Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le parler « melandjao » des immigrés de langue espagnole en Roussillon

 | 
Christian Lagarde

Chapitre 5. L’expression en castillan, langue première

Texte intégral

1. EXISTE-T-IL UNE INFLUENCE PHONÉTIQUE ?

1Nous avons pu observer dans la partie correspondante du chapitre précédent combien le changement de langue -et singulièrement le passage à un système vocalique plus complexe et à un système consonantique dissemblable- engendre de difficultés pour le locuteur castillanophone immigré. Il convient à présent de nous demander si le fait, pour un locuteur, de se trouver confronté -parfois depuis de longues années- à un mode d’expression différent de sa langue première, provoque chez lui, en retour, une altération des réalisations phonétiques de l’idiome initial et/ou une perturbation quelconque affectant l’équilibre du système phonologique de référence. Mais il nous faut auparavant un peu mieux cerner les caractéristiques du discours en langue première.

1) Des ‘espagnols’

2L’espagnol de nos informateurs est, du fait même de son mode de transmission et de collecte, un discours oral exprimé sur le registre familier. Nous sommes donc loin d’un quelconque standard. Aucun des locuteurs n’y prétend du reste, et le niveau socio-culturel moyen en rend l’éventualité très faible.

3En outre -et c’est là un trait que nous devons mettre en relation avec la population concernée, que nous avons décrite au premier chapitre- les enquêtés sont issus de diverses régions espagnoles, avec toutefois, chez ces castillanophones, une nette prédominance des personnes originaires du Sud (Andalousie, surtout orientale, et ses confins : Murcie, Albacete et l’Extrémadure). En cela notre échantillon d’informateurs nous semble représentatif des immigrés espagnols résidant dans le département des Pyrénées-Orientales.

  • 1 Nous n’entrerons pas ici dans le débat sur la définition de l’andalou en tant que langue à part en (...)

4Selon l’origine géolinguistique des locuteurs, les réalisations phonétiques sont donc susceptibles de varier, mais les traits caractéristiques des hablas meridionales (des parlers du Sud)1 marquent les performances linguistiques d’une majorité d’entre eux. De ce point de vue-là aussi nos informateurs ont clairement conscience de s’écarter du castillan standard.

5Nous observerons du reste qu’ils dénomment leur langue andalu’ s’ils sont originaires de cette région précise -et ils le revendiquent alors ! ou bien e’pañol, que l’on peut interpréter de deux manières différentes. Ou bien cette appellation est une interférence de plus, lexicale mais aussi sémantique (en tant que langue nationale, dans une relation bi-univoque pays/langue, conformément à l’usage français et à l’idéologie qui le sous-tend) ; ou bien est-ce l’affirmation que la langue parlée n’est pas du castillan (pour des raisons géolinguistiques, et par disconformité par rapport au standard), mais, à tout le moins, une variété d’espagnol, à savoir une des langues, ou modalités de langues, parlées sur le territoire espagnol.

  • 2 Cette marque est soit régionale (géolinguistique), soit sociale (sociolinguistique), et dans ce ca (...)

6Par ailleurs, un même individu peut lui-même s’exprimer, au cours du même entretien, selon des modalités Linguistiques différentes, selon que le contrôle qu’il exerce sur son discours est plus ou moins strict. Nous avons pu ainsi noter une évolution sensible chez une de nos informatrices, en grande partie liée aux aléas de son propre vécu. En effet, cette personne, née en Extrémadure aux confins de la Castille, a servi, jeune fille, à Madrid, dans la noblesse. Dans la première partie de l’interview, la locutrice, sur ses gardes, s’exprime à la castillane, en soignant son articulation (la réalisation en -ado et -ido des participes passés, avec maintien du /d/ intervocalique2 en est une des preuves tangibles). Par la suite, son implication dans le discours la conduit à négliger le signifiant aux dépens du signifié et à adopter une phonétique méridionale, conforme à ses origines extremeñas. Elle opère donc objectivement une dérive du standard vers le dialectal. Ainsi, du point de vue phonétique, avons-nous affaire à une certaine variété de réalisations.

2) L’interférence phonétique

  • 3 L’emprunt lexical s’accompagne de procédures de transfert, qui supposent une succession de décodag (...)

7Lorsque le locuteur s’exprime dans sa langue première, il réintègre des schémas linguistiques qui lui sont familiers. Cette première constatation est d’ordre général, mais elle souffre toutefois bien des nuances, selon les individus certes, mais tout autant selon les domaines de la linguistique. Nous observerons plus avant comment l’interférence peut marquer, parfois profondément, de son empreinte, la morphologie, la syntaxe et davantage encore le lexique de la langue première. Mais force nous est de constater que les réalisations phonétiques de nos informateurs sont peu marquées par l’interférence. Encore convient-il d’opérer des distictions au sein du discours : la situation est différente selon qu’il s’agit du discours en général, et des termes se référant à l’Espagne ; de l’adaptation de termes de langue seconde, plus ou moins aboutie3, et de leur inclusion dans le discours ; enfin de cette même inclusion, mais sans adaptation.

  • 4 cf pour une approche rapide (en part, schéma p. 27) López Garía (A.), La psicolingüística, Madrid, (...)

8A) Quelle que soit la variété dialectale employée, quel que soit le niveau de langue mis en œuvre par l’informateur, les réalisations phonétiques portant sur le discours commun, familier, ou bien l’univers de référence espagnol, ne diffèrent en rien de l’expression d’un Espagnol natif et résident. En fait, la phonétique renvoie à l’un des acquis les plus précoces et fondamentaux de l’individu, celui de l’acquisition du langage. Il est aujourd’hui établi que la familiarisation avec les sons remonte en fait à la vie intra-utérine, et que l’individu en porte à jamais la marque : la phonétique de la langue première ne s’oublie pas. Les sons de cette langue sont donc reproduits à l’identique, aux considérations mentionnées précédemment et aux éventuels ‘défauts’ personnels près4.

9b) L’acclimatation des sons allogènes complique la tâche du locuteur, surtout dans la mesure où les sons ne correspondent pas à des phonèmes de langue première. Tous les phénomènes que nous avons pu noter dans l’expression en langue seconde (cf. IV. 1) se trouvent représentés dès lors que des termes de cette même langue seconde sont inclus dans le discours de langue première, même adaptés. Parmi les termes collationnés dans le glossaire présenté en annexe et analysés plus avant (V. 5), divers degrés d’adaptation apparaissent. Ainsi l’adaptation de ‘béton’ /betõ/ à betόn /betόn/ est minimale, puisque seule la nasalisation diffère. A un degré plus important se situe l’association d’un phonème propre à la langue seconde à un phonème voisin de langue première : la fricative sourde [š] n’existe pas au plan phonologique en castillan ; on lui associera l’affriquée sourde [ç], et ainsi ‘cachet’ /kašé/ deviendra /kaçé/.

10De plus, cette acclimatation interférentielle s’effectue -comme c’est le cas ici- sur la base d’une norme d’usage propre à l’environnement linguistique du locuteur, et ce d’autant plus qu’elle est de nature à en faciliter le transfert. (On pensera à ce propos aux réalisations du [r] apico-alvéolaire et du [l’] palatal qui n’offrent de ce fait aucune difficulté). Il est en effet plus facile de passer de /kašé/ à /kaçé/ que de partir du standard /kašè/ : cela suppose une seule modification phonétique au lieu de deux (mais l’immigré castillanophone ayant exclusivement vécu en Roussillon méconnaît grandement le standard). Enfin, lorsque le terme français comporte immanquablement une série de sons allogènes, l’écart entre le modèle initial et la réalisation s’accentue. Comment, en effet, surmonter à la fois la réalisation rapprochée de /š/ et de /ʐ/ ? L’effort de réinterprétation est important, faisant aboutir, par exemple, ‘chômage’ /somáz/ à /šomáce/. Parfois les sons (mais pas les phonèmes) existent bien dans la langue première, mais l’on est tout de même conduit à un résultat similaire. Ainsi ‘coiffeur’ est-il prononcé, non pas /kwafór/, mais /kofór/.

11c) Si nous replaçons ce dernier exemple dans son contexte discursif :

(M. Ma...) en casa de un barbero, un cofor
[chez un ‘barbier’, un coiffeur],

12nous y apercevons toute une stratégie, dont nous aurons plus tard à développer les modalités, mais que d’ores et déjà nous pouvons analyser comme un acte de traduction sous forme redondante de doublon. Ici, le terme de langue première précède-t-il celui de langue seconde afin de prévenir l’interlocuteur d’une prononciation non-conforme, ou bien le deuxième terme est-il destiné à une meilleure compréhension de l’interlocuteur par le biais de l’emploi -approximatif, certes- de sa langue ? En d’autres termes, cofor est-il ou non une tentative d’adaptation à la phonétique castillane d’un terme français dans le discours en castillan ? La question de l’intentionnalité se trouve en effet posée dès lors qu’apparaît un terme allogène au discours. Ne sauraient être mis sur le même plan, le référent à une entité spécifiquement française, comme la ‘Chambre des Métiers’, rendue par /sambrademetyé/, et une conjonction telle que ‘mais’, réalisée alternativement par une locutrice en // ou pero.

13En définitive, les inclusions dans le discours de langue première de termes appartenant à la langue seconde ne s’effectuent sous leur forme propre que lorsque leur prononciation est incompatible avec la structure phonologique de la langue première. Rares sont les cas, comme [ʐ], dans ‘gentilles’ /ʐantil’a/ où un phonème allogène est acclimaté, et utilisé dans le discours dans une autre langue.

3) De la phonétique à la phonologie

14Nous avons pu constater jusqu’ici que la langue seconde a peu de prise sur la phonétique de la langue première. En fait, les seuls exemples vraiment significatifs d’interférence sur la prononciation de termes espagnols sont mosaíco /mosayíko/ (au lieu de mosaico /mosáyko/), dans lequel le traitement de la diphtongue diffère par le déplacement de l’accent tonique de la voyelle la plus ouverte vers la plus fermée, à l’image du français ‘mosaïque’ ; et :

(Mme Mo...) tienes que hacer un arreclo (arreglo)
[tu dois trouver un arrangement]

15où, par calque du français roussillonnais, l’occlusive vélaire est assourdie, à la différence du français standard et du castillan -comme c’est aussi le cas, dans un discours en français régional, pour la forme : ‘possiple’ [possible].

16De tels faits observés appartiennent au domaine du discours, mais n’atteignent pas la langue en tant que système. La réalisation de sons tels que /ʐ/ est en effet occasionnelle. En effet, le son français ainsi reproduit par interférence, est associé aux graphèmes -j- ou -g-. Ceux-ci correspondent certes à une graphie similaire en castillan, mais sont rendus par le phonème [x]. Par exemple, si ‘gentilles’ /ʐãtíy/ devient /ʐãntíl’a/, ‘jardin’ /ʐardê/ devient cependant /xardín/. L’instabilité qui résulte de cette confrontation nous prouve, si besoin était, la non-systématisation de l’acquisition du [ʐ] dans le système phonologique -non-phonologisation-, d’une part.

  • 5 sur le polymorphisme, de manière générale, cf. Allières (J.), “Un exemple de polymorphisme phonéti (...)

17D’autre part, cette réalisation phonétique, quoique non-phonologisée, existe dans la prononciation andalouse (ex. ; Sevilla /seb’íʐa/). Les réalisations polymorphes5 que nous avons pu évoquer à propos du pronom personnel sujet de première personne dans le discours en langue seconde, par exemple, concourent aussi à la conclusion selon laquelle le système phonologique, pas plus que les réalisations phonétiques, n’est affecté par la confrontation des deux langues. En la matière, on ne peut donc pas postuler un système hybride, ou ‘mutant’, ni même un supersystème. En fait, le locuteur puise, sans en avoir une claire conscience (c’est le procédé de ‘code-switching’ [alternance de codes] que nous n’aborderons pas ici), dans les deux systèmes, mais pas de la même manière.

18Celui qui est clairement intégré est son système premier. Le second ne fait que se combiner à lui de manière aléatoire au seul plan du discours, sous forme de variantes, d’appendices au système initial. Le mode d’apprentissage, ainsi que l’âge de l’acquisition linguistique, s’avèrent tout à la fois déterminants et irréversibles.

