Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cimetières du haut Moyen Âge en Languedoc

 | 
Sylvie Duchesne
, 
Éric Crubézy

I. Présentation des sites

J. Guyon, M. Vidal, Ch. Duhamel, J.-P. Cazes, I. Barthélémy, F.-X. Ricaut, P. Dupouey, A. Martin, S. Duchesne, M. Bessou (†), Cl. Raynaud et P. Murail

Texte intégral

1Les sites étudiés appartiennent à deux régions du sud de la France : Midi-Pyrénées, avec cinq sites issus de trois départements, la Haute-Garonne (à Saint-Bertrand-de-Comminges et Venerque), le Gers (à L’Isle-Jourdain et Ordan-Larroque), et le Tarn (à Vindrac-Alayrac), mais aussi Languedoc-Roussillon, avec deux sites issus du département de l’Hérault (à Lunel-Viel) (fig. 1).

2La ville de Saint-Bertrand-de-Comminges est située à près de 110 km au sud-ouest de Toulouse, dans le piémont pyrénéen. Elle est au carrefour d’importantes voies de communications, terrestres et fluviales, qui lui permirent un fort développement à l’époque antique. Elle devint une vaste et prospère ville gallo-romaine, puis ville épiscopale et chef-lieu de cité à l’époque paléochrétienne, avant d’être assiégée et détruite au VIe siècle par les invasions. Elle dut attendre Bertrand de l’Isle-Jourdain, évêque du Comminges en 1083, pour prendre un nouvel élan. À sa mort, il laissa derrière lui une cité épiscopale active, établie autour d’une nouvelle cathédrale mais débordant largement de ses remparts. La basilique et la nécropole étudiée sont situées en contrebas de Saint-Bertrand, en lisière du lieu-dit Le Plan, à proximité immédiate de la chapelle funéraire romane de Saint-Julien (parcelle cadastrale 348) et du centre monumental de la ville du Haut-Empire (fig. 2).

Figure 1 : Localisation des sites funéraires étudiés.

Figure 1 : Localisation des sites funéraires étudiés.

3Le village de Venerque est situé à environ 30 km au sud-ouest de Toulouse, au pied d’une large trouée formée par la plaine du ruisseau La Hise, affluent de l’Ariège. De part et d’autre, la ligne continue des coteaux du Lauragais identifie un paysage vallonné sur et à la base duquel ont été reconnus des établissements antiques. La nécropole étudiée a été découverte dans le domaine de Rivel, à l’est du village, dans une zone en faible rupture de pente, surmontant de 2,50 à 3 m La Hise (Labrousse 1980 ; Lequément 1983 ; Vidal 1987, 1987-88 ; Clottes et al. 1989).

Figure 2 : Localisation de la basilique de la ville basse par rapport à l’habitat actuel

Figure 2 : Localisation de la basilique de la ville basse par rapport à l’habitat actuel

(en hachures et aux vestiges antiques repérés (Dessin : J.-C. Liger).

4La ville de L’Isle-Jourdain est située à près de 35 km à l’ouest de Toulouse, occupant une position stratégique dès le début de l’ère chrétienne. En effet, elle est établie sur une importante voie de circulation entre Toulouse, Auch et Bordeaux, et à la frontière de l’Aquitaine et de la Septimanie, ce qui a permis son développement et sa pérennité sur plus de mille ans en devenant une véritable agglomération routière. Le site étudié est implanté sur le versant du coteau de Rozès, au sud de l’Isle-Jourdain, au lieu-dit La Gravette. Il est limité à l’est par les ruisseaux de Cabriots et de l’Hesteil, et plus à l’ouest par la vallée de la Save.

5Le village d’Ordan-Larroque, fusion de quatre villages (Ordan, Larroque, Meilhan et Ardenne), est situé à près de 10 km au nord-ouest d’Auch, qui fut évêché dès le IVe siècle, puis archevêché dès le IXe siècle. La commune est traversée par une voie historique, le chemin de César, qui reliait Toulouse à Eauze, qui fut la capitale de la Novempopulanie. La nécropole étudiée, Saint-Brice-de-Cassan (parcelles 37 à 40, section A), est située en fond de vallée sur la rive gauche de l’Auloue, affluent de la Baïse, à 3 km au nord du village.

6Le village de Vindrac-Alayrac est situé dans l’Albigeois, zone de contact entre le Massif central et le Bassin Aquitain, dans la vallée du Cérou. La rivière s’infléchit pour ouvrir, au droit du village, sur une vallée large de 900 m environ, passage obligé au pied du village perché de Cordes (du début du XIIIe siècle) pour l’axe Albi-Cahors. C’est une région conquise par les Romains à la fin du IIe siècle avant J.-C. Après les invasions du Ve siècle (Vandales, Suèves, Wisigoths, Francs, Sarrasins), l’Albigeois fut intégré à la Septimanie. Le site étudié est au cœur du village, à quelques mètres au nord de l’église (fig. 3).

7Le village de Lunel-Viel est situé dans la plaine littorale languedocienne, à environ 30 km à l’est de Montpellier, en direction de Nîmes. Créé au cours du Ier siècle après J.-C., le village est construit autour d’un carrefour routier. Il se développe jusqu’au Ve siècle, où de nouveaux quartiers apparaissent. Le village se réorganise, notamment vers le nord-est, d’où il ne bougera plus. La nécropole des Horts est située en dehors de l’agglomération, à proximité de l’ancienne bourgade romaine, bien au sud des secteurs habités ; la nécropole de l’Église est située dans le quartier Saint-Vincent, proche de l’église actuelle autour de laquelle se fixera plus tard le village (fig. 4).

Figure 3 : Situation de Vindrac (Tarn). Dessin et cliché M. Bessou.

Figure 3 : Situation de Vindrac (Tarn). Dessin et cliché M. Bessou.

Localisation de la basilique de la ville basse par rapport à l’habitat actuel (en hachures et aux vestiges antiques repérés (Dessin : J.-C. Liger).

I. 1. La nécropole de la basilique du quartier du Plan, à Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne)

(Guyon J.)

I. 1.1. Les vestiges antérieurs

8Les recherches récentes ont montré que la basilique a été bâtie à l’emplacement d’une vaste demeure, avant d’être étendue en empiétant sur les dépendances d’une autre domus qui fut luxueusement restaurée pendant l’Antiquité tardive, et restera occupée alors même que la basilique était en fonction.

9Les vestiges de cet urbanisme ancien sont à la fois plus simples et plus complexes qu’on ne l’a dit : plus simples parce qu’il faut renoncer à restituer le portique que M. Dieulafoy (1914) imaginait à hauteur de l’extrémité orientale de la nef, supposant que l’édifice chrétien avait remployé là, tels quels, les éléments d’une colonnade ancienne ; plus compliqués parce qu’il faut distinguer dans les éléments antérieurs deux et peut-être trois ensembles d’habitations (fig. 5).

10Un premier ensemble est constitué par une vaste domus de 1000 m2 de superficie au moins qui couvrait - et au-delà -tout l’emplacement occupé par le premier bâtiment chrétien et ses annexes : elle était limitée au nord par un mur long de 28 m -le mur 16 - et à l’ouest par une autre domus ; au sud, elle s’étendait peut-être jusqu’à un decumanus secondaire reconnu par photographie aérienne et elle donnait sûrement à l’est sur une autre voie partiellement fouillée en 1986. Les recherches ont été trop ponctuelles pour reconnaître suffisamment l’organisation générale de ce bâtiment de plan trapézoïdal qui a connu au moins trois phases dont seule la dernière paraît appartenir à l’Antiquité tardive. La maison compte alors de grandes salles, d’une centaine de mètres carrés de superficie (dont deux pourvues d’un chauffage par conduits rayonnants), qui peuvent ouvrir, au nord-est comme au sud, sur des cours. L’une des salles a été édifiée au détriment d’un ensemble complexe -des petits thermes vraisemblablement -qui a lui-même succédé à une première construction dont on ignore à peu près tout.

Figure 4 : Situation de Lunel-Viel dans la plaine littorale languedocienne.

Figure 4 : Situation de Lunel-Viel dans la plaine littorale languedocienne.

Figure 5 : Plan général des fouilles du quartier du Plan.

Figure 5 : Plan général des fouilles du quartier du Plan.

A l’ouest, fouilles de B. Sapène (1927-1931) ; au sud-est, la basilique chrétienne dont une partie seulement (le « narthex ») empiète sur la grande domus occidentale ; au sud, annexes de la basilique et autre domus fouillées de 1985 à 1992 (Dessin J.-C. Liger, H. Delumeau d’après les relevés de B. Sapène et J.-L. Paillet).

11Le plan de la basilique ne reprend pas exactement celui de ce bâti antérieur. Le mur nord de la nef chevauche ainsi le mur 16 au-dessus duquel ont également été construites les annexes nord, mais à l’inverse, deux autres murs de la domus ont été entièrement réutilisés : l’un dans le mur sud de la nef, dont seule la moitié est appartient en propre à la basilique ; l’autre pour servir de limite méridionale aux annexes sud. Du coup, l’une des pièces chauffées de l’ancienne domus est restée mitoyenne des annexes, sans que l’on puisse connaître sa destination : a-t-elle gardé sa fonction première, au sein d’une maison désormais amputée de la moitié de sa superficie ? ou était-elle liée, d’une façon ou d’une autre, à l’ensemble monumental chrétien ?

12Au nord du mur 16 s’étendait un autre bâtiment distinct, qu’on ne connaît que par un sondage d’une dizaine de mètres carrés de superficie, qui a livré des éléments de construction en adobe et des niveaux attribuables, en première analyse, au début de l’Empire.

13À l’ouest enfin, un troisième ensemble est constitué par une très vaste domus sur les dépendances de laquelle a été installé le prétendu narthex de l’édifice chrétien. Ce dernier établissement est bien connu par les fouilles anciennes de B. Sapène (1966) de part et d’autre de la route d’accès au site ; les recherches récentes ont confirmé qu’il a été bâti au Ier siècle de notre ère (entre 30 et 60 ? ; Guyon, Paillet 1987, 9) sur un établissement plus ancien. Sa façade principale, longue d’une cinquantaine de mètres sans doute, donne au nord sur l’une des rues principales de la ville antique. Des pièces d’habitation échelonnées sur deux ou trois rangs en profondeur sont distribuées autour d’une cour centrale de 400 m2 de superficie ; elles couvrent au total plus de 3000 m2. Au sud, un portique, peut-être cloisonné dans un second temps, donne sur un espace ouvert, cour ou jardin, agrémenté d’un grand bassin qui a été tranché par le mur ouest du « narthex ».

14Cette domus fut restaurée, tout ou partie, dans le courant du IVe siècle. Les angles sud-est (les plus proches de la basilique) furent retransformés en salles chauffées et l’une d’entre elles reçut un tapis de sol en mosaïque polychrome orné d’une grande natte, datable sans doute d’un IVe siècle avancé, sinon du Ve siècle. Cet ensemble soigné fit l’objet d’un entretien attentif alors même qu’existait le monument chrétien : des murs de renfort destinés à étayer les murs de la salle sud-est ont en effet été appuyés contre les murs de la nef et du « narthex ». La disparition de la domus, également documentée par la fouille, doit d’ailleurs être placée à une date sûrement tardive (VIe siècle ? ; Guyon, Paillet 1987, 15), ce qui invite, dans ce cas aussi, à se demander si la maison a continué à vivre jusqu’au bout de sa vie propre ou si elle a été annexée, progressivement ou d’un seul coup, aux monuments chrétiens.

15Si de telles interrogations doivent rester sans réponse, le seul fait qu’on puisse les formuler suffit à montrer que la basilique n’est pas née dans un désert ou au milieu d’un champ de ruines, mais bien au cœur d’un quartier de demeures luxueuses, où elle a difficilement trouvé place ; ce qui corrige sensiblement l’image généralement reçue de Saint-Bertrand à la fin de l’Antiquité.

I. 1.2. La basilique

16Le bâtiment n’est pas exactement orienté, mais de direction générale nord-ouest/sud-est ; il mesure hors tout environ 45 m d’ouest en est sur 13,60 m du nord au sud (fig. 6). Les descriptions anciennes (Lizop 1931, 426-433) distinguent quatre éléments : à l’ouest, un « narthex » de 12 m de longueur dans-œuvre, au centre, une nef de 18,60 m de longueur dans-œuvre, à l’est, un « chœur » plus étroit (9 m de largeur) composé « d’une travée rectangulaire de 5,90 m de long terminée par un chevet à trois pans » (longueur totale : 12,90 m ; Lizop 1931, 432), et enfin, des annexes importantes au nord du chœur.

17Ces descriptions signalent aussi le manque d’orthogonalité de certains éléments (qu’elles expliquent par le remploi dans l’édifice de murs antérieurs) et laissent ouverte la question de savoir si la nef principale était unique ou divisée en trois vaisseaux par des colonnades.

18Les recherches récentes permettent de privilégier la première solution : il n’existe en effet aucun indice probant pour l’existence de lignes internes de supports, et la largeur de l’édifice autorise sa couverture par une unique charpente. Elles invitent en outre à remettre en cause la nomenclature traditionnellement adoptée et à considérer que le plan singulier et l’allure très étirée de la basilique résultent de plusieurs transformations.

19Ainsi, à l’ouest, l’existence d’un narthex est pour le moins problématique. La limite entre la nef et le « narthex » est en effet marquée par un mur 29 qui appartient non pas au monument chrétien, mais à une vaste domus plus ancienne et cette limite se présente de manière étrange. Les fondations des murs du « narthex » et de la nef sont en effet plaquées contre ce mur 29 mais il en va autrement en élévation où un témoin conservé de la première assise montre au contraire que ces mêmes murs du « narthex » et de la nef sont en parfaite continuité au-dessus du mur 29 dérasé. Autant d’éléments qui invitent à lire la limite entre nef et « narthex », non comme une césure propre au monument chrétien, mais bien comme un témoin d’une séparation initiale entre basilique et domus, qui fut abolie dans un second temps en raison des transformations du monument chrétien.

20Le « narthex » est en effet la seule partie de la basilique qui empiète, d’ailleurs marginalement, sur l’emprise de la domus dont le jardin couvrait tout le secteur ouest du site, et la description de son architecture montrera par ailleurs combien il diffère du reste du monument chrétien : tout suggère donc qu’il constitue l’extension vers l’ouest d’une première basilique adossée au mur 29 du jardin ; l’interprétation est d’autant plus vraisemblable que les annexes méridionales de l’église, initialement limitées elles aussi par le mur 29, ont également été prolongées de la même façon en direction de l’ouest, sans doute au cours de la même campagne de travaux.

21La basilique proprement dite a d’ailleurs connu une autre extension dans la direction opposée, vers l’est. Les recherches récentes ont montré en effet qu’à cet endroit, le « chevet à trois pans » décrit par R. Lizop n’était qu’une adjonction à un édifice initialement terminé par un chevet plat, et que ce nouveau chevet à pans coupés fut remanié par la suite et alors réduit.

22Le plan confus des annexes nord tient d’autre part à l’existence de deux constructions superposées, mais d’organisation assez voisine (il faut y voir trois salles, agrandies dans un second temps), tandis que les annexes méridionales, découvertes par les recherches récentes, ont connu plus de modifications encore.

23Quatre états au moins peuvent être distinguer, conduisant un bâtiment relativement modeste à l’origine (25 m x 13,60 m environ) à l’ample basilique aujourd’hui présentée au public :

  • État 1, une basilique terminée à l’est par un chevet plat et pourvu d’annexes : trois salles au nord, et au sud, un ensemble plus important organisé autour d’une cour.

  • État 2, extension de la basilique, vers l’est, par l’adjonction d’un chevet à pans coupés qui empiète sur une rue ; vers l’ouest, par le prétendu « narthex » gagné sur la domus. Ces transformations (simultanées ?) s’accompagnent peut-être d’un agrandissement des annexes nord et, à coup sûr, d’une extension parallèle des annexes sud, d’ailleurs également transformées : elles comptent alors une cour à l’ouest, des portiques à l’est.

  • État 3, transformation des annexes méridionales, formées désormais d’une longue cour, bordée au nord et au sud par des portiques (peut-être cloisonnés au nord-ouest) ; réfection et rétrécissement (simultanés ?) du chevet à pans coupés.

  • enfin, État 4, dernière modification des annexes sud, qui ne comptent plus qu’un ample portique au nord, qui donne sur une cour.

Figure 6 : Etat successif de l’ensemble monumental paléochrétien et localisation des inhumations (d’après dessin de J.-L. Paillet 1993).

Figure 6 : Etat successif de l’ensemble monumental paléochrétien et localisation des inhumations (d’après dessin de J.-L. Paillet 1993).

I. 1.3. Les inhumations

24Entre 1913 et 1926, vingt-sept sarcophages ont été dégagés à l’intérieur de la basilique. À l’exception des exemplaires n° 4 et 6, tous les sarcophages sont orientés, et les trois quarts ont été placés dans la moitié septentrionale de l’édifice. Mais cette disposition doit peut-être beaucoup au hasard, sauf dans le chœur où la conservation d’une notable partie du soubassement du sol permet de supposer que le nombre des inhumations a toujours été réduit, ailleurs les récupérations ont sûrement été nombreuses, car dans la nef, la stratigraphie était très bouleversée (Lizop 1914-1922, 246) et les cuves isolées ne manquent pas dans le village actuel... Au témoignage des fouilleurs, certaines cuves (n° 3 et 14 en particulier) étaient nettement au-dessous du niveau de sol et elles étaient d’ailleurs recouvertes par des dalles du pavement ; pour les installer, on avait même à l’occasion entaillé les murs plus anciens sous la nef : d’autres sarcophages au contraire (n° 1 et 2 par exemple) affleuraient le pavement ou le dépassaient peut-être.

25Six autres sarcophages ont été repérés à l’extérieur de l’édifice : le premier, le long du mur de la nef, dès 1920 ; deux autres dans l’annexe sud-est en 1986 (dont l’exemplaire n°30 qui a été creusé dans un bloc épigraphe en remploi), les trois derniers enfin, dans les annexes méridionales en 1988. Ils témoignent de l’intense utilisation funéraire d’un site où les inhumations en pleine terre avoisinent des sépultures plus recherchées placées dans des cuves.

26Plus de cent trente tombes ont été fouillées ou reconnues dans les annexes entre 1985 et 1992. Ce sont pour la plupart de simples fosses entourées et couvertes de cailloux et de matériaux de démolition. Leur densité est particulièrement importante auprès de la basilique où elles ont été installées au prix parfois de recoupements, sur plusieurs niveaux qui répondent aux exhaussements, d’ailleurs mesurés, liés aux différentes transformations des annexes. Ces tombes ont fait disparaître toute trace des sols originels et souvent détruit des murs, ce qui ne facilite guère les restitutions ; du moins offrent-elles une image approchée de l’importante nécropole qui avait pris place également dans la basilique elle-même et à laquelle les premiers fouilleurs n’ont accordé qu’une attention mesurée : quelques lignes dans les relations imprimées ou mes carnets inédits de B. Sapène (1966).

I. 1.4. Le mobilier

27L’intérêt majeur de la basilique et de ses annexes réside dans les sarcophages : les vingt-sept sarcophages situés à l’intérieur sont en marbre de Saint-Béat pour la plupart, une cuve et un couvercle sont en marbre rouge de Sost, et un sarcophage est en calcaire.

28Un seul sarcophage (le n° 7, aujourd’hui au musée) portait à la fois un décor (un cercle entou-rant un chrisme flanqué des lettres alpha et oméga) et une inscription (Schenck 1991) :

da Xpe famulae tuae Aemilianae requiim et vitam aeternam
« donne, ô Christ à ta servante Aemiliana le repos et la vie éternelle »

29Les individus inhumés dans les fosses simples étaient déposés pour la plupart d’entre eux sans matériel.

I. 1.5. Interprétations et datation

  • 4 Identifiées par J.-P. Bost.

30Les éléments d’appréciation manquent pour proposer une interprétation sûre de cet édifice : s’agit-il d’une basilique construite dès l’origine pour recevoir des tombes ou d’un monument dans lequel les inhumations n’auraient été installées que dans un second temps ? La deuxième interprétation avait la faveur des premiers fouilleurs qui jugeaient que le sol avait été défoncé pour placer les cuves (Lizop 1931, 437). On ne peut apprécier aujourd’hui la validité de ce jugement puisque partout, leur fouille a été conduite jusqu’à la base des sarcophages, mais l’hypothèse paraît vraisemblable, surtout à présent que l’on connaît mieux l’environnement de la basilique. Est-il concevable en effet que l’on ait dès l’origine, installé des tombes dans un secteur de la ville encore très urbanisé pendant l’Antiquité tardive, comme l’ont montré les fouilles des domus voisines ? Ce le serait en Espagne ou dans l’Africa romaine, c’est plus improbable dans notre pays, et ce, même si la basilique n’est pas, comme le voulaient ces découvreurs « le plus ancien édifice religieux que l’on ait encore signalé en Gaule » (Dieulafoy 1914, 90). Les dernières publications consacrées au monument (ainsi Gavelle 1982, 500-501) sont revenues à juste titre sur cette appréciation, et la date qu’elles proposent (première moitié du Ve siècle) semble corroborée par les fouilles récentes qui permettent de placer au plus tôt après le premier tiers du Ve siècle la constitution du sol de circulation à l’extérieur des annexes sud, grâce à la présence dans le remblai sous-jacent de nombreuses émissions monétaires4.

31L’indice vaut pour la création de la basilique, non pour ces transformations successives qui risquent de rester à jamais indatables à cause des bouleversements apportés par les inhumations ultérieures. Et les rapprochements typologiques ne seront guère éclairant en la matière. En Gaule en tout cas, cet édifice paraît isolé, et son plan, très simple avant l’adjonction du chevet polygonal, n’est pas caractéristique ; quant au chevet à trois pans lui-même -une disposition à laquelle on tenait puisqu’il a fait l’objet d’une reconstruction à l’identique, ou presque -il n’a pas grand rapport avec les absides polygonales qu’on connaît dans d’autres régions.

  • 5 Effectuées au laboratoire de Lyon

32Tout aussi imprécise restera sans doute la date d’apparition des inhumations au sein de cet ensemble : les sarcophages sont indatables, sauf peut-être l’exemplaire décoré que l’on attribue, sans argument vraiment décisif, à la seconde moitié du VIe siècle (Ward-Perkins 1938, Fossard 1957). Toutefois, les datations radiocarbones5 réalisées sur quelques squelettes confirment l’installation de sépultures dans la basilique et ses annexes dans les dernières décennies du VIe siècle.

  • 6 Historia Francorum, VII, 38 : cunctos interfeceruntut non remaneret mingens ad parietem ... nihil i (...)

33Au moins est-il sûr qu’il faut décidément inscrire dans la longue durée l’histoire d’un édifice aussi souvent transformé : s’il est plus vraisemblable, malgré le silence de Grégoire de Tours, qu’il existait bien encore lors des événements de 585 (comme église cimétériale de l’ensemble Lugdunum ? ou de la seule ville haute, si Le Plan était alors réduit à l’état de « campagne » ?), rien ne prouve qu’il ait été détruit à l’occasion du sac de la ville ni même que le lieu ait été déserté à l’issue du massacre généralisé qui suivit l’assaut, à en croire le même Grégoire de Tours6.

34Il faut croire, non à une brutale disparition, mais bien à la ruine progressive d’un édifice au sein duquel les fouilles ont mis en évidence des inhumations très tardives, dont certaines ont été placées au sein de la couche de destruction ou au-dessus des murs arasés. Deux d’entre elles ont été respectivement datées par la méthode du radiocarbone des années 619-845 et 790-987. Deux autres, encore plus tardives, documentent son usage jusque dans un XIIe siècle avancé (995-1158 et 1041-1250). Ces sépultures prouvent bien la permanence de l’occupation et de l’affectation funéraire du lieu, dont témoigne aussi éloquemment la présence, à proximité immédiate, de la chapelle funéraire romane de Saint-Julien, autour de laquelle s’organise, encore aujourd’hui, le cimetière moderne du quartier du Plan.

I. 2. La nécropole de Rivel, à Venerque (Haute-Garonne)

(Vidal M.)

I.2.1. Les vestiges antérieurs

35Venerque/Venercha en 1080 (Dauzat, Rostaing 1978, 704) est connu pour avoir bénéficié dès l’époque carolingienne d’une communauté religieuse, transformée par la règle de Saint-Benoît en abbaye bénédictine. Citée en 817 lors du grand synode réuni à Aix-la-Chapelle, puis en 819 dans la Noticia (Venercha), elle est ensuite mentionnée en 960 à la suite de dons de biens effectués par Hugues, évêque de Toulouse, en 1080 où le territoire de l’abbaye est cédé par Guillem IV, comte de Toulouse à l’abbaye de Saint-Pons-de-Thomières (Hérault) (Dutil 1929, 216). Actuellement, il n’en subsiste que la partie romane (abside et absidioles) de l’église du village qui est dédiée à Saint-Pierre, hagio-toponyme ancien (Kneubuhler 1989, 289).

  • 7 Renseignements pris auprès de la « Cellule Carte Archéologique » du Service régional de l’archéolog (...)

36La situation privilégiée de cette communauté religieuse d’époque carolingienne n’a aucun antécédent connu de l’Antiquité tardive, alors que le bilan qu’il est possible de faire actuellement de l’occupation humaine (fig. 7), n’est révélateur que d’un état des connaissances sans doute encore largement lacunaire. En effet, sur le territoire de la commune mais en dehors du village, ne sont signalés qu’une nécropole du Ier Age du Fer à La Trinité (Müller 1978, 105-109), et trois établissements gallo-romains, l’un situé au lieu-dit Soulbet au nord (Ier-fin IIIe s. ap. J.-C.) (Labrousse 1980, 482), l’autre sur le point culminant du Pech mais connu surtout comme étant d’époque médiévale7, le dernier à Adam à deux kilomètres au sud-est de Venerque et à moins de 500 m de la nécro-pole de Rivel. Etabli sur un plat en léger relief incliné vers le nord, il s’agit ici d’un site de haute époque dont les origines remontent au Ier s. av. J.-C. (amphores Dr. I), avec une occupation qui se poursuit au-delà de la période augustéenne (sigillée italique) au moins durant le Haut-Empire (céramiques communes et sigillées sud-gauloises) (Vidal 1991,189).

Figure 7 : Venerque. Situation de la nécropole et des sites antiques, du haut Moyen Age et médiévaux (M. Vidal).

Figure 7 : Venerque. Situation de la nécropole et des sites antiques, du haut Moyen Age et médiévaux (M. Vidal).

37En dehors de la nécropole mérovingienne de Rivel connue depuis les années cinquante (Labrousse 1957, 258-259), une seconde était signalée anciennement au lieu-dit Montfrousi (fig. 7), près et au-dessus du cimetière actuel (Barrière-Flavy 1891, 533-538). Trente à quarante sépultures y ont été mises au jour, à côté d’un mobilier funéraire restreint -plaque-boucle en bronze, ferrets, plaque-boucle et couteau en fer « d’origine méridionale » et dont certains pouvaient être d’influence wisigothique ( ?) (Barrière-Flavy 1901-1903,52-54).

I. 2.2. La nécropole

  • 8 Responsable du chantier J.-P. Magnol, à l’époque professeur à l’École Nationale Vétérinaire de Toul (...)

