Version classiqueVersion mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Perspectives historiques

3- La Commune de Paris et les Français des États-Unis

Ronald Creagh

Résumé

The Paris Commune has long inspired social movements throughout the world. It also had an immediate impact on the United States and soon became a frame of reference for the interpretation of domestic events. While some reactions to the Commune were hostile, responses varied greatly and represented a spectrum of viewpoints. One key to understanding the nature of these responses is the level of industrial unrest that existed at various times. In addition, French exiles exerted an influence on public perceptions, either by giving the Commune a mythic dimension or by projecting a negative image of it. The article examines various interpretations of the Commune and demonstrates the importance of studying immigrant groups as sites for the elaboration of political perspectives.

Texte intégral

To-night and to-morrow there will not be a city all over West Europe and America which you may perceive on a medium-sized map where the workmen will not unite together to commemorate the uprising of the people of Paris. Even in Greece and in South America, at Cape Colony and in Australia, they will meet together under the red banner of the oppressed... Their wishes will be wishes for the well-being of all humanity... not of those only who grasp for themselves the fruits of the common human labour. Kropotkine, « The Paris Commune », (Discours à South Place pour la Commémoration du 17 mars 1887).

1Les flux d’immigration entraînés par la mondialisation économique, le maintien des cultures du pays d’origine, entretenues par les meneurs religieux et, aujourd’hui, par la télévision par satellite, la plus grande saillance des fièvres communautaristes, bref l’affrontement mondial des idéologies, des cultures, des économies, des politiques et des croyances, invite à réfléchir sur les débats entretenus par ces grandes marées humaines, leur évolution complexe et leur influence. L’étude de ces migrations permet d’aborder la géopolitique sous un angle différent de celui qui consiste à se concentrer sur les grands acteurs et institutions. Elle signale des influences économiques, sociales, politiques et culturelles d’une population transplantée, et invite à repérer ses noyaux les plus actifs. Comment perçoivent-ils leur propre histoire, quels impacts peuvent-ils avoir sur leur communauté, mais aussi sur d’autres expatriés et, plus généralement, sur l’ensemble de leur pays d’accueil ? Mais pourquoi s’intéresser à l’infime minorité française du XIXe siècle aux États-Unis ? N’est-ce pas s’enfermer dans un débat franco-français, fort éloigné des grands souffles de l’époque ? Il n’en est rien, parce que cet événement majeur que fut la Commune de Paris entraîna une vague de fond aux États-Unis, vague qui devait traverser une population ouvrière, largement composée de travailleurs nés à l’étranger, et se répercuter aussi sur les milieux dirigeants.

2Moment historique, en effet, et d’abord pour cette communauté francophone, composée dans certains États par des groupes soudés par la Guerre de Sécession et ouverts aux idées « républicaines ». Ils doivent accueillir des militants après la double défaite, celle de la guerre franco prussienne et celle de la Commune de Paris. Ils vont ensemble assurer de nouveaux combats au sein du mouvement ouvrier en général et des autres immigrants en particulier. Mais l’opinion américaine aussi, alertée par la cacophonie médiatique au sujet des événements parisiens, va procéder à sa propre introspection et modifier la lecture de sa propre histoire.

  • 1 R. Creagh, « La Commune de Paris dans le miroir américain », à paraître dans les Actes du Colloque (...)

3De ces multiples aspects, la Commune de Paris constitue un temps fort. Nous en examinerons ici le double éclairage qu’elle a projeté et reçu en retour, puis son embrayage sur les milieux français. Ce survol comprendra ainsi deux volets, l’un consacré aux perspectives ouvertes par l’événement, l’autre aux engagements dans les milieux plus militants. 1) Le temps de l’excitation et la nuée de réflexions suscitées par les événements parisiens. On évoquera quelques formes de sa diffusion et de son interprétation dans les médias américains ; cet état des lieux sera bref, car il a été traité ailleurs1. Il sera surtout complété par une réflexion sur quelques concepts concernant la diffusion des idées. 2) L’évolution des milieux francophones d’Amérique dans leurs réceptions des informations, puis des Communards, les initiatives de ces derniers. Ainsi pourra-t-on esquisser une interrogation sur l’influence de cette minorité particulièrement active dans l’évolution du regard américain sur ce mouvement.

I. Lectures américaines de la commune de Paris : réception et monitorage

  • 2 S. Bernstein, Essays in Political and Intellectual History, NY, 1955, pp. 121-133. Voir aussi notre (...)
  • 3 Nous nous référons ici aux études de l’opinion américaine, non à celles de la population francophon (...)
  • 4 E. Gargan, « The American Conservative Response » in J. Rougerie ed., 1871 : Jalons pour une histoi (...)

4On a du mal à croire, de nos jours, au retentissement considérable de la Commune aux États-Unis : elle a constitué l’événement médiatique le plus saillant de l’année 1871, tout de suite après les dénonciations de la corruption politique2. Les grands quotidiens américains et les revues rivalisèrent pour informer le public, et certains de ces journaux dépensèrent des sommes qui paraissent aujourd’hui démesurées. L’événement n’a pourtant retenu que l’attention d’historiens spécialisés, qui ont surtout recherché son impact dans la classe politique et les couches dirigeantes, et ont abouti à une interprétation d’ailleurs bien discutable3. Ils ont généralement conclu que son impact avait été négatif, tant sur l’image de la France que parce qu’elle avait fait jaillir le spectre d’une prise de pouvoir populaire. L’historien français Michel Cordillot, par exemple, parle de la « virulente campagne anti-communaliste menée par la grande presse », et outre-Atlantique Edward Gargan écrit que le programme des Communards suscita en Amérique « une volonté illimitée de violence pour défendre les croyances conventionnelles », tandis que Samuel Bernstein dénonce une presse hystérique, travestissant l’histoire et accréditant l’idée d’une monstruosité menaçante4.

5La Commune de Paris est arrivée de manière inopinée dans une opinion fort diversement orientée, qu’elle a prise au dépourvu, et qu’elle a quelque peu bousculée dans son auto contemplation. Comme toujours, un événement peut en cacher d’autres. Ce coup de théâtre a suscité une série de micro réactions fort diverses, selon les codes de lecture des différents milieux américains, et notamment au sein de l’establishment, dont les réactions ont été bien recensées ; mais n’oublions pas que l’enjeu véritable était la capacité du monde des travailleurs à changer, sinon son destin, du moins son statut de population dominée. L’événement parisien fut en premier lieu un acte populaire, qui donc au premier chef intéressait les petites gens. C’est donc surtout dans des milieux équivalents américains qu’il faut jauger le poids de l’événement. Laissons les Tocqueville reposer en paix dans les manuels, et partons à la découverte des palpitations impondérables et des ondes de choc qui se sont étendues dans les relations transatlantiques entre militants français et américains.

  • 5 R. Creagh, Laboratoires de l’utopie : Les Communautés libertaires aux États-Unis, Paris : Payot, 19 (...)

6Car l’intérêt réciproque que se portent les mouvements sociaux des États-Unis, de France (et aussi de Grande-Bretagne) existe de longue date. Les initiateurs de grands courants ou les missionnaires intellectuels se sont rendus visite au cours du XIXe siècle. Robert Owen est parmi les premiers à se rendre aux États-Unis ; il a inventé le concept de milieux alternatifs, sur lequel le fouriérisme va un peu partout fleurir. Etienne Cabet, Wilhelm Weitling et Victor Considerant à leur tour tentent l’expérience, emmenant avec eux leurs compatriotes respectifs. Auguste Comte suit de près ces courants américains et il échange une correspondance suivie avec un membre de la communauté anarchiste de Josiah Warren à Long Island5.

  • 6 [Mary Putnam Jacobi], “The Fourth of September in Paris. Familiar Letter from a Young American”, Pu (...)

7La vague des expériences dites « fouriéristes » est impressionnante, et elle suscite des oasis de liberté sur la plupart des Etats du territoire. Les décennies suivantes, avec les premières fondations du mouvement ouvrier, reportent leur intérêt sur les mutuelles et les coopératives, qui se multiplient et retiendront l’attention au-delà de la Guerre de Sécession, jusque vers les années 1880 et la naissance des nouveaux syndicats. En ce qui concerne les Français, les événements de 1848 et le coup d’Etat de Napoléon III suscitent l’expatriation de militants vers le sol américain ; leurs idées seront appelées à exercer une influence dans la longue durée, comme celle du peintre en bâtiment Joseph Déjacque ou le futur géographe Elisée Reclus qui, l’un et l’autre, vont établir des contacts avec des milieux militants aux États-Unis. De retour en France, Reclus rédigera dans la Revue des Deux Mondes une série de commentaires particulièrement remarquables sur la Guerre de Sécession. Il retournera ensuite aux États-Unis et rencontrera peut-être la famille de Benjamin R. Tucker, éditeur anarchiste influent. Celui-ci est proudhonien, sans doute grâce à l’impulsion de William B. Greene, figure connue de la Nouvelle-Angleterre, ancien officier de la Guerre civile qui avait jadis rendu visite à Proudhon en France et, par la suite, diffusé ses idées. Ce cercle comporte aussi le philosophe-sociologue new-yorkais Stephan Pearl Andrews, observateur attentif des événements européens, qui a peut-être eu, comme il l’affirme, une influence sur le Président des États-Unis. De l’autre côté de l’Atlantique, un des participants de la Commune de Paris, Élisée Reclus, va même être indirectement à l’origine d’une présentation de cet événement à travers un journal particulièrement respectable, la revue républicaine Putnam’e Monthly Magazine6.

8Les informations relatives aux événements parisiens sont reçues par une opinion fort divisée, au lendemain d’une guerre particulièrement meurtrière, qui crée de nouveaux clivages dans un pays peu unifié, on devrait presque dire un continent. Mais les pistes créées par les divers visiteurs que nous avons cité plus haut ne peuvent qu’aviver l’attention de certains milieux pour les événements du Vieux Monde.

9Pour comprendre la manière dont la Commune a été perçue par les médias, il convient de rappeler quelques usages qui ont cours dans le traitement de l’information. Il est clair que lorsqu’il s’agit d’événements récurrents, de phénomènes routiniers, – un discours présidentiel, un énième reportage sur un pays bien connu – on recourt à des règles d’interprétation édictées par les rédacteurs en chef ; celles-ci aboutissent à un formatage de l’analyse et de la présentation ; cette dernière est réalisée directement par le journaliste ou indirectement par des rédacteurs spécialisés qui réécrivent son texte. Les normes propres à l’édification de ces « artefacts » composent un filtre par lequel passe l’information, et le traitement de tout l’ensemble constitue une « grammaire » à laquelle sont soumis tous les collaborateurs du journal, du reporter au photographe jusqu’au commentateur, ainsi qu’au rédacteur d’articles spécialisés.

10Mais cette coloration a priori des chroniques événementielles peut être prise au dépourvu par l’apparition d’un authentique événement, c’est-à-dire d’un fait nouveau et inattendu. Qu’il entre ou non dans la catégorie du « sensationnel », il suscite chez les interprètes professionnels une incertitude d’autant plus grande qu’il les prend au dépourvu, ne paraît avoir eu aucun précédent, et que souvent il est accompagné de détails obscurs et de commentaires et de rumeurs contradictoires. La nouveauté radicale du fait ne s’explique pas dans un premier temps, il faut recourir aux schèmes du passé. Mais ceux-ci tôt ou tard se révèlent inadéquats et il faudra peut-être un temps très long – parfois des générations – pour le situer dans un nouveau découpage de l’histoire et en saisir les tenants et les aboutissants.

