurs de notre enquête le formulent sans ambiguïté, tel L. F... : "Y los defectos (...)

12Le phénomène connu de fossilisation21, chez les individus qui se satisfont de leur seule compétence communicative, au détriment d’une compétence linguistique croissante (c’est-à-dire, plus simplement, l’absence de progrès dans l’expression, surtout en langue seconde), s’applique en fait à l’ensemble de la communauté immigrée castillanophone de la première génération. D’où l’impression du caractère immuable du melandjao : certains - en fait, la plupart -parleraient ‘toujours pareil’ depuis de nombreuses années22.

  • 23 Selon les psycholinguistes et neurolinguistes, l’âge de 9-10 ans constitue la "période critique" p (...)
  • 24 cf. supra chap. V.4 et chap. VI.
  • 25 cf. la partie intitulée : ‘La discrimination sociolinguistique envers l’émigré en territoire espag (...)

13Or, dans ce domaine comme en bien d’autres, la stagnation n’est qu’illusoire. Chez les individus de la première génération, les progrès en langue seconde, l’âge avançant, n’ont effectivement guère de chances d’être réalisés, sauf exception23. En revanche, la dégradation de l’expression en langue première est beaucoup plus plausible : l’interférence a tout heu de gagner du terrain, en particulier dans le domaine lexical et lexico-sémantique. Les termes se référant, par exemple, aux nouvelles technologies, ou bien liées à une conjoncture différente (voire jusque là inédite) ont toute chance de s’imposer ‘à la française’. Les immigrants économiques appelés à prendre leur place dans la croissance des années soixante, ont dû apprendre à leurs dépens, en France, le terme de ‘chômage’. Aussi s’intègre-t-il à leur patrimoine lexical au détriment de l’espagnol ‘paro24. Coupés de manière prolongée de leur pays d’origine, ils ne participent pas, par ailleurs, à l’évolution de leur langue première, telle que la connaissent les natifs résidents, et leur melandjao y est de plus en plus exotique25.

  • 26 Selon Labov, op. cit. (cf. note n°2), à Martha’s Vineyard, la deuxième génération marquerait la ru (...)

14Les années passent et les immigrés de la première génération, créateurs et usagers du melandjao, ont donné naissance à des individus de la deuxième, voire de la troisième génération, chez qui bon nombre de paramètres diffèrent. Souvent nés en France, presque toujours scolarisés -à des degrés divers- dans ce pays, ils ont connu des apprentissages linguistiques qui ne correspondent pas à ceux que nous avons décrits ici. Plus ou moins diplômés, ils se sont mieux insérés dans le tissu sodo-économique que leurs parents. Leur intégration sociale est meilleure : ils prennent souvent part à la vie associative (socioculturelle et sportive) ou à la vie (socio-politique) de la cité. Est-ce à dire qu’ils ont pour autant abandonné les traits fondamentaux de l’hispanité26 ?

  • 27 Ces termes sont ici à considérer dans leur acception sociologique, et non linguistique. Ils sont s (...)
  • 28 Des études telles que : ‘L’hispanité au quotidien : les Espagnols de Capestang’, de Maryvonne Laur (...)

15En partie seulement. Leur discours en français (comme, du reste, celui en castillan) reste souvent marqué par le melandjao familial, de même qu’il est fortement imprégné de ‘français régional’ (ici, de ‘francillonnais’). Leur milieu familial -à considérer au sens large, correspondant à la famille méditerranéenne-, la communauté hispanique -avant tout castillanophone-, conditionnent passablement leurs réseaux relationnels, mais ils sont en passe de devenir des autochtones à part entière : intégrés, ou en voie de l’être, mais pas encore assimilés27. Le foot, la juerga, les taureaux, le flamenco, bref l’hispanité profonde, également véhiculée par les clichés, leur colle encore à la peau, pour ne pas dire aux tripes28.

  • 29 Ni l’époque, ni les causes de la confrontation linguistique, pas plus que le degré de contrainte d (...)

16Avec eux, le melandjao se dilue, il prend un caractère éphémère. Il apparaît surtout comme le parler d’une génération qui atteint aujourd’hui, avec la majorité de nos informateurs, l’âge de la retraite. Avec eux il se fond, se perd dans la nébuleuse francillonnaise. Le métissage linguistique et culturel dont ils sont les acteurs le plus souvent involontaires rejoint celui que, depuis plus de quatre siècles et de façon irrégulière, le Roussillon a connu dans le cadre national français. Ni la cause ni la manière ne sauraient être comparées, mais le processus et son aboutissement ne sont pas, à la vérité, si étrangers29.

  • 30 L’étude du discours des immigrés de la première génération est en effet conditionnée par la survie (...)
  • 31 Nous avons mis l’accent sur les conséquences spécifiques d’un contact entre langues qui présentent (...)

