Version classiqueVersion mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Perspectives historiques

1- L’Anglosaxonisme américain et la France

Frédéric Monneyron

Résumé

Over the years, the way Americans have perceived the French has changed very little. When discussing politics, culture or ethnicity, it seems clear that the American vision has been marked by a feeling of ambivalence. For many Americans, France is remembered as a friendly colonial power that ensured the birth of their nation. Similarly, France, like the United States, underwent a violent social revolution. Yet, France, when compared to the United States, is seen as intrinsically different. The French, having descended from the Franks, were often in conflict with the Saxons. Moreover, the prototype of autocratic rule stems from the Norman model. France, too, is seen as a country with an enormous cultural heritage. Historically then, there are many reasons that explain why Americans have mixed feelings toward the French. This is particularly true in the arena of international politics.

Texte intégral

1Le titre de cette étude pourrait laisser penser qu’elle se donne pour objet ce mouvement de pensée auquel sont associés les noms d’auteurs comme Lothrop Stoddard, Madison Grant ou Josiah Strong et Edward Ross qui, au début du XXe siècle aux États-Unis, revendique pour les Américains leurs origines anglo-saxonnes dans un climat social où l’immigration qui vient du Sud ou de l’Est de l’Europe (Italie ou pays slaves) ou d’Asie menace la cohésion du pays. Mais c’est dans une actualité beaucoup plus large que je souhaiterais me placer. Car, traiter de l’anglosaxonisme américain et de la France ne peut se faire sans remonter dans le temps et à l’Angleterre.

  • 1 Ph. Roger, L’Ennemi américain, Paris : Seuil, 2003, p. 280.

2Philippe Roger l’a rappelé fort opportunément dans un livre récent : « Contrairement à ce que l’on pense souvent, ce n’est pas le général de Gaulle qui a inventé les termes d’anglo-saxon pour désigner la Grande Bretagne et les États-Unis. Mais ce sont bien les Anglais eux-mêmes »1 De fait, les termes existent depuis bien longtemps déjà et nous renvoient au débat sur les mythes d’origine.

3Tout peuple a ses mythes d’origine qui, souvent, changent au gré des circonstances historiques, si bien que l’on peut poser que toute fondation de cité, de royaume ou d’empire appelle un fondement mythique. Et il n’en va pas différemment pour les nations modernes qui, quand bien même elles s’organiseraient autour de l’idée de l’individu et des valeurs individualistes, ne peuvent, malgré tout, se passer d’un lien social qui autorise et fonde la vie collective. Le geste premier de fondation, même s’il organise une société individualiste, reste un geste holiste qui trouve dans le mythe son vecteur essentiel.

  • 2 Cf. F. Monneyron, La Nation aujourd’hui. Formes et mythes, Paris : L’Harmattan, 2000, p. 33.
  • 3 Cf. L. Poliakov, Le Mythe aryen, Paris : Calmann-Lévy, 1971.

4L’Angleterre qui est, au demeurant, la première des nations modernes fondée sur l’individu et le territoire2 n’y échappe pas. Si elle a revendiqué dans un premier temps des origines hébraïques, dès le Moyen Âge elle cherche déjà à établir des équivalences entre ses origines hébraïques imaginaires et des origines saxonnes plus réelles3. Mais c’est à partir du XVIe et du XVIIe siècle que les origines anglo-saxonnes sont plus particulièrement affirmées conjointement aux origines hébraïques que, le plus souvent, elles ne contredisent pas, mais auxquelles elles s’accordent.

  • 4 L. Poliakov, Ibid., p. 59.
  • 5 Cf. L. Poliakov, op. cit., p. 60 ainsi que L. Dumont, Homo Aequalis II : L’idéologie allemande, Par (...)
  • 6 Cité par L. Poliakov, p. 63.

