Version classiqueVersion mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Autour de la crise irakienne

18- France/États-Unis : des visées différentes – (et) de l’Irak en particulier

Christiane Saint-Jean-Paulin

Résumé

We propose to examine the major differences between France and the United States concerning international relations. The unwillingness of Iraq, its reticence to accept United Nations inspections following the Gulf War (1991) cause division, as does the attitude to be adopted towards Iraq, and notably Resolution 1441 of the Security Council. The problem is particularly delicate, given the inclusion of the question of access to energy sources, vital for the West as for numerous countries. And, after examining the anti-French campaign, we will approach the heart of the problem before underlining a progressive return to appeasement.

The Iraq crisis has revealed deep divisions at the heart of NATO, of the European Union, and of the Western World – or rather, it has contributed to the widening of existing splits. In a new context of investigation committees and at a time when public opinion questions increasingly the politics of Bush, the attitude towards France can only change and relations improve as memories of the crisis fade. The Cold War, which had consolidated Western alliances, is over and a new consensus has not been able to be reached. What is sometimes considered as a cultural difference between the United States and certain European countries is perhaps, above all, a different analysis of terrorism.

Texte intégral

1Nous nous proposons d’examiner les divergences majeures entre la France et les États-Unis en matière de relations internationales. La mauvaise volonté de l’Irak, ses réticences à accepter les inspections de l’ONU à la suite de la Guerre du Golfe (1991) divisent, tout comme l’attitude à adopter et notamment la résolution 1441 du Conseil de Sécurité. Le problème est d’autant plus délicat que s’y mêle la question de l’accès aux sources d’énergie, vital pour les Occidentaux comme pour de nombreux pays. Et, après l’examen de la campagne anti-française, nous aborderons le cœur du problème avant de souligner un retour progressif à l’apaisement.

I. Vif sentiment anti-français (French-Bashing

A. Sites, blogs et blagues anti-français

  • 1 « The New York Times Looks at France » in The French Review, n° 6, vol 75 (mai 2002).
  • 2 http://www.miquelon.org/links.html.
  • 3 http://www.miquelon.org/comedy.htlm « The only time France wants us to go to war when the German ar (...)

2MIQUELON (http://www.miquelon.org/​links.html) est un « watchdog group » créé pour recenser les formes de diffamation et les campagnes anti-françaises. Et il se fait l’écho de personnes qui, à l’instar d’Edwards Knox1, dénoncent des pratiques qui seraient vigoureusement condamnées si elles s’exerçaient à l’encontre d’autres pays : « No other national or ethnic group appears to get the same continually negative treatment in print media reserved for France and the French (...). If one were to substitute for example "Mexican" or "Japanese" or "Indian" for "French", what would reader reaction be ? ». Miquelon dresse même une liste de sites anti-français. Au 27 juin 2005 plusieurs ont déjà disparu2 (francesupportsterrorism.com, thefrenchsuck.us, francestillsucks.net, Kissmyfrance.com, frog-bash.com), sont à vendre (Francestinks.com, send-backliberty.us), ou ont été retirés (Conquerfrance.com). En revanche, restent en activité (dontbuyfrenchcrap.com, Notofrance.com, wesavedfrance.com, Frogsdone.com, Jacques-itch.com, ou axisofweasels.com) sans compter l’explicite www.i-hate-france.com, ni des « anti-French blogs » (bashfrance.blogspot.com, merdeinfrance.blogspot.com). Miquelon ajoute avoir demandé en vain à plusieurs d’entre eux de faire une déclaration informant le public de l’origine et du montant des fonds reçus pour promouvoir ce boycott. Quant aux plaisanteries anti-françaises3, elles visent en général la défaite face à l’Allemagne il y a plus de soixante ans. Les Français seraient de mauvais soldats, des lâches prompts à se rendre : « Le seul moment où la France veut que nous entrions en guerre est quand l’armée allemande est dans Paris à la terrasse des cafés » ou « la France veut davantage de preuves. La dernière fois, elles ont traversé le pays derrière un drapeau allemand ». La rumeur selon laquelle la France accepterait d’entraîner l’armée irakienne est, nous dit-on, d’autant plus surprenante que les Irakiens savent déjà se rendre... Pour finir, les soldats britanniques dans le Golfe se plaignent de moins bien manger que les Américains. Voilà le problème avec les alliés de l’OTAN : les Britanniques savent se battre mais pas faire la cuisine, les Français savent faire la cuisine mais pas se battre... Et viennent les clichés habituels : les Français sont peu fiables, sûrs d’eux. Ils puent et mangent du fromage. En résumé, la France est violemment critiquée pour son opposition à la guerre. Le « French-bashing » est bien l’émanation de groupes interventionnistes.

