Version classiqueVersion mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Hier et Aujourd’hui

15- Un miroir de complaisance

Réception et usages américains du philo-américanisme Français

Antoine Deram

Résumé

Pro-American discourse in France has always been twofold: an enumeration of French sins is coupled with a gleaming image of American accomplishments. In periods of crises, such analyses cross the Atlantic easily – a foreigner’s praise is especially sweet to a patriot’s ear. At the end of the nineteenth century, French prophecies about the future glory of America were appreciated because they confirmed, from what was considered a neutral point of view, the doctrine of Manifest Destiny. In his memories of the Spanish-American war, President Theodore Roosevelt stated that he took only one book with him on his long journey to Cuba: Edmond Demolins’ The superiority of the Anglo-Saxons, published in Paris in 1897. Now that they’ve become the world’s only superpower, the United States is no longer interested in tributes to its greatness; France, on the other hand, with its spirit of independent foreign policy and its attitude of « anti-Americanism » irritates many Americans. That’s why anti-French writers in America are glad to see so many Parisian essayists define French individualism as the national psychosis of a declining country. This may explain the feelings that authors such as Philippe Roger and Jean-François Revel have aroused in the United States. Some ideas, though, seem to transcend time, among which is the belief that France’s inferiority is rooted in the ethnic composition of its population.

Texte intégral

  • 1 L’obsession anti-américaine. Son fonctionnement, ses causes, ses inconséquences, Plon, 2002.
  • 2 R. Chesnoff, The Arrogance of the French : Why They Can’t Stand Us – and Why the Feeling is Mutual, (...)
  • 3 1 1septembre 2001. L’effroyable imposture. Aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone, Carnot, 20 (...)
  • 4 Saint-Simon, 2005.

1Il me semble qu’il existe une profonde asymétrie entre l’antiaméricanisme français et la francophobie américaine. Depuis quelques années, les Français sont intarissables au sujet de leur propre antiaméricanisme, qu’ils analysent et blâment dans le même mouvement ; tandis que les francophobes américains, de leur côté, considèrent leur mépris de notre pays comme bien naturel – ils ne tentent nullement de l’analyser, mais s’emploient plutôt à le justifier. D’un côté de l’Atlantique, Jean-François Revel dissèque nos sombres instincts en couvrant de son habit vert les biais évidents de son analyse1 ; de l’autre, des ouvrages aux titres évocateurs, tels que The Arrogance of the French, Our Oldest Enemy ou encore Vile France, se disputent le marché apparemment porteur de la gallophobie2. On écrit à Paris que les Français haïssent l’Amérique, et que cela est abject ; on écrit à New York que les Américains devraient haïr la France pour une somme d’excellentes raisons. On pourrait ajouter que les Français, même s’ils sont un peu chagrinés quand des restaurateurs texans vident dans le caniveau leurs bouteilles de bordeaux, sont au fond assez indifférents aux campagnes de French bashing, tandis que l’antiaméricanisme français est devenu un objet de réflexion occasionnel pour une large frange de polémistes américains, et un poncif généralement admis dans nombre de forums de discussion. Un ouvrage authentiquement anti-américain comme L’effroyable imposture, de Thierry Meyssan, est souvent invoqué dans les milieux francophobes comme un symbole3, tandis qu’à l’inverse, un essai caricatural comme Our Oldest Enemy ne connaît chez nous qu’un écho très médiocre – même après avoir été traduit dans notre langue, sous le titre Maudits Français, avec pour sous-titre délicat « Trois siècles de relations tumultueuses entre la France et l’Amérique »4.

  • 5 B-H. Lévy a entrepris sa réflexion sur l’anti-américanisme dès L’Idéologie française, l’un de ses p (...)
  • 6 Voir la bibliographie thématique de ce chercheur à la Brookings Institution sur http://www.vaisse.n (...)

2L’asymétrie que je viens de désigner, si elle s’explique facilement, est très regrettable quand elle s’étend au champ scientifique. L’antiaméricanisme français a fait l’objet d’études, plus ou moins approfondies il est vrai, d’auteurs tels que Bernard-Henri Lévy, Michel Winock, Denis Lacorne ou Philippe Roger5 ; la francophobie américaine, elle, ne fait à ma connaissance l’objet d’une attention suivie que de la part de Justin Vaïsse6. On objectera que les deux objets ne sont pas d’égale importance, que l’historiographie a montré la place centrale de l’antiaméricanisme dans la psyché française alors que la francophobie n’est, chez les Américains, qu’une réaction d’humeur à l’égard d’un pays indiscipliné mais secondaire. Il est cependant possible que cette vision résulte elle-même d’un effet d’optique, lié à l’hypertrophie de la production livresque d’un côté, à sa quasi-absence de l’autre. Tout se passe en fait comme si l’un des deux objets était considérable, et l’autre négligeable ; et qu’en raison de cette disproportion, ils n’entretenaient en fait aucun rapport.

3Leurs liens me paraissent pourtant évidents, et cela pour plusieurs raisons. D’abord, on doit admettre, à moins de tomber dans l’apologétique exceptionnaliste, que tous les discours xénophobes sont structurellement similaires. Ensuite, l’antiaméricanisme français a souvent été décrit comme « un miroir des passions nationales » : le discours francophobe soulevé aux États-Unis par la crise irakienne de 2003, par exemple, comporte assurément la même dimension spéculaire. Enfin, le conflit, on le sait, peut être une forme de socialisation entre les belligérants. Dans le cas de la « guerre froide » franco-américaine, les sentiments inamicaux de l’un constitue une justification toute trouvée à l’hostilité de l’autre ; et cette réciprocité du mépris donne lieu à une active recherche de l’information, dans le but clairement avoué de consolider et d’étayer le préjugé hostile. Ainsi, les francophobes des États-Unis s’emploient-ils à recueillir tout ce qui, écrit et publié en France, est de nature à alimenter leur dédain. La production des américanophiles français, qui est presque toujours organisée en un diptyque « Grandeur des États-Unis / Petitesse névrotique de la France », est alors lue et citée avec beaucoup de déférence. Elle a l’immense avantage de rassembler une importante information, qui serait autrement demeurée difficile d’accès pour l’essayiste pressé ; elle présente des explications clé en main sur les torts, les erreurs et les échecs de la France ; enfin, elle constitue une sorte de preuve : si les meilleurs polémistes français nous assurent que leur pays est en tout point inférieur à l’Amérique, pourquoi nous retiendrions-nous de penser la même chose ?

