Version classiqueVersion mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Autour de la crise irakienne

17- La perception de la France aux États-Unis durant la crise irakienne

Renéo Lukic

Résumé

On March 19, 2003, the United States and Great Britain began an all-out war against Iraq. The objective of the war was to change the political regime in Iraq and to oust its dictator, Saddam Hussein. France was not only opposed to the invasion in Iraq, but it also actively worked to prevent the US and Great Britain from obtaining a resolution from the UN Security Council to authorize the war. This demarche of the French created huge resentment against France in American public opinion and particularly among the political establishment in the United States. French opposition to the war in Iraq has triggered a huge wave of Francophobia in the US media and has resulted in a serious rift in Franco-American relations. This paper aims to analyse the content of political francophobia displayed in selected US newspapers (The New York Times, The Washington Post, The Wall Street Journal), as well as in the Weekly Standard magazine, during the Iraq crisis (2002-2004).

Texte intégral

Introduction1

  • 1 Je remercie Vincent Rochette, étudiant à la maîtrise à l’Université Laval, qui a été mon assistant (...)

1Avant d’analyser la perception de la France aux États-Unis durant la crise irakienne, il nous faut examiner brièvement l’état des relations franco-américaines depuis la fin de la guerre froide. Par la suite, je présenterai aussi très brièvement l’antiaméricanisme en France après le 11 septembre 2001. Enfin, la crise irakienne a provoqué non seulement la détérioration des relations franco-américaines mais également celles entre l’Europe et les États-Unis, étant donné que plusieurs États européens, notamment l’Allemagne et la Russie, se sont alignés sur les positions françaises durant la crise irakienne. Dans ce sens, la francophobie américaine durant la crise irakienne s’est confondue avec l’europhobie et a contribué à la détérioration des relations internationales entre l’Europe et les États-Unis. Cette triple contextualisation nous permettra de mieux comprendre notre sujet principal, à savoir la perception de la France par les Américains lors de la crise irakienne, grosso modo, durant la période 2003-2004.

2Cette perception, disons-le tout de suite, était très négative. La France était mise au pilori et ses dirigeants politiques traités de tous les noms. Notons que la perception de la France par les Américains était dominée par une francophobie sans retenue. Cette francophobie rejaillissait sur la société civile et impliquait les élites politiques au pouvoir et dans l’opposition. Dans notre exposé, nous mettrons l’accent surtout sur la francophobie politique, dont l’expression était liée à la conduite de la politique étrangère française lors de la crise irakienne, et nous laisserons de côté d’autres manifestations de ce phénomène, notamment celle touchant à la culture ou au caractère national. La francophobie politique aux États-Unis a été le produit des élites politiques, mais fut diffusée abondamment par les médias. Dans ce contexte précis, l’influence des médias sur l’opinion politique américaine fut considérable et il n’y a pas de doute que l’image de la France auprès des Américains s’est dégradée. Certains ont parlé du lynchage médiatique auquel la France était exposée dans les médias américains. Nous avons sélectionné quelques journaux (New York Times, The Washington Post, Wall Street Journal) appartenant à l’« Eastern Establishment » pour illustrer la francophobie politique aux États-Unis. Nous avons également choisi l’hebdomadaire Weekly Standard, qui représente bien la voix des néo-conservateurs. En revanche, nous avons exclu les tabloïds qui étaient visiblement encore plus injurieux à l’égard de la France.

Les relations franco-américaines après la guerre froide

3La position dominante, voire hégémonique, des États-Unis dans les relations internationales depuis la disparition de l’Union soviétique et du système communiste européen est ressentie par la France comme une perte d’influence et de rang dans la politique internationale. A cela s’est ajoutée l’unification de l’Allemagne qui, de par sa position géographique (État-pont entre l’Europe occidentale et orientale), est devenue une véritable puissance continentale. L’Allemagne unifiée diminue ainsi le levier de puissance de la France dans la coopération franco-allemande, qui avait joué jusqu’en 1991- 1992 le rôle de moteur de la Communauté Européenne (CE). Face à une telle situation géopolitique, la France se tourne désormais résolument vers les organisations internationales (ONU, G8, EU) pour maximiser son influence dans les affaires internationales.

4Si, pour les États-Unis, l’objectif primordial après la fin du système bipolaire de Yalta a été de préserver le système unipolaire, le but de la France a été de favoriser l’avènement d’un monde multipolaire. En tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU et du G8, la France croît être en mesure d’influencer la conduite de la politique internationale avec d’autres membres de ces organisations (Russie, Chine, etc.) afin de contrecarrer l’hyperpuissance américaine. Donc, à l’unipolarité du système international voulue par les États-Unis, la France oppose la multipolarité. Déjà en 1992, cette vision des relations internationales était présentée par les dirigeants politiques français :

  • 2 « "La France, l’Europe et l’ASEAN" : discours de Gorges Kiejman, ministre délégué aux Affaires étra (...)

« Le monde bipolaire a disparu avec l’effondrement du bloc soviétique. Il n’est pas question de vivre dans un monde unipolaire, ni même de laisser à une seule puissance la responsabilité de garantir l’ensemble des complexes équilibres régionaux. Il nous faut en conséquence organiser un nouveau monde, un monde multipolaire, où de nouvelles puissances régionales s’équilibrent et développent, d’égale à égale, leurs échanges »2.

5Quelques années plus tard, le ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine (qui avait mis en circulation le terme « hyperpuissance » pour désigner les États-Unis) a réaffirmé cette orientation de la politique étrangère de la France en disant :

  • 3 « L’Entrée dans le XXIe siècle » : discours d’ouverture du ministre des Affaires étrangères de la R (...)

« Nous ne pouvons accepter ni un monde politiquement unipolaire, ni un monde culturellement uniforme, ni l’unilatéralisme de la seule hyperpuissance. Et c’est pourquoi nous luttons pour un monde multipolaire, diversifié et multilatéral »3.

  • 4 Voir H. Védrine, Face à l’hyperpuissance : textes et discours, 1995-2003, Paris : Fayard, 2003.
  • 5 F. Heisbourg, « La France, l’Europe et les États-Unis : l’aggiornamento des relations transatlantiq (...)

6Il existe en France un consensus assez large parmi les élites politiques sur l’orientation de la politique étrangère à l’égard des États-Unis et sur le bien-fondé de la doctrine du monde « multipolaire ». Elle représente en fait la pièce maîtresse de la diplomatie française. Il apparaît pertinent de rappeler que le terme « hyperpuissance » a été forgé par un ministre socialiste des Affaires étrangères, Hubert Védrine4, et que le président Chirac est un néo-gaulliste qui a investi beaucoup d’énergie pour tenter de construire un système international multipolaire à faire rêver le général de Gaulle. Un des rares politistes français à questionner l’utilité pour la France de poursuivre la quête de la multipolarité à la manière de Chirac-Villepin, François Heisbourg, croit que la France devrait « abandonner la vision d’un monde multipolaire "à la sauce Metternich", et rechercher systématiquement la synergie non seulement avec nos partenaires européens à travers l’Union européenne, mais aussi avec le réseau d’acteurs non étatiques qui sont un véritable contre-pouvoir à l’exercice débridé de l’hyperpuissance westphalienne américaine »5.

  • 6 Allocution de Condoleezza Rice prononcée à l’International Institute for Strategic Studies de Londr (...)

7Le projet politique visant la création d’un monde multipolaire souhaité par les présidents François Mitterrand et Jacques Chirac s’est heurté à une fin de non-recevoir de l’administration Clinton et par la suite à un rejet catégorique de l’administration Bush, beaucoup plus unilatéraliste dans la conduite de la politique étrangère que son prédécesseur. Condoleezza Rice, à l’époque Conseillère pour la sécurité nationale et aujourd’hui Secrétaire d’État dans l’administration Bush, dénonça la multipolarité en ces termes : « La réalité est que la "multi-polarité" n’a jamais été une idée ou une vision unificatrice. Elle fut un mal nécessaire pour favoriser l’absence de guerre, mais jamais pour promouvoir le triomphe de la paix. La multipolarité est une théorie de la rivalité, d’intérêts opposés – et au pire – de valeurs contradictoires »6.

  • 7 G.-H. Soutou, « Three Rifts, Two Reconciliations : Franco-American Relations During the Fifth Repub (...)
  • 8 Source : www.diplomatie.fr. Visité le 29 août 2005.

8Pour se rendre compte de l’importance du concept de multipolarité pour la diplomatie française indiquons que l’historien Georges-Henri Soutou a établi, en utilisant le site web du Quai d’Orsay, que le mot « multipolaire » est apparu dans 152 discours et déclarations du président Chirac entre 1995 (début de sa présidence) et juillet 20037. Cette tendance ne s’est pas arrêtée. Nos propres observations indiquent que depuis cette date, le président Chirac a fait référence à la multipolarité à plus de vingt reprises dans ses discours et déclarations8.

  • 9 M.J. Glennon, « The Future of Multilateralism », disponible sur http://fletcher.tufts.edu/news/2004 (...)
  • 10 S. Serfaty, « The Terms of US-French Engagement, Perceptions Issues, and Circumstances », Communica (...)
  • 11 G.-H. Soutou, op. cit., p. 7.

9Nous sommes d’avis que cette différence de perception au sujet de ce que devrait être la structure du système international (unipolaire versus multipolaire) est à l’origine des conflits diplomatiques opposant les deux États depuis la fin de la guerre froide. Bref, comme l’a écrit Michael J. Glennon, un juriste de droit international, durant la crise irakienne : « La France et les États-Unis ne partagent plus la même vision géopolitique du monde parce que nos objectifs à long terme sont fondamentalement différents »9. Le politiste américain Simon Serfaty constate pour sa part : « Les intérêts entre les deux pays [la France et les États-Unis] peuvent parfois se chevaucher mais ne sont pas communs ; les valeurs peuvent être compatibles mais elles ne convergent plus ; les moyens peuvent être complémentaires mais ne sauraient être comparés. Ces conditions, renforcées au cours des dernières années, peuvent volontiers mener à des excès francophobes et antiaméricains de part et d’autre de l’Atlantique »10. Georges-Henri Soutou va encore plus loin lorsqu’il affirme que « Les [élites politiques françaises] ne conçoivent plus leur intérêt national primordial comme reposant sur une coopération bilatérale franco-américaine étroite, même lorsque les termes [de cette collaboration] sont favorables à la France »11.

  • 12 R. Kuisel, « What Do the French Think of Us ? », French Politics, Culture, and Society, vol. 22, n° (...)

10L’objectif de la France, puissance moyenne, est plutôt de faire coïncider autant que possible son intérêt national en matière de politique étrangère avec celui de l’Union européenne. Il s’agit du seul moyen pour la France de s’affirmer face à l’hégémonie américaine, dont l’objectif de positionner l’Union européenne en tant que superpuissance comparable aux États-Unis est partagé par 91 % des Français12.

11La France cherche à maximiser sa puissance (staying power) en s’appuyant sur les moyens de l’Union Européenne. Comme disait autrefois le général De Gaulle : « L’Europe sera pour la France un levier d’Archimède ». Cependant, cette stratégie, poursuivie par De Gaulle et ses successeurs a suscité déjà dans le passé des commentaires acerbes du Premier ministre britannique Harold McMillan qui disait : « Il (De Gaulle) dit Europe, mais il pense France ».

12Afin de créer une Union européenne forte, véritable acteur des relations internationales (ou, pour utiliser l’expression des diplomates français, établir une « Europe-puissance »), capable de s’ériger en tant que pôle dans un système international multipolaire, la France a misé durant les années 1990 sur une coopération renforcée avec l’Allemagne et les membres fondateurs du Marché commun, soit les pays du Benelux et l’Italie.

  • 13 En décembre 1998, la France et la Grande-Bretagne se rencontrèrent à Saint-Malo afin de discuter de (...)

13A partir de 1998 et des accords de Saint-Malo13, la France et la Grande-Bretagne sont devenus les piliers principaux de la construction de l’Europe de défense. Le couple franco-britannique, sur le plan de la coopération dans les domaines de la sécurité et de la défense (les deux États sont aussi des puissances nucléaires) était ainsi complémentaire au couple franco-allemand, le moteur politique de l’Union européenne. Le divorce politique qui s’est opéré entre la France et la Grande-Bretagne lors de la crise irakienne a balayé les acquis issus du sommet de Saint-Malo, et plus particulièrement le projet politique de l’Europe-puissance chéri par les élites politiques françaises. Par conséquent, nous considérons que les conséquences du conflit entre la Grande-Bretagne et la France sont et seront beaucoup plus graves pour la politique européenne de sécurité et de défense (PESC) de l’Union européenne que le conflit franco-américain, étant donné que l’Europe de la défense ne saurait se construire sans l’adhésion complète de la Grande-Bretagne.