B. livre-pamphlet « our oldest enemy », une polémique totale

  • 4 J.J. Miller, M. Molesky, Our Oldest Enemy (A history of America’e disastrous relationship with Fran (...)
  • 5 Miller, Molesky. Respectivement : Fort Henry (26-30), Vergennes (40), La Fayette (44), Monroe (117) (...)
  • 6 http://www.miquelon;org/links.html

3On note la parution de livres remarquables par leur ton polémique, leurs erreurs historiques ou leurs omissions majeures. Ainsi, Our Oldest Enemy (A History of America’e Disastrous Relationship with France) 4dans lequel les auteurs tentent de prouver que la France a toujours été l’ennemie de l’Amérique : elle se voit reprocher son alliance avec des tribus indiennes hostiles aux Anglais à l’époque coloniale, l’incident de Fort William Henry et le massacre de Deerfield, de même que la position de Paris, défavorable à l’élection de John Adams. Puis sont évoqués Pierre Adet, Genet, Talleyrand. Le Comte de Vergennes est un « lécheur de bottes français et suralimenté » (sic) (« an overfed French toady ») et Lafayette a le mal de mer. On reproche également à la France d’avoir tardé à rejoindre les forces de Washington. Pire, elle agirait selon ses intérêts, ce qui ne serait pas le cas des États-Unis... Elle est également accusée de ne pas avoir respecté la Doctrine de Monroe (1823) en tentant de s’implanter au Mexique au XIXe siècle. Or il s’agit, non d’un traité, mais d’un discours au Congrès, qui n’engage que celui qui le prononce... En raison de ses demandes de réparations exorbitantes envers l’Allemagne après la Grande Guerre, la France porterait d’ailleurs l’entière responsabilité de la suivante. Car les auteurs ne mentionnent ni le krach de 1929, ni la montée du nazisme. Quant à la division Charlemagne, constituée de Français pro-nazis, elle se voit accorder davantage de place que la 1ère Armée Française qui a participé à la campagne d’Italie et au débarquement de Provence. Enfin, on apprend avec étonnement qu’Oran se trouve au Maroc et que le Général Leclerc s’appelle Jacques5 – confusion sans doute avec Chirac. Les erreurs et omissions sont si nombreuses, la polémique si flagrante, que les ventes de l’ouvrage chutent de façon vertigineuse. Comme l’écrit Miquelon : « Their anti-French manifesto Our Oldest Enemy has run its course ; according to Barnes and Noble, sales have now fallen below that of English Grammar for Dummies ».6

C. Boycott anti-français

  • 7 « Angry Americans aim ire at France » in USA Today (20 fév2003)

4Simultanément, se déroule un boycott de produits alimentaires au milieu d’une campagne encouragée par des politiciens : après la décision d’un fastfood de Beaufort (NC) de changer les « French fries » en « Freedom fries », la Chambre des Représentants à Washington décide de transformer les French toast en Freedom toast. Le ton entre les capitales montera tellement que notre ambassadeur Jean-David Levitte proteste officiellement, l’Alliance Française recevant, quant à elle, des mails réclamant le départ des grenouilles7...

  • 8 wysiwyg ://109/http://www.boycottwatch.org/misc/france-04.htm
  • 9 http://www.buyfrenchnow.com/
  • 10 « Boycott of the French is little more than a fin » in USA Today (14 mars 2003).
  • 11 « Angry Americans aim ire at France » in USA Today (20 février 2003).
  • 12 Business Week Online (24 février 2003).

