Version classiqueVersion mobile

La France dans le regard des États-Unis

 | 
Frédéric Monneyron
, 
Martine Xiberras

Avant-propos

Frédéric Monneyron et Martine Xiberras

Texte intégral

1Les études consacrées aux représentations européennes des États-Unis sont nombreuses : elles concernent bien des disciplines et se partagent le plus souvent entre l’analyse d’une fascination et celle d’une répulsion. En revanche les travaux qui traitent du regard que les États-Unis portent sur l’Europe et sur les pays qui la constituent sont plus rares ou, en tout cas plus ponctuels, et ils n’ont pas donné lieu à une herméneutique élargie.

2C’est, par suite, dans ce champ relativement peu défriché que s’est placé le colloque international qui s’est tenu les 5-6-7 et 8 octobre 2005 aux universités de Montpellier et de Perpignan. Il s’est concentré sur la France, de tous les pays européens, celui dont, dit-on, l’antiaméricanisme est le plus farouche, mais aussi, peut-être, où la fascination pour les États-Unis est la plus forte et, dans une large perspective interdisciplinaire, se sont réunis historiens, sociologues, politistes, philosophes, anthropologues, économistes américains et français mais aussi d’autres nationalités. Ce sont les textes issus des communications entendues durant ces quatre journées que l’on trouvera regroupés dans ce volume.

3Au-delà de la crise iraquienne au printemps 2003 et, suite au refus de la France de suivre les États-Unis dans l’invasion militaire de l’Irak, de la poussée de francophobie dans certains médias américains qui ont constitué une matière presque obligée des réflexions engagées dans ce livre, ce sont donc les images de la France telles qu’elles se sont forgées au fil des temps à travers les représentations et les discours les plus divers et telles qu’elles s’inscrivent dans l’imaginaire américain, culturel, social et politique qu’il s’emploie à étudier.

4Une première section qui remonte loin dans le temps pose les images d’une France à la fois Même et Autre des États-Unis dans une déclinaison historique générale, mais également dans une déclinaison plus particulière à travers la Révolution française et la Commune de Paris. Les deux suivantes se concentrent sur les images de la France dans la peinture et le cinéma américains d’une part et dans les manuels scolaires et l’Internet d’autre part. Deux autres ensembles étudient le regard porté par les États-Unis sur la société française – sur sa politique sociale et sur son mouvement féministe en l’occurrence – et sur la place de la France dans l’histoire diplomatique contemporaine au moment des présidences Johnson et Nixon. Les deux dernières sections mesurent la réalité contemporaine des représentations américaines de la France à l’aune de la réalité passée et propose plusieurs analyses de la crise iraquienne et de ses avatars politiques.

5Sans doute d’autres sujets d’études et d’autres perspectives d’analyse pourraient-ils faire apparaître d’autres aspects encore du regard américain de la France ou nuancer ceux mis en valeur. Mais cet ensemble très divers de textes a déjà pour mérite de manifester certaines lignes de forces d’un imaginaire dont les éléments les plus francophiles sont aussi ceux qui génèrent les poussées de francophobie. Et nous espérons qu’il pourra éclairer d’autant les relations franco-américaines et, au-delà, les relations transatlantiques, quel que soit le niveau où elles s’écrivent.

Auteurs

Est professeur de littérature générale et comparée à l’Université de Perpignan-Via Domitia, professeur invité dans plusieurs universités européennes et américaines et expert auprès de la Commission européenne. Il est l’auteur d’une quinzaine d’essais dont Séduire. L’Imaginaire de la séduction de Don Giovanni à Mick Jagger (PUF, 1997), La Nation aujourd’hui. Formes et mythes (L’Harmattan, 2000), La Frivolité essentielle. Du vêtement et de la mode (PUF, 2001), Mythes et littérature (PUF, 2002, avec Joël Thomas), L’Imaginaire racial (L’Harmattan, 2004), La Mode et ses enjeux (Klincksieck, 2005), La Sociologie de la mode (PUF, 2006) et L’Automobile. Un imaginaire contemporain (Imago, 2006, avec Joël Thomas).

Docteur en anthropologie culturelle et sociale, est maître de conférences habilité à diriger des recherches en sociologie à l’université Paul Valéry-Montpellier III. Elle a principalement travaillé dans les domaines d’une approche anthropologique des usages des substances psychoactives (La Société intoxiquée, Méridiens-Klincksieck, 1989) ; d’une approche sociologique des phénomènes d’exclusion (Les Théories de l’exclusion, Colin, 1991) ; et actuellement d’un éclairage grâce à une lecture de l’imaginaire de ces phénomènes (Pratique de l’imaginaire. Lecture de Gilbert Durand, Presses Universitaires de Laval, 2002).

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search