Version classiqueVersion mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Sociétés

11- Le modèle social français : un regard américain (1900-1970)

Romain Huret

Résumé

This paper describes the changing relationship between France and the United States in the field of social policy over the 20th century. During the Progressive Era, American social welfare experts were fascinated with the French model of social welfare, implemented by the Third Republic. However, a shift occurred in the interwar era: the New Deal made the United States a model. After World War II, American experts looked increasingly toward Great-Britain. The French model of social security looked more and more awkward. The French model was soon to become a counter-model.

Texte intégral

Introduction

  • 1 D. Levine, Poverty and Society : The Growth of the American Welfare State in International Comparis (...)
  • 2 Voir l’ouvrage séminal de D. Rodgers Atlantic Crossings : Social Policy in a Progressive Age, Cambr (...)

1Depuis une vingtaine d’années, les historiens et les sociologues ont abandonné toute forme de lecture nationaliste et essentialiste de la mise en œuvre des politiques sociales. Ce renouveau comparatif a eu l’incontestable mérite de relativiser les conclusions trop hâtives sur l’existence de formes nationales en matière d’Etat-Providence1 Trop souvent, la lecture nationale se transformait en cage analytique pour des historiens bien trop pressés. L’historiographie récente s’est ainsi fortement enrichie par l’étude novatrice des échanges transatlantiques en matière de politique sociale2. Dans son ouvrage d’une richesse extrêmement stimulante, Atlantic Crossings, Daniel Rodgers a eu raison de rappeler les profondes complémentarités en matière d’expérimentation sociale de part et d’autre de l’Atlantique au début du siècle.

  • 3 B. Gordon, « The Decline of a Cultural Icon : France in American Perspective », French Historical S (...)

2Pourtant, force est de reconnaître que la France demeure le parent pauvre de cette histoire comparée. Deux raisons principales expliquent ce retrait français : d’une part, en matière de politique sociale, les États-Unis ont davantage lorgné vers la Grande-Bretagne que vers la France ; d’autre part, les Américains perçoivent la France au travers d’autres éléments que les politiques sociales. Dans son étude dans la longue durée des articles consacrés à la France dans les magazines américains, Bertram Gordon évoque la récurrence de thèmes ayant bien peu à voir avec le modèle social3. Pour le dire de manière très prosaïque, la France intéresse davantage le lectorat américain pour sa mode, sa culture et son vin que pour ses expérimentations sociales ! Car, et c’est incontestablement l’une des difficultés de l’analyse de Rodgers et plus globalement de l’ensemble de ces modèles d’échanges transatlantiques, l’intérêt pour le modèle social français ne concerne qu’une petite élite du savoir travaillant dans les ministères, les universités et les fondations philanthropiques.

3Cette précaution méthodologique étant posée, l’article peut désormais s’efforcer de décortiquer les modalités de l’analyse du modèle français et les réflexions sur la possibilité de transfert pratique vers les États-Unis. Entre les années 1930 et 1970, la France passe du statut de modèle social novateur à celui de contre-modèle dans les années 1960 et 1970, les années 1930 jouant un rôle crucial dans cette inversion des rôles.

Un modèle social novateur : la france au prisme des réformateurs américains (des années 1900 aux années 1930)

  • 4 G.J. Harp, Positivist Republic : Auguste Comte and the Reconstruction of American Liberalism 1865-1 (...)
  • 5 Voir la mise au point de T. Skocpol, Protecting Soldiers and Mothers, Cambridge : Harvard Universit (...)
  • 6 Voir par exemple N. Fouché, « Le casework. Circulation transatlantique et réception en France (1870 (...)
  • 7 Sur cette instrumentalisation de la thèse du retard, voir D. Rodgers, Atlantic Crossings, p. 71-75.
  • 8 Plus globalement sur cette question du retard, voir l’autobiographie de J. Commons, Myself : The Au (...)

