Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le parler « melandjao » des immigrés de langue espagnole en Roussillon

 | 
Christian Lagarde

Chapitre 6. Les caractères de l’interlangue

Texte intégral

1. DISSYMÉTRIE DES ENSEMBLES

1Les études menées au cours des deux chapitres précédents, et dont nous allons tenter d’opérer à présent la synthèse, nous conduisent en premier lieu au constat d’une importante dissymétrie d’ensemble. Il tombe en effet sous le sens que la plus grande part de difficultés correspond au discours en langue seconde, celle-là même que nos informateurs ont acquise -c’est l’évidence !- en second lieu, et dans des conditions spécifiques dont nous avons donné un aperçu au chapitre III. Si les chapitres IV et V sont disproportionnés, c’est bien parce que l’effet en retour de la langue seconde sur la langue première n’atteint pas, loin s’en faut, le niveau de perturbation provoqué par l’apprentissage et la maîtrise d’un code différent. Ces considérations d’ensemble sont toutefois à nuancer, selon le domaine linguistique pris en compte. La dissymétrie est flagrante pour ce qui est de la phonétique et de la phonologie, de la morphologie et de la syntaxe, d’une part ; et du lexique, de l’autre. Elle s’établit tout d’abord en faveur de la langue première, puis à son détriment. C’est dans cet ordre que nous allons maintenant tenter d’esquisser la synthèse linguistique du contact des trois langues.

1) Dans le domaine phonétique et phonologique

2Langue et discours se comportent de manière différente, mais demeurent parfaitement liés. Ainsi, la plus grande flexibilité des réalisations phonétiques permet au locuteur d’imiter des sons de la langue seconde ne correspondant pas à des phonèmes de sa langue première. Il semble de ce fait échapper aux cadres phonologiques de celle-ci. Voilà qui est rassurant : la voie du bilinguisme est dès lors ouverte. Mais l’atteindre suppose l’intégration d’un nouveau système, caractérisé au premier chef par une cohérence interne sous-jacente, que seule une étude et/ou une pratique approfondies permettent de posséder. À bien considérer les performances de nos informateurs, il apparaît clairement une instabilité phonétique -une variation- qui est la meilleure preuve d’une mauvaise maîtrise de la langue seconde, et partant de l’incomplétude de la compétence du locuteur dans cette langue. Il n’y a pas phono-logisation des réalisations phonétiques innovantes par rapport au système originel : la langue est un frein dont tout locuteur s’affranchit difficilement. Pour le castillanophone, la complexité du système vocalique français ou la structure divergente des consonnes fricatives et affriquées constituent de réels obstacles sur lesquels il vient régulièrement buter. Le nombre de traits phonétiques en cause ainsi que la récurrence des incorrections indiquent tout à la fois l’importance des problèmes posés à l’ensemble des locuteurs, et le niveau de compétence de chacun d’eux, selon qu’il arrive ou non à les surmonter. Nous avons pu par ailleurs observer les stratégies mises en œuvre afin d’éviter ou de ‘gommer’ l’incorrection, susceptibles de conduire le locuteur jusqu’à l’hypercorrection également erronée, et le rôle joué en la matière par les parlers non-standard, qu’il s’agisse des variétés d’andalou ou autre parler du Sud, ou bien du catalan roussillonnais ou du français régional. En fait, qu’il dissimule son manque de compétence ou qu’il tire parti de similitudes étrangères au standard, le locuteur évolue toujours au seul plan du discours au travers duquel il prétend faire illusion auprès de ses interlocuteurs -et parfois y réussit ! .

3Si la langue, en tant que système cohérent, constitue un obstacle à l’appropriation d’un code nouveau, et donc un handicap, elle préserve aussi le locuteur d’une certaine anarchie, dans la mesure où elle sert de système de référence. De même, nous avons pu observer qu’elle agit comme un rempart face à l’interférence. A cet égard, la quasi-inexistence de l’action en retour de la langue seconde sur la langue première est particulièrement significative. Même chez des individus vivant hors d’Espagne depuis plusieurs dizaines d’années, l’interférence phonologique, et même phonétique, est nulle ou insignifiante. L’acquisition précoce du système et sa structuration exemplaire parce que la moins complexe assurent sa pérennité, indépendamment, semble-t-il, de toute considération liée à l’environnement du sujet.

4Il est donc parfaitement logique que nous nous trouvions en présence d’une dissymétrie manifeste. Face à la conservation du système initial, l’acquisition incomplète du système de langue seconde donne lieu, au plan du discours, à tout un éventail de tentatives d’imitation, plus ou moins abouties selon les phonèmes en cause ou les individus, parmi lesquelles se glissent, plus ou moins fréquemment, les formes interférentielles, qui sont autant de recours à la seule norme réellement intégrée.

2) Dans le domaine morpho-syntaxique

5Le volume des remarques que nous avons pu effectuer au cours des chapitres précédents indique, comme c’était le cas dans les domaines phonétique et phonologique, un grand déséquilibre entre les deux types d’expression. Nous avons observé que les atteintes à l’intégrité de la langue première engendrées par le contact des langues sont à la fois peu nombreuses et fondamentales. De tels effets de l’interférence n’ont aucune commune mesure avec les difficultés éprouvées par les locuteurs castillanophones immigrés dans leur tentative d’appropriation d’un nouveau code linguistique, tel que celui du français.

a) Les incidences morphologiques

6Nous avons pu constater qu’un des éléments les plus stables de la langue première était la morphologie verbale, au moins au niveau des temps simples. Non seulement l’effet en retour est quasiment nul dans ce domaine, mais il est en outre apparu que chez certains locuteurs le passage à des flexions régies par d’autres modalités s’avérait difficile, voire impossible. En langue première, la part la plus vulnérable à l’interférence affecte le radical, c’est-à-dire le lexème, alors que le morphème est maintenu (ex. me regardaba [il me regardait]). En langue seconde, la plus ou moins grande capacité du locuteur à se départir des formes originelles peut être regardée comme un marqueur significatif de compétence. Ainsi, certains individus capables de produire un discours approchant la norme de parler local ou régional viennent buter sur la flexion verbale (l’accord n’étant pas, par exemple réalisé, comme si le verbe ne disposait à ce temps que d’une forme unique). D’autres, aux performances moins avancées, parviennent à produire un discours hybride, fortement marqué par l’interférence, mais dans lequel les verbes sont traités uniquement sous forme d’emprunts (ou même sont le plus souvent possible évités).

7La morphologie lexicale se caractérise par une stabilité moindre. Toutefois, le plus souvent, le lexème résulte d’un emprunt interférentiel, alors que le morphème correspond à la langue du discours. Contrairement aux verbes, où les formes de langue première se maintiennent sur leur propre terrain et s’immiscent dans le discours en langue seconde, le processus que nous venons de signaler opère dans les deux sens, symétriquement. Rappelons deux exemples analysés : obrière [/obryèrë/] qui croise obrera [/obréra/] et ouvrière [/uvryèrë/], d’une part, et mería [/meríya/], qui calque mairie [/mèrí/] sur la structure secretaría [/sekretaríya/] ou tocinería [/toçineríya/].

  • 1 cf. Bernstein (B.), Langage et classes sociales. Codes socio-linguistiques et contrôle social, Par (...)

8La forme des pronoms relatifs, qui a tendance à se résoudre à l’universel que dans l’un ou l’autre type de discours, conformément à ce code restreint populaire cher à Basil Bernstein1, n’a pas la même incidence selon la langue employée. Le castillanophone en use dans sa langue première sans franchir fréquemment les bornes de la correction, alors que, procédant de même en français langue seconde, il produit souvent des énoncés incorrects. La latitude que lui accorde telle ou telle langue n’est pas nécessairement identique dans telle ou telle autre par rapport au standard. La compétence, que confère la maîtrise d’un code linguistique, même restreint, est inégale entre langue première et langue seconde, et le recours assez systématique au calque comme palliatif n’est généralement pas opérant.

9Lorsque la forme de langue seconde diffère significativement de celle de la langue première (et la faible distance interlinguistique entre castillan, catalan et français en limite considérablement l’incidence), comme c’est le cas dans la formulation verbale, le locuteur castillanophone immigré éprouve les plus grandes difficultés à maîtriser le nouveau code. La nécessité de l’expression du pronom personnel sujet conjointement au verbe, en français, perturbe grandement, avons-nous pu constater, la correction des énoncés en langue seconde, puisque l’inadéquation des deux codes sur ce point précis se double d’effets en chaîne qu’elle induit.

10À travers ces quelques exemples, on peut mesurer combien le domaine de la morphologie se distingue de celui de la phonétique et de la phonologie. Il nous offre une vision certes également dissymétrique -avec une nette prépondérance de l’interférence de langue première, la mieux maîtrisée par nos informateurs-, mais plus nuancée, selon la nature du terme employé. Nous avons ainsi pu constater la plus grande soumission du verbe aux formes de langue première, et davantage encore lorsque plus d’une seule unité lexicale est affectée.

b) Les Incidences syntaxiques

11Il semble bien en effet que dès lors que l’on passe d’un terme isolé à une structure, c’est-à-dire à une combinaison mettant en œuvre une série ordonnée et finie de termes liés entre eux, le plus souvent par une -ou des- préposition(s) déterminée(s), et que les deux langues ne présentent pas une combinaison similaire (par un parallélisme terme à terme), le locuteur immigré se trouve en difficulté, démuni face au nouveau code, et qu’il reproduise -en totalité ou partiellement- le code de sa langue première. La dissymétrie qui affecte le domaine de la syntaxe s’apparente en fait davantage à celle de la phonétique, et surtout de la phonologie, qu’à celle de la morphologie. Une telle similitude repose à l’évidence sur le degré plus ou moins grand de structuration de l’un ou l’autre domaine.

12La dissymétrie entre expression en langue première et en langue seconde est manifeste. En langue seconde, dresser la liste des incorrections d’origine interférentielle revient à dessiner les contours de la norme grammaticale standard du castillan ; en langue première, la liste est loin d’être exhaustive et représentative des spécificités du français, et cela en bonne logique. En effet, le locuteur d’origine castillanophone a, plus ou moins parfaitement, certes, intégré les normes de sa langue première, alors qu’il n’a appréhendé que bien plus superficiellement celles de la langue seconde : il n’est tout bonnement capable de transférer éventuellement d’un code à l’autre que ce qu’il possède de ce code, d’où une interférence d’ampleur inégale.

13De plus, si nous comparons la fréquence des incorrections d’origine interférentielle, nous trouvons bien davantage d’occurrences de simplification d’un système complexe que l’inverse. Le système complexe -comme l’alternance de ser et estar- peut être maintenu dans la langue première, mais la réalisation de l’auxiliaire unique haber/avoir en langue seconde est plus fréquente que l’hypercorrection de l’auxiliarisation alternée haber/ser (cf avoir/être) dans le discours en langue première. Il en va de même pour l’accord des participes passés.

14Une meilleure connaissance des flexions verbales permet un emploi des temps mieux adapté en langue première qu’en langue seconde (de même qu’un nombre infiniment plus réduit de barbarismes), mais aussi une meilleure maîtrise du jeu modal commandé par les structures syntaxiques, lorsqu’elles présentent des exigences divergentes, comme par exemple dans le cas des propositions infinitives. On remarquera, à propos des conditionnelles au passé, le rôle décisif joué par le conditionnel dans la subordonnée, attesté en français populaire et introduit en castillan par affinité avec l’imparfait du subjonctif. Un tel emploi permet au locuteur d’échapper au dilemme indicatif/subjonctif dans les deux types de discours, et très vraisemblablement de masquer le calque de langue première du fait de la méconnaissance par le locuteur de l’imparfait du subjonctif français. Parfois, un tel subterfuge n’est pas en son pouvoir, et il se trouve dans l’incapacité de réaliser la sacro-sainte concordance des temps qu’exige de lui le castillan.

15L’ordonnancement des termes, par exemple au sein du groupe verbal, fait partie des structures intuitivement et de longue date intégrées par le locuteur dans sa langue première. La possible dissociation des composants verbaux, par un adverbe ou un indéfini, parfaitement admise en français, ne l’est nullement en castillan. Le locuteur castillanophone, loin de percevoir la latitude qui lui est offerte à la faveur du changement de code, continue à respecter la norme plus contraignante de sa langue première, au prix d’une plus ou moins grande incorrection (on mesurera la différence entre ça lui a coûté beaucoup, version quelque peu maladroite de ça lui a beaucoup coûté, mais admissible, et l’incorrection flagrante qui fait de il aimait rendre beaucoup service le substitut de il aimait beaucoup rendre service). Voilà le cas général, mais les problèmes d’interférence sont aussi susceptibles d’opacifier indifféremment les deux types d’expression. Il en est ainsi de la négation, a fortiori si elle est accompagnée d’un adverbe négatif. La double structuration que permet le castillan, qui diffère de l’existante en français, associée à la structure divergente de la négation (respectivement en un ou deux éléments disjoints) perturbe à la fois l’expression en langue seconde, mais aussi, en retour, -quoique plus rarement- celle en langue première.

16Venons-en enfin à l’élément déterminant de la grande dissymétrie constatée, dans le domaine syntaxique, entre les deux langues : les prépositions et régimes prépositionnels. C’est là, on le sait, à la fois un élément trompeur, parce que jugé, à tort, anodin, et la principale pierre d’achoppement de tout candidat à l’apprentissage d’une langue seconde. Ces éléments le plus souvent succincts qui constituent les liants de l’énoncé ne retiennent guère l’attention de l’apprenant, aux prises avec les flexions verbales et le lexique qu’il regarde comme prioritaires, indispensables à son expression. Les immigrés castillanophones n’échappent pas à ce comportement universel. Grande est leur tendance à procéder par simple calque lors du changement de code, et la liste de leurs manquements à la syntaxe française standard est du reste impressionnante.

17Cependant, l’examen de leurs performances en langue première révèle que ces éléments qu’ils plaquent volontiers sur les structures de leur langue seconde sont aussi les vecteurs du processus inverse d’interférence, quoique dans une moindre mesure. Le trouble qui affecte dans leur langue première la dichotomie pourtant claire entre a et en en castillan est là pour en témoigner. Le ‘contact’ des langues n’est jamais sans risque pour l’intégrité de chacune, quel qu’en soit l’emploi ou le statut.

3) Dans le domaine lexical

a) Considérations générales

18Le seul domaine où les effets interférentiels de la langue seconde semblent plus importants que ceux de la langue première sur celle-ci, est le domaine lexical.

19Rappelons que le matériau qui a servi de base aux deux glossaires constitués (cf. annexes) est issu, au chapitre IV, de sept heures d’entretien, et au chapitre V de cinq seulement. Le corpus constitué à partir de ce deuxième échantillon est plus riche (164 termes pour 5 heures, contre 102 pour 7 heures). La proportion de ‘néologismes’ fait donc plus que doubler dans les emprunts de la langue première à la langue seconde, et bien que la ‘variabilité’ selon les individus soit importante, c’est là un phénomène constant.