2. LES PROBLÈMES MORPHO-SYNTAXIQUES

1) Le syntagme nominal

a) L’article défini devant les noms de pays

19En castillan standard, l’emploi de l’article devant les noms de pays, s’il souffre quelques dérogations, est cependant nettement défini. Pas d’article devant les noms de pays ou de régions ! Les grammaires normatives déclinent les exceptions, telles la Union Soviética, los Estados Unidos, el Reino Unido, el Perú,... mais l’usage, en particulier dans la presse écrite et parlée, se charge de battre en brèche un tel système. En effet, il n’est pas rare de lire ou d’entendre des formes telles que Estados Unidos ou Perú, tandis que se pratiquent des réalisations telles que la China, el Japón, la India, etc.. La perception de telle ou telle dénomination peut au demeurant avoir évolué avec le temps. A preuve l’Argentine, autrefois flanquée de l’article, parce qu’interprétée comme la (República) Argentina, et aujourd’hui traitée en tant que nom propre simple. De même la notion d’’États’ prévaut-elle dans l’analyse : ‘les États (ré)Unis’, alors qu’aujourd’hui, c’est un État-nation comparable à la France ou l’Espagne, et donc traité syntaxiquement comme tel. Toutefois, la détermination continue d’être abordée comme nécessitant l’emploi de l’article -selon la norme standard. Ainsi de ‘l’Espagne du xix° siècle’ (la España del siglo xix), ou bien de ‘la France du sud’ (la Francia del sur).

20Les locuteurs castillanophones immigrés suivent volontiers la tournure française, qui consiste en l’emploi systématique de l’article. Le calque interférentiel affleure fréquemment dans leur discours :

(M. R...) el re’to de l’E’paña - lo’ hljo’ de la Francia [le reste de l’Espagne - les enfants de la France]
(Mme N...) ahora la’spaña e’tá bien [maintenant l’Espagne va bien]
(Mme Mo...) yo quería volver a l’España - la guerra de l’Argérie [je voulais retourner en Espagne - la guerre d’Algérie].

b) L’article défini devant ‘otro’

21De même est-il d’usage en castillan d’omettre l’article indéfini précédant otro, otra. Telle n’est pas la norme, ni en catalan, ni en français, et l’on trouve donc des réalisations qui épousent ces normes-là aux dépens de la castillane. Comme pour le cas précédent, le locuteur immigré effectue une sorte de traduction terme à terme :

(M. R...) un otro país [un autre pays]

22d’autant plus volontiers qu’il peut exister dans l’énoncé un balancement dans lequel la symétrie du français influe sur la réalisation dissymétrique du castillan, sentie comme incomplète :

(Mme Mo...) en un sitio o en un otro [à un endroit ou à un autre].

23Nous avons donc affaire ici à un calque hypercorrectif.

c) Le partitif

24L’article partitif n’est pas le propre de la norme castillane, qui rendra ‘du pain’ par pan. Cette omission est parfois perdue de vue par le locuteur immigré qui calque son énoncé sur l’expression française. Il peut hésiter à franchir le pas, comme cette informatrice qui dit successivement :

(Mme N...) yo voy a segui’ un año má [je vais continuer un an de plus]
[et, parlant de son fils] e’tá haciendo un año de má’ [il fait une année de plus].

25Faut-il y voir une influence du contexte (la vie quotidienne de femme de ménage à temps partiel de l’intéressée, les études supérieures de son fils), dont la dimension sociolinguistique est signifiante, ou bien simplement une marque d’insécurité linguistique ?... Chez telle autre de ses compatriotes, le calque est bien ancré, puisque réitéré :

(Mme Mo...) de buena’ cosa’ no hemo’ tenido, ‘mais’ enfin, de malas tampoco... ‘mais’ yo, enfin, de problema’ no ne tenido [du bon, nous n’en avons pas eu, mais enfin, du mauvais non plus... mais moi, enfin, de problèmes, je n’en ai pas eus].

d) les ‘relatives populaires’

26Selon le niveau de langage utilisé par le locuteur, la formulation des pronoms relatifs apparaît plus ou moins complexe. En découvrant des énoncés tels que :

(Mme N...) hablaba con aquélla que yo me había venido - vas allí, y todas las casas que vas...
[je parlais avec celle que j’étais venue - tu vas là-bas, et toutes les maisons que tu vas]

27dans lesquels que remplace successivement con quien ou en las que en tant que ‘relatif-outil’, nous sommes en présence de formulations propres à l’oralité et au langage familier. Ce sont là des ‘relatives de (castillan) populaire’ qui ressemblent à s’y méprendre à des phrases du type ‘la personne que je te parle’, sans qu’il nous paraisse y avoir la moindre once d’interférence.

e) Les pronoms personnels

28Les formes et les fonctions des pronoms personnels font l’objet de certaines confusions, d’ordre interférentiel, de la part des locuteurs castillanophones. Nous en analyserons les réalisations plus avant, dans le traitement des ‘tournures emphatiques’.

f) La suffixation

29De même, nous avons opté pour le traitement de l’interférence dans les morphèmes, dans le cadre de l’analyse des ‘Emprunts lexicaux au catalan et au français’ (V. 5) et l’on voudra bien s’y reporter.

2) Le syntagme verbal

a) Réalisation des formes verbales

30La morphologie verbale semble être l’un des éléments les plus stables de la langue. C’est déjà vrai pour la langue seconde, lorsque le locuteur en a intégré les principes, mais dans sa langue première, il est vraiment exceptionnel de rencontrer un barbarisme. Sur un nombre conséquent d’heures d’enregistrement, et malgré une écoute d’autant plus attentive que le pédagogue est accoutumé à traquer ce genre de déviance, seule une forme a ‘échappé’ à l’un de nos informateurs, et ce, au terme d’une heure d’entretien marqué à la différence de la plupart, par de très fréquents changements de code linguistique -castillan, français et parfois catalan- à l’initiative du locuteur. Le seul et unique barbarisme :

(L. F...) España empeció [au lieu de empezó] a subir [l’Espagne a commencé à ‘monter’]

31n’apparaît donc que dans des circonstances discursives proches de l’extrême, et peut être considéré comme un ratage dans la performance, peu révélateur de la compétence linguistique de l’intéressé.

b) ‘Ser’ et ‘estar’

32Les grammaires normatives du castillan répertorient les emplois de ser et de estar, verbes qui à eux deux occupent le champ dévolu en français au seul verbe ‘être’. Le plus souvent, chacun de ces deux ‘faux jumeaux’ possède un domaine d’emploi propre, mais ils peuvent parfois être très voisins ou ne se distinguer que par effet de sens. La grammaire fonctionnelle a résolu les longues listes d’exceptions ou de particularités en affectant à chacun un pôle distinctif : celui de la définition et de la permanence pour ser ; celui de la variation dans l’espace et le temps pour estar.

33Si les apprenants français considèrent le problème du choix entre ces deux verbes comme un véritable ‘casse-tête’, il n’est pas rare d’entendre -plutôt que de lire-, de la part de locuteurs espagnols natifs et résidents, un nombre variable d’incorrections par rapport à la norme standard. Que dire des castillanophones immigrés, sinon que leurs performances ne sont pas meilleures que celles de leurs compatriotes demeurés chez eux, mais pas pires que celles de leurs ‘concitoyens’ français.

34En effet, si dans le détail certaines incorrections semblent vénielles, lorsqu’elle se manifeste, la transgression atteint le plus souvent les fondements de la norme.

1) ‘ser’ pour ‘estar’

35a) La situation dans l’espace est le propre de estar. Pourtant, nous trouvons :

(M. Ma...) ¿ sabe dónde es Caramany ?
[vous savez où c’est, Caramany ?]

36On peut pencher, comme, du reste, dans les énoncés à venir, pour un régionalisme, ayant pour origine la syntaxe catalane, ou bien, ici, pour une équivalence de ‘c’est’, sans toutefois atteindre la correction.

37b) L’’état passager’, susceptible de variation, devant un adjectif ou un adverbe, est également caractéristique de estar. Néanmoins, il est réalisé :

(Mme Mo...) soy contenta - mis hijas son bien
[je suis contente.- mes filles sont bien]

38c) Le résultat d’une action, avec un participe passé, devrait relever de estar, alors que ser peut accompagner ce même participe passé au passif, avec ou sans complément d’agent. Ici, la distinction n’est plus opérée, au bénéfice de ser :

(M. R...) si todo es ‘melanjao’ [melandʐao] - eran obligao’
[puisque tout est ‘mélangé’ - ils étaient obligés]

39On sent bien dans les exemples qui suivent, combien l’aspect duratif incite le locuteur à l’incorrection :

(Mme N...) una cuñá’ que e’ muerta [une belle-sœur qui est morte]
(Mme Mo...) definitivamente ya, eso es terminado [définitivement, ça, c’est terminé].

40Ces énonces, dans lesquels ser prend le pas sur estar, sont en fait peu nombreux par rapport à l’ensemble du discours. Ils sont encore plus rares en sens inverse, lorsque estar occupe le champ de ser.

2) ‘Estar’ pour ‘ser’

41a) la définition par la nationalité est un des domaines fondamentaux de ser, et il nous semblerait abusif d’arguer du statut particulier de l’immigré lorsqu’il déclare :

(Mme Mo...) nosotros estamos españoles, no estamos franceses
[nous, nous sommes Espagnols, nous ne sommes pas Français],

42En effet, malgré le changement de pays de résidence, l’informa-trice proclame ici haut et fort l’attachement indéfectible qu’elle porte à sa nationalité.

43b) La définition par le nombre se fait également par l’emploi de ser. Or :

44(M. Ma...) / de Martínez e’tamo’ al meno’ diez o doce familia !
[des Martinez, nous sommes au moins dix ou douze familles]

45La référence implicite au territoire communal, sur lequel le locuteur dénombre ses homonymes, induit jusqu’à un certain point le choix de estar, sans pour autant le justifier.

46c) L’état, et singulièrement l’État-Civil, est rendu par le verbe ser. Lorsque l’informatrice affirme :

(Mme Mo...) todo el mundo estamo’casao’
[tous, nous sommes mariés],

47elle semble prendre en compte le résultat de l’action de ‘se marier’. Or, la grammaire normative en fait, comme pour la nationalité, un état définitif, participant du statut de l’individu. Certes, la société considère de plus en plus transitoire cet état de fait, mais la norme linguistique n’a pas encore entériné cette évolution des mœurs !

48Ce qui apparaît à l’évidence à l’examen des incorrections relatives à la traduction du verbe ‘être’, c’est la relativité arithmétique d’un tel phénomène et sa grande variabilité selon les individus. Chez certains, comme l’auteur de l’exemple précédent, la confusion, on l’a vu, est grande. Chez d’autres nous ne trouvons aucune, ou quasiment aucune occurrence erronée. Chez d’autres enfin, certaines réalisations demandent un examen plus minutieux pour comprendre la confusion.

49Voici donc deux énoncés d’un même informateur, mettant en œuvre la même tournure :

(M. Ma...) eres obligao de seguir- estaba obligao de hablar catalán
[tu es obligé de continuer - c’était obligé de parler catalan].

50Les deux verbes sont ici à contre-emploi. La première phrase insiste sur l’aspect résultatif de l’action qui frappe ‘tu’, équivalent de ‘on’, mais ser a été choisi. La phrase suivante présente une troisième personne du singulier dont le sujet sous-entendu, compte tenu du contexte, ne peut être que le démonstratif neutre : ‘‘était obligé’. Or, une telle tournure exige l’emploi de ser. On le voit donc, tant à travers les ‘cas d’école’ qu’à travers des formulations plus nuancées, le locuteur castillanophone immigré éprouve des difficultés à gérer, dans sa langue première, la relation bi-univoque qui lie le français ‘être’ au castillan ser et estar.

c) Auxiliaires et temps composés

51a) Le français présente la particularité de posséder deux auxiliaires, employés, selon la norme standard, de manière exclusive. Le locuteur castillanophone vivant au contact du français -et que la norme de cette langue seconde met fréquemment en état d’insécurité- devrait réintégrer sans problème la norme castillane, qui ne compte qu’un seul auxiliaire. Il en est généralement ainsi, mais quelques réalisations font apparaître, par hypercorrection sans doute, le deuxième auxiliaire français : ‘être’ (ser). De plus, le participe passé qui en castillan est invariable dans les temps composés, se trouve soumis aux règles d’accord du français. Deux énoncés similaires en sont la meilleure preuve :

(L. F...) y soy nacido allí [et je suis né là-bas]
(Mme Mo...) somos todos nacidos en el pueblo
[nous sommes tous nés au village].

