Version classiqueVersion mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Affaires étrangères

14- La France de Richard M. Nixon et Henry A. Kissinger

Antoine Coppolani

Résumé

French-American relations seemingly entered a new era during the Nixon presidency, the beginning of the « slow thaw », as Frank Costaglia puts it. Indeed, both Nixon and Kissinger had plenty of respect for de Gaulle, the man, and his policy of « grandeur ». However one could argue that despite their knowledge and interest in France Nixon and Kissinger implemented a policy of benign neglect regarding that country. In a first period their attention focused on other areas and topics: Vietnam, détente, the opening of China, etc. Then, when they launched the Year of Europe, they found that the United States and France still had a « troubled partnership ». As a matter of fact, Pompidou’s France and especially Michel Jobert’s handling of France foreign policy eventually brought the Year of Europe to a dead-end. What are the reasons of those enduring difficulties in French-American relations? Did Nixon and Kissinger treat France and Europe lightly, seeking in fact to establish a « condominium » of superpowers over their heads? Or was France’s foreign policy uselessly suspicious and even hostile towards the U. S.?

Texte intégral

  • 1 R. Nixon, RN. The Memoirs of Richard Nixon, New York : Simon & Schuster, 1990, p. 386.
  • 2 F. Bozo, Deux stratégies pour l’Europe. De Gaulle, les États-Unis et l’Alliance atlantique, 1958-19 (...)
  • 3 Ibid., p. 195.
  • 4 H. Kissinger, A la Maison Blanche, tome I, Paris : Fayard, 1979, p. 406.
  • 5 H. Kissinger, Les malentendus transtlantiques, Paris : Denoël, 1965, p. 45.

1« Enfin seuls » : c’est, d’après les Mémoires de Nixon, ce que Georges Pompidou parvint à déclarer au président américain, la voix serrée par l’émotion, à l’occasion des funérailles de Charles de Gaulle1. Pour les deux hommes, qui avaient connu une ascension politique à l’ombre de deux « géants », une ère nouvelle commençait. Une ère nouvelle avait-elle commencée pour les relations franco-américaines ? Oui, à bien des égards, mais cette évolution est, en réalité, antérieure non seulement à la mort de De Gaulle, mais aussi à l’accession au pouvoir de Pompidou et même à celle de Nixon, en janvier 1969. Elle avait débuté dès la fin de la présidence de Johnson. Le 22 août 1967, les accords Ailleret-Lemnitzer avaient apuré le contentieux militaire, en substituant la coopération militaire à l’intégration. Ni la crise de mai 1968, ni le Printemps de Prague, en dépit des espoirs américains, n’entraînèrent de « révision déchirante » de la politique atlantique de la France, favorable à l’Alliance tout en demeurant hostile à l’intégration2. Surtout, de Gaulle avait réagi au discours de Johnson du 31 mars 1968, annonçant la suspension des bombardements au-delà du 20e parallèle et sa décision de ne pas se représenter par un communiqué apprécié aux États-Unis saluant « quelque chose de sérieux, [...] un acte politique courageux de Johnson »3. Paris fut choisie comme lieu de négociations par Washington et Hanoi, et des pourparlers commencèrent le 13 mai. Bref, les temps étaient en train de changer. L’Ostpolitik de Willy Brandt, considérée avec une inquiétude partagée par les États-Unis et la France, leva une autre hypothèque pesant sur les relations bilatérales : la question de l’entrée de la Grande-Bretagne dans la CEE4. Quel fut le rôle joué par Nixon et Kissinger dans l’amplification et la pérennisation de cette évolution ? Expert en matière de relations internationales, les deux hommes parvenaient au sommet de l’Etat avec des idées propices à un rapprochement avec la France. D’autant que, basée sur le réalisme, la politique qu’ils entendaient mener rompait avec l’idéalisme de leurs prédécesseurs, voire de leur caractère idéologique, comme dans le cas de la notion de partnership ou de Grand dessein qui avait tant irrité le chef de la Ve République. Mais, on doit justement s’intéresser aussi à cette absence de Grand dessein de Nixon et Kissinger pour la France. En dépit de leur connaissance du pays, de leurs a priori globalement favorables et de leur détermination à ne pas répéter les erreurs de leurs prédécesseurs, n’est-ce pas en fin de compte une période de « négligence bénigne » à l’égard de la France qui courut de 1969 à 1973, tandis que les États-Unis étaient accaparés par des sujets d’une toute autre élévation : le Vietnam, la détente, l’ouverture de la Chine, etc.? Est-ce en fin de compte cette « négligence bénigne » qui permit un rapprochement de façade, cachant mal des « malentendus transatlantiques » persistants car structurels ? L’interrogation conduit à une autre, symétrique, concernant « l’Année de l’Europe » (qui court en fait de décembre 1972 – rencontre Kissinger/Pompidou – à juin 1974 – déclaration d’Ottawa). Comment expliquer, à l’heure où les États-Unis souhaitaient approfondir et régénérer le lien transatlantique grâce à une « Année de l’Europe », que la France se soit dressée sur leur chemin ? Incompatibilité insurmontable entre les conceptions de l’identité européenne, de la souveraineté de la France chez les uns et la volonté d’instaurer une hégémonie sur l’Europe ou un condominium sur relations internationales chez les autres ? Ou volonté immuable de se poser en s’opposant aux États-Unis de la part des Français et, pour reprendre l’expression de Kissinger « besoin psychologique de faire de l’autre un repoussoir »5 ? Pour tenter d’apporter des éléments de réponse à ces questions, trois grandes périodes chronologiques peuvent servir de guide. Celle avant 1969, qui voit Nixon et Kissinger forger leurs conceptions de la France et de sa position dans le monde. Celle, courant de janvier 1969 à décembre 1972, marquée à la fois par le réchauffement et la « négligence bénigne » vis-à-vis de l’hexagone. Celle, enfin, de « l’Année de l’Europe ».

  • 6 I. Morgan, Nixon, New York : Oxford University Press, 2002, p. 104-105.
  • 7 Citation dans J. Aitken, Nixon. A Life, Washington : Regnery Publishing, 1993, p. 145.
  • 8 Ibid.
  • 9 Citation dans I.F. Gellman, The Contender. Richard Nixon. The Congress Years, 1946-19 New York : Th (...)

2Le goût de Richard Nixon pour la politique étrangère se développa lorsqu’il fut nommé membre, en 1947, de la Commission Herter chargée d’aller enquêter en Europe sur la nécessité de l’aide préconisée par le secrétaire d’Etat George Marshall lors de son discours de juin devant l’Université Harvard6. Parmi les nombreux pays qu’il parcourut, la situation était critique. En France, outre les difficultés liées à l’après-guerre et la reconstruction, Nixon diagnostiqua que le pays souffrait « de ce qui s’apparentait à une dépression nerveuse »7. Il fit aussi la prévision, une dizaine d’années à l’avance que de Gaulle, homme qu’il admirait, reviendrait aux affaires, même si pour l’heure il « n’avait pas de programme pour la France et agissait bien souvent par impulsion »8. Il souligna aussi dans ses notes la remarque d’un député français : « De Gaulle, en matière de politique, pense qu’il dispose d’une ligne téléphonique avec Dieu et qu’en matière de décision, tout ce qu’il a à faire est de décrocher le combiné pour recevoir la bonne réponse9. »

  • 10 M. Jobert, Mémoires d’avenir, Paris : Grasset, 1974, p. 159.
  • 11 Citation dans C. Kirchberg et M. Hendrickx, Elvis Presley, Richard Nixon and the American Dream, Je (...)

3Réciproquement, Charles de Gaulle sut identifier tôt chez Nixon « le signe présidentiel », selon l’expression de Michel Jobert10. « Mes entretiens avec le Président sont complétés par ceux que j’ai avec Richard Nixon. A son poste assez étrange de Vice-Président, je trouve en lui une de ces personnalités franches et fermes sur lesquelles on sent qu’on pourrait compter pour les grandes affaires, s’il lui incombait, un jour, d’en répondre au premier rang ». Ainsi dans le premier tome des Mémoires d’espoir de Gaulle relate-t-il sa rencontre avec Nixon, à l’occasion de son voyage aux États-Unis, en avril 1960. Propos laudateurs tenus a posteriori (Le Renouveau paraît en octobre 1970, alors que le président Nixon est entré en fonction en janvier 1969) ? Assurément pas : un des facteurs explicatifs de l’excellente relation qu’entretinrent Nixon et de Gaulle réside dans ce que le second sut déceler très tôt chez le premier un destin présidentiel. Comme de Gaulle, Nixon connut une longue traversée du désert, de 1961 à 1968. Durant ces années, il excella et s’enrichit en tant qu’avocat à Manhattan, tout en reconstruisant progressivement sa base politique et en ajoutant encore à son expérience des relations internationales par de longs périples autour du monde. Pourtant, il fut longtemps considéré comme un homme politique fini. Outre sa défaite historique, par une infime marge il est vrai, contre John F. Kennedy en novembre 1960, Nixon avait essuyé une autre défaite, pour le poste de gouverneur de la Californie, deux années plus tard. N’avait-il pas alors lui-même signifié son retrait de la vie politique quand, au soir de son échec, l’ancienne étoile montante du Parti républicain, désabusé, avait déclaré aux médias qu’il détestait : « Tandis que je vous quitte, songez à tout ce qui va vous manquer. Vous n’aurez plus Richard Nixon pour le persécuter, parce que, Messieurs, ceci est ma dernière conférence de presse. Merci Messieurs, et bonne soirée »11. En dépit de tout cela, de Gaulle avait toujours cru en son avenir politique. Lorsque, redevenu simple citoyen, Nixon se rendit à deux reprises en France, en 1962 et 1967, le président de la République mit un point d’honneur à le recevoir. Reconnaissant de la confiance qu’avait fondée en lui de Gaulle, Nixon avait en outre pour lui une admiration pleine de respect, qui transparaît abondamment aussi bien dans ses Mémoires (1978) que dans Leaders, le livre qu’il publia en 1982.

