Version classiqueVersion mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Manuels scolaires et internet

10- Les Français passés au crible par le Web américain

William Schnabel

Résumé

Two of Marshall McLuhan’s most provocative hypotheses are that « we become what we behold » and « we shape our tools, and thereafter our tools shape us ». In the land of baseball, McDonald’s and Michael Moore, where TV sets are turned on seven hours a day and where Channel One broadcasts commercials in public schools, the way Americans receive information, form opinions and seek entertainment has been influenced by the « timid giant ». Today the Internet has revolutionized the way people get information, communicate, shop and look for work. Undoubtedly, this information superhighway will spawn both the worst and the best : quasi-instantaneous communications and electronic idiocy. The Internet is also used to depict people and nations around the world. Our concern here is with images of the French on the Internet, the way they are portrayed by Americans, more specifically, what they think of the French language, vacations in France and French culture in general, i.e. art, cuisine, fashion, social and political attitudes, etc. During a world political crisis, when broadmindedness often yields to parochialism and fanatical obscurantism, these iconographic portrayals are often cliché-ridden and grotesquely stereotypical. In this sense, they reveal more about those who construct and project these images than those who are targeted.

Texte intégral

Un regard dérange plus qu’une claque.
Dominique-Joël Beaupré
C’est le regard qui fait le monde.
Martine Delerm

You know the trouble with the French, they don’t even have a word for « entrepreneur » (!!!).
(Sunday Times, July 21, 2002), George W. Bush

1L’une des hypothèses les plus intéressantes de Marshall McLuhan consiste à affirmer que nous façonnons nos différents outils qui, par la suite, vont nous façonner à leur tour. Aux États-Unis, la façon dont les Américains reçoivent des informations, formulent leurs opinions et se divertissent a été influencée par « le géant timide » qui assure toujours la saturation médiatique des masses. Rappelons succinctement que les téléviseurs sont allumés en moyenne plus de sept heures par jour, un grand nombre de foyers ont trois postes ou plus et la chaîne « Channel One » diffuse des programmes publicitaires dans les établissements scolaires. Allant de pair avec cette consommation d’images à satiété, il existe le « phénomène accro » et l’« endoctrinement profond » de l’auditoire. En Amérique, où le taux de pénétration par Internet est de l’ordre de soixante-quinze pour cent – les individus de plus de deux ans et au-delà ayant une connexion à domicile – la manière dont les Américains s’informent, communiquent entre eux, se distraient et cherchent du travail a été profondément modifiée. Internet représente « une révolution culturelle et cognitive profonde » qui a transformé la réalité quotidienne de l’Amérique, affirme Gloria Origgi. Si l’on songe à l’importance des messages et du commerce électroniques, sans omettre le téléchargement de la musique, force nous est d’en convenir. Internet nous apportera le meilleur comme le pire : des communications quasi instantanées et un problème insoluble d’illettrisme électronique.

2Internet est un outil international qui permet de véhiculer les images d’un peuple ou d’un pays et tel sera notre propos ici : les Français et la France scrutés par le Web américain et plus précisément ce que les Américains pensent de la langue, des vacances et de la culture françaises en général – art, cuisine, mode, attitudes – et de la politique du gouvernement français en particulier. Nous verrons que ce regard est imprégné de clichés et de stéréotypes et qu’en période de crise politique, comme la Guerre en Iraq par exemple, l’Amérique tribale peut se laisser emporter par une intoxication médiatisée.

3La langue que l’on parle est porteuse d’images – celle que l’on écoute l’est aussi. Que pensent les Américains de la langue française ? Beaucoup font une association entre langue et littérature et, d’une manière générale, la littérature française a toujours été appréciée au pays de Washington Irving et de Ursula Le Guin. Dans son article sur la poésie française publié dans Assays (1961), Kenneth Rexroth égrène des noms du Panthéon français de la littérature, ceux qui ont le plus marqué l’histoire littéraire en France et dans le monde. Certains, comme Balzac, Zola, Flaubert, Mallarmé et les Goncourt sont bien connus du grand public ; d’autres, comme Jean-Paul Toulet, Carco, Remy de Gourmont, Francis Vielé-Griffin ou Philippe Soupault le sont moins. Ils ont en commun leur influence sur les auteurs et les poètes américains.

4On trouve un grand nombre de centres d’apprentissage des langues sur Internet, tel que Hello World (www.helloworld.edu). Ceux-ci ont pour vocation la promotion des langues étrangères et le respect et la compréhension des cultures allogènes. Ils proposent des cours de langue, certes, mais aussi des échanges et des voyages. L’image projetée par les étudiants aux sourires éclatants éclipserait facilement les étoiles météoriques de la Star Academy. Des sites Web comme ParlerParlor (www.parlerparlor.com), un groupe de conversation sur Internet, donne également une image positive ou peut-être aseptisée de la France. Ce genre de site offre des liens utiles pour voyager dans l’Hexagone, s’inscrire à des cours, louer des châteaux comme le Château de Fontenay, établir des itinéraires pour Paris et d’autres villes ou participer à des forums dans le but de rencontrer des expatriés en France. L’objectif principal est l’ouverture afin de faciliter et d’améliorer les contacts entre les États-Unis et la France.