  • 14 Blog de P. Lellouche au journal Le Monde, « Les relations États-Unis-Europe », 21 février 2005, dis (...)

14Le rejet par la France et par les Pays-Bas de la Constitution européenne par voie de référendum au printemps 2005 a également donné un coup de massue à la construction de l’Europe-puissance. Selon Pierre Lellouche, « l’ennui, c’est que cette idée française de l’Europe-puissance, je la retrouve en Angleterre, mais très peu ailleurs »14. Donc, si la Grande-Bretagne demeure à l’écart de la construction de l’Europe politique et de défense, la France reste isolée dans la promotion de ce projet.

L’antiaméricanisme en France

  • 15 P. Bruckner, « L’ivresse du seul contre tous », Le Monde, 28 janvier 2004, disponible sur http://ww (...)

15« La France déteste l’Amérique parce qu’elle lui ressemble trop et partage ses défauts : même arrogance, même prétention, même mélange de moralisme et de cynisme, mais sans les moyens de la puissance », écrivait récemment Pascal Bruckner15.

  • 16 Cité par S. Serfaty, « Querelle permanente : Réflexions sur la Francophobie aux États-Unis », p. 46 (...)

16La France, avançait de son côté le politiste américain Amos Perlmutter en mai 2001, « est aujourd’hui la seule démocratie qui soit vraiment anti-américaine »16. Avant le 11 septembre 2001, les dénonciations de l’antiaméricanisme français par les faiseurs d’opinion publique aux États-Unis, comme Perlmutter, avaient un écho limité auprès des citoyens américains. Ce n’est qu’après le 11 septembre qu’un grand nombre d’Américains ont commencé à se poser la question : « Pourquoi nous haïssent-ils (certains États, groupe et individus) tellement ? ». C’est dans le contexte de ce débat que l’antiaméricanisme français est devenu un sujet que les Américains ont commencé à analyser et les médias à débattre sur la place publique.

  • 17 J.-F. Revel, L’obsession antiaméricaine, Plon : Paris, 2002. L’ouvrage paraît à l’occasion du premi (...)
  • 18 E. Todd, Après l’empire-essai sur la décomposition du système américain, Gallimard : Paris, 2002.
  • 19 Ph. Roger, L’ennemi américain, généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris : Le Seuil, 2002
  • 20 Pour une critique du livre de Todd, voir le compte rendu de J. Vaïsse, « Ni Todd ni Revel. Pour un (...)
  • 21 P. Rigoulot, L’antiaméricanisme, Paris : Éditions Robert Laffont, 2004.

17Le débat sur l’antiaméricanisme en France a pris un essor avec en particulier la publication de trois ouvrages en 2002, celui de Jean-François Revel17, celui d’Emmanuel Todd18 et celui de Philippe Roger19, tous parus peu de temps avant le début de la crise irakienne qui mettra à dure épreuve les relations franco-américaines. Les livres de Roger et Revel ont aussitôt été traduits en anglais et ont alimenté le débat sur la francophobie aux États-Unis. Tandis que les livres de Roger et Revel se veulent une critique de l’antiaméricanisme, le livre de Todd est une représentation caricaturale de l’Amérique qui n’a fait que contribuer à l’antiaméricanisme en France20. Le livre de Todd est en effet un best-seller (il s’est vendu en 160 000 exemplaires en France), ce qui nous laisse croire à la bonne santé de l’antiaméricanisme en France. Ajoutons également le livre de Pierre Rigoulot21, paru plus tard en 2004, dont le sous-titre est révélateur de l’orientation du livre « Critique d’un prêt-à-penser rétrograde et chauvin ». Comme Roger et Revel, Rigoulot critique aussi l’antiaméricanisme français sans concession. Mais c’était surtout le livre de Philippe Roger, très bien documenté, qui a été largement cité et commenté par la presse américaine. Roger y analyse les antécédents historiques de F antiaméricanisme français en remontant jusqu’au XVIIIe siècle. Ces trois livres ont bien montré qu’il existait en France une longue tradition antiaméricaine présente dans toutes les familles politiques et ressurgissant périodiquement surtout lors des crises internationales qui impliquent la France et les États-Unis.

  • 22 A. et K. Ross, dir. Anti-Americanism, New York et Londres : NYU Press, 2004.
  • 23 P. Hollander, dir. Understanding Anti-Americanism : Its Origins and Impact at Home and Abroad, Chic (...)
  • 24 K.R. Timmerman, The French Betrayal of America, New York : Crown Forum, 2004.

18Le débat sur l’antiaméricanisme européen, voire mondial, a également été alimenté par la publication d’ouvrages aux États-Unis. Dans le milieu universitaire, quelques livres sérieux reflètent la préoccupation de la société américaine face à la flambée de l’antiaméricanisme autour du globe. Parmi ceux-ci, signalons le livre d’Andrew et Kristin Ross22 et celui de Paul Hollander23. L’antiaméricanisme mondial a également été l’objet d’interprétations polémiques qui, dans certains cas, ont contribué à nourrir les sentiments hostiles envers certains pays, par exemple la France. L’ouvrage de Kenneth R. Timmerman24 constitue un exemple probant, dont le titre, The French Betrayal of America, est plutôt suggestif.

  • 25 R. Lukic, « L’antiaméricanisme des opposants à la participation française à la guerre contre la Rép (...)

19En se limitant à la période qui a suivi la guerre froide, j’ai repéré quatre crises internationales qui ont été accompagnées d’une poussée de l’antiaméricanisme en France. Par ordre chronologique, en 1991, lors de la première guerre du Golfe ; durant la crise du Kosovo en 1999 ; pendant la campagne militaire en Afghanistan en 2001 et surtout lors de la dernière crise en Irak en 2003. Durant ces quatre crises, l’antiaméricanisme a pris en France des proportions inquiétantes. Je me suis penché sur l’antiaméricanisme en France durant la crise du Kosovo en 1999 et j’ai été stupéfait de l’ampleur que le phénomène a pris dans l’opinion publique française25. Durant la crise du Kosovo, la France et les États-Unis étaient des alliés, les pilotes français et américains ayant participé ensemble à la campagne aérienne de l’OTAN, laquelle s’est soldée quelques mois plus tard par la chute du dictateur serbe Slobodan Milocevic et la paix au Kosovo. Et pourtant, malgré le fait que la France et d’autres États européens aient agi ensemble contre la RFY pour arrêter le génocide au Kosovo, une partie de l’opinion publique française, et non la moindre, était résolument antiaméricaine.

  • 26 S. Serfaty, La France vue par les États-Unis : Réflexion sur la francophobie à Washington, Paris : (...)
  • 27 Pour une lecture différente de l’ampleur de l’antiaméricanisme dans l’opinion française, se référer (...)
  • 28 G. Bourtois, « Les Français expriment une condamnation sans appel de la guerre », Le Monde, 1er avr (...)

20Il est impossible de sous-estimer l’importance de F antiaméricanisme en France dans l’analyse de la francophobie américaine étant donné que ces deux phénomènes croisés se nourrissent mutuellement. Comme le souligne à juste titre Simon Serfaty : « Le mal français aux États-Unis et le mal américain en France se renforcent mutuellement et rejaillissent sur l’ensemble des politiques poursuivies par ces deux pays, imprégnant profondément les réactions de l’un aux initiatives de l’autre »26. La crise irakienne de 2003 a confirmé que l’antiaméricanisme est devenu en France un phénomène de masse, et non plus seulement une affaire d’élites27. Ainsi, un sondage Ipsosle Monde TF1 conduit dans la foulée du déclenchement des opérations militaires en 2003 a révélé que 25 % des Français souhaitaient une victoire de Saddam Hussein lors de la guerre en Irak28. Ajoutons également que le livre de Thierry Meyssan, 11 septembre 2001, l’effroyable imposture, qui attribue les attentats du 11 septembre 2001 à une conspiration du gouvernement américain, est devenu un best seller qui s’est vendu à plus de 200 000 exemplaires et a été traduit en 25 langues. Pourtant, les positions de Meyssan sur les attentats du 11 septembre ne sont guère plus valables que celles de Robert Faurisson sur la Shoah.

L’europhobie aux États-Unis

  • 29 Il nous paraît également important de noter que toutes les opinions publiques européennes étaient m (...)
  • 30 Ceux du Danemark, de l’Espagne, de la Hongrie, de l’Italie, de la Pologne, du Portugal, de la Répub (...)

21Nous avons évoqué en introduction qu’en pleine crise irakienne, le sentiment francophobe aux États-Unis s’est confondu dans la presse américaine avec une europhobie galopante. Que d’autres États européens aient participé plus ou moins activement à la confrontation diplomatique qui a opposé la France et les États-Unis explique en partie la montée de l’europhobie aux États-Unis. Dans cette confrontation, la France ne fut ouvertement appuyée seulement que par trois membres de l’Union européenne (la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne), et sotto voce par la Grèce. La Russie, membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, était également l’alliée politique de la France dans ce conflit29. A l’opposé, le 30 janvier 2005, les chefs d’État et de gouvernement de huit États européens30 publiaient dans plusieurs grands quotidiens nationaux d’Europe et des États-Unis une lettre d’appui et de solidarité au gouvernement américain dans sa lutte pour un monde plus sécuritaire passant par le désarmement forcé de Saddam Hussein.

  • 31 Tiré de la déclaration commune franco-allemande à l’occasion du 40e anniversaire du Traité de l’Ély (...)

22La lettre des Huit était aussi un message à la France et l’Allemagne qui, lors des célébrations du 40e anniversaire du Traité de l’Élysée, les 22-23 janvier 2003, avaient affiché une belle unanimité de vue au sujet de la crise irakienne. La « déclaration commune » adoptée à cette occasion prévoyait un renforcement de la coopération bilatérale et la prise de « positions communes » concernant les sujets de politique internationale dans les organisations internationales. Le paragraphe 25 de cette « déclaration commune » est particulièrement intéressant, car il invite « la France et l’Allemagne à adopter des positions communes dans les instances internationales, y compris le Conseil de sécurité, et à définir des stratégies concertées à l’égard des pays tiers, tout particulièrement dans le cadre de la politique étrangère et de sécurité commune »31.

23Au mois de février 2003, le paragraphe 25 était appliqué par l’Allemagne et la France. En effet, l’Allemagne occupait le poste de membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU depuis le 1er janvier de la même année. Au mois de février 2003, elle y assumait même la présidence. Il semble que la coopération franco-allemande a trop bien fonctionné aux yeux de certains, d’où cet appui à l’Amérique sous forme de lettre ouverte de la part des huit chefs d’État et de gouvernement d’Europe.

  • 32 Cité dans Le Monde, 25 janvier 2003, disponible sur http://www.lemonde.fr.

24Le 22 janvier 2003, premier jour des célébrations du 40e anniversaire du traité de l’Élysée, le secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, déclara que la France et l’Allemagne représentaient la « vieille Europe » : « je ne vois pas l’Europe comme étant l’Allemagne et la France. Je pense que c’est la vielle Europe. Si vous regardez l’Europe entière, son centre de gravité passe à l’Est »32.

  • 33 P. Chamorel, « Anti-Europeanism ans Euroscepticism in the United States », EUI Working Paper, RSCAS (...)

25Pour tourner en dérision l’alliance diplomatique forgée par la France et les trois membres de l’EU, le porte-parole de l’administration Bush l’a qualifiée de « coalition des maîtres chocolatiers (chocolate-makers) ». Malgré le fait que la France n’ait pas été appuyée dans sa politique irakienne par les institutions de l’EU, les critiques de la position française durant la crise irakienne ont néanmoins assimilé les positions diplomatiques de la France avec celles de l’EU. Ainsi, Patrick Chamorel souligne avec justesse que l’Union européenne « est souvent perçue comme un projet dominé par la France, conduit par une bureaucratie construite sur le modèle [jacobin] français destiné à centraliser le pouvoir, afin de faire avancer les intérêts de la France et ainsi convertir l’UE en un pôle faisant contrepoids aux États-Unis »33.