52Lorsque le locuteur s’exprime dans un accent sureño, seule l’ouverture de la voyelle finale, plus prononcée, permet de se rendre compte de la réalisation interférentielle de l’accord :

(Mme Mo...) mis chicas son sortía’ como todo el mundo
[mes filles sont sorties comme tout le monde]
(M. R...) somo’ todo’ re’tao’ e’pañole’
[nous sommes tous restés Espagnols],

53L’immigré castillanophone reproduit donc dans la langue première un système plus complexe qu’il emprunte à la langue seconde. Ce transfert joue à la fois sur le choix de l’auxiliaire, sur l’accord du participe passé, et de même sur la place de l’adverbe ou de l’indéfini dans le groupe verbal. En effet, la norme standard du castillan impose que cet élément secondaire ne vienne pas s’immiscer entre les constituants du temps composé, ou plus généralement de la forme verbale composée. Or, dans les énoncés cités ci-dessus, todos se glisse à deux reprises entre l’auxiliaire et le participe passé, à l’imitation de la syntaxe française.

54b) Parfois, la perturbation dans la composition des groupes verbaux est telle, chez un locuteur, qu’elle peut le conduire à employer en castillan une expression dont la réalisation ne se justifie que par référence à des équivalences en langue seconde. Ainsi le français ‘devenir’, qui peut être traduit en castillan par plusieurs expressions aux emplois déterminés, peut être rendu par hacerse, que telle informatrice confond avec estar hecho, exprimant le résultat d’un processus (l’assimilation), et non la transformation (la naturalisation) en elle-même.

(Mme Mo...) [mis hijas] están hecho francesas
[mes filles sont devenues Françaises]

55À cette confusion, deux types de causes : l’affinité lexicale (mise en œuvre du verbe hacer) et l’affinité sémantique (notion de transformation, en référence à ‘devenir’). Les deux expressions, quoique dissemblables dans leur aspect (actif pur l’une, résultatif pour l’autre), se trouvent placées en équivalence, et l’expression courante de la naturalisation : hacerse francés, employée sans accord du participe passé, diffère de : están hechas francesas, qui rendrait compte de l’intégration sociale.

56C’est donc l’interférence avec la langue seconde et la conjonction de plusieurs similitudes de natures diverses qui rendent possible une réalisation parfaitement atypique de ce qui voulait être un passé composé.

d) Passé simple et passé composé

57L’emploi de ce dernier temps par les immigrés castillanophones mérite aussi l’examen. En effet, si le passé composé français a tendance à prendre le pas sur le passé simple, qui connote une certaine affectation dans le discours, et dont l’usage se trouve de plus en plus cantonné à la narration écrite au passé, il n’en va pas de même en castillan. Dans cette langue, le pretérito perfecto est employé indifféremment à l’écrit et à l’oral, sans connotation aucune, pour exprimer une ‘action-point’ entièrement circonscrite dans le passé. Le pretérito compuesto est quant à lui un passé en affinité avec le présent, et se distingue en cela du précédent. Or, à bien scruter le discours des immigrés castillanophones, on se rend compte que, chez eux, la distinction opérée par le castillan est oblitérée par la pratique ‘expansionniste’ du passé composé français.

58Faisons retour sur deux énoncés déjà analysés (supra., V. 3 a.) : soy nacido / somos nacidos. Nous ne nous étions jusqu’ici préoccupé que de l’auxiliaire et de l’accord du participe passé. Or, non seulement ces deux incorrections sont liées à l’interférence avec le français, mais de surcroît, le choix du temps est soumis à la même loi, puisqu’il s’agit bien d’une action révolue dans le passé. Le choix de l’auxiliaire et la question de l’accord procédaient en fait d’une autre interférence syntaxique. Le calque opère à plusieurs degrés : l’interférence peut être cumulative par induction.

e) La négation avec adverbe négatif

59Notre corpus ne comporte qu’une seule occurrence d’une incorrection de ce type : c’est donc un phénomène rare, mais attesté, qui met une nouvelle fois en œuvre l’interférence de la langue seconde vers la langue première.

60Avec les adverbes négatifs, le castillan opère de deux manières, selon la place de l’adverbe dans la phrase ou la proposition :

61À l’exception du pronom personnel sujet (exprimé ou pas, selon la langue), on remarque une structuration similaire des énoncés b) dans les deux langues, alors que les énoncés a) se différencient par la présence (en français) et l’absence (en castillan) de la négation devant le verbe. Par analogie, le locuteur immigré castillanophone introduit la négation dans son énoncé en castillan.

(Mme R...) en Andaluda jamá’ no he aprendío el catalán
[en Andalousie, jamais je n’ai appris le catalan].

f) La restriction

62Plus fréquent est le calque dans l’expression la plus courante de la restriction. Nous ne prendrons donc pas en considération les formes castillanes no... sino et sólo, ni l’équivalent français de cette dernière, ‘seulement’.

63Si la forme française comporte deux éléments : ‘ne... que’ ; la forme homologue castillane en compte trois : no (ou éventuellement nada)... más que. On voit très vite que l’élément central du castillan, qui ne possède pas de symétrique en français, va se trouver éludé par interférence. La mise en relation des deux négations : ‘ne’/no et des/ deux conjonctions : ‘que’que présente le double intérêt de mettre les deux réalisations en parfaite équivalence et d’opérer une économie discursive appréciable. Il n’est donc pas étonnant d’en trouver des occurrences chez la quasi-totalité de nos informateurs, par exemple :

(M. Ma...) no hablaban que catalán [ils ne parlaient que catalan].

64Mais un tel phénomène est assez souvent associé à la disparition, dans le discours oral et dans le langage familier, de la première partie de la négation française ‘ne...pas’. Ainsi donc le principe d’économie joue ici à plein, pour partir de trois éléments constitutifs en castillan standard, passer à deux conformément à l’interférence de français standard, et aboutir à un seul et unique ‘que’, par interférence avec le français familier :

no....más que > no....que > que.
(M. R...) una zona en que tenemo’ que e’pañole’ [une zone où nous n’avons que des Espagnols]
(L. F...) hago una cantidad de faltas que me entiendo que yo mismo [je fais une (telle) quantité de fautes que je ne me comprends que moi-même].

3) Les structures syntaxiques

a) Les ‘tournures emphatiques’

1) ‘C’est... qui’

65Le castillan présente une structure particulièrement complexe, puisqu’elle met en jeu non seulement un double système d’équivalence par rapport au français ‘que’, mais aussi la nécessité de l’accord du verbe ser avec son sujet, et de la concordance de ce même verbe ser avec le temps du verbe de la relative. Le français n’échappe pas à ces considérations, mais il ne les prend en compte que facultativement, à la différence du castillan.

66Confronté à un système simplifié et un système complexe, le locuteur castillanophone tend tout naturellement vers le plus simple. Les contraintes du castillan liées au verbe ser (accord, concordance) sont fréquemment respectées, alors que le système multi-optionnel du relatif est réalisé par interférence et systématiquement en : que. L’exemple qui suit illustre bien le traitement effectif de la ‘tournure emphatique’ :

2) ‘C’est... que’

67Pour cette tournure, la question de l’accord ne se pose pas en castillan : le verbe ser est toujours à la troisième personne du singulier, comme dans ‘c’est’. La concordance des temps doit cependant être pratiquée selon la norme standard, mais, peut-être par analogie avec l’accord non réalisé, la langue familière s’en abstient fréquemment. Quant au relatif, en dépit d’un certain relâchement dans le discours populaire, le castillan lui donne comme équivalents : donde, cuando et como, selon que la notion exprimée par l’énoncé est du domaine du lieu, du temps ou de la manière. La résolution de la part des locuteurs immigrés s’apparente à celle de ‘c’est...qui’, selon le même principe d’économie : ‘que’ est toujours mis à contribution, comme dans :

(Mme Mo...) es así que vinimos en el 62
↑ non concordance ↑
[c’est ainsi que nous sommes venus en 62].

b) Gustar et les ‘tournures affectives’

(Mme Mo...) yo, la vida del puebto me gusta mucho
[« moi, j’aime beaucoup la vie du village » ou « moi, la vie du village me plaît beaucoup »].

68C’est ainsi que la tournure dite ‘affective’ est traitée par l’ensemble de nos informateurs. Là où le castillan place un pronom personnel complément d’attribution (après la préposition a), le locuteur castillanophone emploie le pronom personnel sujet. Nous avons déjà pu examiner en détail la complexité du problème que pose ce dernier aux immigrés lorsqu’ils doivent s’exprimer en langue seconde, et la multiplicité des solutions réalisées. Nous touchons ici à une confusion interférentielle qui induit le changement de fonction, et donc de forme, du pronom en castillan.

69a) En effet, ce que le castillanophone immigré tente d’exprimer n’est autre qu’un équivalent du français ‘moi’. Or cette forme correspond en français à deux fonctions distinctes : celle du pronom personnel sujet de renforcement, comme dans l’expression : ‘moi, je’, et celle du complément d’attribution, dans la tournure : ‘à moi’. Nos informateurs postulent donc implicitement qu’à l’identité de forme de langue seconde correspond la même identité dans leur langue première :

70Parfois même l’identité de forme entre les pronoms de fonction différente conforte le locuteur dans sa confusion. Ainsi :

(Mme Mo...) y nosotros ahora nos pasa lo mismo
[et nous, maintenant, il nous arrive pareil].

71À travers cet énoncé apparaît le deuxième versant du problème, celui de la préposition, ici non réalisée. Pourquoi ? Considérons la phrase suivante :

(L. F...) yo me parece que...

72dont l’équivalent français pourrait être : « à moi, il me semble que... »

73ou bien : « moi, il me semble que... »,

74réalisation plus fréquente dans le langage familier. On voit par quel cheminement la préposition est amenée à disparaître.

75Versons au dossier un autre facteur possible de confusion :

76« moi, il me semble que... », sans que le locuteur analyse attentivement son énoncé, se révèle très proche, formellement de : « moi, je m’appelle... »

77La même forme française remplit deux fonctions distinctes, mais le locuteur n’en détecte que le signifiant et la position en tête de phrase ou de proposition, ce qui le conduit à la confusion :

78Or, à bien observer ce schéma, il apparaît à l’évidence, dune part que l’origine de l’incorrection provient dune interférence de langue seconde ; d’autre part que ce cheminement interférentiel naît d’une légère et fréquente incorrection de français populaire (celui-là même que côtoie l’immigré) qui donne lieu à un rapprochement analogique erroné ; et qu’enfin ce long détour par la langue seconde, conduisant à l’échec, se justifie d’autant moins, objectivement, que les deux langues possèdent en fait des structures standard en tout point analogues.

79b) Nous avons pu observer à travers les énoncés proposés jusqu’ici que ce type de traitement frappe indifféremment tous les verbes régis par la ‘tournure affective’, et que la première personne du singulier -que privilégie le discours autobiographique- n’est pas la seule en cause. Après nosotros, voici un nouvel exemple avec ni :

(M. Ma...) te obliga’ tú mi’mo
[tu t’obliges toi-même].

80Parfois l’interférence se double d’un autre calque : dans l’énoncé que voici, l’emploi de la préposition de, qui n’a pas lieu d’être en castillan standard :

(Mme N...) yo, me cue’ta de hablar francé’
[(à) moi, il m’en coûte de parler français].

81Voici enfin une autre phrase qui témoigne de la confusion engendrée par la ‘tournure affective’ dans le discours de cette informatrice :

(Mme Mo...) los horarios españoles yo no me han gustado a mí
[les horaires espagnols, moi, (jamais) ils ne m’ont plu, à moi].

