Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Celleres et la naissance du village en Roussillon

 | 
Aymat Catafau

Bibliographie, Sources et Annexes

Annexe 4. Patronymes dérives du mot cellera du xiiie au xvie siècle

Texte intégral

1La diffusion importante du phénomène de la cellera en Roussillon explique que beaucoup de familles portent un nom dérivé de ce mot au Moyen Age, comme le montrent ces quelques exemples relevés dans la documentation. Chaque mention est suivie de sa date ainsi que de la source d'où elle est tirée.

2On notera qu'un bon nombre de ceux qui portent ce nom habitent des lieux où une cellera a effectivement existé.

  • 1 Il est absent par exemple de l'ouvrage de Francesc de B. Moll, Els Llinatges catalans.

3L'anthroponyme Cellera ou ses dérivés n'est pas mentionné par les anthroponymistes catalans1.

4Johannis Celere possède un jardin sur le territoire de Villemolaque, en 1207, CT, fol. 189 v°.

5Na Saurimunda Celera, en 1265, à Montesquieu, est propriétaire d'une maison dans la cellaria de ce lieu, B. Alart, C.M., t. X, p. 144.

6Raymundo Celere de Terratz, 1274, B. Alart, C.M., t. S, p. 460, parchemins du Temple, n° 343.

7Guillemi Cellarie, signe comme témoin en 1287 à Brouilla, parchemin de Fontclara, B. Alart, C.M., t. VIII, p. 304.

8Beatrix uxor condam Bernardi Celera, in tenencia Bernardi Celera filii Juliani Celera, Livre vert de Thuir, 1300, fol. 33 et 34.

9Bernardo Celerie de Montesquivo obtient une terre en acapte en ce lieu, ADPO, 1B 21, fol. 12 r°, 1301.

10Guillemo Celera de Corbaria reçoit un champ sur le territoire de Corbère en 1303, B. Alart, C.M., t. XII, p. 275, archives municipales de Bouleternère, parchemin n° 9.

11— Quelques années plus tard son fils porte son nom :

12Guillemo Celera est héritier universel de Guillemi Celera de Corbère, 1323, B. Alart, C.M., t. XIII, p. 173, arch, de la mairie de Bouleternère, parch. n° 27.

13Berengario Celera, monerio, à Elne, en 1306, B. Alart, C.M., t. O, p. 360, archives de l'évêché.

14R. Celera, clericus, est témoin pour le testament d'un habitant de la paroisse de Darnac, 1328, B. Alart, C.M., t. XIII, p. 317, AHI, parch. B, h.

15Guillemus Celera est rector de Villamulacha, en 1333, B. Alart, C.M., t. P, p. 298, notule de Raymond Ymbert (n° 19).

16Guillemi Selera est voisin d'une terre à Maureillas, en 1356, ADPO, H 257, parchemin original.

17Jacobus Sellera, sacrista ecclesie Beate Marie de Serralonga, 1365, Livre rouge de Prats-de-Mollo, fol. 1 et suiv., nombreuses mentions dans B. Alart, C.M., parfois sous l'orthographe Celera, par exemple : t. O, p. 439.

18Petri Celera de Perpiniano, cité parmi les propriétaires des terres qui limitent la villa de Verneto, en 1370, Livre vert mineur de Perpignan, fol. 252 v°.

19Guillemo Celera, ortolano de Perpiniano, 1375, ADPO, 1 B 131, fol. 44 r°.

20Bernardus Cellera, consol de la vila de Perpenya, 1388, Livre vert mineur de Perpignan.

21En Pere Sellera, tinyeyre de Perpenya, 1395, B. Alart, C.M., t. R2, p. 184, notule de Pierre Armany.

22Berenger Cellera, loci de Villamulacha, 1396, 1B-161.

23Raimon Cellera, consul universitatis hominum loci de Thoirio, 1408, B. Alart, C.M., t. G, p. 249, 1 B 218, fol. 2, et 1409, ibid., t. K, p. 81.

24Raymond Cellera, ortolà, Perpignan, 1411, manuel de Gabriel Resplant.

25Columbe Cellera, vidue de Vinciano, 1509, B. Alart, C.M., t. F, p. 190.

26Le nom plus classique de l'espace consacré loti de celliers, la sagrera, est peu usité en Roussillon, les anthroponymes correspondants y sont rares aussi :

27Guillemus Çegrera,. (ou Sagrera) picapedrerius ville Perpiniani, 1420, B. Alart, C.M., t. J, p. 94, présent dans plusieurs documents de l'époque, ce tailleur de pierre semble originaire de Majorque.