  • 34 W. Schneider, « The French Have Their Own Program », National Journal, 1er mars 2003, disponible su (...)
  • 35 Chamorel, loc. cit., p. 9.
  • 36 R. Kagan, Of Paradise and Power, New York : Alfred A. Knopf, 2004, p. 47.

26Pour William Schneider, un analyste de l’American Enterprise Institute, un think tank influent auprès de l’administration Bush, « La France cherche à devenir la puissance dominante d’une fédération européenne unifiée non par l’anti-fascisme ou par l’anti-communisme, mais par l’antiaméricanisme, une force sévissant actuellement en Europe occidentale [...]. Le message de Chirac est, si vous voulez faire partie de la nouvelle Europe, vous feriez bien de souscrire au programme antiaméricain »34. Tel que nous le verrons plus loin à l’égard de la francophobie, l’ascension des néo-conservateurs est grandement à l’origine de la vague europhobe déferlant lors de la crise irakienne. Les néo-conservateurs prônent un interventionnisme qui soit souverainiste et unilatéraliste, et donc une marginalisation politique de l’UE dans le but d’assurer la primauté de l’Amérique35. A leurs yeux, l’Europe occidentale a perdu toute crédibilité car elle n’a plus ni la volonté politique ni les moyens de maîtriser les conflits, même chez soi, comme l’a montré la crise des Balkans dans les années 199036. Par surcroît, elle se paie le luxe d’« apaiser » ou de soutenir certains dictateurs. En ce sens, la diplomatie conduite par la France lors de la crise irakienne ne pouvait pas manquer de soulever l’ire des unilatéralistes américains. C’est donc dire que la francophobie américaine nourrit donc partiellement F europhobie.

27Au moment où la diplomatie américaine s’affichait à récolter un maximum d’appuis des États européens pour mener la guerre contre l’Irak, Donald Rumsfeld, le secrétaire de la Défense, a établi une distinction entre la « vieille Europe », représentée par la France et l’Allemagne, et une « nouvelle Europe » alliée solide des États-Unis. L’objectif de cette déclaration était de montrer que ce n’était pas toute l’Europe qui s’opposait à la politique conduite par l’administration Bush en Irak, mais seulement une partie, à savoir la « Vieille Europe ».

  • 37 T.G. Ash, « L’antieuropéanisme en Amérique », Commentaire, Paris, n° 101, printemps 2003, p. 19.

28Le fait que la nouvelle Europe se soit exprimée publiquement de concert avec certains États d’Europe occidentale, dont l’Espagne, l’Italie et le Portugal, a considérablement réduit l’intensité de l’europhobie aux États-Unis au profit d’une francophobie débridée. A partir de ce moment, la France s’est orgueilleusement posée en porte-parole de cette « vieille » Europe, cette civilisation en déclin diront les néo-conservateurs, que le recours au multilatéralisme ne fait que précipiter. Les commentateurs américains hostiles au multilatéralisme l’ont largement souligné à l’intérieur de leurs textes, pour qui l’opposition de ces pays d’Europe à l’offensive en Irak fut « une irritation teintée de mépris »37. A leur avis, cette « vieille » Europe, celle précisément que les États-Unis ont délivrée à deux reprises au cours du dernier siècle, n’eut même pas la noblesse d’appuyer Washington dans sa lutte pour un monde plus sécuritaire.

  • 38 V.D. Hanson, « Soft Power, Hard Truths », The Wall Street Journal, 22 février 2005, disponible sur (...)

29Ainsi l’écrira cyniquement Victor Davis Hanson, « Jusqu’au jour où l’Europe postmoderne assumera pleinement un rôle proportionnel à sa rhétorique morale, sa population et sa force économique, par jalousie ou orgueil, elle continuera à vouloir contrecarrer et parfois embarrasser les États-Unis – au moins jusqu’au point ambiguë de ne pas s’aliéner [définitivement] l’hyperpuissance américaine. De notre côté, nous ne pouvons ridiculiser l’impuissance militaire actuelle de l’Europe seulement pour nous opposer à ses efforts naissants de parler d’une seule voix sur le plan militaire. Alors, vas-y l’Europe – une voix, une armée, un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU ! »38.

30L’europhobie serait donc une conséquence du fossé stratégique qui sépare les deux rives de l’Atlantique. Le maintien d’une structure unipolaire cadre difficilement avec l’émergence de l’« Europe-puissance ». Une percée de l’intégration politique et militaire de l’Europe ayant pour objectif l’émergence de l’UE en tant qu’acteur véritable des relations internationales est ainsi interprétée comme un signe révélateur de l’antiaméricanisme ancré dans la culture politique européenne.

La francophobie aux États-Unis (1986-2002)

31La francophobie politique aux États-Unis se confond et correspond à un ressentiment antifrançais profond, une critique déraisonnée de la politique étrangère française, de ses élites politiques et de son modèle de société. La francophobie se nourrit des stéréotypes accumulés dans la mémoire collective des élites politiques américaines et de leurs institutions (le Département d’État, le Département de la Défense et celui du Commerce, etc.).

  • 39 L’attentat contre la discothèque « La Belle » survenu en avril 1986, à Berlin-Ouest, avait provoqué (...)

32Dans un passé proche, avant la crise irakienne de 2003, les États-Unis ont connu deux poussées de fièvre francophobe, respectivement dans les années 1980 et au milieu des années 1990. Dans les deux cas, les conflits diplomatiques entre la France et les États-Unis étaient à l’origine de la francophobie en Amérique. En avril 1986, le gouvernement français avait refusé aux bombardiers américains, en route pour attaquer la Libye, le droit de survoler son espace aérien. En fait, les dirigeants français n’étaient pas persuadés des preuves présentées par l’administration Reagan pour justifier les représailles contre la Libye, jugée responsable, selon les Américains, d’une attaque terroriste à Berlin-Ouest quelques jours auparavant et qui avait coûté la vie à des soldats américains39.

  • 40 Cette perception négative de la France qui côtoie les dictateurs a été ressortie par la presse amér (...)
  • 41 « Libye : un pas vers la normalisation », Le Nouvel Observateur, Paris, Mercredi, 11 août 2004, p.  (...)
  • 42 Ibid.

33Cet accrochage diplomatique avait provoqué des commentaires acerbes dans la presse américaine. L’image de la France « amie des dictateurs » fut mise en circulation40. La suite de cette affaire a montré que le gouvernement américain avait raison quant à la responsabilité de la Libye dans l’attentat. En 2001, la justice allemande a mis en exergue la « co-responsabilité considérable » des services secrets libyens, accusés d’avoir dirigé la planification de l’attentat à partir de l’ambassade à Berlin-Est. Un Palestinien, un Libyen et deux Allemands ont été condamnés en 2001 par la cour d’assises de Berlin à des peines de 12 à 14 ans de réclusion criminelle41. Finalement en 2004, l’État libyen a reconnu sa responsabilité dans l’attentat à Berlin-Ouest et a accepté de payer 28 millions d’euros pour dédommager les victimes42.

34Près de dix ans après l’affaire libyenne, un nouvel incident diplomatique devait faire jaillir une autre vague francophobe en Amérique. En 1995, la France avait publiquement accusé cinq diplomates américains en poste à Paris d’être les agents de la CIA, avant d’exiger leur expulsion vers les États-Unis. Paris reprochait aux accusés d’avoir tenté de corrompre certains hauts fonctionnaires dans le but de connaître les orientations de l’administration française en matière de sciences, de nouvelles technologies et de politique économique.

35Cet épisode, quoique circonscrit dans le temps et dans la virulence des propos francophobes, confirme l’idée émise antérieurement selon laquelle l’antiaméricanisme français et la francophobie américaine, ainsi que la perception de ces phénomènes croisés de part et d’autre de l’Atlantique, se nourrissent mutuellement. Cette réalité devait d’ailleurs se répéter en 2002- 2003 à l’occasion de la plus sévère crise diplomatique que les relations franco-américaines aient connue depuis l’époque du général de Gaulle.

La francophobie aux États-Unis (2002-2004)

  • 43 Ambassade de France aux États-Unis, synthèse de la presse américaine, semaine du 7 au 13 février 20 (...)

36L’apparition virulente de la francophobie ou du « French-Bashing » aux États-Unis à l’automne 2002, était parallèle à l’intensification d’un conflit diplomatique sérieux qui opposa la France et les États-Unis lors de la crise irakienne. Le paroxysme de ce conflit grave fut atteint le 10 mars 2003 alors que la France a menacé les États-Unis et la Grande-Bretagne d’utiliser son veto au Conseil de sécurité de l’ONU, afin d’empêcher l’adoption d’une résolution qui aurait légalisé l’usage de force contre l’Irak et aurait permis aux États-Unis et la Grande-Bretagne de faire la guerre en conformité avec le droit international. Notons que le contentieux au sujet de la mise en œuvre de mesures de protection de la Turquie par l’OTAN, simultanément avec les tractations sur l’Irak vers la mi-février 2003, a aussi fortement contribué à la dégradation rapide de l’image de la France dans les médias américains. La France, l’Allemagne et la Belgique avait alors posé leur veto à la résolution américaine, ce qui a suscité des commentaires acerbes de la part d’analystes américains qui, à l’instar de Thomas Friedman du ATT, ont affirmé que la France ne méritait pas son siège permanent au Conseil de sécurité et que le traitement de Paris comme un allié serait une attitude à revoir43. A partir de cette date, la France a en effet été mise à l’index par le gouvernement et les médias américains.

  • 44 Très peu d’ouvrages scientifiques ont été publiés sur la francophobie ou sur l’image de la France a (...)
  • 45 D.E. Sanger, « Bush to Defend Iraq War at U.N. : Chirac Urges a Transfer of Power », The New York T (...)

37Vu sous cet angle, la francophobie américaine telle qu’elle s’est manifestée entre 2002 et 2004 et dont nous analyserons le contenu dans ce papier est concomitante à la crise irakienne44. Le cadre temporel de notre analyse se situe donc entre l’adoption de la résolution 1441 du Conseil de sécurité le 8 novembre 2002 et la résolution 1511 adoptée le 16 octobre 2003, cette dernière marquant la fin de la phase aiguë du conflit diplomatique franco-américain auquel s’était greffée une francophobie sans pareille. Quelques semaines avant l’adoption de la résolution 1511, le président Chirac a laissé entendre dans une entrevue accordée au NYT que la France n’avait pas l’intention de voter contre la résolution qui était sur la table de négociation au Conseil de sécurité, « à moins qu’elle ne [devînt] provocatrice »45. Après cet épisode (octobre 2003), l’intensité de la francophobie a diminué. La volonté des deux pays de tourner la page sur la question irakienne s’est notamment manifestée par la visite à Paris, le 8 février 2005, du nouveau secrétaire d’Etat, Condolezza Rice. A la fin de sa visite, l’ambassadeur de France à Washington, Jean-David Levitte, lui a dit : « Condi, vous avez fait un homerun ! ». Dans un discours prononcé à Miami en juin 2005, il poursuivit dans la même veine :

  • 46 Discours prononcé par l’ambassadeur de France aux États-Unis, M. Jean-David Levitte, « France and t (...)

« C’était parfait, elle a changé l’humeur du peuple et des médias français à propos de nos relations et elle a mis la table pour la visite du président Bush en Europe. J’ai assisté au dîner entre le président Bush et le président Chirac, et il n’y a aucun doute que ce fut leur meilleure rencontre à jamais, au point qu’ils se sont entendus pour laisser aux historiens le soin de décider qui a eu raison et qui a eu tort en ce qui concerne la guerre en Irak, afin de définitivement tourner cette page amère une fois pour toutes et aider ensemble le peuple libanais, de favoriser conjointement le processus de paix au Moyen-Orient, d’aider l’assemblée législative irakienne, et ainsi de suite. »46.

38Cette visite a favorisé la reprise de la coopération franco-américaine rendue possible par le co-parrainage de Washington et de Paris de la résolution 1559 du Conseil de sécurité de l’ONU au sujet du départ des forces d’occupation syriennes au Liban. Le fait que la France et les États-Unis aient coordonné leurs actions diplomatiques lors de la crise libanaise en 2004- 2005, indique que même au Moyen-Orient où tout ou presque les sépare, les deux pays ont des intérêts communs. Cependant, il a fallu attendre la rencontre Bush-Chirac à Bruxelles, qui a eu lieu le 21 février 2005, pour que les relations franco-américaines se normalisent, sans pourtant atteindre une véritable réconciliation.

  • 47 G. Finchelstein, « France – États-Unis : regards croisés », Le Banquet, n° 21, octobre 2004, p. 20.