5Le site boycottwatch8 établit, à la date du 22 mars 2004, une liste d’entreprises classées en fonction de la présence de capitaux français. Sont ainsi montrées du doigt Air France, Alcatel, Axa, Bank of the West (filiale de Paribas) pour ne citer qu’elles. Boycottwatch indique également des sites pro-boycott (We saved France.com, Boycott France.biz, Fox News – Bill O’Reilly, USA Church Loans...), tout en signalant, il est vrai, des sites pro-français (Miquelon.org, Buy French Now.com9 ou French are your true friends). Les avis divergent sur l’efficacité de la campagne. Dans un article de USA Today le journaliste constate son succès relativement limité, peu d’Américains acceptant de changer leurs habitudes de consommation10. Et d’expliquer que, selon Bob Maxwell de la National Association of Beverage Importers, représentant les importateurs de vins français, les produits français ont été retirés de quelques étagères mais les consommateurs ne semblent pas les avoir boudés en masse. S’il se poursuivait, le boycott pourrait cependant avoir des répercussions fâcheuses. En revanche, le directeur du restaurant new yorkais Le Périgord, constate une baisse de fréquentation de 50 % en deux semaines. Mais il est difficile de dire s’il s’agit d’un phénomène isolé. Par contre, des chaînes de grande distribution comme Safeway, n’ont pas « de-frenchify » leurs produits et les médias favorables au boycott ont surtout parlé des commerces qui y participaient. Les passions font donc rage. Pourtant, d’aucuns soulèvent des objections à ce French-bashing : USA Today11 rappelle que les deux pays sont liés depuis la participation de 7 000 soldats français à la bataille de Yorktown – Lafayette et Rochambeau ont même leur statue à la Maison Blanche – malgré une baisse sensible en pourcentage (77 % en février 2001 ; 59 % en février 2003), plus de la moitié des Américains auraient toujours une opinion favorable de la France. Quant au commerce entre les deux pays, il atteint $50 milliards par an, les Américains important principalement des produits appartenant au domaine de l’aviation ($5.73 milliards) et des moteurs ($3.15 milliards), les vins n’entrant que pour $1.48 milliard. Les sanctions réclamées par les démagogues iraient d’ailleurs à l’encontre des règlements internationaux. Le French-bashing est donc dénoncé et le journal stigmatise des confrères tels le New York Post pour avoir, en première page, affublé d’une tête de fouine les représentants français et allemands au Conseil de Sécurité. Business Week Online tente, lui aussi, de montrer son esprit critique. Dans un article « Stop Frying the French »12 Thane Peterson fait le point sur les idées reçues véhiculées par Andy Rooney concernant la lâcheté et l’ingratitude des Français. Comme celui de la Belgique, des Pays-Bas ou de la Pologne, l’effondrement rapide de la France provient de la grande efficacité de l’armée allemande, dont témoigne le combat long et difficile qui sera mené par les Britanniques et les Américains. Quant à la question irakienne, elle ne saurait être dissociée de la présence en Europe d’une importante communauté musulmane, ni de la place jouée au niveau politique par les ventes d’armes et les besoins énergétiques de la France : les États-Unis n’ont d’ailleurs pas de conseil à donner – pour avoir longtemps soutenu Saddam Hussein et exporté des armes au Moyen-Orient.

II. Le cœur du problème

A. Des vues divergentes

  • 13 Human Events (22 mars 2004).
  • 14 « France is not a pacifist country » in Time (24 février 2003) vol. 161, n° 8, p. 32.
  • 15 « End game » dans New Republic (10 février 2003).
  • 16 « Fear, pride build French obstacles » dans USA Today (11 fév. 2003)
  • 17 1956 voit aussi le retrait français du commandement intégré de l’OTAN.

