Version classiqueVersion mobile

Figures du passeur

 | 
Paul Carmignani

Passer, passeur et passage dans la langue et la culture au Maghreb

Ahmed Ben Naoum

Texte intégral

I. DANS L’IMAGINAIRE

1Il y a, au Maghreb, une quantité indéterminée de récits hagiographiques, de mythes et de contes, de gestes et de légendes, bref, un vaste imaginaire tissé autour du passage et du passeur. Cet imaginaire, dont la structure est commune à toutes les sociétés de la Méditerranée occidentale, met souvent en scène, pour des raisons d’institution du contrat social et de l’être ensemble, des performances d’actants réalisant des passages ou les rendant possibles. Le récit-type, me semble-t-il, est celui qui, non seulement réalise la nécessité du passeur comme négociateur de l’institution de l’être-ensemble, mais surtout réitère en le confirmant, le perpétuel conflit de compétence entre les légistes et les mystiques. Les premiers sont producteurs de lois et s’appuient sur la jurisprudence, le droit positif et les fetwa. Leur vocation est de légitimer le pouvoir politique ou de le délégitimer en période de crise profonde. Les seconds se tiennent loin de toute autorité politique et la maintiennent à distance de la société. Ils travaillent la symbolique et l’émotion et ne disposent jamais de quelque force armée que ce soit, alors que leur efficacité est autrement plus grande que celle des légistes-jurisconsultes. Dans les très nombreux récits, qui organisent le conflit dans l’imaginaire institutionnalisant, la compétence du passage revient toujours au mystique contre le politique, et toujours à lui contre le légiste :

Un jeune berger nomade, ignorant comme tous les bergers mais excellent flûtiste, était campé à proximité immédiate d’un oued du nord du Sahara. On était à la fin du printemps et les orages avaient provoqué de très fortes crues. Un garçon – son premier – lui était né et il était gravement tombé malade. Il fit appel aux meilleurs guérisseurs ; mais rien n’y fit. De guerre lasse, il adressa une vive prière à Dieu : « Mon Dieu, dit-il en levant les yeux, sauve mon fils et je jouerai de la flûte à ta gloire toute une journée ! »
Le lendemain l’enfant se leva tôt, en excellente santé et se mit à gambader autour de son père. La joie de ce dernier fut immense. Il prit donc sa flûte, alla au bord de l’oued en crue et se mit à jouer de son instrument. Vers le milieu de l’après-midi, un cavalier richement mis, montant un pur-sang, arriva au bord de l’oued. Il descendit de cheval, alla vers le berger qui lui tournait le dos et appela la paix sur lui. Le berger ne bougea pas. Il continuait de jouer de la flûte pour la gloire de Dieu. Le cavalier insista et finit par secouer l’épaule du berger qui ne s’arrêtait pas de souffler dans sa flûte. Celui-ci eut un haut-le-corps, fortement marqué, qui signifiait qu’il voulait qu’on le laissât tranquille.
Lorsque le soleil disparut à l’Ouest, le jeune berger posa sa flûte à côté de lui, se tourna vers le cavalier et lui dit :

  • « Que me veux-tu, maître ? »
  • « Comment peux-tu déroger ainsi aux règles de bienséance, en continuant de jouer de l’instrument du diable, pendant que moi, homme de Dieu et de Sa loi, j’attends que tu me dises comment traverser ce fleuve en crue ? »
  • « Je n’ai dérogé à aucune règle : je ne pouvais m’interrompre car, depuis le lever du jour, je joue pour la gloire de Dieu, afin de payer ma dette : je lui ai promis que je jouerais de la flûte pour lui toute la journée, si mon fils, très malade, guérissait. Effectivement, mon fils était, hier, mourant. Ce matin, il gambadait. Alors ... »
  • « Tu blasphèmes ! Comment peux-tu utiliser cet instrument de Satan pour plaire à Dieu ? Ne sais-tu donc rien du Livre ? N’as-tu rien à réciter ? »
  • « Je ne sais rien d’autre que conduire mes bêtes, du lever au coucher du soleil, et jouer de la flûte. »
  • « Alors je vais t’apprendre l’Ouverture du Livre. Tu la réciteras, désormais, avant de t’adresser au Très-Haut. Dis : « Au Nom de Dieu Le Miséricordieux, Le Tout Miséricorde, louange à Dieu Maître des mondes, le Clément, Le Miséricordieux... »


Le berger répéta les versets jusqu’à ce qu’il crût avoir appris l’ouverture du Livre. Puis, suivi du savant légiste, il se dirigea vers un endroit de la berge de l’oued, y découvrit une embarcation parmi les tamarix. Le cheval et l’homme y montèrent. Ce dernier se mit à ramer pour passer sur l’autre rive.
Alors que l’embarcation était aux deux tiers de la traversée, le cavalier sentit une main lui taper sur l’épaule. Il se retourna et vit derrière lui le jeune berger qui lui dit : « Après : louange à Dieu, Maître des mondes... Quelle est la suite ? ... J’ai oublié ! Veux-tu répéter le texte pour moi, maître, afin que je l’apprenne mieux ? » L’homme regarda le jeune berger, les yeux exorbités par ce qu’il voyait. Il lui dit, la voix tremblante : « Va... Va... Retournes chez toi... Tu n’as pas besoin d’apprendre... Tu sais tout ! Tu sais tout ! Va, te dis-je » Le jeune berger marchait sur l’eau.

