Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La lutte contre la corruption

 | 
Frédérique Farouz-Chopin

Préface

Gaëtan Di Marino

Texte intégral

1En lisant l’ouvrage de Madame Frédérique FAROUZ-CHOPIN, on ne peut qu’immanquablement penser à ce que disait, dans un autre siècle il est vrai, PROUDHON : « Tout est confondu en morale, tout est redevenu arbitraire et de nulle valeur, hors un point, qui est du bien vivre et d’amasser de l’argent. La morale, voyez-vous, c’est de n’avoir qu’une femme légitime, à peine des galères, et vingt maîtresses, si vous pouvez les nourrir ; la morale, c’est de vous battre en duel, à peine d’infamie, et de ne pas vous battre, à peine de la Cour d’assises ; la morale, c’est de vous procurer le luxe et les jouissances à tout prix, sauf à échapper aux cas prévus dans le Code pénal... »

2Ces propos, quelque peu désabusés et provocateurs, en réaction aux corruptions d’un autre temps, montrent si besoin était la permanence de ce phénomène social. Il n’y aurait rien de pire que de jeter l’éponge en figeant les textes répressifs. Il y a certes une sorte de fonds commun de la corruption, mais, au-delà de ce fonds commun, les études criminologiques ont mis en évidence que ce délit change de visage au fil des ans, qu’il est en quelque sorte protéiforme. Il faut féliciter Madame Frédérique FAROUZ- CHOPIN d’avoir axé son travail sur une idée que les juristes n’avaient pas intégré jusqu’ici et qui correspond pourtant à merveille à la corruption : l’idée de délit mutant.

3La corruption qui, au départ, paraît à certains égards complexe et difficile à cerner, s’éclaire lorsqu’on suit les développements de cet ouvrage. On comprend mieux l’impact des données politiques, et socio-économiques, et surtout l’on saisit l’impérative nécessité d’adapter la lutte contre la corruption au caractère mutant du délit. Le fond est toujours le même : « amasser de l’argent », les formes suivent l’évolution des institutions, des idées et des mœurs. Le droit a toujours eu pour objectif de maîtriser le fond, c’est-à-dire d’assurer une moralité sociale, mais ne s’est pas toujours donné les moyens de réagir avec une célérité suffisante aux mutations qui interviennent.

4La réflexion que nous livre Madame Frédérique FAROUZ-CHOPIN est profonde. Elle conduit le juriste, au-delà du problème de la corruption, à s’interroger sur l’ensemble du processus législatif et pénal. La pertinence et l’acuité de la réflexion n’ont pas empêché l’auteur de livrer une somme particulièrement claire et pratique des moyens de lutte contre la corruption. Le lecteur appréciera le fait qu’une vision synthétique et constructive de ce phénomène diffus, se marie parfaitement avec un exposé aux qualités didactiques incontestables.

5Un tel ouvrage ne pouvait s’achever sans que son auteur apporte sa pierre au droit positif. Là encore, Madame Frédérique FAROUZ-CHOPIN nous livre des propositions qui auraient sans doute apaisé le pessimisme de PROUDHON : le droit et la morale sont bien inséparables.

6Je tiens à remercier tout particulièrement les nombreux professionnels de la lutte contre la corruption qui ont accepté de me recevoir et ont contribué à mes recherches :

  • Madame le juge d’instruction Éva JOLY.
  • Monsieur Bernard MARCHAL, Magistrat, chargé de mission à la Direction des Affaires criminelles et des Grâces.
  • Monsieur le Procureur Général MARIN.
  • Monsieur GAUTIER, Magistrat au service central de prévention de la corruption.
  • Monsieur DUVAL, commissaire principal de police au service central de prévention de la corruption.
  • Monsieur SABOURIN, INTERPOL Sous-Directeur.

7Ainsi que ceux qui m’ont gracieusement fait parvenir une documentation abondante :

  • Monsieur CSONKA, Direction des Affaires Juridiques du Conseil de l’Europe.
  • Monsieur le Professeur ZAPPALA, Doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Catania (Italie).
  • Monsieur le Professeur BLAKESLEY, Louisiana State University.

8Je me permets également d’adresser mes vifs remerciements à tous les membres du Jury ainsi qu’à mon Directeur, Monsieur le Professeur Gaëtan DI MARINO, qui a accepté le sujet que je lui ai proposé et m’a guidée dans mon travail.

9Enfin, je clôturerai mes remerciements en les adressant à ma famille, notamment mes parents qui m’ont encouragée dans cette voie et mon époux qui m’a soutenue tout au long de ces travaux de recherche.

Auteur

Professeur des Facultés de droit, à l’Université d’Aix-Marseille
Directeur du Centre de droit pénal international et de criminologie comparée

© Presses universitaires de Perpignan, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540