17Le melandjao, parler transitoire, périssable, mérite à ce seul titre d’être étudié. Son intérêt pour le linguiste ne peut se limiter au cadre fatalement étroit de cette recherche ; d’autres restent à mener, et de manière assez urgente30. Il constitue à notre sens un excellent exemple d’interlecte développé à partir de langues voisines31.

  • 32 Tel est l’aspect principal de notre thèse, Les immigrés..., qui sera repris dans la publication à (...)
  • 33 C’est en effet une des préoccupations majeures, perçue comme telle à tous les échelons de la vie p (...)

18Mais le melandjao n’est pas qu’une forme linguistique originale, susceptible d’enthousiasmer les seuls spécialistes de cette discipline. Il est aussi le véhicule par lequel s’exprime une génération d’immigrants devenus immigrés. L’évolution de leur langage, de leur expression dans les différents codes linguistiques qui confluent au cours d’une période donnée sur un territoire donné32, est riche d’enseignements sur la question de l’intégration sociale des étrangers, problème unanimement considéré comme capital pour notre pays et toute l’Europe occidentale en cette fin de siècle33.

Notes

1 cf. supra, Introduction, et Lagarde, Les immigrés... pp. 413-417.

2 Sur le recours compensatoire à la pureté linguistique et nationale, cf. Lagarde, op. cit.. pp. 307-308. Dans l’enquête de William Labov sur l’île de Martha’s Vineyard qui a donné lieu à la rédaction de : “Les motivations d’un changement phonétique” (Labov (W.), Sociolinguistique, Paris, Minuit, 1976 pp. 45-93), les immigrants portugais de la deuxième génération se différencient de notre échantillon en ce sens qu’ils adoptent les traits linguistiques dominants (ils les intègrent) afin de marquer leur intégration sociale et linguistique à la société de l’île, au lieu d’invoquer cette pureté et de stigmatiser son défaut dans la société environnante. La deuxième génération roussillonnaise ne se comporte pas, semble-t-il, autrement.

3 Bourdieu (P.), Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982.

4 L’adaptation provient de la société englobante, soit par l’exercice d’une compétence passive à l’égard du melandjao (cf. S. F. : "À Corbère, tout le monde le comprenait, mais c’était une langue...spéciale.", soit par la mise en œuvre d’une compétence active dans le code naturel de l’immigré (cf. Mme U... : "Ici, tout l’monde, quand te voient que t’es Espagnol’, te parlent espagnol”).

5 cf. Martinet (A.), Economie des changements phonétiques, Berne, Francke, 1955, et Eléments de linguistique générale, Paris, Armand Colin, 1971 (coll. U2).

6 La compétence communicative englobe la compétence linguistique, mais la dépasse par l’adjonction de signes para-linguistiques et non-linguistiques divers qui favorisent la communication (cf. Goffman (E.), Les rites d’interaction, Paris, Minuit, 1974).

7 Le maître-mot chez nos informateurs est alors defenderse (me defiendo, se defiende...) analysé de manière approfondie dans Lagarde, op. cit. pp. 407-413.

8 Sur les retournements des déficiences de la compétence linguistique, cf. Lagarde, op. cit., pp. 256-259, et sur les retournements de la hiérarchisation socio-linguistique, op. cit. pp. 242-244.

9 Sur la pureté, cf. note n°2, supra. Sur le rapport enquêteur-informateur, cf. Lagarde, op. cit. "Méthodologie de l’enquête" (pp. 20-23). Les précautions oratoires et autres manœuvres dilatoires sont étudiées supra, chap. VI. 2, “Les facteurs favorisant l’interférence dans la production du discours”.

10 cf. supra, chap. IV, chap. V et 1° partie du chap. VI, respectivement pour l’expression en français, castillan, et par rapport au catalan.

11 Pour la variation entre idiolectes, les schémas consacrés à la "Répartition de l’erreur dans la durée du discours" (cf. supra, chap. VI.2), qui fournissent à la fois une image quantitative et séquentielle de l’interférence dans des discours en langue seconde et en langue première, attestent la diversité des performances réalisées. Pour ce qui est de la variation chez un même individu, on se reportera, par ex. supra, chap. IV. 2, aux problèmes liés à l’expression du pronom personnel sujet, et en part, aux points 4. c et 4. d qui envisagent le choix entre forme masculine et féminine de la 3° personne (il ou elle).

12 En fait, nous l’avons dit, l’interlecte comporte autant de versants qu’il met de langues à contribution. Ici, rappelons-le, nous avons privilégié le discours en castillan et en français. On pourrait envisager l’analyse du point de vue du catalan, et il est souhaitable qu’une telle étude voie le jour.

