Version classiqueVersion mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Autour de la crise irakienne

19- La France, alliée suspecte, et ses pourfendeurs

James Cohen

Résumé

This article first examines the political context in which a wave of French-baiting took place in the US media and the US political arena in late 2002 and early 2003, precisely at a time when the Bush administration was encountering strong resistance from France regarding its unilateral plans to initiate a « preventive » war against Iraq. It goes on to examine the discourse of one particularly distinguished French-basher, Jonah Goldberg of the arch-conservative National Review. The article emphasizes that while some may present anti-French discourses as « popular » in origin, they are in fact the product of political elites with particular strategic agendas – in this case the agenda of neoconservatives seeking to justify U. S. policies of unilateral military intervention and a doctrine of « might makes right ».

Texte intégral

« Why nuke Iraq when France is closer? » autocollant de pare-choc diffusé aux États-Unis, fin 2002.

1Dans ce colloque La France dans le regard des États-Unis, nous sommes plusieurs à parler d’une actualité très proche. Naturellement, on ne saurait revendiquer dans ces circonstances le même type d’objectivité que pour des faits survenus il y a 50 ans ou 100 ans, puisque nous sommes impliqués dans ces événements en tant que citoyens. Nous essayons néanmoins de prendre de la distance critique par rapport à cette actualité brûlante pour mieux l’analyser, chacun avec ses outils propres.

2Nul besoin de revenir en détail sur le déchaînement de propagande anti-française dans certains médias et dans certains milieux politiques étatsuniens, fin 2002 et, surtout, début 2003, lorsque la France a refusé de cautionner le projet d’une guerre « préventive » en Irak et s’est battue pour que le Conseil de Sécurité de l’ONU refuse une telle caution.

3Tout le monde se souvient des expressions les plus vulgaires, chauvines et provocatrices de ce sentiment : le titre du New York Post en février 2003 : « The Axis of Weasel » ; la promotion par Jonah Goldberg de la National Review, de l’expression « cheese-eating surrender monkeys » (singes capitulards mangeurs de fromage) ; la campagne menée par certains élus du Congrès pour rebaptiser les French fries « freedom fries ». Mon but n’est pas d’énumérer les manifestations de ce genre, mais de proposer, à partir de là, une interprétation socio-politique du phénomène.

La mise en spectacle d’une divergence stratégique

4Je cherche d’abord à comprendre comment une divergence politique entre Etats (en l’occurrence deux Etats qui occupent un rôle dominant dans le système mondial), à propos d’une question stratégique précise, a pu déborder le cadre stratégique et inter-étatique pour devenir l’occasion d’une polarisation médiatisée, de l’ordre du spectacle, présentée comme une polarisation entre deux peuples ou deux nations, voire entre deux « cultures », comme s’il s’agissait d’une expression directe de la volonté populaire. Une première hypothèse est que certains acteurs du drame ont poussé à la polarisation parce qu’ils sont en quelque sorte des professionnels de la polarisation, et de la mise en spectacle de la polarisation. Les attentats du 11 septembre 2001 et la montée en puissance des néo-conservateurs au sein de l’administration Bush ont fourni à ces acteurs une occasion en or de diffuser leur propagande et ils en ont profité.

5Deuxième hypothèse : si ces positions extrêmes ont pu connaître un moment de diffusion de masse, c’est aussi parce qu’il existe un arrière-fond de dédain et de ressentiment contre la France et plus généralement contre l’Europe qui « traîne » dans la culture politique de certaines élites et fournit un matériau déjà existant qu’il s’agissait, au moment opportun, de recycler en le radicalisant. Il faudrait donc explorer cette culture politique et médiatique propice à la désignation de la France comme « Autre », comme allié suspect – ce pays à la fois si proche et si différent, si troublant, si incontrôlable.

  • 1 T. Garton Ash, « Anti-Europeanism in America », New York Review of Books, February 13, 2003.

6Ne parlons pas, en tout cas, de stéréotypes « populaires » à propos de la France et des Français. Ces stéréotypes, quand on les rencontre dans l’opinion, comme Timothy Garton Ash les a rencontrés en faisant son enquête1 début 2003, n’existent qu’en fonction des flux idéologiques médiatisés qui influencent l’opinion. Ceux qui fabriquent et diffusent les discours anti-français aimeraient, bien sûr, faire passer leurs idées pour de la sagesse populaire ou pour de T « opinion démocratique », mais c’est surtout ce qui se passe en amont des médias qui détermine le contenu de ces discours.