6S’il affecte le Conseil de Sécurité de l’ONU ainsi que l’OTAN – deux organismes dans lesquels la France a le droit de veto – nous verrons également que le différend franco-américain révèle d’autres problèmes de fond. Les Américains ont en effet l’impression d’avoir été trahis. Dans un article « Chirac’s lies and the war in Iraq »13, Kenneth Timmeman rappelle, comme l’avait déjà fait Colin Powell, que la plupart des membres de l’OTAN ont envoyé des troupes, et qu’en tout une trentaine de nations participe au conflit, parfois symboliquement. Rappelons que le 20 janvier 2003, au moment où l’ONU s’apprête à adopter une nouvelle résolution autorisant le recours à la force, Dominique de Villepin déclare dans une conférence de presse à New York que la France opposera son veto à toute résolution permettant explicitement l’usage de la force. Les Américains sont surpris : à leurs yeux, la France a changé d’avis ; pire, elle a délibérément menti. En octobre précédent, lors du refus irakien de recevoir les inspecteurs en désarmement, n’avait-elle pas assuré Washington de son soutien et prôné une résolution susceptible d’autoriser la force ? Autre différend : le refus français de permettre à l’OTAN d’envisager une aide à la Turquie en cas d’attaque irakienne. Car Berlin et Paris repoussent ce qu’elles jugent être des mesures préventives revenant à admettre que la guerre est d’ores et déjà inévitable ; et elles préfèrent attendre l’avis du Conseil de Sécurité. La position française est rappelée dans Time14 : tout en réaffirmant son amitié pour les États-Unis, et son amour pour la junk food, Jacques Chirac, qui maintient ses objections, rappelle qu’il a le soutien de multiples pays. Devant le cœur du problème – l’éventuelle présence d’armes de destruction massive – il prône le renforcement des inspections de l’ONU. Car un ordre mauvais est préférable au chaos, d’autant que l’existence des armes n’est pas avérée. La guerre risque en outre de déstabiliser toute la région. Et à l’énorme coût financier s’ajouteraient des retombées désastreuses en matière de relations entre pays occidentaux et pays musulmans qui pourraient mener à un conflit de civilisation. Au journaliste qui doute de la fiabilité des inspections, il répond que, s’il ne pense pas que l’Irak ait des armes nucléaires, il croit en revanche que d’autres armes de destruction massive existent ; et il faut les détruire. La question est donc particulièrement délicate. Il s’agit d’anticiper l’avenir, exercice difficile, où le décideur n’a pas droit à l’erreur. Car le dilemme est dans la tension entre le possible et le probable, équation périlleuse, à plusieurs inconnues, à plusieurs variables, et à risques élevés. Devant ce problème, les réponses américaines et françaises divergent. Le soutien des Américains à George Bush n’est pourtant pas unanime ; si beaucoup voient en lui un garant de la sécurité nationale, d’autres, qui ont le sentiment d’être manipulés, expriment leurs doutes ; et d’aucuns s’interrogent sur la sincérité de la Maison Blanche15, rappelant que le secrétaire général de l’ONU Kofi Annan, avait lui aussi suggéré de laisser plus de temps. En résumé, entre des textes complexes et des positions nuancées, il est difficile au citoyen ordinaire de se faire une idée précise, les démocraties n’échappant ni aux erreurs ni aux fausses informations. Sans remonter aux divergences du XIXe siècle, il ne faut pas oublier que les relations diplomatiques France-États-Unis ont parfois été délicates. Ainsi, le désaccord sur les réparations allemandes après la Première Guerre mondiale, Wilson jugeant trop élevés les dommages réclamés par la France. Et la Seconde Guerre mondiale a été marquée par les désaccords entre Roosevelt, Churchill, et De Gaulle. Dans la deuxième moitié du XXe siècle, on relève également de fréquentes querelles : l’Allemagne de l’Ouest est autorisée à se réarmer (1954-1955), malgré les appréhensions de la France16. Washington et Paris sont en désaccord sur la Guerre d’Indochine, ce qui n’empêche finalement pas les États-Unis, inquiets du triomphe de la révolution chinoise, de financer près des trois-quarts de l’effort de guerre français. L’affaire de Suez (1956)17 sera l’occasion d’un grave désaccord : suite à la nationalisation du canal, la Grande-Bretagne, la France et Israël interviennent en Egypte mais doivent se retirer sous la pression diplomatique américaine.

B. Problème de fond – le poids dans le monde

  • 18 R. Kagan, La Puissance et la Faiblesse. Les États-Unis et l’Europe dans le nouvel ordre mondial, Pa (...)