4C’est à ce dernier aspect de l’échange transatlantique que j’aimerais consacrer cette intervention, en l’inscrivant dans une perspective historique. Contrairement à ce que les biais de l’historiographie pourrait laisser supposer, l’américanophilie manifeste des élites françaises actuelles ne procède pas, en effet, d’un phénomène de génération spontanée : Alexandre Adler, André Glucksmann et Pascal Bruckner ont quelques ascendants. J’aimerais mettre en regard, pour étudier l’usage qui en a été fait aux États-Unis, deux grandes périodes. La première est celle, particulièrement cruciale, où les États-Unis se constituent en puissance impériale, pour la plus grande perplexité du public français ; la seconde époque est la nôtre.

  • 7 « A l’âge du doute succède l’ère du soupçon. On ne se contente plus de déplorer l’insensibilité ou (...)
  • 8 Et même, dans une très large mesure, pendant celle-ci : rappelons-nous que l’année 1898 fut celle d (...)

5Première époque, donc, celle des débuts de l’impérialisme américain. Un ouvrage récent – celui de Philippe Roger – suggère que les premiers pas du jeune colosse ont été observés, en France, avec un mélange d’inquiétude et de dégoût7. Il est vrai que les analyses publiées dans la presse parisienne au cours de l’année 1898 ne sont en général guère sympathiques à la nouvelle politique étrangère de Washington. Mais la prise en compte d’une période plus longue que ces quelques mois d’effervescence invite à nuancer fortement le tableau d’une opinion française résolument hostile aux progrès de la puissance étatsunienne. Avant et après la guerre hispano-américaine8, la note dominante, dans le débat français, n’est pas l’hostilité envers une puissance étrangère – a fortiori les États-Unis –, mais bien au contraire un sentiment de déclin très largement partagé et la recherche d’un modèle étranger grâce auquel notre grand et vieux pays puisse entamer sa rédemption. Dans ce débat, un auteur presque entièrement oublié aujourd’hui prit une part éminente : il s’agit d’Edmond Demolins.

  • 9 Initialement paru chez Firmin-Didot, l’ouvrage a fait l’objet d’une très médiocre mais commode rééd (...)
  • 10 Pour faire bonne mesure, l’Argentine et la Bolivie avaient été incorporées à l’Empire, et des îlots (...)

6Né en 1845, chartiste, disciple de Frédéric Le Play, Demolins ne s’était encore signalé au public que par des monographies plutôt confidentielles lorsqu’il publia en 1897 un essai qui devait connaître un succès retentissant, en France et hors de nos frontières : A quoi tient la supériorité des Anglo-Saxons ?9 La couverture de l’ouvrage était illustrée par une carte du monde où la Grande-Bretagne, ses colonies et les États-Unis avaient été colorées en rouge10. Demolins discernait une différence essentielle entre les populations d’Europe continentale d’une part, et les « Anglo-Saxons » d’autre part. Les Français, tout comme les autres peuples latins ou même les Allemands, étaient dominés par la mentalité communautariste : ils attendaient tout de la collectivité, et plus spécialement de l’Etat ; les Anglais ou les Américains, en revanche, étaient élevés dans l’idée qu’ils ne devraient jamais compter dans la vie que sur eux-mêmes. Passionné de pédagogie, et très frappé par sa visite de quelques pensionnats anglais, Demolins attribuait aux méthodes d’enseignements britanniques l’origine de cette supériorité culturelle : les jeunes gens n’y consacraient-ils pas l’essentiel de leur temps à l’exercice de leurs facultés pratiques et physiques ? Ainsi éduquait-on des bâtisseurs d’Empire.

  • 11 Firmin-Didot, 1898.
  • 12 On peut citer notamment Boers et Anglais, où est le droit ? Firmin-Didot, 1899. Demolins en revint (...)

7Articulé autour d’une idée simple voire simpliste, proposant aux maux de la France un remède apparemment très facile à mettre en œuvre, ce fleuron de la littérature décliniste se vendit à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires et fut réédité jusqu’en 1927. Encouragé par ce triomphe inattendu, Demolins poursuivit son effort d’analyse, l’année suivante, avec un nouvel essai intitulé Les Français d’aujourd’hui : Les types sociaux du Midi11. Selon notre auteur, la culture de la vigne et de l’olivier avait fait, des habitants du Sud de la France, une population à la mentalité puissamment communautariste. Parasites, budgétivores, fonctionnaires dans l’âme pour tout dire, les Méridionaux constituaient pour leur pays une charge difficilement supportable, et dont les possibilités de rééducation paraissaient faibles. Par la suite, notre auteur continua un temps d’exploiter le filon découvert en produisant encore plusieurs opuscules, articles et conférences démarquées du même thème – avec un succès décroissant12.

8Le point intéressant est que les analyses de Demolins portèrent bien au-delà du lectorat français. On lut son chef d’œuvre jusqu’en Egypte, où le livre fut traduit dès 1899, au Japon (1901), à Istanbul où le livre fut l’une des sources d’inspiration du mouvement Jeune-Turc, etc. Dans le monde entier on médita ce tableau de la déchéance française et des grandeurs anglosaxonnes, brossé par un Français. Mais on peut évidemment présumer que nulle part, il ne fut lu avec de plus grandes délices que dans les pays dont il chantait les louanges. L’Angleterre, principal objet de l’admiration d’Edmond Demolins, les accueillit avec une condescendance blasée. Les États-Unis, en revanche, manifestèrent davantage de sensibilité.

  • 13 G. Valbert, « The Superiority of the Anglo-Saxons », n° 2787, 4 décembre 1897, p. 656- 664.
  • 14 « The Success of the Anglo-Saxons », n° 2809, 7 mai 1898, p. 352-365 (traduction d’un article de la (...)
  • 15 « Demolins’s French of to-day », n° 1734, 22 septembre 1898, p. 222-223 ; « Anglo-saxon superiority (...)
  • 16 « One would suppose the audacity of the title would have provoked a storm of angry denunciation, fr (...)
  • 17 Voir par exemple « The Latin worm turns », n° 2223, 6 février 1908. Après avoir relevé, au contrair (...)