20On peut en conclure que le lexique est le maillon faible dans la résistance à l’interférence. Il en est certes le vecteur privilégié, mais il est à juste titre considéré comme une zone périphérique de la langue. En effet, le lexique n’est pas constitué en systèmes très élaborés, à la différence de la phonologie ou de la syntaxe, qui englobent des structures profondes. Une atteinte importante, telle qu’elle se manifeste chez les locuteurs castillanophones immigrés, ne peut être considérée comme marquant un quelconque changement linguistique, dans la mesure où l’ensemble des structures syntaxiques n’est pas remis en cause -ni de manière systématique-, et où le système phonologique est conservé, malgré quelques adaptations circonstancielles au plan du discours.

b) Nature des emprunts

21La comparaison des termes empruntés révèle également une disparité certaine. La classification des éléments linguistiques selon leur nature grammaticale fait apparaître, à titre indicatif, les proportions suivantes :

22La différence au chapitre des adverbes s’explique en grande partie par la tendance à calquer la forme adverbiale abrégée (dépourvue du morphème -mente) de la langue première sur la langue seconde. Mais les écarts les plus remarquables affectent les deux séries principales : celle des verbes et celle des substantifs. Nous pouvons même observer une relative symétrie inversée dans les résultats. L’interférence affecte au premier chef les verbes dans l’emprunt à la langue première ; les noms dans celui à la langue seconde. Comment expliquer ce phénomène ?

23Tout d’abord, ainsi que nous l’avons dit, par le fait que l’emprunt témoigne, soit d’une mauvaise maîtrise de la langue, soit d’une inadéquation des deux univers de référence, et ce, sous l’effet de la nécessité de la communication langagière. L’emprunt prépondérant des verbes à la langue première s’explique par la nécessité de nommer les actions, et plus encore, dans le contexte discursif de l’enquête, les sentiments. La visée introspective exige une précision lexicale dont le locuteur immigré n’est souvent pas capable dans sa langue seconde. De même, la forte charge émotionnelle qui affecte la formulation de ces sentiments, détourne le locuteur du signifiant vers le signifié, abaissant ainsi sa capacité de contrôle linguistique pour ouvrir la voie à l’interférence.

24Inversement, l’emprunt majoritaire de substantifs à la langue seconde semble tenir au fait que le locuteur rend compte de termes, plus ou moins concrets, qui sont marqués par leur univers de référence, lequel appartient à la langue seconde. Les réalités dont il est question n’ont pas -ou n’ont plus- pour le locuteur immigré, d’équivalent dans l’univers correspondant à sa langue première. Institutions, professions ou techniques sont liées à des emplois récurrents dans l’une et pas -ou plus- dans l’autre langue. Signifié et signifiant ici font corps, provoquant l’intrusion.

25La nature grammaticale de l’interférence lexicale est donc nécessairement divergente, tant dans son ampleur que dans sa genèse. Or, il se trouve qu’un tel phénomène s’avère strictement parallèle à l’’esprit’ général de chacune des deux langues en présence. En effet, le castillan a pour tendance globale la prédominance du verbe et/ou du groupe verbal dans la phrase, qui se manifeste par la propension à l’antéposition de ces éléments en son sein. A l’inverse, le français privilégie le nom et le groupe nominal, que de son côté il antépose dans les énoncés, et ne répugne guère aux substantifs abstraits lorsque le castillan opte pour un infinitif substantivé, par exemple. Ainsi, tout semble concourir à une interférence lexicale différenciée.

c) Les champs lexicaux

26Nous avons déjà, insidieusement, empiété sur le domaine du signifié, qu’il convient à présent d’aborder pleinement Nous avons eu l’occasion de souligner, quoique leur proportion soit différente, la prédominance des verbes relatifs aux sentiments, dans les emprunts d’une langue à l’autre, dans quelque sens qu’il s’opère, et d’en attribuer la cause au type même d’entretien auquel se trouvaient soumis les informateurs. La spécificité de l’emprunt à la langue catalane nous permet, du reste, d’en relativiser la portée réelle : le quotidien des enquêtés n’est pas fait de ces verbes-là, mais bien plutôt de termes concrets. Plus significative est donc l’analyse des substantifs, qui sont, de même, inégalement représentés dans notre corpus.

27La répartition par champs lexicaux prend ici sa pleine mesure, puisque s’opposent nettement un emprunt minoritaire en volume et diffus au lexique castillan, et un emprunt abondant et spécialisé, tant au catalan qu’au français. Le recours au lexique de langue première dans un discours en langue seconde n’est donc qu’occasionnel : il peut s’agir de combler, comme à brûle-pourpoint, une défaillance passagère dans la mobilisation du stock lexical de langue seconde. Or, nous avons fait observer la faiblesse même d’un tel stock, et le palliatif adopté en conséquence par le locuteur : la récurrence. Il serait en effet illusoire de prétendre que, l’emprunt en substantifs étant plus rare en langue seconde qu’en langue première, cela signifierait une plus grande compétence en langue seconde qu’en langue première. Ce serait là faire purement et simplement abstraction des critères de richesse et de précision lexicales qui sont, on en conviendra, loin d’être négligeables.

28La plus grande compétence linguistique en langue première appelle une précision accrue dans l’expression. Le locuteur, qui dispose d’un stock lexical suffisant pour son expression courante, recourt à l’emprunt dès lors que le thème de son discours se spécialise. Le cadre et le thème même de l’enquête induisent un tel recours. En effet, comment rendre compte des péripéties de son émigration, et surtout de son immigration, sans se référer au travail et aux formalités administratives ? Les autres composantes du discours étant parfaitement assumées dans la langue première, cet emprunt spécialisé prend d’autant plus d’importance. En outre, les champs lexicaux mentionnés requièrent une précision extrême. Le travailleur, lorsqu’il se réfère à son emploi, à ses outils ou à ses relations professionnelles, ne peut se contenter d’approximations. L’immigré en bute aux tracasseries administratives a bien appris à opérer des distinctions entre carte de séjour et carte de travail, ou bien carte de séjour et carte de résident privilégié. Il a aussi appris à se mouvoir dans les sphères de l’aide sociale. De tels référents figurent dans le discours en langue seconde, mais ils en sont partie intégrante (ils correspondent au code ‘affiché’) et ne constituent pas, de ce fait, des emprunts. On peut enfin remarquer, plus particulièrement à travers l’emprunt fait au catalan, combien l’environnement, à la fois géolinguistique et socio-économique, marque la dénomination des termes appartenant au lexique du travail. Ainsi, le monde de l’agriculture est-il lié indissolublement au catalan.

29Le domaine lexical se singularise donc des autres domaines linguistiques par une dissymétrie inverse. Elle atteint ici, rappelons-le, un domaine périphérique de la langue, et fait l’objet, ainsi que nous l’étudierons bientôt, d’une variation, à l’instar des autres domaines. Si l’expression en langue seconde est plus sujette, quantitativement, à l’emprunt, c’est que ce dernier s’y manifeste dans des conditions de performance différentes, et dans des champs lexicaux moins spécialisés. L’univers de référence constitue en outre un critère déterminant.

2. LES FACTEURS FAVORISANT L’INTERFÉRENCE DANS LA PRODUCTION DU DISCOURS

30L’interférence présente deux aspects complémentaires et concomitants, régis tous deux par l’instabilité. Nous étudierons plus avant l’instabilité des formes, qui n’est autre que la variation. Mais il convient pour l’instant que nous nous penchions sur l’apparition même des termes ou expressions interférentielles, et que nous tentions de dégager un certain nombre de facteurs déclenchants qui ouvrent la voie à l’interférence. Quand, et pourquoi surgit-elle au détour du discours ?

31Avant de passer en revue les quatre facteurs-types qui nous ont semblé pertinents, il convient de rappeler qu’ils agissent dans les proportions que nous avons dépeintes auparavant, à savoir bien davantage dans le discours de langue seconde, et différemment selon les domaines de la langue.

1) Le facteur temps

a) Durée et tension psycholinguistique

32Nous avons signalé, à propos du seul barbarisme de conjugaison apparu dans le discours de langue première, empeció (cf. V. 2 2), qu’il intervenait en fin d’entretien, à l’issue d’une heure de changements de codes successifs à l’initiative de l’informateur. Nous en avions alors relativisé la portée, du fait des circonstances mêmes de son apparition. La fatigue du locuteur favorise en effet le recours aux formes interférentielles.

33C’est du reste délibérément que nous avons opté, aussi souvent que cela a été possible, pour un entretien d’une heure. Seule une durée suffisante permet en effet d’obtenir dans tous les cas un abaissement du contrôle linguistique de la part de l’informateur. La tension à laquelle celui-ci se trouve soumis présente des aspects multiples.

34Tout d’abord, le récit autobiographique impose un effort important au plan de la mémoire. Bien que marquants, pour la plupart, les principaux faits évoqués remontent à l’enfance, l’adolescence ou la jeunesse, selon les cas, et sont parfois distants du moment de l’interview d’au moins une trentaine d’années. Les informateurs exhument ces souvenirs avec, le plus souvent, tout un luxe de détails, qui imposent une tension intellectuelle aiguë. Cette phase d’idéation est elle-même suivie de l’étape, pour nous capitale, de la formulation.

35La mobilisation prioritaire s’effectue conjointement sur deux plans : celui des flexions verbales, dont nous avons signalé les caractéristiques dans chacun des codes linguistiques ; celui du stock lexical, plus ou moins étoffé, selon le code employé, chez tel ou tel individu. Nous avons parallèlement fait observer l’occultation des données prépositionnelles qui conditionnent la syntaxe du discours, occultation favorable à l’interférence.

36De plus, le cadre de l’interview place le locuteur en situation doublement exposée. Il est en effet informateur, et à ce titre principal producteur de discours. Mais l’échange est déséquilibré de surcroît par le fait que l’interlocuteur exerce, volens nolens, une pression psychologique sur lui S’il lui fournit de temps à autre une aide spontanée ou consécutive à un appel à consensus :

(Mme U...) on avait mém’ pas l’droit, nous, si vous voulez, les Catalans, dé parler, voyez...
(Mme S...) moi je trouve qu’ils sont plis évolués qué nous... Vous êtes allé quelquefois ?

37ou à une lacune lexicale :

Mme U... On voyait descend’ les bus /bus/, comment s’appell’ ça ?...
Enq. Les obus, oui...
Mme U... Oui. On les voyait descend’ y tout. ...,

38le plus souvent, il sollicite de lui des compléments d’information ou un approfondissement de l’analyse de la situation qui fait l’objet du discours. Dans son rôle de ‘relanceur’, l’interviewer friand d’information a tendance à ne pas ménager suffisamment sa source.

S. F... Quand il y a on mot que ye prononce pas bien, je dis : ‘Tiens ǀ, çui-là...
Enq. Et y a des mots qui vous manquent… de temps en temps ?...
S. F... Non ǀ Pas qui me manquent. C’est la prononciation. J’ai du mal à... Certains mots, j’ai du mal à les prononcer, Je lé sais.
Enq. Y en a que vous savez que vous prononcez mal ? ... Par exemple ? ...
S. F... Euh, euh ǀ ... Par ésemple... Maintenant, comme ça, je pourrai pas vous dire, mais...
Enq. Quand vous allez dire le mot, vous savez que vous allez avoir du mal ? ...
S. F... Non ǀ Non, non, non, non ǀ (....)

b) Les pauses comme recours

39Or, l’informateur éprouve la nécessité d’effectuer des pauses dans son discours, indépendamment de la latitude que peut lui accorder son interlocuteur. Ces pauses sont variables à la fois dans leur durée et dans leur implantation au sein du tissu discursif. On s’aperçoit qu’elles ne sont pas nécessairement liées à la fatigue résultant de la durée de l’entretien, même si ce facteur est loin d’être négligeable. Les pauses se multiplient en fin d’interview du simple fait que, généralement, la matière de l’entretien, le signifié à transmettre, se raréfie, que l’essentiel du message a déjà été formulé, et que la poursuite du discours ne saurait être que réitérative, voire redondante, ou porter sur des compléments de détail.

40La pause opérée par le locuteur peut être aussi de nature dilatoire. Face à la pression de son interlocuteur, il se ménage un intervalle qui peut lui permettre de différer la réponse à une question jugée trop précise ou gênante (l’enquête autobiographique conduit inéluctablement à dévoiler une part de son intimité : relations interpersonnelles, échecs socio-professionnels ou options idéologiques), ou même à avoir recours à une échappatoire.

41Dans l’extrait suivant, l’informateur évite de formuler ce qui peut être regardé par un tiers comme dévalorisant : “je ne savais pas parler français” :

S. F... J’ai fait quatre mois à Montpellier, deux ans en Algérie. Et c’est là que j’ai appris le français, quoi...
Enq. Pasque, quand vous êtes parti de Corbère...
S. F... Je parlais presque pas le français. Je comprénais, mais pour le parler, quand je... enfin... Au bout d’on an que j’étais au servie’ militaire (....)

42La pause est, dans ce sens, un élément signifiant de la stratégie discursive.

43Mais elle peut aussi opérer au niveau de l’idéation. L’informateur, sommé de passer en revue les événements décisifs de son existence, mis en situation de porter un jugement sur ses choix passés et de se livrer conjointement à une analyse et une véritable synthèse de sa propre vie, doit trouver le temps de conceptualiser les matériaux épars de sa mémoire. La pause à laquelle il se livre alors est de nature réflexive, et porte sur le signifié : à travers elle s’ouvre le temps de l’évocation rétrospective.

(Mme S..,) [il racontait] tout ce qu’il avait suffert y tout ça. Il suffrait beaucoup, eh, ici...
(M. Ma...) Un 80 % por ciento, no teníamo’ nada... El rico, rico, con categoría. [80 % (d’entre nous), nous n’avions rien... Le riche, riche, de haut rang]

44Un tel réglage peut, mais pas nécessairement (on peut en effet rencontrer l’un ou l’autre, ou bien l’un et l’autre), s’accompagner d’un délai nécessaire à la ‘bonne’ formulation du discours.

(M. Ma...) Al mi’mo tiempo, yo tenía una carta de... una carta de, de..., para trabajar. [en même temps, moi j’avais une carte de... une carte de, de..., pour travailler].
(Mme S...) Oui, plus dynamiques, et question d’éducation, je trouve que pétêtre aussi ils sont plus... ils pren’ la vie plus tranquillémen’ (...)

45À travers ces exemples, il s’avère que le choix du terme adéquat passe, dans le cas de sujets ‘bilingues’ comme nos informateurs, castillanophones immigrés en France, par deux types de difficultés. Le volume plus ou moins restreint du stock lexical (davantage en langue seconde qu’en langue première) réduit le choix du locuteur et le conduit à une imprécision dans son expression -dont il peut avoir conscience-nécessitant un délai accru dans la recherche du terme souhaité. Par ailleurs (et c’est surtout vrai pour le discours en langue seconde) le terme correspondant au concept défini se trouve activé dans un stock lexical qui n’est pas nécessairement celui du discours. S’ensuit alors, ou bien une formulation immédiate incorrecte, en tant qu’intrusion telle quelle du terme de l’autre code ou adaptée selon les différentes modalités interférentielles, ou bien là encore une pause de réglage de nature linguistique.

46Telle informatrice ne sait plus selon quel code elle s’exprime :

(Mme F...) Es que no me acuerdo. Tengo que ir a buscar el diccionario. Me debrullo. commé on dit ici. Je me débrouille mieux en français que... que... castellano.
[c’est que, je ne m’en souviens pas. Je dois aller chercher le dictionnaire].

47Parfois, c’est la traduction d’un terme précis qui vient à faire défaut :

(M. T...) j’ai travaillé aussi à... à una cantera de piedra... comment qu’on dit ? una... [une carrière (de pierres)].

48Mais aussi, quoique après un bref délai de réflexion, le locuteur parvient à nuancer son expression. Ainsi, l’adjectif castillan orgulloso, a, peut, selon qu’il accompagne ser ou estar, signifier, respectivement ‘orgueilleux’ ou ‘fier’. La connotation, tour à tour négative et positive, n’est pas sans incidence sur le signifié, et le passage suivant peut à ce titre être salué comme une réussite :

(Mme U...) Et comme c’était des gens comm’ vous dites... c’était plutôt ma mèr’ qu’elle était... fièr’... pasqu’elle était plus rich’.

49Ainsi donc, que le locuteur cherche -ou même parvienne- à s’en dégager par le biais de pauses de nature diverses, il n’en demeure pas moins soumis -de bonne grâce, certes- à l’emprise de son interlocuteur, et la durée de l’entretien, par le biais de la fatigue résultant d’une tension psycholinguistique soutenue, est indéniablement une composante significative de l’abaissement du contrôle linguistique favorisant l’interférence.

2) Le facteur de connivence

a) Les stratégies d’un face-à-face

  • 2 cf. supra, Introduction, note 1.

50Les enregistrements ont été réalisés chez des informateurs présentant tous un certain lien, quoique le plus souvent indirect, avec l’enquêteur. Il nous eût en effet paru impensable de solliciter, de castillanophones immigrés totalement anonymes, des informations pouvant à bon droit relever de leur stricte intimité. Les critères de choix et les modalités d’approche des informateurs qui constituent notre échantillon ont été conditionnés, comme cela a été mentionné, par une connaissance préalable du terrain et la réalisation de travaux d’enquête2, mais il nous semble néanmoins utile de préciser que peu d’entre eux nous étaient familiers, voire personnellement connus. La connivence entre informateur et enquêteur reposait en fait sur des a priori favorables, d’ordre relationnel ou strictement socio-professionnel, fondés sur l’opinion d’intercesseurs divers, mais toujours absents au moment de l’entretien.

51On comprendra dès lors la stratégie d’approche de l’enquêteur, visant à créer entre l’informateur et lui un climat de sympathie propice aux épanchements autobiographiques. Les biais mis en œuvre furent à la fois un échange préliminaire -le plus souvent non enregistré- portant sur le précieux intercesseur, et une présentation stéréotypée et délibérément banalisante de l’objet de l’entretien et de sa finalité. Soufflant le chaud et le froid, l’enquêteur agit donc sur le plan de l’affectivité, en même temps qu’il minimise l’enjeu implicite de l’interview. Face à l’enseignant détenteur des normes standard, l’immigré castillanophone ressent en effet ce qu’il va vivre comme une épreuve, au cours de laquelle il doit faire montre, dans tous les sens du terme, de compétence.

52Le début de certains enregistrements -plus ou moins selon les informateurs, les relations antérieures, les affinités spontanées ou le caractère même de la personne- est nettement marqué par la réticence. Les répliques sont alors laconiques ou évasives, destinées à éconduire si possible l’enquêteur jugé importun. Au plan du signifié, l’information consentie est minime, et les énoncés empreints d’un certain formalisme.

Enq. Vous m’aviez raconté l’autre jour que vous étiez d’origine espagnole...
Mme S. Oui.
Enq. Et où est-ce que vous habitiez ? ...
Mme S. On vivait à Madrid.
Enq. Et comment vous viviez ? ...
Mme S. On vivait normalémen’.

53Les questions, prudentes et ouvertes ne trouvent en écho que des réponses fermées et lapidaires.

54Linguistiquement, ces phrases brèves présentent une structure simple sans grand intérêt syntaxique, mais la langue y est plus soutenue que par la suite. L’informateur sur son quant-à-soi entend administrer à l’enquêteur la preuve de sa compétence. Surtout si lui aussi a eu accès à la norme standard, en l’occurrence le castillan madrilène. Telle informatrice a de plus servi dans la noblesse de la capitale. Elle réalise les /d/ finaux fricatisés, comme il est de bon ton, alors que par la suite ils seront amuïs, selon la norme méridionale. Elle conserve de même les /d/ intervocaliques fricatisés des participes passés qui disparaitront plus tard, conformément à la norme populaire et à la norme meridional.

b) Vers un rapprochement

55L’enjeu pour l’enquêteur consiste, à partir dune telle situation initiale tendue, à mettre son interlocuteur en confiance, de manière à obtenir conjointement une information abondante et une analyse approfondie, d’une part, et, d’autre part, un discours plus complexe aux plans syntaxique et lexical. Dans la progression, comme dans la rétention première, signifié et signifiant vont de pair.

56Généralement, l’entretien commence, selon le souhait de l’enquêteur, par le récit de la trajectoire personnelle de l’informateur. Au cours de ce récit, qui apparaît souvent comme un résumé, le rôle de l’enquêteur est plutôt passif : il se contente d’approuver -et ainsi d’encourager-le narrateur. Cette étape franchie, il reprend alors l’initiative, questionnant l’informateur, et passe du statut de narrataire à celui d’interlocuteur. C’est alors que se noue véritablement le dialogue, et que peu à peu s’instaure la connivence.

57De même, les appels à consensus et à l’aide linguistique vont dans ce sens, tout comme l’intérêt porté par l’enquêteur finit par susciter la confidence, par exemple un aveu d’échec (ici respectivement à la 30° et 50° minute de l’entretien) :

Enq. Para darse a entender ¿ mandaba a los críos ?...
Mme Ma... Y ahora también, si voy a algun sitio o qué, me tiene una de las nenas que acompañar, porque lo comprendo algo, pero no sé hablarlo.
Enq. Bueno. No se
ha...
M. Ma... / No se ha adaptao !
[Pour vous faire comprendre, vous envoyiez les enfants ? .../Et maintenant aussi, si je vais quelque part ou quoi, une des petites doit m’accompagner, parce que, je le comprends un peu, mais je ne sais pas le parler. /Bon, vous ne vous êtes pas... /Elle ne s’est pas adaptée !].
(M. T...) j’ai pas l’allocution [l’élocution] facile... m’a manqué, ça aussi...

58Chez une autre informatrice, la progression dans la connivence avec l’enquêteur peut être mesurée dans la manière de nommer ce dernier. En début d’interview, la forme ‘vous’ apparaît à deux reprises, contre toute attente, dans le discours en castillan :

(Mme N...) [à propos de sa fille] a lo mejo’ no e’tuvo con vous... [peut-être qu’elle n’a pas été avec vous]
como dijo vous qu’iba a veni’... [comme vous aviez dit que vous alliez venir].

59Le vouvoiement en français opère ici une double distanciation : celle du respect envers un ancien professeur d’un des fils (le verbe de la deuxième phrase, à la troisième personne du singulier, a pour sujet implicite usted, vouvoiement singulier) ; celle du respect envers un fonctionnaire de l’État français, qui mérite d’être nommé dans la langue officielle de celui-ci (d’où la traduction inattendue).

60Cette deuxième marque distanciatrice disparaît assez vite pour faire place au vouvoiement singulier propre au code d’expression castillan : usted, et qui sied à deux adultes dans une relation non familière :

(Mme N...) fue a un profesor, no sé si era con u’té’
[il est allé voir un professeur, je ne sais pas si c’était (avec) vous].

61Usted acquiert par la suite une valeur généralisante qui l’assimile à ‘on’ :

(Mme N...) u’té’ será rico, ylo’hijo’, mientra’ e’tán con u’té’...
[(mettons) vous êtes riche, et les enfants, tant qu’ils sont avec vous...]

62Or, cette configuration est en castillan le propre du tutoiement singulier, qui se manifeste plus avant dans :

(Mme N...) te dicen una cosa, te repiten otra...
[on te (vous ?) dit une chose, on t’ (vous ?) en répète une autre].

63La différence tient probablement au fait que dans un cas, l’interlocuteur est assimilé à ‘on’, alors que dans l’autre c’est la narratrice qui s’assimile à lui.

64Puis -surprise !- en toute fin d’entretien surgit un autre tutoiement, à la faveur de l’évocation d’un événement à forte charge émotionnelle : les obsèques du mari disparu :

(Mme N...) vino toa la familia, te imagina’, ¿ eh ? [toute la famille est venue, tu t’imagines, hein ?].

65Il semble bien qu’il ne s’agisse plus là uniquement d’une généralisation, mais que l’informatrice souhaite partager avec son interlocuteur l’intensité de cette évocation douloureuse, en une sorte de familiarité nouvelle, bien éloignée de la double distanciation de départ.

66Par ailleurs, un facteur décisif marque l’évolution dans la connivence, c’est l’inversion possible de rôle dans la relation dialogique. L’informateur retourne à l’enquêteur un certain nombre d’interrogations sur son propre savoir :

M. Ma... ¿ U’té’ comprende el catalán ?
Enq. Sí, algo...
M. Ma... Bueno. Vamo’. En la casa de un catalán nace un hijo mayor.
El mayor, ¿ cómo se llama ?
Enq. No sé... Como su padre,¿ no?
M. Ma... ¿ Que es ? ¿ Cómo se dice ?
Enq. No sé.no sé...
M. Ma... Aquí dicen ‘el ainat’. Nosotro’ decimo’ ‘elhijo mayor’. Y ‘el heréu’ e’ el hijo mayor de un catalán.
[Vous comprenez le catalan ? /Oui, un peu.../Bon. Voyons. Chez un Catalan naît le fils aîné. L’aîné, comment il s’appelle ? /Je ne sais pas... Comme son père, non ? / Qu’est-ce que c’est ? Comment on l’appelle ? /Je ne sais pas, je ne sais pas.../Ici, on dit el ainat. Nous, on dit el hijo mayor. Et el heréu, c’est le fils aîné d’un Catalan].

67ou bien sur ses origines :

(Mme R...) ¿ y u’té’ también e’ e’pañol ? [et vous aussi, vous êtes Espagnol ? ]
(Mme N...) ¿ de dónde e’ u’té’ ? [d’où êtes-vous ? ].

68De la sorte, l’informateur parvient à rétablir l’équilibre des rôles, devenant à son tour enquêteur de fait ou virtuel, et à se dégager de la position infériorisante où le place le feu roulant des questions de son interlocuteur. L’échange d’informations, de ‘révélations’, favorise la sincérité de la communication et l’accès à l’intimité.

3) Le facteur émotionnel

a) Un discours marqué par l’émotion

69Ainsi qu’il vient d’apparaître, la composante psycho-affective constitue un facteur déterminant dans le déclenchement de l’interférence. Or, elle porte à la fois sur la relation entre l’informateur et l’enquêteur, telle que nous venons de l’analyser, et sur le signifié lui-même. Dès lors que l’informateur aborde des thèmes à forte charge émotionnelle, il concentre son attention sur le signifié aux dépens du signifiant : la correction linguistique devient secondaire par rapport à l’idée à formuler.

70Dans son discours, le narrateur met en scène sa propre existence. Son rôle, plus ou moins modestement interprété, est celui du héros. Héros malgré lui, certes, mais héros tout de même : si le point de départ de son odyssée a généralement pour cause des facteurs socio-politiques ou socio-économiques (selon l’époque et le lieu), le chemin qui doit le conduire au ‘bon port’ d’où il s’exprime, est semé d’embûches.

  • 3 Рrорр (V.), Morphologie du conte, Paris, Gallimard, 1970.

71Ce parcours autobiographique prend souvent des tours tragiques qui, par effet de contraste, mettent d’autant mieux en valeur le happy end du hic et nunc. On y retrouverait sans difficulté la plupart des motifs inventoriés par Vladimir Propp dans sa Morphologie du conte3, quoique ici, réalité et fiction ne fassent qu’un. Par ailleurs, nous avons déjà pu observer dans l’étude menée sur le matériau constitué par chacun des glossaires (cf. annexes) la part importante que prennent les champs psycho-affectifs au sein de l’interférence lexicale.

  • 4 cf. Lagarde, op. cit. chap. VI, pp.245-252.

72Nous n’aborderons pas ici les blocages dans la formulation : les ratages4. Nous ne prendrons en compte qu’un flux discursif normal, mais dans des phrases où se concentrent les incorrections interférentielles. L’évocation d’événements qui ont constitué pour le locuteur un choc psycho-affectif lorsqu’ils se sont produits, réactive le trouble ressenti alors, qui se traduit à présent sur le plan linguistique. De plus, la charge émotionnelle influe diversement selon les domaines de la langue. Au plan phonétique, elle ne fait qu’accentuer des incorrections récurrentes ; elle détermine aussi une augmentation significative de l’interférence morpho-syntaxique, et c’est là un phénomène d’une tout autre importance que l’influence déjà démontrée sur le lexique, puisqu’elle agit sur un domaine moins perméable de la langue.

b) Les manifestations concrètes

73Voici tout d’abord deux exemples de trouble lié à l’inadéquation de l’individu au milieu environnant. En premier lieu, l’arrivée en France de l’informatrice, en 1962, provoque chez elle cette fracture typique de l’immigrant, doublement déterminée par l’arrachement à son environnement originel ou familier, et la brusque intrusion dans un univers que la difficulté de la communication langagière rend hostile. Mais c’est aussi le moment de la fin de la guerre d’Algérie, et par voie de conséquence une période d’insécurité (vagues d’attentats de l’O.A.S., par exemple) et de désorganisation (afflux de rapatriés dans les régions méridionales, et singulièrement dans les Pyrénées-Orientales), circonstances qui ne font qu’accentuer le désarroi de l’immigrante :

(Mme Mo...) Era un período, quand même, que era pas bièn, mé, enfin... Yo siempre, quand même... Yo siempre he querido irme en España. [Moi, j’ai toujours voulu m’en aller (retourner) en Espagne].

74Le flux discursif est relativement hâché, toutefois il s’agit ici de conclure, ce qui est en soi malaisé. La gêne marquée par les pauses ne l’est pas moins par les muletillas (formes phatiques) réitérées, d’origine interférentielle, destinées à nuancer le jugement négatif porté sur l’époque et le pays d’accueil. Il ne s’agit que de locutions, mais elles trahissent ‘quand même’ une accoutumance à raisonner en s’appuyant sur un matériau linguistique de langue seconde. L’interférence va cependant plus loin, atteignant l’opposition fondamentale entre les prépositions a et en, et la formulation de la négation, par élimination du seul élément homologue du castillan au profit de la marque française pas.

75Une autre locutrice se trouve aux prises avec des difficultés similaires, alors qu’elle s’exprime en langue seconde et qu’elle évoque le trouble éprouvé lors d’un retour dans son pays : celui de sa propre étrangeté par rapport à un environnement jadis familier qui a subi de profondes mutations :

(Mme S...) Mais déjà, c’était tout changé. Pasqué quand il fait quince ans que vous êtes allé pas à un endroit, ça change tout.

76Ici, outre la prononciation aléatoire des phonèmes [š] et [ʐ], surtout lorsqu’ils sont enchaînés, deux éléments retiendront notre attention. D’une part la formulation incorrecte de la négation, qui témoigne, en dépit des apparences, de l’application respectueuse de la norme castillane : l’auxiliaire n’est pas séparé du participe passé ; d’autre part, la résolution aléatoire du pronom -personnel/démonstratif- accompagnant le verbe (‘il’ fait quinze ans, au lieu de ‘ça fait’), senti comme indispensable en langue seconde, et de ce fait traité par hypercorrection. ‘C’était tout changé’ est employé pour ‘tout était (avait ?) changé’, et ‘ça change tout’ pour ‘tout change’, avec ici une dérive possible du sens.

