Versione classicaVersione mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Beaux-arts et cinéma

7- Paris dans les comédies d’Audrey Hepburn

Elisabeth Rallo-Ditche

Abstract

This paper concentrates upon the films in which Audrey Hepburn is the main actress and studies the images of France (unsurprisingly Paris) from three different viewpoints : firstly the topoï are sorted out, and then the passing from triviality to poetry is highlighted to show, at last, that Audrey Hepburn and the characters she plays are a homage to France.

Testo integrale

1Les comédies en question, bien entendu, ne sont pas d’Audrey Hepburn : elle en est l’actrice principale. Mais elle donne une véritable unité à ces films, et ils portent sa marque. Ce ne sont pas des chefs d’œuvres, seulement de très jolies comédies, des films très réussis, avec une actrice d’exception. Mais ils sont moins superficiels qu’ils pourraient le paraître, du moins du point de vue qui nous intéresse ici, à l’image de l’actrice elle-même, non seulement, comme on l’a écrit, « mélange parfait d’intelligence et de frivolité », mais femme d’esprit et de cœur.

2On utilisera donc le corpus de films suivant :

  • 1 Voir la biographie de D. Maychick, Edition n° 1, 1993 et celle de B. Paris, Belfond, 1997, ainsi qu (...)
Sabrina (S) 1954 Billy Wilder
Funny Face (FF) 1957, Stanley Donen
Love in the afternoon (LA) 1957 Billy Wilder,
Charade (CH) 1963 Stanley Donen
Paris when it sizzles (PWS) 1964 Richard Quine
How to steal a million (HSM) 1966 William Wyler1

3Dans tous ces films, des topoï, mais pas seulement : ils oscillent du trivial au poétique, et les personnages joués par Audrey Hepburn, l’actrice elle-même, sont en fin de compte, un hommage à la France. 1

4 Les topoï visuels sont, bien entendu, les plus importants : dans PWS, les séquences tournées à Paris utilisent tous les grands monuments de la ville, le Louvre, la Tour Eiffel, que l’on voit constamment, comme toile de fond des aventures débridées des deux personnages. Les metteurs en scène font bon usage de l’Opéra, de Notre Dame, de l’Arc de Triomphe, des colonnes du Palais Royal, dans Charade et dans Comment voler un million de dollars. Sans compter, dans Funny Face, Montmartre, les petits bistrots, Saint Germain des Prés, les caves, parodie du Café de Flore fréquenté par Sartre. Audrey y donne un spectacle de danse existentialiste d’avant garde, un jazz-jitterburg plein de contorsions diverses, tout de noir vêtue, comme il se doit, et portant des socquettes blanches qui feront fureur à l’époque de la sortie du film. Audrey et Mel Ferrer, son mari, donnèrent au moment du tournage de FF une fête dansante, à laquelle participa Ingrid Bergman, entre autres acteurs et actrices connues, dans un restaurant offrant une vue sur Montmartre.

5Dans LA, un pique-nique romantique est tourné dans les bois de Landru, et la plupart des scènes montrent les monuments de Paris, surtout la place Vendôme. Le compositeur André Prévin se déclarera « énervé » par le côté trop chic et précieux du film. Il est vrai que la prise de vue est très soignée et donne à admirer sans cesse la haute couture française. On y reviendra. Pour Charade, écrit par un scénariste installé à Paris et qui connaissait bien la ville, la critique américaine – celle de Look par exemple – fut éblouie : « Un manège technicolor dans lequel Grant, Hepburn et Paris n’ont jamais paru aussi beaux. ». Et Télérama, en décembre 2005, commente ce film, redonné sur Arte comme d’autres films en hommage à Audrey Hepburn pour Noël, avec le même enthousiasme. Paris est un élément essentiel de ces films, une toile de fond indispensable, et les réalisateurs utilisent des « citations » de films plus anciens, comme l’arrivée en avion au-dessus de la capitale dans FF, rappel humoristique de l’utilisation de la Ville Lumière dans le cinéma américain.

