Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes du Lauragais à la fin du Moyen Âge

 | 
Marie-Claude Marandet

Troisième partie : La Terre

Texte intégral

I. LE FINAGE DES COMMUNAUTÉS

  • 1 R. Brunet (R.), LeTerrefort..., op. cit.
  • 2 Bertrand (G.), Pour une histoire écologique de la France rurale, Histoire de la France rurale, sou (...)

1Le finage, pour les géographes, correspond à l’étendue de terre appropriée et plus ou moins complètement exploitée par une communauté agricole. Généralement continu et délimité, il comprend l’ensemble des terres cultes et incultes (cultures, bois, terrains de pacage)1. Ce finage est donc un espace occupé et juridiquement reconnu, un territoire sur lequel un groupe rural, une communauté exerce des droits agraires2.

A. La terre estimée

2Étudier le finage d’une localité à partir des registres d’estimes pose de nombreux problèmes et nécessite d’user de beaucoup de prudence. Le premier problème, quand on tente d’exploiter ces documents, est celui des mesures utilisées.

1. Les mesures en usage

  • 3 Introduction à la Métrologie Historique, Paris, 1989, p. 65 et Charbonnier (P.), Les anciennes mes (...)

3Les recherches métrologiques concluent à une fiabilité des Tables de conversion, même si quelques erreurs, très faibles, viennent des variations des chiffres métriques officiels, au début de leur application3. Les Tables ont aussi simplifié la documentation transmise à l’administration, une mesure a pu être présentée comme générale alors qu’elle ne l’était pas. On peut considérer, qu’à quelques ares près, les Tables de conversion fournissent des équivalences, que l’on peut supposer raisonnables, aux mesures médiévales. En effet, de nos jours encore, on note une permanence des mesures antérieures au système métrique, créditées pratiquement de la valeur qu’elles avaient au xviiie siècle ; à Castelnaudary, par exemple, on utilise, pour évaluer la superficie d’un champ, une sétérée de 35 ares, contre 35,19 ares, lors de l’adoption du système métrique.

  • 4 Ou de Villefranche, qui est de la même valeur, Domergue (A.), Métrologie de la Haute-Garonne, Lebo (...)
  • 5 Tables de comparaison, Toulouse, an X, Veuve Douladoure.
  • 6 A.D.H.G., 5 E67 f° 18 v°.
  • 7 A.D.H.G., 5 E67 f° 15 r°.

4Les Tables de conversion de l’an X indiquent, pour les mesures agraires, l’utilisation, à Montgiscard et Montesquieu, de l’arpent d’Avignonet4 de 59,2743 ares. Cet arpent se divise en quatre pugnères de 14,8185 ares et 32 boisseaux de 1,8532 ares. L’arpent de Toulouse est utilisé à Ayguesvives, il vaut 56,9033 ares et se divise en quatre pugnères de 14,22584 ares et 32 boisseaux de 1,77823 ares5. Il est aussi fait mention de l’éminée, qui se divise en quatre pugnères et qui semble donc un doublet de l’arpent. À la fin du Moyen Âge, on ne retrouve pas tout à fait cela. L’arpent est employé, dans les estimes, à Montgiscard et Ayguesvives, avec son sous-multiple, la pugnère. Ayguesvives dépendant alors du consulat de Montgiscard, utilisait, peut-être, comme celui-ci, l’arpent d’Avignonet. À Montesquieu, par contre, c’est la sétérée qui est utilisée et non l’arpent. On trouve toutefois deux ou trois mentions d’arpents dans les estimes, ainsi, en 1485, Daniel Advessen, dont toutes les autres parcelles sont évaluées en sétérées, déclare deux arpents et demi de pré6. Alyot Baco, un forgeron déclare une ferme avec 20 arpents de terre cultivée et inculte et de bosiga, alors que tous ses autres biens sont évalués en sétérées, pugnères, émines. Il possède une borde sur ce terrain, un rajout est ensuite effectué « creys per le bastiment que ha fayt a la dite boria et per terras que ha desbosiguadas »7, peut-être se contente-t-on d’une approximation par déambulation autour d’une zone encore à défricher et réserve-t-on le véritable arpentage, avec instruments, au secteur anciennement mis en valeur.

  • 8 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. XXVII-XXX.
  • 9 A.D.H.G..3E 10161 f 179 v°, achat d’une pogesée de malhol pour 3 £ 2 sous et 6 deniers tr. A.D.H.G (...)
  • 10 A.D.H.G., 3 E 10133, non folioté.
  • 11 C’est ce que note Mireille Mousnier pour l’abbaye de Grandselve. Mousnier (M.), L’abbaye de Grands (...)
  • 12 A.D.H.G., 5 E 67 f° 1 v°. Germa Costa déclare une parcelle d’une sétérée vieille.

5Ph. Wolff fournit d’autres renseignements pour la fin du Moyen Âge, avec des mesures correspondant au prix d’une parcelle, une maille ou un pogès. L’arpent se divise, dans ce cas, en quatre mésalhées à 14,2 ares et en huit pogesées à 7,1 ares8, pugnère et mésalhée, c’est-à-dire ce qui coûte une maille, sont donc semblables. Il n’est pas fait mention des mésalhées et pogesées dans les registres d’estimes, mais elles apparaissent, parfois, dans les actes notariés et dans les registres de reconnaissances de Montgiscard9. Dans un acte de la fin du xve siècle, on établit, à Montgiscard, une équivalence entre pugnère et mésalhée : Bernard de Marca achète un jardin, à Montgiscard, contenant une demi-mésalhée sive une demi-pugnère (« mediam mezalhatam sive mediam punhayratam vel circa »)10. On peut supposer que l’usage de ces mesures s’est fossilisé, en quelque sorte, dans les registres de reconnaissances et que les tenanciers continuent de les employer quand ils vendent leur parcelle. Des modifications portant, au moins, sur les termes employés, se produisaient donc. On retrouve cela dans les reconnaissances des tenanciers de l’archevêque de Toulouse, pour les biens situés à Montgiscard, on y mentionne arpents et sétérées, ces dernières absentes des estimes. Ces registres de reconnaissances reprennent les mots en usage quand les parcelles ont été concédées, au xiiie siècle probablement, lors de la donation effectuée par Simon de Montfort à l’évêque Foulques. On peut supposer toutefois que les termes d’arpent et de sétérée, dans une même localité, recouvrent à peu près la même réalité11. Des mesures, tout en conservant le même nom, ont dû évoluer, telle la sétérée de Montesquieu, puisqu’on aperçoit de très rares « sétérées vieilles » dans les estimes de 148512, ou celle de Castelnaudary, quelques « sétérées petites » sont mentionnées dans le registre d’estimes de 1535. Si les mesures en usage ont changé au cours du Moyen Âge, elles ont pu, bien sûr, le faire entre le xve siècle et la Révolution, ce qui est facteur d’erreurs, j’y reviendrai, mais ne jouera guère en ce qui concerne la composition générale du finage.

  • 13 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. XXVII-XXX.
  • 14 A Grandselve, la cartonnade fait un peu plus de trois arpents, soit 1,75 ha, Mousnier (M.), L’abba (...)
  • 15 On pourrait aussi penser qu’une sétérée contient quatre quartières (elles sont très peu mentionnée (...)

6Les sous-multiples de la pugnère n’apparaissent, pour l’ouest du Lauragais, qu’à Montesquieu. Des livralats ou liuralats sont mentionnés. Le fait que les parcelles de huit ou neuf livralats de terre soient allivrées autant qu’une pugnère permet de penser qu’on a huit livralats à la pugnère. Les livralats de Montesquieu semblent donc correspondre aux boisseaux, je considère que le livralat vaut 1/32 de sétérée ou d’arpent, soit 1,85 ares. Des mesures s’interposent entre la pugnère et le livralat, ce sont les quartières (carteria), elles semblent correspondre à un quart de pugnère soit 1/16 d’arpent ou de sétérée. Quelques émines sont mentionnées, cette mesure doit être proche de la sétérée ou de l’arpent. En effet, Ph. Wolff indique l’emploi, pour les mesures de capacité, du carton qui vaut quatre émines ou quatre setiers ou 16 pugnères13. L’émine, pour la zone utilisant les mesures toulousaines, correspond donc au setier et le setier à quatre pugnères ; une sétérée correspond à peu près à un arpent, à une éminée et aussi à quatre pugnères, ce qui rejoint les mesures en usage à la Révolution. De rares cartonnades (cartonada ou quartonada) apparaissent, le carton de blé valant quatre setiers, on peut supposer que la cartonnade correspond à peu près à quatre sétérées ou arpents14. Un déclarant, toutefois, possède une « sétérée où il y a une cartonnade ». Je considère qu’à Montesquieu, seul village vraiment original par rapport aux Tables de conversion, une sétérée correspond à un arpent et contient quatre pugnères, 16 quartières et 32 livralats ou liuralat15.

  • 16 Hyvert (R.), Les anciennes mesures audoises, Bulletin de la Société d’Etudes Scientifiques de l’Au (...)

7En Lauragais oriental, à Castelnaudary, 1a sétérée de 35,19 ares contient deux émines, quatre quartières, 16 pugnères, 32 boisseaux ou coups (à 1,09 ares). La moiade vaut 16 sétérées16. Sétérées, émines et quartières sont signalées dans les estimes ; les pugnères le sont rarement, sauf dans le cahier du port Dedins du registre de 1496, où l’on trouve même des estats qui doivent correspondre aux « boisseaux » et « coups » qui n’apparaissent jamais dans les documents médiévaux. Dans ce cahier, on mentionne souvent le quart de pugnère, soit 1/64 de sétérée (0,54 are), la moitié d’un estat. Pour parler d’une pugnère 3/4, on note « une pugnère et demi et un quart de pugnère ». On retrouve estats et quarts de pugnère dans le registre CC 11 de 1516.

  • 17 Frêche (G.), Les prix des grains, des vins des légumes à Toulouse (1486-1868), Paris, PUF, 1967.
  • 18 A.M.T., Ms. 634 f° 15 r° et aussi dans les registres d’estimes de Fendeille, à propos de redevance (...)

8Les mentions de superficie ne figurent pas dans les estimes de Fendeille ; dans les registres notariés, on emploie la sétérée. Georges Frèche indique qu’on utilise à Fendeille, comme à Laurac, le setier de Castelnaudary17. Dans ce cas, les mesures agraires en usage dans ces deux consulats seraient celles de Castelnaudary ; pourtant il est parfois fait mention, dans les estimes de Fendeille, d’une mesure de Laurac qui doit être un peu différente de celle de Castelnaudary18.

  • 19 Je me contenterai de rappeler ce qui a déjà été dit sur les diverses façons d’évaluer les champs, (...)
  • 20 Elle était déjà en voie de disparition au xie siècle, en Bas-Languedoc, M. Bourin-Derruau met cela (...)
  • 21 A.D.H.G., 5 E 67 f° 7 v° ; ce jardin, estimé 10 sous, est tenu, de plus, par deux personnes.

9Si l’on excepte l’arpent, qui semble, tout de même, correspondre à la sétérée, les mesures de superficie sont en rapport avec le volume de semence nécessaire19. La mention de la longueur des côtés n’est utilisée que pour les jardins et seulement dans quelques localités20, à Montgiscard, par exemple, longueur et largeur sont fournies dans les registres notariaux, exprimées en empans (à 22 cm). Dans une estime de Montesquieu, deux personnes déclarent 9 pans de jardin, il est peu probable qu’un jardin mesure 1,98 m de côté, on peut supposer qu’il s’agit de pans carrés, ce qui donnerait une superficie de 43,5 m21.

10La précision est très grande dans les livres d’estimes, de l’ordre d’ 1/32 ou 1/64 de sétérée, sauf à Montgiscard et ses dépendances, où elle n’est que d’un quart de sétérée. Il est extrêmement rare que l’on indique une superficie approximative, ce qui est fréquent, par contre, dans les actes notariés où les parcelles font X sétérées « vel circa ». On peut donc supposer que les parcelles ont été, un jour, précisément mesurées, même si la présence d’un arpenteur n’est pas mentionnée.

2. Les lacunes des registres

11En convertissant toutes les mesures utilisées dans les estimes en mesures actuelles, on obtient les superficies des finages taillables suivantes :

  • 22 Les superficies des parcelles n’étant pas fournies dans les estimes de Fendeille, cette localité n (...)
  • 23 Le compoix de 1553, utilisé par R. Maguer, De la cocagne au blé.... op. cit., ne permet, lui aussi (...)

Note 37822
Note 37923

12Les résultats obtenus en additionnant tous les items (qu’ils appartiennent à des résidents ou à des forains) ne représentent que 50 ou 60 % des superficies actuelles des communes. Comment peut-on expliquer cela ? Les espaces non allivrés correspondent-ils seulement aux terres nobles ? D’autres catégories de terres ne sont-elles pas exclues de l’allivrement ?

a. La terre taillable non allivrée

  • 24 A.D.A., 4 E 076/ CC 9, dans ce registre, les superficies des jardins et vergers sont parfois fourn (...)
  • 25 En Comtat, par exemple, Zerner (M.) Le cadastre..., op. cit., p. 228.

13Les lacunes des registres ont déjà été évoquées : absence de quelques pages, parfois de tout un cahier, forains pas toujours recensés, biens des gens d’Église souvent mal répertoriés. Quelques privilégiés qui ne paient pas la taille (sergents royaux, consuls de l’année, etc.) ne sont pas allivrés, ainsi que les nichil solvabiles qui sont de tout petits propriétaires. Les superficies de certains biens ne sont pas fournies : les parcelles bâties, qu’elles soient situées en ville ou en campagne, les jardins, les vergers24, les aires. Les jardins et vergers, d’après les actes notariés, ne couvrent que de faibles superficies ; dans certaines régions, ils représentent 1 % de la surface cultivée25, ce doit être à peu près la même chose en Lauragais. Quelques superficies de domaines ruraux font défaut, certains contribuables signalent seulement détenir « des terres à tel endroit », ce qui est plus gênant.

  • 26 Valladier-Chante (R.), Le Bas- Vivarais au xve siècle..., op. cit., p. 81.
  • 27 Demaille (E.), La gestion..., op. cit., p. 120 et p. 122. On déclare 126 parcelles de bois, ce qui (...)
  • 28 Zerner (M.) Le cadastre..., op. cit., pp. 90-92.
  • 29 Ib., p. 223. En Toulousain, ce terme signifie friche, broussaille, Xavier Ravier, Atlas linguistiq (...)

14Dans quelques régions, tous les types de formations végétales ne sont pas recensés. En Vivarais, les bois ne figureraient pas, sauf exception, sur les registres ; R. Valladier-Chante pense qu’ils ne sont signalés qu’exceptionnellement, quand ils constituent un communal ou sont mis en défens26. À Lodève, les bois figurent sur les estimes, mais non les garrigues27. Dans le Comtat Venaissin, d’après la lettre de commission, les hermes échappent à l’inventaire ainsi que les bois28. M. Zerner trouve toutefois des « bosiga » qu’elle interprète comme des essarts29. En Lauragais, les bois sont déclarés même s’ils sont très souvent, au dire des déclarants, composés en partie de broussailles, donc moins imposés. Pour les friches, la situation semble différente d’une localité à l’autre. Elles n’apparaissent pratiquement pas à Castelnaudary, mais c’est parce qu’elles sont très rares, la plaine étant intensément cultivée. On en trouve seulement dans quelques fermes des confins du finage, leur superficie est dérisoire. À Fendeille, étant donné la pauvreté des terres de la Piège, les fortes pentes, la présence de troupeaux de moutons, les friches doivent bien exister ; on en aperçoit dans tout le Terrefort, sauf pour ce village, dans les registres notariés. On peut supposer que les friches de Fendeille appartiennent au seigneur du village, qui doit concéder le droit de pâture, ce sont des terres nobles, non allivrées.

  • 30 Zerner (M.) Le cadastre..., op. cit., p. 95.

15Dans les registres d’estimes du Comtat, Monique Zerner note que les surfaces indiquées sont parfois réduites à cause d’un cens important, mais une indication figure alors dans la marge du manifeste30. Aucune indication de ce genre n’apparaît en Lauragais. A-t-on pratiqué une réduction automatique des superficies dans les registres ? Si l’on parie sur un maintien des traditions dans la réalisation des estimes, ces réductions n’existant pas au xviie siècle, on peut supposer qu’elles n’existaient pas au xve siècle. Les terres de valeur nulle, s’il en existe, doivent être inscrites au cadastre ; elles le sont à Fendeille, avec, en marge, la mention « nichil ».

  • 31 Ouradou, Monographie de la commune de Montesquieu, 1885.
  • 32 Amiel, Monographie de la commune d’Ayguesvives, 1885.
  • 33 Carrié, Monographie de la commune de Montgiscard, 1885.

16Les chemins, rivières, marais, espaces bâtis ne figurent pas sur les registres et sont donc à rajouter. En 1807, à Castelnaudary, ils représentent 31 ha : huit ha occupés par les maisons, usines, bâtiments, cinq ha par les lits et grèves des ruisseaux 18 ha par les routes et chemins. A la fin du Moyen Âge, les superficies hors S.A.U. doivent être à peu près du même ordre. Dans les villages de Montesquieu, Ayguesvives et Montgiscard cette superficie hors S.A.U. est sûrement beaucoup plus élevée à cause de l’Hers, l’essentiel de son lit est alors occupé par des zones marécageuses, des prairies inondables qui ne semblent pas toutes déclarées : quelques « rivaleria » apparaissent dans les registres de notaires, mais non dans les estimes. En 1885, à Montesquieu, la superficie cultivée est de 2 356 ha31, la superficie non agricole serait alors de 119 ha, à moins que des friches ne soient pas signalées ou que la commune ne soit plus petite qu’aujourd’hui (la plaine de l’Hers correspond à un peu plus de 90 ha). À Ayguesvives, toujours en 1885, la superficie non agricole est de 67 ha32. À Montgiscard, les superficies cultivées qui sont indiquées pour cette date semblent incorrectes33, mais on peut évaluer la vallée de l’Hers à près de 90 ha, le total hors S.A.U. doit être de l’ordre de celui de Montesquieu.

17Certains des déclarants ont peut-être sous-évalué la superficie de leurs terres ; à Montgiscard et Ayguesvives, on a visiblement arrondi à la pugnère ou à la demi-sétérée. Si l’on essaie de comparer, pour Montgiscard, pour un même individu, ce qu’il reconnaît en tenure et ce qu’il déclare dans son manifeste, à la fin du xve siècle, pour voir si l’on fraudait quant aux superficies des parcelles, on n’aboutit pas à un résultat fiable (cf. infra). On ne retrouve pas toujours, pour un même lieu-dit, les mêmes parcelles, avec les mêmes superficies et les mêmes charges. Des champs ont dû être regroupés pour permettre une exploitation plus rationnelle et c’est la parcelle obtenue qui est déclarée aux estimateurs.

  • 34 Ceci dans le cas d’un arpentage effectué avec un destre ; si l’on utilise une corde, l’erreur est (...)

18Des erreurs d’arpentage ont pu se produire. Bertrand Boysset dans le premier chapitre de son traité d’arpentage parle de mesures « aux environs de », « o entorn », cette expression désigne 1/16 de sétérée (avec une sétérée à 25,88 ares) ou 1/16 de quarterée. Il estime qu’une marge d’incertitude correspondant à cinq destres carrés (soit 80 m2) est tolérable (1/32)34. Si cette approximation existe dans les registres, on peut rajouter 1/32 aux superficies obtenues.

19Des erreurs résultent aussi, probablement, du fait que les mesures du xve siècle ont été considérées comme équivalentes à celles de la fin du xviiie siècle et des incertitudes quant au liuralat de Montesquieu et à la sétérée d’Ayguesvives. Si cette dernière est la même qu’à Montesquieu et Montgiscard, la superficie recensée augmenterait d’une vingtaine d’ha. Si le liuralat de Montesquieu correspond à 1/16 de la sétérée, il vaut 3,7 ares, cela changerait la superficie totale du consulat qui gagnerait 41,66 ha, pour le registre dit de 1409 et 26,33 ha pour celui de 1485, étant donné le nombre de liuralats rencontrés.

  • 35 Gilles (H.), La coutume..., op. cit.
  • 36 Jorré (G), Le Terrefort..., op. cit., p. 158. La source consultée n’est pas indiquée.
  • 37 Ramière de Fortanier (J.), Droits féodaux .... op. cit., p. 369 et suiv. Enregistrement au Parleme (...)
  • 38 A.D.H.G., 5 E71 f° 43.

20Ni les vacants ni les communaux n’apparaissent sur les registres d’estimes. On n’aperçoit que très peu de vacants, au xve siècle, dans les localités estimées, signalés en confronts de parcelles ; normalement, selon la coutume de Toulouse, ils font retour au roi, s’il n’y a pas de seigneur direct35. Les communaux seraient très rares en Lauragais : Georges Jorré indique qu’en 1549, sur 74 communautés du Terrefort, 41, soit 55,4 %, ne possèdent pas le moindre communal. Les communaux des 33 autres représentent 0,62 % de la surface totale. Sur ces 33 communautés, 28 ont en moyenne 1,69 ha de communaux36. Jean Ramière signale des lettres d’amortissement de Louis XIV où l’on mentionne les possessions de la ville de Castelnaudary, entre autres, quatre communaux dont la superficie totale est de 15 sétérées et une pugnère (soit 5,3 ha)37. Les autres possessions communales citées figurent sur les actes du xve siècle, on peut supposer que les terrains communaux étaient alors les mêmes. D’après un cadastre de Montesquieu de 1784, la communauté possède la maison curiale, sacristie et patu, l’église, la place publique, le jardin du curé, une terre en friche, un communal, une terre, les superficies des parcelles ne sont pas fournies38.

  • 39 A.D.H.G.,1 A 8 tome 2 f° 274 r°.

21Les renseignements précis sont très rares, dans les documents de la fin du Moyen Âge. À Castelnaudary, quelques locations de communaux sont effectuées, elles concernent quatre sétérées de prés. À Montgiscard, des communaux sont pris sur le domaine royal et concédés contre le paiement d’une albergue de 25 £, leur superficie n’est pas indiquée39. À partir des chartes de coutumes du Lauragais et des lettres d’amortissement concédées en 1688 et reprenant les textes antérieurs, on peut s’apercevoir que les communaux pouvaient être nobles (à Labécède, par exemple) et qu’ils étaient parfois assez importants, plus que ne l’indique Georges Jorré. À Baziège, ils dépassent les 20 ha : 25 arpents dans la forêt de Saint-Rome, 12 arpents de prés, sept pugnères de terre avec tuilerie et trois petits pâturages. Quelques hectares de communaux seraient donc à rajouter.

  • 40 Cazes (J.-P.), Habitat..., op. cit., p. 500.
  • 41 A.D.A., 13 M 264, statistiques agriculture, commerce et industrie.

22Les limites des communautés médiévales ne sont pas forcément celles des communes actuelles. La ferme de Salesses, par exemple, est aujourd’hui située sur la commune d’Issel, elle était, au xve siècle, dans le consulat de Castelnaudary. La charte de Fendeille, de 1202, énumère le tracé des termini, le fief de Galines est situé sur le territoire de Fendeille, il est aujourd’hui sur celui de Mireval40. Laval-des-Rous, localité aujourd’hui réduite à une ferme, est allivrée avec Fendeille au xve siècle, elle est située, actuellement, sur Villeneuve-la-Comptal. Certaines communes ont encore connu des modifications courant xixe siècle : les statistiques de 1807 donnent, pour Castelnaudary, une superficie de 3 745 ha seulement41, soit 1 000 ha de moins qu’aujourd’hui. Ce phénomène a pu se produire pour les localités du Terrefort.

b. Essai d’évaluation de la terre noble

23Ce qui explique surtout les distorsions entre superficie apparaissant dans les estimes et superficie réelle des communautés, c’est l’absence de la terre noble, le Lauragais étant pays de taille réelle. Seuls les biens taillables sont estimés, c’est-à-dire la terre roturière, qu’elle soit allodiale ou emphytéotique. Cela conduit à sous-estimer les patrimoines car les terres nobles peuvent appartenir à n’importe qui.

  • 42 Il fonde un obit à Saint-Michel de Castelnaudary, en 1478, il lègue 100 écus et 15 setiers de from (...)
  • 43 A.M.C., 4 E 076/ CC 28 f° 4 v°.

24Dans les livres d’estimes de Castelnaudary, on aperçoit, parfois, des fermes nobles en confronts des biens allivrés, on en retrouve dans les registres notariaux, mais, si l’on se contente de glaner ces quelques indices, on n’a qu’une vision très partielle de la terre noble. On ne repère, de cette façon, que les fermes nobles de Barbontier, propriété du seigneur de Souilhe et de Léran42, de Canast, propriété d’Odet Ysalguier, de Salesses, propriété du seigneur d’Issel et de La Rouquette, aux mains de Jacques Le Roy (en 1700, cette ferme dite de la Rouquette du bois, compte plus de 214 sétérées -dont 13 sétérées de bois-, soit 75,3 ha)43.

  • 44 A.D.H.G., C 1543.
  • 45 Frêche (G.), Compoix, propriété foncière, fiscalité et démographie historique en pays de taille ré (...)

25On peut retrouver les biens nobles dans d’autres documents. Tout d’abord, l’enquête de 1557 dont j’ai parlé à propos des registres d’estimes44. Cette enquête concerne le diocèse civil de Toulouse. G. Frêche, qui l’a étudiée, conclut à la rareté des terres nobles : 8,6 % pour l’ensemble du diocèse civil de Toulouse, 5,5 % dans la jugerie de Lauragais. Les 4/5 des communautés ont répondu à l’enquête et, sur les 77 communautés du Lauragais qui ont répondu, 60 réponses, seulement, sont utilisables. Pour l’ensemble de ce diocèse civil, G. Frêche donne une répartition des biens nobles, la noblesse en détient 68 %, le clergé 25 %, la bourgeoisie 5 %, les 2 % restants sont partagés entre le roi, les communautés, les marchands et paysans45. D’après ce registre, il n’y aurait pas de terres nobles dans certaines communautés, ainsi à Saint-Félix et Le Vaux. 229 arpents et une pugnère (dont 72,5 arpents possédés par l’abbaye de Boulbonne, 72 arpents par un connétable et 84 arpents 3 pugnères par Garaud) sont signalés à Montgiscard ; 238 arpents, soit 141,3 ha, à Montesquieu. Ayguesvives n’a pas répondu à l’enquête, à moins que ses terres nobles ne soient confondues avec celles de Montgiscard. Les localités de Castelnaudary et Fendeille étant situées dans le diocèse civil de Saint Papoul ne sont pas mentionnées. Les terres du roi n’apparaissent pas, ni celles de l’archevêque de Toulouse.

  • 46 Ramière de Fortanier (J.), Droits seigneuriaux..., op. cit., p. 16.

26On peut comparer cette enquête avec un autre document, conservé aux Archives municipales de Toulouse, le Ms. 634. Il contient des collations (du xviie siècle ?) d’aveux et dénombrements faits au roi, aux xive et xve siècles. Ces aveux, classés plus ou moins par localités, sont recopiés en tout ou partie. Hommage une fois rendu, le vassal fournit son aveu et dénombrement. Il « avoue » ou reconnaît sa vassalité et « dénombre » ou énumère les droits et possessions qui composent son fief (terres nobles, revenus tirés des droits de justice, des censives, des banalités...). Au xviie siècle, les seigneurs dénombrent, souvent, des biens nobles en précisant qu’ils paient la taille par provision, à cause des procès qu’ils ont avec leurs communautés, « promptes à inscrire ces biens dans les compoix, comme roturiers ». À cause de cela, Jean Ramière de Fortanier note des « différences entre la liste des biens nobles d’après les dénombrements et les compoix »46. On n’aperçoit pas ce genre de mention dans le Ms. 634.

  • 47 A.M.T., Ms. 634 f° 31 v°, f° 33 r°, P 33 r°, P 35 v°, f° 36 r°, f° 35 r°.
  • 48 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 150 r°.
  • 49 A.D.H.G., 5 E 67 f° 70 v°.
  • 50 A.D.H.G., 5 E 67 f° 64 v°.
  • 51 Ramière de Fortanier (J.), Droits seigneuriaux..., op. cit.
  • 52 A.D.H.G.., E 1136. S’agit-il des biens qui appartenaient autrefois à Says de Montesquieu ? Ce déno (...)

27Pour Montesquieu, des dénombrements sont effectués en 1389. Jean Villèle possède alors deux maisons dans le fort, deux métairies avec 200 sétérées de terres, vignes, bois et autres, Says de Montesquieu déclare, pour lui et sa femme Géraude de Fenouillet, une métairie près de l’Hers, un moulin à eau sur l’Hers, noble comtesse de Châteauneuf 322 arpents et plus. Toujours en 1389, Jeanne de Cambelle déclare deux maisons, une métairie (sous les fossés), dont la superficie n’est pas fournie et 25 sétérées et demie de terres. En 1420, Rique de Roqueville et son fils Jean de Cambelle, peut-être héritiers de Jeanne, déclarent une maison, un jardin, 22,5 cartonnades et 13 pugnères de terre, quatre cartonnades de bois, une métairie dont la superficie n’est pas fournie. Jacques de Pallais déclare, en 1462, une métairie, une tuilerie, des quantités de terre dont la superficie n’est pas fournie, plus 35 arpents en diverses parcelles47. Pour 1389 seulement, on arrive à plus de 547 sétérées de terres nobles ; si l’on rajoute ce qui est déclaré au xve siècle, on obtient un peu plus de 656 sétérées (389 ha). Dans l’enquête de 1557, ne sont mentionnés que 238 arpents de terre noble pour ce village de Montesquieu ; ou l’enquête n’est pas faite d’une façon très sérieuse, ce que j’ai noté pour les registres d’estimes, mal signalés, ou les terres nobles se sont raréfiées depuis la fin du xive siècle, par accensement. C’est peut-être le cas pour quelques terres des Roqueville-Cambelle. Une de leurs fermes, « cuisdam boarie et territorii eisdem », à Cambel, est donnée en « novum feudum » en 140748. Dans le registre d’estimes de 1485, on trouve deux métairies à « Cambel », une de cinq sétérées et sept pugnères, qui est apparemment un alleu49 et une de 114 sétérées, déclarée par Jean et Guiraud Folhada, qui fait huit setiers d’oblies et où il y a un moulin pastelier, cette dernière correspond, peut-être, à celle inféodée en 140750. Jean Ramière, pour la période moderne, n’a repéré que deux terroirs nobles à Montesquieu : Bigot qui fait 80 arpents, et Les Bastards, qui, au xve siècle, nous l’avons vu, dépendent du consulat de Montgiscard. Les Bastards appartiennent au roi, la directe appartient à l’abbaye de Boulbonne (elle est vendue à Durand d’Avessens dans la deuxième moitié du xvie siècle)51. On retrouve le fief de Bigot dans un dénombrement de noble Jean de Bonnefoy, seigneur de Bigot, Montesquieu et Villenouvelle. Il possède à Montesquieu un moulin à blé de deux meules, au bord de l’Hers, à Bigot, un bois de huit arpents à la barthe de Bigot (en cf. le bois du dauphin), une borde avec ses jardins, sol et colombier, appelée la borde de Bigot, de 80 arpents d’un seul tenant. Il possède aussi un tiers du four banal, une maison, plus d’une sétérée et demie de vigne52.

  • 53 A.M.T., Ms. 634 f° 8 r°, f° 12 r°, f° 12 v° et P 8 v°.
  • 54 A.D.A., 4 E 076 CC 10 et 4 E 076/CC 12.
  • 55 A.D.A., 3 E 9448 f° 227 v°.
  • 56 A.D.A., 4 E 076 en CC 30 f° 1 r° ; il possède dans cette zone le moulin de la Terrade non noble, e (...)
  • 57 A.D.A., B 1982.
  • 58 A.M.T., Ms. 634 f° 8 v°.
  • 59 Il la détient quand il fait hommage à Catherine de Médicis en 1550-51, A.D.A., B 1982. Il en avait (...)
  • 60 Ramière de Fortanier (J.), Droits seigneuriaux..., op. cit. Je n’ai pas retrouvé cet aveu de 1389 (...)

28Pour Castelnaudary, sont collationnés six aveux datant de 1389. Bernard Barthe dénombre une métairie contenant 60 sétérées de terre labourable, six sétérées de terre inculte, sept sétérées de pré et cinq quartières de vigne. Noble Franc de Saint-Germain dénombre deux métairies avec 30 sétérées de terre labourable, 60 sétérées de terre inculte et 10 sétérées de pré. Bernard-Raymond de Fontaynes dénombre la métairie de La Terrade composée de 80 arpents de terre labourable, quatre arpents de pré et 100 arpents de terre inculte. Noble Roger de Barthe déclare deux métairies, une de 13 sétérées de terre labourable, une de 40 sétérées de terre labourable, 20 sétérées de terre inculte, sept sétérées de pré et six quartières de vigne, situées sur Castelnaudary et Laurabuc. Sicard de Salesses, seigneur d’Issel, dénombre une métairie de 100 sétérées de terre tant cultivées qu’incultes et 20 sétérées de pré. Noble Raymond Amiel dénombre 60 sétérées de terre. On arrive à un total, pour la fin du xive siècle, d’au moins 619,75 sétérées nobles, soit 218 ha. La métairie de La Terrade réapparaît en 1463, Guillem de Fontaynis, pour lui et sa femme, Jeanne Souquette, dénombre « une métairie noble dite La Terrade avec prés et quantités de terres cultivées et incultes dépendantes de la dite métairie »53. Cette ferme est déclarée dans les estimes de 1496, elle figure aussi dans celles de 153554. Dans ce registre, elle apparaît deux fois, au folio 289 r°, elle appartient à Jean de Bernuy et l’on signale qu’elle fut à « Monsieur de Fendeille », au folio 297 v°, elle est aux mains de « Monsieur de Fendeille », les modifications des estimes se font au hasard des espaces libres. Dans ces deux manifestes, elle fait 400 sétérées soit 140 ha contre 184 arpents au xive siècle, peut-être une partie est-elle formée de terres taillables achetées au fil du temps (à moins que le consulat de Castelnaudary n’ait réussi à faire payer une taille indue). Sa superficie n’est pas indiquée dans les estimes précédentes ni dans un acte de division de biens fait, en 1420, entre les deux fils de Bernard-Raymond de Fontaynis55. Elle est allivrée 30 £, fin XVe, alors qu’une borie des obits de Saint-Michel qui fait 100 sétérées est cotée 10 £, on peut supposer qu’elle est beaucoup plus vaste que cette dernière. Le Ms. 635 contient un aveu et dénombrement fait par Jean-Jacques de Fontaynis en 1554, il avoue plusieurs métairies nobles : celle des Caves, non située (probablement Cahuzac), celle de La Terrade avec « moulin d’eau », sur Castelnaudary, Canast sur Mireval et Castelnaudary, avec 180 sétérées, et une autre métairie à Laurabuc. La Terrade ne serait restée que peu de temps aux mains de Jean de Bernuy. En 1700, cette métairie n’est pas au compoix si ce n’est sous forme de confront des biens de « monsieur de Saint Sernin » : « ses terres nobles de la métairie de La Terrade »56. La métairie noble de Salesses réapparaît dans un aveu et dénombrement daté de 1550-51, elle fait toujours 120 sétérées57. Toujours à Castelnaudary, en 1464, Odet Yzalguier, seigneur de Clarmont, dénombre la métairie de Canast58, laquelle, avant 1550-51, est passé aux mains de J. de Fontaynis59. Jean Ramière indique en plus de ces fermes nobles, Barbontier (signalée supra) qui ferait 100 arpents, Esplas avec 270 arpents, La Tour et Saint-Jean-de-Bordes « métairie noble avec château », avouée en 138960. Les 218 ha signalés plus haut peuvent probablement être fortement augmentés.

  • 61 A.M.T., Ms. 634 f° 32 r°.
  • 62 Le premier de Fontaynis repéré en Toulousain est un receveur du roi originaire de Figeac, Pierre. (...)

29Pour les bourgades de Montgiscard, Ayguesvives et Fendeille, la moisson est maigre : seulement deux aveux portant sur des rentes à Montgiscard61 et une métairie de 60 sétérées de terre labourable située à Ayguesvives, avouée en 1389. Les droits seigneuriaux de Montgiscard appartiennent au roi jusqu’en 1719. Jean Ramière de Fortanier signale, pour la période moderne, le terroir noble de Roqueville avec château de 106 arpents et une métairie noble, La Bordière. À Fendeille, si les seigneurs, les de Fontaynis62, apparaissent bien, ils ne dénombrent que des rentes, oblies, droits de justice, une maison noble et un moulin pastelier.

  • 63 Dans la région parisienne, les plus belles font 200 arpents et plus, la majorité moins de 100 arpe (...)

30On voit, à partir de ces aveux, que certaines réserves, à la fin du xive siècle, comptent une cinquantaine d’hectares, au minimum, 322 arpents même, soit 190 ha, pour Comtesse de Chatteauneuf. Rien à voir avec ce que note Jean Lartigaut pour le Bas-Quercy, où, vers 1450, la réserve est extrêmement limitée : le lieu fortifié, un jardin, une chènevière, une vigne, un pesquier, un pré, une garenne63.

  • 64 Duffaud (H.), Roqueville, monographie du fief et de la chapelle de ce nom, Toulouse, Privat, 1903. (...)
  • 65 Cf. infra « La présence seigneuriale ».
  • 66 Commune, canton de Montgiscard.

31Les biens nobles de l’archevêque de Toulouse et, d’une façon générale de l’Église, sont absents du registre Ms. 634, ainsi que de l’enquête de 1557. D’après la Philippine (cf. supra), l’évêque garde la moitié de la ville d’Ayguesvives et de l’albergue qui s’y prend, évaluée à 10 sous tolsans, la directe et la juridiction haute et basse sur les lieux et villages de Corronsac, Péchabou et Donneville, les confiscations pour hérésie, le droit de connaître des contraventions et amendes pour port d’armes dans les terres qu’il possède. Il renonce à recevoir hommage du roi pour le château de Montgiscard et à toute juridiction qu’il peut avoir sur les hommes dits de Roqueville, qui demeurent dans le château et les dépendances de Montgiscard, en dehors de la terre et du fief de Roqueville. En retour, le roi donne à l’évêque le village de Montbrun et plusieurs autres fiefs avec tous les droits de directe et de juridiction et les confiscations pour hérésie et l’albergue qu’il percevait à Donneville64. L’évêque donne en fief des possessions importantes à « la milice ou chevalerie de Roqueville », possessions qui n’apparaissent pas dans les estimes ; des terres sont aussi concédées en tenures65. L’abbaye de Boulbonne est, elle aussi, possessionnée dans ce secteur ; elle détient une grange à Belbèze66, grange dont les terres sont situées, en partie, sur Montgiscard ; dans un des baux de fermage de cette grange, passé le 27 février 1387 (n.st.), l’abbé de Boulbonne loue la grange avec ses dépendances « et tout ce que nous avons à Montgiscard et aux Bastards, retenus nos lauzimes, et foriscapes ». Boulbonne ne figure pas parmi les estimés de Montgiscard ou des Bastards. Évêque et abbaye ont-ils encore une réserve, pour l’un, à Roqueville et à Ayguesvives, pour l’autre à Montgiscard et aux Bastards ?

  • 67 Cazes (J.-P.) La bailie..., op. cit., p. 57 ; peu de localités toutefois sont renseignées.

32Les réserves royales font défaut, elles aussi. Leur superficie n’est pas mentionnée dans les documents consultés aux Archives nationales. À la fin du xiiie siècle, la réserve comtale (proprietates) mentionnée dans le Liber reddituum occupe, dans l’ensemble de la bailie de Castelnaudary, 623,9 sétérées, soit 219,55 ha. A Castelnaudary même, elle comprend 120 sétérées de condamines et 20 sétérées d’encours d’hérésie, soit une cinquantaine d’ha67, ce qui représente suelement 1,34 % des terres cultivées en 1807 (3 717 ha).

  • 68 A.D.H.G., 1 A 2 tome 4, P 142 v°.Les communautés sont Mireval, Bram, Besplas, Plavila, Farge (Le F (...)
  • 69 Gilles (H.), L’administration royale des Eaux et Forêts en Languedoc au Moyen Âge, Bulletin philol (...)
  • 70 Malafosse (L. de), La forêt de Saint-Rome ou de Baziège depuis la domination romaine jusqu’à nos j (...)
  • 71 Dossat (Y.), Évolution de la France méridionale, 1249-1328, chapitres V et VIII.
  • 72 Je n’ai retrouvé que certaines de ces forêts dans un état des droits du roi du xviie siècle, A.D.H (...)

33Si, au xve siècle, cette réserve comtale passée aux mains du roi, n’a pas diminué par accensement, son importance est très limitée, au moins dans cette localité. Il faut toutefois rajouter les forêts royales qui sont assez nombreuses en Lauragais, elles concernent au moins 20 communautés (parmi celles-ci, Castelnaudary, Montesquieu, Ayguesvives), puisque des interdictions d’y pêcher et chasser sont faites aux consuls68. La forêt la plus importante est celle de Saint-Rome dans la plaine de l’Hers-Mort, elle était passée aux mains de Raymond VII par achat, en 1232, du castrum de Saint-Rome au sire de Lantar et échange de la seigneurie de Baziège contre celle de Gardouch69. Cette forêt, au Moyen Âge, commence à l’ouest de Baziège et va jusqu’à Avignonet, englobant le cours de l’Hers et de son affluent le Marès, couvrant une superficie de 7 000 à 8 000 ha70. La zone qu’elle occupe est en partie marécageuse, inondée périodiquement par les ruisseaux du Gardijol, de la Thésauque et, bien sûr, par l’Hers. Ces petits ruisseaux ne seront canalisés et bordés de levées que beaucoup plus tard. Les défrichements commencent sur les marges nord et ouest quand sont fondées Villefranche et Villenouvette ; Alphonse de Poitiers en vend 260 arpents en 1269. À la fin du siècle, la forêt est très parcellisée et son exploitation gérée (fossés, barrières pour le bétail). Dès 1274 cependant, le roi se lance dans une politique de rachat ; dans un acte étudié par Y. Dossat, on voit que de petites parcelles de deux arpents, en moyenne, qui ont été défrichées, vont retourner à la forêt71. Sous Louis XI, les défrichements reprennent, le long de la voie romaine ; il y aurait deux zones de « labours royaux », une de 166 arpents côté Baziège, une de 122 arpents côté Saint-Rome et Villefranche. On peut supposer que fin xve siècle, une partie du territoire des communes actuelles d’Ayguesvives et Montesquieu est encore recouverte par cette forêt royale72. La forêt royale de Montbrun devait, elle, occuper une partie du territoire actuel de Montgiscard puisqu’elle permettait de relier les forêts royales de Combescure et d’Orzvals aux confins de Venerque, Espanès et Issus, à la forêt de Saint-Rome.

c. Une part d’inconnu qui se réduit

34Si l’on rajoute aux superficies des terres taillables tous ces éléments simplement évalués, la part d’inconnu se réduit fortement.

  • 73 Cf. infra « Les formes de propriété ».

35À Castelnaudary, par exemple, dans le registre CC 10, le plus complet pour le xve siècle, le port de la Place, le plus riche, dont les habitants possèdent de nombreuses fermes, fait défaut. Si l’on regarde le registre CC12, de 1535, les habitants de ce même port déclarent des campmas atteignant plus de 843 sétérées. La superficie de sept d’entre eux n’est pas fournie ; en prenant une superficie moyenne de 30 sétérées (cf. infra), on obtient à peu près 1 050 sétérées à 35,19 ares, soit 369 ha, rien que pour les domaines. Si l’on rajoute la propriété en parcelles dispersée, qui est, en moyenne, d’ 1,5 ha par propriétaire73, aux mains d’une cinquantaine de déclarants, cela fait 75 ha à rajouter, soit un total de 444 ha. Le seuil d’allivrement, en 1496, est de 3 sous, ce qui correspond à l’estime d’un jardin, d’une sétérée de terre ; si nous avons 100 propriétaires dans la catégorie des nichils solvabiles (pour 419 allivrés), ce qui ne doit pas être excessif, ce sont 35 ha de terre qui disparaissent des registres. Les forains de Souilhanels, Villeneuve et Fendeille, présents sur le registre de taille de 1492, sont absents des estimes ; à 1,5 ha par déclarant, en moyenne, ils détiendraient 75 ha à peu près. Des superficies de biens-fonds ne sont pas fournies, nous n’avons que celles de deux des six fermes du chapitre Saint-Michel, soit 180 sétérées, on peut supposer que les quatre autres font au moins 100 sétérées chacune (elles sont allivrées de la même façon), soit 140 ha. Si l’on rajoute toutes ces superficies aux 2 215,32 ha de terres taillables recensées en 1496, on arrive à 2 909 ha. On peut estimer -a minima- les communaux à cinq ha, la surface non agricole à 30 ha, les terres nobles à 218 ha, d’après les aveux, les terres du roi à 50 ha, les jardins et vergers à 30 ha. On arrive à 3 242 ha avec des inconnues : les privilégiés échappant à la taille, les vacants (sûrement très rares), la fraude qui doit quand même être assez faible, le rapport exact des mesures du xve siècle avec nos mesures actuelles. Quelques superficies de parcelles ne sont pas fournies, les erreurs d’arpentage doivent être négligeables. Il manque environ 500 ha par rapport à la superficie de Castelnaudary en 1807, soit 13 % de la superficie totale, ce qui est peu. Je tendrais à attribuer l’essentiel des lacunes à des terres nobles, aux mains des seigneurs locaux ou du roi.

36À Montesquieu, les terres taillables recensées en 1485 atteignent 1 405,02 ha. Si l’on rajoute les terres nobles, au moins 389,25 ha, la superficie non agricole, 119 ha, si l’on considère que les jardins et vergers représentent 1 % des terres, les communaux 1 % aussi, soit une cinquantaine d’ha, que la réserve royale représente, a minima, 1,5 % des terres, soit 36 ha, sans compter les forêts, on arrive à 2 000 ha ; la superficie actuelle est de 2 475 ha. Si elle était la même au Moyen Âge, il manquerait à peu près 475 ha, 19 % de la superficie, correspondant aux terres des nichil solvabiles, aux erreurs, à une sous-estimation des terres nobles parmi lesquelles la forêt de Saint-Rome qui devait couvrir le nord-est du finage d’aujourd’hui. La superficie du consulat de Montesquieu était, de plus, peut-être plus réduite que celle de la commune actuelle.

  • 74 Peut-être la ferme La Grange (Coordonnées Lambert 537,6-126,5), commune de Belbèze.
  • 75 Le territoire de Montgiscard était peut-être différent du territoire actuel : plus réduit au nord, (...)

37À Montgiscard, les terres taillables recensées font 683,42 ha, auxquels on peut rajouter 90 ha de terre non agricole, 135 ha, au moins, de terre noble, d’après l’enquête de 1557, soit 908 ha, à peu près, pour une superficie actuelle de 1 316 ha. Il manque environ 400 ha, on peut supposer que les communaux couvrent quelques ha, les jardins et vergers huit à 10 ha, les terres des nichils solvabiles peut-être autant. Le registre est incomplet, un cahier, celui des habitants de la rue Mage, a été perdu (cf. infra). Une vingtaine de manifestes a disparu, en affectant chacun de la superficie moyenne possédée par les déclarants du lieu, soit 5,63 ha, on obtient, a minima, une centaine d’ha. Sont absentes des estimes les terres de l’archevêque et celles de la milice de Roqueville, constituée par les chevaliers vassaux. Ceux-ci détiendraient, d’après Henri Duffaut, six fiefs : Maurento, borio de Carrollis, borio de Ponce ou de Bernard Etienne, borio de Gavarretz, borio de Sobiran ou de Buxi, borio des Fourniers ou d’Ademair. Ces fiefs se trouvent dans la partie est de la commune actuelle (château et chapelle de Roqueville, fermes de La Bordière, Bordeneuve, Grande Borde...), et correspondent, au moins, à 200 ha. La grange de Boulbonne qui est située sur Belbèze et Montgiscard, doit coïncider avec les 72 arpents de l’enquête de 155774. Si l’on considère que Montgiscard au Moyen Âge avait à peu près la même superficie qu’aujourd’hui, il manque à peu près 80 hectares qui, pour certains, peuvent correspondre à une réserve royale, à une réserve de l’archevêque, pour d’autres, à une sous-évaluation des biens des contribuables absents des estimes75.

  • 76 Lourenco (J.), Inventaire..., op. cit., p. 49.

38Le village des Bastards, d’après les estimes, compte 227,17 ha de terres taillables, si l’arpent utilisé fait 57,9 ares, 10 ha de plus, si l’arpent fait 59,27 ares. D’après les manifestes des estimés, son territoire s’étend sur toute la partie sud de la commune d’Ayguesvives actuelle et un peu sur celle de Montesquieu. Jérôme Lourenco pense qu’on y trouvait un château entouré de fossés et, peut-être, d’un habitat76, ce qu’on n’aperçoit pas dans les estimes.

39À Ayguesvives, les terres taillables allivrées seraient de 469,42 ha en utilisant un arpent de 56,9 ares, de 488 ha en utilisant l’arpent de Montgiscard à 59,27 ares. On passe à 696 ou 725 ha si l’on rajoute les terres taillables des Bastards. Il manque quelques déclarants, peut-être une dizaine (cf. infra) ; en leur affectant la superficie moyenne détenue par les propriétaires du lieu, soit 8,3 ha, leurs biens atteindraient, au minimum, 80 ha. Une trentaine d’ha sont situés dans la plaine de l’Hers, on peut considérer que, pour l’essentiel, au xve siècle, ils ne sont pas cultivables ; si l’on rajoute le bâti, les chemins, on peut arriver à une cinquantaine d’ha. Les terres nobles figurant sur le Ms. 634 atteignent 60 sétérées, soit 34-35 ha. La superficie actuelle étant de 1 311 ha, les lacunes sont importantes, même en rajoutant des forains (les estimes, nous le verrons, ne sont pas très claires sur ce point), les nichils solvabiles, les jardins, les vacants, les communaux potentiels, nous n’atteignons que 860, 890 ha soit, au maximum, 68 % de la superficie actuelle. On peut supposer que les estimés dont le manifeste n’a pas subsisté étaient les plus riches du village ou bien l’existence d’une réserve royale et de terres nobles non renseignées par le Ms. 634. L’archevêque de Toulouse qui possède la moitié d’Ayguesvives peut y détenir une réserve, l’abbaye de Boulbonne peut en avoir une aux Bastards. Le territoire d’Ayguevives, au Moyen Âge, est, peut-être, moins étendu qu’aujourd’hui, une partie des hauteurs de Montalbiau, par exemple, est, d’après les estimes, située sur Montgiscard.

  • 77 Il est impossible d’évaluer la part du finage occupé par les terres nobles à Fendeille, les aveux (...)

40Les registres d’estimes ne nous font connaître qu’une partie des terres mais l’essentiel des terres taillables y figure, la part représentée par les biens des quelques privilégiés, peu nombreux dans ces localités, ou des nichils solvabiles doit être assez faible ; une partie des estimés de Montgiscard et Ayguesvives a disparu, mais leur nombre n’est pas très élevé, on peut évaluer très grossièrement leurs possessions. L’essentiel des superficies manquantes doit être liée à l’existence de terres nobles. Ces dernières semblent plus importantes que ce que notait Georges Frêche. D’après le Ms. 634 et l’enquête de 1557, tous les deux incomplets, elles correspondent à 2,66 % de la superficie de la commune actuelle d’Ayguesvives, à 4,56 % de celle de Castelnaudary (5,82 % de la superficie de la commune du début du xixe siècle), mais à 10,25 % de celle de Montgiscard et 15,61 % de celle de Montesquieu. Si l’on rajoute aux terres nobles répertoriées, les superficies absentes des registres d’estimes qui semblent correspondre à des terres nobles, celles-ci constitueraient près de 30 % des terres à Ayguesvives, Montgiscard et Montesquieu, et seulement 13 à 14 % à Castelnaudary77. Cela change totalement la vision d’un Lauragais où les terres nobles seraient rares.

B. Les images des communautés

  • 78 L’ager est la partie du finage consacrée à la culture, « l’espace régulièrement labouré, planté, s (...)
  • 79 Le saltus est constitué par « l’ensemble des terrains qui ne sont pas régulièrement cultivés et qu (...)
  • 80 Chez les agronomes latins, la silva est seulement un ensemble d’herbes sèches, de broussailles, de (...)

41Les manifestes des divers registres d’estimes indiquent la destination des parcelles : cultures saisonnières, cultures pérennes, friches et bois avec, sauf à Fendeille, indication de leur superficie. Nous avons donc l’ensemble des milieux exploités, ager78, saltus79 et silva80, utilisés de façon complémentaire par les hommes. Même si les registres d’estimes ne répertorient qu’une partie des terres, ils peuvent nous donner une vision assez juste des finages, ceux qui sont utilisés par l’essentiel de la population.

1. Le vocabulaire

42Le vocabulaire employé pour qualifier les divers éléments du finage et la graphie même d’un terme varient d’un registre à l’autre et, parfois, à l’intérieur d’un registre, quand se produit un changement de scribe.

  • 81 Bourin-Derruau (M.), Villages..., op. cit., pp. 246-247.
  • 82 Composées de plantes fourragères, de légumineuses, cf. infra « Les cultures ».
  • 83 Nemus, en général, dans les registres notariés. Le terme de silva n’est employé dans la région que (...)

43La parcelle de vigne est presque toujours qualifiée de malhol, c’est-à-dire de jeune vigne de moins de cinq ans, peu productive et donc sous-taxée, c’est l’intérêt financier qui doit conduire le contribuable à ne déclarer que des malhols. Le terme vinha est employé toutefois à Montgiscard ; dans cette bourgade, on trouve de rares « plantie » (plantiers) au sens de plantation récente. Les prés sont appelés généralement « prat » mais aussi « paissieu » (Montesquieu), « payssiu », « paysieu » (Castelnaudary CC 10, CC 11). Pour les jardins et vergers, les termes sont toujours les mêmes : ort ou hort, vergié, vergier. Les parcelles vouées à des cultures saisonnières (annuelles ou bisannuelles) sont qualifiées de « terra » ou de « camp ». A Castelnaudary, dans le registre CC8, on peut trouver indifféremment « tres car-tayradas de terra », à tel endroit, « hum camp » de tant de sétérées, à tel autre ; dans les registres CC 10 et CC 11, le plus souvent, le scribe note « hum camp » contenant tant de sétérée, très rarement « una pessa de terra ». A Fendeille, en 1428 comme en 1495, on parle généralement de « tera », rarement de « pessa de tera » ou « quamp ». À Montgiscard, on mentionne « terra » et « terra laboradissa » : « Il arpens e miech de terra ». À Montesquieu, on déclare X pugnères de « terra » à tel endroit. Monique Bourin considère que, si l’on emploie le terme « terre », cela désigne une parcelle de moindre qualité que celle appelée champ81. Dans les registres d’estimes du Lauragais, il n’existe pas de différence dans l’allivrement de ces diverses parcelles de terre labourable, quelle que soit l’appellation qu’on leur donne, ce qui conduit à penser qu’il n’existe pas de différence de nature entre elles. L’appellation semble fonction, seulement, des usages locaux, on trouve, dans les registres, les termes utilisés par estimateurs et estimés qui vivent dans la même localité. Les ferragines82 (appelées ferratjal, ferrajal, ferratgal etc.) ne sont mentionnées que pour Castelnaudary et Fendeille et sont peu nombreuses. Les essarts apparaissent très rarement et dans les seuls registres de Montesquieu, Montgiscard et Ayguesvives. On indique, par exemple, « brugas tant dont essartées (de trayta) tant ». Les bois sont appelés bosc83, ils sont souvent mêlés de buissons, d’après les déclarants, réalité ou tentative de faire réduire la taxation de la parcelle ?

  • 84 Tous les termes sont orthographiés de façon variable, parfois dans un même registre : broga peut d (...)
  • 85 Deux pugnères de pradassas et de garraboscas et brogas, A.D.H.G., 5 E 66 f° 28 v°.
  • 86 Mistral (F.) Lou Tresor..., op. cit. et Ravier (X.), Atlas linguistique et ethnographique du Langu (...)
  • 87 Ravier (X.), Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc occidental, op. cit., carte 86. M. (...)