38La localisation de la nécropole à 30 km de Toulouse n’est pas en rapport avec la présence supposée d’un poste frontière avec la Septimanie wisigothique (Barrière-Flavy 1892, 31-32), cette dernière devant être reportée plus à l’est (Rouche 1979, 139, 145). Plusieurs campagnes de recherches étalées sur huit années8, ont permis la découverte et la fouille de 128 sépultures 9 établies sur une surface de 1600 m2(fig. 8) alors même que son emprise maximum est estimée, sur la base de sondages entrepris à plus de 100 mètres à l’ouest à 12 000 m2 (300 m de L., 30/40 m de l.) correspondant à plus d’un millier de sépultures si la densité et la répartition des tombes restent identiques. Son implantation tout au long d’un dévers naturel dont le soubassement est constitué de molasse facilement exploitable, est limitée au nord par un affleurement de graviers et au sud par une formation compacte de sable. Cette disposition intentionnelle la situe tout en longueur selon un axe est/ouest qui a pu être utilisé comme un axe de repère constant.

Figure 8 : Nécropole de Rivel à Venerque, plan de répartition des sépultures (M. Vidal).

Figure 8 : Nécropole de Rivel à Venerque, plan de répartition des sépultures (M. Vidal).
  • 9 Dont des inhumations doubles, des dépôts annexes et des réductions, ce qui revient à 144 individus.

39La disposition générale des sépultures paraît a priori relativement anarchique, mais des alignements de tombes se distinguent quand même, autant dans le sens est/ouest que dans celui nord/sud, avec des espaces de 30 à 40 m2 qui sont laissés vierges de toute autre implantation, observations similaires reconnues dans d’autres nécropoles (Périn 1980, 360-361 ; Young 1984, 10, 15 et 45 ; Scuvée 1973, 68). De part et d’autre de ces alignements, dont le système d’organisation spatiale culturelle et chronologique ne doit rien au terme de nécropoles « en rangées » (Colardelle 1996, 309), se discernent des concentrations plus ou moins denses avec des paramètres d’orientation fluctuants9.

  • 10 Young 1977, 16-24 ; Van Doorselaer 1967, 129 et ss. ; Périn 1980, 114-115 ; Gaillard de Semainville (...)

40Bien peu de tombes sont orientées précisément est/ouest (une dizaine tout au plus) ce qui permet d’observer, sur la base d’un axe virtuel pris sur l’alignement de la tombe 44, sous tuiles (fig. 9), que plus l’éloignement par rapport à cet axe est important, plus le décalage vers l’est-sud-est (77 tombes), voire vers le sud-est (30 tombes) s’amplifie avec des « aberrations » vers le sud-sud-est. Ces variations d’amplitude qui ont fait l’objet de multiples interprétations10, sont peut être dépendantes, pour la nécropole de Rivel, d’un fort relief qui à moins de trois cent mètres limite l’horizon vers l’ouest-sud-ouest.

Figure 9 : Tombe 44, sous tuiles (B. Marty).

Figure 9 : Tombe 44, sous tuiles (B. Marty).

41On pourrait en outre penser que la prise en compte de l’orientation des sépultures selon les trois principaux groupes que l’on a pu définir, est en rapport avec des phases d’utilisation distinctes de la nécropole. En fait, rien n’est moins sûr puisque, s’il y a bien une typochronologie à appliquer, cette dernière n’est certainement pas dépendante d’un déplacement différencié dans le temps des secteurs d’inhumation, deux des trois « ensembles » étant concernés par les mêmes indices chronologiques.

  • 11 Forme peu courante, mais qui est signalée à Soyria (Pétrequin et al 1980, 171 ; Prampart 1983, 352)
  • 12 Profondeurs prises à partir du sol d’utilisation de la nécropole, auquel il convient d’ajouter 0,15 (...)

42Les fosses, creusées avec soin dans la molasse, présentent des parois verticales aux angles arrondis avec un fond plat ascendant vers l’est, et des formes rectangulaires (60 %), ovalaires (28 %) ou encore trapézoïdales (4 %)11. Les dimensions sont généralement en rapport avec la taille de l’inhumé, entre 1,50/2,10 m de long pour des largeurs comprises entre 0,50 m et 0,65 m, mais avec quelques exceptions (2,50 m/2,80 m de long et 0,95 m de large). En revanche, les profondeurs sont extrêmement variables : elles évoluent entre 0,30 m et 1,10 m12, sans qu’on puisse établir de critères avec les caractéristiques anthropologiques (hommes/femmes) (fig. 10) ou le statut social (présence ou absence de mobilier) (Vidal 1991, 189) (fig. 8). Le comblement des fosses, homogène, est composé d’un agglomérat de terre végétale et de molasse issu du creusement, au travers duquel ne se distingue aucun élément exogène.

43L’acidité du terrain n’est pas sans conséquences sur la nature des observations qu’il nous a été possible d’effectuer notamment sur le mode des inhumations. S’agit-il en effet de sépultures en atmosphère libre ou en pleine terre ? La question reste posée et il n’est pas interdit de penser que la mise en parallèle des données de fouilles et celles malheureusement absentes des données anthropologiques faites in situ, aurait permis d’affiner la réflexion. Toujours est-il qu’a posteriori, sur la base de documents photographiques, bon nombre d’inhumations paraissent avoir été en atmosphère libre (basculement des crânes, inversion des os longs, déplacements des avant-bras) (Crubézy 1986, 5 ; Colardelle 1996, 291). Sur les 128 sépultures dégagées, cinq sont en cercueil cloué et sans doute mortaisé ou en coffre (T.70, 83, 84, 95 ?, 106) et huit peut-être en brancard ? (T. 66, 82, 86, 91, 96 ?, 103, 112, 116). Mais ne s’agirait-il pas des seuls indices subsistant d’un cercueil, si on tient compte de la topographie des concentrations cercueils/brancards ? et de leur conservation différentielle (Henrion, Hunot 1996, 200-203). La présence dans le même groupe, de trois sépultures (T. 94, 97, 99) qui comportaient « à la tête » et dans l’axe de la fosse, un clou vertical pose un problème d’interprétation (fermeture de la tombe par un couvercle en bois ?).

44Un aménagement intérieur est perceptible dans la tombe 35, où le crâne du squelette repose sur une banquette surélevée (Gaillard de Semainville 1980, 160-161 ; Young 1984, 153), alors que les fosses des tombes 14, 37 et 69 ont un profil sinueux en rapport avec la position fléchie des membres inférieurs des inhumés. Ceci n’est pas d’ailleurs systématique puisque deux inhumations de même nature se trouvent dans des fosses rectangulaires (T. 9 et 19).

45Une seule sépulture (T. 44) (fig. 9) parfaitement orientée est-ouest est en coffre en bâtière (tegulae et imbrices) et se signale par un positionnement isolé des autres tombes en fosse. Sur ce type, les éléments de comparaisons régionaux manquent. Tout au plus nous pourrions, à titre d’exemple, regrouper les chronologies autour des V/VIIe siècles sur la base de la typologie de la basse vallée du Rhône (Gagnière 1960, 43-46 ; Gagnière, Granier 1982, 381-397), que P.-A. Février conteste (apparition dès le IIe s.) et que M. Colardelle situe chronologiquement après les coffres à section rectangulaire (Colardelle 1983, 346). Des points de références peuvent encore être trouvés dans les nécropoles de Pignan (Var) au V/VIe s. (Goudineau 1979, 560-561), et du Verdier à Lunel-Viel (Hérault) dans un contexte du milieu du IVe s. (Raynaud 1988, 174), alors que B. Young et P. Périn situent leur base référentielle d’utilisation dans le Ve/VIe s. (Young, Périn 1991, 104). Plus récemment, M. Colardelle sur la base de nouvelles découvertes et d’analyses remarque qu’il s’agit de séries nombreuses qui appartiennent aux IV-VIIe s. (Colardelle 1996, 285). Le débat sur la typochronologie de ce type de sépulture reste donc ouvert.

Figure 10 : Nécropole de Rivel, répartition des hommes, femmes et enfants (M. Vidal, d’après Th. Romon).

Figure 10 : Nécropole de Rivel, répartition des hommes, femmes et enfants (M. Vidal, d’après Th. Romon).
  • 13 Laumon 1977, 56 (fig. 3) et 59 ; Gaillard de Semainville 1980, 163 ; Piton 1985, 13 ; Mercier, Merc (...)

46Comme cela est évoqué plus haut, l’examen précis des attitudes funéraires (fig.11) n’a pas ici été contrôlé par un athropologue et si le schéma des positions des corps peut paraître instructif, il n’en demeure pas moins qu’il est sans doute inexact (Vidal 1991, 194). En effet, si la position, bras le long du corps/jambes serrées représente 32 % de l’ensemble et celle bras pliés sur le pubis environ 10 %, les positions intermédiaires – bras gauche ou droit allongés et bras gauche ou droit pliés sur le pubis – paraissent relativement douteuses et provoquées par des phénomènes de décomposition. Par contre le positionnement particulier des membres supérieurs pliés sur l’abdomen (2 %), a toutes chances de correspondre à la réalité, compte tenu de la présence systématique de mobilier. Tout ceci s’intègre donc dans les attitudes funéraires mérovingiennes déjà répertoriées dans le nord et l’est de la Gaule (Young 1977, 24-27 ; 1984, 150-153), de même que la position sur le ventre de l’inhumé de la tombe T. 11813.

Figure 11 : Nécropole de Rivel, plan de répartition des attitudes funéraires (M. Vidal).

Figure 11 : Nécropole de Rivel, plan de répartition des attitudes funéraires (M. Vidal).

I. 2.3. Le mobilier

47Le mobilier funéraire qui confirme la présence d’inhumations habillées, n’est pas abondant si on se réfère exclusivement à celui signalé in situ. En effet, sur 128 sépultures, 23 seulement comportaient des pièces d’habillement, soit 17 % de l’ensemble (fig. 8). Si on y ajoute la vingtaine d’éléments dispersés récupérés en surface (plaques-boucles, contre-plaques, boucles, ardillons scutiformes,...) et que l’on admet qu’ils représentent pour chacun d’entre eux une inhumation habillée, la proportion atteint un peu plus de 33 %, ce qui est sans doute plus proche de la réalité d’origine.

48L’emplacement de ces objets est traditionnel : boucles et plaques-boucles au niveau de la ceinture, agrafes à double-crochets contre les temporaux ou sous le maxillaire inférieur dans l’axe vertébral, support d’aumônière à la partie droite du bassin, couteaux en baudrier... Plus rarement, quelques plaques-boucles ont été trouvées sur le crâne du défunt (T. 50) ou à ses pieds (T. 65, mais ici il s’agit d’une réutilisation). Si on peut considérer, sur la seule base de l’étude anthropologique, qu’il peut y avoir relation de cause à effet entre la présence de mobilier et la nature féminine du défunt (Vidal 1991, 195 et 198), il n’est pas possible par contre d’y associer la position des membres supérieurs, compte tenu de la faible proportion des squelettes étudiables.

49S’agissant d’une présentation du site, il n’est pas dans nos objectifs d’étudier dans le détail ce mobilier analysé déjà en grande partie (Vidal 1991, 195-196). Tout au plus, pour valider la chronotypologie de cette nécropole, il convient de préciser certaines références. Pour les sépultures in situ :

Figure 12 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 2 (P. Venzac).

Figure 12 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 2 (P. Venzac).

T. 2 : boucle moulée en léger incurvé à ardillon plat, étroit et chanfreiné ; agrafe plate à double-crochets en bronze, à bordure festonnée, à décor de cercles pointés et partie de chaînette. D’après P. Périn, ces agrafes apparaissent dans le cours du VIIe s. (Périn 1985, 156) ; perle bitronconique en pâte de verre orangée, datée dans le VIe s. (Périn 1985, 496) ; bague en bas-argent à chaton rectangulaire inscrit et à décor gravé avec des parallèles en Gaule du Nord (Young 1984, 236). La datation d’ensemble s’inscrit dans le VIIe s. (fig. 12).

T. 9 : couteau en fer, à dos plat et incurvé (fig. 13).

T. 11 : plaque-boucle rectangulaire en bronze, ajourée d’un hippogriffe avec des motifs de cercles pointés gravés. La boucle plus massive est godronnée et l’ardillon scutiforme est décoré de cercles pointés en rayons. D’un modèle peu courant dans le Sud-Ouest et sans doute d’inspiration Burgonde (Gaillard de Semainville 1980, 89), ce type est généralement daté dans la seconde moitié du VIe/ début VIIe s. (Gaillard de Semainville, Vallet 1979, 67 et 72). Plus récemment, F. Stutz a inclus cette plaque à l’hippogriffe et au canthare dans la deuxième moitié du VIe/première moitié du VIIe s. (Stutz 1998, 153 ; 2000, 40-41) (fig. 14).

T. 16 : plaque-boucle en bronze aux contours polylobés, terminés par deux excroissances et à sept rivets à base hachurée. Le décor se compose de deux médaillons à cercles concentriques ornés d’émail à incrustations de fils d’argent en arceau de même que l’ardillon scutiforme et le dessus de la boucle. Cette dernière est ornée en alternance de zones hachurées en léger relief et de cercles pointés. Cette plaque (fig.15), typiquement aquitaine type D d’E. James = F.3 de S. Lerenter (James 1977, 148-149 ; Lerenter 1991, 231) est datée de la fin VIe/ début VIIe s. (Boudartchouk 2000, 55 et 57) et dans le VIIe (Stutz 2000,45).

T. 20 : agrafe à double-crochets en bronze formée d’un enroulement de lamelle sur une tigelle de section circulaire – dat. VIIe s. (fig. 16).

T. 24 : plaque-boucle à dix bossettes en bronze étamé. Le décor typiquement aquitain est composé de quatre panneaux décoratifs : monstre bicéphale regardant en arrière, surmontant un encadrement rectangulaire dans lequel est inscrit un entrelacs à brins multiples avec, de part et d’autre, un serpent. Entre les deux têtes de rivets supérieures, se distingue un motif complexe et symétrique d’inspiration serpentiforme. La boucle très peu épaisse est décorée dans le même style d’une composition indistincte alors que le bouclier de l’ardillon comporte quatre ensembles semi-circulaires enchevêtrés et alternés formant un nœud de Salomon. Rare dans le Sud-Ouest où elle n’est signalée que dans le Gers, elle fait partie d’une production étrangère à la région, ceci malgré un décor adapté au style aquitain ce qui fait suggérer qu’il existe deux types de production (Stutz 2000, 45). Groupe IVA d’E. James = type D21 de S. Lerenter, elle est datée de la fin du VIIe/début VIIIe s.(Vidal 1991, 198 ; Lerenter 1991, 230). Si cette plaque parait dater la phase la plus tardive de l’exploitation du site, la sépulture s’inscrit par contre dans un contexte du VIIe s., plus près des dates proposées par P. Périn, M. Colardelle et plus récemment en 2000 par F. Stutz (seconde moitié du VIIe s.) (fig.17).

T. 25 : plaque-boucle et contre-plaque en fer à trois bossettes et à décor bichrome damasquiné : lignes de bordure et tresse axiale en argent, hachures en cuivre. La boucle est ornée d’un large filet d’argent, alors que le bouclier plus ou moins circulaire de l’ardillon, comporte un décor géométrique-hexagone et triples lignes tracées en croix en argent, dans les quadrants desquels se distinguent des groupements de ponctuation en cuivre. Cette plaque-boucle en forme de langue est datée de la première moitié du VIIe s. (Vidal 1991, 195 ; Stutz 1998, 153) et dans le VIIe (Stutz 2000, 42) (fig. 18).

T.38 : plaque-boucle rigide, ajourée et incomplète. Il s’agit d’un type septentrional qui est daté du VIe s. (Stutz 1998, 142), dans sa dernière moitié (Stutz 2000, 40), voire de la fin VIe/début VIIe s. (Cat. Expo. Poitiers 1989-1990, 218) (fig. 19) et que l’on retrouve entre autre dans la région de la Côte chalonnaise et mâconnaise (Gaillard de Semainville 1980, 104 =fig 16).

T. 40 : boucle en fer à ardillon droit (fig. 20).

T. 45 : boucles en fer, dont une à ardillon droit (fig. 21).

T. 48 : boucle massive en bronze à ardillon scutiforme, dont la morphologie permet de l’inclure dans le VIe s. (Périn et alii 1985, 363).

Entre la T. 49 et la T. 50 : un dépôt intentionnel de deux vases (fig. 22) a été mis au jour « à la tête » des deux sépultures et ceci sans que l’on puisse l’attribuer à l’une ou à l’autre. Il semble bien, d’après les observations, qu’il s’agisse d’un dépôt hors fosses dans un contexte dont la T. 50 est le meilleur marqueur (cf. infra, seconde moitié VIe/début VIIe s). L’urne ovoïde tournée à fond concave et à large ouverture comporte une lèvre en déjeté extérieur avec un rétrécissement plat intérieur. Elle présente une pâte de couleur rosâtre, à dégraissant apparent, peu dense mais grossier de particules de quartz, l’ensemble étant recouvert par un engobe beaucoup plus pâle. Les comparaisons régionales manquent mais notre exemplaire présente certaines affinités morphologiques (fond et lèvre) avec une céramique provenant de la nécropole de Frénouville (Basse-Normandie), datée dans la fin du VIIe s. (Pilet 1980, 143 et 255, pl.137). La coupe de couleur de pâte beige rosée « dure », recouverte d’un engobe à tendance blanchâtre est non tournée, avec un dégraissant apparent et quelque peu grossier. Fortement évasée, elle comporte une lèvre pendante en bourrelet intérieur et une large rainure extérieure. Il n’y a pas, semble-t-il, d’exemples régionaux de la forme. Par contre, certaines analogies dans sa morphologie permettraient de la considérer comme un parallèle aux formes signalées à Nîmes (Gard) et en Provence occidentale dans la première moitié du VIe s. (Raynaud 1990, 239 ; 1993, 457 ; Meffre, Raynaud 1993, 496). Le dépôt s’est donc constitué dans le VIIe s.

T. 50 : plaque-boucle en bronze étamé à trois cabochons. Le décor de type aquitain est simplifié à l’extrême et se compose d’un nœud de Salomon à entrelacs d’échelles encadré par des doubles lignes de bordure. L’ardillon est en fer et la boucle de format réduit par rapport à la plaque n’est sans doute pas d’origine. En dehors de ce critère qui marque des phénomènes de réutilisation/récupération, la nature du décor qui est loin de présenter toutes les caractéristiques d’une production aquitaine, justifie les remarques de F. Stutz lorsqu’elle évoque des tentatives locales d’imitations (Stutz 2000, 43). Type ID d’E. James, elle est datée de la seconde moitié du VIe/début VIIe s. (Vidal 1991, 195 et 199) (fig. 23) et dans le VIIe s. (Stutz 2000, 44).

T. 53 : plaque-boucle sensiblement rectangulaire, en fer damasquiné et à cinq cabochons (fig. 24) Le décor monochrome se compose d’une suite de cercles sécants à échelles dont on peut trouver des équivalents sur une plaque en bronze à dix bossettes de la collection Febvre à St Germain-en-Laye (Gaillard de Semainville, Vallet 1979, 60-61). Très fortement altéré, ce type de plaque est daté dans le VIIe s Stutz 2000, 42) mais également dans sa première moitié (Stutz 1998, 153).

T. 54 : plaque-boucle en bronze (incomplète) à cinq bossettes et à décor de motifs serpentiformes en échelle, avec une boucle de faible épaisseur et un ardillon à large bouclier, à motif de monstres affrontés de part et d’autre du support de l’ardillon ; extrémité d’une plaque-boucle en bronze à dix bossettes (quatre sont conservés) ; support d’aumonière en fer (fig. 25) avec sa boucle de fermeture en bronze (ardillon en fer) ; couteau en fer à soie plate dont le dos et le tranchant de la lame sont en incurvation ; contre-plaque semi-circulaire et clou en fer. L’état fortement altéré de la plaque-boucle en bronze empêche de préciser avec certitude le type auquel elle appartient. Peut-être s’agit-il du type B 21 (première moitié du VIIe) ou C 8 de S. Lerenter (1991, 228-229), ce qui s’accorderait dans une certaine mesure à la chronologie, dans le VIIe s., du fragment cisaillé de plaque-boucle à dix bossettes (Stutz 2000, 45). Leur association avec la contre-plaque sans décor, de la seconde moitié du VIe s. (Stutz 2000, 40), provient sans doute d’une réutilisation/récupération, bien que ce type perdure dans le VIIe s. (Stutz 1998, 152).

T. 55 : plaque-boucle ronde à trois bossettes en bronze étamé et à décor aquitain de deux monstres affrontés. La boucle peu épaisse comporte un ardillon à large bouclier décoré d’arceaux plus ou moins sécants inclus, comme la plaque, dans des espaces pointillés. Il s’agit d’un type de plaque aquitaine groupe III E. James = type E de S. Lerenter, datée dans la seconde moitié du VIe s. (Stutz 1998, 152 ; 2000, 40) et fin VIe/début VIIe s. (Vidal 1991, 196 et 199 ; Lerenter 1991, 230 ; Boudartchouk 2000, 50 et 70) (fig. 26).

T. 58 : boucle en fer à ardillon droit.

T. 60 : plaque-boucle rigide rectangulaire à double excroissances bilatérales avec, dans l’axe longitudinal, une terminaison en arrondi terminée par un plat encoché. Le décor est ajouré – croisillon à double évidement, complété par des cercles pointés reliés par un ou deux filets (fig. 27). Un exemplaire identique a été trouvé en surface (fig. 33). D’après F.Stutz, il s’agit de plaques datées dans la deuxième moitié du VIe s. (Stutz 1998, 142 ; 2000, 40).

T. 62 : plaque-boucle en bronze étamé à cinq bossettes et aux contours polylobés terminés par deux crochets distaux recourbés (fig. 28). La partie centrale de la plaque comporte un tronc de pyramide en relief à base rectangulaire orné de deux cercles pointés sécants et de part et d’autre duquel deux motifs en croisillons de cercles pointés sont réunis par une triple rainure. Un double filet suit la bordure sinueuse de la plaque. La boucle ovale est décorée par zones alternées de plages striées et inornées, alors que l’ardillon à large bouclier comporte deux cercles pointés opposés réunis par un triple rainurage. Le décor ne semble pas spécifiquement aquitain bien que des reproductions de la forme se situent en dehors de la vallée de la Garonne, entre Loire et Somme (Ajot 1985, 50) et que le décor puisse s’apparenter à celui d’une plaque rigide trilobée provenant de Sallèles-d’Aude (Stutz 2000, 151). Type A2 de S. Lerenter qu’elle date d’après Cl. Lorren de la fin VIIe/ou début VIIIe s. (Lerenter 1991, 227), elle se situe dans la nécropole de Rivel dans un contexte plus ancien de la fin du VIe/seconde moitié du VIIe s. Des plaques en tout point identiques sont signalées à Bruch dans le Lot-et-Garonne et à Lourdes dans les Hautes-Pyrénées (Coupry 1965, 433 ; Boudartchouk 1992, 41-42), ce qui pourrait confirmer un point de production aquitain, bien que la morphologie puisse être d’origine septentrionale (Lerenter 1991, 231 ; Ajot 1985, 50) (fig. 23) et à rapprocher des plaques à bords festonnés du VIIe s. (Stutz 2000, 45). Une plaque triangulaire trilobée trouvée dans le Var comporte, outre un tronc de pyramide en relief, un même type de décor fait de cercles pointés reliés entre eux (Boyer 1972, 150-151).

T. 65 : plaque-boucle rectangulaire en fer (incomplète), à décor damasquiné et à cabochons de bronze (deux conservés). Il s’agit d’une suite d’échelles et de motifs dentelés et réticulés encadrant une imitation de vannerie. La morphologie et le traitement du décor permettraient de la dater dans le VIIe s. et peut-être dans sa seconde moitié si on suit la chronologie de la tombe 50 de la nécropole de Curtil en Saône-et-Loire (Ajot 1985, 70 ; Vidal 1991, 196 ; Stutz 2000, 42) (fig. 29).

T. 89 : boucle d’oreille en bronze très rudimentaire et à section ronde.

T. 125 : plaque-boucle en bronze aux contours polylobés, terminés par deux crochets distaux recourbés (fig. 30). Le décor se compose comme pour la plaque de la sépulture 16, d’une suite de deux médaillons circulaires tangents, à décor alterné d’émail à incrustations de fils d’argent en arceaux et de dépressions régulières de format réduit, enserrant un petit motif en nœud de Salomon. La boucle à méplat et l’ardillon à bouclier sont décorés de façon identique d’émail en champlevé. Sur les sept rivets, trois sont à figuration humaine ce qui est un motif relativement rare (Boube 1956, 16 ; Monod, Rancoule 1969, 171-172 ; …). Type D d’E. James/F3 de S. Lerenter, sa datation s’inscrit dans la fin du VIe/début VIIe s. (Lerenter 1991, 231). En tout état de cause, la présence dans cette nécropole de deux plaques-boucles typologiquement identiques et d’une troisième provenant de Revel (Haute-Garonne) (Barrière-Flavy 1901, pl. XXV ; James 1977, 149), confirme l’existence d’un centre de pro-duction régional (James 1977, 147-148 ; Périn 1978, 197).

Figure 13 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 9 (P. Venzac).

Figure 13 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 9 (P. Venzac).

Figure 14 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 11 (P. Venzac).

Figure 14 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 11 (P. Venzac).

Figure 15 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 16 (P. Venzac).

Figure 15 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 16 (P. Venzac).

Figure 16 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 20 (P. Venzac).

Figure 16 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 20 (P. Venzac).

Figure 17 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 24 (P. Venzac).

Figure 17 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 24 (P. Venzac).

Figure 18 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 25 (P. Venzac).

Figure 18 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 25 (P. Venzac).

Figure 19 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 38 (P. Venzac).

Figure 19 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 38 (P. Venzac).

Figure 20 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 40 (P. Venzac).

Figure 20 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 40 (P. Venzac).

Figure 21 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 45 (P. Venzac).

Figure 21 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 45 (P. Venzac).

Figure 22 : Nécropole de Rivel, dépôt céramique entre les tombes 49 et 50 (M. Vidal).

Figure 22 : Nécropole de Rivel, dépôt céramique entre les tombes 49 et 50 (M. Vidal).

Figure 23 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 50 (P. Venzac).

Figure 23 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 50 (P. Venzac).

Figure 24 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 53 (J.-P. Muiguet).

Figure 24 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 53 (J.-P. Muiguet).

Figure 25 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 54 (J.-P. Muiguet).

Figure 25 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 54 (J.-P. Muiguet).

Figure 26 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 55 (J.-P. Muiguet).

Figure 26 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 55 (J.-P. Muiguet).

Figure 27 : Nécropole de Rivel, mobilier de latombe 60 (P. Venzac).

Figure 27 : Nécropole de Rivel, mobilier de latombe 60 (P. Venzac).

Figure 28 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 62 (P. Venzac).

Figure 28 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 62 (P. Venzac).

Figure 29 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 65 (J.-P. Muiguet).

Figure 29 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 65 (J.-P. Muiguet).

50À côté de ces pièces d’habillement retrouvées in situ, l’importance numérique des objets de parure récupérées en surface ou dans les terres perturbées par les charruages, nous conduit à un rapide inventaire :

  • plaque-boucle en bronze à neuf bossettes ornée de trois panneaux rectangulaires à décors d’entrelacs encadrés par d’autres panneaux plus étroits à entrelacs resserrés, l’ensemble étant complété par l’adjonction systématique de ponctuations. La boucle est peu épaisse sans ornementation, alors que l’ardillon scutiforme comporte lui aussi un entrelacs à plages réservées à ponctuations. Type IC d’E. James/B24 de S. Lerenter, cette catégorie de plaques est datée de la fin du VIIe/début VIIIe s. (Lerenter 1991, 228), mais un exemplaire associé à une fibule pontée est signalé à Beaucaire-sur-Baïse (Gers) dans un contexte de la seconde moitié du VIIe s. (Larrieu et alii 1985, 72-73) (fig. 31). Cette dernière chronologie étant d’ailleurs la plus logique, surtout si on se réfère aux études récentes qui l’intègre plutôt dans le VIIe s. (Boudartchouk 2000, 56).