5Au XVIIe siècle, un historien comme Richard Verstegen, qui s’autorise de la Germanie de Tacite, attribue, dans Restitution of Decayed Intelligence, aux ancêtres germaniques des Anglo-Saxons, et par suite des Anglais eux-mêmes la particularité d’être toujours restés maîtres de leur pays, d’être invincibles et de constituer une race pure4. Cette pureté de la race et la communauté organique qu’elle définit seront reprises sous Cromwell, mais d’une manière plus populaire et plus contestataire cette fois, par les Levellers et les Diggers qui idéalisent le passé anglo-saxon en un Âge d’or où auraient régné égalité et communisme primitifs5. Ce sont aussi, par conséquent, les institutions germaniques qu’avaient esquissées les récits de Tacite et les valeurs qui identifient les Germains dans la mythologie germanique telle qu’elle peut être présentée par Saxo Grammaticus qui sont livrées. Ainsi Swift insistera sur les centres de décisions communautaires que constituent à ses yeux les grands conseils des princes saxons, Hume attribuera aux peuples germaniques « des sentiments de liberté, honneur, équité et valeur, supérieurs à ceux du reste du genre humain »6 et d’une manière générale on verra dans le régime constitutionnel adopté après 1688 l’héritage des libertés germaniques.

  • 7 L Poliakov, p. 60-61

6Cette convocation des origines germaniques n’est certes pas particulière à l’Angleterre. Dans les mêmes siècles, de l’autre côté de la Manche, en France, on privilégie aussi les origines germaniques par rapport aux origines gauloises. Ainsi, par exemple, François Hotman dans Francogallia (1570) rend-il hommage aux premières générations des conquérants francs avec leur constitution libérale et leur roi élu, et l’on sait que, plus tard, au début du XVIIIe siècle le Comte de Boulainvilliers, s’appuyant de nouveau sur Tacite, reprendra l’idée de la grande liberté primitive des populations franques qui viennent s’établir en Gaule et l’opposera au totalitarisme romain, avant d’identifier l’aristocratie française aux descendants des Francs et le peuple à ceux des Gaulois. Mais en Angleterre, la revendication des origines plus particulièrement anglosaxonnes se fait contre les Francs et plus encore contre les Normands. Si chez Verstegen la référence germanique concerne les Anglais dans leur ensemble : Anglo-Saxons, Normands et même Celtes, elle sera en revanche évoquée chez les Levellers et les Diggers face à cet élément étranger qu’a représenté malgré tout la conquête normande, cause de tous les maux. « Prenant à leur tour la parole au nom de toute l’Angleterre, rappelle Léon Poliakov, ils s’élevaient contre une oppression qu’ils attribuaient à l’invasion de 1066, aux tyrans et voleurs venus de France, en premier lieu à Guillaume le Bâtard (...) Ainsi le Mal se trouve incarné dans un pouvoir royal et une aristocratie qui ne sont pas ou qui ne sont plus anglais, qui sont d’importation étrangère. D’innombrables pamphlets anonymes fulminent contre that outlandish Norman Bastard (...) John Hare, dans son pamplet St Edwards Ghost, or Anti-Normanisme (1647), voulait bouter hors de la terre anglaise la carcasse et les os des ducs normands ; à cette fin, il proposait de priver Guillaume de son titre de "Conquérant", d’abolir ses lois, et d’expurger la langue anglaise de tous les mots d’origine française »7. D’une manière générale, c’est l’autoritarisme normand d’origine française que l’on oppose à la démocratie anglo-saxonne.

  • 8 Cf. F. Monneyron, L’Imaginaire racial, Paris : L’Harmattan, 2004.
  • 9 R. Horsman, Race and Manifest Destiny. The Origins of the American Racial Anglo-saxonism, Cambridge (...)

7Au XIXe siècle, alors que le mythe des origines nordiques des peuples indo-européens imprégnera avec force à partir de 1860 l’anthropologie naissante, française et allemande8, l’Angleterre sera beaucoup plus réticente à y sacrifier. Si on peut trouver quelque tentation de cet ordre chez un Carlyle, il ne s’implantera jamais vraiment en Angleterre, car quand bien même les Anglais ne contestent pas descendre du grand ensemble des peuples germaniques – ils revendiquent même fortement cette descendance – ils restent attachés à leur particularisme anglo-saxon. Davantage, ils se considèrent comme les descendants d’un peuple germanique meilleur que les autres, les Anglo-Saxons. Reginald Horsman rappelle : « A major obstacle in England to the linking of Germans, Saxons, Danes, and Normans as one great race was that the English thought of themselves as the supremely successful group within the Germanic tradition. Also, the long-established myth of free Anglo-Saxons resisting a Norman yoke was far too deeply engrained in English thinking. The English never forgot their earlier Saxonism, which depicted the Norman as brutal, tyrannical oppressors, and they were never content to accept a theory which submerged the Saxons into a greater European mass. They used the new ideas to give the Saxons a still more distant and glorious past, but they also continued to elevate the Saxons above all the others who supposedly shared a common Germanic and Indo-European heritage. The Saxons became the elite of an elite »9.