9Selon un paradoxe apparent, ce sont des périodiques très attentifs aux idées venues d’Europe et assez nettement francophiles qui firent connaître le nom d’Edmond Demolins au-delà de l’Atlantique. Dès le mois de décembre 1897, la revue bostonienne The Living Age publiait en effet la traduction d’une critique franchement négative que la Revue des Deux-Mondes avait consacrée à l’ouvrage13. Cette recension, où Demolins était accusé de faire de la rhétorique autour d’une thèse caricaturale, donnait le ton : The Living Age devait dans les mois qui suivirent publier trois autres articles consacrés en tout ou en partie à notre auteur, où celui-ci, qualifié de « parfait anglomane », se voyait reprocher d’oublier toute nuance en attribuant aux Anglo-Saxons le monopole d’à peu près toutes les vertus humaines, et de flatter leur arrogance d’une façon que le contexte géopolitique rendait particulièrement inopportune14. De la même façon, The Nation, revue « East coast » élitiste, europhile et anti-impérialiste, consacrait coup sur coup, à l’automne 1898, deux longues recensions aux Types sociaux du Midi puis à la Supériorité des Anglo-Saxons15. Elle se montrait nuancée : elle reprochait notamment à l’auteur de donner trop de crédit à l’idée inconsistante de « race » ; mais elle s’étonnait aussi du vif succès qu’avaient pu rencontrer parmi le lectorat français des ouvrages si cruels pour l’orgueil national, et y discernait le symptôme d’un possible redressement du pays16. L’espace éditorial indirectement offert aux idées de Demolins montrait qu’il avait su s’imposer à l’imagination de ses critiques, et dans les mois et les années qui suivirent une dizaine d’articles consacrés à la « décadence des nations latines » ou à d’autres thèmes connexes mentionnaient son nom et ses travaux17 ; pour les lecteurs de The Nation, il devint sans doute, au fil du temps, une référence familière.

10Ces publications nord-américaines avaient sans doute, par l’attention dont elles témoignaient envers le publiciste parisien, contribué à créer ou à amplifier un mouvement de curiosité, et une demande commerciale. Dès 1898, une traduction anglaise paraissait à Londres, œuvre du Français Louis Bert-Lavigne ; elle était rapidement importée par Scribner’s, et proposée au public à grands renforts de publicité dans Harper’e Magazine ou The Century, parmi des titres consacrés au futur de Cuba et des Philippines fraîchement conquises. En 1899, paraissaient deux éditions nord-américaines, l’une à New York, l’autre à Toronto, avec ce sous-titre éloquent : « A work dealing from a French point of view with the causes of the superiority of the English-speaking people ». Ainsi mis en valeur, l’ouvrage pouvait atteindre un public plus large que le seul lectorat cultivé de la Nouvelle-Angleterre ; et Demolins trouver des commentateurs un peu mieux disposés à son égard. Dans le numéro de décembre 1899 de The Atlantic Monthly, un article intitulé « French Openmindedness » saluait à son tour la volonté de réforme nationale que marquait la parution en France d’un livre tel que celui-là, tout en regrettant in fine que la patrie des arts et de la pensée délicate veuille devenir, à l’instar de l’Angleterre, une vulgaire boutiquière. Toutefois, la tonalité dominante, dans la réception de l’ouvrage, reste le scepticisme et la réprobation.

  • 18 N° 1800, p. 482. C’est moi qui souligne.
  • 19 « The western European nations with their colonies represent the socially efficient nations, in var (...)

11Que reprochaient à Demolins, au fond, ses lecteurs américains ? Par delà les critiques d’ordre intellectuel, une considération tactique irritait beaucoup les rédacteurs de The Nation et consorts. Le 28 décembre 1899, paraissait dans cet organe un article intitulé « Are the Latin races doomed ? », et l’on pouvait notamment y lire : « We have heard a good deal of this in the past few years. The Spanish collapse, the Dreyfus agony, the Italian riots were most easily explained by the question, "Well, what can you expect of such a race ?" We even got members of the doomed races to discussing the question. M. Demolins wrote his book to inquire the causes of Anglo-Saxon superiority. There, you see, he admits it. »18. De la même façon, l’économiste anglais John Atkinson Hobson, dans son ouvrage Imperialism : A study, paru en 1902, plaçait significativement Demolins en tête d’une pléiade de théoriciens expansionnistes ; seul auteur de langue française, parmi les Kidd et les Giddings19.

12Toutes ces réactions semblent indiquer que La Supériorité des Anglo-Saxons fut un livre de chevet pour les partisans américains d’une politique étrangère agressive, dans la période brève mais décisive (1898-1900) où la guerre hispano-américaine et ses conséquences en posèrent les fondations. Ce livre constituait mieux qu’une preuve : une sorte d’aveu, et presque une invitation – même si personne n’envisagea sérieusement à cette époque de coloniser la France pour y juguler l’élément méridional et développer l’esprit individualiste. De fait, en dehors des rédacteurs des journaux cités plus haut, je ne connais avec certitude qu’un seul lecteur américain d’Edmond Demolins, mais cet unique lecteur, et les circonstances de sa lecture, paraissent dignes de retenir l’attention, puisqu’il s’agit d’un certain Theodore Roosevelt.

  • 20 « To occupy my few spare moments, I was reading M. Demolins’s "Supériorité des Anglo-Saxons". M. De (...)

13En mai 1898, Roosevelt, démissionnaire de son poste de sous-secrétaire d’Etat à la Marine, est devenu un rough rider. Dans ses souvenirs de cette période, un seul ouvrage est mentionné, et il s’agit de celui de Demolins, que le futur président aurait lu dans sa version française, durant le trajet en train de San Antonio au port de Tampa, point d’embarquement vers Cuba. Roosevelt ne pouvait pas ne pas constater l’extraordinaire état de désorganisation qui régnait dans l’armée américaine en cours de formation, en général, et dans son corps de volontaires, en particulier. Mais Demolins permettait d’expliquer cette apparente anarchie de la façon la plus flatteuse : ce désordre, ce gâchis, ce quasi-chaos, n’étaient-ils pas la preuve que le peuple américain était à l’abri du militarisme aliénant qui dominait les nations d’Europe continentale ? Et Roosevelt de décrire l’énergie et l’imagination dont un chef devait faire preuve, lors de l’expédition cubaine, pour obtenir armes et matériel d’abord, puis pour se faire obéir de ses hommes20. Celui que Roosevelt qualifiait sans barguigner d’« excellent French publicist » permettait de requalifier en manifestation d’une vertu éminente un spectacle que tous les observateurs du temps perçurent comme un signe de grande faiblesse.