5Le français est la deuxième langue internationale après l’anglais, mais il occupe seulement la neuvième place dans la liste des langues parlées. On compte plus de cent trente millions de francophones dans le monde et cent dix millions de francisants en dehors de l’espace francophone. On sait également que le français, sur le plan international, ne peut pas concurrencer l’anglais. Aussi la défense de la langue française est-elle devenue une priorité pour le gouvernement français. Internet est d’abord apparu aux États-Unis et aujourd’hui soixante-six pour cent du trafic sur le Web est d’origine américaine. La France, tout comme d’autres pays européens, craint la domination linguistique sur Internet au détriment de sa culture et de ses traditions. Un article de CNN.com du 12 janvier 2000, « Nations fear English language dominance on Net », suggère que le désir de défendre la langue française sur le Web équivaut à une ingérence gouvernementale, mais CNN a toujours vu d’un mauvais œil la concurrence française dans le domaine des informations internationales pour des raisons purement commerciales et stratégiques.

6Pour la plupart des Américains, la langue de Molière et de Paul Verlaine est la langue de l’amour et sur certains sites Web américains on peut trouver des expressions pour séduire et pour faire l’amour. Ces sites, qui affirment que la France est le pays le plus romantique du monde, proposent un choix de films qualifiés de tels ainsi que des lunes de miel au pays de l’amour. D’autres sites, plus cyniques, vous proposent une liste de phrases pour être odieux, telles que : « Puis-je vous payer un verre, ou voulez-vous juste l’argent ? » ou encore : « Tu as une tête à faire rater une couvée de singes ! »

7Lorsque les Américains pensent aux Français, ils pensent aussi tout naturellement à la France du vieux continent, surtout à Paris, ville de l’amour et emblème culturel et économique de ce beau pays. Les Américains aiment la visiter et un voyage en France représente un événement chargé d’émotion et d’angoisse. C’est pour cette raison que l’on trouve un grand nombre de sites Web qui ont trait aux vacances en France. Rappelons aussi que la plupart des Américains ne disposent que de deux semaines de congés en été. La grande majorité des sites Web présente une image très positive de la France dans la mesure où leur but est d’aider les familles à absorber un maximum de culture française – une culture qui, à plusieurs égards, est à l’opposé de la culture états-unienne – et à profiter pleinement de leur voyage. « Our Vacation to France », par exemple, un projet d’école basé sur le jeu de rôle, met en avant la culture française, avec un grand éventail de liens pour mieux connaître l’histoire, les monuments, les régions et les villes. Des sites comme « A Virtual Journey to France » sur Cool Planet donnent des informations de base sur la France, toujours dans une optique valorisante. En revanche, « Our Parisian Love-Hate Affair » par Jonathan Yardley (washingtonpost.com) affiche une image plus nuancée, évoquant l’histoire, en 1963, d’un journaliste français qui avait voulu connaître la manière dont les Français traitaient réellement les Américains. Pour ce faire, il se déguisa en Américain affublé d’un accent à coucher dehors ! Selon l’auteur, partout où il allait, c’était l’arnaque, les pourboires exorbitants et les insultes corsées. Un chauffeur de taxi lui avait écrasé la main dans la portière et un concierge, que le journaliste était en train de photographier, s’approcha subitement, exigeant d’être payé. D’autres pages Web comme « Searching for Sartre » par Harvey Levenstein, extrait du livre We’ll Always Have Paris : American Tourists in France Since 1930, évoque avec nostalgie la vie d’autrefois en France.

8La culture, « ce qui reste après le journal télévisé » selon Bruno Masure, est un élément clé dans le regard américain sur la France. Depuis toujours, les Américains ont été assoiffés de culture – celle du vieux continent en général et de l’Hexagone en particulier. On sait que la Louisiane occupe une place particulière dans le monde de la francophonie à cause de son histoire : on a longtemps considéré la Louisiane comme un pays francophone parce que dès 1605, les Français s’installèrent dans la région avec la fondation de la Cadie, devenue plus tard l’Acadie. En fait, la réalité est tout autre car le nombre de francophones dans cet état ne cesse de diminuer. En 1990, on recensait a peu près deux cent cinquante mille louisianais parlant français, alors qu’en 2000 on en comptait un peu moins de deux cent mille. D’après un acte officiel de l’état (l’Acte 409), le CODOFIL (Conseil pour le développement du français en Louisiane – www.codofil.org) a pour mission de « faire tout ce qui est nécessaire pour encourager le développement, l’utilisation et la préservation du français tel qu’il existe en Louisiane pour le plus grand bien culturel, économique et touristique [de] l’état ». Le premier objectif de l’organisation touche à l’éducation : donner aux étudiants, aux enseignants et aux administrateurs « des occasions de s’engager et de profiter des expériences d’apprentissage en français ». Leur deuxième objectif concerne le service communautaire : « offrir aux citoyens louisianais les renseignements et les occasions nécessaires au développement de l’héritage linguistique et culturel des Cadiens, Créoles et Amérindiens francophones de l’État ». Le troisième objectif a pour but le renforcement d’échanges internationaux : « intégrer la Louisiane au sein des organisations internationales formant la communauté francophone ».

9« Culture Briefing : France » (www.culturebriefings.com) est une page Web destinée à ceux qui vont voyager en France dans le cadre d’un voyage commercial. Leur objectif, assez ambitieux il faut l’admettre, est de renseigner les Américains sur le caractère, les valeurs, les croyances et les coutumes du peuple français. Parmi leurs éclairages sur la culture française, citons entre autres : les traits intellectuels appréciés le plus par les Français, la phrase qui ouvrira toutes les portes de vos relations en France, comment cimenter une relation personnelle dans le monde des affaires, comment fonctionne la Sécurité sociale en France, quel est le souci principal des parents français, pourquoi il ne faut ni saler ni poivrer les mets en France, et cætera.