2Les maîtres du Sens maghrébins ont en commun avec les saints catholiques, leurs prédécesseurs, les performances fondatrices de l’être-ensemble hors espace et hors temps. Leur hagiographie, très fortement partagée, tresse le contrat social en permettant le passage du chaos au cosmos comme dans tous les mythes fondateurs. Dans le récit précédent, la compétence vraie du passeur n’est pas celle du savant théologien, maître ès sciences religieuses. Elle est bien plus celle de l’homme à la foi universelle, non médiatisée par le savoir spécialisé, purement symbolique et émotionnelle, transgressive de la loi et de la tradition humaines abusivement attribuée au Qoran et à Dieu par ceux-là mêmes qui la rédigent en interprétant le Livre. Ce qui se joue dans le texte, c’est justement la capacité à produire du sens et non celle de répéter indéfiniment, en l’ânonnant, la parole de Dieu. D’un côté, la foi, de l’autre, la loi. Le jeune berger préfigure la figure du prophète, illettré, pauvre et souvent... berger. Les fondateurs de Voies religieuses au Maghreb, fussent-ils versés dans les sciences religieuses, ne manifestaient jamais leurs compétences de passeurs que par la symbolique et l’émotion que procure l’amour universel. Quelques-uns d’entre eux, parmi les plus célèbres, étaient à l’image du jeune berger. Leurs poèmes mystiques étaient dits en maghribi, langue de la société et transcrits dans cette langue.

II. DANS LES LANGUES

3En Maghribi, passer et passage sont largement pratiqués dans les formes arabes de leurs signifiants mais avec des significations qui ne correspondent pas toujours avec celle des dictionnaires de la langue des Arabes.

4Dans cette dernière langue, huit radicaux, au moins, disent l’acte de passer :

5‘a-Ba-Ra

6Jâ-Za

7Fâ-Ta Qa-ta-’a

8Ha-JJa

9‘â-Da

10Sa-La—Ka

11Ma-RRa

‘A-BA-RA :

En arabe :

12a) – Passer, traverser, franchir un gué, un fleuve, passer à travers quelque chose. Suivi de la préposition Bi, il exprime l’idée de passer un fleuve avec quelqu’un, le transporter sur l’autre rive.

13b) – Expliquer, interpréter les songes de quelqu’un commenter, interpréter,

14c) – Signifier, vouloir dire, énoncer quelque chose.

15d) – C’est ce radical qui sert d’anthroponyme aux Hébreux historiques : ceux qui ont traversé, qui sont passés en traversant :’i- B-R, qui est, en même temps, dans un rapport anagrammatique avec l’ethnonyme ‘a-R-B : les Arabes, ou encore ave a’-Râ-B : les nomades.

16Lorsque le même radical est utilisé plusieurs fois dans la même phrase, le contexte éclaire immédiatement la différence de signification :

17« Dieu ! mets-nous au nombre de ceux qui puisent leur instruction (‘a-Ba-Ra) dans le monde d’ici-bas sans le traverser (‘a-Ba-Ra) (sans en subir les épreuves). » (Qoran).

En maghribi :

18Ce radical n’est jamais utilisé dans de telles significations, sauf à dire que l’un de ses sens en est très voisin : remplir un contenant au-delà de sa capacité ; le faire déborder, le contenu sortant des limites du contenant, les traversant, remplir la cuiller plus qu’à ras bord, jusqu’à renverser de la nourriture. Un second sens renvoie à la mesure : à l’empan et à la coudée pour les tissus ; au pas pour les limites des champs. En fait, aller d’un bord à l’autre, d’une limite à l’autre, d’une frontière à l’autre.

19À partir du radical, de nombreux substantifs et adjectifs sont construits, qui tous signifient les frontières, les limites, les rives, les bords et les moyens de les passer. La métonymie exprime l’année solaire en désignant une brebis ou une chèvre d’un an, soit, un être qui a franchi la limite de douze mois.

JÂ-ZA :

En arabe :

20a) – Marcher, passer à, traverser, faire arriver au but, faire passer.

21b) – Permettre, rendre licite, regarder comme licite. Récompenser, autoriser quelqu’un à enseigner en lui attribuant le diplôme (ce qui fait passer : I-Ja-Za).