  • 12 Voir T. Troy, Intellectuals and the American Presidency. Philosophers, Jesters, or Technicians ? Bo (...)
  • 13 R. Nixon, Leaders. Ceux qui ont changé le monde, Paris : Plon, 1982/1984, p. 94.
  • 14 Ibid., p. 97.

4Devenu président des États-Unis, il oeuvra pour apaiser une société américaine divisée et, conseillé par des intellectuels démocrates comme Daniel Patrick Moynihan, de Harvard, mena une politique économique et sociale beaucoup plus progressiste que son credo conservateur l’aurait laissé supposer12. Conseillé par un autre universitaire de Harvard en matière de politique étrangère, Henry A. Kissinger, il mena une politique pleine de réalisme, s’efforçant d’enrayer le déclin relatif de l’Amérique et d’apporter « la paix dans l’honneur » au Vietnam qu’il avait promise à ses concitoyens. Nouveau paradoxe, si la Realpolitik menée par Nixon et Kissinger entendait expurger la politique étrangère américaine de tout sentimentalisme, en défendant des intérêts précis et non des principes abstraits, Nixon était un fervent admirateur de Woodrow Wilson, l’incarnation même de l’idéalisme. En Wilson, Nixon admirait le faiseur de paix. Et c’est vers la paix et la détente avec l’Est qu’il axa sa politique. Il eut l’occasion d’évoquer les grands dossiers internationaux avec de Gaulle, lorsqu’il le rencontra à l’occasion de sa tournée européenne en février 1969. Cette visite officielle fut l’occasion de resserrer des liens entre la France et les États-Unis qui s’étaient considérablement distendus (de façon fort significative, de Gaulle et Johnson ne se rencontraient qu’à l’occasion de funérailles : celles de Kennedy, d’Adenauer ou encore d’Eisenhower). En 1969, comme en 1967, Nixon discuta avec de Gaulle de la nécessité « d’ouvrir » la Chine, le président français, bien que ne se « faisant aucune illusion sur l’idéologie des Chinois », souhaitant que les États-Unis ne les laissent pas « isolés dans leur rage »13. En février 1972, Nixon remporta un des ses plus éclatants succès diplomatiques en effectuant un voyage officiel historique en Chine. C’était le symbole même de la diplomatie triangulaire, clé de voûte de détente : deux mois plus tard à peine, Nixon était à Moscou pour signer les accords SALTI. S’agissant du Vietnam, Nixon écouta aussi en 1969 les conseils de De Gaulle, qui souhaitait que les Américains se retirent, en particulier pour faciliter la détente avec l’URSS. Nixon choisit la voie du désengagement, mais aussi celle de la force, en étendant le conflit au Cambodge et au Laos ou en ordonnant, avant le sommet de Moscou, le bombardement de Hanoi et le minage de Haiphong. En 1969, de Gaulle fit savoir au président américain que les Nord-Vietnamiens lui avaient fait comprendre qu’ils pourraient être amenés à participer à des négociations non officielles. « Je pense rétrospectivement, écrit Nixon, que cette rencontre jeta les bases des voyages secrets de Kissinger à Paris, lesquels débouchèrent quatre ans plus tard sur les accords de Paris et la fin de l’engagement américain au Vietnam »14.

  • 15 H. Kissinger, Les malentendus transatlantiques., op. cit., p. 46.

5Kissinger, comme Nixon, tenait Charles de Gaulle en haute estime et, chose singulière aux États-Unis, il avait proposé en 1965, dans Les malentendus transatlantiques, une analyse de la politique étrangère française qui, à défaut de l’accepter, s’efforçait de la comprendre, voire de la justifier. Le chapitre II du livre place les États-Unis et la France au cœur de ces malentendus (« Les protagonistes : les États-Unis et la France »). Méthode de négociations avec les Soviétiques, questions nucléaires ou structure de l’Alliance, les sujets de désaccord entre les protagonistes ne manquaient pas, en dépit, paradoxalement, d’objectifs souvent communs. Est-ce à dire que la France et les États-Unis différaient uniquement sur la tactique ? Non, aux yeux de Kissinger, « Ce qui est en litige, ce sont deux conceptions rivales de l’ordre international, deux points de vue différents sur le processus historique, deux visions divergentes de l’avenir »15.

  • 16 H. Kissinger, A la Maison Blanche, Tome 1, op. cit, p. 109.
  • 17 H. Kissinger, Les malentendus transatlantiques., op. cit., p. 46.

6Non seulement, en matière de construction européenne les préférences des Américains allaient dans le sens d’institutions fédérales, mais encore le problème de l’unité européenne était pour eux source d’ambivalence. Tout en préconisant cette unité, les États-Unis avaient reculé devant certaines de ses conséquences. Malaise des États-Unis, tout d’abord, devant des Etats européens soucieux de nouer entre eux des liens plus étroits que ceux les unissant à leur partenaire d’outre-atlantique. Malaise ensuite, à envisager un point de vue européen en matière de sécurité, tant les États-Unis préféraient traiter soit de manière bilatérale, soit au sein d’institutions intégrées qu’ils dominaient. Conceptions antagonistes, enfin, au sujet de la coopération entre les nations. Pour Washington, il fallait une véritable division internationale du travail, bloquant toute possibilité d’action individuelle. L’influence d’une nation est proportionnelle à sa part de l’effort commun, avec une image que Kissinger reprend dans le premier tome de ses Mémoires : les Etats agissent un peu comme les actionnaires d’une société anonyme. Les partenaires sont liés dans un réseau d’intérêts communs, et la consultation permet de dissiper les désaccords16. Pour Paris, au contraire, une association n’est valable que dans la mesure où chaque partenaire a réellement la possibilité de choisir, ce qui laisse à chacun, au moins en théorie, la possibilité d’agir de manière autonome17.

  • 18 Ibid., p. 80.

7Partant de ce constat de désaccord, Kissinger rend hommage à la « remarquable cohérence » de la pensée de De Gaulle en matière de politique étrangère : il avait su redonner à la France sa grandeur par l’affirmation de son indépendance. Il pouvait, en toute logique, affirmer sa foi en l’Alliance atlantique (c’est uniquement à l’intégration qu’il s’opposait) tout en insistant sur l’identité de l’Europe et le caractère unique de la France. A ses yeux, les deux notions se complètent. Les Américains y voient-ils de l’hypocrisie ou du cynisme ? Ce serait une erreur, et d’ailleurs les États-Unis devraient se souvenir que la contribution de la France de De Gaulle « aux intérêts généraux de l’Occident était bien supérieure à ce que serait celle d’une France ravagée par les dissensions ou renonçant à jouer un rôle sur la scène internationale »18.

8En dépit de cette compréhension de la politique française, Kissinger émet in fine un jugement réservé sur sa portée, et va jusqu’à qualifier de Gaulle « d’illusionniste ». Il lui reproche de s’être engagé dans une série de faits accomplis destinés à forcer la main de ses alliés. Pis ! La tactique employée par le président français laissait à supposer qu’il désirait l’autonomie moins pour renforcer l’unité de l’Occident que pour mener des politiques contraires, voire hostiles à celles des États-Unis. Se poser en s’opposant, telle était, en fin de compte, le grief principal retenu par Kissinger contre la politique de la France. La politique de De Gaulle n’était pas pérenne, car elle reposait sur une illusion essentielle. Celle de la faiblesse relative de la France eu égard à ses prétentions :

  • 19 Ibid., p. 83.

« L’idée que la France et les États-Unis sont égaux est vraie au sens moral, mais poussée trop loin elle doit étaler au plein jour la disparité des forces. La supériorité des ressources américaines prévaudrait très probablement en cas de confrontation, quelle que soit la valeur respective des points de vue rivaux. En s’aliénant tant de leaders américains, de Gaulle risque de déchirer le tissu d’illusions sur lequel s’appuie sa politique. L’ironie de la rivalité franco-américaine, c’est que les conceptions de De Gaulle l’emportent en envergure sur sa force, alors que la puissance des États-Unis est supérieure à leurs conceptions »19.

  • 20 Sur les limites de la politique étrangère de De Gaulle en 1968/1969, voir M. Vaïsse, La Grandeur. P (...)
  • 21 H. Kissinger, A la Maison Blanche, op. cit., p. 77.
  • 22 « Talking Paper on European Trip » Subject : France – General Talking Points, Nixon Presidential Ma (...)
  • 23 Ibid., p. 3.
  • 24 NSC Files, President’s Trip Files, Box 447, folder Memcons Europe, Feb. 23, 69-March 2, 1969, passi (...)