4Dans l’Amérique de la fin du dix-neuvième siècle, la France est présente dans les cercles des réformateurs progressistes. Récemment, dans une étude certes sujette à critique, Gillis Harp a démontré la prégnance de la pensée d’Auguste Comte au sein des élites intellectuelles progressistes4. Cette référence française trouve son origine dans le sentiment d’un retard américain en matière de politique sociale. Pour beaucoup de réformateurs progressistes, les États-Unis ne connaissent pas la même évolution que les autres pays européens. L’historiographie américaine a longtemps mis l’accent sur le retard américain en matière de politique sociale par rapport à ses homologues européens5. Ce n’est que récemment que des travaux ont battu en brèche cette idée toute faite en démontrant que les États-Unis avaient développé très tôt des formes d’intervention dans le domaine social, dont certaines ont été importées en France6. Mais surtout ils ont rappelé que les réformateurs sociaux avaient su parfaitement utiliser cette thématique du retard pour faire avancer leurs propres combats7. De façon révélatrice, le fameux créateur de l’idée du Wisconsin dans les années 1920, John Commons, a dans sa salle de séminaire une carte du monde décrivant les dates d’adoption des législations sociales pour mieux démontrer le retard américain8.

5La France apparaît alors comme un modèle à imiter à l’image des autres pays européens. En 1910, dans la préface à l’ouvrage de Crystal Eastman, Work Accidents and the Law (1910), publié en 1910 dans le cadre du Pittsburgh Survey, Paul Kellog souligne le fossé qui sépare les États-Unis de l’Europe :

  • 9 C. Eastman, Work Accidents and the Law, Survey Associates, 1916 (2nd edition), p. 16.

« Les slaves de l’Autriche-Hongrie, les Latins des provinces méditerranéennes, les Allemands ou les Britanniques qui viennent à Pittsburgh pour trimer dans les usines (et par Pittsburgh, entendez les États-Unis), viennent d’une région où règnent la loi et l’ordre. Ils découvrent une région en proie à l’anarchie – une anarchie créée par la loi – en ce qui concerne les dangers du travail industriel. En effet, pratiquement tous les pays européens modernes ont adapté leurs lois au progrès technique. Contrairement à nous, ils ont élaboré un compromis entre les droits civiques, les besoins humains et l’activité incessante qui réunit des hommes et des machines pour produire ce dont le monde a besoin »9.

  • 10 J.G. Brooks, A Memorial, Boston, 1940 ; W. Weyl, An Appreciation, Privately Printed, 1922.

6L’idée d’un retard américain nourrit l’hypothèse d’une avancée française pour toute une génération de réformateurs. Toute l’Europe est concernée par ces enquêtes américaines sur l’état des conditions sociales. Premier président de la National ConsumersLeague, John Graham Brooks accomplit un tour de l’Europe dans les années 1880 pour enquêter sur les accidents du travail en Allemagne pour le ministère du Travail. L’un des co-fondateurs de l’hebdomadaire The New Republic, Walter Weyl, s’intéresse au début de sa carrière aux conditions de travail dans l’industrie ferroviaire10. Trois pays retiennent plus précisément l’attention des réformateurs : l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la France. Ces pays possèdent des caractéristiques communes : trois puissances impériales, confrontées à l’entrée dans l’âge industriel et ses dérèglements sociaux et économiques.

  • 11 Sur cette exposition, voir R.D. Mandell, Paris 1900 : The Great World’e Fair, Toronto : University (...)

7L’Exposition universelle de Paris en 1900 joue un rôle crucial dans la cristallisation des échanges et des débats, notamment autour du modèle social français11. La présence américaine est mal vue par les vieilles puissances européennes : aux yeux de nombreux français, les Américains affichent un air de « nouveaux riches » qui agacent fortement les Européens ! Pourtant, aux côtés de stands consacrés aux affaires (les stands français portent sur la politique et la solidarité, les stands allemands sur l’art, l’éducation et l’empire), d’autres stands présentent les politiques sociales mises en œuvre : les réformateurs du New York Tenement House Committee présentent les modalités de prise en charge de la pauvreté dans la ville de New York ; un stand est consacré à la vie des Afro-Américains, présentant les travaux des élèves du Tuskegee Institute. Dans ce « bazar à idées », selon la formule de Daniel Rodgers, la législation sociale la plus appropriée pour améliorer le sort des ouvriers est au cœur des débats entre réformateurs. Comment prendre en charge les victimes d’accidents du travail ? De quelle manière limiter le travail des enfants ? Quelle mesure adopter pour améliorer le sort des femmes dans les usines ? Ces questions font l’objet de multiples débats entre les réformateurs présents à l’exposition.