11Il est donc tout à fait compréhensible que la presse américaine soit prise au dépourvu par la Commune et que, dans un premier temps, elle présente une gamme très étendue d’interprétations. La lecture de l’événement révèle les incertitudes, et il arrive qu’un journal se contredise le lendemain.

12A mesure que s’en constitue la grammaire, elle se construit en général à la lumière des événements locaux : l’international est observé à travers le prisme familier, c’est-à-dire selon le pays auquel appartient le rédacteur, et les leçons sont tirées en fonction des intérêts du moment qu’il prête à son auditoire.

13Il est clair que le caractère sensationnel de la Commune va inciter les journalistes américains à se braquer sur les réfugiés français qui débarquent à New York. Or des incidents fâcheux jettent des ombres sur le groupe. Les frères Élie et Gustave May, arrivent en septembre 1871 dans le port de New York ; ils transportent des diamants dont la valeur est estimée à 3390 dollars et sont interceptés par les douaniers qui les accusent de contrebande. Cette mésaventure ne leur fera pas porter les Américains dans leur cœur, mais elle attire aussi l’attention de la presse, et d’ailleurs également l’hostilité de certains de leurs camarades.

14La malveillance de certains reportages sur l’incident ne relève d’aucune volonté systématique de répression ; elle fait partie des mœurs. Il est plus facile de dénoncer un immigrant qu’un millionnaire américain introduisant en toute illégalité dans le pays des bijoux ou des tableaux. Le procès d’intention ne peut être fait à la presse que sur la base de consignes venant de la rédaction : on n’en a pas repérées. Il est clair que les règles d’interprétation se sont élaborées progressivement, et qu’un véritable monitorage, destiné à contrôler l’opinion publique, s’est progressivement mis en place. Une rhétorique sournoise, des indices plus ou moins masqués peuvent permettre au lecteur attentif de repérer les variations de ton, l’hostilité contenue, la distanciation volontaire. Mais il convient à chaque fois de bien faire l’analyse sans plaquer a priori des idées toutes faites comme celle des « intérêts de classe ».

  • 7 S. Bernstein, op. cit. p. 89.

15Cette censure est confrontée à d’autres impératifs, notamment le besoin de sensationnalisme, nécessaire pour accroître les ventes d’un journal. Elle peut aussi se heurter à des idéaux contradictoires. C’est ainsi que l’interdiction par la police d’une manifestation des communards, le 10 décembre 1871, devait attirer les protestations de principe du New York Times et de la New York Tribune7. On peut néanmoins conjecturer que cette réaction policière trahit les inquiétudes croissantes de certains milieux dirigeants, qui redoutent de voir importer aux États-Unis la problématique révolutionnaire française. Il faut dire que les nouveaux venus vont, à leur tour, jeter de l’huile sur le feu. 7

II. Les francophones Américains : les avatars d’un avant-gardisme

1. Au-delà de l’intégration

16L’étude d’une immigration dépasse, et de loin, la question de son intégration. L’expatriation ou l’exil provoquent de nouveaux lieux où fermentent les idées qui souvent se propagent selon des lignes de force nouvelles. Que l’on pense à l’influence de Marx ou de Lénine, à celle de la diaspora juive sur Israël. Il existe ainsi tout un champ micropolitique d’un intérêt certain, tantôt parce qu’il influence directement ou indirectement les grands décideurs, tantôt parce qu’il les court-circuite.

  • 8 Cf. K. Kenny, The American Irish : A History, Addison Wesley Longman, 2001.

17Ce sont d’abord les nouvelles conditions de vie qui contraignent l’immigrant à briser la coquille villageoise ou régionaliste dans laquelle il vivait jusque là enfermé. Il s’éloigne de l’esprit de clocher et découvre son appartenance à une collectivité plus large. Les services publics, les agents de recensement, par exemple, l’obligent à élargir son horizon pour se référer à sa nation d’origine ou même à une race d’appartenance. Parfois aussi, les vagues sentiments d’infériorité qu’il peut ressentir en tant qu’« étranger » se changent en fierté si, soudain, son pays d’origine lutte pour son indépendance. Tel a été le cas en particulier des pays d’Europe centrale, mais aussi des Mexicains et, surtout, des Irlandais8. C’est ainsi que beaucoup de mouvements indépendantistes européens du XIXe siècle ont reçu un appui particulier de leurs compatriotes émigrés aux États-Unis.

  • 9 Courrier d’exil. Saint-John Perse et ses amis américains, 1940-1970, Gallimard, coll. Les Cahiers d (...)