9Les conceptions des États-Unis demeuraient-elles inférieures à leur puissance lorsque Nixon entra en fonction ? En tout état de cause, lui et son Conseiller pour la sécurité nationale tendirent la main à de Gaulle, ce au moment même ou, effectivement, le tissu d’illusions sur lequel reposait sa politique était en train de se déchirer20. De manière significative, Richard Nixon, accompagné par Kissinger, choisit de consacrer son premier voyage officiel à l’étranger à une tournée des capitales européennes, à partir du 23 février : Bruxelles, Londres, Bonn, Berlin, Rome, le point culminant du périple étant Paris. Dès son discours de départ, sur la base militaire d’Andrews, le président des États-Unis avait donné le la. Il allait en Europe pour avoir avec des amis une « réelle discussion », car « nous ne rechercherons pas seulement leur soutien mais nous voulons aussi connaître leur avis »21. Les documents préparatoires de ce voyage officiel (Talking Papers) que recèlent les archives du Conseil national de sécurité exposent clairement la vision de la France gaullienne qui était celle de Nixon et Kissinger. Le chef de l’Etat français recherchait un rapprochement avec les États-Unis, non seulement en raison de l’estime et du respect qu’il portait à son homologue américain, mais aussi en raison de ses difficultés sur la scène intérieure (Mai 68, problèmes économiques) et de l’échec de sa politique d’ouverture à l’Est, qui rendait un succès diplomatique avec les États-Unis nécessaire. De surcroît, de Gaulle redoutait un rapprochement américano-soviétique à ses dépens et avait besoin de l’aide des États-Unis s’il persistait à ne pas vouloir dévaluer le franc22. Réciproquement, les Américains effectuaient leur autocritique. Dans le passé, ils avaient donné des leçons à de Gaulle sur le bien-fondé du multilatéralisme et de la supranationalité ; sur la nécessité de l’entrée du Royaume Uni dans le Marché commun ; sur leur opposition au Traité de l’Elysée ; sur l’inutilité de forces nucléaires nationales ; sur l’importance de l’intégration militaire au sein de l’OTAN. « Bref, concluait le document préparatoire du NSC, nous nous sommes opposés à tous les axiomes fondamentaux du gaullisme. Puisque de Gaulle est l’homme qu’il est, nous étions condamnés à l’échec »23. Lors des trois entretiens qu’il eut les 28 février, 1er et 2 mars avec de Gaulle, Nixon évita soigneusement d’afficher toute fin de non recevoir à ces axiomes. Au contraire, il s’enquit des opinions de De Gaulle sur tous les grands dossiers internationaux du moment, tombant d’accord avec lui sur bien des points, comme par exemple dans le cas de l’attitude à avoir vis-à-vis de la Chine, des Soviétiques, sur la nécessité de la détente ou même, encore, de la nécessité de la coopération militaire entre la France et les États-Unis24.

  • 25 F. Bozo, op. cit., p. 211.
  • 26 NSC Files, President’s Trip Files, Memo for the President, From Henry A. Kissinger, Subject : React (...)
  • 27 Ibid., p. 2.

10Sans doute est-ce là un des traits majeurs qui expliquent le réchauffement des relations franco-américaines sous Nixon et Kissinger. Désormais, les Français pouvaient avoir le sentiment d’être enfin compris, à défaut d’être approuvés. De leur côté, les Américains étaient fondés à croire que les Français avaient renoncé à imposer leurs conditions, à défaut d’y renoncer25. Cela d’autant plus que le réalisme de l’Administration Nixon laissait à juste titre supposer que le « surengagement » qui avait marqué les politiques extérieures des Administrations démocrates précédentes laisserait place à une approche plus pragmatique, voire plus détachée, des relations internationales. Bref, le voyage, assez triomphal, de Nixon en Europe semblait augurer d’une ère nouvelle dans les relations transatlantiques et d’un resserrement des liens entre la France et les États-Unis. C’est en tous cas ce qu’écrivait Kissinger dans un mémorandum adressé à Nixon le 5 mars 1969, faisant le bilan de leur tournée européenne : « C’est un euphémisme de dire que le voyage a été un succès éclatant, tant parce qu’il a renforcé une image positive de vous-même et des États-Unis que parce qu’il a établi des relations directes et chaleureuses entre vous et les principaux dirigeants européens »26. S’agissant de la France, Kissinger estimait que « Bien qu’aucun problème substantiel n’ait été résolu, une atmosphère propice à un dialogue constructif avec l’Elysée avait été établie »27.

  • 28 F. Costaglia, op. cit., p. 163.
  • 29 Ibid., p. 164.

11Rien de substantiel, dialogue constructif, voilà des formules qui résument bien le caractère inachevé, pour ne pas dire ambivalent, du rapprochement franco-américain. En outre, Nixon donna ensuite l’impression de reléguer au second plan des idées qu’il avait acceptées avec enthousiasme dans l’euphorie de ses entretiens avec de Gaulle. Il en va ainsi de la suggestion de ce dernier d’une coordination des politiques étrangères des deux pays28. 92 Il en va également ainsi de son analyse de l’Europe, dans laquelle il s’était laissé aller à affirmer que le monde serait bien plus sûr s’il existait une communauté européenne forte contribuant à l’équilibre entre les États-Unis et l’URSS. Rêve surprenant, puisqu’il était le cauchemar traditionnel des Américains, qui redoutaient d’être privés de l’appui des Européens, érigés en troisième puissance entre eux et l’URSS. Mais quelques mois plus tard, Nixon confirmait que l’unification de l’Europe était une préoccupation secondaire des États-Unis, tant ses chances de réussir étaient faibles : « Nous le savons tous. Je continuerai à en parler comme il se doit, mais cela ne se produira pas »29.

  • 30 M. Jobert, Memoirs d’avenir, op. cit., p. 158-159.
  • 31 R. Nixon, RN. The Memoirs of Richard Nixon, op. cit., p. 394-395.
  • 32 Memorandum of Conversation, August 4, 1969, Elysee Palace, President Georges Pompidou, Ambassador C (...)
  • 33 Ibid., p. 6.

12La démission de Charles de Gaulle et l’élection de Georges Pompidou permirent de poursuivre le rapprochement entamé sous de Gaulle. Dès le 4 août 1969, Henry Kissinger s’arrêta à Paris pour rencontrer le nouveau président, puis le Premier ministre Jacques Chaban-Delmas et son ministre des Affaires étrangères Maurice Schumann. Cet arrêt témoignait de l’intérêt que portait l’Administration à la nouvelle équipe en place à Paris, puisque Kissinger y rendit compte du voyage autour du monde que venait d’effectuer Nixon (Guam, Philippines, Indonésie, Thaïlande, Sud-Vietnam, Inde, Pakistan, Roumanie et Grande-Bretagne)30. Lors de la première étape de ce périple, Nixon énonça la doctrine de Guam, bientôt rebaptisée « doctrine Nixon ». Elle annonçait la nouvelle stratégie américaine de vietnamisation du conflit et, tout en maintenant l’idée de l’influence des États-Unis dans la sphère Asie-Pacifique, stipulait que ces derniers ne contacteraient pas de nouveaux engagements et se contenteraient de fournir armes, matériel et assistance techniques aux nations disposées à fournir les ressources humaines nécessaires à leur défense. Le principe du parapluie nucléaire offert aux nations alliées des États-Unis était, en revanche, maintenu31. La majeure partie des entretiens entre Kissinger et Pompidou fut d’ailleurs consacrée à l’exposé par le premier de la nouvelle stratégie américaine en Asie32. Cette visite de courtoisie témoignait-elle vraiment de l’intérêt porté par les États-Unis à la France pompidolienne, comme l’estime Michel Jobert dans ses Mémoires ? En partie, peut-être. Mais la présence à Paris de Kissinger s’expliquait aussi et surtout par le premier entretien secret organisé entre le Conseiller pour la sécurité nationale et l’émissaire nord-vietnamien Xan Thuy. Les entretiens furent aussi l’occasion de mettre au point la future visite officielle aux États-Unis du président français, qui répondait ainsi à une invitation lancée par Nixon lors de ses entretiens avec Charles de Gaulle33.

  • 34 NSC Review, « United States Policy Toward Post-De Gaulle France », NSC Institutional « H » Files, B (...)
  • 35 Ibid., p. 3.

13Entre la visite de Kissinger à Paris et le voyage de Pompidou outre-atlantique, prévue pour le 23 février, l’Administration américaine produisit deux documents importants analysant sa politique vis-à-vis de la France. Le premier, émanant du Conseil de sécurité nationale, était le NSSM (National Security Study Memorandum) 60 « United States Policy Toward Post-de Gaulle France ». Document à visée prospective, il s’efforçait de prévoir le cours de l’évolution des relations franco-américaines, en proposant des options d’action pour les États-Unis dans différents domaines (relations bilatérales ; France et Otan ; politique française vis-à-vis de la Communauté européenne ; relations franco-allemandes ; relations de la France avec l’URSS et l’Europe de l’Est ; politique française au Moyen Orient ; politique française au Vietnam)34. Le NSSM 60 estimait qu’il était bon pour les États-Unis que la France joue un rôle important en Europe et dans le Tiers Monde et qu’il était également bon que le pays ne revienne pas à des gouvernements transitoires et faibles, comme cela avait été le cas jadis. Mais, outre le fait que cette optique régionale déniait de facto à la France une envergure mondiale, le NSSM 60 assignait comme objectif à la politique étrangère américaine la tâche, à défaut de parvenir à une coopération avec Paris, d’obtenir qu’elle s’abstienne d’être délibérément hostile. Bien que prenant acte du réchauffement franco-américain, entretenu par la tenue des négociations de Paris et la désescalade au Vietnam, bien que constatant que les fils du dialogue avaient été renoués depuis que les Français avaient compris que les Américains accepteraient leur droit d’être en désaccord et que, réciproquement, les Français accepteraient le désir américain de modifier leur point de vue, la conclusion du NSSM 60 était assez prudente : « Au total, la perspective d’une France stable et le rétablissement d’une relation bénéfique et de coopération entre la France et les États-Unis apparaît prometteuse mais en aucune façon certaine »35.

  • 36 First Annual Report to the Congress of the United States. Foreign Policy for the 1970’e. February 1 (...)
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.

14Le second document, en date du 18 février 1970, était le premier rapport annuel au Congrès sur la politique étrangère américaine, une innovation de l’Administration Nixon36. Dans une formulation qui peut sembler maladroite, mais qui ne suscita pas le tollé du discours sur l’Année de l’Europe de Kissinger et sa référence aux « intérêts régionaux », trois ans plus tard, le rapport confirmait la volonté des États-Unis de ne pas se désengager du Vieux continent : « Nous ne pouvons pas plus nous retirer de l’Europe que de l’Alaska »37. Le rapport était aussi une sorte de péan à la construction européenne, une « identité distincte » pour l’Europe occidentale étant souhaitée et le prix à payer en termes économiques et commerciaux par les États-Unis pour une Europe véritablement unifiée, étant considéré comme inférieur aux gains représentés par cette unification pour la vitalité politique de l’Occident. Enfin, le rapport présenté au Congrès par l’Administration Nixon entendait laisser la construction européenne aux mains des Européens, et ne plus empiéter sur leurs prérogatives : « Nous ne pouvons pas unifier l’Europe et nous ne croyons pas qu’un seul chemin conduit à cet objectif. Lorsque les États-Unis, sous les Administrations précédentes, se sont faits les ardents avocats [de cette unification], ils ont nuit plutôt que contribué à ce processus »38.

  • 39 M. Jobert, Mémoires d’avenir, op. cit., p. 159.
  • 40 Cité dans T. Diallo, La politique étrangère de Georges Pompidou, Paris : Librairie générale de droi (...)

15 Sans doute cette politique de non immixtion, voire de détachement, face aux affaires européennes convenait-elle parfaitement à la France, qui de son côté avait satisfait l’Administration Nixon en levant, à la fin de l’année 1969, le veto de la France à l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun. Le voyage de Pompidou aux États-Unis ne se présentait pas pour autant sous les meilleurs augures. Dans ses Mémoires, Michel Jobert écrit que l’échec du voyage présidentiel aux États-Unis était déjà inscrit dans deux faits survenus à la fin de l’année 1969. Le premier septembre 1969 en Libye, en l’absence du roi Idriss, l’armée fomenta un coup d’Etat et renversa la République. Dans la nuit du 24 au 25 décembre, dans des conditions rocambolesques, cinq vedettes rapides destinées à Israël mais placées sous embargo par le gouvernement français quittèrent mystérieusement le port de Cherbourg39. Le 1er décembre 1969, citant des sources diplomatiques américaines, le journaliste Peter Gross écrivit que le ministère français de la Défense avait accepté de livrer à la Libye, pour un montant de 2,2 milliards de francs, cinquante chasseurs bombardiers Mirage et deux cents chars de combat. Les Français auraient par ailleurs offert d’assurer l’entretien et le fonctionnement des bases aériennes que les États-Unis et la Grande-Bretagne évacuaient sur la demande du nouveau régime de Tripoli40.

  • 41 Departemnt of State Telegram Fm AmEmbassyParis to SecState, 101651 Jan. 70, Subj : French Arms Deal (...)
  • 42 H. Sonnenfeldt, Memorandum for the Record, Subject Conversation with Ambassador Lucet on Lybian Air (...)
  • 43 Memorandum for the President, From : Henry A. Kissinger, Subject : Further Information on French L (...)

16La nouvelle suscita une levée de boucliers aux États-Unis aussi bien qu’en Israël. Dans le Monde, André Fontaine affirma que c’est de source israélienne, soit à Washington, soit à Paris, que le New York Times avait obtenu l’information. Pour l’Administration américaine, l’information suscita d’autant plus de surprise que les services diplomatiques estimaient avoir été, à tout le moins, « abusés » par les déclarations lénifiantes de l’ambassadeur de France à Washington Lucet et le ministre Schumann. A plusieurs reprises, et y compris lors d’un entretien entre Lucet et Joseph Sisco, l’adjoint de Kissinger en charge du Proche-Orient, ces derniers avaient nié que des chars fussent inclus dans le contrat, certifié que les Français n’occuperaient pas les bases quittées par les Anglo-Saxons ou encore affirmé que le montant du contrat était inférieur aux 400 millions de dollars dont parlait la presse41. Si, sur la forme, l’attitude française gênait les Américains, sur le fond ils ne voyaient guère d’un bon œil les Français se substituer à eux en Méditerranée. La crise trouva un semblant de résolution le 14 janvier 1970, lorsque l’ambassadeur de France Lucet rencontra Kissinger pour évoquer les livraisons d’armes. Lucet se présenta porteur d’une message adressé par Pompidou à Nixon. Cette fois-ci, le président français prenait la peine d’informer son homologue américain, pour éviter qu’il ne l’apprenne par ses services de renseignement ou, pis ! les médias, que le contrat comprendrait non pas cinquante, mais pas moins d’une centaine de chasseurs bombardiers Mirage42. Le 21 janvier, un nouveau message de Pompidou à Nixon donnait le détail des ventes : 108 avions, dont 38 chasseurs-bombardiers, 50 intercepteurs et 20 avions de reconnaissance et d’entraînement. Les avions seraient livrés à partir de 1970, les livraisons des derniers éléments intervenant en 197343.

  • 44 Memorandum for the President, From : Henry A. Kissinger, Subject : Message to You from Presiden Pom (...)
  • 45 Ibid., p. 1-2.
  • 46 Ibid.

17Le 14 janvier, Kissinger avait exposé les préoccupations des États-Unis concernant le contrat. Outre l’absence de concertation, pour ne pas dire les fausses informations distillées par la diplomatie française, la livraison d’armes à Libye, bien qu’elle ne fût pas un des quatre pays du « champ de bataille » frappés par l’embargo français (Israël, Egypte, Jordanie, Syrie) pousserait les États-Unis à de nouvelles livraisons d’armes à Israël. Aux yeux de Kissinger, les Libyens n’avaient qu’une seule raison de vouloir ces armes : les utiliser contre Israël, soit directement soit en les stationnant sur le territoire égyptien44. La Libye ne comptait que deux millions d’habitants et sa sécurité ne semblait être menacée ni par la Tunisie ni par l’Egypte. Les Américains mettaient en doute les assurances françaises selon lesquelles le rayon d’action des Mirage ne leur permettaient pas de frapper Israël depuis la Libye et se gaussaient des clauses du contrat de vente selon lesquelles les avions ne pourraient être stationnés sur le sol d’un autre pays. Que feraient les Français si les Mirage gagnaient l’Egypte pour frapper immédiatement Israël ? A cette objection, tout en notant que les Français avaient refusé de vendre à l’Iraq, l’ambassadeur de France ne pouvait que rétorquer que les Français interrompraient immédiatement les livraisons en cas de rupture d’une de ces clauses. Sanction qui serait, de fait, nulle après 1973, une fois les 108 chasseurs livrés. Mais Lucet pouvait aussi avancer l’argument majeur des Français : ils livraient des armes à la Libye pour éviter que les Soviétiques ne le fassent à leur place et, ce faisant, ils servaient, l’intérêt de l’Occident et, paradoxalement, l’intérêt stratégique des États-Unis. Les Libyens avaient d’ailleurs exigé que plus de cent chasseurs leurs soient livrés, un chiffre en effet sans aucune commune mesure avec leurs besoins réels. Ce serait cent ou aucun chasseur français, et en ce dernier cas, ils se tourneraient vers les Soviétiques. Au demeurant, l’ambassadeur Shriver n’avait-il pas lui-même mentionné que les Américains souhaitaient vendre des F-104 à la Libye ? Les Britanniques n’avaient-ils pas proposé des chars Chieftain ? En fait, tout le monde voulait vendre45. Néanmoins, Kissinger avait encore une objection de taille : la date de la signature du contrat de vente, précédant une importante visite du chef de l’Etat aux États-Unis, lui paraissait particulièrement mal choisie46.

  • 47 Memorandum for Mr. Kissinger, From Helmut Sonnenfeldt, Subject : Lucet Says Lybian Plane Deal Invo (...)
  • 48 Department of State Telegram, Fm AmEmbassyParis To SecState WashDC, 21 Jan. 70, NSC Files, Country (...)
  • 49 Ibid.

18A l’issue de cet entretien, Richard Nixon donna l’ordre de ne pas aller plus avant dans la protestation diplomatique et, dans une certaine mesure, l’incident fut clos pour l’Administration américaine. Ce d’autant qu’il apparut que la décision de vendre avait été prise contre l’avis de Lucet et Schumann, et que la diplomatie française n’avait, en fin de compte, pas chercher à abuser de la confiance des Américains47. L’ambassade des États-Unis confirma cela et proposa des analyses équilibrées des motivations françaises, soulignant que Pompidou cherchait à démontrer son indépendance vis-à-vis des États-Unis, à affirmer la présence française en Méditerranée, à s’assurer une part des revenus pétroliers libyens et, enfin que l’action française pouvait effectivement empêcher les Soviétiques de prendre pied en Libye, mais aussi contribuer à stabiliser le Maghreb, en empêchant que la Libye ne tombe dans l’orbite de l’Egypte nassérienne48. Néanmoins, l’ambassade mettait en garde le Département d’Etat au sujet de la sous-estimation par les Français, en dépit des admonestations de Kissinger, de l’impact négatif que pourrait avoir la vente des Mirage lors de la réception de Pompidou aux États-Unis49.

  • 50 Memorandum of Conversation, Place : President Pompidou’s Apartment, Ile St. Louis, Paris, Present : (...)

19A la veille du départ de Georges Pompidou pour les États-Unis, Kissinger lui rendit visite dans son appartement de l’île Saint Louis, pour préparer sa venue et évoquer les points devant être discutés avec Nixon. Rendant le signe d’estime que lui avait témoigné de Gaulle, Nixon avait accepté, fait rare, l’invitation à dîner à l’ambassade de France à Washington avec son homologue français. Le Conseiller pour la sécurité nationale lui confia que l’Administration avait manifesté son mécontentement au sujet des hommes politiques new-yorkais qui considéreraient sa venue aux États-Unis comme un problème. Il avertit le président français que « trois ou quatre » membres du Congrès pouvaient quitter les travées tandis qu’il s’exprimerait devant eux, mais qu’il espérait que ce geste de protestation serait compensé par l’expression de l’estime et de la considération des autres membres. Pompidou répondit qu’il était quelque peu surpris d’observer que les juifs faisaient entendre leur voix de manière aussi distincte aux États-Unis. « En France, les juifs comme les protestants et les catholiques, se pensent avant tout comme des Français ». Et Pompidou d’ajouter que la France était peut-être le pays le moins raciste au monde et qu’il était fier de cela50.

  • 51 H. Kissinger, A la Maison Blanche, op. cit., tome 1, p. 441.
  • 52 Memorandum for Henry A. Kissinger, From : Al Haig, Subject : Pompidou Memcons, March 3, 1970, NSC F (...)
  • 53 H. Kissinger, A la Maison Blanche, op. cit., tome 1, p. 439.

20Lorsque Pompidou posa le pied sur le sol américain, la plupart des malentendus transatlantiques étaient en voie de trouver solution, à l’image même de la question des armes libyennes. D’où cette analyse tirée des Mémoires de Kissinger, qui résume bien, sur le fond, l’état des relations bilatérales : « La visite de Pompidou eut tout le succès qu’on pouvait en attendre, étant donné l’absence de problèmes requérant une solution ».51 Sur plusieurs points, comme la politique à tenir face à la Chine, Nixon et Pompidou constatèrent lors de leurs entretiens des 24 et 26 février une convergence de vue. Le premier rassura le dernier au sujet des négociations sur la limitation des armements (les futurs SALT) et affirma que non seulement un accord ne serait pas conclu par dessus la tête des européens, mais qu’il s’engageait à ce que, tant qu’il serait en fonction il n’existerait pas de condominium américano-soviétique. Dans la même veine, Nixon réaffirma l’importance aux yeux des États-Unis d’une France forte et d’une Europe qui le soit aussi, au moins sur le plan économique. S’ajoutant à un Japon fort, cela lui paraissait indispensable à sa conception multipolaire du monde et à la structure stable de paix qui en découlait (États-Unis, URSS, Europe, Japon, Chine). Même sur le conflit israélo-arabe, au sujet duquel Nixon mit pourtant en garde son homologue français contre le risque de voir les Français et les Soviétiques se dresser face aux États-Unis, le président américain en appela à une solution conjointe52. Somme toute, la manière dont Nixon traita la France, au moins lors de ses entretiens, correspondait parfaitement aux attentes de celle-ci : il laissait entendre que celle-ci avait un rôle mondial. Or, comme le note Kissinger dans ses Mémoires, « de tous les alliés de l’OTAN, la France seule aspirait à jouer un rôle mondial et tentait d’acquérir les moyens de jouer ce rôle »53.

  • 54 F. Costaglia, op. cit., p. 166.

21Le voyage, pourtant, fut un fiasco. Au Congrès, bien plus de « trois ou quatre » législateurs boycottèrent le discours de Pompidou et il fallut faire occuper leurs sièges par des secrétaires et collaborateurs pour évier au président de la République l’humiliation de s’exprimer devant un auditoire fort clairsemé54. A New York, le maire John Lindsay et le gouverneur Nelson Rockefeller refusèrent de participer au dîner donné en l’honneur de Pompidou. Le périple du président français prit la tournure d’un chemin de croix, à chaque étape duquel il était pris à partie par des foules hostiles. Les incidents les plus graves eurent lieu à Chicago, où là aussi, le maire de la ville Richard Daley avait initialement refusé de dîner à la table de Pompidou. Alors qu’il se rendait à ce dîner, une foule vociférante envahit le hall de l’hôtel et Français comme Américains purent voir à la télévision le président et son épouse soumis aux menaces, cris et crachats. Blessé et humilié, Pompidou donna des instructions pour que sa femme rentre immédiatement en France, lui même devant la suivre le jour suivant. Le président Nixon intervint alors pour tenter d’atténuer la portée de l’incident diplomatique.

  • 55 M. Jobert, Mémoires d’avenir, op. cit., p. 169.
  • 56 Ibid., p. 170.
  • 57 H. Kissinger, A la Maison Blanche, op. cit., tome 1, p. 441.
  • 58 Ibid.

22Lui-même ne savait que trop bien ce qu’était une foule hostile, et il avait d’ailleurs, à Washington, averti l’entourage de Pompidou : « Votre président débute dans son métier. L’Amérique est un pays dur où l’on est aisément pris à partie. Il faut s’y faire et il ne faut pas que votre président en soit découragé »55. Il téléphona ses excuses au couple présidentiel, et bouleversa son propre emploi du temps pour aller participer en personne au dîner donné en l’honneur de Pompidou à New York. Le mal, pourtant était fait. Sur la piste d’envol de Chicago, Pompidou avait déclaré que les incidents dans la ville « mettaient une tache sur le front de l’Amérique ». Une tache durable, si l’on en juge par les analyses de Jobert et de Kissinger. Le premier voit dans le souci de Pompidou de ne plus recevoir ensuite Nixon qu’en dehors du territoire américain, aux Açores et en Islande, l’effet de la confiance déçue et froissée56. Le second voit dans l’échec de ce voyage une des deux raisons qui expliquèrent ensuite la dégradation des relations entre la France et les États-Unis (la seconde étant la nomination au poste de ministre des Affaires étrangères de Michel Jobert, « passant ainsi de l’état de collaborateur effacé à celui de terreur oratoire de la diplomatie alliée »)57. Pour Kissinger, le voyage de l’hiver 1970 renforça les sentiments ambivalents de Pompidou sur les États-Unis, sur le plan intellectuel il demeura favorable à des relations plus étroites, mais plus sur le plan affectif, ce qui se serait ressenti en 1973, alors qu’affaibli physiquement, ce grief aggrava toutes les objections à « l’Année de l’Europe »58.

  • 59 T.L. Eliot, Executive Secretary, Department of State, Memorandum from Henry A. Kissinger, Subject : (...)
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid., p. 2.

23Jusqu’à ce que cette Année de l’Europe débute, ou jusqu’à ce que Michel Jobert devienne ministre des Affaires étrangères (par coïncidence le discours de Kissinger intervint en le 23 avril 1973, et Jobert était devenu ministre le 3) les relations bilatérales entre les deux pays demeurèrent relativement bonnes. Le 18 janvier 1972, une note de synthèse adressée par le Département d’Etat à Henry Kissinger dressait le bilan de l’action de Georges Pompidou et analysait la place de la France dans les Affaires mondiales. Pour le Département d’Etat, l’Histoire retiendrait que Pompidou illustrait le cas rare d’un élève surpassant son maître. Pompidou s’était inscrit dans la droite ligne de la politique gaulliste, mais « il s’était gardé de son penchant pour les excès dans la forme et dans les analyses59 ». Mieux encore, Pompidou, contrairement à de Gaulle, s’était toujours attaché aux résultats durables d’une politique, et non pas aux effets immédiats, voire spectaculaires, qui fascinaient son prédécesseur60. Son acceptation de l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun, affirmée dès le sommet de La Hague en décembre 1969 tenu à l’initiative de la France, sa conception de l’unité de l’Europe occidentale, qui contredisait, dans l’esprit sinon dans la lettre, l’objectif gaullien de l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, ne pouvaient qu’être agréables aux États-Unis. Au total, notait le Département d’Etat « La politique du président [Nixon] recherchant à revivifier les relations avec la France grâce à des consultations diplomatiques intenses et une coopération bilatérale accrue à déjà fourni d’excellents résultats »61.

  • 62 Memorandum for the President From Henry A. Kissinger Subject : Military Cooperation with France, NS (...)
  • 63 Memorandum of Conversation, Place : President Pompidou’s Apartment, Ile St. Louis, Paris, Present : (...)
  • 64 Conversations between Presidents Nixon and Pompidou, February 24 and 26, 1970, NSC Files, Country F (...)

24Au rang de cette coopération bilatérale accrue, on peut, par exemple, citer le domaine militaire et l’adoption, le 29 mars 1971, de deux NSDM par le NSC, l’un sur la coopération militaire avec la France (super-ordinateurs, assistance au programme français de missiles balistiques) et l’autre sur la coopération en matière de sécurité nucléaire. En approuvant les documents préparatoires, Nixon ajouta de sa main, sur le Mémo de Kissinger la mention manuscrite : « Je suis favorable à une coopération plus étroite au fur et à mesure que l’intensité de la guerre froide diminue »62. Une autre forme de coopération au sommet concerna les questions monétaires. Déjà, Pompidou avait confié à Kissinger, lors de leur entretien de l’Ile Saint Louis, qu’il souhaitait aborder la question de la faiblesse du dollar à l’occasion de son déplacement aux États-Unis63. Ces questions n’avaient cependant occupées que la portion congrue des entretiens Pompidou-Nixon, le second se bornant à noter qu’il maîtrisait moins bien ces sujets que l’ancien dirigeant de la Banque Rothschild64.

  • 65 Voir à ce sujet le témoignage de W. Safire, Before the Fall. An Inside View of the Pre-Watergate Wh (...)
  • 66 Cité dans F. Costaglia, op. cit., p. 169.
  • 67 Cité dans R. Nixon, RN. The Memoirs of Richard Nixon, op. cit., p. 518.
  • 68 H. Kissinger, A la Maison Blanche, tome II, Paris, Fayard, 1979, p. 1009.
  • 69 Cité dans W. Safire, op. cit., p. 514.

25La situation monétaire internationale se dégrada sensiblement durant l’été 1971. Confronté à des achats massifs d’or de la part, en particulier, de la France et de la Grande-Bretagne en échange de leurs dollars, Nixon convoqua pour les 13, 14 et 15 août un sommet de crise de ses principaux conseillers économiques, bien que ni le Département d’Etat ni le NSC ne fussent représentés, en dépit des évidentes implications internationales des décisions qui allaient être prises. Sans doute la raison de cette absence réside-t-elle dans la confiance, et même la fascination, que le secrétaire au Trésor John Connaly inspirait au président65. La nomination d’un des caciques du Parti démocrate avait été considérée comme un « coup d’éclat » par Nixon, et il était tout disposé, en matière de politique monétaire internationale, à procéder à un autre. Connaly préconisait une approche dure dans ce domaine, unilatéraliste. « Ma philosophie, expliquait-il, est que tous les étrangers cherchent à nous baiser et que c’est nous qui devons les baiser les premiers »66. Dès le 6 août, il avait proposé un programme qui avait surpris et enthousiasmé Nixon : « Une guerre économique sur tous les fronts, y compris un contrôle des prix et des salaires. « Je ne suis pas sûr que ce programme fonctionnera, avait-il déclaré mais je suis sûr que quoi que ce soit de moins énergique échouera »67. La décision de la Grande-Bretagne de demander la conversion de trois milliards de dollars en or, dans la deuxième semaine d’août, aggrava encore les tensions et la « guerre économique » prônée par Connally prit une dimension internationale. L’aspect essentiel du programme était la décision de fermer le « guichet sur l’or », soit de suspendre la convertibilité du dollar à 35 dollars l’once, ce qui démantelait le système de Bretton Woods. A cela s’ajoutait une diminution de 10 % de l’aide américaine à l’étranger et une taxe de 10 % sur les importations américaines68. Devant un tel programme, le président du Conseil des gouverneurs de la Banque fédérale de réserve Arthur Burns s’était récrié que les États-Unis perdraient la « bonne volonté » de leurs alliés en agissant de la sorte. « Nous nous ruinerons en voulant conserver leur bonne volonté » avait rétorqué Connally69.

  • 70 Memorandum of conversation, Subject : Meeting at Junta Geral, Terceira, Azores, Date and Time : 13  (...)
  • 71 Memorandum of conversation, Subject : Meeting at Junta Geral, Terceira, Azores, Date and Time : 15  (...)
  • 72 H. Kissinger, A la Maison Blanche, tome II, op. cit., p. 1016.

26La convertibilité de l’or étant suspendue, les autres nations pouvaient soit garder leurs dollars, permettant ainsi aux États-Unis de conserver leurs déficits de balance des paiements, soit vendre leurs dollars sur le marché, ce qui aboutirait à une réévaluation de fait de leurs propres devises et rendraient les produits américains plus compétitifs. Une fois le « coup d’éclat » annoncé par Nixon, le 15 août, c’est à Kissinger, qui n’avait pas une grande expérience des questions monétaires, qu’il revint d’amortir le choc auprès des alliés. Parmi eux, la France jouait un rôle pivot, aux yeux de Nixon70. Un sommet entre les deux chefs d’Etat fut donc organisé aux Açores, le 13 décembre 1971 (Pompidou avait refusé une île des Antilles, car la distance qu’il aurait eu à parcourir aurait été supérieure à celle de son homologue américain...). Le sommet se solda par une dévaluation du dollar par rapport à l’or de 8,57 % et une réévaluation du franc par rapport au dollar de 8,75 %, arrangement qui permettait de maintenir constant le cours du franc par rapport à l’or. Lors des entretiens, Pompidou et Nixon évoquèrent les cours des autres devises, le premier expliquant qu’à son retour il informerait ses partenaires européens, même s’il ne pouvait donner l’impression que lui et Nixon avaient fixé les cours et qu’ils devaient les accepter71. C’est pourtant bel et bien se qui se produisit, Kissinger notant dans ses Mémoires « Ce qu’il y avait d’extraordinaire dans cette rencontre, c’était que les États-Unis et la France aient pris sur eux d’établir des taux de change pour chacune des plus importantes devises du monde »72. Les accords du Smithsonian les 17 et 18 décembre permirent de ratifier les accords, mais quatorze mois plus tard, en dévaluant le dollar, les États-Unis les violèrent.

  • 73 P. Melandri, « Une relation très spéciale : la France, les États-Unis et l’Année de l’Europe, 1973- (...)
  • 74 J. Hanhimaki, The Flawed Architect. Henry Kissinger and American Foreign Policy, New York : Oxford (...)

27Tandis que les États-Unis décidaient de laisser flotter à la baisse leur monnaie, les questions économiques et commerciales avaient pris un poids nouveau dans les rapports avec l’Europe en construction, et le contexte international avait évolué. Au début de l’année 1973, trois nouveaux pays, la Grande-Bretagne, l’Irlande et le Danemark, avaient fait leur entrée dans la Communauté économique européenne, lui donnant plus de poids et, en théorie, une position renforcée dans ses relations avec les États-Unis. Ces derniers devaient affronter des difficultés économiques qui s’étaient traduites par de l’inflation sur la scène intérieure, et une dépréciation du dollar qui n’avait suffi à enrayer la baisse de la compétitivité américaine. En 1971, pour la première fois depuis 1894, les États-Unis avaient moins vendu de marchandises au monde qu’ils n’en avaient importé73. Enfin et surtout, en janvier 1973, Kissinger avait signé avec Le Duc Tho les Accords de paix de Paris. Bref, au début de l’année 1973, l’Administration Nixon, triomphalement réélue et non encore affaiblie par le Watergate, était en quête de succès diplomatiques nouveaux qui, il est vrai, pourraient difficilement égaler en éclat ceux de l’année écoulée : la diplomatie triangulaire, « l’ouverture » de la Chine, les accords SALT et la détente, le tout couronné par les Accords de Paris74.

  • 75 H. Kissinger, Les années orageuses, tome I, Paris : Fayard, p. 162-163.

28Dès lors, la diplomatie américaine pouvait déplacer son attention principale, de l’Asie vers l’Europe, au cœur de laquelle la France apparaîtra rapidement comme le principal partenaire, puis le principal obstacle, à cette régénération du lien transatlantique que les Américains appelaient de leurs vœux. C’est Pompidou lui-même qui, tandis que Kissinger l’informait des derniers développements de ses négociations avec les Nord-Vietnam, lui demanda quel serait ensuite le centre de gravité de la politique américaine. Kissinger lui répondit que les États-Unis entendraient désormais resserrer les liens atlantiques, tant les États-Unis et l’Europe n’avaient pas fait d’effort, depuis une vingtaine d’années, pour redéfinir leurs objectifs fondamentaux. Pompidou se montra encourageant et le Conseiller pour la sécurité nationale trouva dans un entretien que le président français accorda au New York Times la confirmation de ces encouragements75.

  • 76 Memorandum of Conversation, Participants : Michel Jobert, Mr. Andronikov, Dr. Henry A. Kissinger, A (...)

29 Le 23 janvier 1973, Kissinger prononça l’un de ses tous premiers discours publics de politique étrangère, devant les représentants de l’Associated Press, au Waldorf Astoria. Prenant acte de la détente, de la parité stratégique entre l’Est et l’Ouest, il appela de ses vœux la rédaction, lors de cette « Année de l’Europe », d’une nouvelle Charte atlantique, qui serait pour les États-Unis et leurs alliés la base d’une ère nouvelle de coopération et qui redonnerait vigueur aux idéaux et objectifs communs des uns et des autres. Sur la forme, le coup d’essai de Kissinger n’était pas un coup de maître : sans doute était-il maladroit de décréter depuis New York une « Année de l’Europe » qui apparaissait ainsi comme une créature au service des États-Unis ; maladroit, également, d’évoquer une nouvelle Charte atlantique, dont les Français avaient été exclus ; maladroit, ensuite, de donner l’impression aux Européens qu’ils devaient parvenir à la signature d’une texte avant le voyage de Nixon sur leur continent avant la fin de l’année ; maladroite, enfin, l’expression même « Année de l’Europe », dont Pompidou se gaussa en affirmant que pour la France chaque année était une année de l’Europe. Kissinger lui-même reconnut ce fait, en déclarant, exaspéré, à Jobert, le 8 juin 1973, qu’il entendait préserver le statu quo en se passant de « l’Année de l’Europe », alors que les États-Unis la jugeaient nécessaire. Mais au fond, l’inertie de Jobert était compréhensible : « Vous êtes en Europe, lui lança un Kissinger excédé, donc pour vous chaque année est l’Année de l’Europe »76.

30Autre maladresse de forme, mais qui ne pouvait occulter une vérité de fond, le passage dans lequel Kissinger opposait les intérêts régionaux des Européens, à la vocation planétaire des États-Unis :

  • 77 H. Kissinger, Les années orageuses, vol. 1, Paris : Fayard, 1982, p. 187.

« La diplomatie fait l’objet de consultations fréquentes, mais elle est essentiellement menée par les Etats-nations traditionnels. Les États-Unis ont des intérêts et des responsabilités mondiaux. Nos alliés européens ont des intérêts régionaux. Ces préoccupations ne sont pas nécessairement en conflit, mais, dans l’ère nouvelle, elles ne sont pas non plus automatiquement identiques77. »

  • 78 Memorandum of Conversation, Participants : President Georges Pompidou, Andronikov, Dr. Henry A. Kis (...)
  • 79 Memorandum of Conversation, Participants : Michel Jobert, Dr. Henry A. Kissinger, Ambassador Joshn (...)
  • 80 J. Hanhimäki, op. cit., p. 349-350.
  • 81 M. Jobert, Mémoires d’avenir, op. cit., p. 231.
  • 82 Memorandum of conversation, Participants : Michel Jobert, Mr. Andronikov, Dr. Henry A. Kissinger, A (...)