22c) – Conduire quelqu’un au travers de..., lui faire passer, traverser l’eau, une frontière.

23d) – Traverser, passer l’âge.

24e) – Le radical désigne, enfin, le passeport Ja-Wa-Z el safar, littéralement : ce qui rend possible le voyage, ce qui le rend licite.

En maghribi :

25Ce radical est utilisé en Alger et sa région, dans les mêmes sens qu’en arabe. En outre, un substantif (J-Wa-Z) construit sur le même radical, désigne tout plat ou mets qui accompagne le pain, aliment principal au Maghreb. A l’ouest de l’Algérie et à l’est du Maroc, la même structure sémantique utilise un autre radical : Fâ-Ta (passer), qui donne par construction dérivée : F-Wa-T, ce qui accompagne le pain. Fâ-Ta est systématiquement employé à l’Ouest, tandis que Jâ-Za l’est au centre, pour dire exactement les mêmes sens, l’intercompréhension étant immédiate.

FA-TA :

En arabe :

26a) – Passer, passer à côté de quelqu’un, dépasser, dépasser quelqu’un avec quelque chose.

27b) – Les sens dérivés expriment la mort comme passage d’un monde à un autre : Fa-Wa-T ou encore Fa-W-T ; un intervalle, une distance, une différence : ta-Fâ-Wu-T ; l’état passager des choses.

En maghribi :

28C’est le maître-mot pour exprimer le passé, le temps qui passe, le passage, l’accompagnement et l’accompagnateur, dans l’idée que ce dernier est dépositaire d’un pouvoir qui lui permet de jouer ce rôle.

QA-TA-’A

En arabe :

  • 1 Le dictionnaire par excellence est : Lissân el’Arab el Muhît lil ‘allama Ibn Munzûr, Dar Lissân el (...)

29Radical d’une grande richesse sémantique et dont l’idée centrale est : couper et passer en coupant. La langue des Arabes1 ouvre la rubrique Qa-Ta-’a par : « coupeur de route ».

30a) – Infester les routes, exercer des brigandages.

31b) – Traverser, franchir un fleuve par quelque moyen que ce soit. Traverser le désert, une distance, une frontière clandestinement. Les dérivés renvoient à la même idée : Qi-Ta–’ : embarcation, bateau ; Qâ-Ti–’ : tranchant, très coupant ; ma–-Ta–’ : passage, gué. Etc.

En maghribi :

32Le maghribi nuance quelques acceptions, tout en faisant l’économie de mots arabes tombés en désuétude. Ainsi aucun coupeur de route n’est entré dans ledit sur le passé, sauf les bandits d’honneur, nombreux aux xixe et xxe siècles. Ces bandits justiciers, comme il en a existé partout autour de la Méditerranée, étaient bien appelés « Qati’ el tariq », mais ce terme ne connotait pas les simples coupeurs de routes et autres bandits. Pendant la colonisation, c’était le mot francarabe qui les désignait : bândi, pl. bândya. Le bandit d’honneur, coupeur de route était un véritable passeur, Son statut lui-même exprimait sa position. Vivant aux marges de la société, mais issu de cette dernière, il n’était déjà plus un bandit mais pas encore un révolutionnaire. Passant et passeur, il était de toutes les transgressions politiques et économiques, sans que la société ne le condamne jamais, mais sans qu’elle le considère comme un héros fondateur ou même un simple représentant. La figure du « coupeur de route » n’était pas confondue avec celle du simple bandit, ni avec celle du maquisard politique. En matière de transgression de la loi, le bandit comme le maquisard politique vivent de ce qu’ils prélèvent sur la société, que celle-ci l’accepte ou non. mais le coupeur de route ne « rackette » que ceux, peu nombreux mais riches, que la société rejette, honnit et subit à la fois.

‘A-D-Â

En arabe :

33a) – Passer, passer à côté de quelque chose, dépasser, aller au-delà, passer outre, dépasser les limites.

34b) – Faire passer, traverser, dépasser les limites du licite, du vraisemblable.

35c) – Comme les radicaux précédents, ‘a-Dâ, donne par construction d’autres signifiants aux valeurs sémantiques dérivées : ‘u-D-Wa : passage d’un fleuve ou d’un détroit ; incursion, invasion d’un pays. Extrémité, rivage d’un fleuve ; ‘i-D- : course d’un point à un autre, action de transgresser un précepte, de violer une loi. Etc.

HA-JJA :

En arabe et en maghribi :

36C’est un radical universellement connu puisqu’il est passé dans toutes les langues – très nombreuses – des musulmans et dans les langues des cultures dominantes. Il exprime toute la sémantique du pèlerinage à La Mecque.

37a) – Passer, se rendre à, se diriger vers, aller vers un lieu. Marcher, aller et venir, vaincre, l’emporter sur quelqu’un dans la dispute, alléguer des preuves, des arguments.