44Le vocabulaire le plus riche concerne les friches pérennes (au sens de friches présentes depuis très longtemps, si ce n’est de tout temps), c’est-à-dire les parcelles occupées par les broussailles, les landes, le saltus donc, et ceci uniquement pour le Terrefort occidental. Les termes utilisés (et leurs multiples déclinaisons) varient légèrement d’une localité à l’autre84. À Ayguesvives, on parle de bosigas, brogas, bartas, gimbres et, dans un cas, de boyssos ; à Montgiscard, de bosiga, brugas et, rarement, de boscarres, boscarasses, boyssos. À Montesquieu, dans le registre dit de 1409, on déclare broguas, barthas, bosigas, gimbres, ginestas, boyssonada et, une seule fois, des garraboscas85 et une lavanda ; en 1485, on déclare bosiguas, brugas, barthas, et, à deux reprises, des anouls. À quoi correspondent tous ces termes ? Après utilisation de divers lexiques occitan-français86 et consultation d’informateurs locaux, j’ai établi les équivalences suivantes : Anols : anoui, noui, anous : jachère ; anouï : inculte ; anouias : terrain inculte (F. Mistral). Bartas : hallier, buisson épais ; bartassado : grande touffe de buisson, haie de ronces, fourré de bois ; bartassas : vilain buisson, hallier embrouillé ; bartassoun : petit hallier, buisson ; bartassiero : lieu couvert de buissons (F. Mistral) ; bartas : gros buisson (témoignage oral). Boissa : bois (F. Mistral). Bouissoun : buisson, arbrisseau épineux (F. Mistral) ; bouissounado : touffe de buisson, hallier (F. Mistral). Boyssos : buisson mélangé à des ronces, épineux, épais, (témoignage oral). Boscarres : hallier (témoignage oral). Bousic : friche, terre d’angle, avec buisson noir, épine noire, la végétation est plus réduite que dans le cas des boyssos (témoignage oral). Brogasse : bro, broc : épine, buisson (F. Mistral). Bruga, broga : bruyères ; brugas : champ de bruyères (témoignage oral) ; brugo : bruyère (X. Ravier) ; bruga : grande bruyère, champ de bruyère (X. Ravier). Bros, broues, abroues, brous : cépée, touffe de broussailles, buisson (F. Mistral). Bousiga : essarter, défricher (F. Mistral), ce qui me semble inexact pour le Moyen Âge. Dans l’Atlas linguistique établi par X. Ravier, la bosiga est, en Toulousain, la friche, desbosigar signifie défricher87. J’ai considéré toutes les bosigas des documents comme des friches. Disbosigare : labourer une terre qui a été laissée en jachère pendant un moment (témoignage oral) ; desbousiga : défricher, essarter (F. Mistral, en contradiction avec sa définition de bousiga). Gamaduro : cépée, rejetons, taillis (F. Mistral) ; gamasses : rejetons qui poussent au pied des arbres dans les taillis, broussailles (F. Mistral) ; gamassado : taillis, bois taillis (F. Mistral) ; gamasso : chêneau, jeune chêne, taillis (F. Mistral). Garraboscas : F. Mistral donne garabousta : taillis rabougri ; garrouio, garroulho : cépée, touffe de rejets ou de surgeons de chêne, souche. Genestiero : lieu couvert de genêts (F. Mistral) ; ginesta, genesta : lieu planté de genêts (F. Mistral). Guarriga : lieu planté de chêne vert, de petits chênes (témoignage oral). Gimbres, genèbre, ginèbre, gimbre : genévrier commun (F. Mistral).

  • 88 A.D.H.G., 5 E 66 f° 109 v° : trois sétérées et une pugnère et demie de brogas et gimbres et lavand (...)
  • 89 Par exemple, A.D.H.G., 5 E 66 P 114 v°.
  • 90 A.D.H.G., 5 E 73 f° 46 r°.

45Ces différents termes sont employés, souvent, pour qualifier une même parcelle, on indique toutes les formations végétales qui y poussent : brogas et gimbres et lavanda88, par exemple, à Montesquieu. Le plus souvent, on voit se côtoyer « gimbres, broguas, ginestas », « brogas et barthas »89. La végétation dominante semble dense, les déclarants ont tendance à en faire un fourré impénétrable, composé de petits ligneux, de buissons épais (bartha, bouissoun et bosigua), quelques taillis sont mentionnés, signes de bois précédemment coupés. En deuxième lieu, on trouve une formation plus basse, une lande à base de bruyères, de genévriers et, plus rarement, d’après les termes employés, de genêts. Un toponyme « a la genestieyra » à Montgiscard90, doit être, toutefois, le signe d’une végétation assez uniforme. On emploie à deux reprises le terme d’anouls, peut-être s’agit-il là d’une jachère existant depuis plusieurs années.

46Certaines parcelles sont utilisées à deux fins, elles ont été rangées sous l’appellation de « terres mixtes », complantées n’est pas toujours le terme qui convient puisqu’elles ne mêlent pas forcément deux types de cultures.

  • 91 Dans le Comtat, de très rares terres mixtes, terre et jardin, terre et vigne apparaissent, M. Zern (...)

47Des parcelles « mixtes » totalement cultivées associent une culture annuelle et une culture pérenne, on parle, le plus souvent, de « terre labourable et malhol » (Montgiscard, Castelnaudary registres CC 9 et CC 10). Il s’agit peut-être de terres complantées (céréales ou autre entre les rangées de vigne) ou, tout simplement, d’une parcelle dont une partie est labourée et ensemencée, l’autre occupée par une vigne91, c’est ce que semble indiquer l’expression, à Fendeille, « I malhol e tera encems tenent », qui apparaît plusieurs fois, ou « I malhol e I camp e I ort encems tenent ». C’est sûrement aussi le cas quand on déclare une parcelle en « terre et pré » ou même « en terre et pradasse », le suffixe « asse » est péjoratif, le terme qualifie une prairie de très faible qualité. Ces « terre et pré » sont très rares : trois occurrences à Montesquieu en 1485, trois à Fendeille en 1495, deux en 1428, plus une occurrence de « terre, malhol et pré », quelques occurrences à Castelnaudary, dans les registres CC 9 et CC 10. À Fendeille et Castelnaudary, toutes les terres mixtes sont entièrement cultivées. Dans le registre de Castelnaudary de 1496, toute ferme pour laquelle est indiquée une superficie globale : « tant de sétérée en terres, prés, vignes » a été comptabilisée comme une seule parcelle « mixte » cultivée. On aboutit, pour cette ville, à une probable sous-estimation des parcelles mixtes en nombre mais à une sur-estimation en superficie.

48Les parcelles mixtes peuvent être totalement incultes, formées de bois et broussailles ; on rencontre, dans la partie ouest de la région, des mentions de « bosc et brogas », « bosc et bartas », « bartes et gimbres » ; ces bois dégradés n’apparaissent pas en Lauragais oriental. Les parcelles de broussailles où l’on trouve plusieurs formations végétales plus ou moins buissonnantes, par exemple, « gamasses et brogas et anouils » n’ont pas été comptabilisées comme terres mixtes.

49Les parcelles « mixtes » peuvent être formées de terres cultivées et de terres incultes (broussailles ou bois), sauf à Castelnaudary et Fendeille. Parfois, on fournit la superficie des deux catégories, le plus souvent, on se contente de dire « tant de sétérées de terres cultivées et incultes ». À Ayguesvives et Montgiscard, ces parcelles sont le plus souvent formées de « terra et bosiga », sinon de « vinha et bosiga », À Montesquieu, dans le registre dit de 1409, elles sont parfois formées de « malhol et barthas », parfois de « trayta et brogas ».

50Quand il s’agit de terres entièrement cultivées, leurs superficies sont généralement faibles : à Montesquieu, en 1485, elles sont comprises entre une pugnérée et une sétérée, à Ayguesvives et à Montgiscard, entre un demi-arpent et deux arpents. Les parcelles totalement incultes sont plus grandes, elles font de quatre à six sétérées, le plus souvent ; certaines atteignent des superficies importantes, à Aygues-vives, quelques parcelles « mixtes » formées de bois et broussailles font de 15 à 18 arpents, à Montesquieu, en 1485, une d’entre elles atteint 50 sétérées, une autre 66 sétérées. Quand une parcelle est pour partie cultivée, pour partie en friche, on ne précise que rarement les surfaces respectives, quand on le fait, la partie cultivée ne représente qu’une faible partie de la parcelle : un cinquième, un dixième.

Nombre de parcelles « mixtes »

Nombre de parcelles « mixtes »

2. La composition du finage taillable

  • 92 Monique Zerner pense que c’est le cas pour les ruches en Provence, Zerner (M.), « Le cadastre de C (...)
  • 93 A.D.H.G., 5 E 66 f° 144 r°.
  • 94 A.D.H.G., 5 E 67 f° 20 v°.

51Tous les déclarants, résidants et forains, par localité et par registre d’estimes, ont été mis sur fichier Excel. Ont été notées toutes les possessions immobilières de chacun d’entre eux, la nature des parcelles (terre labourable, vigne, pré, bois, friches, parcelles « mixtes », jardins, vergers, ferragines), leur superficie (y compris les 1/34 ou 1/62 de sétérée), sauf pour les jardins et vergers, généralement non renseignés. Pour chaque déclarant, on dispose donc du nombre de parcelles, de leur catégorie et de la superficie de chaque catégorie. Il est possible de calculer, pour chaque localité témoin, la superficie de terres taillables occupée par les terres labourables, les vignes, les prés et paissieux (ces derniers, peu nombreux sont regroupés avec les prés), les bois, les friches (broussailles, landes) et les « terres mixtes », ainsi que définies plus haut. Les jardins et vergers dont les superficies ne sont pas fournies ou sont très réduites, sont exclus de ces calculs. Vergers et jardins étant très peu nombreux, d’après les estimes, dans certaines localités, on peut supposer qu’on allivre, parfois, seulement les parcelles dont les produits sont commercialisés92. Les essarts sont exclus, eux aussi, des calculs car ils sont rarement mentionnés ; les déclarants préfèrent, sûrement pour des raisons de moindre allivrement, parler de façon plus vague de « terres cultivées et incultes ». Quelques essarts, de faible superficie, sont signalés à Montesquieu ; dans le registre dit de 1409, deux « trayta » font neuf pugnères, soit 133,35 ares, les héritiers de Bertrand Fournié déclarent, à Bosc barrat, 35 sétérées de bosc et brogas où se trouvent trois pugnères de trayta93. En 1485, trois trayta totalisent deux sétérées 10 liuralats soit 138 ares, Manaud de la Marca, par exemple, déclare 10 liuralats de trayta94. À Montgiscard, trois detrayt ou yssart sont déclarés : un detrayt d’une pugnère est réalisé sur quatre arpents de bosiga, deux autres font chacun un demi-arpent, soit 74 ares. Les ferragines sont elles aussi exclues car on n’en aperçoit qu’à Castelnaudary (et Fendeille) et leur superficie totale est négligeable, elle correspond à 0,02 % de la superficie taillable, dans le registre CC 9, et à 0,067 %, dans le registre CC 10 (1,5 ha). Un seul bois est mentionné dans les estimes de Castelnaudary, il fait 1,69 ha (soit 0,076 % de la superficie totale déclarée).

52Fendeille est absente de ce tableau puisque les superficies des parcelles ne sont pas fournies dans les estimes. Je n’essaierai pas de restituer le finage de ce village à partir du nombre de parcelles portant tel ou tel type de culture ou de végétation car on ne peut obtenir ainsi qu’une image très fausse, les parcelles, nous le verrons, ont, selon leur utilisation, des superficies moyennes très différentes (de plus, les friches ne sont pas notées). A titre de test, j’ai comparé les résultats fournis par l’étude des superficies à Castelnaudary en 1496 et l’image que donnerait du finage le nombre de parcelles. 1 363 parcelles non bâties sont déclarées (les domaines sont exclus du calcul), parmi lesquelles 479 de terre labourable, soit 35,14 % des parcelles, 554 de vignes, soit 40,64 %, 125 de prés, soit 9,17 %, 33 de « terres mixtes », soit 2,42 %, neuf de broussailles, soit 0,66 %, 29 de ferragines, soit 2,12 %, une de bois, soit 0,07 %, 131 de jardins, soit 9,61 % et 34 de vergers, soit 2,49 %. Le territoire de Castelnaudary serait donc consacré à la vigne en priorité, ensuite aux prés et jardins. Or, si l’on regarde la superficie de ces divers types de parcelles, les terres labourables représentent 58,95 % de la superficie taillable, les vignes, 11,69 %, les prés, 7,01 %, les parcelles mixtes, 21,17 %, les friches, 1,17 %, les ferragines, 0,067 %. Les jardins et les vergers manquent, mais il est probable qu’ils représentent un pourcentage infime des terres, de l’ordre d’un ou deux pour cent.

La composition du finage taillable à la fin de xve siècle95
  • 95 Sont retenus les registres de Montesquieu 1485, Montgiscard, Ayguesvives, Les Bastards de 1489, Ca (...)

Montesquieu. Résidants et forains

Montesquieu. Résidants et forains

Montgiscard. Résidants et forains

Montgiscard. Résidants et forains

Ayguesvives. Résidants et forains

Ayguesvives. Résidants et forains

Les Bastards. Résidants et forains

Les Bastards. Résidants et forains

Castelnaudary. Laïcs et clercs

Castelnaudary. Laïcs et clercs

53À Montesquieu, Ayguesvives et Montgiscard, forains et résidants ont été regroupés dans les tableaux. Si on les traite séparément, on s’aperçoit, ce qui était prévisible, qu’ils ne possèdent pas le même type de parcelles. A Montesquieu, en 1485, les résidants consacrent 54,31 % de leurs terres aux labours, 7,99 % aux vignes, 5,82 % aux prés, 3,31 % aux bois, 9,48 % aux broussailles, 19,07 % aux terres mixtes. Les possessions des forains sont composées à 53,32 % de terres labourables, à 3,51 % de vignes, à 15,16 % de prés, à 0,74 % de bois, à 1,38 % de broussailles, à 25,88 % de terres mixtes. Les forains sont possessionnés, soit parce qu’ils ont hérité d’un parent, soit parce qu’ils ont acheté ; on peut supposer que, dans ce cas, ils ont acheté ce qui était peu disponible dans leur village de résidence, les prés ou les friches qu’ils commencent à mettre en valeur (« terres mixtes »). La part des vignes qui demandent une présence fréquente est réduite. A Montgiscard, les terres des résidants sont composées à 37,07 % de terres labourables, à 13,17 % de vignes, à 4,78 % de prés, à 1,46 % de bois, à 24,96 % de broussailles, à 18,55 % de « terres mixtes ». Pour les forains, ces parts sont respectivement de 32,44 %, 12,08 %, 31,33 %, 3,03 %, 11,07 %, 9,31 %. Ces forains viennent visiblement pour les prés irrigables, qu’ils ne doivent pas trouver chez eux. À Ayguesvives, si l’on différencie résidants et forains, on n’obtient pas, là non plus, les mêmes résultats. Pour les résidants, leurs 373,4 ha sont composés à 33,02 % de terres labourables, à 6,24 % de vignes, à 3,61 % de prés, à 1,02 % de bois, à 19,27 % de broussailles, à 36,79 % de « terres mixtes ». Un seul forain apparaît, un noble, Ramon de Pechbusque, seigneur de Mauremont, il possède deux fermes totalisant 104 arpents dont on ne sait s’il s’agit uniquement de terres labourables. Il déclare aussi toute une série de parcelles (au total 40,75 arpents de terre labourable, trois arpents et demi de vigne, 13 arpents de pré, quatre arpents de bois, trois arpents et demi d’hermes), des parcelles bâties, un jardin, un verger et une aire. Les parcelles isolées sont composées à 62,93 % de terres labourables, à 5,4 % de vignes, à 20,07 % de prés, à 6,17 % de bois, à 5,4 % de terres hermes. Ramon de Pechbusque consacre une plus grande part de ses parcelles isolées aux terres labourables, prés et bois que les autres déclarants. Il possède probablement beaucoup de bétail et a conservé des espaces boisés pour la chasse.

Les résidants, parts respectives du Image cultivé et du finage inculte.

54Il est possible de préciser un peu plus les parts respectives de l’ager et de l’ensemble saltus-silva pour les seuls estimés résidants. Il faut pour cela connaître la nature des « terres mixtes » et la superficie de chaque variété de celles-ci.

Superficie des diverses variétés de terres mixtes

Superficie des diverses variétés de terres mixtes

55Les parcelles mixtes dont une partie seulement est cultivée représentent un faible pourcentage du finage allivré, 4,9 % à Ayguesvives, 6,33 % à Montesquieu, en 1485, 11,56 % à Montgiscard, 16,86 % aux Bastards. On peut supposer que la part d’inculte y est beaucoup plus importante que la part cultivée, étant donné ce qui apparaît quand la précision est fournie par le déclarant.

56Ont été regroupés dans la partie ager, les terres labourables, les vignes, les prés, les « terres mixtes » formées de terres cultivées : « terre et malhol, terre et pré ». Dans la variété saltus-silva, ont été regroupés les bois, les friches en tout genre (broussailles, landes, terres abandonnées appelées « herms »), les « terres mixtes » formées de bois et de broussailles. La part de la silva est extrêmement réduite dans cet ensemble saltus-silva, elle n’est pas traitée à part car les superficies précises des bois ne sont pas signalées dans le cas de « terres mixtes » comportant à la fois bois et broussailles.

57À Montesquieu, en 1485, l’ensemble saltus-silva recouvre, au moins, 265,05 ha et l'ager, 901,02 ha, la partie inculte correspond à 22,73 % de ce qui est défini, l'ager à 77,27 %. À Montgiscard, l’ensemble saltus-silva atteint, au moins, 134,16 ha, soit 26,94 % des terres définies et l'ager 363,93 ha, soit 73,06 %. À Ayguesvives saltus et silva atteignent, au moins, 147,36 ha (soit 41,17 % de ce qui est défini), l’ager 210,51 ha (soit 58,82 %). Si l’on fait le même genre de calcul pour Les Bastards, on obtient pour l’ager 106 ha, soit 51,2 %, pour le saltus 101 ha, au moins, soit 48,8 % des terres définies. Dans ce village, la composition du finage des fermes n’est pas, le plus souvent, détaillé ; il est quand même peu probable qu’il soit constitué surtout de friches. À Castelnaudary, en 1496, un seul bois et neuf parcelles de friches sont signalés, ces dernières sont situées dans des domaines et ne couvrent que 73,31 sétérées, soit 1,51 % de la superficie totale des domaines, 1,17 % de toute la terre recensée.

58Le finage des réserves seigneuriales ressemble-t-il à celui des terres roturières ? On ne peut l’approcher qu’à partir des aveux et dénombrements, dont beaucoup datent de la fin du xive siècle. Si l’on regroupe les réserves situées à Castelnaudary et à Avignonet, localités de plaine, ayant les mêmes conditions naturelles, elles sont composées à 40,08 % de friches, à 39,41 % de terres labourables, à 14,36 % de prés, à 5,67 % de bois, à 0,45 % de vignes (pour un total de 598,75 sétérées, soit 210 ha). Dans la partie nord de la baylie de Castelnaudary, correspondant à des zones de collines et au piémont de la Montagne Noire (Airoux, Tréville, Labécède), les incultes avoués représentent 74,71 % des finages des réserves, les terres labourables, 18,52 %, les bois, 4,78 %, les prés, 1,37 %, les vignes, 0,59 %. À Montesquieu et dans deux localités proches (Gardouch et Noueilles), sur un total de 561,75 arpents nobles avoués, soit 333 ha, 50,24 % sont constitués par des terres labourables, 32,75 % par des friches, 8,18 % par des bois, 5,87 % par des prés, 2,93 % par des vignes. Les réserves, en Lauragais, comprennent des terres labourables, à la différence de celles du Bas-Quercy, dans lesquelles, vers 1450, Jean Lartigaut note l’ » absence à peu près constante de terres labourables, les grains devant être fournis par les censives ». On se situe toutefois très loin de la composition du finage obtenue d’après les terres taillables. La friche règne dans les réserves ; de plus, les seigneurs se plaignent car les « lieux » qu’ils possèdent sont dépeuplés. La situation ne semble pas s’améliorer courant xve puisqu’en 1462, le co-seigneur de Montesquieu déclare quelques plantiers, quatre arpents et trois sétérées de pré, cinq sétérées de terre, deux arpents et neuf pugnères de terre, deux métairies incultes et un territoire tout erme.

  • 96 Germain (R.), Les campagnes bourbonnaises à la fin du Moyen Âge (1370-1530), Publications de l’Ins (...)
  • 97 Charbonnier (P.), Une autre France..., op. cit., pp. 20-21. Il en a peu pour le xve siècle.
  • 98 Ramière de Fortanier (J.), Droits seigneuriaux..., op. cit., p. 17.

59Quelle valeur accorder à ces déclarations ? R. Germain a noté que, comme les dénombrements entraînent pour le vassal, proportionnellement à la valeur du fief, des services plus ou moins lourds, les nobles dissimulent une partie de leurs revenus. Il fournit un exemple où la rente déclarée représenterait 30 % de la rente réelle96. P. Charbonnier considère, lui aussi, que la fraude existe, sur ce point, dans les Montagnes Occidentales d’Auvergne. Les évaluations de revenus ne sont pas bien exactes, on ne les modifie pas en fonction de l’augmentation de la valeur des rentes en grains, P. Charbonnier retrouve ainsi les mêmes revenus avoués en 1352 et en 1528, même quand les superficies détenues sont plus vastes97. Il est probable qu’avouer une réserve en friches relève du même but. Jean Ramière notait déjà que dans les dénombrements, on réduisait toujours les revenus pour éviter les charges fiscales : les métairies nobles sont toujours infertiles au xviie siècle et les emphytéotes ne payent pas leurs charges98. On peut donc considérer avec méfiance ces réserves en friche. Si les aveux sont à peu près sincères, on peut se demander si ces réserves sont retournées à la friche par manque de tenanciers ou laissées volontairement incultes pour les troupeaux d’ovins ou de bovins (à Labécède et Tréville, par exemple).

  • 99 Cf. infra « Signes de crise, signes de reconstruction ».
  • 100 Durand (A.), Les paysages médiévaux du Languedoc (xe-xiiie siècles), Toulouse, Presses universitai (...)
  • 101 Duby (G.), L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, tome 1, p 177.
  • 102 Pichot (D.), Le village éclaté. Habitat et socété dans les campagnes de l’ouest au Moyen Âge, Pres (...)
  • 103 Audisio (G.), Les Français d’hier, tome 1, Les Paysans xve-xixe siècle, Paris, 2e éd., 1998.
  • 104 Ruas (M.-P.) Productions..., op. cit., pp. 154-159.

60Pour en revenir au finage des terres roturières, ce qui retient l’attention, c’est la très forte présence de l’inculte (tel que défini plus haut : friches, bois, terres mixtes formées de bois et broussailles), dans le Terrefort, à la fin du xve siècle ; il représente entre près d’un quart et près de la moitié des terres définies. Comment peut-on expliquer cela ? Première hypothèse, catastrophiste : une zone où la population est peu nombreuse, touchée bien sûr, comme partout, par la peste, la guerre de Cent ans mais, peut-être, plus fortement que la plaine. On aurait une atonie particulière de ce secteur à la fin du siècle, une campagne où les parcelles autrefois cultivées, abandonnées, sont retournées à la friche. Cela me semble à écarter car, si, effectivement, des parcelles sont en « herm », terme qui correspond à un abandon de la mise en valeur (on précise généralement ce qui était cultivé autrefois), elles sont très peu nombreuses99. Deuxième hypothèse : ces friches constituent en fait de très longues jachères telles celles qu’Aline Durand aperçoit dans les reliefs languedociens et rouergats « où sont associés de manière cohérente la culture de l’avoine et le rythme triennal au sein d’un type d’exploitation rurale spécifique : le manse ». Dans une partie du terroir, céréales d’hiver et de printemps alternent, l’autre partie est laissée longtemps en friches et sert de pacage aux ovins. Aux marges du terroir, au contact du saltus, le rythme ternaire est dominant en Provence. Essartage temporaire et longues friches s’accordent avec une telle organisation ». Les terres ne sont vouées à la céréaliculture que très peu de temps, l’agriculture est une agriculture intermittente et itinérante sur essartage temporaire. Les friches de longue durée sont situées aux franges de l’espace agraire, dans les secteurs où l’on trouve le genévrier, essence qui s’installe sur les stades post-culturaux. Aline Durand explique par ce système les grandes superficies des manses. Les meilleures terres seraient plutôt cultivées en rotation biennale100. Pour G. Duby, une culture itinérante avec de très longs repos, dans les secteurs gagnés récemment sur les friches, est courante au Moyen Âge, mais ses exemples les plus tardifs datent du xiiie siècle101. Dans l’ouest de la France, sur les terres pauvres, Daniel Pichot suppose l’existence, à la fin du Moyen Âge, de très longues jachères de sept ou huit ans après quelques années de mise en culture, « ager et saltus, en quelque sorte, alternent sur un même espace »102. Gabriel Audisio, lui, interprète, pour la même région, le labourage des pâturages et leur culture périodique comme un moyen de reconstituer les pâturages naturels et non le signe d’une jachère de très longue durée103. En Lauragais, ces pâtures cultivées pendant quelque temps semblent bien exister : M.-P. Ruas pense qu’au Castlar de Durfort, dans la Montagne Noire, étant donné les graines d’herbes que l’on trouve dans les stocks de seigle et de blé, une prairie sèche, servant de pâture aux moutons, a précédé les semis de céréales. On sème de l’avoine, puis du seigle et la terre est à nouveau mise en jachère. Pour M.-P. Ruas, on pratique à Durfort une économie agro-sylvo-pastorale, même si peu de terres sont emblavées, avec un ager qui devient un saltus au fil des rotations mais « un saltus nourricier qui assure l’entretien d’un cheptel ovin dont la laine sert le dynamisme artisanal et commercial de la population »104. F. Pariset décrit un schéma de ce type en Montagne Noire, au xixe siècle, là, pendant quatre ou cinq ans, les terres sont occupées par les genêts puis cultivées deux ans. Ces très longues jachères pourraient constituer une explication séduisante aux grandes quantités de friches rencontrées à Montesquieu, Montgiscard et Ayguesvives, à des altitudes moyennes. Le genévrier est effectivement là, d’après les termes employés pour qualifier les friches, l’avoine aussi, j’y reviendrai, mais, semble-t-il, en faible quantité ; on peut, de plus, en semer, mais sans avoir une rotation triennale, à la place du blé, sur une partie des terres, après la jachère.

  • 105 Je compte revenir ultérieurement sur cette occupation du sol en essayant de réaliser des plans par (...)
  • 106 Cf. infra, l’élevage et l’évolution du finage au cours du xve siècle.

61Pourtant, je ne retiendrai pas cette explication. En effet, si je considère les secteurs du finage occupés par l’ager ou par le saltus, ce ne sont pas les mêmes. A titre d’exemple, à Ayguesvives, d’après les toponymes fournis pour localiser les parcelles, on voit qu’à « las bolbenas », on ne trouve pratiquement que des terres labourables et des vignes (10,5 arpents de terre, 5,4 de vigne), au ruisseau de l’Amadou, 14,75 arpents de terre et cinq arpents de terre et pré, à Prat deves, comme le toponyme l’indique, seulement des prés, pour 29,75 arpents, « a grausos », de très nombreuses vignes, pour 7,4 arpents, cinq arpents de terre labourable, des prés. Les friches sont, pour l’essentiel, dans les parties les plus élevées du finage, là où le terrefort est le moins épais, où les pentes sont les plus fortes ; à Montalbiau, an Brau, par exemple, elles constituent les deux tiers des superficies, on ne trouve pratiquement qu’elles à Pech Fresench, à Cossac. Évidemment, même dans ces secteurs, étant donné les variations très rapides de conditions pédologiques (terrefort plus ou moins épais, plus ou moins riche en calcaire), les pentes plus ou moins fortes, une pente bien exposée peut porter de la vigne, un bas-fond argileux des céréales105. Les secteurs les moins favorables à la céréaliculture, à la vigne ou aux prés ont été naturellement utilisés comme terrains de parcours pour les troupeaux ; la végétation naturelle est, de plus, exploitée (chauffage, nourriture des moutons l’hiver, etc.). La population tire ainsi profit de toutes les ressources du finage. Cet inculte développé dans le Terrefort lauragais me semble lié à une économie rurale un peu différente de celle de la plaine avec un développement de l’élevage pour profiter au maximum de ce qui pourrait être un handicap, l’absence de bonnes terres à blé106. La plaine de Castelnaudary aux conditions pédologiques beaucoup plus favorables est, elle, intensément exploitée, en vue, surtout, de productions végétales.

  • 107 M. Zemer signale un cas où les jardins représentent 12 % des terres cultivées avec 4 à 5 jardins p (...)

62J’ai voulu comparer les finages du Lauragais avec ceux du Comtat Venaissin, étudiés, à partir des registres d’estimes de 1414, par Monique Zerner. L’ager seul apparaît dans ces estimes, les prés couvrent, souvent, autour de 10 % de la surface cultivée, la vigne, de 10 % à un tiers, les jardins, en général, ne dépassent pas 1 %107, le reste est occupé par les terres labourables. En ne considérant que l’ager, on obtient, en Lauragais, toujours pour les résidants des localités témoins, des superficies comprises, pour les vignes, entre 8,35 et 23,93 % du finage, pour les prés, entre 5,61 et 9,78 %, pour les terres arables, entre 67,37 % et 81,87 %.

Composition de l’ager (seul considéré)

Composition de l’ager (seul considéré)

63La part de la vigne, dans l’ensemble, est moindre que dans la plupart des localités du Comtat, la superficie consacrée aux prés, étant donné la sécheresse d’été, est du même ordre, les terres labourables occupent une plus grande superficie, constituant l’essentiel de l’ager. Je reviendrai sur cette répartition des parcelles entre cultures annuelles et cultures pérennes à propos de l’appropriation, en différenciant domaines et petite propriété.

  • 108 Faucher (D.), Polyculture ancienne et assolement biennal dans la France méridionale, Revue géograp (...)
  • 109 Marandet (M.C.), La gestion de l’impôt direct en Lauragais, au xve siècle, à partir de quelques re (...)
  • 110 On trouve la même chose à Lodève, Demaille (E.), La gestion..., op. cit., p. 126 : les jardins et (...)

64Ces résultats témoignent d’une polyculture imposée, en fait, par l’instabilité climatique. La diversité des cultures constitue une assurance de ne pas tout perdre si les conditions météorologiques sont mauvaises à un moment donné. La polyculture entraîne aussi un éparpillement des parcelles sur les terroirs108. On n’a pas en Lauragais, alors que cela apparaît en Comtat, une organisation du finage en auréoles concentriques composées des jardins et vergers, puis des labours, puis des vignes. Dans le Comtat, d’ailleurs, l’allivrement des terres est fonction de cette plus ou moins grande proximité du village ; en Lauragais, ce n’est pas cela qui fait la différence de valeur des terres mais leur qualité : bonne, moyenne, faible109. On ne trouve pas, non plus, une véritable spécialisation des cultures par quartiers, à part les habituelles concentrations de jardins et vergers dans et autour des agglomérations, près des murailles ou dans les fossés, pour bénéficier de la fumure110. Les prés, étant données les conditions climatiques, sont cantonnés aux bas-fonds et, surtout, aux bords de rivières, là où l’irrigation est possible. Les vignes sont situées plutôt sur les pentes bien exposées, sur les sols graveleux, les champs labourables sur les terres profondes et fertiles. Sur les pentes fortes, là où le sol est pauvre, sur les sommets de croupes, règne le saltus. Mais, encore une fois, une vigne peut être confront d’un champ, d’un pré ou même d’un bois.

65La petite propriété est émiettée en parcelles parfois situées à une assez grande distance les unes des autres ; les fermes rassemblent un bloc de terre compact autour de leurs bâtiments, mais, étant donné la superficie occupée, plusieurs terroirs permettent de cantonner prés, vignes, terres labourables dans l’espace le plus favorable. Quelques terres, achetées plus tard, éloignées du domaine, peuvent correspondre à un terroir inexistant dans le domaine, pente bien exposée pour les vignes, par exemple.

3. Une évolution dans la composition du finage ?

66La comparaison des finages de la fin du xve siècle avec ceux des xiiie-xive siècles est assez difficile à réaliser, les maîtrises concernant le Lauragais n’utilisent que les nombres de parcelles de différente nature et non la superficie effectivement occupée par celles-ci.

  • 111 Cazes (J.-P.), La bailie..., op. cit., p. 35.
  • 112 Guimbail (R.), Expansion..., op. cit., pp. 124-125.
  • 113 Cazes (J.-P.), La bailie. .. ; op. cit., p. 35.

67Si l’on effectue ce genre de calcul pour Castelnaudary, à partir des estimes de 1496 (cf. supra), 35,14 % des parcelles (sur un total de 1363) sont des champs, 40,64 %, des vignes, 9,61 %, des jardins, 9,17 %, des prés, 2,49 %, des vergers, 2,42 %, des « mixtes », 2,12 %, des ferragines, 0,66 %, des broussailles et 0,07 %, des bois. Dans le Liber reddituum, en 1272-73, toujours à Castelnaudary, sur un total de 778 parcelles, 49,6 % étaient des terres et condamines, 21,6 %, des vignes, 27,63 %, des jardins, 0,9 %, des prés, 0,38 %, des vergers, 0,13 %, des ferragines111. En se basant uniquement sur le nombre de parcelles, on aurait donc eu, depuis la fin du xiiie siècle, une augmentation très forte des vignes, plus modérée des prés et ferragines, ce qui est plausible, une très forte baisse des jardins, ce qui est plus douteux. Toujours dans la plaine, à Pexiora, si l’on considère les accensements réalisés par la commanderie, pour le xiiie siècle, avec un corpus de seulement 72 actes, les pièces de terre représentent 86,1 % du total, les vignes, 1,39 %, les prés et ferragines, 9,3 %, les jardins, 4,17 %, on n’aperçoit pas de vergers ; le finage serait très différent de celui de Castelnaudary alors que les conditions naturelles sont semblables. Au xive siècle, avec un corpus de 194 actes, on note des changements, les pièces de terre passent à 53 % des parcelles accensées, les jardins et les vignes sont plus nombreux, ils constituent respectivement 22 % et 7,7 % du corpus, les vergers, 2,06 %, les prés et ferragines, 14,4 %. Dès le xive siècle, on noterait, dans cette bourgade aussi, avec cette façon d’approcher les cultures, un développement des cultures spéculatives (vignes et jardins) et de l’élevage, la monoculture des céréales du xiiie siècle cèderait la place à une polyculture112. Si l’on considère l’ensemble de la bailie de Castelnaudary, qui comprend des finages variés, de Terrefort et de plaine, les terres et condamines constituent, à la fin du xiiie siècle, 66,73 % des parcelles, les vignes, 16,82, les jardins, 12,56, les prés, 3,45 %, les ferragines, 0,24, les vergers, 0,2113. À la fin du xve siècle, en n’utilisant que le nombre de parcelles cultivées (mixtes exclues pour comparer les mêmes choses) non bâties (le bloc de terres autour des fermes exclu), on obtient, pour l’ensemble des localités et des déclarants (forains et résidants), pour un total de 3 823 parcelles, 1 683 parcelles de terre labourable, 1 176,5 de vigne, 499 de prés et payssieux, 386 de jardins, 41 de vergers, cinq d’essarts, 33,5 de ferragines, soit 13,05 % des parcelles en prés, 30,77 % en vignes, 10,09 % en jardins et 44,02 % de terres labourables. La part relative des parcelles de prés et de vignes, en nombre, a beaucoup augmenté, au détriment des terres labourables. Il faut tout de même insister sur la vision assez inexacte du finage qu’on obtient, puisqu’en considérant les superficies, nous avons, en réalité, pour l’ensemble des localités témoins, à la fin du xve siècle, saltus et ager pris en compte, 52 % des surfaces totales en terre labourables, 9,65 % en vigne, 7,3 % en prés, 1,25 % en bois, 7,5 % en broussailles, 22,3 % en parcelles « mixtes ». Si l’on comptabilise seulement l’ager, il est formé à 75,4 % de terres labourables, à 14 % de vignes, à 10,6 % de prés. Étant donné la superficie moyenne des parcelles, que je traiterai plus loin, les vignes sont sur-représentées avec ce système de comptage de parcelles.

  • 114 Ib., p. 43-45.

68Le saltus semble réduit, dès le xiiie siècle, dans la plaine de Castelnaudary. Saltus et silva apparaissent peu dans le Liber reddituum, peut-être parce que l’enquête ne les a pas pris en compte, peut-être parce que tout est cultivé ou presque. Des terres situées dans la Piège, toutefois, ne confrontent rien, peut-être ce « rien » est-il une friche, 50 sétérées de terres sont récemment défrichées au Mas-Saintes-Puelles114. Des bois apparaissent en confronts ou dans les toponymes, sur les marges, dans la Piège et surtout la Montagne Noire, dans les zones élevées, et, de façon résiduelle, dans la plaine. Une seule grande forêt est alors attestée dans la baylie, la silva rotunda, située entre Villemagne et Villespy. Rémi Guimbail note l’existence de conflits, à propos des pacages, entre Pexiora et Villepinte, en 1253, il pense qu’on exploite déjà jusqu’aux limites du terroir.

  • 115 Ne figurent pas sur ce tableau les clercs des registres CC 8 et CC9 de Castelnaudary car les super (...)

69A partir des estimes, on peut apercevoir l’évolution réelle du finage, courant xve siècle, grâce au registre CC 9 de Castelnaudary du début du siècle et au registre dit de 1409 de Montesquieu, réalisé vers 1450-1460115.

Montesquieu. Mi-xve siècle

Montesquieu. Mi-xve siècle

Castelnaudary. Début XVe siècle

Castelnaudary. Début XVe siècle

Superficie des diverses variétés de « terres mixtes »

Superficie des diverses variétés de « terres mixtes »

70Dans le registre de Montesquieu, si l’on sépare résidants et forains, les résidants ont des biens-fonds taillables où les terres labourables représentent 56,99 % de la superficie totale, les vignes, 5,81 %, les prés, 6,81 %, les bois, 6,72 %, les broussailles, 18,63 %, les « terres mixtes », 5,02 %. Pour les terres aux mains des forains, les parcelles labourables atteignent 44,25 % de la superficie déclarée, les vignes, 1,74 %, les prés, 13,59 %, les bois, 14,96 %, les broussailles, 12,36 %, les « terres mixtes » 13,07 %. Nous voyons à nouveau que les forains détiennent, en priorité, prés et « terres mixtes ». Si l’on compare les deux registres de Montesquieu pour les possessions des seuls résidants, les vignes et les parcelles « mixtes » ont progressé à la fin du siècle, les pourcentages des bois et broussailles ont beaucoup diminué. Si l’on additionne bois, broussailles, parcelles « mixtes », on obtient toujours le même pourcentage du finage (un tiers en gros), une partie du saltus a été défrichée entre les deux estimes et est passée dans la catégorie « terres mixtes ». Ce que confirme le calcul des superficies consacrées à l’ager et au saltus, en répartissant les parcelles « mixtes » dans l’une ou l’autre catégorie, on obtient 744,87 ha pour l'ager (au minimum puisque les jardins et vergers ne sont pas comptabilisés et qu’on ne connaît pas la composition des « terres mixtes cultivées et incultes »), soit 71,88 % du finage et 291,43 ha au minimum pour le saltus et la silva, soit 28,12 % du finage. Les « terres mixtes » constituées de parcelles dont une partie seulement est cultivée, le reste étant laissé en friche, représentent un très faible pourcentage du finage allivré, 1,73 %. L’augmentation, à la fin du siècle, des surfaces consacrées à la vigne est très nette, elles passent de 5,25 % du finage à 7,48 %. Le registre dit de 1409 est toutefois incomplet, les évolutions sont peut-être biaisées par ses lacunes (le finage recensé en 1485 fait 184 ha de plus que celui de « 1409 » et, pour les « terres mixtes » formées de bois et broussailles, le chiffre élevé de 1485 s’explique par la présence de deux individus en détenant, pour l’un, 39,11 ha, pour l’autre, 29,6 ha, terres qu’ils déclaraient comme bois dans le registre antérieur). Le même système de vases communicants bois-friches et terres « mixtes » existe, toutefois, pour les forains, pour lesquels le registre est complet, la part du finage occupée par les bois et friches a reculé en 1485 au profit des « terres mixtes ».

71À Castelnaudary, le fort pourcentage du finage occupé en 1496 par les « terres mixtes » vient du fait que quelques domaines ruraux ont été mis dans cette catégorie car le déclarant indique seulement « tant de sétérées de terres, vignes et prés ». C’est ce fort pourcentage de terres mixtes qui explique en partie la diminution de la part relative des terres labourables depuis le début du siècle. On peut noter une progression des prés (et aussi des ferragines qui passent de 0,02 % de la superficie totale au début du siècle à 0,07 % en 1496). Les superficies consacrées aux vignes ont aussi progressé, puisque les parcelles de « terres mixtes » sont composées de « terre et malhol ».

72Les estimes confirment ce que laissait supposer le système du comptage des parcelles, développement de la culture de la vigne, augmentation de la superficie consacrée aux prés et ferragines dans la plaine et défrichement dans le Terrefort, tout au long du xve siècle. Elles font apparaître une différence très nette entre la plaine et le Terrefort, avec un saltus réduit dans la plaine (ce qui était déjà le cas à la fin du xiiie siècle), sauf dans les domaines des confins, sur les premières pentes de la Montagne Noire, en limite du consulat d’Issel. Sur le Terrefort de l’ouest, ce saltus, à vocation pastorale, représente de 20 à 50 % du finage. Il est particulièrement développé à Ayguesvives et aux Bastards. Les conditions naturelles étant pratiquement les mêmes pour les quatre localités du Terrefort étudiées, on peut supposer dans ces deux finages, une présence humaine plus réduite, une mise en valeur en cours de réalisation.

C. Le prix de la terres116

  • 116 Je ne donne ici que quelques indications sur la valeur des biens à la fin du xve siècle. Je compte (...)
  • 117 En Limousin, par exemple, les actes de vente de biens fonciers ne représentent que près de 9 % du (...)

73Dans les 12 registres notariés conservés aux Archives départementales de la Haute-Garonne qui ont été entièrement dépouillés, 576 actes sur 1271 concernant des biens-fonds ruraux, correspondent à des ventes, soit 51,1 %. Dans les 17 registres de l’Aude, les actes de vente sont 540 pour un corpus de 860 actes, soit 62,79 %. On peut conclure à un marché de la terre très actif en Lauragais117, surtout en Lauragais oriental. Là, même les échanges de parcelles sont plus nombreux que dans le Terrefort haut-garonnais (41 occurrences, soit 4,76 % des actes contre 24, soit 1,88 %). Beaucoup de transactions nous échappent puisqu’il est possible de vendre verbalement un bien, comme déjà signalé.

  • 118 A.D.H.G., 3 E 10111, 3 E 10112, 3 E 34062, 3 E 10133.

74J’ai essayé d’approcher, à partir de ce corpus, les prix des parcelles et des exploitations. Dans beaucoup de transactions, la superficie des biens n’est pas fournie, on vend, par exemple, « une pièce de terre », cela réduit fortement le nombre d’actes utilisables pour arriver à calculer le prix moyen d’une parcelle en unité de surface. Pour augmenter le corpus des ventes utilisables fin xve et obtenir des moyennes plus fiables, j’ai dépouillé quatre registres supplémentaires, déposés aux Archives départementales de la Haute-Garonne118. Les prix d’un même type de bien, à superficie égale, sont extrêmement variables. Plusieurs paramètres interviennent : qualité du sol, possibilité d’irrigation, charges pesant sur le bien. Pour un vignoble, le prix est fonction de l’âge des souches, du cépage. Pour une exploitation, interviennent, de plus, état, nombre et superficie des bâtiments. La faible quantité de biens disponibles les rend aussi plus chers. Comment apprécier ces facteurs ?

  • 119 J’avais déjà signalé des fourchettes de prix, pour l’Aude, tout au long du xve siècle, dans l’arti (...)
  • 120 A.D.A., 3 E 9470 (1482-89).
  • 121 A.D.A., 3 E 9462 (1461-1465).
  • 122 A.D.A., 3 E 1494 f° 1 r°.
  • 123 A.D.A., 3 E 1501 f° 105 r°, f° 103 r°, f° 264 v°, f° 266 v° et f° 152 v°.
  • 124 A.D.A., 3 E 1493 f° 74 r°, A.D.A., 3 E 1501 f° 204 v° et f° 149 v°.

75La fourchette des prix des fermes s’établit entre 16,5 £ et 141 £ 5 sous tr dans le Lauragais audois et même 200 £ tr dans le Lauragais haut-garonnais119. Pour l’ensemble du Lauragais, en considérant toutes les fermes vendues dont le prix de vente est connu, la moyenne est de 70 £ tr, pour la deuxième moitié du xvesiècle (avec un corpus réduit). Pour les parcelles de terre payées au comptant, il est possible, vu le nombre d’occurrences, de considérer séparément Lauragais oriental et le Terrefort haut-garonnais. Dans la partie est du Lauragais, la fourchette des prix en est très ouverte. À Castelnaudary, la sétérée de vigne coûte de 3 écus à 21 écus (à 27s 6 d tr), soit de 4 £ 2 sous 6 deniers à 28 £ 17 sous 6 deniers, la sétérée de terre, de 2 écus à 16 écus (soit de 2 £ 15 sous à 22 £), la sétérée de pré, de 8 écus à 24 (soit de 11 £ à 33 £), les jardins, de 4 à 13 écus (soit de 5,5 £ à 17 £). Les mêmes variations de prix se retrouvent pour les parcelles urbaines : les ostals valent de 10 à 47 écus (soit de 13 £ 15 s à 62 £ 12 sous 5 d). Les prix sont nettement fonction des conditions naturelles : à Mireval, à Fendeille, au Mas-Saintes-Puelles, villages de la Piège où les terres ne sont pas très fertiles, on a parfois de tout petits prix, par rapport à ceux pratiqués dans la plaine. Au Mas-Saintes-Puelles, par exemple, cinq carterias de terre sont vendues pour 20 sous tr (ce qui met la sétérée à 16 sous tr)120 ; dans la plaine de Castelnaudary, les mêmes cinq carterias de terre, grevées d’un cens de 2 d tr, sont vendues 20 écus, soit 27,5 £121. Cent sétérées de terre à Laurabuc, toujours dans les collines de La Piège, coûtent seulement 6 écus en 1497 (soit 8 £ 5 sous), la sétérée revient à 1 sou 8 deniers, la plus grande partie de ces terres doit être en friche. À qualité de sol égale, les biens situés sur les images villageois sont généralement moins chers que ceux situés sur le territoire urbain, ceci étant lié, probablement, à la demande. Dans la partie est du Lauragais, le prix moyen, d’après les registres notariés, est de 6,12 £ la sétérée de terre labourable (6 £ 2 s 6 d), soit 17,41 £ l’hectare, 14,24 £ celle de vigne (14 £ 4 s 11 d 1 obole), soit 40,4 £ l’ha, 9,84 £ celle de pré (9 £ 16 s 9 d 1 obole), soit 27,1 £ l’ha (avec toutefois un corpus réduit). Le prix moyen des jardins est de 7,61 £ (7 £ 12 s 2 d) ; un jardin franc, situé à Issel, est toutefois vendu 60 £ tr122. À titre de comparaison, le prix moyen des ostals est un peu supérieur à 29 £ ; une simple pièce (camera) dans un ostal est vendue pour six écus (8 £ 5 s) à un laboureur. Les exemples de ventes de « terres mixtes », de friches ou de bois sont trop rares pour établir une moyenne. Les prix des « terres mixtes » semblent de l’ordre du prix des terres labourables, par exemple, une vente de « terre et vigne » de six carterias (52,78 ares) à Castelnaudary s’effectue pour 11 écus tr. Les bois et friches semblent très bon marché : au Mas-Saintes-Puelles, une émine de terre « nemorata » est vendue pour un écu, une sétérée de bois « al causse », pour 4 écus, une sétérée d’« herme et brogue », pour 3 écus 15 doubles tr123. Trois ferragines seulement sont vendues, leurs superficies ne sont pas fournies : une coûte 2 £, au début du xve siècle, les deux autres 9 et 24 écus, à la fin du siècle124.

76Dans les villages du Terrefort haut-garonnais, toujours pour la fin du xve siècle, il existe, comme en Lauragais oriental, de fortes variations de prix pour un même type de biens, par exemple, la vigne est vendue de 4 £ l’arpent à 16 £, la terre labourable de 6 £ 17 sous 6 deniers à 27 £ 6 sous l’arpent. Le prix moyen de l’arpent ou de la sétérée (à 59,27 ares ou 56,9 ares) est de 7,89 £ pour la terre labourable (13,31 £ à l’hectare), de 11,57 £ pour la vigne (19,52 £ à l’hectare), de 9,28 £ pour les prés (15,65 £ à l’ha), mais avec peu d’exemples, de 2,43 £ pour les friches (4,09 £ à l’ha). Le prix moyen des jardins est à peu près le même que dans la plaine orientale, mais le corpus est réduit ; au début du xve siècle, moment où le marché est plus actif, le prix moyen est de 11 £.

Valeur moyenne à l’hectare d’après les registres notariés

Valeur moyenne à l’hectare d’après les registres notariés
  • 125 Dans cette région, les prés sont plus chers que les terres et jardins, comme en Lauragais, Tricard (...)
  • 126 À Aix, par exemple, des prix très variables sont indiqués, une émine de terre coûte 6 florins, deu (...)

77La conversion des valeurs vénales moyennes des diverses sétérées en valeur à l’hectare permet de comparer plus facilement les prix pratiqués d’un secteur à l’autre du Lauragais. Les prix des biens ruraux sont beaucoup plus élevés dans la partie orientale du Lauragais que dans le Terrefort occidental ; les terres labourables coûtent en moyenne 25 % plus cher, les prés pratiquement le double, les vignes plus du double. Ceci s’explique en partie par la qualité du sol, beaucoup de ventes concernant des parcelles situées dans la plaine de Castelnaudary, mais surtout par la forte demande : il n’y a pas de terre à défricher, contrairement au Terrefort, les zones propices à la constitution de prés sont rares, les terroirs favorables à la vigne semblent déjà tous occupés. Les prix en Lauragais semblent souvent plus élevés, pour les exploitations et les parcelles que ceux notés ailleurs. En Limousin, par exemple, Jean Tricard signale que des lieux, qui sont des domaines, des exploitations-blocs, sont vendus entre 7 et 100 £ tr, une soixantaine de £ en moyenne, de la fin du xive à la fin du xve siècle ; les parcelles de terre ont des prix compris entre 2 £, 2,5 £, et plus de 5 £ la sétérée125 (à 28,49 ares) soit de 7 £ à plus de 17 £ l’ha. Jean Tricard indique quelques prix moyens de parcelles, 4 £ pour une terre, 12,5 £ pour une vigne, mais la superficie des parcelles n’est pas fournie, la comparaison est donc difficile. Certaines vignes sont très chères, beaucoup plus qu’en Lauragais : 6 £, par exemple, pour deux journaux, soit 10 ares. Le prix moyen des jardins est de 6,5 £, à peu près celui du Lauragais. Il est difficile d’effectuer des comparaisons précises car les autres études régionales ne fournissent pas de moyennes des prix des différents types de parcelles126.

  • 127 J’ai essayé de voir cela dans deux articles, Marandet (M.-C), La gestion de l’impôt direct..., op. (...)
  • 128 C’est la même chose au xixe siècle. Dans une Enquête agricole 2e série, Enquêtes départementales, (...)
  • 129 Marandet (M.-C.), La gestion de l’impôt direct..., op. cit. et Marandet (M.-C.), Typologie..., op. (...)
  • 130 Rigaudière (A.), Saint-Flour, ville d’Auvergne..., op. cit., p. 828 et p. 830.

78Les registres d’estimes fournissent une valeur de tous les biens, le problème étant de déterminer à quoi correspond cette valeur, est-ce une valeur vénale, une valeur cadastrale et, si oui, quelle fraction de la valeur vénale représente-t-elle127 ? Un cahier, consacré aux habitants du port Dedins de Castelnaudary, datant de 1496, permet de préciser la valeur vénale des biens-fonds ruraux. Dans ce cahier, l’allivrement du bien est indiqué dans la marge de droite, dans la marge de gauche figure un autre chiffre qui correspond à la valeur réelle de celui-ci. J’avais, dans un précédent article, calculé la valeur vénale moyenne des parcelles, en pensant que la livre utilisée dans ce cahier était une livre à 20 sous. J’avais obtenu une valeur moyenne, pour les fermes, de 271,29 £ tr. Pour les parcelles isolées, la valeur vénale moyenne était de 23,99 £ pour une sétérée de terre labourable, de 27,86 £ pour une sétérée de vigne, 27,85 £ pour une sétérée de pré. Le prix moyen d’une sétérée de terre, pour une exploitation, bâtiments inclus, était moins élevé que celui d’une sétérée de parcelle isolée128, 6,95 £ contre 23,99 £. En fait, les valeurs portées dans ce cahier, qu’il s’agisse de l’allivrement ou de la valeur vénale s’effectuent avec une livre cadastrale à 10 sous, comme à Fendeille, à la même époque129. Si je rétablis une livre à 20 sous, les moyennes sont, respectivement, 135,64 £ pour une ferme, 11,99 £ pour une sétérée de terre (34,07 £ l’ha), 13,93 £ pour la vigne (39,58 £ l’ha) et 13,92 £ pour une sétérée de pré (39,55 £). Ces niveaux de prix se retrouvent dans les estimes de Saint-Flour où figure une valeur vénale, les champs et prés y valent de quelques livres à 25,30 £, les exploitations de 30 à 140 £130.

  • 131 A.D.A., 4 E 076/CC 10 49 v°.

79Toutes les valeurs moyennes sont supérieures, parfois de 100 %, à celles obtenues à partir des registres notariés (sauf pour la vigne). Ceci peut s’expliquer par le fait que toutes les terres estimées sont situées dans la plaine, zone la plus fertile et où la pression démographique est la plus forte, alors que dans les registres de notaires, les biens vendus se trouvent aussi dans la Piège, dans la Montagne Noire. Les fermes recensées dans le port Dedins sont celles des plus riches déclarants, leurs bâtiments doivent être importants, ce qui augmente leur valeur. Les occurrences de valeur vénale étant beaucoup plus nombreuses dans les estimes que dans les registres de notaires, on peut conclure que le prix moyen auquel on aboutit, à partir de celles-ci, doit être beaucoup plus proche de la réalité. La fourchette des valeurs vénales des biens, d’après ce cahier du port Dedins est encore une fois assez ouverte, comme dans les registres notariés. Un campmas d’Anthony Parra, sur les premières pentes de la Montagne Noire, aux confins du finage de Castelnaudary, de 28,75 sétérées labourables et de plus de 23 sétérées de prés, vignes et friches, est crédité d’une valeur vénale (avec une livre normale, à 20 sous) de 50 £. Des campmas établis près du Fresquel ou du Tréboul, dans des terres alluviales, que l’on peut irriguer, sont beaucoup plus chers : un demi-campmas de maître Manaud Marty, de seulement six sétérées environ, situé vers le Tréboul, a une valeur vénale de 50 £ ; un, appartenant à Peyre Amyel, en bordure du Fresquel, de 42 sétérées labourables et quatre sétérées de prés et payssieux, vaut 137 £, deux autres campmas près du même ruisseau valent 175 £, l’un avec plus de 60 sétérées (dont 44 labourables), l’autre avec plus de 66 sétérées de terres labourables, malhols, prés, payssieux et bois. La ferme des héritiers d’Arnaud de Lyas, à Cogurone, secteur de bonnes terres, pourvu de sources, vaut 200 £ avec ses 65 sétérées labourables et plus de neuf sétérées d’annexes. Les valeurs vénales et, surtout, les allivrements figurant dans les registres d’estimes peuvent toutefois fluctuer selon la qualité du propriétaire et non la valeur réelle des biens, ceux appartenant au chapitre de Saint-Michel, aux estimateurs ou à d’anciens consuls semblent peu estimés. Le campmas de J. Le Roy, situé près du Fresquel, compte 148 sétérées dont 115 labourables, sa valeur vénale est de 325 £ (somme la plus élevée du registre), il est allivré 32 £ 5 s, le deuxième campmas, en valeur, 300 £, situé lui aussi près du Fresquel, de 79 sétérées dont 63 sétérées labourables, appartient aux frères Cap de Biou et est allivré 30 £. Les bâtiments de celui de J. Le Roy, sont-ils moins nombreux, en plus mauvais état ou assiste-t-on à un arrangement étant donné que J. Le Roy est estimateur ? Cette hypothèse semble la plus vraisemblable. Un autre campmas semble peu allivré, celui de Jean Bourrassier, « bastit de novel », allivré seulement 2 £ alors qu’il atteint 80 sétérées131 ; il se trouve en limite du consulat, près du bois de Peyrens, village dont la famille Bourrassier est seigneur. Le terrain est probablement en cours de défrichement, mais est en partie irrigable car proche du Fresquel et de petits ruisseaux, le toponyme « a pratfeneres », indique un riche terroir.

