Version classiqueVersion mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Hier et Aujourd’hui

16- Entre « City of Lights » et « Hall of Shame », la France vue de Californie

Annick Foucrier

Résumé

The French opposition to a military intervention in Iraq has provoked violent reactions from all those who supported the policy of George W. Bush–politicians, medias, lobbies. France has been denounced as an unreliable ally; French bashing has spread on the internet. Since California voters favoured Gore in 2000 then Kerry in 2004, one could expect they would praise France. This paper examines the complexity of the images of France and the French, recurrent in newspapers and developed among groups such as viticulturists or Mexican Americans.

Texte intégral

  • 1 L. Zecchini, « Français et Américains gardent une vision négative les uns des autres », Le Monde, 1 (...)

1Un sondage TNS-Sofres, conduit du 8 au 12 juin 2005 en France et aux États-Unis pour la French-American Foundation et Le Monde1, mettait en évidence une dégradation des relations franco-américaines au niveau des opinions publiques. Selon ce sondage, 35 % des Américains seulement avaient encore de la sympathie pour la France contre 45 % en 2000 ; 25 % avouaient de l’antipathie (7 % en 2000), le pourcentage étant plus élevé chez les républicains (39 %). Les Américains allant jusqu’à parler de la France comme d’une « adversaire » étaient 45 % (contre 14 % en 2000). Chez les Français le chiffre n’était que de 24 % (15 % en 2000). Enfin, si la position de la France comme « leader mondial » dans le domaine de la mode et du vin était encore reconnue par 70 % des Américains, ce pourcentage baissait puisqu’il avait atteint 86 % en 1991.

2Dans l’histoire tourmentée des relations franco-américaines, que Laurent Zecchini définit comme « une amitié ancienne et un agacement réciproque récurrent », on voit souvent les seules relations diplomatiques, 1 les manifestations de mauvaise humeur de tel ou tel dirigeant, les déclarations lors des visites et des sommets. Les grands medias qui « font l’opinion » sont sollicités pour dire ce que pensent les peuples. Mais les États-Unis sont un pays immense, et malgré la capacité d’influence de la culture de masse, ils restent un pays très divers.

3Changer d’échelle permet de poser autrement la question du regard américain sur la France. Ce sont des regards, des visions, des représentations qui s’expriment à l’échelle d’un état, d’une ville, d’un quartier, d’une institution. A cet égard la Californie présente un intérêt particulier. On pourrait, pour résumer sa spécificité, dire qu’elle est par exemple plus urbaine que l’Oklahoma, plus cosmopolite que le Mississippi, plus décontractée que le Massachusetts et plus tournée vers l’Asie et l’Amérique hispanique que Chicago. C’est un état-monde où la population « blanche non hispanique » est devenue minoritaire (46,7 % d’après le recensement de 2000), les Hispaniques étant 32,4 % et les Asiatiques 10,8 %.

4Il faut aussi tenir compte du fait que la Californie n’est homogène ni ethniquement ni politiquement. Si les électeurs ont voté en majorité pour Al Gore en 2000 et pour John Kerry en 2004, ils ont aussi élu en 2003 un gouverneur républicain. La partie nord, avec la baie de San Francisco, est plus démocrate, plus progressiste voire « radicale », tandis que dans le sud se trouvent des bastions républicains : Orange County, San Diego County et Riverside County.

5Dans les domaines culturel, politique, ethnique, les positions s’opposent et les images s’entrechoquent.

6Cet essai s’appuie sur des articles du Los Angeles Times, le plus original des journaux californiens, les autres se contentant souvent de reprendre des articles publiés ailleurs ou des communiqués de l’AFR Le Los Angeles Times a même eu une correspondante touristique à Paris. On utilisera aussi des interviews réalisées en Californie en 2005, simples opinions personnelles qui ne se prétendent pas représentatives, mais sont plutôt des illustrations.

Paris, la parisienne et les musées : la France, exemple de raffinement

7JoEllen, une institutrice qui s’est installée dans les montagnes de la Sierra Nevada après avoir passé des années dans le Marin County, m’a fièrement montré les serviettes de table qu’elle avait achetées à Paris quinze ans auparavant. La présence d’une visiteuse venue de France lui fournissait une occasion de les utiliser pour dresser la table. Quant à son mari, très fier de ses ascendants français, il m’a assuré qu’en voyant un canal qui lui semblait bien réalisé, il s’était fait la réflexion qu’il devait avoir été construit par des Français, tant la France est encore pour lui synonyme de qualité (un peu comme les « French laundries », ces blanchisseries françaises qui avaient bâti leur réputation à San Francisco au XIXe siècle sur un service de qualité, du fini main). Cette image de la France valorisait l’artisanat, « la belle ouvrage » comme une ambition largement répandue. C’est aussi une réaction, minoritaire cependant, face à une production industrielle standardisée, souvent maintenant fabriquée à l’étranger, vendue d’un bout à l’autre de l’Amérique dans les mêmes chaînes de magasins.