6Dans FF, tous les personnages ne rêvent que de visiter Paris dès qu’ils ont mis le pied sur le sol français : chacun dit aux autres qu’il rentre à l’hôtel et tous se retrouvent au sommet de la Tour Eiffel, serrent les mains des inconnus, pris d’une folle envie de partager leur joie et leur bonne humeur, et tout cela en chanson, car nous sommes dans une comédie musicale. On voit tous les endroits-clés de la capitale, et les personnages chantent leur émotion, leur bonheur d’y être. Dans Charade, il y a des répliques délicieuses : sur les Quais, Reggie/Audrey dit à Cary Grant : « Ce serait formidable d’être comme lui [Gene Kelly], n’est ce pas ? Vous ne vous souvenez pas quand il dansait ici même, au bord de la Seine, parfaitement insouciant, dans Un Américain à Paris ? Et dans S Paris est une sorte de mythe lointain – comme Moscou chez Tchekhov – un endroit merveilleux où tout est possible, surtout « l’amour /toujours »... Il faut, dit Sabrina, qu’il pleuve un peu et qu’on n’ait pas de parapluie, et puis le charme de Paris opère, Paris, ville des amoureux. A la fin du film, Sabrina et Linus Larabee, interprété par Humphrey Bogart, partent pour Paris vivre leur amour, loin du monde des affaires et de l’Amérique...

7Mais les topoï visuels et langagiers ne sont pas les seuls : toute une galerie de personnages « typiquement parisiens » traversent les films. Le Professeur à l’Ecole de cuisine dans S parle avec un fort accent et se concentre sur la façon de casser un œuf de manière fort comique, et le philosophe existentialiste de FF est assez ridicule et plutôt antipathique. Il se sert de sa « philosophie » pour séduire les jeunes personnes et tenter d’abuser d’elles : Sartre est le modèle incontesté du personnage, l’intelligence en moins, et pour un philosophe, cela compte ! Le moindre comparse français est croqué pour donner une image de Paris et de la France, selon des modèles très sommaires et très faciles. Dans HSM, les gardiens de musée sont « bien français » et l’un d’eux boit un peu de vin « à la bouteille et à la dérobée » pour se donner le courage de faire sa ronde de nuit. Toute une idéologie traverse ces films des années 60 : Paris est une ville délicieuse, faite pour les amoureux, et les Parisiens sont bizarres, assez fantasques, incompréhensibles pour les américains, avec leur habitus bien à eux, leur goût de la cuisine et du bon vin, leur frivolité et leur philosophie bien trop « intellectuelle ». À l’époque, les Américains n’ont pas encore accueilli Derrida...

8C’est dans les rapports avec la mode que les comédies donnent la mesure de la fascination américaine pour la France. Donen dit d’Audrey : « La mode a été davantage (son) domaine que le cinéma ou le théâtre. ». Avec le recul, on ne peut que souscrire, et elle aurait été aujourd’hui un formidable top-model, avec l’intelligence et le talent en plus. Dans LA Audrey est filmée de façon très fine, Maurice Chevalier joue le père de la jeune Ariane, et il est « tellement français » ! Les critiques n’aimèrent pas cette histoire d’amour entre deux personnages ayant une aussi grande différence d’âge et trouvèrent Gary Cooper vraiment trop vieux (il avait 57 ans et Audrey en avait 27) mais Audrey reste parfaite en jeune ingénue violoncelliste et les robes de Givenchy que porte la jeune femme sont superbes. En vérité, c’est là que Paris joue son véritable rôle : le lieu du chic et de la mode, de la classe absolue, lié à une jeune femme qui n’est pas française mais porte les toilettes du grand couturier avec toute la grâce, la distinction et l’allure nécessaires.