38b) – Les sens dérivés par construction donnent, entre autres : Hâ-JJ : pèlerin qui accomplit le pèlerinage à La Mecque, soit qui parcourt le chemin depuis le Maghreb, l’Afrique du Sud ou le Xinjiang jusqu’au Hedjaz en Péninsule arabique, satisfait à tous les rites à La Mecque et revient chez lui. Le pèlerinage est un passage d’un état et d’une étape de la vie des croyants à un autre état et à une autre étape.

39c) – Hu-JJa : un pèlerinage. Argument, preuve comme chemin et passage vers la vérité. Hujatu el Islam : la preuve de l’Islam ; titre de dignitaire religieux en Islam chiite.

40d) – m-Ha-JJ : piste chamelière principale au Sahara. Grand chemin, grande route. Etc.

SA-LA-KA :

En arabe :

41a) – Passer avec l’idée de sortir de..., quitter un état de fait pour advenir, entrer, surgir en autre chose : dans « La langue des Arabes », les exemples sont les suivants : « Dieu yS-Li-Ku les dénégateurs, c’est-à-dire qu’il les y précipite ». Ou encore : « Ne vois-tu pas que Dieu fait descendre l’eau du ciel, yS-Li-Kuhu qu’il fait surgir en sources de la terre ?... »

42b) – Faire passer comme enfiler une aiguille « j’ai fait passer le fil par le chas de l’aiguille. » (La langue des Arabes)

43c) – maS-La-K : le chemin ; Sa-L-K : le fil soit le fil conducteur, le chemin qui permet de sortir d’un terrain difficile.

En maghribi :

44a) – La signification centrale de laquelle dérivent toutes les autres est : sortir ou passer, faire sortir ou faire passer quelqu’un ou quelque chose, d’un état négatif à un état positif : se sortir ou être sorti d’un mauvais pas. Se sauver ou être sauvé de la mort, d’un danger.

45b) – Dans toute l’Afrique du Nord et surtout au Sahara, les fêtes religieuses et, certaines fois, aux mariages et aux funérailles, le Qoran est psalmodié en entier, par tous ceux qui le savent par cœur. Le rituel commence après la prière du milieu de l’après-midi (el ‘açr) et s’achève tôt le lendemain. Dès minuit, le groupe se divise en plusieurs sous-groupes qui se partagent les chapitres restants, pour pouvoir achever la lecture psalmodiée, jusqu’au dernier verset. Ce rituel s’appelle Sa-L-Ka soit : la traversée du Livre en une nuit de psalmodie.

46c) – S-L-K a un sens très restreint peut-être unique et propre à l’Oranie, ancienne terre de vignoble avant l’indépendance de l’Algérie : le fil de fer et non le fil d’une manière générale ; le fil de fer qui sert de tuteur horizontal à la vigne ou à la treille, qui les maintient droites et leur permet de croître en hauteur, puis en largeur.

47d) – Démêler, clarifier une situation complexe, sortir du chaos, d’une intrigue compliquée, séparer des partis en conflit en résolvant le problème qui les opposent.

48e) – maS-La-K : voie, chemin, méthode de sortie d’une situation négative quelconque. Voie de passage.

49La richesse sémantique relative au passage en arabe et en maghribi exclut-elle le substantif passeur ? Ce terme n’existe ni en arabe ni en maghribi, pour désigner l’ensemble des fonctions de passage dans tous les domaines. En fait, le mot en français et dans d’autres langues européennes et son utilisation, correspond quasi-exclusivement, à des rôles dans les sports collectifs et ces derniers sont un fait de civilisation occidentale. Il est donc très récent d’usage. Autrement, il s’agit d’un concept propre aux sciences humaines, notamment, la sociologie, l’anthropologie et l’anthropologie poiétique. Or les sciences humaines sont elles-mêmes un fait de civilisation occidentale. Dès lors, c’est la traduction ou la restitution du concept passeur qui va poser problème, dans la langue des Arabes et en maghribi, du fait même de la grande richesse sémantique qui exprime l’action de passer et le passage dans ces deux langues !

Notes

1 Le dictionnaire par excellence est : Lissân el’Arab el Muhît lil ‘allama Ibn Munzûr, Dar Lissân el ‘Arab, Beyrouth, Liban. Soit : La langue des Arabes en usage, du docte Ibn Munzur, édité par la Maison de La langue des ‘Arabes, Beyrouth, Liban. Le second dictionnaire que j’ai largement utilisé est une excellente traduction abrégée du Lisân el ‘arab : Dictionnaire arabe-français contenant toutes les racines de la langue arabe par Ade Biberstein Kazimirski, nouvelle édition, Paris, éditions G. P. Maisonneuve, 1960.

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search