7Les dissensions entre la France et les États-Unis témoignent en réalité de profondes différences dues à leur situation respective dans le monde. Les États-Unis sont d’autant plus sensibles à la position de la France qu’elle jouit d’une place particulière, tandis que l’hostilité de l’Allemagne ou du Canada à l’intervention en Irak n’a pas entraîné de réaction aussi vive. Elle aurait donc une plus grande audience, une portée géopolitique autre, résultat d’un effort ancien pour se positionner comme partenaire de pays du Tiers-Monde, d’un désir de privilégier dialogue et diplomatie. Et elle veut faire preuve de davantage de patience. Attitude de pays faible ? Longue expérience de guerres subies ? Autres raisons ? Il est vrai que, pour la première fois en Occident, les États-Unis sont attaqués d’abord et que le conflit principal ne se déroulerait pas en Europe. Or, si la coexistence des deux Grands a longtemps imposé des concessions, la fin de la Guerre Froide a bouleversé la scène mondiale. L’incontestable hyperpuissance des États-Unis conduit à la tentation d’un unilatéralisme qui doit cependant être nuancé en raison de la présence de l’allié fidèle, la Grande-Bretagne. La relation particulière entre les deux pays s’était déjà traduite par le pacte UK/USA, né d’une coopération officieuse en 1940, puis par un accord secret de coopération électronique bientôt élargi à d’autres nations anglo-saxonnes et qui s’étendra ensuite, de manière indirecte, au Japon, à la Corée du Sud, l’Allemagne, la Norvège et la Turquie. Les accusations d’unilatéralisme sont d’ailleurs à nuancer puisque la coalition mise sur pied comprend l’Espagne, l’Italie, de multiples pays d’Europe de l’Est, ainsi que d’autres nations. Quant aux opinions publiques des pays engagés, elles condamnent parfois majoritairement l’action de leur gouvernement, comme l’Espagne, où s’est produit un divorce entre le peuple et le parti au pouvoir ; ou la Grande-Bretagne où une importante manifestation a eu lieu le 15 février 2005. A tous les niveaux, la question irakienne divise donc profondément alors que l’occupation du pays et l’absence des armes recherchées soulèvent avec acuité le problème de son avenir. Mais le désaccord sur l’Irak souligne d’autres problèmes de principes ou d’interprétation de textes tout en mettant en cause le fonctionnement d’organismes internationaux car il renvoie à la place de l’ONU, à sa légitimité et à ses limites. Les Nations Unies dépendent en effet étroitement des États membres, et leur financement est en grande partie assuré par les États-Unis : ils n’ont ni budget ni force militaire autonome. L’organisation n’est d’ailleurs pas égalitaire puisque certains pays ont un siège permanent au Conseil de Sécurité. Et d’aucuns soulignent la place disproportionnée de la France par rapport à sa puissance réelle. Se pose également le problème d’interprétation des textes et des décisions, comme la résolution 1441, adoptée à l’unanimité le 8 novembre 2002 après des négociations ardues. Enfin, la crise irakienne met parallèlement en lumière le problème de l’Europe, son manque de cohérence interne, ses relations avec les États-Unis, faites de rivalité et de désunions. La crise soulève enfin la question de la nature des relations internationales. En fonction de quoi doivent-elles se déterminer ? Dans quelle mesure s’agit-il de relations de force ? Comment imposer le droit ? Quelle doit être la place des pays forts et des pays faibles ? Car les États-Unis n’ont, en réalité, pas besoin de l’appui militaire de la France, l’Allemagne, la Chine ou la Russie : la présence à leurs côtés de la Grande-Bretagne fournit la preuve qu’ils n’agissent pas seuls. Et le vif mécontentement des Américains devant l’attitude de la France vient de ce qu’elle jette un doute sur la légitimité de leur action. Malgré leur quasi-toute-puissance, ils ne peuvent ignorer le regard des autres pays, le poids de l’opinion internationale. On se trouve alors devant la notion de puissance et de considérations morales en matière de relations étrangères, avec l’exigence d’une morale internationale qui ne repose pas seulement sur la force. A moins que les partisans de négociations ne soient que des pays faibles, incapables de promouvoir autrement leur politique18. Et on peut s’interroger sur le souci de légitimité, le rôle de l’information, l’interdépendance économique croissante entre les nations ou les problèmes énergétiques. On notera néanmoins que le camp dit « pacifiste » (France, Allemagne, Russie) a une histoire particulièrement longue des guerres et de leurs souffrances. Peut-être y a-t-il aussi un refus d’être plus longtemps accusé de militarisme. Et il ne faut pas non plus sous-estimer l’impact de la politique intérieure, des choix de société, des composantes démographiques. Les Européens « anti-guerre » pensent au fond que le terrorisme ne peut se résoudre par un conflit et qu’une paix durable ne peut exister sans prospérité économique : il faut d’urgence un nouveau plan Marshall. D’ailleurs, le terrorisme est surtout dirigé contre les États-Unis, qui incarnent le capitalisme et sont, par l’intermédiaire d’Israël, impliqués dans la situation au Proche-Orient. Pour finir, certains dysfonctionnements des services de renseignements, leur manque de fiabilité ou leur difficulté à anticiper les réactions de l’Irak, à juger de sa bonne foi, concourent à la complexité de la situation.