  • 12 J. Leiby, Caroll Wright and Labor Reform, Harvard : Harvard University Press, 1960.
  • 13 N. Gilman, « Social Economics at the Paris Exposition », U.S. Department of Labor, Bulletin 6, 1901 (...)
  • 14 W. Tolman, Alcoholism in industry ; some European methods of prevention, New York : Museum of Safet (...)
  • 15 W.F. Willoughby, « Special Reports on Social Economy », op. cit ; W.H. Tolman, « Social Economics i (...)
  • 16 Ch. Gide, « The Economic Schools and the Teaching of Political Economy in France », Political Scien (...)

8Du côté américain, William Willoughby, un expert social mandaté par le ministère du Travail, et William Tolman cherchent des éléments de réponse dans les mesures sociales adoptées par la jeune République française. Willoughby est un expert du social, davantage intéressé par les constructions statistiques et juridiques que par le travail de terrain. Il appartient à la cohorte d’experts mandatés par le ministère du Travail et l’un de ses plus actifs responsables, Carroll D. Wright12. Wright a demandé à ses fonctionnaires de revenir de Paris avec des propositions concrètes pour améliorer la protection des ouvriers américains13. De son côté, Tolman appartient à cette lignée de réformateurs progressistes qui souhaitent moraliser, éduquer et américaniser les populations d’immigrés aux États-Unis. A New York, il est un membre actif de la New York Association for Improving the Conditions of the Poor et participe avec un zèle certain au combat réformiste du maire William Strong14. Willoughby et Tolman s’intéressent aux expériences françaises en matière de gestion du social : l’économie sociale pour l’un et le mouvement hygiéniste pour l’autre retiennent particulièrement leur attention15. Dans le cas de l’économie sociale, l’un des principaux diffuseurs de cette doctrine en France, Charles Gide, avait présenté au lectorat anglo-saxon les objectifs moraux et familiaux de cette réforme16. Les questions d’hygiène sociale rejoignent celle des réformateurs américains travaillant dans les villes.

9Au terme de leur visite, les conclusions de Willoughby et Tolman sont identiques. La République française a instauré un arsenal social particulièrement impressionnant mais qui trouve son équivalent en Europe. La France se singularise par ses politiques d’assistance sociale. C’est une constante que l’on retrouvera tout au long du siècle : les politiques d’assurance demeurent dans l’esprit des réformateurs l’apanage de l’Allemagne et de la Grande-Bretagne.

10Même s’ils n’y font pas directement référence, la question pratique du transfert d’un pays à l’autre occupe une part importante de leur réflexion. Chacun s’accorde à penser qu’il manque aux États-Unis les relais politiques et syndicaux qui ont permis aux Français d’élaborer cette plateforme sociale et républicaine : le développement de l’assistance est le fruit d’un contrat social. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’International Association for Labor Legislation, qui joua un rôle déterminant dans l’adoption de lois pour les ouvriers américains, fut créée en 1906 au lendemain de l’Exposition universelle de Paris. Son objectif était de palier le retard américain en matière de législation sociale afin de dépasser le stade des actions locales dispersées sans liaison les unes avec les autres.

  • 17 W.F. Willoughby, Workingmen’e Insurance, New York : T. Crowell & Company.
  • 18 S. Elwitt, « Social Reform and Social Order in Late Nineteenth-Century France : The Musée Social an (...)

11Le Musée Social constitue un autre espace de circulation des idées entre réformateurs français et américains. A la fin du dix-neuvième siècle, William Willoughby est le correspondant américain du Musée17. De façon très pratique, la considérable bibliothèque du Musée lui donne accès à une masse documentaire extraordinaire qui n’a pas d’équivalent aux États-Unis18. Il s’intéresse particulièrement à la législation sociale protégeant les travailleurs sous la IIIème République. Commentant les avancées sociales, il loue la modération de la législation sociale républicaine :

  • 19 W.F. Willoughby, « Labor Legislation in France Under the Third Republic », The Quarterly Journal of (...)

« Nous avons l’habitude de penser que la France est un pays ou l’intervention gouvernementale est toujours extrême. Pourtant, dans sa législation en faveur du monde ouvrier, toutes les mesures trop interventionnistes ont été rejetées ».19

12Selon Willoughby, la France a enfin trouvé un régime permettant de réconcilier son idéal d’égalité avec l’existence d’une société industrielle qui sécrète son lot d’inégalités.