  • quatre ardillons scutiformes à décor d’entrelacs, d’esses ou d’arceaux en bronze étamé, à plages ponctuées et dont un exemplaire est orné d’une figuration humaine. Ce type d’ardillon est commun au VIIe s. (Périn 1985, 166 ; Boudart-chouk 2000, 60) (fig. 31).

  • une boucle et un ardillon scutiforme de type massif, caractéristiques du VIe s. (Périn 1985, 467-469 ; Stutz 1998, 140 ; Boudartchouk 2000, 60) (fig. 32).

  • un rivet scutiforme, étamé et à bords dentelés, daté lui aussi dans le VIe s. (Périn 1985, 470) (fig. 32).

  • plaque-boucle à compartiments creux décorés d’alignements de cercles pointés et de petits points percutés en parallèle des dépressions. Un exemplaire sensiblement identique dans son esprit décoratif se retrouve à Beaucaire-sur-Baïse au VIIe s. (Larrieu et al. 1985, 90-91, 141), mais dans une sépulture où l’association avec d’autres types de mobilier pourrait permettre de la dater plutôt dans la fin du VIe s./début VIIe s. On peut retrouver quelques analogies avec les plaques-boucles rectangulaires festonnées que F. Stutz classe dans le VIIe s. (Stutz 2000, 43, 45) (fig. 32).

  • contre-plaque trilobée à trois rivets débordants sans décor et à bords biseautés, dont la morphologie se retrouve dans plusieurs régions (Gaillard de Semainville 1980, 99, 101), dont notamment dans l’Ariège (Boudartchouk 2000, 66) dans la première moitié du VIIe s. (fig. 32).

  • plaque-boucle dont les trois éléments ont été trouvés dispersés. La plaque trilobée est décorée d’une représentation schématique (personnage ?) formée d’une suite de cercles pointés sécants et tangents. La boucle et l’ardillon scutiforme sont ornés de la même façon de cercles pointés (alignement et tracé quadrangulaire). Ce type de plaque peut être daté de la fin VIe s./début VIIe s. (Stutz 1998, 151-152), mais aussi dans la deuxième moitié du VIIe s. (Bou-dartchouk 2000, 66-67) (fig. 32).

  • plaques-boucles semi-circulaires à trois bossettes dont les décors ne paraissent pas spécifiquement aquitains : motif réticulé, grecques, dentelés et spiralés, gravés pour l’une et motif complexe moulé de type géométrique pour l’autre. Il s’agit de plaques de la fin du VIe s./début VIIe s. dont l’origine de production paraît se situer entre la région parisienne et la Manche (Périn 1985, 473) mais aussi dans la deuxième moitié VIe et VIIe s. (Gaillard de Semainville 1980, 85 ; Stutz 1998, 152 ; 2000, 40 ; Boudartchouk 2000, 50) (fig. 33).

  • plaque-boucle triangulaire à trois bossettes et à doubles excroissances latérales, à compartiments émaillés et à inclusions de fils d’argent à motifs d’arceaux. Du type H 12 de S. Lerenter, cette catégorie de plaque s’inscrit à partir d’exemplaires sensiblement similaires dans le début du VIIe s. (Larrieu et alii 1985, 62, 67-68), dans le VIIe s. (Stutz 2000, 45) et dans la fin du VIe/début VIIe s.(Boudartchouk 2000, 70) (fig. 33)

  • plaque-boucle rigide à décor ajouré et à excroissances latérales et terminales. Des cercles pointés suivent les espaces réservés. Un exemplaire identique provient de la tombe 60, qui est datée dans la seconde moitié du VIe s. (Stutz 2000, 40) (fig. 33).

  • boucles ovales en bronze et en fer, anneau, bouclette rectangulaire commune dans le VIe s. (Périn 1985, 369) ; ardillon, rivet, complètent ce rapide inventaire (fig. 34). Parmi ces dernières pièces, sont à relever la présence d’une contre-plaque à bords festonnés du VIIe s. (Stutz 2000, 43) et l’extrémité d’une plaque à trois bossettes à décor de type aquitain, argenté, formé d’un tracé longitudinal séparant deux séries d’arceaux opposés… (fig. 34).

Figure 30 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 125 (D. Schaad).

Figure 30 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 125 (D. Schaad).

Figure 31 : Nécropole de Rivel, mobilier trouvé en surface (P. Venzac).

Figure 31 : Nécropole de Rivel, mobilier trouvé en surface (P. Venzac).

Figure 32 : Nécropole de Rivel, mobilier trouvé en surface (P. Venzac).

Figure 32 : Nécropole de Rivel, mobilier trouvé en surface (P. Venzac).

Figure 33 : Nécropole de Rivel, mobilier trouvé en surface (P. Venzac).

Figure 33 : Nécropole de Rivel, mobilier trouvé en surface (P. Venzac).

Figure 34 : Nécropole de Rivel, mobilier trouvé en surface (P. Venzac).

Figure 34 : Nécropole de Rivel, mobilier trouvé en surface (P. Venzac).

I. 2.4. Datation et commentaires

51Sur la seule base du mobilier funéraire trouvé in situ, mais aussi avec la présence de céramiques tardives, la période d’utilisation de cette nécropole rurale doit pouvoir se situer à partir de la deuxième moitié du VIe, jusqu’à la fin du VIIe s., si on adopte une chronologie « basse » conséquence de la topochronologie des sépultures ; dans la deuxième moitié VIe, fin VIIe/début VIIIe s., si on s’appuie sur les données chronologiques fournies par les plaques-boucles des tombes 24 et 62. Même si cela peut paraître acquis à partir des travaux récents, des chercheurs comme P. Périn, E. James, S. Lerenter et F. Stutz, il n’a échappé à personne que ce mobilier caractéristique de la vallée de la Garonne et de ses marges a été longtemps considéré comme wisigothique, ceci à partir des publications que Cl. Barrière-Flavy a consacré à l’étude des sépultures barbares du Midi. (Barrière-Flavy 1892 et 1901).

52L’étude stylistique et morphologique du mobilier suggère des identités de conception qui identifient des productions typiquement aquitaines (plaques en bronze étamé, décor gravé à zones réservées de pointillés, plaques moulées à décor d’émail à inclusions, ...), mais aussi des productions « étrangères » (plaque à l’hippogriffe d’inspiration burgonde) et plaques-boucles semi-circulaires à décor « non aquitain », plaques-boucles à dix bossettes, dont la morphologie est exogène, mais dont le décor est aquitain, plaques-boucles dont des équivalents se situent plutôt en Gaule septentrionale (en fer damasquiné, en bronze à trois bossettes et à décor oculé, ...). Cela justifie de façon convaincante ce qu’avait déjà perçu P. Périn lorsqu’il considérait que le « phénomène » Aquitain était sans doute plus complexe et ne se limitait pas à une simple unité de style (Périn 1978, 193-204). Même si un tiers seulement de cette nécropole a pu être fouillé, il n’en demeure pas moins que les résultats acquis restent exceptionnels et s’insèrent dans une réflexion résolument novatrice depuis les recherches effectuées par Cl. Barrière-Flavy en 1891 et l’étude argumentée d’E. James sur le Sud-Ouest de la Gaule. Restera à inclure dans ce contexte chronologiquement bien cadré, bon nombre de découvertes dispersées (Vidal 1991, 197, 199, n. 62 à 67), mais également d’y intégrer les résultats exceptionnels recueillis lors de la fouille de la nécropole de type Franc de l’Isle-Jour-dain dans le Gers et des quelques sépultures “Aquitaines” mises au jour à proximité (Duhamel, Cazes, Boudartchouk 1995, 150-172 ; 1998, 126-136).

53Comme nous l’avons déjà précisé la nécropole de Rivel n’est pas la seule à avoir été signalée à Venerque puisqu’en 1891 avait été repérée à Montfrousi (fig. 7) une première nécropole mérovingienne (cf. infra). Le détail de cette découverte ancienne souffre d’imprécisions, mais nous savons qu’elle couvrait une surface de 80 à 100 pas de côté et qu’une quarantaine de squelettes y ont été mis au jour. Tous étaient orientés tête à l’ouest et il s’agissait exclusivement « d’hommes forts et de grande taille » ( ?). Le mobilier métallique recueilli (bronze et fer) (fig. 35) était placé vers le haut et sur le côté des jambes, alors que les inhumations « avec boucles de bronze, aussi bien que celles avec boucles de fer, étaient disséminées au milieu des inhumations dépourvues de restes analogues, ce qui montre bien que l’ensemble du cimetière date bien d’une même époque » :

  • plaque-boucle semi-circulaire en bronze, à trois bossettes, à ardillon scutiforme et à décor aquitain de panneaux aux côtés incurvés et d’arcs de cercles à espaces ponctués -Dat : fin VIe/début VIIe s.

  • boucle massive en bronze à ardillon scutiforme -Dat : VIe s.

  • boucle en bronze à profil « mouvementé » -Dat : par comparaison avec des plaques-boucles, fin VIe/première moitié du VIIe s.

  • petites plaques-boucles et contre-plaque en bronze à décor d’entrelacs -Dat : VIIe s.

  • élément terminal en bronze de courroie et à décor d’entrelacs.

  • plaque-boucle semi-circulaire en fer à trois bossettes. Dat-fin VIe s. ?

  • plaque-boucle rectangulaire en fer, avec une seule bos-sette subsistante. Dat : ?

  • fiche à bélière en fer et un couteau.

54Chronologiquement, la nécropole de Montfrousi a été en fonction dans le VIe et le VIIe s. avec peut-être une perduration de son utilisation au-delà à l’époque médiévale (fig. 35, A) et se trouve donc être contemporaine de celle distante de plus d’un km de Rivel. Ceci peut poser problème dans la mesure où il s’agit de cimetières peu éloignés, utilisés durant les mêmes périodes avec un même faciès aquitain et ceci pour une densité de 400 à 500 tombes sur 6 000 m2 environ ( ?) de Rivel et 8 000 m2 environ ( ?) pour celle de Montfrousi. Le lien qui pourrait exister entre eux n’est pas facile à percevoir. Est-il dépendant de la présence d’un lieu de culte antérieur à la création de la communauté carolingienne ? (cf. infra), ou leur implantation différenciée est-elle la conséquence directe de la continuité d’occupation de domaines gallo-romains distincts ? En l’état actuel des connaissances, ce genre de relation est difficile à établir et ceci d’autant plus si on étend notre réflexion à un champ plus large de la recherche, au-delà de Venerque, vers Issus (découverte d’un sarcophage paléochrétien) (Briesenick 1964, 158 ; Baccrabère 1965, 34-39), ou vers Grépiac (Fanum gallo-romain de Rapoti) avec sans doute une autre nécropole du haut Moyen Âge (Lequément 1986, 315 ; Colin 1993, 87).

Figure 35 : Nécropole de Montfrousi, objets mérovingiens (M. Vidal, d’après Cl. Barrière-Flavy 1891).

Figure 35 : Nécropole de Montfrousi, objets mérovingiens (M. Vidal, d’après Cl. Barrière-Flavy 1891).

55Dans un contexte qui doit tout encore à des découvertes et références anciennes pour la plupart peu conformes aux normes de la recherche scientifique, la nécropole de Rivel apparaissait pour l’époque, en 1986, comme un des seuls éléments régionaux de référence sur cette période du haut Moyen Âge. S’il conviendra de valider une recherche qui a pu paraître novatrice, la reprise par la réactualisation des études sur le mobilier du toulousain (Boudartchouk et Stutz 2000) et le développement des problématiques de fouilles sur des sites de référence régionaux comme Tabariane, Teilhet dans l’Ariège (Portet, Claeys 1999, 39-40 ; Portet 1999, 37-39), ne pourra que bénéficier au développement de programmes sur le haut Moyen Âge en Midi-Pyrénées.

I. 3. La nécropole de La Gravette, à l’Isle-Jourdain (Gers)

(Duhamel Ch., Cazes J.-P., Barthélémy I., Ricaut F.-X.)

I. 3.1. Historique de la fouille

56Une première campagne de fouille, menée de septembre 1992 à août 1993, a permis d’obtenir la topographie générale du site. Elle affirme les origines antiques, prouve que l’occupation se poursuit sans interruption pendant le haut Moyen Âge et se termine brutalement au XIIe siècle, après une période romane. De plus, deux nécropoles, l’une franque, l’autre médiévale, sont découvertes et fouillées. Face à l’ampleur des premières découvertes et à la richesse du site (plusieurs nécropoles, dont un cimetière franc et un noyau ecclésial comportant plusieurs éléments), une seconde campagne de fouilles, centrée sur le noyau ecclésial, fut effectuée de janvier à mai 1994 (fig. 36).

I. 3.2. Les vestiges antérieurs

  • 14 Itinera Romana, Ed. O. Cuntz, t. 1, Leipzig, 1929, 86-102.

57L’existence d’une agglomération routière sur la voie d’Aquitaine est attestée par, d’une part la découverte d’un tronçon de voie large de plus de 6 mètres, identifiée comme appartenant à l’axe Toulouse/Auch/Bordeaux, et d’autre part, par les restes de bâtiments et de four de potier (zone 1). D’autres éléments, dont les plus anciens remontent au Ier siècle avant J.-C., mais appartenant en majorité au IVe siècle (tuiles, céramiques estampées) prouvent l’importance de l’agglomération. En fonction des distances précisées par « l’itinéraire de Bordeaux à Jérusalem14 », on peut donc situer la mutatio BUCCONIS, relais routier cité dans la liste des étapes que fournit ce document du IVe siècle. C’est à cette période, IVe siècle, que sont construits dans la partie orientale, à 50 m au sud de la voie, le mausolée et l’enclos de pierre, comportant des tombes de l’Antiquité tardive. Plus à l’ouest, un complexe cultuel et funéraire atteste la christianisation : l’église et le baptistère paléochrétiens sont édifiés dans le courant du Ve siècle, ce qui en fait un pôle de christianisation privilégié après celui de Toulouse (fig. 37 et 38).

I. 3.3. Les nécropoles

58Au sein de cette agglomération, différentes nécropoles ont été individualisées, comportant au total semble-t-il près de 1500 inhumations. Toutes les sépultures n’ont pu être fouillées, du fait de leur nombre et des délais. En particulier, il est noté dans le rapport de fouilles de 1997, que de très nombreuses sépultures d’immatures ont été détruites sans être relevées, en particulier dans le secteur 8 (Cazes 1997, 65). Trois axes chronologiques (Antiquité tardive, haut Moyen Âge et Moyen Âge), trois lieux différents (noyau ecclésial, zone franque, franges de l’habitat) nous permettront de distinguer plusieurs nécropoles (fig. 39).

59Dans l’Antiquité, l’utilisation funéraire du site est prouvée, de façon indirecte par des fragments de sarcophages présents à titre de matériau de comblement en divers lieux, et surtout de façon directe, par l’érection du mausolée édifié au sein de la zone 4, au contact duquel une sépulture d’enfant a été implantée, par l’existence d’un enclos au sud du mausolée et au sein duquel une sépulture a été retrouvée, et enfin par la présence d’un sarcophage situé sous le mur de l’église paléochrétienne. Sans parler de nécropole antique, une utilisation funéraire a donc existé.

60Dans la zone 4, la nécropole franque (fig. 40) s’est établie autour et sur ces structures antiques. Elle a conservé et intégré à sa fonction le mausolée et l’enclos, dont le rôle funéraire devait donc encore être défini. Cette nécropole mesure 25 mètres nord-sud sur 35 mètres est-ouest. Elle est limitée au nord et à l’ouest par un fossé qui forme un angle droit, au sud par un fossé médiéval, et à l’est enfin, par un fossé du XIe siècle qui comporte certaines sépultures. Sur les 85 sépultures de la zone 4, treize sont datées du haut Moyen Âge, mais n’appartenaient pas à la nécropole franque ; neuf sont des expansions de la nécropole médiévale de la zone 2 (XIe-XIIe). Cette nécropole est très homogène : les 63 sépultures (41 adultes, 13 adolescents et 9 enfants lors de la fouille) sont orientées nord-ouest/sud-ouest et organisées en rangées de direction nord-sud, comptant de 3 à 7 tombes. Ces rangées sont réparties en 2 noyaux (un nord-est, un sud-est centré sur la sépulture 261). Quarante six de ces sépultures recelaient du mobilier homogène daté du VIe au VIIe siècle, correspondant à la culture franque (Boudartchouk 1995, 357-410). Cette richesse en mobilier funéraire est rare et permet de distinguer ce site des autres ensembles mérovingiens du sud-ouest de la France. Par ailleurs, l’alignement des tombes et l’abondance du dépôt funéraire, relevant de la culture du nord-est de la Gaule mérovingienne, différencient ces sépultures de celles du haut Moyen Âge et de l’époque carolingienne. La présence de cette nécropole témoigne de l’expansion des troupes de Clovis dans le royaume wisigothique après la bataille de Vouillé (507). Cette nécropole n’a probablement été utilisée que peu de temps.

Figure 36 : Plan général du site de La Gravette à L’Isle-Jourdain, division par zones (Barthélémy 1999).

Figure 36 : Plan général du site de La Gravette à L’Isle-Jourdain, division par zones (Barthélémy 1999).

Figure 37 : Plan général du site antique et mérovingien (S. Eusèbe) (Cazes 1997).

Figure 37 : Plan général du site antique et mérovingien (S. Eusèbe) (Cazes 1997).

1 : zone artisanale, 2 : tracé de la voie, 3 : bâtiments résiduels, 4 : église paléochrétienne, 5 : extension du VIIe siècle, 6 : baptistère, 7 : mausolée et nécropole franque.

Figure 38 : Plan général des vestiges paléochrétiens (Cazes 1997).

Figure 38 : Plan général des vestiges paléochrétiens (Cazes 1997).

Figure 39 : Plan de localisation des principaux ensembles funéraires (Barthélémy 1999).

Figure 39 : Plan de localisation des principaux ensembles funéraires (Barthélémy 1999).

61Le noyau cultuel et funéraire représente, du moins sur le plan géographique, une individualité certaine. La période paléochrétienne est caractérisée par l’implantation de la première basilique et du baptistère au Ve siècle (fig. 38). Dès son édification, l’intérieur de l’église est utilisé comme lieu d’inhumation, à l’intérieur, des sarcophages dont la plupart vont être réutilisés dans les siècles suivants. Seuls deux sarcophages d’enfant paraissent ne pas avoir été touchés. Pendant la période mérovingienne, la basilique accueille toujours des sépultures. Cependant, la zone des inhumations ne se limite plus alors à la basilique et à ses environs immédiats. Les sépultures gagnent vers l’est et pénètrent même à l’intérieur du baptistère. C’est à cette période que se produit un fait culturel essentiel sur le site : le noyau cultuel prend le relais de la nécropole franque pour les inhumations, attestant selon toute vraisemblance la présence d’une population étroitement liée au pouvoir mérovingien, qui a établi sa domination politique sur la région. La période carolingienne voit l’abandon de l’église comme lieu d’inhumation, qui connaît alors comme endroit privilégié la zone entourant le chevet de l’église. C’est durant les deux siècles entourant l’an mil que la nécropole prend toute son ampleur simultanément à la construction de l’église préromane et celle du troisième édifice, autour duquel étaient inhumés une majorité d’enfants. Le milieu du XIe siècle voit donc la construction de la deuxième église romane et le développement vers l’est et le nord du cimetière médiéval intra-muros. Il s’étend sur plus de 3000 m2 et sur plusieurs niveaux d’inhumations : il n’a pas été fouillé de façon exhaustive, mais semble comporter plus de 800 sépultures.

62À partir du Xe siècle, la nécropole extra-muros va être utilisée jusqu’au milieu du XIIe siècle, date de l’abandon du village. La partie fouillée comporte 81 sépultures réparties en deux groupes séparés par une bande de terrain de 5 mètres environ.

63Ainsi, plus de 800 sépultures livrèrent des restes humains pouvant se prêter à des analyses anthropobiologiques. Cette importante collection ostéologique, unique pour cette période dans la région, peut être scindée en différents groupes suivants trois types d’éléments définis comme culturels, géographiques et chronologiques. Les éléments culturels (orientation des tombes, mobilier, etc) ont permis de différencier un groupe de sépultures appartenant à une population de culture franque typique de la Gaule de l’Est. Les éléments géographiques ont montré que la quasi-totalité des sépultures étaient réparties entre deux nécropoles, l’une intra-muros, l’autre extra-muros. Les éléments chronologiques ont quant à eux permis de distinguer deux grandes périodes regroupant la majorité des sépultures : le haut Moyen Âge, du VIe au IXe siècle , et le Moyen Âge (ou périod médiévale) du Xe au XIIe siècle (Duhamel 1995 ; Cazes 1997) (fig. 41).

64Sur la base de ces critères, quatre groupes d’individus sont définis, d’effectif sensiblement différent, inhumés dans des zones relativement bien circonscrites :

  • le groupe de sujets culturellement francs, inhumés dans la zone 4, incluse entre les fossés interne et externe dans la partie nord-est du site. Cet ensemble funéraire typique de la Gaule de l’Est n’a été utilisé que durant 3 à 4 générations (VIe siècle).

  • le groupe de sujets inhumés durant le haut Moyen Âge (HMA autochtones) au sein de la zone 2 (VI-IXe siècle). Les sépultures sont réparties à l’intérieur et à proximité des deux édifices religieux de l’époque, c’est-à-dire le baptistère et l’église paléo-chrétienne.

  • le groupe de sujets inhumés à l’époque médiévale au sein de la zone 2 (Pmed z2) et répartis autour du principal édifice cultuel de l’époque, la basilique pré-romane qui deviendra l’église romane (Xe-XIIe siècle).

  • et, le groupe médiéval de la zone 5 (Pmed z5) inhumé au sein de la zone 5 à l’extérieur du fossé externe. Les sépultures se répartissent en deux groupes séparés par un espace de 5 mètres vide d’inhumations (Xe-XIIe siècle).

Figure 40 : Nécropole franque de La Gravette à l’Isle-Jourdain (Barthélémy 1999).

Figure 40 : Nécropole franque de La Gravette à l’Isle-Jourdain (Barthélémy 1999).

Figure 41 : Plan général du site ecclésial de La Gravette, à l’Isle-Jourdain (S. Eusèbe) (Cazes 1997).

Figure 41 : Plan général du site ecclésial de La Gravette, à l’Isle-Jourdain (S. Eusèbe) (Cazes 1997).

1 : église carolingienne, 2 : basilique pré-romane et église romane, 3 : chapelle du Xe s. ?, 4 : tour seigneuriale ?, 5 : fossé ecclésial.

I. 3.4. Les occupations

  • 15 Historia Francorum, II.37 : Chlodovecus vero apud Burdegalensem urbem hyemen agens, cunctos thesaur (...)
  • 16 P.L. T.88, Pars I Caput XI, Col. 99-100.

65L’occupation franque s’instaure au VIe siècle comme le prouve la nécropole typiquement germanique, par son organisation en rangées, sa richesse en armes (francisques, haches, lances…) et l’inhumation probablement habillée. La création de la nécropole de l’Isle-Jourdain – La Gravette se situe après la conquête franque de 507-508, qui voit la disparition du royaume de Toulouse. D’après Grégoire de Tours15, après la bataille de Vouillé en 507, Clovis hiverna à Bordeaux puis se dirigea vers Toulouse qui tomba en 508. L’itinéraire de l’invasion suggéré par Grégoire de Tours (qui suit la voie Bordeaux/Auch/Toulouse) passe précisément par le site de l’Isle-Jourdain où ladite voie a été repérée non loin de la nécropole. Plusieurs chroniques se font l’écho de cette poussée militaire brutale durant laquelle le royaume de Toulouse est détruit et Toulouse est incendiée. La présence d’un duc Launebode et de sa femme Berethrude, appartenant à l’ethnie franque et résidant à Toulouse vers les années 560, est attestée par un poème de Venance Fortunat16. Tous ces textes ramènent à la présence physique des Francs dans le Toulousain au lendemain de l’invasion, élément pressenti par Rouche (1979). La présence d’un groupe armé caractérisé par du mobilier appartenant au faciès mérovingien au début du VIe siècle, le long d’une voie stratégique, aux confins du territoire de la cité de Toulouse n’a donc rien de si insolite.

66L’époque carolingienne voit s’intensifier, autour du noyau ecclésial les activités domestiques et artisanales : l’église paléochrétienne est reconstruite, seule l’abside étant conservée. Plusieurs sarcophages ont alors été scellés sous les murs, d’autres sépultures étant déplacées hors de l’édifice. Cependant, cette église étant plus petite que la précédente, certaines sépultures se retrouvent, ipso facto, à l’extérieur. C’est à cette période que la voie antique semble abandonnée, ainsi qu’en témoigne un dépôt cendreux domestique contenant une monnaie du Xe siècle.

67Les Xe et XIe siècles voient l’expansion du site ecclésial avec des modifications importantes : une nouvelle église, dite préromane, remplace les restes du baptistère, et on note alors une concentration importante de sépultures autour de cet édifice. L’église carolingienne voisine paraît être fonctionnelle simultanément. De plus, est érigé un troisième édifice dont le pourtour comporte une proportion élevée de sépultures d’enfants. L’ensemble de la nécropole compte alors plusieurs centaines de tombes. C’est à cette époque, vers l’an mil, qu’est creusé le premier fossé dit ecclésial, d’environ 150 mètres de diamètre, centré sur la plus grande église. On y voit, plutôt qu’un ouvrage défensif, la matérialisation du périmètre sacré établi autour de certains lieux de culte, pratique réactualisée à la fin du Xe siècle dans le contexte de la Paix de Dieu. L’habitat se déplace alors, les abords des lieux de culte consacrés aux morts se peuplent de vivants. L’église carolingienne est désaffectée au cours de la première moitié du XIe siècle. La fin du XIe siècle voit la construction de l’église romane, à laquelle sera affectée le patronage de Saint Martin. C’est le moment où apparaît pour la première fois dans les archives conservées le nom d’Ictium ou Isc, l’église Sain martin d’Icio étant possession du chapitre cathédral de Toulouse. Au cours du XIe siècle, les signes d’occupation militaire et seigneuriale s’accumulent (traits d’arbalète, fer à chevaux). De plus, l’édification d’une tour seigneuriale en pierre, entourée de dépendances en terre, est fortement significative de la « révolution féodale ».

68Au XIIe siècle, le village est fortifié par le creusement d’une double enceinte fossoyée. Le creusement du fossé central détruit de nombreuses tombes – et l’on note une concentration d’ossements sur sa berge interne, indiquant une récupération des restes humains rassemblés en ossuaire. Le village d’Isc comporte donc alors un noyau central avec une partie est, l’église Saint-Martin et la nécropole, et une partie ouest, seigneuriale et militaire, qui représente alors le centre de gravité du site avec la tour et les habitations. Entre les deux fossés s’étend l’agglomération à la fois artisanale et domestique. La fouille des alentours n’a mis en évidence que quelques outils agricoles, en particulier des restes de noria.