7Cependant, on ne peut pas en rester là. S’il est vrai que les idées anti – françaises viennent de loin et qu’elles sont fortement enracinées dans une culture d’élite, il faudrait également pouvoir expliquer pourquoi le moment de déchaînement anti-français est néanmoins resté relativement circonscrit. Le boycott économique des produits français, que quelques élus ont voulu mettre en place, qui pouvait apparaître début 2003 comme une menace sérieuse, n’a jamais pris racine. Les histrions extrémistes ont eu leur moment de gloire, mais le grand spectacle n’a pas duré très longtemps. Il pourrait être réactivé demain, si par exemple l’administration Bush, malgré son enlisement en Irak, se lançait dans d’autres aventures militaires unilatérales que des alliés comme la France refusait, mais aujourd’hui, en 2006, il reste circonscrit dans les journaux et les sites web des extrémistes de droite.

  • 2 Cf. E. Denécé et Claude Revel, L’autre guerre des États-Unis. Economie : les secrets d’une machine (...)
  • 3 S. Naïr, L’empire face à la diversité, Hachette Littératures, 2003.

8La divergence stratégique sur l’usage unilatérale de la force en Irak, en dépit de son extrême gravité, n’a pas empêché certaines formes de collaboration systématique entre Américains, Français et autres Européens dans la lutte contre le terrorisme international lié à l’islamisme radical. Elle n’a pas non plus empêché certaines initiatives diplomatiques franco-américaines, par exemple l’opération de destitution du président Aristide en Haïti, une résolution de l’ONU contre la présence syrienne au Liban qui a été pleinement suivie d’effet, etc. Les divergences d’ordre stratégique et même les différends d’ordre commercial, qui sont souvent assez rudes2, n’empêchent pas les dirigeants français et étatsuniens de rester, qu’ils le veuillent ou non, structurellement liés dans un partenariat stratégique et économique dans le cadre d’un empire transnational dont la structure est duale. Dans son livre L’Empire face à la diversité3, Sami Naïr analyse cette structure : il y a, d’une part, un empire marchand transnational qui est une structure de collaboration, parfois conflictuelle, entre tous les partenaires du G8 et quelques autres, et, d’autre part l’empire unilatéral d’une seule superpuissance militaire américaine. Si ce deuxième empire a pu, pendant toute la période de la guerre froide, fonctionner comme une structure de défense au service du camp des alliés occidentaux, il s’est en même temps autonomisé et, depuis la fin de la guerre froide, échappe souvent au contrôle des pays alliés qui ont une autre conception de l’usage de la force dans le monde. L’unilatéralisme américain ne date pas de Bush fils : déjà à l’époque de Clinton, Madeleine Albright parlait de la « superpuissance indispensable », mais sous Bush et depuis le 11 septembre, cette autonomisation s’est nettement accentuée.

9Pour résumer mon argument, je dirais que la polarisation franco-américaine en 2003 a été moins qu’une rupture stratégique radicale entre puissances et pourtant plus qu’un spectacle médiatique superficiel de courte durée. En disant que ce moment de polarisation n’a pas réussi à rompre un lien véritablement systémique, il ne s’agit pas de minimiser l’affaire, de dire que « tout est rentré dans l’ordre ». Il reste un malaise dont il faut examiner les raisons.

Un propagandiste anti-français de choc

10Le présent travail a pour modeste ambition d’examiner le discours de l’un des producteurs les plus actifs et les plus fébriles de la propagande anti-française : le journaliste Jonah Goldberg. Membre du comité de rédaction de la National Review, Goldberg est connu comme le promoteur de l’expression « cheese-eating surrender monkeys » (singes capitulards mangeurs de fromage) qui vient en fait des Simpsons.

11La National Review, assez marquée à droite, a été fondée en 1955 par William F. Buckley, un pape de la pensée conservatrice. La revue n’est associée, à proprement parler, ni au courant néoconservateur, ni à la droite chrétienne fondamentaliste, mais elle s’est adaptée sans problème à la montée de ces deux courants et a reconnu la présidence de Bush fils comme un moment très favorable pour le conservatisme étatsunien en général.