80Le prix moyen de la terre, fonction, bien sûr, dans un même finage villageois, des qualités du terroir, permet aussi de conclure à une forte pression démographique dans la plaine. Il n’y a plus de terres à défricher, les parcelles qui se retrouvent sur le marché se vendent très cher, par rapport à celles de la Piège voisine ou celles du Terrefort haut-garonnais où les espaces incultes sont encore très nombreux.

II. LES PRODUCTIONS ET RESSOURCES VÉGÉTALES

81Les données textuelles (fournies essentiellement par les registres notariaux mais aussi par les coutumes) sont riches de renseignements quant aux productions agricoles, elles peuvent être confrontées aux apports de l’archéobotanique (carpologie et palynologie), quelques sites du Lauragais ayant été étudiés par Aline Durand et Marie-Pierre Ruas.

A. L’ager

1. Les cultures saisonnières

82Des « champs », « terres labourables », « pièces de terre » sont mentionnés dans les livres d’estimes. On considère généralement que ces termes qualifient des terres céréalières. Que peut-on cultiver sur ces parcelles, en Lauragais ?

a. Gros et menus blés

  • 132 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 170-172.
  • 133 Ib., note 4 p. 170. Ce blé serait la touzelle, d’après de Santi (L.) et Vidal (A.), Deux livres de (...)
  • 134 On considère actuellement qu’il s’agit d’orge de printemps ; au début du xxe siècle, c’était l’épe (...)
  • 135 Le Roy Ladurie (E.), Les paysans..., op. cit., pp. 179-181.

83Philippe Wolff notait, il y a déjà cinquante ans, la pratique, dans le Toulousain, d’une polyculture à base céréalière, avec domination du froment, celui-ci étant accompagnée de céréales secondaires et de légumineuses, considérées alors comme des blés ; dans les comptes du collège de Périgord, par exemple, les « blés » étaient divisés en rubriques froment, palmole, méteil, avoine, orge, millet, pois, fèves132. Ph. Wolff incluait dans le blé froment, le blé moussole133 (un blé à épi non barbu, à tige peu résistante, fournissant une farine fine) et le blé palmole134 ; le méteil consistait, pour lui, en un mélange de froment et d’avoine ou de froment et de seigle. Emmanuel Le Roy Ladurie concluait, pour le Bas-Languedoc et la Provence, à la production d’orge et de froment, le méteil ou raonage consistant en un mélange de ces deux céréales. D’après lui, l’orge d’hiver (ordi) était prépondérante en Lauragais, jusqu’à la fin du xive siècle. L’orge de printemps (palmoula ou paumelle) était fort peu cultivée car la rotation triennale était peu pratiquée. En se rapprochant du Bassin aquitain, le seigle, l’avoine et l’orge de printemps remplaçaient l’orge d’hiver, d’après les « cartulaires et autres documents médiévaux »135.

84Redevances, reconnaissances de dettes, baux à court terme, inventaires après décès, registres d’estimes de Fendeille décrivant le moble, permettent de voir quelles sont les céréales effectivement cultivées en Lauragais.

  • 136 58,92 % des redevances fixes en nature sont en froment, 41,07 % en avoine, l’orge n’apparaît pas ((...)
  • 137 Le froment apparaît dans les redevances 154 fois/ 160, l’avoine quatre fois, l’orge deux fois, Gui (...)
  • 138 Onze mentions de bladum, cinq d’arraonis ou mixture, 92 de frumenti, 79 d’avene, 67 d’ordei, une m (...)
  • 139 En Roussillon et en Languedoc, l’avoine apparaît, très souvent, dans les redevances pesant sur les (...)
  • 140 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 125 v°.
  • 141 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 146 r°.
  • 142 A.D.A., 3 E 9461 f° 120 r°.
  • 143 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 14 r°.
  • 144 A.D.H.G. 3 E 10159 168 v°.

85Le moyen le plus classique pour connaître les productions locales est, généralement, de considérer la nature des redevances (ou des rentes constituées) pesant sur les parcelles. Elles apparaissent dans tous les registres d’estimes, sauf à Castelnaudary ; elles sont effectuées en blé (bladum, fromentum) et, très rarement, en avoine (avena). À la fin du xve siècle, à Montesquieu, 424 redevances sont servies en blé froment, sept en avoine, quatre en avoine et blé ; à Ayguesvives, trois redevances en avoine sont mentionnées ; à Montgiscard, 57 redevances sont servies en blé, neuf en blé et avoine ; à Fendeille, les redevances en avoine ne représentent même pas un dixième de celles stipulées en blé. Des livraisons d’avoine et de froment étaient signalées au xiiie siècle à Caignac136 et à Pexiora137 ; dans la bailie de Castelnaudary, les redevances étaient alors beaucoup plus variées, consistant en froment, avoine, orge, arraonis (méteil) et seigle138. Au xve siècle, ce sont les tenanciers de domaines plutôt que ceux de simples parcelles qui livrent de l’avoine139, ainsi, le nouvel emphytéote de la borie de J. de Saxis, située à Baziège, doit fournir quatre cartons de blé froment et un carton d’avoine140. On considère généralement que livrer de l’avoine au seigneur ne signifie pas la produire, surtout dans le Midi de la France, où, pense-t-on, la sécheresse d’été et les fortes chaleurs interdirait sa culture. Le fait que les loyers des fermes soient à payer, très souvent, en froment mais aussi en avoine, les livraisons de cette dernière restant, parfois, inférieures à celles de blé (un fermier de Raymond de Pechbusque, par exemple, doit verser un loyer annuel de 19 setiers de froment et sept setiers d’avoine141, incitent à penser que les paysans cultivent un peu d’avoine, que ce soit pour régler les loyers ou les redevances, pour leur propre consommation ou celle de leurs chevaux. De plus, quelques reconnaissances de dettes portent sur des achats d’avoine qui, étant donné les dates de passation des actes, au sortir de l’hiver, semble bien destinée aux semailles. Un habitant de Villeneuve reconnaît devoir, le 13 février 1457, à un marchand de Castelnaudary, 2 £ tr, pour l’achat de six setiers d’avoine, il doit payer à la Sainte Marie-Madeleine142, un macellier de Baziège reconnaît devoir, le 14 mars 1446, 17 écus à Roger Amelli, de Villenouvette, pour l’achat de cinq cartons de fèves, un carton de froment, un carton d’avoine et quatre cartons de graines de pastel143. D’après ce type de documents, on sème, en Lauragais, surtout du froment, puis de l’avoine, puis de l’orge d’hiver (ordi) et, en dernière position, du millet (milium). On voit aussi apparaître les menus blés (fèves, pois) : un laboureur, par exemple, a acheté à crédit froment, fèves et orge144.

  • 145 A.D.H.G., 3 E 10159 f° 207 v°.
  • 146 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 18 r°.
  • 147 A.D.A., 3 E 1494 f° 7 r°, 1422.
  • 148 A.D.A., 3 E 9456 f° 305v °.
  • 149 A.D.H.G. 3E 10137 f° 11 v°, 1458.
  • 150 Il y est présent, au xixe siècle, en mélange avec le blé, Pariset (F), Économie rurale..., op. cit (...)
  • 151 Bourin-Derruau (M.), Un exemple d’agriculture monastique en Lauragais, Le Lauragais, histoire .... (...)

86Les baux de fermage et métayage où le bailleur avance la semence au preneur ou stipule les loyers en nature indiquent aussi ce qui est effectivement cultivé. En 1391, lors de la location en métayage d’un campmas situé à Clermont, les bailleurs fournissent aux preneurs un carton de froment, un demi-carton de millet, un setier de fèves, un setier d’orge, à rendre à la fin du contrat145. Dans un bail de campmas passé en 1458, un marchand de Montgiscard, D. La Bordaria, demande au preneur de semer 24 arpents en « blada avena ordea et cetera alia grana comestibilia » et quatre arpents en pastel146. Un autre preneur, à Castelnaudary, doit semer huit sétérées de froment, quatre d’orge ou d’avoine ou d’une autre graine147. On permet parfois au fermier de cultiver du pastel, des fèves ou des pois148. Des métayers, à Montlaur, doivent donner 1/5 du fruit de l’exploitation, que ce soit blés, vin, pastel, fèves, pois ou autre fruit149. Le seigle n’est pas cité au xve siècle, il doit toutefois être cultivé sur les terres les plus pauvres, en Montagne Noire, où les terrains acides, siliceux, lui sont favorables150. Il était cultivé en 1340, dans les granges de Ramondens (dans la Montagne Noire) et de Sauzens (en bordure du Lauragais, vers Carcassonne), appartenant au monastère de Prouille151.

  • 152 A.D.H.G., 3 E 10137.
  • 153 Comet (G), Le paysan et son outil, essai d’histoire technique des céréales (France, viiie-xve sièc (...)

87Des achats à crédit et des emprunts de froment sont effectués l’hiver, entre janvier et mars 1461 (n. st.)152, par exemple, après ce qui semble être, toutefois, une année difficile. S’agit-il déjà d’un problème de soudure ou sème-t-on à nouveau parce que le grain a pourri ? En théorie, on ne sème pas en mars des blés d’automne car ils resteraient à l’état végétatif et ne monteraient pas à fleur (ce que l’on fait pourtant aujourd’hui). S’il s’agit de semailles, peut-on avoir affaire à des blés de printemps ? L’existence de blés trémois est signalée par Isidore de Séville : « on recourt à lui lorsque, à cause des pluies ou pour une autre raison, les semailles n’ont pas été faites à temps ». Georges Comet indique qu’ils sont semés sur la parcelle à froment et non sur celle des mars ; ils ne seraient utilisés qu’au nord de la Loire, les rendements sont plus faibles qu’avec les blés d’hiver153.

  • 154 Mixtura signalée par Bourin-Derruau (M.), Villages médiévaux..., op. cit. et Durand (A.), Paysages (...)
  • 155 A.D.A., 4 E 138/1G1 f° 8 r°, f 25 v°, f° 26 v°.
  • 156 Ce méteil apparaît dans les sources perpignanaises de la fin du xiiie siècle, l’orge y est d’aille (...)
  • 157 A.D.A., 4 E076/ FF 20 f° 52 r°.
  • 158 Agusti (M.), Llibre dels secrets de agricultura, P 82 v°.
  • 159 D’après G. Comet, l’orge n’est plus utilisée pour le pain, Le paysan et son outil..., op. cit., p. (...)
  • 160 A.D.A., 4 E 138 1 G 1 f° 18 r°.
  • 161 De Santi (L.), Deux livres..., op. cit.

88Le méteil (mixtura, araonis) est mentionné en Lauragais, comme partout dans le Midi de la France154. De quelle sorte de méteil s’agit-il ? La Table du pain de Castelnaudary mentionne du pain de froment, du pain d’orge (ordi), du pain de rau tercent (une part de froment et deux d’orge) ; on retrouve ces pains dans toutes les coutumes du Lauragais (on ne parle pas de pain où seraient mélangés avoine et froment). Le blé et l’orge sont-ils pour autant semés ensemble ? Les estimes de Fendeille permettent de répondre à cette question. Si le froment domine dans les réserves domestiques de l’ensemble du Lauragais, à Fendeille, l’orge, l’avoine et le millet sont très présents, cultivés probablement sur les terres les plus pauvres et les plus sèches des collines. Dans les déclarations de 1428, on voit des individus, probablement paysans, pour la majorité d’entre eux, propriétaires d’une ferme ou de parcelles dispersées, détenir du « rou », du mélange froment-orge. Guilhem Balhe déclare 16 setiers de « rou », un setier d’avoine, Pierre Boier, un setier de froment, quatre setiers d’orge, 25 setiers de « rou », P. Pascal, 19 setiers de « rou », cinq carterias de froment, un setier et cinq carterías de millet (milh)155. Le méteil de blé et d’orge156 est probablement semé, le mélange de céréales n’est pas effectué dans le cellier des contribuables. La culture de ce méteil est d’ailleurs confirmée par une estimation de dégâts contenue dans un registre de police consulaire de Castelnaudary, du début du xve siècle : des bœufs et des juments sont trouvés dans un champ d’orge, en bordure du ruisseau du Fresquel ; les messeguiers estiment le dommage à trois setiers d’orge et à une carteria de froment157 ; on parle d’un champ d’orge mais il contient aussi du froment, en faible quantité. L’orge est utilisée pour l’alimentation animale et humaine, le pain d’orge est consommé encore au xviie siècle en Roussillon158 et, sûrement, en Lauragais, alors qu’il ne le serait plus en Provence dès le xiiie siècle159. À Fendeille, Jean Ebbles, qui possède une ferme dans la plaine et des terres à Castelnaudary, détient 40 setiers de froment, 10 setiers « entre orge et avoine »160, s’agit-il, là aussi, d’un méteil ? Au début du xxe siècle, le méteil peut être composé de blé et de vesces161 ; aucune mention de ce genre n’apparaît pour le bas Moyen Âge.

  • 162 Germain Sicard en indique une occurrence, A.D.H.G., 3 E 2485 P 59 r, 1418. Cet acte concerne deux (...)
  • 163 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 1 v°.
  • 164 A.D.A., 4 E 076/FF 20 f° 12 r°.
  • 165 A.D.A. 4 E 076/CC 90 n° 19.

89Le millet n’est pas souvent signalé dans les baux à court terme162, mais on en trouve dans les réserves familiales, à Fendeille et dans le Terrefort haut-garonnais, par exemple, chez Vitalis et Jean Cerene, dans une borie de Montesquieu : « parva quantitate milii putredi et balneati »163. Il est cultivé dans la plaine : les registres de police consulaires de Castelnaudary signalent que des bœufs ont dévasté un champ de millet, leur propriétaire paye un gros à chaque sobrepausat (expert) qui a estimé les dégâts et devra rembourser les cinq carterias de millet mangées164. En 1386, un impôt indirect d’une maille frappe chaque setier de millet qui est vendu dans la ville et ses dépendances165.

  • 166 A.D.H.G.,3 E 10163 f° 16 r°, 1399. On trouve aussi une piqueta fabba.
  • 167 A.D.H.G., 3 E 10163, non folioté, 18 janvier 1406.
  • 168 A.D.A., 3 E 9460 f° 58 v°, 10 décembre 1460.
  • 169 A.D.A., 3 E 9453 f° 1 r°, 1436.
  • 170 Baux (Et.), La vie économique..., op. cit., p. 19.
  • 171 A.D.H.G. 3 E 10161 f° 310 r°, 1411.
  • 172 Fossier (R.), La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du xiiie siècle. Paris-Louvain, 19 (...)
  • 173 Derville (A.), L’agriculture flamande. Des origines médiévales aux descriptions de 1800. Histoire (...)

90Les inventaires après décès et les descriptions de moble font apparaître les provisions de légumes secs (pois, fèves, lentilles). L’inventaire réalisé chez Michel Fabri, dans le campmas de la famille, à Montgiscard166, mentionne des pois ronds, celui fait chez Pierre Garcie, de Montlaur, qui était, d’après les biens décrits, un paysan, mentionne des lentilles167. Hugon de Fraxino, bachelier ès décrets, chanoine de la collégiale Saint-Michel de Castelnaudary, détient, dans ses deux maisons et dans un granarium168, 16 setiers d’avoine, orge et millet. Les lentilles apparaissent dans l’inventaire de Pierre Carbonnelli, un habitant de Labécède, dans la Montagne Noire169. À Fendeille, en 1428, les légumes secs (legumis menutz) figurent dans les manifestes ; les déclarants cités supra en détiennent d’une demi carteria à quatre setiers ; ces légumes proviennent de leurs parcelles. Les légumes secs sont, début xixe, rangés encore dans les céréales secondaires, la farine de fèves ou pois se mélange à la farine de blé170. Ils servent aussi à nourrir les animaux : des fèves sont données aux agneaux et chevreaux (ainsi que du son), on le prévoit dans les contrats de gasaille171. Les légumineuses sont utilisées aussi comme engrais vert, très tôt, dans certaines régions. En Picardie, au ixe siècle, les menus blés (pois, fèves, lentilles, vesces) étaient semés à la volée au milieu des avoines. A la fin du xiiie siècle, les légumineuses sont sur une sole à part, au détriment de la jachère172. En Flandres, vesces, pois et lentilles sont cultivés en plein champ, Alain Derville suppose qu’on les met peu à peu sur les jachères courtes, entre la récolte du blé et le semis des trémois173. On doit avoir à peu près la même chose en Lauragais. D’après les baux à court terme, des légumineuses sont cultivées parfois en plein champ ; les fèves sont signalées, au xixe siècle, comme substitut à la jachère, ce qu’elles pouvaient déjà être au xve siècle. Les légumineuses peuvent être, aussi, cultivées dans les jardins ou dans les ferragines.

  • 174 A.D.A., 3 E 9452 f° 73 v°, 1447.
  • 175 Partak (J.), La seigneurie..., op. cit.
  • 176 Cazes (J.-P.), La bailie..., op. cit., p. 57.

91Ces dernières ne sont mentionnées que dans les estimes de Castelnaudary et Fendeille (on en recense 11 à Castelnaudary, dans le registre CC 9, 29 dans le registre CC 10, trois à Fendeille en 1428, cinq en 1495). Elles apparaissent, toujours en Lauragais oriental, dans de rares actes notariés ; les frères Baronate, par exemple, des marchands qui achètent l’usufruit d’une ferme à Issel, ont la permission d’y faire une ferragine174. Quelques ferragines étaient déjà signalées dans le Liber reddituum, une à Caignac, appartenant à l’Hôpital, située sur les berges du ruisseau175, sept dans la bailie de Castelnaudary (dont une à Castelnaudary même), sur 2 939 parcelles mentionnées176. Le terme ferratjal est utilisé pour les qualifier. Dans le dictionnaire de Fréderic Mistral, les mots farrage, ferrage, aferrage, farràgi signifient « fourrage en vert, orge ou seigle que l’on a semé pour les bestiaux, terrain fertile destiné aux plantes fourragères, terrain clos, enclos. Idée de terres plantureuses ». Farrajau, du roman ferratjal, latin ferragale, signifie fourrage en herbe, fourrage en vert. Au xixe siècle, la ferragine peut donc être semée de céréales ou de plantes fourragères. Qu’en est-il au Moyen Âge ?

  • 177 Puig (C.), Les campagnes..., op. cit., pp. 233-239.
  • 178 Bourin-Derruau (M.), Villages médiévaux..., op. cit., tome 1, pp. 166-167.
  • 179 Sicard (G.), Les contrats..., op. cit., p. 108 et note 302, 3 E 851 f° 15 v°, 1416.
  • 180 Ib. p. 108 et note 303, A.D.H.G., 3 E 8582 55 r°.

92Les ferragines sont attestées dans tout le Midi de la France. En Roussillon, elles sont documentées depuis le xie siècle, au moins, des textes mentionnent ce qu’on y cultive : légumineuses (vesces, pois, pois chiche, fèves, lentilles) et « herbes », c’est-à-dire du fourrage177. Dans le Biterrois, on en trouve, dans la plupart des exploitations, dès le milieu du xiie siècle : « on y cultive, selon une alternance jamais précisée, les céréales et les légumineuses (pois, fèves), « ferrages » dont la parcelle tire le nom »178. La féverole y est aussi présente, féverole d’hiver, semée en automne, féverole d’été, semée au printemps. En Lauragais, Germain Sicard mentionne un contrat où le paysan, quand il désire constituer une prairie, sème des graines de plantes fourragères (« in Mo seminare de grana feni »), après un premier labour, puis les recouvre par un second labour179. Dans un bail, l’exploitant doit semer un arpent de « garossas », des vesces, pense Germain Sicard, pour les utiliser comme fourrage : « item fuit pactus quod gazalhanus possit facere et seminare in dictis terris unum arpentum pro garossis ad opus feratgiarum »180. C’est le seul témoignage de la présence de vesces dans les ferragines du Lauragais. F. Mistral traduit garoufo par vesce, Louis de Santi pense, toutefois, que la garafo n’est pas la vesce mais la gesse chiche ou le pois chiche.

  • 181 Puig (C), Les campagnes..., op. cit. p. 236. Bonnassie (P.), La Catalogne au tournant de l’an Mil, (...)
  • 182 Elles sont situées, souvent, près des murailles, là où le fumier fermente dans les fosses ; elles (...)

93À Castelnaudary, les ferragines sont situées toujours à proximité des fossés de la ville ou près des sources (pont de la Baffe, porte Goufferand, font d’Albieyras, font del Terrier), dans les zones humides ou arrosables et faciles à fumer, là où se trouvent les jardins. C’est aussi le cas en Roussillon, en Catalogne, en Languedoc181. En Provence, la ferragine (appelée pasquier, pasquerium) semble un peu différente, elle est complantée d’arbres, ensemencée de grains et, rarement (d’après les contrats de facherie), de légumineuses (fèves et vesces)182. Les ferragines peuvent être coupées en vert et utilisées comme fourrage, elles servent à nourrir le bétail de labour et les brebis au temps de l’agnelage. On peut aussi les laisser grainer, elles sont utilisées alors pour les semences suivantes et pour l’alimentation humaine.

94Pourquoi ces ferragines apparaissent-elles seulement dans l’est du Lauragais ? Est-ce parce que la rareté du saltus oblige à obtenir un fourrage de qualité pour nourrir le bétail l’hiver ? Traduisent-elles un plus grand souci de rentabiliser les jachères avec des légumineuses qui reconstituent en même temps le sol ? Elles se multiplient courant xve siècle, alors qu’augmentent les surfaces consacrées aux prés, signes d’un développement de l’élevage.

  • 183 Ruas (M.-P.), Les plantes consommées au Moyen Âge dans la France méridionale d’après les semences (...)
  • 184 Un des sites est hors Lauragais (Cabaret).
  • 185 Ruas (M.-P.), Les plantes consommées..., op. cit., p. 194.
  • 186 Stouff (L.), Ravitaillement..., op. cit.

95Les études des archéo-botanistes confirment la présence de ces multiples céréales et légumes secs. Marie-Pierre Ruas a étudié les semences provenant de 29 sites archéologiques de la France méridionale, datant du Moyen Âge central ou du bas Moyen Âge, certains de ces sites sont situés en Lauragais, en plaine (Castelnaudary, Lasbordes) ou dans la Montagne Noire (Berniquaut, Le Castlar de Durfort). Blé tendre (froment) et orge vêtue apparaissent quasiment partout, suivis de près par le seigle (sur les 2/3 des sites). L’avoine, les fèves sont présentes dans plus de la moitié des sites, le millet commun dans les 2/5 des sites, la gesse chiche, le pois, l’engrain dans un tiers des sites183. L’amidonnier (blé vêtu) est rare. Pour les sites du Lauragais184, répartis du xie siècle au bas Moyen Âge, le taux de fréquence des céréales est de 24 % pour le blé tendre, 20 % pour l’orge, 20 % pour l’avoine, 13 % pour le seigle, 10 % pour l’engrain, 10 % pour le millet commun, 3 % pour le millet italien. Le taux de fréquence de la fève est de 34 %, du pois, 26 %, celui des pois chiche, ers, gesse cultivée, gesse chiche, lentille est de 8 %185. Les textes ne distinguent pas toutes ces variétés, le bladum ou fromentum peut cacher de l’engrain, de l’amidonnier, la faba peut être une féverole ou toute autre légumineuse. Au xive siècle, en Provence, la féverole est semée sur les chaumes186, peut-être a-t-on la même chose en Lauragais.

  • 187 Le reste se compose de féverole pour 23 %, de blé tendre pour 3,1 % (deux blés tendres sont présen (...)

96L’absence du seigle dans la documentation écrite est confirmée par les études carpologiques : un seul taxon a été découvert dans le fossé de Castelnaudary. Le seigle n’apparaît qu’en Montagne Noire ; dans le castrum de Durfort, il représente 63 % du volume total des semences187.

97Quelles sont les superficies ensemencées par ces divers « blés » ?

  • 188 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 171.

98D’après les comptes du collège de Périgord, dont les terres sont situées essentiellement dans le Terrefort, le froment domine nettement, représentant 65 % des récoltes, suivi du méteil, 14 à 15 %, puis du millet, à peu près 10 %. L’avoine ne représente que 2 à 3 % des récoltes mais le rendement étant plus fort que celui du blé, la superficie semée doit être plus faible. Trois à quatre pour cent des terres peuvent être ensemencées en fèves et pois188.

  • 189 Cf. la partie « Modes de faire-valoir ».

99Si l’on considère que les fermages en nature des domaines plus modestes reflètent la production des terres189, le blé froment domine largement en Lauragais, au moins dans le Terrefort, où l’avoine représente un quart à un tiers de ce qui est livré en blé, l’orge un quart. C’est moins net dans la plaine où, souvent, le bailleur réclame autant d’avoine que de blé. Les provisions fendeilloises ne reflètent pas ces proportions, le froment y est minoritaire, est-ce un choix économique, on mange du pain d’orge ou de méteil, on vend le froment récolté, est-ce une nécessité liée à la qualité des terres ?

  • 190 En 1815, dans l’arrondissement de Villetranche-de-Lauragais (Lauragais occidental) 28 571 ha sont (...)

100Le blé froment semble constituer, au xve siècle, l’essentiel de la production céréalière, accompagné d’orge, de méteil, d’avoine, de millet et de diverses légumineuses. Chacune de ces céréales se répartit probablement selon les qualités des terroirs. La plupart de ces « blés » sont cultivés encore aux xviiie et xixe siècles. Le froment est alors la céréale dominante (mais destiné à la vente), le seigle, l’avoine et un peu d’orge sont cultivés (le maïs, depuis le xviie siècle, est devenu le pain des pauvres et a dû remplacer le pain d’orge190).

Quelles sont les rotations191 en usage en Lauragais ?
  • 191 Rotation culturale : ordre de succession des mêmes cultures (avec ou sans friches) sur une même pa (...)
  • 192 A.D.A., 3 E 1493 f° 49 r°, f° 100 r° ; A.D.A., 3 E 9444 f° 136 r°. A.D.H.G.. 3 E 10162 f° 64 v°.
  • 193 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 35 v°, 1406.
  • 194 A.D.A., 3 E 1494 f° 7 r°.
  • 195 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 1 v°, 2 r°, 2 v°, 3 r°.
  • 196 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 1 bis v°.

101Les baux de faire-valoir indirect sont peu explicites à ce sujet ; si l’on s’en tient à leur durée, la rotation biennale pourrait être la norme, les baux étant, le plus souvent, consentis pour un nombre d’années paires (72 sur 98 à durée connue). Quelques baux précisent que le preneur doit labourer, chaque année, la moitié des terres du campmas192 : les métayers de P. Bruni doivent ainsi « laborare et agricolare » la moitié des terres qu’ils louent193. Un contrat indique même la superficie de la ferme : 24 sétérées dont 12 doivent être cultivées chaque année194. Toute une série de nouvelles inféodations consenties par G. Carrerie, le seigneur de Pompertuzat, montrent que dans le Terrefort occidental, on pratique une rotation biennale, en effet, G. Carrerie pratique la reprise de la tenure, si la terre n’est pas travaillée de deux ans en deux ans195. Dans une de ces inféodations, le preneur doit « laborare » de deux ans en deux ans et donner 1/5 du fruit du champ tous les ans196. Doit-il donner de l’herbe quand la parcelle est en jachère ? Pratique-t-il sur celle-ci des cultures dérobées ?

  • 197 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 181 r°, 22 février 1409 (n. st.) ; A.D.H.G., 3 E 10162 f° 77 r°, 1410.

102Une occurrence de ce qui semble une jachère de deux ans apparaît dans le règlement d’une controverse opposant Pierre de Mauriaco à Jean André, un laboureur de Montlaur. Ce dernier a une dette envers P. de Mauriaco pour des terres qu’il a en tenure, son frère Pierre doit, lui aussi, de l’argent. Pierre de Mauriaco le tient quitte à condition qu’il travaille les terres fertiles et labourables (aratinas) qu’il tient en parson, de trois ans en trois ans, à la connaissance de probes hommes du lieu, comme c’est la coutume197.

  • 198 Ruas (M.-P.), Productions..., op. cit., p. 147.
  • 199 Coulet (N.), Rotation de culture en Basse-Provence, Technique et sources documentaires, Actes de l (...)
  • 200 Frêche (G.) Toulouse et la région..., op. cit., p. 246.

103Les rares baux de faire-valoir conclus pour trois et neuf ans et la présence de céréales secondaires et de légumineuses pourraient faire songer à une rotation triennale. Millet, orge et avoine, présents dans les sources du bas Moyen Âge, sont, en général, semés au printemps. La carpologie montre qu’au Castlar de Durfort, d’après les connexions paléo-agronomiques, le millet commun est effectivement semé au printemps ou l’été, mais elle ne peut préciser si l’orge et l’avoine sont semées au printemps, les adventices présentes ne permettant pas de conclure198. L’avoine considérée, partout, comme une céréale de printemps, pourrait être semée l’hiver, c’est ce qu’observe Noël Coulet en Provence199. Au xviiie siècle, en Toulousain, elle est semée, comme les fèves, le seigle et le blé en octobre, peut-être en était-il de même au Moyen Âge. Pour l’orge, les sources textuelles lauragaises emploient le terme ordi (qui correspondrait à l’orge d’hiver), il n’y aurait donc pas d’orge de printemps, elle est pourtant semée, au xviiie siècle, en février200.

  • 201 La jachère est une parcelle cultivée soumise à un arrêt temporaire, plus ou moins prolongé, des cu (...)
  • 202 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 147 v°, 30 août 1407.
  • 203 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 88 v°, 1407.

104Les céréales secondaires ou les légumineuses ne sont tout de même pas le signe à 100 % d’une rotation triennale car elles peuvent succéder, sur une parcelle, à la jachère201 biennale, à la place du blé, pour limiter les risques. Les légumineuses peuvent être, aussi, cultivées en cultures dérobées sur une portion des parcelles en jachère. Une parcelle peut être divisée en deux, avec du blé sur une partie et, la même année, de l’avoine sur l’autre ; selon le contrat de location d’un champ, situé à Montgiscard, la moitié est en pastel et la moitié « in arata »202. Un marchand de Montgiscard, Jean de Rua, loue une borie, située à Baziège, à un laboureur de Montlaur, pour quatre ans et deux récoltes ; pour chacune des deux récoltes, le preneur doit donner six setiers de froment et deux setiers d’avoine : il y a donc rotation biennale et de l’avoine, peut-on supposer, est cultivée sur une partie du fonds, elle n’est nullement le signe du triennal203.

  • 204 Dans le sud de la France, le restouble est la parcelle moissonnée où il ne reste plus que le chaum (...)
  • 205 Castaing-Sicard (M.), Les contrats..., op. cit., note 126 p. 148.
  • 206 A.D.H.G., 3 E 8583 f° 62, 1452, Sicard (G.), Les contrats de métayage..., op. cit., pp. 37-38.

105En Provence, 12 % des baux en facherie (métayage) et des arrentements conclus entre 1380 et 1450, attestent de rotations biennales (on doit faire des labours de jachère, garach, sur la moitié du fonds et ensemencer l’autre, on doit « menare per duas partes »), 70 %, de rotations triennales (« menare per tercio », « per tertium »), avec jachère, froment, restouble204 sur laquelle on met de l’avoine, les mots restouble (c’est-à-dire rastolh) et avoine étant interchangeables. Dans la majorité des cas, la terre se repose seulement quelques mois, entre le blé et l’avoine de printemps. En Toulousain, Mireille Castaing-Sicard signale un acte de 1192 selon lequel une terre doit être moitié en légumineuses (fava), moitié en restol. Elle pense que c’est le signe d’une rotation triennale, les céréales alternant avec des cultures de moindre importance et la jachère ; le bailleur pouvait l’année suivante semer à nouveau du blé sur la partie restée en restol tout en laissant l’autre moitié de la terre en repos et cultiver, un an après, le blé sur cette part et les fava sur l’autre205. J’interprèterais plutôt cela comme une parcelle divisée en deux : blé puis jachère sur une partie et fèves sur l’autre, à moins que le restol ne soit ensemencé en avoine comme en Provence (rastolh signifie encore, aujourd’hui, à la fois chaume et champ sursemé). Ce qui pourrait y faire penser c’est une clause d’un bail repéré par Germain Sicard : si les métayers sortants, la dernière récolte faite, sèment de l’avoine sur un chaume (rasthol), ils ne recevront de cette avoine, l’été venu, que l’équivalent du salaire qu’aurait eu un journalier pour le même travail206.

  • 207 Baron Trouvé, Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Firmin-Didot, 1 (...)
  • 208 Pariset (F.) Mœurs et usages du Lauragais..., op. cit., p.54.
  • 209 Baron Trouvé, Description..., op. cit., pp. 464-465.

106La rotation triennale doit être faiblement pratiquée, à la fin du Moyen Âge ; c’est encore le cas au début du xixe siècle, le baron Trouvé indique qu’elle existe en Lauragais audois seulement pour les régions les plus riches207 ; pour Louis Pariset, c’est une pratique récente, qui n’existait pas au xviiie siècle208. La rotation fait alors se succéder blé, puis maïs, avoine ou sainfoin, puis jachère ou quelques fèves209.

  • 210 Coulet (N.), Aix-en-Provence, espace et relations d’une capitale..., op. cit., pp. 169-174.
  • 211 Derville (A.), L’agriculture flamande. Des origines médiévales aux descriptions de 1800, Histoire (...)
  • 212 Beutler (C), Calendriers agricoles et systèmes de culture en Europe continentale au xvie siècle, H (...)
  • 213 A.D.H.G., 3 E 2485 f° 59 r°.
  • 214 A.D.A., 3 E 9444 f° 38 r°.
  • 215 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 229 v°, 12 novembre 1408, F 230 v°, 13 novembre. Le blé doit être livré sur (...)

107En Provence, des terres sont soumises à une culture continue, froment et avoine ou froment et légumineuses s’y succèdent, en rotation biennale sans jachère, durant trois ou quatre ans, puis la terre est mise au repos210. En Flandre, des baux autorisent la culture continue211. La culture continue avec « restouble » ensemencé et récolté, chaque année, pendant trois ou quatre ans, se retrouve chez les agronomes Olivier de Serres et Heresbach212. La culture continue apparaît, en Toulousain, dans un acte de 1418 concernant la location, pour quatre ans, de sept mésalhées de terre situées en bordure de Garonne, dans une zone de terre riche et irrigable : le preneur, chaque année, doit semer du froment ou des fèves ou du millet et doit donner « un tiers et demi » des fruits213. En Lauragais, un seul acte concernant un domaine peut y faire songer, il s’agit d’une boaria de 18 sétérées de terre et deux sété-rées de pré, les terres doivent être semées chaque année (dont une sétérée en pois)214 ; le preneur doit donner un loyer annuel de 20 setiers de froment, 10 d’orge, 10 d’avoine, soit la récolte de sept à huit sétérées, un peu plus d’un tiers de la récolte normale de céréales. Cette culture continue apparaît, parfois, pour de simples parcelles : Arnaud Guilhem de Gavarret loue pour dix ans la moitié d’un champ de trois sétérées à deux laboureurs de Montgiscard qui doivent « laborare et agricolare » chaque année, ils doivent semer une année du blé et l’année suivante du pastel ; si, à cause de l’inondation, ils ne peuvent semer du pastel, ils doivent semer des fèves, « si erat tale tempus quod propter inundationes aquarum non possent facere seu seminare pastellariam, fabas seminabunt »215. Il loue, le lendemain, le reste de son champ à un autre laboureur qui doit bêcher la terre et y semer cette année du pastel, et, les années suivantes « laborare et agricolare » et semer une année du pastel, une année du blé. Il n’y a donc pas de repos de la terre alors que les cultures pratiquées demandent beaucoup, il est probable que ce sont de très bonnes terres, en bordure d’un ruisseau, et que l’on doit fumer. Guillaume de Catel notait toutefois au xviie siècle : « joinct que le pastel porte cette commodité, qu’il ne gaste point les terres où il est semé, pource qu’il faut apporter tant de soin à sarcler souvent les mauvaises herbes, que la terre en demeure mieux cultivée, tellement que l’année apres l’on y seme du bled ».

La densité des semis
  • 216 Beveridge (W.H.), The yield and price of com in the middle ages, Economic History Review, 1927, I, (...)
  • 217 Audisio (G.), Les Français..., op. cit. pp. 155-156.
  • 218 Moriceau (J.-M.), Les fermiers de l’Ile-de-France..., op. cit., p. 432.
  • 219 Carrié, Monographie..., op. cit.

108Un setier ensemençant une sétérée, le setier de blé faisant, à Castelnaudary, selon les Tables de conversion, 60,4 litres, permet d’ensemencer 35,19 ares, on sèmerait donc 1,71 hl de grain à l’hectare. Dans l’ouest du Lauragais, à Montesquieu et Montgiscard, avec le setier de Villefranche, de 93,26 litres, on ensemence 59,27 ares, il faudrait 1,57 hl pour ensemencer un hectare. A Ayguesvives, si la sétérée était seulement de 56,9 ares, il faudrait, toujours avec le setier de Villefranche, 1,63 hl. En Angleterre, les densités de semis, pour l’évêché de Winchester, sont un peu plus élevées, 1,87 hl à l’ha au xiiie siècle et 2,01 hl au xive siècle ; si l’on suit Walter de Henley, la densité est de 1,87 hl à l’ha216. Pour Gabriel Audisio, la moyenne doit se situer autour de 1,8 à 2 hl à l’ha217, il signale toutefois qu’en Languedoc, on sème de 2 à 3 hl à l’ha. Dans les riches terres du Bassin parisien, on sème couramment de 2,5 à 2,8 hl à l’ha au xviie et au début du xviiie siècle218. Les semis d’avoine seraient, avec un setier d’avoine de Toulouse de 1,1123 hl, utilisé dans les bourgades de l’ouest, et un setier de Castelnaudary de 0,755 hl utilisé à l’est, de 1,87 hl à l’hectare à Montesquieu et Montgiscard, peut-être 1,95 hl à Ayguesvives et 2,14 hl à Castelnaudary. On sème donc plus dense dans les bonnes terres de la plaine, ce qui est habituel. Les chiffres fournis pour le xixe siècle sont un peu plus élevés, M. Théron de Montaugé donne, pour 1852, dans les arrondissements de Toulouse et Villefranche, une densité moyenne de semis de 1,82 hl à l’hectare, pour le froment, de 2,90 hl, pour l’avoine. À la fin du xixe siècle, à Montgiscard, les densités sont de 1,7 hl à l’ha, pour le blé, 3 hl à l’ha, pour l’avoine, 2,25 hl à l’ha, pour les fèves219. Aujourd’hui, à Castelnaudary, on sème le blé tendre à raison de 140 kg à l’ha pour une récolte de l’ordre de 65 ou 70 quintaux. Ce blé pesant à peu près 800 grammes au litre, on sème 1,73 hl à l’ha, ce qui était semé au xve siècle.

Les rendements
  • 220 Cornet (G.), Productivité et rendement céréalier, de l’histoire à l’archéologie, L’homme et la nat (...)

109Un Husbandry anonyme du xiiie siècle donne, pour l’Angleterre, une moyenne, pour le blé froment, de cinq grains récoltés pour un semé, pour le méteil froment/seigle, de six pour un, pour l’orge, de huit pour un, pour l’avoine, de quatre pour un. Les rendements à Winchester, de 1200 à 1350, se situent autour de quatre pour le blé, de 3,9 pour l’orge, de 2,8 pour l’avoine. Au milieu du xve siècle, les rendements varient beaucoup d’une région à l’autre ; une excellente terre, vers Bruxelles, a un rendement, pour le blé, de 13,9 pour un, pour l’orge, de 9,7, pour l’avoine, de 8,7 (ceci en moyenne, sur un demi-siècle), dans des domaines particulièrement soignés. A la même époque, dans la région d’Aix, le rendement est, pour le blé, de 5,7 sur les terres du roi René, avec des variantes de 3,7 à 9,5, pour le seigle, de 3,5 à 8, pour l’avoine, de 0,9 à 4,9220. O. de Serres considère que le rendement est bon, s’il est de cinq pour un pour le blé. Fernand Braudel donne une moyenne de cinq pour un comme limite supérieure, du xve au xviiie siècle.

  • 221 Bourin-Derruau (M.), Un exemple d’agriculture..., op. cit., pp. 116-117.
  • 222 A.M.T., II 97.
  • 223 Malafosse (L.), La forêt..., op. cit., p. 193. Il ne précise pas d’où provient ce livre, mais il d (...)
  • 224 Cazals, Monographie..., op. cit.
  • 225 Malafosse (L.), La forêt..., op. cit., p. 194.
  • 226 A.D.H.G. 11 M 9, arrondissement de Villefranche.
  • 227 Baux (Et.), La vie économique..., op. cit.
  • 228 Théron de Montaugé, L’agriculture et les classes rurales..., op. cit., p. 7-9.
  • 229 Carrié, Monographie..., op. cit.
  • 230 Pia (J.), La terre, le vent, les hommes, 100 ans d’agriculture en Lauragais, 1985, p. 95 et p. 97.

110Les documents médiévaux permettant de calculer les rendements en Toulousain sont fort rares et parfois douteux. Monique Bourin a utilisé une visite, effectuée en 1340, des granges de Prouille, situées, pour l’essentiel, en Lauragais. Les rendements auxquels elle parvient sont, pour le seigle, de 4,5 et 8,5, ils sont compris, pour le blé, entre 4,25 et 6, pour l’orge entre 2,25 et 16, pour l’avoine entre 2 et 11. Elle note toutefois que « des parsions peuvent être mêlés aux revenus de l’exploitation directe sans qu’il en soit fait mention »221, expliquant peut-être les résultats les plus élevés. Un indice, peut-être douteux, figure dans un aveu : un labourage d’une paire de bœufs de terre noble, situé à Montesquieu (soit 20 sétérées du lieu) est déclaré par Pierre de Turre, il indique « qu’il peut valoir 25 setiers de blé »222. À supposer qu’il s’agisse de rotations biennales, 10 sétérées sont labourées et donnent, semence enlevée et tous frais payés, 25 setiers, ce qui doit correspondre à une cinquantaine de setiers produits, en année moyenne, soit un rendement de cinq pour un. Les premiers renseignements plus précis concernent la fin du xviie et le début du xviiie siècle, les rendements sont très faibles. D’après un livre de raison, provenant du Terrefort lauragais et couvrant la période 1692-règne de Louis XVI, jamais le rendement du blé ne dépasse sept pour un et, souvent, il n’est que de quatre à cinq. À Villenouvelle, où « la terre est plus riche », on obtient à peu près les mêmes résultats, on n’arrive jamais à 10 pour un223. Une monographie d’instituteur concernant Montesquieu indique, pour 1752, un rendement très faible puisque les 1 400 setiers de blé semés ont donné 5 500 setiers224, même pas quatre pour un. D’après M. Théron de Montaugé, le subdélégué de Toulouse donne, pour 1778, un rendement de cinq pour un pour le blé (avec toutefois des cantons où le rendement est de deux, trois, quatre, d’autres où l’on peut obtenir jusqu’à 8,10 et 12 pour un). Une statistique de 1782 indique ce même rendement de cinq pour un pour le blé et pour l’avoine225. En 1814, d’après les statistiques de l’arrondissement de Villefranche, le froment a rendu six fois la semence, les légumes secs et menus grains, 46 pour un. En année commune, le froment, l’orge, le seigle et l’avoine rendent cinq pour un, les légumes secs, 40 pour un226. Les rendements sont à peu près du même ordre dans la partie est du Lauragais ; pour la période du 1er Empire, le rendement du blé moussole, plus fort que celui du blé barbu, est de dix pour un dans les terres de 1ère qualité, en année moyenne, de cinq pour un et trois pour un dans les terres de 2e et 3e qualité, celui de l’avoine de sept pour un, celui de l’orge, de 5,5 à 7,5 pour un227. Les rendements sont toujours aussi faibles, tout au long du xixe siècle. En 1852, pour les arrondissements de Toulouse et Villefranche, le rendement moyen du blé est un peu supérieur à sept pour un, celui du méteil (une partie de froment pour trois de seigle) et du seigle est de cinq pour un228. C’est seulement à la fin du xixe siècle que les rendements augmentent avec l’apport d’engrais, mais pas partout. A Montgiscard, par exemple, le rendement des céréales est de 11 à 12 pour un, parfois 15, 20 ou même 25, il est de six à sept et parfois de 9 à 10 sur les terres des coteaux, de quatre à cinq sur les terres les plus mauvaises229. En 1925, la récolte de blé tendre en Lauragais est de 19 à 20 quintaux à l’ha230, soit un rendement, si le semis est de 1,71 hl (800 grammes au litre, soit 136 kg), de l’ordre de quatorze pour un. Les premiers hybrides, mis au point dans les années trente et utilisés massivement au début des années cinquante vont permettre une augmentation des rendements, 30 quintaux à l’ha, pour arriver à 65 quintaux aujourd’hui. Avec ce système de calcul, le rendement au xve siècle serait de 6,8 quintaux à l’ha.

111Ces emblavures, vitales et si peu productives sont protégées, nous l’avons vu dans les coutumes, contre les incursions des hommes et du bétail. À Bram, les mesures protectrices sont nombreuses : on interdit le glanage en cas de verse des blés à cause du vent ou d’autre chose, avant qu’ils n’aient été ramassés (amasat et espigat) par les propriétaires. On interdit de chasser au filet ou au chien « en gaveles ou en blatz que sion espiguatz », de chasser « las perditz en blatz verts ou secqs », de chasser les lièvres à cheval par les blés, dès qu’ils sont semés et jusqu’à ce qu’ils soient coupés.

La transformation des céréales
  • 231 Guiraud (J.), éd., Cartulaire de Notre-Dame de Prouille, Paris, 1907.
  • 232 A.D.A., 4 E 076/ CC 10 f° 70 v°.
  • 233 Comme en Roussillon, Caucanas (S.), Moulins et irrigations en Roussillon du xie au début du xve si (...)
  • 234 A.D.A., 4 E 076/ CC 10 f° 164 r°.

112Cette forte production de « blés » est transformée en partie sur place, ce que l’on voit par la fréquence des mentions de moulins bladiers, à vent ou à eau. Les moulins à vent sont signalés très tôt en Lauragais ; le 1er moulin de ce type est attesté à Prouille dès 1223231, on en trouve à Pexiora et Besplas en 1245, à Saint-Papoul en 1255. Ces moulins à vent sont construits sur des parcelles parfois cultivées de façon intensive : un jardin, une ferragine232, ils peuvent être accompagnés d’une borde. Pour les moulins à eau, une digue (paissière) barre la rivière, le moulin est installé en aval, sur un canal de dérivation (bezat), une pêcherie y figure souvent233. La parcelle de terre peut être alors très vaste puisqu’il faut la place pour le canal et pour la retenue d’eau : un moulin à eau sur le Tréboul est édifié sur une parcelle de quatre sétérées de « terre et pré »234. Ces moulins sont nombreux sur les ruisseaux descendant de la Montagne Noire, à Issel, à Labécède.

113Le moulin n’est pas, en Lauragais, privilège seigneurial, on peut en construire un, librement, sur ses terres ; les coutumes de Saint-Papoul, par exemple, de 1255, consacrent un chapitre aux « moulins qu’on peut faire sur ses terres ». Il peut appartenir à une ou plusieurs personnes qui l’exploitent et prélèvent une part sur la mouture ou le louent à un meunier. En principe, tous les moulins taillables sont répertoriés dans les registres d’estimes ; en fait, les estimes ne constituent pas la meilleure source pour les repérer, ils semblent disparaître des registres au cours du xve siècle, à Castelnaudary et Fendeille. De plus, pour ces deux localités, les fermes ne sont pas décrites précisément, or, certaines comportent des moulins, on s’en aperçoit grâce aux actes notariés.

Moulins allivrés dans les registres d’estimes :

Moulins allivrés dans les registres d’estimes :
  • 235 A.D.A., 4 E 076/CC 9 f° 56 v°.

Note 591235

  • 236 Maguer (R.) De la cocagne au blé..., op. cit.

114Les moulins apparaissent beaucoup mieux dans les deux registres de Castelnaudary réalisés en 1553, Roger Maguer y répertorie 17 ou 18 moulins à vent, trois moulins à eau : ceux de Villeroux à Combejuliane (qui apparaissait seulement en confront en 1516), d’H. et J. Foissac sur le Tréboul, de M. Roques sur le Tréboul (qui appartenait au xve siècle à G. A. Calvayrac)236. Ce sont surtout les registres de notaires qui nous renseignent sur la présence des moulins. Une trentaine de moulins bladiers apparaissent sur le territoire actuel de Castelnaudary, certains situés à l’intérieur des murailles, d’autres dans les barris, d’autres sur les collines proches de l’agglomération (au Pech de Cuquels, par exemple). Des moulins se trouvaient, encore, aux mêmes emplacements, au tout début du xxe siècle.

  • 237 Fournier (M.), La vie rurale dans le Lauragais à la fin du xiiie siècle, mémoire de maîtrise, Toul (...)
  • 238 Cazes (J.-P.) La baille..., op. cit., p. 84.
  • 239 Partak (J.), La seigneurie..., op. cit., p. 78.
  • 240 A.D.H.G., 1 G 799, cf. la partie « La présence seigneuriale ».

115Les moulins étaient très nombreux dès le xiiie siècle. Michèle Fournier en comptabilise 89, pour l’ensemble du Lauragais, dans le Liber reddituum, toutes catégories confondues (bladiers, drapiers, à cuivre), dont deux à Montesquieu (un à eau, un à vent), six à Castelnaudary (deux indifférenciés, quatre à vent)237. J.-P. Cazes, à partir de ce même registre, en indique une cinquantaine pour la seule baylie de Castelnaudary, dont une trentaine à Labécède238. La fin du xiiie siècle semble une période de construction : à Caignac, quatre nouveaux moulins sont construits entre 1280 et 1290, trois de ces moulins sont à eau, le 4e est, en fait, une reconstruction d’un moulin à vent antérieur. Il existait, déjà, un moulin à eau. Caignac, qui est une toute petite localité (40 maisons dans les murailles et un barri) ne compte pas moins de cinq moulins (dont un seul est banal)239, signe de la forte production de céréales. Dans un registre de reconnaissances de l’archevêque de Toulouse, concernant Montgiscard, daté de 1292, deux moulins à eau apparaissent, sur l’Hers, partagés chacun entre plusieurs individus dont les Gavarret, des nobles qui sont vassaux de l’archevêque240. Au xive siècle, les moulins sont encore plus nombreux puisque, d’après Froissart, les troupes du Prince Noir détruisent 12 moulins à Montgiscard, 20 à Avignonet et 21 à Fanjeaux.

  • 241 A.D.A., 3 E 9450 f° x, 1418.
  • 242 A. D. H. G, 3 E 18270 f° 35 r°.

116La localisation des moulins n’est pas toujours évidente : certains moulins à vent sont situés « al moli del vent », « al pech del moli ». Un toponyme est particulièrement évocateur des relations meunier-paysan : un moulin est situé « a panasac » (vole sac), à Saint-Martin-Lalande241. Des moulins sont construits dans les fermes : dans celle des Rigaldi, au Puy-Saint-Pierre, dont la vente est lauzimée par le chevalier Raymond-Amiel de Penafort, on trouvait déjà un moulin à eau ; Raymond-Amiel prévoit les taxes à payer si l’acheteur veut édifier un autre moulin et un four à pain242.

  • 243 A.D.A., 3 E 1493 f° 39 r°, 1418.
  • 244 A.D.A., 3 E 9452 f° 8 r°, 1445.
  • 245 A.D.A., 3 E 1494 f° 49 r°.
  • 246 A.D.A., 3 E 9449 f° 233 r°, 1425.

117Le prix des moulins est élevé, supérieur à celui de beaucoup d’ostals, leur entretien revient assez cher, ils constituent un investissement que peu de gens peuvent se permettre. La fourchette des prix est très ouverte mais, en l’absence de description précise, on ne sait à quoi elle tient : pour les moulins à vent, elle va de 18 £ tr au Mas-Saintes-Puelles, en 1418, pour un moulin à vent cum aysina, dont les seigneurs sont le chapitre Saint-Michel et A. de Rosergino, licencié ès lois243, à 61 £ 13 s 4 d tr pour un moulin à vent cum aysina hors la porte de la Baffe244 et même à 137 £ 10 s tr, en 1444, pour un moulin situé au Pech de Cuquels. Le prix des moulins à eau n’est pas plus élevé. À Issel, en avril 1423, Bernard Molineri, dit « molinar » ou « molinas », habitant du lieu, achète, pour 47 £ tr, un moulin à eau « in ripperia de l’Argentouyre » avec toutes ses dépendances et un pré contigu245. Il en vend quatre, toujours à Issel, sis sur l’Argentouire, lieu-dit « al auriol », en 1425, peut-être dans un triste état, pour une somme dérisoire, 20 écus d’or, à Germain Chanardi, de Souilhe246.

  • 247 A.D.A., 4 E 076/CC 9 f° 29 r°.
  • 248 A.D.A., 4 E 076/CC 9 f° 29 r°.
  • 249 A.D.A., 4 E 076/CC 9 f° 52 v°.

118Le moulin de rapport (loué à un meunier) est moins taxé que celui exploité par son propriétaire, on ne considère probablement que le loyer, diminué des charges ; en effet, au début du xve siècle, à Castelnaudary, un tiers de moulin à vent à La Baffe est allivré 5 £ 10 sous, deux autres moulins à vent, l’un 6 £247, l’autre 11 £248, alors qu’un moulin à vent déclaré par un meunier est allivré 25 £249.

119Certains moulins sont grevés d’un cens minime, recognitif (peut-être la terre a-t-elle été donnée en tenure alors qu’elle n’était pas bâtie) : un denier tolsan est perçu par le chapitre Saint-Michel de Castelnaudary pour un moulin à vent avec aysina situé dans le quartier de la Baffe, 20 d tr sont perçus par le roi, pour un autre moulin. On trouve aussi des cens plus élevés, d’un setier de froment (valeur 8 sous, en année moyenne).

  • 250 A.M.T., Ms. 634.
  • 251 A.D.H.G., 3 E 10159 f° 55 v°.
  • 252 A.D.A., 3 E 9467 f° 104 r°, septembre 1461.
  • 253 A.D.A., 3 E 9467 f° 109 r°.
  • 254 A.D.A., 3 E 9467 f° 111 v°, décembre 1461.
  • 255 D’après le règlement du poids du pain conservé dans le cartulaire de Castelnaudary, la part du meu (...)
  • 256 A.D.A., 4 E 076/CC 10 f° 163 v° et f° 164 r°.
  • 257 A.D.H.G., 5 E 67 f° 17 r°.