69Une étude archivistique a été menée (Haute-feuille 1995) afin de préciser deux éléments : le premier était de savoir si Ictium pouvait être associé à l’agglomération découverte lors des fouilles, le deuxième était de confirmer l’abandon brutal du site au milieu du XIIe siècle. Très peu de documents d’archives ont pu être retrouvés pour le site de La Gravette. En effet, la documentation est inexistante avant l’an mil, comme souvent dans le Sud-Ouest, et le site fut brutalement abandonné durant le XIIe siècle. Un premier groupe de textes médiévaux permet toutefois d’identifier la seigneurie d’Ictium à la fin du XIe siècle et fournit les premières mentions certaines du village (actes du cartulaire de Saint-Sernin de Toulouse). Le deuxième document important est constitué par la vita de Saint Bertrand de Comminges, évêque du XIe siècle originaire d’Ictium. Ce document a été rédigé vers 1150. Ce village n’apparaît que quatre fois dans la documentation écrite contemporaine de son existence (actes du cartulaire) mais les renseignements sont géographiquement cohérents. Par ailleurs, l’existence du site et son abandon sont mentionnés explicitement dans l’histoire de la vie de Saint Bertrand. L’abandon intentionnel du site vers 1150 y est décrit ainsi que le brutal et général déplacement des habitants d’Ictium au profit d’un nouveau centre de peuplement, le castrum de l’Isle. Les mentions des églises des deux sites correspondent également avec cette chronologie, Saint-Martin de Icio étant mentionné dans une bulle papale en 1163 (il s’agit probablement de l’église romane), et 20 ans plus tard n’apparaît plus que Saint-Martin de Isla. Les raisons de ce déplacement n’apparaissent pas dans la documentation écrite : il est sans doute lié à une volonté seigneuriale, al famille d’Ictium étant liée à la fois aux comtes de Toulouse et à la famille d’Isla. Au total, les documents d’archives correspondent globalement aux données de fouille, la chronologie de l’abandon du site étant assez bien cernée. Mais nous n’avons aucun renseignement sur le smille ans d’occupation antérieure à l’abandon, ni sur l’organisation, ni sur l’évolution du site.

I. 3.5. Les inhumations

* Antiquité et haut Moyen Âge (V-IXe siècles)

70Si quelques sépultures de ces périodes anciennes ont été fouillées lors de la première campagne, la majorité d’entre elles l’ont été durant la seconde. Elles ont été préférentiellement retrouvées dans le secteurs 2, 9, 10, 12. Ont été observés :

  • de nombreux sarcophages rectangulaires (sép.394) ou trapézoïdaux (sép. 652), en calcaire le plus souvent, mais aussi en marbre (sép. 715). Ils ont fréquemment une orientation nord-sud. Les restes humains sont soit en connexion, soit bouleversés. Les sépultures sont uniques ou multiples successives (comprenant l’inhumé le plus récent et les réductions des inhumés précédents – sép. 167, 180), marquant la réutilisation fréquente des structures. Beaucoup de ces sarcophages se situent dans la nef de l’église paléochrétienne.

  • des sépultures en coffre de tegulae sont aussi retrouvées. Les fosses sont creusées nord-sud et recouvertes de tuiles (sép. 1015), ou déjà orientées est-ouest et la couverture est constituée de tuiles en bâtière (sép. 359). Les inhumés sont sur le dos, avec les membres supérieurs en semi-flexion, et les membres inférieurs en extension. La perturbation des sépultures sont toutefois fréquentes (sép. 455, 739).

  • des sépultures en pleine terre, enfin, sont mentionnées, disposées souvent dans l’axe nord-sud. Elles sont souvent remaniées par, entre autres, les fondations des divers édifices.

71À partir du VIIIe siècle, la datation des tombes est difficile car le mobilier en disparaît complètement et la culture matérielle, en particulier de la céramique, est méconnue.

* Le cimetière médiéval du noyau ecclésial (XIe et XIIe siècles)

72Les fosses sépulcrales sont orientées à l’est, des différences d’orientation de quelques dizaines de grades d’une sépulture à l’autre n’étant pas expliquées.

  • 17 Lors de la première campagne de fouilles, au cours des sondages réalisés dans le secteur 2, plusieu (...)

73Dans le cimetière ecclésial du XIe siècle, il existe une représentation plus abondante du mode de décomposition en espace vide, peu de sujets s’étant décomposés en espace colmaté. Les crânes sont presque toujours en butée contre le chevet de la fosse ou du contenant, maintenus dans la direction du levant par des blocs de calcaire ou par une logette céphalique associée à un type de fosse aménagée et recouverte (motivations rituelles). La position sur le dos est la règle sauf dans deux cas : l’analyse des ossements suggère dans un cas une position sur le côté (sép. 76), dans l’autre, une position sur le ventre (adolescente enterrée intentionnellement en zone 4, en dehors de l’espace consacré de la zone 2, sép. 336). Il existe ponctuellement des recoupements de sépultures, par ensemble de deux ou trois fosses non contemporaines, pouvant évoquer un regroupement familial (sens biologique du terme) ou une forte densité de sépultures amenant un chevauchement fortuit des fosses17.

74Pour le cimetière ecclésial du XIIe siècle, plusieurs remarques ont été faites :

  • plusieurs recoupements sont notés créant des ensembles de trois ou quatre sépultures (regroupement familial ou regroupement fortuit ?).

  • par ailleurs sont notées des sépultures secondaires (en deux temps) avec réductions d’adultes ou d’immatures.

  • les inhumations sont en général individuelles, bien que quelques cas de sépultures multiples soient notés.

  • les ensevelissements en pleine terre sont les plus courants sur les derniers niveaux d’inhumation. La position du corps sur le dos est invariable, les membres inférieurs sont en extension ou semi-fléchis. Les membres supérieurs sont en extension ou l’un des deux est en semi-flexion sur les os coxaux.

75Il existe une forte densité d’inhumations démontrée par les réductions de sépultures. La répartition par sexe ne retrouve pas d’organisation particulière dans le cimetière ecclésial, la répartition par âge décèle un fort déficit d’immatures.

* Les sépultures privilégiées autour des édifices cultuels

76Les tombes bâties représentent un mode d’inhumation particulier. Elles sont concentrées le long de la façade de l’église romane et près de son abside. Elles sont délimitées par des blocs calcaires latéraux et recouvertes par des dalles. Elles abritaient toutes un inhumé, parfois accompagné d’ossements réduits appartenant à un ou plusieurs sujets déposés précédemment. Les sujets sont inhumés sur le dos, membres inférieurs en extension, membres supérieurs en extension ou en légère semi-flexion. Ces tombes sont réservées le plus souvent à des adultes masculins (dont un pèlerin de Saint-Jacques-de-Compostelle, accompagné d’une coquille homonyme).

* Les sépultures d’enfants en bas-âge

77La fouille des abords des édifices cultuels (abords immédiats de l’église romane et abside de l’église du haut Moyen Âge) a retrouvé de nombreuses sépultures d’enfants et a compensé partiellement la faible proportion d’immatures retrouvée sur l’ensemble du site. Toutefois, et cela sera mis en évidence lors de l’étude paléodémographique, tous les enfants n’étaient pas inhumés aux abords des églises et il faut supposer qu’un autre lieu leur était réservé. Toutes les fosses sont orientées, pied de la sépulture à l’Est. Les enfants sont inhumés individuellement sur le dos dans des fosses en pleine terre ou sur un même emplacement qui sert à l’inhumation successive de plusieurs sujets.

* La nécropole franque (S. Bach, Ch. Duhamel)

78Une seule sépulture (261) a été l’objet d’un aménagement de ses parois, avec du mortier de tuileau. Les autres fosses n’ont pas reçu de traitement particulier : elles sont creusées à même le substrat et adoptent des formes ovalaires. Les sujets sont allongés sur le dos, les pieds vers l’est (orientation générale des fosses nord-ouest/sud-est). Les membres supérieurs sont en général en extension, l’un d’eux pouvant être replié sur le pubis, les membres inférieurs sont allongés. La plupart des inhumations ont été réalisées en pleine terre (fosses en gouttière), parfois avec des indices de constriction particulière au niveau des coudes ou du thorax (linceul ?). Les réceptacles identifiés sont des contenants en bois calés par des briques de chant, souvent réservés aux enfants et aux adolescents, ou des contenants de bois à fond concave. La répartition par sexe et par âge ne reflète pas, pour l’ensemble de la nécropole, d’organisation particulière. L’hypothèse d’une communauté principalement militaire par le nombre important d’armes trouvées, n’est pas validée par une distorsion dans le recrutement. Seul le nombre d’enfants et de nouveau-nés indique un déficit par rapport au nombre d’adultes. Il renvoie probablement à l’usage d’enterrer les plus jeunes dans un autre lieu, non découvert par la fouille.

* La zone 5 (S. Bach, Ch. Duhamel)

79Les 81 sépultures renfermaient 82 sujets (sépulture 224 contenant deux enfants) inhumés en fosse oblongue ou rectangulaire. Leur répartition ne répond pas, au sein de la zone 5 à des secteurs définis en fonction de l’âge ou du sexe. Au cours de l’étude descriptive des sépultures, trois modes d’inhumation ont été mis en lumière : en espace vide (contenants de bois ou coffrages), en espace confiné (linceul), en espace colmaté. Parmi les 68 sépultures pour lesquelles un mode d’inhumation a été perçu, il n’existait pas de relation particulière entre le sexe, l’âge et le mode d’inhumation. Les divers modes d’inhumation étaient répartis sur l’ensemble de la surface, avec une prédominance globale d’inhumations en pleine terre. Les inhumés sont sur le dos, avec les membres en extension, ou les membres supérieurs en semi-flexion et les membres inférieurs en extension. Quelques cas d’oreillers funéraires ont été décelés, d’autres exemples révélant des aménagements céphaliques constitués de pierres calcaires destinés à maintenir le crâne en direction du levant. Les sépultures forment deux groupes aux orientations légèrement différentes (est/ouest et nord-est/sud-est) séparés par une bande vierge de sépultures de 5 mètres environ, sans que l’on puisse savoir à quoi elle se rapporte (tracé de chemin à l’intérieur du secteur funéraire ?).

80Les cadres chronologiques de la zone 5 sont flous, en l’absence de dépôt funéraire. La topochronologie permet de dater les sépultures entre le Xe et le milieu du XIIe siècle. Pour l’étude, l’ensemble des sépultures sera intégrée à la période médiévale. Nous vérifierons toutefois s’il n’existe pas de différence avec les individus de la nécropole médiévale intra-muros.

I. 3.6. Le mobilier

81Le mobilier funéraire, étudié par J.-L. Boudartchouk (1995), est envisagé en différenciant les objets spécifiques retrouvés dans le nécropole franque des éléments funéraires contenus dans les autres sépultures. En raison du nombre important d’objets, l’inventaire n’est pas présenté ici, mais il est développé dans le document final de synthèse de 1995 et il sera présent dans la future monographie (publication en cours).

* Le mobilier funéraire de la nécropole franque

82Plus de 300 objets ont été répertoriés et répartis en 88 types dans les 46 sépultures ayant fait l’objet d’un dépôt de mobilier. Ce mobilier est caractérisé par une homogénéité et une richesse typologique en tout point comparables à celles d’une nécropole mérovingienne de Picardie ou de Moselle. De telles associations étaient jusqu’à présent inconnues dans le Toulousain. Pour notre étude, ces objets ont été regroupés en 6 catégories.

La céramique et la verrerie

83La céramique est relativement peu représentée. Les dépôts sont uniques ou associés. Les céramiques appartiennent essentiellement au faciès mérovingien typique, comparables à des exemplaires découverts au-delà du Rhin. Ce faciès céramique, commun au cœur du royaume franc était jusqu’alors quasiment inconnu dans le Sud-Ouest. Sur le site de La Gravette, il diffère radicalement du faciès « autochtone » du VIe siècle.

84La verrerie est rarement observée : quelques fragments de verre antique parfois retrouvés dans une aumônière, une seule petite bouteille caractéristique de l’époque mérovingienne précoce.

Les armes

85Les porteurs d’armes sont particulièrement nombreux sur la nécropole de La Gravette (13 cas sur 46 inhumations à mobilier, soit 28 %). Ces armes sont très diverses (francisques, haches, pointes de lance, poignard) mais présentent une homogénéité typologique. Elles sont toutes caractéristiques de l’époque mérovingienne précoce.

Les objets de parure

86Ces objets sont d’une grande variété typologique et parfois associés en nombre dans les tombes « riches », constituant alors un véritable costume d’apparat (sép. 333 par exemple). Il s’agit de fibules, de boucles d’oreille, de perles de collier.

Accessoires de buffleterie

87L’essentiel des éléments de ceinture est constitué par des plaque-boucles ovales en bronze ou en argent.

Les objets usuels et les objets réemployés d’origine antique

88Les objets usuels sont ceux rencontrés habituellement dans les nécropoles mérovingiennes du Nord et de l’Est de la Gaule (briquet, épingle, silex, pince à épiler, fermoir d’aumônière…). Les objets réemployés sont des fragments de bronze, des tessons de verre ou de céramique, des monnaies antiques.

Les monnaies

89On retrouve à plusieurs reprises des monnaies antiques du IVe siècle, contenues dans l’aumônière ou déposées au niveau du crâne ou des mains qui peuvent être dans certains cas considérées comme une manifestation du rite de « l’obole à Charon ». Par ailleurs, la présence d’exemplaires d’Antonianus non usés frappés à Trèves, ancienne capitale du l’Occident du IIIe siècle, revêt éventuellement une signification particulière du fait de l’origine franque de l’inhumé.

* Le mobilier « autochtone »

90Le mobilier funéraire des sépultures non franques du haut Moyen Âge est peu abondant (18 sépultures) constitué par des objets de parure (bagues à chaton), des accessoires de buffleterie (plaque-boucles), des armes (couteau, sép. 703), des monnaies antiques, des objets usuels (peigne en os, silex) et un bol apode. Il n’existe pas le moindre exemple de mobilier « aquitain ». La datation de ce mobilier va du VIe au VIIIe siècle. La possibilité d’inhumations de sujets respectant les coutumes septentrionales (inhumation habillée avec dépôts d’objets d’inspiration franque semblables à ceux rencontrés en Gaule du Nord à la même époque) dans des sépultures de type méridional (sarcophages rectangulaires du Ve et trapézoïdaux du VIe siècle) est évoquée.

91Le mobilier funéraire médiéval est comme classiquement très peu répandu, constitué essentiellement par des vases funéraires (sép. 529, 558, 589, 659) et des monnaies médiévales ou antiques.

I. 3.7. Chronologie et datation

Figure 42 : Chronologie générale de l’occupation du site (Cazes 1997).

Périodes

Siècles

Vestiges toutes les zones

Antiquité classique

Ie A. C./Ie P.-C. II-IIIe

IV- Ve Ve début VIe (?)

VI- VIIe

Fin VII- VIIIe IX-Xe

X-XIe

1er moitié XIIe

Après 1140-1160

Z1 : occupation artisanale

Z3 : voie antique, habitat ?

Z1, Z3 : voie antique, occupation des abords

Période paléochrétienne

Z1 : occupation artisanale

Z2 : bâtiments, église, nécropole ( ?)

Z3 : voie, habitats

Z4 : mausolée, inhumations

Z2 : église, nécropole, baptistère

Période franque

Z2 : église (extension ouest ?), nécropole, habitat ( ?)

Z3 : voie antique, habitat probable

Z4 : nécropole, habitat probable

Période protomédiévale

Z2 : église (extension occidentale), nécropole ( ?)

Z4 : non reconnue

Z2 : église, reconstruction de la nef, nécropole,

secteur artisanal dans baptistère, habitat

Z3 : habitat aggloméré le long de la voie

Z5 : nécropole (autre lieu de culte ?)

Période ecclésiale

Z2 : groupe d’églises, grande nécropole, fossé ecclésial,

église carolingienne transformée en habitat, 1er pôle castral ?,

extension de l’habitat, zone artisanale à l’ouest

Z3 : agglomération ( ?)

Z2 : église romane, nécropole, fossé ecclésial, agglomération,

artisanat, habitat seigneurial

Z3 et 4 : agglomération ( ?)

Z5 : nécropole ( ?)

Période castrale

site castral au sein d’une double enceinte fossoyée

Z2 : habitat aristocratique, dépendances, église, cimetière

Z3, Z4 : agglomération, activités artisanales

Z1, Z5 : occupations ponctuelles, habitat, four

Abandon du site

Z2 : occupation ponctuelle fortifée ( ?)

Z2 : occupation ponctuelle fortifée ( ?)

Z3 ouest : sépultures (bas Moyen Âge) ?

I. 4. La nécropole de Saint-Brice-de-Cassan, à Ordan-Larroque (Gers)

(Dupouey P., Martin A., Vidal M., Duchesne S.)

I. 4.1. Les vestiges antérieurs : La demeure aristocratique

  • 18 L’analyse de cette opération de fouilles conduite par P. Dupouey et A. Martin a été faite à partir (...)

92La mise en place d’un programme de prospection en 1965 (Labrousse 1966, 437) sur la commune d’Ordan-Larroque a permis de révéler, outre la présence de monuments encore en élévation (piles funéraires de Lasserre et de Peyrelongue), celle également de nombreux sites gallo-romains inédits, ainsi que la redécouverte de l’établissement rural antique de Saint-Brice-de-Cassan18.

  • 19 Labrousse 1968, 544 ; 1970, 421-422 ; 1972, 496-497 ; 1974, 482-483 ; Lequément 1983, 493 ; 1986, 3 (...)
  • 20 Dupouey, Martin 1979, 15 et 1980, fig. 11 ; Lapart, Petit 1993, 189.

93La villa gallo-romaine de Cassan, fouillée de 1966 à 198519, n’est en fait connue que par la mise au jour de sa seule partie thermale (1000 m2 environ) qui correspond à ce qui paraît être la limite orientale de l’établissement. Maintes fois remaniée au cours d’une évolution architecturale comprenant au moins quatre phases distinctes, et sans doute davantage si on se réfère aux états successifs proposés dans le rapport de l’année 198020, cette vaste villa est maintenant mieux connue. Des prospections aériennes ont permis de matérialiser son secteur méridional, d’évaluer son emprise sur plus d’un hectare (Sillières, Petit 1994, 131), et de découvrir une pile funéraire et ses enclos à 70 m au sud-ouest de celle-ci (Soukiassian 1993, 213 ; 1994, 130 ; Soukiassian, Marty 1996, 110-111) (fig. 43).

94L’importance des modifications subies a rendu complexe la compréhension d’un plan où les premières constructions du Haut-Empire (seconde moitié du Ier siècle) sont difficiles à analyser (ont-elles déjà une fonction thermale ?). Les aménagements et superpositions successifs attestent de transformations radicales (hypocaustes à conduits rayonnants, puis à pilettes), dont la logique est difficile à suivre jusque dans la fin de l’Antiquité (fin IVe siècle ap. J.-C. ?). Les salles chaudes et froides associées à des bassins et baignoires laissent supposer un usage thermal privé, peut-être double, du moins dans les derniers états. Le répertoire décoratif, les mosaïques polychromes, le sol de tuileau orné d’incrustations, les placages de marbre et les enduits peints portent témoignage du luxe de cette villa dont l’ornementation évolue dès la seconde moitié du Ier siècle, en particulier au cours du IIe siècle et ce jusque dans le deuxième quart du IVe siècle (Balmelle 1987, 229-236).

95On ne peut préciser la date d’abandon puis de destruction de cet établissement résidentiel dont les ruines, encore visibles à coup sûr par endroits, servirent tardivement de nécropole.

I. 4.2. La nécropole

  • 21 Brice fut au Ve siècle le successeur de Martin sur le siège épiscopal de Tours (Griffe 1965, 306).
  • 22 Dupouey, Martin 1979, 8 ; Dupouey 1982, 17 ; Lapart, Petit 1993, 321.

96Le site, dont le toponyme fait référence à une église dédiée à Saint-Brice, est connu depuis le XIXe siècle. Si l’hagiotoponyme Saint-Brice (Casano en 1262) atteste l’ancienneté de sa consécration21, les chartes ecclésiastiques font mention des revenus de cette église dès le XIe siècle, mais surtout à partir du milieu du XIIIe siècle et aussi au XVe siècle où sont signalés les bénéfices issus de Sancti Bricti et Sancti Christine de Cassano22. Cet édifice, sans doute proche, reste non localisé, seules les sépultures ont été mises au jour.

97Près de deux cent sept sépultures ont été découvertes : elles correspondent à un secteur d’inhumations dont la limite nord ne semble pas outre-passer l’emprise au sol de la villa qui se développe plus au sud.

98Si la plupart des tombes suivent l’orientation est -ouest des murs de la villa, d’autres par contre, en bordure sud de la fouille, au-dessus du mur d’abside de l’hypocauste à conduits rayonnants, sont orientées nord-sud. Cette inversion d’orientation plus ou moins accentuée avec des tombes proches, orientées nord-ouest/sud-est, pose problème. Elle n’a pu être en effet constatée que dans ce seul secteur qui, par ailleurs, semble appartenir à la zone où la nécropole paraît devoir poursuivre son extension (Dupouey, Martin 1996). La faible densité des tombes dans la partie nord et leur concentration au sud suggère que l’on se trouve sur ou à proximité de la partie centrale de la nécropole, et au voisinage d’un édifice religieux.

99Les inhumations sont, semble-t-il, pour la plupart en espace libre, dans des fosses qui ont traversé les sols, coupé ou entamé le bâti antérieur et dont la forme est vraisemblablement quadrangulaire ou trapézoïdale et anthropomorphe. S’il ne paraît pas y avoir eu de cercueil, on peut signaler surtout des entourages de pierres non jointives et rarement maçonnées, des couvertures de pierres et de briques en accumulation et certaines, partielles, situées au niveau de la tête et des pieds. Dans un seul cas, on a pu observer une couche de mortier de chaux qui scellait l’ouverture d’une fosse. Les tombes peuvent avoir un aménagement intérieur au niveau des logettes encadrant la tête du défunt qui repose parfois, en surélévation, sur une dalle ou une brique. La position générale des corps est allongée sur le dos, seul un cas est sur le ventre. Les membres supérieurs sont en majorité le long du corps, d’autres reposent sur le pubis ou les hanches, ou sont croisés sur les épaules, tandis que les jambes sont étendues, serrées. Le creusement de ces sépultures recoupe souvent des tombes plus anciennes dont les vestiges ont été en partie regroupés dans des ossuaires ou dispersés dans les terres de comblement.

Figure 43 : Villa gallo-romaine (partie thermale) et nécropole.

Figure 43 : Villa gallo-romaine (partie thermale) et nécropole.

I. 4.3. Quelques données anthropologiques

100Les études métriques et l’analyse anthropologique, d’après les observations de terrain de P. Dupouey, quoique partielles et non synthétiques puisqu’elles ne portent encore que sur 152 des 202 inhumations, proposent des données intéressantes (Dupouey, Martin 1969 ; 1981, 17-20).

101La taille des adultes varient entre 1,47 et 1,67 m pour 14 femmes et entre 1,68 et 1,82 m pour 29 hommes. Il a été constaté 27 % des décès avant le stade de l’adolescence. Pour les hommes, dans 13 % des cas, le taux de mortalité se situe entre 20 et 30 ans, alors que pour le reste de la population, le décès intervient avant la soixantaine. En étudiant la pathologie osseuse, P. Dupouey a pu recenser des traces de décalcification, d’abcès dentaires ou crâniens, de tumeurs de type maladie de Paget, de fractures crâniennes avec survie, de fractures d’os longs réossifiées et quelques cas de lésions ayant entraîné le décès par mort violente. Il signale de nombreuses sutures métopiques persistantes, des anomalies au niveau de la présence d’osselets crâniens supplémentaires et d’une dissymétrie observée sur certains crânes.

I. 4.4. Le mobilier

102La majorité des tombes n’a livré aucun mobilier ; seules dix d’entre elles ont fourni des éléments de parure, des objets de la vie quotidienne ou de la céramique.

  • 23 Découverte un peu au-dessus de l’épaule gauche.
  • 24 En place sur l’épaule droite.

103À l’exception d’une fibule ansée de type germanique dont les équivalents sont datés de la fin du Ve siècle, première moitié du VIe siècle (Kazanski 1991, 136 ; Vallet 1997, 234) et pour laquelle il n’y a pas d’assurance qu’elle provienne de la sépulture 118 (Dupouey, Martin 1983, 22), trois inhumations sont associées à des agrafes à double crochets (sép. 65, 10823, 12124). On en trouve de similaires aux VIIe et VIIIe siècles (Colardelle 1983, 140), autour de l’an mil (Colardelle, Démians d’Archimbaud, Raynaud 1996, 287-288 ; Stutz 1996, 166), ce qui est confirmé par les découvertes récentes de Salies-du-Salat (Haute-Garonne) où elles proviennent de milieux de la de l’époque mérovingienne et de la période carolingienne (Chopin, Boudartchouk 2000, 48-54).

104Trois inhumations ont fait l’objet d’un dépôt de céramique entre les pieds du défunt (sép. 2, 14, 136). Il s’agit de pégaus dont un à bec pincé non ponté, sans anse et à tétons sur la carène. Leur typo-chronologie permet de les situer dans les XIe/XIIIe siècles (Colardelle 1983, 360, Barrère, Rey-Delqué 1990, 233, Pringent 1996, 215-221, Pousthoumis, Cabot 1997-1998, 14, Lassure 1998, 557, Leenhardt 1999, 142). Ces différentes comparaisons suggèrent une datation dans les XIIe/XIIIe siècles (Colardelle, Démians d’Archimbaud, Raynaud 1996, 289-291).

105Enfin, trois inhumations associent des objets de la vie quotidienne, ici des couteaux, des graines, ou les deux, sans que l’on puisse identifier une datation :

  • Sép.79 : une lame de couteau en fer, à droite de la tête.

  • Sép. 174 : une lame de couteau à l’intérieur d’un foyer en amont du crâne d’une femme, et au niveau du bassin, un peu au-dessus, un important semis de glumelles de céréales (orge ?) noircies.

  • Sép. 202 : centaines de petites graines d’euphorbiacées (Mercurialis annua). La structure de la tombe est très particulière : une fosse a d’abord été aménagée, le fond et les bords de la fosse ont été ensuite tapissés d’une épaisse couche d’argile jaune, couverte de grosses dalles, scellées également d’une couche d’argile, formant un « sarcophage d’argile ».

I. 4.5. Chronologie et datation

106Il est certain que cette rapide évaluation méritera d’être validée. La base documentaire issue de la fouille, pour abondante qu’elle soit, n’est pas sans poser problème notamment sur l’essai de restitution, par phases, de la partie thermale de la villa, et sur celle de son abandon qui pourrait être plus tardive si l’on tient compte de la fibule ansée datée entre la fin du Ve siècle et la première moitié du VIe siècle.

  • 25 Références Pa 2044, Pa 2045 et Pa 2046 (intervalle de confiance à 2 sigma), J.-F. Saliège, laborato (...)

107En l’état actuel de nos connaissances, en tenant compte des sépultures détruites et de celles qui ont fait l’objet d’un regroupement dans un ossuaire, il nous paraît raisonnable de proposer une utilisation de cette nécropole de la fin du VIIe/début du VIIIe siècle jusqu’au XIIIe siècle, ce que confirme les datations radiocarbones effectuées sur trois sépultures (sép. 90, 119 et 163), qui se situent entre 652 et 101725.

I. 5. La nécropole de Vindrac (Tarn)

(Bessou M. †, Guyon J., Vidal M.)

I.5.1. Historique des recherches et des fouilles

  • 26 Mis à part les rapports de fouilles consultés au Service régional de l’Archéologie, l’essentiel de (...)

108Le nom de l’abbé Bessou est indissociable des recherches conduites à Vindrac. Lors du creusement de tranchées d’adduction d’eau potable en 1970, c’est lui en effet qui eut le mérite d’identifier le gisement archéologique jusqu’alors insoupçonné du village et d’en percevoir aussitôt la richesse et l’intérêt, avant de le fouiller avec toute une équipe, en une dizaine de campagnes échelonnées de 1976 à 1988. La mort l’a malheureusement empêché d’en livrer la publication définitive26. Le site antique et médiéval est sous la forme d’une butte artificielle de 65 m environ de diamètre et de 1,80 m de hauteur maximale pour une surface reconnue de 3 300 m2, mais il n’est probablement pas limité à cette éminence qu’il doit déborder largement (fig. 44).