14Une enquête plus approfondie montrerait sans doute que d’autres auteurs français ont été utilisés de la même façon par leurs lecteurs américains au cours de cette période. Henry Cabot Lodge, sénateur qui prit une part obscure mais décisive dans la définition et la mise en œuvre de la politique « expansionniste », passe pour avoir été un lecteur de Demolins, mais aussi de Vacher de Lapouge, théoricien raciste contemporain pour qui la domination de la planète était à terme promise aux dolichocéphales d’Amérique du Nord. On retrouve aussi, évidemment, maintes citations tronquées de Tocqueville dans les débats relatifs à la compatibilité entre la constitution des États-Unis et la prise en tutelle de territoires étrangers. Enfin, ces organes europhiles dont j’ai déjà cité quelques titres sont très attentifs aux débats suscités en France, autour de l’affaire Dreyfus, par le prétendu « déclin » de notre pays. Mais pour en revenir à nos moutons, et nous résumer, l’œuvre de Demolins semble avoir été connue et appréciée des milieux impérialistes, à qui elle fournissait une clé d’explication et une justification supplémentaires de leur action ; justification d’autant plus précieuse qu’elle émanait d’un neutre, voire d’un représentant des peuples dits inférieurs. Pour cette même raison, Demolins fut l’objet des critiques et des sarcasmes des anti-impérialistes, qui contribuèrent sans doute malgré eux à attirer l’attention sur cet auteur. Il est remarquable que l’idée d’une décadence française suscitait alors un scepticisme général, la France étant encore assez généralement admirée pour son éclat intellectuel et artistique par tous ceux qui, aux États-Unis, écrivent et publient ; au pire, on admettait qu’elle traversait une mauvaise passe.

  • 21 Comme exemple de cette littérature proliférante, on peut citer M. Fumaroli, « L’Amérique, à prendre (...)
  • 22 A. Gopnik, « The anti-anti-Americans », 1er septembre 2003.

15Passons maintenant un siècle pour en venir à notre temps, et plus précisément aux années 2002-2004. Il est inutile, je crois, de rappeler l’état des relations franco-américaines durant cette période. La position de Paris sur la question irakienne déchaîna un tsunami d’éditoriaux définitifs sur l’anti-américanisme viscéral de notre pays, et les causes de celui-ci ; paradoxalement, la France jouit aux États-Unis, durant cette période, d’une attention telle qu’elle n’en avait plus eue depuis de Gaulle. On connaît le mot de Wilde sur l’Angleterre et les États-Unis, « séparés par une langue commune ». On pourrait presque dire qu’en 2003, la France et l’Amérique furent unis par des visions du monde différentes. Durant cette période, les vocations se sont multipliées en France pour devenir le nouvel Edmond Demolins. Face à une opinion publique où l’anti-américanisme était une réalité, essayistes, polémistes et pamphlétaires se bousculèrent pour expliquer, non certes les causes d’une éventuelle supériorité anglo-saxonne, mais tout du moins celles de l’infériorité française. En mettant de côté les ouvrages appartenant au genre plus large de la littérature décliniste, la dénonciation spécifique de l’anti-américanisme français comme manifestation d’une faiblesse plus générale souda un impressionnant front commun regroupant des noms aussi prestigieux que ceux d’Alain Finkielkraut, Bernard-Henri Lévy, André Glucksmann, Pascal Bruckner, Alexandre Adler, Marc Fumaroli, Yves Berger, et j’en passe21. J’aimerais m’attacher à quelques représentants, obscurs ou éminents, de ce groupe, qualifié dans un article du New Yorker d’« anti-anti-américains »22.

  • 23 Voir son curriculum vitae sur http://www.cellf.paris4.sorbonne.fr/pages/roger.htm. Cette fiche dema (...)
  • 24 J. Vinocur, « Two new books scrutinize a traditional Gallic obsession : Why France disdains America (...)
  • 25 Voir par exemple http://fuckfrance.com/read.h (ml ?postid=84934&replies=22. La « discussion » où l’ (...)
  • 26 Le verbatim de cette table ronde, tenue le 12 mai 2003 et dont le titre était « France and America (...)
  • 27 L’émission, intitulée « Wars D’œuvres », fut diffusée le 4 mars 2003. On peut l’écouter en http://w (...)
  • 28 Cette phrase figure en guise d’accroche sur le site Internet de la radio. Egalement citée à la fin (...)
  • 29 T. Judt, « Anti-Americans Abroad », The New York Review of Books, 1er mai 2003.

16Le savant, d’abord : Philippe Roger. Paru en France en septembre 2002, son grand essai historique sur l’histoire de F anti-américanisme français, L’Ennemi américain, ne devait paraître en traduction anglaise qu’en avril 2005, aux presses universitaires de Chicago, malgré son thème et les nombreuses affiliations académiques américaines de l’auteur23. Il est vrai que l’ouvrage, complexe et très écrit, n’était pas précisément destiné au grand public. Toutefois, dès les débuts de sa carrière en France, cet épais volume suscitait l’intérêt de la critique américaine, puis d’un public plus large. A la fin de l’année 2002, John Vinocur, dans The International Herald Tribune, et Walter Russell Meade, dans Foreign Affairs, signalent l’ouvrage et en font le plus grand éloge24. La recension de Vinocur est elle-même remarquée par nombre de bloggeurs républicains et néo-conservateurs, et elle est fréquemment citée dans un contexte de tension diplomatique : le correspondant politique à Paris d’un journal réputé démocrate et pro-européen reconnaissait que les élites françaises étaient affectées d’une grave pathologie mentale ; c’était presque trop beau pour être vrai25. Cependant Philippe Roger parcourt les États-Unis pour présenter un ouvrage qui excite une curiosité croissante : le thème est simple, il rencontre une actualité brûlante, mais il reste peu accessible (en raison notamment de son niveau de langage). Professeur à l’Université de Virginie, notre auteur donne des lectures à New York University, à Columbia, participe à une table ronde de la Brookings Institution26. Au printemps, après que le désaccord franco-américain a éclaté au grand jour, le public commence à s’intéresser à lui : Roger est notamment invité au Brian Lehrer Show, sur la station de radio WNYC27. Roger y assurait que la position française lors de la crise irakienne ne relevait pas stricto sensu de l’anti-américanisme ; mais il était aussi amené à résumer sa réflexion d’ensemble dans une formule simple : « We keep creating a mythological America in order to avoid asking ourselves questions about our real problems. »28 Et l’on imagine la réaction de bien des auditeurs encore interloqués par le discours de Dominique de Villepin à l’ONU : tout s’explique ! Le rythme des recensions s’accélère alors, et Tony Judt réserve au livre la place d’honneur dans un article consacré à une demi-douzaine d’ouvrages français sur les États-Unis : pour ce seul titre, il réclame très vigoureusement une traduction en langue anglaise29.

  • 30 Voir L’Ennemi américain, Introduction, p. 9-11. « Combien de tirades incendiaires, combien de réqui (...)