77Des sentiments très vifs conduisent les locuteurs castillanophones immigrés à l’interférence réitérée. Ainsi de l’indignation de cette informatrice, outrée des méthodes peu orthodoxes d’un médecin français officiellement chargé de contrôler l’état de santé des immigrants. L’intéressée qui a porté plainte auprès du Consulat est à nouveau convoquée par le ‘docteur lubrique’ :

Docteur : C’est vous que vous avez écrit cetta lettre ? Vous êtes assez intelligente pour savoir que c’est pas moi qui vous a refusé les papiers.
Mme D... Monsié, rappélez-vous. Vous vouliez qué j’enlévé les pantalons. Alors, je vous ai dit en espagnol : ‘Allez jouer la guitarre !’
Docteur : C’est vous que vous avez mal interprété !
Mme D... Oh I tiens I, je lui ai dit, eh bé !...

78Ce dialogue met en lumière une prononciation approximative de la langue seconde, deux idiotismes de langue première (quitarse los pantalones et tocar la guitarra, peut-être ici connoté sexuellement), et une résolution interférentielle de la tournure emphatique.

79La vivacité d’un tel dialogue, reconstitué par l’informatrice un quart de siècle plus tard, n’est pas la seule manière d’exprimer des sentiments profonds. L’évocation de l’absence du père, qui a dû émigrer pour des raisons politiques à la suite de la guerre civile, a laissé à cette autre informatrice, demeurée quelques années durant en Espagne avec le reste de sa famille, un sentiment très fort. Le verbe ‘manquer’, qui se construit différemment dans les deux langues -transitivement en castillan, intransitivement en français- est récurrent dans cette phrase, et n’est traité correctement qu’à la première occurrence.

(Mme S...) Moi, jo entends mon mari, qu’il a manqué dé juets et tout ça, moi, jamais j’ai manqué. Je vous dis : ça que je trouve qué j’ai manqué, c’est mon père, pasqué les enfan’ ils parlaient de son père, et moi je pouvais pas parler.

80Dès la deuxième occurrence, si la construction n’est pas totalement incorrecte, c’est l’absence de ‘en’ (répétée par la suite) qui traduit l’interférence, de même que le système d’accord du possessif. En fait, plus la locutrice avance dans l’aveu de son déchirement psycho-affectif, plus la correction linguistique de son énoncé se détériore.

81De même, l’aveu d’échec, qui est également une composante du facteur de connivence précédemment analysé, constitue un temps fort sur le plan émotionnel, et ouvre la voie de l’interférence. L’échec socio-linguistique de l’immigrée par rapport aux gens du cru -’les Catalans’, selon ses dires- n’est pas sans incidences sur les interférences de son discours : à côté du traitement à la française de la tournure affective, l’emprunt lexical est à deux reprises fait au catalan, dont l’une dans le champ proprement linguistique :

(Mme N...) Sé comprender yo más que ‘parlar’. Hay una persona que está hablando yo lo comprendo, pero yo me cue’ta de... ¿ me entiende ?, salgo alguna ‘vegada’ con alguna, pero...
[Moi, je sais comprendre plus que parler. (S’)il y a une personne qui me parle, moi je comprends, mais ça me coûte de... vous comprenez ? j’en attrape quelque vegada (fois) quelque chose, mais...].

82L’échec socio-professionnel occasionné par les conséquences de la guerre civile, dont l’émigration, conduit cet autre informateur -qui s’exprime en un français régional plutôt conforme à la norme- à commettre une série d’incorrections. Un fils de ‘rouge’ émigré ne saurait accepter l’obligation d’entrer dans un séminaire espagnol à seule fin d’y poursuivre ses études. Son vieux rêve laïque avortera à deux reprises : ici, en Espagne, pour des raisons idéologiques ; plus tard, en France, pour des raisons linguistiques. On notera l’insistance dans la négation, qui marque la contrainte et le refus institutionnel.

(S. F...) Dans on petit village, on pense pas. Moi, je m’aurais contenté de faire instituteur. M’ont dit : “Ah I non, non, non, non, non I Faut faire ça !”

83Tout se passe comme si le déclassement ainsi opéré renvoyait -à son insu- l’individu à une expression également dévalorisante, parce que fortement marquée par l’interférence dans son discours en langue seconde.

84L’émotion -ou la frustration- ressentie, qu’elle s’extériorise violemment par le récit d’une altercation ponctuée d’exclamations ou qu’elle soit murmurée sous le sceau de la confidence, correspond toujours à une difficulté existentielle. Elle n’est jamais sans incidence sur la production du discours, même si le flux discursif ne s’en trouve pas altéré. Une fois encore signifié et signifiant vont de pair : le trouble évoqué transparaît dans une langue troublée par le contact et le mélange des codes linguistiques.

4) L’effet ‘boule de neige’

85Sous l’effet de la durée de l’entretien, d’une plus grande connivence avec l’enquêteur, d’une charge émotionnelle accrue -que ces facteurs interviennent alternativement ou simultanément- se produisent interférences et ratages (que nous traiterons, une fois n’est pas coutume, en bloc dans cette section). Mais la conscience diffuse de ces erreurs fait naître ou renforce chez le locuteur un sentiment d’insécurité linguistique, générateur de nouvelles incorrections.

a) Répartition de l’erreur dans la durée du discours

86L’analyse de la répartition de l’erreur au long de l’entretien fait apparaître un phénomène d’agglutination. La progression dans le discours se fait par phases : à des plages d’expression fluide et correcte succèdent des plages plus irrégulières et incorrectes. L’espacement de ces plages est variable, et lié, l’on s’en doute, aux thèmes abordés par le locuteur. À notre sens, la structure semi-guidée de l’entretien recueilli prédispose à une certaine variation dans la configuration de tels enchaînements, et en tout cas contrecarre toute tentative de superposition précise des documents enregistrés et transcrits. Néanmoins, il est possible de dégager (avec les précautions qui s’imposent) un profil-type pour une interview d’une heure, lequel nous semble loin d’être dénué d’intérêt.

87Le début d’entretien constitue généralement une plage d’expression correcte. Le locuteur se trouve dans une phase d’approche de la part de l’enquêteur ; la connivence entre eux n’est pas encore établie, et le contrôle est exercé concomitamment sur l’information fournie -le signifié- et la langue employée -le signifiant. On peut évaluer à 5 minutes environ cette entrée en matière un peu crispée, avant qu’apparaissent les premières erreurs.

88De la même manière, généralement, on ne constate plus guère d’erreurs en fin d’entretien, au-delà de la 45° minute. Ici, la nature du discours a changé. Si la fatigue s’est accrue à la faveur de la durée, si la connivence est acquise depuis longtemps déjà, ce qui devrait inciter le locuteur à relâcher son contrôle linguistique, et donc à commettre davantage d’erreurs, il s’avère, à l’épreuve des faits, qu’il n’en est rien. La tension a certes diminué, mais avec elle aussi l’enjeu de l’échange. La totalité des thèmes a été abordée, l’essentiel du message (positions idéologiques, jugements de valeur, confidences) a été livré à l’enquêteur. Celui-ci desserre du reste la pression psychologique de son ‘interrogatoire’, et ne cherche plus guère qu’à amener son interlocuteur à apporter des compléments d’information qui n’altèrent pas sensiblement les prises de position déjà manifestées. Les échanges sont désormais plus brefs, et n’atteignent plus l’intensité émotionnelle précédente.

89Sur une heure d’entretien, les phases que nous nommerons critiques se situent donc grosso modo entre la 5° et la 45° minute, occupant de fait les 2/3 de l’interview. Nous constatons que l’intervalle entre elles est compris entre 5 et 10 minutes. Elles se présentent sous deux formes différentes : soit un enchaînement rapproché de 2 à 5 erreurs successives en l’espace de 2 minutes, soit de manière plus éparse. Cette dernière forme est beaucoup moins répandue et présente pour le linguiste un intérêt moindre.

90D’une part, la discontinuité s’inscrit logiquement dans ce que nous savons de la capacité physiologique et psychologique d’un individu à fixer son attention : les phases de relâchement alternent avec les phases de concentration, et les erreurs seront plus probablement commises au cours des premières citées que des secondes. D’autre part, il nous semble du plus grand intérêt d’analyser comment, à partir d’une première erreur, viennent s’agglutiner les suivantes, et comment le locuteur parvient à échapper à ce cercle vicieux, et nous le ferons au travers d’exemples précis.

91Restons-en, pour l’instant, à la répartition des calques syntaxiques et des ratages sur l’ensemble de 6 entretiens qui présentent analogies et diversité.

1. (Mme et M. No...) Entretien en Langue seconde

1. (Mme et M. No...) Entretien en Langue seconde

2. (M. Ma...) Entretien en Langue première

2. (M. Ma...) Entretien en Langue première

3. (Mme U...) Entretien en Langue seconde

3. (Mme U...) Entretien en Langue seconde

4. (Mme N...) Entretien en Langue première

4. (Mme N...) Entretien en Langue première

5. (Mme S...) Entretien en Langue seconde

5. (Mme S...) Entretien en Langue seconde

6. (Mme Mo...) Entretien en Langue première

6. (Mme Mo...) Entretien en Langue première

92La comparaison de ces six entretiens -de durée variable, ainsi qu’on pourra le remarquer- permet d’observer que le nombre d’erreurs, telles que nous les avons définies, n’est pas nécessairement lié à la langue d’expression du locuteur, quoiqu’elles se manifestent davantage dans les discours en langue seconde. Il est plutôt un indice de la performance de chacun des informateurs.

93La remarque générale sur leur répartition au sein du discours souffre, on le voit, un certain nombre d’aménagements, sans toutefois contrevenir formellement aux cadres dessinés : dans 2 exemples sur 6, les erreurs se prolongent au-delà de la 45° minute. L’exemple n°4 présente une régularité remarquable, avec cependant une intensification de l’erreur au milieu du discours ; le n°6 s’apparente à lui, mais les 20 dernières minutes montrent une correction accrue, tandis que le n°2 concentre bien les erreurs au cours de la demi-heure centrale. Le plus atypique est sans nul doute le n°5, où l’erreur se concentre en début d’entretien, pour laisser place à un discours plus ‘lisse’.

94Mais une telle répartition est sous-tendue par les thèmes abordés : une fois encore se vérifie la cohérence de la relation signifiant-signifié. Toutes les difficultés vécues par les informateurs ont une incidence sur la correction de leur discours, que ce soit l’évocation de la guerre civile espagnole et de l’immédiat après-guerre (n°6, n°3 et n°5), des difficultés d’installation et d’intégration sociale dans le pays d’accueil (n°6, n°3, n°5), ou proprement linguistiques et communicationnelles (n°2, n°1, 3, 4 et 6), thèmes assez fédérateurs, ou des thèmes plus individuels, de santé (n°4) ou familiaux (n°3).

95De même, l’enthousiasme, dans l’évocation des origines (n°3), des vertus de la sociabilité espagnole (n°1) ou de la remarquable évolution économique du pays (n°1), semble prédisposer à un certain relâchement de la correction linguistique, tout comme le compte-rendu des sentiments éprouvés lors du retour -parfois bien des années plus tard- à la terre natale (n°1 et n°5).

b) Quelques processus d’agglutination

1) Le discours discontinu

96Dès lors que le locuteur s’abîme dans ses pensées, il produit un discours ponctué de pauses évocatrices qui favorisent à son insu le changement de code linguistique. Le contrôle ne s’exerce plus guère sur ces bribes discontinues, comme dans l’exemple suivant :

Enq. Vous avez regretté, un peu, de ne pas y retourner ? ...
Mme No... On a été, quand même, eh ? ... Mais oui !... Ça m’hubiera plu habiter là-bas, oui... C’est une otra vie.... Ici, on sort nous yamais...

97La question de l’enquêteur devrait permettre à l’informatrice de réaliser l’adverbe de lieu ‘y’, mais elle n’y prend pas garde. L’appel au passé et à la nostalgie contenu dans le verbe de la question, ‘vous avez regretté’, plonge la locutrice dans un certain désarroi, dont elle tente de se défaire par un appel à consensus auprès de son conjoint, lequel ne répond visiblement pas à son attente : ‘Mais oui ! éprouve-t-elle la nécessité de ponctuer. C’est alors qu’elle se trouve désemparée que surgissent deux incorrections majeures : l’auxiliaire d’emprunt à la langue première (peut-être du fait de la non-équivalence de temps entre les deux codes), originalement combiné à un participe passé de langue seconde (celle du discours) ; la construction transitive avec l’infinitif, qui calque la structure sous-jacente de gustar.

98L’affirmation réitérée, ‘oui’, ouvre une nouvelle pause, qui introduit une proposition caractérisée par une prononciation castillanisée (les graphèmes -u et -v sont rendus respectivement par /u/ et /b/, et la finale féminine est en -a). Une nouvelle pause fait apparaître, à la faveur d’une opposition en filigrane ‘ici/là-bas’ qui réactive l’expression du regret, une nouvelle incorrection, ‘on sort nous yamais’, dont l’ordre des termes se trouve perturbé par la double expression du pronom personnel sujet (le ‘on’ familier et le ‘nous’ qu’il vient redoubler) et par l’inadéquation des deux codes sur ce point.

99C’est la discontinuité du discours, témoin de la perturbation du locuteur, qui induit l’enchaînement d’incorrections.

2) Associations et analogies

100L’avant-dernier exemple de la partie précédente, dû à Mme N... (cf. supra), montre comment s’entretissent deux types d’incorrections. Les deux emprunts lexicaux au catalan (parlar et vegada) encadrent une double incorrection syntaxique : le traitement interférentiel de la tournure affective et celui du régime du verbe, yo me cue’ta de.

101La première incursion dans le domaine lexical catalan mobilise en effet un élément de ce stock, et une telle activation demeure inconsciemment opérante pour ressurgir un peu plus avant. Un premier changement de code, même ponctuel et suivi d’un retour immédiat au code du discours, en induit un second.

102Par ailleurs, le traitement de la tournure affective nous paraît relever d’un parallélisme inconsidérément établi par la locutrice entre le yo de yo lo comprendo et celui qu’elle affecte à me cuesta (yo et a mi ont une égale valeur d’insistance), l’adversatif pero permettant un effet stylistique de balancement de l’énoncé.

103Enfin, l’appel à consensus adressé à l’enquêteur (¿ me en-tiende ?) permet à l’informatrice, qui laisse en suspens la préposition incorrecte de, d’éviter la formulation de la structure erronée, et peut-être également de réitérer le signifié ‘parler’, rendu précédemment par l’emprunt au catalan -sans éviter pour autant d’y retomber avec vegada.

104Un tel exemple illustre deux types de cheminements conduisant à l’agglutination des erreurs, et montre également à l’œuvre une stratégie d’évitement, que nous aurons à considérer par la suite.