10Certaines villes américaines, comme Phoenix en Arizona, sont jumelées avec des villes françaises et le site Web du gouvernement d’Arizona a consacré une page publicitaire à la semaine française (National French Week). Un certain nombre d’événements sont organisés pendant les festivités pour valoriser la culture française. D’autres sites, comme « The Internet French Club » (www.afac.org) offrent une gamme usuelle d’activités : voyages, cours de langue, jeux, journal et aussi boutique. Le personnel souriant œuvre pour partager leur « amour pour la France ». L’Alliance Française est sans aucun doute la plus ancienne de ces organisations culturelles et linguistiques. Le conseil d’administration de l’Alliance Française à Paris avait été créé en mars 1884 et compte parmi ses membres des célébrités telles que Jules Verne, Louis Pasteur et Ernest Renan. L’Alliance Française aux Etats-Unis, qui est représentée dans cinquante états, a pour mission « de promouvoir la langue et les cultures française et francophones, et d’encourager les échanges culturels, intellectuels et artistiques entre les Etats-Unis et le monde francophone ». Les activités culturelles varient selon le centre, mais d’une manière générale, elles proposent des dîners et des petits-déjeuners, des conférences, des soirées musicales, des voyages, des rencontres et des cours de langue dans une ambiance très conviviale. L’image de la France, du moins celle qui est présentée sur les pages du Web, est de ce fait très attrayante.

11A l’heure de la mondialisation massive, Internet est devenu un impressionnant vecteur du commerce électronique. Selon le magazine eGlobal Report (sic) de mars 2000, les marchés non-américains représentaient trente et un pour cent du secteur du commerce électronique ; leur part est passée à plus de quarante pour cent en 2003, avec un chiffre d’affaires de l’ordre de six cents milliards de dollars ; celui de l’Europe avoisine les quatre cent vingt-cinq milliards de dollars. En 1995, Amazon.com avait des clients dans quarante-cinq pays ; aujourd’hui ses clients appartiennent à plus de cent cinquante pays. Les sociétés transnationales sont toujours soucieuses de ne pas mettre les pieds dans le plat et d’adopter les stratégies appropriées pour mieux vendre leurs produits. Le site Web Executive Planet (www.executiveplanet.com) est peut-être représentatif à cet égard, et ses conseils pratiques destinés aux hommes d’affaires qui voyagent en France sont parfois révélateurs quant à l’image qu’ont les Américains des Français. Il est conseillé de ne pas demander à quelqu’un comment il a voté dans une élection, de même qu’il est jugé inconvenant de s’enquérir de son affiliation politique ou de poser des questions de nature trop personnelle. Le site prétend également que l’on risque d’offenser les Français si l’on critique Napoléon, qui demeure un personnage historique de premier plan en France. Ce dernier conseil laisse quelque peu perplexe et nous fait nous demander avec quelles entreprises ces Américains vont alors traiter. Certes, il y a les partisans de Napoléon 1er, mais il existe aussi ses adversaires. Lors du bicentenaire du sacre de Napoléon 1er le 2 décembre 2004, ses partisans ont mis en avant la dimension européenne du vainqueur d’Austerlitz qui désirait s’imposer en tant que successeur de Charlemagne. Il est peu probable toutefois que l’on trouve un grand nombre de femmes parmi ses adeptes car on sait que le Code Civil de Napoléon 1er limitait sérieusement les droits des femmes qui étaient considérées comme nettement inférieures aux hommes.

12En termes de politique internationale, on sait que les opinions peuvent influencer la presse ainsi que le ton d’un éditorial. Le refus du gouvernement français de suivre les troupes américaines en Iraq a incité bon nombre d’Américains à boycotter les produits français. Comme l’a fort justement souligné un éditorial publié le 18 mars 2003 par NonInterventionist.com, le boycottage des produits français à long terme pourrait coûter des emplois aux Américains.

13Carpe farcie au sancerre, matelote de lotte au vin gris, truite au beaujolais, entrecôte à la bordelaise, andouillette au pouilly, salade de fruits au champagne égrènent une litanie de noms gouleyants qui s’épanouissent avec les Moulin-à-Vent, les Saint-Émilion, les Saint-Nicolas-de-Bourgueil, les Gevrey-Chambertin ou les Châteauneuf-du-Pape. Pensant tristement à leurs « TV dinners », « wieners in a blanket » ou « McFast Food », comment voulez-vous que les Américains ne soient pas à la fois émus et fascinés par l’imposante tradition culinaire française, avec ses mets raffinés, ses milliers de vins, ses centaines de fromages, ses pains croustillants...? Des sites Web comme The French Food and Cook offrent un grand éventail de recettes et de conseils pratiques pour réussir ses plats et ses repas français, en commençant par des recettes classiques comme la gratinée de coquilles Saint Jacques ou la quiche Lorraine, en passant par le pâté de lapin et le soufflé au fromage, sans oublier les plats végétariens comme la soupe à l’oignon. Leur nombre impressionnant de rubriques telles que les suggestions de menus, les apéritifs, les dîners, les desserts, les vins et les fromages témoigne du véritable amour qu’ont les Américains pour la cuisine française, cuisine toujours associée à l’idée de raffinement, de richesse et de réjouissances. D’autres sites, orientés plus directement sur le commerce, comme www.allwinebaskets.com, proposent des vins, des fromages et des chocolats de première qualité que l’on peut commander sur leur site et faire expédier partout dans le monde. Il est également intéressant de remarquer que les Américains projettent une image stéréotypée des femmes françaises à l’égard de la cuisine. Selon certains articles sur le Web comme « Health : French Women Don’t Get Fat » par Mireille Guliano, les Françaises possèdent l’art de manger sans grossir car elles savent acheter des fruits et des légumes frais, cuisiner avec intelligence, savourer la qualité naturelle de la nourriture, servir des repas équilibrés et même préparer une délicieuse soupe avec un minimum d’ingrédients, sous-entendant que c’est loin d’être le cas pour la plupart des Américaines qui ont toujours des kilos en trop et des boîtes de conserves ou des produits surgelés dans leurs sacs à provisions. Ces images sont pourtant, faut-il le dire, assez loin de la réalité de nos jours et correspondent plutôt à des images caricaturales de la France d’autrefois à l’instar du béret, de la baguette ou du clope au coin des lèvres.