  • 2 P. Pae, « The A380, the largest airliner ever built, will be unveiled by Airbus on Tuesday. It’s th (...)

8Dans ce type de représentation, la France est limitée à Paris et à une campagne ancestrale où, comme dans un article sur l’A380 du 17 janvier 2005, on trouve entre Langon et Toulouse « mostly two-lane roads lined with vineyards and geese farms »2. C’est la France « étemelle ».

  • 3 R. St. Clair, « Americans still smitten with French style », Los Angeles Times, February 6, 2005.
  • 4 « All the colors of the world under one roof », Los Angeles Times, September 1, 2005.

9Paris et la Provence restent des valeurs sûres surtout pour les Californiens qui voyagent, ont voyagé ou aimeraient voyager en Europe. Aussi dans le Los Angeles Times trouve-t-on de nombreux articles sur la France classés surtout dans les rubriques « Style and Entertaining ». Dans le premier cas un article, du 6 février 2005, rend compte de la popularité croissante des meubles Louis XV et Louis XVI, appréciés pour leur confort plus intime que les énormes meubles contemporain3. Dans un autre article, daté du 1er septembre 2005, la maison présentée est située à Malibu. Ceux qui y vivent sont un artiste français, Carl Gillberg et son épouse Chantal née à Haïti. Celle-ci livre le secret de l’élégance française : l’éducation au bon goût (« When I was young, my mother, who was French, would say, "Chantal, look at your shoes and your dress, what do you think, should we change the colors ?" So you learn what goes together »)4. Les objets d’art exposés dans la maison viennent de partout, dit-elle. On peut en conclure que l’harmonie est donnée par son bon goût de Française, bon goût appris mais aussi naturel.

  • 5 B. Thornburg, « Provence in the Valley : Two ardent Francophiles throw a very French party at their (...)

10A l’inverse, dans un article de juillet 2006 du Los Angeles Times5, la maison choisie a été construite dans la San Fernando Valley par un couple d’Américains sur le modèle d’un mas provençal. L’article met en scène un repas auquel participent plusieurs Français qui se trouvent ainsi en situation de légitimer le style de la maison, surtout quand l’hôte pose la question : « Do the French see any similarities between South France and the Valley ? ». Et après une réponse positive des invités, l’article se termine sur une réaction de l’hôte : « "The French attitude is to enjoy simple pleasures", Gary said. "They do a better job of living in the moment" ». Cette généralisation étonnerait bien des Français de France. Bien entendu cet article, et bien d’autres, se plaisent à répéter que les Français apprécient un repas où ils mangent en discutant de ce qu’ils ont dans leur assiette.

11Car la nourriture est un critère de sophistication en France. Pour les Californiens, le vin et le fromage ne sont pas seulement de la nourriture, mais un art de vivre qu’ils partagent avec la France, une image que les Alliances françaises et les Centres culturels français cultivent de leur mieux.

  • 6 « All the colors of the world under one roof », Los Angeles Times, September 1, 2005.
  • 7 G. Pollard-Thierry, « Mother, author, emissary : the busy Clara Gaymard, » Los Angeles Times, March (...)

12Paradoxe de ces Français qui semblent obsédés par la nourriture, la Parisienne, mince et sophistiquée, reste un personnage apprécié dans les articles du Los Angeles Times. Chantal Gillbert disait : « You can sit with a French woman in a café in Paris and she can name everything on everybody passing : "This is a Givenchy, this is an Hermès". She can tell you exactly what perfume you’re wearing »6. En 2005 les Californiens ont trouvé un exemple de Parisienne qui, à l’époque, séjourne chez eux. Le 2 mars 2005, alors que son mari se débat en pleine tourmente pour une histoire d’appartement, Clara Gaymard a droit à un article dans la rubrique « Style and culture » où elle est qualifiée de « stylish » et décrite ainsi : « Fictionalized, she would represent the Parisian version of the protagonist in the Allison Pearson novel I Don’t Know How She Does It. In reality, she personifies Mireille Guiliano’s bestseller, French Women Don’t Get Fat. At 45, Gaymard is petite and mince, which is defined literally in French as slim or slender, and colloquially as looking really good, really fit »7.