17Cet itinéraire suggère que l’auteur de L’Ennemi américain a été amené, sans doute un peu malgré lui, à endosser un autre rôle que celui de savant : producteur d’un savoir dont il avait souligné lui-même, dès le départ, la portée politique30, il devint pour nombre de ses interlocuteurs le garant scientifique d’une puissante conviction préalable – les Français nous haïssent, depuis toujours, et sans vraie raison. On est frappé, à l’inverse, par le Verbatim des conférences données aux États-Unis par Philippe Roger (quand ce texte existe) : confronté à un auditoire très liberal, qui suggère de mettre en balance anti-américanisme français et francophobie américaine, Roger se récuse prudemment. De même les revues de gauche, The Nation et The New Yorker, pointent-elles certaines faiblesses méthodologiques de l’ouvrage, ou la montée au sein des élites françaises du mouvement philo-américain ; mais elles arrivent après la bataille, à un moment où l’invasion de l’Irak est une chose accomplie. En 2005, c’est surtout dans les revues anglaises que la publication d’une traduction suscite quelques commentaires. Les Américains, alors, sont passés à autre chose, et n’ont plus besoin d’un Demolins pour leur expliquer la France.

  • 31 Terme que Revel récuse d’ailleurs avec fureur.
  • 32 Cet accueil a bien été décrit par S. Halimi, « L’obsession philo-américaine », Le Monde diplomatiqu (...)

18Deuxième exemple : l’académicien, le grand témoin, l’intellectuel d’influence – Jean-François Revel pour tout dire. Son essai L’obsession antiaméricaine parut en France à la fin de l’année 2002. L’argumentaire était bien fait pour plaire à l’aile la plus conservatrice et la plus francophobe de l’opinion américaine. Son étude de l’anti-américanisme français relève en effet davantage de la démonologie que de la science politique ou de l’histoire des idées. D’après Revel en effet, les élites parisiennes connaissent très peu l’Amérique et formulent à son égard des critiques parfaitement contradictoires entre elles ; leur hostilité systématique leur est en fait inspirée par leur aversion pour toute forme de vraie liberté, dont les États-Unis sont à la fois l’incarnation historique, les protecteurs et le sanctuaire. La politique étrangère de la France, affirme Revel, n’est dictée que par son désir de se grandir un peu en s’opposant à « l’hyperpuissance »31, quitte à s’allier pour cela avec les pires dictatures de la planète ; il suggère par ailleurs fort clairement que la présence sur le sol de notre pays d’une minorité de six millions de musulmans fanatiques n’est pas étrangère à certaines de ses décisions récentes – une thèse, on le verra, promise à de superbes développements. Revel obtint de très bonnes critiques dans la presse française en dépit de son mépris affiché pour nos élites intellectuelles et médiatiques32 ; en pleine crise irakienne, l’ouvrage passa quelques semaines en tête du classement des essais les mieux vendus, ce qui semble indiquer quelques penchants masochistes au sein du public français.

  • 33 Il faut remarquer par ailleurs que, tout académicien qu’il soit, J.-F. Revel a d’incontestables aff (...)
  • 34 « Contradictions of the Anti-American Obsession », New Perspectives Quarterly, printemps 2003 (on r (...)

19C’est avec un admirable systématisme que Revel dénonce l’esprit de système des intellectuels français – au nombre desquels, apparemment, il ne daigne pas se ranger. Relativement bref et écrit de façon limpide, le livre fournissait à l’époque de sa publication une boîte à outils commode aux polémistes anti-français d’outre-Atlantique33. Notre grand penseur libéral et anti-communiste a par ailleurs de solides attaches au sein des think tanks républicains et néo-conservateurs. Du printemps à l’hiver 2003, des revues aussi marquées que New Perspectives Quarterly, The New Criterion ou The American Enterprise publièrent de long textes adaptés de l’essai de Jean-François Revel – textes ensuite diffusés par le biais d’une constellation de blogs et de sites Internet34. Le terrain était ainsi convenablement préparé pour la parution de la traduction américaine de L’obsession anti-américaine, à la fin de l’année 2003. L’éditeur choisi, Encounter Books, est digne d’être remarqué : il est en effet un spécialiste du livre « patriote », et a publié des ouvrages tels que Vile France ou Dawn on Baghdad.

  • 35 A. Mohler, « Why Do Europeans Hate America ? Jean-François Revel Explains », 11 novembre 2003 ; htt (...)

20Au contraire de Philippe Roger, Revel semble donc s’être prêté de fort bon gré à son instrumentalisation. Les deux auteurs sont souvent mis en balance dans les recensions effectuées au cours de l’année 2003 ; et la supériorité scientifique et discursive de Roger saute aux yeux de tous les chroniqueurs de bonne foi. Revel est parfois traité avec désinvolture, voire avec une franche ironie par ses lecteurs américains les mieux informés ; ainsi Adam Gopnik écrivait-il dans The New Yorker que L’obsession anti-américaine était « a defense of the American nation so enthusiastic that it would embarass George Washington’s mom. » Mais les deux livres n’étaient de toute façon pas destinés au même public. Ainsi Jean-François Revel bénéficia-t-il en novembre 2003 d’un article très élogieux de la part du président du Southern Baptist Theological Seminary, un homme que l’on imagine plus réceptif à la vigueur de la prédication qu’aux analyses sémiotiques35.

  • 36 D.A. Harris, « Testimony on Anti-Semitism in Europe », présenté le 22 octobre 2003 à la sous-commis (...)

21En fin de compte, les deux ouvrages – l’un savant et brillant, l’autre subjectif et rageur – se complétaient admirablement pour qui se souciait avant tout d’efficacité politique. En octobre 2003, Revel et Roger étaient cités, aux côtés de Pascal Bruckner, dans le chapitre « French Anti-Semitism and Anti-Americanism » d’un rapport remis par l’American Jewish Committee à la commission du Sénat américain pour les affaires étrangères, cette triade de noms français prestigieux conférant autorité et apparence de profondeur aux analyses évidemment orientées formulées par le lobby36. A la même époque, les plus sincères de nos amis aux USA se prirent à espérer que la parution presque simultanée de L’Ennemi américain et de L’Obsession anti-américaine produirait en France une salutaire prise de conscience – comme, en leur temps, les lecteurs de Demolins. David Pryce-Jones écrivait ainsi dans la National Review du 11 novembre 2003 : « With or without due reference to Roger and Revel, Chirac and his cabinet are well able to realize that a position taken against the United States in the Security Council risks losing France the last vestiges of its influence, condemning it to the outer darkness into which Schroeder has just cast Germany ».

  • 37 Voir en particulier les sites www.parapundit.com et www.frontpagemag.com.