18S’il faut se garder de généraliser des cas parfois exceptionnels, l’aveuglement, au contraire, peut conduire à ne considérer, par exemple, que le versant économique des milieux migrateurs, notamment dans le cas des populations les plus pauvres. Or plus souvent qu’on ne l’imagine, les vagues d’émigration française furent politiques : les guerres de religion, la Révolution française, la révolution de 1848, les Communes de 1871 – car il y en eut dans plusieurs grandes villes de France –, les deux grandes guerres du XXe siècle, entraînèrent des essaims d’irréductibles à s’expatrier de l’autre côté de la Manche ou de l’Atlantique, ou à se déporter vers la Belgique ou la Suisse. Berlin, Moscou, Genève, Bruxelles, Paris, Londres, New York ou même le Brésil et l’Argentine devinrent des laboratoires politiques et des foyers de diffusion dont l’influence globale attend encore son historien. Car même quand leur action fut parfois très faible, ils ne pouvaient manquer de se tourner vers les militants autochtones qui partageaient leurs vues, les milieux dans lesquels ceux-ci rayonnaient, et parfois vers les instances dirigeantes du pays. Qu’on se rappelle, par exemple, les rapports de Saint-John Perse avec le Président Roosevelt9. Naturellement, les milieux les plus subalternes s’efforçaient surtout de mobiliser leurs propres réseaux amicaux ou militants restés au pays. Et dans les périodes où la France était engagée dans quelque guerre, ces organisations minoritaires prenaient du poids, car même les groupes dont l’intérêt se limitait à leur famille ou à leur village d’origine, rejoignaient les esprits plus politisés ; une commune mobilisation du regard fixait désormais l’attention sur le dénouement des événements européens.

19On peut donc s’attendre à ce que l’émigration française du XIXe siècle dépasse le cadre breton ou parisien, et plus encore celui de son village, pour ressentir les événements du « vieux pays » avec une intensité accrue par la distance. Et cela d’autant plus que cette diaspora comprend de gros noyaux de groupes relativement solidaires en raison de leurs affinités et, en ce moment de leur histoire, bien actifs.

2. Une présence significative

  • 10 Cf. R. Creagh, L’Anarchisme aux États-Unis, Th. doct. d’État, Peter Lang, t. I, p. 434.
  • 11 Ibid. t. I, p. 435.

20La présence française aux États-Unis a été particulièrement significative, toutes proportions gardées, au cours des quelques quarante années qui vont de la ruée vers l’or aux grandes vagues d’immigration transatlantique. Le pays compte en 1870 environ 116.000 résidents nés en France, chiffre sans doute inférieur à la réalité, auquel il faut ajouter les émigrés politiques venus dans la période qui nous intéresse. Le groupe le plus ancien remonte souvent aux années 1840. La découverte de l’or en Californie fut suivie par la plus grande immigration collective française aux États-Unis, celle des disciples de Cabet. Les avatars de ceux-ci, leur installation dans diverses régions du pays, vont susciter une presse de langue française : La Revue de l’Ouest, à Saint-Louis, L’Étoile des Pauvres et des Souffrants, celle-ci publiée par Jules Leroux, le frère de Pierre Leroux, une des figures importantes du socialisme français de l’époque. Un réseau de sociétés relativement important, animé par les transfuges de la communauté icarienne d’Etienne Cabet, s’étend dans le Missouri à partir de leur quartier général à Saint Louis. Dans cette ville, la participation à la Guerre de Sécession a sensiblement modelé l’architecture sociale de la colonie. Outre le Club français, de nouveaux centres émergent, tel le Parti Français de la Grande Armée que fréquentent les anciens compagnons d’armes des troupes nordistes. Une poignée de militants de la défunte Association Internationale de la Démocratie Socialiste des années 1850, souvent des anciens quarante-huitard, réside à New York. Les plus instruits de ces militants se rattachent au proudhonisme : c’est le cas du fleuriste Claude Pelletier, ancien député du Rhône aux Assemblées constituantes et législatives de 1848 à 1851, exilé après le coup d’Etat10 ; de P. Laugrand, qui comme Pelletier a connu Proudhon ; de W.M. Boucher, ou encore de D. Debuchy, autre fleuriste, ou encore de Frédéric Tufferd, auteur d’un essai d’économie sociale qu’un historien a estimé supérieur à celui de Proudhon11. Les milieux français ne manquent d’ailleurs pas de personnages au franc parler, et si la respectable bourgeoisie n’a plus à frémir à la seule vue de Gustave Dime, évadé de Cayenne où il avait été injustement envoyé, il reste d’autres individus comme l’ouvrier tailleur Latour, qui ne manque pas une occasion d’exprimer ses droits. Proudhoniens, internationalistes, et aussi franc-maçons, comme le mécanicien fabricant d’appareils chirurgicaux B. Hubert, appelé à des postes de responsabilité dans l’Union républicaine puis dans l’Association internationale. Tous ces individus aux idées avancées donnent libre cours à leur militantisme.

21L’existence d’une République américaine ne peut que séduire tous ceux qui, au XIXe siècle, contestent la réaction royaliste et, plus tard, le régime impérial de Napoléon III. Il s’y ajoute pour les futurs émigrants l’attrait de vastes terres non occupées, ouvertes aux spéculations financières mais aussi philosophiques. Les courants utopiens d’Europe s’y réfèrent fréquemment, mais de l’autre côté de l’Atlantique on s’intéresse tout autant à ces idées du vieux monde. Enfin, Boston, et bien entendu la Nouvelle-Orléans, seront aussi des centres actifs de groupes républicains qui vont suivre avec attention ce qui se passe en France.

  • 12 Ibid. t. I, p. 437.

22Une même langue, une communauté de voisinage, des relations de face à face tissent entre les francophones des liens serrés que contrebalancent parfois les divergences politiques. Les Français vivotent dans l’univers sans clivage du petit commerce, de l’artisanat et de la restauration. Plants déracinés, ils conservent des parcelles du sol natal, mais le passé ne ressuscite jamais. Leur situation, en contraste avec celle d’autres immigrants, ne peut manquer de les frapper ; leur condition incertaine, mais préférable à celle des manœuvres des quartiers les plus déshérités, est menacée par la concurrence ; beaucoup se sentent condamnés à disparaître du fait de l’industrialisation croissante. Tous continuent de parler et de penser en français, mais tout fait craquer le cadre d’un nationalisme jusque-là bien rigide. Car la langue est facteur d’isolement, et si l’Amérique des notables manque sans doute d’attrait, on s’intéresse malgré tout de plus en plus aux problèmes spécifiques du pays d’adoption. Une nouvelle et double identification franco-américaine va trouver son expression dans une foi, le « sentiment républicain »12.