14Traditionnellement, on sait que de nombreux peintres américains, afin de se forger une réputation artistique, sont partis pour la France et ses écoles des beaux-arts dès le XIXe siècle. Cette admiration pour les maîtres français demeure encore bien ancrée aujourd’hui aux États-Unis, accompagnée d’une pointe prononcée de snobisme, il faut bien l’admettre. Sur le Web, on trouve un grand nombre de sites et de pages consacrés à l’art français ; Discover France (www.discoverfrance.net), avec son Art Boutique, est l’un d’entre eux. Comme un grand nombre de ceux-ci, la passion pour l’art français est inséparable de l’intérêt commercial. On vend des posters et des estampes de tous les grands peintres, de toutes les grandes écoles et périodes. Les musées français ne sont pas oubliés par les sites Web américains non plus, donnant des liens pour les principaux musées de France. A les en croire, les Français seraient tellement amoureux de leur héritage artistique qu’ils passeraient le plus clair de leur temps libre, surtout pendant les week-ends, dans leurs musées préférés. On se demande si ces sites sont capables de faire la différence entre les Français et les étrangers. Quoi qu’il en soit, l’image souvent projetée des Français est celle d’un peuple imprégné de culture artistique ; mais dans cet amalgame d’idées reçues, on a tendance à oublier les écarts entre les niveaux sociaux et économiques.

15On peut s’interroger sur la source de cet engouement pour l’art français. Nous savons qu’un nombre remarquable de peintres américains a étudié l’art en France au XIXe siècle. Des peintres comme Eleonore Plaiste Abbott (1875- ?), Edwin-Austin Abbey (1852-1911), David Maitland Armstrong (1836-1918), Samuel F.B. Morse (1791-1872) et James McNeill Whistler (1834-1903), pour n’en citer que quelques-uns, ont étudié l’art à Paris ou ont voyagé en France pour s’imprégner de la culture française. Au XIXe siècle, Paris était une véritable Mecque pour les peintres étrangers en quête de gloire et c’est ce qui explique pourquoi tant d’Américains ont traversé l’Atlantique pour se rendre à Paris, capitale artistique du monde.

16Lorsque l’on aborde le sujet des attitudes, des comportements sociaux ou des façons de voir la vie, on entre dans le vif du sujet. Dans ce domaine, comme ailleurs, les stéréotypes sont la règle du jeu. Alors, comment les Américains voient-ils les Français ? Tout d’abord, ce sont des gens qui ne parlent pas anglais (sic) et pour qui le plaisir personnel passe avant le devoir professionnel. De surcroît, certains Américains s’étonnent de ce que les Français travaillent si peu : en moyenne, trois cent trente heures de moins par an que les Américains, avec de sempiternelles grèves, cinq à huit semaines de congé l’été, la semaine des trente-cinq heures et très peu de magasins ouverts le dimanche. Les Américains s’étonnent aussi du fait que les Français estiment qu’un emploi est un droit constitutionnel.

17Les Américains semblent aussi trouver bizarre que les Français préfèrent protéger les faibles plutôt que d’encourager les plus forts, ce qui expliquerait pourquoi il y a autant d’allocations et de programmes sociaux en France et la raison pour laquelle les universités sont presque gratuites pour le monde estudiantin : par rapport aux universités américaines, les droits d’inscription sont vraiment dérisoires. Selon www.understandfrance.org, les Français ont également l’obsession des conspirations, voyant des complots partout. C’est pour cela qu’ils pensent que John F. Kennedy fut assassiné par les services secrets du gouvernement américain avec la complicité de Lyndon Baines Johnson, alors Vice-Président, et que le livre de Michael Moore relatif aux attentats du 11 septembre a eu tellement de succès en France, vendu à plus de cent mille exemplaires lors de sa sortie en librairie.

18Quant aux valeurs françaises, les Américains pensent que les Français estiment l’abstraction avant tout, à l’encontre des Britanniques qui apprécient l’action personnelle ou collective et les Espagnols qui mettent l’accent sur l’âme ; pour un Français, c’est l’esprit qui prime. La France serait également une nation fondée sur l’anticommunautarisme (par nature antidémocratique), ce qui veut dire qu’elle rejette l’idée que des communautés spécifiques – juive, arabe, polonaise ou autres – puissent maintenir une communauté séparée de la communauté française. Aucun groupe ne peut s’isoler de la majorité en déclarant sa liberté religieuse ou en fondant une communauté basée sur des traditions ou des pratiques qui sont trop différentes de celles des Français. L’exemple cité en référence, celui des Amish en Pennsylvanie, qui aujourd’hui sont peut-être quatre-vingt mille, semble être atypique. Pourtant, on se rappelle les conséquences de F anticommunautarisme à Waco, Texas, le 19 avril 1993 : le FBI donna l’assaut à la ferme de Mount Carmel dans laquelle s’étaient retranchés les adeptes de la secte américaine des « Davidiens » et leur leader, David Koresh. Les conséquences furent dramatiques : quatre-vingt-six personnes mortes, parmi lesquelles dix-sept enfants.