120Étant donné la valeur des moulins, leurs propriétaires appartiennent généralement aux catégories les plus aisées, Église, nobles, clercs, marchands, juristes. Les moulins à eau sont presque exclusivement aux mains des nobles et de l’Église. Quelques moulins sont nobles, un moulin à eau sur l’Hers, à Montesquieu, est avoué par Says de Montesquieu en 1389250. Le clergé a souvent investi dans l’achat de moulins qui sont très rentables : en 1387, un chanoine de Saint-Étienne possède, à Donneville, un moulin à vent et un moulin à pastel251. La collégiale Saint-Michel de Castelnaudary (chapitre, obits) et son personnel possèdent des moulins qu’ils louent. L’usufruit d’un moulin bladier, à vent, situé au Pech de Cuquels, est loué à deux frères, par les obits, pour trois écus d’or et 18 setiers de froment par an (à raison de six carterias par mois)252. Des marchands, des juristes, font la même chose. Jean Cap de Biou (Capitebovis), un marchand, en loue un, en novembre 1461, à Bertrand Calvayrac253, G. Martini, licencié ès lois et bachelier ès décrets, loue un moulin situé au Pech de Cuquels, à deux frères, pour deux ans254. Les Calvayrac, qui étaient locataires d’un moulin en 1461, ont, semble-t-il, trouvé que l’investissement en ce domaine était rentable255, en 1496, ils sont propriétaires de plusieurs moulins. G.A. Calvayrac et son frère détiennent un moulin à vent, hors la porte de la Baffe, qui fut de J. et P. Calvayrac, estimé 5 £, leur estime totale est de 12 £ 2 sous 4 deniers. Leurs cousins ou frères, J. et P. Calvayrac, ont un moulin à eau avec quatre sétérées de terre et pré au Tréboul, estimé 3 £, leur estime totale est de 12 £ 6 sous ; un rajout postérieur effectué sur leur manifeste indique la construction d’un moulin à vent au Pech de Cuquels, sur une éminée de terre, moulin estimé 4 £ 7 sous 8 deniers256. L’estime moyenne dans ce registre étant de 8 £ 10 sous, les Calvayrac sont aisés. D’autres investisseurs apparaissent : à Montesquieu, en 1485, les frères Jean et Guilhem Faure possèdent un moulin à vent et une borde, estimés 10 £ (un rajout indique un croît d’estimes « creys » pour nouveau bâtiment, 16 £), un autre moulin à vent « am logar tot garni », estimé 25 £, un moulin à eau sur l’Hers, estimé 75 £. Ils possèdent aussi deux ostals, des terres pour un peu plus de 13 ha, leur estime totale varie entre 222,25 £ et 245 £. Ils vivent des activités agricoles mais peuvent être difficilement considérés comme des paysans257.

  • 258 A.D.H.G., 1A8, tome 2, f° 249 et suiv.
  • 259 Marandet (M.-C.) Une ville policée..., op. cit., pp. 208-209.
  • 260 A.D.H.G., 1 G 805 ; A Montgiscard, un deuxième four appartient à l’archevêque, il est probablement (...)

121Le pain, qu’il soit préparé par un pancossier ou un particulier est, en ville, porté à cuire chez un fournier. Les fours banaux sont assez rares et sont le plus souvent aux mains du roi. Dans un registre du domaine royal, établi au xviie siècle, on en mentionne un à Montgiscard, un autre à Castelnaudary, un autre à Ayguesvives. Pour les fours de Montgiscard et Ayguesvives, le droit, pour les particuliers, est d’un pain sur 25, pour les boulangers ou vendeurs de pain, d’un pain sur 14258. Le four de Castelnaudary a été concédé à l’universitas, au xive siècle, sous censive de six deniers tolsans et six pugnères d’avoine, les coutumes traitent des tarifs pratiqués et de la réglementation259. Ce four est affermé par l’universitas à des particuliers260.

  • 261 A.D.A., 4 E 076 /CC9, il en possède un tiers.
  • 262 A.D.A., 4 E 076/CC9 f° 16 r°, ils en possèdent un sixième.
  • 263 A.D.A., 3 E 9456 f° 94 r°.
  • 264 A.D.A., 4 E 076/DD 18.

122Les fours à usage commercial peuvent appartenir à des particuliers. C’était le cas, au début du xve siècle, d’un four dit de Saint-Pierre, situé à Castelnaudary. Dans le registre d’estimes CC9, Jean Niseti, licencié ès lois, en détient une partie261, ainsi que B. Audomar et son fils262. Jean Niseti vend sa part à la ville ; tous les propriétaires ont dû agir ainsi, puisqu’en 1411, Vuniversitas prend à nouveau fief un petit emplacement pour agrandir ce four. Le procureur du roi de la sénéchaussée de Toulouse et Albi lui concède à nouveau fief et emphytéose perpétuelle, une « locata seu carreria vacans et neglecta totaliter et disamparata platee et locate furni dicti loci vocati de sancto petro contigua esset expediens eam tradere et concedere ad amplicandum plateam dicti furni predictam parvam et strictam maxime... ». Ce four communal, le four Saint-Pierre, est probablement situé près de l’église Saints-Pierre-et-Paul, église paroissiale primitive. D’autres fours sont mentionnés dans les registres notariés : un situé dans le barri Sainte-Croix263 et un dit « de Bullane »264.

  • 265 5 E 73 P 63 v°. Son estime totale est de 171 £, il possède aussi un ostal, une borde et des terres
  • 266 A.D.H.G., 5 E 73 f° 89 v° et f° 105 r°.
  • 267 Communauté disparue, réduite à une ferme, commune de Tréville, canton de Castelnaudary nord.
  • 268 A.D.A. 3 E 9444 f° 12 v°, 1405.

123Les registres d’estimes ne permettent de repérer que les fours à usage commercial : Anthony Calhol, un contribuable de Montgiscard, est allivré 25 £ pour un four, situé à Ayguesvives, pour lequel il verse un cens de deux sous au roi265. Deux autres fours au moins existent dans cette localité : un four de la ville est mentionné en confront et Ramon de Pechbusque déclare une borde avec verger, mare et four « davant la vila »266. Il est assez facile de bâtir un four à usage commercial, sous réserve du paiement de quelque taxe, nous avons vu que le tenancier du campmas des Rigaldi a le droit de bâtir un four dans sa ferme. De même, Géraud Lacosta a construit des murs, un four et une borde sur une place publique, à Lagraulet267, devant sa maison ; comme les habitants ne sont pas d’accord, il se défend en disant que le procurateur royal lui en a donné licence, moyennant 20 marcs d’argent. Finalement, on transige, à condition que tout le monde puisse faire cuire son pain dans le four et qu’il tienne celui-ci couvert à ses frais268.

b. Les plantes « industrielles »

124Les terres labourables ne sont pas consacrées uniquement aux céréales, plantes tinctoriales, textiles et oléagineuses sont aussi présentes en Lauragais.

Les plantes textiles (et oléagineuses)

125La fabrication et la vente de toiles de lin et de chanvre, de cordages, est réglementée dans beaucoup de coutumes du Lauragais, ainsi, à Castelnaudary.

  • 269 Le teillage ou écangage du lin est destiné à séparer l’écorce des fibres et à diviser les fibres.
  • 270 A.D.A., 4 E 138/1G1 f° 12 r°, F 18 r°, f° 27 v°.

126Les estimes de Fendeille de 1428 montrent qu’une grande partie de la population vit du filage ou du tissage du lin. De grandes quantités de fil de lin filé ou à filer sont allivrées, ainsi que des draps, des serviettes et torchons, signe qu’ils sont destinés à la vente. G. Roquos, par exemple, déclare six draps, deux toalhas, deux longerias, deux toalhos, un drap « blano » et 15 livres de fil de lin, allivré 3 £ et demi. Il détient aussi 12 livres de lin à filer, valeur un franc, allivrées un sou (des coques de pastel sont aussi signalées). Dans le manifeste de P. Boier, on allivre 15 livres de fil de lin, pour 1 sou 3 tolsans (P. Boier file aussi la laine de ses moutons, il déclare cinq « bestas lanadas » et « une peyra de lana surga », soit une unité de poids de laine avec suint). P. Pascal « per le li barguat e a barguar » (teillé et à teiller, c’est-à-dire broyé et à broyer269), d’une valeur d’un franc, est allivré un sou (il possède une ferme et plusieurs parcelles). Bernarda Laroco déclare 25 livres de lin « fialat e a filhar », estimées un sou et demi ; elle ne possède qu’une terre et un jardin (et, tout de même, un ostal et une borde), elle doit filer le lin qu’on lui confie. Quelques contribuables détiennent de grosses quantités de lin : Ramon Rabanh, par exemple, déclare 30 livres de fil de lin et 30 livres de lin à filer, valeur 3 francs 12 sous, estimées 3 sous 9 tolsans (il possède deux ostals, deux bordes, une ferme et 17 parcelles de terre et est estimé 50 £ 12 sous). Des borasses apparaissent, ce terme doit désigner les toiles de chanvre (borassa : tissu en étoffe de bourre, borra ; bourre, étoupe) ; Jean Ebbles déclare 30 borassas et aussi 40 livres de fil de lin filé, quatre peyras et demie de laine filée. S’agit-il de la production de ses métayers ? Fait-il travailler les habitants du village ? Jean Ebbles est un des plus riches estimés du village, il possède des réserves très importantes : plus de trois porcs salés, 40 setiers de froment, 10 setiers d’orge et avoine, deux tonneaux de vin pur, six saumées de piquette, etc. Il est allivré aussi pour 12 moutons d’or (c’est l’un des rares contribuables à déclarer des espèces)270.

  • 271 A.D.H.G., 3 E 10160 P 65 v°, 1397.
  • 272 Stopa = étoupe, filasse, se disait du chanvre et du lin peignés. C’est aussi un tissu grossier, an (...)
  • 273 A.D.A., 3 E 9450, non folioté, 1415.
  • 274 A.D.H.G., 10160 f° 4 r°.
  • 275 A.D.H.G., 3 E 10136 f° 316 v°.

127Le fil de lin, le chanvre et les outils servant à les travailler sont mentionnés dans les inventaires après décès, ainsi, un paysan habitant dans un campmas d’Aignes possédait 12 livres de fil de lin, deux faxum de line bargati, une liceriam de canapis sive borrassa)271 ; chez Pierre Lafarga, un potier d’Issel, on trouve « unam discam arundiem sive canaviera cum una quantitatem stopa272 lini... item unam saqueriam cum quatuor libris Uni ad filandum »273. Chez un laboureur d’Issus, on trouve 5 faxcia Uni bargati, 20 stance de fil de lin, deux bargas (broie, machacoire, machine à broyer le chanvre ou le lin) de bois avec lesquelles les femmes « paiant » le lin274. Les inventaires de tisserands de lin sont assez nombreux à Montlaur et Montgiscard ; celui de Raymond, tisserand de lin de Montgiscard, mentionne deux telerios munis de leurs ornements, un « turum cum fuso ferri cum quo faciunt canelli »275.

  • 276 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 146 r°, 1460.
  • 277 Les chènevières sont seulement mentionnées, à Castelnaudary, dans le compoix de 1700, sous le term (...)
  • 278 Ramière de Fortanier (J.), Recueil..., op. cit., p. 225 et suiv. « item hordenan que les lis se za (...)
  • 279 À Murcie, on interdit le rouissage dans les fleuves et dans les mares qui se déversent dans les fl (...)
  • 280 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 1 v°, 1441.
  • 281 L’usage de l’huile de chènevis est attesté en Bourgogne, Beck (P.), L’approvisionnement en Bourgog (...)

128Une grande partie du lin et du chanvre, si ce n’est la totalité, provient du Lauragais même. Quelques baux de faire-valoir indirect mentionnent ces cultures : R. de Pechbusque, par exemple, doit fournir des graines de lin à son fermier pour ensemencer une pugnère276. Ces deux plantes doivent être cultivées dans les jardins car elles sont très exigeantes en fumure et en eau, ce qui expliquerait l’absence de mentions de linières et chènevières dans les estimes277. Les anciennes coutumes de Bram, mises par écrit en 1509, réglementent l’arrosage du lin, dans cette bourgade, les linières sont probablement situées en bordure du ruisseau, là où se trouvent les prés arrosables278. On ne doit toutefois pas rouir directement dans les ruisseaux car les poissons résistent mal à la pollution, ainsi que les hommes qui boivent l’eau ; il est, nous l’avons vu, interdit, à Castelnaudary, de rouir dans les sources ou fontaines279. On peut établir une petite dérivation d’un ruisseau sur ses propres terres à condition que l’eau se perde ensuite dans les champs ou bien utiliser une mare. Des graines de lin sont mentionnées dans les inventaires, à Montesquieu, par exemple, dans la borie de Cambello (on signale aussi 15 livres de poids de lin teillé)280. Une partie des graines de lin et de chanvre peut être utilisée pour la production d’huile281 ou consommée telle quelle.

  • 282 Ce lin ne sert qu’aux besoins domestiques, au total, 104 ha en sont semés. Le chanvre est très peu (...)
  • 283 Ruas (M.-P.), Les plantes consommées au Moyen Âge..., op. cit., tableau 2, p. 185 et p. 191.

129Début xixe siècle, lin et chanvre sont encore cultivés dans l’arrondissement de Castelnaudary. Le lin est semé en petites quantités dans les métairies, sur des parcelles de 33 à 100 ares ; on sème deux hl à l’hectare, le rendement est de huit pour un282. Au Moyen Âge, le rendement était peut-être de cet ordre, les linières étant particulièrement fumées et irriguées. L’archéobotanique ne corrobore pas la présence de ces deux plantes : des taxons de chanvre ont été trouvés à Castelnaudary seulement, sur l’emplacement du fossé de la ville283 ; le lin est absent des sites du Lauragais étudiés.

Les plantes tinctoriales

130Plusieurs plantes tinctoriales ou destinées au mordançage des étoffes, sont mentionnées dans les coutumes et les tarifs de leude du Lauragais. C’est le cas de la gaude (gauda) qui permet de teindre en jaune et de la garance (roya) qui donne le rouge. Ces deux plantes sont vendues sur les marchés locaux, mais rien ne prouve qu’elles soient cultivées sur place. On ne les aperçoit pas à l’occasion de baux de faire-valoir ou dans les estimes du moble réalisées à Fendeille. Rien ne s’oppose toutefois à leur culture puisque la gaude (Reseda luteola L.) est une plante méditerranéenne, présente localement à l’état spontané et que la garance (Rubia tinctorin L.) était cultivée en Lauragais au début du xxe siècle. Une variété proche de la garance tinctoriale, la garance voyageuse (Rubia peregrina), pousse naturellement dans le Sud-Ouest, surtout sur les sols calcaires. La garance pourrait être cultivée car on l’utilise en combinaison avec le pastel qui est « la » plante tinctoriale reine en Lauragais, pour obtenir certaines couleurs. Une autre plante à usage « industriel », le rodor (redoul, sumac des teinturiers, un arbuste de la famille des térébinthacées) est mentionnée dans les coutumes de Castelnaudary. Ce sumac donne une gomme-résine utilisée dans l’industrie des vernis, tanneries, teinturerie (mordançage du coton), peut-être en trouvait-on localement.

131Le Lauragais et l’Albigeois sont, au xive siècle, avec la Picardie et la Thuringe, une des grandes régions productrices de pastel (Isatis tinctoria, famille des crucifères). Pur, le pastel donne un bleu un peu violacé et moyennement brillant, ne passant pas au soleil. Il est surtout très utilisé pour le mordançage des étoffes, il donne des violets et des pourpres, combiné avec la cochenille, la garance et le kermès, et du gris-vert, combiné avec la garance et le safran.

  • 284 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., carte IX et p. 248.
  • 285 Borlandi (F.), Il guado nel Medio Evo, Studi in onore di Gino Luzzatto, volume 1, Milan, 1950, pp. (...)
  • 286 Caster (G.), Le commerce..., op. cit., p. 39.

132Philippe Wolff avait dressé une carte de la production de pastel dans la région toulousaine, pour la période 1350-1450, en précisant bien qu’il s’agissait d’une carte « a minima »284 ; pour le Lauragais, les lieux de production correspondaient essentiellement à la vallée de l’Hers Mort (Montesquieu, Montgiscard, Ayguesvives), à celle de l’Ariège et du Grand Hers (Auterive, Cintegabelle). La zone de production lauragaise, d’après les travaux de Gilles Caster, malgré une « documentation rare et décousue », correspond, entre 1461 et 1500, « au creux de la plaine de l’Hers que suit la voie d’Aquitaine, sur les terrains plats et dans le tronçon médian, entre Toulouse et Castelnaudary ». On peut rajouter la vallée de l’Ariège et du Grand Hers avec Auterive, Cintegabelle, Calmont. On retrouve les mêmes lieux de production que ceux signalés par Ph. Wolff, 50 ou même 100 ans auparavant. L’essor du pastel s’explique par le recul de la production italienne285. De 1500 à 1515, le pastel arrive jusqu’à Caraman, Lanta ; il a envahi tout le Terrefort, Castelnaudary serait touché à ce moment-là286. L’apogée du pastel se produit au xvie siècle, l’expression « pays de cocagne » se constitue alors.

  • 287 Ramière de Fortanier (J.), Recueil..., op. cit.
  • 288 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 217 r°.

133Pour établir ses cartes de production, Gilles Caster a utilisé les registres particuliers de marchands toulousains qui privilégient, apparemment, les zones les plus proches de Toulouse. Les registres notariaux et coutumes que j’ai consultés montrent une extension, beaucoup plus tôt, de la zone de production : Castelnaudary, Montgiscard et Avignonet, exportent, avant 1356, du pastel puisque la libre exportation de ce produit, déjà vendu à des marchands étrangers, figure dans les privilèges accordés à ces trois villes après leur destruction par le Prince Noir : « Item, quod dicti habitatores qui nunc sunt et pro tempore erunt in dicto Castro, possint extrahere a Regno Francie pastellum excressens in terris propriis »287. En 1408, les fermiers (arrendators) des rentes (redditus) de l’archevêque de Toulouse à Montgiscard vendent à Arnaud de Miralhis, marchand du lieu, tout le pastel du dit bénéfice, pour un an, pour 115 £ tr petits288 ; la production doit être déjà importante, comme nous le verrons par ailleurs.

  • 289 Pour tout ce qui concerne la culture et la préparation du pastel, cf. Jorré (G.) Le Terrefort..., (...)
  • 290 Gilles Caster signale qu’en Thuringe, il y avait des semailles d’hiver (en décembre), de printemps (...)
  • 291 A.D.H.G., 3 E 10160 f° 4 r°.
  • 292 Caster (G.), Le commerce..., op. cit., p. 45 et note 79.
  • 293 Probablement « deniers tolsans », A.D.A., 4 E 138/1G1 (registre de 1428) f° 9 v°, son estime total (...)
  • 294 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., note 94 p. 247, (A.D.H.G., not. 101 H 100 f° 60 v°, 1357 et A (...)

134Les conditions naturelles du Terrefort et de la plaine de Castelnaudary sont favorables à la culture du pastel qui supporte le froid et la sécheresse, mais a besoin de sols riches et profonds comportant du calcaire, un peu humides, exposés au midi ou à l’est. Ces terrains doivent être très travaillés289 : on ameublit la terre à la bêche l’hiver, on laboure jusqu’à cinq ou six fois. Le pastel demande beaucoup de fumure, G. Jorré indique l’apport de 15 tonnes de fumier à l’hectare (fumier de ferme, colombine, chaux mêlée de cendres), vers 1840. Les semailles s’effectuent en février ou début mars, à raison de 1,5 à 3 hl de semence à l’hectare, on émotte pour couvrir la semence au râteau. Si les semailles sont ratées, on peut semer à nouveau, en mai290. La levée de la graine s’effectue au bout de 15 jours, les sarclages commencent avec l’éclaircissage des plants, on en laisse un tous les 12 à 25 cm. Les sarclages des mauvaises herbes seront répétés jusqu’à la fin de la cueillette. Celle-ci débute en juin-juillet quand les feuilles les plus basses commencent à sécher. On cueille une à une les feuilles mûres ; la plante émet de nouvelles pousses, la cueillette est renouvelée tous les 20 à 25 jours, jusqu’en octobre ou même novembre. Cette culture demande beaucoup de main d’œuvre pendant six à sept mois. Dans l’inventaire après décès de Pierre de Agulhone, un laboureur d’Issus, il est fait mention de deux « piqueta cum quibus muliorum sarculant pastelerie »291. En effet, ce travail est réservé, traditionnellement, aux femmes ; Guillaume de Catel le note, en 1633 : « D’ailleurs il (le pastel) n’empesche les autres besongnes, d’autant que la plus part de la culture et manufacture du pastel, est faicte par les femmes, et par ainsi les hommes ne se destournent pas de leur travail ordinaire. » A la dernière récolte, on coupe aussi le collet de la plante pour obtenir tout le pastel possible : « ...le pastel qui en provient est bien mauvais... on appelle ce pastel le maroquin », dit Guillaume de Catel. Gilles Caster pense que le mot marrochi a déjà ce sens au xvie siècle, les registres de marchands en parlent comme d’un produit très mauvais et on achète du pastel « cap et coa sine marroquis », ce qui doit vouloir dire : limbes et pétioles, mais sans col292. Quelques mentions de « maroqui » figurent dans les estimes de Fendeille : Ramon Robert déclare 24 « quoq marochi » estimées 9 gros 7 tolsans, G. Balhe déclare 124 « quoq marochi » estimées 7 tolsans293. Les premières cueillettes sont les meilleures, Ph. Wolff cite des contrats allant en ce sens : un producteur s’engage à livrer du pastel de ses quatre premières récoltes, un autre, s’il fournit au marchand du pastel des dernières cueillettes, devra répondre du dommage causé294. Pour obtenir la semence, on laisse les plus beaux plants en place, sur 1/40 à 1/50 du champ, ils fleurissent et grainent l’été suivant.

  • 295 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 11 v°, f° 18 r°, f° 126 v°, f° 134 v°, f° 166 r°, f° 153 r°, A.D.H.G., 3 E (...)
  • 296 Caster (G), Le commerce..., op. cit., pp. 46-47.
  • 297 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 250, note 112.

135Aux xive et xve siècles, des mentions de semis de pastel figurent dans les baux de métayage et de fermage provenant de localités du Terrefort de l’Entre-deux-Hers : Montgiscard, Montlaur, Saint-Léon, etc.295. Gilles Caster n’a trouvé que quatre mentions de pastel dans ce type d’actes pour tout le xvie siècle, il pense que la culture du pastel n’est pas mentionnée dans les contrats car les propriétaires le cultivent en faire-valoir direct avec des ouvriers agricoles salariés296. Ph. Wolff a effectivement trouvé des contrats d’embauche de salariés297, je n’en ai pas aperçu dans ma documentation.

  • 298 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 147 v°, 30 août 1407.
  • 299 A.D.H.G., 3 E 10194 f° 40, 1462.

136Aymeric Beneyci, un marchand de Montgiscard qui achète souvent du pastel, loue pour cinq ans à Amaldric Amelii et Sance Gilabert, laboureurs de Montgiscard, un moulin à pastel situé hors les murs, derrière le cimetière paroissial, trois sétérées de terre « al rivel », un champ « a cantalauza » dont la moitié est en pastel (pastellera) et la moitié in arata, pour faire du pastel, et trois pugnères de terre où il y a déjà du pastel « al sauzel ». Ils doivent tenir le moulin en état et donner la moitié de la mouture et livrer, pour l’année à venir, la moitié du blé qui poussera dans la terre où il y a actuellement du pastel et, s’ils font du pastel dans la terre arata, un tiers de la récolte, s’ils y font du blé, la moitié de celui-ci. Ils doivent, par la suite, travailler toutes les terres et donner un tiers du blé et un quart du pastel298. On trouve donc des parcelles de 40 à 50 ares en pastel et l’on fait blé sur pastel, c’est ce que dit Guillaume de Catel au xviie siècle. Germain Sicard mentionne un acte par lequel Jean de Villèle, un des seigneurs de Montesquieu, fait semer le pastel tous les quatre ans, avec une rotation pastel, jachère, blé, jachère299.

  • 300 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 166, 1458.
  • 301 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 18 r°, on le retrouve quand il reloue sa borie, A.D.H.G., 3 E 10137 f° 134 (...)

137Les superficies consacrées au pastel sont-elles très importantes au xve siècle ? Les baux de faire-valoir indirect constituent la seule source permettant de connaître le rapport entre les superficies cultivées en pastel et celles de l’ensemble des terres labourables d’une exploitation. En effet, dans les estimes, on ne parle jamais des récoltes portées par les terres labourables, puisque celles-ci changent chaque année, les seuls signes de la présence du pastel sont l’allivrement de « botigas del pastel » à Montesquieu et de moulins à pastel. Rique de Roqueville demande à Vital d’Ycart, son métayer, de semer une sétérée de pastel et 10 arpents de blé, les frères de Gavaretto demandent aux preneurs d’une de leurs fermes de faire quatre arpents de pastel et 24 d’emblavures, ils recevront un septième du pastel en coques300. Le locataire d’une borie appartenant à D. La Bordaria doit labourer 24 arpents avec deux paires de bœufs et, en plus, faire quatre arpents de pastel, ces arpents sont dits de « garayt vielh », donc défrichés il y a quelque temps. Il existe dans cette borie un moulin à pastel, un article du bail concerne le droit de mouture301. Entre un quart et un sixième des terres labourables de ces domaines seraient semées en pastel.

  • 302 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 127 v°.
  • 303 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 126 v°.
  • 304 A.D.H.G., 3 E 101541° 316 r°.

138Maître Aymeric Fornerii, bachelier ès décrets de Montgiscard, loue, en 1460, une parcelle de six arpents de terre et trois de pré, pour six ans, le preneur doit faire un arpent de pastel et en donner un quart au bailleur (en feuilles, probablement)302 ; un tiers des terres, en cas de rotation biennale, un quart, en cas de rotation triennale, est consacré au pastel. Dans un autre acte, il loue pour dix ans, plusieurs parcelles, pour un total de 28 pugnères (soit sept arpents) ; les preneurs doivent faire deux pugnères de pastel par an, là où ils veulent303, à un quart du fruit pour le bailleur. Sur 14 à 19 pugnères, selon le type de rotations, cultivées par an, la part du pastel est comprise entre un septième et un dixième de la superficie. Dans un autre exemple, la part du pastel est moindre, mais l’acte date de 1386 : les preneurs d’une borie ont fait 24 sétérées de « bladat » et une demi-cartonnade soit deux sétérées, à peu près, de pastel304. D’après un terrier de la fin du xvie siècle, signalé par une monographie de 1885, à Montbrun-Lauragais, sur 1 240 arpents, 943 sont en céréales, 120 en prairies naturelles, 110 en vignes, 60 en pastel, 16 en jardins ; 4,83 % des terres cultivables seulement sont en pastel, mais un sixième des « terres labourables », au sens des estimes médiévales, on est proche des pourcentages du xve siècle.

  • 305 Caster (G.), Le commerce..., op. cit., p. 50.

139Le pastel nécessite une très longue transformation pour être utilisé. Après la cueillette, les feuilles sont lavées, séchées, puis portées au moulin pastelier où elles sont moulues, la pulpe est ensuite écrasée. Quand elle est débarrassée de son eau, on la met en coques (ce travail est souvent celui des femmes), ce sont de petites coques grosses comme le poing, les plus grandes atteignent une quinzaine de centimètres de diamètre), on les fait sécher sur des claies pendant une quinzaine de jours, elles sont dures, faciles à manipuler, à stocker. La vente peut s’effectuer après cette première préparation ; l’unité de vente, en Lauragais, est le cent de coques305.

  • 306 Partak (J.), La seigneurie..., op. cit., p. 72.
  • 307 Catel (G.de), Mémoires de l’histoire du Languedoc..., op. cit., pp. 49-50.
  • 308 A. D. H. G, 3 E 22915 f° 130 r°.

140Quel est le rendement d’un champ de pastel ? Combien obtient-on de coques à la sétérée ? Quel est le profit pour le producteur ? Le seul indice est constitué par une dîme du pastel, au xive siècle, de 6 sous par sétérée, à Caignac306 ; si cette dîme est de 1/12 à peu près de la récolte, cela signifie-t-il que le cultivateur peut tirer 3 £ 12 sous des feuilles vendues à un tiers ? Ou que la récolte, sous forme de coques, une fois payés le sarclage, la cueillette, la mouture et la mise en coques rapporterait cette somme ? Si l’on se base sur cela, le cent de coques se vendant une livre au moins, la sétérée de pastel produirait alors 400 coques. Guillaume de Catel indique un gain bien supérieur : « Le profit du pastel est tellement grand en Lauragois, qu’il arrive souvent que ce qu’un champ semé de pastel produit en une année fertile, vaut autant ou plus que le prix du champ où il est semé »307. Si cette réflexion est valable pour le xve siècle, étant donné la valeur moyenne d’une sétérée de terre labourable (10 à 15 £), ce sont 1 000 à 1 500 coques que le producteur commercialiserait, tous frais payés. Tous les petits propriétaires devaient cultiver un peu de pastel, incités par le rapport, cela explique les 24 coques de maroqui chez un Fendeillois modeste, Ramon Robert. D’autres cultivent en grande quantité : l’inventaire après décès de Jean Remegii, un paysan de Cintegabelle, réalisé en 1441, révèle la présence de 8 000 coques de pastel308. Même sur des terres confiées en métayage, la récolte devait être source de gros profits pour les producteurs qui, selon les contrats, peuvent avoir jusqu’aux 4/5 de celle-ci.

  • 309 A. D. H. G, 3 E 22915 f° 130 r°.
  • 310 Caster (G), Le commerce..., op. cit., p. 53.
  • 311 Jorré (G), Le Terrefort..., op. cit., donne une référence de 1583, A.D.H.G., 3 E 13168 f°209°.

141Pour obtenir un produit apte à la teinture, il faut, après la mise en coques, une deuxième préparation. En janvier, on brise les coques (avec le moulin) en fragments minuscules, on en fait des tas d’un mètre de haut, on les arrose d’eau chaude. On remue la bouillie périodiquement, on doit ralentir ou accélérer la fermentation selon la température, on utilise, par exemple, de l’urine ou du vieux pastel de l’année précédente, pour l’accélérer. La fermentation dégage des vapeurs corrosives, une fumée puante. Quand elle s’achève, on triture et l’on reconstruit les tas jusqu’à ce que toute la masse soit froide et sèche, cela prend six mois309. Le mastic noirâtre qu’est devenu le pastel est alors pulvérisé, passé au crible, mis en barils et livré au teinturier, il est dit agranat. Le volume de la poudre finalement obtenue représente à peu près le neuvième des feuilles récoltées. Il faut 400 coques environ de pastel pour obtenir 100 kilogrammes d’agranat utilisable par les teinturiers310. Le broyage initial coûte la moitié de la récolte311 (on a tout intérêt à le faire dans son propre moulin) ; la deuxième façon peut être confiée à des pasteliers.

  • 312 Dans le Terrefort occidental, le plus grand nombre d’actes de ventes de pastel se trouve dans les (...)

142Les moulins à pastel, la vente des coques ou de l’agranat apparaissent fréquemment dans les registres notariés. Les occurrences de ventes sont aussi nombreuses dans la partie orientale du Lauragais que dans la partie occidentale312. Tous les actes sont dressés parce que le pastel n’est pas encore payé, les ventes au comptant nous échappent.

  • 313 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 250-251.
  • 314 Ramière de Fortanier (J.), Les droits seignuriaux..., op. cit.
  • 315 Castelnaudary canton nord : trois moulins à pastel : un en campagne : « a las polaynas » (nord-est (...)

143Ph. Wolff signale que la bourgeoisie toulousaine fait construire des moulins à pastel en Lauragais dès le Moyen Âge313, Jean Ramière de Fortanier pense que ce sont les nobles et seulement au xvie siècle (il a recensé une trentaine de moulins seigneuriaux situés dans le Terrefort)314. D’après les documents lauragais, les propriétaires fonciers locaux, exploitants ou non, font construire un moulin sur leurs terres, les investisseurs, eux aussi locaux, les construisent en ville pour traiter les récoltes qu’ils achètent. Les registres notariaux permettent de repérer 11 moulins à pastel pour les deux cantons de Castelnaudary315 et 10 pour les localités du Terrefort : Montesquieu, Montgiscard et les villages voisins. Dans les livres d’estimes, les résultats sont différents d’un lieu à l’autre car l’assiette de l’impôt n’est pas la même ; à Montesquieu, Montgiscard et Fendeille, les moulins sont notés, ce qui n’est guère le cas à Castelnaudary.

Moulins à pastel apparaissant dans les estimes

Moulins à pastel apparaissant dans les estimes
  • 316 A.D.A., 4 E 076/CC9 f° 53 r°, ce moulin, rue de Grimaude, appartenant à G. Falco, est estimé 6 £, (...)

Note 591316

144Les propriétaires des moulins sont, le plus souvent, des propriétaires d’exploitations agricoles, non paysans.

  • 317 A.D.A., 3 E 1493 22 r°. Mazères a été fondée en paréage.
  • 318 A.D.A., 3 E 1493 f° 145 r°.
  • 319 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 184 v°, 11 mars 1408.
  • 320 A.D.H.G., 3 E 10159 f° 163 v°.
  • 321 A.D.H.G., 10154 f° 208 v°, 6 juin 1385.

145Les prix des moulins sont élevés, beaucoup plus que ceux des moulins à vent. Ils sont pourtant très simples, autour d’un poteau central tourne un rayon horizontal sur lequel est fixée une meule ronde, dressée sur tranche, elle roule dans une rigole circulaire où se trouve le produit à broyer, un seul animal ou même un homme suffit pour les mettre en rotation. Ce qui augmente les frais, c’est la nécessité de placer ce moulin dans un bâtiment couvert, pourvu peut-être d’un dallage de briques où poser les coques lors de la fermentation. Souvent, le moulin pastelier est accompagné d’une borde qui doit assurer cette fonction ; les estimes de Montesquieu mentionnent des « botigas del pastel », situées en ville, des registres notariaux parlent d’« aysina ». Un moulin pastelier est vendu, avec toute son « aysina », dans les murs de Mazères, pour 200 £ tr, le 26 février 1418 (n. st.). Les vendeurs, G. Embrini et son fils Bertrand, sont tous les deux de Castelnaudary, l’acheteur, Bernard de Pals est de Mazères. L’abbaye de Boulbonne et le comte de Foix sont seigneurs directs de ce moulin317. Un moulin pastelier avec terre contiguë « a las polaynas », dans les dépendances de Castelnaudary, décimaire de Pech Ginestas, est vendu par Jean Salnatge aîné pour 250 £ tr, en 1420, le paiement s’effectuera à raison de 50 £ par an à l’Epiphanie318 ; par un autre acte, l’acheteur reconnaît tenir le bien en emphytéose. Les prix sont généralement de cet ordre, dans toutes les localités. Un sedier (marchand de soieries, mercier) toulousain, Pierre Baqueri, vend à l’épouse d’un marchand toulousain (P. Porqueri, qui doit être originaire de Montgiscard, car il y achète plusieurs biens, y compris à des homonymes) un moulin à pastel, dans les dépendances de Montgiscard, « a la font del nauc », avec pièce de terre contiguë, pour 200 écus d’or et neuf pièces de camelot, le seigneur en est le roi, les oblies sont de 6 d tolsans319. Deux moulins pasteliers sont toutefois vendus à bas prix, l’un, situé dans le barri de Puginier, pour 26 écus à 27 s 6 d tr, en 1479, l’autre, mais dans une période très difficile, est véritablement bradé, puisque l’ensemble composé d’un hospicium avec moulin à pastel, d’un jardin, d’une terre et verger avec paretes contigus et d’une terre, situé à Clermont, est vendu le 15 septembre 1390, pour 26 £ 8 sous tr320. Beaucoup d’actes consistent en locations de moulins à pastel, seuls ou inclus dans une ferme, G. Azemari, par exemple, loue un moulin à pastel, avec partage des revenus, le preneur doit avoir des animaux pour le faire tourner321.

  • 322 Caster (G.), Le commerce..., op. cit., p. 176 et pp. 59-61.

146Pour Gilles Caster, les marchands toulousains ont, probablement, incité à la production de pastel, même s’ils n’en cultivent pas beaucoup sur leurs propres terres, l’industrie et le commerce du pastel restant plus lucratifs que sa production. La valorisation et la commercialisation du produit échapperaient aux marchands locaux, les producteurs du Lauragais vendraient, aux xive et xve siècles, directement aux teinturiers toulousains. Au xvie siècle seulement, des intermédiaires, de petits marchands locaux, négocieraient avec les cultivateurs, achetant parfois la récolte sur pied, collecteraient les coques et expédieraient la marchandise à Toulouse ou à Carcassonne, selon les secteurs de collecte. Des associations se constitueraient alors entre un marchand du Terrefort et un capitaliste toulousain qui avancerait l’argent nécessaire aux achats, assurerait la transformation et récupèrerait la moitié des bénéfices de la vente de la teinture322.

  • 323 Ib., p. 149, note 118 (RP 30, registre particulier de Jean Bernuy, 105 v°) et p. 152. Jean Bernuy (...)
  • 324 Ib., pp. 152-153, RP f° 80 r°. J’ai déjà signalé cet achat, mentionné dans les estimes de 1535.

147Les sources locales, ne confirment pas cela ; au xve siècle, les Toulousains n’interviennent pas beaucoup en Lauragais, la production et la commercialisation sont assurées par des propriétaires ruraux et des marchands locaux. Les Toulousains n’arrivent, me semble-t-il, qu’au xvie siècle. C’est ce que note, d’ailleurs, Gilles Caster pour Jean de Bernuy qui s’installe alors à Castelnaudary, Lasbordes et Villeneuve-la-Comptal. Il achète de fortes quantités de pastel dans tout le Lauragais, où il a acquis la seigneurie de Villeneuve-la-Comptal depuis, au moins, 1517, les trois quarts de celle de Lasbordes, en 1520, avec « droits, rentes, édifices, prés, bois, garennes, colombiers et un moulin à eau, plus une borde noble »323. En 1526, le seigneur de Fendeille lui cède la borie noble de La Terrade pour 3 000 £ (une partie sert à éteindre les dettes du vendeur auprès de tiers)324.

  • 325 Ce que Ph. Wolff avait déjà noté, Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 249.
  • 326 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 175 r°, 20 janvier 1408.
  • 327 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 190 v°, 28 mars 1408 (n.st.). L’acheteur doit verser l’argent à un autre Ay (...)
  • 328 A.D.A., 3 E 9445 f° 38 r°, 15 septembre 1411.
  • 329 A.D.A., 3 E 9445 f° 42 r°, 20 septembre 1411.
  • 330 A.D.A., 3 E 1493 f° 29 v°, 7 mars 1418, f 182 v°, 20 janvier 1421 (n.st.).
  • 331 A.D.A., 3 E 1494 f° 14 v°.
  • 332 A.D.A., 3 E 1494 f° 1 v°, 10 décembre 1421.

148Les petits marchands locaux apparaissent dans les plus anciens registres notariés conservés325. Un « mercator seu laborator » de Montgiscard vend à un teinturier de Toulouse 16 charges ou sarcinées de pastel agranat326, un habitant du manse des Bastards, Guilhem Aynerii, vend aussi de l’agranat327, quelques paysans vendent donc leur production transformée et, peut-être, celle de voisins. Des habitants de Castelnaudary vendent du pastel agranat, parmi eux, un pelhier (fripier), Matthieu Vitalis328, un macellier, G. Podii329. S’il existe de petits revendeurs occasionnels de pastel, des gens plus spécialisés collectent de grandes quantités de coques auprès des paysans et transforment le produit. On retrouve souvent les mêmes vendeurs de pastel, Arnaud de Montemayrano, par exemple, de Castelnaudary330. D’après son testament, il est lenserius (adaptation du terme occitan lensol), c’est-à-dire drapier, il lègue à sa nièce trois tinatas de pastel agranat à son mariage331. Les autres vendeurs habituels, pour Castelnaudary, sont des marchands, P.-R. Ricardi, Guilhem Durand, Jean Capitebovis (Cap de Biou dans les estimes), un chanoine, Jean La Terrada. Tous ces gens sont propriétaires de fermes et font sûrement cultiver du pastel sur leurs terres. Jean Capitebovis, par exemple, vend 15 tinées d’agranat à Jean de Landa, un marchand de Fanjeaux, qui le paiera en argent et en laine (il reconnaît lui devoir 31 écus d’or, 48 moutons d’or, 10 quintaux de laine d’Aragon)332.

  • 333 A.D.A., 3 E 1493 f° 184 r°.
  • 334 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 226 r°.
  • 335 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 216 v°, 14 juillet 1408, 238 r°, 5 janvier 1409 (n.st.).

149On trouve aussi en Lauragais de gros trafiquants d’agranat, M. Roberti, marchand de Castelnaudary, a vendu 60 sarcinées d’agranat à Raymond Laurencii, un marchand d’Avignonet, pour 300 écus d’or (avec un écu à 22 sous 6 deniers tournois), le 21 janvier 1421 (n. st.)333. Raymond, qui doit les 300 écus, doit les mettre (ponere et convertere) dans une société de pastel qui va démarrer à Pâques, pour quatre ans, à demi-lucre et demi-fortune. A Montesquieu, Guilhem Auriolli, un marchand, vend, le 24 octobre 1408, 100 sarcinées de pastel, pour 600 £ tr petits, à six acheteurs regroupés, dont certains sont des marchands de Montgiscard et Baziège, le paiement se fait en trois termes (Pâques, Sainte-Marie-Madeleine, Toussaint)334. À Montgiscard, le marchand A. Beneyci vend du pastel à plusieurs reprises à d’autres marchands locaux335, il est même le bénéficiaire d’une lettre de rémission après avoir vendu du pastel pesé « à faux poids ».

  • 336 Les mesures utilisées sont la sarcinée ou charge de trois quintaux (5,57 cabas) soit 126 kg et la (...)
  • 337 A.D.A., 3 E 1493 f° 42 r°.
  • 338 Caster (G), Le commerce..., op. cit., p. 153.
  • 339 Ib, p. 56, et cela ne représenterait qu’une fin de récolte. Il indique aussi qu’un propriétaire du (...)

150Les acheteurs viennent des villages voisins, Fanjeaux, Mas-Saintes-Puelles, mais aussi de plus loin. Bertrand Raymbart habite Montolieu, ville drapante située à une trentaine de kilomètres de Castelnaudary où il achète 11 tinées336 de pastel agranat en février 1418 (n.st.), pour 104 £ 10 sous, à payer la moitié à la Pentecôte, la moitié à la Sainte-Marie de septembre. Plusieurs habitants de Montolieu viennent s’approvisionner en Lauragais et en grosses quantités : P. Blanchi, un teinturier de cette ville achète, le 22 juin 1418, 40 tinées de pastel agranat à Jean Niseti. Ces 40 tinées lui coûtent 439 £ tr. P. Blanchi promet de payer 100 £ à la Toussaint, 100 £ à la mi-Carême et le reste à la Pentecôte337. Si la tinée est la même dans tout le Lauragais, soit dans les 168 kg, ce sont d’assez grosses quantités de pastel qui sont ainsi vendues, 6,72 tonnes par Jean Niseti, par exemple. Si 400 coques donnent 100 kg d’agranat338, cela correspond à près de 27 000 coques. Ce ne doit pas être quand même exceptionnel car Gilles Caster signale une vente de 230 000 coques339.

  • 340 G. Caster signale aussi des abattements pour ceux qui payent ponctuellement, Ib., note 173 p. 57 e (...)

151D’après les prêts sur pastel notés par Gilles Caster, le cent de coques valait une £, la tinée, en moyenne, 6 ou 7 £ tr. Dans les registres notariés du Lauragais, la tinée de pastel est vendue un peu plus cher, 10 £ tr, le plus souvent, le poids est peut -être un peu différent de celui utilisé près de Toulouse ou le pastel de meilleure qualité, le prix est fonction de sa force, c’est-à-dire de la quantité d’étoffe qu’on pourra teindre avec340.

  • 341 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 25 r°, 24 novembre 1405, f° 82 v°, 9 août 1407.
  • 342 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 85 v°, 30 août 1407.
  • 343 A.D.A., 3 E 1493 f° 153 v°.

152La vente du pastel à longue distance ne passe pas obligatoirement par l’intermédiaire des Toulousains. Des Ariégeois, par exemple, marchands ou teinturiers, comme Raymond Raulini de Pamiers341, associé à Guilhem Moyneri, lui aussi de Pamiers342, achètent à Montgiscard, Saint-Léon... Certains viennent de plus loin, du Béarn, tel Jean de Moymas, de Morlaas (associé, il est vrai, avec un marchand toulousain), qui achète, à Montgiscard, 64 charges et demie de pastel agranat pour 516 £ tr petits. Les marchands catalans viennent aussi à Castelnaudary, un marchand de Baixas reconnaît devoir, en 1420, 50 florins d’or et demi, pour achat de quatre sarcinées et deux quintaux de pastel, à P. R. Ricardi, marchand du lieu343.

  • 344 Pinto (A.), Les sources notariales, miroir des cycles d’exportation du pastel languedocien en Rous (...)

153Les marchands du Lauragais se déplacent à l’étranger, ce qu’ils faisaient déjà au xive siècle. Plusieurs marchands de Villefranche-de-Lauragais et de Montgiscard, vendeurs de pastel, ont été repérés à Perpignan, à Gérone, avant 1358, par Anthony Pinto (ce qui corrobore les privilèges de 1356). Puis, le pastel languedocien ne s’exporte plus, peut-être à cause de la guerre, à la place arrive du pastel de Lombardie. Le grand retour du pastel languedocien s’effectue à compter de 1380. Le pastel vient alors du Lauragais, du Toulousain, de l’Albigeois. Tout un groupe de marchands de Castelnaudary vend du pastel aux teinturiers de Perpignan et du comté d’Empúries. A. Pinto cite Raymond ( ?) Gotviles et ses associés, Joan Macip, Jofre Riu, Bartomeu Scarell, Miquel Robert. Ce groupe connaît son apogée dans les années 1420. En 1421 encore, Pere Marti Alayrach, un autre marchand de Castelnaudary vend 77 charges de pastel à Perpignan. Passées les années 1430, les gens de Castelnaudary disparaissent de sa documentation, certains prennent des intermédiaires à Perpignan, tel Marti Alayrach en 1429344.

  • 345 Le seul patronyme pouvant se rapprocher de cette version roussillonnaise est celui de P. Gotz qui (...)
  • 346 A.D.A., 3 E 1493 f° 6 v°, P 25 v°, f° 69 v°.
  • 347 A.D.A., 3 E 9449 f° 202 r°.
  • 348 A.D.A., 3 E 9458 f° 31 v°.
  • 349 A.D.A., 3 E 9455 f° 174 v°.
  • 350 A.D.A., G 134.

154Tous ces marchands ou leur famille (sauf peut-être Gotviles345) apparaissent dans les registres de notaires de Castelnaudary, leurs patronymes étant donnés en latin ou en occitan diffèrent légèrement de ceux trouvés dans les registres de Perpignan. Miquel Robbert figure dans le registre d’estimes CC 9 avec une cote moyenne de 40 £ 10 sous mais son capital n’est pas estimé. Jean Mancipii (Joan Macip) achète divers biens immobiliers : une vigne en 1417, l’herbe d’un pré de neuf sétérées (signe de la possession de bétail), en 1418, une borde en ville, en association avec Pierre Moyneri, apothicaire346. Un Vital Scarelli est bachelier ès lois et chanoine de Saint-Michel ; en 1425, il achète un pré dont Jean Mancipi est confront347. Guiraud de Rivo (Jofre Riu) est encore en vie en 1454, un individu qui lui doit 84 moutons d’or depuis 1426 et 40 moutons d’or depuis 1430, finit par s’acquitter de ses dettes en lui vendant pour cette somme un campmas et des terres situés à Lasbordes ; on signale un tendoir à draps sur une des parcelles348. Il investit dans tous les villages proches de Castelnaudary, on le voit acheter un pré à Avignonet en 1439349. Dans son testament, Jean Mancipi, en 1439 , lègue un campmas, qu’il avait autrefois en indivis avec R. Alayrac, à la collégiale Saint-Michel, pour le service d’une chapellenie d’un an350. Ces marchands s’associent pour les activités commerciales à l’extérieur et pour la production, probablement, de pastel par leurs métayers ou brassiers.

c. Les jardins

  • 351 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 212 v°, 21 juin 1385.
  • 352 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 324v°, vente d’un emplacement de jardin sive casai, f° 327 v°, F 328 v°, id (...)
  • 353 A.D.A., 4 E 138/1G1, f° 4 v°, estimes de 1495, J. Gaubert déclare un casai au barri estimé 5 sous.
  • 354 Cf. la partie « Les formes de propriété ».

155Le jardin est appelé dans les livres d’estimes ou les actes notariés ort (ortus) ou, rarement, casai (les deux termes sont utilisés, à la période moderne, pour qualifier le jardin potager). Un notaire, Arnaud de Morneda, vend au marchand Aymeric Beneyci, un casale sive ortum dans la vieille ville (villaveteri) de Montgiscard, au prix, fort élevé pour un jardin, de 40 francs d’or351 ; on retrouve cet emploi du terme casai, toujours à Montgiscard, pour désigner des jardins situés dans le faubourg352. Dans les livres d’estimes, le mot casai n’est employé qu’une seule fois, avec le sens de jardin353. Dans cinq actes notariés de la fin du xive ou du début du xve siècle, le casai n’est plus un jardin, mais semble une survivance du casai unité d’exploitation rurale354710.

  • 355 Rien à voir avec le Roussillon où une communauté de jardiniers est constituée dès 1292, Puig (C.) (...)

156Les jardins signalés dans les estimes accompagnent souvent un ostal ou une ferme, quelques-uns sont séparés de l’habitat et situés alors dans les fossés, dans les barris, près des murailles, dans des zones où la fumure (déchets ménagers, fumier provenant des étables...) peut être facilement épandue. Certaines parcelles de jardins portent une borde, qui sert probablement de bâtiment de stockage. Un déclarant sur deux, en moyenne, possède un jardin. Les jardins sont sous-estimés à Castelnaudary et Fendeille car les parcelles portant les bâtiments de ferme ne sont pas décrites ; de plus, dans le registre CC 10 de Castelnaudary, ceux des habitants du port Dedins ne sont pas notés. Le nombre total des jardins, dans cette ville, si l’on se base sur les estimes, serait le même qu’à Montesquieu, ville cinq à six fois moins peuplée. Les jardins allivrés sont, peut-être, seulement ceux dont la production est commercialisée. Si c’est le cas, les jardins spéculatifs sont plus fréquents dans les bourgades situées à une vingtaine de km du marché toulousain, soit trois ou quatre heures de route. La vente des fruits et légumes est signalée dans plusieurs coutumes. Le fait que certains estimés détiennent trois ou quatre jardins permet de les considérer comme des professionnels, quelques ortolani apparaissent, d’ailleurs, parmi les testateurs du Lauragais355.

  • 356 A.D.A., 3 E 9456 f° 144 r°, et A.D.A., 3 E 9468 f° 92 r°.
  • 357 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 304 r°.
  • 358 A.D.A., 3 E 1501 f° 142 v°.
  • 359 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 253 r°.
  • 360 Où les plus grands atteignent quatre éminées, soit 19,45 ares, Coulet (N.), Pour une histoire du j (...)
  • 361 I1 donne des exemples de 1,8 ha, 3,2 ha et 3,9 ha, Delmaire (B.), Note sur la dîme des jardins, me (...)

157La superficie des jardins est rarement fournie, même dans les actes notariés ; quand c’est le cas, elle est très faible. Un jardin situé à Tréville fait une quartière, soit moins de neuf ares, c’est aussi le cas d’un jardin situé à Castelnaudary, son acheteur a droit à la moitié d’un puits et à une servitude de passage, sa parcelle étant englobée dans celle du vendeur356. Des passages sont concédés aussi à Montgiscard dans un clos où les jardins sont nombreux : un individu reconnaît devoir 6 £ tr aux bayles de l’hôpital de Montgiscard pour une passata dans le jardin du prêtre scurditus de l’hôpital357. Les jardins sont les seules parcelles pour lesquelles sont fournies des mesures de longueur, d’un seul côté ou de deux. Ainsi, à Fendeille, un jardin, situé dans le barri, fait quatre cannes de large et six cannes de longueur (soit une dizaine d’ares), il relève du seigneur du lieu et est vendu 4 écus358. À Montgiscard, un jardin fait 14 brassées de long, de l’autan au cers, et deux brassées et demi de large, du nord au sud (soit 14 ares), il est vendu 9 £ 10 sous tr. On semble même vendre une simple planche dans un jardin : « quodam stagio orti scito in medio ortorum »359, elle fait trois brassées sur deux, soit à peu près 24 m2. Ces jardins du Lauragais ont des superficies comparables à ceux d’Aix-en-Provence, quelques dizaines d’ares360. Les superficies indiquées par Bernard Delmaire, pour le nord de la France, sont beaucoup plus importantes361.

  • 362 A.D.H.G, 3 E 10164 f° 11 v°, dans les dépendances de Villenouvette. au prix de 5 écus d’or. A.D.H. (...)
  • 363 A.D.H.G, 3 E 22915 f° 150 r°, 1441.
  • 364 Lartigaut (J), Les campagnes..., op. cit., pp. 134-136.
  • 365 Ménard (Ph.), Jardins et vergers dans la littérature médiévale, Jardins et vergers..., op. cit., p (...)

158Des jardins avec murs (ortus cum parietibus) sont mentionnés362, s’agit-il d’une clôture ou de ruines situées sur la parcelle ? Un « clauso de Scoffarda » est donné à bail363, est-ce un jardin, une vigne ? Les jardins isolés sont probablement clôturés pour les protéger des animaux, ils le sont un peu partout, en Quercy, par exemple, où les clôtures pouvaient être réalisées par des branches sèches d’épineux ou des végétaux verts. Jean Lartigaut a même trouvé un contrat de fabrication de palhissa garnie de pieux longs de trois aunes364. Les miniatures montrent très souvent des jardins entourés de clôtures, de palissades365.

  • 366 Ramière de Fortanier (J.), Recueil..., op. cit., p. 511.
  • 367 Ib., pp. 579-580.
  • 368 Ib., p. 621.

159En Lauragais comme partout, les jardins jouent un rôle économique très important et sont particulièrement protégés des déprédations causées par les animaux et des vols, de jour comme de nuit, nous le voyons dans les coutumes de Montgeard366, Revel367, Saint-Félix368, etc. Les vergers bénéficient des mêmes protections et, à Saint-Félix, tous les arbres (tam fructiferis quam non fructiferis).

  • 369 Latouche (R.) La vie en Bas-Quercy du xive au xviiie siècle, Toulouse, 1923.

160Ces jardins fournissent légumes et fruits. Les coutumes mentionnent oignons, choux, pois, fèves, échalotes, épinards, aulx, raves. Les plantes aromatiques sont sûrement présentes ainsi que certaines plantes condimentaires comme la moutarde (présente dans les inventaires). Le safran (Crocus sativus) peut être cultivé, il l’était, en faible quantité, au début du xxe siècle. Robert Latouche en a repéré en Quercy, à Saint-Antonin, au xve siècle369. Lin et chanvre sont sûrement présents dans les jardins de grande superficie.

  • 370 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 322 v.
  • 371 A.D.A., 3 E 9450 f° x, 1416, dans les dépendances de Castelnaudary, « adfontem d’albieyras ». On r (...)
  • 372 Bourin-Derruau (M.), Villages..., op. cit., tome 1, pp. 168-169.
  • 373 Puig (C.) Les campagnes roussillonnaises..., op. cit., pp. 285-287.
  • 374 Menant (F.), Campagnes..., op. cit., pp. 173-174.

161Les jardins sont irrigués. S’ils ne sont pas mitoyens de l’ostal, ils sont situés dans les zones humides, près des sources ; à Castelnaudary, on les trouve dans des lieux-dits évocateurs : « ad fontem del vayssel », « a la fontassa », « a fontanillas », « ad fontem bugueto », « a font rosier », « ad fontem vocatum del terrier », à Montesquieu, ils sont situés dans les anciens fossés. On utilise aussi l’eau des puits ; à Castelnaudary, on trouve, par exemple, le « potz de la resclusa », situé en dehors de la porte de la bastide ; à Montgiscard, un puits, situé au milieu d’un quartier de jardins, hors des murs, est commun à tous : un jardin est vendu avec la servitude de celui-ci370. Des règlements successoraux, des ventes conduisent à partager une parcelle et l’usage d’un puits : un acte de vente porte sur la moitié d’un jardin, la moitié d’un puits et la moitié d’une auge en pierre371. L’irrigation des jardins, des prés et, probablement, des ferragines, par rigoles, se pratique, comme en Bas-Languedoc372, en Provence, en Roussillon373, à Palerme ou en Lombardie374. En effet, dans les coutumes de Castelnaudary, on signale, paragraphe 35, que les consuls sont juges et ont connaissance de tout ce qui concerne « de tot stellicidi e de corement et adusiment de aygas, de teules, de galuegz, dins vila e defora vila e las pertenensas del dit loc, en molis de aygas, en azaguadors de pratz e de ortz, de rius, de valhats mayrals e de autres rexs e valhatz mayrals e no mayrals e de tot autre decorrement entre bezis... ».