28Le mot celler, désignant le cellier, a probablement lui aussi donné naissance à des anthroponymes, soit au pluriel, soit au singulier :

29Petrus et Guillemus Cellers, paroisse de Sainte-Eulalie de Vilella, près de Rigarda, en Confient, 1417, B. Alart, C.M., t. L, p. 27, registre du fief du château de Rigarda, fol. 48.

  • 2 C'est le cas de Jacobo Caneti pintore qui témoignait d'un acte à Perpignan en 1332 et qui est appe (...)

30Mais le nom de Celler ou Seller est plus probablement d'origine professionnelle et désignerait le sellier, celui qui fait les selles et tout le arnachement du cheval (bourrelier). Des pictors (pintors) sont souvent cités en même temps que les sellerii2, ou sellers, près de la rue de la cellaria à Perpignan.

  • 3 B. Alart, C. M., t. P, p. 427, ADPO, 1B-198, fol. 24.
  • 4 Marcel Durliat, Histoire du Roussillon, donnait pour équivalent à pictors : « armuriers ». C'est s (...)
  • 5 D'après Mme Sylvette Angenard, qui achève une thèse sur les retables du Roussillon.

31A Perpignan, au début du xve siècle un pictor est payé pro duabus trabibus sive bigues quas depixi in aula castri et pro uno pan veyrial... in vedriera3. Donc le pictor est bien le peintre. D'ailleurs il faut imaginer la profession comme assez nombreuse : peintres en bâtiment et peintres de fresques ou de trompe-l’œil pouvant être assimilés peut-être, peintres sur bois (enseignes, retables, panneaux décoratifs), mais aussi portraitistes, éventuellement enlumineurs. Mais quel rapport avec la sellerius ? Les deux corps de métiers sont membres de la même confrérie4 et ils sont regroupés dans le même quartier (carrer de la Freneria)5. La rue de la cellaria serait une rue voisine ou une autre dénomination de cette même rue. Elle n'apparaît qu'une fois dans nos sources.

  • 6 B. Alart, C.M., t. X, p. 167, notule de 1266, n° 6504, ADPO, 1B 21, fol. 32 v°.

32Une notule de 1266 (malheureusement très lacunaire) apporte une foule de renseignements sur les rapports unissant ces deux professions de sellier et de peintre6. Un pictor habitant Perpignan, du nom de Bernard Bertolinus promet à un nommé R... qu'il peindra pour lui tout ce qu'il lui demandera pour une période de cinq ans à partir de la fête de Pâques à venir, et qu'il ne peindra avec personne d'autre (cum alio non pingam : avec personne : c'est-à-dire sans apprenti, sans auxiliaire ; ou pour personne d'autre ?) pendant cette période. Il fixe ensuite ses tarifs : douze sous cinq deniers pour des arma, six sous trois deniers pour une selle de palefroi embotida, quatre sous quatre deniers et une obole pour une selle de palefroi plana, trois sous et trois oboles pour une selle blanche, la selle avec orulo (occulo ?) et écu (scudetz) pour vingt sous et une obole, la selle ad endcar equi pour cinq deniers.

33Il semble donc que le peintre achève le travail du sellier. Celui-ci est le maître d'œuvre de la selle et du harnachement et répartit ensuite le travail à faire. Le peintre doit décorer ces selles de façon différente en fonction du modèle et des desiderata du client.

Notes

1 Il est absent par exemple de l'ouvrage de Francesc de B. Moll, Els Llinatges catalans.

2 C'est le cas de Jacobo Caneti pintore qui témoignait d'un acte à Perpignan en 1332 et qui est appelé selerius lorsqu'il signe comme témoin du testament d'un pintor Perpiniani en 1334, en compagnie d'un autre pintor, B. Alart, C.M., t. P, p. 285 et 305.

3 B. Alart, C. M., t. P, p. 427, ADPO, 1B-198, fol. 24.

4 Marcel Durliat, Histoire du Roussillon, donnait pour équivalent à pictors : « armuriers ». C'est sans doute à cause de leur appartenance à la même confrérie.

5 D'après Mme Sylvette Angenard, qui achève une thèse sur les retables du Roussillon.

6 B. Alart, C.M., t. X, p. 167, notule de 1266, n° 6504, ADPO, 1B 21, fol. 32 v°.

© Presses universitaires de Perpignan, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540