Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les campagnes du Lauragais à la fin du Moyen Âge

 | 
Marie-Claude Marandet

Préface

Jean-Louis Biget

Texte intégral

1Le Lauragais figurait en blanc sur la carte de l’histoire rurale de la fin du Moyen Âge en France. Entre le temps du « pays cathare » et le xvie siècle, un hiatus de la recherche laissait un espace chronologique vacant. La thèse d’habilitation de Marie-Claude Marandet vient heureusement combler cette lacune. Elle développe une suite d’études thématiques solidement informées, à partir d’une base documentaire abondante, un corpus de deux mille neuf cent quarante six actes notariés et dix-neuf livres d’estimes. Le traitement par l’informatique de ces sources compactes, courageusement entrepris, ainsi que le dépouillement de registres de reconnaissances et de listes d’aveux et dénombrements, aboutit à un tableau de bonne venue, qui donne consistance et relief aux campagnes du Lauragais entre 1380 et 1520. On y découvre les productions agricoles du temps, la structure et les contrastes des finages, la variété des paysages, l’allure et la diversité des constructions, les modalités du peuplement, la répartition de la propriété, les types de faire-valoir, la portée de l’emprise seigneuriale, la dynamique qui assure la prospérité relative de la région dans une époque de crises. Les termes occitans en usage au Moyen Âge, précisés dans leur sens et leur emploi, donnent à l’ensemble couleur et saveur. L’appui constant sur des exemples concrets et les comparaisons opérées avec les autres provinces du royaume mettent en exergue et l’inscription du Lauragais dans l’évolution générale des campagnes françaises et les spécificités qui le caractérisent.

2Dans les dernières décennies du xive siècle, après la déflation démographique liée aux pestes récurrentes et les ravages des routiers du prince Noir, et malgré les exigences des lieutenants du roi, Anjou puis Berry, le Lauragais, comme beaucoup d’autres régions, connaît déjà une certaine reconstruction,. Un contraste oppose le terrefort, à l’ouest, et la plaine de Castelnaudary, à l’est. Le saltus, où figurent peu de forêts et de « boscs », s’avère bien plus étendu dans le premier cas. Un élevage extensif, celui du mouton, de la chèvre et de quelques bovins, y trouve place. L’ager comporte 80 % de terres labourables, 8 à 15 % de vignes et 8 à 9 % de prés. Un sixième de la superficie cultivée est consacré au pastel. Au cours du xve siècle, favorisée sans doute par la détente sur le foncier liée à la baisse de la population (impossible à mesurer, faute de la documentation adéquate), se produit une extension – limitée – des prés, des « ferragines » et des vignes. Une excellente leçon de méthode est donnée par M.-C. Marandet quant à l’occupation du sol ; elle montre en effet qu’on ne peut définir l’importance relative des cultures par le nombre de parcelles dévolues à chacune ; à cet égard les estimes s’affirment beaucoup plus fiables, dans la mesure où elles indiquent des superficies approchées.

3Le Lauragais n’échappe pas à l’emprise seigneuriale. Certes, les alleux y demeurent une réalité non négligeable, bien que difficile à quantifier, mais leur part semble se réduire après 1400, peut-être suite aux difficultés de la paysannerie et à une forme de réaction des seigneurs. En tout état de cause, les terres nobles occupent, selon les cas, 15 à 35 % du sol. Les tenures sont, à toutes époques, redevables de cens, assez modiques, mais dont la légèreté se trouve compensée par des acaptes d’un montant élevé. De manière générale, en Lauragais comme dans une bonne part du Midi toulousain, la tenure porte le nom de fief et bien des parcelles chargées de rentes constituées prennent les caractères des censives, ce qui atteste la prégnance du modèle féodal.