13 cf. supra chap. II

14 cf. supra chap. VI. 1. et chap. VI.3.

15 cf. supra chap. VI. 3. Le fait même d’employer le terme lâche semble opportun au plan métaphorique (il figure le maillage très large d’un filet, par exemple), mais il dit aussi un élément caractéristique de la société roussillonnaise, qui est le laxisme, en matière linguistique, à l’égard de la norme (cf. Lagarde, op. cit. pp. 305-311 : “Une société réceptrice trop avenante”).

16 Le parler, au sens dialectologique, repose sur une assise topographique (commune, canton ou “pays”...). Il constitue une subdivision d’une langue (souvent via un dialecte). Or, si le référent topographique existe également, mais de manière plus large (c’est une partie de la zone catalanophone de l’État fiançais), ce parler est de création récente et de nature intrinsèquement interférentielle (quoique l’on puisse, dans une certaine mesure, analyser ainsi tout parler dialectal, cf. Bec (P.), Les interférences..., op. cit.).

17 cf. supra chap. II. 3.

18 Notre analyse repose sur des performances individuelles, mais en aucun cas nous n’envisageons l’étude (parfaitement réalisable, au demeurant) de chaque idiolecte. C’est précisément la communauté de traits entre les idiolectes qui configurent l’interlecte qui nous occupe : en dépit de la variété, il existe une récurrence, et donc des "modèles" d’élaboration des éléments interlectaux, que nous avons tenté de mettre à jour. Christine de Hérédia commente ce point de façon nuancée en ces termes : "Cette interlangue, produit des besoins individuels, des expériences personnelles et des stratégies de l’apprenant, est assez individualisée pour expliquer qu’à partir d’une langue naturelle commune, des personnes différentes construisent des systèmes différenciés" (De Hérédia (Chr.), "Du bilinguisme au parler bilingue" in Vermes (G.), Boutet (J.), France, pays multilingue, Paris, L’Harmattan, 1987, t.2, p. 115)

19 En d’autres termes, la compétence linguistique potentielle des individus est relativement similaire, mais leurs performances témoignent de leur compétence réelle dans chacun des codes en présence.

20 Au sein de la communauté castillanophone, les échanges sont régulés par des codes sociaux très stricts : entre Espagnols, on se doit de ne pas avoir recours à une autre langue (cf. Lagarde, op. cit. pp. 290-292). Les enquêtes réalisées en Catalogne espagnole sur les immigrants castillanophones (par ex. Calsamiglia (H.), Tusón (A.), “Us i alternança de llenües en grups de joves de Barcelona : Sant Andreu del Palomar” in Treballs de sociolingüística catalana 3, València, Très i Quatre, 1980, pp. 11-82 ; Tusón (A.), “Catalan-spanish code-switching in interper-sonal communication” in Network on code-switching and language contact, Bruxelles-Strasbourg, European Science Foundation, 1990, pp. 167-187), montrent, pour la deuxième génération, cette barrière de l’appartenance ethnolinguistique à propos de laquelle Emili Boix parle d’“encastellament [retranchement derrière des fortifications] en les identitats respectives”. (Boix i Fuster (E.), Triar no és traïr -Identitat i llengua en els joves de Barcelona, Barcelona, Editions 62, 1993, p. 209).

21 Sur la fossilisation, cf. Selinker (L.), “Interlanguage” in IRAL n° 10,1972, pp. 209-231, cité par Jean Petit dans Petit (J.), op. cit. p. 51, qui commente ainsi : "Les fossilisations sont donc des interférences particulièrement pernicieuses qui s’incrustent et se révèlent indéracinables par la suite. (...) Elles accompagnent le sujet sa vie durant et permettent aux observateurs avertis de déterminer sans erreur possible sa langue maternelle" (ibid.)

22 Certains informateurs de notre enquête le formulent sans ambiguïté, tel L. F... : "Y los defectos que tengo ahora, pues, hace treinta años que los tengo, o veinticinco". [Et les défauts que j’ai maintenant, ça fait trente ans que je les ai, ou vingt cinq].

23 Selon les psycholinguistes et neurolinguistes, l’âge de 9-10 ans constitue la "période critique" pour les apprentissages linguistiques chez tout individu. En-deçà, l’acquisition intuitive met à contribution l’hémisphère cérébral droit ; au-delà, le gauche, qui est celui de la rationnalité, se trouve activé. C’est pourquoi, chez les immigrants, le critère de l’âge d’arrivée joue un rôle fondamental dans l’acquisition de la langue seconde (cf. J. Petit, op. cit. chap. 2 et chap. 3, pp.8-40). De plus, il est également notoire qu’à compter de l’âge de 20 ans, les destructions de cellules (parmi elles, les cérébrales) ne sont désormais plus compensées par l’organisme humain.