III. Retour à l’apaisement

8Devant l’absence d’armes de destruction massive, les États-Unis, forcés de reconnaître leurs erreurs, font, par là même, retomber la pression. Et dans un contexte dépassionné, les relations deviennent plus sereines.

A. Un changement d’attitude

  • 19 http://www.gallup.com/poll/content/login/aspx?ci=9340

9Ce changement est manifeste, comme en témoignent les sondages Gallup dont le site http://www.gallup.com:poll/​ donne des renseignements significatifs19. Un sondage mondial publié le 13 mai 2003 par la Gallup International Association et réalisé dans 45 pays du 16 avril au 8 mai, soit après la chute de Saddam, révèle que seules les personnes vivant aux États-Unis, en Albanie, et au Kosovo trouvent le monde plus sûr depuis l’intervention militaire en Irak – respectivement 48 %, 64 % et 59 %. Partout ailleurs, la majorité pense que l’intervention en Afghanistan et en Irak a aggravé la situation. Pour ce qui est de la France, d’après un sondage CNN/USA Today/Gallup, (26 septembre 2003), 2/3 des Américains la considèrent comme alliée ou amie, une proportion néanmoins très inférieure à celle de 2000. Et une majorité désapprouve toujours son opposition à la guerre en Irak. D’autre part, bien que minoritaires, nombreux sont ceux qui croient que la France a surtout voulu à diminuer l’influence des États-Unis au niveau international. En revanche, l’attitude de la France rencontre de forts échos en Europe, même après la chute de Saddam, de larges majorités trouvent injustifiée l’intervention américaine : en Allemagne (68 %), en Espagne (68 %) et en Grèce (83 %). La plus grande partie de l’opinion mondiale (y compris 70 % en Israël) estime également qu’il ne peut y avoir de paix durable sans le règlement du conflit israélo-arabe et que l’image des États-Unis a été sérieusement ternie. Aussi, beaucoup souhaitent-ils que les Américains jouent un rôle majeur dans la reconstruction de l’Irak. Quelques mois plus tard (18 février 2004), un autre sondage annonce une amélioration de l’image de la France – elle reste cependant loin derrière celle de l’Allemagne qui bénéficie de 7/10 d’opinions favorables de la part des Américains. Ce n’est que l’année suivante (16 février 2005) que la situation est normalisée, comme en témoigne le titre révélateur : « Bye-bye, Freedom Fries. Majority of Americans now have "favorable" view of France »– un changement radical par rapport à mars 2003. Les passions se sont donc en grande partie apaisées, même si une déception demeure. Paradoxalement, l’ampleur du sentiment de trahison éprouvé par les États-Unis devant l’attitude de la France témoigne en même temps de la force de l’attachement qu’ils avaient pour elle.