12Jonah Goldberg tient une rubrique dans la National Review – « The Goldberg File » – depuis 1998. Il se met en scène comme une sorte de clown, en faisant des commentaires comiques et ironiques sur tous les sujets, souvent à la première personne, dans un désordre qui suggère le délire. Le style de sa prose se situe aux antipodes de l’analyse théorique.

13Goldberg n’a pas attendu l’élection de Bush ou le 11 septembre ou la montée des néoconservateurs ou la guerre en Irak pour faire de sa rhétorique anti-française un thème obsessionnel. On trouve dans ses rubriques depuis au moins 1999, tous les deux ou trois mois voire plus souvent, des divagations à propos de ces « singes capitulards » qu’il adore offenser, à tel point qu’il se réfère à lui-même comme un « French-basher ».

  • 4 On peut consulter les rubriques de Goldberg en ligne : http://author.nationalreview.com/?q=MjE5NQ.

14Pour la France comme pour tous les sujets qu’il aborde, Goldberg aime bien mélanger les propos sérieux et les exagérations outrancières qui visent à provoquer des rires ou des hurlements. Derrière l’apparence du délire apparent, on finit en lisant Goldberg par déceler un discours construit. J’ai traversé une vingtaine de ses articles consacrés à au French-bashing, publiés entre 1999 et 2005 (je ne vous cache pas que j’ai trouvé cette lecture pénible)4, en essayant d’en dégager un tableau synthétique des reproches que Goldberg formule à la France et aux Français. Dans le résumé qui suit, j’ai essayé, tout en regroupant les propos par thème, de conserver l’effet de mélange, très recherché par l’auteur. On voit ainsi que son procédé consiste à faire passer des idées politiques au milieu de tout un fatras de stéréotypes et d’insultes collectives.

  • Les Français sont des lâches. La preuve : ils se sont rendus aux Allemands en 1940 sans combattre. Ils se sont ensuite vantés d’avoir libéré leur pays bien que ce soit les Américains qui les aient sauvés. Mais ils étaient (presque) tous des collabos, ils ont (presque) tous dénoncé des Juifs.
  • Ils sont traîtres : ils ont tiré sur des troupes américaines au moment du débarquement américain en Algérie. Quand les États-Unis ont eu besoin de bombarder la Libye pour riposter contre une attaque terroriste contre des soldats américains, les Français ont refusé de nous laisser utiliser leur espace aérien.
  • Ils nous ont fourgué la guerre du Vietnam.
  • Ils n’ont pas soutenu l’OTAN pendant la majeure partie de la guerre froide. Ils ont été mous dans le combat contre le système soviétique. François Mitterrand a voulu que l’Allemagne de l’Est reste un pays socialiste.
  • Ils nous embêtent à l’ONU (Goldberg a écrit cela en juin 2001, avant le 11 septembre et presque deux ans avec le conflit à propos de l’intervention en Irak.)
  • Ils sont les amis d’une région – le monde arabe – qui est pleine de terroristes.
  • Ils minimisent l’importance de la guerre contre le terrorisme précisément parce que les États-Unis insistent sur son importance.
  • Ils détestent Israël précisément parce que les États-Unis soutiennent Israël.
  • Les Français se considèrent comme un rival des États-Unis, ce qui est ridicule parce que les États-Unis ignorent l’Europe. Ils n’ont pas compris que le monde entier s’américanise (pour le meilleur et pour le pire dit-il quand même) et insistent obstinément sur leur identité propre. (« While most of the West, if not the world, is Americanizing for good and for ill, France remains determined to stay French »)
  • Tous les intellectuels français pensent que l’Amérique est impérialiste. Et pourtant les Français l’ont été encore plus. Les existentialistes d’après-guerre étaient en réalité des collabos.
  • L’anti-américanisme est très enraciné en France, c’est une longue tradition. Les hommes politiques en font (presque) tous un argument-clé. Les librairies françaises sont remplies de livres anti-américains.
  • Les Français sont les inventeurs d’un racisme virulent (Gobineau était français... donc les Français sont tous un peu des Gobineau).
  • Les Français sont anti-sémites. Ils ont persécuté le capitaine Dreyfus.
  • Ils revendiquent la Révolution française, cet événement monstrueux, comme une grande victoire pour les Droits de l’homme mais la seule vraie révolution humaniste de l’époque a été la Révolution américaine. Ce n’est pas un hasard si la Révolution française était admirée par Hitler, Staline, Mao et Pol Pot.
  • Les Français hébergent des tueurs américains comme des héros et refusent de les extrader.
  • Ils protègent leurs films avec des quotas d’importation, mais les films français n’ont pas d’intrigue.
  • Ils aiment l’humour ringard de Jerry Lewis.
  • L’économie française est bizarre, indigne du premier monde. Les Français s’ingénient à inventer des règles pour empêcher les gens de travailler trop dur.
  • Les Français sont très étatistes, contrairement à nous autres Américains, qui savons qu’il faut éviter de mêler l’Etat à tout. Hillary Clinton pense que nous devrions nous inspirer de la manière dont la France élève ses enfants, avec des crèches subventionnées par l’Etat, mais c’est un système qui coûte trop cher – et elle se trompe en pensant que l’Etat doit se mêler de l’amour des enfants.
  • Les Français ont le culte de la bureaucratie, les bureaucrates sont considérés comme les plus nobles des Français : ni les entrepreneurs, ni les prêtres, ni les sportifs, ni les hommes politiques, mais les bureaucrates.
  • Les Français ont des politiques natalistes. Et ce n’est pas seulement parce que leur démographie stagne, mais aussi parce qu’ils sont anti-immigrés, ils ne veulent pas être débordés par les étrangers. Ce qui représente, d’ailleurs, un danger en soi : la France se transforme en pays musulman.
  • Les Français ne connaissent pas l’hygiène, ne se lavent pas, ne changent pas de sous-vêtements, n’utilisent pas le déodorant.
  • Ils mangent la salade et le fromage après le repas quand personne n’a plus envie de manger.
  • Les Français sont convaincus de leur supériorité bien qu’ils soient en réalité inférieurs à bien des égards.
  • Ils sont attachés à une langue qui est condamnée à disparaître dans le monde. Ils inventent des mots français pour éviter d’utiliser des mots empruntés à d’autres langues.
  • Ils tolèrent le harcèlement sexuel et n’ont aucune forme d’action positive basée sur la race.
  • Ils abandonnent leurs vieux, sans doute parce qu’ils aiment partir longuement en vacances.
  • Les préaux d’école en France sont des lieux dangereux, on y fait du racket.
  • Et, last but not least, leur anti-américanisme est une mauvaise influence sur nos intellectuels de gauche qui adorent la France en raison même de son anti-américanisme. A la limite, les Français eux-mêmes sont moins dangereux que les Américains qui les admirent.

