Version classiqueVersion mobile

Rythmes et lumières de la Méditerranée

 | 
Paul Carmignani
, 
Jean-Yves Laurichesse
, 
Joël Thomas

Méditerranée antique

Noir et sombre dans le paysage méditerranéen

Louis Callebat

Texte intégral

1Sans doute le paysage méditerranéen est-il d’abord perçu, dans l’imaginaire collectif, comme ce lieu privilégié de chaleur et de lumière qu’ont très tôt esquissé les poètes gréco-latins, l’associant à des notions singulières d’odeurs, de bruits, de sensations. Hésiode déjà :

  • 1 Les Travaux et les jours 582-586. Trad. R. Brasillach.

Quand fleurit le chardon, quand la cigale bruyante
Sur un arbre perchée répand de toute part sa chanson éclatante,
Au battement pressé de ses ailes, dans les jours pesants de l’été,
Les chèvres sont plus grasses et meilleur le vin à déguster,
La femme est plus brûlante et l’homme se sent mou.
Sirius leur rôtit les fronts et les genoux...1

2Vers 640 avant notre ère, Alcée reprend en écho ce même chant :

  • 2 Trad. R. Brasillach.

Va, déguste le vin, le soleil est levé :
C’est la dure saison où tout est desséché.
La cigale crépite à fin bruit dans les feuilles,
Et verse un chant sans fin et clair dessous ses ailes.
Le soleil enflammé sèche et baigne la terre
C’est l’heure où le chardon de fleurs s’est recouvert
La femme est plus brûlante et l’homme se sent mou.
Sirius affaiblit les fronts et les genoux2

  • 3 Bucoliques 2,8 ss.

3Plusieurs siècles plus tard, Virgile3 rappelle encore, en variation, ce thème obsessionnel :

  • 4 Trad. Paul Valéry.

Le lézard vert s’abrite aux buissons épineux,
Et, pour ceux qui fauchaient, accablés de chaleur
Testylis pile l’ail et le cerfeuil dans l’huile.
Mais moi, sous le soleil ardent qui, pas à pas
Te suis, mêlant ma voix au concert des cigales...4

  • 5 Ann. 114.
  • 6 En. 10, 899.
  • 7 Sil 1,19.
  • 8 3,39.
  • 9 1,3,4.
  • 10 Th. 9,5,51.
  • 11 Cf. J. André, Etude sur les termes de couleurs dans la langue latine, Klincksieck, Paris 1949,57.

4Ce paysage de chaleur et de lumière, dans lequel le soleil sublime l’objet le plus banal (« que les fourches sont belles, écrivait Aristophane, quand elles brillent aux rayons du soleil ») semblerait étranger aux couleurs sombres et noires. L’éclat de la lumière est signe de vie : naître est, pour Ennius, « aborder aux rivages de la lumière5 » et c’est de l’azur du ciel que Mézence mourant remplit ses yeux, comme on boit avidement à une coupe : hausit caelum, écrit Virgile6. Mais noire est l’heure de la mort (nigra hora, chez Tibulle 3,5,5), son jour (pour Properce 2,24,34), noir est, aux yeux de Stace, le cortège funèbre : nigrae solemnia pompae7 et noire est communément pour les poètes latins : Lucrèce8, Tibulle9, Stace10, la mort elle-même11.

  • 12 272,13 L.
  • 13 Cf. Tacite, H 3,67.
  • 14 Cf. Velleius Paterculus 2,80,4. Voir J. André, op. cit. 72.
  • 15 Cf. H. Blümner, Technologie und Terminologie der Gewerbe und künste bei Griechen und Römern, Leipzi (...)

5Ce type d’association symbolique liant la couleur noire à la mort ne relève pourtant pas du seul imaginaire poétique. Il s’inscrit également dans un système vivant de représentation qui est celui de l’homme en société. La prétexte de couleur noirâtre était, rapporte Festus12, le costume officiel des magistrats romains aux funérailles, le noir constituant, plus généralement, le signe social du deuil, en interférence fréquente, dans les pays méditerranéens, avec celui de la pauvreté. L’image est restée longtemps familière des femmes du sud de l’Italie, de Grèce, de Crète, auxquelles le vêtement noir permettait de toujours disposer, disaient-elles, faute d’en avoir plusieurs, de celui convenant à la fois au deuil et au travail. À Rome même le vêtement noir ne marquait pas seulement le deuil ou des situations de détresse (Vitellius quittant Rome13, Lépide se jetant aux pieds de César14), mais était partie intégrante aussi du paysage social humain en tant que tenue de travail15.

  • 16 AA 3, 189 : Pulla decent niueas.
  • 17 Od. 6,101
  • 18 Od. 7,233 ; 335.
  • 19 11. 1,195 ; et passim. Au Moyen Âge, cf., chez Marie de France, Lai de Lanval :
    Un blanc palefrei ch (...)
  • 20 La suite d’Homère 14.
  • 21 Met. 2,9.
  • 22 1,32,11-12.

6Ovide, cependant, percevait cette couleur dans une perspective plus dilettante et esthète quand il notait dans l’ Art d’Aimer, que « le noir convient aux teints de neige »16, observation impliquant qu’un vêtement noir pouvait, à Rome, être également objet de coquetterie. Sans doute la blancheur est-elle, depuis Homère, un trait récurrent d’un idéal de beauté féminin aussi bien antique que médiéval : Nausicaa a « les bras blancs »17, comme sa mère Arété18 ou la déesse Héra19. La « belle Hélène » aussi, mais ce sont ses yeux noirs qu’évoque Quintus de Smyrne20, Apulée dit, dans les Métamorphoses, la séduction d’une chevelure au noir profond (coruina nigredine)21, Horace évoquait, dans les Odes22, Lycus « beau de ses yeux noirs et de ses noirs cheveux » et Asclépiade, l’un des auteurs de l’Anthologie chante son amour pour une brune :

  • 23 Traduction R. Brasillach.

Elle a ravi mon cœur et devant sa beauté
Je fonds comme la cire au souffle d’un brasier
Elle est noire ? Qu’importe ! Ils sont noirs les charbons
Mais une fois pour nous les charbons allumés
Ils luisent tout pareils aux roses en buissons23

  • 24 2,17,17.

7Au demeurant, observe le berger Corydon, dans les Bucoliques24 :

  • 25 Traduction Paul Valéry.

À l’éclat de ton teint, bel enfant ne te fie
Telle fleur blanche tombe et la sombre est cueillie25

  • 26 Les Oiseaux 695-696.

8L’Amour même, il est vrai, si l’on en croit Aristophane26, serait né de « la Nuit aux ailes noires », la « Nuit source de l’Univers », que chantent les textes orphiques, « noir soleil d’étoiles étincelantes »...

  • 27 Arch. 6,1,4.
  • 28 7,13,2.
  • 29 Ep. 7,13,2.

9Les couleurs sombres restent, quoi qu’il en soit, caractéristiques d’un paysage humain méditerranéen dont le type physique dominant est, note Vitruve, qui l’oppose à celui des populations nordiques, « un teint brun et des yeux noirs27 » – teint brun dont Martial28 précise à propos d’une jeune femme, Lycoris, qu’il passait rapidement au noir sous l’action du soleil : fusca Lycoris paruo tempore nigra redit : « partie brune en rien de temps, Lycoris revient noire29 ».

10Ces couleurs sombres ne sont pas cependant celles seulement d’un paysage humain. Elles imprègnent aussi, dans leur substance physique profonde, les différentes composantes du milieu méditerranéen : ciel, mer, terre, flore, faune.

  • 30 Cf. Virgile, En. 10,664 ; et passim.
  • 31 Iliade 7,63-64.
  • 32 Od. 1,5,6-7.
  • 33 Phars. 5,564-565 : Niger inficit horror/terga maris.
  • 34 En. 5,2 ; fluctusque atros Aquilone secabat.
  • 35 68b, 63 : in nigro iactatis turbine nautis.
  • 36 Od. 6,268-269.

11Lieu du soleil et de la mer scintillante, le paysage méditerranéen est, de fait, celui aussi des orages, des tempêtes brutales et violentes. Noirs sont les nuages30, noire est la couleur de la mer quand soufflent les vents qui amènent l’orage et la tempête (« comme se répand sur la mer le frisson de Zéphyr, écrit Homère31, quand il reprend son essor, et la mer noircit sous son souffle ») ; noirs paraissent même être les vents sur la mer hérissée de vagues : aspera nigris aequora uentis, lit-on chez Horace32, les qualificatifs utilisés en latin, niger et, moins fréquemment ater, assumant une fonction à la fois dénotative et connotative (connotations d’angoisse, de malaise, de peur) : « Un noir hérissement enténèbre la croupe des vagues », écrit Lucain33. Le vaisseau d’Énée « coupe les flots noircis par l’Aquilon34 » ; et Catulle évoquait les « matelots ballottés au milieu d’un noir tourbillon »35. C’est sur ces flots que voguent les « noirs vaisseaux » que montrait déjà Nausicaa à Ulysse : « Tu verras, près des noirs vaisseaux, les fabricants d’agrès, de voiles, de cordages...36 ».

  • 37 Cf. Columelle, pr. 24 : in aliis regionibus nigra terra quant pullam uocant, ut in Campania, est la (...)
  • 38 34,2 ; 135,2 ; 151.
  • 39 3,12,5.
  • 40 17,2,25 ; 17,3,26.
  • 41 2,2,19 ; 3,11,16 ; 4,33,1.
  • 42 NH 18,163.
  • 43 2,10,18.

12Noire peut apparaître la mer sous les orages et les tempêtes, noires sont également, par la nature même de leurs sols, certaines terres méditerranéennes. Ainsi la terre de Campanie : « On peut vanter, écrit Columelle dans sa préface, des terres noires telles que celle de Campanie, terre dite terra pulla37 ». L’expression terra pulla est fréquente chez les agronomes latins : Caton38, Varron39, Pline l’Ancien40. Elle est plusieurs fois reprise par Columelle41 qui, comme Pline42, utilise également le syntagme solum pullum43.

  • 44 Cf. Varron 2,5,7 : ut sint [...] nigrantibus cornibus, latis frontibus ; Columelle 7,6,2 : ut sint (...)
  • 45 7,6,2.
  • 46 1,27,1.
  • 47 4,13,3.
  • 48 7,12,3.

13C’est par les teintes sombres et noires que sont par ailleurs souvent singularisées la faune et la flore des pays méditerranéens : bovins aux cornes noires, aux lèvres et aux yeux noirs dont Varron aussi bien que Palladius, recommandent l’achat44 ; chèvres au poil noir épais, qu’évoque Columelle45 ; poules noires, les meilleures avec les rousses, au dire de Palladius46 ; chevaux, dont le noir, note encore Palladius47, est une des couleurs de base ; chiens noirs que Columelle conseille pour la ferme48...

  • 49 8,2.
  • 50 12,38,1.
  • 51 15,122.
  • 52 12,51,1.
  • 53 10,28.

14Une même imprégnation du paysage méditerranéen par les teintes noires et sombres marque l’évocation par les auteurs grecs et latins des fleurs, des plantes, des fruits : couleur noire du myrte chez Caton49, Columelle50, Pline51 ; de l’olive, chez Columelle52, des mûres : « cet homme passera ses étés sans maladie, écrit Horace dans la Satire 4,21-23, qui achèvera son déjeuner par des mûres noires (nigris morts) ». « Sombre est la violette », chantait, pour sa part, Boucaios chez Théocrite53, auquel font écho les vers de la Bucolique 10,39 :

  • 54 Sur ces différents emplois, cf. Carmen Arias Abellán, Estructura semantica de los adjetivos de colo (...)

nigrae uiolae sunt et uaccinia nigra (« noires sont les violettes et noirs sont les myrtilliers »). Et déjà Homère parle du « vin noir » : « la déesse mit dans son bateau une outre de vin noir » (Cf. Columelle 3,20,6)54.