4Les estimes fiscales mettent en évidence l’existence de formidables contrastes sociaux dans les campagnes du Lauragais au xve siècle. 70 % des paysans allivrés possèdent en effet moins de quatre hectares et, dans les territoires de Mont-giscard, Ayguesvives, Montesquieu, Les Bastards et Castelnaudary, 16,5 % des propriétaires disposent de 74,5 % de la superficie allivrée. La grande propriété domine et tend à s’accroître. Les marchands investissent dans les domaines ruraux, tandis que s’effacent les co-seigneuries-croupions, cédées par une aristocratie crottée à faibles revenus. L’originalité du Lauragais au bas Moyen Âge, se marque par d’autres caractères.

5Marie-Claude Marandet examine dans leurs détails les modes de faire-valoir des domaines dont la propriété utile échappe aux paysans. Elle opère en ce domaine des révisions fondamentales. Elle montre que le fermage reste important au xve siècle, les ecclésiastiques préférant ce mode d’exploitation, tandis que les marchands manifestent une prédilection pour le métayage, les nobles pratiquant l’un et l’autre à égalité. Elle établit également que le métayage au tiers ou à la moitié des fruits n’est pas, pour le preneur, plus lourd que le fermage. Enfin, elle calcule que le taux du revenu procuré, en 1496, au propriétaire est, pour le fermage de près de 9 %, et oscille de 7 à 12 % dans le cas du métayage au tiers ou bien à mi-fruits. Cela prouve qu’il faut cesser de croire que l’investissement dans la terre opéré par la bourgeoisie correspond à une « trahison » de celle-ci. Investir dans la terre semble rationnel dans le contexte de l’époque, la rente foncière s’avérant intéressante. Cette donnée génère d’ailleurs le partage des grandes réserves domaniales en plusieurs exploitations affermées, les campmas.

6Les campagnes du Lauragais, au xve siècle, sont dynamisées par l’activité drapante et la culture du pastel. Sans doute les intermédiaires installés dans les bourgs les plus importants et les collecteurs venus de Toulouse en sont-ils les principaux bénéficiaires, mais les micropropriétaires paysans en tirent des compléments de subsistance importants qui, joints aux productions des basses-cours, des jardins et des arbres fruitiers, leur assurent une existence correcte. Le taux des rentrées fiscales dans les bourgs, généralement satisfaisant et plus élevé qu’ailleurs, témoigne de cette aisance relative. Les campagnes du Lauragais connaissent alors une certaine opulence, qui prépare leur réputation de « pays de cocagne ». Toutefois, cette « richesse », qui les distingue fortement dans le monde rural français de l’époque, tourne court très rapidement. Dès le xve siècle, l’importance des frérèches et des regroupements familiaux atteste de certaines difficultés et incertitudes. Puis la reprise démographique entame la prospérité paysanne, ainsi que le montre la multiplication des rentes constituées, forme de surprélèvement affectant lourdement les charges des petits propriétaires, dont la productivité du travail souffre aussi de l’émiettement parcellaire de leurs exploitations ; cette situation contraint les plus pauvres d’entre eux à vendre quelques lopins qui vont grossir les grands domaines. Ces phénomènes annoncent la dégradation du siècle suivant et la fin d’un « âge d’or ».

7M.-C. Marandet, par ses origines familiales et par sa résidence, possède une connaissance intime du Lauragais. Cette intimité, à la fois charnelle, spirituelle et intellectuelle, lui a permis d’approcher et de faire saisir, de manière précise et concrète, la réalité de la vie rurale à la fin de la période médiévale, dans les pays étendus des portes de Toulouse jusqu’au-delà de Castelnaudary. Elle a extrait avec ténacité l’essentiel des enseignements procurés par une documentation profuse. Elle a exploité les sources à sa disposition avec la prudence et la nuance qu’elles imposaient. Son livre, réfléchi, substantiel et riche d’apports originaux, marque un retour utile à l’histoire des campagnes, qui sont au Moyen Âge – et pour longtemps encore - le fondement principal de l’économie et de la société. À travers le cas du Lauragais, il éclaire des faits essentiels et révèle une bonne historienne de la vie paysanne aux temps difficiles de la gestation de l’État moderne.

© Presses universitaires de Perpignan, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter