Version classiqueVersion mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Perspectives historiques

2- Terreur et Révolution française dans la correspondance de Jefferson : « French Friendship as a first object » sous la présidence de Washington

Christine Cadot

Résumé

Thomas Jefferson’s image of the French Revolution stood in contrast to the radical transformation a majority of the Founding fathers observed between 1789 and 1793. As a witness of both American and French Revolutions, Jefferson passionately argued for the alliance of the two nations, despite the ideological debates that tended to separate them. Jefferson saw the French Revolution as the realization of American theories of government. But after Louis XVI’s fall, a mutual and growing feeling of suspicion arose at the highest level of diplomacy, in both the United States and France. John Adams, Alexander Hamilton and George Washington never failed to comment on French radicalism as a proof of the ontological difference that separates the New World from the Old. In this paper, I will consider Jefferson’s perception of the French Terror experience as a moderating counterpoint to Washington’s neutrality policy toward France and Europe. In this respect, Jefferson’s correspondence forms a large core of documentation which reconciles the reception of France’s own republican principles with the strategic necessity of a strong Franco-American diplomatic alliance.

Texte intégral

  • 1 G. Chinard, Les amitiés américaines de Madame de d’Houtetot, d’après sa correspondance inédite avec (...)
  • 2 Ses écrits furent essentiellement produits entre 1775 et 1826.
  • 3 J. Godechot, La grande nation : L’expansion révolutionnaire de la France dans le monde, 1789-1799 ( (...)
  • 4 Citons dans les développements extra-européens de la Révolution Française la Révolution de Saint-Do (...)

1Parmi les hommes des deux révolutions, américaine et française, Thomas Jefferson laissa aux historiographes une correspondance des plus volumineuses. Les Amitiés françaises de Jefferson furent au nombre de celles qui, par le biais de ses correspondances, intéressèrent Gilbert Chinard dès ses premiers travaux1. La très imposante collection d’écrits produits par Jefferson, pour la plus grande part conservée à la Bibliothèque du Congrès américain, reflète l’extraordinaire omniscience de Jefferson. Sa correspondance est surtout un témoignage précieux sur les enjeux politiques de son époque et sur la réflexion souvent subtile et informée d’un homme appelé aux plus hautes fonctions de l’Etat, et compté au nombre des Pères Fondateurs de la République américaine. Jefferson laissera à la postérité l’une des correspondances les plus imposantes de l’histoire américaine, non seulement contemporaine de la création de la jeune République, mais également des révolutions européennes qui l’ont suivie2. Il est certain que les écrits d’un témoin des révolutions française et américaine sont à considérer comme des sources particulièrement précieuses, notamment pour les historiens des « Révolutions atlantiques ». L’étude de cet espace des révolutions, catégorie développée plus particulièrement à partir des travaux de Robert Palmer et Jacques Godechot3, a permis de mettre à jour une problématique nouvelle qui présente l’Atlantique comme l’espace d’une révolution continue, de la Révolution américaine à 1848, en passant par les révolutions de Suisse, des Pays-Bas, de France et en s’étendant à leurs développements européens et extra-européens4. L’utilisation de la catégorie d’espace atlantique des révolutions n’est pas sans poser problème, notamment en ce qu’elle agrège des processus révolutionnaires différenciés, privilégiant les continuités aux discontinuités et aux ruptures historiques, les proximités aux différences, au détriment parfois d’une historicisation plus profonde. Celle-ci permet en effet d’aller au delà d’une succession de faits qui se livrent d’eux-mêmes, par le parcours de quelques figures remarquables au nombre desquelles Thomas Jefferson trouverait naturellement sa place. Mais reconnaissons tout de même que la notion de Révolution atlantique vient utilement perturber le bel ordonnancement d’une certaine historiographie, retranchée derrière le dogme du caractère exceptionnel et incomparable des révolutions nationales, française ou américaine.

  • 5 Voir en particulier Ph. Roger, L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris (...)