2. Les cultures pérennes a.

a. La vigne

  • 375 Cazes (J.-P.), La bailie..., op. cit., p. 34.
  • 376 Ib., 7 v°, f° 38 v°, f° 119 v° f° 145 v°, etc.
  • 377 Ib., f° 9 v°, f° 13 v°, etc.

162Les termes employés dans les estimes pour qualifier les vignes varient d’une localité à l’autre. A Montgiscard et Ayguesvives, elles sont appelées « vinha », à Fendeille, Montesquieu, Castelnaudary, les contribuables déclarent essentiellement des malhols, le malhol étant la jeune vigne de moins de cinq ans. Les registres successifs parlant toujours de malhols, on ne peut conclure à des plantations massives récentes. Déjà, dans le Liber reddituum, pour toute la baylie de Castelnaudary, toutes les parcelles de vigne, sauf 12, étaient qualifiées de malhols375. Le choix de ce terme doit correspondre à une stratégie fiscale, le malhol peu productif est peu taxé. Dans ces trois localités, on trouve de rares occurrences de vinhas, trois à Montesquieu, par exemple, dans le registre de « 1409 ». Peut-être ne mentionne-t-on, sous l’appellation vinha, que les parcelles trop âgées pour être fortement taxées. Quelques vignes sont, dans les registres, qualifiées de plantiers, signe que ce sont effectivement de jeunes plantations. Ces plantiers sont très peu nombreux. A Castelnaudary, « ung malhol jove » est mentionné dans le registre CC 8 (sur un total de 26 parcelles de malhols), neuf plantiers et un « malhol novel » dans le registre CC9 (sur 230 parcelles), un plantier et un « plantier novel » dans le registre CC 10 (sur 554 parcelles). À Montesquieu, on trouve 23 plantiers376 et trois « plantier novel »377 (sur 235 parcelles) dans le registre dit de 1409, 9 plantiers (sur 293 parcelles) en 1485. À Montgiscard, on déclare 19 plantiers (sur 158 parcelles). On n’en déclare pas à Ayguesvives. D’après ces mentions, les plantations semblent effectuées, surtout, dans la première moitié du xve siècle. Les parcelles de vigne sont parfois gagnées sur l’inculte, un plantier apparaît dans des « anols » à Montesquieu, en 1485 ; certaines sont abandonnées, le déclarant signale que la parcelle était autrefois une vigne.

  • 378 Les vignes étaient encore cultivées dans tous ces secteurs jusque vers 1970.
  • 379 Jorré (G.), Le Terrefort..., op. cit., p. 59.

163On ne voit pas apparaître vraiment de zone de monoculture, les terroirs favorables sont, bien sûr, occupés en priorité par la vigne, mais non exclusivement. Les vignes sont souvent situées sur les solelhas bien exposés à l’est ou au midi, sur les affleurements calcaires, mais aussi sur les pentes trop fortes pour qu’on puisse les travailler avec des attelages. À Castelnaudary, par exemple, énormément d’entre elles sont situées sur la colline de Montmer, à l’est de la ville ; on en trouve aussi au sud, sur les premières pentes de la Piège, en allant vers le territoire de Fendeille378. À Montgiscard, de nombreuses parcelles sont situées dans les collines, à Montalbiou, parfois près des bois, on pensait autrefois que cela les protégeait des tempêtes379.

  • 380 L’agronome Piero di Crescenzi, dans son traité écrit vers 1304-05, rapporte, en effet, qu’en Itali (...)
  • 381 La vigne est associée aux figuiers, châtaigniers et aussi aux noyers et aux chênes, Toubert (P), L (...)
  • 382 Les vignes basses sont associées à des pruniers, noyers, figuiers, sorbiers, amandiers, oliviers, (...)
  • 383 Dont un olivier, Puig (C.), Les campagnes roussillonnaises..., op. cit., p. 266.

164Comment ces vignes sont-elles cultivées ? A-t-on des vignes hautes, des vignes basses, du complant de céréales ou d’arbres, de la « coltura promiscua » où l’arbre vif sert de soutien à la vigne, toutes choses qui existent dans les régions méridionales ?380 La coltura promiscua figure de plus en plus dans les ouvrages d’agronomie, la vigne étant échalassée avec le saule, le hêtre, l’orme, l’olivier, le cerisier. Les arbres peuvent être mêlés à la vigne, mais ne pas constituer les supports de celle-ci ; ces cultures associées sont attestées en Latium381 et en Provence382. L’archéologie agraire confirme la présence de complants d’arbres dans les vignes méridionales : dans quatre sites, trois situés en Roussillon et un en Narbonnais, répartis entre le xiie et la première moitié du xive siècle, apparaissent des fosses de plantation d’arbres383.

  • 384 Aline Durand pense qu’il peut y avoir de la coltura promiscua, Durand (A.), Les paysages..., op. c (...)

165En Lauragais, les sources textuelles sont muettes quant à la façon de conduire la vigne. Celles qui existaient encore dans les années soixante étaient assez basses, avec tuteurs de châtaignier et palissage horizontal, elles n’étaient pas complantées. Des analyses anthracologiques pratiquées par Aline Durand sur le site de Laval-Basse, un village sur motte (réduit à une ferme aujourd’hui), révèlent une ceinture de jardins autour du village et, sur les flancs de la butte, de la vigne. Ce vignoble est structuré par l’arbre ; les taxons d’arbres qui peuvent être complantés ou bien servir de tuteurs vifs (figuier, amandier, noyer, érable, peuplier, saule, et surtout orme) y sont importants384.

  • 385 De La Roncière (Ch.), Le vignoble florentin et ses transformations au xive siècle, Le vin au Moyen (...)
  • 386 Toubert (P), Les structures du Latium..., op. cit., p. 258.
  • 387 Signalé par Puig (C), Les campagnes roussillonnaises..., op. cit., p. 268.
  • 388 Antoine (A.), Boehler (J.-M.), Brumont (F.), L’agriculture en Europe occidentale à l’époque modern (...)
  • 389 Mane (P.), L’iconographie du travail viticole en France et en Italie du xiie au xve siècle, Le vig (...)

166Les cultures intercalaires apparaissent dans beaucoup de régions : en Toscane, quand, au xive siècle, la culture de la vigne, jusque-là cantonnée aux collines, gagne la plaine, les rangées de vigne alternent avec les terres arables et souvent d’autres cultures arborées (olivaies, chênaies)385 ; dans le Latium, on trouve, en plus de la coltura promiscua, des céréales ou des plantes fourragères entre les rangs de ceps386. En Roussillon, des cultures intercalaires sont pratiquées puisque les Usages de Perpignan indiquent que les hommes de la ville ne donnent pas les prémices des plantations (fèves, millet, pois chiche, orge, froment, oignons, échalotes) qu’ils cultivent dans les jeunes vignes, en sillons entre les ceps. On cultive donc entre les ceps céréales, légumineuses et légumes387, ce qui est attesté en Italie et en Galice à l’époque moderne388. Jean-Louis Gaulin note que la pratique de ces cultures intercalaires est peu mentionnée dans la littérature agronomique. P. de Crescenzi conseille de semer des céréales mineures, comme le millet, entre les rangées de ceps, mais seulement pour les vignes jeunes, improductives. Il n’est pas certain que les grands propriétaires du Lauragais aient lu P. de Crescenzi, son ouvrage ou tout autre ouvrage agronomique n’apparaît pas dans les « bibliothèques » mentionnées dans les testaments. Des illustrations provenant de la région parisienne et d’Italie montrent des vignes conduites en hautain, on n’aperçoit ni arbres vifs ni cultures intercalaires389.

167En Lauragais, des parcelles sont dites « malhol et terre » et même, très rarement, « malhol et pré », jamais « malhol et verger ». Les occurrences de « terre et malhol » sont peu nombreuses, une trentaine au maximum par localité, ce qui est peu par rapport au nombre total de parcelles de vigne ou de malhol. S’agit-il vraiment de complant de céréales ou d’une parcelle dont une partie seulement est occupée par une vigne, le reste étant consacré à des cultures saisonnières ? Le mélange terre et vigne est peut-être aussi le signe, pour certains déclarants, d’un développement des cultures spéculatives (on commence par créer une petite vigne dans une partie de son champ). Des contrats de complant apparaissent, très rarement, mais on n’y parle que de vigne et pas de culture intercalaire entre les rangées.

  • 390 Puig (C.), Dynamiques..., op. cit., p. 252.

168La largeur des passages entre les rangées peut être calculée à partir des fosses de plantation du Roussillon et du Narbonnais. Carole Puig indique des encépagements compris entre 3 086 et 5 002 pieds à l’ha, la moyenne se situant à 4 338 pieds390. La distance moyenne d’un cep à l’autre, dans tous les sens, est d’1,50 mètres. P. de Crescenzi donne des chiffres plus élevés pour les vignes basses, de l’ordre de 10 000 pieds à l’hectare. Les densités de plantation sont encore plus fortes à l’époque moderne, Olivier de Serres, au début du xviie siècle, conseille une distance entre les ceps de « trois pieds en tous sens », soit 97 cm, ce qui donnerait plus de 12 000 pieds à l’ha. Même dans ce cas, avec un provignage effectué dans l’axe des rangées, rien ne s’oppose à la présence de cultures intercalaires, céréales ou légumineuses.

  • 391 Dion (R.), Histoire de la vigne et du vin en France des origines au xixe siècle, Paris, 1959.
  • 392 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 189 et note 128.
  • 393 Froissart (J.), Chroniques, tome II, chapitre 361. Ce serait le plus ancien exemple de muscat en F (...)

169Des cépages sont mentionnés dans la documentation du Lauragais : du mausac (« mosac ») à Montgiscard, du mausac encore et du picpoul (« picapoul ») à Montesquieu, dans le registre de 1409. Le mauzac est un cépage blanc qui, jusque-là, n’était signalé qu’au xvie siècle. Il est peut-être originaire de Mauzac en Tarn-et-Garonne, il est très cultivé dans le Gaillacois et l’Aude ; il sert, dès le xvie siècle, à la fabrication de la blanquette de Limoux. Il n’apparaît pas dans la liste de cépages fournie par Roger Dion. Le picpoul est lui aussi un cépage blanc, commun, vivace et résistant, productif et qui s’accommode d’une taille en touffes basses ; d’après Olivier de Serres, c’est le cépage que l’on emploie le plus vers 1600391. Philippe Wolff avait trouvé dans sa documentation une occurrence de picpoul, une de pinot et une de rivatel392. Froissart signale la présence de muscat à Narbonne en 1355 : « Les hommes du prince se tenaient donc tout à leur aise sur la rivière avec leurs chevaux, buvaient du vin à foison et du muscat, dans l’espoir de la victoire »393. Avait-on pour autant production de muscat en Lauragais ?

  • 394 Le propriétaire s’en réserve l’usage, A.D.H.G., 3 E 10137 f° 11 v°, 1458.
  • 395 A.D.H.G.. 3 E10162 f° 21 r°.
  • 396 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 84 v, 18 octobre 1459, P. den Rua est qualifié de sartre ou de laboureur, s (...)
  • 397 Billot (C.), Pressoirs, cuves et autres choses servant à fouler, cuver et presser vins, Milieux na (...)
  • 398 Les Toulousains achetaient du vin dans les villages du Lauragais (Castelmaurou, Montgiscard surtou (...)

170Inventaires et contrats de fermage et métayage montrent que quelques ostals ou campmas comportent un chai (penus), ainsi le campmas dels faures, à Montlaur394. Cuves, pressoirs, futailles, apparaissent aussi. Dans un acte réglant un conflit familial, un couple conserve « ostal cum locario et parietibus » dans lequel se trouve un « trolhum sive torcular », situé dans le campmas de Podiobosone, à Montlaur395. Moyennant le paiement d’un droit, certains pressoirs peuvent être utilisés par des tiers. Un docteur ès lois de Carcassonne, originaire de Montgiscard, loue pour quatre ans, pour deux écus d’or par an, un locale à Pierre den Rua et à son épouse, emplacement où se trouve un pressoir à « presser le vin et la vendange ». Le bailleur précise que si quelqu’un d’autre presse à ce pressoir, c’est lui qui doit recevoir le droit d’usage et non le couple396. On produit aussi du vin de mère-goutte issu de la pression naturelle de la vendange et du vin de goutte, issu du foulage397. Une fois la vendange pressée, on jette de l’eau sur le marc pour obtenir un arrière-vin ou piquette. Le vin sert à la consommation familiale, les excédents peuvent être vendus398, le marc peut être utilisé comme engrais.

  • 399 A.D.A., 3 E 9460 f° 58 v°, 1460, H. de Fraxino est bachelier ès décrets, chanoine de Saint-Michel (...)
  • 400 Abbé (J.-L.), Les anciennes mesures..., op. cit., pp. 92-93.
  • 401 Marandet (M.-C), Le souci..., op. cit., pp. 60-64, pp. 224-235 et pp. 460-469.
  • 402 L’alcool peut avoir d’autres usages : d’après Della Cornia, il aide à la conservation du vin, Gaul (...)
  • 403 A.D.A., 3 E 9450 non folioté, septembre 1414.
  • 404 A. D. H. G., 3 E 10164 f° 37 v°, inventaire de feu Raymond Barravi, hôtelier, 19 janvier 1424.
  • 405 A.D.A., 4 E 076/CC 54 f° 8 r°.

171Toute une série de futailles, vides ou pleines, sont signalées dans les inventaires, placées dans les chais ou d’autres pièces. H. de Fraxino détient, par exemple, dans un chai deux barriques de vin rouge, deux de blanc, une de vinada (piquette), une pipe de vin rouge ; dans un autre chai près de la cuisine, une autre pipe de vinada399. Les contribuables de Fendeille, en 1428, déclarent du vin pur, de l’arrière-vin (reyrebi), du vin aigre, « torbat », de mauvaise qualité, peut-être s’agit-il d’être allivré le moins possible. Chez Guilhem Balhe, on trouve quatre setiers de vin pur, trois semales d’arrière-vin, chez G. Tosto, deux setiers de vin pur, quatre de piquette, chez Jean Ebbles, deux tonneaux de vin pur (estimés 1 £ 5 s 9 tol), un tonneau de vin aigre qui « val may de mieg bí » (estimé 5 s 7 tolsans), six « saumadas de bi torbat e reyrebi » (estimées trois sous), 3 « saumadas de bi agre (estimées un sou). Beaucoup n’ont que de la piquette, ils ont peut-être vendu leur vin. Le semai correspond à 69 litres400, si le setier pour les liquides est le même que pour le blé, soit un peu plus de 60 litres, ce sont quelques centaines de litres de vin que détiennent encore, en avril, les estimés. La consommation de vin, au vu des quantités de vin « pur et non lymphé » prévues pour les repas funèbres, les donnes charitables ou les « retraites » de veuves, semble forte401. Celle d’alcool402 est attestée par la présence d’une « ollam terre cursam pro faciendo aquam ardentem » chez Pierre Lafarga, un potier d’Issel403 et, peut-être, par un objet qui se trouve dans une auberge de Montgiscard. Le notaire y inventorie, dans la cheminée, un stillatacum d’étain404, stillare signifiant tomber goutte à goutte et stilladorium seringue, ce pourrait être un instrument permettant de faire couler une matière grasse sur un rôti, à moins qu’il ne s’agisse du chapiteau et du serpentin d’un alambic (estillador en occitan) ; le mot alembinum est toutefois employé par un autre notaire. Les consuls de Castelnaudary paient, en 1373, 2 sous 8 deniers pour une « vitra » d’eau ardente achetée pour la ville à un vendeur de passage405.

b. Les vergers et les arbres auriers

  • 406 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 15 v°.
  • 407 Des vergers de pommiers à cidre sont mentionnés au pays basque, Cursente (B.), Les vergers du Bas- (...)

172Les mentions de vergers sont très rares dans les estimes, de 2,48 à 9,3 % des contribuables, seulement, en détiennent ; comme ils sont allivrés plus fortement que les jardins, il est probable que certains sont déclarés comme jardins. Les notaires eux-mêmes laissent planer le doute : un acte transcrit la vente d’un verger avec colombier appelé, dans le corps du document « orto sive viridario »406. Ort d’après F. Mistral n’a que le sens de jardin. Peut-être parle-t-on de verger à partir d’une certaine quantité d’arbres ou en cas d’absence totale de légumes. On ne trouve aucune mention de vergers spécialisés dans une monoculture407.

  • 408 Des arbustes : aubépines, noisetiers, sureaux, cornouillers étaient aussi utilisés.
  • 409 A.D.H.G., 3 E 10161 F 248 r°, 1409.
  • 410 Ramière de Fortanier (J.), Recueil..., op. cit., p. 231.
  • 411 Ib., pp. 207-208.
  • 412 Ib., pp. 621-622. Rédaction des privilèges et libertés de la ville, 1463.
  • 413 Audisio (G), Les Français d’hier, tome 1, Les Paysans xve-xixe siècle, Paris, 2e éd., 1998, p. 163

173Le plus souvent, les arbres fruitiers se trouvent dans les jardins, mêlés aux cultures légumières, ou sur les lisières des champs. Ces arbres auriers (aurièra : lisière de champ, de bois) constituent des haies protégeant des vents dominants, cers et autan. Jusque vers 1950, les pommiers et poiriers sauvages, les guigniers, les merisiers, les prunelliers, les cognassiers étaient employés comme arbres auriers408. On devait utiliser les mêmes espèces au Moyen Âge, ainsi que les ormes, les aulnes, les saules409. On trouve ces derniers dans les fossés des villes, par exemple, à Bram, en 1509, le clavaire (trésorier) de la ville vend les « espourgos delz sauzes de las caves »410. Beaucoup de toponymes « a lolm, a lolm sec », « al sauze gros », apparaissent dans les registres, surtout dans la plaine. Ormes et saules sont des arbres fourragers, on nourrit les ovins de leurs feuilles ; on peut aussi les utiliser pour confectionner des tuteurs pour la vigne, des outils, des sabots. À Belbéraud, les consuls ont la jouissance des arbres bordant les chemins et de leurs fruits, d’après une transaction conclue en 1341 entre la communauté et le nouveau seigneur411. À Saint-Félix, la communauté dispose de droits d’usage sur les arbres des marges : on a le droit de couper des rameaux de feuillage pour les grandes fêtes (Pentecôte, Corpus Christi et fête de Saint-Félix), sauf des arbres fruitiers, et le droit d’utiliser des rameaux pour signaler les auberges412. Les arbres fruitiers que l’on trouve, au Moyen Âge, dans les parcelles de terre labourable, dans les jardins, les vignes et sur les limites des terrains sont peut-être là, aussi, pour des raisons fiscales, ils permettaient, signale Gabriel Audisio, d’échapper à la dîme : on ne pouvait dîmer « le haut et le bas ». D’innombrables querelles éclataient entre décimateurs et paysans pour savoir si tel arbre, situé en bordure de parcelle, était encore sur la parcelle donc non taxable ou en dehors et donc soumis à la dîme413.

  • 414 Marandet (M.-C), L’équipement..., op. cit., pp. 270-271.

174Des inventaires après décès montrent que les catégories les plus aisées possèdent des vergers d’agrément, c’est le cas d’Hugon de Fraxino, un chanoine de Castelnaudary, de Pierre de Senessa, clerc royal et lieutenant du juge de Lauragais. Étienne Membrat, un hôtelier, possède lui aussi un verger, mais qui doit répondre aux nécessités de son métier414. Les coutumes de Castelnaudary interdisent d’accueillir des joueurs dans les ostals, les bordes et les vergers, on peut penser qu’on en trouve fréquemment dans la ville, contrairement à ce qui apparaît dans les estimes.

  • 415 A.D.A., 3 E 1494 f 38 v°, 8 janvier 1423.

175Ces vergers sont le plus souvent clos, si l’on en croit l’article 174 des coutumes de Castelnaudary qui interdit de rentrer dans les vergers clos et de prendre des fruits. Un contrat passé par-devant notaire le confirme : P. Piquenerii et R. Portas, de Souilhanels, promettent sur les « epistole divina » de faire pour Jean Amelii l’aîné, d’Issel, un mur de terre autour d’un verger situé hors la porte Mauléon, à Castelnaudary, mur épais à la base de quatre empans et au sommet de trois empans, au prix de 14 blancs simples (soit 5 sous 6 deniers tr)415.

  • 416 Des poires et des noisettes sont achetées en juillet 1373 par la ville de Castelnaudary pour offri (...)
  • 417 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 44 v°, 3 e 10161 f° 80 v°, 88 v°, 227 r°, 283 v°, 373 r° : des noix. 3 E 10 (...)
  • 418 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 44 v°, 1381. Il doit cultiver, aussi, du pastel.
  • 419 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 91 v°.
  • 420 A.D.H.G., 3 E 10164 f° 122 r°.
  • 421 Ruas (M.-P.), Productions..., op. cit., p. 94 et Durand (A.), Forest (V.), Gardeisen (A.), Ruas (M (...)

176Les espèces cultivées apparaissent dans quelques baux de faire-valoir indirect, on y mentionne guigniers, cerisiers, figuiers, pommiers, poiriers416 et surtout, parce que leurs fruits se conservent sans problème et peuvent donner de l’huile, noyers et noisetiers. De nombreux baux prévoient le partage à moitié des noix et noisettes417, on demande même à un preneur de cultiver des noyers418. L’huile de noix est fréquemment utilisée dans un secteur où l’olivier est en limite de survie (on en trouvait seulement 149 dans tout l’arrondissement de Castelnaudary, en 1810). Dans le bail de location concédé à Pierre den Rua et à son épouse, signalé précédemment, les preneurs ont le droit de faire un moulin à noix et un pressoir à huile à leur seul usage (ils achètent effectivement, le 6 novembre 1459, un « trolli sive molendium olei » avec tous ses « artifficiis et arnesiis » pour 12 écus419. Un laboureur de Montlaur doit 14 écus à un marchand de Montgiscard pour l’achat d’un pressoir à huile, le 16 octobre 1425420. Il est évident que ces gens doivent presser les fruits de leurs arbres. On peut obtenir de l’huile aussi à partir des faines, des noisettes, des graines de lin, des pépins de raisin, tous produits que l’on trouve sur place. Tous ces fruits apparaissent dans les coutumes, exemptés généralement de leude. Pommes, poires, figues, noix et châtaignes sont vendues sur le marché de Revel, les châtaignes proviennent de la Montagne Noire, probablement de châtaigniers sauvages, encore nombreux aujourd’hui, dès les premières hauteurs, à Issel par exemple. La carpologie élargit l’éventail de fruits cultivés ou peut-être sauvages, ramassés dans les haies, sur les lisières des bois. Au Castlar de Durfort, par exemple, Marie-Pierre Ruas trouve des fruitiers cultivés : figuier, merisier, néflier d’Allemagne, noyer, pêcher, poirier (Pyrus comunis), prunier (Prunus domestica), vigne et des espèces de sous-bois et de lisières forestières (fraisier, ronce, noisetier, prunellier, qui ne sont pas des espèces domestiques mais ne sont plus sauvages, d’après l’anthracologie et la carpologie421. Les noisetiers, en Lauragais, doivent être plantés en lisière des champs, puisqu’on prévoit le partage de leurs fruits dans les baux à court terme, ce qui serait très aléatoire s’il s’agissait de cueillette dans les bois.

c. L’herbe : les prés, payssieux et rivaleria

Les prés et payssieux
  • 422 Lachiver (M.), Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Fayard, 1997.
  • 423 Dans les registres notariés qui sont en latin, pascua semble correspondre à payssieu : A.D.H.G. 3 (...)
  • 424 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 195 v°, accensement d’une pradasse sive terre, f° 197 r°, achat d’un « prat (...)

177Les prairies, terrains couverts de plantes herbacées, de composition floristique et de durée d’établissement variables, pâturées sur place par les bestiaux mais qui peuvent être coupées régulièrement pour être données en vert ou comme fourrage d’hiver422, apparaissent dans les estimes, sous l’appellation, le plus souvent, de prat. Ces prés sont mentionnés dans presque tous les coutumiers du Lauragais, protégés des incursions du bétail, des vols (le foin est une denrée précieuse), à Montgeard, Castelnaudary, Revel, Saint-Félix. On règlemente leur usage à Revel, Auterive, Bram, Verdun, Le Py, Saint-Papoul, Venerque. Un autre terme, celui de payssieu et ses variantes, est employé, beaucoup plus rarement, dans les estimes423. À Montesquieu, on trouve 40 mentions de payssieu, en additionnant les deux livres d’estimes, contre 284 de prés ; à Montgiscard, on déclare deux payssieux, un pastenx et 112 prés. À Castelnaudary, les domaines peuvent comporter prés et payssieux ; le terme de pradasse apparaît à deux reprises, qualifiant probablement une prairie non entretenue, envahie par les buissons de ronces ou d’églantiers424.

  • 425 de Falguerolles(G), Essai sur la formation des mazatges, des métairies et des bories dans le consu (...)

178À quoi correspond le payssieu ? Les lexiques occitan-français donnent une signification peu précise aux mots proches de celui-ci. Pour F. Alibert, paissin signifie pâturage, pasquièr, pacage, pàisser, pâturage, pastis, pâtis, herbage. Pour F. Mistral, les termes paisse, pàisseri, paissiu, pasquié, paisson, pasten, pastenc, pastenh, signifient le plus souvent pâturage, pasquié et patié signifiant, en plus, herbage, pacage, parcours. Dans le Tarn425, le payssieu serait la pâture, située à côté de la ferme, qui servirait pour la sortie du bétail l’hiver. Ce sens serait à rapprocher d’une des significations des mots pàti, pàtis, pàtus, pâtis, pour F. Mistral : quartier affecté au logement d’un troupeau, où l’on fait reposer le bétail, où l’on laisse croître l’herbe. Cette signification ne me semble pas très valable pour le Lauragais, en effet, les payssieux sont parfois de grande taille, plusieurs sétérées à Castelnaudary, beaucoup plus que ce qui est nécessaire pour parquer les petits troupeaux locaux, et il peut y en avoir plusieurs dans la même ferme. Ainsi, Jean Lobat « ten et possedis ung campmas al bosc Ramonenx conten en sas terras laboradissos quaranto quatre sesteradas una carterada una punherada et miega daquillo deldit campmas una sesterada de malhol et quart de punherada item aqui metys cinq sesteradas et cart de punherada de prat item aqui metys de totas pars deldit campmas cinq sesteradas tres carteradas et una punherada de payssu item ung bosc a la ribiera de Fresqueilh conten quatre sesteradas tres carteradas dos punheradas... ». La confrérie Notre-Dame de Castelnaudary possède un campmas « au Fresquel » de 54 sétérées et demie, une quartière et une pugnère, un payssieu au nord du campmas d’une sétérée et demi, en confront le campmas de tous côtés, un autre payssieu au midi du campmas d’une quartière... On peut donc trouver plusieurs payssieux ou bien des prés et des payssieux dans la même exploitation. Ce payssieu ne peut pas être l’équivalent de la ferragine puisque certains propriétaires détiennent les deux types de parcelles : Julian Villaroux possède un payssieu de quatre sétérées et demie à Combe Juliane, un de trois sétérées une pugnère et demie à Cogurone, un d’une émine une pugnère à Pont Toustou, mais il a aussi un « ferragal a la font del terrier ».

  • 426 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents.., op. cit., p. 223 et suiv.

179La solution, me semble-t-il, apparaît dans les coutumes de Bram, rédigées en 1509, mais beaucoup plus anciennes. Un article s’intitule « ordenanse de far paisius ». Tout cammasier qui possède 80 sétérées de terre est autorisé à faire trois sétérées de « paisius » pour toute l’année, paisiu où il interdit de rentrer. S’il possède plus de 80 sétérées, il peut faire une sétérée de paisiu pour 25 sétérées de terre, il peut en faire deux pour 50 sétérées de terre. L’ordonnance suivante dit que tout habitant de Bram qui n’a pas d’araire peut faire six cartaradas de paisiu en prat ou en rastoul ou ailleurs. Celui qui a un araire pourra en faire deux sétérées. « Louscals paisius se gardaran tout lan, proven que le tanquaran de clauzure que degun bestial ne y pesque intra »426. Ces payssieux sont des pâturages clos, qu’ils soient sur pré ou sur jachère.

  • 427 A.D.H.G., 5 E 73 f° 78 r°.
  • 428 A.D.H.G., 5 E 73 f° 109 r°.
  • 429 Mane (P.), Le paysan mis en scène, Paysages, paysans. L’art et la terre en Europe du Moyen Age au (...)
  • 430 Jean Lartigaut pense qu’elles étaient faites de genévriers, de petits érables, Lartigaut (J), Les (...)
  • 431 On y voit aussi un enclos de pierres sèches destiné au pacage, genre de structure qu’on ne doit pa (...)

180L’appellation de « deves », devèze, n’est utilisée que dans les estimes de Montgiscard et concerne un lieu-dit, où l’on trouve uniquement des prés. Deux nobles y possèdent des prés taillables : Gabriel de Gavarret en déclare trois, faisant en tout trois arpents et demi427, Pierre del Baus déclare quatre arpents de prés et payssieux428. Tout le secteur est-il placé seulement en défens ou clôturé ? Quel type de clôture utilise-t-on ? Une miniature du Rustican du cultivement et labeur champestre de P. de Crescenzi, daté environ de 1480-1490 et provenant de l’ouest de la France, montre des clayonnages protégeant un pré429. Dans des régions plus proches du Lauragais, on trouve, en Quercy, des clôtures temporaires d’épineux (boyssos et espinas)430 ; en Périgord, deux types de clôtures de parcelles sont représentées, sur un plan figuré d’une forêt, datant de 1497-99 : un lattis permanent, délimitant une tenure et une clôture plus légère et temporaire, s’apparentant à une claie, qui doit correspondre à une protection momentanée431. On retrouve peut-être en Lauragais des clôtures d’épineux ou une clôture permanente du genre lattis. Les prés, même non clôturés, sont, de toutes façons, très protégés des incursions du bétail, les coutumes prévoient de fortes amendes en cas de non respect des règlements. À Castelnaudary, l’article 170 interdit de tenir des bêtes et de faire paître dans le malhol, le champ emblavé, le jardin, le bois et le pré, au temps où c’est défendu, ni en autre lieu « deves ne deffendut » où l’on peut causer du dommage, sous peine de payer une amende de 18 deniers tolsans en cas de dégât.

  • 432 À Thuir, en Roussillon, i1 est interdit, de même, d’introduire des bêtes dans les prés à partir du (...)
  • 433 Pariset (F.), Économie rurale..., op. cit., p. 270.
  • 434 En Rouergue, les prés sont ouverts après la fenaison, certains après la première herbe, d’autres a (...)

181L’accès des prés est interdit, traditionnellement, pendant le temps de pousse de l’herbe, à partir du début du printemps jusqu’à la fin de la fenaison (au mois de mai ou juin, plus tard même, si un regain est possible)432. C’est encore le cas au xixe siècle : les ovins paissent dans les prés arrosables jusqu’à fin février, moment où l’on met l’eau ; dans ceux qui ne sont pas arrosables, la pâture se prolonge pendant neuf mois de l’année. Mai, juin et juillet sont réservés pour la croissance de l’herbe. Dans la plaine, là où la végétation démarre plus tôt, la pâture cesse vers le milieu du mois d’avril. Les prés sont fauchés généralement une fois, deux si on les irrigue. L’irrigation des prairies s’effectue au xixe siècle par des rigoles amenant l’eau des ruisseaux433. On peut supposer qu’on avait à peu près la même chose au xve siècle. Les prés sont, d’ailleurs, en priorité, situés près des ruisseaux (Hers, Tréboul, Fresquel), parfois près d’un moulin à eau, de façon à pouvoir bénéficier de l’eau de la retenue ; des canaux d’irrigation sont mentionnés dans les coutumiers de Castelnaudary, Saint-Félix, et Bram. Les pratiques communautaires concernant les prés apparaissent dans les coutumes d’Auterive : la communauté dispose du droit de louer les « herbes mortes, et, après que les prez sont faulchez, des dictz prez et autres possessions, au plus offrant et dernier enchérisseur (au profit de la ville). Dans ces possessions, il faut autorisation des arrentiers pour faire paître son bétail, excepté les possessions communes de la dite ville et réservé certaines possessions que chascun peuvent tenir et garder premièrement pour leur bétail ». Le propriétaire n’est plus maître de la totalité de ses prés après la fenaison, ce qui est le cas un peu partout434.

  • 435 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 310 r°, même chose au f° 248 r°, 1409.
  • 436 A.D.A., 3 E 9444 f° 63 r°.
  • 437 A.D.A., 3 E 1493 f° 49 r°.
  • 438 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 14.

182Les prés coûtent, plus cher, en moyenne, nous l’avons vu, que les terres labourables. Les bailleurs de domaines portent une grande attention à leur entretien et à leur production, l’élevage se développant de plus en plus. Les preneurs doivent souvent livrer des herbes (c’est-à-dire les herbes fraîchement coupées) ou du foin (les herbes séchées) aux bailleurs. Ainsi, à Montgiscard, en 1411, un preneur doit donner l’herbe du pré « sis al pesquier » et l’herbe et le foin de tous les autres prés435, ce choix est peut-être fonction du type d’herbe récolté. D’autres preneurs ne livrent que du foin : une borie appartenant aux obits de Saint-Michel est donnée en fermage avec bail à cheptel joint de 100 ovins, pour quatre ans, à demi-lucre. A la fin du bail, les preneurs doivent fournir 40 quintaux de foin « bon et marchand » et la paille de la dernière récolte436. Arnaud Maffredi a pris à bail un campmas de 24 sétérée, il doit labourer et cultiver 12 sétérées par an, huit de froment et quatre d’orge ou d’avoine à 1/4 des fruits et livrer deux trossas de foin. Les trossas doivent être de gros baluchons que l’on porte sur sa tête, d’un poids de 30, 40 kilos (les bourasses actuelles de l’Ariège). Souvent, le preneur doit laisser, à l’achèvement du bail, l’herbe croissant dans les prés437, comme il l’a trouvée à son arrivée. Les bailleurs fournissent parfois du foin au preneur, à l’entrée dans les lieux, si le bail se double d’un bail à cheptel, Aymeric Beneyci quand il loue sa ferme de Montgiscard donne trois roncins et huit pagelles de foin, le foin doit être remboursé plus tard, la moitié en argent, la moitié en foin438.

  • 439 Prairie naturelle ou permanente : étendue d’herbe qui, une fois semée, se perpétue et se multiplie (...)
  • 440 En Limousin, des prairies sont semées au xve siècle, Vatin (N.), Pratiques agricoles en Limousin à (...)
  • 441 Ruas (M.-P.), Productions..., op. cit., pp. 109-113.

183Les prairies sont-elles naturelles ou artificielles439, formées d’un mélange de graminées et de légumineuses440 ? On pouvait sélectionner des plantes sauvages, trèfle, fétuque des prés, plusieurs variétés de vesces (M.-P. Ruas en trouve dans le grenier de Durfort, mêlées aux céréales)441. Les textes sont très discrets sur ce point : une mention de semis de vesces et une mention de semis de graines de foin, seulement, apparaissent dans les baux à court terme.

  • 442 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 166 r°, 1461.
  • 443 Coulet (N.), Aix-en-Provence..., op. cit., p. 131.
  • 444 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 127 v°, Montgiscard, un bachelier ès décrets baille diverses parcelles dont (...)

184Les prés doivent être entretenus : les preneurs doivent les « despinassare et mundare despinassiis », c’est le cas du métayer des frères de Gavarret, à Saint-Léon. Les deux frères se réservent aussi « passata et pastenchis » jusqu’à l’Annonciation (Notre-Dame de mars) et les preneurs ne doivent pas donner droit de passage ni de pâture dans les terres sans leur autorisation442. Les travaux de nettoyage des parcelles sont mentionnés en Provence, les preneurs doivent « esbuscare et deradicare spinas et juncos », et aussi assurer l’arrivée de l’eau en entretenant les canaux et rigoles d’arrosage443. En Lauragais, on lui demande parfois de faire des fossés dans un pré, est-ce pour irriguer la parcelle ou la drainer444 ?

  • 445 A.D.A., 3 E 1493 f° 25 v°, 15 mars 1418 (n. st.).
  • 446 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 178 r°, 11 mars 1461. Une autre tonsura de pré est vendue pour un écu d’or (...)

185La production d’un pré peut se vendre, ou, plus souvent, l’usage du terrain par les troupeaux. Riche, veuve de Raymond Sabateri, vend ainsi l’herbe d’un pré de neuf sétérées, situé en bordure du Fresquel, pour toute l’année, pour 6 £ tr, à Jean Mancipi, marchand de Castelnaudary445 ; peut-être fait-elle cela tous les ans, pour obtenir un complément de ressources. Hugo Valaderii, de Villenouvette, vend à Guilhem Robberti, sergent royal de Toulouse, la « tonsura » d’un arpent de pré, dans les dépendances de Saint-Rome, pour une année, contre un mouton d’or446.

  • 447 A.D.A., 4 E 138/1 G 1, 1426, comptes municipaux : P. Sabrier a payé 13 gros et demi pour « la erba (...)
  • 448 Rédaction des anciennes coutumes, de 1509, Ramière de Fortanier (J.), Recueil..., op. cit., pp. 22 (...)
  • 449 Ramière de Fortanier (A.), Des confréries médiévales aux confréries de pénitents : continuité ou r (...)

186L’herbe étant rare à cause de la faible pluviosité, on afferme celle de la moindre parcelle pouvant en porter. A Fendeille, la municipalité loue l’herbe des fossés447 ; à Bram, les fossés sont loués, tous les trois ans, à la chandelle, au plus offrant, on y interdit chasse et pêche448. La ville garde la possibilité de vendre les pousses des saules qui s’y trouvent. A Fendeille, la confrérie Saint-Martin vend la coupe de l’herbe du cimetière ou le droit au pacage ; pour la période 1342-43, cette herbe lui rapporte 22 sous pour une recette totale de 100 sous449. À Castelnaudary, l’herbe du cimetière est louée par la municipalité, seuls les fermiers peuvent y faire pâturer leurs troupeaux (porcs exceptés).

Les « rivaleria » ou « ripparia », aux marges de l’inculte
  • 450 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 172 v°, 18 janv 1408 (n.st.), vente d’une demi-pugnère de « rivalerie » à N (...)
  • 451 La formation végétale boisée développée sur un sol humide ou temporairement saturé, au bord d’un c (...)
  • 452 Sous l’appellation d’iscles, Coulet (N), Aix-en-Provence..., op. cit., p. 131.
  • 453 Higounet-Nadal (A.), Périgueux aux xive et xve siècles. Étude de démographie historique, 1977.

187Des « rivaleria » ou « ripparia » apparaissent dans les coutumes et dans les registres de notaires, le terme de ripparia étant plutôt employé dans l’est du Lauragais, celui de rivaleria à l’ouest. Il en est question pour le Fresquel, le Tréboul, l’Hers Mort, mais aussi pour de petits ruisseaux, celui de Tebelh, celui de Negua sauma (la mule noyée) qui se jettent dans l’Hers, celui de Mouriès, à Villeneuve-la-Comptal. Les rivaleria se vendent, se louent, se donnent en emphytéose450, ce sont des parcelles recherchées. Pour Frédéric Mistral, les termes ribeirage, ribieirage, bas latin ripayragium, signifient produit d’une rivière, arbres qui croissent sur ses bords, bois qu’on y coupe. Le ribeirau ou rivairal est le lit d’une rivière, la rive d’un cours d’eau, la rive ombragée, le ribeirés ou rivairiel, le bord de la rivière, le rivage. Ce terme de rivaleria désigne donc les bordures d’une rivière et la ripisylve451. On en trouve l’équivalent un peu partout, en Provence452, en Périgord453.

  • 454 A.D.H.G., 3 E 1059 f° 119 r°.
  • 455 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 20 r°.
  • 456 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 87 v°.

188Ces rivaleria servent à la pâture du bétail, constituant des prairies humides, à foin peu abondant et de médiocre qualité à cause des plantes aquatiques qu’elles contiennent (un acte mentionne l’inféodation d’une « pradasse sive rivaleria » à Noueilles454). Les rivaleria ne se réduisent pas à des prés, on y trouve des arbres, saules têtards, peupliers, ormes, aulnes, des plantes, osiers, roseaux. En 1380, une rivaleria, « avec les arbres et saules qui y existent », est vendue par Jean Mosterii et Arnaude, sa mère, habitant Labruyère-Dorsa, l’acheteur Maître François de Campis, un notaire, la paie deux francs d’or455. Une rivaleria est aussi appelée nemus : « novum feudum nemus sive rivalas »456.

  • 457 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 11 v°, 1458. Le campmas dels faures à Montlaur est baillé avec ses pratis p (...)
  • 458 Fons (V. et S.), Constatation et codification des usages locaux agricoles en vigueur dans le dépar (...)
  • 459 Durand (A.), Les paysages..., op. cit., pp. 348-351 et note 87.

189Ces bords de ruisseaux sont mentionnés dans les baux de faire-valoir indirect457 ; il était d’ailleurs d’usage que les métayers, d’après la codification des usages agricoles faite au xixe siècle, émondent tous les trois ans (avant que les feuilles ne tombent) les arbres entourant les champs (excepté les fruitiers) et les arbres qui bordent les fossés et ruisseaux. On en faisait des fagots, les feuilles sèches servaient de nourriture aux moutons pendant l’hiver, le bois servait ensuite au chauffage du métayer458. Les fagots pouvaient être partagés entre bailleur et preneur, une fois les feuilles mangées par les moutons. Les barres de saules étaient parfois réservées au seul propriétaire, parfois partagées. On peut supposer que les pratiques étaient à peu près les mêmes à la fin du Moyen Âge. Les saules pouvaient aussi être utilisés pour tuteurer la vigne, pour la fabrication des futailles, des paniers. À partir de la fin du xie siècle, en Languedoc, des redevances partiaires pèsent sur les arbres bordant les cours d’eau, signe de leur importance, on a un partage, par exemple, entre l’abbé de Saint-Thibéry et Pierre Radulf, des « ramma et cepaticum de fustis » poussant sur des terres jouxtant l’Hérault459.

  • 460 Ramière de Fortanier (J.), Recueil..., op. cit., pp. 207-208.

190À Montgeard, d’après les coutumes, il est licite de planter des saules dans les rivalibus du lieu, c’est aussi le cas à Belbéraud, en 1341, « in rivalibus et comunibus », à condition que cela ne gêne pas le passage des hommes et des animaux et que les consuls soient au courant460. On constitue donc des saulaies, tout au moins embryonnaires. À Bram, il est permis d’accéder librement aux bords de rivière : « hordenan que le lounc de la ribiere cera a quade ung liberal de y anar a pe hou a caval per abeurar sense far doumage al tempz d’estiu ou de necesitat d’aigues ». À Auterive, en 1548, les rivages de l’Ariège apparaissent, non à propos des pâturages mais de greniers que les habitants construisent sur des secteurs périodiquement transformés en îles par les crues : « rivages, qu’est à entendre des greniers que se bastissent auprès de la rivière, que facta sunt in modo insularem, par les irruptions des eaues et puys sont revenuz par long temps en condition fertille ».

  • 461 A.D.H.G., 3 E 22915 f° 60 r°, 12 décembre 1440. Cancellé le 6 mai 1441.
  • 462 A.D.H.G., 3 E 10136 f° 73 r°, 7 sept 1450.
  • 463 Philippe Wolff en a relevé toute une série, Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 227-230. Cett (...)
  • 464 Ruas (M.-P.), Productions..., op. cit., p. 143.

191À Montgeard, Belbéraud et Auterive, les rivaleria semblent être des communaux, ce que l’on voit beaucoup plus clairement à Cintegabelle et Montgiscard. En effet, les consuls de Cintegabelle louent « erbatgia citra aquam existen(tis) » à Pierre de Casanova, pour 14 écus d’or, Jean de Campranha est son garant. Pierre de Casanova promet de payer la somme à certains termes et donne cinq écus, dont deux, apparemment, avancés par Jean de Campranha. Finalement, il ne met aucun animal à pâturer et dit ne pas vouloir en mettre. Les consuls louent, alors, à Jean de Campranha, contre 10 écus. Si des hommes d’armes viennent dans la pâture, il payera au prorata tempore de son occupation ; il doit restituer trois écus à P. de Casanova. Les ovins et bovins qu’il mènera ne doivent pas payer de droit de forestage et ils peuvent entrer dans les prés jusqu’à l’Annonciation461. Les consuls de Montgiscard louent la ripperia du lieu à Bernard Pinat, un vacher de Vicdessos, dans le comté de Foix, et à Guilhem Coterot, un vacher du Béarn ; ceux-ci reconnaissent devoir 40 écus d’or, huit écus à payer à la Toussaint, le reste à l’Annonciation462. L’affermage des communaux est très courant au Moyen Âge, dans la région463. Les études carpologiques menées à Durfort confirment la présence des animaux sur les rivaleria, M.-P. Ruas conclut à la présence d’une prairie humide des bords de cours d’eau, « composée de plantes qui pourraient indiquer une dégradation par piétinement des troupeaux »464.

  • 465 F. Mistral donne naudo, nauso, nauvo, bas latin nausa : eau croupie, noue, mare d’eau, prairie aqu (...)
  • 466 A.D.A., 4 E 076/ CC 9 f° 14 v° et f° 67 r°.
  • 467 A.D.A., 4 E 076/ CC 10 95 v°.

192Les ripparias ne sont pas les seuls milieux humides, on trouve aussi, dans les documents, des mentions de nauzes ou nauses, termes que l’on traduit par mares, prairies marécageuses465. Les nauses sont déclarées et allivrées à Castelnaudary : 16 sétérées de nauzes, au pont de las cledes, en confront du ruisseau du Fresquel, sont estimées 16 £, cinq sétérées de nauze, près du Tréboul, sont estimées 10 £466 (certains ostals sont estimés moins que cela). Le déclarant a parfois des doutes sur la nature exacte du bien : en 1496, on allivre un « pré ou nause » d’un sétérée et trois carterias, faisant partie du campmas d’Amyel, à Pech Arquinel467. Étant donné la taille de ces nauses, il s’agit bien de prairies marécageuses et non de mares, la végétation doit être différente de celle que l’on trouve dans les rivaleria, les arbres en sont peut-être absents. Il est interdit par l’article 172 des coutumes de « tenir et faire paître du bétail » dans la nausa comunal (située près du Fresquel), sous peine d’amende ; comme cet article interdit la pâture dans le cimetière dont l’herbe est louée, on peut supposer que la nause est, elle aussi, louée.

  • 468 Mouillères, aujourd’hui.

193Des molhans sont allivrés 1 £ 10 sous dans le registre CC 9 ; d’après F. Mistral, les termes molo, muelo468 signifient bourbier, terrain qui n’est pas ferme. Il n’est guère souhaitable d’y mettre un troupeau, en tire-t-on seulement des osiers, des roseaux ?

  • 469 A.D.H.G., 5 E 67 f° 108 v°.
  • 470 Cf. infra « La ferme lauragaise ».
  • 471 A.D.H.G., 3 E 10164 f° 37 v°.
  • 472 A.D.H.G., 3 E 10161 f 35 v°. Les macelliers vendent parfois viandes et poissons.
  • 473 A.D.H.G., 5 E 66 f° 13 v°.

194Les prés situés dans les zones humides comprennent parfois un vivier, appelé pesquié ou pesquier dans les estimes, pisquerio chez les notaires, destiné à l’élevage du poisson : Élie de Montech, par exemple, déclare un pesquier situé dans un pré « a las nauses » à Montesquieu469. Ces viviers sont assez fréquents à Castelnaudary et Montesquieu ; on en trouve dans quelques fermes470. Raymond Barravi, hôtelier de Montgiscard détient un pesquié qui doit servir à l’approvisionnement de son auberge à l’enseigne de la Sirène471. Des métayers doivent recevoir des poissons provenant du vivier de leur bailleur, un macellier de Montgiscard, vivier qui est probablement situé sur les terres qu’ils louent472. D’autres viviers apparaissent en confronts ou ont donné naissance à un lieu-dit, à Montesquieu, par exemple473.

  • 474 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents.., op. cit., p. 468.

195Les coutumes accordent généralement le droit de chasse et de pêche et de faire des viviers : c’est le cas à Saint-Félix, Caraman, Labécède. Les lettres d’amortissement de 1688 accordées par le roi Louis XIV à ce village, mais reprenant des textes antérieurs, signalent dans leur article 18 : « Plus, la faculté de pescher, de faire viviers dans ladite terre, excepté les bezals et cors des moulins »474. On trouve la même chose dans les lettres d’amortissement de Castelnaudary : « droit de chasse, de chasser à la caille, de pêcher, faire des garennes, pigeonniers, viviers et tours, de tout temps et sans faire apparoir d’aucun titre, ny payer au roi ». Il s’agit bien de viviers et non de pêcheries situées dans la rivière.

  • 475 Il y avait encore des anguilles dans le Fresquel, il y a 20 ans.
  • 476 Grelois (E.), Marais, lacs et lit majeur de l’Allier : les conflits autour de l’utilisation collec (...)

196Des margouillats pour le stockage des anguilles475 sont mentionnés dans le Liber reddituum. E. Grelois signale l’existence, dans l’Allier, d’étangs seigneuriaux où l’on élève des anguilles ; quand l’étang est vidé, elles sont rangées dans des casiers et gardées par les hommes du seigneur476. Pouvait-on en élever dans les plus grandes mares du Lauragais ?

197Avec les nauses, rivaleria et herbes des fossés défensifs, on se trouve aux marges de l’ager. On peut placer aussi dans cette rubrique les limites de parcelles, constituées par les fossés et leurs bordures, généralement enherbées, et les haies à plat. Les coutumes réglementent parfois la création de fossés, ainsi, à Castelnaudary, deux articles concernent les règles de mitoyenneté en campagne : pour creuser un fossé (yallat) mitoyen, il faut demander l’autorisation du voisin huit jours à l’avance (paragraphe 167), on ne peut faire un passage ni couper le fossé d’autrui ni le bord d’un champ sans autorisation (paragraphe 168). À Bram, les fossés doivent se faire à moitié, si l’un des deux voisins ne participe pas aux travaux, celui qui fait le fossé prend toute la terre et la met dans son champ. Les fossés sont mentionnés dans les baux à court terme, fossés à creuser par les preneurs ou à entretenir, parfois en partageant les frais entre bailleurs et preneurs. Le fossé de drainage est situé quelquefois au milieu d’une parcelle, les actes de vente signalent la présence d’un « vallo in medio ». L’utilisation des bordures de champs, de fossés de drainage, de canaux d’irrigation, est parfois réglementée. Un article des coutumes de Bram autorise la pâture, sous réserve de ne pas causer de dommage, dans les « marges » : « tout bestial gros coume bious, vaches, rousis, egues que trabalien auran facultat de amargenar per les marges, prevesit que quade parel aura sa garda en tout sence far doumage ». Si dommage il y a, l’amende est de 12 tolsans et il faut rembourser les dégâts. Les bordures des champs, vignes, malhols, prés en devèzes ne peuvent être pâturées : « que degun bestial de songiourn nou intraran en les marges dels campz que soun en reseptes ou deveses ou vinies en degune manière ».

B. Le saltus et la silva

1. Le saltus

  • 477 Chez les agronomes latins, le saltus est formé de l’ensemble des terrains qui ne sont pas régulièr (...)

198Pour les géographes, le saltus correspond à la partie d’un finage cultivée de manière discontinue, souvent laissée en friche (boisée ou non). Il comprend des formations herbacées et buissonnantes ni tout à fait naturelles ni tout à fait anthropiques : landes, garrigues, jachères anciennes, terrains vagues477. C’est, avant tout un milieu appauvri, pacagé par le bétail.

  • 478 A.D.H.G., 3E 10161 f° 46 r°.

199Dans le Terrefort de l’ouest du Lauragais, les terres incultes constituent, nous l’avons vu, une part appréciable du finage et, surtout, les termes servant à les désigner, dans les estimes mais aussi dans les registres notariaux, sont multiples, liés à la végétation naturelle qu’on y trouve. Cette précision dans la désignation fait penser que l’importance économique de ces terres est loin d’être négligeable et qu’il importe donc de savoir de quoi elles sont constituées. On emploie même deux termes, si nécessaire, pour bien préciser la nature de la parcelle, une « bosigue sive boscarasse » est ainsi vendue, à Pompertuzat478.

  • 479 A.D.A., 3 E 9443 f° 32 r°, 16 juillet 1397.
  • 480 Garrigas : gros chêne. Garigasso : grande garrigue, vaste lande, terre inculte et couverte de brou (...)

200Le saltus n’apparaît guère dans la partie est du Lauragais, je l’ai déjà signalé, la plaine est densément occupée. Les friches sont rares dans les estimes : le registre CC 9 de Castelnaudary mentionne une « guarriga » dans un campmas situé vers le Tréboul, un toponyme « a la guarriga » apparaît dans le registre CC 10 (on y trouve un bois). Une « guarriguam sive nemus » est mentionnée dans les dépendances de Montferrand, à l’occasion d’un règlement de succession, on trouve en confronts des parcelles cultivées479. Pour F. Mistral, le mot « garrigo » aux les significations de garrigue, lande où ne croissent que des chênes à kermès, chênaie rabougrie, terre inculte, pâture, ce qui est quand même assez large480. Dans le registre CC 10, quelques friches, sous l’appellation de bosiga, bartha, broga, comprenant donc broussailles et bruyères, sont répertoriées dans des campmas installés sur les premières pentes de la Montagne Noire.

  • 481 A.D.A., 3 E 9463 P 3 r°.
  • 482 Le chapitre aliène ses droits, vers 1555, en faveur de Raymond de Raymond, co-seigneur de Lasborde (...)
  • 483 A.D.A., 3 E 9461 f° 69 r°, 19 mai 1455.
  • 484 Guimbail (R.), Expansion..., op. cit.

201Les incultes sont exploités pour la pâture du bétail, essentiellement les ovins, et sont très recherchés. En 1467, Aymeric Boniamoris, prêtre bénéficier de Saint-Michel de Castelnaudary, fait arrendamentum herbatgiis de Saint-Amans aux habitants du lieu, au nom du chapitre, pour un an, pour deux écus d’or481. En fait, la communauté paye le droit d’utiliser ces terrains « communaux ». Cela arrive souvent, le seigneur fait payer un droit d’usage mais on ne parle pas, généralement, de location. En 1550, le chapitre possédait à Saint-Amans les 3/4 de la haute, moyenne et basse justice, en paréage avec le roi, et les 3/4 des censives, le reste appartenait au seigneur de Sainte-Camelle482. Peut-être était-il l’unique seigneur en 1467. Il concède, en tout cas, le droit d’usage des friches à l’année. On a, probablement, le même type de concession à Fendeille. Ces pâtures sont l’occasion de disputes : Bernard de Montesquieu, chevalier, seigneur de Salles entre en conflit avec Jean de Bac, damoiseau, co-seigneur de Saint-Michel-de-Lanès. Jean de Bac prétend pouvoir faire paître ses ovins, bovins, équins, porcins et autres, dans la juridiction de Salles, du côté de Saint-Michel-de-Lanès, jusqu’à un territoire de « las fontanelas alias de la galaia », comme cela se faisait de toute antiquité, ce que réfute B. de Montesquieu. Ils s’accordent, moyennant une compensation financière483. R. Guimbail voyait déjà, en 1253, des conflits éclater entre Pexiora et Villepinte à propos des pacages, signe d’une exploitation entière du finage, jusqu’aux limites des communautés484.

  • 485 Au Moyen Âge, à Saint-Victor-les-Oules, les fours étaient alimentés par du chêne vert, de l’arbous (...)
  • 486 Pariset (F.) Économie rurale..., op. cit., pp. 296-297.
  • 487 Audisio (G), Les Français..., op. cit., pp. 68-69.
  • 488 Pariset (F.) Économie rurale..., op. cit., p. 196 et suiv. et p. 299.
  • 489 A.D.A., 4 E 076/CC 80.