  • 20 F.G. Peabody, The Social Museum as an Instrument of University Teaching, Cambridge : Harvard Univer (...)
  • 21 J. Strong, W. Tolman, W. Bliss, ed., Social Progress : A Year Book and Encyclopedia of Economic, In (...)

13En observant la France et ce modèle social, les réformateurs américains prennent conscience de la nécessité d’accumuler à leur tour un savoir statistique sur la pauvreté et les conditions de vie des ouvriers. En 1903, Francis Peabody, un proche de Willoughby, crée à Harvard University un Musée Social, calqué sur le modèle français20. De façon similaire, William Tolman procède avec d’autres réformateurs à l’établissement d’encyclopédies statistiques sur l’Amérique industrielle21. De façon similaire, il est permis de penser que la mise en œuvre de l’Institute for Government Research, créé en 1916 par Frederick A. Cleveland, responsable du New York Bureau of Municipal Research, participe de cette volonté d’accumulation de données scientifiques. Willoughby prend en charge cette organisation qui s’alliera en 1927 avec la Brookings Graduate School pour devenir la Brookings Institution.

  • 22 A. Mann, « British Social Thought and American Reformer of the Progressive Era », The Mississippi V (...)
  • 23 W. Willoughby, Workingmen’e Insurance, New York : Thomas Y. Crowell, 1898.
  • 24 C. Esping-Andersen, The Three Words of Welfare Capitalism, Princeton : Princeton University Press, (...)

14Si la diffusion d’un modèle scientifique est indéniable dans le domaine social, la question du transfert des pratiques sociales est plus difficile. D’une part, force est de reconnaître que dans leur ensemble les réformateurs préférent les expériences allemandes et surtout britanniques22. D’autre part, dans le cas où le modèle français emporte la mise, on juge la greffe difficile, voire impossible. Willoughby, sans doute le plus francophile des réformateurs, est extrêmement intéressé par les sociétés de secours mutuels, où se côtoient pêle-mêle des élus locaux et des représentants du gouvernement. Selon lui, le système français possède une souplesse et une malléabilité que ne possède pas le système allemand. Pourtant, il envisage avec difficulté un transfert sur le sol américain en raison de la faiblesse de l’Etat à imposer une telle pratique à l’échelle locale23. Willoughby regrette également la passivité des syndicats, notamment les syndicats de métier de l’American Federation of Labor, peu favorables aux programmes d’assurance sociale. Le théoricien réformiste anticipe nombre d’analyses postérieures qui liront étroitement la réussite de l’Etat-Providence à la force de ces organisations ouvrières24. Ces réflexions démontrent également la prégnance d’une rhétorique exceptionnaliste, que connaissent bien tous les historiens de l’Etat Providence américain : seules des mesures conformes à l’esprit américain pourront être adoptées.

15Au terme de cette enquête sur le milieu progressiste, on voit se cristalliser l’idée d’une avancée française en matière de politique sociale, notamment dans le domaine de l’assistance sociale.

L’inversion des rôles : la France et les États-Unis face à la crise de 1929

16Dans les années 1930, on assiste à une inversion du schéma précédent. C’est au tour des États-Unis d’apparaître comme un modèle social.

17Au lendemain de la crise de 1929, les deux pays doivent faire face à des conséquences sociales, économiques et politiques identiques. Ce n’est plus la question ouvrière qui doit être résolue mais celle, nouvelle, du chômage de masse. Dans les cercles réformateurs, les discussions s’intensifient fortement. Désormais à la tête du département de recherche de la Brookings, Willoughby tente de convaincre la direction de la Brookings de la pertinence d’un accroissement des pouvoirs du gouvernement fédéral. Les solutions françaises à la crise l’intéressent particulièrement. Pour des raisons d’antécédences politiques, le New Deal précédant de quatre années le Front Populaire, il revient aux États-Unis de mettre en œuvre en premier une politique proto-keynésienne destinée à relancer le pouvoir d’achat. Les échanges sont réactivés entre la France et les États-Unis, notamment les cercles du Ministère du Travail. De jeunes économistes et universitaires français partent aux États-Unis pour expliquer la singularité de l’expérience française et comprendre la nouveauté de l’expérience Roosevelt. Beaucoup en reviennent émerveillés. Georges Boris, futur éminence grise de Mendès-France, s’enthousiasme dans un ton délibérément mystique :

  • 25 G. Boris, La Lumière, 13 juin 1936, p. 4.