8S’il faut résumer, on peut dire que, depuis sa naissance jusqu’au XIXe siècle, les représentations de la France que met en place le mythe anglo-saxon s’articulent autour des lignes de force suivantes. La France apparaît comme le même de l’Angleterre, celui avec lequel on partage des origines germaniques communes – ainsi d’ailleurs que des fondements monarchiques communs –, mais en même temps comme l’autre, un autre qui, certes, pourrait revendiquer descendre du peuple germanique le plus puissant, les Francs ou, dans les marges, d’une ethnie Scandinave glorieuse, les Normands, mais dont la tyrannie et le totalitarisme est opposé aux vertus démocratiques des Anglo-Saxons, mieux en prise avec la modernité.

9En passant aux États-Unis dès le XVIIIe siècle, le mythe anglo-saxon, loin de se transformer ou de s’épuiser comme on pourrait le penser, manifeste une incontestable permanence et montre une certaine stabilité de ses représentations. Mais ces représentations, et en particulier celles qui nous occupent et qui ont trait, directement ou indirectement, à la France, se déclinent malgré tout quelque peu différemment.

  • 10 Cf. E. Marienstras, Les Mythes fondateurs de la nation américaine, Paris : Maspero, 1976, p. 56.
  • 11 « A Summary View of the Rights of British America », Papers, cité par E. Marienstras, op. cit., p.  (...)
  • 12 R. Horsman, op. cit., p. 19-21.

10Dans les décennies qui précèdent la révolution américaine, le rappel des origines anglo-saxonnes n’est pas rare. Mais plutôt que de contribuer à faire l’éloge de l’Angleterre, il se retourne à l’inverse contre elle. Il sert en effet à justifier la révolution, la fin de la domination royale et l’indépendance des treize colonies. Si des équivalences entre la rupture des dites colonies avec l’Angleterre et l’émigration des Anglo-saxons de l’Europe septentrionale vers les Iles britanniques ne manqueront pas d’être mises en place – chez Benjamin Franklin par exemple10 –, ce rappel est plus encore celui des premières institutions importées par les Angles et les Saxons, institutions qui auraient été libres et démocratiques et qui, par suite, sont propres à servir de modèles à celles dont veut se doter le peuple américain. Thomas Jefferson qui, dans ses Papers, écrit que « Les Anglo-saxons ont quitté les bois sauvages de l’Europe septentrionale où ils sont nés, se sont rendus maîtres de l’île britannique (...) et y ont établi ce système de lois qui a fait si longtemps la gloire et la sûreté de ce pays »11 est très représentatif de cette interprétation. Comme le souligne R. Horsman12, son interprétation de l’après 1688 n’est pas l’interprétation Whig standard, mais une interprétation plus radicale qui estime que les corruptions encore présentes dans la constitution anglaise au XVIIIe siècle ont été introduites par la conquête normande, alors que les Anglo-saxons avaient vécu jusqu’en 1066 sur des lois fondées sur les droits naturels des gens. Il va même jusqu’à penser que la liberté anglo-saxonne était fondée sur une terre partagée entre d’innombrables propriétaires fermiers et, pour mettre sa colonie de Virginie en conformité avec ce modèle, il luttait dans la période révolutionnaire contre le droit de primogéniture.

11Cette transposition du mythe anglo-saxon dans le contexte pré-révolutionnaire et révolutionnaire américain n’est pas déjà en elle-même sans proposer un réaménagement des représentations de l’Angleterre et de la France. C’est l’Angleterre qui, aux yeux des Américains, incarne désormais la tyrannie normande, alors que la France se présente bien vite comme l’alliée qui va aider les treize colonies américaines à s’affranchir du joug de la monarchie anglaise et à s’émanciper de sa tutelle en acquérant leur indépendance en tant qu’États-Unis d’Amérique. Mieux, en entrant une décennie après la révolution américaine, dans une révolution sociale de grande ampleur qui l’engagera à son tour dans une forme républicaine, c’est à proprement parler comme une république-sœur qu’apparaît la France pour les États-Unis. De ce même ethnique, mais cependant autre de l’Angleterre dans le contexte européen, la France devient dans le contexte américain, le même politique des États-Unis. En changeant de continent, le mythe anglo-saxon décide d’un changement de plan : la solidarité ethnique fait place à la solidarité politique.

