Version classiqueVersion mobile

Figures du passeur

 | 
Paul Carmignani

Domaine anglais

Paul Carmignani

Texte intégral

1Trois termes couvrent en anglais l’aire sémantique du “passeur” : ferrier (ou ferryer), ferryman et smuggler. On peut y associer un quatrième nom, qui relève davantage de la notion de médiation mais n’est pas sans rapport avec le passeur : le terme de go-between popularisé par le film de Joseph Losey (Le Messager), Grand Prix du Festival de Cannes en 1971.

2Ferrier et ferryman désignent donc le passeur d’eau, le conducteur de bac – qu’il s’agisse de Charon (Charon, the ferryer of the dead, R. Browning) ou de ses lointains descendants aux fonctions plus prosaïques. Les deux termes ne se distinguent l’un de l’autre que par leur mode de composition : adjonction du suffixe agentif -er à la base ferry pour le premier et du nom man pour le second (le féminin n’est pas attesté).

3La base ferry désigne à la fois le bac [a boat or ship for conveying passengers and goods, especially over a relatively short distance and as a regular service], l’embarcation servant au franchissement du cours d’eau, et le lieu où le passeur exerce son activité [place where boats pass over to transport passengers, etc. ON. ferja ferry-boat ; OE. Ferian carry, transport]. Étymologiquement, le mot ferry se rattache au verbe d’origine germanique fahren qui a donné fare en anglais [carry, convey, transport, take from one place to another] c’est-à-dire “(se) transporter”, “voyager” (d’où farewell : bon voyage).

4Fare se rattache au sanscrit par, “transporter”, “faire passer” qui a donné en grec πόρος, “le chemin”, “la voie” mais aussi “le gué”, et en latin portare (Cf. les recherches étymologiques dans l’aire latine). Notons que fare, au sens de “voyager”, est actuellement considéré comme archaïque puisqu’en anglais moderne fare s’emploie essentiellement dans un sens métaphorique (fare badly/well : se (com)porter, s’en sortir bien ou mal) ; en revanche, à la différence du verbe, le nom fare a conservé son rapport au voyage puisqu’il signifie, en anglais moderne, le prix d’un billet (de train, d’avion, etc.) ou d’une course en taxi.

5Le verbe smuggle, d’origine obscure [of unkn. orig. Move (goods) illegally into or out of a country], et le nom qui en dérive, smuggler, prennent le relais des termes précédents quand il s’agit d’évoquer le passeur clandestin œuvrant dans l’illégalité. Smuggler désigne à la fois le contrebandier et le navire transportant la marchandise illégale.

6Quant au dernier terme, Go-between [an intermediary or negotiator ; one who passes to and fro between parties], il incarne le concept de médiation et désigne l’intermédiaire, le médiateur dont le passeur représente une des multiples facettes.

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search