39La détérioration rapide et brutale de l’image de la France aux États-Unis due à la crise irakienne, est confirmée par l’analyse de l’opinion américaine. Il y avait en septembre 2002, avant le début de la crise irakienne, 10 % des Américains qui éprouvaient de l’antipathie pour la France, tandis qu’en mars 2003 (sommet du conflit franco-américain) près de 50 % des Américains avaient une mauvaise image de la France47. Il y a donc une forte corrélation entre la mauvaise perception de la France aux États-Unis et la crise politique causée par les divergences concernant l’Irak. Aux États-Unis, les conflits diplomatiques opposant la France et les États-Unis représentent la toile de fond de la francophobie américaine, dont les enjeux politico-stratégiques dépassent les intérêts des deux États.

40Cela dit, la francophobie aux États-Unis est avant tout une affaire d’élites politiques et intellectuelles que l’on retrouve aussi bien chez les libéraux (au sens américain du terme) que chez les conservateurs et les néoconservateurs dont l’impact sur l’opinion publique américaine a été considérable lors de la crise irakienne.

  • 48 Voici la liste non exhaustive des néo-conservateurs qui occupent ou ont occupé des postes important (...)
  • 49 Forum du Front Page Magazine, 18 février 2004, disponible sur http://www.frontpagemagazine.com.
  • 50 En plus d’être un « columnist » du NYT depuis plus de plus de trente ans, William Safire est aussi (...)
  • 51 Avant de devenir l’éditorialiste au New York Times, D. Brooks a été pendant plusieurs années l’édit (...)

41La vague de francophobie politique aux États-Unis, qui est l’objet de notre analyse, a été initiée selon nous par les néo-conservateurs48. C’est Richard Perle, le chef de file des néo-conservateurs, qui a donné le ton durant la crise irakienne à la francophobie américaine en déclarant que « Le gouvernement français actuel, dirigé par Chirac et Villepin, croit pouvoir faire une Europe qui s’érigerait en contrepoids aux États-Unis. Il déteste et craint l’émergence des États-Unis en tant qu’unique superpuissance et cherche à diminuer notre stature et notre influence dans le monde. Donc, il penche vers une opposition systématique à toutes les entreprises que nous menons »49. Avec la dégradation des relations franco-américaines, due à la crise irakienne, les conservateurs et certains libéraux se sont joints aux néo-conservateurs pour former un chorus qui résonnait haut et fort dans les sphères politico-médiatiques aux États-Unis. Une fois lancé par les néo-conservateurs, soit les membres de l’administration Bush ou ceux qui étaient très proches d’elle politiquement, le discours francophobe a été grandement amplifié par la quasi totalité de la presse américaine. Les éditoriaux et les éditorialistes de grands journaux américains (New York Times, Washington Post, Wall Street Journal) se sont rapidement appropriés le discours francophobe. Si par exemple William Safire50, l’éditorialiste du NYT, a été un relais « logique » entre les néo-conservateurs et l’opinion publique américaine, comme d’ailleurs son « successeur » David Brooks51, il était assez étonnant de voir un libéral comme Thomas Friedman, aussi éditorialiste dans le NYT, partager la francophobie de Safire. Tous deux récipiendaires du prix Pullitzer, Friedman et Safire sont des journalistes brillants qui font en effet la richesse d’un journal comme le NYT. Néanmoins, leur analyse de la politique internationale, surtout en ce qui concerne l’appréciation des relations transatlantiques, diverge pourtant considérablement.

42La synergie entre le premier et le quatrième pouvoir, à savoir le pouvoir politique et les mass-media, a permis à ce phénomène (la francophobie) jusque-là marginal aux États-Unis, de prendre des proportions démesurées ayant des conséquences néfastes pour l’image de la France en Amérique.

43Le gouvernement français a perçu la synergie entre les pouvoirs politiques et la presse aux États-Unis, dont le résultat était, selon lui, une « campagne de désinformation » dirigée contre la France, comme étant orchestrée par le gouvernement américain. Le dénigrement de la France et de son gouvernement dans la presse américaine a incité l’ambassadeur de France aux États-Unis, Jean-David Levitte, à écrire au mois de mai 2003 une lettre de protestation à la Maison Blanche, au Département d’État et au Congrès. Dans cette lettre, l’ambassadeur français se plaignait que les hauts responsables du gouvernement américain transmettaient à la presse des informations fausses quant à la politique étrangère de la France à l’égard de l’Irak. Ces hauts responsables, qui sont cités mais non nommés par les journalistes, affirmaient que la France continuait d’aider l’Irak diplomatiquement et militairement même après le début des hostilités, ce qui était selon l’ambassadeur Levitte inexact. La démarche de l’ambassadeur Levitte était inhabituelle, étant donné que le gouvernement américain n’exerce aucun contrôle sur la presse américaine. Visiblement, l’ampleur et l’intensité du ressentiment antifrançais rapporté par la presse américaine a choqué les diplomates français en poste aux États-Unis. En prenant la parole à l’Université Harvard, l’ambassadeur Levitte a dit :

  • 52 « French-American Relations in a world transformed », A Public Address by French Ambassador Jean-Da (...)

« Je ne comprends pas pourquoi il y a eu tant de fiel lancé contre la France. Il me semble normal que des désaccords surgissent au sein d’une famille, mais cela n’est pas une raison d’insulter qui que ce soit. Dans une famille de démocraties, il me semble plutôt naturel de discuter des litiges comme des personnes matures, tel que ce fut le cas aux États-Unis avant la guerre entre ceux qui l’appuyaient et ceux qui s’y opposaient. Nous étions opposés à cette guerre, mais cela n’était pas une raison de nous insulter pour autant »52.

44L’historien américain William R. Keylor offre quelques réponses aux questions posées par l’ambassadeur Levitte :

  • 53 W.R. Keylor, « The trouble with the French », Bostonia, The Alumni Quarterly of Boston University, (...)

« Une partie de la réponse se trouve peut-être plus dans le style de l’opposition française à la diplomatie américaine que dans sa substance. Le 5 février 2003, le discours de Powell au Conseil de sécurité synthétisa la position en faveur d’une intervention [militaire], lequel était basé sur des allégations non prouvées à l’égard de l’arsenal d’armes de destruction massive possédé par l’Irak et de ses liens présumés avec des groupes terroristes islamiques. Ceci a suscité une réplique bien documentée mais théâtrale du ministre français des Affaires étrangères. Cette remontrance au doigt levé en direct sur les télévisions, qui a suscité un déferlement d’applaudissements des autres délégations étrangères, a pris les airs d’un sermon de maître d’école châtiant le comportement d’un élève récalcitrant devant toute la classe. Les leaders américains se considèrent parfois permis de qualifier les autres pays avec des épithètes humiliantes (« Axe du Mal », « Vieille Europe »), mais le public américain accepte mal les remontrances publiques venant des dirigeants étrangers ».53

  • 54 « Trying To Patchup Franco-American Relations », The Economist, 3 février 2005, disponible sur http (...)

45La francophobie aux États-Unis, telle qu’on la voit chez les élites politiques durant la crise irakienne, s’explique par le ressentiment qu’ont éprouvé les dirigeants de l’administration Bush du fait de l’opposition de la France à la guerre en Irak. Ce ressentiment s’est traduit par une volonté de punir la France en raison de son refus de légitimer au Conseil de Sécurité l’usage de la force contre l’Irak. La meilleure illustration de l’attitude de l’administration Bush à l’égard de la France se reflète dans les propos de la Conseillère pour la sécurité nationale, Condoleezza Rice, qui, face à l’opposition de trois États européens (Russie, Allemagne et France) à la guerre de l’Irak, avait dit qu’il fallait « punir la France, ignorer l’Allemagne et pardonner à la Russie »54. L’administration Bush était moins choquée par le refus de la France de soutenir diplomatiquement les États-Unis que par sa volonté de forger une coalition anti-américaine au sein de l’ONU ainsi que d’utiliser son veto pour empêcher les États-Unis d’obtenir une majorité au Conseil de sécurité qui aurait ainsi légalisé la guerre en Irak.

  • 55 Entrevue de Dominique de Villepin à la presse nationale, disponible sur http://www.cameroon-info.ne (...)
  • 56 Point de presse du porte-parole du Quai d’Orsay, 11 mars 2003, disponible sur http://www.diplomatie (...)

46Rappelons que le ministre français des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, s’est rendu 10 mars 2003 de façon expresse dans les capitales du Cameroun, de la Guinée et de l’Angola afin de persuader les dirigeants de ces trois pays, membres temporaires du Conseil de sécurité, de se ranger au côté de la France et de voter contre le projet d’une résolution proposée par les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Espagne visant l’autorisation de la force contre l’Irak. Visiblement en mode charme, il déclara à la presse camerounaise, peu après son entretien avec le président Biya : « Je suis venu redire au président Biya à quel point nous étions soucieux de trouver une solution face à la grave crise irakienne. Vous savez à quel point la France, le président Chirac, apprécient la sagesse et l’expérience du président Biya et dans ces circonstances, il était naturel que la France et le Cameroun se concertent dans une question si délicate puisqu’il s’agit de la guerre et de la paix »55. En Guinée, le ministre Villepin a même remis un courrier au premier ministre du président de la République, Jacques Chirac, dans l’espoir de convaincre ce pays d’opter pour la position française au Conseil de sécurité. Le ministre guinéen des Affaires étrangères était à ce moment précis aux États-Unis afin de rencontrer, dans le même esprit, des hauts responsables de l’administration américaine. Au terme des visites, le porte-parole du Quai d’Orsay a qualifié d’« utiles » le voyage éclair dans ces trois pays de Dominique de Villepin56.

47L’intention de la France était de contrebalancer l’influence améri-cano-britannique auprès des membres non permanents qui n’avaient toujours pas annoncé leurs couleurs (ce qui inclut, outre les pays africains, le Pakistan, le Chili et le Mexique) et ainsi d’infliger aux États-Unis et à leurs alliés une défaite diplomatique en empêchant la formation d’une majorité au Conseil de la sécurité qui aurait donné le feu vert à la guerre légale contre l’Irak. Étant donné les réticences de la Chine et le fait que la France et la Russie menaçaient d’utiliser leur droit de veto pour empêcher une approbation à l’ONU de la guerre contre l’Irak, et la probabilité de refus de la majorité des autres pays votants, les États-Unis et le Royaume-Uni ont abandonné la quête d’obtenir la résolution et ont décidé d’attaquer l’Irak sans l’aval de l’ONU.

48L’intention de la France de forger une coalition anti-américaine au Conseil de sécurité était grandement ressentie par la diplomatie américaine. Ce point était souligné par les propos de l’ambassadeur américain en France, Howard H. Leach, qui, devant une audience française (Centre pour les Études militaires à Paris) a dit :

  • 57 H.H. Leach, « Remarks at the Center for Advanced Military Studies », Paris, le 9 décembre 2003.

« Les alliés ne doivent pas s’entendre sur tous les sujets et très souvent ils ne le font pas. Si la France s’était contentée de dire nous ne sommes pas d’accord avec vous, voilà pourquoi nous projetons de nous abstenir au Conseil de sécurité, nous n’aurions pas sauté de joie mais nous aurions compris et je ne crois pas que toutes ces tensions auraient pris forme. Mais quand la France a annoncé qu’elle n’hésiterait pas utiliser son veto en cas de nécessité et a commencé à travailler activement contre les États-Unis en tentant de convaincre les membres non permanents du Conseil de sécurité, de nombreux Américains furent surpris et blessés. Les dirigeants français ont par le passé exercé leur droit de prendre leurs décisions en toute indépendance, lesquelles n’allaient pas toujours de pair avec les objectifs américains du moment, mais aucun dirigeant français n’avait jamais auparavant travaillé aussi ouvertement à l’encontre des objectifs des États-Unis »57 (souligné par nous).

49Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la France, en brandissant la menace d’utiliser le veto au Conseil de sécurité, n’a pas agi au nom de la défense d’une norme ou coutume particulière de droit international, mais dans son intérêt national. Il était préjudiciable pour les intérêts de la France de s’associer, directement ou indirectement, avec les États-Unis dans une intervention militaire contre l’Irak. Rappelons que la France a participé aux côtés de l’administration américaine et d’autres membres de l’OTAN à l’intervention militaire contre la République fédérale de Yougoslavie (RFY) pour arrêter la purification ethnique de la population albanaise au Kosovo en 1999. Le cas du Kosovo ressemblait à celui de l’Irak, dans la mesure où la Russie, a menacé d’utiliser son veto pour empêcher les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne d’obtenir une résolution pour faire la guerre à Milocevic. Du point de vue du droit international, les guerres contre la Serbie et contre l’Irak étaient illégales, étant donné que les belligérants n’ont pas obtenu une autorisation explicite sous forme de résolution du Conseil de sécurité pour les entreprendre.