12Toutefois, la situation s’avère vite beaucoup plus complexe. Au moment de l’indépendance et jusqu’au début du XIXe siècle, la France apparaît certes comme l’alliée politique des États-Unis, tandis que la méfiance face à l’ancienne puissance coloniale tarde à s’effacer. Mais, avec le XIXe siècle, refont surface de vieilles considérations que, d’une part, les spéculations racialistes de l’anthropologie naissante ne pouvaient qu’encourager et qui trouvent, d’autre part, matière à s’exprimer favorablement dans le contexte des tensions entre les états du sud et du nord.

  • 13 Cité par R. Horsman, op. cit., p. 72.

13Durant tout le siècle, la solidarité française dans l’indépendance américaine n’est sans doute pas remise en question, et on sait que Lafayette devient même une figure-clé de l’historiographie américaine. Mais réapparaît en effet la vieille distinction à l’œuvre dans le mythe anglo-saxon entre la démocratie anglo-saxonne et la tyrannie normande. Ainsi, Robert Knox auquel on attribue souvent le redoutable honneur d’avoir écrit le premier traité raciste avec The Races of Men (1850), estime par exemple que les Anglo-Saxons sont « the only race which truly comprehends the meaning of the word liberty », et que cet état de liberté qui est leur particularité, ils l’ont amené avec eux aux États-Unis : « their laws, manners, institutions, they brought with them from the woods of Germany, and they have transferred them to the woods of America »13. Il considère en outre que l’Angleterre souffre encore du joug normand pour ce qui concerne son gouvernement, sans toutefois expliquer ce qui distingue les Anglo-Saxons des Normands, les uns et les autres de cette origine Scandinave à laquelle seule il attribue l’aptitude à la démocratie. Or cette opposition entre Anglo-Saxons et Normands prend, dans les représentations qui se mettent en place aux États-Unis au XIXe siècle, une tonalité sinon ethnique, du moins culturelle.

  • 14 R. Horsman, op. cit., p. 164.
  • 15 Ibid., p. 171.

14Si l’Angleterre continue le plus généralement à être attaquée en tant que gouvernement, on insiste, en revanche, sur la solidarité ethnique et culturelle que les Américains ont avec un peuple dont ils estiment largement descendre. Et on attaque, à l’occasion, le gouvernement aristocratique anglais qui procède des Normands, tandis qu’on fait l’éloge des qualités démocratiques du peuple anglais attribuables à son héritage anglo-saxon, ce qui permet de résoudre la contradiction apparente entre le rejet de l’Angleterre et la revendication de ses origines. Mais on n’hésite pas non plus, en particulier dans les années qui précèdent la guerre civile, à attribuer aux Nordistes une origine plébéienne anglo-saxonne alors que l’on revendique pour les sudistes une origine aristocratique normande, si bien que, dans le Sud, le terme Anglo-Norman sera préféré au terme Anglo-Saxon et y deviendra très vite populaire14. Certains Sudistes argumenteront que le Sud a reçu une population mélangée qui contient une majorité de « Germanie-Norman knights » à l’inverse du Nord dont la population est certes mélangée elle aussi, mais est en majorité celle de « Germanic Saxon commoners »15. Que la France ait été jusqu’en 1800 dans le sud l’autre puissance coloniale avant que les États-Unis ne lui rachètent les territoires de Louisiane, et qu’elle ait pu manifester au moment où éclate la guerre civile une certaine sympathie pour le Sud a été évidemment de nature à renforcer ces équivalences entre un nord plébéien et démocratique, d’origine saxonne et un sud aristocratique et tyrannique, d’origine normande et, au-delà, française.

  • 16 Cf. R. Horsman, op. cit., p. 170.
  • 17 Cité in R. Horsman, p. 209.