19Autre valeur française : l’autorité. Dans une société pyramidale et hautement hiérarchique où l’État est omniprésent et omnipotent, les Français semblent être divisés sur la question d’autorité et de responsabilité. L’exemple donné sur www.understandfrance.org est la loi Solidarité et Renouvellement urbain (SRU) adoptée en 2000 par le gouvernement de Lionel Jospin. Cette loi a fixé à vingt pour cent le seuil minimal à atteindre dans les vingt ans pour l’accroissement des logements sociaux dans les communes de plus de mille cinq cents habitants en région parisienne et de plus de trois mille cinq cents habitants dans les autres agglomérations françaises. Neuilly-sur-Seine, dont le maire a longtemps été Nicolas Sarkozy, « détient toujours la palme des villes de plus de dix mille habitants qui accueillent le moins de logements sociaux » (www.alternatives-economiques.fr).

20Certains Américains semblent aussi croire que les Français estiment l’égalité plus que la fraternité, voire que la liberté. Ce fait expliquerait pourquoi les universités françaises n’exigent pas de sélection particulière pour l’inscription en première année. Rappelons que les grandes écoles en France sont sélectives. Parmi les autres valeurs françaises, on pourrait citer la logique, l’intelligence, l’écriture et la vie privée. Les Français, à l’encontre d’un certain nombre d’Américains, feraient une très nette distinction entre la vie professionnelle et la vie privée.

21Lorsque l’on commence à examiner les attitudes d’un peuple sur Internet, on remarque que les clichés et les stéréotypes sont prédominants.Understandfrance.org présente une liste de stéréotypes dévoilant la façon dont les Américains perçoivent les Français. Ainsi, ces derniers sont dépeints comme un peuple qui boude la langue anglaise autant que le savon, qui n’est pas aimable avec les touristes, se montrant souvent arrogant, suffisant et distant, affichant un anti-américanisme invétéré et vivant dans un système socialiste à la charge de l’État. Inversement, même si cela ne touche pas directement à notre propos, il est intéressant de voir l’image que les Français se font des Américains. Ce sont de grands enfants naïfs qui ne connaissent pas grand-chose à l’histoire ou aux affaires internationales, un peuple violent qui fait une fixation pathologique sur les armes à feu, qui est obsédé par le matérialisme et qui ne supporte pas la critique, surtout envers son gouvernement ou ses institutions.

22Pascal Baudry (www.pbaudry.com), un Français vivant en Californie, Président de WDHB Consulting Group et auteur de Français et Américains : L’autre rive, apporte une explication freudienne à la question. Selon lui, les Américains sont sevrés trop tôt et leur apprentissage de la propreté se fait tardivement ; alors que les Français sont sevrés tard et que l’apprentissage de la propreté se fait tôt. Nous laisserons au lecteur le soin de juger le bien-fondé de cette thèse. En somme, les deux systèmes éducatifs renforceraient les différences fondamentales entre Français et Américains. Aux États-Unis, les enfants font l’apprentissage de l’indépendance et de l’autonomie, alors qu’en France, les enfants sont initiés aux principes de l’autorité. Poursuivant son raisonnement, P. Baudry dresse une liste des principales différences : les Américains sont explicites, optimistes, pragmatiques, binaires, préfèrent la simplicité, ne mentent pas (c’est un péché !), veulent être aimés, mettent en avant la qualité de leur travail et, dans le monde des affaires, respectent à la lettre les contrats ; alors que les Français sont de nature implicite, pessimiste et négative, soulignent l’importance des contextes, préfèrent ce qui est complexe, n’attribuent pas trop de gravité au mensonge, veulent être indépendants, mettent en valeur la qualité de leur vie personnelle, ne respectent pas les contrats (signer un contrat n’est que le début, faut pas être pris la main dans le sac !), valorisent surtout les loisirs et adorent leur État bureaucratique.

23Compte tenu des divergences entre Français et Américains, il est aisé d’imaginer les nombreuses difficultés qui peuvent surgir lors de la fusion des sociétés transnationales. Philippe d’Iribame et Emmanuel Todd ont abordé ce sujet dans Les Enjeux – Les Echos (janvier 2001). Du côté américain, on pense que les Français sont à la fois arrogants et mous. On les trouve arrogants parce qu’ils aiment se faire mousser pendant les réunions importantes, posant des questions emberlificotées pour désarçonner les autres membres. On les juge mous parce qu’ils ne donnent pas de consignes précises car, d’après les auteurs, si l’on insiste trop lourdement sur les ordres, cela pourrait jeter des doutes injustifiés sur les compétences du personnel et la confiance que l’on témoigne à leur égard. Par ailleurs, à l’issue de réunions en France, les Américains se demandent souvent si une décision a réellement été prise ou non car les Français se contentent, semble-t-il, de définir les grandes lignes d’un projet sans jamais en expliciter les détails.

24La francophobie, un phénomène dont les paramètres sociaux sont souvent flous, existe bel et bien aux États-Unis et elle est souvent véhiculée par la presse américaine conservatrice. D’une manière générale, on peut dire qu’en dehors de certains clichés (la mode, l’art culinaire, les grèves) ou d’événements sensationnels, les Français sont jugés nuls par la presse américaine qui est, rappelons-le, monopolisée par un nombre très limité de multinationales. Parmi les thèmes de prédilection pour la France traités dans les journaux, on peut citer : la gloire de jadis et la honte de Vichy, la France ne compte pas vraiment pour les États-Unis, les Français acceptent mal aujourd’hui leur perte d’importance sur le plan international, les Français sont moins pro-américains que les Britanniques et la presse se demande pourquoi les « Frenchies » ne sont pas à l’image des Américains, tout simplement. Certaines déclarations à la presse faites par les gouverneurs américains peuvent choquer les sensibilités de par leur nature bornée et obtuse, mais semblent aussi traduire un agacement politique plutôt qu’une véritable francophobie. Concernant la certitude de l’existence des armes de destruction massive en Iraq, Collin Powell avait déclaré au New York Times que « seulement un imbécile, ou peut-être un Français (sic), pouvait en conclure autrement » (NYT 05/02/03).