« De l’autre côté de l’Atlantique, un peu le renaît à la vie sans qu’il ait fallu le nourrir d’une mystique de violence »25.

  • 26 G. Lefranc, Roosevelt contre la crise, Institut Supérieur Ouvrier, 1936.

18On pourrait multiplier les exemples de l’enthousiasme que suscite l’expérience américaine dans les rangs de la gauche française. Membre du mouvement Révolution constructive, lecteur assidu de de Man, le syndicaliste de la CGT George Lefranc s’intéresse fortement au New Deal. En 1936, il publie pour le compte de l’Institut supérieur ouvrier Roosevelt contre la crise26. Au cours de son voyage d’étude aux États-Unis, Lefranc n’a de cesse de présenter aux syndicalistes qu’il rencontre la singularité du modèle français et de ses blocages. Autre passeur de la révolution rooseveltienne, Bertrand de Jouvenel s’inscrit totalement dans la continuité des réformateurs progressistes :

  • 27 Cité dans E. Roussel, De Jouvenel, Paris, 1998, p. 226.

« Dans l’expérience américaine de lutte contre le chômage, il y a quelque chose d’exaltant. Les grands travaux publics sont un jeu de titans, qui transforment un continent. Les “petits travaux” correspondent à la toilette minutieuse d’un grand pays. Imiter les États-Unis sur ces deux points, ce serait l’occasion de mettre la France à neuf et à net, d’y introduire l’hygiène, le confort, d’y abattre sans pitié la laideur »27.

  • 28 L. Frank, L’expérience Roosevelt et le milieu social américain, Paris : Felix Alcan, 1937.

19La gauche reformiste française s’enthousiaste pour le programme rooseveltien à l’image d’un William Oualid, un professeur d’économie politique, ou de Louis Franck, un polytechnicien proche des milieux planistes28.

  • 29 R. Tugwell, « The Agricultural Policy of France », Political Science Quarterly, 45, 1930, p. 214-23 (...)
  • 30 Voir D. Rodgers, Atlantic Crossings, p. 485-508.
  • 31 D. Hirshfield, The Lost Reform : The Campaign for Compulsory Health Insurance in the United States (...)

20Ces écrits sont le fruit d’échanges multiples avec les réformateurs américains engagés dans le New Deal : par ricochet, cette fascination des Français pour le modèle américain renvoie en creux les propres blocages de la société française. Membre du premier brain trust rooseveltien, Rexford Tugwell s’intéresse beaucoup à la France dans l’entre-deux guerres29. Son constat est très désenchanté sur l’archaïsme de la société française et les blocages de son système social. Tugwell prend pleinement conscience des ambiguïtés françaises, ce pays « des grands idéaux et des petits arrangements », pour reprendre la célèbre formule de Pierre Rosanvallon ! Cette capacité d’adaptation aux réalités locales, qui intéressaient Willoughby trente ans plus tôt, suscite désormais de fortes réticences. L’échec du Front Populaire renforce ce sentiment de contre-modèle. Ce n’est sans doute pas un hasard si l’hypothèse de l’exceptionnalisme de l’expérience américaine se cristallise dans les années 1930 au sein des élites américaines : sans tradition d’Ancien Régime, l’expérience américaine n’a pas à affronter les mêmes blocages qu’en Europe et en France. Les observateurs américains ne peuvent que constater à quel point les luttes fratricides ont grevé le projet réformateur de Léon Blum. Le modèle social semble bel et bien à bout de souffle à la fin des années 1930. Il n’est donc pas surprenant que la genèse de l’Etat-Providence émerge de façon plus vigoureuse en Grande-Bretagne qu’en France. Le rapport de William Beveridge de 1942 provoque un intérêt considérable aux États-Unis30. Les experts de la Social Security Administration réfléchissent alors à la meilleure façon de transférer le modèle beveridgien aux États-Unis31. Indéniablement, la France passe au cours de l’entre-deux guerre du statut de modèle social à celui de contre-modèle.