10L’attitude du Washington Post est également significative d’un dégel dans les relations internationales. Dans un long article intitulé « Help from France in key covert operations » (3 juillet 2005) qui débute par une 1/2 colonne en première page et se poursuit plus loin sur près d’une page, le journaliste souligne que la qualité de la coopération entre Paris et Washington dans la lutte anti-terroriste a conduit à l’arrestation de membres importants d’Al Qaeda en Europe. Et le lecteur apprend qu’un service ultra-secret baptisé Alliance a été créé à Paris en 2002 : « A top secret center in Paris, code-named Alliance Base (...) was set up by the CIA and French intelligence services in 2002, according to US and European intelligence sources. Its existence has not been previously disclosed. ». Et le journaliste de citer un ancien cadre de la CIA qui, après 32 ans de carrière, déclare que les relations entre l’Agence et son équivalent français sont parmi les meilleures au monde. De fait, les excellentes relations entre Langley et Paris démentent les images véhiculées publiquement du désaccord sur l’Irak. Au plus fort de la crise diplomatique de 2003, un accord secret avait même placé sous commandement américain en Afghanistan 200 French special forces. De surcroît, la législation française, plus souple que celle d’autres pays européens, permet de prendre des mesures ou d’effectuer des opérations illégales ailleurs. L’interview de responsables et la révélation de l’existence de cette coopération étroite semblent donc indiquer une volonté de présenter à l’opinion publique une autre image de la France, celle d’un allié fiable, d’un véritable ami.

B. Erreur ou manipulation ?

  • 20 New York Times (29 mars 2005) « The final report of a presidential commission studying American "in (...)
  • 21 En mars 2005, Dick Cheney n’a toujours pas reconnu son erreur en la matière, non plus que l’absence (...)

11L’absence d’armes de destruction massive souligne la faiblesse de la CIA et les dysfonctionnements des services secrets, le problème majeur étant la fiabilité de leurs rapports, les nuances de leurs analyses. D’autre part, aurait-il été concevable de prendre le risque d’une nouvelle attaque, aussi meurtrière que la précédente – une question qui renvoie à la notion de guerre « préemptive » et aux problèmes moraux qu’elle soulève. Si la question est abordée par une commission d’enquête présidentielle qui produit un rapport dont la version « unclassified » fait 400 pages, d’autres réflexions sur l’affaire irakienne avaient déjà eu lieu au sein du Senate Intelligence Committee, et des rapports avaient été rédigés par le Iraq Survey Group. Chargé de chercher les armes prohibées, il avait dû admettre qu’il n’avait pas pu en trouver après l’invasion américaine en Irak (mars 2003). Quant à la commission présidentielle (9 membres et des dizaines de secrétaires ou membres de son professional staff), elle a eu accès à tous les documents, y compris les plus confidentiels, et on peut considérer que son travail est sérieux. Dans un article du New York Times (29 mars 2005) intitulé « Panel criticizes CIA for failure on Iraq weapons »20, le journaliste souligne que le rapport final de la commission présidentielle est très critique de la façon dont la CIA et les autres agences n’ont jamais réussi à faire des estimations précises des capacités de manœuvres politiques de Saddam Hussein, ni à concevoir qu’il n’avait peut-être plus de stocks d’armes incriminées. Très critique envers la CIA, et notamment son directeur de l’époque, George Tenet, le rapport souligne aussi les dysfonctionnements de la Defense Intelligence Agency et de la National Security Agency. Allant bien au-delà des mesures prises par le Congrès en 2004 lors de la création d’un Director of National Intelligence (DNI) pour coordonner les 15 agences, le document propose d’importants changements en matière de communication d’informations sensibles entre les agences de renseignements. Certes, après la Guerre du Golfe (1991) les inspecteurs internationaux avaient démantelé un programme nucléaire actif (qui n’avait pas encore produit d’armes), ainsi que des programmes biologiques et chimiques ; mais selon la commission présidentielle les militaires irakiens capturés étaient persuadés de l’existence d’armes non conventionnelles, peut-être parce que Saddam Hussein avait choisi d’en propager le mythe pour tenter de sauver la face. Des erreurs majeures, apparaîtraient de surcroît dans le National Intelligence Estimate on Iraq, rédigé en quelques semaines en 2002 par les Intelligence Agencies à la demande de la Maison Blanche, et il s’avère que les quelques doutes de certaines agences de renseignements concernant les armes de destruction massive n’ont pas été pris en compte. Le rapport de la commission présidentielle ridiculise l’idée selon laquelle les « unmanned aerial vehicles », dont la portée est très limitée, aient constitué une menace sérieuse, contrairement à ce que prétendaient Bush, Cheney et d’autres responsables politiques pour justifier l’entrée en guerre des États-Unis21. Une des conclusions est que les renseignements ont laissé beaucoup à désirer dans la guerre mondiale contre le terorisme : « human intelligence left a lot to be desired in the global war against terror ». Quant à la « classified version » du rapport de la commission présidentielle, elle serait très critique au sujet de l’incapacité américaine à pénétrer le programme nucléaire iranien et nord-coréen.