2Chez les moralisateurs et les naturalistes du XVIIIe siècle, l’espace atlantique ne constitue pas un espace homogène, potentiellement unifié sous la bannière des révolutions républicaines, mais un espace séparant deux mondes que tout oppose désormais. Des travaux récents sur les origines de l’antiaméricanisme français5 ont rappelé l’idée selon laquelle l’Amérique était présentée, de part et d’autre de l’Atlantique et dès la Révolution américaine, comme « naturellement » séparée d’un Vieux Monde qui lui avait dicté ses lois pendant trop longtemps. Ce jugement coïncide avec la naturalisation des catégories nationales, aux États-Unis comme en France. La vision jeffersonienne de la Révolution française, et plus particulièrement de la Terreur, sera donc étudiée de ce double point de vue. Il sera utile tout d’abord de la confronter à une rhétorique naturaliste du tempérament affirmant la complexion particulière de l’Europe et de l’Amérique et, par conséquent, la différence irréductible de leurs révolutions. Nous rapporterons ensuite la position de Jefferson face à une construction des catégories nationales, en ce que la Révolution française pénètre in fine au cœur des débats touchant à la fondation républicaine des États-Unis, en entrant de plain-pied dans ce qui oppose fédéralistes et anti-fédéralistes sur la nature d’un gouvernement libre.

Jefferson et la rhétorique de l’altérité

3Au XVIIIe siècle, au moment même où s’énoncent et se préparent les revendications universalistes des révolutions, un discours d’abord forgé par les naturalistes se développe qui proclame la différence ontologique entre ancien et Nouveau Monde. L’Amérique est ainsi présentée comme le lieu de l’étendue sauvage et incontrôlée. Les écrits de Buffon, repris en partie par Cornelius de Pauw et l’abbé Raynal, font autorité et finissent par dominer les esprits. Jefferson lui-même sera pris dans cette controverse autours de la question du tempérament américain, thème très fortement mobilisé au XVIIIe siècle. La complexion américaine, saisie par la science, est le produit d’un climat amollissant et vénéneux. Chez Buffon, le climat, la nourriture ou les mœurs américaines provoquent la dégénérescence des animaux et des hommes. De plus, et au delà de l’image couramment reprise du bon sauvage, nous retenons bien davantage l’idée que l’Amérique est un continent « sans histoire », dont la liberté originelle s’associe à la simplicité du vêtement de ses premiers habitants, mais où tout est voué à végéter et donc à péricliter. Cette rhétorique de l’unité et de la diversité se constitue, chez Buffon, à partir de principes exogènes de variabilité, principes qui tendront chez ses successeurs et lecteurs, à s’incorporer à la nature et au tempérament même de l’Américain afin d’en constituer les traits propres et distinctifs.

  • 6 Cf. E. Dorlin, La matrice de la race, Paris : La Découverte, 2006.

4Or, la scientisation des catégories nationales au XVIIIe siècle (en France et aux États-Unis par exemple), se double de la scientisation des catégories d’Europe et d’Amérique sur laquelle elle prend appui. Elle touche par extension à la classification puis à l’évaluation des productions législatives issues de ces entités, en particulier celles émanant de la nouvelle République américaine. En effet, comment penser la viabilité d’une révolution sans la relier au préalable à la viabilité d’un corps politique en constitution ? Ainsi, les catégories du sain et du malsain se constituent comme catégories de pouvoir au sein d’une généalogie de la Nation6.

  • 7 G.-L. Leclerc, comte de Buffon, Histoire naturelle générale et particulière : avec la description d (...)

« Le climat le plus tempéré est depuis le 40e degré jusqu’au 50e, c’est aussi sous cette zone que se trouvent les hommes les plus beaux & les mieux faits, c’est sous ce climat qu’on doit prendre l’idée de la vraie couleur naturelle de l’homme, c’est-là où l’on doit prendre le modèle ou l’unité à laquelle il faut rapporter toutes les autres nuances de couleur & de beauté, les deux extrêmes sont également éloignez du vrai & du beau : les pays policez situez sous cette zone, sont la Georgie, la Circassie, l’Ukraine, la Turquie, d’Europe, la Hongrie, l’Allemagne méridionale, l’Italie, la Suisse, la France, & la partie septentrionale de l’Espagne, tous ces peuples sont aussi les plus beaux & les mieux faits de toute la terre. »7

  • 8 Abbé G.T. Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Europée (...)
  • 9 J. Adams à Mazzei, Lettre du 15 décembre 1785, cité par D. Echeverria, Mirage in the West : A Histo (...)