  • 58 J.-D. Levitte, « French-American Relations in a World... », op. cit.

50Dans le cas du Kosovo, l’intervention militaire contre la Serbie était contraire à l’intérêt national de la Russie, son alliée historique. En Irak, l’intervention militaire était tout aussi contraire aux intérêts économiques de la France, de la Russie, de l’Allemagne et de la Chine. Pour la France et l’Europe, il fallait mettre fin aux guerres lancées par la Serbie (1991-1999) de même que la « purification ethnique de l’Europe »58. Pour ces mêmes États, l’intérêt national (la guerre contre le terrorisme) évoqué par le gouvernement américain n’était pas crédible, d’où leur refus de donner leur aval à la guerre contre l’Irak. Bref, la guerre en Irak était tant illégale qu’illégitime pour la France et les États européens alignés sur le Quai d’Orsay, contrairement à la guerre du Kosovo qui, tout en demeurant illégale, était légitime et dans l’intérêt national de la France et des Européens.

51Pour les dirigeants américains, une telle attitude du gouvernement français n’était pas du « déjà vu » comme au temps du général de Gaulle, alors que les conflits diplomatiques entre les deux pays étaient nombreux. Cette fois-ci, l’action du président Jacques Chirac a été qualifiée de « jamais vue » par l’administration Bush. Le fait que la France ait choisi la confrontation avec les États-Unis au Conseil de sécurité a permis le regain de la francophobie. A ceci s’ajoute le fait que Dominique de Villepin se plaisait à être le porte-parole de la fronde anti-américaine et du même coup être placé sous le feu des projecteurs médiatiques, par rapport aux autres États membres du Conseil de sécurité qui appuyaient la ligne française mais refusaient de confronter publiquement la politique américaine à l’égard de l’Irak.

1- L’ingratitude française et l’absence de mémoire historique

  • 59 Cité dans « Anthologie de la francophobie d’aujourd’hui », Courrier international, n° 642, 20 au 26 (...)

« Les Français se rendent-ils compte à quel point ils sont odieux aux yeux de beaucoup d’Américains ? Je ne le pense pas, mais les Français ne sont de toute façon conscients de rien. Personne n’aime les ingrats, tout simplement. Après tout ce que nous avons fait pour eux – sauver leur arrière-train pendant les guerres mondiales, prendre leur relève en Indochine –, leur attitude les rend ingrats à l’extrême »59. – Fred Barnes, The Weekly Standard.

  • 60 W. Safire, « And Now : Op-Ed Diplomacy », The New York Times, New York, 3 février 2003, p. A25.
  • 61 W. Safire, « Getting On With It », The New York Times, New York, 17 mars 2003, p. A23.

52Parmi les images de la France présentes dans les médias américains, celle d’une France ingrate occupait une place de choix. C’est William Safire qui donna le ton en utilisant l’expression « Forgetful French » pour qualifier les Français60. Celui-ci revînt à la charge quelques temps plus tard, affirmant que les pays du camp du refus avaient la mémoire bien courte : « Oubliez au sujet de nos sacrifices dans la libération de la France, de l’Allemagne et de la Russie de l’hitlérisme et du stalinisme : la mémoire n’a aucune place dans leur diplomatie »61. Dans le même ordre d’idée, on retrouve souvent des articles qui laissaient entendre que les Français avaient tout simplement oublié le débarquement américain en Normandie.

  • 62 S. Dunleavy, « They died for France, but France has forgotten », New York Post, 10 février 2003.

53En voici un exemple : « SACRIFICE – Ils sont morts pour la France, mais la France a oublié » titrait le New York Post (NYP) le 10 février 2003. La photo en couverture représentait des croix blanches portant l’inscription du nom de soldats américains morts lors du débarquement de 1944 et aujourd’hui enterrés dans un des cimetières militaires américains en Normandie. S’ensuivait un article furieux dans lequel Steve Dunleavy, le journaliste en reportage à Colleville-sur-Mer, donnait libre cours à ce qu’il décrivait comme « un anormal accès de colère ». A telle enseigne que lui vînt l’envie suivante : « Je voudrais botter l’ensemble des culs de France »62.

  • 63 J. Joffe, « Round I Goes to Mr. Big », The New York Times, New York, 10 février 2003, p. A23.

54L’ingratitude française, voire européenne, a parfois aussi été soulignée par les éditorialistes européens. Josef Joffe, l’éditorialiste du très réputé Die Zeit, qui écrit dans les pages du New York Times : « Aucun chancellier allemand n’aurait osé provoquer les États-Unis alors que les troupes soviétiques étaient stationnées 40 kilomètres à l’extérieur d’Hambourg. Pas plus les Français n’auraient ouvertement (brazenly) menacé d’utiliser un veto au Conseil de sécurité alors que leur sécurité et leur liberté reposaient sur la protection des six divisions américaines en Allemagne »63. Pour l’auteur, maintenant que le péril soviétique ne menace plus l’Europe de l’Ouest, la France a démontré toute son ingratitude en s’opposant aux États-Unis, oubliant la protection gratuite que ces derniers lui avaient fournie pendant la guerre froide.

  • 64 S. Yusem, « France : Obsessed with Its Own Impotence », The Wall Street Journal, New York, 4 févrie (...)
  • 65 Idem.

55L’idée d’une France prompte à oublier les services que lui a rendus l’Amérique tend à démontrer l’argument selon lequel la France doit ce qu’elle est aujourd’hui aux États-Unis. Cette idée est revenue à plusieurs reprises dans les lettres à l’éditeur. Pour certains, la menace d’un veto français démontrait que la France avait oublié que ce sont les États-Unis qui lui ont octroyé ce pouvoir et que si les États-Unis n’étaient pas entrés en guerre contre Hitler, il n’y aurait plus de France libre aujourd’hui64. Ainsi, après que Jacques Chirac eut déclaré que la guerre serait un échec total, un lecteur écrit : « Lui [président Chirac] et la France sont bien chanceux que les Alliés se soient sentis autrement dans le passé car il n’y aurait plus aujourd’hui de nation appelée France. [...] La France devrait avoir la décence de se taire et les États-Unis devraient faire preuve de bon sens en ne l’écoutant pas »65. Les reproches d’ingratitude faites à la France par les commentateurs américains à propos des services passés rendus ne touchaient pas uniquement l’effort militaire des Américains lors des deux guerres mondiales. Les Américains tiennent à rappeler à la France que sans l’aide de l’économie américaine, la France ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui. A la dette du sang s’annexe donc la dette réelle. Ainsi, le Wall Street Journal mettait l’accent sur la contribution financière de l’Amérique envers la France lors des conflits mondiaux. Il signait ainsi un de ses éditoriaux :

  • 66 « Deadbeat France », The Wall Street Journal, 4 novembre 2003, p. A18.

« Bien, si les Français sont pour demeurer intransigeants, nous croyons qu’il est temps de leur rappeler l’immense dette qu’ils ont à l’endroit des États-Unis. Non, nous ne parlons pas des centaines de milliers de soldats américains qui ont donné leur vie lors des deux guerres mondiales pour libérer la France. Nous parlons plutôt de la dette monétaire – celle qui remonte au temps du président Herbert Hoover et qui n’a pas depuis été honorée »66.

56Les témoignages des commentateurs américains qui insistaient sur le fait que l’intervention des États-Unis dans la Première et la Deuxième Guerre mondiale avait sauvé la République française de l’extinction étaient particulièrement insidieux. Ils impliquaient que les États-Unis étaient entrés dans deux guerres européennes afin de sauver la France. Il découlait de cette logique tordue que la France avait ainsi contracté une dette morale à l’égard des États-Unis, ce qui aurait dû se traduire par un alignement automatique de sa politique étrangère sur celle de son allié transatlantique. Il est utile de rappeler que les États-Unis sont entrés dans la Première Guerre mondiale en 1917 et non pas au début des affrontements en 1914 du côté de l’Entente. Ils sont intervenus afin de défendre leurs propres intérêts, et non ceux de la France. Il en va de même pour la Deuxième Guerre mondiale, alors qu’ils ont déclenché la guerre à l’Allemagne nazie et à l’empire nippon à la suite de l’attaque surprise de Pearl Harbor, le 7 décembre 1941, soit deux ans après le début de la guerre en Europe (1er septembre 1939).

57Les États-Unis n’étaient pas particulièrement émus en juin 1940 après la défaite française. L’Amérique n’était pas entrée en guerre pour aider la France à combattre l’Allemagne hitlérienne après le 18 juin 1940. Bien au contraire, l’administration de F.D. Roosevelt a continué d’entretenir des relations diplomatiques avec le gouvernement de Vichy, le satellite de l’Allemagne nazie jusqu’en 1944, et a toujours refusé de reconnaître la légitimité de la France libre conduite par le général de Gaulle depuis Londres ! Bref, les interventions américaines dans les deux guerres mondiales s’expliquent par la volonté des administrations Wilson et Roosevelt de défendre leurs intérêts nationaux. La victoire de l’Allemagne nazie en Europe et celle du Japon en Asie auraient fondamentalement altéré l’équilibre des puissances au détriment des États-Unis. C’est donc cette perspective qui a poussé l’Amérique à entrer en guerre et non pas la volonté de se porter par solidarité à la défense de son allié français.

58Pourtant, l’exaspération ressentie aux États-Unis par la diplomatie française lors de la crise irakienne est d’autant plus intense que la France et les États-Unis sont réputés être les plus vieux alliés du monde démocratique. Or, les alliés sont par essence loyaux les uns à l’égard des autres. C’est ainsi que le thème de l’ingratitude française envers leur allié de toujours a contribué à mettre sur la table celui d’une France « ennemie ».

2- La France n’est plus un pays allié des États-Unis, mais un adversaire politique, voire un ennemi

« Un pays qui utilise son veto pour barrer la route à la légitime défense des États-Unis ne verra plus beaucoup d’Américains enclins à le défendre dans le futur » The Wall Street Journal, 24 janvier 2003.
« La France et l’Allemagne ont finalement répondu à la flagrante violation par l’Irak des ordres de désarmement des Nations unies en montant une offensive. Cependant, la cible de leur campagne n’est pas Saddam Hussein mais les États-Unis – et les premières victimes semblent ne pas être les structures du pouvoir d’un dictateur voyou mais les institutions internationales qui ont ancré la sécurité européenne et mondiale. Hier à Bruxelles, les deux gouvernements européens, secondés par la minuscule Belgique, ont empêché l’alliance de l’OTAN d’entamer des préparatifs visant à protéger la Turquie d’une guerre éventuelle, bien que ce plan avait le support des 16 autres membres de l’alliance. (...) Berlin et Paris disent que leur volonté est d’offrir une issue pacifique à la crise irakienne. Mais l’exclusion de l’administration Bush de leur plan suggère que le but réel est d’obstruer l’approbation par le Conseil (de sécurité de l’ONU, ndlr) de l’intervention militaire que préparent les États-Unis ». Éditorial du Washington Post du 11 février 2003, reproduit dans le Nouvel Observateur.

59C’est sans doute le thème que l’on retrouvait le plus fréquemment dans les journaux analysés. L’attitude diplomatique de la France fut considérée par les éditorialistes comme un affront aux États-Unis digne d’un adversaire politique et non pas comme celle d’un prétendu pays allié depuis plus de deux siècles à l’Amérique, comme le répètent souvent les dirigeants français. Dans le New York Times, Thomas Friedman et William Safire donnèrent un fois de plus le ton. Ils ne croyaient pas en la volonté du gouvernement français de désarmer l’Irak et le soupçonnaient, tantôt ouvertement, tantôt à mots couverts, de souhaiter la victoire de Saddam Hussein. Dans un article intitulé « Our War with France », Friedman faisait le constat que la France souhaite voir l’intervention américaine en Irak se terminer par un échec :

  • 67 T.L. Friedman, « Our War With France », The New York Times, 18 septembre 2003, p. A31.