3. L’exception française : une immigration différente

23Contrairement à d’autres immigrants, les Français du XIXe siècle qui résident aux États-Unis n’éprouvent guère de complexe au sujet de leur pays d’origine. A l’ère de Louis XIV et de la Révolution française, a succédé notamment l’épopée napoléonienne que les Louisianais, en particulier, ont profondément admirée. Mais si la grandeur de leur pays, par ses idées, sa culture et sa civilisation n’inspirent que de la fierté, le retour de la royauté puis l’avènement du second Empire ont entretenu des sentiments d’opposition, secrètement entretenus par un sentiment d’envie pour l’exemple qu’offre la République américaine.

24Il n’est pas exagéré de dire que la Commune a représenté un temps fort, mais aussi un tournant, dans le regard des Français d’Amérique sur le pays de leur jeunesse. Ces divers milieux ont mis en place non seulement des groupes locaux de militants politiques, mais des réseaux aux dimensions internationales : c’est le cas des proudhoniens, des marxistes, des blanquistes, des autonomistes et des anarchistes. Et ceux-ci, bien qu’orientés essentiellement vers les problèmes français, cherchent bien entendu à diffuser leurs idées dans leur pays d’adoption. Leur action s’adresse à leurs compatriotes d’origine, mais aussi aux autres « étrangers ».

25Ils sont soutenus par des courants européens qui s’efforcent d’atteindre les Américains de souche. A vrai dire, jusqu’en 1867, les tentatives transatlantiques pour nouer des contacts avec la classe ouvrière américaine ont échoué. Au Conseil général de Londres, c’est le positiviste Peter Fox, puis George Eccarius qui correspond avec les personnes de langue anglaise, Eugène Dupont avec les francophones, tandis que Marx se réserve les échanges avec les Allemands. C’est un homme relativement mystérieux de 42 ans, Victor Drury, qui se rend aux États-Unis en 1867. Il parle l’anglais, et va s’introduire rapidement dans les cercles français où il se fait rapidement une place : il sera délégué de l’importante Union républicaine en mai 1870 pour organiser la réunion qui inaugurera probablement la section française de l’Internationale aux États-Unis. Socialiste convaincu de l’importance des idées coopératives et de l’action syndicale, il va se lier d’amitié avec les milieux anarchistes de Boston et, plus tard, jouera un rôle non négligeable au sein des Chevaliers du Travail.

  • 13 Ibid. t. I, p. 448.

26La France déclare la guerre à la Prusse le 19 juillet 1870, et en Californie l’événement est perçu comme une catastrophe. Mais à New York, Français et Allemands, ainsi que des travailleurs d’autres nationalités, manifestent le souci de s’unir dans le combat socialiste, témoignant d’une solidarité internationale sans faille dans les milieux de l’immigration. Drury va prendre la parole au cours d’un grand rassemblement contre la guerre le 15 août 1870. Les orateurs s’efforcent de réduire celle-ci à un simple règlement de comptes entre monarchies. Les Internationaux veulent éviter une division de la classe ouvrière américaine, déjà largement composée d’immigrants européens. Pour renforcer l’unité, ils réclament l’abolition de toutes les armées ; ils invitent le peuple de France à transformer le conflit en guerre révolutionnaire13. La proclamation de la République, le 4 septembre, suscite d’autant plus d’enthousiasme que les Français des États-Unis comptent une belle proportion de réfugiés politiques expatriés après le coup d’Etat de Napoléon III. L’Union républicaine fonde à New York un « Comité français de défense nationale ». Celui-ci va faire partir les compatriotes qui veulent défendre la république. Ainsi l’ouvrier tailleur Latour quittera sa femme et son enfant pour s’engager dans la guerre contre les Prussiens. Ils seront sans doute quelques centaines à entreprendre le voyage. Deux mille personnes environ se réunissent à New York le 19 novembre 1870, dans le centre très populaire de Cooper Union, pour manifester contre la guerre qui se prolonge. Drury se fait applaudir quand il déclare : « Nous sommes des patriotes – de vrais patriotes – nous sommes des patriotes de l’univers ».

27La capitulation de Paris et l’armistice de Versailles, le 29 janvier 1871 est suivie, à partir du 3 mars, par les Communes de Marseille, Lyon, Saint-Etienne, Toulouse, Narbonne, Grenoble, Limoges et surtout par l’insurrection de la Commune de Paris, le 18 mars. Désormais, on attend fébrilement les informations venues d’Europe, on les réclame, on reçoit des témoins. Une partie de l’immigration française, qui s’est montrée réservée vis-à-vis de l’Internationale, par crainte du communisme « qui enlève la terre au paysan », est pour le moins réticente. Mais les militants new-yorkais de l’Union républicaine de langue française réagissent vivement et lancent une proclamation de solidarité. Ils sont suivis par les groupes de Saint-Louis et de la Nouvelle Orléans. Le soulèvement parisien suscite une vague d’adhésions à l’Association Internationale : même des anciens bonapartistes viennent se joindre au mouvement.

  • 14 Ibid., t. I, p. 451.

28Après la chute de la Commune et l’exécution de ses défenseurs le 28 mai 1871, devant le Mur des Fédérés, dès juin 1871 l’Association Internationale des Travailleurs diffuse La Guerre civile en France de Karl Marx, tandis que des journalistes sympathisants comme Richard Hint ou Wendell Phillips prennent la plume pour la justifier14. L’émigration suivante, après la création de l’Association internationale des travailleurs (A.I.T.) va susciter des groupes militants qui rendront plus visible, aux côtés des Allemands, la présence française dans le mouvement ouvrier américain. Ce contingent venu de France est constitué par des réfugiés de la Commune.