3) La réitération de structure

105À l’examen des textes d’entretien, il apparaît un phénomène assez fréquent d’agglutination de l’erreur, dû à la réitération d’une même structure. On constate que le locuteur aux prises avec une structure syntaxique mal dominée, du fait de l’interférence, ne parvient guère à la mieux maîtriser lorsqu’il s’avise d’y faire retour. Il en reste tout au plus à une réitération identique :

(M, Ma...) Yo he aprendío má’ el francé’ cuando ne hecho de chófer poids-lourds porque e’taba obligao de hablar con gente de mucho’ sitio’, y ahí te tenía’ que obligar tú mi’mo cuando tenia’ que re’ponder, te obligaba’ tú mi’mo.
[Moi, j’ai appris davantage le français quand je ‘faisais le’ chauffeur poids-lourds, parce que j’étais obligé de parler avec les gens de beaucoup d’endroits, et là tu devais t’obliger toi-même, quand tu devais répondre, tu t’obligeais toi-même].

106Outre le calque prépositionnel affecté au verbe obligar (de au lieu de a), le pronom personnel complément d’objet indirect est traité à deux reprises en tant qu’apposé.

107L’exemple déjà cité de Mme S... (cf. partie précédente) met en œuvre par trois fois la construction du verbe ‘manquer’. Nous avons pu mettre en évidence la dégradation progressive de la correction du discours de notre informatrice.

108La première formulation est conforme à la norme du discours oral, susceptible de sous-entendre ‘dire’, et la structure ‘il a manqué de jouets’ est digne du standard. La locutrice, que nous pouvons donc créditer d’une réussite, la ressent-elle elle aussi pour la reprendre par la suite, nous ne saurions le dire. Mais les deux occurrences suivantes se caractérisent par des constructions de plus en plus complexes dont leur auteur va perdre la maîtrise.

  • 5 cf. Gadet (F.), op. cit., en part. chap.13 et 14, pp.147-168.

109‘Jamais j’ai manqué’ calque une structure castillane et présente une omission erronée de ‘en’ qui nous semble favorisée par l’inversion, quasi-générale en castillan, et stylistiquement pertinente en français : la mise en exergue de ‘jamais’ sur le plan syntaxique et intonatif paraît de nature à occulter l’absence de ‘en’ qui aurait pu s’avérer plus manifeste en cas de non-inversion. La troisième occurrence met en œuvre une structure rendue complexe par l’enchaînement de deux relatifs. Une première maladresse met en correspondance univoque le pronom neutre lo avec le français ‘ça’, comme si ‘ce’ était ignoré de l’informatrice, mais le premier relatif semble -cet aspect mis à part- traité selon la norme standard dans l’expression : ‘ce que je trouve’. Or, la suite de l’énoncé, avec la deuxième proposition relative, ‘que j’ai manqué’, vient hélas infirmer cette impression. C’est que se télescopent la structure interférentielle castillane (lo que encuentro que me ha faltado) et la relative de français populaire5 ; le ‘dont’ nécessaire à la formulation correcte en langue standard n’a que peu de chances d’être envisagé.

110À l’issue d’une telle série de manipulations de la même structure, la correction linguistique initialement atteinte se trouve durablement affectée, et le possessif interférentiel ‘son’ appliqué aux autres enfants, ainsi qu’une nouvelle omission de ‘en’ (“moi je pouvais pas parler”), viennent s’y ajouter.

111Ainsi donc, l’incorrection ou le ratage, qui affleurent au sein du discours à la faveur d’une conjonction de circonstances, se produisent de manière périodique et cumulative. Les plages d’erreur, relativement régulières, se manifestent le plus souvent dans la partie centrale de l’interview et correspondent toujours à l’évocation d’événements à forte charge affective. Ils sont de même liés à des enjeux discursifs dans la confrontation de l’informateur à l’enquêteur. Le déclenchement de l’erreur, qui connaît un certain nombre de manifestations, déstabilise le locuteur qui dès lors accumule les incorrections. S’il parvient parfois à s’en départir par un effort stratégique, le changement de thème semble généralement constituer le meilleur des recours.

3. LA VARIATION : DE L’INDIVIDU AU GROUPE

1) Langue et variation

Langue et parole : la distiction saussurienne

112Nous voilà à présent confrontés au problème de la variation. Nous avons pu l’observer jusqu’ici ; il convient maintenant de l’analyser, et pour ce faire, d’en revenir au ‘maître’, Saussure, et à la critique du ‘maître’.

113Au chapitre IV de son Cours de linguistique générale, Saussure introduit la distinction capitale entre langue et parole. “L’étude du langage comporte donc deux parties : l’une, essentielle, a pour objet la langue, qui est sociale dans son essence et indépendante de l’individu ; (...) l’autre, secondaire, a pour objet la partie individuelle du langage, c’est-à-dire la parole y compris la phonation.” (p. 37). Après avoir établi l’‘interdépendance’ de ces deux éléments, il affine leur description. La langue, “c’est donc quelque chose qui est dans chacun d’entre eux, tout en étant commun à tous et placé en dehors de la volonté des dépositaires”, tandis que “il n’y a rien de collectif dans la parole ; les manifestations en sont individuelles et momentanées.” (p. 38).

  • 6 Saussure (F. de), op. cit..
  • 7 Calvet (L-J.), Pour et contre Saussure, op. cit..
  • 8 Labov (W.), op. cit.

114Pour sa part, Saussure s’attachera -avec quelle perspicacité ! - à étudier la première, tandis qu’il ne dissimule guère un certain dédain pour la seconde : “On peut à la rigueur conserver le nom de linguistique à chacune de ces deux disciplines et parler d’une linguistique de la parole. Mais il ne faudra pas la confondre avec la linguistique proprement dite, dont la langue est l’unique objet.” (ibid)6. Dans Pour et contre Saussure, Calvet7 s’attache cependant à démontrer, à travers le genèse du Cours, que ce point de vue, plutôt sectaire et restrictif, ne serait pas la ‘voix du maître’, mais celle de ses disciples, éditeurs-tradittores d’un patchwork de notes souvent discordantes de la poignée de ses premiers étudiants. Convaincu par un tel travail critique, nous pensons d’autant plus qu’il convient d’aborder avec la plus grande attention le domaine du discours dans ce qu’il a de plus déconcertant, la variation, et de tenir compte, pour ce faire, du point de vue de Saussure, dans la distiction qu’il opère entre l’individu et ‘la collectivité’. Mais nous retiendrons avec Labov que la variation est ‘inhérente’ au discours : elle est “l’hétérogénéité installée au cœur de tout dialecte propre, de tout système linguistique”8.

  • 9 Ducrot (O.), Todorov (T.), Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Le Seuil, 1 (...)

115En fait, à la langue correspondraient les constantes supra-individuelles, rencontrées dans le discours, tandis que les particularismes individuels relèveraient du seul discours, formant l’idiolecte, que Ducrot définit comme une “façon de parler propre à un individu, considérée en ce qu’elle a d’irréductible à l’influence des groupes auxquels elle appartient.9

2) La variation individuelle : l’idiolecte

a) Idiolecte et Interlocution

  • 10 Nous l’analysons succinctement supra dans la partie liminaire de ce chap., mais plus précisément d (...)

116Le groupe de ceux que nous avons dénommés les ‘locuteurs castillanophones immigrés’ partage un même type de vécu, celui de l’émigrant, devenu immigrant du seul fait du passage de la frontière politique, ainsi qu’une confrontation -commune à terme- au code linguistique français, quel qu’ait pu être le rôle joué, entre temps, par le catalan10. Il n’en est pas moins certain que, par-delà ces similitudes, la chronologie des arrivées, l’origine géolinguistique des immigrants, le milieu sociolinguistique d’accueil constituent autant de facteurs susceptibles de conditionner les performances linguistiques détaillées aux chapitres IV et V, et dont nous venons de tenter d’esquisser la synthèse (cf. VI. 1).

  • 11 cf. Jakobson (R.), Essais de linguistique générale, Paris, Minuit, 1963 ; Chomsky (N.), La nature (...)
  • 12 cf. Gumperz (J.), Discouse strategies, Cambridge University Press, 1982 et sa trad. fr. Sociolingu (...)

117La première objection faite au concept même d’idiolecte est que l’on imagine mal un individu s’exprimant sans relation communicative interpersonnelle : le ‘locuteur en soi’11 n’est en effet que pure illusion. Dans l’échange qu’il entretient avec l’informateur, l’enquêteur induit un certain nombre de fois, par les termes ou structures syntaxiques qu’il utilise dans la formulation de ses questions ou amorces, ceux qui seront employés dans les réponses12.

Mme N... (...) Cuando llega er verano, si la gente no siembra trigo, no siembra de na’, pue’ no hay vida.
Enq. ¿ Están en paro, no ?...
Mme N... E’tán en paro... Y aun e’tán en paro, se van a lo’monte’, se vienen a Francia, se van...
[Quand arrive l’été, si les gens ne sèment pas du blé, ne sèment (de) rien, bein, il n’y a pas de vie. /Ils sont au chômage, non ? ... /Ils sont au chômage, ils vont par les montagnes, ils viennent en France, ils vont...].

118Il semble vraisemblable que la performance de l’informatrice quant à l’emploi de la préposition est conditionnée par la formulation de l’enquêteur. Bien que nous ne disposions pas dans l’entretien d’une occurrence identique pour fournir matière à comparaison, des incorrections telles que : En Zújar hemo’ ido [à Zújar, on y est allés] ou A la’ tienda’ no hay gente e’pañola [dans les boutiques, il n’y a pas d’Espagnols] trahissent une fréquente instabilité dans le traitement de a et en. Par ailleurs, la plupart des autres informateurs qui emploient le terme paro [chômage] l’associent à la préposition a par calque (al paro) de la tournure française au chômage. Il apparaît donc probable que la reprise et la réitération correcte de la préposition sont imputables au modèle proposé (imposé ?) par l’interlocuteur.

119Comme dans la relation enseignant-apprenant, l’informateur accepte en effet de se conformer au modèle, même si celui-ci n’appartient pas au niveau de langue qu’il manie dans le reste de son discours :

Enq. ¿ Se relacionan más con españoles ? ...
Mme Mo... No, no, yo me relaciono lo mismo con españoles que con franceses.
[Avez-vous davantage de relations (mais ‘avoir des relations’ est moins soutenu que relacionarse) avec des Espagnols ? /Non, non, moi j’ai autant de relations avec les Espagnols qu’avec les Français].

  • 13 Labov (W.), op. cit.

120On comparera à cet effet relacionarse con et des formules habituelles de l’informatrice dans ce même registre lexical, telles que tengo una amiga [j’ai une amie (avec qui)] ou a todo el mundo le’ digo ‘bondjour’ [je dis ‘bondjour’ à tout le monde]. Nous sommes en présence d’une ‘variation stylistique’ telle que Labov a pu la définir, en tant que “réponse du locuteur (...) à la contrainte symbolique exercée par l’interlocuteur dans le rapport (...) que ce dernier entretient avec la norme légitime”13, phénomène dont nous n’allons pas tarder à développer l’analyse.

121La reprise, en termes identiques, de l’énoncé de l’interlocuteur peut également se produire pour cause d’assentiment, entre le locuteur et une personne autre que l’enquêteur assistant à l’entretien, ici la propre belle-fille de la locutrice :

Mme Na... / Pero se defiende I [mais, elle ‘se défend’ !]
Mme N... Me defiendo [je me défends’].

122L’interaction dans le discours est donc une première limitation au concept d’idiolecte. Mais, cet aspect mis à part, à quoi se résume-t-il sinon à la manifestation dans le discours (à travers la performance) de la compétence du locuteur dans la langue (en tant que code) donnée ?

b) L’Idiolecte, marqueur de compétence

123L’individu démontre par son discours sa capacité à appréhender et reproduire les systèmes de la langue seconde ; à reproduire et à préserver ceux de sa langue première. Parvient-il ou pas, et dans quelle mesure (jusqu’à quel point ?) à éviter la contamination interférentielle entre les deux codes linguistiques ‘en contact’ ?

124La variation entre performances individuelles est d’autant plus accentuée que le mode d’acquisition (auquel nous avons consacré une étude au chap. III) de l’une ou l’autre langue n’est que rarement formalisé, et qu’il s’appuie essentiellement sur l’imitation de l’expression environnante et l’intuition linguistique du locuteur. Nous avons pu ainsi observer différents degrés dans la maîtrise des flexions verbales de la langue seconde, divers stades de perturbation de systèmes d’oppositions binaires de prépositions en langue première, par exemple. Dans ces domaines, l’appréhension ou la préservation touchent de manière patente à des systèmes organisés, à des structures linguistiques. Mais il n’en va pas différemment dans un domaine où la structuration paraît moins évidente, plus lâche, comme le lexique. Nous avons mis en relief le traitement différencié du lexème et du morphème et montré que chaque individu réalise en fait un choix à double détente, puisqu’il porte sur chacune des composantes de l’unité lexicale.

125L’idiolecte se révèle tributaire des possibilités de choix dont dispose chaque individu (par exemple, son stock lexical) et de l’option qu’il prend à partir de cet éventail plus ou moins large. On voit ici le mouvement qui s’opère de la langue (dont l’individu est bien, conformément aux affirmations de Saussure, le ‘dépositaire’) vers le discours, qui est sa réalisation momentanée, propre à chacun des locuteurs. La question de la conscience de ces derniers dans les choix effectués au niveau du discours n’est cependant pas aussi nette que ne l’affirme Saussure : si la langue est bien une construction cohérente qui pré-existe par rapport à l’individu, il n’en est pas toujours imprégné à son insu (dès lors qu’il y a apprentissage structuré, par exemple), et la production discursive n’est pas nécessairement le fruit de choix raisonnés de la part du locuteur, du moment qu’un nombre conséquent de mécanismes psychiques échappent à son contrôle. L’idiolecte ne se dessine donc que comme une certaine marge de manœuvre dont dispose l’individu par rapport au(x) code(s) linguistique(s) et à la (aux) norme(s) auxquels il se trouve confronté.

  • 14 On a, pour exprimer une telle évolution, incessante, du langage, emprunté (comme du reste le terme (...)

126En effet, de même qu’un locuteur n’est jamais (hormis dans le monologue) qu’un interlocuteur, comme nous l’avons suggéré plus haut, il ne met pas en branle, dans les faits, l’outil linguistique hors de la sphère du social. La communauté linguistique, traversée par des antagonismes, édicte des normes d’usage qui les reflètent. Que dire lorsque cœxistent plusieurs communautés ? ... La multiplication des normes ouvre alors la voie à une réalité sociolinguistique nécessairement complexe et conflictuelle. Une telle perspective inscrit l’idiolecte, réceptacle de la variation au plan individuel, dans le temps. Elle est dynamique, puisque susceptible de rendre compte du changement linguistique, et donc de se départir de l’artifice synchronique au profit de la réalité perpétuellement mouvante de la diachronie14.

c) La variation entre Idiolectes

127La performance individuelle se caractérise par des degrés divers de réussite dans le changement de code linguistique. Ainsi, dans le domaine phonologique, le passage d’un système vocalique simple -celui du castillan- à un système plus complexe -celui du français- s’accompagne d’une proportion plus ou moins grande de réalisations correctes.

128Si nous prenons pour exemple la réalisation de la fricative sonore /ʐ/, nous pouvons observer que tel informateur parvient à une prononciation conforme à la norme standard de manière quasi-systématique. Son unique manquement à la réussite (passage du /ʐ/ à /y/) est un véritable ratage, qui met en jeu un signifié à forte connotation affective et psychanalytique, puisqu’il a trait à la mère. Cette exception constitue toutefois un témoignage de la variation au sein de son idiolecte.