82Outre la redondance, qui rend la structure de la phrase plutôt tortueuse, il est peut-être possible de voir dans l’apparition de la forme finale, la correction de ce que l’informatrice a pu percevoir plus ou moins consciemment comme un ratage.

c) Les subordonnées conditionnelles

83Ce type d’incorrection, qui est lui aussi d’origine interférentielle, n’a été rencontré de manière systématique que chez une seule informatrice. Il apparaît toutefois épisodiquement chez d’autres locuteurs. Dans une subordonnée conditionnelle au passé, il est employé, si l’on tient à respecter la norme standard du français, un imparfait de l’indicatif, tandis que le verbe de la principale est au conditionnel. En castillan standard, nous trouvons un imparfait du subjonctif dans la subordonnée et un conditionnel dans la principale. Nous voici cependant face à une configuration différente : conditionnel dans la subordonnée, et conditionnel dans la principale. Aucune des deux normes standard n’est respectée (la catalane non plus, du reste).

(Mme Mo...) si sería ahora, uno diría...
[si c’était maintenant, on dirait...]
si sería cambiar de irme allí, ya no me iría
[si c’était changer pour aller là-bas, maintenant je n’irais plus].

84À cela, semble-t-ii deux types d’explications, convergents. Tout d’abord, en castillan, grande est l’affinité entre conditionnel et imparfait du subjonctif (particulièrement les formes en -ra). Le célèbre message publicitaire : Con Iberia ya habría llegado [avec Iberia, vous seriez déjà arrivé] vient à l’esprit pour l’illustrer, la réalisation la plus attendue étant néanmoins : hubiera.

85Par ailleurs, l’emploi du conditionnel dans la subordonnée n’est pas en France le propre des immigrés castillanophones. La langue populaire en use et en abuse, et c’est un trait stigmatisé du ‘pataouète’, le parler des ‘Pieds-noirs’ d’Algérie. En effet, le français standard réalise conjointement :

  • « Si je l’avais su, j’aurais prévenu ses parents », ou bien :
  • « Je l’aurais su, j’aurais prévenu ses parents ».

86On voit dès lors clairement le passage à la forme incorrecte : « Si j’aurais su », qui est une hybridation à partir des deux énoncés.

87L’immigré castillanophone qui entend cette forme la calque dans sa langue première d’autant plus facilement que les temps mis en cause sont sentis comme très proches, et enfin parce qu’ils représentent une économie discursive appréciable : il ne s’agit plus en effet que de mettre en œuvre un seul temps au lieu de deux.

4) Prépositions et régimes prépositionnels

a) ‘A’ et ‘en’

88Ces deux prépositions se présentent en système d’opposition : à a est dévolu le champ du mouvement, tandis que en occupe celui du non-mouvement, de l’état. Or, l’examen des performances des locuteurs castillanophones immigrés fait apparaître une importante perturbation dans cette répartition initiale. La phrase qui suit témoigne de l’insécurité linguistique à cet égard de l’une de nos informatrices :

(Mme Mo...)... aqui a lle, porque en llla...
[ici à llle (sur Tet), parce qu’à llle...]

89Notons que le premier toponyme, quoique prononcé à la castillane /il’e/ mais avec une voyelle finale plus proche du français que le second, induit peut-être le choix de la préposition, interférentiel dans le premier cas, et conforme à la norme castillane dans le second.

1) ‘A’ pour ‘en’

90C’est l’incorrection la plus fréquemment constatée. Fille est clairement d’origine interférentielle, puisque le a castillan réalisé n’est autre qu’un calque de ‘à’ français, qui obéit à d’autres impératifs dans son alternance avec ‘en’ ou ‘dans’ (d’ordre phonétique, ou simplement d’usage).

91On trouve a associé à un toponyme, la plupart du temps ainsi :

(M. R...) ha trabajao a Perpiñán, a San Ciprián
[il a travaillé à Perpignan, à Saint-Cyprien].
(Mme Mo...) hemo’ veraneao a Sitges
[nous avons passé des vacances d’été à Sitges].

(M. Ma...) cuando e’taba allí Prullans [quand j’étais là-bas, à Prullans].

(Mme N...) si yo supiera que a Barcelona... [si je savais qu’à Barcelone...]

92Et si parfois un verbe de mouvement semble de toute évidence induire le choix de a, comme dans cet énoncé :

(Mme Mo...) vino a trabajar a los bosque
[il est venu travailler dans les forêts]

93d’autres phrases témoignent d’une représentation plus subtile. Dans :

(Mme Mo...) lo pusieron a prisión
[ils l’ont jeté en prison],

94ce n’est pas tant l’idée d’enfermement qui est prise en compte par le locuteur que la ‘mise sous écrou’. Plus généralement, la tendance erronée à indiquer le mouvement là où il n’en est pas se trouve bien illustrée par le passage de donde (le lieu où l’on est) à adonde (le lieu où l’on va). Une telle incorrection est fréquente chez les immigrés castillanophones :

(Mme N...) vi adonde había vivido
[j’ai vu là où j’avais vécu].

95Elle ne semble pas pour autant aisée à justifier, alors que des expressions telles que :

(Mme N...) gente joven que está al paro
[des gens jeunes qui sont au chômage]

96est induite par l’expression française ‘être au chômage’, tandis que dans :

(Mme Mo...) al verano - al inviemo

  • 6 cf. Camprabi (M.), op. cit.

97la préposition semble être un calque du catalan : a l’estiu - a l’hivern6.

2) ‘En’ pour ‘a’

98Le cas inverse, la substitution de a par en, est plus rare : elle est réalisée dans la proportion de 1 à 3 par rapport à l’antérieure. Dans l’énoncé qui suit, dont l’auteur est la même informatrice que précédemment, deux idées concurrentes sont aux prises chez le locuteur : celle de l’intériorité de la maison, qui prévaut dans la réalisation, et celle du mouvement, suggérée par le verbe ir, qui n’est pas retenue, alors qu’elle devrait l’emporter sur toute autre considération, selon la norme standard :

(Mme Mo...) fuimos en casa de mi cuñado

99[nous sommes allés à/dans la maison de (chez) mon beau-frère].

100Mais une telle ambiguïté n’est pas toujours effective. Il semble que le point de départ soit un calque du français ‘en’, rendu par en castillan, comme ‘dans’ :

(Mme Mo...) ne querido irme en España
[j’ai voulu m’en aller en Espagne],

101et que cette formulation soit généralisée, par analogie, à toute marque spatiale, précise ou non :

(M. Ma...) no voy en ningún sitio
[je ne vais à aucun endroit (nulle part)].
(M. R...) en Figueras vamos contlnuo
[à Figueras, nous y allons continuellement],
(Mme N...) en Zújar hemos ido
[à Zújar, nous y sommes allés].

102Cependant, il faut l’avouer, nous éprouvons quelque difficulté à trouver une justification à de tels emplois incorrects, surtout du fait de l’existence d’incorrections inverses parfois aussi inexplicables.

b) ‘A’ et les compléments de personnes

103L’emploi de la préposition a établit une distinction entre choses, animaux et personnes, un tel emploi conférant à ces dernières seules une dignité supérieure. Le français n’opère pas de la sorte, et il arrive que les immigrés castillanophones s’affranchissent de la règle de norme standard.

(Mme Mo...) yo considero * mis hermanas...
[moi, je considère mes sœurs...]

c) ‘A’ et ‘por’

104Tout aussi imputable à l’interférence avec le français est la confusion qui peut régner dans l’expression de la fréquence et de la vitesse. La préposition qui prévaut dans chacun de ces deux exemples est identique à celle du français, alors que le castillan standard les emploie à l’inverse.

(L. F...) cuando vas a ochenta kilómetros a l’hora
[quand tu (on) vas à 80 kilomètres à l’heure]

105(‘à l’heure’, et non por hora) ;

(M. Ma...) iba dos o tres veces por semana
[j’y allais deux ou trois fois par semaine]

106(‘par semaine’, et non a la semana).

d) ‘A’ pour ‘de’

107Le calque peut également se manifester dans l’expression de la possession, a, substitut du français ‘à’, remplaçant la préposition castillane de :

(L. F...) la madre a P... se hizo francesa
[la mère de P... est devenue Française].

e) Régimes prépositionnels

108L’emploi des prépositions dans des expressions pourtant courantes en castillan se trouve souvent influencé par la structure des tournures françaises :

1 ) ‘a’ pour ‘de’

(M. Ma...) una de la’lengua’ mà’ dificile’ a ecribir [une des langues les plus difficiles à écrire] ;

no’ repartieron a comer

[ils nous ont distribué à manger].

2) omission de ‘de’

(L. F...) me quedaré *manobra
[je resterai manœuvre].

109De devrait ici marquer l’équivalent de ‘comme’, ‘en tant que’ pour intjoduire la catégorie professionnelle, mais l’expression est traitée à la française.

3) ‘de’ pour ‘a’

(M. Ma...) eres obligao de trabajar con el catalán
[tu es obligé de travailler avec le (en) catalan].

4) réalisation incorrecte de ‘de’

110Ces expressions ont une construction transitive en castillan, précédant un infinitif, et le locuteur, à l’image du français, les formule intransitivement, par l’adjonction de la préposition de :

(Mme R…) no vale la pena de di’putarse [ça ne vaut pas la peine de se disputer] ;
(Mme N...) es agradable de ir
[c’est agréable d’y aller].
no intento de salir
[je n’essaie (même pas) de sortir].

3. LA PERTURBATION DES SYSTÈMES ORIGINELS

1) Dans le domaine phonétique et phonologique

111Les réalisations phonétiques -qui appartiennent au discours- doivent être distinguées des structures phonologiques -qui relèvent de la langue. Les réalisations phonétiques telles que /ʐ/ ou /ə/ sont déviantes par rapport au système de la langue première. Elles pourraient passer pour une extension ou en tout cas une altération du système phonologique. Or, deux arguments s’opposent à une telle formulation.

112Tout d’abord le castillan, dans certaines configurations et/ou certaines modalités dialectales, connaît de telles réalisations phonétiques. Il n’y a donc pas d’apport sur le plan du discours, et de telles réalisations ne sont pas phonologisées. Par ailleurs, les locuteurs castillanophones immigrés sont loin de systématiser dans leur discours de telles réalisations. C’est donc un phénomène instable et qui de ce fait n’affecte pas la langue en tant que système.

113Ces altérations phonétiques d’origine interférentielle sont donc circonstancielles, et par voie de conséquence négligeables dans leur incidence. L’effet en retour de la langue seconde sur la langue première n’est que superficiel puisqu’il ne rompt pas l’équilibre du système vocalique ou consonantique de la langue première.

2) Dans le domaine de la morphologie

114Il convient semble-t-il de distinguer la morphologie verbale de la morphologie nominale et lexicale.

a) Morphologie verbale

115La forme des verbes en tant que telle ne semble pas non plus touchée par les phénomènes interférentiels. Lexème et morphème se comportent soit sans altération aucune, soit avec altération différenciée. Celle-ci porte sur le radical du verbe, alors que les désinences sont presque toujours maintenues conformément à la norme de conjugaison. Le radical est-il un emprunt ? Le locuteur rétablit immédiatement la flexion verbale authentiquement castillane. Ce procédé nous paraît systématique. Ainsi, dans le récit au passé, qui est récurrent dans le discours formant notre corpus, des formes comme : me regardaba, te demandabas, en sont la meilleure preuve.

116Même lorsque le verbe n’a pas d’équivalent immédiat, le locuteur s’ingénie à le transposer (la transposition ‘-er’>-ar est en effet facile à maîtriser). À partir du verbe catalan fotre, auquel le français ‘s’en foutre’ est associé par interférence, l’informateur, ou bien suit la conjugaison catalane, ou bien a de lui-même l’intuition d’une assimilation aux 2° et 3° groupes du castillan, pour aboutir à la forme s’enfutía, alors qu’il n’existe pas de verbes en ‘-re’ dans son système de départ. Nous constatons par ailleurs qu’il en va de même avec tous les temps et modes, y compris les temps composés, y compris aussi l’infinitif : le morphème verbal est rétabli, même après interférence manifeste.

b) Morphologie lexicale

117Une spéculation théorique pourrait porter à croire que l’interférence frappe davantage, et de façon plus systématique, la morphologie non-verbale. C’est à la fois vrai et faux. En principe, l’interférence pourrait porter sur le seul lexème, sur le seul morphème, ou sur les deux éléments réunis. Pourtant, le premier cas n’apparaît jamais. De la même manière que la terminaison verbale castillanise le verbe, la marque générique finale en -a ou -o vient toujours donner une apparence castillane à un lexème de pur emprunt.