  • 55 12,51,1.
  • 56 15,4,13 : non ante Favonii ad flatum nigrescentes (sc. olea) [...]. Tunc arbitrantur eas maturescer (...)

15Si elle assume une fonction dénotative par laquelle sont singularisées différentes composantes du paysage méditerranéen, cette nomenclature chromatique se révèle fréquemment chargée aussi d’une fonction connotative qui n’est pas seulement morale (effets induits par le noir de malaise, de tristesse, d’angoisse...), mais qui prolonge l’information proprement matérielle : ainsi de la notion de maturité plusieurs fois associée à la couleur noire que transcrit niger : « c’est par beau temps, écrit Columelle, que l’on cueille l’olive noire, arrivée alors à pleine maturité » (oliua nigra maturissima sereno caelo legitur)55. Formulation identique chez Pline l’Ancien : « L’olive ne devient pas noire avant que souffle le Favonius [...]. On considère alors qu’elle est mûre56 ».

  • 57 1,9,7.
  • 58 De arb. 4,5.
  • 59 7,12,3.
  • 60 12,133.
  • 61 119.
  • 62 Pline 14,27.

16C’est par ailleurs dans une gamme d’emplois de haute fréquence que la caractérisation par le noir relève d’une structure d’opposition situant en contraste les deux couleurs fondamentales du noir et du blanc – opposition entre terre blanche et terre noire chez Varron57 : si sit terra alba, si nigra ; entre raisins noirs et raisins blancs chez Columelle58 : uuae albae in nigra, uuae nigrae in alba ponito ; entre chiens blancs, pour la garde des troupeaux dans les champs et chiens noirs, pour la ferme, également chez Columelle59 : isque (sc. canis) magis eligitur albus in pastorali, niger in uillatico ; supériorité mentionnée par Pline60 de la vigne sauvage blanche sur la noire : ex alba labrusca praestantior quam e nigra... ; passage d’un confit d’olive du blanc au noir, chez Caton61 : Epithyrum album, nigrum sic facito ; vins blancs tirés de raisins noirs : e nigris (sc. uitibus) uina uetustate in album colorem transeunt62 : « tiré de raisins noirs, le vin passe au blanc avec le temps »...

17S’il s’insère dans un système dichotomique de pensée et de représentation dès longtemps exploité par les anciens philosophes, ce type d’opposition assume plus directement et précisément aussi une double fonction : fonction classificatrice tout d’abord des différentes espèces du monde végétal, animal, minéral, d’inspiration sans doute autant populaire que savante ; fonction de singularisation par contraste d’autre part :

« Hirondelle au ventre blanc
« Hirondelle au dos tout noir », dit une chanson grecque anonyme.

  • 63 1,10,1.

18Plus prosaïquement Palladius63 distingue le sable noir du sable blanc.

  • 64 4,13,3.
  • 65 G. 4,126.
  • 66 14,380.
  • 67 Od. 1,21,7-8.

19Le noir cependant n’est pas seulement défini par un rapport d’opposition à une autre couleur fondamentale. Il se trouve également mêlé à des teintes diverses. Belle, note Palladius64, est la robe des chevaux qui mélange le noir avec l’alezan ou le bai ; Virgile65 évoque, au sud de l’Italie, le noir Gélèse qui arrose de blondes cultures ; Silius Italicus66 rapproche bleu et noir, à propos de la mer et du sillage d’un navire ; Horace67 chante Diane dans un décor noir et vert : « noires forêts de l’Erymanthe, forêts du Cragus verdoyant ».

  • 68 2,5,7.
  • 69 6,1,3.
  • 70 2,5,7.
  • 71 2,5,8.
  • 72 2,9,3.
  • 73 3,25,12.
  • 74 Cf. C. Arias Abellán, 1994, 176.