L’éloignement transatlantique : deux modèles incompatibles ?

  • 32 D. Rodgers, Atlantic Crossings : Social Policy in a Progressive Age, 1998.
  • 33 Nous renvoyons à notre thèse, Le Grand Dessein. Les experts sociaux et la construction d’une guerre (...)
  • 34 Parmi les ouvrages fréquemment cités, on trouve les ouvrages de David Thomson, Equality (1949) et l (...)

21Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, alors qu’ils sont fortement impliqués dans le processus de reconstruction nationale par le biais du Plan Marshall, les Américains continuent à s’intéresser aux expériences sociales en France. Dans son ouvrage sur les échanges intellectuels en matière de politique sociale entre l’Europe et les États-Unis, Daniel Rodgers estime que la Seconde Guerre mondiale constitue la ligne de partage des eaux entre ces deux pays en matière de collaboration intellectuelle dans le domaine du social : à l’amateurisme du début du siècle succède une professionnalisation croissante de la genèse des politiques qui limite les échanges transatlantiques et renforce la collaboration nationale32. Mais, autour des questions de pauvreté et d’assistance sociale, la continuité des échanges intellectuels est forte33. Si ceux-ci deviennent plus institutionnalisés et formels à l’intérieur de commissions internationales liées à l’agencement international du monde d’après-guerre, à l’image de l’International Social Security Administration, des échanges informels se maintiennent. En raison du maccarthysme et du contexte de guerre froide, les experts américains puisent dans la production intellectuelle européenne des travaux sur l’inégalité et la justice sociale qui disparaissent des étagères des bibliothèques américaines. La lecture d’auteurs français comme Bertrand de Jouvenel donne lieu à de multiples commentaires de la part des experts sociaux travaillant dans les ministères, les fondations philanthropiques et les universités34. Si la Grande-Bretagne occupe une place prépondérante, la France suscite un intérêt important dans la mesure où son évolution intrigue. L’évolution des deux pays est intéressante aussi bien en matière d’assurance sociale que d’assistance sociale.

  • 35 A. Schorr, Social Security and Social Services in France, Department of Health, Education and Welfa (...)

22Dans le premier cas, la France a adopté un système d’Etat-Providence moins rigide qu’aux États-Unis qui s’appuie sur un système de santé en partie privé ; à l’inverse, la Grande-Bretagne a procédé à une nationalisation plus poussée du système de soins. Un expert de la Social Security Administration, Alvin Schorr, conduit en 1962 une enquête sur le modèle social français grâce à une bourse de la commission Fulbright, il se rend en Europe pour étudier la sécurité sociale en Angleterre et en France. Dans ce dernier pays, il est surpris par la rhétorique nataliste qui a présidé à l’adoption du système. L’aide sociale s’accorde parfaitement avec les idéaux du pays. L’adéquation confère une légitimité indiscutable à ce programme en dépit de son coût pour la collectivité car il correspond aux « valeurs essentielles des Français »35. Comme ses prédécesseurs progressistes, Schorr s’interroge sur la pertinence d’un transfert. Les obstacles sont nombreux et de taille. Un programme fédéral favorisant la natalité ne risque-t-il pas d’être interprété comme une incitation à rester pauvre, en raison de la croyance populaire d’une corrélation entre la taille des familles et le niveau de pauvreté ? Schorr craint que le programme ne soit perçu comme une forme d’encouragement des minorités (notamment noires et catholiques) à avoir plus d’enfants. Afin de réfléchir à la pertinence d’un tel argument, il réunit sous l’égide du BRS des démographes qui démontrent l’absence de lien de causalité entre transfert de revenus et taux élevé de natalité. L’exemple de Schorr montre à quel point la tradition d’enquête transnationale se maintient. Mais le ton est désormais plus ironique : dispendieux, le système de protection sociale a été mis en œuvre en dépit du bon sens.

  • 36 R. Titmuss, Income Distribution and Social Change, London, 1962.