31Pompidou lui-même, lorsqu’il reçut Kissinger à Paris pour préparer le sommet franco-américain de Reykjavik, lui affirma ne pas avoir été particulièrement choqué par ce passage, convint que l’Europe avait des prérogatives concernant essentiellement son propre continent, le bassin Méditerranéen et l’Afrique, et que de surcroît les nations européennes représenteraient une puissance de second ordre78. Pourtant, le discours du 23 avril suscita une levée de boucliers et surtout de la part de la diplomatie française. Michel Jobert dénonça dans ses entretiens avec Kissinger le 17 mai un « Yalta de temps paix ». Le second eut beau jeu de lui rétorquer que si l’année de l’Europe était une volonté américaine de réaliser un tel « Yalta de temps de paix », les Américains se seraient adressés aux Soviétiques79. Le mois suivant Soviétiques et Américains concluaient effectivement un Accord sur la prévention des guerres nucléaires avec les Soviétiques dans lequel Michel Jobert était prompt à condamner une remise en question du parapluie nucléaire américain en Europe occidentale80. Plus généralement, Jobert rejetait fermement la vision américaine du « monde s’ordonnant autour de la puissance américaine comme autrefois l’Empire du Milieu s’entourait de sept lunes gravitant autour de lui »81. En outre, il déclara à Kissinger que son initiative pouvait être perçue comme une façon de diviser les Européens, qu’elle pouvait être motivée par des raisons de politique intérieure (Watergate) ou budgétaire (couplage entre questions économiques et de sécurité) et, enfin, que l’Année de l’Europe pouvait n’être perçue que comme un simple mouvement de balancier, les Américains s’étant rapprochés des Soviétiques et cherchant désormais à faire de même avec les Européens, pour renforcer leur position82.

  • 83 H. Kissinger, Les années orageuses, tome 1, op. cit., p. 183.
  • 84 Memorandum of Conversation, Participants : Michel Jobert, Dr. Henry A. Kissinger, Ambassador Joshn (...)
  • 85 Memorandum of Conversation, September 26, 1973, 1 : 15 p.m., Secretary’s Apartment Waldorf Towers, (...)
  • 86 Ibid.

32Le dialogue de sourd était engagé : Kissinger avait dès le 29 mars déclaré au nouvel ambassadeur de France, Jacques Kosciusko-Morizet que « La question est de savoir si le monde occidental aura une bonne politique suivie ou si, comme les Grecs, nous nous laisserons submerger par le monde extérieur »83. Il déploya des trésors de pédagogie devant Jobert, lui montrant qu’il s’efforçait de lutter contre une forme de néo-isolationnisme aux États-Unis et qu’il était impératif de restaurer un « lien émotionnel entre les partenaires ». En définitive, Kissinger exposa les impasses dans lesquelles se trouvait, du fait de la France, la politique étrangère américaine : « A chaque fois que nous tendons la main vers l’Europe, nous sommes accusés de la dominer. Lorsque nous ne tendons pas la main, nous sommes accusés de la négliger. Et lorsque nous négocions avec l’Europe, nous sommes accusés de tenter d’en briser l’unité »84. Rien n’y fit, Jobert se posa, au nom de la France, en homme du non. C’est d’ailleurs ce que lui fit remarquer avec humour Kissinger, le 26 septembre 1973. Alors que le ministre français des Affaires étrangères français, qui lui rendait visite expliquait qu’il allait s’exprimer en anglais, alors que cela lui était difficile, le secrétaire d’Etat répliqua : « Vous n’avez pas besoin de connaître beaucoup l’anglais pour dire no »85. Il félicita Jobert pour son intelligente campagne des six derniers mois, et Jobert répondit que ce n’était pas une campagne. « Je suis comme une feuille dans le vent. Je suis passif. D’abord, le vent me pousse à l’Ouest, puis à l’Est »86.

  • 87 Washington Energy Conference, February 1974, Communique, Doc. 17, February 13, 1973, NSC Files, Sub (...)
  • 88 H. Kissinger, Les années orageuses, tome I, op. cit., p. 207.

33A cette date, l’Année de l’Europe était d’ores et déjà enterrée et plus que l’inertie des Français, la campagne effectivement menée par eux pour contrecarrer les initiatives américaines en était largement responsable. De même que de Gaulle avait pu, en son temps, déclarer, « la MLF est morte, c’est moi qui l’ai tuée », Jobert pouvait s’enorgueillir d’avoir « tué » l’Année de l’Europe. En octobre 1973, la gestion de la guerre du Kippour par les superpuissances, qui exclut la France encore plus que lors de la crise des missiles, ou du moins il y avait eu concertation, acheva la rupture. La conférence de Washington sur l’énergie, en février 1974, ou la France s’opposa, sans obtenir gain de cause, à la constitution d’un front des pays consommateurs, tourna à l’épreuve de force avec les États-Unis87. Quel jugement, au total, porter sur cette renaissance des malentendus transatlantiques ? Doit-elle être portée au crédit de la France, soucieuse de défendra l’identité nationale, l’identité européenne, de contrecarrer les desseins hégémoniques des Américains, de demeurer libre, comme une feuille dans le vent, d’être portée d’Ouest en Est ? Ou au contraire ce gaullisme sans de Gaulle doit-il être interprété comme une volonté farouche et quelque peu stérile de « se poser en s’opposant aux États-Unis », manquant ainsi l’opportunité de resserrer les liens transatlantiques qu’offraient Nixon et Kissinger ? Le débat est ouvert, mais pour ce dernier, du moins, la réponse est claire. Il écrit dans Les années orageuses que Jobert était comme un personnage de Pirandello ; il devint ce qu’au début il avait seulement prétendu être : « Lors de notre première rencontre, il trouva excessive mon admiration pour de Gaulle. Le gaullisme, dit-il était de l’immobilisme gonflé par le levain de la rhétorique. Lorsqu’il avait quitté le pouvoir, il avait poussé le gaullisme bien plus loin que tout ce qu’aurait pu imaginer le Général ».88

Notes

1 R. Nixon, RN. The Memoirs of Richard Nixon, New York : Simon & Schuster, 1990, p. 386.

2 F. Bozo, Deux stratégies pour l’Europe. De Gaulle, les États-Unis et l’Alliance atlantique, 1958-1969, Paris : Plon/Fondation Charles de Gaulle, 1996, p. 198-199.

3 Ibid., p. 195.

4 H. Kissinger, A la Maison Blanche, tome I, Paris : Fayard, 1979, p. 406.

5 H. Kissinger, Les malentendus transtlantiques, Paris : Denoël, 1965, p. 45.

6 I. Morgan, Nixon, New York : Oxford University Press, 2002, p. 104-105.

7 Citation dans J. Aitken, Nixon. A Life, Washington : Regnery Publishing, 1993, p. 145.

8 Ibid.

9 Citation dans I.F. Gellman, The Contender. Richard Nixon. The Congress Years, 1946-19 New York : The Free Press, 1999, p. 138.

10 M. Jobert, Mémoires d’avenir, Paris : Grasset, 1974, p. 159.

11 Citation dans C. Kirchberg et M. Hendrickx, Elvis Presley, Richard Nixon and the American Dream, Jefferson, N.C. : McFarland & Company, 1999, p. 72.

12 Voir T. Troy, Intellectuals and the American Presidency. Philosophers, Jesters, or Technicians ? Boston : Rowman & Littelefield, 2002, p. 75-112.

13 R. Nixon, Leaders. Ceux qui ont changé le monde, Paris : Plon, 1982/1984, p. 94.

14 Ibid., p. 97.

15 H. Kissinger, Les malentendus transatlantiques., op. cit., p. 46.

16 H. Kissinger, A la Maison Blanche, Tome 1, op. cit, p. 109.

17 H. Kissinger, Les malentendus transatlantiques., op. cit., p. 46.

18 Ibid., p. 80.

19 Ibid., p. 83.

20 Sur les limites de la politique étrangère de De Gaulle en 1968/1969, voir M. Vaïsse, La Grandeur. Politique étrangère du général de Gaulle, 1958-1969, Paris : Fayard, 1998, p. 671 et suiv.

21 H. Kissinger, A la Maison Blanche, op. cit., p. 77.

22 « Talking Paper on European Trip » Subject : France – General Talking Points, Nixon Presidential Materials Project (NPMP), NSC Files, President’s Trip Files, Box 447, Folder President’s Trip Materials, Feb. 23, 1969-March 2, 1969, 1 of 1, p. 4.

23 Ibid., p. 3.

24 NSC Files, President’s Trip Files, Box 447, folder Memcons Europe, Feb. 23, 69-March 2, 1969, passim.

25 F. Bozo, op. cit., p. 211.

26 NSC Files, President’s Trip Files, Memo for the President, From Henry A. Kissinger, Subject : Reaction to Your European Trip, March 5, 1969, Box 446, Folder Memo for the President. Reaction to Your European Trip, Feb.-March 69.

27 Ibid., p. 2.

28 F. Costaglia, op. cit., p. 163.

29 Ibid., p. 164.

30 M. Jobert, Memoirs d’avenir, op. cit., p. 158-159.

31 R. Nixon, RN. The Memoirs of Richard Nixon, op. cit., p. 394-395.

32 Memorandum of Conversation, August 4, 1969, Elysee Palace, President Georges Pompidou, Ambassador Charles Lucet, Jean-Bernard Raimond, Constantin Andronikof, Dr. Henry Kissinger, Helmut Sonnenfeldt, Ambassador Sargent Shriver, NSC Files, Country Files Europe, France Vol. III, Jan. 69-31 Oct., p. 1-4.

33 Ibid., p. 6.

34 NSC Review, « United States Policy Toward Post-De Gaulle France », NSC Institutional « H » Files, Box H-154, folder NSSM 60, 3 of 3.

35 Ibid., p. 3.

36 First Annual Report to the Congress of the United States. Foreign Policy for the 1970’e. February 18, 1970. Consultable sur le site http://www.nixonlibrary.org/index.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 M. Jobert, Mémoires d’avenir, op. cit., p. 159.