22Pour compléter par une touche de couleur vive ce tableau des échanges transatlantiques au moment de la seconde guerre du Golfe, il faut dire un mot, même brièvement, d’un personnage extraordinaire, qui campe aux côtés du savant Philippe Roger et de l’académicien Jean-François Revel, un troisième type nettement plus bouffon. Guy Millière est, à en croire les informations qu’il dissémine sur son propre compte, un universitaire éminent, trois ou quatre fois docteur, enseignant dans un grand nombre de facultés prestigieuses, correspondant assidu des plus hauts cercles de réflexion – toutes qualités que mon enquête personnelle n’a malheureusement pu confirmer. Ce qui est en revanche parfaitement clair, c’est que Guy Millière représente la francophobie à l’état pur. Ses publications en ligne ou sur papier donnent de la France une image absolument lugubre : un pays dont l’expérience, depuis 1789 au moins, constitue un échec absolu ; une société dévastée par la misère, la violence et l’emprise pérenne d’idéologies marxisantes ; enfin, une population apeurée par la violence déchaînée de hordes de banlieusards islamisés. Au printemps 2003, quatre tribunes publiées par Millière sur son propre site Internet connurent un vif retentissement dans les médias néo-conservateurs américains. Il suffira ici que je donne le titre de ces pièces remarquables : « France is not a western country any longer », « France is almost finished », « A new muslim country », « The psychosis of France »37.

  • 38 Voir l’intégralité du débat sur
    http://www.frontpagemag.com/Articles/ReadArticle.asp?ID=8268.
  • 39 Millière répondant, il est vrai, à de claires sollicitations du « modérateur » de ce débat : « The (...)
  • 40 « Sure, I think France would have to pay a price. France is now too unreliable to have any kind of (...)

23Remarqué par les ennemis déclarés de notre pays pour sa double qualité de Français et d’anti-français, Millière était bientôt invité à prendre une part plus active et plus directe dans la campagne de dénigrement et de disqualification menée contre le nouveau pays musulman psychotique et anti-occidental. Le 9 juin 2003, soit un peu moins de trois mois après le début de la « libération » de l’Irak, le site néo-conservateur Frontpagemag.com, animé par le polémiste David Horowitz, organisait un débat intitulé « The Death of France », avec, tout de même, un point d’interrogation38. Le texte qui en introduisait la transcription insistait sur le fait que l’expression devait être prise au pied de la lettre : sous la pression de ses minorités issues du Tiers-Monde, la France avait choisi, d’une part l’anti-américanisme et l’antisémitisme, d’autre part l’islamisation et l’amitié avec des dictateurs arabes. Les choses ayant ainsi été posées, le débat rassemblait six participants. Deux universitaires américains de gauche, Toni Kamins et Charles Kupchan, étaient invités à endosser un peu malgré eux la robe d’avocats de notre pays. Jean-François Revel et le philosophe néo-conservateur Yves Roucaute prenaient à peine la parole, et se bornaient à cautionner de leur présence les analyses formulées par les deux francophobes de service : le politicien libéral Alain Madelin, et surtout Guy Millière, dont on se demande s’il n’a pas inspiré l’idée même de cette rencontre et qui réquisitionna en tout cas près de la moitié du temps de parole à lui seul. Il serait fastidieux et d’ailleurs inutile de résumer la discussion, dont on devine la teneur et qui pourrait se résumer dans une formule martelée par les duettistes Madelin et Millière : « France is a very sick country »39. Ce qui importe ici, c’est la mise en scène absolument parfaite de cet étrange colloque. Elle s’apparente fortement à un procès où, pour plus d’équité, le réquisitoire a été confié à des ressortissants du pays accusé. Au final, le verdict ne peut faire aucun doute, et la condamnation est lourde (quoiqu’encore vague) ; pour reprendre les paroles du procureur Millière : « Sure, France would have to pay a price. »40

  • 41 On voudrait suggérer la ressemblance des deux époques, à ce point de vue, en rapprochant deux artic (...)

24Pour conclure, on ne peut manquer d’être frappé à la fois par les similitudes et par les différences entre les deux périodes considérées – périodes où le triomphalisme impérial des États-Unis rencontre la vieille tendance gauloise à l’auto-flagellation41. Côté similitude, une même réceptivité des Américains aux discours américanophiles formulés en France ; une même et prévisible division, dans leur réception, entre l’enthousiasme de la droite impérialiste et les réticences des milieux liberal ; des voies de transmission demeurées identiques, malgré les évolutions technologiques (ce sont toujours des journaux europhiles qui, paradoxalement, introduisent aux États-Unis ces discours europhobes). Enfin, dernière constante, l’idée que la « décadence française » serait due, en dernière analyse, à des facteurs ethniques, est particulièrement bien reçue : en 1898, ce sont les Méridionaux qui tirent la France vers le bas, en 2003, ce sont les immigrés maghrébins. Du côté des différences, l’usage que l’on fait, outre-Atlantique, de l’américanophilie française, semble avoir varié du tout au tout. Autrefois, Theodore Roosevelt ne l’employait que pour fortifier la conviction de sa supériorité d’Anglo-Saxon. Aujourd’hui, il s’agit surtout de démontrer la nullité de la France, ou son état de mort clinique. Mieux peut-être que beaucoup d’autres choses, cela montre une certaine dégradation du rapport franco-américain : aujourd’hui, aux États-Unis, de nombreux publicistes ne veulent plus rien de la France, même plus en être aimé. 1

Notes

1 L’obsession anti-américaine. Son fonctionnement, ses causes, ses inconséquences, Plon, 2002.

2 R. Chesnoff, The Arrogance of the French : Why They Can’t Stand Us – and Why the Feeling is Mutual, Sentinel HC, 2005. J.J. Miller et M. Molesky, Our Oldest Enemy : A History of America’s Disastrous Relationship with France, Doubleday, 2004. D. Boyles, Vile France. Fear, Duplicity, Cowardice and Cheese, Encounter Books, 2005.

3 1 1septembre 2001. L’effroyable imposture. Aucun avion ne s’est écrasé sur le Pentagone, Carnot, 2002. Comme exemple des réactions suscitées par les élucubrations de Meyssan, on peut lire James S. Robbins, « 9/11 Denial », National Review, 9 avril 2002 (« People like Lenin, Hitler, Pol Pot and other millenial criminals were just like Meyssan at one point of their careers ») ; et, pour les forums de discussion, http://www.littlegreenfootballs.com/weblog/?entry=3882_Conspiracies_Imagined_and_Real (« This idiot’s next book will be entitled The Great Victories’ and will reveal that contrary to conventional wisdom, the French beat the Prussians in 1870 ; won WWI without any help, rolled over the Germans in 1940, kicked butt in Vietnam in 1954 and taught those Algerians a real lesson in 1962. »)

4 Saint-Simon, 2005.

5 B-H. Lévy a entrepris sa réflexion sur l’anti-américanisme dès L’Idéologie française, l’un de ses premiers ouvrages (Grasset, 1981 ; voir in fine, p. 281-291. Les remerciements de fin de volume précisent que c’est devant « Philippe Roger et les étudiants de la New York University » que l’auteur a éprouvé pour la première fois ses hypothèses, ce qui ne manque pas d’intérêt dans notre perspective.) Depuis lors, « BHL » n’a jamais délaissé ce thème : voir par exemple dans Récidives (Grasset, 2004) le chapitre « Fascisme français ». – Pour les autres auteurs, voir D. Lacorne, J. Rupnik, M.-F. Toinet (dir.), L’Amérique dans les têtes : un siècle de fascination et d’aversions (actes d’un colloque organisé à Sciences-po en 1984), Hachette, 1986. – M. Winock, « L’anti-américanisme français », Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France. Seuil, 1999, p. 50-76. – Ph. Roger, L’Ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, Seuil, 2002.