129Si nous comparons la performance de telle autre de ses compatriotes sur le même point, il apparaît une variation d’une tout autre ampleur. La succession, dans une séquence d’environ 2 minutes -ininterrompues- de réalisations dissemblables, tant au plan phonétique que morphosyntaxique, du pronom personnel sujet singulier de première personne, témoigne d’une grande instabilité des formes dans l’expression en langue seconde.

130Le texte -reproduit au chap. IV (IV. 2. 2.)- fait apparaître les occurrences que voici :

/š/ j’suis - /y/ yo - /y/ y a - * mé prends - /ʐ/ j’ai - /y/ y ai - /y/ yo -
/y/ y a /š/j’suis - / ʐ/ je - /y/ yé - /y/ yé - /y/ yo - * mé vais fair’ -
/i/ i’ le manj’ - * y vois - * moi dis - /ʐ/ j’ai - /y/ ye - /y/ yo -/y/ yo -/y/ y a.

131L’informatrice fait appel à quatre phonèmes différents, dont deux correspondent aux standards : [ʐ] à celui du français, langue seconde dans laquelle est censé se dérouler le discours ; et [y] à celui du castillan, langue première qui surgit par interférence. Les deux autres constituent des variantes, l’une combinatoire, attestée en français populaire et parlé ‘septentrional’, [š], qui résulte du contact de la fricative palatale sonore et de la fricative sifflante sourde après élision dans ‘je’ ; l’autre dénommée discutablement ‘libre’ ou stylistique, provenant de la confusion des pronoms personnels singuliers de première et troisième personne, ‘il’ et ‘je’. La voyelle associée au phonème initial est elle-même sujette à variation, puisque, outre l’élision, se trouvent réalisées des sons conformes au standard de langue première (yo), au standard de langue seconde (‘je’ ou même ‘ye’) ou hybride dans l’association phonème/graphème (‘yé’).

132Si nous nous plaçons à présent du point de vue morphosyntaxique, trois types de combinaisons se font jour : l’une, conforme au standard français, associe le pronom de première personne (quelle qu’en soit la réalisation phonétique) à la forme verbale correspondante ; une autre, issue du standard de langue première, se caractérise par la formulation du verbe seul, le pronom personnel étant omis ; la troisième résulte de la superposition erronée des pronoms de première et troisième personne du singulier et de la tournure il y a (et encore n’avons-nous pas, dans ce passage, la confusion, opérée par la même informatrice, entre le pronom personnel sujet de première personne et le démonstratif neutre ‘ce’ ou ‘c’‘ !).

133La mise en regard de ces deux exemples extrêmes met en lumière, sur un point déterminé, l’amplitude réelle de la variation, ses formes et ses limites. L’idiolecte propre à chacun des deux locuteurs traduit sans conteste la compétence qu’a pu acquérir chacun d’eux dans l’expression en français langue seconde, dont témoigne la performance enregistrée par l’enquêteur, ainsi que l’aptitude de chacun à établir une séparation entre les deux codes linguistiques auxquels les confronte leur itinéraire sociolinguistique.

d) Les ‘variantes libres’

134Parmi les questions que nous avons pu laisser en suspens, celle des variantes libres doit maintenant être abordée. Dans quelle mesure les variantes ainsi dénommées sont-elles véritablement ‘libres’ ? Le locuteur qui en use dispose-t-il réellement d’une latitude dans le choix qu’il est censé réaliser ? Il y a fort à craindre que son choix supposé ne repose que sur une pénurie de formes (dans son expression en langue seconde) ou bien sur l’inactivation involontaire (en langue première) de formes parfaitement intégrées, mais hors contexte (signifiant hé à l’univers de la langue seconde). Dans le premier cas de figure, la contrainte provient des limites de la compétence -on serait tenté d’employer l’expression de ‘seuil d’incompétence’, due à Peters ! ; le second résulte de la confrontation de deux codes linguistiques, et nous semble d’un plus grand intérêt.

  • 15 Bernstein (В.), op. cit.
  • 16 en part, par Labov.

135Tout locuteur ne choisit pas nécessairement les limites de son expression. Il dispose, ainsi que l’a montré Bernstein15, d’une palette plus ou moins large au plan stylistique lui permettant de moduler son expression, de la mettre en adéquation avec le ou les interlocuteur(s) et plus généralement avec le contexte dans lequel elle est produite. Les effets de style qui, -à l’image des effets de sens- sont le propre du ‘code élaboré’, présentent indéniablement des implications de nature sociale : ils ne sont pas accessibles à un individu qui ne peut mettre en œuvre qu’un ‘code restreint’. Mais les objections qui ont été formulées à l’encontre de la dichotomie de Bernstein, dans le sens de la réfutation d’un certain déterminisme social16, ne sont pas dénuées de fondement. Le locuteur populaire, qu’il soit non-instruit ou même non-alphabétisé, met en jeu, dans l’expression orale qu’il peut se montrer parfaitement capable de maîtriser, des stratégies discursives et stylistiques parfois remarquables, et l’on ne saurait la réduire à une série de stéréotypes. Il convient donc, généralement, de se montrer circonspect au moment d’en juger, mais, dans le cas qui nous occupe, les limites du stock lexical et des structures syntaxiques de langue seconde constituent, pour le locuteur castillanophone immigré, des handicaps non négligeables.

136Le changement de code est également un facteur de variation, le plus souvent à l’insu du locuteur. Nous avons déjà évoqué et analysé (chap. V. 3) le jeu d’une de nos informatrices s’exprimant dans sa langue première, sur ‘mais’ et pero. La non-intentionnalité d’un tel jeu semble établie : à aucun moment -et c’est là le propre de l’interférence-la locutrice ne se rend compte qu’elle passe d’un code à l’autre. Or, nous avons pu observer que les conditions d’emploi de l’un ou l’autre terme semblait obéir à une règle implicite (‘mais’ en tête de phrase, liant celle-ci à la précédente ; pero adversatif en cours ou milieu de phrase) d’une part ; et d’autre part à la localisation contextuelle (par une mise en corrélation code/pays pour chacun des termes).

137Nous n’avons rencontré un tel phénomène, en tant que véritable -et remarquable !- système d’alternance, que chez une de nos informatrices. Il s’agit donc d’un trait caractéristique de son idiolecte. D’ordinaire, en effet, cette conjonction de coordination est réalisée conformément à la norme standard de chacune des langues, ‘mais’ en français langue seconde, et pero (ou éventuellement, selon la structure syntaxique, sino ou sino que) en castillan langue première, sans interférence de code.

138À partir d’un tel exemple -qui, pour être remarquable, est loin d’être a priori isolé- il est possible de percevoir les limites de la variation dite ‘libre’. Elle est libre dans la mesure où elle est le propre du discours d’un individu (de l’idiolecte). Mais elle est avant tout ‘stylistique’, dans la mesure où elle apparaît conditionnée par les circonstances de production du discours -récit fait sur le territoire français à un enquêteur français détenteur des ‘normes légitimes’ (pour reprendre l’expression de Labov) du français et du castillan ; par le signifié d’une partie du discours -la vie de l’immigrée espagnole ; enfin par le va-et-vient répété entre les référents ‘vie en Espagne’ et ‘vie en France’ qui sous-tend (et, réciproquement, que sous-tend) le changement de code linguistique. La particularité de l’idiolecte propre à cette locutrice est -entre autres traits- une manifestation singulière, conditionnée par un faisceau de facteurs pertinents, qui pèsent sur l’ensemble des informateurs soumis à la même enquête, d’une part, et de l’ensemble de la catégorie sociolinguistique à laquelle elle appartient, d’autre part. De même qu’il est indéniable que chacun des individus gère les codes linguistiques en présence et l’interférence entre ces codes d’une manière originale, force est de constater que tous les locuteurs de la communauté prise en compte sont soumis à des contraintes identiques.

3) La variation supra-individuelle

a) Récurrence des problèmes

139Si le discours révèle des traits individuels, certains faits de langue se manifestent de façon récurrente chez des individus qui, bien qu’ils n’aient entre eux aucun lien subjectif -relation familiale, de voisinage, socio-professionnelle, d’origine précise...-, présentent objectivement des similitudes quant à leur production discursive et à la variation qu’elle renferme. Remarquons tout d’abord que ces similitudes sont mises en évidence par une enquête telle que la nôtre, dans la mesure où elle fait apparaître dans les différents entretiens les mêmes thèmes, et par voie de conséquence les mêmes registres lexicaux, souvent les mêmes termes.

140Le point commun entre les réalisations erronées ou instables de nos informateurs ne se situe pas dans le domaine du discours, où il se manifeste, mais au niveau de la langue. Si, par exemple, un individu donné reproduit par interférence, dans son discours en langue seconde, une structure syntaxique propre à sa langue première, il existe de fortes probabilités pour qu’une manifestation semblable soit présente dans le discours d’un, de plusieurs, dune majorité, voire de la totalité des locuteurs se trouvant dans une situation sociolinguistique similaire.

  • 17 C’est ce que Jean Petit dénomme phénomènes ‘extenso-réductifs’, cf. Petit (J.), op. cit. pp. 25-33

141Ainsi, le locuteur castillanophone immigré s’impose de placer l’adverbe avant ou après les éléments d’un temps composé ou d’une association ‘verbe conjugué + infinitif’, parce que telle est la norme de référence de sa langue première. Ayant intégré cette norme, il la fait sienne, et en systématise l’application à tout acte de discours présentant cette configuration, et par extension à tout code linguistique qu’il est susceptible de mettre en œuvre, y compris lorsque ces codes ne coïncident pas, provoquant l’incorrection17. De même, si nous faisons retour à la réalisation du phonème [ʐ] dans l’expression du pronom personnel sujet de première personne (voir supra), le fait même que l’incorrection, constatée dans des récurrences très dissemblables, existe chez tous les locuteurs castillanophones immigrés s’exprimant en français langue seconde, ne trouve son explication que dans l’inadéquation sur ce point entre français et castillan au niveau de l’existence des phonèmes, ainsi que dans le déséquilibre entre systèmes consonantiques mis en évidence lors du changement de code.

b) Récurrence des solutions

142Nous avons pu constater qu’un même individu présentait, face à un même problème d’inadéquation des systèmes linguistiques mis en œuvre, une plus ou moins grande variété de solutions réalisées au plan discursif. En multipliant le nombre d’individus, le nombre de solutions ne peut a fortiori qu’augmenter.

143Toujours à propos du phonème [ʐ], il apparaît cependant que le nombre de réalisations effectives n’est pas infini (nous aurons bientôt à en définir les limites), et que ces réalisations ne sont presque jamais le fruit du hasard. Le locuteur qui ne trouve pas dans son système consonantique de référence le phonème lui permettant de reproduire le son auquel le soumet la norme propre à la langue seconde fait parfois appel à des réalisations phonétiques non-phonologisées de sa langue première, ou, à défaut, va développer une stratégie de substitution.

  • 18 Pottier (B.), op. cit..

144Celle-ci s’opère essentiellement dans deux sens, parfois concomitants, mais antagoniques. Face à ce que Portier, à la suite des structuralistes, a pu divulguer en tant que ‘case vide18 -et la nature a, selon Pascal horreur du vide ! - le locuteur, pris au dépourvu, se retourne vers son code de référence, mais, le système phonologique ne pouvant répondre à son exigence, il en appelle au système morpho-syntaxique, qui lui fournit l’homologue de ‘je’, à savoir yo. Il peut s’en tenir à lui, ou bien l’adapter ‘à la française’, dans les formes ‘yé’ ou ‘ye’, mais il n’en conserve pas moins, comme réponse au problème posé initialement, le phonème [y], réalisé plus ou moins fricatisé. Le yod est aussi parfois remplacé par la voyelle /i/ du fait de l’affinité phonétique des deux phonèmes (se doublant de la confusion première/troisième personne). Cette variante participe du même processus mental.

145Au recours sécurisant -puisqu’il en appelle à une norme légitime-à l’interférence, s’oppose la recherche d’un phonème équivalent dans le système phonologique initial. En effet, le problème posé au castillanophone est la nature sonore de la fricative palatale [ʐ], puisque le castillan moderne (à la différence de la langue médiévale) ne compte que des phonèmes assimilables sourds. Le locuteur puise alors dans ces derniers, au nombre de deux. Il s’agit, soit de la fricative apico-alvéolaire [s’], dont le point d’articulation est intermédiaire entre la sifflante [s] et la palatale [š] du français, qui réalise donc une sorte de compromis, et demeure dans la même série des fricatives, soit de l’affriquée palatale [ç] qui n’est plus une fricative, mais qui conserve le caractère palatal de la consonne de référence, en un compromis différent.

146Notons que la première solution recoupe la confusion des pronoms qui accompagnent le verbe, tantôt personnel (‘je’), tantôt démonstratif (‘ce’, ‘c’’), et que la seconde n’apparaît pas dans une telle configuration, mais plutôt dans la réalisation du suffixe ‘-age’ /s’omace/. Enfin, la prononciation /s’/, qui ne s’écarte du phonème de référence que par l’opposition sonore/sourde, participe elle aussi du phénomène généralisé d’assourdissement, mais ne constitue qu’une variante combinatoire de /š/+//, limitée aux seuls castillanophones confrontés à la norme du français parlé ‘septentrional’, qu’ils imitent en cela.

  • 19 Saussure (F. de), op. cit..

147Le locuteur démuni face à un phonème allogène ne résout pas cette difficulté de manière aléatoire, mais bien selon un nombre limité de processus, qui débouchent sur un nombre limité de réalisations. Il a souvent recours au modèle de langue première, mais s’il se hasarde à ‘innover’ par rapport à celle-ci, c’est toujours selon des critères qui dépassent la simple subjectivité. La langue, organisée en systèmes structurés, ‘placé(e) en dehors de la volonté des dépositaires’, selon le Cours de linguistique générale19, affleure donc au niveau du discours, afin de tenter d’organiser ce qui ne pourrait être que chaotique. Elle agit toujours, implicitement, en tant que régulateur du discours.

4) Les limites de la variation

a) Définition d’un cadre

148L’étude précédente, ainsi qu’un certain nombre de considérations antérieures, faites au long des chapitres V et VI, nous permettent désormais de fixer un cadre limitant les phénomènes multiples de variation.

149L’exemple qui nous occupait jusqu’ici a mis en évidence le recours implicite du locuteur à la langue, en tant que système structuré, afin de résoudre les difficultés rencontrées sur le plan du discours. La variation constitue une marque d’instabilité dans les choix effectués par ce même locuteur, plus ou moins récurrents selon les difficultés et selon les individus, mais affectant, malgré ces divers degrés, la totalité (ou, au mieux, la quasi-totalité) du groupe de locuteurs formant objectivement une communauté linguistique.

150Le spectre des solutions réalisées s’étend de l’imitation parfaite du modèle d’arrivée (dans le cas présent, ‘je’, pronom personnel sujet singulier de première personne, en français, langue seconde du locuteur) au recours au modèle de départ intact (son homologue yo, de la langue première de ce même locuteur), en passant par toute une série d’intermédiaires, qui se rapprochent plus ou moins de l’un ou l’autre des modèles. Il prend donc, sur ce point, toute l’ampleur -mais rien que cette ampleur- de la distance interlinguistique qui sépare la norme standard du castillan de la norme standard du français (et réciproquement).