109L’intérêt du site tient à la complexité d’une histoire que son découvreur avait bien mise en lumière par ses fouilles et qu’il avait entrepris de démêler en distinguant, au-dessus des restes d’un important établissement rural antique, pas moins de quatre édifices funéraires et/ou cultuels du haut Moyen Âge, auxquels a sûrement succédé pour finir un bâtiment médiéval, à vocation cultuelle ou défensive (l’abbé Bessou hésitait sur l’interprétation à lui donner), dont le plan général reprend très largement celui de l’un des édifices chrétiens antérieurs. Ces reconstructions étaient fondées sur l’intime conviction d’un archéologue qui s’était montré sensible, avec les moyens de son temps, aussi bien à l’étude des stratigraphies qu’à celle des appareils -ses écrits comme ses relevés (fig. 45) en témoignent.

I.5.2. Esquisse historique

110Maintenant que le site a été remblayé, on ne saurait revenir sur les interprétations de l’abbé Bessou au gré d’intuitions qui naissent de la seule lecture des plans disponibles ; nos analyses s’appuieront donc constamment sur les solides éléments de synthèse qu’il a laissés en faisant place, comme autant de notations marginales, aux interrogations qui peuvent venir à leur lecture.

111Il ne nous revient pas cependant d’étudier de façon précise les caractéristiques d’un gisement dont les niveaux stratigraphiques s’interpénètrent, créant une multitude de perturbations qu’il est difficile, au vu de la faible surface dégagée, d’interpréter valablement. Notre objectif est seulement d’appréhender de la façon la plus complète possible les implantations funéraires et cultuelles du haut Moyen Âge, ce qui sera l’affaire du chapitre suivant (I.5.3). Au préalable, il convient pourtant de brosser une esquisse d’ensemble de l’histoire du site qui traitera rapidement de ces établissements du haut Moyen Âge, pour s’attarder au contraire à la fois sur les états antérieurs et sur les monuments médiévaux de Vindrac.

Aux origines, une occupation pré-romaine

112Même s’ils paraissent fugaces, les indices d’une première fréquentation des lieux se signalent par la présence d’un niveau stratigraphique dans lequel abondent les amphores vinaires italiques Dressel 1 et qui a également livré un « plat campanien à vernis noir ». Sur une terrasse naturelle qui sera aménagée dès l’époque impériale, cette couche marque la présence d’une occupation dans le courant au moins du Ier siècle avant J.-C.

Figure 44 : Vindrac, plan de situation de la nécropole (M. Bessou).

Figure 44 : Vindrac, plan de situation de la nécropole (M. Bessou).

Un important établissement rural du Haut-Empire

113L’abbé Bessou n’avait traité que très brièvement des constructions les plus anciennes du site sur lesquelles il se réservait probablement de revenir ; il en a cependant restitué les grandes lignes sur un croquis d’interprétation qui servira à guider notre description (fig. 46).

114De nombreux vestiges de constructions sont visibles en effet sur ses relevés, principalement dans le secteur nord (le moins densément occupé par des tombes, parce qu’il était situé en limite de la nécropole liée aux monuments chrétiens), mais également dans toute la partie méridionale où d’autres alignements restent bien perceptibles en dépit de nombreuses interruptions dues aux fosses des inhumations et des sarcophages. Nul doute donc que l’ensemble du site ait été, à l’origine, dévolu à un important établissement rural qui s’étendait certainement, de toutes parts, au-delà des limites d’une fouille qui ne couvre guère que 240 m2.

115L’ensemble des murs sont ordonnés selon deux directions orthogonales, nord-nord-est/sud-sud-ouest pour l’une et est-sud-est/ouest-nord-ouest pour l’autre, qui ont également servi pour tous les bâtiments ultérieurs : premier élément de permanence, sur ce site qui n’en manque pas. La situation est cependant différente de part et d’autre d’un long mur de direction nord-nord-est/sud-sud-ouest, longé à l’est par un caniveau large de 0,40 m, qui traverse en écharpe l’ensemble du secteur fouillé, presque par le milieu. Ce mur, large de 0,65 m et qui est parementé sur sa seule face, sert en effet à marquer une césure entre une terrasse supérieure assez densément occupée, à l’ouest, et une terrasse inférieure, à l’est, qui paraît au contraire, au moins dans sa partie nord, répondre à un espace ouvert. À cet endroit, le fouilleur a en effet reporté sur son plan des éléments de section carrée, assez régulièrement espacés de 2,50 m environ d’axe en axe, qui servaient probablement de fondations à des piliers ou des colonnes, pour supporter la couverture d’un portique ou d’un appentis large de plus de 3 m qui était adossé au mur et bordait sans doute une cour ou une zone cultivée. Cette dernière interprétation est fondée sur la stratigraphie du secteur, que le fouilleur a décrite « homogène dans sa coloration et sa composition : sombre, humifère, sans grosses pierres, comme une terre de jardin » (Bessou 1977-1986, 62). On ignore l’extension de ce supposé portique (ou appentis) dont quatre sup-ports de la couverture seulement ont été identifiés mais la présence d’un dernier support, à quelque 3,20 m à l’est du dé le plus méridional, invite à imaginer qu’il faisait retour dans cette direction, adossé à un mur de direction générale ouest-nord-ouest/est-sud-est qui n’a pas été retrouvé par la fouille, sans doute parce qu’il a été masqué par le mur nord du dernier monument construit au Moyen Âge sur le site, qui est distant de 2 m environ de l’axe des dés méridionaux. L’hypothèse est d’autant plus vraisemblable qu’à l’autre extrémité du chantier, à l’ouest, la fouille a révélé que le mur de l’édifice médiéval était effectivement superposé à un mur plus long que lui, qui a été individualisé sur 2,50 m de longueur jusqu’à la limite de l’affouillement au-delà de laquelle il se poursuit. Il serait donc séduisant de restituer à son emplacement un autre mur majeur de l’établissement rural primitif qui aurait lui aussi traversé en écharpe, et presque par son milieu, tout le secteur fouillé, perpendiculairement à l’autre axe que nous avons précédemment mis en évidence.

Figure 45 : Vindrac, coupe stratigraphique, secteur MN (M. Bessou).

Figure 45 : Vindrac, coupe stratigraphique, secteur MN (M. Bessou).

Figure 46 : Vindrac, l’établissement rural du Haut-Empire (M. Bessou, modifié par J. Guyon et M. Vidal).

Figure 46 : Vindrac, l’établissement rural du Haut-Empire (M. Bessou, modifié par J. Guyon et M. Vidal).

116Sans doute ces deux murs n’ont-ils pas le même statut puisque l’un a été reconnu sur presque toute sa longueur tandis que le second reste largement hypothétique ; on ne doutera guère cependant de l’existence de ce dernier si l’on remarque que les vestiges qui ont été repérés de part et d’autre de son tracé supposé ne sont pas exactement à l’alignement, même lorsqu’il s’agit d’un élément aussi important que le caniveau qui traverse continûment le site du nord-est au sud-ouest. Au sein de l’établissement, ce mur marquait donc lui aussi une forte césure, plus importante encore probablement que celle de l’autre axe majeur qui lui est perpendiculaire.

117La fouille pourrait donc être divisée en quatre secteurs de taille et de nature assez inégales (fig. 46) : au sud-ouest et peut-être au nord-ouest dont on ignore à peu près tout, deux quartiers dévolus à des pièces de service ou d’habitation reconnaissables au lâche carroyage de murs qui en marquent les limites ; à l’opposé, un quadrant sud-est qui paraît au contraire à peu près vide de toute construction, à l’instar de la cour à portiques ou du jardin bordé d’appentis qui couvraient certainement pour leur part tout le quartier nord-est. Les constructions ultérieures et les inhumations sont trop denses pour que le plan soit autrement lisible, d’autant qu’on ne tient là, on l’a dit, qu’une partie d’un ensemble sûrement plus vaste. Sans doute s’agit-il d’une villa qui était certainement en activité dès le Haut Empire comme on peut le déduire des données de la fouille.

118On se tournera d’abord vers les secteurs qui ont été épargnés par la nécropole au nord du chantier car ils ont livré des éléments qui situent leur occupation depuis les premiers temps augustéens (sigillées italiques) jusqu’au IIIe siècle de notre ère : outre des céramiques communes et tout un mobilier métallique, le matériel exhumé comporte en effet un certain nombre de productions de sigillées sud-gauloise (Drag 4/22, 15/17, 18/31, 24/25, 27, 29, 30, 35/36, 37, 44 ... ; Hermet 4/15, 8, 9 ; Ritt. 5, 8, 12, 14 a ; Déch. 63, 67) et sigillées claires. Mais autant vaut pour la documentation fournie par la fouille de trois fosses allongées que l’abbé Bessou interprétait comme des fosses/dépotoirs constituées au cours de la « transformation de la villa ». Outre de nombreux éléments architecturaux (tuiles, briques, antéfixes, enduits peints), leur mobilier comporte essentiellement en effet des sigillées sud-gauloises d’époque augusto-tibérienne (Drag 17 a, 19, 24/25, 29, 35/36 ; Ritt. 5 ; Halt. 14 ; Hermet 9). N’était la présence dans la fosse centrale d’une sépulture à inhumation en caisson rectangulaire (L. : 1,00 m ; l. : 0,20 m) que le fouilleur considérait « de peu postérieure à l’ouverture des fosses », on jugerait volontiers que ces excavations relèvent toutes, sinon de la création de la villa, du moins d’un chantier de construction d’envergure à placer dans la seconde moitié du Ier siècle de notre ère. Et c’est sans doute ce chantier qui est responsable de l’essentiel du plan de l’établissement tel qu’on l’entrevoit aujourd’hui.

Les transformations de la villa pendant l’Antiquité tardive

119Au-dessus des ruines de l’établissement rural primitif, l’abbé Bessou avait cru reconnaître ce qu’il appelait quatre chapelles qu’il avait numérotées de 1 à 4, « sans que cela comporte a priori une signification chronologique » (fig. 47) : « la n° 1, située au nord, à chevet semi circulaire, regarde l’ouest ; la n° 2, située à l’ouest, pos-sède un chevet pentagonal et se tourne vers le nord ; le chevet pentagonal n° 3 est orienté à l’est ; la n° 4, dont nous ne connaissons que partie des murs latéraux, est tournée vers le sud. » (Bessou 1977-1986, 27-31). C’étaient là autant de bâtiments qui « par leur appareil, leurs dimensions réduites, la largeur constante de leurs murs (de 50 à 55 cm de large) montrent une évidente parenté » : « les fondations, qui s’enfoncent dans les dépôts gallo-romains tardifs de 50 à 65 cm selon les cas, ainsi que les murs en élévation sont maçonnés au mortier ; l’appareil irrégulier présente des pierres de diverses natures : pierres calcaires brutes, moellons équarris de grès récupérés dans les ruines gallo-romaines » (Bessou 1977-1986, 27-31).

120De ces quatre édifices, deux sont sûrement des établissements du haut Moyen Âge que l’on examinera plus en détail (cf. chapitre I.5.3) : ce sont la chapelle 1, qui est une probable memoria, et la chapelle 3 dans laquelle on reconnaît sans peine une église funéraire. Les deux autres chapelles ont bien elles aussi accueilli des tombes, mais ce n’était sans doute pas là leur destination première, ce qui justifie qu’on les présente ici.

121Le doute n’est guère permis pour la chapelle 4. Telle qu’elle a été restituée par l’abbé Bessou, il s’agirait en effet d’un monument très allongé, de direction générale nord-nord-est/sud-sud-ouest, composé d’une nef barlongue, large de 3,30 m seulement dans œuvre pour une longueur minimale de 13,50 m, à laquelle il faudrait d’ailleurs ajouter celle d’un chevet supposé à placer au sud, hors de l’emprise de la fouille (Bessou, 1977-1986, 31 et 59). C’est là imaginer un bâtiment au moins aussi long, mais sensiblement plus étroit, que l’église funéraire 3 : l’hypothèse est peu vraisemblable, surtout s’agissant d’un édifice qui n’est pas orienté et pour lequel la restitution d’un chevet reste totalement gratuite. La solution la plus plausible est donc de voir dans cette construction sûrement tardive un probable témoin d’une reconstruction de la villa à la fin de l’Antiquité, comme l’archéologie en offre tant d’autres exemples, dans le Sud-Ouest comme ailleurs. Cette reconstruction fut d’ailleurs sans doute partielle, car la plupart des constructions réputées tardives par l’abbé Bessou occupent la moitié méridionale du site, au-delà de la forte césure de direction générale ouest-nord-ouest/est-sud-est que nous avons cru pouvoir reconnaître au sein de la villa primitive. Mais cela n’implique pas que le reste de l’établissement ait été abandonné comme le montrent les monnaies de la fin du IVe siècle, un minimus de Constance II de 352-365 et un bronze de Gratien de 370-373, (Bessou 1979,3 ; CAG Tarn 1995, 252) qui ont été retrouvées sous un sol en mortier dans le secteur de l’appentis du quadrant nord-est, qui fut donc certainement réaménagé lui aussi pendant l’Antiquité tardive, mais aussi les nombreux tessons de céramique D.S.P., languedocienne et atlantique, livrés par la fouille de tout le secteur nord, qui répondent aux types Rigoir 1, 6, 15, 18, 21, 24 b, 26 et 35.

Figure 47 : Vindrac, les chapelles du haut Moyen Âge (selon M. Bessou).

Figure 47 : Vindrac, les chapelles du haut Moyen Âge (selon M. Bessou).

122Au sud, la partie reconstruite de la villa offre à l’analyse un plan assez cohérent, peut-être organisé autour d’une cour dont l’essentiel resterait à dégager au sud-ouest de la zone fouillée. La chapelle 4 de la nomenclature de l’abbé Bessou constituerait l’aile orientale de ce nouveau bâtiment dont l’aile nord serait à rechercher au-dessous de l’église funéraire 3 et de l’établissement médiéval qui lui a succédé : dans ce secteur en effet, les intervalles laissés entre les sarcophages laissent entrevoir l’existence de deux murs qui ont pu délimiter trois pièces échelonnées d’est en ouest. Quant à l’aile occidentale, sa limite pourrait être marquée par le mur le plus à l’ouest, qui a bien été remployé comme mur de façade de l’un des édifices funéraires du haut Moyen Âge, mais se poursuivait cependant plus au sud hors des limites de la fouille : ce mur aurait bordé à l’ouest des pièces dont les divisions ont été masquées par un puissant mur médiéval, et à l’est, un espace ouvert -la cour déjà signalée -, dont l’extension d’est en ouest serait de quelque 6,50 m (fig. 48). Dans cette restitution, il faut faire cependant sa place à l’unique élément qui ait été construit au nord de l’axe de direction générale ouest-nord-ouest/est-sud-est hérité de la villa primitive, qui marquait globalement la limite de la partie reconstruite : une abside pentagonale qui a été accolée à cet axe, à hauteur de l’une des pièces de l’aile nord (Bessou 1979, 77-78). L’abbé Bessou, on s’en souvient, voyait dans cette abside le chevet de sa chapelle 2, un petit monument qui aurait mesuré, dans œuvre, 7 m environ du nord au sud, abside comprise, pour 4 m sans doute d’est en ouest. L’interprétation n’est pas invraisemblable, mais elle n’est pas certaine, d’autant que les tombes à rattacher sûrement à cet établissement funéraire supposé sont très rares. Si l’on fait abstraction de celles qui ont été placées dans le corps principal de l’édifice et qui peuvent aussi bien relever de l’église funéraire 3 ou avoir été installées dans sa mouvance, on ne voit guère en effet que le sarcophage 3, placé dans l’abside. L’axe de ce sarcophage est pourtant oblique par rapport à celui des murs environnants et cette direction anormale peut s’expliquer par la présence à proximité du sarcophage 4 dont la fosse de manutention a pour sa part entaillé l’abside, ce qui inviterait à l’associer à la série des tombes installées après l’arasement de ce petit établissement. Aussi est-il possible d’imaginer au contraire que l’abside faisait également partie du programme de reconstruction de la villa à la façon de l’abside, pentagonale elle aussi, qui a été installée pendant l’Antiquité tardive sur le péribole du temple du forum de Conuenae (Saint-Bertrand-de-Comminges) lors de l’aménagement d’un petit ensemble thermal dont les autres murs remployaient très largement ceux du monument d’âge augustéen (Badie, Sablayrolles, Schenck 1994). Et si l’on préfère juger qu’elle relève d’un édifice funéraire du haut Moyen Âge, il reste que cet édifice, comme l’église 3, aurait repris dans son architecture des pans entiers de la villa primitive que l’Antiquité tardive avait profondément remodelée.

Figure 48 : Vindrac, l’établissement rural pendant l’Antiquité tardive (M. Bessou, modifié par J. Guyon et M. Vidal).

Figure 48 : Vindrac, l’établissement rural pendant l’Antiquité tardive (M. Bessou, modifié par J. Guyon et M. Vidal).

Les mutations décisives du haut Moyen Âge

123Un mot suffira pour décrire les mutations du haut Moyen Âge sur lesquelles on reviendra dans toute la suite de cette étude. Elles ont été marquées, comme on l’a vu, par la construction de deux, et peut-être trois, « chapelles » funéraires autour desquelles s’est développée une importante nécropole qui débordait certainement de toutes parts, sauf au nord, les limites de la zone fouillée.

124En dépit de cette reconnaissance partielle, le site ne compte pas moins d’une centaine de sarcophages et une vingtaine de sépultures en terre libre et en caisson et la vocation funéraire qu’il a ainsi reçue du haut Moyen Âge a été décisive pour son avenir. Sans cela, il serait probablement retourné à l’état de campagne, au lieu d’avoir accueilli un nouvel édifice à époque romane.

Un édifice du premier âge roman

  • 27 Dans son rapport de fouille de 1978, l’abbé Bessou signale en effet, p. 2, « que l’examen des sarco (...)

125Le dernier édifice qui ait été élevé sur le site est un bâtiment particulièrement puissant (fig. 49), ce qui explique les désordres qu’il a causés aux états antérieurs. Ses fondations profondes et la récupération de matériaux facilement accessibles ont en effet provoqué la destruction presque totale du second niveau de sarcophages alentour de l’église funéraire 3 à l’emplacement de laquelle il a été construit : il ne reste le plus souvent que le fond des cuves (fig. 50) ou leur empreinte dans le sol en béton qui recouvrait la première strate de tombes (fig. 51). Et c’est peut-être aussi à la faveur de son chantier de construction que la quasi-totalité des sépultures a été pillée27.

126Le plan est celui d’un édifice grossièrement orienté, d’une longueur hors tout de 15,50 m pour une largeur de 6,30 m, qui se compose d’une nef probablement voûtée à en juger par l’épaisseur de ses murs latéraux (1,05 m à 1,10 m) et d’un chevet trapu de forme trapézoïdale dont les murs ont une épaisseur moindre (0,80 m).

127Les fondations, épaisses de 1,40 m, reposent, entre 0,80 m et 1,40 m de profondeur, sur le sol naturel ; elles ont été construites en bourrage de tranchée avec des matériaux de récupération (tambours de colonnes, pierres de parement, couvercles brisés de sarcophages...) dont certains sont marqués d’une croix à l’affleurement du bourrage. L’élévation, par endroits conservée sur une hauteur de 1,30 m, emploie des dalles larges et épaisses de calcaire dolomitique schisteux, extraites de la carrière du Garissou, distante de 3 km, qui a également servi à la construction de la bastide toute proche de Cordes fondée par Raymond VII en 1222. Le sol n’est conservé que dans l’abside, sous la forme d’un niveau de mortier de tuileau.

Figure 49 : Vindrac, l’établissement préroman et son mur de clôture (M. Bessou).

Figure 49 : Vindrac, l’établissement préroman et son mur de clôture (M. Bessou).

128Alentour du bâtiment, à une distance uniforme de 3 m, ont été identifiés quelques éléments d’un mur d’enceinte, construits à sec en pierres non appareillées, qui est remarquable à la fois par son épaisseur (1,15 m) et l’absence de fondations. D’après l’abbé Bessou, cet enclos, postérieur à l’édifice principal, n’aurait pas été achevé.

  • 28 Obole d’argent d’Albi (fin VI-début VIIe siècle) dans la nappe de combustion ; denier de Melgueil t (...)

129Sur l’ensemble du site ont en outre été retrouvés des épandages presque ininterrompus de cendres et de charbon de bois, des rejets de plaques brûlées et des foyers qui forment une couche épaisse parfois de 0,20 m au-dessus des couvercles de sarcophages dont bon nombre sont noircis ou rougis. Plus à l’ouest et au sud-ouest, une autre nappe de charbons avec quelques foyers recouvre un éboulis de pierres, alors que deux larges dépressions conservent une masse importante de grains calcinés, blé et féveroles. De toutes ces couches provient un abondant mobilier céramique et métallique (pégaux, oules, dournes, cruches, chapes articulées, boucles) qui paraît chronologiquement homogène : comme les monnaies, il s’intègre dans le XIIIe siècle28 mais a toute chance de se prolonger jusqu’au XIVe siècle.

130À quoi l’on ajoutera pour finir une importante nécropole. Sur les franges est et sud du site, 70 sépultures en terre libre et en caisson occupent en effet plusieurs espaces hors de l’enclos médiéval et des chapelles antérieures tandis qu’auprès de l’édifice lui-même, de nombreux sarcophages du haut Moyen Âge ont été réutilisés pour de nouvelles inhumations. À cause de l’absence de céramique glaçurée, l’usage de ce cimetière ne paraît pas avoir dépassé le XIIIe siècle, mais les inhumations avaient déjà commencé avant la construction du mur d’enclos qui a occulté des sépultures en terre libre.

Figure 50 : Vindrac, église funéraire 3, annexe, deuxième et premier niveau de sarcophages, vue du nord-ouest

Figure 50 : Vindrac, église funéraire 3, annexe, deuxième et premier niveau de sarcophages, vue du nord-ouest

(sarcophage 79 en arrière-plan ; sarcophages 87, 77, 76, 76’ en plan intermédiaire ; sarcophage 78, 14 et 79 en premier plan) (M. Bessou).

  • 29 À cause de la présence d’une protection avancée qui ferait fonction de barbacane, avec un cordon d’ (...)

131Il reste à interpréter le monument et à le dater. Sans exclure totalement qu’il puisse s’agir d’une église fortifiée, l’abbé Bessou avait préféré voir en lui un fortin ou un poste de guet29 construit en même temps que la bastide de Cordes en 1222 (Bessou 1977-1986, 11). Cette datation prenait appui sur l’étude du matériel livré par les plus anciens des niveaux cendreux retrouvés alentour du bâtiment, qu’il rattachait à son chantier de construction. Mais « ce fortin n’aurait duré que quelques années » : le jugement vient cette fois de l’examen des niveaux cendreux les plus récents, qui l’inclinait à penser que l’établissement avait été incendié et détruit assez tôt dans le XIIIe siècle. Il rattachait donc cette destruction à une opération militaire, celle qu’a menée en 1227 Humbert de Beaulieu, le lieutenant de Louis VIII (Don de Vic, Don Vayssète, VI, 625). Il faut pourtant préférer sans hésitation pour ce monument la solution d’un édifice de culte, que l’abbé Bessou avait finalement écartée. À la massivité des murs près, on retrouve en effet ici, presque trait pour trait, le plan de l’église 3 du haut Moyen Âge (fig. 52) dont le nouveau bâtiment a si bien repris les grandes lignes qu’il en a fait disparaître l’essentiel et cela suffit pour juger qu’il s’agit à nouveau d’une église, d’autant que les inhumations ont continué à proximité, ce qui se conçoit mieux pour un édifice religieux que pour un ouvrage militaire.

Figure 51 : Vindrac, église funéraire 3, annexe, niveau et séparation de béton au-dessus des sarcophages 7 et 14 (M. Bessou).

Figure 51 : Vindrac, église funéraire 3, annexe, niveau et séparation de béton au-dessus des sarcophages 7 et 14 (M. Bessou).

132De cette dernière église du site, les indices fournis par la fouille ne documentent que la destruction -dans le courant du XIIIe siècle, ou plus tard encore -et non pas la construction, mais tout laisse à penser qu’elle est beaucoup plus ancienne que ne le pensait son découvreur. Son plan est en effet très proche, par exemple, de celui de l’église de Saint-Léonard de Monediès, Grand-Vabre, dans l’Aveyron, de la première moitié du XIe siècle (Fau 1987, 533-534) et l’on pourrait lui trouver bien d’autres parallèles de même époque en Rouergue (Durand 1989 ; Fau 1990, 33-51), dans l’Hérault ou en Languedoc méditerranéen et jusqu’en pays catalan (Durliat, Giry 1971 ; Giry 1983). C’est dire que l’édifice de Vindrac a participé selon toute apparence du « blanc manteau d’églises » que l’Occident a revêtu au lendemain de l’an Mil.

I.5.3. L’établissement funéraire du haut Moyen Âge

133Comme on l’a vu, le site a été marqué au haut Moyen Âge par la construction de deux et peut-être trois édifices funéraires autour desquels s’est rapidement développée une importante nécropole. On commencera par ces édifices, avant de présenter les tombes et leur mobilier et de revenir pour terminer sur la chronologie et ce qu’elle révèle de l’exemplarité du site de Vindrac.

Figure 52 : Vindrac, les établissements funéraires du haut Moyen Âge

Figure 52 : Vindrac, les établissements funéraires du haut Moyen Âge

(M. Bessou, modifié par J. Guyon et M. Vidal).

Les édifices et les enclos funéraires

134À cause des remaniements médiévaux que l’on a dits, les édifices du haut Moyen Âge sont assez mal conservés ; il est possible cependant de deviner leur plan et de tenter d’établir leur chronologie.

La « chapelle » 1

135De la « chapelle » 1, les constructions et inhumations ultérieures n’ont guère épargné que l’essentiel de son mur est et l’intégralité de son mur nord, qui était prolongé à l’ouest par une abside curviligne dont le tracé exact reste malaisé à restituer. L’abbé Bessou avait opté pour un demi-cercle mais l’on peut aussi, et plus vraisemblablement sans doute, songer à une ouverture plus réduite et imaginer que le bâtiment avait utilisé comme mur méridional, soit l’ancien mur majeur de direction ouest-nord-ouest/est-sud-est de la villa, soit encore un mur accolé à cet élément plus ancien (fig. 53).

136Il s’agit en tout cas d’un petit édifice occidenté (6,10 m environ d’est en ouest dans œuvre, pour 2,80 m à 3,30 m du nord au sud, selon le parti retenu pour sa restitution), au sol recouvert par un béton blanchâtre à inclusions décoratives ( ?) de petites pierres et de tuileau noir et rouge. Comme son plan évoque bien celui des monuments funéraires de l’Antiquité tardive, rien ne s’oppose à l’interpréter, ainsi que le voulait l’abbé Bessou, comme une memoria qui aurait été installée dans les ruines de la villa antérieure (ou à proximité d’une partie de la villa encore en fonction, comment savoir ?).

137L’interprétation s’impose d’autant plus que l’édifice a certainement accueilli des inhumations : des tombes en pleine terre, mais aussi les sarcophages 38, 39, 51 et 58 ; on hésitera seulement à donner au sarcophage 39 l’importance que lui accordait l’abbé Bessou qui voyait en lui une inhumation privilégiée -celle du fondateur, sans doute (Bessou 1977-1986,54) -car la restitution qui a notre préférence pour le plan à donner à la memoria ôte à ce sarcophage la position axiale qu’il revêtait dans la reconstruction adoptée par le fouilleur.

Figure 53 : Vindrac, la chapelle 1

Figure 53 : Vindrac, la chapelle 1
  • 30 Cette chronologie s’accorde, au moins en gros, avec celle qui avait été proposée par l’abbé Bessou (...)
  • 31 C’est la datation du matériel de sarcophage 110, le plus précoce de l’ensemble du site.