40 Cité dans T. Diallo, La politique étrangère de Georges Pompidou, Paris : Librairie générale de droit et de jusriprudence, 1992, p. 178.

41 Departemnt of State Telegram Fm AmEmbassyParis to SecState, 101651 Jan. 70, Subj : French Arms Deal with Lybia, NSC Files, Country Files Europe, Box 676, folder France 11/69- 31 Jan. 70, Vol. IV.

42 H. Sonnenfeldt, Memorandum for the Record, Subject Conversation with Ambassador Lucet on Lybian Aircraft, Wednesday, January 14, 1970., NSC Files, Country Files, Europe, Box 676, folder France 11/69-31 Jan. 70, Vol. IV.

43 Memorandum for the President, From : Henry A. Kissinger, Subject : Further Information on French Lybian Aicraft Deal, January 21, 1970, NSC Files, Country Files, Europe, Box 676, folder France 11/69-31 Jan. 70, Vol. IV.

44 Memorandum for the President, From : Henry A. Kissinger, Subject : Message to You from Presiden Pompidou Regarding French Plane Deal with Lybia, January 19, 1970, p. 2-3, NSC Files, Country Files, Europe, Box 676, folder France 11/69-31 Jan. 70, Vol. IV.

45 Ibid., p. 1-2.

46 Ibid.

47 Memorandum for Mr. Kissinger, From Helmut Sonnenfeldt, Subject : Lucet Says Lybian Plane Deal Involves 101 Aicraft, January 16, 1970, NSC Files, Country Files, Europe, Box 676, folder France 11/69-31 Jan. 70, Vol. IV.

48 Department of State Telegram, Fm AmEmbassyParis To SecState WashDC, 21 Jan. 70, NSC Files, Country Files, Europe, Box 676, folder France 11/69-31 Jan. 70, Vol. IV.

49 Ibid.

50 Memorandum of Conversation, Place : President Pompidou’s Apartment, Ile St. Louis, Paris, Present : Dr. Henry Kissinger, General Walters, President Pompidou, Mr. Gaucher, NSC Files, Presidential/HAK Memcons, Box 1024, folder Memorandum of Conversation, The President/President Pompidou, Paris, Nov. 12, 1970, 1 of 2.

51 H. Kissinger, A la Maison Blanche, op. cit., tome 1, p. 441.

52 Memorandum for Henry A. Kissinger, From : Al Haig, Subject : Pompidou Memcons, March 3, 1970, NSC Files, Presidential/HAK Memcons, Box 1024, folder Memorandum of Conversation, The President/President Pompidou, Paris, Nov. 12, 1970, 1 of 2.

53 H. Kissinger, A la Maison Blanche, op. cit., tome 1, p. 439.

54 F. Costaglia, op. cit., p. 166.

55 M. Jobert, Mémoires d’avenir, op. cit., p. 169.

56 Ibid., p. 170.

57 H. Kissinger, A la Maison Blanche, op. cit., tome 1, p. 441.

58 Ibid.

59 T.L. Eliot, Executive Secretary, Department of State, Memorandum from Henry A. Kissinger, Subject : Georges Pompidou and France’s Role in World Affairs, January 18, 1972, NSC Files, Country Files Europe, Box 678, folder France Apr. Dec. 71, Vol. XI.

60 Ibid.

61 Ibid., p. 2.

62 Memorandum for the President From Henry A. Kissinger Subject : Military Cooperation with France, NSC Files, Country Files Europe, France Vol. VI March 70-Sept. 70 to France Vol. VII., Oct. 70-March 71, Box 677, folder Oct. 70-March 71, p. 5.

63 Memorandum of Conversation, Place : President Pompidou’s Apartment, Ile St. Louis, Paris, Present : Dr. Henry Kissinger, General Walters, President Pompidou, Mr. Gaucher, NSC Files, Presidential/HAK Memcons, Box 1024, folder Memorandum of Conversations, The President/President Pompidou, Paris, Nov. 12, 1970, 1 of 2, p. 2.

64 Conversations between Presidents Nixon and Pompidou, February 24 and 26, 1970, NSC Files, Country Files, Presidential / HAK Memcons, Box 1024, folder Memorandum of Conversations. The President/ President Pompidou, Paris, Nov. 12, 1970, 1 of 2.

65 Voir à ce sujet le témoignage de W. Safire, Before the Fall. An Inside View of the Pre-Watergate White House, New Brunswick, Transaction Publishers, 1975/2005, p. 497 et suiv.

66 Cité dans F. Costaglia, op. cit., p. 169.

67 Cité dans R. Nixon, RN. The Memoirs of Richard Nixon, op. cit., p. 518.

68 H. Kissinger, A la Maison Blanche, tome II, Paris, Fayard, 1979, p. 1009.

69 Cité dans W. Safire, op. cit., p. 514.

70 Memorandum of conversation, Subject : Meeting at Junta Geral, Terceira, Azores, Date and Time : 13 December 1971 ; 9/00 AM, Present : The President, President Pompidou, Mr. Andronikov, Major General Walters, President’s Office Files, Memoranda for the President, Box 87, folder beginniing Dec. 12, 1971, p. 2.

71 Memorandum of conversation, Subject : Meeting at Junta Geral, Terceira, Azores, Date and Time : 15 December 1971 ; 9/00 AM, Present : The President, President Pompidou, Dr. Kissinger, Mr. Andronikov, Major General Walters, President’s Office Files, Memoranda for the President, Box 87, folder beginning Dec. 12, 1971, p. 3.

72 H. Kissinger, A la Maison Blanche, tome II, op. cit., p. 1016.

73 P. Melandri, « Une relation très spéciale : la France, les États-Unis et l’Année de l’Europe, 1973-1974 », dans Association Georges Pompidou, Georges Pompidou et l’Europe, Bruxelles : Complexe, 1995, p. 95.

74 J. Hanhimaki, The Flawed Architect. Henry Kissinger and American Foreign Policy, New York : Oxford University Press, 2004, p. 260-261.

75 H. Kissinger, Les années orageuses, tome I, Paris : Fayard, p. 162-163.

76 Memorandum of Conversation, Participants : Michel Jobert, Mr. Andronikov, Dr. Henry A. Kissinger, Ambassador John Irwin, Peter Rodman, Friday, June 8, 1973, Quai d’Orsay, NSC Files, HAK Files, HAK Office Files, Country Files Europe, Box 56, folder French Exchanges Sensitive, 1973, p. 6.

77 H. Kissinger, Les années orageuses, vol. 1, Paris : Fayard, 1982, p. 187.

78 Memorandum of Conversation, Participants : President Georges Pompidou, Andronikov, Dr. Henry A. Kissinger, Friday, May 18, 1973, 11 : 00 a.m., Elysee Palace, NSC Files, HAK Files, HAK Office Files, Country Files Europe, Box 56, folder French Memcons 1973, Jan-May Originals Eyes Only, p. 1.

79 Memorandum of Conversation, Participants : Michel Jobert, Dr. Henry A. Kissinger, Ambassador Joshn Irwin, Mr. Helmut Sonnenfeldt, Mr. Peter Rodman, Thursday, May 17, 1973, Quai d’Orsay, Memorandum of Conversation, NSC Files, HAK Files, HAK Office Files, Country Files Europe, Box 56, folder French Memcons 1973, Jan-May Originals Eyes Only, p. 3.

80 J. Hanhimäki, op. cit., p. 349-350.

81 M. Jobert, Mémoires d’avenir, op. cit., p. 231.

82 Memorandum of conversation, Participants : Michel Jobert, Mr. Andronikov, Dr. Henry A. Kissinger, Ambassador John Irwin, Peter Rodman, Friday, June 8, 1973, Quai d’Orsay, NSC Files, HAK Files, HAK Office Files, Country Files Europe, Box 56, folder French Exchanges Sensitive, 1973, p. 6.

83 H. Kissinger, Les années orageuses, tome 1, op. cit., p. 183.

84 Memorandum of Conversation, Participants : Michel Jobert, Dr. Henry A. Kissinger, Ambassador Joshn Irwin, Mr. Helmut Sonnenfeldt, Mr. Peter Rodman, Thursday, May 17, 1973, Quai d’Orsay, Memorandum of Conversation, NSC Files, HAK Files, HAK Office Files, Country Files Europe, Box 56, folder French Memcons 1973, Jan-May Originals Eyes Only, p. 3.

85 Memorandum of Conversation, September 26, 1973, 1 : 15 p.m., Secretary’s Apartment Waldorf Towers, New York City, Participants : Foreign Minister Jobert, M. Puaux, The Secretary, Mr. Stoesel, Mr. Sonnenfeldt, NSC Files, Country Files Europe, Box 679, France, Vol. XI Apr. 73-Dec. 73, folder France, Vol. XI Apr. 73-Dec. 73, p. 1-2

86 Ibid.

87 Washington Energy Conference, February 1974, Communique, Doc. 17, February 13, 1973, NSC Files, Subject Files, Box 321, folder, Energy Crisis, Part 3, 1 of 2.

88 H. Kissinger, Les années orageuses, tome I, op. cit., p. 207.

Auteur

Agrégé d’histoire, est maître de conférences à l’Université Paul-Valéry Montpellier III, ancien élève de l’Ecole normale supérieure (Lettres et Sciences Humaines) et de l’Université de Berkeley. Outre de nombreux articles, il a publié La Vie politique aux États-Unis de 1945 à nos jours (1997), Le Temps des Kennedy (2005), codirigé Des Conflits en mutation (2004) et La Californie. Laboratoire ou périphérie ? (2004). Ses recherches portent actuellement sur la politique étrangère des États-Unis et il prépare une biographie de Nixon, à paraître chez Tallandier, Paris.

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search