25Nous avons passé en revue un certain nombre d’idées reçues sur la France et les Français, mais cette liste serait incomplète sans examiner brièvement un autre sujet étroitement lié à la France : la mode. Lorsque l’on pense à celle-ci, Paris et les Parisiennes viennent tout naturellement à l’esprit. Pour Paris Woman Journal, les femmes vivant dans la capitale sont vraiment des privilégiées. Pourquoi ? Pour la simple raison que ce sont des Parisiennes ! Elles susurrent sur les boulevards et aux terrasses des cafés avec l’accent le plus sexy du monde, vivent dans la capitale la plus romantique du monde, ont à leur portée les couturiers les plus talentueux et originaux, mangent la cuisine la plus raffinée qui soit et la savourent accompagnée de flûtes de champagne millésimé. Le vrai bonheur !

26Depuis toujours, les Américains ont associé la France à la mode et à la haute couture et cet engouement s’est développé au XIXe siècle à travers des magazines comme Moniteur de la Mode, Les Modes Parisiennes, Le Petit Messager des Modes et La Mode Illustrée. Bien entendu, on trouve du prêt-à-porter sur le Web américain mais ce que l’on trouve en abondance, ce sont des sites vendant de la lingerie fine. Les Françaises – surtout les Parisiennes, semble-t-il – aiment leur lingerie fine, peut-être autant que les Français ! C’est en tout cas ce que l’on s’efforce de répéter sur le Web. On trouve des pages sur Aubade, une marque qui a complètement changé son look depuis la création de l’entreprise en 1875 par Bernard Matussière. Ce qui a transformé cette marque dans les années quatre-vingt-dix vient d’une campagne publicitaire. On vendait les produits comme une leçon de séduction destinée aux hommes qui, apparemment, se sont montrés amateurs. Aubade n’est pas seule à monnayer des fantasmes érotiques sur le Web, loin s’en faut.HenryandJune.com – d’après Henry Miller et son épouse June Smith, celle qui était les Mona et Mara des romans suivant Tropique du Cancer – est un autre site qui vend de la lingerie fine et de la lingerie sexy, en plus des accessoires et des jouets dits « sensuels » – le meilleur moyen de donner du piment à une soirée romantique. Pampered Passions Fine Lingerie, quant à elle, propose une large gamme de « French G-Strings » pour les connaisseurs.

27Mohamed nous a conseillé la méfiance envers ceux qui ne font preuve d’aucune faiblesse pour les femmes et les parfums. Les Américains affichent un penchant non dissimulé pour les parfums français que l’on peut trouver facilement sur Internet. Des sites comme celui d’Yves Chantre associent parfums de luxe et belles femmes. Quoi de plus naturel puisque « la femme est une fleur qui ne donne son parfum qu’à l’ombre » (Félicité de Lamennais). Amie Greenberg partage son amour pour la France et son peuple cordial, les trésors de sa cuisine et les plaisirs insoupçonnés de ses parfums aux noms exotiques comme Opium, Dolce Vita, Trueste, Shalimar, Éden, L’Heure bleue, Vol de nuit, Samsara, Nahéma ou Fleur d’interdit (http://postcardsforyou.com/​perfumeking.html). Bourbon French Parfums, au cœur de la Nouvelle Orléans, perpétue la tradition française des essences aux États-Unis depuis plus de cent soixante ans (www.neworleansperfume.com/index2.htm).

28Le dénigrement systématique des Français ou, pour employer le vocable anglais « bashing » – littéralement donner un coup, cogner – semble être le passe-temps favori d’un certain groupe social d’Américains. Nous verrons que lors de la crise iraquienne, cette pratique s’est considérablement intensifiée quand le gouvernement et ses partisans ont voulu légitimer l’intervention militaire dans un pays qui n’avait pas menacé directement les États-Unis. Ici, nous entrons dans le domaine quasi total des stéréotypes et des clichés où tous les coups sont permis. About, Inc., a récemment sorti sur son site un article intitulé : « France : The Bad, Ugly and Smelly » (http://gofrance.about.com/​b/​a/​075577.htm), que l’on peut traduire par « France : le mauvais, la mocheté et la puanteur ». « Préparez-vous », nous avertit très franchement le texte, lorsque vous vous décidez à visiter l’Hexagone pour la première fois.

29Qu’est-ce qui choque autant les Américains ? Réponse : les crottes de chien, les toilettes, les graffitis et les mauvaises odeurs. On conseille aux touristes de scruter les trottoirs pendant leurs promenades urbaines de peur de faire une glissade crottée inopinée et de se retrouver dans une posture comique. Les toilettes françaises, quant à elles, relèvent parfois de la pure aventure qui réclamerait le courage hollywoodien d’un Indiana Jones ou d’un Allan Quarterman pour les affronter. Toujours embêtant pour les touristes est le fait qu’à moins de consommer dans un café, ces lieux sont payants sans la garantie d’une propreté éclatante ; elles peuvent se révéler parfois franchement effrayantes. Les graffitis que l’on trouve parsemés un peu partout par les taggers et qui n’épargnent plus les monuments les plus altiers, donnent l’impression que cette archéologie urbaine de l’incivilité a enseveli toutes les institutions de la civilisation européenne. Le graffiti pléthorique, mode d’expression de sa propre culture, cache certainement un profond malaise social qui est lié aux violences urbaines que l’on a constatées avec stupeur en novembre 2005 en France, notamment au travers d’actes incendiaires. Enfin, les odeurs ! Les mauvaises odeurs peuvent provenir de la personne à côté de vous dans un bus ou de l’urine que l’on ne peut pas s’empêcher de flairer dans les lieux publics, surtout dans les gares, les ruelles et les escaliers. Rappelons qu’aux États-Unis il est criminel d’uriner dans la rue. Il est évident que l’on ne pourrait jamais appliquer une telle loi en France.

