Version classiqueVersion mobile

Figures du passeur

 | 
Paul Carmignani

Domaine germanique

Roger Bastrios-Kuhlmann

Texte intégral

1Le terme « passeur » se traduit en allemand par Fährmann, composé logique des éléments :

2Fähre (f) qui signifie le bateau servant à traverser un fleuve ou une mer (bac, ferry) et qui est apparenté à fahren : marcher, conduire, piloter -führen : conduire, guider, gouverner – Furt (f) : le gué – (étymologie : mhd : ver(e), vern ; ahd : ferjan / le mot ferry vient de l’ancien allemand farjon -moyen de passage).

3Mann qui, en tant qu’indice de fonction, entre dans la formation de nombreux signifiants désignant un opérateur humain.

4« Fährmann : Führer einer Fähre » nous précise le dictionnaire Wahrig donc « batelier, passeur ». C’est d’ailleurs le terme qui est employé pour désigner Caron.

5L’allemand plus riche que le français en vocabulaire et combinaisons ajuste plus librement et donne donc sur le même modèle les mots : das Fährgeld (le péage), das Fährschiff (le ferry-boat), das Fährseil (le va-et-vient)

6En face du mot français qui retrouve le contact avec le réel grâce aux désinences, le terme allemand très motivé évoque directement la réalité. Mais sa formation très concrète limite toute extension figurée ou métaphorique. Le passeur d’idées, le médiateur, celui qui fait connaître et met en contact des cultures ne peut se traduire par Fährmann. On choisira plutôt dans ce cas le sens abstrait de Vermittler (l’intermédiaire)

7Notons également que le passeur d’armes se dit péjorativement : Waffenschmuggler, Waffenschieber. Il ne semble pas exister un terme à connotation neutre ou positive pour le passeur clandestin qui organise la fuite de réfugiés, exilés, opprimés...

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search