20Hors de tout rapprochement ou de toute opposition avec une autre couleur, la teinte noire elle-même peut revêtir des nuances diverses. Substitué à l’adjectif niger, le participe nigrans implique ainsi une approximation chromatique : « tirant vers le noir » – caractérisation notamment donnée pour les cornes des bovins aussi bien par Varron68 que par Columelle69. C’est une approximation de même type, mais dans la palette d’une couleur moins fixée, que marque l’inchoatif nigrescens que Varron, cité par Pline70, applique au disque « noirâtre » de la lune, annonciateur de pluie. Approximation encore, avec un effet surtout d’atténuation, dans l’emploi de subniger utilisé par Varron à propos des lèvres du bétail71 ou de celles de chiens72. D’effet plus subjectif paraît être le choix fait par Palladius73 de nigellus, caractérisant uinum, dans la recette d’une liqueur de poire rafraîchissante à laquelle une couleur plaisante sera donnée par l’addition d’un vin noir74.

  • 75 Cf. J. André, 1949, 72.
  • 76 Cf. supra.
  • 77 Cf. Pline 8,191.
  • 78 Cf. Martial 14,151,1.
  • 79 Cf. Ovide, Amours 2,4,41-42.
  • 80 Cf. Horace, Odes 1,25.
  • 81 Ovide, Met. 4,160.
  • 82 Cf. Horace, Epodes 16,46. Voir J. André 1949,72.

21C’est plus généralement aussi par un choix différencié de termes (étymologiquement étrangers à la sphère de base ater/niger) que poètes et prosateurs latins se sont attachés à transcrire les nuances saisies de couleurs noires et sombres. Fréquemment utilisé, pullus situe ainsi êtres et objets dans la gamme des gris et des bruns très foncés75 tirant même vers le noir : le mot relève du vocabulaire des paysans campaniens dans son application à un type de terre noire76 ; mais il est également utilisé dans le vocabulaire des éleveurs, pour une laine de la région de Tarente77 et de la Ligurie78 ; il qualifie encore différentes autres composantes du paysage méditerranéen : hommes et femmes aux cheveux bruns79, myrte vert-sombre80, mûres d’un noir teinté de rouge81, figues violet-sombre82.

  • 83 Arch. 6,1,5 : gentes... colore fusco. Cf. supra.
  • 84 Cf. Pline 35,184.
  • 85 9,84.
  • 86 3,21,1.
  • 87 10,11,1.
  • 88 7,2,5.

22Autre terme fréquent pour rendre une couleur sombre-marron très foncé, fuscus renvoie chez Vitruve au teint brun des populations méditerranéennes83, qualifie aussi des laines84, mais tend à se rapprocher de niger dans la palette des couleurs : il caractérise chez Pline85 le liquide noir de la seiche et partage avec niger deux fonctions spécifiques : la relation tout d’abord établie avec la notion de maturité, chez Palladius, par exemple, à propos des baies de rosier86 et des pépins de raisin87 ; l’opposition marquée d’autre part avec la couleur blanche : ainsi chez Columelle : ex albo saepe fuscus editur partus88.

  • 89 Cf. Pline 17,4,43.
  • 90 Cf. Columelle 3,2,16.
  • 91 6,37,6.
  • 92 Cet adjectif caractérise également la robe de certains chevaux : cf. Palladius 4,13. Voir J. André, (...)

23Un certain nombre de ces termes proposent une caractérisation de couleur établie par comparaison avec un objet de référence : columbinus, appliqué à un type de marne, renvoie au gris cendré des pigeons89 ; cinereus définit comme couleur de cendre proprement dite le sol d’un lieu « où l’eau croupit90 » ; murinus, gris souris, identifie, chez Columelle91 et jusque dans la Basse latinité le pelage d’un animal indissociable du paysage méditerranéen : l’âne92.

  • 93 Vidularia 36.
  • 94 HN 35,50. Cf. Vitruve, Arch 7,10,1.
  • 95 Cf. supra.
  • 96 Cf. Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, texte établi, traduit et commenté par J. Croisille, Les Bel (...)
  • 97 HN 35,29.