13Dans un pays où l’obésité est un fléau national et où il touche surtout les plus pauvres, la minceur est un idéal et l’admiration est réelle envers celles qui le réalisent.

14Capitale de la France, principal point de repère pour des Américains qui ont peu de connaissances géographiques, Paris est toujours la « City of Light » (le terme est employé par les lecteurs), ville-lumière popularisée par la littérature. La France évoque les impressionnistes, qui font encore les beaux jours des expositions aux États-Unis, et les musées abondent. D’où le succès des « cartes postales de Paris » de Susan Spano, qui a vécu quelques années à Paris comme correspondante touristique du Los Angeles Times : grâce à ses chroniques, certains lecteurs se souviennent de précédents séjours à Paris, d’autres y cherchent des conseils pour un prochain voyage. Dans leurs commentaires, les lecteurs demandent des renseignements touristiques : des conseils pour se débrouiller à Paris quand on ne connaît pas la langue, quand on n’a pas beaucoup de temps. Mais ils veulent aussi mieux comprendre les Français. Une lectrice de Glendale témoigne de cette curiosité quand elle se plaint en mars 2005 que Spano ne parle pas assez du mode de vie des Français, ce qui n’est certes pas facile pour une étrangère après seulement quelques mois de séjour : « I really do not find Susan Spano’s columns interesting or informative. She writes of the touristic and boring things but gives us little or no insight into the French way of life or of their thinking ».

L’incompréhension des mouvements sociaux

15Les lecteurs n’hésitent pas à corriger Spano si ce qu’elle écrit ne leur semble pas exact. Les Américains vivant en France défendent les Français. Par exemple dans sa chronique du 17 mars 2005 elle se plaint de la grève générale, précisant : « Their grievance ? The usual [...]. Strikes are as common here as mudslides, earthquakes and fires are in L.A. ». Et comme cette grève a lieu le jour de la visite du comité olympique chargé de choisir la ville qui organisera les Jeux de 2012, elle en conclut que les Parisiens ne souhaitent pas réellement que Paris obtienne cette distinction : « But living here I don’t get the feeling that Parisians are particularly pleased by the prospect of hosting the games, which will bring more congestion, clueless tourists and business-as-unusual ».

16Elle est vertement critiquée par des Américains installés eux depuis de nombreuses années. Denis, qui vit à Paris depuis plus de 13 ans, donne un autre point de vue le 25 mars : « Thursday’s strike proved that the French refuse to be held hostage by corporate interests » et plus loin : « As much as the British and American press would like to portray the French as a people lost in the nostalgia of a bygone era, this is simply not accurate. [...] I have always found the French to be extremely tolerant (almost to a fault) ». On comprend comment Paris peut continuer à attirer des Américains de sensibilité de gauche. John, de Los Angeles, va plus loin : « For once, as a fan of yours, I am truly appalled by your last postcard, especially concerning what I consider, as a true American citizen and « Francophile », a biased and inaccurate description of French behaviour ».

17La question des grèves en France montre que sur ce sujet les Américains se divisent selon leurs propres convictions politiques. Pour certains, comme Spano, les Français commettent « un suicide économique », pour d’autres comme Denis N., Américain vivant à Paris, ils défendent des avantages gagnés difficilement.

18Mais si les Américains vivant en France ont une compréhension claire des mouvements sociaux, il n’en est pas de même en Californie. Ceux qui ne peuvent pas trouver des renseignements en français sont dépendants des informations transmises par Fox news, CNN ou d’autres qui s’intéressent à l’aspect spectaculaire des événements. Ainsi lors des émeutes de l’automne 2005, la répétition des incendies de voitures sur les écrans a été telle que la France semblait en pleine guerre civile et Paris en train de brûler. D’autant que le secrétaire d’Etat avait conseillé aux ressortissants américains d’éviter la France, un conseil largement inutile, mais susceptible de nourrir l’inquiétude des populations.

19Après le référendum sur la constitution européenne, les journalistes ne se sont pas privés non plus de souligner la contradiction qu’a consisté pour les Français le fait de voter « non » sur un texte rédigé par des Français. Les pays étrangers ont du mal à concevoir la profonde division politique qui est une tradition en France.