12La crise irakienne a donc révélé des profondes divisions au sein de l’OTAN, de l’Union Européenne, et du monde occidental. Ou plutôt, elle a contribué à élargir des fissures existantes, alors même que l’intervention en Afghanistan n’a pas soulevé ce genre de problème. Dans un nouveau contexte de commission d’enquêtes, à un moment où l’opinion publique met de plus en plus en cause la politique de George Bush, le regard porté sur la France ne peut que changer et les relations s’améliorent – tandis que s’éloigne le souvenir de la crise. Devant un acte de terrorisme qui sort du cadre habituel de la politique étrangère et prend pour cible les États-Unis, les avis divergent ainsi sur l’attitude à adopter. Car la Guerre Froide est terminée, qui avait cimenté les Occidentaux, et un nouveau consensus n’a pas réussi à émerger. Ce qui est parfois considéré comme une différence culturelle entre les États-Unis et certains pays européens est peut-être, avant tout, une différence d’analyse du fait terroriste.

Notes

1 « The New York Times Looks at France » in The French Review, n° 6, vol 75 (mai 2002).

2 http://www.miquelon.org/links.html.

3 http://www.miquelon.org/comedy.htlm « The only time France wants us to go to war when the German army is sitting in Paris, sipping coffee. ».

4 J.J. Miller, M. Molesky, Our Oldest Enemy (A history of America’e disastrous relationship with France), New York : Doubleday, 2004.

5 Miller, Molesky. Respectivement : Fort Henry (26-30), Vergennes (40), La Fayette (44), Monroe (117), Oran (164), Leclerc (182).

6 http://www.miquelon;org/links.html

7 « Angry Americans aim ire at France » in USA Today (20 fév2003)

8 wysiwyg ://109/http://www.boycottwatch.org/misc/france-04.htm

9 http://www.buyfrenchnow.com/

10 « Boycott of the French is little more than a fin » in USA Today (14 mars 2003).

11 « Angry Americans aim ire at France » in USA Today (20 février 2003).

12 Business Week Online (24 février 2003).

13 Human Events (22 mars 2004).

14 « France is not a pacifist country » in Time (24 février 2003) vol. 161, n° 8, p. 32.

15 « End game » dans New Republic (10 février 2003).

16 « Fear, pride build French obstacles » dans USA Today (11 fév. 2003)

17 1956 voit aussi le retrait français du commandement intégré de l’OTAN.

18 R. Kagan, La Puissance et la Faiblesse. Les États-Unis et l’Europe dans le nouvel ordre mondial, Paris : Plon, 2004, p. 32.

19 http://www.gallup.com/poll/content/login/aspx?ci=9340

20 New York Times (29 mars 2005) « The final report of a presidential commission studying American "intelligence failures" regarding illicit weapons includes a searing critique of how the CIA and other agencies never properly assessed Saddam Hussein’s political maneuverings or the possibility that he no longer had weapon stockpiles, according to officials who have seen the report’s executive summary ».

21 En mars 2005, Dick Cheney n’a toujours pas reconnu son erreur en la matière, non plus que l’absence de « mobile laboratories »...

Auteur

Est maître de conférences en civilisation américaine à l’Université du Sud. Elle est l’auteur de La Contre-Culture (Autrement 1997), Quand l’Amérique Contestait (Ophrys-Ploton 1999), et vient de publier Les Renseignements en Question – De Ford à Reagan (L’Harmattan, 2005). Elle a écrit divers articles et a contribué à un ouvrage collectif Exilés et Réfugiés Politiques aux États-Unis (CNRS Editions 2003).

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search