5Jefferson se lancera en personne dans la bataille, répondant davantage à l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal qu’aux travaux du naturaliste8. L’usage de la thèse de la dégénérescence de l’homme blanc sur le sol américain et qui donc compromet l’avenir des treize provinces confédérées, de la plume même d’un partisan déclaré des Insurgés américains, vient en effet montrer la puissance de la thèse naturaliste de l’anémie américaine. C’est en médecin du corps politique que Jefferson vient tenter de réparer les préjugés de son temps. Or, pour beaucoup de Pères Fondateurs, la constitution d’une nation américaine passe nécessairement par la réhabilitation de la novation politique américaine, confrontée à la mythologie négative mise en place par Buffon et ceux qui s’en réclament. De plus, ce travail digne des écuries d’Augias, selon le mot de John Adams9, se confronte à compter de 1789, à la réaffirmation, de part et d’autre de l’Atlantique, d’un schisme atlantique des révolutions. Ce schisme est certes provoqué par des choix politiques différents, en ce qui concerne le choix du système représentatif par exemple, mais au-delà de celui-ci, par des considérations pré-politiques, naturalisantes, touchant à l’affirmation d’un tempérament propre à l’Amérique et à l’Europe, à partir desquelles sont figées des conformations morales et législatives. Ces considérations pré-politiques sont peu étudiées bien que remarquablement présentes en France et aux États-Unis. Peut-on ressentir le bonheur en Amérique de la même façon qu’en Europe ? A la veille de la Révolution française, William Short, protégé de Jefferson qui restera à Paris après le retour du représentant américain en septembre 1789, lui écrit ses impressions sur les premières secousses de la Révolution, posant clairement la « poursuite du bonheur » comme le caractère propre d’une rationalité toute américaine :

  • 10 William Short to Thomas Jefferson, Lettre du 3 avril 1789. Thomas Jefferson and William Short Corre (...)

« Your idea with respect to the happiness to be expected in Europe or in America is I am persuaded perfectly just. I have for some time thought much on this subject. The more I examine it, the more I examine my self also, the more an I persuaded that my happiness is to be found in America only. I feel that I am made for the enjoyment of that kind of life to which we are accustomed in America. I feel that those pleasures which are within the grasp of every body in Europe are transient & not at all adapted to captivate me. I know as little of them as most people, but enough to teach me that they are what no rational person can count on when he is taking measures for permanent happiness. »10

6Les Européens seraient-ils donc incapables de connaître le bonheur ? Jefferson ne le pense pas, qui présente une cause efficiente commune aux révolutions républicaines française et américaine. Il répond en cela aux voix américaines et françaises, qui, à l’instar de John Adams ou Mirabeau, annoncent l’exceptionnalité des révolutions au nom de la condition historique ou pré-historique des nations. A la suite de Thomas Paine, il déclare dans une lettre à George Mason en 1791 :

  • 11 Thomas Jefferson à George Mason, Lettre du 4 février 1791. Sauf indication contraire, la correspond (...)

« I consider the establishment and success of their government as necessary to stay up our own (...) I build my hope that we have not labored in vain, and that our experiment will still prove that men can be governed by reason. »11

7Nous retrouvons trace de cette rationalité commune des deux révolutions dans une lettre adressée au délégué de Virginie Edmund Pendleton la même année :

  • 12 Thomas Jefferson à Edmund Pendleton, Lettre du 24 juillet 1791.

« The French revolution proceeds steadily, & is I think beyond the danger of accident of every kind. The success of that will ensure the progress of liberty in Europe, and it’s preservation here. »12

8La cause efficiente et première des deux révolutions est donc visible des deux côtés de l’Atlantique pour Jefferson ; elle ne souffre d’aucun préjugé. Il s’agit ici de défendre ce que Jefferson nomme The Sacred cause of Liberty, dessein universellement promu dans l’Ancien et le Nouveau Monde.

Le mauvais genre de la Révolution française ?

9Plus encore, sous la présidence de George Washington, l’idée d’envisager la Révolution française comme le prolongement « naturel » de la Révolution américaine contribue à lier le destin des deux révolutions dans une même précarité potentielle et à faire de ces deux expériences une aventure encore ouverte à un éventuel échec. La Révolution américaine n’est donc pas terminée en 1791, pas plus que la Révolution française où, sous la Terreur, le gouvernement s’était ouvertement déclaré « révolutionnaire jusqu’à la paix ». Face à l’idée d’une décadence autrefois facilement accolée par les révolutionnaires américains au continent européen, le temps étant destructeur des corps politiques comme il l’était des vies humaines, le même besoin de régénération se fait sentir aux États-Unis et en France. Ce jugement peut cependant être tempéré par la fascination que Jefferson développe pour la vertu pastorale virginienne, démocratique et égalitaire. Le luxe et la dissipation qui ont cours en Europe, et en particulier en France, bien avant la Révolution, reflète un climat peu compatible avec le tempérament américain. Pire encore, il constitue un environnement dangereux pour l’éducation de la jeunesse américaine si elle venait à voyager :

  • 13 Thomas Jefferson à John Bannister Jr.., Lettre du 15 octobre 1785, cité par W.H. Adams, The Paris Y (...)

« He [American youth] acquires a fondness for European luxury and dissipation and a contempt for the simplicity of his own country. (...) he is led by the strongest of all the human passions into a spirit for female intrigue destructive of his health, and in both cases learns to consider fidelity to the marriage bed as an ungentlemanly practice and inconsistent with happiness: he recollects the voluptuary dress and despises the chaste affections and simplicity of those of his own country. »13

  • 14 Nous faisons référence ici à la tension classique et ancienne entre mœurs et lois, énoncée par Hora (...)
  • 15 M. Ozouf, « Régénération », in F. Furet et M. Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution françai (...)

10C’est donc ici le « mauvais genre » de l’Europe, et en particulier celui d’une représentation féminisée et donc inconstante de la France, qui rend la régénération nécessaire. La régénération est ici politique et morale tout autant que médicale. Elle doit changer la nature des lois mais aussi des mœurs qui les conditionnent14. La mobilisation du thème de la régénération fut à ce titre le pivot central de la politique de la Terreur, qui en fit « un programme sans limite, tout à la fois physique, politique, moral et social, qui ne prétend à rien de moins qu’à créer un nouveau peuple »15. Entre la régénération miraculeuse et la régénération laborieuse du peuple français, rendue nécessaire par une méfiance envers le tempérament français et plus largement européen, Jefferson et une grande partie des Jacobins privilégient la seconde. Cependant, la signification exacte de cette régénération laborieuse, que Mona Ozouf rangera au nombre des régénérations imposées, héritées de la pensée rousseauiste, diffère en un point majeur. La régénération jeffersonienne s’associe au sens ancien de révolution, renvoyant les esprits corrompus de l’Amérique à « l’esprit de 1776 » qui se serait perdu et corrompu en l’espace d’une dizaine d’années.

11Le jugement de Jefferson ne s’infléchira qu’à partir de 1795. Nous en trouvons trace notamment dans une lettre, adressée à Jean Nicolas Demeunier, dont Jefferson avoue ne plus avoir de nouvelle depuis la mort de Louis XVI :

  • 16 Thomas Jefferson à Jean Nicolas Demeunier, Lettre du 29 avril 1795.

« I was intimate with the leading characters of the year 1789. So I was with those of the Brissotine party who succeeded them: & have always been persuaded that their views were upright. Those who have followed have been less known to me: but I have been willing to hope that they also meant the establishment of a free government in their country, excepting perhaps the party which has lately been suppressed. »16

  • 17 Thomas Jefferson à Gilbert du Motier, Marquis de Lafayette, Lettre du 14 février 1815.

12Jefferson, sans y faire directement référence ici, semble se ranger à l’avis régulièrement exprimé par William Short, devenu chargé d’affaire à Paris après le départ de Jefferson et témoin direct de la Terreur. Le peu de sympathie que Jefferson manifeste en 1795 pour la cause jacobine, qu’il qualifiera encore en 1815 de « canaille of Paris »17, tranche avec la vision bienveillante qu’il développera à partir de 1791 et pendant les événements de 1793. Pour le Virginien, la Terreur ne consiste pas en une nouvelle révolution (« new revolution »), comme le suggère son protégé, car ce serait alors reconnaître la nature décadente de l’Europe, comme se plaisait à le répéter alors John Adams. A la différence de ce dernier, Jefferson entend montrer que la Terreur n’aura été le jeu que de quelques-uns, regroupés en un mouvement sectaire. Comment d’ailleurs n’aurait-il pas acquiescé à l’idée d’un homme nouveau et régénéré, lui qui avait si fortement peser sur la décision de George Washington d’implanter la nouvelle capitale de la fédération sur un sol entièrement « vide » ?

13La perception jeffersonienne de la Révolution française reste somme toute un article de foi qu’il emporte avec lui aux États-Unis en 1789, afin d’excommunier et purifier l’Amérique. La lettre du 3 janvier 1793, adressée à William Short et reprise depuis sous le titre Adam and Eve, Letter on the French Revolution, le confirme de façon magistrale :

  • 18 Thomas Jefferson à William Short, Lettre du 3 juin 1793.

« In the struggle which was necessary, many guilty persons fell without the forms of trial, and with them some innocent. These I deplore as much as any body, & shall deplore some of them to the day of my death. But I deplore them as I should have done had they fallen in battle. It was necessary to use the arm of the people, a machine not quite so blind as balls and bombs, but blind to a certain degree. (...) The liberty of the whole earth was depending on the issue of the contest, and was ever such a prize won with so little innocent blood? My own affections have been deeply wounded by some of the martyrs to this cause, but rather than it should have failed, I would have seen half the earth desolated. Were there but an Adam & an Eve left in every country, & left free, it would be better than as it now is. »18

14C’est également par cette même lettre qu’il annonce sa profession de foi : « the very doctrine that had been my polar star ». Enfin, c’est en 1793, dans cette même lettre et non dans ses Notes of a Conversation with George Washington on French Affairs, qu’il annonce de la façon la plus explicite la véritable signification de ses amitiés françaises :

« He [Washington] considered France as the sheet anchor of this country and its friendship as a first object. There are in the U. S. some characters of opposite principles. »

15La note de l’éditeur John Catanzariti sur la lettre « Adam and Eve » est en effet éclairante :

  • 19 Il s’agit ici de l’édition de Princeton des écrits de Jefferson, et en particulier du volume 25.

« (...) his enthusiasm for the Revolution became almost unbounded, and the conviction grew in his mind that the success of French republicanism in Europe was necessary to thwart what he regarded as the monarchical design of the Federalists in America »19

Révolution française et anti-fédééralisme américain

16Mais, si Jefferson reprend à son compte ce qu’il rapporte des paroles de Washington à William Short, il omet cependant de les mentionner dans ses Notes, pourtant prises le jour même de sa conversation avec Washington. Il est probable que la référence prêtée à Washington fut utilisée (fabriquée ? transformée ?) par Jefferson comme un instrument persuasif fort et digne d’autorité. La correspondance de Jefferson est également à ce titre remarquable, en ce qu’elle mêle une correspondance d’ordre exclusivement privé, voire secret, avec une correspondance ostentatoire, destinée à être montrée à d’éventuels sympathisants, notamment à ceux qui partageraient ses suspicions envers le gouvernement fédéral américain et les pouvoirs exorbitants accordés à son président.

  • 20 Il faut d’ailleurs noter que cette violence s’exerce notamment contre ceux qui, en France, sont acc (...)

17L’admiration éprouvée par Jefferson pour la cause révolutionnaire, indépendamment de ses épisodes violents, se transforme en 1793 en une volonté de ne rien concéder aux critiques de la Révolution française venues des rangs fédéralistes. John Adams et Alexandre Hamilton en particulier, partisans d’une centralisation forte réalisée sous la houlette de l’Etat fédéral et de son président, fustigent les dérapages violents de la Révolution française20. Jefferson n’y verra qu’un argument fallacieux visant à remettre en cause le républicanisme américain.

  • 21 Thomas Jefferson à Edmund Pendleton, Lettre du 24 juillet 1791.

« The success of that [the French revolution] will ensure the progress of liberty in Europe, and it’s preservation here. The failure of that would have been a powerful argument with those who wish to introduce a king, lords & commons here, a sect which is all head and no body. »21

18Mais en 1793, Jefferson aura à connaître de la difficile aventure du Citoyen Genêt, Ministre plénipotentiaire envoyé aux États-Unis pour promouvoir la Révolution française, et qui rapidement dépassa le cadre de la mission diplomatique qui lui avait été confiée. Lors de son grand tour américain, au cours de l’été 1793, et en excitant le peuple américain et le Congrès contre le pouvoir excessif de l’Exécutif, Genêt allait être reconnu comme un séditieux dangereux, adoubé par le gouvernement français. Au moment même où la guerre est déclarée par la France à l’Angleterre, Washington adressera sa Proclamation de neutralité à l’Europe dont les termes sont dictés par Alexandre Hamilton et John Jay ; la mission de Genêt sur le sol américain est vécue par les Fédéralistes comme une provocation supplémentaire. C’est Jefferson lui-même qui effacera du premier jet de la proclamation de neutralité, rédigée par John Jay, les attaques menées contre la Révolution française. Il s’en inquiètera auprès de son ami James Madison :

  • 22 Thomas Jefferson à James Madison, Lettre du 28 avril 1793, cité par C.C. O’Brien, The Long Affair. (...)