15Cette opposition, si fréquente avant la guerre de sécession, peut parfois se présenter autrement. Plutôt qu’aux Normands, c’est en effet souvent aux Celtes que seront opposés les Anglo-Saxons. Sans aller jusqu’à avancer avec un auteur comme Nourse que la suprématie de l’Angleterre et de l’Amérique est due au fait que dans ces deux pays les Celtes sont peu nombreux, à l’inverse de la France où les conquérants germaniques ont eu à compter avec une large population celtique16, il reste que les Français pourront, à l’occasion, être associés aux Celtes. Et, par suite, il n’est pas rare que l’annexion américaine de la Louisiane n’apparaisse comme une mainmise du Nord saxon sur le Sud celtique, comme l’écrit en 1837 William Gilpin qui considère que New Orleans est certes encore « Gallic » mais que « the Anglo-saxon is pushing aside the Frenchman and eating up. The big steamers... are Anglo-Saxon, the huge stores and warehouses into which (goods) are piled have an Anglo-Saxon look and an Anglo-Saxon ship bears them hence. (Of) all the new part of the city, the only decent part is English »17.

  • 18 Cf. R. Horsman, p. 268-270
  • 19 Cité par R. Horsman, p. 259.

16A la fin du siècle, cette opposition a toutefois tendance à s’affaiblir, alors que cette idéologie que l’on a appelé l’Anglosaxonisme fait à proprement parler son apparition. Ce qui semble un paradoxe ne l’est pas. C’est, en fait, que tous les Blancs d’Europe du Nord-Ouest qui avaient constitué jusqu’alors les plus importantes vagues d’immigration, sont intégrés dans le moule anglo-saxon pour être mieux opposés à tous les autres immigrants qui commencent désormais à arriver en Amérique du Nord en provenance d’Europe du Sud, d’Europe de l’Est et d’ailleurs. Certains auteurs comme Anderson et Alfred Gallatin avaient déjà pu, dès le milieu du siècle, combattre le mythe anglo-saxon en rappelant, pour le premier, que Tacite n’avait même pas parlé des Saxons qui, de toutes les façons, ne composaient qu’une partie mineure de la population de l’Angleterre et, pour le second, que les Saxons étaient inférieurs aux Goths et en aucun cas supérieurs aux Francs et aux Burgondes et que si les Anglais avaient des institutions supérieures, c’était pour une multiplicité de causes qui n’avaient pas à voir avec la race18. Et cette tendance s’affirme plus encore par la suite. Le développement des spéculations racialistes sur les origines des peuples indo-européens fait considérer les Francs, les Saxons et les Normands comme appartenant tous à l’élément germanique de la race aryenne. Et Josuah Nott note que « The ancient German may be regarded as the parent stock from which the highest modem civilization has sprung. The best blood of France and England is German ; the ruling caste in Russia is German ; and look at the United States, and contrast our people with the dark-skinned Spaniards ». Le mythe anglo-saxon fait place au mythe aryen. Et quand bien même on resterait attaché au mythe anglo-saxon, on adoucit l’opposition entre les Saxons et les Normands que le plus souvent elle implique. Plutôt que de privilégier les Saxons et de ne voir dans les Normands que des éléments négatifs, on considère que ces deux groupes ethniques ont apporté des valeurs complémentaires. Ainsi un auteur de l’American Whig Review de novembre 1847 pensait-il que le problème américain résidait dans cette double descendance de Normands qui étaient « unscmpulous and lovers of power » et de Saxons qui, malgré bien des qualités viriles, n’avaient jamais eu « an aspiring and ambitious spirit ». Et il estimait que les Américains avaient hérité des uns « the love of liberty and justice » et des autres « the love of foreign dominion »19.

17L’affaiblissement de l’opposition, ethnique et politique, entre les Anglo-Saxons et les Normands prépare, au demeurant, une nouvelle transformation de l’imaginaire américain de la France. La dialectique du même et de l’autre qui le structurait, si elle ne disparaît pas, prendra en effet dans le courant du XXe siècle des contenus à nouveau différents.

  • 20 Cité par R. Horsman, p. 251.
  • 21 Cf. à ce sujet, R. Creagh, Nos cousins d’Amérique, Paris : Payot, 1986.