6 Voir la bibliographie thématique de ce chercheur à la Brookings Institution sur http://www.vaisse.net. Il est bien évident que le colloque dont le présent volume rassemble les actes a apporté d’autres éléments de réflexion avec, notamment, la contribution de Renéo Lukic.

7 « A l’âge du doute succède l’ère du soupçon. On ne se contente plus de déplorer l’insensibilité ou l’indifférence américaines. On dénonce l’hostilité active et l’ambition brutale de la république transatlantique. On s’inquiète de sa mutation "impériale". Une sourde appréhension devient en quelques années un véritable état d’alerte. Le "péril américain" n’est plus hypothétique, ni projeté sur le long terme. Il est pour demain et il est certain. » L’Ennemi américain, p. 178.

8 Et même, dans une très large mesure, pendant celle-ci : rappelons-nous que l’année 1898 fut celle de « J’accuse » et de Fachoda. Sur ce thème, voir Eugen Weber, France, Fin de Siècle, Harvard University Press, 1986 ; traduction française Fin de Siècle. La France à la fin du XIXe siècle, Fayard, 1986 ; chapitre premier, « La décadence ? ». – Michel Winock, « L’éternelle décadence », Lignes, n° 4, octobre 1988. – J.-P. Rioux, Chroniques d’une fin de siècle. France, 1889-1900, Seuil, 1991 ; chapitre II, « Le spectre de la décadence ».

9 Initialement paru chez Firmin-Didot, l’ouvrage a fait l’objet d’une très médiocre mais commode réédition chez Economica, en 1998.

10 Pour faire bonne mesure, l’Argentine et la Bolivie avaient été incorporées à l’Empire, et des îlots tels que Socotra ou Tristan da Cunha étaient soulignés d’un épais trait rouge.

11 Firmin-Didot, 1898.

12 On peut citer notamment Boers et Anglais, où est le droit ? Firmin-Didot, 1899. Demolins en revint graduellement à des préoccupations plus spécifiquement pédagogiques, et consacra ensuite l’essentiel de ses efforts à la gestion de l’Ecole des Roches, fondé par lui sur le modèle supposé du pensionnat britannique. Il mourut en 1907.

13 G. Valbert, « The Superiority of the Anglo-Saxons », n° 2787, 4 décembre 1897, p. 656- 664.

14 « The Success of the Anglo-Saxons », n° 2809, 7 mai 1898, p. 352-365 (traduction d’un article de la Edinburgh Review) ; S. Gwynn, « Domesticity », n° 2843, 31 décembre 1898, p. 895-901 (traduction d’un article du MacMillan’s Magazine) ; P. de Coubertin, « The possibility of a war between England and France », n° 2919, 16 juin 1900 (traduction d’un article de The Fortnightly Review). L’origine de ces textes montre clairement que le dédain dont The Living Age témoigne à l’égard des thèses de Demolins s’inspire étroitement d’une certaine critique européenne à l’anglophilie bien tempérée.

15 « Demolins’s French of to-day », n° 1734, 22 septembre 1898, p. 222-223 ; « Anglo-saxon superiority », n° 1737, 13 octobre 1898, p. 280-281.

16 « One would suppose the audacity of the title would have provoked a storm of angry denunciation, from the mercurial writers for the French press ; but it did nothing of the kind. With singular unanimity they recognized the book as the faithful chastisement of a friend, and did full justice to the grave and severe patriotism of the author. Indeed, this reception of a work truly merciless in its plain speaking is one of the most hopeful signs of progress, in full comprehension of herself and of the conditions of national health and solid recuperation, which France has given. The people cannot be wholly unsound at heart which can listen to such a lesson with quiet and attentive teachableness. J. Lemaître spoke for them all when he called it "an infinitely painful book" but added, "We must swallow the bitter cup to the dregs" ». The Nation, 13 octobre 1898, p. 280. A la fin de cette recension, où les idées de Demolins étaient exposées sans faire l’objet d’un seul véritable commentaire, l’auteur indiquait le remède aux maux français (« the resolute change of habits of thought and activity ») et exprimait l’idée que l’essai de Demolins pouvait être parcouru avec profit par des lecteurs anglais ou américains.

17 Voir par exemple « The Latin worm turns », n° 2223, 6 février 1908. Après avoir relevé, au contraire de l’article précédemment cité, que les idées défendues par Demolins l’avaient exposé à la vindicte de ses compatriotes, l’auteur notait : « Abroad, however, particularly in Anglo-Saxon lands, he was praised at once for his frankness and his philosophic judgment. A Latin had never looked so brave and wise as when confessing his inferiority to the Saxon. It soon became a commonplace that the peoples of Southern Europe admitted themselves to be decadent ; and Demolins’s book had perhaps something to do in prompting Lord Salisbury’s characteristically indiscreet remark about "the dying nations" »

18 N° 1800, p. 482. C’est moi qui souligne.

19 « The western European nations with their colonies represent the socially efficient nations, in various degrees. Some writers, American and English, such as Professor Giddings and Mr. Kidd, believe that the Teutonic races, and in particular the Anglo-Saxon branches, represent the highest order of efficiency, in which notion they are supported by a little group of Anglophile Frenchmen », dont Demolins était bien entendu la figure de proue ; Hobson citait notamment son opuscule Boers ou Anglais ?

20 « To occupy my few spare moments, I was reading M. Demolins’s "Supériorité des Anglo-Saxons". M. Demolins, in giving the reasons why the English-speaking peoples are superior to those of Continental Europe, lays much stress upon the way in which "militarism" deadens the power of individual initiative, the soldier being trained to complete suppression of individual will, while his faculties become atrophied in consequence of his being merely a cog in a vast and perfectly ordered machine. I can assure the excellent French publicist that American "militarism, " at least of the volunteer sort, has points of difference from the militarism of Continental Europe. » The Rough Riders, Charles Scribner’s Sons, 1899 ; chapitre II, « To Cuba ».

21 Comme exemple de cette littérature proliférante, on peut citer M. Fumaroli, « L’Amérique, à prendre ou à laisser », Le Point, 18 octobre 2002 ; B.-H. Lévy, « Le bloc-notes », Le Point, 18 avril 2003 ; P. Bruckner, « L’ivresse du seul contre tous », Le Monde, 29 janvier 2004.

22 A. Gopnik, « The anti-anti-Americans », 1er septembre 2003.

23 Voir son curriculum vitae sur http://www.cellf.paris4.sorbonne.fr/pages/roger.htm. Cette fiche demanderait toutefois à être mise à jour.

24 J. Vinocur, « Two new books scrutinize a traditional Gallic obsession : Why France disdains America », International Herald Tribune, 9 octobre 2002 ; Walter Russel Meade, « Why Do They Hate Us ? Two Books Take Aim at French Anti-Americanism », Foreign Affairs, mars-avril 2003.

25 Voir par exemple http://fuckfrance.com/read.h (ml ?postid=84934&replies=22. La « discussion » où l’article de Vinocur est cité date du 15 février 2003.

26 Le verbatim de cette table ronde, tenue le 12 mai 2003 et dont le titre était « France and America in each other’s eyes », peut être lu en http://www.brookings.edu/comm/events/ 20030512panel_l.pdf.

27 L’émission, intitulée « Wars D’œuvres », fut diffusée le 4 mars 2003. On peut l’écouter en http://www.wnyc.org/shows/bl/episodes/03042003.

28 Cette phrase figure en guise d’accroche sur le site Internet de la radio. Egalement citée à la fin de l’article de Vinocur, elle y était complétée de la façon suivante : « And they’re problems that the Americans don’t have much to do with. »

29 T. Judt, « Anti-Americans Abroad », The New York Review of Books, 1er mai 2003.

30 Voir L’Ennemi américain, Introduction, p. 9-11. « Combien de tirades incendiaires, combien de réquisitoires hyperboliques contre les États-Unis sont-ils sous-tendus et stimulés par la pensée, rassurante et inavouable, que "cela ne tire pas à conséquence" ? Mais c’est évidemment là une illusion de plus et non la moins dangereuse, lorsqu’elle parachève, par exemple, l’isolement diplomatique, financier et moral de la France des années 30. »

31 Terme que Revel récuse d’ailleurs avec fureur.

32 Cet accueil a bien été décrit par S. Halimi, « L’obsession philo-américaine », Le Monde diplomatique, novembre 2002.

33 Il faut remarquer par ailleurs que, tout académicien qu’il soit, J.-F. Revel a d’incontestables affinités stylistiques avec les plumitifs francophobes d’outre-atlantique. Quand il s’en prend aux « primates casseurs et vociférateurs de l’antimondialisation », comment ne pas faire le rapprochement avec la célèbre formule « cheese-eating surrender monkeys », employée dans la National Review par J. Goldberg pour désigner l’ensemble des Français ?

34 « Contradictions of the Anti-American Obsession », New Perspectives Quarterly, printemps 2003 (on relève dans ce numéro une contribution de B.-H. Lévy et une autre d’A. Glucksmann). – « The Anti-American Obsession », The New Criterion, octobre 2003. – « Europe’s Anti-American Obsession », The American Enterprise, décembre 2003.

35 A. Mohler, « Why Do Europeans Hate America ? Jean-François Revel Explains », 11 novembre 2003 ; http://www.crosswalk.com/news/weblogs/mohler/?adate=11/11/2003.

36 D.A. Harris, « Testimony on Anti-Semitism in Europe », présenté le 22 octobre 2003 à la sous-commission des affaires européennes.

37 Voir en particulier les sites www.parapundit.com et www.frontpagemag.com.

38 Voir l’intégralité du débat sur
http://www.frontpagemag.com/Articles/ReadArticle.asp?ID=8268.

39 Millière répondant, il est vrai, à de claires sollicitations du « modérateur » de ce débat : « The more I study the history of France in the 20th century, the more I come to the conclusion that the psyche of the French people might justifiably warrant an entire psychiatric conference. (...) What is the problem here ? I think it is pretty much impossible to deny that there is a profound pathology in the French national psyche. Do my guests agree ? » C’est évidemment moi qui souligne.

40 « Sure, I think France would have to pay a price. France is now too unreliable to have any kind of decision power in NATO. Does France have to keep a permanent seat at the Security Council of the United Nations ? (...) France would have to be excluded from any kind of contract in the Middle East. France should have no word to say in the Israeli-Palestinian negotiations » et caetera. Millière exprimait pour finir l’idée que les États-Unis rendraient service aux Français en les punissant, car ce châtiment leur ouvrirait les yeux tant sur l’état du monde que sur la bassesse morale de leurs propres dirigeants.

41 On voudrait suggérer la ressemblance des deux époques, à ce point de vue, en rapprochant deux articles parus à plus d’un siècle de distance :
1) « Sommes-nous en décadence ou traversons-nous simplement une crise comme tous les peuples, même les plus vigoureux, en subirent au cours de leur histoire ? C’est la question que se posent aujourd’hui nos docteurs en sociologie qui sont tous d’accord pour constater notre mal. Nous avons des médecins tant pis, et des médecins tant mieux. Les premiers nous prophétisent un avenir déplorable et se lamentent d’avance sur la ruine des pays latins. Les autres voient dans notre malaise général d’excellents symptômes de notre santé future, et nous présagent une nouvelle France, active, énergique, prolifique et colonisatrice. » H. Bordeaux, « La France d’aujourd’hui. Sommes-nous en décadence ? D’après quelques livres récents », Le Correspondant, 25 juillet 1898.
« (...) c’est une déferlante. Dans les librairies, les essais sur le déclin supposé du pays ou de ses dirigeants sont légion (...) Dans certains débats télévisés qui réunissent [les “déclinologues”], l’assaut est souvent si unanime que la France ressemble à un pays du tiers-monde. (...) Le phénomène n’a pas échappé à la presse étrangère. Le mal français tisse la toile de fond de la plupart des analyses, notamment dans les journaux anglo-saxons. » R. Bacqué, « Pour qui roulent les déclinologues ? », Le Monde, 25 février 2006.

Auteur

Ancien élève de l’Ecole normale supérieure, agrégé d’histoire, prépare une thèse sur les réactions françaises à la constitution des États-Unis en puissance impériale (1898-1918), sous la direction de B. Joly et C. Herrmann (Université de Nantes).

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search