138Les termes chronologiques de l’utilisation de ce monument peuvent être appréciés, au moins grossièrement. Le terminus post quem non est donné par l’installation du sarcophage 40 sur son abside arasée pour l’occasion (fig. 54) ; or le mobilier de cette cuve est au plus tôt de la seconde moitié du VIe siècle. Quant au terminus ante quem non, il est fourni de façon beaucoup plus lâche par les dernières réfections de ce secteur de la villa qui sont attribuables au plus tôt, comme on l’a dit, à l’extrême fin du IVe siècle30. Pour resserrer l’intervalle chronologique ainsi ouvert, il importerait de savoir combien de temps l’établissement rural est resté en fonction avant de céder la place à des inhumations. La réponse est : moins d’un siècle probablement, car à 6 m à peine au sud de la memoria, trois sarcophages (59, 60 et 110), datables par leur mobilier, témoignent, dès le tournant des années 500, d’une colonisation d’une autre partie de la villa31 par des tombes . On devra noter qu’avec leurs voisins, 61 et 109, qui n’ont livré aucun matériel, ces sarcophages sont disposés à l’intérieur d’un espace clos dont on ne sait s’il s’agit d’une création ex novo ou, plus probablement, d’une simple réutilisation (ou d’une transformation) d’une pièce de la villa pour un usage funéraire. Cet espace pouvait être couvert si l’on en juge par le sol en béton qui recouvrait les sarcophages : faut-il voir là une autre memoria, 1’, d’un plan moins élaboré que celui de la memoria 1 parce qu’il devait peut-être beaucoup au remploi d’éléments antérieurs ? La question peut au moins être posée.

Figure 54 : Vindrac, memoria 1, premier niveau de sarcophages

Figure 54 : Vindrac, memoria 1, premier niveau de sarcophages

(37 et 40) sur l’abside et sarcophages intérieurs 38 et 39, vue du nord (M. Bessou).

La possible chapelle 2

139En décrivant les transformations de la villa originellement installée sur le site, nous avons dit nos doutes sur l’existence de la chapelle 2 de la nomenclature de l’abbé Bessou, qui pourrait n’être qu’un élément parmi d’autres de modifications apportées pendant l’Antiquité tardive à l’établissement rural. Il n’est pas à exclure cependant que cet élément ait pu être repris tel quel pendant le haut Moyen Âge pour être affecté à un usage funéraire ou que l’on ait à cet époque adjoint une abside à une salle de la villa pour en faire une memoria.

140En ce cas, il faudrait croire à l’existence d’un deuxième édifice indépendant, situé 3 m à peine à l’ouest de la memoria 1 et selon un axe perpendiculaire au sien. Le bâtiment compterait une nef de plan sensiblement carré (5,20 m environ hors oeuvre du nord au sud pour 4,30 m d’est en ouest), prolongée au nord par une abside pentagonale profonde de 2 m environ, légèrement désaxée vers l’ouest (Bessou 1977-1986, 24-28) (fig. 53).

141En faveur de l’existence de cette autre chapelle funéraire (fig. 55), l’abbé Bessou avait tiré argument de la présence du sarcophage 20, qui l’avait frappé par ses grandes dimensions et son couvercle à quatre pans avec arêtes en ronde bosse et dont il avait surtout noté que « sa position apparaissait centrale » (Bessou 1977-1986, 43), ce qui revenait à voir en lui, comme pour le sarcophage 39 de la memoria 1, une inhumation privilégiée. Cette disposition pourtant peut devoir beaucoup au hasard, c’est-à-dire à la nécessité d’exploiter au mieux un espace très densément occupé. Les autres sarcophages, en tout cas, sont tous disposés selon une direction générale ouest-sud-ouest/est-nord-est qui est aussi celle de la plupart des cuves de l’église funéraire 3, dont six -pas moins (85 à 87 ; 91 à 93) (fig. 56) -ont d’ailleurs détruit le mur oriental de la memoria 2. Doit-on en déduire, avec l’abbé Bessou, que la memo-ria a finalement été englobée dans l’église 3 (Bessou 1977-1986, 57) ? Ou bien faut-il croire qu’elle n’a jamais eu une existence indépendante, sa nef n’étant autre en ce cas que l’extrémité occidentale de l’église 3, tandis que son abside relèverait, comme il a déjà été dit, du dernier état d’occupation de la villa ?

Figure 55 : Vindrac, memoria ? 2, sarcophages 20 (en haut à gauche), 17, 16, 18 et 19 (M. Bessou).

Figure 55 : Vindrac, memoria ? 2, sarcophages 20 (en haut à gauche), 17, 16, 18 et 19 (M. Bessou).

142Nous laisserons la question ouverte, observant seulement que les uniques données chronologiques sur l’utilisation funéraire de ce supposé édifice indépendant tiennent au mobilier du sarcophage 19 (fig. 53), qui est attribuable au tournant des VIe-VIIe siècles, soit une datation assez comparable à celle du sarcophage 85 tout proche dans l’église 3.

L’église funéraire 3

143Ainsi qu’on l’a déjà signalé, l’église 3 a disparu pour l’essentiel sous l’église médiévale qui lui a succédé, mais l’abbé Bessou avait su en restituer le plan en se guidant sur l’ordonnance des sarcophages qui ont pris place sous son sol.

144Elle compte une nef barlongue, large de 4,60 m environ et longue de 13,70 m dans œuvre (y compris la possible memoria 2), qui était prolongée à l’est par un chevet pentagonal plus étroit (il est large de 4,00 m et profond de 2.20 m environ) (fig. 57 et 58). L’accès se faisait sans doute par l’ouest où le sarcophage 21, qui a entaillé les fondations du mur de façade, a pu être installé sous un seuil, ce qui lui confèrerait une situation intentionnelle sur un lieu de passage (Sapin 1996, 75-76). C’est d’ailleurs cette sépulture « privilégiée » que provient la feuille en plomb inscrite, ce qui ajoute à son caractère particulier. Pour les mêmes raisons, on songera aussi à une possible ouverture vers le nord, à hauteur du sarcophage 9.

Figure 56 : Vindrac, église funéraire 3 (intérieur), sarcophages 72, 73 (arrière plan), 94, 95 (plan intermédiaire), 92, 93 (premier plan) et 91 (M. Bessou).

Figure 56 : Vindrac, église funéraire 3 (intérieur), sarcophages 72, 73 (arrière plan), 94, 95 (plan intermédiaire), 92, 93 (premier plan) et 91 (M. Bessou).
  • 32 Des plages rouges et jaunes et des filets disposés en chevrons sur un enduit de chaux (Bessou 1977- (...)

145Quelques traces d’un revêtement de sol en béton sont conservés à l’ouest, au-dessus des sarcophages 18, 20 et 22, tandis qu’à l’intérieur du chevet, subsiste sur une surface de 1,5 m2 un autre sol grossier (mortier, tuileaux rouge, noir et violacé) La fouille a livré en outre quelques éléments d’architecture qui pourraient être attribués à l’édifice, au même titre que des fragments d’enduit polychrome32.

146À l’exception du chevet, le plan résulte sans doute du simple remploi d’éléments antérieurs : ceux de l’aile nord de la partie de la villa reconstruite pendant l’Antiquité tardive. C’est pourquoi le bâtiment n’est pas exactement orienté : il suit la direction générale ouest-nord-ouest/est-sud-est héritée des premiers établissements du site.

Figure 57 : Vindrac, église funéraire 3.

Figure 57 : Vindrac, église funéraire 3.

147L’ensemble évoque d’assez près d’autres édifices du premier art chrétien : n’étaient l’échelle et les proportions qui sont assez différentes, on évoquerait volontiers par exemple à titre de parallèle la basilique du quartier du Plan de Conuenae (Saint-Bertrand-de-Comminges) (Cat. expo. St Bertrand 1991, 27-41). L’analogie ne se limiterait d’ailleurs pas là, car, comme à Saint-Bertrand aussi, l’édifice de Vindrac avait sûrement été pourvu d’annexes importantes dont on peut déduire l’existence des plans et de la relation de l’abbé Bessou.

148Sur tout le flanc nord de l’édifice, le rapport de fouille signale en effet, au-dessus des sarcophages les plus profonds (fig. 59), la présence de « plaques de béton, quelquefois doublées d’une mince épaisseur de terre : cela peut être un béton propre à chaque sarcophage, comme c’est le cas pour les sarcophages 37 à 40, ou un béton continu (fig. 63) recouvrant plusieurs sarcophages à la fois, comme il advient sous les sarcophages 75, 76, 76bis, 79, 80 et 14 et également au nord du sarcophage 79 » (Bessou 1977-1986, 41). Comment ne pas interpréter ces sols comme ceux d’une annexe, un portique par exemple, qui aurait flanqué l’édifice au nord et auquel on aurait accédé par la porte qu’il faut peut-être restituer à l’emplacement du sarcophage 9 ? Et autant vaut au sud pour la série des sarcophages 59 à 61 et 109-110 (fig. 60) que nous avons déjà évoqué en supposant qu’ils pouvaient avoir été placés au sein d’un espace couvert de 4 x 3,50 m environ dans œuvre, la memoria 1’ : cette memoria supposée faisait désormais figure d’annexe adossée à la fois à l’église et au mur de l’aile orientale de la villa reconstruite.

149On devra seulement noter que l’aménagement de l’annexe nord a nécessité l’arasement préalable de la memoria 1 dont l’abside a disparu sous le sol en béton de cette annexe. Faut-il juger que cet arasement a eu lieu dès la construction de l’église funéraire ou que la memoria a un temps subsisté, comme une sorte de première annexe au nord de l’église, à hauteur de l’épaulement de la nef (mais non dans son prolongement exact, ce qui constituerait, si besoin était, un argument supplémentaire pour montrer qu’elle est bien antérieure à l’église) ? La fouille n’autorise aucune réponse assurée mais la question vaut au moins d’être posée dans la mesure où, comme on le verra d’ici peu, les transformations ont été suffisamment nombreuses alentour de l’église funéraire pour que l’annexe nord puisse relever indifféremment du programme de construction primitif ou d’une extension d’envergure rendue indispensable par le grand nombre des tombes à accueillir sous le couvert de l’établissement chrétien (fig. 61).

Figure 58 : Vindrac, église funéraire 3, chevet pentagonal (M. Bessou).

Figure 58 : Vindrac, église funéraire 3, chevet pentagonal (M. Bessou).

Figure 59 : Vindrac, église funéraire 3, annexe, premier niveau de sarcophages après enlèvement du second niveau

Figure 59 : Vindrac, église funéraire 3, annexe, premier niveau de sarcophages après enlèvement du second niveau

(75 en arrière plan ; 83, 77, 82, 81 en plan intermédiaire ; 78, 14, 7, 15 en premier plan) (M. Bessou).

150Ces tombes comptent à la fois des inhumations dans des fosses et des sarcophages qui ont fait l’objet -les sarcophages surtout -d’une étude attentive de l’abbé Bessou qui servira de base ci-après pour notre propre étude des tombes. Notre seule réserve portera sur l’interprétation qu’il avait donnée du sarcophage 70 car il n’est pas sûr, comme le voulait son découvreur, qu’il s’agisse d’un sarcophage double dont la moitié méridionale aurait été détruite par le mur sud de l’église médiévale qui a succédé à l’église 3 ; sa forme singulière, mais également les étranges ouvertures de son flanc sud pourraient s’expliquer par le remploi d’une pièce initialement réservée à un usage autre que funéraire (fig. 62).

151Mais l’intérêt de ces tombes est surtout leur chronologie qui s’échelonne de la seconde moitié du VIe siècle (pour le sarcophage 40 qui dépend de l’annexe nord de l’église) au milieu du VIIe siècle pour les plus récentes. Le premier terme de l’intervalle ainsi ouvert pourrait convenir, au moins par à peu près, pour la construction de l’église funéraire, d’autant que le second état de la basilique chrétienne du quartier du Plan, à Saint-Bertrand-de-Comminges, que nous avons évoqué à titre de parallèle pour son plan, paraît bien relever lui aussi du VIe siècle ; le second terme chronologique ne saurait être confondu en revanche avec l’arrêt de l’utilisation d’une nécropole dont l’histoire est sûrement à placer sous le signe de la longue durée.

Figure 60 : Vindrac, memoria 1’, étagement des sarcophages sur deux ou trois niveaux

Figure 60 : Vindrac, memoria 1’, étagement des sarcophages sur deux ou trois niveaux

(sarcophages 59, 60 du niveau inférieur ; sarcophages 54, 55, 57, 58, 56 du niveau supérieur). Au premier plan, mur méridional de la nef de l’église préromane (M. Bessou).

Des exhaussements et des enclos, témoins d’une longue utilisation de la nécropole

152Il n’est guère douteux en effet que la nécropole est restée très longtemps en usage. En sont témoins, principalement, ces superpositions de tombes que la fouille a surtout mises en évidence au contact de l’église 3 mais qui répondaient sans doute, ainsi que l’avait bien vu l’abbé Bessou, à un phénomène plus général dont nous avons du mal à appréhender exactement l’importance à cause des spoliations qui ont marqué la suite de l’histoire du site.

153Au nord de l’église 3, ainsi, l’essentiel, sinon la totalité de l’annexe que nous avons cru pouvoir restituer a sûrement accueilli une deuxième strate de sarcophages qui ont été installés au-dessus de son sol en béton (fig. 62). Comme partout ailleurs, les cuves ont été disposées, tantôt parallèlement, tantôt transversalement aux murs directeurs, de sorte que l’on hésitera à croire, comme le faisait l’abbé Bessou, que le sarcophage 35 avait été intentionnellement disposé par le travers du sarcophage 39 sous-jacent dans lequel il voyait la sépulture du fondateur de la memoria 1 (Bessou 1977-1986, 54) (fig. 63) : la disposition en croix que forment ainsi les deux tombes doit sans doute tout au hasard.

Figure 61 : Vindrac, église funéraire 3, transformation et annexe nord.

Figure 61 : Vindrac, église funéraire 3, transformation et annexe nord.

154L’installation de ces nouvelles inhumations a sûrement conduit en tout cas à un exhaussement général de niveau dans l’annexe, qui aurait touché jusqu’au seuil supposé de communication avec l’église adjacente car un nouveau sarcophage, 8, a été surimposé au sarcophage 9 que nous avons imaginé placé sous ce seuil. La chose est d’autant plus étonnante que la fouille n’a révélé en revanche aucune superposition de sarcophages dans l’église elle-même : l’accès avait-il été condamné ou transformé en arcosolium pour accueillir le sarcophage 8 ? ou avait-il été maintenu au prix de l’aménagement d’un ou deux degrés à l’intérieur de l’église ? On ne sait.

155Au sud, d’autre part, un semblable exhaussement se rencontre dans l’autre annexe supposée de l’église 3, l’ancienne memoria 1’, avec la série des sarcophages 54 à 58 et 104 à 107 qui ont été placés au-dessus des sarcophages 59-61 et 109-110 (fig. 60). Et tant dans l’annexe nord que dans l’annexe sud, un nouveau sol en béton a été aménagé au-dessus de la seconde strate des sarcophages.

156Outre ces annexes, il faut aussi compter à proximité de l’église avec la présence d’enclos que l’abbé Bessou avait cru pouvoir identifier. Le premier, à l’ouest, est cependant douteux car les deux murs articulés sur l’angle nord-ouest de l’église qui en seraient les seuls témoins ne sont autres, probablement, que des murs de la villa dont on ne sait s’ils étaient encore en élévation au haut Moyen Âge. Les mêmes réserves ne valent pas pour le second enclos, au nord, dont subsiste l’angle nord-ouest, avec un côté fondé sur un ancien mur de la villa et l’autre qui est parallèle au mur nord de l’église, à quelque 8 m de distance (fig. 64).

157Ainsi se dessine, alentour de l’établissement chrétien, tout un réseau d’annexes et d’enclos, à la configuration changeante en fonction des exhaussements, comme on en connaît bien d’autres auprès des premiers monuments chrétiens : qu’il suffise de songer aux Alyscamps d’Arles ou à Saint-Victor de Marseille. Cette restitution de la topographie de la nécropole n’est pourtant fondée que sur les éléments les plus apparents, murs et sarcophages. Elle serait sûrement plus complexe et plus changeante encore si l’on pouvait prendre en compte les inhumations dans de simples fosses pour lesquelles il a souvent été difficile à l’abbé Bessou de distinguer celles qui relevaient de la nécropole du haut Moyen Âge et celles qu’il convenait de rattacher au cimetière médiéval ; sans parler des sarcophages eux-mêmes, dont beaucoup ont sûrement été remployés pour de nouvelles inhumations à une date indéterminée. Ces hésitations ont un sens : elles plaident en faveur d’une très longue utilisation, sinon d’une utilisation funéraire continue d’un site sur lequel l’église 3 du haut Moyen Âge est en tout cas restée continûment visible, fût-ce à l’état de ruine : on ne comprendrait pas sans cela que peu après l’an Mil, la dernière église du site ait été élevée à son exact emplacement.

I.5.4. Les tombes

  • 33 115, par M. Bessou (article, 27) ; 120, dans la CAG Tarn, 1995, 253 ; 110, mentionnés par Melle Fl. (...)
  • 34 Rapport 1979 : 2 sépultures (p.1) ; 5 sépultures (p.3) dont une sous le S.33, une au pied du S.34, (...)

158Entre 110 et 120 sépultures en sarcophages ont pu être dénombrées33 avec, si on se réfère au rapport de synthèse, entre quinze et vingt tombes en fosses. Pourtant, la lecture des rapports de fouilles nous a permis d’en recenser au moins vingt-six qui se situent au même niveau que celui d’ouverture des sarcophages ou qui sont surmontées par des cuves, ce qui prouve leur antériorité34. Il convient en outre d’intégrer quelques tombes en caisson de dalles, dont une au moins est antérieure à une sépulture en sarcophage (S.42). C’est donc un ensemble approchant les 150 tombes qui a pu être fouillé et étudié.

Figure 62 : Vindrac, église funéraire 3, sarcophage 70, bisome ? (M. Bessou).

Figure 62 : Vindrac, église funéraire 3, sarcophage 70, bisome ? (M. Bessou).

159Sur les 115 sépultures en sarcophages répertoriées dans le rapport de synthèse et l’article dactylographié, 93 sont détruites totalement ou partiellement, perturbées (brisées pour récupérer le mobilier funéraire), ou réemployées à l’époque médiévale ce qui réduit considérablement l’intérêt de leur chronotypologie.

  • 35 Sarcophages 10, 20, 21, 27, 41, 46, 47, 50, 51, 52 à 60, 71 et 102 du premier niveau (le plus profo (...)

160Qu’elles soient en sarcophages, en terre libre ou en caissons les tombes sont orientées est/ouest sauf exceptions, puisque vingt et un sarcophages sont nord/sud35, anomalie considérée comme le résultat de déplacements liés à la construction de l’édifice médiéval (Bessou 1977-1986, 37). Il n’y a pas lieu de retenir une telle hypothèse : cette disposition tient au souci d’exploiter au mieux l’espace disponible.

161Les sarcophages monolithes en grès pourraient avoir été extraits du massif forestier primaire de La Grésigne, des communes toute proches de Marnaves au lieu-dit Cimetière des Anglais, de Tonnac aux Vialards, de Vaour, mais aussi de la limite sud de la commune de Vindrac où se situe un gisement de meulières (Bessou 1978, 3 ; 1979, 80 ; CAG Tarn 1995, 158 et 247 ; Millet 1997-1998, 85).

  • 36 Trapèze rectangle : S.16 à 18, 22, 39, 48, 64, 72, 73, 81, 89, 100, 102 ; flancs courbes : S.3, 66, (...)
  • 37 En bâtière à quatre pans : S.4 à 7, 9, 11, 15, 20, 21, 26, 32, 37, 39, 40, 42, 46, 55, 60, 61, 64, (...)

162Les cuves (fig. 65) sont trapézoïdales avec quelques variantes de conception (trapèzes rectangles, à flancs courbes, à tête semi-circulaire) et elles comptaient, selon l’abbé Bessou, un bisome qui nous apparaît problématique. Ces différences de forme n’ont aucune implication chronologique36. Les longueurs évoluent entre 1,74 et 2,22 m, pour une moyenne autour de 2 m. Les couvercles sont dans leur très grande majorité en bâtière à quatre pans et se répartissent sur l’ensemble des secteurs de la nécropole. D’autres dont la morphologie est différente paraissent groupés -ceci étant illusoire compte tenu des destructions -et sont à méplat longitudinal, alors que les couvercles plats et épais, bombés ou à trois pans longitudinaux du type de Bordeaux datés dans le VIIe siècle (Delahaye 1993, 143-146) ne sont représentés qu’en un ou deux exemplaires37 (fig. 65 et 66).

Figure 63 : Vindrac, sarcophage 39 à l’ouverture (M. Bessou).

Figure 63 : Vindrac, sarcophage 39 à l’ouverture (M. Bessou).
  • 38 Coussinets carrés : S.1, 3, 20, 27, 44, 49, 56, 95 ; quart de rond : S.5, 7, 9, 17 à 19, 21 à 23, 2 (...)

163L’aménagement de l’intérieur des cuves permet d’identifier quatre types de logettes céphaliques -coussinets carrés, en quart de rond, en quart d’ovale, colonnettes (fig. 65, fig. 67) -les deux premiers étant dans quelques cas reliés par une plinthe étroite38, parfois assez élaborée (Millet 1997-1998, 321).

164Deux cas particuliers ont été mis en évidence par M. Bessou, ceux du bisome S.70 et du S.110. Le premier (L. 2,04 m, l. à la tête 1,30 m, l. aux pieds 0,80 m, h. 0,62 m) dont les flancs sont ornés de neufs séries de chevrons superposés en inclinaison inversée, comporte une paroi percée de quatorze petites ouvertures en plein cintre. En dehors de ses dimensions (L. 1,83 m, 0,75 m à la tête, 0,47 m aux pieds) qui sortent quelque peu de la norme, la sépulture 110 offrait la particularité de receler un lit/brancard de bois (1,40 m de L., 0,40 m de l.) qui n’était pas à ses dimensions (Bessou 1977-1986, 39-40).

165L’enfouissement des sarcophages répond à des critères qui sont loin d’être systématiques, puisque les fosses individuelles qui les reçoivent, si elles atteignent parfois le sol naturel, ont aussi des profondeurs variables, même pour des sarcophages juxtaposés (entre 1,74 et 2,16 m). La puissance de creusement s’adapte à la hauteur de la cuve, son ouverture affleurant le niveau du sol de circulation de l’Antiquité tardive comme cela a été reconnu en limite nord de la nécropole. Les couvercles scellés au mortier étaient donc la seule partie visible de la sépulture.

Figure 64 : Vindrac, coin nord/nord-est de l’enclos ? nord, sarcophages 64 et 65 (M. Bessou).

Figure 64 : Vindrac, coin nord/nord-est de l’enclos ? nord, sarcophages 64 et 65 (M. Bessou).
  • 39 Pour la plage de béton couvrant le sarcophage 14 et la cloison entre les sarcophages 14 et 79 (Bess (...)
  • 40 Plaques et sarcophages au-dessus des sarcophages 3, 4, 7, 9, 15, 37, 39, 40, 81 et 82 (annexe nord) (...)

166On a déjà dit que la presse des tombes alentour de l’église funéraire 3 avait conduit, au nord comme au sud, à des superpositions de sarcophages dans ses annexes : la deuxième strate compte une vingtaine de cuves (fig. 68), mais, du fait des destructions médiévales, elle était probablement plus fournie en réalité. Dans ces annexes, un sol construit recouvrait tant le premier que le second niveau des sarcophages et il en allait peut-être de même dans l’église où le fait cependant n’a été vérifié qu’à l’ouest (donc sous l’emprise de la possible memoria 2). On rappellera que ce sol en béton, parfois peint d’une teinte rouge vif39, pouvait être fait de plaques propres à chaque sarcophage ou de plages plus étendues couvrant plusieurs sarcophages à la fois40. Le béton comblait également les intervalles laissés entre les cuves, constituant ainsi des sortes de parois pour autant de caveaux individuels : c’est le cas notamment pour la tombe 76’ qui n’est pas un sarcophage mais une construction entièrement bétonnée. Des trous de 6 cm de diamètre ont parfois été notés en outre à l’emplacement de ces parois ; ils peuvent avoir reçu des supports de chancel en matériau périssable destinés à isoler et signaler certaines tombes.

Figure 65 : Typologie des cuves et de leur aménagement intérieur et typologie de couvercles

Figure 65 : Typologie des cuves et de leur aménagement intérieur et typologie de couvercles

(M. Bessou, modifié par J. Guyon et M. Vidal).

167L’état lamentable de conservation des sépultures, la plupart ayant été détruites ou réutilisées, n’a pas permis à M. Bessou d’entreprendre un relevé des gestes funéraires utilisés lors de l’inhumation des défunts. Dans les trente neuf sarcophages dont M. Bessou a pu reconnaître le contenu, seuls quatre squelettes sont en bon état de conservation. C’est dire l’importance des destructions, des réutilisations (Bessou 1977-1986, 44) et des rejets d’ossements humains que l’on retrouve à tous les niveaux de l’époque médiévale, ce qui explique la rareté des observations qu’il a été possible de faire.

I.5.5. Le mobilier

168Malgré un pillage presque systématique, quelques éléments de mobilier subsistent encore dans quelques tombes (fig. 69) et en position secondaire dans les terres qui leur sont adjacentes. Vingt sépultures en sarcophage comportaient du mobilier de parure, preuve d’une inhumation habillée (S.4, 5, 7, 15, 16, 19, 20, 21, 31, 40, 59, 60, 79, 82, 85, 90, 93, 94, 96, 110) et une sépulture en terre libre (R.1), alors que six autres objets sont hors contexte (Bessou 1977-1986, 46-56).

169La présence de mobilier peut être associée avec la morphologie des cuves et couvercles : on remarque d’abord que toutes les tombes « à mobilier » ont un couvercle à quatre pans, que douze ont une cuve à aménagement céphalique à coussinets ronds, trois à coussinets ovales et une à coussinet carré. Cette relation qui pourrait susciter bien des réflexions ne peut être utilisée en l’état, car les prélèvements d’objets peuvent avoir été nombreux, ce qui fausse le raisonnement.

Sarc. 4 : à hauteur de la ceinture sur le côté gauche, boucle en fer ovale à ardillon droit (fig. 70) que l’on signale à Beaucaire-sur-Baïse (Gers) dans le début du VIIe s. (Larrieu et al 1985, 61-62).

Sarc. 5 : boucle en bronze rectangulaire à ardillon droit en fer (fig. 70), dont on trouve des équivalents dans la nécropole de Saint-Germain-des-Prés à Paris, et qui est commune durant le VIe s. (Périn 1985, 363, 470-471).

Sarc. 7 : bague en fer à chaton plat, circulaire (fig. 70).

Sarc. 15 : passe-courroie en bronze, à décor gravé de filets parallèles à ses flancs et percé à son extrémité d’un trou de rivet (fig. 70). Il s’agit d’une pièce ordinaire dont des exemplaires identiques sont connus autant dans la région parisienne, qu’en Charentes-Maritimes durant le VIIe s. (Périn 1985, 485 ; Cat. expo. Poitiers 1989-1990, 123) mais qui, compte tenu de son recouvrement par le S.79 daté de la deuxième moitié du VIIe s. (milieu ?), doit pouvoir se situer dans la fin VIe/VIIe s.

Sarc. 16 : bouterolle massive en fer (fig. 70).