30Un article sur Expatica (www.expatica.com) de novembre 2003 intitulé « Is France Going to the Dogs ? » (La France va-t-elle à vau-l’eau ?), évoque le déclin spenglerien du pays : le chômage atteint les dix pour cent et continue d’augmenter, la dette nationale a doublé en huit ans, les salaires ont régressé à la dixième position de l’Union européenne et ne cessent de diminuer, et ce n’est pas tout, car, selon l’article, la France a brisé ses relations avec la seule super-puissance au monde, marginalisé les Nations unies et, à cause de son arrogance vis-à-vis des anciens pays communistes (sic), a provoqué un désaccord au sein de l’Europe, au moment même de son unification. Le pays qui a inventé « les droits de l’homme, le fromage et Charles de Gaulle court à la catastrophe ». Capitalism Magazine (www.capmag.com) a mis un éditorial sur son site Web qui va dans le même sens : « Who Needs the French Anyway ? » (Qui a besoin de la France, de toute façon ?). Le texte, daté du 16 novembre 2003, traite de la crise iraquienne, évidemment. Pour cet auteur qui braille son chauvinisme, les Français n’ont qu’à rester chez eux. Rappelons que la France a utilisé son droit de veto pour éviter la guerre en Iraq, mais cela n’a pas empêché les troupes américaines d’envahir le pays le 20 mars 2003. Depuis, on connaît le sombre bilan : plus de deux mille soldats américains morts et des dizaines de milliers de civils iraquiens décédés.

31Lorsque l’on regarde les dessins et les montages politiques de 2003, on voit qu’un grand nombre de ceux-ci critique et dénigre la France, conséquence directe du refus français de suivre l’administration Bush dans son épopée au Moyen-Orient. La propagande politique assenée par ces images témoigne de l’ampleur de la crise iraquienne ainsi que des intérêts et stratégies internationales des États-Unis. Au début de la guerre, les Français sont dépeints comme des lâches et des traîtres sans vergogne ; le Président Chirac est souvent représenté à côté de Saddam Hussein, parfois avec une coupe de champagne à la main pour fêter leur complicité traîtresse. Dans ce jeu puéril du matraquage idéologique, la presse américaine s’est laissée aller aux injures. Peu étonnant, dans ce contexte, de voir la Statue de la Liberté, un cadeau du peuple français aux Américains, utilisée comme motif de propagande pour justifier la prise de position américaine. Comme dans la pièce de théâtre de Molière, Don Juan, la statue est personnifiée, capable de se mouvoir et d’exprimer ses idées. Dans un dessin de J.D. Crowe, elle s’est mise un sac en papier sur la tête parce qu’elle a honte d’être d’origine française. Sur une autre image d’elle, on voit une immense pancarte accrochée autour de son cou avec l’inscription : « Return to sender » (renvoyer à l’expéditeur). Le message de ces images est on ne peut plus clair : la France, pays hypocrite, s’est refusée à défendre la liberté. Le drapeau blanc – signe universel de la capitulation – est copieusement employé dans ces mêmes dessins. On trouve souvent le Président Chirac avec un drapeau blanc à la main et on compare le fameux couteau suisse au couteau « français ». Le couteau suisse, on le connaît, avec ses multiples lames et outils qui se plient. Le couteau « français » est beaucoup plus simple : il n’y a qu’un tirebouchon pour le gros rouge et un drapeau blanc. Le « Old Yeller KY-86 French Army Knife » – couteau officiel de l’armée française – est également équipé d’un drapeau blanc. Les dessinateurs, on le sait, aiment jouer sur les expressions bien connues de la langue américaine. Ainsi, toutes les expressions contenant le mot « French » ont été ciblées par les patriotes américains. Le sens du « French kiss » a été modifié par le dessinateur Arial : on y voit Jacques Chirac accroupi devant un Saddam Hussein corpulent et mal rasé, sur le point de lui lécher les bottes. Plus parodique est le dessin de Benson où l’on voit un caniche (French poodle) avec le qualificatif « French » barré et remplacé par « Liberty ». Donc « French fries », « French kissing », « French toast » et « French onion soup » deviennent « Freedom fries », « Freedom kissing », « Freedom toast » et « Freedom onion soup ». Le côté absurde de cette modification linguistique est souligné par le fait qu’un « Freedom poodle », plutôt musclé et menaçant, armé d’une mitraillette et d’un couteau exagérément long, affublé d’un bandeau sur la tête comme l’ex-G.F Rambo occupe le centre du dessin. On devine le drapeau américain dans l’arrière plan. Le dessinateur laisse entendre qu’il y a des limites à tout.