15En lisant ces rubriques on est frappé par l’effet de surenchère et par une impression de délire. Mais, encore une fois, ce sont des effets de style consciemment recherchés par Goldberg afin de banaliser par l’humour des propos politiques « sérieux ».

16Quels propos sérieux ? On l’aura compris, Goldberg est contre le modèle social français (ou ce qui en reste...), contre l’Etat social fort, et contre les influences intellectuelles qui feraient que certains Américains s’en inspireraient éventuellement. En matière de politique étrangère, il pense que les Français feraient mieux de reconnaître la force militaire supérieure des Américains et de s’aligner sans protester sur la politique étrangère américaine, au Moyen-Orient et en général. Il affichait cette position, identique à celle des néo-conservateurs, avant même l’émergence de ce courant comme une influence forte au sein de l’administration Bush.

17En examinant, ensuite, ce que Goldberg a à dire sur « les Européens », on trouve, encore une fois, une certaine cohérence dans les propos en dépit du style volontiers délirant. Pour résumer sa pensée en deux mots : les Européens en général sont affreux, mais les Français sont les pires de tous. Goldberg précise que lorsqu’il parle des Européens, il ne s’agit pas de tous les Européens, mais de ceux qu’il appelle – je cite, en traduisant librement et en enlevant les propos scatologiques – « une horde de bureaucrates, de journalistes, de gens de lettres, de militants qui sont trop bêtes pour comprendre qu’ils n’ont plus de rôle de leadership à jouer ».