202Le saltus ne sert pas uniquement de terrain de parcours. Dans la Montagne Noire, au xixe siècle, les ajoncs, genêts, bruyères et fougères ont de nombreux usages qui étaient probablement déjà les leurs au xve siècle. Les fougères et les bruyères sont utilisées pour la litière des animaux, les fougères peuvent, aussi, être consommées comme un fourrage. Les petits ligneux servent de combustibles pour les fours à pain et pour les fours de tuiliers et potiers485. Les ajoncs sont cultivés : on les coupe tous les trois, cinq ou six ans, on peut en tirer jusqu’à 800 à 2 000 fagots par hectare. Tous les 20 ans, on les arrache ; dans certaines zones, cet ajonc est brûlé, ses cendres donnent de l’engrais, sinon, il sert de combustible pour les tuileries, poteries, fours à chaux. Après une période de repos de deux ou trois ans, on en sème à nouveau sur la parcelle et le cycle recommence486. Gabriel Audisio signale, pour la période moderne, l’existence de ces semis d’ajoncs dans le Finistère487. Le genêt sert, toujours au xixe siècle, à la dépaissance, au lieu de laisser la terre en jachère, on le laisse pousser. Les deux premières années, on y fait pâturer les vaches car elles ne le mangent pas, ensuite les brebis qui, elles, le mangent. On laisse vivre ce genêt cinq ou six ans, il peut être ensuite brûlé sur place, donnant une cendre riche, utilisée comme engrais, sinon, il peut être arraché et servir de combustible. Ensuite, on laboure, on fume un peu la terre, on cultive pendant deux ans, puis on laisse repousser le genêt qui se ressème de lui-même488. Le genêt a d’autres usages : il est répandu sur les chemins, sur le sol, pour en faire du fumier, il est utilisé comme litière car il se décompose très lentement et constitue un isolant qui reste sec. La culture de céréales entre deux cultures de genêt est attestée dans plusieurs régions au xixe siècle. Il est tentant de penser qu’à Montgiscard, Ayguesvives et Montesquieu, on pourrait avoir ce genre de friches périodiques assez longues avec semis d’ajoncs ou de genêts, rien ne permet cependant de conclure à leur existence. Les épineux (aubépines, églantiers, ronces, ajoncs) sont utilisés, au Moyen Âge, pour combler les trous des chaussées : on voit, dans les comptes trésoraires de Castelnaudary, le 6 décembre 1447, un paiement de 5 sous en faveur de G. Lobat, pour trois « trossas despina » qu’il a portées « al malpas de los carretieros que degun home a pe ni a caval noy podia passar »489.

  • 490 Barry (J.-P.) et Le Roy Ladurie (E.), Histoire agricole et phytogéographie, Annales E.S.C., tome 1 (...)
  • 491 Durand (A.), Les paysages..., op. cit., p. 179-181.

203Les friches du Terrefort sont-elles le signe d’un défrichement progressif de la forêt ou le signe de l’abandon de parcelles autrefois cultivées ? La végétation naturelle mentionnée dans les sources peut fournir une réponse. Nous avons vu qu’elle comprend bruyère, genévrier, genêt et diverses broussailles. Le genévrier et le genêt d’Espagne constituent des marqueurs de friches et non de défrichement. D’après J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie490, les genévriers participent à l’évolution post-culturale comme arbustes pré-forestiers et témoignent d’une certaine ancienneté de l’abandon. Avec les cistes et les genêts d’Espagne, « ils précèdent immédiatement la reconstitution de la forêt ». Pour Aline Durand, les genévriers « ne font donc pas référence à une ouverture forestière mais bien à une reconquête par la chênaie »491. Aujourd’hui, effectivement, en Lauragais, les genévriers et genêts d’Espagne sont fréquents sur les coteaux de la Piège qui étaient cultivés encore au xixe siècle. La bruyère arborée marque, par contre, l’ouverture forestière. Elle apparaît dans les fermes situées aux confins du finage de Castelnaudary, en direction de la Montagne Noire mais aussi dans le Terrefort de l’ouest où elle est plus souvent mentionnée que les genévriers, on peut conclure qu’on a davantage de défrichement que d’abandon, ce qu’annonçait déjà la grande quantité de « terres mixtes ». Ultérieurement, il serait intéressant de délimiter les zones à genévriers ou bruyères pour voir comment évolue précisément le finage, quels sont les secteurs d’abandon, ceux de défrichement.

2. La silva

  • 492 Jorré (G.), Le Terrefort..., op. cit., p. 45.

204Nous avons vu que les parcelles qualifiées de bois (bosc) dans les estimes ne représentaient qu’un très faible pourcentage du finage taillable, au maximum 3 % ; une partie des bois est toutefois incluse dans la rubrique « terres mixtes » puisque mêlée de broussailles, mais elle n’atteint pas une grande superficie. Les bois apparaissent peu dans les registres notariés. En 1549, ils ne couvrent que 9,64 % de la surface du Terrefort lauragais ; en 1571, les États demandent qu’il soit commandé « à ung chascun possédant biens et terres de planter arbres à l’entour d’iceulx, attendu que le pais est desnué de foret et de bois »492. Le Lauragais est aujourd’hui très pauvre en forêts ; dans la plaine, des boisements résiduels subsistent autour de quelques fermes ; dans la Piège et le Terrefort haut-garonnais, la forêt a presque totalement disparu, réduite à une friche arborée. Seules les pentes de la Montagne Noire sont boisées sur à peu près les deux tiers de leur superficie, plus qu’elles ne l’étaient au xviiie siècle ou au Moyen Âge.

  • 493 A.D.A., 3 E 9460 f° 65 r°, 1460.

205Les bois taillables mentionnés dans les estimes ont, d’une localité à l’autre, des superficies moyennes allant de 30 ares à près de deux ha ; ces superficies moyennes cachent de très grands écarts, la plupart des parcelles sont de faible superficie mais un individu peut détenir un bois de 10 ou 15 hectares. Les actes notariés confirment la faible superficie habituelle des parcelles. Un bois (nemore seu barta), par exemple, situé à Issel, est acheté par un prêtre bénéficier de Saint-Michel de Castelnaudary, il fait une sétérée et est vendu un écu d’or et 22 doubles493, un prix très bas par rapport à celui des terres labourables. Une transaction, en 1482, entre le précepteur des Hospitaliers et la communauté du Py, donne liberté de posséder deux sétérées de bois dans les campmas pour « faire ses bâtiments », sous réserve de payer deux deniers tolsans par sétérée, le bois peut être vendu librement « pour acheter sel, huile et autres comestibles ».

  • 494 Douze arpents, par exemple, à Avignonet, détenus par Gaillard Lenoir (sans date), et, en 1389, qua (...)

206Les bois nobles apparaissent dans les aveux et dénombrements du registre Ms. 634, ils sont sous-évalués, dans la mesure où, le plus souvent, les vassaux déclarent « X arpents ou sétérées avec terres, bois et friches ». Pour la partie centrale du Lauragais, sont avoués 166 arpents répartis entre Avignonet, Le Marès, Baziège, Gardouch, Montlaur, Noueilles, Montferrand, Airoux, Tréville, Labécède494. Ils occupent, pour l’essentiel, des terres qui ne sont guère favorables aux labours, dans les collines du Terrefort, les environs de la forêt de Saint-Rome, la Montagne Noire. Ces bois sont de taille moyenne, le plus important, à Noueilles, fait 15 cartonnades, soit 60 sétérées (35 ha si la sétérée de Toulouse est utilisée). Les renseignements fournis par ce registre sont, pour l’essentiel, de la fin du xive siècle, ces bois nobles se sont peut-être réduits au xve siècle.

  • 495 Gilles (H.), L’administration royale des Eaux et Forêts en Languedoc au Moyen Âge, Bulletin philol (...)

207Les espaces boisés appartiennent essentiellement au roi. On en trouve dans tout le Lauragais. Henri Gilles, à partir du fonds des Eaux et Forêts, note que Raymond VII, après le traité de Paris, avait essayé d’étendre ses bois, ce qui entraîna des réclamations de victimes de ses empiètements (pour les forêts de Saint-Rome et de Vauré en particulier). Alphonse de Poitiers, à la suite de ces réclamations, prescrivit un certain nombre de restitutions. Quand apparaissent les maîtres des Eaux et Forêts, les rassemblements de terres cessent très vite, si ce n’est lors de paréages, par exemple à Nailloux. Le territoire forestier royal ne bouge guère, du début du xive au début du xvie siècle495.

  • 496 Jorré (G), Le Terrefort..., op. cit., p. 44.
  • 497 Malafosse (L. de), La forêt de Saint-Rome..., op. cit., pp. 95-96.
  • 498 Jorré (G.), Le Terrefort..., op. cit., p. 43.
  • 499 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents.., op. cit.

208Les forêts royales de la plaine sont mal connues, on ne sait, par exemple, où se trouvait celle de Castelnaudary, mentionnée dans un des privilèges accordés en 1356. La forêt de Saint-Rome était la plus importante avec, à son maximum d’extension, 7 000 à 8 000 ha. Elle s’est beaucoup réduite par défrichement, à la fin du Moyen Âge, mais il en reste suffisamment au xvie siècle pour créer un pôle d’insécurité. Pour cette raison, les États de Languedoc demandent à Catherine de Médicis de faire ouvrir de larges percées et en font arracher une partie496. Un bois royal de 162 arpents, avec arbres de haute futaie, subsiste encore en 1666-67, moment où il est entouré d’un grand fossé pour empêcher les animaux d’y aller paître, d’après le rapport de Froidour, Grand-Maître des Eaux et Forêts ; le reste de la forêt constitue alors un fourré impénétrable497. Toute cette zone est, au Moyen Âge, en partie marécageuse, inondée périodiquement par les ruisseaux du Gardijol, de la Thésauque et la rivière de l’Hers. Une forêt royale existe en 1317 à Nailloux, lors de la construction de la bastide. Pas loin de là, se trouvent les forêts de Combescure et d’Orzvals, aux confins de Venerque, Espanès et Issus, et la forêt de Montbrun qui relie la précédente à celle de Saint-Rome. La forêt d’Orzvals avait été donnée à l’abbaye de Saint-Pons de Thomières, en 1080, par Guillaume IV de Toulouse498. Le bois de Combescure est mentionné dans les coutumes de Venerque, on signale qu’il appartient en propre aux habitants499.

  • 500 Gilles, (H.), L’administration royale..., op. cit., A.D.H.G., Castelnaudary E 1.
  • 501 Comptes royaux, 1287-1314, publiés par R. Fawtier et F. Maillard, Paris, 1953-56, n°9088.
  • 502 Certaines de ces forêts figurent dans un état des droits du roi datant du xviie siècle, celle de S (...)

209Dans la Montagne Noire, on trouve la forêt de Vauré, formée par Raymond VII aux dépens des droits d’Aymeri et Jourdain de Roquefort. Cette forêt, au xive siècle, va de Sorèze à la forêt de l’Aiguille (au sud-est de Revel), puis suit le vallon du Laudot jusqu’à Vaudreuille et Dreuilhe, c’est dans cette forêt qu’on bâtit la bastide de Revel ; elle compte encore, en 1616, 177 arpents500. À la forêt de Vauré sont rattachées la forêt de Serreméjean, en indivis entre le roi et l’abbé de Sorèze, celle de Cabres-Mortes, dans les communes des Cammazes et de Saissac et celle de l’Aiguille qui, au début du xviie siècle, s’étend sur 359 arpents entre les Cammazes à l’est, Sorèze à l’ouest et Labécède au sud. Dans le Liber reddituum est mentionnée une Silva Rotunda, entre Villespy et Villemagne, cette forêt n’existe plus dès la fin du xiiie siècle car son territoire est occupé par la bastide de Cenne, « nove bastide de Senna »501. Il existe aussi une forêt royale de Gréousse (Garoussa, Guiroussa) à Issel (qui n’apparaît jamais dans les documents que j’ai utilisés) et une forêt royale à Gaja-la-Selve502.

210Ces bois nobles ou royaux sont-ils en défens ? Les seigneurs ont-ils concédés des droits d’usage ?

  • 503 A.D.A., G 233, p. 689.
  • 504 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 242 v°, 1408, il inféode un pré situé « a bosc deffens ».

211L’essentiel des renseignements provient des chartes de coutumes et ils sont plutôt réduits. La charte de Renneville interdit de couper du bois ou de faire des fagots dans les bois dépendants de la commanderie. La transaction de 1482 concernant la communauté du Py mentionne deux bois des Hospitaliers, dont un de quatre sétérées, en défens, avec interdiction d’y faire paître le bétail, d’y couper du bois ; dans l’autre, on peut faire paître, sous réserve d’autorisation du seigneur. L’évêque de Saint-Papoul possède, entre autres, « unam boriam bonam et pulcram vocatam a Rosilhac que est prope Sanctum Papulum et in decimario beate Marie de Beceta et juridictione de Exilio... item ibidem iuxta boriam unum magnum nemus quo est in denesio » et où l’on ne peut entrer sans sa permission503. À Montgiscard, un bois en défens, appartient, probablement, à A. de Gavarret504.

  • 505 Ceci est mentionné dans les lettres d’amortissement de 1688 de Labécède et dans un relevé de privi (...)
  • 506 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents.., op. cit., p. 336 et p. 341.
  • 507 Dans les campagnes de l’Ouest (Bretagne, Maine, Anjou), au xiiie siècle, on paye même le droit de (...)
  • 508 La ligno, au début du xxe siècle, qualifie les fagots, la « ramo » correspond aux branchages coupé (...)

212Les seigneurs peuvent concéder des droits d’usage dans leurs forêts, même s’ils se réservent des devèzes, nous venons de le voir, dans l’exemple du Py. À Venerque, le seigneur a concédé, moyennant une corvée, le droit de prendre du bois mort dans son bois pour faire des araires ; les habitants ont aussi l’usage d’ » herbes folia et glandes in forastegio », comme c’est la coutume. Le roi a accordé quelques droits d’usage dans les forêts de son domaine, aux communautés d’Avignonet, Fanjeaux, Labécède, Castelnaudary, Revel, Baziège, le plus souvent, le droit de chasse. À Fanjeaux, toutefois, les garennes sont exclues de ce droit, à Labécède, à Avignonet, c’est « la beste rousse et noire »505. À Castelnaudary, parmi les privilèges accordés par Jean d’Armagnac en 1356506, figure une concession (payante)507 de 100 arpents de bois dans la forêt royale (nemoris seu foreste Regie), pour reconstruire les maisons, et le droit de prendre de lignis et fustibus dans les forêts royales de la sénéchaussée, pour reconstruire le château royal. Les habitants de Montgiscard et d’Avignonet ont, eux aussi, obtenu le privilège de prendre du bois de chauffage et d’œuvre dans les forêts royales (capere de lignis et fustibus forestarum Nostrarum infra senescallias Nostras Tholose et Carcassonne existencium, ad eorum usum et edificia facienda). À Baziège, les habitants ont obtenu le droit de ramasser le bois mort et de faire paître dans la forêt de Saint-Rome : « accipiendi et portandi pro suis usibus de lignis cadentibus dum taxat foreste Sancti Romani et in ea cum suis animalibus depascendi, prout in dictis locis fieri debet »508. À Revel, ce sont 100 arpents du bois de Dreuilhe qui sont concédés lors de la fondation de la bastide, la coupe sera utilisée pour le chauffage des fours construits par les consuls. Fours et bois seront propriété de l’universitas en échange de 100 £ de cens annuel versé au roi pour les fours et 10 £ de cens pour les 100 arpents de bois. Pour droit d’entrage (pro intragiis dicti nemoris), 600 £ tr sont à payer en six ans, à raison de 100 £ par an, le premier paiement se faisant à la Toussaint suivante. Pour le reste, l’universitas paiera chaque année 100 £ en trois termes (un tiers à la Toussaint, un tiers à la Chandeleur, un tiers à l’Ascension). On a donc un bois communal dans cette localité de la Montagne Noire.

  • 509 Plaisance (G.), Les droits d’usage forestiers et leur vocabulaire, Cahiers d’études comtoises, 12, (...)

213Les droits d’usage dans les forêts se retrouvent dans toutes les régions : droits au bois, qu’il soit d’œuvre ou de chauffage, droits de pâturages, droits de feuillée. Les usagers ont parfois droit au bois pour clore (parcs fixes et mobiles pour le bétail...), au bois pour charnier ; le droit de feu peut s’étendre aux espèces secondaires (saule, aulne, genévrier, ronce, houx)509, ce qu’on n’a peut-être pas en Lauragais.

  • 510 Durand (A.), Les paysages..., op. cit., p. 390.

214La forêt fournit du bois de chauffe et du bois d’œuvre. Le bois est utilisé pour les planchers, les charpentes et les parois des maisons, puisque, j’y reviendrai, le système du pan de bois est utilisé en Lauragais (avec du pisé ou de la bauge comme garnissage, le tout recouvert d’un crépi). La carpologie confirme l’utilisation de bois locaux, Aline Durand trouve à Molleville, sur la motte du Mourrel, des environs de l’an Mil, du chêne pubescent, à Laval-Basse, à la fin du Moyen Âge, du hêtre, du chêne pubescent, du chêne pédonculé, de l’orme champêtre510. Le bois est utilisé, aussi, pour la fabrication d’échalas, d’instruments agricoles, de palissades pour interdire l’accès des parcelles mises en défens. Les châtaigniers, par exemple, sont utilisés presqu’entièrement, les tiges servent pour fabriquer les cercles des tonneaux, les planches pour la réalisation des cuves, des futailles, la feuille est mangée par les moutons, sert de litière, les fruits sont consommés par l’homme et l’animal. Le bois peut servir de combustible, ainsi que les broussailles, pour les tuileries, les fours de potiers, les forges, les verreries. On peut aussi faire du charbon de bois, un seul toponyme « a la carbonieyra », à Montesquieu, y fait référence. Une vente de coupe est réalisée pour, entre autres, « carbonos facere ». Il est probable que les écorces de chêne étaient utilisées par les tanneurs, les cendres par les teinturiers, même si les actes de la pratique n’en parlent pas.

215Les forêts offrent un espace de pâture aux troupeaux, les glands, châtaignes et faînes sont consommés par les porcs, les feuilles basses et les herbacées par les moutons et même les chevaux. Elles fournissent des compléments alimentaires aux hommes : des graines qui sont panifiables, si nécessaire (châtaignes, faines, noisettes, glands), des fruits (arbouses, pommes, poires et prunes sauvages, merises, prunelles, sureau, mûres). La cueillette de tous ces produits permet un apport intéressant de glucides pendant quelques mois, les grains peuvent, de plus, se conserver facilement. La forêt offre aussi les ressources du gibier. La liberté de chasser figure, nous l’avons vu, dans les chartes de coutumes de Caraman, Labécède, Lanta, Le Py, Saint-Félix, Verdun, Villepinte ; elle existe aussi dans les seigneuries du domaine royal comme Avignonet, Castelnaudary, Fanjeaux, Labécède, Revel. Au Py, les habitants ont liberté de chasser les animaux « gros et petits », le précepteur des Hospitaliers retient une part des prises : « apero sive porco silvestri venando et capiendo capite et carterio anteriori », sur les autres « feris silvestribus venandis et capiendis capite et carterio posteriori ». A Cumiès, les tenanciers peuvent chasser et faire chasser les bêtes, grosses et petites, qu’il est habituel de « venari et capere » sur le territoire, y compris le sirogrillus (lapin). Si la capture du gros gibier est difficile, ce ne doit pas être le cas des lièvres, des lapins et des oiseaux que l’on peut prendre avec des filets, des collets, de petits pièges. On peut vendre librement ses prises, pour la consommation et la pelleterie (y compris, à Revel et à Montgeard, les peaux de renards), sans payer de taxes.

  • 511 Par exemple, A.D.A., 3 E 1496 f° 56 v°, 1468. Cette emphytéose concerne 200 sétérées de nemus seu (...)
  • 512 A.D.H.G., 3 E 10159 f° 12 v°. Le terme employé est collogium.
  • 513 Tonsura nemorum, d’après du Cange : jus exscindendi et colligendi ramos.
  • 514 A.D.H.G., 3 E 10162 f° 47 v°, 1408.

216Quand les bois apparaissent dans les registres de notaires, ils sont vendus ou donnés en emphytéose511 ; quelques actes rarissimes consistent en vente ou location d’une coupe de bois (qui est à faire) et location de bois. Dans le cas d’une location de bois, le preneur peut, probablement, couper les bois taillis, ramasser les divers produits comestibles, faire paître son bétail. Les locations sont généralement de courte durée, une, toutefois, est de 29 ans512. Les ventes de tonsura513 se font, le plus souvent, pour une année ; un forgeron de Montlaur, toutefois, Bérenger Vitalis, achète la « tonsura » d’un bois d’un demi-arpent pour trois ans, il doit encore deux écus d’or au vendeur, Pierre de Montbrun, de Baziège ; il peut « sindere (fendre, couper) liusa ? et carbonos facere »514.

  • 515 A.D.H.G., 3 E 10159 f° 33 r°.
  • 516 A.D.A., 3 E 1494 f° 40 r°, 19 janvier 1423.
  • 517 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 168 r°, 2 janvier 1408 (n. st.).

217Le plus souvent, les actes n’indiquent pas la superficie des bois loués, il est impossible de savoir si un bois rapporte beaucoup à la sétérée. La « tonsura » d’un bois situé « près le grand bois de Pouze », à Montgiscard, est vendue 6 £ par le bayle de l’hôpital Notre-Dame et Saint-Jacques, à Arnaud Barravi515. La « tonsura » d’un bois situé à Issel, près du campmas de Jean de Malaserra, à la Roquilhola, est vendue par celui-ci à Guilhem de Sancto Petro, habitant du lieu, pour 11 £ 5 s tr, la moitié à payer à la prochaine Sainte-Marie-Madeleine, le solde l’année suivante ; le preneur payera apparemment quand il aura commencé à vendre le bois coupé516. Un acte concerne la forêt royale : P. de Serra, « castellanus foreste regii de Sancto Romano », commissaire député par le sire de Roqueville, Maître des Eaux et Forêts, « vend et arrente » à G. de Pimi, de Villenouvelle, pour trois ans, les « tonssurarum illarum bartarum antiquarum seu nemoras regiorum » situés, en deux parcelles, près du château royal de Belbèze, il doit avoir « ligna eorumdem nemorum », sauf le bois ou les arbres réservés soit 12 à l’arpent, comme c’est la coutume de le faire, au prix de 42 £ tr petits, à payer en deux fois517. Cette forêt de Belbèze n’est pas mentionnée par ailleurs.

218Aucun document du bas Moyen Âge ne décrit la façon dont on exploite les forêts, on peut supposer que les usages locaux tels qu’ils sont codifiés au xixe siècle ne diffèrent pas beaucoup de ceux du Moyen Âge. À Montgiscard, les bois taillis sont alors coupés tous les 12 à 18 ans, selon la force du bois, à Villefranche tous les cinq ou six ans, le bois levé (futaie) tous les 20 ou 25 ans. On coupe du 15 octobre au mois d’avril, plus généralement en décembre, janvier, février, l’enlèvement du bois se fait assez tôt, avant le 15 avril, en mai au plus tard. Dans la Montagne Noire, au xixe siècle, les taillis de chênes (rouvre, tauzin et vert), de hêtres, de frênes, d’ormes champêtres, d’érables champêtres sont coupés tous les 15 à 20 ans, les taillis de châtaigniers tous les six à huit ans.

  • 518 Durand (A.), Dictionnaire du Moyen Âge, article forêt, p. 546.

219La silva, en Lauragais comme partout, « élément indispensable de l’équilibre de l’écosystème médiéval et de la construction du paysage rural », « est un espace apprivoisé, anthropisé, voire entretenu et aménagé »518.

  • 519 Comme le dit M. -P. Ruas, pour Durfort, Ruas (M.-P.), Bioarchéologie..., op. cit., p. 21.
  • 520 Bertrand (C. et G.), La mémoire des terroirs, Pour une archéologie agraire, op. cit., p. 15.

220Le Lauragais connaît, à la fin du xve siècle, une production végétale (blés, pastel) intensive dans la dépression axiale, l’essentiel du finage est consacré aux terres labourables, les bois et friches sont rares. On trouve aussi de la vigne sur tous les terroirs favorables et du maraîchage, vivrier ou destiné à la vente, dans des jardins urbains ou situés à proximité des murailles. Sur les marges de la plaine et, surtout, dans le Terrefort, apparaît un important saltus, mais un saltus productif destiné à l’élevage et exploité (combustibles, fruits sauvages, etc.). Il est douteux qu’il soit constitué par de très longues jachères telles celles repérées sur les marges du Languedoc oriental par Aline Durand. Les habitants maîtrisent le territoire et ses ressources519, ils profitent de finages où les aptitudes des sols sont contrastées. « Les écosystèmes naturels, terrestres ou aquatiques ne sont plus que des compartiments modifiés et aménagés de l’espace rural, exploités pour produire de façon plus ou moins intensives des récoltes végétales ou animales : forêts conduites en taillis ou en futaie, friches et landes incendiées et pâturées ... »520.

III. L’ÉLEVAGE521

A. Les ventes et les gasailles

221Les renseignements concernant l’élevage proviennent, pour l’essentiel, des registres notariés. Les animaux apparaissent à l’occasion de reconnaissances de dettes, car leur achat n’a pas été payé (en tout ou partie) ou car un échange de valeur inégale a été pratiqué et reste à compenser (trois occurrences seulement). Ils sont aussi l’objet de ce qu’on appelle en Toulousain un contrat de gasaille, c’est-à-dire un bail à cheptel. Les actes concernant le bétail représentent 18,15 % du total des actes notariés provenant des localités du Terrefort occidental et 13,89 % de ceux provenant du Lauragais oriental. Les contrats de gasaille constituent les deux tiers des actes du Terrefort (217 sur 335) contre un tiers seulement de ceux de la plaine de Castelnaudary (46 sur 153). Le Terrefort, comme le laissait penser la présence d’un important saltus, est orienté vers la production de bétail et, surtout, le nourrissage d’animaux baillés par des propriétaires de la plaine lauragaise ou de Toulouse et, l’hiver, d’animaux venus des Pyrénées.

222Les actes notariés ne donnent qu’une vision partielle du bétail vendu ou donné à bail car des contrats pouvaient être conclus à Toulouse lors des déplacements des macelliers et marchands du Lauragais. Les achats payés au comptant ne nécessitaient pas un passage par-devant notaire et beaucoup de gasailles devaient se conclure oralement ou par écriture privée. Il est totalement impossible, à cause de cela, de noter, à partir des registres notariés, si le système du bail à cheptel se développe pendant la période 1380-1520.

Les ventes

223Plus de la moitié des actes de vente, qu’ils proviennent de la plaine (Castelnaudary et les villages de la bailie) ou du Terrefort occidental, concernent des équidés ; les bovins arrivent en seconde position, représentant 16 % des ventes à l’est, 25 % à l’ouest, les mules et ânes n’apparaissent pratiquement qu’à l’est du Lauragais et représentent 15 % à peu près des actes, ovins et caprins font l’objet de 5 % des actes à l’ouest, 10 % à l’est. Les ventes de porcins sont très rares (quatre occurrences), la majorité des clients doit acheter un unique porcelet pour l’engraissement et le paye comptant. Volailles et pigeons ne sont pas mentionnés dans ces types d’actes, pour des raisons de faible coût, ils apparaissent seulement à titre de redevances à l’occasion des baux à court terme et des emphytéoses.

  • 522 A.D.A., 3 E 1494 f° 95 r°.
  • 523 Par exemple, A.D.H.G., 3 E 10097 f° 22 v° : 200 ovins vendus par un habitant d’Ayguesvives, 30 déc (...)
  • 524 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 19 r°.
  • 525 Quelques chevaux de selle sont appelés roncins comme les chevaux de labour, ainsi un roncin est ve (...)
  • 526 Baron Trouvé, Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Firmin-Didot, 1 (...)
  • 527 Mistral (F.), Lou Tresor..., op. cit., bravo : génisse, brau, brave : taureau.

224Le gros bétail se vend, le plus souvent, à l’unité, sauf les bœufs, vendus généralement par paire, et quelques juments, vendues avec leur poulain. On trouve, très rarement, des transactions portant sur de petits troupeaux de bovins. Quelques actes sont imprécis, on a vendu « un certain nombre d’animaux », « une certaine quantité de porcs »522. Les seuls véritables troupeaux sont ceux constitués par les ovins ; ils comptent, en moyenne, une centaine de têtes523. Parfois, quelques chèvres sont mêlées aux moutons, par exemple, un marchand de Villenouvette, le 2 novembre 1447, achète 87 ovins et huit chèvres524. Les chevaux (roncinus, en majorité, mais aussi equus)525 sont plus nombreux que les juments (equa, gimenta), souvent vendues avec leur poulain (polinum, polina, pullo). Elles sont utilisées pour certains travaux (hersage, charroi léger, dépiquage) et comme poulinières. Quelques mules sont mentionnées, utilisées pour le transport mais aussi, peut-être, pour les labours, comme c’était le cas au xixe siècle526. Les bovins sont surtout des bœufs de labour qui sont vendus par paire dans un peu plus de la moitié des occurrences ; les vaches sont peu nombreuses, elles peuvent être utilisées aussi pour les labours (en Montagne Noire, c’était encore le cas au siècle dernier) et pour la reproduction. Quelques taureaux et génisses sont aussi commercialisés : un « bravi tersso » (de trois ans), des « bravos sive bobes »527.

  • 528 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 61 r°.
  • 529 A.D.H.G., 3 E 10166 f° 125 r°.
  • 530 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 101 r°.
  • 531 A.D.H.G., 3 E 10154 214 r°.
  • 532 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 283 r°.
  • 533 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 197-198. Les autres zones productrices vendant à Toulouse (...)

225Les animaux vendus sur les marchés sont souvent produits en Lauragais. Des marchands locaux, propriétaires de fermes, interviennent dans ce commerce, tels Bertrand de Nabona, de Montesquieu, Jean Abercen, lui aussi de Montesquieu, Aymeric Beneyci, de Montgiscard, Bartholomé Ricard, de Castelnaudary. Des laboureurs achètent et vendent des bœufs de labour, des chevaux, à d’autres laboureurs : J. de Podio, laboureur de Grepiac, doit deux écus d’or et un franc à B. Bocheri, laboureur de Montesquieu, pour une jument528. Les macelliers achètent, pour la consommation, des animaux de réforme, ou rarement, des bœufs gras : des bœufs « de grays » apparaissent dans une vente de printemps529. Les achats portent parfois sur de petits troupeaux, un macellier de Montgiscard achète 24 bovins à Aymeric de Miralhiis, un marchand du lieu530. Ces bovins peuvent être mis à l’engraissement pendant quelques mois, confiés en gasaille. Les macelliers achètent aussi des troupeaux de moutons qu’ils donnent à bail pour le croît : Arnaud de Rivalli donne ainsi 140 ovins en gasaille pour deux ans531 ; Raymond Poncii, de Montgiscard, en donne 93532. Le Lauragais vend même ses moutons à Toulouse533.

  • 534 A.D.A., 3 E1497 f° 9 vo.
  • 535 A.D.A., 3 E 9444 f° 55 r°.
  • 536 A.D.A., 3 E 9468 f° 80 v°.
  • 537 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 195-197.
  • 538 Forest (V.) et Rodet-Belarbi (I.), Ostéométrie et morphologie des bovins médiévaux et moderne en F (...)
  • 539 Le Roy Ladurie (E.), L’ethnographie à La Rétif, Le territoire de l’historien, pp. 337-397.

226Des Toulousains ou Ariégeois interviennent aussi dans le commerce du bétail. R. Auriolli, docteur ès lois, régent de l’Université de Toulouse, vend 72 « animaux de laine » et 45 agneaux à P. Clareti, un laboureur de Castelnaudary534. Des macelliers de cette ville achètent trois bœufs à un marchand de Mirepoix535, 216 moutons à un marchand de Préserville536. On n’aperçoit pas de vendeurs de bovins venus du Cantal, du Haut Limousin, du Rouergue, alors qu’on en trouve sur les foirails toulousains537, peut-être les macelliers du Lauragais achetaient-ils leurs bêtes à Toulouse, peut-être se contentaient-ils, pour l’essentiel, de la production locale et de quelques bêtes venues des Pyrénées proches. Tous ces animaux, malgré une augmentation de leur format depuis le xiiie siècle sont plus petits qu’aujourd’hui538, au xvie siècle encore, un porc donne 60 kilogrammes de viande, une vieille brebis, 20 à 25 kilos539.

  • 540 Marandet (M.-C), Une ville policée..., op. cit., pp. 209-211.
  • 541 A.D.A., 4 E 138/1 G 1.

227Divers indices montrent qu’en Toulousain comme ailleurs, la consommation de viande est forte à la fin du Moyen Âge : grand nombre de macelliers figurant dans les registres notariés, existence de trois marchés à la viande à Castelnaudary540, multiples impôts frappant la vente des produits carnés. Les réserves de viande salée sont notées dans les estimes de Fendeille de 1428, beaucoup de familles détiennent encore, au mois d’avril, un porc salé ; Jean Ebles, un des plus riches habitants du village, déclare trois porcs salés et deux carterias de carn salada541.

  • 542 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 304 v°.
  • 543 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 236 v°.
  • 544 Sicard (G.), Le métayage dans le Midi toulousain..., op. cit., p. 60.
  • 545 A.D.H.G., 3 E 8566 f° 131 v°, f° 96 v°.

228Les prix des animaux sont très variables. Fin xive siècle, un bœuf coûte de 8 à 12 £, un roncin de 6 £ à 12 £, un mouton de 20 à 28 ou 29 sous (en troupeau, ce qui est moins cher qu’à l’unité). Début xve siècle, la paire de bœufs, probablement dressés (au xixe siècle, les bœufs sont castrés à trois ans et dressés quand ils ont quatre ou cinq ans), vaut de 11 £ à 24 £ 10 sous, le plus souvent 14 à 16 £, la mule ou le mulet 10 £, le roncin 5 £, en général, il peut toutefois atteindre les 11 £. Le mouton (en troupeau) coûte 10 à 12 sous ; dans un cas, le prix à l’unité n’est plus que de 3,33 sous (33 moutons sont vendus 5 £ 10 s tr)542, le troupeau est en mauvais état ou le vendeur connaît de grandes difficultés financières. Une truie coûte 10 sous parisis543. Vers la mi-xve siècle, les prix semblent baisser, le bœuf est vendu le plus souvent 6 écus (8 £ 5 sous), le cheval deux à quatre écus (de 2 £ 15 sous à 5 £ 10 sous). Le mouton, vendu en gros, atteint des prix très variables, 200 moutons sont vendus pour 35 écus soit 4,81 sous le mouton, 87 moutons et 8 chèvres pour 28 écus soit 8,1 sous l’unité ; les vendeurs viennent du Sabarthès (Ariège), les ventes ont lieu au début novembre, quand on ne trouve plus de pâtures en montagne. Un prix très faible est indiqué par Germain Sicard pour 1433, 200 moutons ne coûtent que 30 livres544 soit 1,2 denier le mouton. Dans les estimes de Montesquieu del485 figurent des allivrements d’animaux, un peu inférieurs à la valeur vénale, si le système utilisé est le même que pour les biens immobiliers. Douze vaches sont allivrées 24 £, 100 brebis, moutons et chèvres 10 £, une vache vaudrait à peu près 2 £, un mouton 2 sous. À Fendeille, en 1495, deux roncins sont allivrés 5 sous, huit vaches, 8 sous, 52 brebis, 6 sous. Dans ce village, le cabal est allivré à un quarantième de sa valeur vénale, le roncin vaudrait donc 5 £, la vache, 2 £, la brebis, 4,5 sous. Quelques ventes de troupeaux de bovins signalent des prix de cet ordre : 22 bovins sont vendus 45 écus, 30 bovins, 60 écus545. Les prix se maintiennent à leur niveau des années 1450.

  • 546 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 5 r°, 27 mai 1447.

229L’évolution des prix des bovins et équidé est à peu près la même en Lauragais. Il est très difficile, par contre, de noter l’évolution des prix des ovins et porcins, on aperçoit de très grosses différences, à la même date, allant du simple au double, l’état sanitaire des bêtes doit jouer particulièrement, ainsi que la pénurie de pâtures pour les ovins. Les prix des animaux sont aussi liés à leur âge, leur race, le fait que les bœufs et les chevaux sont dressés ou non, que les femelles sont gravides ou non, et fonction de l’état économique du vendeur. On peut, dans l’exemple suivant, se demander s’il est effectivement question d’un cheval de très grand prix ou d’un prêt dissimulé : Jean Abercen (sic), marchand de Montesquieu, et noble Guilhem Raymond de Garrigia ont échangé deux chevaux, Guilhem Raymond doit 15 écus d’or (à 27 sous 6 deniers tr) car le cheval fourni par J. Abercen vaut plus que le sien, il doit payer à la Toussaint avec les oblies en argent qu’il perçoit dans les deux villages dont il est seigneur, si elles ne suffisent pas, il doit donner celles perçues en blé546. La différence de prix entre les deux animaux correspond à la valeur de trois ou quatre roncins moyens.

Les gasailles

  • 547 Pour les détails, cf. Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 205-211.

230Il existe plusieurs types de gasailles (gasalha) associant travail et capital de diverses manières547.

  • 548 A.D.A., 3 E 9445 f° 16 r°.
  • 549 A.D.A., 3 E 9445 f° 9 v°.
  • 550 Par exemple, 22 bovins qui doivent être « vendus ou aliénés à l’utilité du preneur et des deux bai (...)
  • 551 A.D.A., 3 E 1493 f° 80 v°.
  • 552 A.D.A., 3 E 9445 f° 9 v°.
  • 553 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 236 v° (l’acte est passé un 25 décembre).
  • 554 A.D.A., 3 E 1493 f° 107 r°.

231Beaucoup d’entre elles concernent des bovins ou équins destinés au travail (labours, charrois) et, accessoirement à la reproduction. Dans ce cas, le preneur doit payer un affanage (ou bladata), indemnité qui compense l’usure des animaux, par exemple « pro affanagio sive labore » un setier de froment pour une jument avec poulain548, deux setiers de froment pour une paire de mules549. L’estimation des animaux est faite en début et fin de gasaille par de « probes hommes ». Le second type de gasaille consiste à confier un troupeau à un individu qui va s’en occuper. Il s’agit d’engraisser des bêtes pour la boucherie550 (dans ce cas, il n’y a pas d’affanage à payer) ou d’élever des animaux de rente (essentiellement les ovins) dont on vendra et partagera les produits (fromages, laine, agneaux). La durée des baux de gasaille est, le plus souvent, d’un an, elle est parfois un peu plus longue pour les bovins : trois ans pour 11 bêtes551, trois ans encore pour cinq vaches et trois velles552. En fin de contrat, les animaux sont estimés et, le plus souvent, vendus, le bailleur récupère son capital et les profits sont partagés entre bailleur et preneur. Parfois, un individu achète une bête à un paysan et la lui redonne en gasaille : Germain Johannis junior, de Deyme, vend à Pons Fabri, mercier de Montgiscard, une truie pour 10 sous parisis et il la reprend en gasaille pour un an. L’acheteur doit donner pour chaque tessonata (portée) et pour nourrir les tessous un setier de son553. La pauvreté doit expliquer ces pratiques. Certaines gasailles constituent un complément à un contrat de travail : Roger de Turre, damoiseau, seigneur de Montauriol, donne un bœuf en gasaille à un habitant du lieu et à son fils, ils doivent « laborare et septenare » six sétérées qui lui appartiennent, il doit payer la moitié du bois et du fer (pour l’araire) et leur donner, pour leur travail, 5 £ tr et 7 setiers de froment, ils peuvent utiliser à leur profit le fumier fourni par l’animal554.

  • 555 219 exemples en Lauragais occidental (116 gasailles portent sur des équidés, 47 sur des bovins, 29 (...)
  • 556 22 bovins, A.D.A., 3 E 1493 f° 34 v°, huit bovins, A.D.A., 3 E 1494 f° 28 r°.
  • 557 A.D.A., 3 E 9445 f° 9 v°.
  • 558 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 222 r°, une polina d’un an, ferrée des deux pieds.
  • 559 A.D.H.G., 3 E 10154 F 34 v°. A.D.H.G., 3 E 10154 F 289 r°, 73 ovins et quatre chèvres ; A.D.H.G., (...)

232Dans la documentation apparaissent des contrats de gasaille simples, qui sont de purs baux à cheptel et d’autres qui s’ajoutent à des baux de fermage ou métayage. Les gasailles « simples », surtout fréquentes en Lauragais occidental, concernent essentiellement des équidés, alors qu’en Lauragais oriental, bovins, équidés et ovins sont l’objet d’à peu près le même nombre de contrats555. Les bovins sont surtout des bœufs, 131, contre 30 vaches et six veaux (budel) ou velles (budelo) ; ces derniers sont baillés avec leur mère, un acte précise même que le veau tête. Les bœufs sont, le plus souvent, donnés par paire, ce sont des animaux de labour ; quatre petits troupeaux de huit, 11, 16 et 22 bœufs, destinés à l’engraissement, sont mentionnés556. Un chanoine de Saint-Michel de Castelnaudary, Jean La Terrade, propriétaire d’une ferme, donne en gasaille cinq vaches levantes (gravides : leva, leba, levar : accoucher, porter, produire) et trois velles d’un an, d’une valeur de 24 £ ; elles doivent être estimées à la fin de la gasaille, les 24 £ de capital seront remises au bailleur, le gain partagé également entre bailleur et preneur557. La totalité des équidés gasailles en Lauragais oriental sont des femelles, parfois accompagnées de leur poulain. Dans les localités de l’ouest, les roncins sont nombreux mais minoritaires : 53 pour 70 juments et 30 poulains ou pouliches ; 21 juments sont gasaillées avec leur petit (parfois même avec deux poulains d’un et deux ans), d’autres poulains ou pouliches sont gasaillés seuls. Ces chevaux et juments sont utilisés pour les labours, le hersage, le transport, mais aussi pour la monte ; on les gasaille accompagnés de leur bât, de leur selle, ils sont parfois ferrés des deux ou quatre pieds558, un âne est aussi donné à bail, bâté et ferré des quatre pieds. Les troupeaux de moutons comptent de 9 à 200 bêtes, le chiffre médian s’établit à 80. On ne précise pas toujours s’il s’agit de moutons, brebis ou agneaux, ce sont des « bêtes à laine ». Quelques actes détaillent la composition du troupeau, un, par exemple, compte 89 brebis, neuf moutons et un bélier. La production d’agneaux et de fromage est recherchée, tout autant que celle de laine. Ces animaux, quand on indique leur âge, ont un an, deux ans, ils sont aptes à reproduire (les brebis, au xixe siècle, sont couvertes à un an et demi). On ne mentionne jamais de vieilles brebis, elles devraient pourtant apparaître, on ne les réforme qu’à une dizaine d’années ; peut-être reconduit-on oralement le bail d’un troupeau avec le même preneur, s’il a donné satisfaction. Parfois, ces troupeaux d’ovins comptent quelques chèvres, ainsi, un troupeau est formé de 55 ovins et trois chèvres559. Les troupeaux de chèvres sont très rares et comptent, au maximum, une trentaine d’individus, et, le plus souvent, moins de dix. Des truies (troyas sive suas) sont gasaillées pour la reproduction, sur plusieurs années, elles sont, parfois, accompagnées de leurs petits (porcellos, tessonos, tessous). Les portées signalées sont de faible importance (deux ou trois porcelets), on arrive, exceptionnellement, à sept ou neuf. L’engraissement des jeunes porcins s’effectue sur un an, la clôture de la gasaille se fait à la Toussaint ou à la Saint Martin, au moment habituel de la tuerie.

  • 560 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 236 v°, il donne du son pour chaque portée.
  • 561 A.D.A., 3 E 1494 f95 v°, même chose au F 100 v°.
  • 562 A.D.A., 3 E 9445 f° 42 r°, 29 septembre, 42 v°, 30 septembre.
  • 563 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 310 r°.
  • 564 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 145 v°.

233Les produits provenant d’animaux de croît sont partagés de façon plus ou moins équitable. Les porcelets, par exemple, sont vendus et le gain divisé en deux ; le bailleur en retient, parfois, un par portée, chaque année560. Certains bailleurs d’ovins partagent également les produits avec le preneur, ainsi, un bail de 30 ovins et deux chèvres, prévoit un partage en deux de la laine, tous les ans, et, à la fin de la gasaille, un partage en deux des animaux561. D’autres bailleurs se réservent la plus grosse part des produits : deux bailleurs de Castelnaudary donnent en gasaille 150 « animaux de laine », le 29 septembre 1411, ils doivent avoir, à leur choix, trois agneaux sur cinq et les trois cinquièmes de la laine ; ils passent un contrat du même type, le lendemain, toujours pour 150 ovins562. Bernard Engilbert donne la moitié de ses biens à Bernard Pelegrini qui doit, en échange, exploiter la borie du donataire ; les moutons et chèvres de Bernard Engilbert sont, eux aussi, divisés entre donateur et donataire. Ce dernier doit payer la moitié des gages du berger qui s’en occupe et doit donner, chaque année, à B. Pelegrini, un carton de son et un demi carton de fèves pour la nourriture des agneaux et des chevreaux, il reçoit 10 fromages par an563. P. de Lissaco donne 70 ovins en gasaille à Bernard de Bruguario et à son fils, demeurant borie de la Terrassa, ceux-ci doivent lui fournir 30 fromages par an, ce qui doit représenter une bonne part de la production annuelle564. La production de fromages de chèvre et de brebis est souvent attestée dans les sources (caseram pro tenendo caseos dans un inventaire...), un emplacement est même prévu pour les vendeurs de fromages sur le marché de Castelnaudary.

  • 565 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 32v° 34 v°, 82 r°.
  • 566 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 225 r°.
  • 567 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 232 v°.
  • 568 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 33 r°.

234Les personnes qui donnent des animaux à bail sont, souvent, des habitués, des investisseurs qui trouvent ce système profitable, des marchands, comme Aymeric Beneyci, des bourgeois de Toulouse, des macelliers, des notaires. Dans le seul registre 10154, Aymeric Beneyci donne en gasaille une truie avec trois petits, deux truies « crestaras » (crestado : truie châtrée, selon Frédéric Mistral), quatre roncins, 186 ovins, 30 caprins, neuf bœufs, une jument, un poulain, une pouliche, tous ces animaux sont estimés pour plus de 204 £. La gasaille est un investissement courant pour Paul Caussani de Montbrun, qui donne un bœuf en gasaille en décembre, 55 ovins et trois chèvres en janvier, un autre bœuf en novembre suivant565, Raymond Maurini, de Montgiscard, qui baille une jument le 1er mai, un roncin le même mois, huit bœufs et trois roncins quelques mois plus tard. Les clercs semblent s’intéresser à ce type d’investissement : le recteur de Belbéraud confie six juments, deux bœufs, sept « bêtes » en gasaille en une année. Les bailleurs peuvent être, aussi, des amateurs qui placent de petites sommes dans l’achat d’une bête destinée à la reproduction ou au travail, un fabre (forgeron) donne une jument en gasaille, le serviteur d’un macellier, un roncin, un autre fabre, toutefois, donne 80 moutons à bail. Quelques individus trouvent particulièrement rentables ces baux à cheptel. Pierre de Campis, un pelhier (fripier) de Montgiscard, donne deux truies, trois porcellos masculos et deux tessonas sive porcellas en gasaille, le 15 octobre, pour un an, à un laboureur de Gardouch, il lui prête aussi un écu d’or et doit donner, pour chaque tessou, 4 gros d’argent566. Sa femme, le 26 novembre, donne en gasaille une truie et deux « porcellos » blancs, pour un an, à un laboureur, elle doit donner 5 sous tr pour l’alimentation de chaque « tessou »567. Le bailleur donne parfois du son pour chaque portée568.

  • 569 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 62 v°, f° 69 v°.

235Des laboureurs donnent en gasaille du bétail à d’autres laboureurs : Arnaud Servini, du campmas de Pechfournié, à Montesquieu, tient une jument et une pouliche de Guilhem de Cruzello, laboureur d’Ayguevives, Bernard Ayneri, laboureur de Montesquieu tient une jument et une pouliche d’un autre laboureur de Montesquieu, Raymond Galoffini569 ; ces familles, au vu de ce qu’elles déclarent dans les livres d’estimes, sont aisées. Des habitants des villages de la Piège, par exemple, P. Panabol, de Payra, Aymeric Ricardi, de Payranel, prennent des bovins en gasaille, la pâture s’effectue sur les collines, la plaine, nous l’avons vu, ne laisse guère de place aux troupeaux. Les preneurs d’animaux à bail ne sont pas forcément des paysans : un savetier tient en gasaille 70 ovins, il doit probablement, comme B. Engilbert et B. Pelegrini, embaucher un berger pour s’occuper du troupeau.

  • 570 A.D.H.G., 3 E10160 f° 68 v°.

236À l’occasion de la passation de baux à court terme, les bailleurs donnent en gasaille, mais le terme n’est pas forcément employé, le bétail de labour (bœufs, vaches, chevaux et juments), et, parfois, du bétail de croît. Par exemple, une ferme est donnée en métayage à moitié, le bailleur fournit cinq bœufs de labour, trois vaches gravides, un veau de trois ans, un de deux ans, deux d’un an et deux chevaux, le tout valant 74 francs570. Généralement, et j’en reparlerai à propos des baux de faire valoir, les preneurs doivent rembourser les bêtes à la fin de la location ou un tant par an. Jusqu’à fin de paiement, les bêtes sont en gasaille à partage des gains et pertes.

  • 571 A.D.H.G., 3 E 10154.

237Les prix de vente des animaux indiqués dans les reconnaissances de dettes sont plus élevés, en moyenne, que ceux fournis par les estimations lors des baux à cheptel, confirmant la présence d’un intérêt : le roncin ou la jument sont ainsi évalués, en moyenne, 7 £ 5 sous, contre un prix moyen de vente de 8 £ 5 sous. L’estimation des ovins est aussi variable que leur prix de vente ; dans un même registre, un mouton (en troupeau) est estimé 4,28 sous, 5 sous, 12 sous, 13 sous571.

  • 572 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 377 r°.
  • 573 En Provence, les animaux ne sont pas assortis, Coulet (N.), Aix-en-Provence, espace et relations.. (...)
  • 574 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 119 v°.
  • 575 Trois tessous poil blanc, A.D.H.G., 3 E 10154 f° 253 v°. Une truie blanche, A.D.H.G., 3 E 10154 f° (...)

238La couleur du pelage des animaux est généralement indiquée. Les bœufs sont souvent roux ou bruns (ruphi, vermelli, rubei, castanh), quelques animaux tachetés sont mentionnés (mascarat, albi et ruphi), un bœuf est « rubey » avec « caude galhata », un autre « rubey » avec un signe noir sur un côté572. Les bœufs d’un même attelage ne sont pas forcément assortis, on achète un bœuf blanc et un brun (vermelh), un couleur châtaigne et un blanc573. Les mules et mulets sont surtout noirs, mais aussi bruns (rossi, ruffi, morenc, falbelli). Les chevaux présentent la plus grande variété, près d’un tiers ont une robe dans les gris (moreu, gris moreu), un autre tiers dans les bais (boyard, boyard oscuri, ruphi, roan, rubei), mais ils sont aussi falbelli, moreu, moreu beyart, gris, blancs, noirs, noir moreu. Un cheval est ruphi avec quatre pieds blancs, un autre noir avec étoile blanche sur le front574. Les porcs dont la couleur est mentionnée sont blancs575, on le précise, peut-être, car leur valeur est plus grande que celle des porcs noirs, on doit assister à un début de sélection. Une truie est toutefois braguada (braga, bragat : culottée), l’arrière-train doit être noir, le reste du corps blanc.

Le cheptel personnel

  • 576 A.D.H.G., 3 E 10160 f° 4 r°, 1393.

239Plusieurs sources peuvent être utilisées pour approcher le cheptel détenu en pleine propriété par les paysans ou les propriétaires de domaines. Certaines sont assez décevantes : les baux de fermage et métayage ne permettent d’apercevoir que le bétail fourni par le bailleur au preneur et non celui propriété de ce dernier ; les inventaires après décès sont peu utilisables, le bétail n’y est pas toujours noté, quand il l’est, c’est parfois de façon peu précise. Dans l’inventaire des biens de Pierre de Agulhone, un laboureur d’Issus, on mentionne trois « animalia equina » s’agit-il de mules, de mulets, de chevaux ? Une jument, un bât pour un roncin, une « aubarda cum qua equitatur supra equitura » sont aussi signalés ; des animaux ont dû être vendus depuis le décès de P. de Agulhone576.

240Les estimes sont plus riches de renseignements, en particulier celles de Fendeille où le bétail est décrit ; manquent cependant les porcins, la volaille et les ânes. À la fin du xve siècle, les deux tiers des déclarants possèdent un cheptel modeste, composé de deux ou trois bêtes de labour (des chevaux ou des mules plutôt que des bœufs), un déclarant sur six ou sept détient aussi quelques dizaines de moutons. Quelques gros propriétaires fonciers sont beaucoup mieux pourvus : J. Gaubert déclare deux roncins, deux juments, quatre paires de bœufs, huit vaches pleines, 30 brebis, 40 moutons, 71 agneaux ; J. Nebles, trois juments, deux bœufs, quatre vaches, 98 brebis ; G. Nebles, deux juments, deux bœufs, trois vaches, quatre chèvres. À Montesquieu, en 1485, 23 contribuables sur 166 résidents sont allivrés pour des animaux, soit 13,85 %, mais, seuls, les animaux de croît ont été retenus, les animaux de labour ou utilisés pour les charrois ne sont pas pris en compte puisqu’il n’est pas fait mention d’un seul bœuf ou un seul cheval. Ce travail de recensement est postérieur à la réalisation des estimes et ne semble pas terminé. Sur les 23 mentions de bétail, une occurrence indique « bêtes et autres », une porte sur une jument, cinq sur des vaches, deux sur des veaux, six sur des porcs, 11 sur des chèvres, 14 sur des « bêtes à laine » (certains ont, bien sûr, plusieurs types d’animaux, en général brebis et chèvres). Le nombre de bêtes n’est pas souvent indiqué, quand il l’est, on mentionne une dizaine de vaches et autant de veaux. Tous ces contribuables peuvent, étant donné les friches dont ils disposent, tenir des animaux à bail, ils n’ont pas à les déclarer, c’est leur propriétaire qui doit le faire.

  • 577 A.D.A., 3 E 1483 f° xx, 1417.
  • 578 A.D.A., 3 E 1478 f° 84 r°. Les héritiers sont son fils Antoine et les deux fils de celui-ci, en pa (...)
  • 579 A.D.A., 3 E 1483 f° 168 r°, 1418.
  • 580 Marandet (M.-C.) Le souci de l’Au-delà..., op. cit., p. 566.
  • 581 Lorcin (M.-Th.), L’élevage dans le Forez des xive et xve siècles au miroir des testaments, Histoir (...)

241Quelques testaments permettent d’approcher, au moins partiellement, le cheptel des disposants. Jacques Fornerii, de Saint-Martin-Lalande lègue à un filleul de Lasbordes, 20 animaux de laine, c’est-à-dire 10 anhastres (peut-être des agneaux, anherar signifiant agneler) et 10 brebis. Il lègue à son épouse la moitié de toutes les ruches (bucorum apium sive abelhas) qui seront dans le verger quand il mourra, six chèvres, deux cabridas et 12 brebis. Cet homme possède, d’après les legs particuliers, des terres et plusieurs ostals, le gros de son patrimoine n’est pas décrit577. Sa fille a épousé un notaire, il ne s’agit probablement pas d’un paysan. Grégoire Novelli, de Labécède, un marchand, apparemment, teste en 1409, il dépense de fortes sommes pour le soin de son âme, entre autres, 16 £ tr pour une chapellenie d’un an, il laisse à son épouse Stéphanie, une maison avec tout son mobilier, sauf un lit légué à l’hôpital du lieu, les draps de laine, filassis, l’argent et l’or, monnayé ou pas. Il lui lègue 25 £ tr que les héritiers doivent lui donner immédiatement après la mort du testateur. Il lui lègue aussi 25 ovins et une vache des meilleures, des tonneaux et futailles de vin, deux tasses d’argent, 10 setiers de blé, les fruits d’un moulin à eau bladier, d’un malhol, d’un jardin ou verger, sa vie durant578. Arnaud Jean, de Fendeille, un probable paysan, car il se fait enterrer au cimetière Saint-Martin de la Gavarre, église rurale, lègue à sa femme Mercende, entre autres, des ovins qui, dit-il, sont à elle, avec ses animaux, dans son propre troupeau. Il manifeste le souci de bien affirmer les droits de sa femme sur ce bétail car il lègue d’autres ovins à sa petite-fille ou nièce (quatre brebis dites « teste doblencas », brebis de deux ans ?)579. Les testateurs prévoient, souvent, deux moutons, issus peut-être de leur propre troupeau, pour le repas funèbre580. Marie-Thérèse Lorcin trouve ces mêmes mentions d’animaux dans les testaments du Forez : legs particuliers, petit cheptel laissé à la veuve, animaux détenus en commande, consommation lors du repas funèbre, et aussi, ce qu’on n’aperçoit pas en Toulousain, dans les constitutions de dots des filles (les vaches dotales)581.

242Si la présence de bœufs de labour et de nombreux ovins ne surprend pas, les chevaux sont très nombreux, plus qu’on ne le dit d’habitude pour le Midi de la France ; on le voit à partir des contrats de gasaille et des estimes de Fendeille. Ils semblent même plus fréquents que les bovins chez les petits paysans, c’est eux qui doivent assurer l’essentiel des labours et charrois. Le porc qui est omniprésent (un gardien communal de porcs existe dans certaines localités), n’apparaît guère dans les registres d’estimes, si ce n’est réduit à l’état de viande salée ; vif, il échappe à la taxation.

  • 582 Pariset 5F.), Economie rurale..., op. cit., p. 66.

243Il est donc très difficile d’arriver à savoir ce que détient un paysan. Tout au plus, peut-on, à partir des baux de location de domaines, voir que, pour une superficie équivalent à une douzaine d’ha, une paire de bœufs, une jument et souvent une centaine de moutons sont donnés en gasaille par le propriétaire au preneur (qui peut avoir ses propres animaux). Les contrats mentionnent parfois l’élevage de poules et d’oies. Le cheptel des domaines est à peu près le même, sauf en ce qui concerne les ovins, au xixe siècle. En 1872, dans l’arrondissement de Villefranche, les métairies d’une paire de labourage (12 à 15 ha) comptent deux bœufs de labour, une ou deux paires de vaches, leurs produits, une jument poulinière ou deux, 40 à 50 brebis. Dans le Lauragais audois, à la même époque, François Pariset donne comme cheptel moyen, pour une ferme de trois labourages, soit 36 ha, trois paires de bœufs, une ou deux juments pour l’émottage, le dépiquage et la production de poulains, une ou deux vaches pour la production de veaux, soit à peu près dix têtes de gros bétail, 30 à 40 brebis portières, trois porcs, 60 à 80 volailles582. La réduction du nombre des ovins est alors liée à la disparition de la draperie.

B. Nourrir le bétail

244Les possibilités de nourriture sont-elles suffisantes, en Lauragais, pour lebétail ?

  • 583 Un hectare en fourrage nourrit deux têtes de gros bétail, d’après Enquête agricole 2e série, Enquê (...)

245Les prés et ferragines, susceptibles de fournir du foin pour nourrir les bêtes l’hiver ne sont pas très étendus, nous l’avons vu, mais le saltus utilisable (broussailles, landes, bois) est important sur le Terrefort haut-garonnais et dans la Piège. Si l’on considère les superficies possédées à Montesquieu même, en 1485, par les quelques contribuables dont on connaît le cheptel personnel allivrable (mais non celui détenu en gasaille), certains n’ont aucun mal à nourrir celui-ci grâce à leurs prés et friches. Un contribuable possède en propre 100 brebis, moutons et chèvres et 62 ha de terre (dont 10 pugnères de pré et 66 sétérées de bosc, de brogas et bartassas, soit 39 ha), un autre, neuf vaches et veaux et 20 ha (dont une cartonnade de terre culte et inculte, le reste étant composé de terres labourables et de malhols), un autre 40 brebis et chèvres et 67,5 ha (dont quatre sétérées de pré, 50 sétérées de bosc, bartas et brogas, soit 30 ha). Au xixe siècle, en extensif, on considère qu’on peut nourrir deux bovins et dix ovins à l’ha583, au xve siècle, les animaux étant plus petits, on peut envisager, peut-être, une charge à l’hectare plus forte ; les trois propriétaires de Montesquieu peuvent nourrir leur cheptel rien qu’à partir de leurs friches et en tenir en gasaille. D’autres, s’ils n’ont pas beaucoup de friches, peuvent utiliser la jachère qui occupe un tiers ou la moitié de leurs terres. C’est le cas d’un déclarant qui possède 55 brebis et chèvres et 19,15 ha (dont cinq pugnères de pré et trois sétérées de bosc, barthes et brogue). Les communaux, s’ils ne sont pas loués, les bordures de champs et de fossés, les bordures de rivières, les vacants, les bois, peuvent constituer des terrains de pâture. À Venerque, la communauté a acheté au seigneur, en échange de trois moutons, le droit de pacage pour les « herbis minutis » que l’on pâture dans toute la juridiction, probablement les bordures de routes, peut-être les vacants.

  • 584 Des devèzes des mas existent en Rouergue pour les bœufs de labour, Demasy (J.), Usages collectifs. (...)
  • 585 Dans cette région, les terres décloses sont les domaines nobles, les terres ensemencées, les prés (...)
  • 586 En Béam, elles s’appliquent toute l’année, Luc (P.), Vie rurale..., op. cit.

246Se pose le problème des pratiques communautaires. En principe, la vaine pâture peut s’effectuer sur les terres d’autrui dégarnies après la récolte, sur les prairies après la fauchaison. Des terres sont toutefois, même dans ce cas, interdites au bétail. À Bram, on peut faire des devèzes sur ses prés, à condition de les clôturer (cf. supra)584. On peut même en faire sur les chaumes puisque dans les coutumes, on interdit aux cammasiers de faire des devèzes sur plus du quart de leurs rastouls : « item hordenan que deguns coumasies ny autres nou faran deveses que la quarte part de sous rastouls ny nou tanquaran poinct en la dicte quart part de las dictes devezes soun pousesori afin que quade ung syo en sa libertat de intrar et salir a las autres rastouls sence far doumage ». Un autre article interdit au bétail d’entrer dans les rastouls avant que le glanage ait été fait « hordenan que degun bestial nou intrara en degun rastoul entre que las paubres gena auran espigat ». Le rastoul a, dans ce cas, le sens de chaumes où règne la vaine pâture, la partie enclose étant, peut-être, utilisée pour des cultures dérobées. Dans les autres localités, il est souvent question de terres, prés et vignes en défens, mais les superficies des biens que l’on peut soustraire à la vaine pâture ne sont pas indiquées. La clôture temporaire peut être utilisée pour indiquer que ces terres sont en défens, mais aussi divers symboles placés à l’entrée du champ ; dans la Très Ancienne Coutume de Bretagne, les terres décloses sont interdites symboliquement par un bouchon de paille (brandons)585. Dans le Terrefort, les pratiques communautaires s’appliquent-elles au saltus approprié et si oui, quand586 ?

  • 587 Pariset (F.), Économie rurale... de la Montagne Noire, op. cit. p. 233 et suiv.

247Les chaumes, les prés après fauchaison, les bordures de champs doivent être, en priorité, réservés aux bovins et équidés. Les friches, les landes à genêts et ajoncs sont, plutôt, le domaine des ovins qui peuvent aussi consommer fraîches les feuilles de féveroles, les ronces, les basses feuilles des arbres (frênes, hêtres, chênes, peupliers). Au xixe siècle encore, les agneaux sont mis dans les bois à la première feuille qui suit la coupe de la forêt587. Les porcins sont encore plus faciles à nourrir, déchets d’aliments divers (certaines villes achetaient des porcs qui faisaient fonction d’éboueurs dans les rues), fourrage sec (céréales en grain, issues de décorticage), pâtures dans les chaumes, dans les bois (glands, faines, châtaignes, feuillages). L’hiver, les bovins comme les équidés et les ovins peuvent consommer le foin provenant des prés et des ferragines, des fourrages secs céréaliers (la paille, les issues de décorticage du blé, l’orge, l’avoine), abondants en Lauragais ; les ovins consomment aussi les feuilles sèches des coupes de saules, d’ormes, d’aulnes. La neige étant peu fréquente, les herbacées des landes, bordures de champs ou de chemins sont souvent accessibles. Le problème de nourriture se pose plutôt l’été à cause de la sécheresse qui peut durer trois ou quatre mois, c’est à ce moment-là que les réserves de foin peuvent servir. Les ovins sont souvent donnés à bail en mai-juin, à des habitants des collines du Terrefort, de la Piège, de la Montagne Noire, zones un peu moins sèches que la plaine. Tous les troupeaux ne vont pas, toutefois, sur les collines : les propriétaires de domaines qui donnent des ovins à bail, en même temps que leurs fermes, veulent que les bêtes soient parquées sur leurs terres. On peut donc nourrir en Lauragais un assez grand nombre d’animaux mais il est malheureusement impossible de quantifier ce bétail avec les sources disponibles.

C. Les retombées économiques

  • 588 Combes (J.), Les foires en Languedoc au Moyen Age, op. cit., et Wolff (Ph.), Les marchands..., op. (...)
  • 589 Les moulins drapiers de Labécède sont mentionnés dans le Liber reddituum.
  • 590 A.D.A., 3 E 9453 f° 21 v°, 1437.
  • 591 A.D.A., 4 E 076/CC 9 f° 48 r° et f° 57 r°.
  • 592 A.D.A., 3 E 9452 f° 77 v°, 8 novembre 1449.

248Tout le cheptel joue un rôle en matière économique, fournissant force de travail, viandes, cuirs et peaux qui servent de matière première à de nombreux artisans, affachayres (tanneurs), agneliers (qui traitent les peaux d’agneaux), pélégantiers (qui traitent les peaux de moutons). Les ovins sont les animaux les plus intéressants, produisant une laine créatrice de nombreux emplois. Elle est vendue à Toulouse, Montolieu, Montréal, Carcassonne, Limoux588 mais, surtout, valorisée sur place. Sa préparation, lavage, triage, peignage ou cardage puis filage, fournit du travail à une main d’œuvre essentiellement féminine, les hommes s’occupent plutôt du tissage et du foulage. La draperie bénéficie de la production locale de pastel et constitue, nous l’avons vu, unes des principales activités du Lauragais, elle fait la richesse des villes de Saint-Félix, Sorèze, Castelnaudary, Avignonet, Villepinte, Fanjeaux. Des moulins drapiers sont installés sur les cours d’eau de la Montagne Noire, à Cenne, sur le Lampy, à Labécède589, Issel, sur l’Argentouire, le ruisseau de Bassens, à Verdun, sur le Tenten. Bernard Sabatier le vieux, de Labécède, vend à Bernard Sabatier le jeune, la moitié d’un moulin qu’ils avaient en indivis avec une « tenda apta ad tendendi pannos laneos » et ses autres dépendances « in ripparia » de l’Argentouire, à Labécède590. Ces tendoirs à draps de laine apparaissent aussi à Castelnaudary, cinq sont mentionnés dans le registre d’estimes CC9, P. Augier en possède un, « a la font d’Albieyras », estimé 2 £, P. Gotz en possède trois591. Un marchand, Guilhem Bartas, vend à un tondeur de draps, Pierre Gilabert, pour 16 écus et demi, un jardin « cum tenda pro pannislaneys aptandi », situé hors la porte Cymbalorum, (des Cens)592. D’autres artisans louent ces jardins équipés de « tendoirs aptes à tendre les draps ».

  • 593 Les déchets ménagers, les excréments humains sont aussi utilisés.
  • 594 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents.., op. cit., p. 444 et suiv.
  • 595 Ibidem, p. 558.
  • 596 F. Mistral donne au mot pourquiero ou pourquièiro la signification de porcherie ou enclos pour les (...)
  • 597 Ramière de Fortanier (J.) Recueil..., op. cit., p 622.

249L’amélioration des terres est liée, essentiellement, à la présence du bétail : fumure réalisée lors des déplacements du troupeau sur les jachères ou les parcelles soumises à la vaine pâture, fumier retiré des étables et bergeries593. Les documents normatifs évoquent le fumier (fems) pour réglementer ou réprimer son abandon dans les rues, ceci dès le XIIIe siècle. Les coutumes de Fendeille interdisent, en 1212, de le laisser sur les places pendant deux jours, sous peine de quatre deniers d’amende594, celles de Renneville interdisent, en 1291, de déposer fumier ou ordures dans les rues595. L’article 138 des coutumes de Castelnaudary prohibe son dépôt dans les rues pendant plus de huit jours ; cet article, probablement bien antérieur à la mise par écrit des coutumes, est modifié par l’article 177 qui interdit tout dépôt. Les coutumes de Montréal, elles, interdisent de tenir des pourceaux dans la ville, à moins que ce soit dans le porquier596 communal ou dans un terrain clos. À Saint-Félix, on ne se préoccupe guère d’hygiène et les habitants ont même le droit de prendre les « fimis femoriariorum existentium in carreriis et locis publicis » pour les mettre sur leurs terres, jardins ou vignes597.

  • 598 Grand (R.) et Delatouche (R.), L’agriculture au Moyen Âge de la fin de l’Empire romain au xvie siè (...)
  • 599 Même chose à Perpignan, en 1176, un édit du comte interdit aux gens d’avoir des fomaras dans la vi (...)
  • 600 A.D.A., 3 E 9444 f° 12 v°.
  • 601 En Provence, la paille et les déjections accumulées d’abord dans une fosse à purin près des portes (...)
  • 602 A.D.A., 4 E 076/CC 9 f° 49 v°, F 58 r°.

250L’essentiel du fumier provient des étables et bergeries. On dépose, dans celles-ci, sur un sol en terre battue, une couche de bruyères, d’ajoncs ou de feuilles mortes puis une couche de paille (peut-être de genêts). On les nettoie périodiquement et l’on constitue un tas de fumier à l’air libre, en intercalant des couches d’herbes. Le purin peut être utilisé dans les prés598. On voit apparaître, mais rarement, des fosses à fumier dans la documentation : à Bram, on ne doit pas faire « femouries » près des murailles, dans les chemins publics et près des aiguiers (fontaines) de la ville599. Certains n’hésitent pas à s’approprier un terrain communal pour y installer meule de foin, gerbière et fosse ou tas de fumier. A Lagraulet, en 1405, Géraud Lacosta a occupé un emplacement public où les habitants ont coutume de faire paître bovins, équidés, asins et porcins (animalia bovina, equina, azina, porchina), pour y faire, devant sa maison, aire à dépiquer, « fenerios, palherios et fememorerios », de sorte que les animaux ne peuvent plus y pâturer. Géraud se défend en arguant, entre autres, que ses ancêtres ont fait leur aire là, qu’il peut faire ses « fenerios, palherios et femorarios », comme n’importe qui du lieu peut le faire devant sa maison600. Un habitant de Fendeille, le plus gros estimé du village, déclare, en 1428, un « famerier als baris », cette fosse à fumier n’est pas allivrée. Il est classique de trouver ces fosses près des portes des villes601 puisque les jardins et ferragines qui reçoivent, en priorité, la fumure, y sont situés. À Castelnaudary, un toponyme « al femadis » apparaît, qualifiant une zone de terres fumées, proche des murailles602.

  • 603 A.D.A., 3 E 1493 f° 100 r°.
  • 604 Luc (P), La vie rurale..., op. cit., p. 170.
  • 605 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 373 r°.
  • 606 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 44 v°, 1381.
  • 607 Luc (P), La vie rurale..., op. cit., p. 134.

251Le mouton est le seul animal dont le fumier soit abondamment évoqué dans les actes notariés. Quand un bail de faire-valoir indirect se double d’un bail à cheptel d’ovins, on précise que les moutons doivent rester sur les terres du bailleur, ainsi que leur fumier. Les frères Baronate, deux marchands, louent la borie de Caraudy à Issel, ils sont autorisés à y placer 50 moutons et à y loger un berger qui peut utiliser du bois provenant de la borie pour se chauffer. Les bailleurs doivent fournir la paille pour ce troupeau et le leur ; en échange, tout le fumier du troupeau doit rester sur la borie. Un bail de métayage permet aux gasaillers de tenir leurs propres moutons sur le campmas, à condition de mettre le fumier sur les terres de celui-ci, ils peuvent toutefois parragujare (pargueja, parqueja : parquer, séjourner dans un parc, pour les troupeaux) sur deux ou trois sétérées de leurs propres terres603. Dans le Béarn, on utilise un parc à brebis que l’on déplace régulièrement sur les terres que l’on doit fumer604. À Castelnaudary, un lieu-dit situé près du ruisseau du Fresquel s’appelle « al pount de las cledes » ; la cleda étant une claie, il s’agit peut-être d’un lieu habituellement utilisé pour parquer les troupeaux grâce à ces clôtures transportables. Quelques actes font allusion au fumier provenant des bœufs et chevaux. A.-G. de Gavarret donne sa borie de Roqueville en métayage à un quart en 1412, il permet au preneur de recevoir les herbes des prés pour « apastenare » ses bêtes, il peut aussi tenir des bœufs et des ovins sur la borie, mais doit mettre le fumier de ces bêtes sur les terres605. Un métayer doit, d’après son bail, mettre le fumier des bœufs sur les terres, là où c’est nécessaire606. La colombine n’apparaît pas dans les documents mais il est évident qu’elle est très recherchée, de même que la fiente des poules (galinasse), car elles constituent les meilleurs fumiers (pour le pastel, par exemple). Les documents lauragais n’évoquent pas l’utilisation d’arerfems (le fumier de deux ans, le meilleur), utilisation signalée en Béarn607.

  • 608 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 35 v°, 1406.

252Un bail par lequel deux laboureurs prennent en métayage toutes les terres d’un macellier, pour quatre ans, à un quart du fruit, signale qu’ils doivent mettre sur les terres (« defferant in terris ») 200 sarcinées de fumier608. La sarcinée de pastel correspond à 127 kg, si celle utilisée pour le fumier est la même, cela ferait un peu plus de 25 tonnes.

  • 609 Pariset (F.), Économie... du Lauragais, op. cit., p. 161.

253François Pariset signale qu’au xixe siècle, on met un peu plus de 20 tonnes de fumier à l’hectare609 ; l’unique renseignement du xve siècle donne pratiquement ce tonnage pour toute une exploitation dont la taille est malheureusement inconnue.

  • 610 Luc (P.), La vie rurale.., op. cit., p. 169.
  • 611 En cas d’épizootie, le rapport peut tomber à 2 %, Le Méné (M.), Métayage et bail à cheptel dans l’ (...)
  • 612 Monceau (J.-M.), Les fermiers..., op. cit. p. 376.
  • 613 Pariset (R), Économie..., op. cit., p. 160.
  • 614 Ph. Wolff signale que des contrats de gasaille en font mention, Commerces..., op. cit., pp. 208-20 (...)
  • 615 Et même des anthroponymes, plusieurs familles Lobat vivent à Castelnaudary au xve siècle dont les (...)
  • 616 A.D A., 4 E 076/CC 54. Le dernier loup est tué à Castelnaudary en 1850, vers le hameau des Loubats

254La pratique du bail à cheptel permet un profit rapide, en année normale, pour le bailleur mais aussi pour le preneur. Les baux portant sur les ovins apparaissent comme les plus intéressants. En ne prenant en compte que la vente des agneaux et des bêtes de réforme, à la fin du Moyen Âge, Pierre Luc considère qu’en Béarn le rapport pour le propriétaire du troupeau est de 10 à 15 % par an610, Michel Le Méné conclut à un rapport, parfois, de 18 %611 (en se basant sur 14 naissances pour 24 à 32 brebis). Jean-Marc Moriceau donne, pour le xviie siècle, des rendements beaucoup plus élevés : de 23 à 30 %, en se basant sur une production de 80 agneaux vivants pour 100 brebis612. En Lauragais, même en considérant, que, comme au xixe siècle, 30 brebis donnent 20 agneaux, et qu’on ne réforme qu’un septième des bêtes tous les ans613 (aujourd’hui un tiers des mères porteuses), les troupeaux moyens de 100 têtes dont 80 ou 90 brebis, laissent espérer la naissance d’une soixantaine d’agneaux, la vente de 10 ou 15 brebis mères, de quoi générer un profit important, auquel il faut ajouter la vente de la laine, des toisons, des fromage. Cet élevage reste toutefois soumis à divers dangers : les loups614, les épizooties, le manque d’herbe à cause de la sécheresse... Ces dangers ne sont pas évoqués dans les contrats de gasaille, on oblige seulement le preneur à bien prendre soin des animaux, à les garder et à les nourrir. Le loup apparaît dans la documentation toutefois, de nombreux toponymes y font référence : « a la loba, a lepalop, a cantaloba... »615 alors que peu sont liés à des animaux domestiques, si ce n’est souvent pour immortaliser un drame : « riu de nega sauma », « a crabo negado » (avec tout de même un « troto crabo »). Les consuls de Castelnaudary payent, le 2 juillet 1373, 6 sous 8 deniers à deux habitants de Villemagne (dans la Montagne Noire), Pierre Vilandi et son socius, pour « tezuras » mises autour de la ville « pro capiendo lupos si possent »616.

  • 617 Bourin-Derruau (M.), Les formes de l’élevage en Bas-Languedoc occidental aux xiiie et xive siècles (...)

255L’élevage reste difficile à quantifier en Lauragais à la fin du Moyen Âge. On peut toutefois noter que toutes les espèces d’animaux sont présentes, et, pour l’essentiel, même pour le gros bétail, produites sur place, les vaches et juments, accompagnées de veaux et de poulains, mentionnées dans les actes notariées, le prouvent. L’élevage le plus répandu est celui des ovins, comme c’est encore le cas au xixe siècle. Dans la Montagne Noire, toutefois, on peut avoir un élevage de bovins, pour la production de lait et de viande ; au xive siècle, dans une grange monastique, celle de Ramondens, dépendant de Prouille, on trouvait 21 juments, 10 poulains et 222 vaches617. Les troupeaux les plus importants sont aux mains d’une minorité de possédants, rarement paysans, mais les petits propriétaires du Terrefort de l’Entre-deux-Hers, de la Piège, ont aussi des animaux : bovins, et surtout, moutons. Les baux à cheptel sont davantage pratiqués dans le Terrefort occidental que dans la plaine ; la gasaille est un investissement classique dans un secteur où de grandes quantités de friches et de rivaleria permettent la pâture.

  • 618 Cazes (J.-P.), Structures agraires et domaine comtal dans la baylie de Castelnaudary en 1272, Anna (...)
  • 619 Marandet (M.-C.),Les animaux..., op. cit.
  • 620 Ramière de Fortanier (J.), Recueil.., op. cit., p. 659 et suiv.

256Cet élevage s’est développé depuis la fin du xiiie siècle. On ne peut s’en rendre compte dans le Terrefort haut-garonnais, mais on le voit pour l’ensemble de la baylie de Castelnaudary, à partir du Liber Reddituum. Dans le domaine comtal, les prés représentaient 1,44 % de la superficie des tenures, 0,42 % de celle de la réserve618, les broussailles susceptibles d’être utilisées pour la pâture 1,9 %. On ne trouvait que sept prés et une ferragine sur les 778 tenures mentionnées à Castelnaudary. Début xve siècle, dans cette ville, les prés sont beaucoup plus nombreux et le pourcentage du finage taillable qui leur est consacré augmente au cours du siècle, passant de 5,4 % à 7,01 % ; les parcelles de ferragines deviennent plus fréquentes, ainsi qu’à Fendeille. Les estimés de cette dernière localité déclarent un nombre croissant d’animaux de trait et de rente619. Les seigneurs accordent, sous la pression probable de la population, le droit de pâture, même pour des animaux tenus en gasaille. A Saint-Papoul, en 1255, chaque habitant peut tenir 11 têtes de gros bétail et 50 têtes de brebis et chèvres dans les bois et prés du monastère620. À Venerque, en 1474, dans les coutumes présentées au nouveau seigneur, le droit de dépaissance est défini très précisément : chaque habitant peut tenir 150 têtes d’ovins « cum eorum sequita » (les agneaux) et le seigneur 300, une vache « cum ejus sequita » et le seigneur deux, chacune « cum eorum sequita ». Le petit bétail, porcs, chèvres et autres, peut pâturer librement. Parmi les concessions accordées aux habitants du Py, à la même époque, figure la liberté de tenir bétail gros et menu en gasaille : pour 100 ovins (animalium lanisferiorum), il faut payer 6 deniers tournois, pour chaque bovin, 3 deniers tournois, pour chaque équidé, 3 deniers tournois. On peut tenir jusqu’à quarante porcs en gasaille (entre adultes et porcelets), il faut payer 3 deniers tournois pour chacun d’entre eux. On ne verse rien pour ses propres animaux.

Notes

1 R. Brunet (R.), LeTerrefort..., op. cit.

2 Bertrand (G.), Pour une histoire écologique de la France rurale, Histoire de la France rurale, sous la direction de G. Duby et A. Wallon, Le Seuil, 1975, pp. 34-113.

3 Introduction à la Métrologie Historique, Paris, 1989, p. 65 et Charbonnier (P.), Les anciennes mesures locales du Massif Central d’après les Tables de conversion, Institut d’études du Massif central, Clermont-Ferrand, 1990, p. 12.

4 Ou de Villefranche, qui est de la même valeur, Domergue (A.), Métrologie de la Haute-Garonne, Lebon, Toulouse, 1859.

5 Tables de comparaison, Toulouse, an X, Veuve Douladoure.

6 A.D.H.G., 5 E67 f° 18 v°.

7 A.D.H.G., 5 E67 f° 15 r°.

8 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. XXVII-XXX.

9 A.D.H.G..3E 10161 f 179 v°, achat d’une pogesée de malhol pour 3 £ 2 sous et 6 deniers tr. A.D.H.G., 3 E 10161 f° 249 r°, achat de trois mésalhées de malhol pour 16 £ tr petits.

10 A.D.H.G., 3 E 10133, non folioté.

11 C’est ce que note Mireille Mousnier pour l’abbaye de Grandselve. Mousnier (M.), L’abbaye de Grandselve et sa place dans la société et l’économie méridionales (XIIe début XIVe), Thèse de troisième cycle, Université de Toulouse, 1982, dactylographiée, p. 24.

12 A.D.H.G., 5 E 67 f° 1 v°. Germa Costa déclare une parcelle d’une sétérée vieille.

13 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. XXVII-XXX.

14 A Grandselve, la cartonnade fait un peu plus de trois arpents, soit 1,75 ha, Mousnier (M.), L’abbaye de Grandselve et sa place dans la société..., op. cit., p. 24.

15 On pourrait aussi penser qu’une sétérée contient quatre quartières (elles sont très peu mentionnées toutefois, cela changerait peu la superficie obtenue), 16 pugnères, 32 livralats. Quelques manifestes signalent des parcelles de sept et, même, neuf pugnères, cela ne signifie pas forcément qu’il y a davantage de pugnères à la sétérée au Moyen Âge qu’au xviiie siècle, c’est peut-être une façon plus pratique de compter pour le propriétaire du bien.

16 Hyvert (R.), Les anciennes mesures audoises, Bulletin de la Société d’Etudes Scientifiques de l’Aude, tome XLV, 1941, pp. 130-154 et tome XLVII, 1944, pp. 61-119 et Abbé (J.-L.), Les anciennes mesures de l’Aude, Les anciennes mesures locales du Midi méditerranéen d’après les tables de conversion, sous la direction de P. Charbonnier, Publications de l’Institut d’Études du Massif Central, Clermond-Ferrand, 1994, pp. 73-106.

17 Frêche (G.), Les prix des grains, des vins des légumes à Toulouse (1486-1868), Paris, PUF, 1967.

18 A.M.T., Ms. 634 f° 15 r° et aussi dans les registres d’estimes de Fendeille, à propos de redevances, cf. infra.

19 Je me contenterai de rappeler ce qui a déjà été dit sur les diverses façons d’évaluer les champs, avec des mesures dont les noms sont basés sur la mesure de longeur de la parcelle, sur la forme de celle-ci, sur le volume de semence, sur le travail fourni par un attelage de bœufs pendant une journée. Voir la classification des noms de mesures italiennes médiévales proposée par G.-B. Pellegrini, Terminologia agraria medievale in Italia, Settimane di studio, Spoleto 13, Spolète, 1966, Terminologia gromatica e misure agrarie, pp. 639-661. Je n’ai trouvé qu’une mention de « jornalia », à Labécède, ADA 3 E 9456 f° 33 r°.

20 Elle était déjà en voie de disparition au xie siècle, en Bas-Languedoc, M. Bourin-Derruau met cela en relation avc une plus grande irrégularité des parcelles, Bourin-Derruau (M.), Délimitation des parcelles et perception de l’espace en Bas-Languedoc aux xe et xie siècles, Campagnes médiévales, pp. 73-85. À Castelnaudary, les superficies des jardins ne sont pas exprimées à partir des mesures des côtés mais en volume de semence, signe peut-être de l’ancienne utilisation de ces parcelles.

21 A.D.H.G., 5 E 67 f° 7 v° ; ce jardin, estimé 10 sous, est tenu, de plus, par deux personnes.

22 Les superficies des parcelles n’étant pas fournies dans les estimes de Fendeille, cette localité n’est pas prise en compte ; actuellement, la commune couvre 717 ha.

23 Le compoix de 1553, utilisé par R. Maguer, De la cocagne au blé.... op. cit., ne permet, lui aussi, que de recenser 2500 ha.

24 A.D.A., 4 E 076/ CC 9, dans ce registre, les superficies des jardins et vergers sont parfois fournies, je ne les ai pas comptabilisées car elles sont absentes de tous les autres registres.

25 En Comtat, par exemple, Zerner (M.) Le cadastre..., op. cit., p. 228.

26 Valladier-Chante (R.), Le Bas- Vivarais au xve siècle..., op. cit., p. 81.

27 Demaille (E.), La gestion..., op. cit., p. 120 et p. 122. On déclare 126 parcelles de bois, ce qui représente 5,3 % des parcelles agricoles ; seulement 0,84 % de parcelles sont dites en friches.

28 Zerner (M.) Le cadastre..., op. cit., pp. 90-92.

29 Ib., p. 223. En Toulousain, ce terme signifie friche, broussaille, Xavier Ravier, Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc occidental, C.N.R.S.. volume 1, Paris, 1978, carte 86.

30 Zerner (M.) Le cadastre..., op. cit., p. 95.

31 Ouradou, Monographie de la commune de Montesquieu, 1885.

32 Amiel, Monographie de la commune d’Ayguesvives, 1885.

33 Carrié, Monographie de la commune de Montgiscard, 1885.

34 Ceci dans le cas d’un arpentage effectué avec un destre ; si l’on utilise une corde, l’erreur est beaucoup plus grande, jusqu’à trois fois et demie de plus qu’avec le destre, Guerreau (A.), Remarques sur l’arpentage selon Bertrand Boysset (Arles, vers 1400-1410), Campagnes médiévales..., op. cit., pp. 87-102. Cf. aussi Portet (P.), Bertrand Boysset, arpenteur arlésien de la fin du Moyen Age (1358-vers 1416), et ses traités techniques d’arpentage et de bornage, thèse de doctorat, Université de Toulouse-Le Mirail, 1995.

35 Gilles (H.), La coutume..., op. cit.

36 Jorré (G), Le Terrefort..., op. cit., p. 158. La source consultée n’est pas indiquée.

37 Ramière de Fortanier (J.), Droits féodaux .... op. cit., p. 369 et suiv. Enregistrement au Parlement de Toulouse, A.D.H.G., 51 B 54, f 529 v° à 537. Enregistrement à la Cour des comptes, Aides et Finances de Montpellier, A.D.H., C 2986 P 77 à 86.

38 A.D.H.G., 5 E71 f° 43.

39 A.D.H.G.,1 A 8 tome 2 f° 274 r°.

40 Cazes (J.-P.), Habitat..., op. cit., p. 500.

41 A.D.A., 13 M 264, statistiques agriculture, commerce et industrie.

42 Il fonde un obit à Saint-Michel de Castelnaudary, en 1478, il lègue 100 écus et 15 setiers de froment assignés sur trois bories : borie « a la Messeguiera » dans la juridiction de Souilhe, bories « a Pontgaoujous » et « a Barbontier », toutes les deux situées dans les dépendances de Castelnaudary. A.D.A., 3 E 1499 f° 148 r°. La ferme de Pontgaoujous ne se trouve pas, en réalité, au Moyen Âge, située sur Castelnaudary, elle est, d’après tous les autres documents la concernant, dans le consulat de Ricaud. Elle est située, actuellement, dans la commune de Souilhanels, en limite du territoire de Ricaud.

43 A.M.C., 4 E 076/ CC 28 f° 4 v°.

44 A.D.H.G., C 1543.

45 Frêche (G.), Compoix, propriété foncière, fiscalité et démographie historique en pays de taille réelle (xvie-xviiie siècles), Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome XVIII, juill-sept 1971, Paris, pp. 321-353.

46 Ramière de Fortanier (J.), Droits seigneuriaux..., op. cit., p. 16.

47 A.M.T., Ms. 634 f° 31 v°, f° 33 r°, P 33 r°, P 35 v°, f° 36 r°, f° 35 r°.

48 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 150 r°.

49 A.D.H.G., 5 E 67 f° 70 v°.

50 A.D.H.G., 5 E 67 f° 64 v°.

51 Ramière de Fortanier (J.), Droits seigneuriaux..., op. cit.

52 A.D.H.G.., E 1136. S’agit-il des biens qui appartenaient autrefois à Says de Montesquieu ? Ce dénombrement figure aussi aux A.D.A, B 1982, daté de 1550-51. L. Fromentèze pense qu’il y avait à Bigot, un château sur motte et un site ecclésial, le livre du prévôt de Toulouse mentionne une église Saint-Jacques de Bigoto, Fromentèze (L.), Occupation..., op. cit.

53 A.M.T., Ms. 634 f° 8 r°, f° 12 r°, f° 12 v° et P 8 v°.

54 A.D.A., 4 E 076 CC 10 et 4 E 076/CC 12.

55 A.D.A., 3 E 9448 f° 227 v°.

56 A.D.A., 4 E 076 en CC 30 f° 1 r° ; il possède dans cette zone le moulin de la Terrade non noble, et quelques parcelles, pour plus de 21 sétérées.

57 A.D.A., B 1982.

58 A.M.T., Ms. 634 f° 8 v°.

59 Il la détient quand il fait hommage à Catherine de Médicis en 1550-51, A.D.A., B 1982. Il en avait déjà acheté 100 sétérées, d’après son manifeste contenu dans les estimes de 1535.

60 Ramière de Fortanier (J.), Droits seigneuriaux..., op. cit. Je n’ai pas retrouvé cet aveu de 1389 dans le Ms. 634.

61 A.M.T., Ms. 634 f° 32 r°.

62 Le premier de Fontaynis repéré en Toulousain est un receveur du roi originaire de Figeac, Pierre. La famille exerce une activité commerciale, en particulier à Paris. Pierre de Fontaynis achète des droits seigneuriaux en Lauragais, à Dreuilhe et Belflou. Son fils Philippe fait, lui aussi, du négoce et lui succède au poste de receveur du roi en 1303, jusqu’en 1310. Il obtient de Philippe le Bel le droit, pour lui et ses héritiers, même non nobles, de tenir en fief des terres et des droits à Belflou et La Barthe. À partir de 1310, la famille s’installe en Lauragais. Les descendants de Philippe sont anoblis, Dossat (Y.), Un viguier de Toulouse au début du xive siècle : Philippe de Fontaines (1303-1310), Bulletin philologique et historique, année 1968, Paris, 1971, pp. 627-643 et Dossat (Y.), Un bourgeois de Figeac receveur de la sénéchaussée de Toulouse : Pierre de Fontaynes (1272-1286), Actes du 96e Congrès national des Sociétés savantes, Toulouse, 1971, Section de philologie et d’histoire jusqu’en 1610, tome 1, Paris, 1978, pp. 261-290. Ces articles sont repris dans Dossat (Y.), Évolution de la France méridionale (1249-1328), London, Variorum reprints, 1989.

63 Dans la région parisienne, les plus belles font 200 arpents et plus, la majorité moins de 100 arpents, avec un arpent faisant d’un tiers à un demi ha, Fourquin (G.) Les campagnes de la région parisienne, op. cit., pp. 96-97. En Anjou, la situation est plus variable, dès le milieu du xive siècle, certains seigneurs n’ont plus d’exploitations purement agricoles. Pour ceux qui en ont, M. Le Mené a l’impression, quand il s’agit d’ensembles cohérents et d’assez vaste étendue (200, 250 ha), d’être en présence de défrichements récents, Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge (1350-1530), Nantes, CID éd., 1982, p. 157 et p. 161 et suiv.

64 Duffaud (H.), Roqueville, monographie du fief et de la chapelle de ce nom, Toulouse, Privat, 1903. p. 57

65 Cf. infra « La présence seigneuriale ».

66 Commune, canton de Montgiscard.

67 Cazes (J.-P.) La bailie..., op. cit., p. 57 ; peu de localités toutefois sont renseignées.

68 A.D.H.G., 1 A 2 tome 4, P 142 v°.Les communautés sont Mireval, Bram, Besplas, Plavila, Farge (Le Fauga ?), Castelnaudary, Gaja, Ribouisse, Montesquieu, Baziège, Caussidières, Saint-Léon ; Boual (Le Vaux ?), Villenouvelle, Ayguesvives, Montgaillard, Bauteville, Gardouch, Renneville, Montgeard ; si l’on excepte Castelnaudary et Bram, toutes sont situées dans le Terrefort audois ou haut-garonnais.

69 Gilles (H.), L’administration royale des Eaux et Forêts en Languedoc au Moyen Âge, Bulletin philologique et historique, 1963, Paris, Bibliothèque Nationale, 1966, tome 1, pp. 333-373.

70 Malafosse (L. de), La forêt de Saint-Rome ou de Baziège depuis la domination romaine jusqu’à nos jours, Bulletin de la Société de Géographie de Toulouse, 1908, Privat, pp. 69-108 et pp. 166-215. Cet article est basé sur des archives municipales, non cotées, et des archives privées.

71 Dossat (Y.), Évolution de la France méridionale, 1249-1328, chapitres V et VIII.

72 Je n’ai retrouvé que certaines de ces forêts dans un état des droits du roi du xviie siècle, A.D.H.G., 1 A 8 tome 2 f° 249 et suiv., celle de Saint-Rome ne compte que 130 arpents, moins que dans le rapport de Froidour ; si l’arpent d’Avignonet est utilisé, elle fait près de 77 ha.

73 Cf. infra « Les formes de propriété ».

74 Peut-être la ferme La Grange (Coordonnées Lambert 537,6-126,5), commune de Belbèze.

75 Le territoire de Montgiscard était peut-être différent du territoire actuel : plus réduit au nord, l’Hers pouvant constituer sa limite comme il le fait pour Montesquieu et Ayguesvives, plus étendu à l’est, le secteur de la ferme de Montalbiau, situé aujourd’hui sur Ayguesvives, se trouvait alors dans le consulat de Montgiscard, A.D.H.G., 5 E 73.

76 Lourenco (J.), Inventaire..., op. cit., p. 49.

77 Il est impossible d’évaluer la part du finage occupé par les terres nobles à Fendeille, les aveux de la famille de Fontaynis ne les décrivent pas. Toutes les friches, nombreuses dans ce secteur, non allivrées, semblent nobles, concédées en location à la communauté.

78 L’ager est la partie du finage consacrée à la culture, « l’espace régulièrement labouré, planté, semé ».

79 Le saltus est constitué par « l’ensemble des terrains qui ne sont pas régulièrement cultivés et qui n’ont pas de couvert forestier continu et fermé ». Il comprend des formations herbacées et buissonnantes ni tout à fait naturelles ni tout à fait anthropiques : landes, maquis, garrigues, jachères anciennes, terrains vagues. C’est, avant tout, un terrain de parcours, un milieu appauvri, pacagé par le bétail, Bertrand (G.), Pour une histoire..., op. cit. Chez les agronomes latins, c’est l’ensemble des terrains qui ne sont pas régulièrement cultivés, à l’exclusion des forêts, Lachiver (M.), Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Fayard, Paris, 1997.

80 Chez les agronomes latins, la silva est seulement un ensemble d’herbes sèches, de broussailles, de maigres taillis qui restent hors du cycle des cultures ordinaires, Lachiver (M.), Dictionnaire..., op. cit.

81 Bourin-Derruau (M.), Villages..., op. cit., pp. 246-247.

82 Composées de plantes fourragères, de légumineuses, cf. infra « Les cultures ».

83 Nemus, en général, dans les registres notariés. Le terme de silva n’est employé dans la région que pour qualifier les forêts royales ou celles des nobles.

84 Tous les termes sont orthographiés de façon variable, parfois dans un même registre : broga peut devenir brogua, bosiga devenir bosigua, etc.

85 Deux pugnères de pradassas et de garraboscas et brogas, A.D.H.G., 5 E 66 f° 28 v°.

86 Mistral (F.) Lou Tresor..., op. cit. et Ravier (X.), Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc..., op. cit.

87 Ravier (X.), Atlas linguistique et ethnographique du Languedoc occidental, op. cit., carte 86. M. Zerner a considéré que les bosigas étaient des terres défrichées en Comtat ; s’il s’agissait de friches, cela changerait la composition des finages du Comtat Venaissin.

88 A.D.H.G., 5 E 66 f° 109 v° : trois sétérées et une pugnère et demie de brogas et gimbres et lavanda.

89 Par exemple, A.D.H.G., 5 E 66 P 114 v°.

90 A.D.H.G., 5 E 73 f° 46 r°.

91 Dans le Comtat, de très rares terres mixtes, terre et jardin, terre et vigne apparaissent, M. Zerner pense que ce ne sont pas des terres complantées car les instructions pour la réalisation des cadastres ne demandent pas de les distinguer, mais que ce sont des parcelles juxtaposées ou des parcelles dont une seule partie a été transformée, Zerner (M.), Le cadastre..., op. cit., p. 223.

92 Monique Zerner pense que c’est le cas pour les ruches en Provence, Zerner (M.), « Le cadastre de Carpentras à l’épreuve des sources », Les cadastres anciens..., op. cit., p. 104.

93 A.D.H.G., 5 E 66 f° 144 r°.

94 A.D.H.G., 5 E 67 f° 20 v°.

95 Sont retenus les registres de Montesquieu 1485, Montgiscard, Ayguesvives, Les Bastards de 1489, Castelnaudary 1496 et toutes les terres, qu’elles soient détenues par les résidents ou les forains et à Castelnaudary, par les laïcs et les clercs.

96 Germain (R.), Les campagnes bourbonnaises à la fin du Moyen Âge (1370-1530), Publications de l’Institut d’Études du Massif Central, Fascicule XXXI, 1987, pp. 231-232.

97 Charbonnier (P.), Une autre France..., op. cit., pp. 20-21. Il en a peu pour le xve siècle.

98 Ramière de Fortanier (J.), Droits seigneuriaux..., op. cit., p. 17.

99 Cf. infra « Signes de crise, signes de reconstruction ».

100 Durand (A.), Les paysages médiévaux du Languedoc (xe-xiiie siècles), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1998, pp. 316-323. Ceci, toutefois, au xie siècle.

101 Duby (G.), L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval, tome 1, p 177.

102 Pichot (D.), Le village éclaté. Habitat et socété dans les campagnes de l’ouest au Moyen Âge, Presses universitaires de Rennes, 2002.

103 Audisio (G.), Les Français d’hier, tome 1, Les Paysans xve-xixe siècle, Paris, 2e éd., 1998.

104 Ruas (M.-P.) Productions..., op. cit., pp. 154-159.

105 Je compte revenir ultérieurement sur cette occupation du sol en essayant de réaliser des plans parcellaires pour Montesquieu où les estimes sont complètes, en utilisant un Système d’Information Géographique. Il est possible de suivre l’évolution des toponymes dans le temps grâce à des plans d’adaptation du xviie siècle et même quelques plans parcellaires du xviiie siècle. On peut aussi, plus simplement, cartographier la répartition des diverses utilisations du sol ainsi que leur superficie par lieux-dits et mettre en évidence des agrosystèmes.

106 Cf. infra, l’élevage et l’évolution du finage au cours du xve siècle.

107 M. Zemer signale un cas où les jardins représentent 12 % des terres cultivées avec 4 à 5 jardins par propriétaire. Dans deux villages, Faucon et Puyméras, les terres labourables représentent 57 % et 55 % des superficies, les vignes 34 et 33 %, les prés 7 et 10 %, les jardins 0,5 et 1 %, Zerner (M.), Le cadastre..., op. cit., pp. 220-228.

108 Faucher (D.), Polyculture ancienne et assolement biennal dans la France méridionale, Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1934, pp. 241-255.

109 Marandet (M.C.), La gestion de l’impôt direct en Lauragais, au xve siècle, à partir de quelques registres d’estimes et livres de taille, La fiscalité des villes... op. cit.

110 On trouve la même chose à Lodève, Demaille (E.), La gestion..., op. cit., p. 126 : les jardins et vergers sont dans un 1er cercle autour des murailles mais mêlés à de la vigne. Ensuite, bois, vignes, olivettes, champs et prés alternent.

111 Cazes (J.-P.), La bailie..., op. cit., p. 35.

112 Guimbail (R.), Expansion..., op. cit., pp. 124-125.

113 Cazes (J.-P.), La bailie. .. ; op. cit., p. 35.

114 Ib., p. 43-45.

115 Ne figurent pas sur ce tableau les clercs des registres CC 8 et CC9 de Castelnaudary car les superficies de leurs biens sont rarement fournies ; dans le registre CC 9, par exemple, seules les superficies de 22 parcelles sur un total de 48 sont indiquées, les résultats obtenus ne peuvent être considérés comme représentatifs.

116 Je ne donne ici que quelques indications sur la valeur des biens à la fin du xve siècle. Je compte reprendre plus tard la question du marché de la terre et de l’évolution des prix tout au long du xve siècle.

117 En Limousin, par exemple, les actes de vente de biens fonciers ne représentent que près de 9 % du total des actes, Tricard (J.), Les campagnes limousines du xive au xvie siècle. Originalité et limites d’une reconstruction rurale. Publications de la Sorbonne, 1996, p. 133.

118 A.D.H.G., 3 E 10111, 3 E 10112, 3 E 34062, 3 E 10133.

119 J’avais déjà signalé des fourchettes de prix, pour l’Aude, tout au long du xve siècle, dans l’article : Les campmas du Lauragais..., op. cit., pp. 132-136.

120 A.D.A., 3 E 9470 (1482-89).

121 A.D.A., 3 E 9462 (1461-1465).

122 A.D.A., 3 E 1494 f° 1 r°.

123 A.D.A., 3 E 1501 f° 105 r°, f° 103 r°, f° 264 v°, f° 266 v° et f° 152 v°.

124 A.D.A., 3 E 1493 f° 74 r°, A.D.A., 3 E 1501 f° 204 v° et f° 149 v°.

125 Dans cette région, les prés sont plus chers que les terres et jardins, comme en Lauragais, Tricard (J.), Les campagnes..., op. cit., p. 133 et pp. 136-138.

126 À Aix, par exemple, des prix très variables sont indiqués, une émine de terre coûte 6 florins, deux émines de terre, 10 florins, un verger, 60 florins, un autre, 125 florins, Coulet (N.), Aix-en-Provence..., op. cit., p. 150. À Arles, Louis Stouff indique seulement que les vignes valent plus cher que les terres qui valent plus que les pasturas, Stouff (L.), Les livres terriers d’Arles du xve siècle, Cadastres anciens..., op. cit., p. 321. En Comtat, Monique Zemer donne quelques prix, très variables et pas de moyenne. Elle signale, par exemple, le prix de trois jardins, de 10 à 15 florins, prix exceptionnels, puisque la plupart ne coûtent que 3 ou 4 florins. Elle pense que les prés sont plus chers que les autres parcelles, Zemer (M.), Le cadastre .... op. cit., pp. 347-352 et p. 468.

127 J’ai essayé de voir cela dans deux articles, Marandet (M.-C), La gestion de l’impôt direct..., op. cit. et Marandet (M.-C), Typologie..., op. cit.

128 C’est la même chose au xixe siècle. Dans une Enquête agricole 2e série, Enquêtes départementales, 18e circonscription Tam-et-Garonne, Haute-Garonne, Gers, Paris, Imprimerie nationale, 1872, on signale que le prix vénal des terres dépasse, au détail, d’un cinquième la valeur des terres en bloc.

129 Marandet (M.-C.), La gestion de l’impôt direct..., op. cit. et Marandet (M.-C.), Typologie..., op. cit.

130 Rigaudière (A.), Saint-Flour, ville d’Auvergne..., op. cit., p. 828 et p. 830.

131 A.D.A., 4 E 076/CC 10 49 v°.

132 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 170-172.

133 Ib., note 4 p. 170. Ce blé serait la touzelle, d’après de Santi (L.) et Vidal (A.), Deux livres de raison en Albigeois (1517-1550, Imprimerie G.M. Nouguiès ; les auteurs de ces livres sont Guilhem Masenx, un marchand et bourgeois de Gaillac et Eutrope Fabre, un probable ecclésiastique ; ils sont tous les deux propriétaires de fermes qu’ils donnent en métayage.

134 On considère actuellement qu’il s’agit d’orge de printemps ; au début du xxe siècle, c’était l’épeautre qui était appelée palmola en Albigeois, de Santi (L.), Deux livres..., op. cit.

135 Le Roy Ladurie (E.), Les paysans..., op. cit., pp. 179-181.

136 58,92 % des redevances fixes en nature sont en froment, 41,07 % en avoine, l’orge n’apparaît pas (corpus de 56 redevances), Partak (J.), La seigneurie..., op. cit., p. 60.

137 Le froment apparaît dans les redevances 154 fois/ 160, l’avoine quatre fois, l’orge deux fois, Guimbail (R.) Expansion..., op. cit.

138 Onze mentions de bladum, cinq d’arraonis ou mixture, 92 de frumenti, 79 d’avene, 67 d’ordei, une mention de seigle à Labécède, Cazes (J.-P.) La bailie..., op. cit., p. 79.

139 En Roussillon et en Languedoc, l’avoine apparaît, très souvent, dans les redevances pesant sur les manses, Puig (C.), Les campagnes roussillonnaises au Moyen Age : dynamiques agricoles et paysagères entre le xiie et la première moitié du xive siècle, Thèse, Université de Toulouse-Le Mirail, 2003, dactylographié, p. 165 et Durand (A.), Les paysages..., op. cit., p. 316.

140 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 125 v°.

141 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 146 r°.

142 A.D.A., 3 E 9461 f° 120 r°.

143 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 14 r°.

144 A.D.H.G. 3 E 10159 168 v°.

145 A.D.H.G., 3 E 10159 f° 207 v°.

146 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 18 r°.

147 A.D.A., 3 E 1494 f° 7 r°, 1422.

148 A.D.A., 3 E 9456 f° 305v °.

149 A.D.H.G. 3E 10137 f° 11 v°, 1458.

150 Il y est présent, au xixe siècle, en mélange avec le blé, Pariset (F), Économie rurale..., op. cit. On trouve ce type de méteil seigle-avoine ou blé-avoine en Albigeois, Higounet (Ch.), Une carte agricole de l’Albigeois vers 1260, Annales du Midi, 70, 1958, pp. 65-71.

151 Bourin-Derruau (M.), Un exemple d’agriculture monastique en Lauragais, Le Lauragais, histoire .... op. cit., pp. 115-125.

152 A.D.H.G., 3 E 10137.

153 Comet (G), Le paysan et son outil, essai d’histoire technique des céréales (France, viiie-xve siècle), École française de Rome, C.N.R.S., 1992, p. 228-230.

154 Mixtura signalée par Bourin-Derruau (M.), Villages médiévaux..., op. cit. et Durand (A.), Paysages..., op. cit. Les études carpologiques réalisées par M.-P. Ruas ne concluent toutefois à sa présence qu’à L’Isle-Jourdain (méteil d’avoine et seigle, d’orge et blé tendre, d’engrain et seigle), dans un grenier, Ruas (M.-P.), Les plantes consommées au Moyen Âge dans la France méridionale d’après les semences archéologiques, Archéologie du Midi médiéval, Tome 15-16, 1997-98, pp. 179-204. Voir aussi Bazzana (M.) et Navarro (J.), dir., Archéologie des espaces agraires méditerranéens au Moyen Âge, Actes du colloque Castrum 5 ; Ruas (M.-P.) et Marinval (P.), Alimentation végétale et agriculture d’après les semences archéologiques (de 9 000 avant J.-C. au xve siècle, Pour une archéologie agraire. A la croisée des sciences de l’Homme et de la Nature, Guilaine (J.), dir., A. Colin, Paris ; Durand (A.), Forest (V.), Gardeisen (A.), Ruas (M.-P.), Approches bioarchéologiques de l’habitat castrai languedocien, op. cit.

155 A.D.A., 4 E 138/1G1 f° 8 r°, f 25 v°, f° 26 v°.

156 Ce méteil apparaît dans les sources perpignanaises de la fin du xiiie siècle, l’orge y est d’ailleurs la céréale la plus mentionnée, suivie du froment, Puig (C.), Les campagnes..., op. cit., p. 158, pp. 161-163 et p. 168.

157 A.D.A., 4 E076/ FF 20 f° 52 r°.

158 Agusti (M.), Llibre dels secrets de agricultura, P 82 v°.

159 D’après G. Comet, l’orge n’est plus utilisée pour le pain, Le paysan et son outil..., op. cit., p. 259.

160 A.D.A., 4 E 138 1 G 1 f° 18 r°.

161 De Santi (L.), Deux livres..., op. cit.

162 Germain Sicard en indique une occurrence, A.D.H.G., 3 E 2485 P 59 r, 1418. Cet acte concerne deux pièces de terre situées dans les dépendances de Toulouse, en confront de la Garonne.

163 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 1 v°.

164 A.D.A., 4 E 076/FF 20 f° 12 r°.

165 A.D.A. 4 E 076/CC 90 n° 19.

166 A.D.H.G.,3 E 10163 f° 16 r°, 1399. On trouve aussi une piqueta fabba.

167 A.D.H.G., 3 E 10163, non folioté, 18 janvier 1406.

168 A.D.A., 3 E 9460 f° 58 v°, 10 décembre 1460.

169 A.D.A., 3 E 9453 f° 1 r°, 1436.

170 Baux (Et.), La vie économique..., op. cit., p. 19.

171 A.D.H.G. 3 E 10161 f° 310 r°, 1411.

172 Fossier (R.), La terre et les hommes en Picardie jusqu’à la fin du xiiie siècle. Paris-Louvain, 1969, pp. 427-429.

173 Derville (A.), L’agriculture flamande. Des origines médiévales aux descriptions de 1800. Histoire et Sociétés rurales, n°4, 2e semestre 1995, pp. 47-68.

174 A.D.A., 3 E 9452 f° 73 v°, 1447.

175 Partak (J.), La seigneurie..., op. cit.

176 Cazes (J.-P.), La bailie..., op. cit., p. 57.

177 Puig (C.), Les campagnes..., op. cit., pp. 233-239.

178 Bourin-Derruau (M.), Villages médiévaux..., op. cit., tome 1, pp. 166-167.

179 Sicard (G.), Les contrats..., op. cit., p. 108 et note 302, 3 E 851 f° 15 v°, 1416.

180 Ib. p. 108 et note 303, A.D.H.G., 3 E 8582 55 r°.

181 Puig (C), Les campagnes..., op. cit. p. 236. Bonnassie (P.), La Catalogne au tournant de l’an Mil, Paris, Albin Michel, 1990, p. 470. Les ferragines du Roussillon, comme celles de Catalogne, semblent avoir été amendées et irriguées.

182 Elles sont situées, souvent, près des murailles, là où le fumier fermente dans les fosses ; elles peuvent atteindre 10, 20, 30 éminées, soit de 50 ares à un ha 50, Coulet (N.) Aix-en-Provence, Espace et relations d’une capitale, (milieu xive-milieu xve), Publications de l’Université de Provence, 1988, pp. 129-130.

183 Ruas (M.-P.), Les plantes consommées au Moyen Âge dans la France méridionale d’après les semences archéologiques, Archéologie du Midi médiéval. Tome 15-16, 1997-98, pp. 179-204, p. 187.