23Dans le cas de l’assurance sociale, les Américains sont davantage frappés par l’immobilisme qui prévaut. En Grande-Bretagne et aux États-Unis, l’idée s’installe dans les années 1950 que l’Etat-Providence d’après guerre a ciblé de façon très maladroite les populations : les personnes âgées et les enfants sont paradoxalement les oubliés du système de protection. Seuls les Français se désintéressent de ces problèmes d’inefficacité, à la différence des Britanniques qui mettent en place à ce moment-là un programme de lutte contre la pauvreté, pour pallier les lacunes du système beveridgien. Conduisant les assauts contre ce mythe d’un État-Providence garant de la justice sociale, le grand expert britannique Richard Titmus publie en 1962 un pamphlet, Income Distribution and Social Change, où il démontre que le monde ouvrier n’a pas bénéficié de la redistribution puisqu’une large fraction n’a pas connu une amélioration notable de sa situation financière36. Seule la France semble satisfaite de son modèle social en matière d’assistance. Et les experts n’hésitent pas à y voir l’une des marques du contentement de soi si caractéristique des Français. Au final, le modèle social apparaît dispendieux, inefficace, et sans perspective de réformes.

Conclusion

24Au terme de cette enquête, il est indéniable que le modèle social français n’a eu de cesse d’intriguer les réformateurs et les experts américains depuis l’époque progressiste jusqu’aux années 1970. Pourtant, c’est à un désenchantement progressif auquel on assiste. Aux yeux des Américains, la France donne naissance à un modèle social qui apparaît de moins en moins transférable aux États-Unis. On voit, et c’est tout l’intérêt d’une perspective comparée, à quel point la comparaison révèle les singularités nationales mais également les stéréotypes et les malentendus. Car il est certain que dans la deuxième moitié du vingtième siècle s’amorce une phase d’incompréhension. Loin des idéaux révolutionnaires d’égalité et de justice, le modèle social français vu par les Américains se caractérise par son inefficacité et son coût faramineux pour la collectivité. Plus encore, à l’opposé de la version maximaliste proposée par les Britanniques, il reflète ce goût naturel des Français pour les petits arrangements par rapport aux grands idéaux. Même dans le domaine de l’assistance sociale où la France semblait être particulièrement innovante c’est une situation d’immobilisme qui prévaut au début des années 1970.

Notes

1 D. Levine, Poverty and Society : The Growth of the American Welfare State in International Comparison, Brunswick : Rutgers University Press, 1988 ; C. Esping-Andersen, The Three Words of Welfare Capitalism, Princeton : Princeton University Press, 1990.

2 Voir l’ouvrage séminal de D. Rodgers Atlantic Crossings : Social Policy in a Progressive Age, Cambridge, Ma : Harvard University Press, 1998 et le numéro spécial de la revue Histoire et Sociétés, dirigé en juin 2004 par R. Huret, p. 4-6 en particulier.

3 B. Gordon, « The Decline of a Cultural Icon : France in American Perspective », French Historical Studies, vol. 22, n° 4, autumn 1999, p. 625-651.

4 G.J. Harp, Positivist Republic : Auguste Comte and the Reconstruction of American Liberalism 1865-1920, University Park : Pennsylvania State University Press, 1995.

5 Voir la mise au point de T. Skocpol, Protecting Soldiers and Mothers, Cambridge : Harvard University Press, 1991.

6 Voir par exemple N. Fouché, « Le casework. Circulation transatlantique et réception en France (1870-1939) », Histoire & Sociétés. Revue européenne d’histoire sociale, n° 11, Juillet 2004, p. 21-35.

7 Sur cette instrumentalisation de la thèse du retard, voir D. Rodgers, Atlantic Crossings, p. 71-75.

8 Plus globalement sur cette question du retard, voir l’autobiographie de J. Commons, Myself : The Autobiography of John R. Commons, Madison : University of Wisconsin Press, 1963, p. 129-130.

9 C. Eastman, Work Accidents and the Law, Survey Associates, 1916 (2nd edition), p. 16.

10 J.G. Brooks, A Memorial, Boston, 1940 ; W. Weyl, An Appreciation, Privately Printed, 1922.

11 Sur cette exposition, voir R.D. Mandell, Paris 1900 : The Great World’e Fair, Toronto : University of Toronto Press, 1967 ; D. Rodgers, Atlantic Crossings, op. cit., p. 8-32.