24Le noir enfin est une des couleurs premières des peintres (parce qu’il noircit, dit-il, les choses, Plaute identifie le soleil lui-même comme pictor)93. Désignation générique d’une série de couleurs noires obtenues à partir de la suie ou d’une carbonisation, le noir dit atramentum est cité par Pline comme l’une des quatre couleurs fondamentales utilisées par les peintres grecs94. Mais dès sans doute l’époque d’Apelle, une commissura colorum était-elle utilisée ; et si un poète, Silius Italicus, associera bleu et noir à propos de la mer et du sillage d’un navire95, une teinte de bleu fut tôt obtenue à partir de l’atramentum96 Dès le IVe siècle, la peinture connaît les perfectionnements techniques, que relève Pline l’Ancien97 : « L’art finit par acquérir sa propre autonomie et découvrir la lumière et les ombres [...] Ensuite vint s’ajouter l’éclat (splendor) qu’il faut ici distinguer de la lumière (lumen). L’opposition entre ces valeurs lumineuses et les ombres fut appelée tonos (tension) ; quant à la juxtaposition des couleurs et au passage de l’une à l’autre, on leur donna le nom d’harmoge (harmonisation) ».

  • 98 Cf. Cependant chez Apulée, Mét. 11,3,5 : palla nigerrima splendescens atro nitore.
  • 99 Cf. J. André 1949, 53.
  • 100 Virgile, G. 4,275.
  • 101 13,54.
  • 102 12,20.
  • 103 César 45,1.
  • 104 Mét. 2,9,2.

25Ces effets d’ombres et de lumière, ces contrastes harmonieux du clair-obscur ne relèvent pas du seul domaine des peintres. Les textes grecs et latins témoignent largement aussi de la séduction exercée par cette saisie des teintes et de la lumière, s’agissant à la fois d’une simple donnée de la vie méditerranéenne impliquant un lien étroit entre chaleur et lumière d’une part, ombre et sombre d’autre part et d’une perception sensible et esthétique à la lumière et à l’éclat que le noir même peut faire naître. Le latin a spécialisé le mot niger pour l’expression de cette perception98, l’associant fréquemment à des termes marquant un haut degré de luminosité et de brillance : sublucere, nitere, nitor, splendor99 : éclat lumineux de la violette noire (uiolae sublucet purpura nigrae)100, du bois du térébinthe, chez Pline101 qui, dans sa description associe à niger le terme technique des peintres, splendor – qu’il utilise également pour qualifier le bois d’ébène102 ; du noir des yeux de César (nigris uegetisque), chez Suétone103 ; du noir profond et bleuté d’une chevelure qu’Apulée caractérise de coruina (coruina nigredine caerulus104).

26Dans le paysage méditerranéen, le noir est aussi lumière.

Notes

1 Les Travaux et les jours 582-586. Trad. R. Brasillach.

2 Trad. R. Brasillach.

3 Bucoliques 2,8 ss.

4 Trad. Paul Valéry.

5 Ann. 114.

6 En. 10, 899.

7 Sil 1,19.

8 3,39.

9 1,3,4.

10 Th. 9,5,51.

11 Cf. J. André, Etude sur les termes de couleurs dans la langue latine, Klincksieck, Paris 1949,57.

12 272,13 L.

13 Cf. Tacite, H 3,67.

14 Cf. Velleius Paterculus 2,80,4. Voir J. André, op. cit. 72.

15 Cf. H. Blümner, Technologie und Terminologie der Gewerbe und künste bei Griechen und Römern, Leipzig 1912, I, 257.

16 AA 3, 189 : Pulla decent niueas.

17 Od. 6,101

18 Od. 7,233 ; 335.

19 11. 1,195 ; et passim. Au Moyen Âge, cf., chez Marie de France, Lai de Lanval :
Un blanc palefrei chevauchot...
Le col plus blanc que neif sur branche
Les iolz ot vairs et blanc le vis
(Elle chevauchait un blanc palefroi.../ Le cou plus blanc que la neige sur un arbre / elle avait les yeux brillants et le visage blanc).