18Dès le milieu du XIXe siècle, la situation est le plus souvent la suivante. Soit on estime, comme un sénateur de l’Illinois, Stephen A. Douglas, qu’il est impossible pour le peuple américain de revendiquer un héritage anglais : « Our ancestry were not all of English origin. They were of Scotch, Irish, German, French, and of Norman descent as well as English. In short, we inherit from every branch of the Caucasian race »20. Soit, à l’extrême fin du siècle, alors que se développe, face à une immigration de plus en plus diverse, la revendication d’États-Unis anglo-saxons, les Américains d’origine française, descendants des premiers immigrés Huguenots, ou des Acadiens du Canada et de Louisiane sont assez largement intégrés, presque contre leur gré, dans l’ensemble anglo-saxon, qui a malgré tout marqué la nouvelle nation de son empreinte culturelle, au même titre que les autres Européens du Nord-Ouest non anglais : Hollandais, Ecossais, Irlandais, ou immigrants Scandinaves ou allemands arrivés au XIXe siècle. Les Français ont même l’avantage de l’antériorité, puisqu’ils vivent sur le sol américain depuis les premiers temps des colonies ou, pour les Huguenots, le privilège d’une foi religieuse qui les assimile totalement aux WASP. Et ils en viennent parfois à représenter, jusqu’à aujourd’hui, une sorte d’aristocratie, ou, en tout cas, une communauté privilégiée par la fortune, ce que les statistiques démentent, à supposer d’ailleurs qu’elles puissent avoir un sens tant une telle communauté est difficile à cerner21.

19A un niveau extérieur, la France est, dans une certaine mesure liée, sinon assimilée, volens nolens, au camp anglo-saxon. Avec les États-Unis et l’Angleterre, elle a représenté durant le XXe siècle le camp des démocraties et a traversé les deux guerres mondiales à leur côté. Pour les États-Unis, elle reste même l’alliée symboliquement privilégiée. A mesure que les États-Unis montent en puissance, pour devenir à la fin du XXe siècle l’unique grande puissance mondiale, si, des deux ex-puissances coloniales européennes des siècles précédents l’Angleterre constitue incontestablement l’alliée politique parfaitement fiable (« les fameuses relations spéciales »), sur un plan symbolique en revanche la France apparaît toujours comme un partenaire privilégié. Je rappellerai simplement que, aux États-Unis, les livres d’histoire, les manuels de littérature française, et, d’une manière générale, la plupart des livres sur la France ne manquent pas de rappeler avec force dès les toutes premières lignes que la France est le seul des grands pays européens avec lequel les États-Unis n’ont jamais été en guerre...

20Si, donc, les oppositions passées, ethniques entre les Francs et les Saxons, politiques entre les Normands et les Anglo-Saxons sont largement oubliées dans l’imaginaire américain, cette opposition est recomposée autrement, d’une manière dérivée, mais avec toujours cette même dialectique entre le même et le même qui est aussi un autre – le contenu a changé, mais la forme reste identique, sorte d’archétype irréductible dans le sens jungien, en tant que forme qui est une forme vide. Depuis plus d’un siècle, c’est en effet sur le plan culturel que cette dialectique se lit.

21La France appartient avec les États-Unis à la culture occidentale. Et si on entend culture dans un sens très large, on trouvera de plus quelques similitudes entre les systèmes politiques français (après 1958 à tout le moins) et américain que les politistes ont souvent comparés, ne serait-ce que par leurs régimes semi-présidentiel et présidentiel.

22Mais la France est aussi culturellement ce même qui est cet autre. A l’intérieur de la culture occidentale, elle incarne pour les Américains, plus qu’aucune autre nation européenne y compris l’Angleterre, la culture européenne. Mais cette culture européenne elle l’incarne non plus négativement à l’instar de l’autocratisme normand opposé à la démocratie saxonne dans la vision politique du XIXe siècle, mais positivement désormais, comme quelque chose que les Américains ressentent, parfois, comme un manque et auquel, en tout cas, ils aspirent.