32Ces dessins sont intéressants d’un point de vue socio-historique car ils montrent l’attitude gouvernementale vis-à-vis de la France lors de la crise iraquienne. Comme on devait s’y attendre, les images les plus virulentes datent du début du conflit, en 2003. Ces dessins deviennent d’autant plus intéressants lorsqu’on les compare aux croquis politiques de 2005, quand l’enlisement militaire devient une évidence pour la majorité des Américains. Il est clair que le ton a nettement changé aux États-Unis et que la majorité des Américains est contre la guerre en Iraq où le nombre de pertes militaires américaines a dépassé le seuil des deux mille morts le 26 octobre 2005. Un sondage mené par le Washington Post et ABC News de juin 2005 démontre que cinquante-huit pour cent d’Américains sont d’ores et déjà contre la guerre. Des dessins de Corky, Thompson, Chappatte, Davies, Fitzsimmons et Lowe, pour n’en citer que quelques-uns, reflètent l’opinion publique américaine lorsqu’ils évoquent l’enlisement de la machine militaire, la perte de l’unité nationale, l’impossibilité de gagner ou de sortir d’Iraq, le nombre croissant des pertes humaines et, surtout, le manque total de cohérence et d’intelligence dans l’administration de George W. Bush, ou plutôt le manque de dialogue tout simplement. Un dessin de Mike Thompson, particulièrement réussi, lance un clin d’œil au film de Tim Story, Les Quatre fantastiques. On y voit George W. en « homme plastique », capable d’étirer la vérité comme un élastique ; Condoleeza Rice en « femme indivisible », le béni-oui-oui obséquieux du Président ; Donald Rumsfeld en « torche humaine », avec son vocabulaire de péquenaud ; et Richard B. Cheney représenté comme « la chose », frémissant de colère et d’inintelligibilité. Comme l’adaptation cinématographique, « The Bombastic Four » ressemble aux personnages de Marvel Comics et comme le film, ces quatre politiques laissent le spectateur sur sa faim. C’est une production à grand budget mais le scénario a été mal ficelé ; malgré le rythme et les effets spéciaux, « The Bombastic Four » manque d’éclat... et de crédibilité ! Ceci dit, la volte-face américaine sur la guerre en Iraq est peut-être mieux représentée par l’image du 16 juin 2005 sur CNN.com de Walter Jones, député de la Caroline du Nord, qui voulait que les États-Unis remplacent « French fries » par « freedom fries ». Aujourd’hui le député de la Caroline du Nord dit qu’il est temps de parler sérieusement du rapatriement des forces américaines.

33Est-il admissible pour les médias d’influencer l’opinion publique dans un sens précis ? Pour beaucoup, la question ne se pose plus guère, tellement les masses ont été conditionnées afin d’accepter ce phénomène du village global comme une réalité inéluctable de notre temps. Il semble à beaucoup qu’il suffise de faire confiance à l’intelligence éclairée des hommes, à chacun de regarder objectivement les faits pour se faire sa propre idée de la réalité. Pourtant, les choses ne sont jamais aussi simples. Comme Walter Lippmann l’a remarqué, « bien que l’accent soit mis sur la liberté des citoyens, celle-ci ne constitue nullement une garantie d’objectivité dans l’opinion publique moderne [...] puisque cette opinion porte en réalité sur un monde inconnu ». De nombreux problèmes dépassent très largement l’entendement des individus ordinaires ; ceux qui découlent de peuples étrangers présentent des difficultés parfois incompréhensibles. Outre qu’il s’agit d’hommes et de femmes dont les idées semblent de prime abord ridicules et dont la culture est le plus souvent mal connue, la manipulation des informations par les services informationnels produit de la désinformation et accroît l’abrutissement des masses. Comment peut-on, dans ce contexte, se forger une opinion éclairée ? Très probablement, la plupart des individus n’essaient guère d’avoir leur propre jugement sur un sujet d’actualité. Dans notre société d’information, les opinions relèvent des composants sociaux : entourage, amis, famille, télé, radio, presse, Internet. L’essor des médias électroniques et les enjeux économiques ainsi que politiques font que les informations sont « fabriquées », triées sur le volet, dramatisées ou minimisées selon le cas, traitées et servies chaudes aux masses dans des emballages attrayants pour qu’elles les consomment à satiété. Dans ce contexte, l’objectivité n’est qu’un miroir aux alouettes. Internet peut couver les opinions souhaitées pour les disséminer au moment propice. Dans le Colisée de « l’instantané permanent », l’art de transformer les masses en bêtes écervelées à qui l’on demande de pleurer ou de rugir est bien connu des médias.

34L’image des Français au travers du Web américain nous révèle la nature stéréotypée de ce média dont les informations sont souvent déformées par les clichés, les idées reçues ou les intérêts politiques et économiques. On projette un grand nombre d’images sur l’« agora informationnelle » et l’on a tendance à croire en la réalité de ces fantômes une fois qu’ils ont été invoqués. L’énorme quantité d’« information » à laquelle nous sommes exposés ne signifie pas que nous sommes mieux « informés ». En temps de crise, les médias peuvent devenir de redoutables machines anthropophages, des outils de propagande comme nous l’avons vu dans Le Meilleur des Mondes de Huxley, dans Big Sister de Jérôme Leroy ou dans le roman de George Orwell, 1984, où l’ignorance devient une force et la liberté une forme d’esclavage. Nous avons appris tardivement que le progrès technologique n’est pas seulement bénéfique pour l’homme ; les conséquences des technologies de communication dépendront exclusivement du bon ou du mauvais usage qui en sera fait. Nous devons, hélas, nous rendre à cette terrible évidence : l’impact économique accru laisse présager le pire pour les hominidés.

Auteur

Est docteur ès lettres, professeur des universités à la Faculté des Lettres de Nancy 2 et chargé de recherche au CNRS. D’origine américaine, il est diplômé de l’Université de Berkeley, Californie ; il enseigne en France depuis plusieurs années et a publié un nombre important de textes relatifs à la littérature et à la culture américaines, ainsi que des écrits se réclamant de la science-fiction et du fantastique.

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search