118Cette configuration minimale se voit confortée par tout le processus de suffixation qui affecte davantage le terme soumis à interférence. Outre les exemples déjà étudiés, la réalisation polisa /polisa/ de ‘police’ /polísa/ ou /polis/, en lieu et place de poliía /poliçíya/, montre bien la répartition des transferts : lexème identique, traitement interférentiel de la finale /sa/</sə/, divergent de íya/.

119Cependant, la morphologie lexicale se démarque de celle du verbe par le fait que l’interférence peut porter sur la totalité du terme : il s’agit alors d’emprunts à part entière, tels que regré, racina, meson..., et ce phénomène est tout de même assez fréquent, ainsi que nous avons pu le noter.

3) Dans le domaine de la syntaxe

a) Simplification éventuelle d’un système d’opposition binaire

120La confrontation d’un système simple en langue seconde et d’un système plus complexe -opposition binaire- dans la langue première aboutit-elle à la simplification du système de cette dernière ? L’exemple de ser et estar confrontés au seul verbe ‘être’ français nous permettra d’y répondre.

121Tout d’abord par la négative, puisque les deux verbes sont attestés dans le discours des locuteurs castillanophones immigrés, et chez la totalité d’entre eux. Le principe d’économie qui pourrait, par transfert, faire occuper à un seul des verbes castillans l’ensemble du champ du français ‘être’, ne va pas jusqu’à faire transgresser le système d’opposition binaire castillan. Mais l’effet interférentiel est cependant bien loin d’être nul.

122Par rapport à la norme d’emploi intégrée et mise en œuvre par le natif résident, l’immigré présente une variation importante de réalisations dont la correction est désormais aléatoire. La perception intuitive des spécificités d’emploi de chacun des verbes castillans est perdue de vue sans que pour autant soit abandonné le principe de l’alternance exclusive. Un tel dérèglement est cependant d’autant plus remarquable que les termes impliqués correspondent à des instruments fondamentaux, tant au plan syntaxique (passif ou résultatif) qu’au plan sémantique (notions de l’essence ou de ‘se trouver’).

123Jusqu’à un certain point donc, la syntaxe résiste. Le locuteur soumis à la pression innovante de l’interférence lui cède un terrain non négligeable sans toutefois mener la substitution jusqu’à son terme. Il se montre tout de même en cela relativement conservateur.

b) La contamination d’un système d’opposition binaire par un autre

124Avec a/en d’une part, et ‘à’/’dans’ ou ‘en’ de l’autre, se trouvent en présence deux systèmes d’opposition binaire qui ne sont pas régis par les mêmes lois. Les possibilités combinatoires se multiplient par rapport au cas précédent, et les réalisations effectives également Ainsi, tantôt s’opposent les notions de mouvement et d’état -qui délimitent respectivement les champs de a et de en ; tantôt les notions de ponctualité et de globalité ou intériorité dans l’espace -qui opposent ‘à’ à ‘dans’/’en’-, si nous interprétons les deux systèmes séparément. Or l’interférence à l’œuvre engendre un télescopage des deux systèmes.

125Aucun des deux ne se trouve véritablement nié. En fait, ils ne sont pas pris en compte par le locuteur. L’univers de référence auquel appartient le terme introduit par la préposition ne peut même pas être invoqué comme l’induisant. Les réalisations sont à la vérité aléatoires, et il serait vain de parler de supersystème résultant des deux systèmes en contact.

126Le problème de la quantification globale d’un tel phénomène nous semble aussi de peu d’intérêt, étant donné la plus ou moins grande trangression de la norme standard selon les individus. Elle pourrait cependant être utile en tant qu’élément significatif de la compétence de chaque locuteur et de sa résistance à l’interférence.

c) Substitution d’un système simple par un système complexe

127L’emploi des auxiliaires présente une telle particularité. Le système du castillan est simple, puisqu’il repose à la fois sur la monoauxiliarisation (haber) dans les temps composés et sur l’invariabilité du participe passé. Nous avons pu observer que le locuteur castillanophone immigré a parfois tendance à abandonner ce système simple pour un calque du système de langue seconde, qui présente non seulement une alternance exclusive des auxilaires ‘avoir’ et ‘être’, mais aussi une complexité -mal résolue souvent par les natifs résidents français eux-mêmes- dans l’accord du participe passé. Un tel phénomène est certes marginal dans la production du discours par les informateurs immigrés, mais il n’en est pas moins remarquable en ce qu’il contrevient au principe d’économie évoqué plus haut, avec l’exemple de ser et estar. Il s’agit d’un calque hypercorrectif.

128En effet, le locuteur reproduit, c’est certain, une structure qu’il est appelé à entendre dans son environnement linguistique, ou à mettre en œuvre lorsqu’il s’exprime -ou tente de s’exprimer- en langue seconde. Il agit donc par imitation. Mais l’hypercorrection repose aussi sur une intuition -certes erronée- d’incomplétude du système le plus simple, censé présenter une lacune par rapport au système complexe, que le locuteur prend l’initiative de combler. On ne saurait donc limiter son rôle à une imitation passive.

129Nous avons par ailleurs mis en lumière que l’interférence ne se limite que rarement à un seul point, qu’il existe une sorte d’effet de dérive par rapport à la norme, de type cumulatif. Cet ‘effet boule de neige’ apparaît nettement dans l’association : ‘traitement du temps composé (auxiliaire + accord)’ et ‘choix du temps (passé composé ou passé simple)’. Mais cette dérive dans la transgression de la norme doit toujours être relativisée : le locuteur ne s’en écarte que rarement. Il se montre donc globalement fidèle à ses préceptes, et dans la substitution d’un système simple par un système complexe comme dans de nombreux autres cas de figure, c’est le conservatisme qui dans l’ensemble prévaut.

d) Substitution de structures, prépositions et conjonctions

130Les structures syntaxiques caractéristiques du castillan sont elles aussi mises à mal lors de leur confrontation avec leur équivalent français, et ce d’autant plus que ces dernières présentent un aspect moins complexe. Nous avons pu en démontrer la véracité dans l’analyse du traitement des tournures emphatiques et affectives, par exemple. L’abandon de la préposition dans le premier cas, et plus encore dans le second celui de l’accord verbe-sujet, de la concordance des temps et une simplification abusive du relatif, illustrent bien cette tendance fréquente à laquelle souscrivent sans ambages les locuteurs castillanophones immigrés, du fait de l’interférence. Mais celle-ci opère aussi en sens inverse, et affecte principalement les régimes prépositionnels.

131Nous touchons ici à un élément-clef, plus révélateur de l’interférence, parce que plus dissimulé, que l’emprunt lexical. Le calque syntaxique s’infiltre inconsciemment et insidieusement par le biais des prépositions. C’est le cas du jeu a/en déjà étudié, mais on peut aussi penser à l’emploi récurrent de la préposition de devant un infinitif, alors que le castillan construit le verbe transitivement. L’effet en retour peut être considéré à la fois comme très perturbateur, chez certains individus plutôt que chez d’autres, et assez limité dans ses vecteurs. L’interférence semble sélective ; elle se circonscrit à un certain nombre de domaines dans lesquels la commutation est rendue possible par l’existence, dans chacun des systèmes, de réalisations abusivement extrapolées par le locuteur. Nous l’avons vu pour a/en et ‘à’/’en’, ‘dans’, mais il en va de même pour l’emploi de la préposition de, ou son absence ; pour la forme pronominale ou pas de tel ou tel verbe. L’incorrection n’apparaît presque jamais gratuitement, ou ex-nihilo ; elle repose presque toujours sur un faisceau de données mal interprétées dans la gestion de la série ‘décodage-encodage’ que suppose tout changement de langue.

132Les conjonctions constituent des chaînons différents des prépositions dans la structuration de la phrase. Alors que ces dernières interviennent dans la composition de la totalité ou dune partie de l’énoncé, les conjonctions se placent en position charnière entre les phrases ou les parties qui composent l’une d’elles. Si la structure syntaxique est un moule dans lequel se coule le discours de manière inconsciente, puisqu’il est code, les conjonctions paraissent au contraire relever du choix délibéré du locuteur, puisque c’est à travers elles que s’articule sa pensée. Or, à l’épreuve des faits, il apparaît que le locuteur n’en maîtrise pas pour autant la formulation, et qu’elles sont également perméables à l’interférence.

133On peut en effet remarquer que celle-ci se manifeste de deux manières, parfois concomitantes chez le même individu. La locution française ‘tandis que’, qui peut exprimer soit l’opposition, soit la simultanéité, sera rendue en castillan par deux formulations certes voisines mais distinctes, respectivement mientras que et mientras. Chez le locuteur irnmigré, cette distinction tend à disparaître au profit du calque, pour donner de manière erronée :

(M. R...) mientras que Franco ha vivido,...
[tant que Franco a vécu,...],

134ce qui ne l’a pas empêché précédemment d’avoir recours à l’emprunt pur et simple de ‘tandis que’ /tandiske/ :

(M. R...) no era como aquí una guerra entre los franceses y los alemanes, tandis que nosotros, era una guerra entre españoles [ce n’était pas comme ici une guerre entre les Français et les Allemands, tandis que nous, c’était une guerre entre Espagnols]

135pour exprimer l’opposition, cette fois dévolue à mientras que.

136Ce même informateur et son épouse nous offrent un florilège des deux modes de traitement des conjonctions et locutions conjonctives. Chez lui, mismo recouvre bien le sens d’identité qu’il possède en castillan, mais acquiert également celui de limite (‘et même’) dévolu en principe à hasta ou incluso. Mismo que (- ‘même que’) remplace aunque ou solamente se substitue à sin embargo par effet de calque.

137Avec ‘c’est pour ça qué’ /sepursáke/ employé par son épouse, locution qui aurait pu être avantageusement remplacée, suivant les niveaux de langue, par por eso es por lo que, por eso es porque, ou por eso tout court, nous voici en situation d’emprunt qu’il n’est pas inutile de replacer dans son contexte discursif.

M. R... Además, sin decirme, yo sabía lo que tenía que hacer : « Mire, Messié R..., vamo’ a hacer aquí una putra, tal y cual »... ¿ Una putra ?
... Pero ya cuando caí... / un pilar I Un pilar, en español se llama un pilar.
Mme R.... Y una putra, allí se dice una...
M. R......una viga
Mme R.... / Una viga, voilà / C’est pour ça qué, a lo primero, era duro.
Yo quería irme a mi paí’ otra ve’

138[En plus, sans qu’on me le dise, je savais ce que j’avais à faire. « Regardez, M. R..., ici, on va faire una putra (une poutre), comme ci et comme ça »... Una putra ?... Mais quand j’ai compris... un pilier / Un pilar, en espagnol, ça s’appelle un pilar./ Et une poutre, là-bas, ça se dit... /...una viga / Una viga, voilà ǀ C’est pour ça que, au début, c’était dur. Moi, je voulais m’en revenir dans mon pays.]

139Le cadre est donc un discours métalinguistique : le problème de la compréhension d’un terme de langue seconde (ici adapté phonétiquement), employé par le donneur d’ouvrage, et de sa traduction en langue première -tour à tour par pilar et viga- se trouve au cœur du dialogue entre conjoints. Il favorise en partie l’apparition de la forme interférentielle. En partie seulement, car c’est l’exclamation conclusive ‘voilà !’ qui opère le passage d’une langue à l’autre. La commutation de code une fois effectuée, la locutrice s’y maintient. La suspension qui fait suite à la locution correspond à une pause réflexive qui permet de réintégrer le code initial du discours.

  • 7 L’analyse du "code-switching", de nature sociolinguistique -et non plus proprement linguistique- e (...)

140Nous pouvons donc considérer le détour par la langue seconde comme une parenthèse porteuse d’une certaine distanciation du locuteur vis-à-vis du signifié de son propre discours. La conclusion et l’explication s’accompagnent en quelque sorte naturellement d’un détour du signifiant. Nous voici déjà aux portes d’un des ressorts habituels de l’expression d’un même individu dans deux langues, le ‘code-switching’7. La perturbation est liée à l’environnement discursif, ainsi que nous l’indique le traitement de la conjonction de coordination mais chez une autre informatrice.

141Nous avons pu relever, sur un entretien d’une heure, 25 occurrences auxquelles viennent s’ajouter 3 m’enfín. La locutrice immigrée réalise à 16 reprises la forme correcte correspondant à un discours de langue première, pero, mais elle en fait à 9 reprises ‘mais’ /me/. Hormis la proportion arithmétique (respectivement 64 % et 36 %), il nous a semblé fructueux de nous livrer à une analyse des situations contextuelles dans lesquelles apparaissent telle ou telle forme. Pero vient surtout en tête de phrase, en tant que lien négatif ou modificatif avec l’énoncé qui précède, alors que ‘mais’ surgit à l’intérieur même de l’énoncé avec une valeur réellement adversative :

(Mme Mo...) Pero cuando hay pobreza y todo eso, los amlgos... [Mais, quand on est pauvre et tout ça, les amis...]
hubiera e’tao mejor que donde e’taba, mais, lo’ errore’ de la vida, siempre lo’ mi’mo’
[j’aurais été mieux que là où j’étais, mais, les erreurs de la vie, toujours pareil].

142Le recours à l’une ou l’autre forme possède donc pour cet individu une certaine pertinence syntaxique et sémantique, semble-t-il. Mais line autre remarque doit compléter la première : le choix de pero ou de ‘mais’ paraît être lié à l’univers de référence. En effet, la formulation pero l’emporte largement dans la deuxième partie de l’entretien, consacrée à la vie en Espagne de l’informatrice, alors que dans la première partie, qui a trait à sa vie d’immigrée dans les Pyrénées-Orientales, la forme ‘mais’ est légèrement prépondérante par rapport à pero.

(Mme Mo...) Pero nosotro’, en Cañamero no teníamo’ familia... [mais nous, à Cañamero, on n’avait pas de famille]
yo quería volver a l’E’paía, mais la situación de la vida no... no lo ha querido
[moi, je voulais retourner en Espagne, mais la situation (les circonstances) de la vie ne... ne l’a (ont) pas voulu (ainsi)].

143Une telle constatation n’a, il est vrai, pas de quoi surprendre, mais le fait qu’elle se double d’un véritable système d’alternance semble remarquable. L’effet en retour, et le fait de jouer désormais sur deux codes qui se superposent ou s’imbriquent ne doit plus, par conséquent, être exclusivement perçu comme fauteur de trouble et d’anarchie, mais aussi comme éventuellement propice, non seulement à une substitution interférentielle, mais à une recomposition, une réélaboration, chez le sujet parlant, d’un nouveau système cohérent, selon ses propres critères.

4. LES EMPRUNTS LEXICAUX AU CATALAN ET AU FRANCAIS

1) Considérations d’ensemble sur le corpus lexical

144Le glossaire présenté en annexe (cf. infra) est le fruit du décryptage de 5 heures d’enregistrement réalisées auprès de 7 informateurs (3 individus et 2 couples). Il fait apparaître quelque 164 termes, dont 8 sont des réitérations (pour cause de formes, natures grammaticales ou acceptions différentes). Nous avons considéré ici comme participant de l’interférence des termes et locutions en usage -souvent courant- en Espagne, mais en concurrence avec des synonymes que, précisément du fait de l’impossible interférence, le locuteur immigré n’utilise pas (ou rarement) dans son discours en langue première. L’emprunt lexical aux langues secondes que sont le catalan et le français paraît plus prononcé que celui fait à la langue première dans l’expression française. Nous aurons l’occasion de préciser les divergences qu’ils présentent dans le chapitre suivant Pour l’heure, bornons-nous tout d’abord à des remarques formelles.

a) Les verbes

145Les verbes, au nombre de 52, représentent 31,7 % du corpus. Ce sont pour la plupart des verbes en -ar, donc du premier groupe (41), qui correspondent à des verbes français homologues (verbes en ‘-er’). Il semble de ce fait que l’affinité formelle de ces verbes dans les deux langues ait facilité leur interchangeabilité au-delà des limites de la correction linguistique. Le pas est allègrement franchi de l’affinité à la facilité que constitue la systématisation.

146La moitié des verbes recensés portent soit sur des sentiments vécus par l’informateur lui-même, soit appartiennent au champ relationnel (moi et l’autre). Cela n’est guère surprenant eu égard au thème de l’entretien. Il est pareillement logique de voir apparaître (9 occurrences) des termes relatifs à la langue et son apprentissage, et plus généralement au domaine culturel, puisque ces thèmes font l’objet d’une partie de l’interview. De ce fait, les verbes de mouvement (9) ou renvoyant à des actions concrètes (5) sont peu représentés, de même que les termes techniques liés aux dernières évolutions technologiques, qui sont au nombre de 3 (poluar, interviuvar et telefonar). La dimension psychoaffective est prédominante.

b) Les substantifs

147Bien plus nombreux sont les substantifs, au nombre de 88, qui constituent, avec 48,8 %, la quasi-moitié du corpus lexical analysé. Le locuteur castillanophone n’a donc pas tant besoin de nommer les actions que les choses, dans une langue autre que sa langue première. Encore faut-il faire une remarque de taille : l’emprunt au catalan ou au français ne concerne pas seulement les objets matériels, mais des réalités certes matérielles quoique de portée plus symbolique.

148Le champ lexical le mieux représenté est celui du travail et de l’économie, puisqu’il regroupe 38,6 % des substantifs. Les noms de métiers (9) voisinent avec des termes appartenant au lexique des professions agricoles (5) ou du bâtiment (5), d’autres professions, et plus généralement du monde du travail (9) et du monde économique (6). Rien d’étonnant à cela, puisque d’une part le travail est -ou a été, mais le plus souvent demeure- la principale préoccupation des immigrants, et que, d’autre part, cette réalité a été affrontée en France, en référence à des instances et une terminologie françaises.

149Ainsi, pour les mêmes motifs, apparaît le deuxième champ lexical par ordre d’importance, celui de l’officiahté, tant politique que sociale (15 occurrences). Les lieux-clés de l’infrastructure étatique (merí = ‘mairie’ ; polisa = ‘police’ ; escuela maternela = ‘école maternelle’, ou gara = ‘gare’) voisinent, à cet égard, avec les organismes officiels (Chambres de Commerce ou des Métiers) ou pourvoyeurs d’aide sociale (Alocaciones familiales, asistenta social). Les documents officiels (carta de identidad et carta de trabajo, distinguées avec soin), en un mot los papeles (au nombre desquels on peut aussi citer el permiso de conducir) sont autant de sésames ouvrant droit au séjour et/ou à l’emploi. Les termes techniques ou médicaux font eux aussi l’objet d’un emprunt à l’environnement dans lequel ils ont été connus ou vécus.

150Les autres champs lexicaux sont plus marginaux. Nous trouvons parmi eux celui de l’apprentissage de la langue, de l’écrit et de la culture (8 occurrences), celui de l’habitat (7), du temps (4) et de termes concrets divers qui n’apparaissent que 7 fois.

c) Les adjectifs

151Les adjectifs (15), soit à peine plus de 9 % du total, sont peu nombreux. L’adjectivation n’est pas le fort de nos informateurs, surtout préoccupés de la narration de faits (verbes) et de choses (noms) : cela s’inscrit dans le sens d’une économie langagière généralisée, qui se manifeste aussi en langue première. En outre, cette parsimonie de l’adjectivation se double du peu de nécessité de recours à l’emprunt : le locuteur possède dans sa langue première l’essentiel des matériaux lexicaux à mettre en œuvre, et s’en tient à eux. Les adjectifs empruntés se rapportent davantage à l’appréciation qu’à la description pure et simple, et l’influence du catalan s’y fait quelque peu sentir.

d) Adverbes, prépositions et conjonctions

152Les adverbes sont assez rares en tant qu’emprunts aux langues secondes : les informateurs semblent employer ceux du castillan de manière assez récurrente et limitée dans la variété, et se contenter de ceux-ci. L’innovation n’est pas à rechercher dans ce domaine.

153Il en va de même pour les prépositions, conjonctions et locutions, qui se rattachent au domaine de la syntaxe. C’est peut-être là un indice des limites de l’interférence avec la, ou les langue(s) seconde(s).

2) Les emprunts au catalan

a) Détermination des emprunts

154Il n’est pas toujours facile de faire le départ entre interférence avec la langue catalane et interférence avec la langue française. D’une manière générale, nous avons déjà montré que le catalan s’intercale géographiquement, mais aussi linguistiquement entre le castillan et le français (cf. chap. II). De plus, le catalan parlé en Roussillon est lui-même enclin au gallicisme du fait de sa position sociolinguistique. Enfin, que ce soit du fait de leur naissance ou d’un séjour-étape dans leur migration (en Catalogne espagnole), certains parmi nos informateurs possèdent une compétence -certes variable- dans cette troisième langue.

155Si certains termes sont purement marqués par l’interférence avec le catalan, d’autres le sont par celle, conjointe, avec le français et le catalan. Ceci nous conduit à opérer une distinction entre l’emprunt au catalan stricto sensu (catalan et non français) et l’emprunt au catalan lato sensu (catalan et/ou français). Ainsi vegada, dont les équivalents castillan et français sont respectivement vez et ‘fois’, est un emprunt strictement fait au catalan, alors que cor (équivalent de corazón et de ‘cœur’) est certes un terme catalan, mais peut également résulter d’une réalisation phonétique approximative du français ‘cœur’.

156Cependant, quelle que soit la catégorie prise en compte, c’est le caractère limité de l’emprunt lexical au catalan qui retiendra notre attention. 17 termes seulement sont d’origine strictement catalane, soit 12,5 % du corpus lexical ; 31 peuvent être vraisemblablement considérés comme tels, soit 22,8 %. En affinant l’analyse, et pour les catégories les plus représentées, verbes et substantifs, certaines tendances peuvent être mises en relief :

157Les emprunts au catalan stricto sensu ne varient guère en fonction de la catégorie grammaticale du terme, alors que les emprunts lato sensu (qui incluent les premiers cités) voient une prolifération de verbes interférentiels, alors que le nombre de substantifs stagne. L’emprunt lexical au catalan est net pour ce qui est des noms, alors qu’il est plus diffus en ce qui concerne les verbes.

b) Les champs lexicaux

158Si nous nous attachons à présent à l’examen des champs lexicaux en rapportant l’interférence catalane lato sensu à l’interférence de l’ensemble du corpus, certains traits significatifs se dessinent.

  • * dont : bâtiment 0 sur 5, soit 0 % ; agriculture 4 sur 5, soit 80 % ; métiers 3 sur 9, soit 33,3 %.

Note**

159Nous noterons pour les verbes une prédominance d’emprunt dans le domaine du mouvement et du concret, et une corrélative faiblesse de l’emprunt dans le champ de la culture et de l’apprentissage linguistique, tandis que le champ des sentiments et du vocabulaire abstrait est représenté dans la même proportion que l’ensemble des verbes d’origine catalane au sens large par rapport à l’ensemble des verbes du corpus. Le catalan apparaît donc essentiellement lié à la quotidienneté des actes, la sphère de la culture se rattachant à l’expression française.

160Les traits les plus remarquables concernant les substantifs sont tout d’abord -et pour cause ! - l’absence d’emprunt au catalan dans le domaine de l’officianté (c’est le seul champ lexical non représenté), et la sur-représentation de cet emprunt dans le champ également significatif du lexique du travail, encore que de manière inégale. En effet, dans le lexique du bâtiment, tous les termes sont empruntés au français (5 sur 5) ; dans celui de l’agriculture, l’emprunt est, à l’inverse, majoritairement fait au catalan (4 sur 5), et significativement aussi dans les noms de métiers (3 sur 9). Les deux principaux milieux socio-professionnels qui emploient les immigrants castillanophones sont donc liés chacun à une langue différente. Le catalan est avant tout le mode d’expression du monde agricole. À ce titre, le paysan est bien dénommé pagès.

c) Les aspects phonétiques

161Un autre aspect frappant, caractéristique de l’emprunt lexical au catalan, est la restitution quasiment à l’identique du terme emprunté au plan phonétique. L’imitation se heurte toutefois aux contraintes des phonèmes allogènes, en particulier la vocal neutra [ə] du catalan standard. Mais ce trait n’est pas exclusivement le fait des castillanophones, puisqu’il concerne une part des Catalans eux-mêmes (ceux qui pratiquent le català occidental, dont la part va diminuant) et les catalanophones valenciens et baléares.