« Il est temps que nous, Américains, nous rendions compte de quelque chose : la France n’est pas uniquement notre alliée embêtante. Elle n’est pas seulement notre rival envieux. La France est en train de devenir notre ennemi. [...] La France veut voir l’Amérique échouer en Irak. La France veut voir l’Amérique sombrer dans un bourbier là-bas dans l’espoir idiot que des États-Unis affaiblis paveraient le chemin à la France pour qu’elle assume sa "juste" place en tant qu’égale de l’Amérique, sinon sa supérieure, en modelant le cours des affaires mondiales »67.

  • 68 T.L. Friedman, « Chicken à la Iraq », The New York Times, 5 mars 2003, p. A23.
  • 69 T.L. Friedman, « Vote France Off the Island », The New York Times, 9 février 2003, p. A23.
  • 70 M. Indyk et K.M. Pollack, « How Bush Can Avoid the Inspections Trap », The New York Times, 27 janvi (...)

60Friedman revenait ainsi à la charge, lui qui avait déjà affirmé sans ambages six mois auparavant que ce qui soufflait encore de la vie dans le camp de Saddam (au 5 mars 2003) n’était pas la rue arabe, mais bien la rue française dans son obsession de s’opposer à la puissance américaine68. Enfin, celui-ci affirmait qu’il fallait remplacer la France au Conseil de sécurité par l’Inde, parce que la France sombrait alors dans le ridicule tellement elle souhaitait se différencier des États-Unis et qu’elle consacrait plus d’énergie à freiner ceux-ci qu’à faire pression sur Saddam69. Afin de contrecarrer les desseins américains, la France « manigançait » afin de faire tomber l’administration américaine dans la « trappe des inspections »70.

  • 71 W. Safire, « On Rewarding Friends », The New York Times, New York, 3 avril 2003, p. A21.
  • 72 W. Safire, « The Failuremongers », The New York Times, New York, 8 septembre 2003, p. A23.
  • 73 C. Angeli et J. Canard, « Le Pentagone traite Chirac d’« irresponsable » et l’accuse d’« encourager (...)

61Quant à Safire, il n’hésitait pas à utiliser son verbe pour aborder le terme de la rivalité franco-américaine : « Bien sûr, c’est la France [...], qui est la plus susceptible de chevaucher la scène mondiale en menant à la fois une confrontation jubilatoire contre les États-Unis et en se portant à la défense du dangereux despotisme de Saddam à l’ONU »71. Dans un autre article, il affirmait que la France et l’Allemagne essayaient de dérober le contrôle de la reconstruction de l’Irak des mains de ses libérateurs américains72. De son côté, Paul Wolfowitz, alors sous-secrétaire à la Défense, déclara même à Maurice Gourdault-Montagne, conseiller diplomatique du président Chirac, que « la France [avait] une attitude irresponsable, un comportement puéril, relevant du jeu de société, une attitude encourageant Saddam à jouer lui aussi »73.

62Une fois désignée comme l’adversaire/ennemie de l’Amérique, les commentateurs suggérèrent les mesures à prendre à l’égard de la France, par les hommes politiques américains et les citoyens. Les mesures punitives variaient : exclure la France de la reconstruction de l’Irak, exclure les entreprises françaises, évincer la France du Conseil de sécurité, boycotter les produits français. Alliée devenu adversaire politique qui se paie de surcroît le luxe de l’ingratitude, la France doit bientôt faire face aux accusations de corruption de certains commentateurs francophobes aux États-Unis.

3 – La France est un pays mercenaire aveuglé par ses intérêts économiques

63Au fil du conflit diplomatique qui opposait les États-Unis et la France, les commentateurs américains croyaient déceler la véritable raison du refus français de faire la guerre à Saddam Hussein : les intérêts économiques. Selon plusieurs d’entre eux, une ère post-Saddam en Irak serait si néfaste à la France qu’elle devait tout faire pour empêcher la guerre, ce qu’elle s’est d’ailleurs affichée à faire jusqu’au premier jour des bombardements. Après la chute de Bagdad en avril 2003, sa principale lutte était désormais de confier la gestion des revenus pétroliers de l’Irak à l’ONU afin de ne pas perdre entièrement ses privilèges économiques. Autrement dit, la position de la France au Conseil de sécurité lors de la crise aurait été « achetée » par l’Irak.

64Bien évidemment, toute critique des liens passés entre la France et l’Irak de Saddam Hussein ne relevait pas de la francophobie. Plusieurs faits historiques de rapports cordiaux entre les deux pays sont clairement établis, comme en témoigne la visite désormais célèbre de Jacques Chirac en Irak alors qu’il était premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing. Ces faits furent d’ailleurs mis à jour par l’ensemble de la presse française lors de la crise irakienne. La francophobie entrait alors en jeu lorsque l’on considérait la diplomatie française comme étant entièrement subordonnée aux intérêts économiques garantis par la dictature de Saddam et que l’on interprétait comme des faits irréfutables des suppositions ou des rumeurs non prouvés. En d’autres termes, la francophobie naissait, comme toujours, lorsque les fantasmes irrationnels de certains analystes américains se substituaient à la réalité.

  • 74 Hitchens, « The Rat That Roared », The Wall Street Journal, 6 février 2003, p. A18. En effet, la Fr (...)

65Les analystes américains apparaissaient pourtant douter peu des allégations qu’ils soutenaient au sujet des liens entre la France et le régime dictatorial irakien. La France n’avait-elle pas armé Saddam Hussein ? Pour le Britannique Christopher Hitchens, columnist au Vanity Fair, « Voici un homme [Chirac] qui a aidé Saddam Hussein à construire un réacteur nucléaire et qui savait parfaitement ce qu’il voulait en faire. Voici un homme à la tête de la France qui est, en effet, enclin à se faire acheter. Il me rappelle le banquier de l’Éducation sentimentale de Flaubert : un homme si habitué à la corruption qu’il paierait volontiers pour s’acheter lui-même afin de se procurer du plaisir »74.

  • 75 C. Rosett, « Rebuilding Iraq with Clean Hands », The New York Times, 16 décembre 2003, p. A35.

66La France était donc un pays mercenaire qui n’aurait jamais fait la guerre à un régime-client qui le faisait vivre depuis tant d’années. Sans que l’image d’une France « amie des dictateurs » ait refait surface comme ce fut le cas en 1986 lors de la campagne contre la Libye, celle de la France « complice » des dictateurs était bel et bien présente. Une journaliste du New York Times, Claudia Rosett, suggéra même que la France et la Russie constituaient un « Axe de l’avarice ». De statut d’Etat avare, la France n’avait qu’un pas à franchir pour sombrer dans l’égoïsme qui, contrairement aux États-Unis, ne se préoccupaient pas beaucoup du bien-être de la population kurde mais uniquement de ses intérêts économiques en Irak75.

  • 76 W. Safire, « Duelfer to France : J’accuse ! », The New York Times, 13 octobre 2004, p. A27.
  • 77 J.-D. Levitte, « France and Iraq », The New York Times, 15 octobre 2004, p. A24.

67En octobre 2004, un rapport publié par l’inspecteur américain en chef en Irak, Charles Duelfer, sembla confirmer cette complicité entre l’Irak et la France. Le rapport suggérait aussi que certains hommes politiques et hauts fonctionnaires français s’étaient personnellement enrichis du programme « pétrole contre nourriture » de l’ONU, dont le sénateur et ancien ministre Charles Pasqua. La corruption de la France ne faisait maintenant plus de doute. William Safire entamait ainsi son article peu après la publication du rapport : « De puissants responsables français et leurs comparses intéressés avaient une bonne raison de tout faire pour empêcher le renversement de Saddam Hussein par les États-Unis : ils empochaient des milliards dans des reversements sous le couvert du programme des Nations Unies "pétrole contre nourriture" »76. Les propos de Safire ont d’ailleurs soulevé la colère et suscité la réplique de l’ambassadeur français à Washington, Jean-David Levitte, selon qui le journaliste du New York Times « [apparaissait] prendre pour acquis des accusations non vérifiées et des conclusions absurdes »77.

68En réunissant les vices dont les analystes francophobes aux États-Unis croyaient la France coupable, un climat d’exaspération générale envers Paris était né. La tentation était alors grande de sombrer dans le mépris et les excès de langage. Nous verrons que la crise irakienne a repoussé les standards de grossièreté jusque-là établis.

4 – Le dénigrement de la France et de ses hommes politiques

« Villepin... the pin-up boy of diplomacy in progressive circles... » Michael Gonzalez, The Wall Street Journal, 10 avril 2003.

  • 78 W.F. Buckley, « Anti-French Frustrations », National Review, vol. 55, no. 6, 7 avril 2003, p. 59.
  • 79 « On French Jokes », The Wall Street Journal, 20 mai 2003, p. A18.

69Tel que nous l’avons vu précédemment, la perception négative de la France aux États-Unis lors de la crise irakienne était largement due à la conduite de la diplomatie française. Au début du mois d’avril 2003, l’Amérique, selon William F. Buckley, avait atteint « un sentiment qui [combinait] le mal de tête, l’amère déception et le mal de fesse »78. C’est ainsi qu’allait se diffuser une série d’images et d’épithètes, non seulement peu flatteuses à l’égard de la France, mais empreintes de mépris. « Les Américains, écrit le Wall Street Journal, [étaient] amusés par ces blagues car le stéréotype de la France en adversaire agressif de l’Amérique et pays ultimement bon à rien s’[était] bien ancré dans leur psyché »79.

  • 80 T.L. Friedman, « The Western Front », The New York Times, 23 mars 2003, p. 13.
  • 81 Hitchens, « The Rat the Roared ». La traduction est celle du Nouvel Observateur qui a reproduit cet (...)
  • 82 M. Boot, « Europe 1, France 0 », The Weekly Standard, Washington, vol. 8, no. 24, 3 mars 2003, p. 1 (...)
  • 83 Idem.
  • 84 Cité dans « Clichés », Courrier international, no. 642, 20 au 26 février 2003, p. 13.

70Tout au long de la crise irakienne, c’est sans doute à travers les pages de l’hebdomadaire Weekly Standard que le dénigrement de la France, sous toutes ses formes, s’est exprimé avec le plus de vigueur. Rien n’y échappait, de l’insulte gratuite des hommes politiques français à la parodie de son hymne national. Au premier chef, étaient visés le président Chirac et son ministre des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, à qui l’on reprochait d’être « intoxiqués » par l’ivresse du succès de sa politique de confrontation avec les États-Unis auprès des Français80. La francophobie aux États-Unis se portait désormais à des sommets de grossièretés et d’insultes inégalés. Le Wall Street Journal qualifiait sans détour Jacques Chirac d’« homme vaniteux, poseur et vénal qui, essayant d’agir telle une Jeanne d’Arc travestie à la calvitie naissante, fait de la France le procureur abject de Saddam Hussein »81. Un des articles les plus corrosifs de la sorte provînt du néoconservateur Max Boot. S’exprimant sur la volonté du président français de rallier les États européens à sa cause, il déclara que « Chirac est devenu trop arrogant et ambitieux et, comme Napoléon à son retour de Moscou, a soudainement vu son grand dessein se désintégrer »82. Boot continuait en commentant la réaction du président Chirac devant son échec (les lettres des Huit et du groupe de Vilnius) : « Clairement, ce n’était pas vraiment au goût du cholérique Chirac. Par la suite, il a sévèrement critiqué les États d’Europe orientale qui avaient confronté son leadership éclairé. "Ils ont manqué une belle occasion de se taire", le susceptible président grogna. [...] En d’autres termes, il leur a dit : "L’Europe, c’est moi" »83. Pour sa part, le ministre français des Affaires étrangères se faisait reprocher son verbe dans les tractations sur le désarmement de l’Irak. Ainsi, George F. Will, du Washington Post, affirmait que « L’oléagineux Dominique de Villepin s’est adressé au Conseil de sécurité [le 5 février]. Après quelques circonlocutions dont l’opacité ne pouvait masquer le caractère déplaisant, il a commencé à démontrer le talent dont la France a si souvent fait preuve depuis 1870 – celui de battre en retraite, cette fois vers l’incohérence. Il a anéanti la réputation qu’ont les Français d’avoir une diplomatie habile »84.

  • 85 « Nos Amis, the French », The Wall Street Journal, 24 janvier 2003, p. A12.
  • 86 Hitchens, « The Rat... », op. cit.