  • L’Europe ne représente plus l’avenir, c’est un ramassis de nations dont la grandeur est passée.
  • Les Européens n’ont pas compris que Bush est un président important, puisqu’ils le comparent aux Taliban, le traitent d’imbécile, de marionnette des compagnies pétrolières.
  • Les Européens aiment Bill Clinton, ce qui est normal parce que Clinton est un Européen (donc pas un vrai américain).
  • Ils réglementent tout, jusqu’à la taille des blaireaux (brosses pour la barbe) et des concombres.
  • Les Européens sont contre la peine de mort, même appliquée à un monstre comme Timothy McVeigh (auteur de l’attentat à Oklahoma City, 1995).
  • Ils prétendent protéger l’environnement mais ils ont déjà rasé tous leurs arbres. Ils se moquent en réalité de l’environnement mais ils adorent en parler. Tout en critiquant l’administration Bush, ils n’ont aucune intention de respecter le traité de Kyoto.
  • Ils se vantent de leur multiculturalisme mais ne réussissent ainsi qu’à provoquer que du ressentiment et de l’intolérance chez les musulmans, qui se radicalisent et se retournent en ennemis contre l’Europe.
  • Les intellectuels européens ont de l’influence et font par conséquent des « vrais dégâts », tandis qu’en Amérique, les intellectuels n’existent que pour amuser le public et ne peuvent en aucun cas prétendre nous instruire.
  • Le pire, chez les Européens, est qu’ils suscitent l’admiration des liberals américains (toujours au sens américain, c’est-à-dire progressistes) ; ils nourrissent l’anti-américanisme, qui atteint l’Amérique par contagion, par l’intermédiaire des intellectuels de gauche américains.

18Sans en avoir toujours l’air, Goldberg fait de la politique. Il s’agit moins pour lui de s’opposer à des peuples et à des cultures, que de discréditer une certaine conception de la société : celle qui assigne à l’Etat un rôle social qu’il juge excessif, et qui assigne à la force militaire un rôle qu’il juge insuffisant. Néanmoins, ses propos, interprétés au sens littéral, sont pétris de xénophobie et d’ethnocentrisme. Il s’agit là d’un choix : pour le public américain ordinaire, Goldberg choisit de ne pas écrire des traités théoriques sur les méfaits de l’Etat-Providence ou sur les rapports de force dans les relations internationales. Il choisit plutôt d’exagérer un maximum pour avoir un maximum d’impact : plus on brode, plus on diffuse des discours schématiques, plus on formule des jugements tout faits, plus on suscite des préjugés et des méfiances ethnocentriques – et plus on épargne aux lecteurs la tâche de réfléchir pour eux-mêmes.

  • 5 Df. J. Lobe, « Leo Strauss’ Philosophy of Deception », altemet... org, 19 mai 2003. Voir aussi S. D (...)

19Cette stratégie rhétorique donne l’impression très nette d’être une mise en pratique consciente des idées néo-conservatrices. Goldberg n’est pas lui-même un penseur – il semble plutôt allergique à la théorie – mais il met en pratique les idées des néo-conservateurs en ceci qu’il se prête volontiers à des opérations de manipulation de l’opinion. On sait que pour les chefs de file intellectuels du mouvement néo-conservateur, la manipulation de l’opinion est une nécessité impérative car on gouverne les masses en brassant des schémas5. La pensée et la stratégie sont l’affaire d’une élite qui doit pouvoir poursuivre son activité sans être inquiétée par l’intervention trop active et trop curieuse de l’opinion démocratique.

20Pour bien comprendre ce phénomène, il faudrait étudier la pensée du philosophe Léo Strauss, maître de quelques-uns des premiers néo-conservateurs. Selon Strauss l’Etat doit être fort, et les gouvernants, pour protéger l’Etat contre les agressions extérieures, doit pouvoir contrôler les masses avec un mélange d’idéologie nationaliste et de religion, sans se soumettre eux-mêmes à une morale humaniste, puisque dans le champ des relations internationales règne la guerre de tous contre tous : c’est un monde hobbésien, où le souci de la démocratie constitue un luxe et une faiblesse.

  • 6 Knopf, 2003.

21Les idées de Goldberg à propos de la relation Europe/États-Unis sont également une version simpliste et « grand public » des idées néo-conservatrices en la matière. L’idée selon laquelle l’Europe et la France devraient soit s’armer, soit reconnaître leur faiblesse militaire et accepter les conséquences de la force supérieure des États-Unis, c’est la thèse développée par Robert Kagan, dans un essai-manifeste de 2003 : Of Paradise and Power : American and Europe in the New World Order6. Il s’agit d’une sorte de bréviaire idéologique du néo-conservatisme à propos des relations États-Unis/Europe. Ce type de littérature représente une sorte de passerelle entre le monde secret de la stratégie néo-conservatrice mise en œuvre par les hommes au pouvoir, et le monde de l’opinion publique.