151Nous avons déjà pu établir cette observation à partir d’un domaine linguistique bien moins structuré que d’autres (comme la syntaxe, et davantage encore la phonologie), celui du lexique, en opérant une analyse séparée des deux composantes d’un terme quelconque, à savoir le lexème et le morphème. Il est bien apparu alors, que l’association de ces deux parties pouvait relever de codes linguistiques divergents, et que, hormis cet ‘attelage’ hétérodoxe par rapport à l’une ou l’autre des normes en présence, le néologisme en tant que création verbale à part entière relevait de l’exception dans le discours des locuteurs castillanophones immigrés. Le champ du locuteur n’est en aucun cas -ou presque- laissé à sa propre discrétion : il s’impose à lui, et le contraint malgré les apparences. De même que la langue sous-tend le discours, les différentes normes à l’œuvre canalisent l’interlangue des immigrés.

152Nous n’avons évoqué jusqu’ici, dans le cas du ‘contact’ du castillan et du français, que deux normes standard susceptibles de contraindre le locuteur castillanophone immigré. C’était là une commodité, susceptible de mettre à jour et de décomposer plus nettement les processus mis en cause. Bien plus complexe est la réalité linguistique dans laquelle baignent quotidiennement nos informateurs.

  • 20 Cet aspect de l’étude, correspondant aux chap. IX et X de notre thèse (Lagarde, op. cit. pp. 363-4 (...)
  • 21 cf. Ropero (M.), op. cit.
  • 22 Veny (J.), op. cit., en dessine les grands traits ; quant à Verdaguer (P.), op. cit., il en montre (...)
  • 23 cf. Walter (H.), Enquête phonologique et variétés régionales du français, Paris, P.U.F., 1982 ; Le (...)

153Tout d’abord, se référer au castillan et au français revient à éluder une troisième langue, le catalan, qui est la langue originelle du terrain linguistique, et dont la présence et le rôle déterminent une situation linguistique et sociolinguistique originale, en raison de sa complexité même (c’est, au demeurant, pourquoi nous n’aborderons pleinement pas, dans le cadre de cet ouvrage, ce degré d’analyse20). D’autre part, chacune des trois langues en présence n’est pas représentée par une norme unique, qui serait la norme standard de chacune d’elles. Si nous commençons par la langue première de nos informateurs, il convient de mentionner, à côté du castillan standard, les normes des hablas meridionales qui intéressent une majorité d’individus (et qui ne se limitent pas, comme l’on a souvent tendance à l’accréditer, à une multiplicité de normes phonétiques21) ; d’autres normes ‘régionales’, comme celle du castillan parlé en Galice, de l’aragonais, ou du castillan au contact du catalan du Principat ou du valencien ; la norme de castillan populaire. Du côté du catalan, on compte la norme standard, la norme populaire du Principat, la norme standard et la norme populaire du dialecte roussillonnais, sans entrer dans des distinctions dialectologiques pourtant pertinentes22. Pour ce qui est enfin du français, outre la norme de français standard, certains de nos informateurs ont été confrontés aux normes régionales de français populaire ‘septentrional’ (régions parisienne, lyonnaise, bourguignonne...), et, en totalité, à la norme roussillonnaise - ‘francillonnaise’, parfois, de façon plus extensive, ‘méridionale’23.

b) Le locuteur et la norme

  • 24 Aracil (Ll. V.), op. cit., repris dans Papers de sociolingílstica, Barcelona, La Magrana, 1982.

154Selon ses origines, selon son itinéraire personnel, chacun des locuteurs ayant pris part à l’enquête s’est trouvé en présence, au cours de son existence, d’une multiplicité de normes linguistiques de nature diverse, soit du fait d’une stratification sociale opposant le standard aux non-standards, soit du fait d’une répartition géolinguistique sous-tendant ses pérégrinations, et dont son discours est à présent affecté, de manière plus ou moins sensible. En effet, “ l’usage linguistique n’est jamais totalement fortuit ou arbitraire -en un mot : il n’est pas chaotique. (...) Il faut reconnaître qu’il obéit à certaines normes -ou habitudes, si vous préférez ”, prétend Lluís Aracil24.

155Cette équivalence, proposée par le sociolinguiste valencien, nous amène à préciser le concept même de norme, trop souvent interprété restrictivement en tant que norme standard, cautionnée par des instances politiques ou académiques, et imposée par elles aux locuteurs qui les respectent ou non : c’est alors que s’effectue la normativisation. À côté de cette norme édictée, cœxistent une multiplicité de normes d’usage, qui sont, ainsi que l’affirme Aracil, des habitudes, mais jamais chaotiques, car elles sont régulées par la communauté des locuteurs selon un contrôle social auquel chacun d’entre eux se trouve soumis.

156Est-ce à dire que la multiplication des normes est synonyme, pour le locuteur, d’une multiplication des contraintes linguistiques ? On peut être tenté de le penser : selon une vision un tantinet schématique, la multiplication des limites, du cadre, devrait restreindre la marge de manœuvre laissée au locuteur, le laissant prisonnier d’un maillage serré. À l’épreuve des faits, il n’en est rien, et c’est l’option inverse qui prévaut.

  • 25 Coromines (J.), Entre dos llenguatges, Barcelona, Curial, 1977 (3 vol.) a démontré sa haute compét (...)

157De même qu’un individu jouissant d’une double nationalité peut, au gré des circonstances, en appeler au cadre législatif de l’un ou l’autre des Etats dont il est le citoyen, afin de garantir ce qu’il estime être son bon droit, de même le locuteur ‘entre dos llenguatges’ -ou plus-, pour reprendre l’expression de Joan Coromines25, s’insinue à son aise entre les normes dont il est tributaire, qui légitiment à l’occasion tout acte de parole émanant de lui. Dans les faits, loin d’agir de façon cumulative -et partant restrictive- les normes sont mises à contribution de manière alternative, à la faveur des circonstances. Et si l’on a tendance à percevoir la norme uniquement en terme de contrainte vis-à-vis de l’individu, ont ne prend pas suffisamment en compte le fait que le locuteur -comme dans le cas de la loi, précédemment évoqué- se fait d’elle un rempart contre l’arbitraire, en dépit de l’apparence chaotique de son discours. Un tel retournement d’une vision par trop superficielle permet de découvrir les vertus, pour le locuteur, d’une pratique multilingue, qui accroît considérablement les associations formant son discours : il se forge ainsi un espace bien plus vaste que celui de l’individu (tout théorique) qui ne s’en tiendrait qu’au standard d’une langue pour s’exprimer.

158Par là même se trouve justifiée l’impression de liberté -quelquefois même ludique- qui émane d’un discours ou d’un texte où ‘sont en jeu’ plusieurs langues et/ou plusieurs normes d’usage. Cela n’infirme en rien ce que nous avons énoncé plus haut sur la néologie chez nos informateurs : s’ils opèrent une ‘création’ verbale, lexicale ou syntaxique, elle ne s’effectue jamais que dans les limites -certes élargies- que leur laissent les différentes normes avec lesquelles ils sont aux prises. L’éventuel ‘jeu’ verbal n’en est pas moins tributaire de multiples enjeux.

5) Variation sociale et variation linguistique

a) Origine sociale et condition sociale des Informateurs

  • 26 Notre perspective reste avant tout linguistique, dans le cadre de cet ouvrage.
  • 27 Labov (W.), op. cit.

159Nous avons abordé au chapitre III les conditions d’apprentissage de la -ou des- langue(s) seconde(s) par nos informateurs, sans pour autant présenter leurs origines sociales26. Cependant, l’étude du rapport entre la variation sociale et la variation linguistique, c’est-à-dire la détermination de ce que Labov a dénommé co-variation27, nous impose d’y faire référence.

160L’origine sociale des locuteurs qui se sont prêtés à notre enquête est en fait très diverse, puisqu’elle regroupe, depuis des individus sous-prolétarisés jusqu’à des descendants de la moyenne bourgeoisie, en un large éventail à dominante populaire, essentiellement lié au monde agricole. Il n’y a guère de point commun entre entre le fils d’un officier supérieur ; la fille d’un propriétaire agricole aisé détenteur d’un pouvoir politique local ; la fille d’un négociant de bestiaux urbain plutôt débrouillard ; celle d’un modeste boutiquier de village ou celle d’un habile artisan ; et l’imposante cohorte de petits paysans condamnés à louer des terres ou simplement leurs bras, comme journaliers, pour subsister. Seuls manquent à ce tableau les aristocrates et grands bourgeois qui n’ont guère, il est vrai, grossi les rangs des immigrants.

  • 28 cf. poème de Miguel Hernández in Viento del pueblo, Valencia, Socorro Rojo, 1937.
  • 29 maño est le surnom des Aragonais, signifiant ‘aimable’, comme le manyac roussillonnais, ou son hom (...)

161La composante régionale vient du reste se combiner à lui, et n’est pas sans rappeler certains stéréotypes dont la littérature a pu se faire l’écho : le journalier, caractéristique de l’Andalousie, et plus généralement du Sud, fortement représenté, se fait, à Jaén ‘aceitunero altivo’ [fier oléiculteur]28 ; l’Aragonais, le ‘maño’, deviendrait, par jeu de mots, ‘mañoso’29, ayant bien réussi, à Barcelone, dans le commerce ; le Galicien est un ‘cacique’ [chef (homme fort) politique local] rural et un père autoritaire ; le colonel sert l’État avec droiture, jusqu’au bout. La galerie de portraits est donc porteuse d’une diversité tout à la fois géographique, socio-économique et socio-culturelle.

162Or, une telle disparité s’atténue, et parfois même s’estompe, face à deux facteurs unificateurs (souvent l’un et l’autre, parfois l’un ou l’autre seulement) auxquels se sont trouvés confrontés nos informateurs.

163Quel que soit leur âge, la plupart d’entre eux ont connu la détestable guerre civile espagnole ou les dures années de l’après-guerre, et de ce fait des privations de tous ordres. L’exil, l’emprisonnement, ou la mort violente d’un des ascendants directs les prive, parfois dès leur plus jeune âge, de soutien affectif et matériel, occasionnant souvent une décadence économique et sociale de la famille, lourde de conséquences sur l’instruction et le devenir socio-professionnel de l’individu. Ajoutons à cela, pour certains, la marginalisation sociale qu’a pu constituer leur appartenance au camp des vaincus. Quand la guerre elle-même n’a pas frappé directement la famille, la pénurie, en premier lieu alimentaire, et le rétrécissement du marché du travail qui s’ensuivirent ont fait connaître des jours incertains à bon nombre d’entre eux, puisque seule une minorité, soit déjà nantie, soit protégée du régime franquiste, a été en mesure d’y échapper.

164Les événements politiques, qui parfois brisent des carrières (le fils du colonel républicain deviendra radio-électricien à la chaîne, au lieu d’intégrer une école militaire) ou des aspirations (plutôt renoncer à poursuivre ses études que d’entrer au séminaire, lorsqu’on est fils de ‘rouge’), créent les conditions objectives qui conduiront à l’émigration. En faisant de la lutte pour la subsistance la préoccupation majeure du peuple espagnol, ces événements relèguent au rang de superflu l’accomplissement ou la promotion socio-professionnels, fruits d’une démarche éducative devenue dérisoire. Ils contribuent, objectivement là aussi, à un nivellement socio-culturel -par le bas- de la génération candidate à l’émigration, qui n’est pas sans rapport avec la visée socio-linguistique qu’il est malaisé de disjoindre totalement de la linguistique.

165Il est quelques exceptions à une telle évolution, dictée par la contrainte socio-politique ou socio-économique : la fille du cacique galicien, par exemple, quittera ses terres, puis l’Espagne, pour des motifs sentimentaux qui l’opposent à l’odre incarné par le père. Mais nul, parmi nos informateurs, n’échappera au deuxième type d’obstacle : la condition d’immigrant, dans un premier temps, puis celle d’immigré.

166Quelle que soit l’origine sociale, du simple fait du passage -légal ou clandestin, selon les cas- de la frontière, ils se trouvent tous confrontés aux mêmes formalités administratives et policières, et aux mêmes difficultés d’adaptation à un milieu étranger, nécessairement différent de leur environnement d’origine, parfois senti -à juste titre ou pas-comme hostile.

167Ces difficultés sont essentiellement de deux ordres. Tout d’abord, d’ordre professionnel : l’immigrant, dont la migration se trouve souvent légitimée précisément par ce problème, perd, du fait du changement d’État (songeons que les dispositions correctives, notamment au niveau de la Communauté européenne, sont récentes, et encore incomplètes), toute reconnaissance de sa qualification professionnelle antérieure, s’il en possédait une. Il se voit contraint de réamorcer sa vie professionnelle par le bas de l’échelle, et d’apporter sur le terrain la preuve tangible de son savoir-faire, qui pourra lui permettre éventuellement de progresser socialement (le cas le plus spectaculaire est celui de cet informateur qui, embauché comme O. S., deviendra tour à tour ouvrier qualifié, hautement qualifié, chef d’équipe et chef de chantier).

168Par ailleurs, la qualification ou la spécialisation antérieure ne correspond pas toujours aux exigences du marché de l’emploi, d’où la nécessité d’un réapprentissage professionnel, qui passe là aussi par le bas de l’échelle. Telle employée de maison deviendra ouvrière agricole, telle ouvrière d’usine sera femme de ménage, tel agriculteur trouvera un emploi dans le bâtiment... En outre, l’État français canalise vers certains secteurs d’activité la main d’œuvre étrangère. Ainsi, interdiction lui est faite, à la fin des années cinquante, comme l’attestent plusieurs de nos interlocuteurs, de prétendre à un emploi industriel (“y avait des lois qui nous obligeaient à aller au travail à l’agriculture” (...) “on avait pas le droit d’aller dans les usines”). La nécessaire conformation à la loi contraindra parfois l’immigrant à une reconversion définitive.

  • 30 cf. supra chap.III.

169Le deuxième type de difficultés se situe davantage dans le cadre de nos préoccupations, puisqu’il concerne la communication langagière30. Nous pouvons constater que l’immigrant arrive le plus souvent sur le sol français sans préparation particulière pour faire face à un discours dès lors incompréhensible. Seul l’accueil par des familiers ou des compatriotes résidant déjà en France est en mesure de rompre l’isolement premier dans lequel il se trouve plongé. Plus tard, le stade de la compréhension étant franchi, il lui faudra à son tour s’exprimer dans ce qui devient sa langue seconde. Du point de vue de son apprentissage linguistique aussi, les immigrés castillanophones se trouvent placés dans des conditions similaires, quel qu’ait pu être leur niveau d’instruction et socio-culturel, précédemment, en Espagne.