71A travers le dénigrement des hommes politiques français, les analystes américains dénonçaient également l’arrogance, la prétention et l’hypocrisie de la France. Ce volet de la francophobie américaine peut en partie se comprendre à l’aide de l’explication de William R. Keylor déjà évoquée, selon laquelle les États-Unis n’acceptent pas les leçons d’un pays étranger. A propos de la dénonciation française de l’unilatéralisme américain, le Wall Street Journal affirmait : « Après tout, les Français ne se préoccupent pas beaucoup de l’opinion internationale quand ils désirent envoyer leurs propres troupes pour étouffer la violence dans une de leurs anciennes colonies. Ou quand ils veulent couler un navire de Greenpeace, tel qu’ils l’ont fait sous François Mitterrand au début des années 1980 »85. Pour sa part, Christopher Hitchens concluait que « s’il existe un gouvernement qui soit vraiment unilatéraliste" au Conseil de sécurité, c’est la France »86.

  • 87 S. Yusem, « France : Obsessed... », op. cit.
  • 88 Cité dans « Clichés », op. cit.
  • 89 « French Military History in a Nutshell », The Weekly Standard, vol. 8, no. 23, 24 février 2003, p. (...)

72L’arrogance française est d’autant plus mal venue que plusieurs commentateurs américains dressent un piètre bilan du passé militaire de la France. Lors de la crise irakienne, leur sujet de dérision favori reposait principalement sur l’argument que la France n’avait pas gagné une bataille militaire depuis des lustres, ce pourquoi elle aurait dû se priver de dicter le chemin à suivre aux Américains en Irak. Dans les lettres à l’éditeur du Wall Street Journal, un lecteur dissertait que « Le vingtième siècle se souviendra de la France comme la seule nation qui n’ait pas daigné se défendre pour sauver sa propre capitale »87. Dans les pages du Washington Times, Jack Kelly stipulait même qu’une France intégrée à une coalition de volontaires dans une offensive contre l’Irak aurait été inutile : « Les Français n’ont pas gagné une bataille depuis Napoléon. Les Allemands les ont balayés pendant la guerre franco-prussienne et pendant les deux guerres mondiales. Les Vietnamiens les ont virés d’Indochine et les Algériens les ont virés d’Afrique du Nord. Le seul intérêt d’avoir les Français dans une coalition est qu’ils pourraient apprendre aux Irakiens comment se rendre »88. Mais le comble du dénigrement revient au Weekly Standard, qui publie en février 2003 un soidisant courriel circulant dans les milieux militaires américains sur l’histoire militaire de France qui se termine par : « Post Scriptum : Avez-vous entendu qu’ils [les Français] ont interrompu les feux d’artifice au parc Euro-Disney ? Les Français se rendaient continuellement »89.

Conclusion

  • 90 J.-D. Levitte, « France and the USA : new... », op. cit.

73Durant la crise irakienne, la France est allée au bout de son opposition à l’unilatéralisme américain. « Pendant deux ans, déclare l’ambassadeur français aux États-Unis Jean-David Levitte, [la France et les États-Unis] ont été confrontés à la pire crise depuis des décennies, la raison étant bien sûr la guerre en Irak »90. Pour mettre en œuvre sa vision multipolaire des relations internationales, la France, également soutenue par la Russie et la Chine, a cherché à former un axe Paris-Berlin-Moscou destiné à mettre en échec la politique des États-Unis et de la Grande-Bretagne au Conseil de sécurité de l’ONU. Dans ce bras de fer diplomatique avec le couple américano-britannique, la France a également cherché l’appui de l’Union européenne, mais qui lui a cruellement fait défaut. L’objectif central de la politique étrangère française durant la crise irakienne était de faire de l’Europe un pôle politico-militaire autonome à travers l’axe de l’Union européenne-Russie sous les auspices de la France. Ce dessein a suscité une opposition farouche de la diplomatie américaine accompagnée d’un French-Bashing jamais vu. Si la France s’obstine à équilibrer la puissance des États-Unis dans les relations internationales, en s’alignant selon les circonstances avec l’Union Européenne, la Russie ou la Chine, il est fort probable que le conflit franco-américain à propos de l’Irak de conjoncturel se transformerait en structurel.

  • 91 Sénat français, rapport d’information présenté au nom de la commission des Affaires étrangères, de (...)
  • 92 Audition de M. Jean-David Levitte, ambassadeur de France aux États-Unis, sur l’image de la France a (...)
  • 93 « Une opinion nuancée malgré quelques clichés », Le Figaro magazine, 30 août 2005, disponible sur h (...)

74Tout en se méfiant d’analyser les impacts de la crise franco-américaine de façon hâtive, nous pouvons affirmer que l’intensité de la fracture entre la France et les États-Unis semble avoir modifié de façon durable l’image de la France aux États-Unis. Une étude de l’Institut Gallup a révélé que pour la première fois, la chute de popularité de la France aux États-Unis à la suite d’une crise diplomatique n’a pas été suivie d’une remontée rapide de celle-ci91. Selon toute vraisemblance, c’est la position de la France, de par sa volonté de prendre les commandes d’une vaste coalition anti-américaine opposée à la guerre au Conseil de sécurité de l’ONU qui est responsable de cette détérioration de son image. Selon les propos de l’ambassadeur français aux États-Unis, Jean-David Levitte, la popularité de la France aux États-Unis a chuté. Traditionnellement, et avant l’épisode irakienne, la France dans les sondages occupait une place juste en dessous du Royaume-Uni dans l’échelle des sympathies américaines c’est à dire de 78 % à 79 % d’opinions favorables. L’accrochage diplomatique entre la France et les États-Unis a fait que les opinions favorables sont tombées au niveau de l’Arabie Saoudite et de la Libye (34 %), pour remonter au printemps 2005 à 53 %92. Cependant, c’est chez l’électorat républicain que les impacts de la crise se sont faits ressentir avec le plus de force, où 33 % de celui-ci jugent les Français arrogants et 67 % antiaméricains93.

Notes

1 Je remercie Vincent Rochette, étudiant à la maîtrise à l’Université Laval, qui a été mon assistant de recherche pour cet article.

2 « "La France, l’Europe et l’ASEAN" : discours de Gorges Kiejman, ministre délégué aux Affaires étrangères de la République française, à l’occasion du Colloque de l’IFRI sur l’ASEAN », Paris, 20 octobre 1992. Source : site Internet du ministère des Affaires étrangères de la France, www.diplomatie.fr.

3 « L’Entrée dans le XXIe siècle » : discours d’ouverture du ministre des Affaires étrangères de la République française, Hubert Védrine, à la Conférence de l’IFRI », Paris, 3 novembre 1999. Source : site Internet du ministère des Affaires étrangères de la France (souligné par nous).

4 Voir H. Védrine, Face à l’hyperpuissance : textes et discours, 1995-2003, Paris : Fayard, 2003.

5 F. Heisbourg, « La France, l’Europe et les États-Unis : l’aggiornamento des relations transatlantiques », Annuaire français des relations internationales, Paris : Centre Thucydide, 2000, p. 45.

6 Allocution de Condoleezza Rice prononcée à l’International Institute for Strategic Studies de Londres, le 26 juin 2003. Texte disponible sur le site de l’IISS, www.iiss.org.

7 G.-H. Soutou, « Three Rifts, Two Reconciliations : Franco-American Relations During the Fifth Republic », EUI Working Paper RSCAS No 2004/24. European University Institute, The Robert Schuman Center for Advanced Studies, Florence, p. 7.

8 Source : www.diplomatie.fr. Visité le 29 août 2005.

9 M.J. Glennon, « The Future of Multilateralism », disponible sur http://fletcher.tufts.edu/news/2004/01.

10 S. Serfaty, « The Terms of US-French Engagement, Perceptions Issues, and Circumstances », Communication présentée à la Conference on the French in the United States Today, The France-University of Texas, Institute for Interdicisplinary Studies, Austin, Texas, 21-23 avril 2005, p. 2.

11 G.-H. Soutou, op. cit., p. 7.

12 R. Kuisel, « What Do the French Think of Us ? », French Politics, Culture, and Society, vol. 22, n° 3 (automne 2004), p. 96.

13 En décembre 1998, la France et la Grande-Bretagne se rencontrèrent à Saint-Malo afin de discuter de l’avancement de la politique européenne de sécurité et de défense. Ce sommet fut notamment rendu possible grâce à l’attitude du gouvernement travailliste de Tony Blair qui, devant l’impuissance européenne face aux conflits des Balkans, s’était engagé à entreprendre un dialogue souhaité depuis plusieurs années par la France. De ce sommet fut émise une déclaration commune. Il fut, entre autres choses, décidé que l’Europe allait constituer une force de réaction rapide d’ici décembre 2001, composée de 50 000 à 60 000 hommes, afin d’intervenir dans un conflit où l’OTAN (lire les États-Unis) ne serait pas impliquée. Pour plus d’informations, se référer à J. Klein et al. (dir.), Vers une politique européenne de sécurité et de défense : défis et opportunités. Paris : Économica, 2003.

14 Blog de P. Lellouche au journal Le Monde, « Les relations États-Unis-Europe », 21 février 2005, disponible sur http://www.lemonde.fr.

15 P. Bruckner, « L’ivresse du seul contre tous », Le Monde, 28 janvier 2004, disponible sur http://www.lemonde.fr.

16 Cité par S. Serfaty, « Querelle permanente : Réflexions sur la Francophobie aux États-Unis », p. 466.

17 J.-F. Revel, L’obsession antiaméricaine, Plon : Paris, 2002. L’ouvrage paraît à l’occasion du premier anniversaire des attentats terroristes du 11 septembre 2001.

18 E. Todd, Après l’empire-essai sur la décomposition du système américain, Gallimard : Paris, 2002.

19 Ph. Roger, L’ennemi américain, généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris : Le Seuil, 2002

20 Pour une critique du livre de Todd, voir le compte rendu de J. Vaïsse, « Ni Todd ni Revel. Pour un regard lucide sur les États-Unis », Esprit, Paris, février 2004, pp. 209-221.

21 P. Rigoulot, L’antiaméricanisme, Paris : Éditions Robert Laffont, 2004.

22 A. et K. Ross, dir. Anti-Americanism, New York et Londres : NYU Press, 2004.

23 P. Hollander, dir. Understanding Anti-Americanism : Its Origins and Impact at Home and Abroad, Chicago : Ivan R. Dee, 2004. Il s’agit du second livre de l’auteur sur le sujet, une décennie après le colloque qui avait conduit à la première publication.

24 K.R. Timmerman, The French Betrayal of America, New York : Crown Forum, 2004.

25 R. Lukic, « L’antiaméricanisme des opposants à la participation française à la guerre contre la République fédérale yougoslave (RFY) », Etudes Internationales, Québec, Canada, vol. XXXI, n° 1, mars 2000, pp. 135-164.

26 S. Serfaty, La France vue par les États-Unis : Réflexion sur la francophobie à Washington, Paris : IFRI. 2002, p. 14.

27 Pour une lecture différente de l’ampleur de l’antiaméricanisme dans l’opinion française, se référer à l’entrevue qu’a donnée l’historien M. Winock au quotidien Le Monde, peu après les attentats terroristes de New York et de Washington – mais avant la publication de l’ouvrage de Ph. Roger –, où il affirmait que « 10 % seulement des Français éprouvent de l’« antipathie » pour les États-Unis. [...] L’antiaméricanisme en France n’est pas un sentiment populaire, il est le fait d’une certaine partie de l’élite ». Il est à noter que M. Winock s’exprimait sur l’antipathie « chronique » des Français à l’égard des États-Unis, et non sur un sentiment d’hostilité que ferait jaillir une crise internationale. M. Van Renterghem, « Michel Winock, historien – L’antiaméricanisme n’est pas un sentiment populaire", Le Monde, 26 novembre 2001, p. 15

28 G. Bourtois, « Les Français expriment une condamnation sans appel de la guerre », Le Monde, 1er avril 2003, pp. 2-3. Ainsi 78 % des Français désapprouvent la campagne militaire contre l’Irak, tandis que 65 % des sondés considèrent les États-Unis responsables de la guerre. Seulement 34 % considèrent que, dans ce conflit, ils se sentent « plutôt du côté des États-Unis et des Anglais ».

29 Il nous paraît également important de noter que toutes les opinions publiques européennes étaient massivement opposées à la guerre. Ainsi, à la veille du début de l’offensive anglo-américaine, 80 % des Allemands, 90 % des Espagnols, 75 % des Italiens et 90 % des Danois condamnent la guerre contre l’Irak. Pour plus d’informations, voir G. Grunberg, « Anti-Americanism in French and European Public Opinions », dans With Us or Against Us. Studies in Global Anti-Americanism, New York : Palgrave, 2005, pp. 59-73.