23Cet intérêt pour la culture française se lit à différents niveaux. Au niveau de la haute culture bien entendu, et il n’est pas nécessaire de s’attarder sur tous les écrivains américains d’Edith Wharton à James Baldwin en passant par Hemingway, Scott Fitzgerald ou Ezra Pound qui ont voulu voir dans la France leur patrie spirituelle, de même que quelques peintres ou musiciens, jusqu’à s’y installer et parfois y finir leurs jours. Et si, aujourd’hui, cette fascination semble retombée, du fait avant tout de la disparition de la scène littéraire, elle se retrouve encore au moins dans l’intérêt rencontré aux États-Unis par certaines orientations de la critique littéraire et des sciences humaines françaises durant les dernières décennies. Mais, aussi et surtout, c’est au niveau de la culture entendue dans un sens plus large, de la gastronomie à la mode en passant par bien d’autres produits « made in France », tous synonymes de plaisir, de bon goût ou d’élégance que les États-Unis marquent leur intérêt pour la culture française.

24Si l’on s’arrête tout d’abord sur ce qu’il faudrait sans doute appeler l’art culinaire, on rappellera le prestige de la cuisine et des cuisiniers français aux États-Unis et aussi que les « French restaurants » sont sur le territoire américains presque toujours synonymes de luxe et de raffinement, aux antipodes en tout cas à tous les niveaux de la « junk food » que l’on mange dans les « fast food ». Mais, pour rester à un niveau plus populaire, on soulignera aussi que bien des aliments les plus appréciés des Américains portent des noms français, des « French fries » aux « French toasts » et que, donc, la sympathie pour la cuisine française se trouve inscrite dans la langue. Pour donner la mesure de ce prestige, plutôt que de multiplier les exemples, je m’arrêterai toutefois sur une campagne publicitaire, particulièrement visible il y a une vingtaine d’années sur les plages californiennes, de Venice et Malibu jusqu’à Santa Cruz et Pacific Beach en passant par Santa Barbara, et qui en constitue un raccourci presque exemplaire. Il s’agissait d’un panneau publicitaire pour les yogourts, au demeurant pas spécifiquement français, et sur lequel on pouvait lire : « Yogourt a taste of the French culture » Les annonceurs liaient ainsi, fort efficacement, l’aliment à la culture, comme si manger français, ce qui pouvait en l’occurrence être accessible pour tous les Américains, était une introduction à la culture française en général et, sans doute, à sa haute culture en particulier.

  • 22 Il est à noter que la version française du film a complètement perdu cet important aspect des relat (...)

25Il serait long de faire l’énumération de tous les champs de la culture où l’adjectif « french » vient donner au substantif une aura de bon goût et de raffinement – citons, par exemple en architecture, les « French Windows », ces fenêtres à la française qui, dans une maison américaine, peuvent être la preuve d’un certain standing social. Sans doute, toutefois, la référence française, inscrite ou non dans la langue n’est-elle jamais aussi forte que dans le domaine de la mode. Aux représentations américaines de l’élégance sont attachés les noms de couturiers français. Sans doute certains créateurs américains n’ont-ils aujourd’hui rien à envier aux créateurs parisiens, d’ailleurs souvent ni parisiens ni même français, mais il reste que, aux États-Unis, la mode française, auréolée du prestige de la haute couture, est le signe d’un raffinement supplémentaire. L’élégance vestimentaire n’étant pas sans ouvrir sur les domaines de la séduction, de la sexualité et de l’amour, au-delà c’est l’amour enfin, si on veut bien le considérer comme une formation culturelle ce qu’il est assurément, qui se place sous référence française. Sans même parler du « French lover » ou de la « wanton Frenchwoman », ni même du « French Kiss », et si la France n’est peut-être plus le pays de l’amour, du moins le français reste-t-il la langue de l’amour comme le cinéma américain l’illustre. J’en prendrai toutefois pour exemple, un seul, assez emblématique : American Gigolo de Paul Schrader en 1979. La langue que Michelle, épouse d’un sénateur, apprend et dans laquelle elle commence à parler avec Julian « le gigolo le plus cher de Los Angeles », lors de leur première rencontre dans un restaurant huppé de la ville, n’est-elle pas le français, « la langue de l’amour » ?22

26Cette valorisation de la culture française qui traverse bien des aspects de l’imaginaire social américain ne va pas, ne peut pas aller, cependant sans le soupçon, fût-ce confusément, de la part de beaucoup d’Américains, logique propre à la nature humaine, que celui qui détient cette culture sera arrogant. L’arrogance française suscitée par la prégnance culturelle française dans l’imaginaire américain, retrouve quelque chose de l’arrogance et de l’autocratisme que l’on a pu prêter naguère, dans le champ politique et militaire, à ces Franco-Normands qui ont envahi l’Angleterre.