20 La suite d’Homère 14.

21 Met. 2,9.

22 1,32,11-12.

23 Traduction R. Brasillach.

24 2,17,17.

25 Traduction Paul Valéry.

26 Les Oiseaux 695-696.

27 Arch. 6,1,4.

28 7,13,2.

29 Ep. 7,13,2.

30 Cf. Virgile, En. 10,664 ; et passim.

31 Iliade 7,63-64.

32 Od. 1,5,6-7.

33 Phars. 5,564-565 : Niger inficit horror/terga maris.

34 En. 5,2 ; fluctusque atros Aquilone secabat.

35 68b, 63 : in nigro iactatis turbine nautis.

36 Od. 6,268-269.

37 Cf. Columelle, pr. 24 : in aliis regionibus nigra terra quant pullam uocant, ut in Campania, est laudabilis.

38 34,2 ; 135,2 ; 151.

39 3,12,5.

40 17,2,25 ; 17,3,26.

41 2,2,19 ; 3,11,16 ; 4,33,1.

42 NH 18,163.

43 2,10,18.

44 Cf. Varron 2,5,7 : ut sint [...] nigrantibus cornibus, latis frontibus ; Columelle 7,6,2 : ut sint boues [...] magnis auribus, latae frontis et crispae, labris oculisque nigrantibus.

45 7,6,2.

46 1,27,1.

47 4,13,3.

48 7,12,3.

49 8,2.

50 12,38,1.

51 15,122.

52 12,51,1.

53 10,28.

54 Sur ces différents emplois, cf. Carmen Arias Abellán, Estructura semantica de los adjetivos de color en los tratadistas latinos de agricultura y parte de la Enciclopedia de Plinio, Universidad de Sevilla 1994, 63 ss.

55 12,51,1.

56 15,4,13 : non ante Favonii ad flatum nigrescentes (sc. olea) [...]. Tunc arbitrantur eas maturescere.

57 1,9,7.

58 De arb. 4,5.

59 7,12,3.

60 12,133.

61 119.

62 Pline 14,27.

63 1,10,1.

64 4,13,3.

65 G. 4,126.

66 14,380.

67 Od. 1,21,7-8.

68 2,5,7.

69 6,1,3.

70 2,5,7.

71 2,5,8.

72 2,9,3.

73 3,25,12.

74 Cf. C. Arias Abellán, 1994, 176.

75 Cf. J. André, 1949, 72.

76 Cf. supra.

77 Cf. Pline 8,191.

78 Cf. Martial 14,151,1.

79 Cf. Ovide, Amours 2,4,41-42.

80 Cf. Horace, Odes 1,25.

81 Ovide, Met. 4,160.

82 Cf. Horace, Epodes 16,46. Voir J. André 1949,72.

83 Arch. 6,1,5 : gentes... colore fusco. Cf. supra.

84 Cf. Pline 35,184.

85 9,84.

86 3,21,1.

87 10,11,1.

88 7,2,5.

89 Cf. Pline 17,4,43.

90 Cf. Columelle 3,2,16.

91 6,37,6.

92 Cet adjectif caractérise également la robe de certains chevaux : cf. Palladius 4,13. Voir J. André, 1949, 73-74 ; C. Arias Abellán 1994,84.

93 Vidularia 36.

94 HN 35,50. Cf. Vitruve, Arch 7,10,1.

95 Cf. supra.

96 Cf. Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, texte établi, traduit et commenté par J. Croisille, Les Belles Lettres, Paris 1985, 168.

97 HN 35,29.

98 Cf. Cependant chez Apulée, Mét. 11,3,5 : palla nigerrima splendescens atro nitore.

99 Cf. J. André 1949, 53.

100 Virgile, G. 4,275.

101 13,54.

102 12,20.

103 César 45,1.

104 Mét. 2,9,2.

© Presses universitaires de Perpignan, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search