162Généralement, comme dans vegada, les castillanophones réalisent /e/ le graphème -e et /a/ le graphème -a. La finale féminine est de même rétablie conformément à la norme castillane. Parfois, la vocal neutra est interprétée de façon erronée, comme dans /payré/, graphié peirer, mais la confusion est très commune, par exemple dans la retranscription officielle en français de nombreux patronymes et toponymes roussillonnais.

163Autre restitution castillane, la prononciation du /r/ dans la terminaison des infinitifs (alors qu’il est muet en catalan standard et roussillonnais), mais le plus souvent les locuteurs espagnols méridionaux ne le prononcent pas, comme il est de règle dans la phonétique de l’andalou. De même l’élision et substitution par une aspiration du /s/ est pratiquée sur les termes empruntés au catalan. Ainsi esclarir, prononcé /əsktərí/ en catalan standard devient-il /e’klarí/ et non /esklarír/. Mais, ces altérations phonétiques mises à part, l’emprunt lexical au catalan se caractérise par une fidélité à la fois morphologique et sémantique parfaite, ainsi qu’une identité d’emploi syntaxique.

3) Les processus d’emprunt lexical au français

164Si l’emprunt lexical au catalan est limité, quantitativement, plutôt spécialisé, selon les champs lexicaux, et reproduit assez fidèlement le terme de référence, il n’en va pas de même pour l’emprunt au français, bien plus large, plus diffus, et surtout plus varié dans ses processus interférentiels, au sein desquels apparaît une sorte de gradation.

a) L’Interférence pure

165À l’image de la plupart des emprunts faits au catalan, quelques termes seulement passent du français au discours en castillan sans subir aucune altération. Dans notre corpus lexical, on n’en compte que 4 ainsi reproduits, soit 2,44 % du total. Ils sont toutefois amplement significatifs, comme nous allons le voir.

166‘Mairie’ (prononcé /merí/ conformément à la norme régionale, avec /è/ > /e/, et /r/ apico-alvéolaire) renvoie à l’univers de l’officialité française, et n’est jamais traduit dans la langue première, par ayunta-miento. L’univers de référence induit le choix du terme.

167‘Car’ (et non ‘autocar’ /otokár/ en français ou /awtokar/ en castillan) est la forme abrégée, inusitée en castillan, mais la plus courante dans le registre familier du discours français. Dans le champ du vocabulaire technique (ici les transports), c’est la fréquence, la quotidienneté d’emploi qui prévaut : l’univers de référence est là aussi déterminant.

168‘Rendez-vous’ est préféré à cita parce qu’il se réfère à des relations formalisées entre Français, et ici plus précisément encore dans le cadre professionnel (secrétariat d’entreprise).

169‘Chef de chantier’, que nous analyserons par la suite en tant que mot composé, entre dans le même cadre.

170Il apparaît donc que cette interférence pure -emprunt en tant que tel- d’un élément du lexique français dans un discours en langue castillane ne saurait être interprétée en termes linguistiques, mais qu’elle est plutôt du ressort d’une analyse sociolinguistique. Les quatre termes figurant dans notre corpus présentent une forte connotation sociologique, et, pour trois d’entre eux, sont indissociables d’un certain prestige (lieu de pouvoir, rite socio-professionnel, hiérarchie).

b) L’interférence avec altération phonétique

171Ce type d’interférence est beaucoup plus répandu. Le calque de langue seconde est bien présent, mais il est traité selon les normes phonétiques de la langue première. Il suppose l’intégration, de la part du locuteur castillanophone, d’un système de correspondance entre phonèmes des deux langues, par identité ou approximation. Lorsqu’ils sont identiques, il ne s’opère -c’est l’évidence ! - aucune transformation. Lorsqu’ils ne le sont pas, le locuteur met en relation le phonème inconnu en langue première avec des phonèmes voisins (de même série phonologique). Cette relation est parfois univoque, parfois, les solutions sont multiples, ainsi qu’il ressort du tableau ci-dessous.

172L’évolution entre la réalisation dans le discours de langue première et le terme modèle de référence est susceptible de varier. Elle peut être quasiment identique.

173‘Regret’ /rəgrè/ ou /rögré/ > /regré/

174‘cachet’ /kašè/ ou /kašé/ > /kacé/

175‘béton’ /betõ/ > /betón/,

176présentent des différences minimes portant sur un seul phonème.

177‘Emprunt’ /ãprê/ ou /amprû/ > /emprón/ ou

178‘chômage’ /šomáz/ ou /šomáz;/ > /somáce/

179ou ‘gendarme’ /šãdárm ou /šandármə/ > /çandárme/

180s’écartent un peu plus du terme de référence.

181Parfois, les réalisations varient, y compris chez le même locuteur. Ainsi ‘Chambre’ est prononcé /cambra/ dans Chambra de Comercio et /s’ámbra/ dans Sambra des métiers, exemples sur lesquels nous aurons à revenir. L’instabilité dans la réalisation de l’équivalent de /s/ témoigne de l’insécurité linguistique du locuteur lors du passage de la langue seconde à la langue première lorsque l’interférence a lieu dans ce sens.

c) L’interférence avec altération phonétique et analogie morphologique

182Un pas de plus est franchi dans l’éloignement du modèle de référence -et corrélativement dans l’adaptation à la langue seconde- par l’adjonction dune marque morphologique de langue première à un terme emprunté à la langue seconde.

183Le morphème minimal est la marque du féminin le /a/ final, au lieu de la finale muette ou en /o/. Ce changement n’est plus uniquement de nature phonétique puisqu’il substitue, au-delà du son, le graphème castillan au graphème français en tant qu’élément grammaticalement pertinent.

184Mais d’autres morphèmes peuvent, de la même manière, être réinterprétés au plus près dune langue à l’autre, ‘-rie’, que l’on applique aux lieux de résidence ou d’exercice professionnel, est ainsi rendu par -ría, sur le modèle : ‘charcute-rie’ / tocine-ría. Ce processus fonctionne de manière assez répandue, mais peut être appliqué par le locuteur castillanophone au-delà de la norme d’usage, comme dans ‘mai-rie’ > me-ría pour ayuntamiento. Le morphème -tura est assimilé à ‘-ture’, comme il peut l’être dans la plupart des cas. Mais ‘dicta-ture’ n’est pas dicta-tara, comme le réalisent nos informateurs, mais dicta-dura. Le suffixe ‘-age’ est l’homologue du castillan -aje. Cependant, ‘carrel-age’ n’a pas pour équivalent la forme carre/-aje, mais pavimento ou enlo-sado. Le locuteur castillanophone applique donc abusivement une ‘recette’, peut-être, dans un premier temps pour mettre en œuvre une compétence communicative à l’égard des autochtones francophones, mais, de fait, durablement, voire définitivement dans son idiolecte. L’incorrection naît de la systématisation du transfert d’un morphème généralement équivalent. Partant d’une analyse judicieuse, l’analogie systématique s’avère trompeuse.

d) L’interférence par analogie morphologique erronée

185L’analogie, dans les exemples que nous venons d’analyser, met en relation le morphème de langue seconde avec sa réalisation jugée la plus plausible en langue première. L’extrapolation peut aussi se révéler plus hasardeuse : le morphème choisi présente certes des similitudes phonétiques, mais pas rigoureusement morphologiques, d’où une plus grande probabilité d’erreur. Nous prendrons deux exemples dans notre corpus.

186‘Ambiance’, dont l’équivalent castillan correct est ambiente (remarquons au passage le changement de genre : féminin en français, masculin en castillan) devient, chez une de nos informatrices ambienza /ambyénsa/, au féminin. Si nous tentons de reconstituer le processus qui conduit à une telle réalisation, nous remarquerons conjointement deux phénomènes. Le premier est une dissimilation du modèle de langue seconde dans la diphtongue de la deuxième syllabe, /ã/ ou /an/ (norme standard ou régionale) devient en effet /en/, conformément à la forme castillane. En partie, donc, le modèle de langue première, qui est le code du discours, est respecté. En même temps, le suffixe /ãs/ ou /ansö/ français fait l’objet d’assimilations abusives, /ãbyãs/ ou /ambyánsö/, qui est connu par le locuteur phonétiquement, est mis par lui sur le même plan, par exemple, que /dãs/ ou /dansö/, alors que graphiquement (mais, le sait-il ?) ‘ambiance’ et ‘danse’ diffèrent. Le locuteur entend par là se mettre en conformité avec une norme grammaticale dont il a la -fâcheuse- intuition.

187Si une telle démonstration ne s’avérait pas convaincante, étudions à présent le cas de ‘connaissance’, rendu par la même locutrice en conocencia, au lieu de conocimiento, qui est en castillan une forme masculine, et non féminine, comme en français et pseudo-espagnol. Nous postulons que ‘connaissance’ est ainsi traité. En premier lieu, le locuteur rétablit un radical castillan conforme à la norme : conocer > conoc-. Puis se pose le problème du traitement du morphème propre au substantif abstrait. Le locuteur croit percevoir une analogie (tel est le cas sur le plan phonétique, mais pas graphique) entre le suffixe français /ãs/ ou /ansö/ de ‘connaissance’ et de ‘présence’, par exemple. Pour ce dernier terme, le changement de langue s’accompagne de la correspondance /ãs/ ou /ansö/> /énsya/. Par analogie avec presencia, le locuteur castillanophone crée le néologisme conocencia, dont les deux composants sont bien du castillan correct, mais qui, ainsi combinés, donnent naissance à un barbarisme.

188L’analogie est donc ici doublement vouée à l’échec : non seulement les deux langues n’opèrent pas la suffixation sur des séries de termes identiques, bien que similaires, mais, de plus ce qui est pris pour une analogie dans la langue seconde -mal maîtrisée, appréhendée uniquement ou presque par la voie phonétique- ne l’est pas.

e) Analogie formelle et analogie sémantique

189Un exemple nous permettra de passer du domaine de la forme à celui du sens. C’est celui de esencia, qui se trouve être dans le droit fil du traitement de conocencia que nous venons d’analyser. Le français ‘essence’ /esãs/ ou /esãnsô/ est, selon le processus mis à jour, rendu par l’informateur sous la forme /esénsya/. Ce terme n’est pas un néologisme en castillan. Il existe bien, mais au sens philosophique. Or le locuteur castillanophone entend par ce terme le ‘combustible pétrolier’, que l’espagnol exprime par gasolina. Nous voilà donc dans le domaine du faux-sens. L’analogie phonétique et morphologique se heurte à une donnée sémantique. Le mécanisme opératoire effectué par le locuteur castillanophone à partir d’un terme de langue seconde -à partir duquel il opère parce qu’il correspond à son univers de référence, celui de sa vie quotidienne- crée un effet de sens involontaire dans son discours en langue première, qu’il est censé maîtriser mieux que le français. On devine aisément les problèmes posés par une telle pratique pour l’intelligibilité du message.

190L’interlocuteur possédant les deux codes (ou davantage) auxquels a recours le locuteur, est seul à même de décrypter le sens réel donné à l’énoncé. Le quiproquo est probable avec les interlocuteurs natifs et résidant en Espagne, que leur univers de référence ne conduit nullement à mettre en association gasolina et esencia. Un tel procédé, qui fait de l’immigré castillanophone une sorte de ‘mutant’ par rapport à sa langue première et à ses compatriotes, est d’autant plus fréquent chez lui que son temps de séjour en France aura été prolongé. Son discours peut atteindre ainsi de hauts degrés d’hybridation.

191Voici à présent d’autres exemples relevés dans notre corpus lexical.