22Goldberg, journaliste clownesque sans grandes prétentions intellectuelles, est parfaitement outillé pour faire du « sous-Kagan », tandis que Kagan, un fort en thème imbu des mêmes convictions néo-conservatrices, serait plutôt un « Goldberg savant » qui vise un public un peu plus cultivé, susceptible d’être impressionné par un discours plus habillé, plus « théorique ». Cependant, le message est le même : « Européens, ayez le bon sens de vous soumettre parce que, de toute façon, les États-Unis ont les moyens de vous faire plier ». Mais aussi : « Américains, évitez comme la peste les idées de ces intellectuels de gauche qui s’inspirent de la France et de l’Europe ».

Visions contre-stratégiques ?

23Notre objet d’analyse n’est pas neutre, et pour tout dire il y a de quoi être effrayé en l’examinant. Comme le suggère Jayson Harsin (voir le texte de son intervention), les phénomènes que je décris ici sont symptomatiques d’un déclin de l’espace public, d’une fermeture inquiétante du discours politique.

  • 7 Voir, par exemple, les travaux des instituts stratégiques de gauche tels que : Institute for Policy (...)

24Mais je ne voudrais pas terminer sur cette note de peur. Il existe aux États-Unis non seulement une résistance intellectuelle assez cohérente à ces discours et à cette politique, mais aussi des efforts non négligeables pour élaborer des contre-stratégies et une vision alternative du rapport entre les États-Unis et le reste du monde7.

  • 8 Voir, par exemple, D. Milbank et C. Deane, « Poll Finds Dimmer View of Iraq War. 52 % Say U.S. Has (...)

25Le problème, bien sûr, est que ces expressions d’opposition et ces visions contre-stratégiques risquent de ne pas circuler beaucoup en dehors des milieux des intellectuels critiques. Les médiations politiques et journalistiques entre ces visions critiques et l’opinion publique demeurent faibles. Pourtant, les enquêtes d’opinion montrent que les Américains ne sont pas, spontanément, si anti-français et anti-européens que cela ; que l’idée d’un Etat actif dans le domaine du social ne répugne pas à tous les Américains, loin de là ; que beaucoup d’Américains trouvent plutôt bonne l’idée d’une coopération multilatérale dans l’intérêt d’un monde plus stable et moins déchiré par des guerres. Le rejet de la guerre en Irak par une nette majorité de l’opinion américaine est documenté par plusieurs sondages effectués depuis 20058.

  • 9 Cf. P. Boniface, La France contre l’empire, Robert Laffont, 2006 ; Vers la 4e guerre mondiale ?, Ar (...)
  • 10 Ibid.

26En tant qu’Américain et Européen à la fois, j’inciterais mes lecteurs à être vigilants, moins à propos des discours loufoques à la Goldberg qu’à propos d’une véritable de guerre que les États-Unis sont en train de livrer à l’Europe, avec des moyens qui vont bien au-delà de la propagande malveillante. Des pressions de toutes sortes sont exercées pour obliger l’Europe à se soumettre stratégiquement, pour l’empêcher d’adopter une stratégique autonome9. Par exemple, depuis des années l’Europe est empêchée, très activement, par les États-Unis, de jouer un rôle conséquent dans la recherche d’un règlement du conflit israélo-palestinien10.

27En conclusion je voudrais exprimer mon accord avec Harold Meyerson, qui écrivait dans The American Prospect (1er avril 2003) : « Les Américains devraient espérer qu’à cette époque d’intégration mondiale, que le nouveau siècle ne sera pas américain. Les Européens devraient... prendre le temps de diffuser leurs valeurs dans le monde avec plus de vigueur. Nous avons besoin de l’Europe pour nous sauver de nous-mêmes ». A condition, bien entendu, que les Européens eux-mêmes continuent à défendre un modèle de société et une vision stratégique différents de ceux des conservateurs (néo et archéo) aux États-Unis, mais c’est un autre sujet...

Bibliographie

Références bibliographiques

P. Boniface, La France contre l’empire, Robert Laffont, 2003.

P. Boniface, Vers la 4e guerre mondiale ?, Armand Colin, 2005.

E. Bronner, « Power vs. Peace : A Clash of Worldviews », New York Times, 1er février 2003.

E. Denécé et C. Revel, L’autre guerre des États-Unis. Economie : les secrets d’une machine de conquête, Robert Laffont, 2005.