« I fear that a neutrality will prove a disagreeable pill to our friend, tho’ necessary to keep us out of the calamity of a war. »22

19Si le rappel du Citoyen Genêt contraria les plans de Jefferson, en ce que bon nombre des Anti-fédéralistes reconnurent que ce dernier avait outrepassé sa mission, ils reconnaissaient cependant que celle-ci coïncidait avec la fin du gouvernement Girondin et qu’elle ne disait rien de la future relation des États-Unis et du gouvernement Jacobin. Jefferson refusera de voir la Terreur comme un épisode qu’il fallait commenter pour lui-même, dans le cadre d’une révolution nationale. Les réserves de Jefferson touchent bien davantage à l’extension de la Terreur à l’Europe et au rôle positif ou négatif que celle-ci peut jouer en faveur des Républicains.

  • 23 C.C. O’Brien, The Long Affair. Thomas Jefferson and the French Revolution, 1785-1800, Chicago and L (...)

20Enfin, la Révolution de Saint-Domingue, mettant en lumière les paradoxes et incohérences des revendications universalistes de la Révolution française, montra combien la perception jeffersonienne de la Révolution française était rendue malléable, au gré des intérêts de la classe des planteurs. La Révolution française n’a jamais été employée, dans la correspondance de Jefferson, comme une révolution émancipatrice d’esclaves, même au plus fort des révoltes, cela même alors que la société esclavagiste de Saint-Domingue possédait les mêmes institutions économiques et sociales que sa Virginie natale. Nous ne trouvons pas trace d’un intérêt particulier de Jefferson pour la diffusion des idées révolutionnaires dans les sociétés esclavagistes, et en particulier dans les sociétés du Sud-américain. Cependant, si Jefferson prend la défense systématique de la Révolution française jusqu’en 1793, son enthousiasme s’essoufflera peu après. Le rappel du citoyen Genêt et le déclenchement des révoltes extra-européennes peuvent nous donner une explication à ce qui deviendra la relative prudence de Jefferson. La Révolution française n’était plus une image que l’on pouvait manipuler à loisir dans un débat national. Elle créait également des effets, bien au-delà du continent européen, « the French Revolution impinging on the New World, the French Revolution not as a Platonic shadow in American minds, but (...) potentially destructive »23.

21Face à cette Amérique dégénérée, le tempérament européen constitue dans la représentation des botanistes et des moralistes français l’image parfaite et originelle d’un corps politique, ordonnateur de l’état de nature pré-historique dans lequel l’Amérique se complaît, cependant que, pour les Pères Fondateurs américains, et en particulier pour les Fédéralistes, l’Europe est le lieu de la décadence, de l’écoulement forcément malheureux des siècles et de l’histoire. Sans abandonner complètement l’idée d’une corruption originelle du tempérament européen, Jefferson aura probablement combattu, à sa façon et par son usage de la thématique révolutionnaire française, le dogme de l’essentialisation des identités politiques françaises et américaines.

Notes

1 G. Chinard, Les amitiés américaines de Madame de d’Houtetot, d’après sa correspondance inédite avec Benjamin Franklin et Thomas Jefferson, Paris : E. Champion, 1924 ; G. Chinard, Jefferson et les Idéologues d’après sa correspondance inédite avec Destutt de Tracy, Cabanis, J.B. Lay et Auguste Comte, Baltimore : The John Hopkins Press, 1925 ; G. Chinard, Trois amitiés de Jefferson, d’après la correspondance inédite avec Madame de Brehan, Madame de Tesse, et Madame de Corny, Paris : Les Belles Lettres, 1927.

2 Ses écrits furent essentiellement produits entre 1775 et 1826.

3 J. Godechot, La grande nation : L’expansion révolutionnaire de la France dans le monde, 1789-1799 (1956), Paris : Aubier, 2004 ; Robert R. Palmer, 1789, Les Révolutions de la liberté et de l’égalité, Paris : Calmann-Lévy, 1968. Pour une présentation rétrospective de ce concept, nous renvoyons à B. Bailyn, Atlantic History : Concept and Contours, Harvard University Press, 2005.

4 Citons dans les développements extra-européens de la Révolution Française la Révolution de Saint-Domingue, trop souvent oubliée de la mémoire coloniale française, et réhabilitée récemment par Marcel Dorigny. Cf. M. Dorigny, Haïti, première république noire, Paris : Société Française d’Histoire d’Outre-Mer, 2004.

