Version classiqueVersion mobile

Figures du passeur

 | 
Paul Carmignani

“Passeurs” italiens, catalans, espagnols et portugais

Hyacinthe Carrera

Texte intégral

1Ces langues ont en commun le fait que le mot qui désigne le plus fréquemment "le passeur de gué" (traghettatore en italien, barquer en catalan, barquero en espagnol, barqueiro en portugais) contient le terme qui désigne le moyen de franchissement de l’eau. Il est par ailleurs remarquable que les dictionnaires de “retour” en français donnent volontiers pour ces termes le mot “batelier”... ce qui gomme la polysémie (ou l’ambiguïté) de “passeur”.

En italien

2Les différents dictionnaires usuels donnent comme traduction en italien de “passeur” le mot traghettatore. Le terme traghetto signifie “bac” (que l’on appelle aussi barca di traghetto) et, seulement dans une deuxième acception, “passage” ; encore faut-il préciser qu’il s’agit dans ce cas expressément de passage de fleuve.

3Il existe par ailleurs le mot passatore, étymologiquement proche du "passeur" français, mais il s’agit d’un mot désormais rare, dont l’usage contemporain semble réservé au “passeur illégal” (contrebandier ou guide à travers les lignes ennemies dans un contexte militaire...). Le verbe passare, enfin, a bien tous les sens français de “passer”, y compris celui de “mourir”.

En catalan

4Les dictionnaires français/catalan donnent tous barquer pour traduire “passeur”, certains ajoutant une deuxième expression : guia de contrabandistas (guide de contrebandiers), dissociant ainsi, comme en italien, les deux sens français.

5La recherche du mot dans les dictionnaires catalans qui font autorité apporte quelques précisions : pour Pompeu Fabra, le barquer est una persona que governa una barca (!) ; pour Alcover (Diccionari catala Valencia balear) c’est el conductor d’una barca petita de transport per trajecte curt... (le pilote d’une petite barque de transport pour de courts trajets).

6Curieusement, aucun des dictionnaires bilingues consultés ne mentionne d’autre terme pour traduire “passeur”, alors que, comme en italien, le terme de même origine étymologique que le français passeur existe ; toutefois, pour Alcover, passador a ici le même sens que barquer : qui mena una barca per a passar gent i mercaderies de banda a banda d’un riu (celui qui mène une barque pour passer des passagers et des marchandises d’une rive d’un fleuve à l’autre).

7Pompeu Fabra et le Diccionari de la llengua catalana de l’Enciclopedia Catalana ne précisent pas : el qui passa alguna cosa d’un indret a un altre (celui qui passe quelque chose d’un endroit à un autre). Ils ajoutent à titre d’exemple un emploi qui réintroduit le contrebandier : un passador de contraban (un contrebandier, mais le terme contrabandista existe en catalan).

8Enfin, le dictionnaire catalan/italien de l’Enciclopedia Catalana donne à côté de traghettatore, barcaiolo... qui nous ramène aux barquer et autres barquero... mais réduit le sens à “pilote de bateau” !

En espagnol

9Les dictionnaires usuels espagnols donnent deux mots pour le français “passeur” : barquero, tout d’abord, comme pour le catalan, et persona que hace pasar clandestinamente una frontera (personne qui fait passer clandestinement une frontière) d’autre part ; dans ce deuxième cas, il existe un synonyme qui est pasador. À noter qu’en sens inverse, la traduction de barquero est “batelier”... et que mot pasador est traduit indifféremment par “passeur” ou “contrebandier”.

10Dans le dictionnaire espagnol de référence, celui de la Real Academia Española, le pasador est, comme en catalan, “celui qui passe quelque chose d’un endroit à un autre” ; là comme dans les autres usuels, on donne comme sens courant de pasador “celui qui passe de la contrebande d’un pays à un autre” (avec alors contrabandista pour synonyme). A signaler les autres sens, nombreux, de ce terme en espagnol (aiguille, passoire, agrafe, verrou...)

11À l’article barquero, nous trouvons la définition laconique : el que gobierna una barca (celui qui mène une barque) et aussi l’expression curieuse decide a uno las verdades del barquero (dire à quelqu’un les vérités du barquero) qui signifie “dire à quelqu’un ses quatre vérités”.

En portugais

12À la rubrique “passeur” nous trouvons barqueiro dans le dictionnaire français-portugais... et, comme en espagnol, “batelier” pour barqueiro dans le dictionnaire portugais-français !

13Enfin, pour conclure cette recension, signalons qu’en espéranto, le passeur se traduit par pramisto ou transveturigisto.

© Presses universitaires de Perpignan, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search