S. Drury, Leo Strauss and the American Right, Palgrave, 1999.

S. Erlanger, « Europe Seethes as the U.S. Flies Solo in World Affairs », New York Times, 23 février 2002.

A. Fontaine, « Amérique trop forte, l’Europe trop faible », Le Monde, 2 mars 2002.

A. Frachon, « Paris-Washington : un conflit multiforme », Le Monde, 27 février 2003.

T. Friedman, « France and the United States are at war », International Herald Tribune, 19 septembre 2003.

T. Garton Ash, « Anti-Europeanism in America », New York Review of Books, 13 février 2003.

T. Gitlin, « Europe ? Frankly, American doesn’t give a damn... The ‘cowboys’ in the White House were raised in an anti-European culture », The Guardian, 3 février 2003.

S. Holmes, « Why we need Europe », The American Prospect, vol. 14, n° 4, 1er avril, 2003 (compte-rendu de R. Kagan, Of Paradise and Power : America and Europe in the New World Order).

P. Krugman, « Behind the Great Divide », New York Times, 18 février 2003. Libération, « La France en instance de divorce avec l’Amérique. Deux chercheurs analysent la crise des relations transatlantiques », 6 mars 2003, avec P. Boniface et D. Moïsi.

Le Monde (éditorial non signé), « Francophobie », 12 février 2003.

Le Monde (table ronde), « Questions sur la fracture entre les États-Unis et la France », 13 février 2003 avec T. Delpech, CERI ; R. Holbrooke, ancien ambassadeur américain auprès de l’ONU ; G. Parmentier, IFRA ; P. Lellouche.

J. Lobe, « Leo Strauss’ Philosophy of Deception », alternet.org, 19 mai 2003.

E. Margolis, « Why France is America’s True Friend », Toronto Sun, 9 mars 2003.

H. Meyerson, « Clash of civilizations. In the battle between America and Europe, we better hope they prevail », The American Prospect, vol. 14, n° 4, 1er avril 2003.

S. Naïr, L’empire face à la diversité, Paris, Hachette, 2003.

G. Parmentier, « Americans are wrong to vilify the French », International Herald Tribune, 20-21 septembre 2003.

C. Portevin, « Francophobie. Éditorialistes et hommes politiques américains se déchaînent. Mais pourquoi tant de haine ? », Télérama n° 2275, 19 mars 2003.

Notes

1 T. Garton Ash, « Anti-Europeanism in America », New York Review of Books, February 13, 2003.

2 Cf. E. Denécé et Claude Revel, L’autre guerre des États-Unis. Economie : les secrets d’une machine de conquête, Robert Laffont, 2005.

3 S. Naïr, L’empire face à la diversité, Hachette Littératures, 2003.

4 On peut consulter les rubriques de Goldberg en ligne : http://author.nationalreview.com/?q=MjE5NQ.

5 Df. J. Lobe, « Leo Strauss’ Philosophy of Deception », altemet... org, 19 mai 2003. Voir aussi S. Drury, Leo Strauss and the American Right, Palgrave, 1999.

6 Knopf, 2003.

7 Voir, par exemple, les travaux des instituts stratégiques de gauche tels que : Institute for Policy Studies, Washington, D.C. (http://www.ips-dc.org/) ; International Research Center, Silver City, Nouveau Mexique (http://www.irc-online.org/).

8 Voir, par exemple, D. Milbank et C. Deane, « Poll Finds Dimmer View of Iraq War. 52 % Say U.S. Has Not Become Safer », Washington Post, 8 juin 2005. Il s’agit d’un sondage Washington Post-ABC.

9 Cf. P. Boniface, La France contre l’empire, Robert Laffont, 2006 ; Vers la 4e guerre mondiale ?, Armand Colin, 2005.

10 Ibid.

Auteur

Originaire des États-Unis, enseigne au département de science politique de l’Université de Paris VIII (Saint-Denis), ainsi qu’à l’Institut des hautes études de l’Amérique Latine (IHEAL, Paris) et à l’Institut d’études politiques de Paris (Science Po, 1er cycle ibéro-américain, Poitiers). Il est l’auteur de Spanglish America : les enjeux de la latinisation des États-Unis, Paris, Le Félin, 2005.

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search