12 J. Leiby, Caroll Wright and Labor Reform, Harvard : Harvard University Press, 1960.

13 N. Gilman, « Social Economics at the Paris Exposition », U.S. Department of Labor, Bulletin 6, 1901, p. 440-489 ; W.F. Willoughby, « Special Reports on Social Economy, Hygiene and Public Assistance », Report of the Commissioner-General of the United States to the International Universal Exposition, Paris 1900, 55th Cong., 2nd sess., Senate Document, 1901.

14 W. Tolman, Alcoholism in industry ; some European methods of prevention, New York : Museum of Safety, 1911.

15 W.F. Willoughby, « Special Reports on Social Economy », op. cit ; W.H. Tolman, « Social Economics in the Paris Exposition », Outlook, 66, 1900, p. 311-318.

16 Ch. Gide, « The Economic Schools and the Teaching of Political Economy in France », Political Science Quarterly, 5, 1890, p. 625-626.

17 W.F. Willoughby, Workingmen’e Insurance, New York : T. Crowell & Company.

18 S. Elwitt, « Social Reform and Social Order in Late Nineteenth-Century France : The Musée Social and Its Friends », French Historical Studies, 11, 1980, p. 431-451 ; J. Horne, Le Musée Social. Aux Origines de l’Etat-Providence, Paris, Belin, 2004.

19 W.F. Willoughby, « Labor Legislation in France Under the Third Republic », The Quarterly Journal of Economics, vol. 15, n° 4, Aug. 1991, p. 551-577.

20 F.G. Peabody, The Social Museum as an Instrument of University Teaching, Cambridge : Harvard University Pres, 1908. Voir Baron J. Bernstein, « Francis Greenwood Peabody : Conservative Social Reformer », The New England Quarterly, vol. 36, n° 3, Sept. 1963, p. 320-337.

21 J. Strong, W. Tolman, W. Bliss, ed., Social Progress : A Year Book and Encyclopedia of Economic, Industrial, Social, and Religious Statistics, New York, Baker and Taylor, 1904- 1906.

22 A. Mann, « British Social Thought and American Reformer of the Progressive Era », The Mississippi Valley Historical Review, vol. 42, n° 4, March 1956, p. 672-692.

23 W. Willoughby, Workingmen’e Insurance, New York : Thomas Y. Crowell, 1898.

24 C. Esping-Andersen, The Three Words of Welfare Capitalism, Princeton : Princeton University Press, 1990.

25 G. Boris, La Lumière, 13 juin 1936, p. 4.

26 G. Lefranc, Roosevelt contre la crise, Institut Supérieur Ouvrier, 1936.

27 Cité dans E. Roussel, De Jouvenel, Paris, 1998, p. 226.

28 L. Frank, L’expérience Roosevelt et le milieu social américain, Paris : Felix Alcan, 1937.

29 R. Tugwell, « The Agricultural Policy of France », Political Science Quarterly, 45, 1930, p. 214-230.

30 Voir D. Rodgers, Atlantic Crossings, p. 485-508.

31 D. Hirshfield, The Lost Reform : The Campaign for Compulsory Health Insurance in the United States from 1932 to 1943, 1970, p. 42-70.

32 D. Rodgers, Atlantic Crossings : Social Policy in a Progressive Age, 1998.

33 Nous renvoyons à notre thèse, Le Grand Dessein. Les experts sociaux et la construction d’une guerre contre la pauvreté aux États-Unis (1945-1972), Paris : EHESS, 2003.

34 Parmi les ouvrages fréquemment cités, on trouve les ouvrages de David Thomson, Equality (1949) et le penseur français Bertrand de Jouvenel, traduit à la fin des années 1940 : Bertrand, Ethics of Redistribution, Cambridge, England, 1951.

35 A. Schorr, Social Security and Social Services in France, Department of Health, Education and Welfare, Division of Research and Statistics, Research Report n° 7, Washington D.C., U.S. Government Printing Office, 1964.

36 R. Titmuss, Income Distribution and Social Change, London, 1962.

Auteur

Spécialiste de l’histoire des États-Unis, est maître de conférences à l’Université de Lyon II. Il travaille plus particulièrement sur l’Etat américain au XXe siècle. Sa thèse sur La Guerre contre la Pauvreté est en cours de publication aux Editions de l’EHESS. Il est membre du Centre d’études nord-américaines (EHESS-CNRS UMR 8168) 105 boulevard Raspail, 75006 Paris

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search