Sarc. 19 : au niveau de la tête, petite boucle rectangulaire en bronze typique du VIe s. (cf. T.5) et petit crochet de fer en S ( ?). A hauteur du bassin et l’une contre l’autre, une bague et une plaque-boucle (fig. 71 et 72). La bague torsadée à trois fils (argent, bronze, cuivre), comporte un châton losangique en lame d’or à cinq bâtes, disposées en croix et maintenant des petites pierres ou des pâtes de verre verte et bleu. On peut trouver des équivalents à Beaucaire-sur-Baïse (Gers) dans un contexte de la première moitié du VIe s. (Larrieu et al 1985, 58-59). La plaque-boucle trilobée est du type G.1 de la classification de S. Lerenter. Il s’agit d’un type à médaillons, particulier au Sud-Ouest, dont la partie médiane est divisée en trois dépressions trapézoïdales longitudinales, avec une extrémité à excroissances distales. Les compartiments remplis d’émail sont à décor champlevé de fils d’argent à motifs d’arceaux. Ce type de plaque caractéristique de la vallée de la Garonne est daté par Cl. Lorren du milieu du VIe s. au milieu du VIIe s., à Beaucaire-sur-Baïse du début du VIIe s. (Lerenter 1985, 231 ; Larrieu et al 1985, 64, 67-68, 136 ; Boudartchouk 2000, 70) et de la seconde moitié du VIe s. dans un caveau funéraire à Hitzkirch (Suisse) (Martin 1988, 89-101). Dat. proposée : fin VI/VIIe et sans doute plutôt dans le VIe s.

Sarc. 20 : lame courbe en fer en forme de rasoir ( ?) au droit de la tête.

  • 41 D’après M. Rouche, il « peut s’agir d’un texte d’exécration vouant tel ou tel personnage aux tourme (...)

Sarc. 21 : au niveau du bassin sur le côté droit, feuille de plomb roulée (45 mm x 26 mm, en développé) (fig. 71), portant une inscription en cursive sur les deux faces qui n’a pu être déchiffrée41 (fig. 67 et 68). Une feuille de même nature est signalée par E. Salin dans la Marne à Vouciennes (Salin 1952, 348-349) et une seconde provient de la fouille récente d’une sépulture de la fin du VIe s. à Teilhet, Tabariane dans l’Ariège (Portet, Claeys 1998, 40).

Sarc. 31 : vers les pieds, garniture de chaussures de forme semi-circulaire à échancrures latérales terminée par une boucle rectangulaire à nervures transversales et à ardillon droit (fig. 71). Elle est sensiblement identique à une pièce du VIIe s. trouvée à Pouzolles dans l’Hérault (Cat. expo. Lattes 1988, 224).

Sarc. 40 : à hauteur du bassin, plaque-boucle damasquinée en fer. La plaque subcirculaire comporte un décor extrêmement complexe en fils d’argent. Au centre, carré en cordon d’échelle flanqué aux angles de rouelles. De part et d’autre, des motifs d’entrelacs, de lignes sinusoïdales, de grecques et d’échelles suivent la bordure de la plaque. La boucle est ornée de la même manière (échelles, grecques), alors que l’ardillon à base scutiforme est décoré d’un entrelacs à quatre brins encadré par un cordon d’échelle (fig. 71 et 75). Il s’agit ici d’un objet de type septentrional que l’on retrouve couramment dans des contextes de la seconde moitié du VIe et qui perdure durant le VIIe s. (Stutz 1998, 151-152, 2000, 40-41).

Sarc. 59 : à hauteur du ventre, boucle en bronze ovale à ardillon scutiforme d’un type commun au VIe s ; aux pieds, bouclette rectangulaire en argent à bords biseautés et à ardillon scutiforme dont on trouve des équivalents dans le VIe s, par exemple à Beaucaire-sur-Baïse (Gers) ; bouterolle de fourreau en argent, ainsi qu’un mince fil d’argent en arceau, vestige d’une broderie ( ?) (Larrieu et al 1985, 147 ; Périn 1985, 303) (fig. 76).

Sarc. 60 : à hauteur de la ceinture, deux couteaux en fer assemblés par l’oxydation ce qui suppose qu’il s’agit d’un fourreau double, et rivet en bronze à cabochon pyramidal connu au VIe s. « Au milieu du sarcophage », une boucle ovale en bronze à ardillon à petite base scutiforme qu’on peut également situer dans le courant du VIe s. (fig. 76). Le squelette de cette sépulture a fait l’objet d’une analyse C14 qui situe la chronologie entre 548/590, ce qui confirme et précise l’inhumation de la seconde moitié du VIe siècle.

Sarc. 79 : entre les rotules, une garniture de jarretière en bronze, la seconde étant située au niveau des chevilles. À leur hauteur, deux pièces de chaussures (plaque-boucle et contre-plaque) en fer à décor damasquiné et deux passe-courroies en bronze à décor d’entrelacs pointillés. Les garnitures de jarretières sont ogivales à décor gravé d’un ruban pointillé qui reprend la forme de l’objet en formant une boucle centrale. La boucle de forme ovale est ornée de rayures transversales, alors que la base de l’ardillon scutiforme comprend un filet continu qui en souligne les bordures (fig. 77 et 78). Des types sensiblement identiques peuvent être aussi bien reconnus à Auch dans le Gers (VIe s.) (Lapart 1983, 14-16), qu’à Rouillé en Charentes, dans la deuxième moitié du VIIe s. (Cat. expo. Poitiers 1989-1990, 122). Les petites plaques-boucles en fer comportent un décor damasquiné à ruban d’échelle qui suit la forme des plaques et des rivets et qui encadre un motif serpentiforme à double anneau. Des comparaisons morphologiques et stylistiques peuvent être faites avec des pièces de même nature datées dans la première moitié du VIIe s. ou du milieu du VIIe s. (Périn 1985, 401 ; Stutz 1998, 153-155).

Sarc. 82 : petite boucle en fer, ovale.

  • 42 Périn 1985, 373 ; Abaz 1987, 418 ; Stutz 1998, 152-153 ; 2000, 42-44.

Sarc. 85 : garniture triangulaire en fer de chaussure, sans décor apparent ; boucle ovale en fer à ardillon droit que P. Périn date dans le début du VIIe s. (cf. T. 4) ; plaque-boucle en bronze à quatre échancrures latérales semi-circulaires et à terminaison triangulaire, à décor imitant la taille géométrique biseautée (fig. 77 et 79). Qualifiée de « baroque », elle se prolonge par une boucle rectangulaire godronnée et un ardillon à base scutiforme. Fréquentes et probablement originaires du nord-ouest du bassin parisien, ce type particulier de plaque que l’on signale dans le sud-ouest est généralement daté de la première moitié du VIIe s.42

Sarc. 90 : boucle ovale en fer.

Sarc. 93 : boucle ovale en bronze, à ardillon droit en fer (fig. 80).

Sarc. 94 : boucle en fer.

Sarc. 96 : à hauteur de la ceinture, petite boucle en fer.

  • 43 Ripoll 1991, 111-132 ; Cat. expo. Lattes 1988, 184 ; Feugère 1988, 8.

Sarc. 110 : sur le bassin, boucle ovale en fer avec traces de damasquinure à ardillon droit et une fibule en bronze ; sur l’épaule gauche seconde fibule en bronze de même type. Au-delà du fait, que la boucle en fer est commune au VIe s., les deux fibules peuvent être considérées comme des « fossiles directeurs ». L’arc arqué et les pieds de la première sont ornés de côtes transversales en léger relief et le ressort à corde interne s’enroule autour d’un axe à extrémités bouletées. La seconde de même morphologie, mais sans décor, est de technique mixte (ressort et axe en fer) (fig. 80). Elles sont toutes les deux du type d’Estagel et proviennent de contextes wisigothiques datés de la fin du Ve s. et du premier tiers du VIe s.43. Il s’agit de la sépulture la plus ancienne du site marquée, en dehors du caractère wisigothique de son mobilier, par la présence d’une inhumation à déformation crânienne (cf. infra).

Sépulture en terre libre, R1 : grande boucle ovale en bronze à ardillon scutiforme décoré à son extrémité d’un losange gravé à quatre cantons oculés, associés à deux plaques de rivets scutiformes décorés d’un double sillon et dont l’un est à module géminé (fig. 80). Nombreux en Aquitaine et en Septimanie, on les signale dans le VIe s. (Périn 1985, 469) et plus précisément dans son derniers tiers mais sans aller au-delà du début du VIIe s. (Stutz 1998, 140 ; Boudartchouk 2000, 59, 62-63).

Sépulture en fosse, R3 : une analyse C14 sur le squelette a permis de déterminer une chronologie comprise entre 641 et 766.

Figure 66 : Typologie des couvercles (M. Bessou).

Figure 66 : Typologie des couvercles (M. Bessou).

Figure 67 : Typologie des aménagements intérieurs des cuves de sarcophages (M. Bessou).

Figure 67 : Typologie des aménagements intérieurs des cuves de sarcophages (M. Bessou).

Figure 68 : Chapelle 3 et deuxième étage de sarcophages (M. Bessou, modifié par M. Vidal).

Figure 68 : Chapelle 3 et deuxième étage de sarcophages (M. Bessou, modifié par M. Vidal).

Figure 69 : Vindrac, tombes à mobilier et mobilier hors tombes (M. Bessou).

Figure 69 : Vindrac, tombes à mobilier et mobilier hors tombes (M. Bessou).

170Un certain nombre d’objets trouvés hors tombe sont typochronologiquement intéressants (fig. 81). En avant du S.89, plaque-boucle rigide en bronze, à morphologie lyriforme et excroissances latérales avec un décor ajouré. Objet d’inspiration wisigothique, il est daté dans la seconde moitié du VIe siècle, mais aussi dans le VIIe siècle, avec des contextes précis (Fingerlin 1967 ; Cat. expo. Lattes 1988, 219) de la fin du VIe/début VIIe siècle (Ripoll 1991, 120).

  • trois agrafes à double-crochets en bronze (deux exemplaires) et en fer, trouvées près des S.5 et 30 et dans le secteur H. Quelquefois associés à des fibules ansées symétriques, il s’agit d’un indice chronologique tardif daté de la fin du VIIe s. (Stutz 1998, 156-158).

  • un ardillon en bronze de boucle (secteur D).

  • applique circulaire en bois de cerf, à trois petits rivets en fer. Une des faces est décorée d’une suite de quatre demi-cercles tangents à trois filets.

  • 44 Dans la CAG Tarn, cette nécropole est datée de la fin VIe au VIIe s. (p. 254).

171Bien que l’étude de l’ensemble de ces pièces d’habillement soit limitée par le faible nombre d’objets recueillis in situ -sur 116 sépultures, 20 comportaient du mobilier dont seulement huit à dix peuvent être exploités -, elle prouve que cette nécropole a une durée d’utilisation comprise entre la fin du Ve/premier tiers du VIe et la première moitié du VIIe s.44, et peut-être jusque vers la fin VIIe s. avec la présence d’agrafes à double-crochets.

172En fait, l’intérêt de ce matériel vient plutôt de sa disparité : aux côtés des objets aquitains attendus, il compte nombre d’éléments de parure issus du monde wisigothique ou de Gaule septentrionale. C’est là un phénomène qui ne manque pas d’interroger, surtout si on le rapproche de constatations similaires faites sur les sépultures de Larroque-Cestayrols et celles de la nécropole de Giroussens, dans le Tarn (Cubaynes, Lasserre 1966, 303-310 ; Lassure 1991, 205-223) qui témoignent elles aussi de zones d’influence différentes aux marges du Toulousain (Stutz 2000, 37).

Figure 70 : Mobilier in situ dans les sarcophages S4 (n° 1), S5 (n° 2), S7 (n° 3), S15 (n° 4) et S16 (n° 5) (M. Bessou).

Figure 70 : Mobilier in situ dans les sarcophages S4 (n° 1), S5 (n° 2), S7 (n° 3), S15 (n° 4) et S16 (n° 5) (M. Bessou).

Figure 71 : Mobilier in situ dans les sarcophages S19 (n° 6 à 8), S21 (n° 9), S31 (n° 10) et S40 (n° 11) (M. Bessou).

Figure 71 : Mobilier in situ dans les sarcophages S19 (n° 6 à 8), S21 (n° 9), S31 (n° 10) et S40 (n° 11) (M. Bessou).

Figure 72 : Vindrac, Plaque-boucle (L. 95 mm) et bague (diamètre 19 mm) de la tombe 19 (M. Bessou).

Figure 72 : Vindrac, Plaque-boucle (L. 95 mm) et bague (diamètre 19 mm) de la tombe 19 (M. Bessou).

I.5.6. Retour sur la chronologie : Vindrac, un site exemplaire pour son occupation continue

173Les données chronologiques fournies par l’étude du mobilier funéraire ne doivent pas faire oublier celles que nous avons signalées chemin faisant à propos de la céramique ou des monnaies car le rapprochement de toutes ces indications atteste pour le site de Vindrac d’une continuité d’occupation tout à fait remarquable.

  • 45 Cette villa qui s’insère dans une occupation de l’espace où s’inscrivent également à moins d’une di (...)

174Rappelons en effet que les niveaux les plus profonds laissent deviner l’existence d’un premier établissement dont on doit tout ignorer sauf qu’il est antérieur à la romanisation de la contrée, ce qui n’est pas si courant. Et cette installation des IIe et Ie siècle avant notre ère a eu tôt fait de céder la place, dès les débuts de l’Empire sans doute, à une villa dont les quelques mètres carrés qui ont été fouillés laissent entrevoir qu’elle a connu au moins deux phases importantes au cours d’une histoire longue de quelque cinq siècles45. Or ces deux phases ont commandé, chacune à sa façon, tout le devenir du site. La première, qui est à placer dans la seconde moitié du Ier siècle de notre ère, est responsable sinon des orientations (qui ont peut-être été héritées du passé), du moins de la stricte ordonnance du réseau des murs qui forme la trame des relevés archéologiques. La seconde, vers 400 ou un peu plus tard, a inscrit au sein de cette trame d’autres éléments également prégnants car les hommes du haut Moyen Âge ont repris pour leurs propres constructions des pans entiers de ces réaménagements qui ont surtout affecté le secteur méridional de la zone fouillée.

175Pour autant, ce n’est pas pour abriter des vivants, cette fois, que les murs de l’établissement romain ont été relevés, mais afin d’accueillir des tombes. Cette présence nouvelle des morts, désormais sans retour, participait d’un processus plus large : celui de la christianisation des campagnes dont le site donne à voir et la (relative) précocité et la grande rapidité. La précocité : la tombe la plus ancienne -le sarcophage 110 -date apparemment du tournant des années 500 ; elle relève donc sans doute de la troisième génération de fidèles dans la région puisque le premier évêque connu pour Albi est attesté aux alentours de 409 (Grégoire de Tours, Histoires, II, 13). L’indice paraîtrait modeste si la cuve n’avait bientôt été flanquée de trois ou quatre autres sarcophages qui ont sans doute pris place comme elle dans une des anciennes salles de la villa plus ou moins réaménagée pour l’occasion et tout laisse à penser d’autre part que l’investissement du reste du site par des tombes a été des plus rapides. Ce jugement vient de la présence, quelques mètres à peine plus au nord, d’une memoria d’un plan plus conforme aux établissements funéraires de l’Antiquité tardive que cette première memoria 1’ : c’est la chapelle 1 de la nomenclature de l’abbé Bessou pour laquelle manquent des critères de datation aussi précis. On la jugera cependant plus ou moins contemporaine des tombes 110, 59 et 60, sinon même antérieure à elles, pour peu qu’elle réponde à une inhumation privilégiée comme le voulait son découvreur. Et il faut peut-être compter également avec la possible chapelle 2, toute proche elle aussi, dont nous avons assez dit cependant combien son existence nous apparaissait problématique.

Figure 73 : Vindrac, inscription en cursives sur feuille de plomb (M. Vidal, d’après M. Bessou).

Figure 73 : Vindrac, inscription en cursives sur feuille de plomb (M. Vidal, d’après M. Bessou).

176Or, très rapidement aussi, ces installations funéraires ont justifié l’installation d’une véritable église - la chapelle 3 de l’abbé Bessou - assez importante pour avoir été, sans doute dans un second temps, dotée d’annexes qui les ont tantôt respectées et tantôt annihilées. L’affaire a été rondement menée en effet, sans doute en l’espace de deux à trois générations seulement, car dans la seconde moitié du VIe siècle déjà, la memoria 1 avait certainement disparu au-dessous de l’annexe nord de l’église, comme en témoigne le mobilier du sarcophage 40 qui a été placé sous son couvert. On touche là au terme d’un processus complexe de transformations qui n’étonnera guère les spécialistes de l’archéologie chrétienne. Les monuments qu’ils étudient ont en effet pour particularité d’avoir connu d’incessantes modifications tout au long de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge : songer à nouveau, dans la région entendue au sens large du terme, à l’exemple de la basilique chrétienne de Saint-Bertrand-de-Comminges qui ne compte pas moins de quatre états différents en moins de deux siècles sans doute. C’est assez dire qu’au sein des premiers monuments chrétiens de notre pays, Vindrac occupe désormais une place de choix, qu’il doit à l’intuition et à la persévérance de l’abbé Bessou. C’est d’autant plus heureux que ces monuments ne sont pas si nombreux, spécialement dans la région. Voir ainsi le recensement que le Ministère de la Culture a publié sous le titre Les premiers monuments chrétiens de la France : son tome 2 (Duval 1996, 147-209) compte moins de cinquante notices pour le Sud-Ouest et le Centre, dont aucune, il faut le noter, pour le département du Tarn.

177Alentour de l’église funéraire 3 qui constituait désormais, avec ses annexes, un élément majeur de la christianisation du paysage, les données archéologiques, on l’a vu, ne permettent pas de douter que la nécropole a été fréquentée au moins jusqu’à la fin du VIIe siècle. En réalité, elle est probablement restée en usage beaucoup plus longtemps, au même titre que l’église à laquelle elle était attachée. On ne comprendrait pas sans cela l’installation au même emplacement, peu après l’an Mil sans doute, d’une nouvelle église à nouveau flanquée d’un cimetière. L’évidence archéologique fait certes défaut pour attester d’une totale continuité des fonctions funéraires mais cela peut tenir au fait que passée la fin du VIIe siècle, les tombes étaient vraisemblablement désormais sans mobilier ou, en tout cas, sans mobilier que nous sachions dater. C’est là, finalement, le point sur lequel nous nous séparerons le plus décidément de l’abbé Bessou. Sensible à l’important hiatus entre les deux temps forts de la chronologie qu’il avait justement mis en évidence dans sa fouille -le début du haut Moyen Âge, qui a été marqué par la construction des premiers monuments chrétiens et le XIIIe siècle qui a signé la fin de l’histoire du site -il avait placé cette histoire sous le signe de la discontinuité. On a assez vu par ce qui précède que pour notre part, nous préférerions songer plutôt à une occupation continue, à la fois cultuelle et funéraire, de la butte de Vindrac entre les années 500 et 1250 à 1300, dates rondes. Ce qui montre bien la part de subjectivité inhérente à toute synthèse archéologique car ces deux interprétations sont également fondées l’une et l’autre sur une même documentation : celle qu’avait soigneusement rassemblée l’inventeur du site.

Figure 74 : Vindrac, feuille de plomb inscrite (M. Bessou). Deux photos !

Figure 74 : Vindrac, feuille de plomb inscrite (M. Bessou). Deux photos !

Figure 75 : Vindrac, Plaque-boucle à décor damasquiné (L. 80 mm) de la tombe 40 (M. Bessou).

Figure 75 : Vindrac, Plaque-boucle à décor damasquiné (L. 80 mm) de la tombe 40 (M. Bessou).

Figure 76 : Vindrac, mobilier in situ dans les sarcophages

Figure 76 : Vindrac, mobilier in situ dans les sarcophages

S59 (n° 12 à 15) et S60 (n° 16 à 19) (M. Bessou).

Figure 77 : Vindrac, mobilier in situ dans les sarcophages

Figure 77 : Vindrac, mobilier in situ dans les sarcophages

S79 (n° 20 à 26), S85 (n° 27 à 28) et plaque-boucle rigide hors de la tombe 89 (n° 29) (M. Bessou)

Figure 78 : Vindrac, pièces d’habillement de la tombe 79

Figure 78 : Vindrac, pièces d’habillement de la tombe 79

(n° 6 et 7 en bronze, 1 à 3 en fer damasquiné) (M. Bessou).

Figure 79 : Vindrac, Plaque-boucle (L. 78 mm) de la tombe 85 (M. Bessou).

Figure 79 : Vindrac, Plaque-boucle (L. 78 mm) de la tombe 85 (M. Bessou).

Figure 80 : Vindrac, mobilier in situ dans les sarcophages

Figure 80 : Vindrac, mobilier in situ dans les sarcophages

S93 (n° 30), S110 (n° 31 à 33) et dans la tombe en fosse R1 (n° 34 à 36) (M. Bessou).

Figure 81 : Vindrac, mobilier hors tombe

Figure 81 : Vindrac, mobilier hors tombe

n° 37 (près du S30), n° 38 (secteur H), n° 39 (près du S5), n° 41 (fondations église funéraire 3) et n° 42 (secteur D) (M. Bessou).

I. 6. Les cimetières des Horts et de l’Eglise, à Lunel-Viel (Hérault)

(Raynaud Cl., Murail P.)

I.6.1. De l’agglomération antique au village médiéval

Situation géographique

178L’agglomération de Lunel-Viel a livré une ample documentation dont on rappellera uniquement les grands traits.

179Créée ex-nihilo vers le milieu du Ier siècle, la bourgade se développe autour d’un carrefour routier, sur une modeste surface de 1 à 2 hectares (fig. 82). Thermes publics, installations artisanales et habitations voisinent pour organiser un pôle d’activité agraire et d’échange contrôlant une dizaine d’établissements secondaires dispersés dans la campagne alentour (Favory 1994). À partir d’une trame orientée selon les axes de la centuriation nîmoise, l’agglomération évolue tranquillement jusqu’au début du Ve siècle, avec de profondes transformations architecturales -abandon des édifices publics puis réutilisation par l’habitat privé, abandon des vastes demeures « à l’italienne » pour des maisons humbles.

180Les premières décennies du Ve siècle marquent un tournant avec l’abandon progressif du village initial et la création de deux nouveaux quartiers, l’un au nord-ouest où s’installera plus tard -mais quand ? -l’église saint-Vincent, l’autre au nord-est, encore inexploré. Ce dernier semble occupé, d’après les ramassages de surface, jusque vers la fin du VIe siècle ou les premières années du VIIe siècle, puis l’habitat se concentre au nord-ouest d’où il ne bougera plus par la suite.

181C’est au sud de l’église Saint-Vincent que l’on enregistre ensuite les traces d’un habitat durable, mais la présence du village médiéval et moderne ne favorise guère les fouilles, de sorte que l’organisation nouvelle échappe à l’analyse. Par sa morphologie parcellaire, sa forme ramassée et sa position centrale, ce quartier évoque l’image d’un village resserré dans un enclos dont aucun vestige n’est encore connu. Si les maisons du haut Moyen Âge sont connues seulement à travers quelques trous de poteaux ou tronçons de mur aperçus à l’occasion de sondages, les aménagements agraires en périphérie témoignent bien du dynamisme de la communauté, notamment une aire d’ensilage dans les ruines d’un ancien quartier gallo-romain (Raynaud 1990).

I.6.2. Les nécropoles

La nécropole des Horts

182La nécropole des Horts (fig. 83) s’inscrit à plus d’un titre dans la continuité d’une conception antique de la cité des morts. En effet, bien des traits se rattachent à des traditions antiques : le cimetière en plein champ, à l’écart de l’habitat et non enclos, l’absence présumée de tout édifice religieux, l’organisation en rangées, la prépondérance de la sépulture individuelle et la raréfaction des enfants. Toutefois, elle répond également à une évolution des pratiques funéraires caractéristique du moment (V-VIe s.) avec le développement des tombes sous dalles et des sarcophages, l’apparition de coffres en bois non cloués, l’adoption de l’inhumation habillée livrant des éléments de parure (fig. 84), et les premières représentations de la croix sur les stèles.

183La fouille n’a pas été poussée à l’exhaustivité mais le cimetière semble à peu près circonscrit, seule la limite nord n’apparaissant pas nettement. La disposition et la densité des 135 tombes fouillées autorisent à restituer un ensemble de 170-180 tombes. Elles sont toutes orientées, à une exception près, selon un axe est/ouest, le squelette céphalique à l’ouest (Murail, Raynaud 1996).

Figure 82 : Localisation générale des secteurs d’habitats et de nécropoles.

Figure 82 : Localisation générale des secteurs d’habitats et de nécropoles.

1, secteur thermal ; 2, quartier ouest et zone agraire ; 3, quartier central ; 4, maisons et jardins du quartier sud ; 5, chemin du Verdier ; 6, nécropole du Verdier ; 7, habitat du Verdier nord ; 8, zone agraire et nécropole des Horts ; 9, chemin des Horts ; 10, noyau du village médiéval : quartier de l’église Saint-Vincent et cimetière ; 11, bras fossile de la rivière Dardaillon.

Figure 83 : Lunel-Viel, plan de la nécropole des Horts.

Figure 83 : Lunel-Viel, plan de la nécropole des Horts.

184La nécropole dégage le profil d’une communauté apparemment stable et unie, qui enterre ses morts dans un cadre d’une confortable modestie, sans ostentation mais avec une dignité et sans misère aucune. Les plus aisés achètent à un atelier local des sarcophages de calcaire tendre, d’autres obtiennent du même atelier de belles dalles qui, agencées soigneusement, donneront l’illusion de cuves monolithes, mais la plupart des défunts sont déposés dans des coffres plus rustiques confectionnés en dalles ou en lauzes, en planches ou en assemblages mixtes.

185L’inhumation demeure essentiellement individuelle, même si l’on observe une légère progression de la réutilisation des tombes avec 1,26 mort par tombe. Cette tradition est seulement transgressée de façon exceptionnelle durant les dernières décennies de la nécropole lorsque de grands coffres accueillent 4 ou 5 corps. Ce regroupement des morts se lit aussi en négatif dans 5 tombes (n° 54, 59, 61, 71 et fait 18), soigneusement vidées de leur contenu, geste bien différent du pillage et qui pourrait marquer la récupération de la dépouille d’ancêtres allant rejoindre leur famille après l’abandon du cimetière au cours du VIIe siècle.

La nécropole de l’Eglise

186Les premières sépultures du quartier Saint-Vincent apparaissent un peu plus tard que celles des Horts, dans la seconde moitié du VIe siècle (Raynaud 1977). Durant cette phase de coexistence avec les Horts, le cimetière livre essentiellement des coffres en dalles (45 %) et des sarcophages (38 %), sans que l’on puisse affirmer si ce contraste (seulement 12 % de sarcophages aux Horts) reflète une différenciation sociale ou un décalage chronologique.

187D’abord organisé en rangées lâches selon le modèle classique, le cimetière connaît une occupation plus dense lorsqu’il devient après l’abandon des Horts l’unique cimetière villageois, qu’il restera jusqu’au milieu du XIXe siècle. Avec un taux moyen de 2,8 individus par tombe dans la phase ancienne, l’entassement des morts ne cesse de s’affirmer, allant parfois jusqu’à 7 à 10 corps par tombe. Quant à la hiérarchisation sociale et aux conditions d’accès au cimetière, la fouille (250 m2 et plusieurs sondages) reste trop ponctuelle pour autoriser toute généralisation. Les enfants paraissent un peu plus présents qu’aux Horts, mais des données aussi partielles peuvent être biaisées par un regroupement local comme les fouilles exhaustives de Dassargues (Lunel, Hérault) l’ont montré (Garnier et al 1995). L’absence de mobilier après le VIIe siècle ne favorise pas la perception de différences sociales, pas plus que l’architecture funéraire ne fait apparaître de contraste.

Figure 84 : Lunel-Viel exemple de mobilier funéraire de la nécropole des Horts.

Figure 84 : Lunel-Viel exemple de mobilier funéraire de la nécropole des Horts.

188Abandon du cimetière aux champs et regroupement des morts marquent donc un tournant au VIIe siècle et une nouvelle étape dans la gestation villageoise. Les ressorts du processus demeurent dans l’ombre faute d’une fouille sous l’actuelle église Saint-Vincent, rebâtie au début du XVIIe siècle, après les ravages des guerres de religion. On voudrait évidemment expliquer la création du cimetière par la construction d’une église dans la première moitié ou au milieu du VIe siècle, hypothèse académique mais tout à fait indémontrable pour l’heure. On sait seulement qu’une partie de la façade nord s’appuie sur l’arasement d’un mur de l’habitat du Ve siècle, mais la stratigraphie ne livre aucun terminus antequem pour la construction de l’édifice.

  • 46 Voir l’étude des céramiques dans C.A.T.H.M.A. 1993, 179-180.

189La première évidence n’apparaît qu’au VIIIe siècle -ou au début du IXe siècle, la datation des céramiques reste incertaine46 -avec le creusement d’un enclos fossoyé marquant définitivement l’emprise de l’église sur l’organisation du cimetière. Un fossé large de 2 à 2,5 m et profond de 1,2 à1,3 m, enserre une aire ovalaire de 28 m sur 20 m dont l’emprise sera scrupuleusement suivie par l’église jusqu’à sa reconstruction moderne (Raynaud 1989, 110). C’est bien là un tournant dans l’histoire du quartier, amis s’agit-il de la construction d’une nouvelle église ou seulement du réaménagement des abords d’un édifice préexistant ? Impossible de trancher mais la seconde hypothèse semble la plus plausible, tant il reste difficile d’envisager une communauté florissante privée d’église jusqu’à l’époque carolingienne (fig. 85).

190Initialement développé sans contrainte, le champ funéraire est désormais contenu à distance de l’édifice par le fossé qui n’hésite pas, lors de son creusement, à amputer ou même détruire sarcophages, coffres et tombes en fosse se trouvant sur son tracé (fig. 86). Cette autorité du sanctuaire, inconcevable dans les cimetières antérieurs, s’accompagne d’une forte attraction sur les tombes qui se pressent autour de l’enclos et s’établissent même parfois au fond du fossé, pratique surprenante exprimant la volonté d’approcher au plus près de l’église, peut-être aussi le souhait de recueillir les eaux s’écoulant de l’église et prenant une valeur lustrale (tombes T. 44 et 47). Christianisme naïf entaché de paganisme, ces gestes n’en dénotent pas moins un profond attachement à la religion et à l’édifice qui matérialise désormais son emprise sur le village.

191Le cadre et les règles funéraires semblent dès lors fixés. Progressivement colmaté par les limons, le fossé dut supplanté au XIe siècle par un mur d’enceinte pérennisant le tracé de l’enclos. Le cimetière atteignit alors sa plus grande extension, s’étendant vers l’Est sur une centaine de mètres, apparemment sans contrainte (Raynaud 1989, 107). Cette mutation superficielle et d’autres à venir ne modifièrent en rien la position de l’église qui veilla sur les morts jusqu’à la translation du cimetière hors du village au XIXe siècle.

I.6.3. Le mobilier

192La nécropole des Horts a livré un mobilier important, permettant une datation précise de l’ensemble funéraire, du début du VIe au VIIIe siècle : les tombes les plus anciennes sont bien datées de la première moitié du VIe siècle grâce à un mobilier abondant. Pour la nécropole de l’Eglise, on note une absence de mobilier après le VIIe siècle.

I.6.4. Interprétations et datation

193Les deux nécropoles présentent une typologie de tombes bien distincte, illustrant des pratiques funéraires différentes au sein d’une même population. Ce type de différence est retrouvé dans d’autres sites (Bizot 1988) et il est possible qu’elle reflète une structuration sociale. Crubézy et Raynaud (1988) ont montré par ailleurs une augmentation des réutilisations de tombes à partir du Ve siècle dans le sud-ouest de la France. L’exemple de Lunel-Viel confirme une corrélation nette du phénomène avec l’utilisation des sarcophages et surtout prouve l’existence de plusieurs modes de gestion de l’espace funéraire pour une même localité. La très bonne datation de ces nécropoles à une époque clé de la mise en place du christianisme leur confère un intérêt particulier pour comprendre l’organisation funéraire d’une nécropole périphérique et d’un espace religieux.

Figure 85 : Lunel-Viel l’Eglise, les inhumations du haut Moyen Âge.

Figure 85 : Lunel-Viel l’Eglise, les inhumations du haut Moyen Âge.

1, sarcophage ; 2, coffres de dalles ; 3, bâtière ; 4, coffre anthropomorphe ; 5, sépulture en pleine terre ; 6, coffre sans fond aménagé.

Figure 86 : Lunel-Viel l’Église, l’église Saint-Vincent et le cimetière médiéval.

Figure 86 : Lunel-Viel l’Église, l’église Saint-Vincent et le cimetière médiéval.

I.7. Définition des populations anthropologiques

  • 47 Dans le cas de la nécropole de Saint-Brice-de-Cassan, les ossuaires qui n’ont pas été étudiés sont (...)

194Les populations anthropologiques issues des sept sites précédemment exposés sont présentées dans un tableau récapitulatif, afin de définir et rappeler leurs caractéristiques, donnant l’abréviation utilisée tout au long des études, le contexte, rural ou urbain, le type de site, d’église ou de champ d’inhumations, leur datation et le nombre de tombes. Ce dernier élément varie de la présentation des sites, car ne sont pris en compte ici que les tombes munies de restes humains étudiables : sont donc exclues le stombes vides, les tombes repérées mais non fouillées, les tombes pillées ou détruites (anciennement ou récemment47) (fig. 87).

Figure 87 : liste des sites et des données anthropologiques.

Sites

Abréviation

Contexte

Site

Datation

Nbre de tombes

Saint-Bertrand-de-Comminges nécropole du plan

SBC

Urbain

Eglise

V-XII

130

Lunel-Viel, nécropole de l’Eglise (HMA)

LVE

urbain

église

VI-IX

26

Lunel-Viel, nécropole de l’Eglise (fin HMA)

LVE

urbain

église

VI-IX

13

Lunel-Viel, nécropole de l’Eglise (MED+MOD)

LVE

urbain

église

XI et plus

39

Lunel-Viel, nécropole des Horts

LVH

rural

champ d’inhumation

V/VI-VII

91

Ordan-Larroque,

SBCa

rural

église ?

VII-XIII

145

nécropole de St Brice de Cassan

Venerque, nécropole de Rivel

VEN

rural

champ d’inhumation

V-VII

127

Vindrac, nécropole

VIN

rural

église

VI-VII

15

Isle-Jourdain, nécropole de la Gravette

GRA

rural

champ d’inhumation, église

VI-XII

, 754

Isle-Jourdain,

nécropole de la Gravette

GRA hma-autoch

rural

église

VII-IX

Isle-Jourdain,

nécropole de la Gravette

GRA hma-franc

rural

champ d’inhumation

VI-VII

62

Isle-Jourdain,

nécropole de la Gravette

GRA intermédiaire

rural

église

Isle-Jourdain,

nécropole de la Gravette

GRA pmed

rural

église

X-XII

Notes

4 Identifiées par J.-P. Bost.

5 Effectuées au laboratoire de Lyon

6 Historia Francorum, VII, 38 : cunctos interfeceruntut non remaneret mingens ad parietem ... nihil ibi praeter humum vacuam relinquentes, « ils les tuèrent tous, afin qu’il ne restât personne pour pisser contre les murs..., ne laissant rien à cet endroit qu’une terre vide ».

7 Renseignements pris auprès de la « Cellule Carte Archéologique » du Service régional de l’archéologie (L. Sévègnes).

8 Responsable du chantier J.-P. Magnol, à l’époque professeur à l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse, puis M. Vidal.

9 Dont des inhumations doubles, des dépôts annexes et des réductions, ce qui revient à 144 individus.

10 Young 1977, 16-24 ; Van Doorselaer 1967, 129 et ss. ; Périn 1980, 114-115 ; Gaillard de Semainville 1980, 157 ; Colardelle 1983, 362 et ss.

11 Forme peu courante, mais qui est signalée à Soyria (Pétrequin et al 1980, 171 ; Prampart 1983, 352).

12 Profondeurs prises à partir du sol d’utilisation de la nécropole, auquel il convient d’ajouter 0,15/0,35 m de terre végétale.

13 Laumon 1977, 56 (fig. 3) et 59 ; Gaillard de Semainville 1980, 163 ; Piton 1985, 13 ; Mercier, Mercier-Rolland 1974, 45 ; Privati 1983, 29.

14 Itinera Romana, Ed. O. Cuntz, t. 1, Leipzig, 1929, 86-102.

15 Historia Francorum, II.37 : Chlodovecus vero apud Burdegalensem urbem hyemen agens, cunctos thesaures Alarici a Tolosa auferens.

16 P.L. T.88, Pars I Caput XI, Col. 99-100.

17 Lors de la première campagne de fouilles, au cours des sondages réalisés dans le secteur 2, plusieurs sépultures datant des XI-XIIe siècles étaient groupées par lots de deux à cinq qui correspondent à des inhumations successives au même endroit, non contemporaines.

18 L’analyse de cette opération de fouilles conduite par P. Dupouey et A. Martin a été faite à partir des rapports de fouilles annuels, ainsi que sur la base d’une première publication de P. Dupouey en 1970 et de documents de synthèse concernant la villa gallo-romaine en 1979 (P. Dupouey, A. Martin) et la nécropole médiévale en 1996 (P. Dupouey, A. Martin), déposés au Service Régional de l’Archéologie de Midi-Pyrénées.

19 Labrousse 1968, 544 ; 1970, 421-422 ; 1972, 496-497 ; 1974, 482-483 ; Lequément 1983, 493 ; 1986, 324.

20 Dupouey, Martin 1979, 15 et 1980, fig. 11 ; Lapart, Petit 1993, 189.

21 Brice fut au Ve siècle le successeur de Martin sur le siège épiscopal de Tours (Griffe 1965, 306).

22 Dupouey, Martin 1979, 8 ; Dupouey 1982, 17 ; Lapart, Petit 1993, 321.

23 Découverte un peu au-dessus de l’épaule gauche.

24 En place sur l’épaule droite.

25 Références Pa 2044, Pa 2045 et Pa 2046 (intervalle de confiance à 2 sigma), J.-F. Saliège, laboratoire d’Océanographie dynamique et climatologique, UMR 121, Université P. M. Curie de Paris.

26 Mis à part les rapports de fouilles consultés au Service régional de l’Archéologie, l’essentiel de la documentation est accessible à partir de différents supports éditoriaux. Il s’agit des chroniques de Gallia et Gallia Informations (Labrousse 1978 et 1980 ; Lequément 1986 ; Clottes, Lequément et alii 1989), d’Archéologie Médiévale (Bessou 1985 et 1987), de publications dans Travaux et Recherches (Bessou 1977 et 1979), et dans Archéologie Tarnaise (Bessou 1985, 1987 et 1990). S’y ajoutent de courtes synthèses dans le catalogue de l’exposition, De l’âge du Fer aux Temps Barbares. Dix ans de recherches archéologiques en Midi-Pyrénées, Toulouse, musée St Raymond (Bessou, Manuel 1987-1988), dans les Dossiers histoire et archéologie (Bessou 1987) et enfin dans la CAG Tarn (1995).
La base de notre contribution, entreprise à la demande de E. Crubézy, correspond à un rapport de synthèse sur les fouilles entreprises entre 1977 et 1986 (Bessou 1987) mis en forme à la demande de la Direction des Antiquités Historiques, puis d’un document dactylographié resté inédit où est intégré le résultat des sondages effectués en 1988.

27 Dans son rapport de fouille de 1978, l’abbé Bessou signale en effet, p. 2, « que l’examen des sarcophages a révélé en plusieurs fois des taches d’oxydation sur le fond des cuves à hauteur de la poitrine ou du bassin, indice de prélèvements d’objets en bronze ».

28 Obole d’argent d’Albi (fin VI-début VIIe siècle) dans la nappe de combustion ; denier de Melgueil très fractionné des XIIe-XIIIe siècles ; deux monnaies de la cité de Cahors fin XIIe-XIIIe siècle dans le mortier désagrégé des niveaux de destruction de l’édifice.

29 À cause de la présence d’une protection avancée qui ferait fonction de barbacane, avec un cordon d’escarpe pour l’enceinte.

30 Cette chronologie s’accorde, au moins en gros, avec celle qui avait été proposée par l’abbé Bessou pour cette chapelle (« en service au cours du Ve siècle, elle est hors d’usage au début du VIe siècle » : Bessou 1977 – 1986, 57), mais également avec celle de Millet 1997-1998, 91 : « elle était déjà hors d’usage à la fin du VIe siècle ».

31 C’est la datation du matériel de sarcophage 110, le plus précoce de l’ensemble du site.

32 Des plages rouges et jaunes et des filets disposés en chevrons sur un enduit de chaux (Bessou 1977-1986 et article, 31) ; mais ne s’agirait-il pas du décor de l’église médiévale ?

33 115, par M. Bessou (article, 27) ; 120, dans la CAG Tarn, 1995, 253 ; 110, mentionnés par Melle Fl. Millet, 82.

34 Rapport 1979 : 2 sépultures (p.1) ; 5 sépultures (p.3) dont une sous le S.33, une au pied du S.34, deux sous S.30, deux encadrant S.39 ; 1980/1981 (p.3), quinze sépultures dont cinq d’enfants ; 1984 (p.4), une dans le chevet pentagonal de la chapelle 3 (deux squelettes superposés dont un sur brancard) ; 1985, trois sépultures sous S.99 à S.101.

35 Sarcophages 10, 20, 21, 27, 41, 46, 47, 50, 51, 52 à 60, 71 et 102 du premier niveau (le plus profond) et 35 et 75 du deuxième étage.

36 Trapèze rectangle : S.16 à 18, 22, 39, 48, 64, 72, 73, 81, 89, 100, 102 ; flancs courbes : S.3, 66, 109 ; tête semi-circulaire : S.36 et 113 ; bisome : S.70.

37 En bâtière à quatre pans : S.4 à 7, 9, 11, 15, 20, 21, 26, 32, 37, 39, 40, 42, 46, 55, 60, 61, 64, 73, 77, 82, 83, 85, 86, 89, 90, 93, 95, 96, 102, 109, 110 ; à méplat longitudinal : S.87, 92, 94, 97, 99, 100 ; plats : S.18 et 98 ; bombés : S.22 et 81 ; trois pans : S.19.

38 Coussinets carrés : S.1, 3, 20, 27, 44, 49, 56, 95 ; quart de rond : S.5, 7, 9, 17 à 19, 21 à 23, 29, 33, 34, 37, 38, 40, 46, 59, 67, 71, 76, 77, 79, 81, 82, 90, 92, 93, 94, 99, 100, 102, 105, 110 ; quart d’ovale : S.6, 14, 16, 24, 26, 31, 36, 39, 42, 45, 47, 48, 51, 52, 60, 65, 83, 86, 88, 96, 109 ; colonnettes : S.43, 58, 68.

39 Pour la plage de béton couvrant le sarcophage 14 et la cloison entre les sarcophages 14 et 79 (Bessou 1977-1986, 40).

40 Plaques et sarcophages au-dessus des sarcophages 3, 4, 7, 9, 15, 37, 39, 40, 81 et 82 (annexe nord) et 59, 60, 61, 109 et 110 (annexe sud) pour le second niveau.

41 D’après M. Rouche, il « peut s’agir d’un texte d’exécration vouant tel ou tel personnage aux tourments éternels païens. Ecriture cursive romaine/mérovingienne » (cf. M. Bessou 1987-1988, 162). Elle a été soumise pour expertise à M. Lejeune et à Ch. Pietri. Dans un courrier daté de l’année 1984, M. Lejeune écrit “qu’il s’agit de cursive latine tardive,… la langue devrait être aussi latine”.

42 Périn 1985, 373 ; Abaz 1987, 418 ; Stutz 1998, 152-153 ; 2000, 42-44.

43 Ripoll 1991, 111-132 ; Cat. expo. Lattes 1988, 184 ; Feugère 1988, 8.

44 Dans la CAG Tarn, cette nécropole est datée de la fin VIe au VIIe s. (p. 254).

45 Cette villa qui s’insère dans une occupation de l’espace où s’inscrivent également à moins d’une dizaine de kilomètres plus à l’ouest et au sud-ouest de deux sanctuaires gallo-romains (Bessou 1978, 187-218 ; CAG Tarn 1995, 247).

46 Voir l’étude des céramiques dans C.A.T.H.M.A. 1993, 179-180.

47 Dans le cas de la nécropole de Saint-Brice-de-Cassan, les ossuaires qui n’ont pas été étudiés sont exclus.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation des sites funéraires étudiés.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 2 : Localisation de la basilique de la ville basse par rapport à l’habitat actuel
Légende (en hachures et aux vestiges antiques repérés (Dessin : J.-C. Liger).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 3 : Situation de Vindrac (Tarn). Dessin et cliché M. Bessou.
Légende Localisation de la basilique de la ville basse par rapport à l’habitat actuel (en hachures et aux vestiges antiques repérés (Dessin : J.-C. Liger).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 4 : Situation de Lunel-Viel dans la plaine littorale languedocienne.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 5 : Plan général des fouilles du quartier du Plan.
Légende A l’ouest, fouilles de B. Sapène (1927-1931) ; au sud-est, la basilique chrétienne dont une partie seulement (le « narthex ») empiète sur la grande domus occidentale ; au sud, annexes de la basilique et autre domus fouillées de 1985 à 1992 (Dessin J.-C. Liger, H. Delumeau d’après les relevés de B. Sapène et J.-L. Paillet).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 6 : Etat successif de l’ensemble monumental paléochrétien et localisation des inhumations (d’après dessin de J.-L. Paillet 1993).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 7 : Venerque. Situation de la nécropole et des sites antiques, du haut Moyen Age et médiévaux (M. Vidal).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 8 : Nécropole de Rivel à Venerque, plan de répartition des sépultures (M. Vidal).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 9 : Tombe 44, sous tuiles (B. Marty).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Figure 10 : Nécropole de Rivel, répartition des hommes, femmes et enfants (M. Vidal, d’après Th. Romon).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 11 : Nécropole de Rivel, plan de répartition des attitudes funéraires (M. Vidal).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 12 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 2 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 13 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 9 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 14 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 11 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 15 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 16 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Figure 16 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 20 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 17 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 24 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Figure 18 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 25 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 19 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 38 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 20 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 40 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 21 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 45 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 22 : Nécropole de Rivel, dépôt céramique entre les tombes 49 et 50 (M. Vidal).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 23 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 50 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 24 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 53 (J.-P. Muiguet).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 25 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 54 (J.-P. Muiguet).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 26 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 55 (J.-P. Muiguet).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 27 : Nécropole de Rivel, mobilier de latombe 60 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 28 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 62 (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Figure 29 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 65 (J.-P. Muiguet).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 30 : Nécropole de Rivel, mobilier de la tombe 125 (D. Schaad).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Figure 31 : Nécropole de Rivel, mobilier trouvé en surface (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Figure 32 : Nécropole de Rivel, mobilier trouvé en surface (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 33 : Nécropole de Rivel, mobilier trouvé en surface (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Figure 34 : Nécropole de Rivel, mobilier trouvé en surface (P. Venzac).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Figure 35 : Nécropole de Montfrousi, objets mérovingiens (M. Vidal, d’après Cl. Barrière-Flavy 1891).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 36 : Plan général du site de La Gravette à L’Isle-Jourdain, division par zones (Barthélémy 1999).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 37 : Plan général du site antique et mérovingien (S. Eusèbe) (Cazes 1997).
Légende 1 : zone artisanale, 2 : tracé de la voie, 3 : bâtiments résiduels, 4 : église paléochrétienne, 5 : extension du VIIe siècle, 6 : baptistère, 7 : mausolée et nécropole franque.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 38 : Plan général des vestiges paléochrétiens (Cazes 1997).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 39 : Plan de localisation des principaux ensembles funéraires (Barthélémy 1999).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 40 : Nécropole franque de La Gravette à l’Isle-Jourdain (Barthélémy 1999).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Figure 41 : Plan général du site ecclésial de La Gravette, à l’Isle-Jourdain (S. Eusèbe) (Cazes 1997).
Légende 1 : église carolingienne, 2 : basilique pré-romane et église romane, 3 : chapelle du Xe s. ?, 4 : tour seigneuriale ?, 5 : fossé ecclésial.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 43 : Villa gallo-romaine (partie thermale) et nécropole.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 44 : Vindrac, plan de situation de la nécropole (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 45 : Vindrac, coupe stratigraphique, secteur MN (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 46 : Vindrac, l’établissement rural du Haut-Empire (M. Bessou, modifié par J. Guyon et M. Vidal).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Figure 47 : Vindrac, les chapelles du haut Moyen Âge (selon M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Figure 48 : Vindrac, l’établissement rural pendant l’Antiquité tardive (M. Bessou, modifié par J. Guyon et M. Vidal).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 49 : Vindrac, l’établissement préroman et son mur de clôture (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 50 : Vindrac, église funéraire 3, annexe, deuxième et premier niveau de sarcophages, vue du nord-ouest
Légende (sarcophage 79 en arrière-plan ; sarcophages 87, 77, 76, 76’ en plan intermédiaire ; sarcophage 78, 14 et 79 en premier plan) (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 51 : Vindrac, église funéraire 3, annexe, niveau et séparation de béton au-dessus des sarcophages 7 et 14 (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 52 : Vindrac, les établissements funéraires du haut Moyen Âge
Légende (M. Bessou, modifié par J. Guyon et M. Vidal).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 53 : Vindrac, la chapelle 1
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 54 : Vindrac, memoria 1, premier niveau de sarcophages
Légende (37 et 40) sur l’abside et sarcophages intérieurs 38 et 39, vue du nord (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 55 : Vindrac, memoria ? 2, sarcophages 20 (en haut à gauche), 17, 16, 18 et 19 (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 56 : Vindrac, église funéraire 3 (intérieur), sarcophages 72, 73 (arrière plan), 94, 95 (plan intermédiaire), 92, 93 (premier plan) et 91 (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 57 : Vindrac, église funéraire 3.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 58 : Vindrac, église funéraire 3, chevet pentagonal (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Figure 59 : Vindrac, église funéraire 3, annexe, premier niveau de sarcophages après enlèvement du second niveau
Légende (75 en arrière plan ; 83, 77, 82, 81 en plan intermédiaire ; 78, 14, 7, 15 en premier plan) (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 60 : Vindrac, memoria 1’, étagement des sarcophages sur deux ou trois niveaux
Légende (sarcophages 59, 60 du niveau inférieur ; sarcophages 54, 55, 57, 58, 56 du niveau supérieur). Au premier plan, mur méridional de la nef de l’église préromane (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 61 : Vindrac, église funéraire 3, transformation et annexe nord.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 62 : Vindrac, église funéraire 3, sarcophage 70, bisome ? (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 63 : Vindrac, sarcophage 39 à l’ouverture (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 64 : Vindrac, coin nord/nord-est de l’enclos ? nord, sarcophages 64 et 65 (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 65 : Typologie des cuves et de leur aménagement intérieur et typologie de couvercles
Légende (M. Bessou, modifié par J. Guyon et M. Vidal).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 66 : Typologie des couvercles (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 67 : Typologie des aménagements intérieurs des cuves de sarcophages (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 68 : Chapelle 3 et deuxième étage de sarcophages (M. Bessou, modifié par M. Vidal).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 69 : Vindrac, tombes à mobilier et mobilier hors tombes (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 70 : Mobilier in situ dans les sarcophages S4 (n° 1), S5 (n° 2), S7 (n° 3), S15 (n° 4) et S16 (n° 5) (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Figure 71 : Mobilier in situ dans les sarcophages S19 (n° 6 à 8), S21 (n° 9), S31 (n° 10) et S40 (n° 11) (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 72 : Vindrac, Plaque-boucle (L. 95 mm) et bague (diamètre 19 mm) de la tombe 19 (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Figure 73 : Vindrac, inscription en cursives sur feuille de plomb (M. Vidal, d’après M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Figure 74 : Vindrac, feuille de plomb inscrite (M. Bessou). Deux photos !
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 75 : Vindrac, Plaque-boucle à décor damasquiné (L. 80 mm) de la tombe 40 (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Figure 76 : Vindrac, mobilier in situ dans les sarcophages
Légende S59 (n° 12 à 15) et S60 (n° 16 à 19) (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Figure 77 : Vindrac, mobilier in situ dans les sarcophages
Légende S79 (n° 20 à 26), S85 (n° 27 à 28) et plaque-boucle rigide hors de la tombe 89 (n° 29) (M. Bessou)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 78 : Vindrac, pièces d’habillement de la tombe 79
Légende (n° 6 et 7 en bronze, 1 à 3 en fer damasquiné) (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Figure 79 : Vindrac, Plaque-boucle (L. 78 mm) de la tombe 85 (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Figure 80 : Vindrac, mobilier in situ dans les sarcophages
Légende S93 (n° 30), S110 (n° 31 à 33) et dans la tombe en fosse R1 (n° 34 à 36) (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 836k
Titre Figure 81 : Vindrac, mobilier hors tombe
Légende n° 37 (près du S30), n° 38 (secteur H), n° 39 (près du S5), n° 41 (fondations église funéraire 3) et n° 42 (secteur D) (M. Bessou).
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 82 : Localisation générale des secteurs d’habitats et de nécropoles.
Légende 1, secteur thermal ; 2, quartier ouest et zone agraire ; 3, quartier central ; 4, maisons et jardins du quartier sud ; 5, chemin du Verdier ; 6, nécropole du Verdier ; 7, habitat du Verdier nord ; 8, zone agraire et nécropole des Horts ; 9, chemin des Horts ; 10, noyau du village médiéval : quartier de l’église Saint-Vincent et cimetière ; 11, bras fossile de la rivière Dardaillon.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 83 : Lunel-Viel, plan de la nécropole des Horts.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Figure 84 : Lunel-Viel exemple de mobilier funéraire de la nécropole des Horts.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 85 : Lunel-Viel l’Eglise, les inhumations du haut Moyen Âge.
Légende 1, sarcophage ; 2, coffres de dalles ; 3, bâtière ; 4, coffre anthropomorphe ; 5, sépulture en pleine terre ; 6, coffre sans fond aménagé.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Figure 86 : Lunel-Viel l’Église, l’église Saint-Vincent et le cimetière médiéval.
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2430/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteurs

Directeur de recherches émérite, UMR 6573, Centre Camille Julian, Université de Marseille

Anciennement conservateur régional de l’archéologie, UMR 5608 Traces, Université de Toulouse

Anciennement INRAP et laboratoire d’anthropobiologie de Bordeaux I

Archéologue, CCS Patrimoine

Pr chirurgie maxillo-faciale et stomatologie, Clermont Ferrand, anciennement UMR 5288

Chargé de recherches CNRS, UMR 5288, AMIS, Université de Toulouse

Archéologue, Médecin, Ordan Larroque, Gers

Archéologue, Ordan Larroque, Gers

Chargée d’opération et de recherches, Inrap, UMR 5288, AMIS, Université de Toulouse

Archéologue, prêtre, archéologie paléochrétienne, Tarn

Directeur de recherches CNRS, UMR 5140, Lattes

Anciennement Pr. en anthropobiologie, laboratoire d’anthropobiologie de Bordeaux I

© Presses universitaires de Perpignan, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540