192Nous avons volontairement limité le nombre d’exemples, mais c’est là un phénomène très fréquent.

f) Analogies morphologique et sémantique et fréquence d’emploi

193Parfois, et c’est plus rare, le locuteur castillanophone immigré procède de manière identique, sans pour autant être susceptible de créer véritablement le quiproquo. Il n’y a plus -ou plus uniquement- effet de sens, mais effet stylistique, également involontaire. Le terme employé est bien attesté dans le dictionnaire (il est compatible avec la norme standard entérinée par le Diccionario de la Real Academia de la lengua), mais il est peu usité -ce qui peut être vérifié à la fois par la connaissance des pratiques langagières, et par les dictionnaires qui en rendent compte.

194Aumentación, substantif féminin, signifie bien ‘augmentation’. Mais c’est l’usage quotidien de ce dernier terme en langue seconde qui motive la traduction du locuteur immigré, alors que l’usage espagnol devrait lui suggérer el aumento. De même, pour rester dans le lexique économique, le genre de ‘banque’ en castillan n’est pas indifférent. La forme masculine, el banco, désigne l’’établissement bancaire’, alors que la banca signifie : ‘secteur bancaire’. L’emploi du féminin au lieu du masculin pour cause d’analogie avec le français la ‘banque’, fait à la fois effet de sens et de style : c’est un terme plus technique, dune plus grande abstraction que el banco.

195Examinons à présent deux verbes : recontar et arribar. Recontar est employé par analogie avec le français ‘raconter’. Son usage en castillan s’applique avant tout à la ‘vérification du dénombrement’, ‘compter’, comme dans l’expression hacer el recuento, mais il peut également signifier contar de nuevo, c’est-à-dire ‘réitérer le récit’. Le locuteur immigré n’use pas du sens le plus fréquent d’emploi, pas plus qu’il n’exprime la réitération, mais tout simplement l’action de ‘faire le récit’. Le choix d’un terme rare (trait stylistique) se double d’un faux-sens (approximation sémantique). De même arribar, calqué sur ‘arriver’, ne connote nullement l’idée de ‘rive’, donc d’’abordage’. Il fait certes partie du champ lexical des transports, mais pas dans sa section transports maritimes. Cuando me arribé de Valencia ne signifie pas forcément : « Quand j’ai ‘débarqué’ de Valence », comme semblerait le suggérer la métaphore portuaire, qui n’est qu’involontaire.

196On voit bien à travers ces exemples comment mie maîtrise imparfaite de la langue première, due à une absence prolongée de pratique in situ, et la pratique quotidienne de la langue seconde, se conjuguent pour créer une ‘interférence en retour’ et donner au discours du castillanophone immigré des traits d’inexactitude et d’étrangeté stylistique, sans être nécessairement un obstacle à l’intercompréhension.

g) La création verbale

197Un aspect particulièrement frappant dans l’étude lexicale du discours des immigrés castillanophones est la quasi-inexistence du néologisme en tant que tel. Les termes employés ont presque toujours un rapport direct soit avec le catalan seul, soit avec le catalan et le français, soit avec le français seul, soit avec le français et le castillan. Retranscrits ou adaptés, ils sont à des degrés divers des emprunts. Un seul terme sur les 136 qui forment le corpus des verbes et substantifs réunis peut être qualifié de néologisme à part entière : emplatrao (français ‘plâtré’ ; castillan escayolado). Nous le tenons pour tel puisqu’il associe à un gallicisme dans le lexème et un morphème de participe passé (réalisé à l’andalouse) un préfixe en susceptible d’exprimer l’enfermement (type empaquetar, encarcelar), et qu’une telle combinaison est une création propre à l’informatrice.

198Le fait qu’un tel phénomène ne représente que 0,07 % d’un ensemble conséquent vient à point nommé nous rappeler que l’impression de liberté qui semble a priori se dégager de l’expression des locuteurs castillanophnes immigrés doit être considérablement relativisée. Leur marge de manœuvre, réelle par rapport aux différentes normes entre lesquelles ils évoluent, est précisément encadrée par ces normes. Ils ne transgressent en fait que très rarement cet ‘espace de débattement’ que crée leur va-et-vient incessant entre plusieurs langues. Leur discours n’est peut-être qu’un chaos, mais aux frontières bien délimitées.

4) Les mots composés

199Les mots composés offrent précisément une bonne image de la marge de manœuvre que se donne le locuteur entre deux langues. Nous retrouverons des observations faites précédemment, mais la multiplication des composants mérite un examen particulier. Première remarque d’ensemble : ces mots composés sont des substantifs, pour la plupart du champ de l’officialité (8 sur 11).

a) Emprunt avec adaptation phonétique minimale

200C’est ce que nous avons nommé (cf. supra C 2) ‘interférence avec altération phonétique’. Chacun des termes du mot composé est adapté phonétiquement du français. Ainsi, par exemple, ‘Allocations Familiales’ devient Alocaciones Familiales. Le premier des deux termes n’existe pas en castillan (tout au plus pourrait-il s’apparenter à loco, ‘fou’, ce qui créerait un effet de sens plutôt cocasse, du type ‘affollement’), et le second est un gallicisme qui se distingue de la forme correcte familiares. L’expression calquée phonétiquement n’a aucun sens pour quiconque ne connaît à la fois la France (et son organisme de prestations sociales) et l’espagnol.

b) Emprunt avec adaptation phonétique et reproduction

201Le processsus que nous venons d’analyser ne s’applique à présent qu’à la moitié de l’énoncé, la première ; la deuxième partie est une reproduction phonétique fidèle du français. En effet, dans Sambra des Métiers /sambrademetyé/, la difficulté de prononciation du phonème [š] conduit à l’adaptation phonétique de la consonne initiale du premier terme. Notons que la marque féminine française -e est réinterprétée à la castillane en -a. Quant à la suite, si aucune difficulté phonétique ne s’oppose à la reproduction à l’identique, la traduction -reposant sur une analyse- est sentie comme trop éloignée du modèle de référence (de oficios ?, gremial ?...). Le choix de réalisation sera donc dicté par la facilité que représente la reproduction d’un message non analysé.

c) Emprunt avec adaptation phonétique et traduction

202Mais la traduction peut avoir lieu si la mise en correspondance du terme français avec le terme castillan est aisée. Ainsi, l’affinité phonétique -et morphologique- ‘commerce’/comercio entraîne la réalisation Chambra de Comercio qui passe dès lors chez son auteur pour une dénomination parfaitement correcte (alors qu’il convient de dire cámara).

d) Traduction avec reproduction

203Le même critère d’affinité motive la traduction de ‘chauffeur’ en chófer (qui est de surcroît, à l’origine, un gallicisme du castillan) dans l’énoncé chófer poids-lourds /çoferpwalúr/. En outre le premier terme est un nom commun générique, vraisemblablement lié à l’univers castillanophone. En revanche, le reste de l’énoncé, qui est un terme relevant d’un univers socio-professionnel francophone, et dont la traduction (pesos pesados) est peut-être inconnue, ou pas immédiatement accessible, en tout cas dissemblable, a toutes les chances d’être reproduit tel quel, puisqu’il ne présente du reste aucune difficulté phonétique particulière.

e) La traduction terme à terme

204Lorsque aucun obstacle ne semble se présenter à lui, le locuteur immigré castilanophone opère une traduction terme à terme du français à l’espagnol, sur la base de l’affinité morphologique et phonétique.

205Un tel procédé repose avant tout sur le principe de l’économie :

  1. absence de difficulté particulière
  2. moindre changement.

206Mais de telles expressions se heurtent malheureusement à l’usage en vigueur outre-Pyrénées, respectivement carnet de conducir et carnet de identidad (voire D.N.I. - documento nacional de identidad) où, suprême ironie du sort, le terme premier est générique et un emprunt au français, graphie et phonétique -/karné/ comprises !

f) Traduction ou reproduction ?

207Chez un même informateur, nous avons pu par ailleurs rencontrer, et de manière réitérée, deux formulations bien distinctes de mots composés apparemment peu dissemblables formellement. ‘Chef de chantier’, prononcé alternativement /šefdešantyé/ ou /çefdešantyé/, voisine avec ‘chef d’équipe’, jefe de equipo /xefedekípo/ pour rendre compte d’une même expérience professionnelle ayant pour cadre l’entreprise française. Pourquoi donc l’une des deux dénominations apparaît-elle en castillan dans un discours en castillan (ce qui semble tomber sous le sens), alors que l’autre est en français -entachée d’une incorrection phonétique minime- dans le même discours ?

208La traduction terme à terme en castillan est plus simple pour :

209alors que ‘chantier’ diffère (en castillan obra(s)). Mais le même terme ‘chef est tour à tour traduit et conservé, sans aucune raison linguistique apparente. Il s’agit dès lors (cf. supra 3.1) d’une raison de prestige de la fonction, hiérarchiquement supérieure à celle de ‘chef d’équipe’, qui motive l’absence de traduction. L’analyse doit être menée sur un plan sociolinguistique : si le ‘chef de chantier’ entretient des relations étroites avec les cadres et la direction de l’entreprise (personnels de nationalité et d’expression françaises), le ‘chef d’équipe’ est le plus souvent au contact des ouvriers (parmi lesquels bon nombre d’Espagnols, comme lui).

210La démarche qu’adopte le locuteur castillanophone avec les mots composés semble parfois être le fruit du hasard ou de son seul caprice. Or ici aussi, le locuteur obéit à un certain nombre de principes qu’il intègre et applique de son propre chef à son discours, et l’on peut affirmer que l’impression première n’est pas nécessairement fondée.

211Ainsi que nous venons de l’observer, l’’effet en retour’ de la langue seconde sur le discours en langue première est loin d’être aussi négligeable qu’il peut apparaître de prime abord, même si, dans son étendue, l’interférence dans ce sens est logiquement moins importante que celle qui se manifeste de la langue première sur le discours en langue seconde analysée au chapitre précédent. Aussi tenterons-nous, dans le chapitre à venir, d’établir une synthèse (à partir des discours en castillan langue première et en français langue seconde, mais pas en catalan) de l’espace interférentiel du melandjao, et, à travers lui, de deux langues voisines en contact.

Notes

1 Nous n’entrerons pas ici dans le débat sur la définition de l’andalou en tant que langue à part entière ou dialecte du castillan. Nous renvoyons à une définition souple -celle de Miguel Ropero (op. cit.), présentée au chap. II (cf. supra)- en tant que “modalidad lingüística del español”.

2 Cette marque est soit régionale (géolinguistique), soit sociale (sociolinguistique), et dans ce cas, dénote un langage populaire, généralement plus "relâché" sur le plan articulatoire.

3 L’emprunt lexical s’accompagne de procédures de transfert, qui supposent une succession de décodage -selon un référent pré-existant ("modèle" de discours à imiter)- et d’encodage, par rapport à la fois à une structure sous-jacente (la langue, première) et à des pratiques discursives antérieures.

4 cf pour une approche rapide (en part, schéma p. 27) López Garía (A.), La psicolingüística, Madrid, Síntesis, 1988, pp. 12-28 ; de nombreux travaux de Jean Piaget (en part. Le langage et la pensée chez l’enfant, Paris-NeuchâteL Delachaux et Niestlé, 1970) ; Jakobson (R.), “La linguistique” in Tendances principales dans les sciences sociales humaines, La Haye, Mouton, 1970 ; Ervin-Tripp (S.M.), “Imitation and structural change in children’s language” in Lenneberg (E.H.), New directions in the study of language, Cambridge, M.I.T. Press, 1964, pp. 163-189.

5 sur le polymorphisme, de manière générale, cf. Allières (J.), “Un exemple de polymorphisme phonétique: le polymorphisme de l’-s implosif en gascon garonnais” Annales de la Faculté des Lettres de Toulouse, 3° année, 1954,4, pp. 70-103.

6 cf. Camprabi (M.), op. cit.

7 L’analyse du "code-switching", de nature sociolinguistique -et non plus proprement linguistique- est menée dans la thèse, Lagarde, op. cit., pp. 224-244

Notes de fin

* dont : bâtiment 0 sur 5, soit 0 % ; agriculture 4 sur 5, soit 80 % ; métiers 3 sur 9, soit 33,3 %.

© Presses universitaires de Perpignan, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540