29Il n’est pas exagéré de dire qu’ils vont donner un second souffle à l’A.I.T., après que celle-ci se soit scindée entre partisans de Marx et anticentralisateurs. Car l’Internationale se déchire, du fait des tensions européennes entre marxistes et antiautoritaires, relayées aux États-Unis par les volontés hégémoniques de Friedrich Sorge, qui mène une section allemande. Il est possible que ces divisions aient contribué à choquer certains de ceux qui s’étaient montrés favorables, d’autant plus que des récits fantaisistes sur la barbarie des Communards avaient déjà semblé trouver leur confirmation dans le massacre des otages et de l’archevêque Darboy.

30Dans ce climat de suspicion réciproque et d’opinion soudain retournée, les militants français des États-Unis ne tiennent pas à jouer les brillants seconds auprès des Allemands ou des Américains. Et ils organisent pour le 17 décembre 1871 une manifestation qui rassemblera quelque dix mille participants à New York. Les citadins voient passer un catafalque drapé de rouge tiré par six chevaux parés en couleur de deuil, au rythme du roulement de tambours d’une garde de Noirs ; les porteurs de cordons sont Edmond Mégy et Simon Dereure, ainsi que les frères Galtier. Les premiers se sont illustrés par leur présence dans la Commune de Paris, les deux autres à celle de Marseille. Les membres de l’Internationale arborent un ruban rouge à la boutonnière, et parmi les Français, où l’on peut reconnaître B. Hubert et Théophile Millot, flotte le drapeau rouge. Cette foule qui défile lentement comprend les sociétés allemandes, italiennes, cubaines, mais ce sont surtout les Fénians irlandais qui captent l’imagination des observateurs et des curieux.

4. La nouvelle vague

  • 15 Ibid., t. I, p. 482.

31L’arrivée des réfugiés de la Commune, sans doute quelques centaines, change l’équilibre des tendances au sein de la militance et confère aux Français un prestige certain. Certains d’entre eux sont d’anciens quarante-huitards, insurgés de longue date, d’autres ont occupé des postes de commandement ou se sont illustrés au cours des événements. Les nouveaux venus, témoins du grand drame, comptent des personnalités de premier plan. Ils transmettent les idées nouvelles, circulent dans le pays, publient des textes sur l’insurrection parisienne15. C’est ainsi que le chant célèbre de « l’Internationale » sera publié à New York pour la première fois.

32Cependant, aux tensions entre marxistes et antiautoritaires, allemands et français, vient s’ajouter une nouvelle source de discorde : l’inspiration blanquiste d’un certain nombre de réfugiés va s’imposer aux milieux militants. Elle préconise la force, la violence au besoin : cela ne peut que contribuer au revirement des journaux américains qui, jusque-là, avaient exprimé des opinions plutôt favorables.

33Prises entre deux feux, les sections anglophones de l’Internationale décident de s’autonomiser par rapport à l’Europe. Quant aux Français, ils se divisent, certains se ralliant temporairement au courant marxiste, tandis que les groupes les plus importants se rallient à l’Internationale antiautoritaire des bakouniniens et que des militants de valeur rejoignent désormais les rangs du socialisme politique.

  • 16 Voir la correspondance politique des consuls de France, vol. 39, États-Unis, 1872-1874, et le Bulle (...)

34C’est à New York surtout que l’on peut voir quelques aspects de cet éclatement progressif. La Société des Réfugiés de New York organise des collectes pour les Communards arrivés aux États-Unis, mais aussi pour les veuves et orphelins des combattants de la Commune et les déportés de Nouvelle-Calédonie. Le 15 novembre 1873, elle envoie un message de solidarité aux révolutionnaires cubains16.

  • 17 Cité in Cordillot, « Les Blanquistes », Bulletin de la Société d’Histoire de la Révolution de 1848, (...)

35A la fin de 1872 la Section française n° 2 de l’A.I.T. a été noyautée et manœuvrée par les blanquistes. Elle va se transformer pour devenir le Groupe Révolutionnaire Socialiste International. Le courant blanquiste va tenir un discours totalement décalé par rapport aux mentalités du pays d’accueil : « Dans l’armée de la Révolution, les moyens les plus efficaces à employer pour l’extermination complète de la bourgeoisie, les meilleurs armes pour se défendre contre les agressions et les pièges de ses valets sont : les représailles, l’immolation impitoyable de tous nos ennemis, la destruction de leurs palais et de leurs propriétés par l’incendie... »17.

36Au cours de la grande dépression économique de l’hiver 1874 a lieu une grande manifestation qui réunit le 14 janvier de cette année, à Tomkins square, New York, quelque dix mille ouvriers, avec leurs femmes et leurs enfants. La foule réclame du travail et le lancement de travaux publics. Elle est dispersée brutalement par la police, qui blesse de nombreuses personnes. Les membres de l’Internationale y sont présents, et au lendemain de cette manifestation, plus exactement le 21 janvier, la réunion des militants, présidée par le tailleur blanquiste H. Garnier, décide de créer des milices armées pour protéger les futurs rassemblements. Il n’y aura cependant pas de suite du fait de l’échec du mouvement revendicatif.

37Néanmoins, les Français continuent de peser sur les événements, dans la mesure de leurs moyens. En 1876, Simon Dereure, pourtant suspecté par les camps opposés, participe avec Edmond Mégy au Comité des Réfugiés de la Commune qui accueille la délégation ouvrière « libre » qui vient à l’Exposition universelle de Philadelphie. Edouard David, proche des blanquistes, va pourtant vers 1880 se rapprocher des positions anarchistes de l’époque et son journal, La Torpille, porte un titre qui indique bien ses intentions. De même, Marie-Louise Huleck (ou David), qui portait un drapeau rouge à Tompkins square, va elle aussi évoluer vers l’anarchisme.