5 Voir en particulier Ph. Roger, L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris : Seuil, 2002.

6 Cf. E. Dorlin, La matrice de la race, Paris : La Découverte, 2006.

7 G.-L. Leclerc, comte de Buffon, Histoire naturelle générale et particulière : avec la description du Cabinet du Roy, Paris : Imprimerie Royale, vol. 3, 1749, p 528.

8 Abbé G.T. Raynal, Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans le Deux indes, Genève : chez Jean-Léonard Pellet, 1780. Nous renvoyons en particulier au chapitre XXXII du tome IV.

9 J. Adams à Mazzei, Lettre du 15 décembre 1785, cité par D. Echeverria, Mirage in the West : A History of the French Image of American Society to 1815, Octogone Books, 1966, p. 123.

10 William Short to Thomas Jefferson, Lettre du 3 avril 1789. Thomas Jefferson and William Short Correspondence, transcription Gerard W. Gawalt, Manuscript Division, Library of Congress.

11 Thomas Jefferson à George Mason, Lettre du 4 février 1791. Sauf indication contraire, la correspondance de Thomas Jefferson à laquelle nous nous référons est tirée de l’édition réalisée par Paul Leicester Ford (éd.), The Works of Thomas Jefferson. 12 vol. Federal Edition, New York : G.P. Putnam’s Sons, 1905.

12 Thomas Jefferson à Edmund Pendleton, Lettre du 24 juillet 1791.

13 Thomas Jefferson à John Bannister Jr.., Lettre du 15 octobre 1785, cité par W.H. Adams, The Paris Years of Thomas Jefferson, New Haven ; London : Yale University Press, 1997, p. 167.

14 Nous faisons référence ici à la tension classique et ancienne entre mœurs et lois, énoncée par Horace dans ses Odes.

15 M. Ozouf, « Régénération », in F. Furet et M. Ozouf, Dictionnaire critique de la Révolution française. Idées, Paris : Flammarion, 1992, p. 373.

16 Thomas Jefferson à Jean Nicolas Demeunier, Lettre du 29 avril 1795.

17 Thomas Jefferson à Gilbert du Motier, Marquis de Lafayette, Lettre du 14 février 1815.

18 Thomas Jefferson à William Short, Lettre du 3 juin 1793.

19 Il s’agit ici de l’édition de Princeton des écrits de Jefferson, et en particulier du volume 25.

20 Il faut d’ailleurs noter que cette violence s’exerce notamment contre ceux qui, en France, sont accusé du crime de fédéralisme !

21 Thomas Jefferson à Edmund Pendleton, Lettre du 24 juillet 1791.

22 Thomas Jefferson à James Madison, Lettre du 28 avril 1793, cité par C.C. O’Brien, The Long Affair. Thomas Jefferson and the French Revolution, 1785-1800, Chicago ; London : The University of Chicago Press, 1998, p. 165.

23 C.C. O’Brien, The Long Affair. Thomas Jefferson and the French Revolution, 1785-1800, Chicago and London : The Chicago University Press, 1998, p. 289. Nous renvoyons à la lecture de M. Zuckerman, « The power of Blackness : Thomas Jefferson and the Revolution in St. Domingue », Almost Chosen People : Oblique Biographies in the American Grain, Berkeley, 1993, pp. 175-218.

Auteur

Docteur en science politique et chercheuse post-doctorante à l’Institut des Sciences sociales du Politique (CNRS, Paris X, ENS Cachan), au Laboratoire de Théorie Politique (Paris VIII), ainsi qu’au Center for European Studies (Harvard University). Ses recherches ont porté sur la perception française du fédéralisme américain sous la Révolution française et sur les effets performatifs des rhétoriques de l’altérité développées en France et aux États-Unis aux XVIIIe et XIXe siècles (Les Deux Atlantiques, Thèse de doctorat de science politique, Université Paris VIII, 2005). Ses recherches actuelles s’orientent vers l’étude de la représentation et de l’usage contemporain des catégories d’Europe et d’Amérique. Elle a notamment publié : « Une géométrie "naturelle" du politique : les rues de Paris et de Washington D.C. », Pouvoirs, n° 116, janvier 2006 et « Thomas Cole et l’image effacée de la Nation américaine », Raisons Politiques, n° 24, novembre 2006.

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search