30 Ceux du Danemark, de l’Espagne, de la Hongrie, de l’Italie, de la Pologne, du Portugal, de la République tchèque et du Royaume-Uni.

31 Tiré de la déclaration commune franco-allemande à l’occasion du 40e anniversaire du Traité de l’Élysée. Source : http://www.diplomatie.gouv.fr/actual/dossiers/traite_elysee.

32 Cité dans Le Monde, 25 janvier 2003, disponible sur http://www.lemonde.fr.

33 P. Chamorel, « Anti-Europeanism ans Euroscepticism in the United States », EUI Working Paper, RSCAS No. 2004/25, p. 2.

34 W. Schneider, « The French Have Their Own Program », National Journal, 1er mars 2003, disponible sur www.aei.org.

35 Chamorel, loc. cit., p. 9.

36 R. Kagan, Of Paradise and Power, New York : Alfred A. Knopf, 2004, p. 47.

37 T.G. Ash, « L’antieuropéanisme en Amérique », Commentaire, Paris, n° 101, printemps 2003, p. 19.

38 V.D. Hanson, « Soft Power, Hard Truths », The Wall Street Journal, 22 février 2005, disponible sur http://www.online.wsj.com/public/us.

39 L’attentat contre la discothèque « La Belle » survenu en avril 1986, à Berlin-Ouest, avait provoqué la mort de trois personnes, dont deux soldats américains et une femme turque, et blessé 260 autres, dont certaines mutilées à vie.

40 Cette perception négative de la France qui côtoie les dictateurs a été ressortie par la presse américaine lors de la crise irakienne. Le président Chirac avait alors invité à Paris le président zimbabwéen Mugabe qui, selon les directives internationales notamment de l’Union européenne, devait se faire interdire l’accès aux pays démocratiques. Le tabloïd conservateur Washington Times avait alors titré un article « Chirac et les voyous ». Source : http://www.info-france-usa.org.

41 « Libye : un pas vers la normalisation », Le Nouvel Observateur, Paris, Mercredi, 11 août 2004, p. 2.

42 Ibid.

43 Ambassade de France aux États-Unis, synthèse de la presse américaine, semaine du 7 au 13 février 2003, disponible sur http://www.info-france-usa.org.

44 Très peu d’ouvrages scientifiques ont été publiés sur la francophobie ou sur l’image de la France aux États-Unis. Outre les travaux de S. Serfaty déjà cités et le numéro de l’été 2003 de la revue scientifique French Politics, Culture, and Society, nous ne relevons en effet que des ouvrages polémiques et caricaturaux de l’histoire des relations franco-américaines. Ces ouvrages ne font que refléter la francophobie du moment aux États-Unis. L’exemple le plus parfait est le livre de J.J. Miller, journaliste au National Review, et M. Molesky, lecturer à l’Université Harvard, A History of America’e Disastrous Relationship With France, New York : Doubleday, 2004. Stanley Hoffmann a d’ailleurs fait un compte rendu dévastateur de ce livre dans le numéro de novembre/décembre 2004 de la revue Foreign Affairs, affirmant qu’il était « éminemment regrettable » qu’un ouvrage « d’aussi mauvaise qualité et biaisé » soit publié par une maison d’édition respectable comme Doubleday. « Ultimement », écrit également Hoffmann, « ce livre est une contribution à notre compréhension des néo-conservateurs américains et non des relations franco-américaines ». Citons également trois livres récemment parus, Vile France : 255 Years of Duplicity, Cowardise, and Cheese (décembre 2004), de D. Boyles, A Great Improvisation : Franklin, France, and the birth of America (avril 2005), de S. Schiff et The Arrogance with the French : Why They Can’t Stand Us... and Why the Feeling is Mutual (avril 2005), de R.Z. Chesnoff.

45 D.E. Sanger, « Bush to Defend Iraq War at U.N. : Chirac Urges a Transfer of Power », The New York Times, 22 septembre 2003, pp. Al et A6.

46 Discours prononcé par l’ambassadeur de France aux États-Unis, M. Jean-David Levitte, « France and the USA : new developments for a long-standing partnership », à Miami le 2 juin 2005. Source : http://www.ambafrance-us.org/news/statmnts/2005/levitte__florida060205.asp.

47 G. Finchelstein, « France – États-Unis : regards croisés », Le Banquet, n° 21, octobre 2004, p. 20.

48 Voici la liste non exhaustive des néo-conservateurs qui occupent ou ont occupé des postes importants dans l’administration Bush : Paul Wolfowitz, Richard Perle, Lewis Libby, John Bolton, Elliott Abrams, David Frum (qui a inventé l’expression « Axe du Mal »). Le secrétaire à la défense Donald Rumsfeld et le vice-président Dick Cheney étaient leurs alliés politiques indéfectibles. A part les praticiens de la politique, les néo-conservateurs se trouvent dans les universités américaines (Francis Fukuyama, Samuel Huntington, James W. Ceaser), les centres de recherche (Cato Institute, Hoover Institution, American Enterprise Institute, Heritage Foundation), et des publications comme le Weekly Standard (animé par William Kristol et Robert Kagan) ou The Public Interest, etc. La présence de ces néo-conservateurs dans les débats de société aux États-Unis, à tous les niveaux, leur a donné une grande visibilité et influence dans l’opinion publique américaine. C’est le cas de Max Boot, Norman Podhoretz, Sebastian Mallaby et Robert Kaplan entre autres. Prenons quelqu’un comme Paul Wolfowitz, considéré comme l’architecte de la guerre en Irak. Il a été ambassadeur en Indonésie, président de l’Université Johns Hopkins, sous-secrétaire à la Défense avant de devenir en 2005 le directeur de la Banque mondiale.

49 Forum du Front Page Magazine, 18 février 2004, disponible sur http://www.frontpagemagazine.com.

50 En plus d’être un « columnist » du NYT depuis plus de plus de trente ans, William Safire est aussi « syndicated colummnist » dont les articles étaient publiés dans des centaines de journaux aux États-Unis.

51 Avant de devenir l’éditorialiste au New York Times, D. Brooks a été pendant plusieurs années l’éditorialiste au Weekly Standard, le porte-étendard des néo-conservateurs aux États-Unis.

52 « French-American Relations in a world transformed », A Public Address by French Ambassador Jean-David Levitte, le 29 octobre 2003, Boston, Université de Harvard, The Kennedy School.

53 W.R. Keylor, « The trouble with the French », Bostonia, The Alumni Quarterly of Boston University, Boston, Automn 2003, www.bu.edu/alumni/bostonia, 2003/fall.

54 « Trying To Patchup Franco-American Relations », The Economist, 3 février 2005, disponible sur http://www.economist.com.

55 Entrevue de Dominique de Villepin à la presse nationale, disponible sur http://www.cameroon-info.net.

56 Point de presse du porte-parole du Quai d’Orsay, 11 mars 2003, disponible sur http://www.diplomatie.fr.

57 H.H. Leach, « Remarks at the Center for Advanced Military Studies », Paris, le 9 décembre 2003.

58 J.-D. Levitte, « French-American Relations in a World... », op. cit.

59 Cité dans « Anthologie de la francophobie d’aujourd’hui », Courrier international, n° 642, 20 au 26 février 2003, p. 13. F. Barnes se réjouit de la francophobie en cours aux États-Unis. Ainsi, il écrit plus loin : « Je donne des conférences, j’interviens à la télévision, et je critique fréquemment les Français, répétant toutes les blagues anti-Français que j’ai entendues. Je pensais que c’était politiquement incorrect. Au contraire [en français dans le texte]. Les Américains de pratiquement tous les horizons semblent apprécier de casser du Français. Pas une seule fois, je n’ai été réprimandé, même après avoir raconté des blagues moquant les Français pour leur faiblesse, leur déloyauté et leur ineptie ».

60 W. Safire, « And Now : Op-Ed Diplomacy », The New York Times, New York, 3 février 2003, p. A25.

61 W. Safire, « Getting On With It », The New York Times, New York, 17 mars 2003, p. A23.

62 S. Dunleavy, « They died for France, but France has forgotten », New York Post, 10 février 2003.

63 J. Joffe, « Round I Goes to Mr. Big », The New York Times, New York, 10 février 2003, p. A23.

64 S. Yusem, « France : Obsessed with Its Own Impotence », The Wall Street Journal, New York, 4 février 2003, p. A23.

65 Idem.

66 « Deadbeat France », The Wall Street Journal, 4 novembre 2003, p. A18.

67 T.L. Friedman, « Our War With France », The New York Times, 18 septembre 2003, p. A31.

68 T.L. Friedman, « Chicken à la Iraq », The New York Times, 5 mars 2003, p. A23.

69 T.L. Friedman, « Vote France Off the Island », The New York Times, 9 février 2003, p. A23.

70 M. Indyk et K.M. Pollack, « How Bush Can Avoid the Inspections Trap », The New York Times, 27 janvier 2003, p. A25.

71 W. Safire, « On Rewarding Friends », The New York Times, New York, 3 avril 2003, p. A21.

72 W. Safire, « The Failuremongers », The New York Times, New York, 8 septembre 2003, p. A23.

73 C. Angeli et J. Canard, « Le Pentagone traite Chirac d’« irresponsable » et l’accuse d’« encourager » Saddam... », Le Canard enchaîné, 22 janvier 2003.

74 Hitchens, « The Rat That Roared », The Wall Street Journal, 6 février 2003, p. A18. En effet, la France a construit un réacteur nucléaire qu’elle a vendu à l’Irak de Saddam Hussein alors que Jacques Chirac était premier ministre de VGE. Ce réacteur a été détruit par Israël en 1981.

75 C. Rosett, « Rebuilding Iraq with Clean Hands », The New York Times, 16 décembre 2003, p. A35.

76 W. Safire, « Duelfer to France : J’accuse ! », The New York Times, 13 octobre 2004, p. A27.

77 J.-D. Levitte, « France and Iraq », The New York Times, 15 octobre 2004, p. A24.

78 W.F. Buckley, « Anti-French Frustrations », National Review, vol. 55, no. 6, 7 avril 2003, p. 59.

79 « On French Jokes », The Wall Street Journal, 20 mai 2003, p. A18.

80 T.L. Friedman, « The Western Front », The New York Times, 23 mars 2003, p. 13.

81 Hitchens, « The Rat the Roared ». La traduction est celle du Nouvel Observateur qui a reproduit cet article sur son site Internet à l’adresse http://archquo.nouvelobs.com/cgi/idxlist27a...

82 M. Boot, « Europe 1, France 0 », The Weekly Standard, Washington, vol. 8, no. 24, 3 mars 2003, p. 17.

83 Idem.

84 Cité dans « Clichés », Courrier international, no. 642, 20 au 26 février 2003, p. 13.

85 « Nos Amis, the French », The Wall Street Journal, 24 janvier 2003, p. A12.

86 Hitchens, « The Rat... », op. cit.

87 S. Yusem, « France : Obsessed... », op. cit.

88 Cité dans « Clichés », op. cit.

89 « French Military History in a Nutshell », The Weekly Standard, vol. 8, no. 23, 24 février 2003, p. 40.

90 J.-D. Levitte, « France and the USA : new... », op. cit.

91 Sénat français, rapport d’information présenté au nom de la commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées à la suite d’une mission effectuée du 13 au 16 mars 2005 aux États-Unis, no. 307, disponible sur http://www.senat.fr.

92 Audition de M. Jean-David Levitte, ambassadeur de France aux États-Unis, sur l’image de la France aux États-Unis et l’état de la relation franco-américaine, Commission des Affaires étrangères, Assemblée Nationale, compte rendu n° 35, mercredi 30 mars 2005, http://www.assemblee-nationale.fr/12/cr-cafe/04-05/c0405035.asp.

93 « Une opinion nuancée malgré quelques clichés », Le Figaro magazine, 30 août 2005, disponible sur http://www.figaro.com.

Auteur

Est professeur titulaire des relations internationales au Département d’histoire de l’Université Laval (Québec, Canada). Il a été professeur invité à l’Institut d’études politiques de Paris et à l’Université de Virginie aux États-Unis. Il est l’auteur de L’Agonie yougoslave (1986-2003). Les États-Unis et l’Europe face aux guerres balkaniques, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2003. Son prochain livre, Penser les relations franco-américaines depuis la fin de la guerre froide (1989-2006), sortira aux Presses de l’Université Laval en 2007.

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search