38On peut estimer qu’en 1880 les Français jouent encore un rôle dans le mouvement ouvrier : le rassemblement commémoratif de la Commune réunit cette année quelque trois mille personnes. On peut aussi mentionner Victor Drury, important acteur dans le mouvement des Chevaliers du Travail, puis conseiller de Samuel Gompers, le fondateur de l’American Federation of Labor. Ces militants ouvriers, dont certains combinent aussi des fonctions importantes dans les Loges maçonniques, se fondront au sein du Parti socialiste américain et de l’industrial Workers of the World.

39Faut-il considérer cette succession de fractionnements comme un échec ? Les mythes d’unité, les « tous ensemble ! » peuvent réunir des masses imposantes, mais ces rassemblements dénués de toute transparence sont voués à l’échec, car une fois proclamées les généralités qui rassemblent, les divers groupes se retrouvent avec leur code d’interprétation particulier. Au soir d’une manifestation exaltante, il n’y a guère de lendemain. Au contraire, le morcellement des diverses tendances va dissiper les ambiguïtés, déterritorialiser les engagements, et ce sera le cas aux États-Unis. Par exemple, lors de sa fondation, la première section new-yorkaise de l’Union républicaine de langue française avait élu pour président le journaliste démocrate-socialiste lyonnais, Charles Villa : celui-ci, fanatiquement antiallemand, sera désavoué par les militants ; il ira par la suite jusqu’à condamner vivement la Commune. Ainsi les individus et les groupes francophones vont désormais s’engager dans des mouvements très divers, qu’ils ne manqueront pas d’influencer. La débâcle d’une organisation ne signifie pas, pour autant, la fin des actions militantes : au contraire, elle permet aux membres de s’engager en fonction des enjeux nouveaux et, surtout, de se mettre davantage en conformité avec leur disposition profonde. Les instances d’unanimité sont le plus souvent illusoires, pour les historiens autant que pour les acteurs. Ainsi les événements de la mère patrie ont un moment mobilisé les esprits de cette première génération d’immigrants français, car ils ont trouvé le terrain propice d’une population encore mal intégrée à la société américaine. Néanmoins, les philosophies sociales importées du pays natal auront nuancé les regards sur la patrie : on ne voit pas, on n’aime pas la même France. En dépit d’une certaine homogénéité sociale et, pour beaucoup, un commun engagement dans la Guerre de Sécession, l’apport des nouvelles idéologies européennes, marxistes et surtout blanquistes, va engendrer des formations différentes, désormais incompatibles et parfois autistes. L’individu « de gauche » qui s’intéressait au monde avant de s’occuper de son propre moi se trouve soudain mis à vif par des idéologies intransigeantes, voire autoritaires. A partir de la Commune de Paris, les Français d’Amérique du nord ne portent plus sur la mère patrie un regard lié à leur condition sociale, mais selon un filtre imposé par les nouvelles doctrines politiques.

  • 18 R. Creagh, op. cit., p. 505.

40En 1874 les Français représentent le groupe révolutionnaire le plus important de l’immigration18. Ce raidissement imperceptible a été, sinon clairement perçu, du moins ressenti par le mouvement ouvrier américain comme étranger à sa propre mentalité et il l’a rejeté. Quant à la classe dirigeante, les déclarations explosives et tapageuses de certains meneurs et journaux, lui servirent de prétexte pour retourner contre le mouvement social l’accusation de « Communard » que, jusque-là, elle avait parfois considéré avec une certaine bienveillance. Une fois de plus, le regard sur la France a été codé en fonction des problèmes internes de la République américaine.

  • 19 Les mouvements indépendantistes irlandais relèvent d’une problématique différente.

41La tradition blanquiste ne se perpétue pas dans les seuls milieux qui se revendiquent comme tels. On la retrouve dans le courant anarchiste, qui va se développer tout au long des années 1880. Si elle est d’assez courte durée et peu significative dans les milieux anglophones19, elle a trouvé son apogée au congrès socialiste-révolutionnaire de Pittsburgh en 1877, et elle se prolonge pendant quelques décennies dans les milieux francophones, avant le ralliement des têtes de file au Socialist Labor Party.

42Il ne fait aucun doute que, à l’instar des médias américains, les immigrants francophones ont, à travers la Commune de Paris, observé d’abord le mouvement social aux États-Unis. Les interprétations des uns et des autres n’étaient pas forcément éloignées lorsqu’elles se portaient sur ce terrain commun. Mais les théoriciens et les meneurs francophones, ainsi que leurs émules des autres émigrations, se sont lourdement trompés dans leur lecture de la lutte de classes aux États-Unis. Les soubresauts de la classe ouvrière, beaucoup plus violents qu’en Europe, ont fait illusion sur les objectifs réellement poursuivis ; celle-ci était loin de vouloir changer le système social, comme ce fut le cas, parfois, dans le vieux monde. La menace fut sans doute aussi exagérée par les classes dirigeantes, consciemment ou non.

43Il n’en est pas moins vrai que, en prenant la dimension du mythe, la Commune de Paris servira de référence durable, au delà même de ses frontières, dans le mouvement social mondial. Et il faut souhaiter que ce laboratoire politique que constitua l’immigration française à New York servira de jalon à l’établissement d’un panorama dynamique des noyaux cosmopolites qui, dans les grandes métropoles, ont été et continuent d’être les pépinières de mouvements parfois très puissants dans le jeu politique international.