24 cf. supra chap. V.4 et chap. VI.

25 cf. la partie intitulée : ‘La discrimination sociolinguistique envers l’émigré en territoire espagnol’, Lagarde, op. cit., pp. 296-299.

26 Selon Labov, op. cit. (cf. note n°2), à Martha’s Vineyard, la deuxième génération marquerait la rupture avec la communauté d’origine, et la troisième génération tenterait un ‘retour aux sources’ linguistiques et culturelles. La communauté castillanophone, d’une manière générale, et singulièrement en Roussillon, ne semble pas adopter cette démarche. L’espagnol jouit en effet d’un irrédentisme particulièrement fort (cf. Taboada-Leonetti (I.), ‘L’espagnol. Langue nationale de référence’ in Vermès (G.), Vingt-cinq communautés linguistiques de la France, Paris, L’Harmattan, 1988, t.2, pp. 194-.217)

27 Ces termes sont ici à considérer dans leur acception sociologique, et non linguistique. Ils sont souvent employés comme synonymes. Cependant, l’intégration peut être considérée comme l’admission au sein de la société d’accueil, l’individu ayant fait, en quelque sorte, vœu d’adhésion. L’assimilation serait une étape ultérieure, où tout marqueur d’altérité aurait disparu, l’individu n’étant plus discriminable. C’est pourquoi, les marqueurs linguistiques (à tout le moins) persistant, l’assimilation des allogènes de la première génération a peu de chances de se réaliser. En ce sens, les immigrés espagnols catalanophones, qui parviennent (sont parvenus) à l’invisibilité sociale et linguistique, peuvent prétendre plus précocement et plus fréquemment à l’assimilation.

28 Des études telles que : ‘L’hispanité au quotidien : les Espagnols de Capestang’, de Maryvonne Laurans, ou ‘L’hispanité en Languedoc et Provence ou l’image de l’autre’, de Frédéric Saumade in Actes du colloque sur l’intégration des Espagnols et l’identité hispanique en Languedoc-Roussillon - 13 et 14 mai 1994, Montpellier, ODAC de l’Hérault, 1994, illustrent bien, entre autres, cette permanence de l’hispanité, et les forces d’acculturation réciproques (entre autochtones et immigrés) qui s’exercent en ces lieux.

29 Ni l’époque, ni les causes de la confrontation linguistique, pas plus que le degré de contrainte dans laquelle elle a pu se dérouler, n’ont de point commun. Cependant, la confrontation conflictuelle a lieu dans les deux cas, et engendre un parler hybride. Les immigrés castillanophones comparent volontiers leur melandjao à celui qui circule dans la communauté réceptrice, et la jugent -durement- à travers lui. (cf. Lagarde, op. cit. pp. 421-423).

30 L’étude du discours des immigrés de la première génération est en effet conditionnée par la survie de locuteurs quinquagénaires, surtout sexagénaires et septuagénaires. Etant donné l’espérance de vie actuelle, l’urgence est certes relative, mais on sait aujourd’hui la difficulté d’effectuer la collecte de témoignages auprès des combattants de la guerre civile espagnole, octogénaires qui se raréfient.

31 Nous avons mis l’accent sur les conséquences spécifiques d’un contact entre langues qui présentent entre elles une faible distance interlinguistique au chap. II. Plus cette distance augmente, moins le risque d’interférence est en effet probable. C’est en partie pour cette raison que les membres d’autres communautés immigrées en France font preuve de meilleures performances linguistiques que les Espagnols castillanophones.

32 Tel est l’aspect principal de notre thèse, Les immigrés..., qui sera repris dans la publication à paraître prochainement : Conflits de langues, conflits de groupes. Les immigrés espagnols du Roussillon, Paris, L’Harmattan, 1996. Pour nous en effet, la sociolinguistique explique là où la linguistique ne peut se borner essentiellement qu’à décrire, et il est assez vain de dégager la langue de son contexte social (cf. Calvet (L.-J.), La (sociolinguistique, Paris, P.U.F., 1993 (coll. Que sais-je ?).

33 C’est en effet une des préoccupations majeures, perçue comme telle à tous les échelons de la vie publique : local, départemental, régional, national et européen. La prise de conscience douloureuse et parfois exacerbée a été avivée à la fois par la crise économique, depuis les années soixante-dix, et par l’afflux de populations extra-européennes, à la culture plus dissemblable. Des organismes associatifs, comme l’Observatoire de l’intégration en Languedoc-Roussillon, dont le siège est à Montpellier, aux organismes officiels européens, tels que l’European Science Foundation, implanté à Strasbourg, de nombreux espaces de recherche, de dialogue et de proposition tentent d’appréhender le problème autrement que par le biais passionnel et xénophobe de la répulsion.

© Presses universitaires de Perpignan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540