9 Givenchy annonçait à l’époque, comme son mentor Balenciaga, le minimalisme des années 60. Le grand couturier français a été le guide d’Audrey, son blason de noblesse, outre celui qu’elle possédait par la naissance, il a créé son « style », imité par toutes les élégantes de son temps. « Je dépends de Givenchy comme les Américains peuvent dépendre de leur psychiatre », disait Audrey. Et Leslie Caron constate qu’Audrey répondait à l’adage : « moins c’est mieux » (le fameux Less is more architectural) comme la mode de Givenchy. Dans tous ses films « parisiens », elle est habillée en Givenchy : la robe de soirée de S reste dans les annales de la mode. C’est Wilder qui décida que les tenues d’Audrey seraient confiées à un jeune couturier de 26 ans, admirateur de Balenciaga, Hubert de Givenchy. Celui-ci accepta de donner à Audrey les croquis de son album, et elle lança Givenchy aux Etats Unis – à moins que ce ne soit Givenchy qui ait lancé Audrey Hepburn. Dans tous ses films, sauf dans TFR, où elle abandonne Givenchy pour les boutiques de mode parisiennes – là aussi, ce sera un succès, surtout pour Paco Rabanne et sa robe en métal –, Audrey porte les tailleurs si chics, les robes noires épurées, les chapeaux, les gants longs de Givenchy. Dans CH c’est un véritable festival de toilettes, et dans HSM, on pourrait croire qu’elle se caricature elle-même, tant on sent que l’important, dans le film, c’est de voir comment elle sera habillée à la séquence suivante. Une réplique du film tente de faire de l’humour sur la question : quand Peter O’Toole voit Audrey déguisée en femme de ménage, il dit « Eh bien ! déjà cela va donner quelques jours de vacances à Givenchy ! »

10Audrey n’était pas américaine, et, à l’étranger, sa personne et ses films produisaient un effet à part. Elizabeth Wilson, dans la revue de cinéma anglaise Sight and Sound écrivit que son charme résidait dans le style « qui paraissait incarner une Europe sophistiquée et existentielle en opposition à l’artificialité exagérément épanouie d’Hollywood ». C’est ce qu’on peut en effet dire de cette vision de Paris dans ces comédies : Paris, c’est la capitale européenne par excellence de la mode, de la sophistication, de l’élégance. Maria Callas suivra un régime amaigrissant et s’habillera comme Audrey Hepburn, et Jacqueline Kennedy, qui devait s’habiller aux États-Unis, s’inspira du style, l’adapta à ses besoins de Première Dame. Les deux femmes, très différentes physiquement d’Audrey, furent impeccablement habillées et gagnèrent, l’une comme l’autre, en charme et en distinction : le style Givenchy était un style parfait pour une diva comme pour la femme du Président des États-Unis...

11Les vues de Paris sont de très belles toiles de fond pour les films qui soignent la prise de vue et font des photos de mode – en particulier dans FF – les décors se prêtent à des comédies de « luxe », qui donnent aux américains une image de la France « d’en-haut ». L’aspect « populaire » de Paris (et encore, très choisi !) est réservé aux extérieurs et aux personnages très secondaires, aux « types », les héros sont le plus souvent des « Américains à Paris ». La vision d’un Paris intellectuel n’intéresse pas les metteurs en scène, le Paris de la culture est juste présent comme décor, l’art fait partie du luxe chic. Mais l’hommage est là, la mode française n’est pas seulement une affaire d’argent, elle est aussi une affaire de goût. Choisir cette mode, c’est choisir une image, loin de l’ostentation. Audrey Hepburn est encore aujourd’hui une « icône de mode », comme on dit dans les journaux féminins, son style est cité en exemple, mais aussi les choix qu’elle a fait dans sa vie, sa droiture et son engagement. Ceux-ci ne sont pas du « Givenchy », mais on ne peut s’empêcher de penser que sa manière de s’habiller, sans bijoux et sans fastes – même si on sait bien que les vêtements des grands couturiers sont déjà un luxe, sans parler des fourrures qu’elle ne détestait pas... – a joué dans l’image positive que l’actrice, par ailleurs femme de cœur – à un moment où l’engagement n’était pas encore une obligation médiatique –, a donné d’elle-même. Elle a été un bel hommage à la France, qui reste, pour les Américains, le pays qui a pour capitale Paris, la ville de l’élégance et de la grâce.

Note

1 Voir la biographie de D. Maychick, Edition n° 1, 1993 et celle de B. Paris, Belfond, 1997, ainsi que Audrey Hepburn : un fils se souvient, par S. Hepburn Ferrer, Plon, 2003.

Autore

Est professeur de littérature générale et comparée à l’Université de Provence. Elle est l’auteur de La Femme à Venise au temps de Casanova, Stock, 1984, de Images de l’adolescence dans quelques récits du XXe siècle, Corti, 1989 et de Opéras Passion, PUF, 2002.

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search