Bibliographie

Sources

Bulletin de l’Union Républicaine de Langue française, New York. 15 nov. 1869-16 mai 1874 (vol. I-IV, N°.41). Suivi par Le Socialiste, New York. Mensuel (irrég.).

Le Carillon. La Nouvelle-Orléans, Louisiane. 12 sept. 1863-1 mai 1870 – 3 nov. 1872-2 mai 1875.

L’Equité, La Nouvelle-Orléans, Louisiane. 1872

Le Messager Franco-Américain, New-York (V.5, n.39) 16 fév 1863-mar 1883 (V.24, n.62)

Renaissance louisianaise, La Nouvelle-Orléans, Louisiane. 5 mai 1861- 1873 ?

La Revue de l’Ouest, Saint Louis, Missouri. 7 janv. 1854-1858

Etudes

S. Bernstein, “The American Press views the Commune”, in Essays in Political and Intellectual History (New York, 1955), pp. 169-183

M. Cordillot, La Sociale en Amérique. Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis 1848-1922. Paris : Les Éditions de l’Atelier, 2002.

M. Cordillot « Les Blanquistes », Bulletin de la Société d’Histoire de la Révolution de 1848, 1990

R. Creagh, L’Anarchisme aux États-Unis, Peter Lang, Berne etc. 1983.

R. Creagh Nos Cousins d’Amérique. Payot

Ph. M. Katz, From Appomattox to Montmartre. Americans and the Paris Commune. Harvard University Press, 1998.

M.-L. Lagarde, Charles Testut : Critic, Journalist, and Literary Socialist, M.A. Thesis, Tulane University, 1946.

A. Landy, « La Commune et la classe ouvrière aux États-Unis » La Pensée n° 37 (1951), 111-126 ;

A. Landy « La Commune et les Intellectuels américains », Europe n° 70 (1951), 111- 126

H. Perrier, Idées et mouvement socialistes aux États-Unis, 1864-1890, Th. Doct. d’Etat, Paris VIII (1984).

F. Tufferd, « Le Parti du travail en Amérique », Revue socialiste, Paris, 1887, t. VI, pp. 404-415.

Notes

1 R. Creagh, « La Commune de Paris dans le miroir américain », à paraître dans les Actes du Colloque de l’Observatoire de la Politique Etrangère Américaine (OPEA), Paris : Les États-Unis face aux révolutions : de la révolution française à la victoire de Mao en Chine.

2 S. Bernstein, Essays in Political and Intellectual History, NY, 1955, pp. 121-133. Voir aussi notre étude plus générale sur l’opinion américaine de l’époque dans « La Commune de Paris dans le miroir américain », à paraître.

3 Nous nous référons ici aux études de l’opinion américaine, non à celles de la population francophone, objet d’un remarquable travail de documentation, entre autres par M. Cordillot, qui a fait de La Sociale en Amérique. Dictionnaire biographique du mouvement social francophone aux États-Unis 1848-1922 (Editions de l’Atelier, 2002) un ouvrage incontournable. Voir aussi H. Perrier, Idées et mouvement socialistes aux États-Unis, 1864-1890, Th. Doct. d’Etat, Paris VIII (1984).

4 E. Gargan, « The American Conservative Response » in J. Rougerie ed., 1871 : Jalons pour une histoire de la Commune de Paris (Assen, Hollande, 1972), p. 245. S. Bernstein, The First International in America (New York, 1953) p. 51 : « Even before the Paris Commune had caused a general hysteria... », p. 72 : « The American press [...] gave the Commune a frightening form. It could happen here, was the burden of editorials ».

5 R. Creagh, Laboratoires de l’utopie : Les Communautés libertaires aux États-Unis, Paris : Payot, 1983, passim.

6 [Mary Putnam Jacobi], “The Fourth of September in Paris. Familiar Letter from a Young American”, Putnam’s Magazine, 1870, reproduit dans R. Putnam ed., Life and Letters of Mary Putnam Jacobi, New York et Londres : G.P. Putnam’s Sons, 1925). Voir lettres du 24 mars 1868 (p. 171-172) et du 12 juin 1868.

7 S. Bernstein, op. cit. p. 89.

8 Cf. K. Kenny, The American Irish : A History, Addison Wesley Longman, 2001.

9 Courrier d’exil. Saint-John Perse et ses amis américains, 1940-1970, Gallimard, coll. Les Cahiers de la NRF, mai 2001.

10 Cf. R. Creagh, L’Anarchisme aux États-Unis, Th. doct. d’État, Peter Lang, t. I, p. 434.

11 Ibid. t. I, p. 435.

12 Ibid. t. I, p. 437.

13 Ibid. t. I, p. 448.

14 Ibid., t. I, p. 451.

15 Ibid., t. I, p. 482.

16 Voir la correspondance politique des consuls de France, vol. 39, États-Unis, 1872-1874, et le Bulletin de l’Union républicaine, passim.

17 Cité in Cordillot, « Les Blanquistes », Bulletin de la Société d’Histoire de la Révolution de 1848, 1990.

18 R. Creagh, op. cit., p. 505.

19 Les mouvements indépendantistes irlandais relèvent d’une problématique différente.

Auteur

Co-éditeur de la revue Divergences<http://divergences.be> et membre de l’équipe de rédaction de Réfractions. Ses derniers travaux publiés sont : L’Imagination dérobée (2004), L’Affaire Sacco et Vanzetti. (rééd. 2004) ; avec Sharif Gemie, The Shadows under the Lamp. Essays on September 11 and Afghanistan. (2003). « Reclus ou le Grand Récit de la Nature », Réfractions (hiver 2005) n° 15 p. 123-131.

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search