27On le voit, le regard que les États-Unis portent sur la France et les Français manifeste une étonnante permanence à travers les siècles. Si les champs dans lesquels il s’inscrit ont varié, passant de la dimension ethnique à la dimension politique, puis à la dimension culturelle, il reste marqué par une irréductible dialectique. La France, pour les Américains, est bien souvent le même, la puissance coloniale qui, à un degré à peine moindre que l’Angleterre a été à l’origine des États-Unis, celle qui a contribué à l’émancipation et aux fondations de la nation américaine, celle qui a partagé avec elle une révolution sociale, mais elle est aussi un même qui est autre, la descendance d’une autre tribu germanique, les Francs, concurrente des Saxons, la tenante d’un dogmatisme et d’un autocratisme qui renvoie aux Normands, la détentrice en contrepartie d’un patrimoine culturel que l’on envie. Cette dialectique est constitutive du regard américain, mélange d’attraction et de méfiance, qui trouve dans le domaine politique sa pleine expression et que l’on pourrait résumer par une comparaison empruntée au domaine amoureux : si l’Angleterre est, pour les États-Unis, une épouse toujours fidèle mais souvent aussi terriblement ennuyeuse, la France serait une maîtresse parfois infidèle mais en même temps particulièrement séduisante.

Notes

1 Ph. Roger, L’Ennemi américain, Paris : Seuil, 2003, p. 280.

2 Cf. F. Monneyron, La Nation aujourd’hui. Formes et mythes, Paris : L’Harmattan, 2000, p. 33.

3 Cf. L. Poliakov, Le Mythe aryen, Paris : Calmann-Lévy, 1971.

4 L. Poliakov, Ibid., p. 59.

5 Cf. L. Poliakov, op. cit., p. 60 ainsi que L. Dumont, Homo Aequalis II : L’idéologie allemande, Paris : Gallimard 1991, p. 88-89.

6 Cité par L. Poliakov, p. 63.

7 L Poliakov, p. 60-61

8 Cf. F. Monneyron, L’Imaginaire racial, Paris : L’Harmattan, 2004.

9 R. Horsman, Race and Manifest Destiny. The Origins of the American Racial Anglo-saxonism, Cambridge : Harvard University Press, p. 38.

10 Cf. E. Marienstras, Les Mythes fondateurs de la nation américaine, Paris : Maspero, 1976, p. 56.

11 « A Summary View of the Rights of British America », Papers, cité par E. Marienstras, op. cit., p. 58.

12 R. Horsman, op. cit., p. 19-21.

13 Cité par R. Horsman, op. cit., p. 72.

14 R. Horsman, op. cit., p. 164.

15 Ibid., p. 171.

16 Cf. R. Horsman, op. cit., p. 170.

17 Cité in R. Horsman, p. 209.

18 Cf. R. Horsman, p. 268-270

19 Cité par R. Horsman, p. 259.

20 Cité par R. Horsman, p. 251.

21 Cf. à ce sujet, R. Creagh, Nos cousins d’Amérique, Paris : Payot, 1986.

22 Il est à noter que la version française du film a complètement perdu cet important aspect des relations transculturelles franco-américaines, puisque l’anglais étant devenu du français, le français est devenu de... l’italien et certaines des phrases prononcées sont incompréhensibles.

Auteur

Est professeur de littérature générale et comparée à l’Université de Perpignan-Via Domitia, professeur invité dans plusieurs universités européennes et américaines et expert auprès de la Commission européenne. Il est l’auteur d’une quinzaine d’essais dont Séduire. L’Imaginaire de la séduction de Don Giovanni à Mick Jagger (PUF, 1997), La Nation aujourd’hui. Formes et mythes (L’Harmattan, 2000), La Frivolité essentielle. Du vêtement et de la mode (PUF, 2001), Mythes et littérature (PUF, 2002, avec Joël Thomas), L’Imaginaire racial (L’Harmattan, 2004), La Mode et ses enjeux (Klincksieck, 2005), La Sociologie de la mode (PUF, 2006) et L’Automobile. Un imaginaire contemporain (Imago, 2006, avec Joël Thomas).

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search