Les critiques : l’Irak, l’Arrogance, le Cinco de Mayo

20Les critiques adressées à la France visent son refus de participer à la guerre menée par le président américain en Irak, son « arrogance », son histoire, mais aussi ses vins.

  • 8 E. Bryant, « Envoy to Paris heading home to bay Area ; he served during stormy times for U.S.-Frenc (...)

21Le refus des dirigeants français de participer avec les États-Unis à la guerre en Irak a provoqué une crise dans les rapports entre les deux pays. Mais la tension liée à l’intervention américaine en Irak s’est installée sur un terrain favorable. Dans l’interview qu’il donne au San Francisco Chronicle, l’ambassadeur Howard Leach, homme d’affaires originaire de Californie, reproche au gouvernement français d’avoir agi de façon hostile aux États-Unis : « "France has the right to choose its opinion, but no leader of France ever in the past actually worked against the United States’ interests" he said in a subsequent interview with members of the media. "When you have a friend actively working against you, it not only hurts your feelings, it makes you angry." »8.

22La France est accusée de ne pas fournir d’aide comme dans un exemple des « Hall of Shame » du Los Angeles Times (12 mars 2005). Elle est aussi soupçonnée de profiter de la situation pour semer la division entre l’Angleterre et l’Allemagne, l’Europe et les États-Unis, avec rien moins que l’intention de dominer l’Europe !

23Dans le même numéro, un autre « Hall of Shame » est consacré au débat provoqué dans les cercles cinématographiques par le financement américain du film Un long dimanche de fiançailles, ce qui est présenté comme un exemple de « déni kafkaiesque » et de protectionnisme susceptible de jouer finalement contre les intérêts du cinéma français.

24On voit comment Hollywood s’irrite du protectionnisme français et contre-attaque.

25La critique de tout ce qui est français a aussi un but de politique intérieure, à destination des adversaires du président. Ceux qui se définissent comme anti-Bush sont pro-français, c’est le cas par exemple dans les universités ; et inversement les pro-Bush sont anti-français, comme de nombreux anciens combattants. Martine, une Française, évoque même l’intention de Californiens de gauche d’émigrer vers la France pour fuir une Amérique qui se durcit.

  • 9 L. Murphy. « California wines beat the French – again : Even after 30 years of aging, state’s Caber (...)

26L’attitude des dirigeants français a provoqué chez certains Américains de Californie un rejet de tout ce qui est français, vins, nourriture. Cela ne s’est pas manifesté comme à Washington où les frites ont été débaptisées, et de « French fries » ont été renommées « freedom fries ». Mais cela a pu s’appuyer sur la concurrence entre les vins français et les vins californiens ainsi que chiliens ou australiens. Depuis la dégustation à l’aveugle le 24 mai 1976 qui avait reconnu la qualité supérieure des vins de Californie testés, ceux-ci se flattent de dépasser les vins français. Pour célébrer les trente ans de ce qui a été qualifié de « Jugement de Paris », une autre dégustation du même genre a été organisée en Californie (Napa Valley) et au Royaume-Uni avec des résultats très similaires, largement commentés en Angleterre et aux États-Unis9. Dans un contexte de difficultés économiques pour les vins français, le blâme est mis sur le peu d’efforts des Français pour pénétrer les marchés extérieurs, sur une auto-satisfaction trop proche de l’arrogance.

27Il est depuis longtemps reproché aux Français d’être arrogants. Ainsi le Los Angeles Times s’est-il délecté d’un sondage conduit auprès des Européens qui associe aux Français des qualificatifs en général négatifs (29 mai 2005) sous le titre « Le Mot Juste ? » : « Two French researchers asked Europeans to describe the Gallic character. The adjectives – from Britain, Germany, Greece, Italy, the Netherlands, Spain and Sweden – were overwhelmingly negative. They were reported this month in British newspapers : pretentious, haughty, vain, snobbish, arrogant, chauvinistic, neo-colonialist, self-obsessed, stubborn, disobedient, humourless, righteous, preachy, cold, distant, impolite, frivolous, shallow, agitated, disorganized, talkative, carnal, immoral, out of touch, egocentric, bons vivants, nannied, dirty. »

28La liste est une accumulation de stéréotypes, mais qui peuvent être repris par les groupes les plus divers.

29On a longtemps parlé du Pacifique comme de l’océan de l’an 2000 puis du XXIe siècle. Les échanges économiques de la Californie sont tournés vers cet espace économique.

30Les Hispaniques représentent presque le tiers de la population de Californie. Le français garde son aura de langue romantique et son prestige (comme en témoigne Alisa, 19 ans, qui veut voyager et voir Paris), mais son enseignement décline par rapport à l’espagnol, plus important localement.

31Dans l’ensemble les Californiens qui ont peu de culture ne connaissent rien de la France et sont d’autant plus réceptifs aux campagnes médiatiques. C’est le cas d’immigrants hispaniques ou asiatiques, très nombreux en Californie. Les Mexicains-Américains de Californie célèbrent joyeusement l’anniversaire du Cinco de Mayo plutôt que du 16 septembre, fête nationale du Mexique. On peut s’étonner de ce choix et de sa popularité qui s’étend à tous les États-Unis. Le Cinco de Mayo rappelle la victoire en 1862 des armées de Benito Juarez sur celles de Napoléon III à Puebla. C’est une fête nationale officielle au Mexique, mais qui est peu célébrée sinon à Puebla. Le choix de cette date pour les résidents mexicains ou mexicains-américains aux États-Unis plutôt que de la lutte pour l’indépendance contre l’Espagne pose une question à l’interprétation. Une alternative aurait pu être la fête de la Vierge de Guadalupe le 12 décembre, de la même façon que les Irlandais fêtent la St Patrick. L’idée émerge vers 1967. Il fallait rassembler les immigrants mexicains aux États-Unis et leurs descendants dans un cadre commémoratif et festif, sans affirmer trop haut une identité étrangère. L’abandon de la fête nationale pour une autre date sert un processus de construction d’identité intérieure aux États-Unis et qui en l’occurrence se fait sans risque en dénonçant la France. La popularisation de la célébration peut alors bénéficier du savoir-faire des intérêts commerciaux qui organisent la vente de nourriture et de boissons.

32Bruce, d’origine écossaise et canadienne, qui a vécu à Montréal, résume assez bien la vision que des Américains peuvent avoir de la France et mérite d’être méditée : selon lui, elle n’a pas été capable d’intégrer ses musulmans aussi bien que les États-Unis le font ; les Américains sont indifférents à ce que les Français pensent d’eux ; les vins californiens sont aussi bons que les vins français et la compétition s’est plutôt déplacée vers les vins chiliens et australiens.

Conclusion : la double ambition américaine

33Il existe en Californie de bonnes dispositions envers la France, mais qui ne sont pas suffisamment exploitées. Les Californiens témoignent de l’évolution des États-Unis vers le Pacifique, mais aussi d’une double ambition : une aspiration à la culture classique, européenne, qui permet l’admiration de la France, de son art et de son mode de vie ; une aspiration à voir sa puissance reconnue, qui se manifeste par une mauvaise humeur contre ce qui est considéré comme l’arrogance française. La France agit comme un révélateur d’identité. Quant aux Français qui vivent en Californie, ils sont peu visibles sinon dans les secteurs de la nourriture et de la mode (luxe).

34Les Français doivent-ils s’inquiéter ? Sommes-nous nous aussi trahis par nos amis, poignardés par les medias américains ? Il faudrait peut-être déjà que nos medias cessent de ne parler que de ce qui est négatif en France et de s’appesantir complaisamment sur les dysfonctionnements qui doivent cependant être corrigés. Il faudrait aussi que l’industrie du tourisme et plus généralement les services privilégient la courtoisie et la compétence.

Notes

1 L. Zecchini, « Français et Américains gardent une vision négative les uns des autres », Le Monde, 18 juin 2005.

2 P. Pae, « The A380, the largest airliner ever built, will be unveiled by Airbus on Tuesday. It’s the sum of a worldwide ballet of parts manufacturers », Los Angeles Times, January 17, 2005.

3 R. St. Clair, « Americans still smitten with French style », Los Angeles Times, February 6, 2005.

4 « All the colors of the world under one roof », Los Angeles Times, September 1, 2005.

5 B. Thornburg, « Provence in the Valley : Two ardent Francophiles throw a very French party at their very French home », Los Angeles Times, July 2, 2006.

6 « All the colors of the world under one roof », Los Angeles Times, September 1, 2005.

7 G. Pollard-Thierry, « Mother, author, emissary : the busy Clara Gaymard, » Los Angeles Times, March 2, 2005.

8 E. Bryant, « Envoy to Paris heading home to bay Area ; he served during stormy times for U.S.-French ties, » San Francisco Chronicle, April 14, 2005.

9 L. Murphy. « California wines beat the French – again : Even after 30 years of aging, state’s Cabernets still tops », San Francisco Chronicle, May 25, 2006.

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search