170Ainsi que nous venons de le voir, de nombreux facteurs entrent en compte pour aboutir à un nivellement socio-culturel, socio-économique et sociolinguistique des immigrants, véritables ‘déclassés’ réunis de fait à leur arrivée dans une seule et même condition sociale, alors que leurs origines sociales pouvaient les différencier, voire les opposer, dans leur pays d’origine. De même, leur devenir socioprofessionnel en tant qu’immigrés -et non plus immigrants- pourra à nouveau faire diverger leur condition sociale et leur comportement sociolinguistique et socio-culturel. L’immigration en elle-même joue, un temps, un rôle unificateur du social au sein de la communauté qu’elle suppose.

b) Les aspects de la co-variation

171Nous venons de montrer que la variation sociale a pu être, à un moment donné de leur existence (alors qu’ils étaient immigrants) une donnée quasiment négligeable chez nos informateurs. Or, l’enquête intervient bien plus tard, de 25 à 45 ans après, alors qu’ils sont devenus des immigrés, et qu’ils ont assez fréquemment acquis la nationalité française. La variation sociale est donc à nouveau une réalité incontestable : elle a retrouvé toute sa pertinence.

172Le mariage endogame -avec une) compatriote, membre ou devenue) membre de la communauté linguistique- qui prédomine, est un facteur à prendre en considération du point de vue de l’intégration (ou non-intégration) sociale. De même l’activité professionnelle et l’éventuelle reconnaissance sociale qui s’y attache. Des données sociologiques telles que l’habitat, la participation à la vie associative, mais également la branche dans laquelle s’exerce l’activité professionnelle, sont susceptibles de fournir des indications du plus grand intérêt sur la condition des immigrés sédentarisés.

  • 31 On distingue, en sociolinguistique, l’attitude, qui relève de la subjectivité du locuteur, de son (...)

173L’un des signes patents du lien qui s’établit entre la variation sociale et la variation linguistique, dans le cadre de notre enquête, est sans conteste le choix linguistique opéré par l’informateur. Il convient en effet de préciser que l’enquêteur, sauf dans un seul cas, avait pris le parti de laisser libre choix de la langue du discours à son (ses) interlocuteur(s). Ce choix, qui ne détruit pas l’intérêt linguistique du discours (puisque l’interférence opère aussi bien, quoique différemment, dans un sens et dans l’autre), est éminemment révélateur de l’attitude sociolinguistique31 du locuteur.

174S’il se porte sur la langue première, l’informateur joue la carte de la sécurité linguistique : il fait face à l’épreuve sur son terrain d’expression de prédilection. Cela signifie par là même qu’il s’auto-évalue négativement en vue dune expression en langue seconde. Un tel renoncement constitue un indice non seulement linguistique -la performance non réalisée pouvant refléter une compétence insuffisante- mais aussi sociologique, puisque apparaît à travers lui une socialisation pour le moins incomplète dans cette langue, à présent refusée, signe même, parfois, d’une intégration refusée.

175Dans le cas contraire, le choix de la langue seconde comme code d’expression révèle une attitude inverse. Le locuteur relève le défi linguistique, il s’auto-évalue positivement par rapport à celui-ci, ce qui correspond le plus souvent à une socialisation dans la langue seconde beaucoup plus avancée. Le corollaire en est un désir manifeste d’intégration, voire une intégration réussie.

176Nous observerons néanmoins que le choix du code linguistique du discours en tant que marqueur sociolinguistique ne préjuge en rien de la qualité de la performance -et, par-delà, de la compétence- qui est une donnée objective, mesurable. C’est un élément purement subjectif de la part du locuteur.

177Par ailleurs, nous pouvons constater que, le plus souvent, origine sociale, condition sociale (de l’immigré en France), choix de code et performance linguistique vont de pair. La réussite socioprofessionnelle la plus conséquente correspond à un individu d’origine sociale -et socio-culturelle- la plus élevée, qui se trouve être parmi ceux qui ont fait preuve du désir d’intégration le plus fort, qui utilisent le mieux le code de langue seconde et produisent le discours métalinguistique le plus pertinent. A l’opposé, l’individu issu de la couche sociale (et socio-culturelle) la plus basse, peu intégré et désireux de l’être, se refuse au maniement d’un autre code que le sien propre, et généralement à l’analyse.

  • 32 Berstein (В.), op.cit, vivement critiqué par Labov (W.), op. cit.

178Mais une telle corrélation, majoritaire, souffre cependant des exceptions, tant dans un sens que dans l’autre : tout déterminisme sociolinguistique, tel qu’on a pu en faire grief à Bernstein32, nous semble certes à proscrire au plan idéologique, mais il se trouve surtout incontestablement démenti par les faits. Ainsi en appellerons-nous à deux exemples antinomiques. L’une des informatrices, d’origine aisée, a reçu une éducation et une instruction chez les religieuses qui lui a permis d’enseigner à son tour les rudiments, le catéchisme et la couture à des jeunes de son village, au cours de son adolescence. Immigrée de sa propre volonté, mariée qui plus est à un Français, elle s’exprime volontiers en français, mais sa performance dans cette langue est très médiocre, tant au plan phonétique que morphosyntaxique, fortement marquée par l’interférence. Son émigration s’est traduite conjointement par un déclassement (une baisse dans l’échelle socio-professionnelle et une perte de prestige social) qui a eu un retentissement sur son intégration sociale. À l’inverse, le fils d’un paysan sans terre contraint, à la suite de son père, à émigrer, a parfaitement réussi sur le plan professionnel, il utilise avec bonheur l’expression française et tire fierté de son intégration.

179Cependant, la variation sociale, ainsi que nous l’avons indiqué, a pour conséquence une ‘prise de risque’ plus ou moins grande de la part du locuteur, qui n’est pas sans incidence sur la variation linguistique. L’individu qui choisit de s’exprimer dans sa langue première réduit considérablement les risques d’interférence -et donc de variation- par rapport à celui qui s’aventure sur le terrain de la langue seconde. C’est du reste ce que nous avons montré au début de ce chapitre : l’interférence en langue première est moins étendue et plus circonscrite qu’en langue seconde. La corrélation entre variation sociale et variation linguistique ne s’effectue donc pas nécessairement dans le même sens, comme on pouvait le supposer de prime abord. Elle peut donc aussi, semble-t-il, agir en sens contraire. Eriger la co-variation en principe, ainsi qu’a pu le fane Labov, ne résiste pas nécessairement à l’épreuve des faits.

6) Les facteurs de variation : essai de synthèse

180Pour la raison que nous venons de rappeler, à savoir la plus grande diffusion de la variation au travers des différents domaines linguistiques, nous tenterons à présent d’effectuer une synthèse sur les facteurs de variation à partir du discours en langue seconde. On retrouverait, dans le discours en langue première, les mêmes traits, fonctionnant en sens inverse, mais plus disjoints, moins systématiques, et c’est pourquoi nous avons renoncé à cette éventualité, ainsi que celle qui consisterait à multiplier les codes ou les normes. Toute tentative de synthèse implique la recherche d’une lisibilité qui nous semble compromise dans les autres cas de figure.

181Dans le discours en langue seconde -en l’occurrence, en français-la variation nous semble reposer sur un jeu entre deux processus, à l’œuvre concurremment : une part, que nous dénommerons créative, qui relève du domaine de la langue seconde, et une part, que nous appellerons reproductive, qui est du ressort de la langue première.

182C’est entre ces deux parts, situées au niveau des systèmes, que le locuteur effectue des va-et-vient incessants, et pas nécessairement conscients, qui constituent les manifestations, sur le plan du discours, de la variation.

a) La part ‘créative’

  • 33 Portier (В.), op. cit.

183Lorsqu’il s’exprime en langue seconde, le locuteur se trouve face à des problèmes inédits par rapport aux systèmes de référence de sa langue première. Nous retiendrons, pour mieux les représenter, l’image structuraliste divulguée par Pottier des ‘cases vides33. La langue seconde présente au locuteur castillanophone immigré une multiplicité de phonèmes (voyelles médianes, voyelle [ü], nasales, fricatives sonores) sans équivalents, sinon des ‘cases vides’, dans sa langue première. Le locuteur se trouve déstabilisé par cette absence de référents, et en même temps sommé de produire, de ‘créer’ (si tant est qu’il n’existe pas de réalisation phonétique non-phonologisée adéquate, dans son code initial) une réalisation correspondant à un phonème inexistant. Il parviendra probablement à des réalisations phonétiques conformes au modèle de langue seconde, mais sans obtenir une systématisation qui pourrait conduire à la phonologisation, d’où une instabilité qui n’est autre que la variation.

184En morpho-syntaxe, la nécessité d’un pronom, soit personnel, soit démonstratif neutre, comme accompagnant du verbe en langue seconde, laisse le locuteur castillanophone sans recours après ‘consultation’ de son système de langue première. Il va, ici aussi, se trouver mis en demeure d’improviser par rapport à son système de référence, ce qu’il va réaliser sous des formes diverses, instables, et qui va donner à nouveau lieu à variation.. Le cas du pronom personnel sujet -sur lequel nous nous sommes passablement attardé- voit coïncider la ‘case vide’ phonologique et la ‘case vide’ morpho-syntaxique, et nous avons pu voir qu’il se manifeste une interaction entre ces deux problèmes, génératrice d’une instabilité accrue. Cette instabilité témoigne de l’insécurité linguistique qui règne chez le locuteur, insécurité légitime puisque la production du discours en langue seconde repose -le plus souvent- non pas sur la fixation systématique, fruit d’un apprentissage structuré, mais sur une reconstitution aléatoire de auditu, qui ne peut engendrer que variation. Le cas des multiples structures syntaxiques de langue seconde mal assimilées, et qui n’ont pas d’homologue parfait en langue première, n’est en rien différent.

b) La part ‘reproductive’

185L’individu possède en sa langue première un capital linguistique qui lui sert de référence, au-delà même de son expression dans ce code. Le locuteur y a recours de deux manières. Il a, tout d’abord, une tendance ‘naturelle’ à appliquer à la langue seconde les règles ou structures de son code de référence, par analogie : c’est le transfert. Ainsi, le verbe français, qui ne marque pas phonétiquement l’opposition singulier/pluriel à la troisième personne, se voit appliquer la norme morphologique + ‘-n’ du singulier au pluriel, ou - ‘-n’ du pluriel au singulier, propre au castillan. De même, les structures syntaxiques -et en particulier les régimes prépositionnels- de la langue seconde sont censées reproduire celles du système de référence.

186De plus -on l’a vu au sujet de la ‘part créative’- la langue première tient heu de palliatif dès qu’une carence, une ‘case vide’ se présente au locuteur dans le code allogène. La ‘création’ en langue seconde n’a heu qu’en cas de défaut de réponse éventuel du système de langue première ‘consulté’. Mais une telle substitution, d’éléments manquants d’un système par des éléments provenant d’un autre système, ne présente plus de cohérence, puisque l’élément de substitution se trouve ainsi coupé de son système originel -qui forme un tout cohérent- et transféré dans un autre système qui possède une cohérence propre et divergente. La discontinuité de l’emprunt constitue un premier facteur de variation, auquel vient s’ajouter le fait que la correspondance implicitement établie n’est pas nécessairement bi-univoque, et donc que les ‘réponses’ apportées à un même problème sont également sujettes à variation. La sécurité qu’offre ainsi au locuteur le recours à sa langue première, et qui fait pendant à l’insécurité suscitée par la méconnaissance de la langue seconde, ne le met donc pas davantage, contre toute attente, à l’abri de la variation.

Notes

1 cf. Bernstein (B.), Langage et classes sociales. Codes socio-linguistiques et contrôle social, Paris, Minuit, 1975.

2 cf. supra, Introduction, note 1.

3 Рrорр (V.), Morphologie du conte, Paris, Gallimard, 1970.

4 cf. Lagarde, op. cit. chap. VI, pp.245-252.

5 cf. Gadet (F.), op. cit., en part. chap.13 et 14, pp.147-168.

6 Saussure (F. de), op. cit..

7 Calvet (L-J.), Pour et contre Saussure, op. cit..

8 Labov (W.), op. cit.

9 Ducrot (O.), Todorov (T.), Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage, Paris, Le Seuil, 1972.

10 Nous l’analysons succinctement supra dans la partie liminaire de ce chap., mais plus précisément dans Lagarde, op. cit. chap. IX, pp.363-405.

11 cf. Jakobson (R.), Essais de linguistique générale, Paris, Minuit, 1963 ; Chomsky (N.), La nature formelle du langage, Paris, Seuil, 1969 ; Pottier (B.), Présentation de la linguistique, Paris, Kilncksieck, 1967.

12 cf. Gumperz (J.), Discouse strategies, Cambridge University Press, 1982 et sa trad. fr. Sociolinguistique interactionnelle, Paris, L’Harmattan, 1989, en part. chap. 2 : ‘Sociolinguistique de la communication interpersonnelle’ (pp. 9-35).

13 Labov (W.), op. cit.

14 On a, pour exprimer une telle évolution, incessante, du langage, emprunté (comme du reste le terme ‘interférence’) le concept d’ ‘entropie’ au domaine des sciences physiques (cf. Mackey (W.), op. cit. p. 310 : “toutes les langues vivantes sont dans un état permanent d’entropie -certaines plus que d’autres, et plus ou moins selon les époques”).

15 Bernstein (В.), op. cit.

16 en part, par Labov.

17 C’est ce que Jean Petit dénomme phénomènes ‘extenso-réductifs’, cf. Petit (J.), op. cit. pp. 25-33.

18 Pottier (B.), op. cit..

19 Saussure (F. de), op. cit..

20 Cet aspect de l’étude, correspondant aux chap. IX et X de notre thèse (Lagarde, op. cit. pp. 363-456) sera repris dans une publication à paraître.

21 cf. Ropero (M.), op. cit.

22 Veny (J.), op. cit., en dessine les grands traits ; quant à Verdaguer (P.), op. cit., il en montre plus particulièrement l’originalité et les emprunts.

23 cf. Walter (H.), Enquête phonologique et variétés régionales du français, Paris, P.U.F., 1982 ; Le français dans tous les sens, Paris, Laffont, 1988, et Carton (F.), Rossi (M.), Auteserre (D.), Léon (P.), Les accents des Français, Paris, Hachette, 1983.

24 Aracil (Ll. V.), op. cit., repris dans Papers de sociolingílstica, Barcelona, La Magrana, 1982.

25 Coromines (J.), Entre dos llenguatges, Barcelona, Curial, 1977 (3 vol.) a démontré sa haute compétence dans le domaine de la recherche linguistique en catalan et en castillan, correspondant à sa condition propre d’individu bilingue.

26 Notre perspective reste avant tout linguistique, dans le cadre de cet ouvrage.

27 Labov (W.), op. cit.

28 cf. poème de Miguel Hernández in Viento del pueblo, Valencia, Socorro Rojo, 1937.

29 maño est le surnom des Aragonais, signifiant ‘aimable’, comme le manyac roussillonnais, ou son homonyme languedocien manhac. Quant à mañoso, il signifie ‘débrouillard’, avec une connotation de rouerie, voire d’indélicatesse.

30 cf. supra chap.III.

31 On distingue, en sociolinguistique, l’attitude, qui relève de la subjectivité du locuteur, de son comportement, précisément (objectivement) analysable à travers sa performance.

32 Berstein (В.), op.cit, vivement critiqué par Labov (W.), op. cit.

33 Portier (В.), op. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre 1. (Mme et M. No...) Entretien en Langue seconde
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/247/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre 2. (M. Ma...) Entretien en Langue première
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/247/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre 3. (Mme U...) Entretien en Langue seconde
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/247/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 4. (Mme N...) Entretien en Langue première
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/247/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre 5. (Mme S...) Entretien en Langue seconde
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/247/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre 6. (Mme Mo...) Entretien en Langue première
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/247/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Presses universitaires de Perpignan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540