184 Un des sites est hors Lauragais (Cabaret).

185 Ruas (M.-P.), Les plantes consommées..., op. cit., p. 194.

186 Stouff (L.), Ravitaillement..., op. cit.

187 Le reste se compose de féverole pour 23 %, de blé tendre pour 3,1 % (deux blés tendres sont présents, le blé hérisson est une sous-espèce), d’orge vêtue, pour 0,9 %, de millet commun, d’avoine cultivée, de pois chiche (2,2 %). L’engrain ne serait pas cultivé mais constituerait plutôt une mauvaise herbe dans les cultures céréalières. Lentilles et pois sont rarissimes, Ruas (M.-P.) Productions..., op. cit., pp. 80, 88, 90.

188 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 171.

189 Cf. la partie « Modes de faire-valoir ».

190 En 1815, dans l’arrondissement de Villetranche-de-Lauragais (Lauragais occidental) 28 571 ha sont semés en froment, 50 en seigle, 50 en orge, 200 en avoine (soit 0,68 % des terres), 316 en légumes secs (soit 1,08 % des terres), A.D.H.G., 11 M 9. A Castelnaudary, à la même époque, on produit 20 500 hectolitres de froment les bonnes années, 16 000 les années communes, 100 hl d’orge les années communes, 1 600 hl d’avoine, 4 000 hl de maïs, 400 hl de vesces et grains grossiers. Le seigle est absent de la plaine, mais il est produit, sous forme de méteil (mélange de blé et de seigle), dans les confins montagneux, A.D.A., 13 M 264.

191 Rotation culturale : ordre de succession des mêmes cultures (avec ou sans friches) sur une même parcelle agricole selon une répétition périodique. Rotation biennale, triennale (deux semis, une friche) ; des cycles plus longs de 10, 15 ou 20 ans incluent en général une période de plusieurs années pendant lesquelles la parcelle est occupée par une végétation herbeuse ou arbustive, fauchée par exemple pour le fourrage ou utilisée comme terrain de pacage, Lachiver (M.), Dictionnaire du monde rural..., op. cit.

192 A.D.A., 3 E 1493 f° 49 r°, f° 100 r° ; A.D.A., 3 E 9444 f° 136 r°. A.D.H.G.. 3 E 10162 f° 64 v°.

193 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 35 v°, 1406.

194 A.D.A., 3 E 1494 f° 7 r°.

195 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 1 v°, 2 r°, 2 v°, 3 r°.

196 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 1 bis v°.

197 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 181 r°, 22 février 1409 (n. st.) ; A.D.H.G., 3 E 10162 f° 77 r°, 1410.

198 Ruas (M.-P.), Productions..., op. cit., p. 147.

199 Coulet (N.), Rotation de culture en Basse-Provence, Technique et sources documentaires, Actes de la table ronde organisée à Aix-en-Provence par G. Demians d’Archimbaud, I.R.M,. Aix-en-Provence, 1985, pp. 201-205. C’est ce que dit aussi D. Faucher, La vie rurale vue par un géographe, Toulouse, Institut de la Faculté des Lettres et Sciences humaines, 1962. Les méteils seigle-avoine ou blé-avoine seraient semés l’hiver, à moins, pense M.-P. Ruas, que l’avoine ne soit semée au printemps dans les champs de blé et de seigle alors en herbe, Productions..., op. cit., p. 147.

200 Frêche (G.) Toulouse et la région..., op. cit., p. 246.

201 La jachère est une parcelle cultivée soumise à un arrêt temporaire, plus ou moins prolongé, des cultures. Une végétation spontanée s’y développe (friche postculturale) et, selon la nature de son exploitation (pâturage, fauchage, cueillette), peut évoluer vers une forme entretenue de son couvert (prairie, lande, garrigue).

202 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 147 v°, 30 août 1407.

203 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 88 v°, 1407.

204 Dans le sud de la France, le restouble est la parcelle moissonnée où il ne reste plus que le chaume mêlé d’herbes ; semer sur les restoubles consiste à semer une céréale d’hiver sur les chaumes de cette même céréale, il n’y a donc pas de jachère, Lachiver (M.), Dictionnaire du monde rural..., op. cit.

205 Castaing-Sicard (M.), Les contrats..., op. cit., note 126 p. 148.

206 A.D.H.G., 3 E 8583 f° 62, 1452, Sicard (G.), Les contrats de métayage..., op. cit., pp. 37-38.

207 Baron Trouvé, Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Firmin-Didot, 1818.

208 Pariset (F.) Mœurs et usages du Lauragais..., op. cit., p.54.

209 Baron Trouvé, Description..., op. cit., pp. 464-465.

210 Coulet (N.), Aix-en-Provence, espace et relations d’une capitale..., op. cit., pp. 169-174.

211 Derville (A.), L’agriculture flamande. Des origines médiévales aux descriptions de 1800, Histoire et sociétés rurales, n° 4, 2e semestre 1995, p. 56.

212 Beutler (C), Calendriers agricoles et systèmes de culture en Europe continentale au xvie siècle, Histoire et Sociétés Rurales, n° 8, 1997, pp. 33-59.

213 A.D.H.G., 3 E 2485 f° 59 r°.

214 A.D.A., 3 E 9444 f° 38 r°.

215 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 229 v°, 12 novembre 1408, F 230 v°, 13 novembre. Le blé doit être livré sur l’aire, à la pugnère, quitte de cossuris sive batedoras, le pastel, en coques, les fèves, à la pugnère, sur l’aire.

216 Beveridge (W.H.), The yield and price of com in the middle ages, Economic History Review, 1927, I, pp. 157-167.

217 Audisio (G.), Les Français..., op. cit. pp. 155-156.

218 Moriceau (J.-M.), Les fermiers de l’Ile-de-France..., op. cit., p. 432.

219 Carrié, Monographie..., op. cit.

220 Cornet (G.), Productivité et rendement céréalier, de l’histoire à l’archéologie, L’homme et la nature, pp. 87-91, Comet (G.), Le paysan et son outil, op. cit., pp. 311-314.

221 Bourin-Derruau (M.), Un exemple d’agriculture..., op. cit., pp. 116-117.

222 A.M.T., II 97.

223 Malafosse (L.), La forêt..., op. cit., p. 193. Il ne précise pas d’où provient ce livre, mais il détient des archives de la noblesse locale (familles Saint-Félix et Puybusque, cette dernière présente au xve siècle) ; de plus, la famille de Villèle, longtemps co-seigneur de Montesquieu, lui a communiqué ses titres.

224 Cazals, Monographie..., op. cit.

225 Malafosse (L.), La forêt..., op. cit., p. 194.

226 A.D.H.G. 11 M 9, arrondissement de Villefranche.

227 Baux (Et.), La vie économique..., op. cit.

228 Théron de Montaugé, L’agriculture et les classes rurales..., op. cit., p. 7-9.

229 Carrié, Monographie..., op. cit.

230 Pia (J.), La terre, le vent, les hommes, 100 ans d’agriculture en Lauragais, 1985, p. 95 et p. 97.

231 Guiraud (J.), éd., Cartulaire de Notre-Dame de Prouille, Paris, 1907.

232 A.D.A., 4 E 076/ CC 10 f° 70 v°.

233 Comme en Roussillon, Caucanas (S.), Moulins et irrigations en Roussillon du xie au début du xve siècle, C.N.R.S., 1995, pp. 123-155.

234 A.D.A., 4 E 076/ CC 10 f° 164 r°.

235 A.D.A., 4 E 076/CC 9 f° 56 v°.

236 Maguer (R.) De la cocagne au blé..., op. cit.

237 Fournier (M.), La vie rurale dans le Lauragais à la fin du xiiie siècle, mémoire de maîtrise, Toulouse-Le Mirail, 1975, p. 78 et suiv.

238 Cazes (J.-P.) La baille..., op. cit., p. 84.

239 Partak (J.), La seigneurie..., op. cit., p. 78.

240 A.D.H.G., 1 G 799, cf. la partie « La présence seigneuriale ».

241 A.D.A., 3 E 9450 f° x, 1418.

242 A. D. H. G, 3 E 18270 f° 35 r°.

243 A.D.A., 3 E 1493 f° 39 r°, 1418.

244 A.D.A., 3 E 9452 f° 8 r°, 1445.

245 A.D.A., 3 E 1494 f° 49 r°.

246 A.D.A., 3 E 9449 f° 233 r°, 1425.

247 A.D.A., 4 E 076/CC 9 f° 29 r°.

248 A.D.A., 4 E 076/CC 9 f° 29 r°.

249 A.D.A., 4 E 076/CC 9 f° 52 v°.

250 A.M.T., Ms. 634.

251 A.D.H.G., 3 E 10159 f° 55 v°.

252 A.D.A., 3 E 9467 f° 104 r°, septembre 1461.

253 A.D.A., 3 E 9467 f° 109 r°.

254 A.D.A., 3 E 9467 f° 111 v°, décembre 1461.

255 D’après le règlement du poids du pain conservé dans le cartulaire de Castelnaudary, la part du meunier est de 1/16 de la farine obtenue, soit six livres pour un setier de froment amené au moulin.

256 A.D.A., 4 E 076/CC 10 f° 163 v° et f° 164 r°.

257 A.D.H.G., 5 E 67 f° 17 r°.

258 A.D.H.G., 1A8, tome 2, f° 249 et suiv.

259 Marandet (M.-C.) Une ville policée..., op. cit., pp. 208-209.

260 A.D.H.G., 1 G 805 ; A Montgiscard, un deuxième four appartient à l’archevêque, il est probablement situé « a la carreria dels mercadies », A.D.H.G., 5 E 73 f° 50 v°.

261 A.D.A., 4 E 076 /CC9, il en possède un tiers.

262 A.D.A., 4 E 076/CC9 f° 16 r°, ils en possèdent un sixième.

263 A.D.A., 3 E 9456 f° 94 r°.

264 A.D.A., 4 E 076/DD 18.

265 5 E 73 P 63 v°. Son estime totale est de 171 £, il possède aussi un ostal, une borde et des terres.

266 A.D.H.G., 5 E 73 f° 89 v° et f° 105 r°.

267 Communauté disparue, réduite à une ferme, commune de Tréville, canton de Castelnaudary nord.

268 A.D.A. 3 E 9444 f° 12 v°, 1405.

269 Le teillage ou écangage du lin est destiné à séparer l’écorce des fibres et à diviser les fibres.

270 A.D.A., 4 E 138/1G1 f° 12 r°, F 18 r°, f° 27 v°.

271 A.D.H.G., 3 E 10160 P 65 v°, 1397.

272 Stopa = étoupe, filasse, se disait du chanvre et du lin peignés. C’est aussi un tissu grossier, analogue à la bure, dans lequel il entrait de l’étoupe et de la laine.

273 A.D.A., 3 E 9450, non folioté, 1415.

274 A.D.H.G., 10160 f° 4 r°.

275 A.D.H.G., 3 E 10136 f° 316 v°.

276 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 146 r°, 1460.

277 Les chènevières sont seulement mentionnées, à Castelnaudary, dans le compoix de 1700, sous le terme carbenial.

278 Ramière de Fortanier (J.), Recueil..., op. cit., p. 225 et suiv. « item hordenan que les lis se zagaran degous les pratz del seignieur ».

279 À Murcie, on interdit le rouissage dans les fleuves et dans les mares qui se déversent dans les fleuves ou les canaux ; on creuse des rouissoirs, Menjot (D.), Murcie (1243-milieu xve siècle). Une ville méditerranéenne périphérique dans la Castille du bas Moyen Âge, Madrid, Casa de Velâsquez, 2002, pp. 397-398.

280 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 1 v°, 1441.

281 L’usage de l’huile de chènevis est attesté en Bourgogne, Beck (P.), L’approvisionnement en Bourgogne ducale aux xive et xve siècles, Actes du colloque de Nice (1982), sous la direction de D. Menjot, Manger et boire au Moyen Âge, tome 1, pp. 171-181.

282 Ce lin ne sert qu’aux besoins domestiques, au total, 104 ha en sont semés. Le chanvre est très peu cultivé, on en trouve 7 ha dans tout l’arrondissement de Castelnaudary, Baux (Ét.), La vie économique..., op. cit. Pour F. Pariset, à la fin du xixe siècle, le lin donnerait, à l’hectare, 6 hl de graines et 120 kg de filasse, Pariset (F.), Mœurs et usages du Lauragais..., op. cit., pp. 158-159.

283 Ruas (M.-P.), Les plantes consommées au Moyen Âge..., op. cit., tableau 2, p. 185 et p. 191.

284 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., carte IX et p. 248.

285 Borlandi (F.), Il guado nel Medio Evo, Studi in onore di Gino Luzzatto, volume 1, Milan, 1950, pp. 297-324.

286 Caster (G.), Le commerce..., op. cit., p. 39.

287 Ramière de Fortanier (J.), Recueil..., op. cit.

288 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 217 r°.

289 Pour tout ce qui concerne la culture et la préparation du pastel, cf. Jorré (G.) Le Terrefort..., op. cit. p. 193 et suiv. ; Vidal (A.), Le pastel dans l’Albigeois, Bulletin de la Société des Sciences Arts et Belles Lettres du Tarn, tome 1, 1921-27, pp. 457-460 et pp. 642-646 ; Encyclopédie de Diderot, articles « Guède » (VII, p. 981) et « Teinture » (XVI, p. 12).

290 Gilles Caster signale qu’en Thuringe, il y avait des semailles d’hiver (en décembre), de printemps et d’été, Le commerce..., op. cit., pp. 42-43.

291 A.D.H.G., 3 E 10160 f° 4 r°.

292 Caster (G.), Le commerce..., op. cit., p. 45 et note 79.

293 Probablement « deniers tolsans », A.D.A., 4 E 138/1G1 (registre de 1428) f° 9 v°, son estime totale est 10 £ 10 sous et f°8 r°, son estime totale est de 33 £ 2 toi. La plus grosse estime du registre est de 54 £.

294 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., note 94 p. 247, (A.D.H.G., not. 101 H 100 f° 60 v°, 1357 et A.D.H.G., 3 E 2955 f° 53 v°, 1409).

295 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 11 v°, f° 18 r°, f° 126 v°, f° 134 v°, f° 166 r°, f° 153 r°, A.D.H.G., 3 E 10161 f° 381 v°, f° 147 v°, A.D.H.G., 3 E 10164 f° 11 v°.

296 Caster (G), Le commerce..., op. cit., pp. 46-47.

297 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 250, note 112.

298 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 147 v°, 30 août 1407.

299 A.D.H.G., 3 E 10194 f° 40, 1462.

300 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 166, 1458.

301 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 18 r°, on le retrouve quand il reloue sa borie, A.D.H.G., 3 E 10137 f° 134 v°.

302 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 127 v°.

303 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 126 v°.

304 A.D.H.G., 3 E 101541° 316 r°.

305 Caster (G.), Le commerce..., op. cit., p. 50.

306 Partak (J.), La seigneurie..., op. cit., p. 72.

307 Catel (G.de), Mémoires de l’histoire du Languedoc..., op. cit., pp. 49-50.

308 A. D. H. G, 3 E 22915 f° 130 r°.

309 A. D. H. G, 3 E 22915 f° 130 r°.

310 Caster (G), Le commerce..., op. cit., p. 53.

311 Jorré (G), Le Terrefort..., op. cit., donne une référence de 1583, A.D.H.G., 3 E 13168 f°209°.

312 Dans le Terrefort occidental, le plus grand nombre d’actes de ventes de pastel se trouve dans les registres de la fin du xive et du début du xve siècle, le registre le plus riche est le 3 E 10161. Dans la plaine laura-gaise, le registre le plus riche en ventes est le 3 E 1493, datant des années 1417-20. La fréquence des ventes de pastel dans un registre semble, surtout, liée à la clientèle habituelle des notaires, certains se spécialisant dans les marchands.

313 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 250-251.

314 Ramière de Fortanier (J.), Les droits seignuriaux..., op. cit.

315 Castelnaudary canton nord : trois moulins à pastel : un en campagne : « a las polaynas » (nord-est de Castelnaudary), un dans le barri de Puginier, un autre dans le barri de Souilhe. Castelnaudary canton sud : huit moulins à pastel (deux dans le quartier de Grimaude, deux dans le quartier de la Baffe, à Castelnaudary, un à Labastide, deux à Lasbordes, un à Laurabuc).

316 A.D.A., 4 E 076/CC9 f° 53 r°, ce moulin, rue de Grimaude, appartenant à G. Falco, est estimé 6 £, il correspond à un des deux moulins repérés dans les registres notariés.

317 A.D.A., 3 E 1493 22 r°. Mazères a été fondée en paréage.

318 A.D.A., 3 E 1493 f° 145 r°.

319 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 184 v°, 11 mars 1408.

320 A.D.H.G., 3 E 10159 f° 163 v°.

321 A.D.H.G., 10154 f° 208 v°, 6 juin 1385.

322 Caster (G.), Le commerce..., op. cit., p. 176 et pp. 59-61.

323 Ib., p. 149, note 118 (RP 30, registre particulier de Jean Bernuy, 105 v°) et p. 152. Jean Bernuy arriverait à Toulouse en 1499, pour faire son apprentissage auprès de parents.

324 Ib., pp. 152-153, RP f° 80 r°. J’ai déjà signalé cet achat, mentionné dans les estimes de 1535.

325 Ce que Ph. Wolff avait déjà noté, Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 249.

326 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 175 r°, 20 janvier 1408.

327 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 190 v°, 28 mars 1408 (n.st.). L’acheteur doit verser l’argent à un autre Ayneri, hôtelier de Montgiscard, pour le prix d’un ostal que lui a acheté Guilhem.

328 A.D.A., 3 E 9445 f° 38 r°, 15 septembre 1411.

329 A.D.A., 3 E 9445 f° 42 r°, 20 septembre 1411.

330 A.D.A., 3 E 1493 f° 29 v°, 7 mars 1418, f 182 v°, 20 janvier 1421 (n.st.).

331 A.D.A., 3 E 1494 f° 14 v°.

332 A.D.A., 3 E 1494 f° 1 v°, 10 décembre 1421.

333 A.D.A., 3 E 1493 f° 184 r°.

334 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 226 r°.

335 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 216 v°, 14 juillet 1408, 238 r°, 5 janvier 1409 (n.st.).

336 Les mesures utilisées sont la sarcinée ou charge de trois quintaux (5,57 cabas) soit 126 kg et la sarcinée ou charge de 6 cabas, environ 134 kg. Il existe aussi une sarcinée grosse appelée sarcinée de 6,5 cabas, environ 145 kg, et une sarcinée de 7 cabas, environ 157 kg. On emploie aussi la tinée de 4 quintaux soit 7,43 cabas et la charge de 8 cabas, environ 179 kg. Au xvie siècle, on emploie surtout la charge et la balle. La charge faisait de 3,5 à 4 ou 4,5 cabas (entre 80 et 100 kg), elle était conçue pour le mulet qui en portait deux sur son bât, Caster(G), Le commerce..., op. cit., pp. 24-25.

337 A.D.A., 3 E 1493 f° 42 r°.

338 Caster (G), Le commerce..., op. cit., p. 153.

339 Ib, p. 56, et cela ne représenterait qu’une fin de récolte. Il indique aussi qu’un propriétaire du Mas-Saintes-Puelles vend 22 000 coques, un paysan 14 000 coques, Ib., p. 46 et p. 57.

340 G. Caster signale aussi des abattements pour ceux qui payent ponctuellement, Ib., note 173 p. 57 et p. 28.

341 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 25 r°, 24 novembre 1405, f° 82 v°, 9 août 1407.

342 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 85 v°, 30 août 1407.

343 A.D.A., 3 E 1493 f° 153 v°.

344 Pinto (A.), Les sources notariales, miroir des cycles d’exportation du pastel languedocien en Roussillon et dans le Nord-Est de la Catalogne (xive siècle, 1er quart du xve siècle), Le commerce du pastel, de la laine et des draps, xive-xvie siècles, Annales du Midi, tome 113, octobre décembre 2001, pp. 424-455.

345 Le seul patronyme pouvant se rapprocher de cette version roussillonnaise est celui de P. Gotz qui dans les estimes CC 9 est allivré pour un peu plus de 144 £ et qui déclare plusieurs tendoirs à draps et un étal au marché. P. Gotz possède des tapias de campmas avec 40 sétérées de terre et de pré au Tréboul, un Bertrand Robberti en est confront. Ce Pierre Gotz est appelé Gotsolas dans les registres de notaires, habitant de Souilhanels, il détient divers biens immobiliers à La Pomarède, A.D.A., 3 E 9445 f° 44 v°.

346 A.D.A., 3 E 1493 f° 6 v°, P 25 v°, f° 69 v°.

347 A.D.A., 3 E 9449 f° 202 r°.

348 A.D.A., 3 E 9458 f° 31 v°.

349 A.D.A., 3 E 9455 f° 174 v°.

350 A.D.A., G 134.

351 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 212 v°, 21 juin 1385.

352 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 324v°, vente d’un emplacement de jardin sive casai, f° 327 v°, F 328 v°, idem.

353 A.D.A., 4 E 138/1G1, f° 4 v°, estimes de 1495, J. Gaubert déclare un casai au barri estimé 5 sous.

354 Cf. la partie « Les formes de propriété ».

355 Rien à voir avec le Roussillon où une communauté de jardiniers est constituée dès 1292, Puig (C.) Les campagnes roussillonnaises..., op. cit., p. 293.

356 A.D.A., 3 E 9456 f° 144 r°, et A.D.A., 3 E 9468 f° 92 r°.

357 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 304 r°.

358 A.D.A., 3 E 1501 f° 142 v°.

359 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 253 r°.

360 Où les plus grands atteignent quatre éminées, soit 19,45 ares, Coulet (N.), Pour une histoire du jardin, vergers et potagers à Aix-en-Provence : 1350-1450, Le Moyen Âge, 1967, pp. 239-270. Cf. aussi Jardins et vergers en Europe occidentale (viiie-xviiie siècle), 9e journées de Flaran, 1987, Centre culturel de l’abbaye de Flaran, Auch, 1989.

361 I1 donne des exemples de 1,8 ha, 3,2 ha et 3,9 ha, Delmaire (B.), Note sur la dîme des jardins, mes et courtils dans la France du nord au Moyen Âge, Campagnes médiévales..., op. cit., pp. 231-246.

362 A.D.H.G, 3 E 10164 f° 11 v°, dans les dépendances de Villenouvette. au prix de 5 écus d’or. A.D.H.G., 3 E 10164 f° 144 r° et f° 186 r°, au barri daval, à Montgiscard.

363 A.D.H.G, 3 E 22915 f° 150 r°, 1441.

364 Lartigaut (J), Les campagnes..., op. cit., pp. 134-136.

365 Ménard (Ph.), Jardins et vergers dans la littérature médiévale, Jardins et vergers..., op. cit., pp. 41-69.

366 Ramière de Fortanier (J.), Recueil..., op. cit., p. 511.

367 Ib., pp. 579-580.

368 Ib., p. 621.

369 Latouche (R.) La vie en Bas-Quercy du xive au xviiie siècle, Toulouse, 1923.

370 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 322 v.

371 A.D.A., 3 E 9450 f° x, 1416, dans les dépendances de Castelnaudary, « adfontem d’albieyras ». On retrouve les partages de puits en Languedoc, Durand (A.), Les paysages..., op. cit., p. 290.

372 Bourin-Derruau (M.), Villages..., op. cit., tome 1, pp. 168-169.

373 Puig (C.) Les campagnes roussillonnaises..., op. cit., pp. 285-287.

374 Menant (F.), Campagnes..., op. cit., pp. 173-174.

375 Cazes (J.-P.), La bailie..., op. cit., p. 34.

376 Ib., 7 v°, f° 38 v°, f° 119 v° f° 145 v°, etc.

377 Ib., f° 9 v°, f° 13 v°, etc.

378 Les vignes étaient encore cultivées dans tous ces secteurs jusque vers 1970.

379 Jorré (G.), Le Terrefort..., op. cit., p. 59.

380 L’agronome Piero di Crescenzi, dans son traité écrit vers 1304-05, rapporte, en effet, qu’en Italie, on trouve des vignes basses non échalassées, des secteurs où l’on utilise un tuteur et un palissage horizontal, d’autres où le palissage est vertical ; les vignes peuvent être conduites en hautain, avec ou sans échalas, Gaulin (J.-L.), Viticulture et vinification dans l’agronomie italienne, xiie-xve siècles, Le vigneron, la viticulture et la vinification en Europe occidentale au Moyen Age et à l’époque moderne, 1989, 11e journées de Flaran, Auch, 1991, pp. 93-118.

381 La vigne est associée aux figuiers, châtaigniers et aussi aux noyers et aux chênes, Toubert (P), Les structures du Latium médiéval. Le Latium médiéval et la Sabine du ixe à la fin du xiie siècle École française de Rome, 1973, pp. 259.

382 Les vignes basses sont associées à des pruniers, noyers, figuiers, sorbiers, amandiers, oliviers, Coulet (N.), Aix-en-Provence..., op. cit., p. 134.

383 Dont un olivier, Puig (C.), Les campagnes roussillonnaises..., op. cit., p. 266.

384 Aline Durand pense qu’il peut y avoir de la coltura promiscua, Durand (A.), Les paysages..., op. cit., p. 352.

385 De La Roncière (Ch.), Le vignoble florentin et ses transformations au xive siècle, Le vin au Moyen Age : productions et producteurs, actes du Ile congrès des médiévistes, Grenoble, 71, 1978, pp. 125-161.

386 Toubert (P), Les structures du Latium..., op. cit., p. 258.

387 Signalé par Puig (C), Les campagnes roussillonnaises..., op. cit., p. 268.

388 Antoine (A.), Boehler (J.-M.), Brumont (F.), L’agriculture en Europe occidentale à l’époque moderne, Belin, Paris, 2000, p. 218.

389 Mane (P.), L’iconographie du travail viticole en France et en Italie du xiie au xve siècle, Le vigneron, la viticulture et la vinification en Europe occidentale..., op. cit., pp. 9-48.

390 Puig (C.), Dynamiques..., op. cit., p. 252.

391 Dion (R.), Histoire de la vigne et du vin en France des origines au xixe siècle, Paris, 1959.

392 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 189 et note 128.

393 Froissart (J.), Chroniques, tome II, chapitre 361. Ce serait le plus ancien exemple de muscat en France. R. Dion signale une publication de Calmette (J.), Benoît XIII et le muscat de Claira, Revue d’histoire et d’archéologie du Roussillon, IV, 1903, pp. 229 -230. En 1394, Benoît XIII fait acheter par son collecteur dans le diocèse d’Elne 6 charges de vin muscat de Claira (Pyrénées orientales, vers Rivesaltes). La propagation des espèces de vignes d’où l’on tire ces vins et les méthodes par lesquelles on les obtient, s’effectuent à partir de l’Espagne, Dion (R.), Histoire de la vigne et du vin en France..., op. cit., p. 317.

394 Le propriétaire s’en réserve l’usage, A.D.H.G., 3 E 10137 f° 11 v°, 1458.

395 A.D.H.G.. 3 E10162 f° 21 r°.

396 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 84 v, 18 octobre 1459, P. den Rua est qualifié de sartre ou de laboureur, selon les actes.

397 Billot (C.), Pressoirs, cuves et autres choses servant à fouler, cuver et presser vins, Milieux naturels, espaces sociaux. Études offertes à Robert Delort. Publications de la Sorbonne, 1997, pp. 469-475. Marquctte (J.-B.), La vinification dans les domaines de l’archevêque de Bordeaux à la fin du Moyen Âge. Géographie historique des vignobles, Colloque de Bordeaux, 1977. Bordeaux 1978, pp. 123-147.

398 Les Toulousains achetaient du vin dans les villages du Lauragais (Castelmaurou, Montgiscard surtout), Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., p. 191.

399 A.D.A., 3 E 9460 f° 58 v°, 1460, H. de Fraxino est bachelier ès décrets, chanoine de Saint-Michel de Castelnaudary.

400 Abbé (J.-L.), Les anciennes mesures..., op. cit., pp. 92-93.

401 Marandet (M.-C), Le souci..., op. cit., pp. 60-64, pp. 224-235 et pp. 460-469.

402 L’alcool peut avoir d’autres usages : d’après Della Cornia, il aide à la conservation du vin, Gaulin (J.-L.), Viticulture et vinification..., op. cit., p. 116. (La Divina Villa di Corniolo Della Cornia. Lezioni di agricoltura tra xive-xve secolo, éd. par L. Bonelli Comenna, Sienne, 1982, 4, 65, p. 177).

403 A.D.A., 3 E 9450 non folioté, septembre 1414.

404 A. D. H. G., 3 E 10164 f° 37 v°, inventaire de feu Raymond Barravi, hôtelier, 19 janvier 1424.

405 A.D.A., 4 E 076/CC 54 f° 8 r°.

406 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 15 v°.

407 Des vergers de pommiers à cidre sont mentionnés au pays basque, Cursente (B.), Les vergers du Bas-Adour d’après le cartulaire de Sordes (fin xie-début xiiie) Jardins et vergers..., op. cit., pp. 207-212.

408 Des arbustes : aubépines, noisetiers, sureaux, cornouillers étaient aussi utilisés.

409 A.D.H.G., 3 E 10161 F 248 r°, 1409.

410 Ramière de Fortanier (J.), Recueil..., op. cit., p. 231.

411 Ib., pp. 207-208.

412 Ib., pp. 621-622. Rédaction des privilèges et libertés de la ville, 1463.

413 Audisio (G), Les Français d’hier, tome 1, Les Paysans xve-xixe siècle, Paris, 2e éd., 1998, p. 163.

414 Marandet (M.-C), L’équipement..., op. cit., pp. 270-271.

415 A.D.A., 3 E 1494 f 38 v°, 8 janvier 1423.

416 Des poires et des noisettes sont achetées en juillet 1373 par la ville de Castelnaudary pour offrir un repas à l’évêque de Saint-Papoul, A.D.A., 4 E 076/ CC 54.

417 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 44 v°, 3 e 10161 f° 80 v°, 88 v°, 227 r°, 283 v°, 373 r° : des noix. 3 E 10161 f° 283 v° : des noisettes.

418 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 44 v°, 1381. Il doit cultiver, aussi, du pastel.

419 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 91 v°.

420 A.D.H.G., 3 E 10164 f° 122 r°.

421 Ruas (M.-P.), Productions..., op. cit., p. 94 et Durand (A.), Forest (V.), Gardeisen (A.), Ruas (M.-P.), Approches bioarchéologiques de l’habitat castrai languedocien. Huit sites de la bordure méridionale du Massif Central (xe-xvie siècle), Histoire et sociétés rurales, n° 8, 2ème semestre 1997, pp. 11-32. Ces espèces se retrouvent dans tous les sites médiévaux du Lauragais, Ruas (M.-P.) Eléments pour une histoire de la fructiculture en France : données archéobotaniques de l’Antiquité au xviie siècle, L’homme et la nature au Moyen Âge, Actes du Ve congrès intemationl d’archéologie médiévale, Grenoble, sous la direction de Michel Colardelle, Errance, 1999, pp. 92-105.

422 Lachiver (M.), Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Fayard, 1997.

423 Dans les registres notariés qui sont en latin, pascua semble correspondre à payssieu : A.D.H.G. 3 E 10137 f° 124 r°, 1460, une borie est louée avec son « territorio terris pratis vineis nemoribus pascuis herbatgiis et aliis suis juribus... »

424 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 195 v°, accensement d’une pradasse sive terre, f° 197 r°, achat d’un « prati sive pradasse ».

425 de Falguerolles(G), Essai sur la formation des mazatges, des métairies et des bories dans le consulat de Lempaut (Tarn), Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1939, pp. 5-29.

426 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents.., op. cit., p. 223 et suiv.

427 A.D.H.G., 5 E 73 f° 78 r°.

428 A.D.H.G., 5 E 73 f° 109 r°.

429 Mane (P.), Le paysan mis en scène, Paysages, paysans. L’art et la terre en Europe du Moyen Age au xxe siècle, E. Le Roy-Ladurie, dir., B.N.F., 1994, pp. 43-60.

430 Jean Lartigaut pense qu’elles étaient faites de genévriers, de petits érables, Lartigaut (J), Les campagnes..., op. cit., pp. 134-136.

431 On y voit aussi un enclos de pierres sèches destiné au pacage, genre de structure qu’on ne doit pas avoir en Lauragais, si ce n’est en Montagne Noire, seul secteur où la pierre abonde et où l’on trouve encore des murets de pierre sèche, Fournioux (B.), Sur un plan figuré de la fin du xve siècle d’une forêt vicomtale en Périgord, Annales du Midi, 1982, pp. 197-207.

432 À Thuir, en Roussillon, i1 est interdit, de même, d’introduire des bêtes dans les prés à partir du 14 février et jusqu’à ce que le pré soit fauché, Puig (G), Dynamiques..., op. cit., p. 402.

433 Pariset (F.), Économie rurale..., op. cit., p. 270.

434 En Rouergue, les prés sont ouverts après la fenaison, certains après la première herbe, d’autres après la seconde, à Sévérac-le-Château, par exemple, communication de J. Dumasy, Usages collectifs et territoires dans un pays d’habitat dispersé : l’exemple de Sévérac-le-Château (Rouergue) à la fin du Moyen Âge (Mi xiiie-Début xvie), colloque Espaces collectifs et d’utilisation collective dans les campagnes du Moyen Âge à nos jours, Clermont-Ferrand, 15-17 mars 2004. En Provence, le bétail pénètre dans les prés après la fenaison de mai (la prima erba), la seconde herbe vient en août et n’est donc pas sûre, Coulet (N), Aix-en-Provence..., op. cit.

435 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 310 r°, même chose au f° 248 r°, 1409.

436 A.D.A., 3 E 9444 f° 63 r°.

437 A.D.A., 3 E 1493 f° 49 r°.

438 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 14.

439 Prairie naturelle ou permanente : étendue d’herbe qui, une fois semée, se perpétue et se multiplie d’elle-même. Prairie artificielle : terre labourée où l’on sème, dans le cadre d’un assolement et pour un certain temps, différentes plantes, surtout légumineuses (aujourd’hui trèfle, lupin), Lachiver (M.) Dictionnaire du monde rural. Les mots du passé, Fayard, 1997.

440 En Limousin, des prairies sont semées au xve siècle, Vatin (N.), Pratiques agricoles en Limousin à la fin du xve siècle d’après une source ottomane, Histoire et Sociétés Rurales, n° 3, Ier semestre 1995, pp. 261-270.

441 Ruas (M.-P.), Productions..., op. cit., pp. 109-113.

442 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 166 r°, 1461.

443 Coulet (N.), Aix-en-Provence..., op. cit., p. 131.

444 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 127 v°, Montgiscard, un bachelier ès décrets baille diverses parcelles dont trois arpents de pré « a la masquiera ». Le preneur doit faire vallata à ses frais, sauf ceux au bord de la route qui sont à moitié. On peut supposer qu’il s’agit, dans ce cas, de drainage.

445 A.D.A., 3 E 1493 f° 25 v°, 15 mars 1418 (n. st.).

446 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 178 r°, 11 mars 1461. Une autre tonsura de pré est vendue pour un écu d’or par an, 3 E 10137 f° 166 r°.

447 A.D.A., 4 E 138/1 G 1, 1426, comptes municipaux : P. Sabrier a payé 13 gros et demi pour « la erba de las cabas ».

448 Rédaction des anciennes coutumes, de 1509, Ramière de Fortanier (J.), Recueil..., op. cit., pp. 225-245.

449 Ramière de Fortanier (A.), Des confréries médiévales aux confréries de pénitents : continuité ou rupture ? Le Lauragais..., op. cit., p. 191.

450 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 172 v°, 18 janv 1408 (n.st.), vente d’une demi-pugnère de « rivalerie » à Noueilles, en cf. un ruisseau, prix 2 £ 14 sous 3 d tr (mais elle se trouve avec un demi-arpent de bois). A.D.H.G. 3 E 10154 293 r°, novum feudum d’une terre avec rivaleria contiguë à Pouze, sous 8 d tolsans d’oblies.

451 La formation végétale boisée développée sur un sol humide ou temporairement saturé, au bord d’un cours d’eau.

452 Sous l’appellation d’iscles, Coulet (N), Aix-en-Provence..., op. cit., p. 131.

453 Higounet-Nadal (A.), Périgueux aux xive et xve siècles. Étude de démographie historique, 1977.

454 A.D.H.G., 3 E 1059 f° 119 r°.

455 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 20 r°.

456 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 87 v°.

457 A.D.H.G., 3 E 10137 f° 11 v°, 1458. Le campmas dels faures à Montlaur est baillé avec ses pratis pascuis pastenchis rivaleriis.

458 Fons (V. et S.), Constatation et codification des usages locaux agricoles en vigueur dans le département de la Haute-Garonne, Toulouse, Les frères Douladoure, réédition, 1938. La Iere édition est de 1845, sous le titre Recueil des usages locaux ayant force de loi dans le département de la Haute-Garonne.

459 Durand (A.), Les paysages..., op. cit., pp. 348-351 et note 87.

460 Ramière de Fortanier (J.), Recueil..., op. cit., pp. 207-208.

461 A.D.H.G., 3 E 22915 f° 60 r°, 12 décembre 1440. Cancellé le 6 mai 1441.

462 A.D.H.G., 3 E 10136 f° 73 r°, 7 sept 1450.

463 Philippe Wolff en a relevé toute une série, Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 227-230. Cette afferme est très courante à la période moderne, Astoul (G), L’« afferme » des communaux d’après les minu-tiers des notaires aquitains (xvie-xviiie siècles), Exploiter la terre. Les contrats agraires de l’Antiquité à nos jours. Actes du colloque de Caen (1997), édités par G. Béaur, M. Arnoux et A. Varet-Vitu, Bibliothèque d’histoire rurale, Association d’Histoire des Sociétés Rurales, Presses universitaires de Rennes, 2003, pp. 101-110.

464 Ruas (M.-P.), Productions..., op. cit., p. 143.

465 F. Mistral donne naudo, nauso, nauvo, bas latin nausa : eau croupie, noue, mare d’eau, prairie aquatique, terre exposée à être couverte d’eaux stagnantes, Lou Tresor... op.cit.

466 A.D.A., 4 E 076/ CC 9 f° 14 v° et f° 67 r°.

467 A.D.A., 4 E 076/ CC 10 95 v°.

468 Mouillères, aujourd’hui.

469 A.D.H.G., 5 E 67 f° 108 v°.

470 Cf. infra « La ferme lauragaise ».

471 A.D.H.G., 3 E 10164 f° 37 v°.

472 A.D.H.G., 3 E 10161 f 35 v°. Les macelliers vendent parfois viandes et poissons.

473 A.D.H.G., 5 E 66 f° 13 v°.

474 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents.., op. cit., p. 468.

475 Il y avait encore des anguilles dans le Fresquel, il y a 20 ans.

476 Grelois (E.), Marais, lacs et lit majeur de l’Allier : les conflits autour de l’utilisation collective d’espaces convoités aux derniers siècles du Moyen Âge, communication au colloque Espaces collectifs..., op. cit.

477 Chez les agronomes latins, le saltus est formé de l’ensemble des terrains qui ne sont pas régulièrement cultivés, à l’exclusion des forêts, Bertrand (R.), Pour une histoire..., op. cit.

478 A.D.H.G., 3E 10161 f° 46 r°.

479 A.D.A., 3 E 9443 f° 32 r°, 16 juillet 1397.

480 Garrigas : gros chêne. Garigasso : grande garrigue, vaste lande, terre inculte et couverte de broussailles.

481 A.D.A., 3 E 9463 P 3 r°.

482 Le chapitre aliène ses droits, vers 1555, en faveur de Raymond de Raymond, co-seigneur de Lasbordes, Ramière de Fortanier (J.), Droits seigneuriaux..., op. cit., pp. 319-320.

483 A.D.A., 3 E 9461 f° 69 r°, 19 mai 1455.

484 Guimbail (R.), Expansion..., op. cit.

485 Au Moyen Âge, à Saint-Victor-les-Oules, les fours étaient alimentés par du chêne vert, de l’arbousier, mais aussi du genévrier, des bruyères, du buis, Durand (A.), Les paysages..., op. cit., p. 373-380.

486 Pariset (F.) Économie rurale..., op. cit., pp. 296-297.

487 Audisio (G), Les Français..., op. cit., pp. 68-69.

488 Pariset (F.) Économie rurale..., op. cit., p. 196 et suiv. et p. 299.

489 A.D.A., 4 E 076/CC 80.

490 Barry (J.-P.) et Le Roy Ladurie (E.), Histoire agricole et phytogéographie, Annales E.S.C., tome 17, 1962, pp. 434-447.

491 Durand (A.), Les paysages..., op. cit., p. 179-181.

492 Jorré (G.), Le Terrefort..., op. cit., p. 45.

493 A.D.A., 3 E 9460 f° 65 r°, 1460.

494 Douze arpents, par exemple, à Avignonet, détenus par Gaillard Lenoir (sans date), et, en 1389, quatre sétérées appartenant à Bernard-Raymond de Saint-Michel, toujours à Avignonet ; 10 arpents de bois à Airoux appartenant à Bertrand de Fontaynes ; une sétérée de bois à Baziège, appartenant à noble Guillaume Audric et à sa femme, Jeanne de Falgar ; huit sétérées à Gardouch, appartenant à Étienne de Meretin, 13 arpents, toujours à Gardouch, appartenant à Jeanne de Cambelle ; 30 sétérées à Labécède, appartenant à la co-seigneuresse, etc.

495 Gilles (H.), L’administration royale des Eaux et Forêts en Languedoc au Moyen Âge, Bulletin philologique et historique, 1963, Paris, Bibliothèque Nationale, 1966, tome 1, p. 335.

496 Jorré (G), Le Terrefort..., op. cit., p. 44.

497 Malafosse (L. de), La forêt de Saint-Rome..., op. cit., pp. 95-96.

498 Jorré (G.), Le Terrefort..., op. cit., p. 43.

499 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents.., op. cit.

500 Gilles, (H.), L’administration royale..., op. cit., A.D.H.G., Castelnaudary E 1.

501 Comptes royaux, 1287-1314, publiés par R. Fawtier et F. Maillard, Paris, 1953-56, n°9088.

502 Certaines de ces forêts figurent dans un état des droits du roi datant du xviie siècle, celle de Saint-Rome ne compte alors que 130 arpents, moins que dans le rapport de Froidour. Le domaine de Crabes-Mortes « consiste en une forêt d’assez grande contenance, le pâturage de laquelle forêt, avec celui d’autre forêt appelée de Sarremeja », A.D.H.G., 1 A 8 tome 2 f° 249 et suiv.

503 A.D.A., G 233, p. 689.

504 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 242 v°, 1408, il inféode un pré situé « a bosc deffens ».

505 Ceci est mentionné dans les lettres d’amortissement de 1688 de Labécède et dans un relevé de privilèges de 1620 concernant Fanjeaux, Ramière de Fortanier (J.), Les droits seigneuriaux..., op. cit.

506 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents.., op. cit., p. 336 et p. 341.

507 Dans les campagnes de l’Ouest (Bretagne, Maine, Anjou), au xiiie siècle, on paye même le droit de ramasser le bois mort, Pichot (D.), Les espaces communs et leurs usages dans la France de l’Ouest (xie-xiiie), Colloque Espaces collectifs.

508 La ligno, au début du xxe siècle, qualifie les fagots, la « ramo » correspond aux branchages coupés lors des émondages, de Santi (L.), Deux livres..., op. cit.

509 Plaisance (G.), Les droits d’usage forestiers et leur vocabulaire, Cahiers d’études comtoises, 12, Actes du colloque sur la forêt, Besançon, octobre 1966, Les Belles Lettres, Paris, 1967, pp. 209-218.

510 Durand (A.), Les paysages..., op. cit., p. 390.

511 Par exemple, A.D.A., 3 E 1496 f° 56 v°, 1468. Cette emphytéose concerne 200 sétérées de nemus seu bartes et brogus à Fonters, le tenancier promet d’améliorer le bien.

512 A.D.H.G., 3 E 10159 f° 12 v°. Le terme employé est collogium.

513 Tonsura nemorum, d’après du Cange : jus exscindendi et colligendi ramos.

514 A.D.H.G., 3 E 10162 f° 47 v°, 1408.

515 A.D.H.G., 3 E 10159 f° 33 r°.

516 A.D.A., 3 E 1494 f° 40 r°, 19 janvier 1423.

517 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 168 r°, 2 janvier 1408 (n. st.).

518 Durand (A.), Dictionnaire du Moyen Âge, article forêt, p. 546.

519 Comme le dit M. -P. Ruas, pour Durfort, Ruas (M.-P.), Bioarchéologie..., op. cit., p. 21.

520 Bertrand (C. et G.), La mémoire des terroirs, Pour une archéologie agraire, op. cit., p. 15.

521 Ayant déjà publié un article sur ce thème, Les animaux domestiques en Toulousain au bas Moyen Âge, L’homme et l’animal dans les sociétés méditerranéennes, Presses universitaires de Perpignan, 2000, pp. 122-142, je ne traite ici que de l’importance de l’élevage (à partir d’un corpus plus important que celui utilisé précédemment) et de quelques aspects que j’avais alors négligés : nourriture des animaux, retombées économiques de l’élevage.

522 A.D.A., 3 E 1494 f° 95 r°.

523 Par exemple, A.D.H.G., 3 E 10097 f° 22 v° : 200 ovins vendus par un habitant d’Ayguesvives, 30 décembre 1447.

524 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 19 r°.

525 Quelques chevaux de selle sont appelés roncins comme les chevaux de labour, ainsi un roncin est vendu, avec sa selle, 7 £ tr, par un marchand de Castelnaudary, A.D.A., 3 E 1494 f° 100 r°.

526 Baron Trouvé, Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Firmin-Didot, 1818.

527 Mistral (F.), Lou Tresor..., op. cit., bravo : génisse, brau, brave : taureau.

528 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 61 r°.

529 A.D.H.G., 3 E 10166 f° 125 r°.

530 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 101 r°.

531 A.D.H.G., 3 E 10154 214 r°.

532 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 283 r°.

533 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 197-198. Les autres zones productrices vendant à Toulouse sont les pays pyrénéens et sous-pyrénéens.

534 A.D.A., 3 E1497 f° 9 vo.

535 A.D.A., 3 E 9444 f° 55 r°.

536 A.D.A., 3 E 9468 f° 80 v°.

537 Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 195-197.

538 Forest (V.) et Rodet-Belarbi (I.), Ostéométrie et morphologie des bovins médiévaux et moderne en France méridionale, L’homme et l’animal..., op. cit., p. 38.

539 Le Roy Ladurie (E.), L’ethnographie à La Rétif, Le territoire de l’historien, pp. 337-397.

540 Marandet (M.-C), Une ville policée..., op. cit., pp. 209-211.

541 A.D.A., 4 E 138/1 G 1.

542 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 304 v°.

543 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 236 v°.

544 Sicard (G.), Le métayage dans le Midi toulousain..., op. cit., p. 60.

545 A.D.H.G., 3 E 8566 f° 131 v°, f° 96 v°.

546 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 5 r°, 27 mai 1447.

547 Pour les détails, cf. Wolff (Ph.), Commerces..., op. cit., pp. 205-211.

548 A.D.A., 3 E 9445 f° 16 r°.

549 A.D.A., 3 E 9445 f° 9 v°.

550 Par exemple, 22 bovins qui doivent être « vendus ou aliénés à l’utilité du preneur et des deux bailleurs », A.D.A., 3 E 1493 f° 34 v°.

551 A.D.A., 3 E 1493 f° 80 v°.

552 A.D.A., 3 E 9445 f° 9 v°.

553 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 236 v° (l’acte est passé un 25 décembre).

554 A.D.A., 3 E 1493 f° 107 r°.

555 219 exemples en Lauragais occidental (116 gasailles portent sur des équidés, 47 sur des bovins, 29 sur des ovins, 13 sur des porcins, neuf sur des caprins (dont deux associés à des ovins), trois sur des mules, deux sur des ânes) contre 48 en Lauragais oriental (elles concernent à 16 reprises des bovins, à 14 reprises des ovins, à 12 reprises des équidés, à trois reprises des caprins, à deux reprises des porcins et, une fois, deux mules).

556 22 bovins, A.D.A., 3 E 1493 f° 34 v°, huit bovins, A.D.A., 3 E 1494 f° 28 r°.

557 A.D.A., 3 E 9445 f° 9 v°.

558 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 222 r°, une polina d’un an, ferrée des deux pieds.

559 A.D.H.G., 3 E 10154 F 34 v°. A.D.H.G., 3 E 10154 F 289 r°, 73 ovins et quatre chèvres ; A.D.H.G., 3 E 10154 f° 197 r°,85 ovins et 30 caprins ; A.D.A., 3 E 1494 f° 95 v°, 30 ovins et deux chèvres.

560 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 236 v°, il donne du son pour chaque portée.

561 A.D.A., 3 E 1494 f95 v°, même chose au F 100 v°.

562 A.D.A., 3 E 9445 f° 42 r°, 29 septembre, 42 v°, 30 septembre.

563 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 310 r°.

564 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 145 v°.

565 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 32v° 34 v°, 82 r°.

566 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 225 r°.

567 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 232 v°.

568 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 33 r°.

569 A.D.H.G., 3 E 10097 f° 62 v°, f° 69 v°.

570 A.D.H.G., 3 E10160 f° 68 v°.

571 A.D.H.G., 3 E 10154.

572 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 377 r°.

573 En Provence, les animaux ne sont pas assortis, Coulet (N.), Aix-en-Provence, espace et relations..., op. cit ; en Auvergne, rien n’est mentionné pour les bovins qui sont sûrement de la même race, mais on note la couleur des chevaux, Charbonnier (P.), Une autre France, op. cit., p. 187.

574 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 119 v°.

575 Trois tessous poil blanc, A.D.H.G., 3 E 10154 f° 253 v°. Une truie blanche, A.D.H.G., 3 E 10154 f° 116 r°. Deux truies poil blanc, A.D.H.G., 3 E 10097 f° 33 r°. Deux truies poil blanc avec huit porcelets poil blanc, A.D.A., 3 E 1493 f° 115 r°.

576 A.D.H.G., 3 E 10160 f° 4 r°, 1393.

577 A.D.A., 3 E 1483 f° xx, 1417.

578 A.D.A., 3 E 1478 f° 84 r°. Les héritiers sont son fils Antoine et les deux fils de celui-ci, en parts égales.

579 A.D.A., 3 E 1483 f° 168 r°, 1418.

580 Marandet (M.-C.) Le souci de l’Au-delà..., op. cit., p. 566.

581 Lorcin (M.-Th.), L’élevage dans le Forez des xive et xve siècles au miroir des testaments, Histoire et Sociétés Rurales, n° 20, 2e semestre 2003, pp. 11-35.

582 Pariset 5F.), Economie rurale..., op. cit., p. 66.

583 Un hectare en fourrage nourrit deux têtes de gros bétail, d’après Enquête agricole 2e série, Enquêtes départementales, 18e circonscription Tarn-et-Garonne, Haute-Garonne, Gers, Paris, Imprimerie nationale, 1872, arrondissement de Villefranche-de-Lauragais, pp. 265-270. Au xviiie siècle, en région parisienne, on trouve une « bête blanche » à l’arpent (soit deux à l’hectare), Moriceau (J.-M.), Les fermiers..., op. cit.

584 Des devèzes des mas existent en Rouergue pour les bœufs de labour, Demasy (J.), Usages collectifs..., op. cit.

585 Dans cette région, les terres décloses sont les domaines nobles, les terres ensemencées, les prés de la mi-février à la première semaine de décembre, les terres des gens de basse condition quand elles sont brandonnées, Antoine (A.), Le paysage de l’historien. Archéologie des bocages de l’Ouest de la France à l’époque moderne, Presses universitaires de Rennes, 2000, p. 168.

586 En Béam, elles s’appliquent toute l’année, Luc (P.), Vie rurale..., op. cit.

587 Pariset (F.), Économie rurale... de la Montagne Noire, op. cit. p. 233 et suiv.

588 Combes (J.), Les foires en Languedoc au Moyen Age, op. cit., et Wolff (Ph.), Les marchands..., op. cit.

589 Les moulins drapiers de Labécède sont mentionnés dans le Liber reddituum.

590 A.D.A., 3 E 9453 f° 21 v°, 1437.

591 A.D.A., 4 E 076/CC 9 f° 48 r° et f° 57 r°.

592 A.D.A., 3 E 9452 f° 77 v°, 8 novembre 1449.

593 Les déchets ménagers, les excréments humains sont aussi utilisés.

594 Ramière de Fortanier (J.), Recueil de documents.., op. cit., p. 444 et suiv.

595 Ibidem, p. 558.

596 F. Mistral donne au mot pourquiero ou pourquièiro la signification de porcherie ou enclos pour les pourceaux.

597 Ramière de Fortanier (J.) Recueil..., op. cit., p 622.

598 Grand (R.) et Delatouche (R.), L’agriculture au Moyen Âge de la fin de l’Empire romain au xvie siècle, Collection L’agriculture à travers les âges, tome III, E. de Boccard, 1950, p. 265.

599 Même chose à Perpignan, en 1176, un édit du comte interdit aux gens d’avoir des fomaras dans la ville ou d’en faire sous les maisons, Puig (C), Les campagnes roussillonnaises..., op. cit.

600 A.D.A., 3 E 9444 f° 12 v°.

601 En Provence, la paille et les déjections accumulées d’abord dans une fosse à purin près des portes de la ville sont charriées sur les champs garachés, Coulet (N.), Aix-en-Provence..., op. cit., p. 176.

602 A.D.A., 4 E 076/CC 9 f° 49 v°, F 58 r°.

603 A.D.A., 3 E 1493 f° 100 r°.

604 Luc (P), La vie rurale..., op. cit., p. 170.

605 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 373 r°.

606 A.D.H.G., 3 E 10154 f° 44 v°, 1381.

607 Luc (P), La vie rurale..., op. cit., p. 134.

608 A.D.H.G., 3 E 10161 f° 35 v°, 1406.

609 Pariset (F.), Économie... du Lauragais, op. cit., p. 161.

610 Luc (P.), La vie rurale.., op. cit., p. 169.

611 En cas d’épizootie, le rapport peut tomber à 2 %, Le Méné (M.), Métayage et bail à cheptel dans l’Ouest de la France, op. cit., p. 702-703.

612 Monceau (J.-M.), Les fermiers..., op. cit. p. 376.

613 Pariset (R), Économie..., op. cit., p. 160.

614 Ph. Wolff signale que des contrats de gasaille en font mention, Commerces..., op. cit., pp. 208-209. Il indique, note 282, une multiplication des loups à Revel, d’après les habitants, en 1358 (Arch. nat., série JJ, reg 96, n°352, f° 124 v°).

615 Et même des anthroponymes, plusieurs familles Lobat vivent à Castelnaudary au xve siècle dont les propriétaires des fermes appelées aujourd’hui Les Loubats et Les Loubatous.

616 A.D A., 4 E 076/CC 54. Le dernier loup est tué à Castelnaudary en 1850, vers le hameau des Loubats.

617 Bourin-Derruau (M.), Les formes de l’élevage en Bas-Languedoc occidental aux xiiie et xive siècles, L’élevage.., op. cit., pp. 137-152.

618 Cazes (J.-P.), Structures agraires et domaine comtal dans la baylie de Castelnaudary en 1272, Annales du Midi, tome 99, 1987.

619 Marandet (M.-C.),Les animaux..., op. cit.

620 Ramière de Fortanier (J.), Recueil.., op. cit., p. 659 et suiv.

Table des illustrations

Légende Note 37822Note 37923
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Titre Nombre de parcelles « mixtes »
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Titre Montesquieu. Résidants et forains
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Montgiscard. Résidants et forains
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Ayguesvives. Résidants et forains
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Les Bastards. Résidants et forains
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Castelnaudary. Laïcs et clercs
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Superficie des diverses variétés de terres mixtes
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Composition de l’ager (seul considéré)
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Montesquieu. Mi-xve siècle
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Castelnaudary. Début XVe siècle
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Superficie des diverses variétés de « terres mixtes »
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Valeur moyenne à l’hectare d’après les registres notariés
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Moulins allivrés dans les registres d’estimes :
Légende Note 591235
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Moulins à pastel apparaissant dans les estimes
Légende Note 591316
URL http://books.openedition.org/pupvd/docannexe/image/2040/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 294k

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540